Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Valérie Nativel, La représentation de l’intimité dans le travail de Patrice Chéreau (1982-2010)

Valérie Nativel
p. 186
Référence(s) :

Valérie Nativel, La représentation de l’intimité dans le travail de Patrice Chéreau (1982-2010), thèse de doctorat dirigée par Gilles Declercq (université Sorbonne nouvelle – Paris 3), et soutenue le 1er décembre 2012 devant un jury composé d’Anne-Françoise Benhamou (École normale supérieure), Catherine Naugrette (université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Michel Braud (université de Pau), Gilles Declercq (université Sorbonne nouvelle – Paris 3) et David Vasse (université de Caen Basse-Normandie).

Texte intégral

1L’intime est un défi lancé à la représentation : comment montrer ce qui est par essence caché, ce qui échappe à l’espace public pour se loger dans le privé, entre les murs des foyers, ou dans le for intérieur ? À ce questionnement esthétique – que peut la représentation face au paradoxe de l’intime ? – s’ajoute un enjeu éthique : qu’a-t-on le droit de montrer de cette sphère régie par le secret et la pudeur ?

2Notre recherche a pour objet l’œuvre du metteur en scène et cinéaste Patrice Chéreau. À la scène comme à l’écran, les corps y sont donnés à voir jusqu’à l’excès, suscitant chez le spectateur malaise et fascination. Deux postures s’y dessinent : intrus ou voyeur, le spectateur est appelé à réfléchir son activité. Au théâtre, c’est l’articulation d’un dispositif scénique épuré et d’un jeu d’acteur puissamment charnel qui place le spectateur dans une proximité physique dérangeante à un corps débordant. Au cinéma, c’est en donnant à voir une nudité suintante, loin des standards lisses des images photoshoppées, que le cinéaste en appelle à une pulsion scopique qui met en branle une fonctionnalité haptique du regard.

3Ainsi, la représentation de l’intime suscite un besoin d’outrepasser la vision pour palper le visible. Or c’est précisément par le relais du directeur d’acteur que cela est rendu possible. Ce que nous regardons, en dernière instance, est la relation qui unit Patrice Chéreau à ses comédiens, relation au sein de laquelle se joue une érotique de l’acteur, mais aussi une éthique de l’intime, entendue comme le moyen de dépasser obscénité, exhibitionnisme ou pornographie qui caractériseraient la représentation de l’intimité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Nativel, « Valérie Nativel, La représentation de l’intimité dans le travail de Patrice Chéreau (1982-2010) », Double jeu, 9 | 2012, 186.

Référence électronique

Valérie Nativel, « Valérie Nativel, La représentation de l’intimité dans le travail de Patrice Chéreau (1982-2010) », Double jeu [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 29 juin 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/doublejeu/951

Haut de page

Auteur

Valérie Nativel

Université Sorbonne nouvelle - Paris 3

Elle est normalienne et agrégée de lettres modernes, ATER à l’université Sorbonne nouvelle - Paris 3. Elle a soutenu une thèse de doctorat consacrée à la question de l’intimité dans le travail de Patrice Chéreau. Sa thèse a été dirigée par le professeur Gilles Declercq et a été soutenue devant un jury composé d’Anne-Françoise Benhamou (École normale supérieure), Catherine Naugrette (Paris 3), Michel Braud (université de Pau), Gilles Declercq (Paris 3) et David Vasse (université de Caen Basse-Normandie). Ses recherches portent notamment sur la représentation du corps au théâtre et au cinéma. Elle a entre autres contribué à des colloques et publications consacrés à Patrice Chéreau, Daniel Mesguich et Bernard-Marie Koltès.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Double Jeu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals