Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Comptes rendusTête-à-tête, no 3 ; Théâtre / Pub...

Comptes rendus

Tête-à-tête, no 3 ; Théâtre / Public, no 207, Stéphanie Loncle (dir.) ; Cabarets de curiosités, no 3

Éric Vautrin
p. 166-168
Référence(s) :

Tête-à-tête, no 3, 2012, Images du pouvoir.

Théâtre / Public, no 207, 2013, Théâtre et néo-libéralisme, Stéphanie Loncle (dir.).

Cabarets de curiosités, no 3, 2014, Storytelling.

Texte intégral

1Trois revues se sont intéressées récemment à des sujets proches de notre dossier. Le numéro 3 de la revue Tête-à-tête, paru au printemps 2012, s’intitulait Images du pouvoir. Selon le principe de cette revue, il est composé d’entretiens avec des chercheurs et des artistes ; ainsi Denis Podalydès revient sur son interprétation de Richard II de Shakespeare et celle de Nicolas Sarkozy dans La Conquête de Xavier Durringer ; le dramaturge Michel Vinaver commente ses descriptions du pouvoir en entreprise, faisant de ce thème le moteur de toute histoire ; tout comme l’auteur Belén Gopegui qui conçoit toute littérature comme politique, le réalisateur de documentaires Pierre Carles lie production indépendante et critique du pouvoir et de ses représentations ; alors que Pierre Schoeller, réalisateur de L’Exercice de l’État, explique comment il a souhaité éviter la polémique politique pour dramatiser le pouvoir. On retiendra les échos entre l’échange avec l’historien de l’art Éric Michaud qui interroge le lien entre pouvoir, images et croyances, et l’entretien croisé avec la philosophe Marie-José Mondzain et l’avocate Agnès Tricoire débattant de la nécessaire plurivocité des images pour échapper aux pouvoirs politiques ou économiques.

2Dans Théâtre / Public, Stéphanie Loncle proposait en 2013 un dossier sur le rapport entre théâtre et néo-libéralisme. Si on y retrouve le photographe Olivier Roller, également présent dans Tête-à-tête, il s’agit avant tout de repenser le rapport entre le service public de la culture, l’institution culturelle et le marché, en l’historicisant. Alors autant le pouvoir des directeurs de théâtre du premier XIXe siècle (Loncle) que l’histoire de la décentralisation (Fleury), la description de la libéralisation larvée de la culture par l’expertise culturelle (Poirson) ou des logiques de consommation (Hordé), le traitement de la crise financière par les artistes (Neveux), l’analyse des discours récents des ministres ou des artistes (Ralite, Denizot) ou des politiques publiques (Dupuis, Wallon), participent à l’analyse détaillée de la difficulté contemporaine à justifier de la fonction et de la place de l’art – ou de la culture, ou de la création, la distinction finit par ne plus être évidente – dans la société civile. Interventions publiques et fonctions de l’institution apparaissent alors comme deux des lieux où se nouent les relations complexes entre art et pouvoirs politiques ou économiques, qui semblent devoir être largement réinvestis.

3Enfin, la troisième livraison de Cabarets de curiosités prend pour thème le storytelling, pour interroger comme déjouer ou au contraire recommencer les récits. Toujours aussi soigneusement mis en pages, accompagnant des démarches artistiques présentées au Phénix de Valenciennes, on retient de ce recueil insolite la virulente et salutaire introduction de Rodrigo García clamant la nécessité de la rage et le refus de toute normalisation, suivi d’un bel entretien entre le romancier Hughes Jallon, auteur du Début de quelque chose (Paris, Verticales, 2011 ; mis en scène par Myriam Marzouki en 2013), et Christian Salmon sur l’ambition critique de la littérature et ce que Jallon appelle « désimaginer la perception ». Béatrice Picon-Vallin oppose les pratiques documentaires au théâtre et les narrations romancées du politique médiatisé, et Diederik Peeters prend les procédés narratifs au sens le plus littéral pour en piéger l’efficacité dans des installations performées. On y retrouve également quelques-unes des savoureuses « lettres de non-motivation » (Paris, Zones, 2007) de Julien Prévieux et, entre autres, le compositeur Benjamin Dupé rapportant comment Alain Savouret, professeur au conservatoire, organisait des allers-retours entre l’analyse collective et « l’innommé audible » comme gage d’une pédagogie ouverte de l’improvisation musicale et de l’écoute – autant de critiques des rapports entre récits et pouvoir de toutes sortes qui laissent émerger de nouvelles possibilités de narration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Vautrin, « Tête-à-tête, no 3 ; Théâtre / Public, no 207, Stéphanie Loncle (dir.) ; Cabarets de curiosités, no 3 »Double jeu, 10 | 2013, 166-168.

Référence électronique

Éric Vautrin, « Tête-à-tête, no 3 ; Théâtre / Public, no 207, Stéphanie Loncle (dir.) ; Cabarets de curiosités, no 3 »Double jeu [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/doublejeu.643

Haut de page

Auteur

Éric Vautrin

Université de Caen Basse-Normandie

Maître de conférences en études théâtrales à l’université de Caen Basse-Normandie, il est membre du LASLAR (Lettres, arts du spectacle, langues romanes) et chercheur associé à THALIM - CNRS (Théorie des arts et de la littérature de la modernité). Ses recherches portent sur la représentation théâtrale contemporaine ; ses travaux récents sont au croisement de l’esthétique, de l’histoire de l’art et de l’anthropologie, tentant de relier histoire des formes et des techniques, relations théâtrales, pratiques de création et cadres symboliques et institutionnels. Il anime avec Christophe Triau le Groupe de recherches sur le Théâtre du Radeau et participe au projet ANR Echo (Écrire l’histoire de l’oral. L’émergence d’une oralité et d’une auralité modernes - 1950-2000). Il collabore régulièrement à différents projets de recherche (« Le son du théâtre », « Nouvelles théâtralités »...) et publie sur les pratiques scéniques contemporaines (théâtre, danse, performances), l’héritage des avant-gardes, les créations sonores au théâtre ou les enjeux de l’institution culturelle contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search