Navigation – Plan du site

Avant-propos

Yann Calvet et Brigitte Poitrenaud-Lamesi
p. 7-9

Texte intégral

  • 1 André Vauchez, François d’Assise : entre histoire et mémoire, Paris, Fayard, 2009, p. 17.

1François d’Assise est-il actuel ? À l’évidence oui au regard de la richesse des productions contemporaines de tous ordres qui lui sont consacrées. L’entreprise de (re)lecture et de mise en image des écrits et de la geste de Saint-François, ainsi que de la personne même du prêcheur / jongleur, s’inscrit dans une tradition ancienne et toujours prégnante, à la fois textuelle et iconographique. Dans son récent ouvrage François d’Assise : entre histoire et mémoire, l’historien André Vauchez, comme tant d’autres avant lui (Chiara Frugoni, Giorgio Petrocchi, Jacques Le Goff, Jacques Dalarun), revient sur l’exceptionnel rayonnement des idées et surtout de la figure de François et remarque que la vérité d’un personnage historique « n’est pas séparable de sa transmission »1.

2Le choix du pape récemment élu, « François » premier du nom dans cette fonction, conforte l’intuition selon laquelle la question fondamentale demeure en premier lieu celle d’une actualisation de la figure de François. L’encyclique papale sur La maison commune est un exemple supplémentaire de la prégnance du point de vue franciscain notamment en matière d’urgence écologique. La récente (2014) découverte d’une Vie retrouvée de François d’Assise et l’enthousiasme qu’elle a suscité, au sein de la communauté scientifique, renforcent ce sentiment.

3Il y a trois ans, le programme FrancescoVivo a initié une série de travaux portant sur ce thème : journée d’études et cycles de séminaires (Actualité de François d’Assise : les origines – Présence dans la littérature contemporaine – Présence dans le cinéma contemporain). Les premiers travaux ont mis l’accent sur trois caractéristiques typiques d’une approche contemporaine de François : la constante fascination, le désir d’appropriation et la tentation de l’extrapolation. Ils interrogent la réalité d’une pensée actuelle et toujours agissante, l’originalité de la figure qui l’incarne ainsi que les personnalités, souvent singulières et même décalées, de ceux qui s’en emparent. Il s’agit de questionner « l’image » qui nous est parvenue de François d’Assise : tour à tour fidèle, fantaisiste, légendaire, parfois déformée, altérée, peut-être même corrompue ou dénaturée selon certains commentateurs.

4Menées dans une optique de relecture et d’actualisation, plusieurs journées d’études, s’inscrivant dans l’axe de recherche Écritures de l’image du laboratoire LASLAR de l’université de Caen, ont porté en 2015 sur les représentations cinématographiques de François et du franciscanisme dans ses principes.

5François d’Assise est sans doute le saint qui a fait l’objet du plus grand nombre de portraits cinématographiques : une vingtaine de films du début des années dix jusqu’à nos jours. De la critique d’ordre figuratif et esthétique des stéréotypes que la culture a imposés dans Les Onze Fioretti de François d’Assise (Francesco, giullare di Dio, 1950) de Roberto Rossellini aux images d’Épinal du François d’Assise de Michael Curtiz (Francis of Assisi, 1961), de l’image du révolté contestataire du François d’Assise de Liliana Cavani (Francesco di Assisi, 1966) à celle plus politique de Pier Paolo Pasolini dans Des oiseaux, petits et gros (Uccellacci e uccellini, 1966), le cinéma offre un large éventail de représentations du Saint et de l’héritage franciscain dont l’actualité s’inscrit dans un dialogue avec le présent.

6Le cinéma de Roberto Rossellini se présente ainsi, en simplifiant un peu, comme un cinéma de l’expérience intime et du dépouillement. En mettant en scène la renonciation de Francesco et de ses compagnons au monde qui se traduit par un vœu de pauvreté dans Les Onze Fioretti de François d’Assise, Rossellini donne une résonance franciscaine évidente aux principes de sa vision néoréaliste. L’esthétique cinématographique s’imprègne aussi de franciscanisme dans La Strada (1954) de Federico Fellini, dont les personnages principaux, dans leur relation à eux-mêmes, entre eux et au monde, montrent différents rapports au divin.

7Alberto Savinio, né Andrea De Chirico (1891-1952), artiste polyédrique – musicien, écrivain, peintre, critique, décorateur –, entame dès 1945 au sortir de la guerre, et probablement sur commande, un scénario sur la vie de François d’Assise qu’il achèvera en 1949. Le scénario n’est pas une hagiographie mais un regard aigu sur un homme d’exception dont le message porte sur la guerre. Hollywood s’empare aussi de l’image de saint François avec François d’Assise (Francis of Assisi, Michael Curtiz, 1961), transformant le fondateur des ordres mendiants en superstar hollywoodienne.

8Dans une perspective plus politique, Pier Paolo Pasolini convoque la religion et le sacré pour dénoncer la crise idéologique et la mutation anthropologique consécutives à l’expansion du « néocapitalisme » dans la société italienne dans L’Évangile selon saint Matthieu (Il Vangelo secondo Matteo, 1964) et dans son Projet de film sur saint Paul (1968-1974). Des oiseaux, petits et gros (Uccellacci e uccellini, 1966) tire son titre de l’épisode central du film : l’histoire de la prédication aux oiseaux de saint François reprise, sous forme parodique, par les frères Ciccillo (Totò) et Ninetto (Ninetto Davoli) dans le film. Cette fable « idéo-comique » franciscaine absorbe les préoccupations et réflexions contemporaines de Pasolini sur les plans idéologique et socio-politique (crise du marxisme notamment), aussi bien que poétique (réflexion théorique sur le « cinéma de poésie » par exemple).

9Liliana Cavani a entretenu un rapport avec le Saint d’Assise pendant presque quarante ans en réalisant trois films pour le cinéma et la télévision sur la vie de François : François d’Assise (Francesco di Assisi, 1966), Francesco (1989) avec Mickey Rourke et un autre François (Francesco) pour la RAI en 2014. Le film de 1966 empreint de thèmes sociaux, avec Lou Castel dans le rôle principal, réalisé deux ans avant Mai 68, fait de François une sorte de hippy contestataire auquel la jeunesse pouvait s’identifier.

10Enfin, un film contemporain comme Les Quatre Fois (Le Quattro Volte, 2010) de Michelangelo Frammartino, renouant avec l’esthétique du dépouillement des Onze Fioretti de Rossellini, interroge notre rapport à la Nature et au vivant dans une perspective empathique et égalitariste de type franciscain.

11Il existe souvent un fossé entre la sensibilité de la hiérarchie catholique et celle des cinéastes dont la complexité du rapport avec le spirituel et le sacré est aussi une interrogation sur le rapport au réel instauré par les images cinématographiques. Cosmique, comique, tragique, blasphématoire… À travers l’« image » de saint François et la portée médiatique de l’« imaginaire » franciscain, ce numéro de Double Jeu interroge aussi la complexité des relations du cinéma avec la croyance, la religion et le sacré.

Haut de page

Notes

1 André Vauchez, François d’Assise : entre histoire et mémoire, Paris, Fayard, 2009, p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Calvet et Brigitte Poitrenaud-Lamesi, « Avant-propos », Double jeu, 13 | 2016, 7-9.

Référence électronique

Yann Calvet et Brigitte Poitrenaud-Lamesi, « Avant-propos », Double jeu [En ligne], 13 | 2016, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/325

Haut de page

Auteurs

Yann Calvet

Université de Caen Normandie

Maître de conférences en cinéma à l’université de Caen Basse-Normandie. Il a publié un ouvrage intitulé Cinéma, imaginaire, ésotérisme : Murnau, Dreyer, Tourneur, Lewin (Paris, L’Harmattan, 2003). Fondateur et rédacteur en chef adjoint de la revue Éclipses, il a coordonné plusieurs numéros sur Francis Ford Coppola, Gus Van Sant, Michael Cimino, Hayao Miyazaki, Tim Burton, les frères Coen, David Fincher, Michael Powell, John Boorman, Wim Wenders... Il collabore aussi à des nombreuses publications (CinémAction, Contrebande, Positif...) tout en continuant ses recherches sur les rapports entre le cinéma, l’imaginaire et les mythes.

Articles du même auteur

Brigitte Poitrenaud-Lamesi

Université de Caen Normandie

Agrégée d’italien, maître de conférences à l’université de Caen Normandie où elle enseigne la littérature et la civilisation italiennes (genres fabuleux et fantastiques, XIXe-XXIe siècles, Collodi, Landolfi, Palazzeschi, Fo, Eco, Baricco). Membre du comité de direction de l’équipe LASLAR, elle codirige l’axe Écritures de l’image. Ses travaux portent sur l’actualité de l’ancien ; elle mène dans ce cadre un programme sur Francoise d’Assise, Fransceco Vivo et la thématique connexe Imaginaires & Pauvreté. Elle a publié une séries d’articles sur Francoise d’Assise dans la littérature (« Francoise d’Assise. Une pensée toujours agissante », Chroniques italiennes : web 28) et les arts contemporains italiens (Arte Povera; Land Art, Bio Arte, Trans-avant-garde), et dirigé plusieurs ouvrages (Or et Ordure : regards croisés sur le déchet, Berrne, Lang, 2013, et FranscecOra, Berne, Lang, à paraître en 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals