Navigation – Plan du site
D'Orient en Occident, l'influence de l'altérité, chemin d'intégration

Altérité, pluralité et unité : le cheminement de l’identité normande au Xe siècle

Alterity, Plurality and Unity. The Path of the Norman Identity in the Tenth Century
Gilduin Davy
p. 165-182

Résumés

Loin dans le Moyen Âge, le souvenir des Normanni est resté marqué par les prédations scandinaves dont la France eut à souffrir aux IXe et Xe siècles. Encore au milieu du XIe siècle, de nombreuses sources continuent de dresser un sombre portrait de ces étrangers, barbares et conquérants. Pourtant, la perception des Normands a connu une inflexion significative à la fin du Xe siècle, sous la plume de Dudon de Saint-Quentin. Son De moribus, composé à la gloire de la dynastie des ducs de Normandie, justifie l’extranéité des Normands et, tout en fédérant les diverses composantes d’une nation en gestation, insiste sur le rôle fédérateur de la loi ducale comme ciment d’unité nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Régine Le Jan, « Remarques sur l’étranger au haut Moyen Âge », in L’image de l’autre dans l’Europ (...)
  • 2 François-Louis Ganshof, « L’étranger dans la monarchie franque », Recueil de la Société Jean Bodi (...)
  • 3 Claude Gauvard, « Avant-propos », in L’étranger au Moyen Âge, Actes du 30ème congrès de la Sociét (...)
  • 4 On consultera avec intérêt l’ouvrage de Wilfrid Besnardeau, Représentations de l’étranger au XIIe(...)
  • 5 Voir notamment Étrangers et sociétés. Représentations, coexistences, interactions dans la longue (...)

1Au haut Moyen Âge, l’extranéité est un phénomène multiple aux effets aussi variés que les situations et les réactions qu’elle fait naître1. Si, sous certaines conditions, l’étranger bénéficie dans les capitulaires carolingiens de mesures de protection2, les sources postcarolingiennes révèlent une sorte de xénophobie latente qui s’enracine progressivement à partir du XIe siècle3, notamment dans la littérature épique4. À travers l’étude du jeu de l’exclusion et de l’inclusion, historiens et anthropologues ont alors mis en lumière tout à la fois la peur de « l’estrange », ses ressorts et ses critères de détermination5.

  • 6 Nous ne pouvons que renvoyer aux recherches menées par Bernard d’Alteroche, notamment : De l’étra (...)
  • 7 Sigmund Freud, Das Unheimliche, éd. et trad. Marie Bonaparte et Édouard Marty, Paris, Gallimard, (...)
  • 8 Éginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. Louis Halphen, Paris, Honoré Champion, 1923, 7, p. 23  (...)
  • 9 Cf. Éric Bournazel, « De l’usage du droit pénal pour l’intégration des peuples. Le capitulaire sa (...)
  • 10 Élisabeth Malamut, « Les peuples étrangers dans l’idéologie impériale. Scythes et Occidentaux », (...)

2La frontière entre extranéité et altérité est donc mince et avant d’être aubain ou forain, selon une terminologie devenue classique, l’étranger est perçu comme « l’autre »6. Il appartient à un peuple lointain, ou voisin, dont la perception est mue par une sorte de curiosité souvent inquiétante, négative même. Un sentiment qui n’est pas sans évoquer « l’inquiétante étrangeté » freudienne7. Que l’on se souvienne du portrait qu’Éginhard livre des Saxons : ceux-ci, écrivait le biographe de Charlemagne, sont d’un naturel féroce, « ils pratiquent le culte des démons, se montrent ennemis de notre religion et ne voient rien de déshonorant à violer ou transgresser les lois divines et humaines »8. De leur barbarie, qui participe d’une sorte de déshumanisation, découle le non-respect que les Saxons vouent aux lois. Un tel jugement fait d’eux un élément forcément incompatible avec le groupe ni plus ni moins référent – en l’occurrence le groupe franc – et rend vain tout espoir d’associer en l’état l’une et l’autre de ces gentes. Il faudra donc une loi d’une sévérité redoutable pour rattacher ces Saxons à l’orbite de l’imperium Francorum et atténuer les méfaits de leur extranéité9. Un tel ressort n’est cependant pas neuf au IXe siècle et se découvrait déjà dans l’idéologie du Bas Empire10.

  • 11 Sur ce point : Magali Coumert, « La mémoire de Troie au haut Moyen Âge en Occident », in Les vill (...)
  • 12 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum [désormais DM], éd. Jules L (...)
  • 13 Pierre Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile : l’» Enéide » au service de la cause normande  (...)
  • 14 Bède, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, éd. et trad. Olivier Szerwiniack, Florence Bourg (...)
  • 15 Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, éd. Ernst Tremp, MGH, Scriptores rerum Germannicarum, 64, Ha (...)

3Deux siècles après Éginhard, le chanoine picard Dudon de Saint-Quentin s’intéresse à son tour à restituer les premiers contacts entre le peuple franc et un autre peuple du nord de l’Europe, les Danois. Après une longue introduction apologétique, son De moribus et actis primorum Normanniae ducum, composé à la charnière de l’an Mil, nous livre les fondements d’une ethnogenèse des Northmanni, très largement appuyée sur la légende troyenne popularisée par Virgile11. « Les Daces sont ainsi appelés car ils descendent des Danai ou Dani d’Anténor »12, écrit-il alors, peut-être inspiré par le Pseudo-Frédégaire ou le Liber historiae Francorum13. Ce contre-sens manifeste, assimilant les Danois (Dani) aux Grecs (Danai), n’est donc probablement pas le fait de Dudon. Bède le Vénérable lui-même, lorsqu’il évoquait jadis les peuples de Germanie, énumérait les Frisons, les Ruges, les Huns, les Saxons Bructaires et les « Danai »14. Au IXe siècle, Thégan crée lui aussi la confusion à travers le récit du massacre du duc Hemminch par ses compatriotes païens, encore une fois appelés « Danai »15.

  • 16 Pour l’aristocratie guerrière, voir les remarques de Lucien Musset (« L’aristocratie normande au (...)
  • 17 C’est encore ce que l’on trouve à la fin du XVIIIe siècle sous la plume de Georges-Félix Frigot, (...)
  • 18 Karl-Ferdinand Werner, « Les nations et le sentiment national dans l’Europe médiévale », Revue hi (...)
  • 19 Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe -XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie (...)
  • 20 Sur ce point, voir aussi : Laurence Mathé-Maille, « La Fabrique de la Normandie dans les chroniqu (...)
  • 21 Gilduin Davy, Le duc et la loi. Héritages, images et expressions du pouvoir normatif dans le duch (...)

4A priori, le remploi du mythe virgilien par Dudon de Saint-Quentin ne retranscrit ni une réalité ethnique, ni les véritables enjeux que rencontre la société normande au Xe siècle. Au tournant de l’an Mil en effet, les habitants de la Normandie n’ont plus grand-chose à voir avec ce qu’ils étaient au moment de la conclusion du Traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Un triple phénomène d’acculturation, de migration et de mélanges ethniques a finalement donné naissance à une société nouvelle16, laquelle ne peut totalement se retrouver dans la seule identification des Normanni aux mythiques Danai. Le chanoine de Saint-Quentin en a vraisemblablement conscience et ce serait la raison pour laquelle son histoire officielle de la gens Normannorum s’émancipe d’un cadre troyen qui se trouve finalement relégué au second plan. Car entre la naissance de la Normandie et la fin du règne de Richard Ier, c’est-à-dire pour l’essentiel du Xe siècle, se sont engagées selon Dudon tout à la fois la formation d’un peuple et son intégration à un cadre supérieur, celui de la gens Christianorum, et la fusion de deux gentes, l’une franque (ou gallo-franque) et l’autre scandinave, pour donner naissance à une nation nouvelle : la natio Normannorum17. De sorte que son ethnogenèse des Normands ne plonge pas seulement ses racines dans une histoire ancienne ou mythique ; elle puise à une histoire récente, largement encore audible par l’ensemble des forces vives de son temps. Cette histoire restitue une dynamique destinée à transformer une pluralité en une véritable unité qui s’identifie, principalement, à travers la soumission commune de ses composantes diverses à une foi unique et à un pouvoir unique qui – c’est le principal – engendre un droit unique. En ce sens, le De moribus nous livre les clés de compréhension d’une sorte d’identité juridique, de conscience nationale18, appuyée, pour reprendre les mots de Pierre Bauduin19, sur une « alchimie subtile », sur une tension habilement résolue entre l’image négative des païens qui ravagent la Neustrie, avides de violence et de butin, et l’image positive des Normands qui durablement insérés dans le monde chrétien, en viennent à représenter un modèle, leurs ducs devenant les instruments de la Providence divine20, mais aussi le siège des lois (sedes legum)21.

5Envisageons donc cette construction à travers trois temps : celui de l’altérité, où se trouvent soulignés les critères de l’extranéité et ses effets ; le temps de la pluralité, qui permettra de mettre en lumière les composantes de la nation normande au Xe siècle ; le temps de l’unité, c’est-à-dire les vecteurs de cohésion du groupe.

Les stigmates de l’altérité et le rejet des pirates étrangers

  • 22 DM, p. 254 : « Contra Dacos et Alanos Gothosque et Hungros sæpe dimicavi ; verum contra Northmann (...)
  • 23 Ibidem : « Aciebus præparatis lacescens eos, expugnabo civitatem et dissipabo dispergens advenæ g (...)

