Navigation – Plan du site
Dossier : La vie des personnes LGBT en dehors des grandes villes

Une législation (in)utile ? Les politiques urbaines et les expériences des LGBT à Wroclaw, Pologne

The (Un)useful Law? City Policies and LGBT Experiences in Wroclaw, Poland
Monika Baer, Katarzyna Majbroda et Janina Radziszewska
p. 69-88

Résumés

Le propos de cet article est d’analyser comment le caractère apparemment universel des dispositions légales dans la Pologne contemporaine – lesquelles font figurer l’orientation sexuelle dans la liste des motifs protégés uniquement dans le cadre de l’emploi – a identifié les initiatives du mouvement LGBT polonais fondées sur une politique identitaire et un paradigme de droits civiques de type (néo)libéral. Ses tentatives d’inclure les « minorités sexuelles » dans un concept hégémonique de citoyenneté par le biais d’un recours à des mesures législatives n’ont pas encore abouti. Mais le mouvement a réussi à introduire progressivement l’idée d’une citoyenneté culturelle et juridique LGBT dans l’imaginaire collectif de la société polonaise. Les résultats réels de cette situation au sens large à l’échelle nationale, européenne et mondiale, vont être abordés dans le contexte des interactions entre la municipalité et les résidents LGBT de Wroclaw. Alors que la municipalité affirme que les citoyens LGBT sont inclus dans les mesures générales de lutte contre les discriminations, les activistes LGBT assurent que la municipalité ne les reconnait pas en tant que tels et renâcle à coopérer. À l’inverse, d’autres résidents LGBT ne considèrent pas qu’une telle reconnaissance et/ou coopération soit souhaitable, ce qui, à son tour, problématise les principes fondamentaux d’un activisme LGBT polonais dominant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mark Goodale, Anthropology and Law: A Critical Introduction, New York, New York University Press, (...)
  • 2 Richard Ashby Wilson, «Conclusion: Tyrannosaurus Lex: The Anthropology of Human Rights and Transn (...)
  • 3 Hana Červinková, «Producing Homogeneity as a Historical Tradition: Neo-conservatism, Precarity an (...)
  • 4 Etienne Balibar, We, the People of Europe? Reflections on Transnational Citizenship, Princeton, P (...)

1Le droit en tant qu’objet d’analyse a constitué un thème d’intérêt pour les études sociales depuis les débuts de la formation des disciplines scientifiques au XIXe siècle. Cependant, depuis les années 1990, en raison des processus politiques, économiques, sociaux et culturels nés avec la fin de la Guerre Froide, les phénomènes qui ont surgi aux intersections du droit et de la société ont commencé à nécessiter des approches analytiques différentes de celles utilisées jusqu’alors. Mark Goodale déclare que les analyses concernant le droit (évoquées ici à propos de l’exemple de l’anthropologie) sont devenues à l’heure actuelle une métonymie pour les études critiques de l’époque contemporaine. Il conceptualise l’anthropologie contemporaine du droit « comme une étude critique des liens entre droit, identité, inégalité et pouvoir »1. Prenant en compte le fait que le droit sert non seulement à constituer un ordre social, mais fournit également les outils qui déstabilisent cet équilibre, il devient un espace de « politiques par d’autres moyens »2. En lien direct avec le droit, le concept de « citoyenneté » opère selon une logique similaire. D’une part, il « demeure l’un des derniers bastions de l’État et un instrument clef de son contrôle »3. D’autre part, les services sociaux en font une pratique et un processus, et non une forme stable4.

2Cet article analyse la manière avec laquelle une situation juridique de prétendues minorités sexuelles en Pologne définit une activité des droits politiques luttant pour la reconnaissance d’une citoyenneté juridique et culturelle LGBT et comment cette activité est perçue par des personnes que cela pourrait potentiellement intéresser. Nous démontrons comment un contexte social et juridique plus large en Pologne, résultat de conditions spécifiques nationales, européennes et mondiales, identifie la situation à un niveau local, avec pour toile de fond les relations entre la municipalité et les résidents LGBT de la ville de Wroclaw, dans le sud-est de la Pologne.

  • 5 Le travail de terrain a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche-action : « Divercity: (...)

3Notre analyse se fonde sur le matériel collecté durant une recherche ethnographique de terrain conduite à Wroclaw entre mai 2016 et octobre 20175. Si l’on excepte les interviews structurés, semi-structurés et en profondeur ainsi que les discussions dans des groupes de réflexion, les données ont été obtenues lors d’ateliers et de formations, grâce à la participation à des événements publics importants pour les milieux activistes de Wroclaw, et par l’analyse de déclarations publiques, par voie de presse, de sites internet ou de matériels d’information principalement.

  • 6 Pierre Bourdieu, Distinction: A Social Critique of the Judgement of Taste, trad. Richard Nice, Ca (...)

4Le groupe de recherche consistait en 30 personnes, comprenant 12 acteurs de terrain et 18 personnes LGBT. Les acteurs de terrain représentaient les institutions municipales et étatiques, le secteur des ONG et des cercles informels d’activistes impliqués dans la prévention et la lutte contre les discriminations, le discours de haine et la criminalité aux motifs de préjugés divers qui (au moins potentiellement) comprenaient la LGBTphobie. Les personnes LGBT étaient différenciées sur la base du genre et des identités/ expressions sexuelles ainsi que par l’âge et la religion, mais ni en termes d’origine ethnique ou de statut social. Ces personnes étaient toutes d’origine ethnique polonaise et pouvaient être pour la plupart classées parmi les membres de la « classe moyenne ». Bien que de capital économique et de mode de vie variables, ils possédaient des ressources sociales et culturelles similaires6. Ceci a entrainé une vision plus ou moins homogène de « l’expérience LGBT » à Wroclaw. Cependant, on doit noter qu’il s’agit là du seul et unique type « d’expérience LGBT » visible dans l’espace public de cette ville.

  • 7 Stanisław Woda, «Status Publicznych Zachowań Homosekualnych w Polskim Systemie Wykroczeń», Libert (...)
  • 8 Une forme étatique dans la période 1952-1989.
  • 9 Agnieszka Kościańska, Płeć, Przyjemność i Przemoc: Kształtowanie Wiedzy Eksperckiej o Seksualnośc (...)
  • 10 Lukasz Szulc, Transnational Homosexuals in Communist Poland: Cross-Border Flows in Gay and Lesbia (...)
  • 11 Ibidem, p. 91-117 ; cf. Krzysztof Tomasik, Gejerel: Mniejszości Seksualne w PRL-u, Warszawa, Wyda (...)

5Si on le compare à d’autres pays européens, le droit polonais a été relativement progressiste et l’homosexualité ne constitue plus un délit depuis 1932. Depuis 1969, date à laquelle la prostitution homosexuelle ne constitue plus un délit non plus, le droit polonais n’a plus fait état directement de catégories de genres/sexualités non normatives7. Cependant, la situation juridique dans la République Populaire de Pologne (PRL)8 n’a suscité aucune perception de ces catégories comme déviantes que ce soit dans le discours public ou privé. En termes généraux, du temps de la PRL, « l’homosexualité » était largement une affaire privée – ce qui peut s’inscrire dans le contexte plus large du caractère privé de la sexualité en général9. Bien que des formes non-normatives de genre/sexualité dans la PRL n’aient pas été d’un intérêt particulier pour le parti au pouvoir, l’Église catholique ou les médias, plus l’homosexualité est devenue visible, plus elle a fait l’objet de répression. Dans ce contexte, on garde en particulier en mémoire l’Opération Hyacinthe dans le milieu des années 1980 au terme de laquelle les services de sécurité ont arrêté et répertorié les homosexuels. Lukasz Szulc affirme que cela a fait fonction d’« événement catalyseur » comparable aux mythiques émeutes de Stonewall : « Même si l’Opération Hyacinthe n’a pas engendré de protestation organisée (…), elle a contribué à apporter de l’eau au moulin des initiatives militantes »10. En raison des activités, dans des périodes antérieures, de groupes du milieu des années 1980 telle que Etap à Wroclaw, le Filo à Gdansk ainsi que le Mouvement homosexuel de Varsovie, la première organisation de gays et lesbiennes, l’Association des Groupes Lambda, fut enregistrée en 199011.

  • 12 Florence E. Babb, «Neither in the Closet nor on the Balcony: Private Lives and Public Activism in (...)
  • 13 Monika Baer, «Let Them Hear Us! The Politics of Same-Sex Transgression in Contemporary Poland», i (...)
  • 14 Błażej Warkocki, «Trzy Fale Emancypacji Homoseksualnej w Polsce», Porównania, vol. 15, issue 15, (...)

6Dans la décennie suivante, cependant, les initiatives des communautés gays et lesbiennes étaient pour la plupart des initiatives d’entraide. Leur but était de construire une tolérance sociale de l’homosexualité, de créer une identité positive pour les gays et lesbiennes et d’agir pour prévenir et lutter contre le SIDA. Comme ailleurs dans le monde, un tournant vers un capitalisme néolibéral a offert de nouvelles perspectives de vie pour les personnes en possession d’un capital adéquat de nature matérielle, sociale ou culturelle12. En Pologne, dans les années 1990, on a assisté à l’apparition de clubs, d’agences d’escorte, de magazines érotiques ainsi que de publications et d’événements sociopolitiques au profit de personnes non-hétéronormatives. Depuis le début des années 1990, l’Internet est également devenu un espace très important pour la communauté LGBT. Cependant, le développement d’infrastructures commerciales a eu un impact négatif sur l’activisme en raison de la pression à devoir rapporter des bénéfices matériels tangibles qui prirent le pas sur les gains socio-politiques13. Błażej Warkocki souligne que ce qu’on a appelé la « question homosexuelle » dans les années 1990 n’a pas fait partie des aspects importants du discours public14. La situation a commencé à évoluer dans les premières années du XXIe siècle lorsque, parallèlement à des genres/sexualités « privatisées », non normatives fonctionnant en marge de la vie sociale du plus grand nombre, des versions « politisées » de celles-ci ont commencé à émerger dans les espaces publics.

  • 15 Michał Pawlęga, Przemysław Godzisz, Przestępstwa Motywowane Uprzedzeniami: Dylematy, Wyzwania, St (...)
  • 16 Paweł Leszkowicz, «Przełamując Hetero-Matrix: Wojna Seksualna w Polsce i Kryzys Praw Człowieka», (...)
  • 17 Jurgen Habermas, «The Public Sphere», in: Steven Seidman (ed.), Jurgen Habermas on Society and Po (...)
  • 18 Joanna Mizielińska, «Travelling Ideas, Travelling Times: On the Temporalities of LGBT and Queer P (...)
  • 19 Eadem, «Let Them Hear Us!»…; Eadem, « L’invisible visible... ».

7L’apparente neutralité de la loi polonaise ayant entrainé un écart substantiel en ce qui concerne la prévention et la lutte contre la discrimination et l’oppression au motif des identités sexuelles et de leur expression15, la pratique juridique et sociale en Pologne a été fréquemment décrite comme typique d’un stade de pré-émancipation16. Il en résulte, depuis le début du XXIe siècle, que le mouvement LGBT s’est développé dans le cadre d’une « identité sexuelle » fondée sur la notion de Jürgen Habermas d’une sphère publique où « les personnes [s’identifiant comme de même sexe] se réunissent pour former un public, (…) [et pour] s’attaquer aux questions d’intérêt général sans contrainte »17. Joanna Mizielińska note qu’en raison du fait que la Pologne « existe dans une géotemporalité différente de l’Occident, l’activisme LGBT polonais ne peut être simplement classé comme « identitaire » ou « queer » du fait qu’il est composé d’une « mixture d’idées qui représentent les diverses étapes historiques de l’activisme LGBT que l’on retrouve en Occident »18. Néanmoins, bien que les stratégies particulières diffèrent, les activités générales ont été consacrées principalement aux politiques identitaires et au paradigme des droits civiques de type (néo)libéral visant la reconnaissance d’une citoyenneté culturelle et juridique pour les « minorités sexuelles ». Depuis 2003, un partenariat civil (récemment remplacé par l’égalité d’accès au mariage) constitue le postulat le plus important et la plateforme de revendication commune pour le militantisme gay et lesbien19. En conséquence, mise à part la lutte pour une visibilité accrue dans la sphère publique (illustrée par le développement du secteur des ONG et de la société civile LGBT, des gay prides et de diverses campagnes, de rapports et de manuels d’éducation), le droit est devenu un espace important pour négocier le positionnement des citoyens LGBT dans la Pologne démocratique.

  • 20 Constitution de la République de Pologne du 2 avril 1997 http://www.sejm.gov.pl/prawo/konst/ angi (...)
  • 21 Patrycja Pogodzińska, «Ewolucja Przepisów Antydyskryminacyjnych w Systemie Unii Europejskiej a Sy (...)
  • 22 Łukasz Bojarski, Report on Measures to Combat Discrimination: Directives 2000/43/EC and 2000/78/E (...)

8Le fait d’adapter le système juridique polonais aux réalités issues de ce qu’on a appelé les processus transitionnels après 1989 dans le contexte de la législation interdisant la discrimination depuis ses tout débuts, a été d’un caractère plus universel que particulier, en se référant à une logique de « droits humains » plutôt qu’à la protection de groupes sociaux spécifiques. La preuve la plus manifeste réside dans les dispositions de la Constitution adoptée en 1997. Selon sa clause générale d’interdiction des discriminations, toute personne a le droit à un traitement équitable de la part des autorités publiques et ne saurait être l’objet de discrimination « pour une raison quelconque (art. 32) ». La Constitution garantit également à tous les citoyens que leur liberté est juridiquement protégée (art. 31), y compris la liberté de conscience et de religion, la liberté d’expression, la liberté d’association et le droit d’accès aux fonctions publiques (art. 53, 54.1, 58.1 et 60)20. Il n’en demeure pas moins qu’en dépit du fait que la clause d’anti-discrimination puisse potentiellement se référer à la discrimination pour motifs d’orientation sexuelle ou d’expression/d’identité de genre, lors des travaux sur la Constitution, la proposition d’ajouter l’orientation sexuelle comme exemple de type de discrimination s’est vue rejetée21. De plus, malgré le caractère ouvert de la clause d’interdiction de discrimination, il existe des exemples de lois et règlements discriminatoires qui vont à l’encontre du principe d’égalité. Qui plus est, il arrive que des dispositions semblent neutres et non discriminatoires, mais que leur interprétation et leur exécution aient pour résultat un traitement discriminant22.

  • 23 Cf. Patrycja Pogodzińska, op. cit.
  • 24 Ibidem, p. 124-136.
  • 25 À l’heure actuelle, l’orientation sexuelle figure également sur la liste des motifs de discrimina (...)
  • 26 Łukasz Bojarski, op. cit., p. 65-73.
  • 27 Ibidem, p. 117-123, 129-143.

9Il est indubitable que son adhésion à l’UE a constitué un facteur impératif pour que la Pologne se dote d’une législation antidiscriminatoire, qui a suscité beaucoup d’espoir, y compris dans les rangs des militants de la communauté LGBT23. Nonobstant, lorsqu’il s’agit de protection et de droits fondamentaux relatifs à l’orientation sexuelle et à l’expression/l’identité de genre, les changements n’ont pas été aussi étendus qu’on l’espérait. La première loi en Pologne qui interdisait la discrimination aux motifs de l’orientation sexuelle figurait dans le Code du travail, en vigueur depuis 200424. Mais la première loi interdisant la discrimination pour tout motif fut la Loi sur la mise en application de certaines dispositions de l’Union européenne concernant l’égalité de traitement, souvent appelée Loi de Lutte contre la Discrimination entrée en vigueur le 1er janvier 2011. Néanmoins, elle ne mentionne l’orientation sexuelle que dans le domaine de l’emploi et ne fait aucune référence à l’identité/expression sexuelle25. D’autres lois interdisant la discrimination (dans des domaines tels que la santé, les services sociaux ou l’éducation) visent soit des catégories générales (par exemple « une personne », « un citoyen », soit des catégories spécifiques (sexe, race, origine ethnique, nationalité, religion etc.) dans lesquelles l’orientation sexuelle ou l’identité/l’expression sexuelle ne sont pas incluses26. La Pologne a également opté pour le modèle d’un organisme unique en matière d’égalité, Le Commissariat aux droits humains, qui couvre une série de motifs plutôt qu’une agence spécialisée dans les questions LGBT. Chacun a le droit de s’adresser au Commissaire pour une assistance dans la protection des droits ou libertés, mais seulement dans le cas d’infractions par des organes de l’autorité publique, pas de personnes privées. Jusqu’en 2015, l’organisme important chargé de mettre en œuvre la politique gouvernementale en matière de principe d’égalité de traitement (y compris l’orientation sexuelle et le genre) était le Représentant du Gouvernement pour l’égalité de traitement. De plus, selon le Code civil, les organisations dont l’objet officiel est d’inclure l’égalité et la protection contre les discriminations relatives aux violations des droits et devoirs des citoyens peuvent, dans le cas de plaintes dans ce domaine et avec le consentement écrit des citoyens, intenter des actions au nom de ces derniers27.

