Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Altérations physiquesContagion physique et morale : L’...

Altérations physiques

Contagion physique et morale : L’Épidémie d’Octave Mirbeau

Maëly Lequertier
p. 15-28

Résumés

Avec sa pièce de théâtre L’Épidémie, inspirée d’événements qu’il a lui-même rapportés en tant que journaliste, Octave Mirbeau pose la question de la charge politique d’une vague épidémique sur les différentes classes sociales. Dans une ville de province française se déroule librement le drame d’une épidémie de fièvre typhoïde qui ne touche dans un premier temps que les pauvres et les militaires. Face à cela, le pouvoir ne bouge pas. Mais lorsqu’un bourgeois meurt de cette même maladie, le conseil municipal agit enfin. À travers ces personnages grotesques, l’auteur interroge l’exercice de la démocratie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Hana Voisine-Jechova, « La peste comme interrogation existentielle. Parallèles et anti-parallè (...)
  • 2 Ibid., p. 272.

1La question de la contagion est souvent traitée dans la littérature comme un sujet politique, soit de façon métaphorique comme dans la fable « Les animaux malades de la peste », soit plus directement, parce que les épidémies, de par leur ampleur, ont des conséquences sur l’ensemble d’une société donnée. Nous pouvons trouver deux exemples faisant le lien entre ces idées dans La Peste d’Albert Camus (1947) et Le Nain de Pär Lagerkvist (1944), qui utilisent la métaphore d’une épidémie de peste pour parler de la montée du fascisme avant la Seconde guerre mondiale1. Ainsi, ces deux romans organisent leur récit entre « contagion des vices » et « responsabilité individuelle »2 face au mal contre lequel il s’agit de se défendre. Dans le même ordre d’idées, la maladie est un topique d’écriture qui permet de révéler les caractères des hommes et les oblige à agir selon leurs valeurs, dont on peut mesurer les effets soit négatifs, soit positifs pour autrui. Enfin la contagion peut être une métaphore de la politique puisque les décisions prises au nom de la santé publique finissent par toucher l’ensemble du corps social, y compris ceux qui en sont responsables. Une décision politique, une loi, la mise en œuvre de mesures sanitaires, peuvent donc être vues comme un virus qui se propage car elles finissent par affecter tous les citoyens en ayant des conséquences sur leur vie quotidienne. C’est pourquoi, symboliquement, dans le cadre d’une politique corrompue, les décisions peuvent devenir des maladies qui sont transmises aux autres classes sociales.

  • 3 Cécile Ferriot, Brice Leclère, Cyrille Colin et Leïla Moret, « Contours et organisations des activi (...)

2Notre objet d’étude, L’Épidémie d’Octave Mirbeau, pièce créée en 1898, s’empare de ce topique à la fois comme objet d’épouvante et comme enjeu politique. L’action représente les débats d’un conseil municipal et ses décisions prises face à une épidémie de fièvre typhoïde qui se déclare dans la garnison militaire d’une ville portuaire. Dans un premier temps, la pandémie ne touchant que les pauvres et les militaires de grade inférieur, les conseillers municipaux redoublent d’excuses pour ne pas agir. Cependant, lorsqu’un bourgeois décède à cause de la maladie, les membres du conseil municipal vont chercher à se protéger eux-mêmes le plus vite possible. Cet article se propose donc de traiter de la vision qu’a Octave Mirbeau de l’inégalité sociale face à la maladie, mais aussi de la contagion comme métaphore de la corruption politique. Nous verrons comment la dramaturgie de L’Épidémie de Mirbeau met à jour les ravages à la fois symboliques et réels de la contamination du corps social amené à se désagréger dans l’opposition entre les riches et les pauvres. Nous nous intéresserons aux protagonistes représentant l’État, maître des décisions de santé publique, laquelle peut être définie comme « l’ensemble des efforts par des institutions publiques dans une société pour améliorer, promouvoir, protéger et restaurer la santé de la population grâce à une action collective »3.

Crises sanitaires d’un siècle à l’autre

  • 4 Voir Gilles Barouch, Frédéric Ponsignon, « La pandémie du Covid-19 : Analyse de la crise et choix d (...)

3De toute évidence, la question des réponses face aux crises causées par des épidémies se posait déjà à l’époque de Mirbeau comme elle se pose encore aujourd’hui. On pense notamment à la crise du Covid-19 que la France a traversée entre 2020 et 2022, et dont on peut selon nous tirer un certain nombre d’enseignements définissant de manière rétrospective le cadre d’étude de L’Épidémie. Les spécialistes de la santé publique analysent la pandémie qui a frappé la planète sous l’angle d’une crise systémique qui trouve son origine dans la défaillance des autorités tardant à prendre des mesures sanitaires. Or ces dernières, à l’instar du confinement, ne résolvent pas immédiatement la crise mais tendent au contraire à la diffuser aux secteurs économique et social4. Ce dernier point nous paraît essentiel pour développer notre analyse car il repose sur un diagnostic nous permettant d’établir les circonstances d’une contagion du corps social. Nous les examinerons en nous concentrant sur la réponse des autorités face à une crise épidémique. En effet, Mirbeau met en garde son public contre des responsables politiques qui ne répondraient pas correctement à la survenue de la crise sanitaire. Il nous décrit des personnages malveillants et grotesques. Mais leur ridicule pousse au rire, porte d’entrée à la réflexion dans une pièce cherchant à faire réfléchir ses spectateurs sur les injustices qu’elle dépeint.

  • 5 Voir Pierre Michel, « Rubén Darío, Tailhade et L’Épidémie », Cahiers Octave Mirbeau, no 12, 2005, p (...)

4Mirbeau eut l’idée de L’Épidémie après avoir fait un reportage pour Le Figaro du 12 juin 1888, sur un événement similaire à celui présenté dans sa pièce et qui s’était produit à Lorient5. Il le décrit dans les termes suivants :

  • 6 Octave Mirbeau, « Au pays de la fièvre », Le Figaro, 34e année, 3e série, no 164, 12 juin 1888, p.  (...)

Tant que l’épidémie se contentait de décimer les casernes et les taudis des misérables, c’était bien, et il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Tout l’effort de résistance tenait en votes illusoires, en projets fabuleux aussi vite abandonnés que conçus. Il est probable que les choses auraient marché de la sorte jusqu’à complète consommation de tous les régiments d’artillerie de marine, si l’épidémie, cette année, n’était sortie de ses ordinaires attributions, si elle ne s’était attaquée à des bourgeois de marque. […]
Grâce à eux, Lorient va être assaini. […] on fera plus qu’on ne promet, car il ne s’agit plus de protéger de pauvres soldats et des misérables, il s’agit de protéger les autres6.

  • 7 « Courrier du Parlement », Journal des débats politiques et littéraires, 11 février 1897, p. 2.
  • 8 Voir Charles Louis Alphonse Laveran, Rapport général à M. le président du Conseil, ministre de l’In (...)
  • 9 Voir Patrick Zylberman, « Crises sanitaires, crises politiques », Les tribunes de la santé, no 34, (...)

Mirbeau, dont le père était officier de santé, pose la question politique de l’accès au soin et à l’hygiène, dans une société qui, on peut le voir, tarde à la résoudre. En France, depuis 1830, l’Académie de médecine de Paris tente de faire le point sur l’évolution des épidémies chaque année et transmet régulièrement un rapport au gouvernement. Il faut cependant attendre le 9 février 1897 pour que soit votée une loi sur l’obligation des communes à suivre les prescriptions des conseils départementaux d’hygiène7. Malgré tout, à la fin du XIXe siècle, de nombreuses villes sont encore touchées par des vagues de maladies mortelles et contagieuses. Par exemple, un an après la création de la pièce de Mirbeau, 83 % des villes font état de l’apparition d’épidémie de fièvre typhoïde, avec un total de 4 329 cas et 802 décès8. On peut cependant noter que ces chiffres sont en dessous de la réalité selon le rapporteur de l’Académie de médecine de Paris puisqu’il n’a pas les données de 19 des 86 départements du territoire et que les 67 rapports en sa possession sont très incomplets. Le premier ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale ne sera créé qu’en 1920 et le premier code de la santé publique ne paraîtra qu’en 1953. Avant 1920, le ministère de l’Intérieur comportait un bureau pour la direction de l’Assistance et de l’Hygiène publique9. En 1899, l’Académie de médecine de Paris demande aux villes de prendre des mesures d’hygiène plus strictes, en particulier pour la protection de l’eau potable. Elle plaide également pour une plus grande communication entre l’État et les régions en ce qui concerne les problématiques de santé. Car si des lois ont déjà été votées en ce sens, elles ne sont pas appliquées et l’État n’exerce pas la surveillance nécessaire pour leur mise en œuvre. Tout ceci nous permet de comprendre l’état problématique de la santé publique en France au tournant des XIXe et XXe siècles.

  • 10 Octave Mirbeau, L’Épidémie, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1898, p. 2.

5La pièce de Mirbeau L’Épidémie s’ouvre sur une présentation des forces politiques en présence puis le maire introduit pour ainsi dire l’intrigue : une épidémie touche la ville et c’est au conseil municipal de réagir à cette menace. Les didascalies permettent de situer très clairement l’action dans la France de la Troisième République : « La salle de délibérations du Conseil municipal, dans une grande ville maritime. Sur les murs, couverts de boiseries sévères, les portraits de tous les Présidents de la République, depuis Adolphe Thiers jusqu’à Félix Faure »10. La pièce est jouée pour la première fois le 29 avril 1898 dans un contexte d’instabilité politique alors que l’affaire Dreyfus domine l’actualité. La lettre d’Émile Zola, « J’accuse… ! », est en effet publiée le 13 janvier 1898 ; elle rend publiques de nombreuses accusations de corruption dans diverses strates de l’État français et amène à une crise de légitimité de l’armée. L’Épidémie semble s’insérer dans un corpus d’œuvres publiées pendant cette période qui critiquent l’ordre établi et cherchent à faire réfléchir leur public, par le rire, sur la corruption présente. Le fait que les présidents et figures tutélaires de la République veillent symboliquement sur l’assemblée, comme l’indique la didascalie initiale, montre que l’auteur les implique également dans la dimension politique de l’intrigue. Ils sont en effet les témoins silencieux des agissements du conseil, restant passifs, ou plutôt, ce qui est pire, acquiesçant silencieusement aux agissements des hommes politiques locaux.

Scènes ordinaires d’un conseil municipal

  • 11 Ibid., p. 4.
  • 12 Ibid.

6La scène d’exposition fait un portrait peu flatteur du conseil municipal. Il est composé d’hommes paresseux, couards, orgueilleux, cupides et criminels. En outre, ces derniers haïssent les pauvres et les militaires subalternes qu’ils considèrent comme inférieurs. Politiquement, ils pourraient être rapprochés des républicains modérés ayant pour chef de file l’antidreyfusard et président du Conseil Jules Méline (1838-1925), lequel fait partie de la frange la plus conservatrice de la politique en dehors des monarchistes. Le conseil municipal défend en tout cas les intérêts particuliers de ses membres qui s’avèrent manquer d’honorabilité, puisque le maire demande au secrétaire de ne pas prendre en note les prises de parole trop outrancières, modifiant ainsi le compte rendu officiel de la séance. La distribution des personnages ne fait pas distinction entre eux, à l’exception du « membre de la majorité », du « membre de l’opposition » et du « très vieux conseiller »11. Ce n’est qu’au détour des dialogues que l’on apprend que ces conseillers sont, entre autres, cafetier ou épicier. Ainsi, les élus du conseil municipal représentent une masse sans distinction formant un personnage collectif simplement identifié à la bourgeoisie commerçante. L’indication « de nos jours, dans une ville de province »12, qui situe l’action, montre que l’auteur veut que tous les spectateurs puissent s’identifier à la réalité présentée.

  • 13 Lucile Garbagnati, « Le médecin dans L’Épidémie d’Octave Mirbeau », in Littérature et médecine, Mar (...)
  • 14 Ibid., p. 247.
  • 15 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 6.

7Parmi les personnages présents sur scène, le seul à être explicitement nommé est le docteur Triceps. Il ne fait pas partie du conseil mais, en tant qu’expert de santé publique, il est écouté avec attention lors de chacune de ses interventions. Le patronyme du docteur renvoie à l’anatomie, comme l’a signalé Lucile Garbagnati dans un article consacré à la pièce13. Ce rapprochement anatomique l’associe plus à la force physique qu’à l’intelligence. Cette hypothèse se justifie par le rôle de ce médecin auprès du conseil, car ce sont ses interventions tout au long de la séance du conseil municipal qui ont une forte influence sur les décisions prises. Lucile Garbagnati souligne par ailleurs la signification mythologique du patronyme : Triceps est un des surnoms du dieu romain Mercure auquel sont associées trois fonctions de « dieu de l’éloquence, du commerce et des voleurs, et messager de l’amour »14. Ainsi, ce personnage se met donc entièrement au service des conseillers municipaux qui cherchent à préserver leurs intérêts commerciaux. Enfin, dès son arrivée, le médecin ne semble pas s’illustrer par sa moralité. D’après ses déclarations pleines de sous-entendus, ce dernier entretient une relation adultère avec sa cuisinière dont il est « en train de recueillir la sensibilité »15 en digne représentant du Mercure porteur de messages galants.

  • 16 Ibid., p. 8.
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., p. 9.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 10.
  • 22 Henri de Parville, « Revue des sciences », Journal des débats politiques et littéraires, 12 juin 18 (...)

8Le premier trait de caractère attribué au conseil est la paresse, mise en scène avec le retard de près de deux heures de plusieurs conseillers à la réunion. Leur deuxième particularité est la gloutonnerie, puisque leur estomac est plus important que les affaires publiques ; ils craignent par-dessus tout d’arriver en retard au repas de midi. Enfin, le troisième vice affectant les conseillers est explicitement attribué à un dénommé Isidore-Théophraste Barbaroux. Ce dernier est absent au conseil car il est emprisonné pour avoir vendu de la viande avariée aux militaires et aux populations les plus pauvres. Le maire tait le crime véritable de ce récidiviste en réduisant à un simple litige « purement commercial »16 une affaire de santé publique. L’édile en appelle à la réserve du conseil puisqu’il faut attendre la décision de la justice avant de se prononcer sur le cas de l’élu. Enfin, il précise que s’il y a crime, cette action est isolée et qu’elle « ne saurait engager la collectivité »17, ce qui décharge la municipalité de toute responsabilité en matière de surveillance sanitaire. Le docteur Triceps surenchérit. Il explique en effet que les viandes avariées n’existent pas et qu’Isidore-Théophraste Barbaroux est victime d’une machination ourdie par ses opposants. Il commence son discours par un argument d’autorité, en se réclamant de sa « qualité de médecin et savant »18. Fort de son savoir, il explique donc que les viandes avariées ne sont pas dangereuses. Il en a consommé lui-même, dit-il, et n’en est pas mort ; elles seraient mêmes bénéfiques pour la santé en ayant des « propriétés stomachiques de premier ordre »19. Ce seraient les idées politiques de Barbaroux qui seraient réellement visées dans un « procès de tendance »20. Le maire acquiesce à cet exposé, puisque la science permet d’aider la politique. Cet argumentaire est consigné dans le compte rendu des délibérations. Cependant, le docteur Triceps ajoute un nouvel argument qui révèle son vrai visage au public. À ses yeux, puisque les viandes inférieures et corrompues ont été vendues à des soldats et à des pauvres, cette affaire n’est pas importante. Il scinde en effet la population entre les « clients civils »21 et la classe populaire, composée des pauvres et des militaires du rang. Il défend donc les intérêts particuliers des membres du conseil municipal qui raisonnent avant tout en commerçants. Cet épisode renvoie à une réalité bien concrète de l’époque puisque Henry de Parville, un journaliste du Journal des débats politiques et littéraires, déplore dans son article du 12 juin 1895 qu’il y a encore trop d’empoisonnements dus à la vente par les bouchers de viandes corrompues22. Pourtant, la question est rarement évoquée à la Chambre des députés, puisque peu de rapports en font mention alors que la vente de la viande avariée est interdite depuis 1881.

La maladie des pauvres et des militaires

9Après une longue tirade de précautions oratoires vides de sens, le maire ouvre la séance. Les propos creux montrent la lâcheté du personnage, nouvelle caractéristique à ajouter au portrait du conseil. Le sujet de la réunion est enfin annoncé : une épidémie de fièvre typhoïde s’abat sur la ville. Comme le rappelle Patrick Zylberman, professeur titulaire de la chaire d’histoire de la santé à l’École des hautes études en santé publique dans son article « Crises sanitaires, crises politiques », une épidémie s’accompagne toujours d’une crise politique :

  • 23 Patrick Zylberman, « Crises sanitaires, crises politiques », p. 49.

La maîtrise de l’État sur les crises sanitaires dépend de sa propre capacité à créer, développer et gérer des organisations complexes et spécialisées (système de soins et système de santé, agences, comités d’experts), de sa capacité à assurer la permanence de leur fonctionnement et la mobilisation de leurs ressources, enfin de son pouvoir de contrôle sur l’usage de la contrainte dans la réponse à la crise23.

  • 24 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 11.
  • 25 Ibid., p. 16.
  • 26 Ibid., p. 21.

Toute crise sanitaire appelle donc à une réaction des responsables en matière de santé publique qui aura forcément des conséquences politiques à toutes les échelles de décision. Ici, le maire a convoqué les conseillers pour discuter de l’épidémie dans cette réunion « extraordinaire et secrète » qu’il qualifie également de « grave […], importante et urgente »24 puisqu’il faudra prendre rapidement des mesures sanitaires. Pour autant, les membres du conseil n’ont pas encore mesuré l’envergure du problème. Lorsqu’ils apprennent en effet que l’épidémie est circonscrite à l’arsenal militaire, les élus municipaux se dédouanent en déclarant que ses résidents ne sont pas juridiquement de leur ressort : « l’arsenal n’est pas la ville… la caserne n’est pas la ville… […] Nous n’y pouvons rien… Cela ne nous regarde pas »25. Cependant, les conseillers sont amenés à prendre en compte les intérêts de la municipalité comme le rappelle le maire : le départ des militaires vers une autre ville « serait une véritable catastrophe pour notre population ». Il avance également l’argument suivant : « Plus de commerce, Messieurs… plus de musique, le dimanche ! »26. En bons commerçants, les membres du conseil reconnaissent finalement qu’une garnison est un facteur de prospérité pour la ville, même s’ils ne sont pas prêts à engager des fonds pour la santé des militaires.

  • 27 Ibid., p. 17.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

10Par chance, les effets de cette épidémie sont encore limités comme l’explique le maire : « Le mal s’arrête aux adjudants… Il ne s’attaque qu’aux simples soldats et aux sous-officiers, comme toujours ! »27. Les propos tenus laissent donc sous-entendre que la mort de ces militaires est naturelle et acceptable. Le public peut en revanche s’émouvoir des chiffres présentés : 28 soldats décédés et 135 malades décomptés en deux jours. Selon le docteur Triceps « l’esprit de ces sortes d’épidémies [est] un esprit hiérarchique »28, la fièvre typhoïde ne s’attaquera pas aux classes supérieures, seulement aux classes populaires, réputées sales et vivant sans hygiène. Il explique au conseil municipal que l’épidémie ne pourrait se transmettre des casernes à la ville que « contrairement aux avis de la science »29. C’est bien un mal de classe qui est ici à l’œuvre, puisque les militaires du rang font partie du peuple tandis que les officiers sont d’honorables membres de la bourgeoisie de la ville.

  • 30 Ibid., p. 18.
  • 31 Ibid., p. 19.
  • 32 Ibid., p. 19-20.
  • 33 Ibid.

11Le maire annonce que le préfet maritime exige en effet des travaux dans les casernes pour éviter ces épidémies. Il s’agit du premier personnage qui a une autorité sur les conditions de vie des militaires et qui semble vouloir les améliorer. Mais selon les conseillers, dépenser de l’argent pour reconstruire les casernes serait « [d]u gaspillage » car l’argent demandé par le préfet maritime doit être alloué à d’autres usages : « Il faut reconstruire le théâtre. […] Décorer l’hôtel de ville… Car enfin est-ce un hôtel de ville ?… À quoi ressemblons-nous dans cette baraque ? »30. L’argent mériterait effectivement d’être affecté à des dépenses dans un souci de distinction face aux pauvres, puisque les baraques sont les habitations des classes les moins fortunées de la ville. Un rappel de la Révolution française apparaît dans deux répliques particulières : « Si les soldats n’ont pas d’eau… qu’ils boivent de la bière ! ». Puis, un conseiller s’exclame « [s]i les casernes sont malsaines… eh bien, qu’ils campent ! »31. Pareil propos n’est pas sans rappeler la fameuse phrase attribuée dans l’imaginaire collectif à Marie-Antoinette au sujet de la brioche et du pain. On a donc une nouvelle fois une illustration du caractère réactionnaire de ce conseil municipal. Par ailleurs, un de ses membres soutient l’idée que les décès causés par la fièvre typhoïde relèvent du fonctionnement normal de l’armée française : « Et puis, c’est malheureux, soit !… Plaignons-les, je le veux bien… mais ces soldats sont faits pour mourir ! […] C’est leur métier de mourir !… […] Leur devoir de mourir !… […] Leur honneur de mourir ! ». Les épidémies sont en effet aux yeux des conseillers « des écoles, de nécessaires et admirables écoles d’héroïsme »32. Dans un discours hyperbolique, qui est l’occasion pour Mirbeau de critiquer le patriotisme et le militarisme auquel il est opposé en raison de ses positions anarchistes, les membres du conseil se posent également les questions suivantes de façon toute rhétorique : « où donc les soldats apprendraient-ils aujourd’hui le mépris de la mort… et le sacrifice de leur personne à la patrie ? […] Où donc cultiveraient-ils cette vertu si française : le courage ? »33.

  • 34 Ibid., p. 20.
  • 35 Ibid., p. 25.
  • 36 Bruno Bertherat, « L’élection à la chaire de médecine légale à Paris en 1879. Acteurs, réseaux et e (...)
  • 37 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 21.
  • 38 Ibid., p. 22.
  • 39 Voir Michel Blay, Dieu, la nature et l’homme. L’originalité de l’Occident, Paris, Armand Colin, 201 (...)
  • 40 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 34.
  • 41 Ibid., p. 40.

12La maladie est donc considérée comme une épreuve d’héroïsme par le conseil qui, en envoyant les soldats sur le front de l’épidémie, peut justifier son attentisme en s’abritant derrière la défense des valeurs militaires : « Ce qu’on nous demande, c’est de consacrer une lâcheté ! […] De déconsidérer l’armée ! […] De diminuer l’honneur national… de tuer le patriotisme ! »34. Le docteur Triceps intervient dans la discussion, en alignant une série de termes médicaux qui peuvent sembler barbares aux oreilles des spectateurs, quand il évoque « quelques problématiques microbes » en raison desquels on sacrifierait la grandeur de l’armée au nom de l’« antisepsie » et l’« hygiène »35. Pour autant, selon lui, la science n’est pas une base solide sur laquelle le conseil municipal et lui-même peuvent se reposer pour agir. Il cite pour le railler le nom du docteur Paul Brouardel (1837-1906), savant considéré à cette époque comme le ministre officieux de la Santé. À la fin du XIXe siècle, ce dernier, selon l’historien Bruno Bertherat, « joue un rôle considérable en matière d’hygiène publique […]. Il contribue à diffuser les théories pasteuriennes et à faire de Pasteur une idole républicaine »36. Par ailleurs, non content de se livrer à une œuvre de vulgarisation scientifique, Brouardel est également impliqué dans le travail législatif en défendant comme commissaire du gouvernement les projets de loi médicaux devant les assemblées. Ce rappel de l’actualité entre en tension avec l’obscurantisme du docteur Triceps qui pense que les travaux de son éminent confrère ne sont pas sérieux et les attaque avec les arguments d’un discours antiscientifique. Ce sinistre personnage va même jusqu’à invoquer la force des Anciens, « nos pères »37, lesquels survivaient aux épidémies sans le recours à la science. Enfin, il explique qu’il faut laisser « cette épidémie suivre son cours naturel… son évolution nécessaire. Il ne faut jamais violenter la nature […] elle sait ce qu’elle fait ! »38. Ici, la nature semble représenter quelque chose de plus haut comme le destin, ou Dieu. La mise en relation de ces termes n’est pas nouvelle au XIXe siècle : Dieu et la nature sont en effet souvent associés de différentes manières selon l’évolution de la pensée à travers les siècles, dans les sciences ou dans l’art religieux39. On peut alors émettre deux hypothèses : soit le destin, c’est-à-dire Dieu, écrase la vie des militaires qui doivent mourir de la fièvre typhoïde, soit le conseil municipal se substitue à Dieu en décidant du destin de ces hommes. L’obscurantisme des propos du docteur Triceps est également illustré par son utilisation de l’expression « Sursum corda ! »40 (en latin « élevons nos cœurs »), laquelle ouvre la messe dans la liturgie catholique. Quand le conseil municipal en viendra à discuter des travaux d’assainissement, le médecin affirmera par ailleurs que ses membres trouveront l’argent « dans [leur] foi »41. Toutes ces références à l’Église font écho à l’anticléricalisme notoire de Mirbeau.

  • 42 Ibid., p. 22.
  • 43 Ibid., p. 23.
  • 44 Ibid., p. 24.
  • 45 Ibid., p. 25.

13Le docteur Triceps ayant donné son avis, le maire reprend la parole et s’en prend au seul personnage public qui défendait les militaires, le préfet maritime. Il lui reproche d’agir en ne tenant compte que de l’opinion publique et du gouvernement. Selon le maire, seul « M. Lockroy »42 fait peur au préfet maritime. Il s’agit en fait d’Édouard Lockroy (1838-1913) qui, au moment de la création de la pièce de Mirbeau, est alors ministre de la Marine. Au regard de ces considérations politiques, les membres du conseil sont prêts à voter des décisions s’ils n’ont pas à les appliquer. Il s’agit en effet de mener une politique de façade conciliant les intérêts du préfet maritime avec ceux de la municipalité, tout en gardant pour l’un comme pour l’autre la faveur de l’opinion publique. Néanmoins, avant de passer au vote, les conseillers demandent au maire s’il a « un engagement écrit » ou la « parole d’honneur »43 du préfet maritime qui prouveraient que ce dernier est de leur côté. Ce dernier épisode apporte une nouvelle preuve de la corruption du conseil municipal. Au terme de la discussion, ce dernier décide finalement de ne s’engager dans aucun vote permettant de résoudre le problème des casernes insalubres que les élus considèrent en effet comme de « vieilles institutions françaises »44, lesquelles ont toujours existé et existeront toujours. Les membres du conseil se déchargent en fait du problème d’insalubrité sur l’État. Le dernier argument qui clôt ce débat est amené par le docteur Triceps. Il exalte à nouveau les vertus militaires et les valeurs patriotiques en faisant le parallèle entre les épidémies et l’honneur de la France. Selon lui, il ne faut pas toucher « à ce qui fait la force de notre belle armée… à ce qui est son honneur : l’intrépidité devant la mort ! ». Ces propos sont suivis par un « tumulte de joie »45 où les conseillers fêtent leur décision de ne rien faire.

La contamination des bourgeois

  • 46 Ibid., p. 28.
  • 47 Ibid.
  • 48 Lucile Garbagnati, « Le médecin dans L’Épidémie d’Octave Mirbeau », p. 256.
  • 49 Voir Georges Vigarello, Les Métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité. Du Moyen Âge au XXe siècl (...)
  • 50 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 30-31.
  • 51 Ibid., p. 30.
  • 52 Ibid., p. 31.

14Un huissier, livide, arrive pour donner un pli cacheté au maire. Les protagonistes mettront plusieurs minutes à prendre connaissance de son contenu, tant leur angoisse est grande et leur lâcheté évidente face à une mauvaise nouvelle qui devrait les pousser à agir. Le maire finit par lire la missive et annonce la mort d’un bourgeois foudroyé par l’épidémie dont l’identité n’est pas précisée : « Nous ignorons son nom… qu’importe ? Nous connaissons son âme ! »46. Les réactions des conseillers sont alors très vives, à l’inverse de celles qu’ils avaient eues face à la mort des pauvres et des militaires. C’est alors que le docteur Triceps commence à évoquer l’emploi nécessaire de mesures d’hygiène draconiennes pour protéger l’assemblée de la maladie. Là où la science ne pouvait sauver les militaires, elle peut sauver chacun de ses membres, à condition de se rallier au mot d’ordre suivant : « Désinfectons, Messieurs, désinfectons ! »47. Le bourgeois inconnu est alors porté en héros par tous les conseillers municipaux. Il devient un personnage collectif, représentant de la classe bourgeoise dénoncée par l’auteur. Les conseillers décident en effet de l’appeler Joseph, comme le père du Christ. Lucile Garbagnati voit en lui un parent du célèbre Joseph Prudhomme, dont l’inventeur Henry Bonaventure Monnier (1799-1877) a fait le héros de plusieurs ouvrages satiriques48. On rappellera également que Honoré Daumier a portraituré ce personnage type du bourgeois bête et satisfait de lui. Ainsi le texte de la pièce reprend tous les stéréotypes caractérisant l’adiposité de la classe possédante tels que les a décrits Georges Vigarello49. Le maire fait en effet le portrait d’un homme « courtaud et rondelet [avec] un petit ventre, bien tendu sous le gilet [dont le] menton s’étageait, congrûment, en un triple bourrelet de graisse jaune »50. L’annonce de la mort de cet avatar de Prudhomme est l’occasion de faire l’éloge paradoxal des vertus du capitalisme libéral honni par Mirbeau et les spectateurs de son théâtre : « Joseph aura été, parmi nous, le constant, le vivant symbole de l’Épargne » et « l’Épargne est la mère de toutes les vertus et la sauvegarde de tous les gouvernements dignes de ce nom ! »51. L’annonce du décès de Joseph a une valeur toute symbolique puisqu’il est réduit à un mécanisme d’accumulation capitaliste dans les propos mêmes du membre de la majorité qui voit en lui « quelque chose de mort qui marche, parle, gesticule, digère et pense selon des mécanismes soigneusement huilés par les lois […] qu’on appelle un petit rentier »52.

  • 53 Voir Florence Bourillon, « Dé-nommer et re-nommer la rue ou comment accompagner la transformation d (...)
  • 54 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 37.
  • 55 Ibid., p. 34.

15Une fois tous les honneurs rendus à la figure du bourgeois inconnu, le conseil municipal sort de son immobilisme et décide de voter des décisions. On va donc célébrer en grande pompe les obsèques de Joseph, lui élever une statue et donner son nom à une rue de la ville, soit autant de marques de respect républicain, lesquelles sont, au XIXe siècle, habituellement réservées aux militaires, savants, peintres ou hommes de lettres53. Pris d’une frénésie de décisions, le conseil finit par adopter toute une série de mesures conseillées par les avancées scientifiques pour combattre l’épidémie et dont le docteur Triceps se fait alors l’apôtre en évoquant pêle-mêle « entrepôts d’acide phénique », « laboratoires de chimie an-ti-sep-tique » ou « conseils d’hygiène »54. Toutes ces mesures seront, entre autres, financées par des taxes au détriment des populations pauvres. Isidore-Théophraste Barbaroux, le conseiller véreux que le conseil avait initialement innocenté, devient le seul responsable de l’épidémie, puisqu’il a vendu les viandes avariées reconnues désormais comme à l’origine de la contagion. Enfin le conseil se déclare prêt à engager des sommes considérables pour combattre l’épidémie car la peur a pris le dessus sur l’avarice de ses membres. Quant au docteur Triceps, il s’efforce de faire oublier ses propos initiaux en adoptant un ton belliqueux pour se donner du courage : « Guerre à la mort ! Vive la science ! »55.

 

  • 56 Gilles Barouch, Frédéric Ponsignon, « La pandémie du Covid-19… », p. 181.

16Comme nous avons pu le voir à l’occasion de la crise du Covid-19, « les crises systémiques demandent des réponses systémiques »56 qui ont des répercussions tout autant pour les citoyens que l’État lui-même. Face à la pandémie, la réponse de ce dernier était de type curative grâce aux confinements et à la vaccination de masse. Mais la pièce de Mirbeau s’inscrit dans le contexte différent d’une crise sanitaire qui appelle avant tout à une transformation de la politique publique en matière d’hygiène et de santé. Il fallait en effet alors revoir le réseau d’eau potable susceptible de transmettre le typhus, mais aussi créer tout un système de santé publique. Même si les conseillers sont poussés par la peur, face à la maladie, ceux-ci décident de transformer profondément les institutions afin de répondre aux problématiques de santé qu’elle pose. Cependant, dans le cadre de L’Épidémie, les mesures sont prises au détriment des populations pauvres qui ne seront pas relogées dans des quartiers sains. Mirbeau s’adresse en tout cas à un public populaire à qui l’on montre des personnages tournés en ridicule car ils donnent une bien piètre image du fonctionnement d’un conseil municipal. En effet, les conseillers municipaux ne protègent que leur propre classe sociale, la bourgeoisie. Le dramaturge met donc à jour la duplicité de la société dans laquelle vit le public populaire de ses pièces confronté au mensonge permanent de la plupart des élus puisque la démocratie apparaît comme un régime qui ne protège que les possédants. Les conseillers représentent en fin de compte une aristocratie de la rente, appuyée par un médecin véreux qui fait écho à l’Église en épaulant un pouvoir décisionnaire tout puissant, ne poursuivant que ses propres intérêts. Au regard du contexte d’écriture de la pièce qu’est l’affaire Dreyfus, là où le débat était brûlant entre les défenseurs de la vérité d’un officier juif et ceux de la vérité de l’État, nous pouvons voir les effets contagieux de la corruption qui désagrège le corps social et attaque l’unité de la nation. La question de la propagation des maladies contagieuses dans L’Épidémie est aussi bien physique que morale, puisque l’inaction du conseil municipal est amenée à se répéter tant que celui-ci n’est pas directement menacé. Le mal peut donc toujours revenir, même s’il prend la forme d’autres agents pathogènes. Et pour conjurer la peur d’une nouvelle épidémie, Mirbeau choisit le rire comme antidote en faisant aussi de sa pièce une satire politique.

Haut de page

Notes

1 Voir Hana Voisine-Jechova, « La peste comme interrogation existentielle. Parallèles et anti-parallèles entre Lagerkvist et Camus », Revue de littérature comparée, no 298, 2001, p. 263-274, DOI : https://doi.org/10.3917/rlc.298.0263.

2 Ibid., p. 272.

3 Cécile Ferriot, Brice Leclère, Cyrille Colin et Leïla Moret, « Contours et organisations des activités de santé publique au sein des centres hospitaliers universitaires français », Santé publique, vol. 32, no 5-6, 2020, p. 480, DOI : https://doi.org/10.3917/spub.205.0479.

4 Voir Gilles Barouch, Frédéric Ponsignon, « La pandémie du Covid-19 : Analyse de la crise et choix de politiques publiques favorisant la sortie de cette crise systémique », Gestion et management public, vol. 9, no 4, 2021, p. 179-184, DOI : https://doi.org/10.3917/gmp.094.0179.

5 Voir Pierre Michel, « Rubén Darío, Tailhade et L’Épidémie », Cahiers Octave Mirbeau, no 12, 2005, p. 291-300.

6 Octave Mirbeau, « Au pays de la fièvre », Le Figaro, 34e année, 3e série, no 164, 12 juin 1888, p. 1.

7 « Courrier du Parlement », Journal des débats politiques et littéraires, 11 février 1897, p. 2.

8 Voir Charles Louis Alphonse Laveran, Rapport général à M. le président du Conseil, ministre de l’Intérieur, sur les épidémies qui ont sévi en France en 1899, Paris, Masson et cie, 1901, p. 80.

9 Voir Patrick Zylberman, « Crises sanitaires, crises politiques », Les tribunes de la santé, no 34, 2012, p. 35-50, DOI : https://doi.org/10.3917/seve.034.0035.

10 Octave Mirbeau, L’Épidémie, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1898, p. 2.

11 Ibid., p. 4.

12 Ibid.

13 Lucile Garbagnati, « Le médecin dans L’Épidémie d’Octave Mirbeau », in Littérature et médecine, Marie Miguet-Ollagnier et Philippe Baron (dir.), Besançon, Presses universitaires de Franc-Comtoises, 2000, p. 241-257.

14 Ibid., p. 247.

15 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 6.

16 Ibid., p. 8.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 9.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 10.

22 Henri de Parville, « Revue des sciences », Journal des débats politiques et littéraires, 12 juin 1895, p. 1-2.

23 Patrick Zylberman, « Crises sanitaires, crises politiques », p. 49.

24 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 11.

25 Ibid., p. 16.

26 Ibid., p. 21.

27 Ibid., p. 17.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 18.

31 Ibid., p. 19.

32 Ibid., p. 19-20.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 20.

35 Ibid., p. 25.

36 Bruno Bertherat, « L’élection à la chaire de médecine légale à Paris en 1879. Acteurs, réseaux et enjeux dans le monde universitaire », Revue historique, no 644, 2007, p. 854, DOI : https://doi.org/10.3917/rhis.074.0823.

37 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 21.

38 Ibid., p. 22.

39 Voir Michel Blay, Dieu, la nature et l’homme. L’originalité de l’Occident, Paris, Armand Colin, 2013.

40 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 34.

41 Ibid., p. 40.

42 Ibid., p. 22.

43 Ibid., p. 23.

44 Ibid., p. 24.

45 Ibid., p. 25.

46 Ibid., p. 28.

47 Ibid.

48 Lucile Garbagnati, « Le médecin dans L’Épidémie d’Octave Mirbeau », p. 256.

49 Voir Georges Vigarello, Les Métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité. Du Moyen Âge au XXe siècle, Paris, Seuil, 2010, p. 180 sq.

50 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 30-31.

51 Ibid., p. 30.

52 Ibid., p. 31.

53 Voir Florence Bourillon, « Dé-nommer et re-nommer la rue ou comment accompagner la transformation de Paris à la fin du XIXe siècle », Romantisme, no 171, 2016, p. 29-39, DOI : https://doi.org/10.3917/rom.171.0029.

54 Octave Mirbeau, L’Épidémie, p. 37.

55 Ibid., p. 34.

56 Gilles Barouch, Frédéric Ponsignon, « La pandémie du Covid-19… », p. 181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maëly Lequertier, « Contagion physique et morale : L’Épidémie d’Octave Mirbeau »Double jeu, 20 | 2023, 15-28.

Référence électronique

Maëly Lequertier, « Contagion physique et morale : L’Épidémie d’Octave Mirbeau »Double jeu [En ligne], 20 | 2023, mis en ligne le 16 novembre 2023, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/3093 ; DOI : https://doi.org/10.4000/doublejeu.3093

Haut de page

Auteur

Maëly Lequertier

Université de Caen Normandie

Maëly Lequertier est chargée de cours et doctorante en Études théâtrales à l’université de Caen Normandie, où elle prépare une thèse intitulée Le premier mouvement du théâtre populaire : idées et réalisations (1894-1914). Elle cherche à cerner les différents réseaux, sociaux, politiques et artistiques, qui composent cette période de l’histoire du théâtre dans le cadre des travaux qu’elle poursuit au sein du laboratoire LASLAR (Lettres, arts du spectacle, langues romanes).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search