6Le rejet des Normands, étrangers aux différents regna Francorum, est évoqué tout au long du De moribus. Il y est ainsi conté que, vers 946, alors que l’ost d’Othon Ier campe sous les murs de Rouen, un neveu impétueux du roi de Germanie sollicite de son oncle le privilège de porter son défi aux Rouennais. « J’ai combattu les Danois, les Alains, et le Goths et les Hongrois, déclare-t-il, mais je n’ai jamais porté le fer contre les Normands »22. On aura ici remarqué la distinction des Normands aux Danois sur laquelle nous serons amenés à revenir. « Laissez-moi les défier en bataille rangée, poursuit-il effrontément, et je prendrai cette cité par assaut et disperserai le peuple de cette nation étrangère »23 ! Cette formule reflète toute la complexité du discours ethnique contenu dans le De moribus et éclaire la problématique de l’extranéité.

  • 24 Dans la tradition chrétienne, l’exil est consubstantiel à l’expansion de la foi. La spiritualité (...)
  • 25 N’oublions toutefois pas qu’ils sont souvent assimilés au bras vengeur du Seigneur qui s’abat sur (...)
  • 26 DM, p. 279.
  • 27 DM, p. 130.
  • 28 Ibidem. On lira avec intérêt les pages qu’Emily Albu consacre à la question chez Dudon (The Norma (...)
  • 29 La bibliographie est imposante. Pour un aperçu général, on pourra consulter : Métamorphose et bes (...)
  • 30 DM, p. 218. À ce sujet, voir : Bernard Sergent, « Les troupes de jeunes hommes et l’expansion ind (...)

7À bien des égards, l’extranéité des Normands découle chez Dudon de Saint-Quentin des critères de l’altérité qu’il esquisse à propos de la gens Danorum, et cette altérité est, pour le chanoine, initialement patinée de barbarie et de sauvagerie. Cette approche est somme toute classique. Mais si la tradition chrétienne peut envisager l’extranéité comme consubstantielle à la diffusion du christianisme24, le cas des Danois est à première vue différent, mus qu’ils sont par une férocité originelle25. Ce n’est pas la foi mais la peste qu’ils répandent en effet, « compescens pestiferos incursis Dacigenae ferocitatis »26. Dudon décrit donc un peuple danois encore imbu des mœurs les plus sombres du paganisme : incontinent, repu de sang humain et qui n’hésite pas à expulser ses enfants, les privant des terres paternelles (« privantur suorum fundis, ut locentur quiete alienis »). Et le chanoine d’ajouter : « La patrie a été libérée, ses habitants ont été rejetés (liberatur patria, suis incolis defaecata) »27. Une telle « défécation » justifie alors une métamorphose lycanthropique, les jeunes Danois évincés n’ayant d’autre sort que se transformer en loups prédateurs, dévastant des royaumes, en soumettant d’autres (« uni regno quae rapiunt, in aliud deducunt »)28. Loups ou chiens, l’image du canidé rejeté aux marges de la communauté des hommes est largement diffuse dans les cultures médiévales29. Dudon situe donc les Danois aux frontières d’une déshumanisation antithétique de toute intégration, comme l’illustre plus avant dans son récit le cas du viking dissident Rioulf, qualifié de « plus cruelle de toutes les bêtes (omnium belluarum crudelissimus) »30. Rioulf le rebelle perpétue ainsi la sauvagerie de l’altérité danoise.

  • 31 Sur ce point, voir entre autres : Gilduin Davy, « Urbem impune adeunt atque incendunt : jalons po (...)
  • 32 DM, p. 145.
  • 33 DM, p. 149.

8Les contacts entre les peuples chrétiens et les païens poussés hors de leur propre patrie ne peuvent donc s’entendre qu’en termes de confrontation et/ou de rejet, dans une sorte de réflexe d’auto-défense qu’Ermentaire avait jadis glorifié au plus fort des incursions vikings31. Ceci explique les réactions des populations indigènes confrontées à l’entrée en scène de Rollon. Apprenant la venue de Rollo Dacus, et s’armant en grand nombre contre lui, les paysans anglo-saxons prennent le parti de le rejeter, lui et ses hommes, hors des frontières de leur terre32. De la même manière, lorsque Rollon gagne le Brabant (littoribus Walgrorum), après un premier séjour auprès du roi Æthelstan, les habitants du lieu, à l’annonce de l’arrivée de cette troupe barbare, assemblent une multitude bien décidée à contraindre ces envahisseurs à rembarquer33.

  • 34 DM, p. 183.
  • 35 DM, p. 234-235.
  • 36 DM, p. 238.
  • 37 C’est ce que Thibaud fait croire au roi (DM, p. 265) mais aussi ce dont Rioulf accuse Guillaume L (...)
  • 38 Sur cette image prégnante, en dernier lieu : Pierre Bauduin, « Richard II de Normandie : figure p (...)
  • 39 Un point dans : Pierre Bouet, « Les chroniqueurs francs et normands face aux invasions vikings », (...)

9Ce schéma de rejet des Normands étrangers demeure celui que le De moribus conserve jusqu’à son terme. Une fois le Traité de Saint-Clair-sur-Epte conclu et la Normandie officiellement née, bien des passages de l’ouvrage continuent de l’évoquer. C’est notamment le cas lorsque les comtes bretons, entrés en rébellion, rappellent à Guillaume Longue-Épée que son père avait naguère envahi la Francia à l’aide de barbares et de bataillons étrangers (« conglobatis barbarum advenorumque turmis »)34 ; c’est encore le cas lorsque Louis IV d’Outremer invite Hugues le Grand à soumettre les étrangers normands ou à les renvoyer promptement en Dacie (« aut exterminati Daciam celeres repedabunt »)35 ; c’est enfin le cas lorsque les jeunes guerriers francs recommandent au roi d’exterminer ces mêmes étrangers et de s’emparer de leurs terres et de leurs femmes (« extermina, precamur, et largire nobis illorum beneficia, concessis uxoribus »)36. Avec, à toutes ces occasions, la répétition du binôme « opprimere/extrudere » pour exprimer ou bien la soumission ou bien l’expulsion de ces « autres »37. On perçoit là un sentiment manifeste et pérenne que Richer de Reims, encore à la charnière de l’an Mil38, exprime en qualifiant les princes normands de « ducs des pirates », et dont les sources normandes elles-mêmes rendront l’écho aux siècles suivants39.

  • 40 DM, Oratio Rollonis, p. 149.
  • 41 DM, p. 181.
  • 42 DM, p. 223.
  • 43 DM, p. 289.

10C’est pourtant en miroir de ce sentiment de rejet que nous apparaît la cohésion de la gens Normannorum. Ainsi, lorsqu’il narre l’accueil que les populations anglo-saxonnes leur réservent, le vocabulaire employé par Dudon imprègne certes les troupes de Rollon de sauvagerie – à l’instar de leurs compatriotes –, mais le processus est nettement inversé par rapport à ce que le De moribus a décrit des origines du phénomène viking : quand bien même la dichotomie allogène/indigène est ici reproduite, les Danois étant toujours perçus comme des étrangers, ce sont eux – menés par Rollon lui-même guidé par Dieu40 – qui, désormais, se placent en situation défensive, ne faisant que répondre, certes avec vigueur, à l’hostilité des habitants des terres qu’ils abordent. Cela est plus encore le cas lors des successions ducales, une fois la Normandie officiellement constituée. Par exemple lorsque les grands s’adressent à un Rollon devenu sénile et s’alarment de ce qu’ils risquent d’être affligés par les peuples extérieurs (exterae gentes)41 ; par exemple aussi lorsqu’est évoquée la menace que ces mêmes peuples font peser sur la Normandie lors du décès de Guillaume Longue-Épée42 ; par exemple, enfin, lorsque les compagnons de Richard Ier s’inquiètent qu’en cas de disparition de ce dernier, les nations étrangères ne foulent le duché au pied43.

  • 44 Sur la combinaison altérité-identité, on pourra consulter le travail de Thomas Foerster, Vergleic (...)

11Arrêtons-nous un instant sur les redondances dont use alors Dudon. D’un côté la formule « advena Northmannos » employée pour qualifier les Normands d’étrangers : c’est le point de vue franc et nous demeurons ici dans le registre classique du binôme indigène-allogène pour insister sur l’extranéité des Scandinaves. De l’autre côté, l’emploi récurrent de la formule « exterae gentes » pour désigner les peuples voisins de la Normandie : nous sommes là dans le registre de l’extranéité des Francs vis-à-vis d’une nation normande en gestation, mais aussi dans le champ des dangers que ceux-là font peser sur celle-ci44.

12Toutefois, si la gens Normannorum peut trouver sa cohésion dans la menace que constituent les peuples qui l’environnent, encore faut-il tenter d’en dresser au moins succinctement les contours et en restituer les diverses composantes.

La pluralité de la nation normande et l’acculturation des peuples

  • 45 DM, p. 282.
  • 46 Quid des habitants de l’Hiémois qui ne sont pas nommés ? Les Ébroïciens ne sont, eux, mentionnés (...)
  • 47 Sur ces étapes, voir notamment : Jean Renaud, Les Vikings et la Normandie, Rennes, Ouest-France, (...)

13Dudon ne semble pas prendre en compte les variantes de l’ethnie scandinave. À une unique exception près – où il évoque les Norvégiens que Richard Ier tente de fédérer aux Francs45 – les barbares venus du Nord sont exclusivement danois. Ce qui ne signifie cependant pas qu’il envisage initialement la natio Normannorum comme un ensemble uniforme. Trois groupes se distinguent fondamentalement, et arbitrairement46, dans son récit : les habitants de Bayeux, ceux de Coutances et, enfin, ceux de Rouen. Certes, il y a quelque chose de très superficiel – voire de très artificiel – dans une telle nomenclature mais ce faisant, Dudon tente d’insister sur la cohésion des Normandies orientale, centrale et occidentale successivement cédées en 911, 924 et 93347.

  • 48 Cassandra Potts, «Atque unum ex diversis gentibus populum effecit : Historical Tradition and the (...)
  • 49 En dernier lieu : Jean-Pierre Poly, « Les Saxons du Bessin et leurs compagnons. Ethnies et accult (...)
  • 50 L’Anglo-saxon Chronicle évoque ainsi à l’année 920 la venue en terre franque du jarl Thorketil «  (...)
  • 51 Lucien Musset, « Essai sur le peuplement de la Normandie (VIe-XIIe siècle) », in Nordica et Norma (...)

14Pour l’année 925, les Annales de Flodoard restituent que les Baiocenses ravagent le pays des Normands à l’ouest de la Seine, ce que Cassandra Potts a envisagé comme une réaction des habitants de Bayeux aux efforts entrepris par Rollon ou son fils pour avancer dans les territoires que le roi Raoul leur a garanti l’année précédente48. Dudon, quoiqu’il ait connaissance des Annales du moine rémois, est muet sur cet épisode. Au contraire, il insiste sur une soumission pleine et entière du Bessin à l’autorité des comtes de Rouen. Il est cependant avéré qu’encore à la charnière des IXe et Xe siècles, la population du Bessin forme un ensemble assez hétéroclite, mêlant des individus d’origine bretonne à des communautés gallo-franques auxquelles s’ajoute le substrat d’une ancienne circonscription militaire saxonne49, le tout regroupé dès le milieu du IXe siècle dans le missaticus Harduini. Mais à partir des années 918-92050, des troupes vikings venues d’outre-Manche charriant certainement avec elles toute une population insulaire ont intensifié un processus d’installation scandinave engagé depuis les années 89051. Cette intensification a probablement rééquilibré le rapport allogènes-indigènes au point d’apparemment favoriser la rapide soumission du Bessin durant les années 920-940.

  • 52 DM, p. 185.
  • 53 DM, p. 195.
  • 54 DM, p. 191.
  • 55 Sur ce point : Lucien Musset, « Un millénaire oublié : la remise en place de la hiérarchie épisco (...)
  • 56 Élisabeth Ridel, « A-t-on vraiment parlé la « langue danoise » à Bayeux vers 940 ? Une relecture (...)
  • 57 DM, p. 221-222 : « […] ut queat sermocinari profusius olim contra Dacigenas ».
  • 58 Emmanuel Filhol, « L’image de l’autre au Moyen Âge. La représentation du monde rural dans le Guid (...)

15Cette soumission est particulièrement illustrée par trois séquences du De moribus. Tout d’abord, la prise de Bayeux qu’engagent les Bretons à la suite de l’invasion de leur terre par Guillaume Longue-Épée peu après 93152, et qui laisserait supposer que la cité s’est clairement rangée du côté des ducs normands. Vient ensuite la séquence au cours de laquelle Guillaume offre au comte saxon Conon de l’envoyer à Bayeux où, « dans la terre de sa dition », il demeurera en sécurité53. Cette allusion laisse tout à la fois envisager la soumission du Bessin à la cause ducale et la persistance d’un substrat germanique propice à accueillir comme il se doit l’ambassadeur saxon. Reste enfin à rappeler l’épisode célèbre au cours duquel Guillaume, dès l’annonce de la naissance de son fils Richard, fait mander l’évêque Heiric de Bayeux et le comte Bothon, chef de la milice ducale, pour que soit procédé au baptême du jeune prince54. Que cette dernière allégation soit ou non conforme à la réalité n’est finalement pas l’essentiel55. Le récit de Dudon nous montre en effet le Bessin comme un parfait modèle d’acculturation entre deux sociétés jusque-là antinomiques : la société indigène et chrétienne incarnée par l’évêque Heiric, et la société allogène et scandinave incarnée par le comte Bothon. Le De moribus illustre alors la pluralité des forces vives d’une nation nouvelle en gestation, faite d’un agglomérat de gentes venues d’horizons divers. Un dernier épisode, plus fameux encore, achèvera de nous en convaincre : autour de 940, Guillaume Longue-Épée ordonne que le petit Richard soit envoyé à Bayeux pour qu’il puisse, sous la férule de Bothon, être initié à la langue danoise, moins pratiquée à Rouen56, et cela afin que l’enfant fût mis en condition de soumettre à l’avenir les Danois « par le sermon et la contradiction »57. Cette seule aptitude, qui mettra le jeune prince en capacité de s’adresser à tous ses peuples en parlant un langage vulgaire, le place au sommet des hiérarchies terrestres et l’habilite à intégrer par le verbe des troupes venues de l’étranger à la nation naissante qu’il commande58.

  • 59 DM, p. 237.
  • 60 Et c’est encore « propter amorem Ricardi pueri » (DM, p. 240) qu’ils accompagnent le chef Haigrol (...)
  • 61 DM, p. 242.

16Ce qu’il faut ici retenir, c’est qu’avant même le milieu du Xe siècle, les Baiocasses, que Dudon qualifie de « très forts à la guerre et de très prudents en conseil »59, sont présentés comme formant l’un des principaux étais de la cause ducale60. Ils apparaissent comme l’une des composantes essentielles de la natio Normannorum sensiblement distinguée des Danois restés païens (selon la formule « Bajocacensium necnon paganorum »). Même si – il faut tout de même le reconnaître – les gens du Bessin s’en rapprochent par la férocité dont ils font preuve à la bataille, égorgeant leurs ennemis comme des loups peuvent égorger des agneaux61, Dudon reprenant le vocabulaire métaphorique de la prédation, mais ici intégré au registre de la guerre juste.

  • 62 Sur le siège de Saint-Lô, la trahison des pirates et le massacre de l’évêque Lista, voir le témoi (...)
  • 63 La Normandie avant les Normands, de la conquête romaine à l’arrivée des Vikings, dir. Élisabeth D (...)
  • 64 Sur ce point, on consultera les travaux de René Lepelley, notamment « Traces des Vikings dans la (...)
  • 65 DM, p. 204 : « Si primi gratia mea militiæque palma, majoreque honore et præcellente in domo mea (...)
  • 66 DM, p. 287.
  • 67 Ceci expliquerait pourquoi l’évêque de Coutances ne regagne son siège que dans les années 1020. S (...)

17Le sort que le De moribus réserve aux Coutançais – en réalité aux habitants du Cotentin et probablement de l’Avranchin – est du même acabit : celui d’un groupe précocement soumis à la puissance ducale après avoir pâti des invasions vikings62 ; groupe dans lequel coexistent des populations d’origine gallo-franque, bretonne – le Cotentin et l’Avranchin avaient été cédés à Salomon par Charles le Chauve en 86763 – mais aussi scandinave, comme le révèlent les études toponymiques64. À en croire Dudon, le ralliement des Coutançais à la cause ducale serait lui aussi précoce, moins d’une décennie après la cession de 933. Ainsi, leur ordonnant de se porter au secours du comte Herluin, vers 940, Guillaume Longue-Épée leur enjoint, s’ils veulent recevoir « mes grâces et la gloire de ma milice, ainsi que de grands honneurs et une bonne place en ma maison », de ne pas différer de s’emparer en son nom de la place de Montreuil65. Et Dudon d’ajouter que les gens de Coutances fondirent alors sur le château dominant la Canche comme des loups sur des agneaux, ut lupi agnos. Une nouvelle fois, la métaphore lycanthropique est mise à profit de la cause ducale. La formule « Guillaume convoqua toute l’armée de Bretagne et de Normandie (Willelmus omnem Britanniae Northmanniaeque exceritum ascivit) » n’indique pas seulement l’importance des contingents bretons dans l’ost du duc normand. Elle suggère aussi une implantation durable de lignages bretonisants aux confins occidentaux du duché, ce que confirmera l’onomastique des siècles suivants. Ceci expliquerait par ailleurs qu’au terme de l’ouvrage, ce sont des voyageurs de Coutances (Constantinensibus viatoribus) qui sont chargés de guider par la Bretagne vers l’Espagne ceux des Danois qui refusent le baptême66. Là encore, une telle cohésion des « gens de Coutances » à la cause ducale ne correspond pas forcément à une réalité avérée au milieu du Xe siècle67, mais Dudon en fait fi pour mettre en avant un principe de pluralité dans l’unité.

18À ce stade de notre exposé, on aura constaté que les ethonymes « Baiocenses » et « Constantinenses » ne peuvent renvoyer exclusivement ou bien à des groupes scandinaves ou bien à des populations d’origine celtique ou franque. Ces noms désignent plutôt chez Dudon des agglomérats de peuples divers mais tous fédérés par la cause ducale.

  • 68 DM, p. 152-153. Sur ce « pacte de Jumièges », voir : Jacques Le Maho, « Les Normands de la Seine (...)
  • 69 Par exemple : Recherches historiques sur les droits de la province de Normandie, s. a., s. l., 17 (...)
  • 70 Claude Carozzi, « Des Daces aux Normands. Le mythe et l’identification d’un peuple chez Dudon de (...)
  • 71 Sur ce point : les échanges autour du poème irlandais Moriuth (Lucien Musset, « Le satiriste Garn (...)
  • 72 Aperçu dans Stéphane Lebecq, « La Neustrie et la mer », in La Neustrie. Les pays au nord de la Lo (...)
  • 73 Sur l’activité économique de Rouen à la fin du Xe siècle, un aperçu dans : Jacques Le Maho, « Cou (...)
  • 74 Arnaud Lestremau et Lucie Malbos, « Migrations et mouvements de population autour des mers du Nor (...)
  • 75 DM, Apos., p. 224 : « Portus, quem vegetat Belgicus, et Celticus, Anglicus, gaude tripudians, lae (...)
  • 76 DM, p. 221.
  • 77 Duc qu’il ne manque du reste pas de rappeler sans ménagement à ses devoirs Ainsi, lors de la révo (...)
  • 78 DM, p. 248 : « et res dominici juris indecenter sibi usurpabat ».
  • 79 DM, p. 249.
  • 80 DM, p. 237 : « Bajocasenses Constantinensesque hanc custodiebant urbem, Francisco Angliscosque in (...)

19Cette impression se confirme à l’étude du troisième des groupes constitutifs de la première Normandie, les Rouennais. Le rôle de ce groupe au sein de la dynamique d’installation des Normands de la Seine et de l’engagement d’un processus d’acculturation est majeur, et relativement bien connu, notamment grâce aux fouilles archéologiques entreprises en vallée de Seine depuis plusieurs décennies. On ajoutera que l’association des Normands de la Seine et des Francs de Rouen, supposée se situer bien en amont du Traité de Saint-Clair-sur-Epte, est souvent appréhendée comme les prémices du processus d’acculturation générale des Vikings à la société carolingienne. Rappelons en effet que c’est à l’initiative des Rouennais que leur archevêque aurait conclu avec Rollon le fameux « pacte de Jumièges » qui, dès les alentours de 905, aurait formé l’embryon juridique de l’installation des Normands de la Seine et, partant, jeté les bases de la naissance de la future Normandie68. Et force est de reconnaître qu’une telle incise a donné lieu aux interprétations pour le moins extensives de la littérature normande, encore loin dans le XVIIIe siècle69. Dès avant l’an Mil cependant, Rouen n’en tient pas moins une place à part car, comme l’a souligné fort justement Claude Carozzi, la cité incarne à elle seule la patria Normannorum70. Elle est à la fois le siège du pouvoir ducal, le lieu de la conversion des Normands au christianisme et un centre de brassage ethnique. Rouen reste donc, à la fin du Xe siècle71, cette porte ouverte sur le monde extérieur qu’elle était déjà avant la venue des Normands72. Or, l’anthropologie a bien montré de quelle manière les centres urbains de ce type, notamment à travers les emporia qu’ils recélaient73, étaient des zones d’extranéité, de contact et d’interface permettant la mise en marche de formes souples d’accommodation, d’acculturation et d’intégration74. Rouen incarne donc la pluralité des composantes de la nation normande, appuyée sur un cosmopolitisme dont Dudon ne tarie pas d’éloges75. L’élément scandinave paraît certes sensiblement minoritaire dans la cité rouennaise des années 935-940, comme l’attesterait l’assertion selon laquelle le latin y reste plus pratiqué que la langue danoise76. Mais le pluralisme ethnique y est parfaitement représenté par deux personnages-clés du récit : d’un côté le franc Raoul le Torte, dont Dudon nous dit qu’il tint tout l’honneur normand à la mort de Guillaume Longue-Épée, et de l’autre côté Bernard le Danois, encore significativement appelé Bernardum Rothomagensem et Dacigenam, guerrier viking de son état mais aussi conseiller particulier du duc Guillaume (« quidam Bernardus secretorum Willelmi »)77. Autant Raoul peut refléter la duplicité de certaines élites franques, autant Bernard incarne à lui seul l’intégration des Danois à la natio Normannorum. Le sort du premier est rapidement réglé contraint qu’il est, pour avoir usurpé les droits de son seigneur78, de s’enfuir à Paris pour se placer sous la protection de son fils, évêque de la cité79. En revanche Bernard, qui rappelle souvent ses origines danoises comme une menace face aux prétentions royales, incarne parfaitement la cohésion des différents groupes ethniques unis dans la patria Rothomagensis80.

  • 81 Julien Bellarbe, « La ‘nation’ aquitaine dans l’historiographie monastique du sud de la Loire (VI (...)
  • 82 Notamment à travers ce trait d’humour que Guillaume Longue-Épée lance à l’endroit des Poitevins q (...)

20Ainsi, Dudon situe Rouen à l’épicentre du processus de formation de la natio Normannorum, à l’image de certaines chroniques faisant de Poitiers le cœur politique de la « nation » aquitaine81. Le parallèle entre les deux cités n’est d’ailleurs pas fortuit, et l’on connait bien les liens étroits qui, dès les années 930, ont uni les dynasties normande et poitevine. Ce rapprochement est d’autant plus flagrant qu’une séquence du De moribus – au cours de laquelle percent peut-être les sentiments que Dudon le Picard porte aux hommes du Sud82 – est l’occasion d’un parfait parallèle entre les deux Guillaumes en présence, l’un Willelmus Pictavensis, l’autre Willelmus Rothomagensis.

21Deux remarques achèveront notre propos : primo, les trois composantes de la nation normande appuyées respectivement sur Bayeux, Coutances et Rouen forment les contreforts de la fidélité absolue que cette nation voue à son duc ; secundo, il est manifeste, à la lecture de l’ouvrage de Dudon, que l’intégration des ducs à la Reicharistokratie se révèle parfaite, et c’est de cette perfection que découle pour partie l’unité de la nation normande.

L’unité autour d’une foi, d’un pouvoir et d’une loi

  • 83 DM, p. 146 (« hominesque regionis illius ditioni suae fidelitatis gratia vinculoqusese subjugaren (...)

22À bien des égards, Dudon présente les ducs comme l’élément fédérateur des composantes de la gens Normannorum et le principal vecteur d’intégration de celle-ci au populus Christianorum. Dès les premiers chapitres du second livre consacré à Rollon, ceux-là sont mis en capacité de réunir sous leur fidélité des éléments allochtones et autochtones83. Et le chanoine amplifie plus encore cette qualité au fil du quatrième livre dédié à Richard Ier.

  • 84 DM, p. 130.
  • 85 DM, p. 286. 

23Dans le De moribus, les Danois, segregantur sua natione84, forment un groupe apatride, nous l’avons dit. Vers 960, de nouveaux-venus scandinaves agissent avec le même instinct prédateur que leurs compatriotes avaient manifesté à la fin du IXe siècle. Dudon, qui relate les efforts entrepris par Richard Ier pour convertir ces nouveaux venus à la foi, montre ainsi à quel point les antagonismes demeurent profonds. « Jamais, affirment en effet en substance les jeunes Scandinaves, nous ne ferons la paix avec les Francs, lesquels seront ou bien chassés, ou bien tués, et toute leur nation ainsi disparaîtra ». Et ces fiers guerriers de répondre crânement à la pastorale ducale par la maxime suivante : « Celui-là travaille vainement qui jette la semence sur la pierre (Frustra laborat, qui supra petram semina jactat) »85.

  • 86 DM, Apos., p. 153 : « Ædificanda tuis hæc patria fonte novatis. Urbe dabis populis leges et fœder (...)
  • 87 DM, p. 159.

24Cette séquence de la catéchèse ducale masque peut-être les faisceaux d’une résistance à l’expansion de l’autorité ducale aux confins du duché. Elle trahit peut-être aussi les difficultés des premiers Rollonides à se faire reconnaître de leurs compatriotes scandinaves qui continuent de migrer tout au long du Xe siècle. Elle souligne surtout le potentiel intégrateur dont on crédite les ducs dès l’origine de la Normandie. Ainsi, dans l’apostrophe à Rollon qui suit immédiatement le récit du pacte de Jumièges, Dudon écrit : « Cette patrie édifiée par la régénération est tienne. En cette ville tu donneras au peuple des lois et des traités, et il sera ainsi enchaîné par des droits et des peines sévères »86. Les Normands, par nature insoumis, ne peuvent donc se civiliser qu’à l’aide d’un ordre juridique d’une redoutable efficacité. L’inversion est ici patente par rapport aux livres précédents au cours desquels Dudon avait fait dire à Rollon s’adressant à Æthelstan  « Je suis étranger, ignorant les coutumes des Anglais (ego vero advena, non cognoscens mores Anglorum) […] »87. L’on perçoit aussi ici toute la mesure d’une intégration par le droit des étrangers. Ayant en effet abordé le rivage franc, Rollon s’y était défait de son extranéité et avait progressivement été mis en capacité de dire la loi. Dès lors, celle-ci, conforme à l’ordonnancement divin du monde, apparaissait comme le fondement d’une patrie nouvelle et l’instrument de sa cohésion. Pour le dire plus largement, l’unité normande se révèle fonction de la soumission des forces vives du duché au triptyque d’une loi, d’une foi et d’un pouvoir uniques. 

  • 88 Comme cela est du reste le cas dans l’Empire d’Orient au même moment (Élisabeth Malamut, « Les pe (...)
  • 89 Gilduin Davy, « Le fils, le père et le saint : les trois piliers de la Respublica Normannorum » i (...)

25À travers leur intégration à cet ordre, les ethnies diverses qui composent la natio Normannorum ne peuvent donc plus être considérées comme barbares et étrangères car elles adoptent les valeurs réputées civilisatrices et intégratives du christianisme88. C’est là tout l’enjeu du schéma trinitaire qui forme la trame générale du récit de Dudon, à travers la métaphore « téléo-généalogique » du père, Rollon, du fils martyr, Guillaume, et du saint, Richard89.

  • 90 Sur cette idée : Pascale Bourgain, « L’assimilation des nouveaux peuples à la culture chrétienne (...)
  • 91 DM, Apos., p. 170 : « Da leges populo, doctis sancitaque jura ».
  • 92 DM, p. 196 : « Nemo justior in factis, nemo sanctior in dictis, nemo potentior in armis. Nullus a (...)
  • 93 DM, p. 262.

26C’est donc bien le duc qui est présenté en clé de voute de la patrie normande, patrie bâtie sur la réunion d’éléments divers soumis à l’autorité ducale, respectueux d’une même loi et d’une même foi et non plus des coutumes guerrières et païennes90. Les lois ducalesne sont alors que la transcription d’un ordre immanent91, et le lien fédérateur de la nation normande. Relisons les propos que le comte Conon tient à Henri Ier l’Oiseleur à l’endroit de Guillaume Longue-Épée : « Nul n’est plus juste dans les faits, nul plus saint dans les paroles, nul plus puissant dans les armes. Personne n’entend dire qu’un préjudice, un vol ou un sacrilège a été perpétré dans son royaume. Les habitants de sa terre vivent en concorde par sa loi, et unanimement contraints par les décrets des saints pères »92. À lire le portrait qui en est fait, le duc apparaît bien comme le « siège des lois ». « Et il enserrait de ses lois les habitants de la terre de Normandie (incolasque Northmannicae telluris lege angebat) »93, finit par écrire Dudon de Richard Ier.

  • 94 DM, p. 159.
  • 95 DM, p. 173.
  • 96 Gilduin Davy, « Autour du pactus legis Normannorum : l’intégration des Normands de la Seine et le (...)
  • 97 Ainsi la fameuse allusion à la fidélité que Richard voue à Hugues Capet (Recueil des actes des du (...)
  • 98 Sur ce point : Pierre Bauduin, La première Normandie…, op. cit., p. 158-159.
  • 99 DM, p. 243.

27Au centre de ce tableau flatteur, l’attitude ducale vis-à-vis des étrangers est donc révélatrice de la restauration d’un principe de hiérarchies, ce que le chanoine répète à l’envi tout au long de son ouvrage. Par exemple, lorsque Rollon refuse d’Æthelstan la moitié de ses biens en récompense de son soutien et qu’il lui rétorque : « C’est à toi, roi, d’ordonner et à moi d’obéir (Tibi, domine rex, est imperare, mihi obedire) »94. Par exemple encore lorsqu’il s’adresse à l’émissaire de Robert de Neustrie qui souhaite l’associer à la révolte de son maître contre Charles le Simple : « Ton seigneur veut entrer en campagne et agir au-delà des lois (ultraque legem agere) »95. La formule est conforme à une vision classique et hiérarchisée des honores96, et elle ne préfigure a priori pas les relations entre la dynastie rollonide et la famille robertienne telles qu’elles existeront à partir des années 96097. Pour l’heure, Rollon est montré comme maîtrisant précocement mais parfaitement les règles de la société qu’il ambitionne d’intégrer. Hors ce respect, point d’intégration possible ! Et la séquence où Guillaume est tout d’abord réticent à répondre à l’appel à l’aide d’Herluin de Montreuil, au motif qu’Hugues le Grand est son seigneur, ne nous révèle pas autre-chose de ce respect des hiérarchies et des fidélités terrestres98. Mais en miroir, l’on pourra ajouter le passage du De moribus où Louis IV d’Outremer, ayant été vaincu par les troupes normanno-danoises, est capturé par un chevalier rouennais (« quidam Rotomagensis miles »). À celui-ci, le monarque aux abois promet tous les honneurs s’il le mène sain et sauf à Laon, jusqu’à le constituer roi au-dessus de lui si le miles le désire99. Voilà l’image pénétrante d’un roi qui, à l’opposé des ducs normands, perd tellement le sens des hiérarchies et bouleverse tellement l’ordre du monde qu’il en devient indigne. Pour les Normands de l’an Mil, cette indignité justifie parfaitement la dissolution des forces vives du royaume carolingien au profit de la famille capétienne.

  • 100 Voir nos remarques sur la lettre que Foulques de Reims avait écrite à Charles le Simple en 897 (« (...)
  • 101 DM, p. 187.
  • 102 C’est finalement reprendre un schéma classique : Yves Perrin, « L’étranger à Rome au Haut Empire, (...)
  • 103 DM, p. 154. Et que Dudon contredit du reste dans la formule « Gens Dacigena nescit famulari nisi (...)

28Nous ne nous sommes éloignés du sujet que pour mieux y revenir : si le jeu des hiérarchies participe de l’intégration des étrangers, c’est parce qu’il transcende les mondes céleste et terrestre dans une sorte de rapport vertical que les doctes carolingiens avaient appelé de leurs vœux au IXe siècle100. Au contraire, le rejet des hiérarchies est perçu comme un repoussoir à la cohésion. Ainsi, lorsque Guillaume Longue-Épée tente, tout en refusant de leur abandonner ses terres, de se concilier Rioulf et ses rebelles par des paroles de paix101, il se heurte non seulement à l’intransigeance diabolique de Rioulf mais aussi aux sarcasmes de ses propres fidèles, et notamment de Bernard le Danois. Cela revient à marquer une frontière entre, d’un côté, des Scandinaves qui tout à la fois demeurent dans l’erreur du paganisme et se révèlent incapables d’intégration, sont fauteurs de troubles et de désunion, rejettent le principe des hiérarchies et, en définitive, demeurent dans leur extranéité, c’est-à-dire d’une certaine manière dans leur animalité ; et, de l’autre côté, ceux d’entre les Danois ayant accepté de se soumettre à l’autorité du duc et à sa loi102, et qui sont constitutifs de la natio Normannorum. Dans cette optique, on comprend mieux le rôle des jeunes danois peu avant 911, lorsqu’ils réfutent le principe même de l’autorité d’un chef dans une répartie célèbre destinée à faire couler beaucoup d’encre103, et le rôle cathartique tenu par les jeunes vikings vers 960, lorsqu’ils excluent de se soumettre aux avis des sages qui les poussent à adopter le christianisme.

  • 104 Que l’on nous permette de renvoyer à : Gilduin Davy, « Naissance de l’institution ducale en l’an (...)
  • 105 DM, Apos., p. 222 : « Merito tibi subditur ista patria et regio ». 
  • 106 Gilduin Davy, Le duc et la loi…, op.  cit., p. 71.
  • 107 Par exemple : Jonas d’Orléans, Le métier de roi, éd. Alain Dubreucq, Paris, Le Cerf, 1995, III, p (...)
  • 108 Nous renvoyons à notre étude : « Autour du pactus legis Normannorum… », art. cité, particulièreme (...)

29C’est donc à l’unique condition du respect des hiérarchies, encore largement présent dans le fameux propos que Martin de Jumièges tient à Guillaume – propos dont on se souvient qu’il révèle au duc une organisation trinitaire de la société chrétienne104 – qu’est rendue viable la patrie normande, une patrie bâtie par la convergence d’éléments divers mais qui, parce que tous soumis à l’autorité ducale, se retrouvent unis dans le respect d’une même foi et d’une même loi. « C’est à toi que revient d’avoir soumis cette patrie et cette province », conclut alors Dudon à l’endroit de Richard105. Drapé dans une fonction ministérielle que les doctes carolingiens avaient mise à jour au premier tiers du ixe siècle106, le duc est montré comme le gardien du droit, le dispensateur de justice, le protecteur des étrangers, des orphelins et des veuves (advenis et pupillis et viduis defensorem)107. C’est aussi là tout l’enjeu des lois de Rollon telles que contées par le De moribus et que les successeurs du premier duc s’attachent à pieusement conserver. Le récit de ces lois n’a donc pas seulement pour objet de magnifier le retour à l’ordre après plusieurs décennies de prédations. Il a aussi pour fonction, dans une optique plus parabolique, d’insister sur l’adhésion de tous à des principes et valeurs communs et, finalement, par la conversion, d’insister sur la métamorphose des gentils et l’amalgame de peuples108.

  • 109 Nick Webber, The evolution of norman identity, 911-1154, Suffolk, The Boydell Press, 2005, p. 21.

30Il est désormais temps de conclure en rappelant que la fabrique de la nation normande est le produit d’un montage littéraire savant. Jusqu’à la fin du Xe siècle, le nom de « Normands » constituait un terme générique désignant un ramassis de pirates venus du Nord, principalement abordés sous l’angle de leur barbarie et de leur extranéité. Avec le récit de Dudon, le terme devient peu à peu un ethnonyme nouveau109. Tout au long du récit, Rollon et ses successeurs sont présentés comme les symboles d’une « normannitude » bien tempérée, et le produit d’un double héritage à la fois scandinave et franc, païen et chrétien, mêlant, à l’image de ce qu’est devenue la société normande de l’an Mil, les lignages et les héritages, s’unissant aux uns par le sang, aux autres par l’amitié.

  • 110 Sur le concept : Ugo Fabietti, L’identité ethnique. Histoire et critique d’un concept ambigu, Rom (...)
  • 111 L’identification des Normands aux Danois est encore largement présente au livre IV. Par exemple : (...)
  • 112 Par exemple, les « Northmannorum paganorum » (DM, p. 277).
  • 113 DM, p. 282 et 283.

31Pour autant, on peut douter de l’opportunité de qualifier d’ethnique stricto sensu l’identité échafaudée par le De moribus110. Le vocabulaire employé par le chanoine est souvent imprécis, et l’équilibre qu’il tente de trouver entre le souvenir de la gens Danorum et le devenir de la natio Normannorum reste parfois précaire111. Tout au long de l’ouvrage, Normands et Danois sont aussi bien distingués que confondus, et souvent seuls les qualificatifs permettent de savoir à quel groupe l’on a affaire112. Du reste, même les ducs ne rejettent pas leurs origines nordiques et Richard Ier, s’adressant aux chefs vikings qu’il tente d’amener à la foi chrétienne, les interpelle d’un « patres » très cicéronien113.

  • 114 La fameuse formule tirée des Miracula sancti Germani sur l’origine des Normands (« gens Danorum, (...)

32Dès lors, les critères de l’extranéité ne se résument pas au seul champ de l’ethnicité. Certes, Dudon ne peut totalement faire fi des antagonismes probablement encore sensibles à son époque, mais il est tenté de les dépasser. Chez lui, le seul étranger véritable est celui demeuré dans l’erreur du paganisme, laissé en marge de la communauté des fidèles et irrespectueux d’un ordonnancement divin du monde. Les autres, amenés ad fidem, sont irrésistiblement amalgamés à la communauté normande. En définitive c’est à travers les lois (celles des ducs comme celles de Dieu), plus qu’à travers ses ancêtres mythiques dans lesquels elle ne peut totalement se retrouver, que la natio Normannorum s’est forgée au XIe siècle une identité qu’elle défendra jusqu’à la période moderne114.

Haut de page

Notes

1 Régine Le Jan, « Remarques sur l’étranger au haut Moyen Âge », in L’image de l’autre dans l’Europe du Nord-Ouest à travers l’histoire, éd. Jean-Pierre Jessenne, Villeneuve d’Ascq, Université de Lille III-CHRENO, 1996, p. 121.

2 François-Louis Ganshof, « L’étranger dans la monarchie franque », Recueil de la Société Jean Bodin, 10, 1958, p. 29-30.

3 Claude Gauvard, « Avant-propos », in L’étranger au Moyen Âge, Actes du 30ème congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Göttingen, 1999), Paris, Publication de la Sorbonne, 2000, p. 7-8.

4 On consultera avec intérêt l’ouvrage de Wilfrid Besnardeau, Représentations de l’étranger au XIIe siècle. Des chansons de geste aux premières mises en roman, Paris, Honoré Champion, 2007.

5 Voir notamment Étrangers et sociétés. Représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, éd. Pilar González-Bernaldo, Manuela Martini, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

6 Nous ne pouvons que renvoyer aux recherches menées par Bernard d’Alteroche, notamment : De l’étranger à la seigneurie à l’étranger au royaume XIe-XVe siècle, Paris, LGDJ, 2002.

7 Sigmund Freud, Das Unheimliche, éd. et trad. Marie Bonaparte et Édouard Marty, Paris, Gallimard, 1933.

8 Éginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. Louis Halphen, Paris, Honoré Champion, 1923, 7, p. 23 : « […] quia Saxones, sicut omnes fere Germaniam incolentes nationes, et natura feroces et cultui daemonum dediti nostraeque religioni contrarii, neque divina neque humana jura vel poluerer vel transgredi inhonestum arbitrabantur ».

9 Cf. Éric Bournazel, « De l’usage du droit pénal pour l’intégration des peuples. Le capitulaire saxon de 785 », in Doctrine et pratiques pénales en Europe, éd. Jean-Marie Carbasse et Maïté Ferret-Lesné, Montpellier, Faculté de Droit et de Science politique de Montpellier, 2012, p. 71-86.

10 Élisabeth Malamut, « Les peuples étrangers dans l’idéologie impériale. Scythes et Occidentaux », in L’étranger au Moyen Âge, op. cit., p. 119-120.

11 Sur ce point : Magali Coumert, « La mémoire de Troie au haut Moyen Âge en Occident », in Les villes capitales en Occident, Actes du 36ème congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Istanbul, 2005), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 327-347.

12 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum [désormais DM], éd. Jules Lair, Caen, Le Blanc-Hardel, 1865 (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 23), p. 130 : « Igitur Daci nuncupantur a sui Danai, vel Dani, glorianturque se ex Antenore progenitus ».

13 Pierre Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile : l’» Enéide » au service de la cause normande », in Cahier des Annales de Normandie, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, 23, 1990, p. 228.

14 Bède, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, éd. et trad. Olivier Szerwiniack, Florence Bourgne, Jacques Elfassi, Mathieu Lescuyer et Agnès Molinier, Paris, Les Belles Lettres, Paris, 1999, v, 9.

15 Thégan, Gesta Hludowici imperatoris, éd. Ernst Tremp, MGH, Scriptores rerum Germannicarum, 64, Hanovre, 1995, p. 256.

16 Pour l’aristocratie guerrière, voir les remarques de Lucien Musset (« L’aristocratie normande au XIe siècle » in La noblesse au Moyen Âge, essais à la mémoire de Robert Boutruche, dir. Philippe Contamine, Paris, Presses universitaires de France, 1976, p. 71-96).

17 C’est encore ce que l’on trouve à la fin du XVIIIe siècle sous la plume de Georges-Félix Frigot, conseiller honoraire au bailliage de Valognes (Coutume de Normandie avec l’extrait des différents commentateurs, I, Coutances, chez G. Goubert, 1779, p. 1).

18 Karl-Ferdinand Werner, « Les nations et le sentiment national dans l’Europe médiévale », Revue historique, 244, 1970/1, p. 285-304, notamment p. 302.

19 Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe -XIe siècles). Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 18.

20 Sur ce point, voir aussi : Laurence Mathé-Maille, « La Fabrique de la Normandie dans les chroniques de Dudon, Wace et Benoît de Sainte-Maure », in La Fabrique de la Normandie, actes du colloque organisé à l’Université de Rouen en décembre 2011, dir. Michèle Guéret-Laferté et Nicolas Lenoir, Publications numériques du CÉRÉdI, 5, 2013, notamment p. 4.

21 Gilduin Davy, Le duc et la loi. Héritages, images et expressions du pouvoir normatif dans le duché de Normandie, des origines à la mort du Conquérant (fin du IXe siècle-1087), Paris, De Boccard, Coll. « Romanité et modernité du droit », 2004, p. 171.

22 DM, p. 254 : « Contra Dacos et Alanos Gothosque et Hungros sæpe dimicavi ; verum contra Northmannos nunquam certames inii ».

23 Ibidem : « Aciebus præparatis lacescens eos, expugnabo civitatem et dissipabo dispergens advenæ gentis plebem ». 

24 Dans la tradition chrétienne, l’exil est consubstantiel à l’expansion de la foi. La spiritualité chrétienne, enracinée dans la tradition biblique, invite l’homme à la mise en route. Aux enfants d’Abraham, parti sur l’ordre de l’Éternel (« Quitte ton pays, ta famille et la maison de ton père », Gen., xii, 1), l’Église ne cesse de répéter qu’ils doivent se considérer comme « étrangers et voyageurs sur la terre » (He., xi, 13). « Ceux qui s’avancent dans les voies de la sagesse du Seigneur, dit Origène, n’ont pas de maisons stables... car ils ne sont pas parvenus au terme, mais des tentes dans lesquelles ils marchent et progressent toujours. Et plus ils progressent, plus la voie qui s’ouvre à leur marche augmente et s’étend à l’infini » (Christiane Deluz, « Partir c’est mourir un peu. Voyage et déracinement dans la société médiévale », in Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Actes du 26ème congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Aubazine, 1995), Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 1996, p. 292).

25 N’oublions toutefois pas qu’ils sont souvent assimilés au bras vengeur du Seigneur qui s’abat sur le peuple franc ratione peccati. Sur ce point : Simon Coupland, «The Rod of God’s Wrath or the People of God’s Wrath? The Carolingian Theology of the Vikings Invasions», Journal of Ecclesiastical History, 42, 1991, p. 535-554.

26 DM, p. 279.

27 DM, p. 130.

28 Ibidem. On lira avec intérêt les pages qu’Emily Albu consacre à la question chez Dudon (The Normans in their Histories: Propaganda, Myth and Subversion, Woodbridge, The Boydell Press, 2001, notamment p. 40-45), mais plus largement au thème dans l’historiographie normande au Moyen Âge.

29 La bibliographie est imposante. Pour un aperçu général, on pourra consulter : Métamorphose et bestiaire fantastique au Moyen Âge, éd. Laurence Harf-Lancner, Paris, ÉNM, 1985. Pour une approche plus juridique, on se reportera à l’étude déjà ancienne mais toujours pertinente de Georg Christoph von Unruh, « Wargus. Friedlosigkeit und magisch-kultische Vorstellungen bei den Germanen », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, GA, 74, 1957, p. 1-40. En dernier lieu, sur ce thème : Ninon Maillard et Jacques Péricard, « Du lupus diabolicus au saint Loup : un discours religieux et institutionnel pour l’assimilation du païen », Revue Semestrielle de Droit Animalier, 2014/1, p. 381-396.

30 DM, p. 218. À ce sujet, voir : Bernard Sergent, « Les troupes de jeunes hommes et l’expansion indo-européenne », Dialogues d’histoire ancienne, 29, 2003/2, notamment p. 22 et notes.

31 Sur ce point, voir entre autres : Gilduin Davy, « Urbem impune adeunt atque incendunt : jalons pour une relecture des prédations normandes dans les Annales de Prudence de Troyes », in Orient-Occident, image de soi, image de l’autre, dir. Soazick Kerneis, Paris, L’Harmattan, 2011 [Droit et Cultures, hors-série], spécialement p. 58.

32 DM, p. 145.

33 DM, p. 149.

34 DM, p. 183.

35 DM, p. 234-235.

36 DM, p. 238.

37 C’est ce que Thibaud fait croire au roi (DM, p. 265) mais aussi ce dont Rioulf accuse Guillaume Longue-Épée (DM, p. 187). C’est encore la menace qui pèse sur Louis IV d’Outremer, fraichement oint après son retour d’Angleterre (DM, p. 194).

38 Sur cette image prégnante, en dernier lieu : Pierre Bauduin, « Richard II de Normandie : figure princière et transferts culturels (fin dixième – début onzième siècle) », Anglo-Norman Studies, XXXVII, Proceeding of the Battle Conference 2014, éd. Elisabeth van Houts, Londres, The Boydell Press, 2015, p. 57-58.

39 Un point dans : Pierre Bouet, « Les chroniqueurs francs et normands face aux invasions vikings », in L’héritage maritime des Vikings en Europe de l’Ouest, éd. Élisabeth Ridel, Caen, Presses universitaires de Caen, 2002, p. 54-74 ; Catherine Bougy, « Comment les chroniqueurs du XIIe siècle ont-ils perçu les invasions vikings ? », ibid., p. 75-100.

40 DM, Oratio Rollonis, p. 149.

41 DM, p. 181.

42 DM, p. 223.

43 DM, p. 289.

44 Sur la combinaison altérité-identité, on pourra consulter le travail de Thomas Foerster, Vergleich und Identität : Selbst- und Fremddeutung im Norden des hochmittelalterlichen Europa, Berlin, Akademic Verlag [Europa im Mittelalter, 14], 2009, notamment p. 9-11.

45 DM, p. 282.

46 Quid des habitants de l’Hiémois qui ne sont pas nommés ? Les Ébroïciens ne sont, eux, mentionnés que par rapport au comitatus Ebroicacensem (DM, p. 234) ou à l’urbs Ebroicacensem (DM, p. 279). Richer est cependant à peine plus prolixe quand il évoque les otages que les Ébroïciens remettent à Louis IV (Richer von Saint-Remi, Historia, éd. Hartmut Hoffmann, MGH, Scriptores…, 38, Hanovre, 2000, Liv. II, 42).

47 Sur ces étapes, voir notamment : Jean Renaud, Les Vikings et la Normandie, Rennes, Ouest-France, 1989, p. 65.

48 Cassandra Potts, «Atque unum ex diversis gentibus populum effecit : Historical Tradition and the Norman Identity», Anglo-Norman Studies XVIII, Proceedings of the Battle Conference 1995, éd. Christopher Harper-Bill, Woodbridge, Boydell Press, 1996, p. 141. David Bates parle d’une « révolte » (Normandy before 1066, Londres et New-York, Longmans, 1982, p. 13).

49 En dernier lieu : Jean-Pierre Poly, « Les Saxons du Bessin et leurs compagnons. Ethnies et acculturation en Gaule du Nord au début du Moyen Âge », in La Normandie, terre de traditions juridiques, Gilduin Davy et Yves Mausen (dir.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre [Cahiers historiques des Annales de droit, 2], 2016, p. 26-87.

50 L’Anglo-saxon Chronicle évoque ainsi à l’année 920 la venue en terre franque du jarl Thorketil « avec tous ceux qui avaient accepté de le suivre » (The Anglo-saxon Chronicles, éd. Michaël Swanton, Londres, Phoenix Press, vers. A, a° 920, p. 100).

51 Lucien Musset, « Essai sur le peuplement de la Normandie (VIe-XIIe siècle) », in Nordica et Normannica. Recueil d’études sur la Scandinavie ancienne et médiévale, les expéditions des Vikings et la fondation de la Normandie, Paris, Société des études nordiques [Studia Nordica, I], 1997, p. 98-99.

52 DM, p. 185.

53 DM, p. 195.

54 DM, p. 191.

55 Sur ce point : Lucien Musset, « Un millénaire oublié : la remise en place de la hiérarchie épiscopale en Normandie autour de 990 », in Papauté, monachisme et théories politiques, éd. Pierre Guichard, Lyon, Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales, 1994, notamment p. 566. Voir aussi : Samantha Kahn Herrick, «Reshaping the Past on the Early Norman Frontier: The Vita Vigoris», The Haskins Society Journal: Studies in Medieval History, 12, 2003, p. 139 et notes.

56 Élisabeth Ridel, « A-t-on vraiment parlé la « langue danoise » à Bayeux vers 940 ? Une relecture de Dudon de Saint-Quentin », Cahier des Annales de Normandie, Mélanges Pierre Bouet, 32, 2002, notamment p. 136-137. Sur les langues scandinaves : Maurice Gravier, « Scandinavie et langues scandinaves », Cahier des Annales de Normandie, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, 23, 1990, particulièrement p. 98. Rappelons l’importance de la langue dans cette intégration (DM, Apos., p. 280 : « Linguarum, diversarumque sciens regionum » ; DM, p. 177 : « et lingua trimodo proloquo struens » ; DM, p. 292 : « lingua eruditus »).

57 DM, p. 221-222 : « […] ut queat sermocinari profusius olim contra Dacigenas ».

58 Emmanuel Filhol, « L’image de l’autre au Moyen Âge. La représentation du monde rural dans le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle », Cahiers d’histoire, 45, 2000/3, p. 3-4.

59 DM, p. 237.

60 Et c’est encore « propter amorem Ricardi pueri » (DM, p. 240) qu’ils accompagnent le chef Haigrold ultra Divae pour venir au secours de leur jeune prince.

61 DM, p. 242.

62 Sur le siège de Saint-Lô, la trahison des pirates et le massacre de l’évêque Lista, voir le témoignage de Réginon (History and Politics in late Carolingian and Ottonian Europe. The Chronicle of Regino of Prüm and Adalbert of Magdeburg, éd. Simon Mac Lean, Manchester et New York, Manchester University Press, 2009, a. 890, p. 208).

63 La Normandie avant les Normands, de la conquête romaine à l’arrivée des Vikings, dir. Élisabeth Deniaux, Claude Lorren, Pierre Bauduin et Thomas Jarry, Rennes, Ouest-France, 2002, p. 368.

64 Sur ce point, on consultera les travaux de René Lepelley, notamment « Traces des Vikings dans la toponymie actuelle de la Normandie », Annales de Normandie, 52ème année, 2002/3, p. 195-223.

65 DM, p. 204 : « Si primi gratia mea militiæque palma, majoreque honore et præcellente in domo mea frui vultis, palos de vallo Monasterioli castri afferre mihi non differatis, obstantesque nobis castrumque tenentes captos mihi adducatis ».

66 DM, p. 287.

67 Ceci expliquerait pourquoi l’évêque de Coutances ne regagne son siège que dans les années 1020. Sur ce point : Bernard Jacqueline, « Institutions et état économico-social du diocèse de Coutances de 836 à 1093 d’après la Gesta Gaufridi », Revue historique de droit français et étranger, 58, 1980, p. 227-239.

68 DM, p. 152-153. Sur ce « pacte de Jumièges », voir : Jacques Le Maho, « Les Normands de la Seine à la fin du IXe siècle », in Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, dir. Pierre Bauduin, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, p. 176-179.

69 Par exemple : Recherches historiques sur les droits de la province de Normandie, s. a., s. l., 1788, p. 5.

70 Claude Carozzi, « Des Daces aux Normands. Le mythe et l’identification d’un peuple chez Dudon de Saint-Quentin », in Peuples du Moyen Âge, problèmes d’identification, dir. Claude Carozzi et Huguette Taviani-Carozzi, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1996, p. 16.

71 Sur ce point : les échanges autour du poème irlandais Moriuth (Lucien Musset, « Le satiriste Garnier de Rouen et son milieu », Revue du Moyen Âge latin, X, 1954, p. 237-258, et les réserves de datations d’Elisabeth van Houts, «The Date of Warner of Rouen’s Moriuth», Speculum, 73, 1998, p. 621-623) et les liens entre les marchands normands et l’espace anglo-scandinave (Bruno Sintic, « Le tarif douanier de Londres (vers 997-1000), ou les relations commerciales anglo-normandes vers l’an Mil » in La Normandie vers l’an Mil, éd. François de Beaurepaire et Jean-Pierre Chaline, Rouen, Société d’histoire de Normandie, 2000, p. 199-200).

72 Aperçu dans Stéphane Lebecq, « La Neustrie et la mer », in La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, vol. 1, dir. Hartmut Atsma, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 1989, p. 434.

73 Sur l’activité économique de Rouen à la fin du Xe siècle, un aperçu dans : Jacques Le Maho, « Coup d’œil sur la ville de Rouen autour de l’an Mil », in La Normandie vers l’an Mil, op. cit., p. 175-177.

74 Arnaud Lestremau et Lucie Malbos, « Migrations et mouvements de population autour des mers du Nord (VIIe-XIe siècle). L’exemple des sites portuaires », in « Arriver en ville. » Les migrants en milieu urbain au Moyen Âge, dir. Cédric Quertier, Roxane Chilà et Nicolas Pluchot, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, notamment p. 33-50.

75 DM, Apos., p. 224 : « Portus, quem vegetat Belgicus, et Celticus, Anglicus, gaude tripudians, laetificans, exhilarans, quia perfectus senior et dominus legifer est tibi ».

76 DM, p. 221.

77 Duc qu’il ne manque du reste pas de rappeler sans ménagement à ses devoirs Ainsi, lors de la révolte de Rioulf, Bernard n’hésite pas à menacer Guillaume de retourner en Dacie, leur terre d’origine (« nostrae nativitatis terram ») si, « effeminatus », il ne combat pas les rebelles (DM, p. 189-190).

78 DM, p. 248 : « et res dominici juris indecenter sibi usurpabat ».

79 DM, p. 249.

80 DM, p. 237 : « Bajocasenses Constantinensesque hanc custodiebant urbem, Francisco Angliscosque in portu eminentem ».

81 Julien Bellarbe, « La ‘nation’ aquitaine dans l’historiographie monastique du sud de la Loire (VIIIe-XIIe siècles) », Revue de l’IFHA, 6, 2014, p. 5.

82 Notamment à travers ce trait d’humour que Guillaume Longue-Épée lance à l’endroit des Poitevins qu’il qualifie de « toujours timides, frigides aux armes et avares » (DM, p. 192 : « Pictavenses semper sunt timidi frigidique armis et avari »).

83 DM, p. 146 (« hominesque regionis illius ditioni suae fidelitatis gratia vinculoqusese subjugarent »).

84 DM, p. 130.

85 DM, p. 286. 

86 DM, Apos., p. 153 : « Ædificanda tuis hæc patria fonte novatis. Urbe dabis populis leges et fœdera in ista, juraque districtæ pariter formidine pœnæ ».

87 DM, p. 159.

88 Comme cela est du reste le cas dans l’Empire d’Orient au même moment (Élisabeth Malamut, « Les peuples étrangers dans l’idéologie impériale », art. cité, p. 119).

89 Gilduin Davy, « Le fils, le père et le saint : les trois piliers de la Respublica Normannorum » in Le fait religieux et la construction de l’État, Cécile Bargues, Géraldine Giraudeau et Nicolas Haupais (dir.), Paris, Pedone, 2016, p. 15-31.

90 Sur cette idée : Pascale Bourgain, « L’assimilation des nouveaux peuples à la culture chrétienne d’après leurs historiographes », Annuaire-bulletin de la société d’histoire de France, 1996, p. 31.

91 DM, Apos., p. 170 : « Da leges populo, doctis sancitaque jura ».

92 DM, p. 196 : « Nemo justior in factis, nemo sanctior in dictis, nemo potentior in armis. Nullus audet alii in regno suo præjudicium facere, nullum furtum et sacrilegium perpetrare. Vivunt incolæ terræ illus legibus afflicti concordes, decretisque sanctorum Patrum cœrciti morantur unanimes ».

93 DM, p. 262.

94 DM, p. 159.

95 DM, p. 173.

96 Gilduin Davy, « Autour du pactus legis Normannorum : l’intégration des Normands de la Seine et le mythe des premières lois ducales », in La Normandie, terre de traditions juridiques, op. cit., p. 97-100.

97 Ainsi la fameuse allusion à la fidélité que Richard voue à Hugues Capet (Recueil des actes des ducs de Normandie, 911-1066, éd. Marie Fauroux, Caen, 1961 [Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 36], n°3).

98 Sur ce point : Pierre Bauduin, La première Normandie…, op. cit., p. 158-159.

99 DM, p. 243.

100 Voir nos remarques sur la lettre que Foulques de Reims avait écrite à Charles le Simple en 897 (« Autour du pactus… », art. cité, p. 97 et notes correspondantes).

101 DM, p. 187.

102 C’est finalement reprendre un schéma classique : Yves Perrin, « L’étranger à Rome au Haut Empire, ou des vertus et des limites d’un questionnement anachronique », in Étrangers et sociétés…, op. cit., p. 29-31.

103 DM, p. 154. Et que Dudon contredit du reste dans la formule « Gens Dacigena nescit famulari nisi uni soli seniori » (DM, p. 237). Sur cette égalité, voir nos remarques (Gilduin Davy, Le duc et la loi…, op. cit., p. 285 et notes correspondantes).

104 Que l’on nous permette de renvoyer à : Gilduin Davy, « Naissance de l’institution ducale en l’an Mil. Le témoignage de Dudon de Saint-Quentin », in L’institution. Passé et devenir d’une catégorie juridique, dir. Jean-Philippe Bras, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 44-45.

105 DM, Apos., p. 222 : « Merito tibi subditur ista patria et regio ». 

106 Gilduin Davy, Le duc et la loi…, op.  cit., p. 71.

107 Par exemple : Jonas d’Orléans, Le métier de roi, éd. Alain Dubreucq, Paris, Le Cerf, 1995, III, p. 188-189.

108 Nous renvoyons à notre étude : « Autour du pactus legis Normannorum… », art. cité, particulièrement p. 106-115.

109 Nick Webber, The evolution of norman identity, 911-1154, Suffolk, The Boydell Press, 2005, p. 21.

110 Sur le concept : Ugo Fabietti, L’identité ethnique. Histoire et critique d’un concept ambigu, Rome, Carocci editore, 2009, notamment p. 4-5. Sur l’identité dans les « mondes normands » : Identité et ethnicité. Concepts, débats historiographiques, exemples (IIIe-XIIe siècle), dir. Véronique Gazeau, Pierre Bauduin et Yves Modéran (dir.), Caen, Publications du CRAHAM, 2008.

111 L’identification des Normands aux Danois est encore largement présente au livre IV. Par exemple : DM, p. 282 (« Tunc Northmanni, qui et Daci ») ; DM, p. 283 (« convocatis clam majoris potentiae senibus ex genere Northmannico »). Ces occurrences désignent toutes des Normands païens. Du reste, à trop vouloir magnifier l’étendue du pouvoir ducal, le De moribus laisse souvent le lecteur dubitatif. Notamment lorsqu’il écrit que Richard Ier commandait aux Bourguignons, censurait et réprimandait les Aquitains, gouvernait les Bretons et les Normands, menaçait et détruisait les Flamands, se conciliait les Danois, les Lotharingiens et les Saxons ; que les Anglais se soumettaient à lui, et que les Scots et les Irlandais étaient régis par son patronage (DM, p. 265) ; ou quand il écrit qu’il pacifia les Francs et les Lotharingiens, les Bourguignons et les Flamands, les Anglais et les Irlandais, les Normands et les Bretons (DM, p. 295).

112 Par exemple, les « Northmannorum paganorum » (DM, p. 277).

113 DM, p. 282 et 283.

114 La fameuse formule tirée des Miracula sancti Germani sur l’origine des Normands (« gens Danorum, qui vulgo Nortmanni, id est Septentrionales homines appelantur », AASS, Mai, VI, p. 787 D) citée par Delphine Planavergne (« Les Normands avant la Normandie: les invasions scandinaves en Neustrie au IXe siècle dans l’hagiographie franque », in Les fondations scandinaves en Occident…, op. cit., p. 42) est-elle fondamentalement « ethnogénétique » ou bien renvoie-t-elle seulement à l’approche eschatologique appuyée sur le Livre de Jérémie et communément admise par les sources franques ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilduin Davy, « Altérité, pluralité et unité : le cheminement de l’identité normande au Xe siècle », Droit et cultures, 76 | 2018, 165-182.

Référence électronique

Gilduin Davy, « Altérité, pluralité et unité : le cheminement de l’identité normande au Xe siècle », Droit et cultures [En ligne], 76 | 2018/2, mis en ligne le 12 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/4797

Haut de page

Auteur

Gilduin Davy

Gilduin Davy est professeur d’Histoire du droit à l’Université Paris Nanterre et président de la Société Jean Yver pour l’histoire du droit et des institutions des pays de l’ouest de la France. Il a publié et dirigé plusieurs études consacrées à la Normandie médiévale et à la pensée juridique dans la Normandie moderne (en dernier lieu : La Normandie, terre de traditions juridiques, G. Davy et Y. Mausen (dir.), Rouen, PURH [Cahiers historiques des Annales de droit, 2], 2016). Ses recherches l’on aussi amené à explorer la culture juridique dans la Scandinavie médiévale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals