Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Spectateurs en voyage« Je l’ai écrite comme je l’ai vu...

Spectateurs en voyage

« Je l’ai écrite comme je l’ai vue » : Abraham de Souzdal raconte la Rappresentazione florentine de l’Annonciation (1439)

Françoise Decroisette
p. 103-115

Résumés

En 1439, alors qu’il participe, à Florence, au grand concile sur l’union des églises, l’évêque Abraham de Souzdal assiste à la sacra rappresentazione de l’Annonciation, et rédige, en russe, un récit de cette expérience exceptionnelle. L’importance de ce récit se mesure au nombre important de copies réalisées entre le XVIe et le XVIIIe siècle, et aux traductions qu’il a suscitées depuis sa première publication en 1877 et jusqu’à aujourd’hui. La récente publication critique d’une des copies les plus autorisées de ce texte, accompagnée d’une nouvelle traduction italienne, offre l’occasion de relire ce récit du point de vue du « spectateur en terre étrangère » très singulier qu’a été Abraham de Souzdal.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Un récit en question
Un spectateur contemplatif, crédule ou expert ?

Aperçu du texte

Au printemps 1439, lors du concile réuni par le pape Eugène IV en vue de l’union des Églises chrétiennes d’Orient et d’Occident, l’évêque russe Abraham de Souzdal assiste, à Florence, avec la délégation conduite par le Métropolite Isidore de Kiev, à deux spectacles religieux joués dans des églises de la ville, La Rappresentazione dell’Annunciazione et La Rappresentazione dell’Ascensione. De cette expérience nous sont parvenus deux récits dont la publication, au XIXe siècle, a fait date dans l’histoire de la sacra rappresentazione florentine en éclairant les aspects politiques, dramaturgiques et scéniques qui la distinguent d’autres spectacles religieux comparables comme les Mystères français. On a plus rarement étudié ces récits pour ce qu’ils sont avant tout : les récits d’un spectateur confronté, en terre étrangère, à un spectacle sans équivalent dans sa propre culture, le développement d’un théâtre religieux en terre russe n’étant attesté qu’après le XVIe siècle. Une telle analys...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Decroisette, « « Je l’ai écrite comme je l’ai vue » : Abraham de Souzdal raconte la Rappresentazione florentine de l’Annonciation (1439) »Double jeu, 16 | 2019, 103-115.

Référence électronique

Françoise Decroisette, « « Je l’ai écrite comme je l’ai vue » : Abraham de Souzdal raconte la Rappresentazione florentine de l’Annonciation (1439) »Double jeu [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/2528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/doublejeu.2528

Haut de page

Auteur

Françoise Decroisette

Université Paris VIII

Professeure émérite de l’université Paris VIII, traductrice, les travaux de Françoise Decroisette portent sur l’histoire et les pratiques du théâtre et de l’opéra en Italie du XVIe au XXe siècle : voyages des textes, des acteurs et des techniques, paratextes, réception, dialectique Histoire / théâtre. Outre le Cunto de li Cunti de G. B. Basile, elle a traduit I Quattro dialoghi de L. de’ Sommi, plusieurs comédies de C. Goldoni et de C. Gozzi, et a dirigé une traduction collective des Memorie inutili de cet auteur.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search