  • 28 European Commission Against Racism and Intolerance, ECRI Report on Poland (Fifth Monitoring Cycle (...)
  • 29 Report on Implementation of the Recommendation CM/Rec(2010)5 of the Committee of Ministers
    of the
    (...)
  • 30 Dzieci Pary Gejów Nie Dostaną Polskiego Obywatelstwa: Sąd: Nie Idźmy tą Drogą, 2016, https://www. (...)

10Le partenariat civil (pour des couples de même sexe et de sexe différent) n’est pas reconnu légalement en Pologne et la Constitution définit le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme (art. 18). De plus, les dispositions légales s’appliquent de telle manière à rendre impossible la délivrance de documents administratifs pour une personne désirant se marier ou former un partenariat civil à l’étranger28. Quant à la parentalité, même s’il n’existe aucune disposition dans le système juridique polonais interdisant de manière explicite à une personne homosexuelle d’adopter un enfant, en pratique, le flou du terme « dans le meilleur intérêt de l’enfant » ouvre la voie aux préjugés personnels de la part des personnes chargées d’évaluer les postulants à l’adoption29. Les citoyens polonais ayant contracté un mariage à l’étranger en tant que personnes de même sexe ne pourront faire bénéficier leurs enfants de la citoyenneté polonaise30.

  • 31 European Commission Against Racism and Intolerance, op. cit., p. 22-25; cf. Wiktor Dynarski, «Pol (...)

11Le processus de changement de sexe n’est légalement autorisé qu’après avoir atteint la majorité légale, qui est de 18 ans, et après le diagnostic d’un trouble de l’identité sexuelle. Une action judiciaire doit être engagée aux termes de l’article 189 du Code civil qui établit que le requérant peut exiger que le tribunal statue sur l’existence ou la non-existence de la loi ou du lien juridique quant à son intérêt légal. Alors seulement, le requérant doit littéralement intenter un procès à ses propres parents aux motifs qu’ils ont indiqué un sexe erroné pour leur enfant lors de sa naissance. La procédure actuelle peut même aller jusqu’à refuser à une personne un changement de sexe devant la loi31.

  • 32 Michał Pawlęga, Przemysław Godzisz, op. cit.

12Dans le Code pénal, les motifs de protection ont un caractère exhaustif et couvrent l’affiliation nationale, ethnique, raciale, religieuse voire l’absence de croyance religieuse, mais pas l’orientation et l’expression/identité sexuelles (ainsi que la maladie, l’âge ou le sexe). Il en résulte que les crimes suscités par la LGBTphobie sont caractérisés comme des crimes comme les autres. Le vide juridique oblige la victime à avoir recours à des articles concernant l’insulte (art. 216), la diffamation (art. 212), les blessures corporelles légères (art. 157, par. 2) et les blessures corporelles lourdes (art. 217). Ils peuvent être dénoncés par plainte individuelle et conduisent à des sanctions légales moins sévères envers l’auteur des faits que les articles relatifs aux véritables crimes de haine32.

  • 33 European Commission against Racism and Intolerance, op. cit., p. 22-25.

13Afin de prévenir et de lutter contre les pratiques discriminatoires en matière de respect des lois, un réseau de Représentants dans la police pour les questions de droits humains a été établi en 2004. En 2010, conformément aux dispositions de la Loi contre la Discrimination, leurs fonctions ont été étendues jusqu’à couvrir la promotion du principe d’égalité de traitement, y compris l’identité et l’orientation sexuelle. La même année, le poste de Représentant du commissaire de Police nationale pour les droits de l’homme fut fondé. De plus, entre 2012 et 2014, le Procureur général a publié une série de recommandations destinées aux procureurs relatives, entre autres, au traitement du discours haineux (y compris en ligne) et des crimes de haine. Cependant, toutes ces règles sont fondées sur les dispositions du droit pénal et jusqu’à sa prochaine adaptation, la criminalité spécifique au motif de LGBTphobie ne sera pas prise en considération33.

  • 34 Submission to ODIHR Hate Crime Reporting 2015, Warszawa, Lambda Warszawa i Kampania przeciw Homof (...)

14Les mécanismes de collecte de données effectives sur le discours et le crime de haine LGBTphobes demeurent pratiquement inexistants en Pologne. Parce que les statistiques criminelles collectées par la police, le bureau du Procureur général et le ministère de la Justice sont conservées selon les dispositions spécifiques du Code pénal, elles ne tiennent aucun compte de celles qui ont trait à la LGBTphobie. Par exemple, en 2015, la police a affirmé qu’il n’y avait eu aucun crime de LGBTphobie en Pologne alors que les ONG avaient enregistré 53 cas34.

  • 35 Sur cette question, cf. Amnesty International, Targeted by Hate, Forgotten by Law: Lack of a Cohe (...)

15Le Département du contrôle, des plaintes et des pétitions ainsi que l’Équipe de veille en droits humains et le Conseil de lutte contre la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance au sein du ministère de l’Intérieur, lesquels ont été établis pour collecter les données sur les crimes supposés avoir été commis par les policiers et les gardes-frontières n’ont enregistré que quelques crimes homophobes par an, et aucun crime transphobe35.

16Dans le contexte décrit ci-dessus, une importante partie des activités des organisations LGBT a consisté à changer le droit existant depuis le début du XXIe siècle. Dans une telle situation, les tentatives de légaliser les partenariats civils, d’adopter une loi sur l’adaptation sexuelle et d’introduire des changements dans la loi de lutte contre la discrimination et dans le Code pénal, afin d’accroitre l’efficacité de collecte des statistiques sur les propos et la criminalité LGBTphobes sont cruciales.

  • 36 Patrycja Pogodzińska, op. cit., p. 136-138.
  • 37 La Coalition comprend 5 couples de même sexe, des cabinets juridiques et des ONG – La Campagne co (...)
  • 38 Agata Ambroziak, Krok Bliżej do Legalizacji Związków Homoseksualnych: Lesbijki i Geje Skarżą Pols (...)

17En ce qui concerne le partenariat civil, un premier projet de loi a été soumis au Parlement en 2004. Il était substantiellement abrégé par rapport à sa forme initiale et n’accordait aux partenariats que des privilèges d’ordre économique36. Depuis lors, les cercles activistes ont tenté à plusieurs reprises de faire légaliser les partenariats civils mais aucune de ces tentatives n’a été couronnée de succès. L’une des dernières initiatives a été soumise par la Coalition pour un partenariat civil et l’égalité d’accès au mariage en 201537. Elle a saisi la Cour de Justice pour cinq requêtes différentes de cinq couples gays et lesbiens simultanément, depuis les plaintes enregistrées localement jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). En octobre 2017, la Coalition avait porté plainte contre la Pologne à la CEDH au nom de quatre de ces couples. Deux plaintes ont déjà été déclarées recevables et la Pologne a été accusée d’infraction à la Convention des droits de l’homme38.

  • 39 Amnesty International, op. cit., p. 31-32.
  • 40 FRA, op. cit., p. 19.

18Quant à la Loi sur la Reconnaissance du Genre, elle a été approuvée par le Parlement polonais en juillet 2015. Cela devait permettre aux personnes désirant accomplir un changement de sexe de l’effectuer en toute légalité s’ils remplissaient les trois critères suivants : être célibataire, citoyen polonais et fournir deux attestations médicales indiquant que l’identité sexuelle du requérant est différente de celle qui lui a été assignée à la naissance39. Cela devait également offrir la possibilité d’entamer une procédure officielle pour les enfants de plus de 16 ans40. Mais le Président Andrzej Duda, a opposé son veto à la loi en octobre 2015.

  • 41 Ewa Siedlecka, Na Papierze w Polsce Nie Ma Dyskryminacji: Bo Przepisy Ustawy Równościowej Są Niej (...)
  • 42 FRA, op. cit., p. 26 ; European Commission against Racism and Intolerance, op. cit., p. 30-31.

19Depuis novembre 2012, diverses organisations pour l’égalité (y compris LGBT), en collaboration avec les partis de l’opposition, le Commissaire pour les droits humains et le Représentant du Gouvernement pour l’égalité de traitement ont essayé d’étendre la protection garantie par la Loi contre la Discrimination41. L’amendement de cette loi était censé concerner, entre autres, le fait d’ajouter l’identité sexuelle aux motifs de discrimination prohibés et d’étendre la protection pour motifs d’orientation et d’identité sexuelles à tous les aspects de la vie42. Toutefois, jusqu’à la fin du mandat en novembre 2015, le Parlement a échoué dans ses tentatives d’introduire les changements demandés.

  • 43 Kamila Kuryło, Sejm Odrzuca Projekt i Mówi Nie Ochronie Polek i Polaków LGBT, 2016, http://codzie (...)
  • 44 Sylwia Czubkowska, Klara Klinger, Koniec Hejtowania Gejów. Polski Rząd Zgodził się Zmienić Kodeks (...)

20La situation était similaire dans les tentatives d’amendement du Code pénal. La dernière tentative, menée par la Campagne CAH contre l’Homophobie (acronyme anglais) et l’Association Lambda de Varsovie en collaboration avec un député du Parti Modern d’opposition néolibérale, afin d’étendre la protection aux personnes discriminées au motif de leur orientation sexuelle, de leur identité sexuelle, d’un handicap, de leur âge ou de leur sexe, ont également échoué. Un projet d’amendement de la loi a été rejeté en novembre 2016. Les initiateurs du projet ont néanmoins insisté sur le fait que la lutte n’était de loin pas terminée, puisque les solutions existantes à l’heure actuelle sont en contradiction tant avec la Constitution qu’avec la Convention européenne des droits de l’homme43. Ce n’est qu’en octobre 2017 que le gouvernement polonais a été contraint d’apporter les changements appropriés en raison de la Revue universelle périodique menée par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies44.

21En l’attente de l’introduction des modifications aux Codes civil et pénal, les actions des organisations non-gouvernementales, notamment la CAH établie à Varsovie, l’Association Lambda de Varsovie et la Fondation Trans-Fuzja sont d’une importance capitale. Elles fournissent des conseils juridiques gratuits aux personnes discriminées en raison de leur orientation, appartenance/expression sexuelles et travaillent pour rendre plus efficaces les mécanismes de signalement et de collectes des données sur les crimes liés à la LGBTphobie.

  • 45 Anika Keinz, «European Desires and National Bedrooms? Negotiating ‘Normalcy’ in Postsocialist Pol (...)
  • 46 Anika Keinz, op. cit.

22L’inefficacité des efforts pour introduire des solutions légales et le manque d’efficacité à mettre en œuvre celles qui existe ont récemment été, avant tout, mis en corrélation avec le parti ultraconservateur Droit et Justice au pouvoir depuis la fin 2015 à la suite de la Plateforme Civique à peine moins conservatrice. Il ne fait aucun doute que dans le monde entier, les forces politiques conservatrices ont recours à diverses formes de « panique sexuelle » pour exprimer leur perspective souvent utopique d’un ordre social45. Cependant, si l’on compare la période précédente où Droit et Justice était au pouvoir (dans les années 2005-2007) avec la période actuelle, il semble que les attitudes ouvertement hostiles aux LGBT étaient encore plus affirmées auparavant46. Pour le moment, les tendances du gouvernement sont anti-démocratiques de manière générale et ce qu’on appelle les minorités sexuelles sont devenues – avec les réfugiés, les musulmans, les Ukrainiens, les juifs ou les « gauchistes » – l’un des nombreux groupes ostracisés dans le discours populaire.

  • 47 Pour cette raison et d’autres encore, il est constamment harcelé par le parti au pouvoir. Par exe (...)

23Sur le plan institutionnel, la position politique du gouvernement que nous venons de mentionner s’est reflétée dans la liquidation du Conseil de lutte contre la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, de l’Équipe de Veille des droits humains au sein du ministère de l’Intérieur ainsi que le poste de Représentant du Gouvernement pour une égalité de traitement. Ce dernier poste – en tant qu’obligation aux termes de la Loi contre la Discrimination – s’est mué en Représentant de la société civile et de l’égalité de traitement. Sa tâche principale à l’heure actuelle consiste à élaborer le programme national pour le développement de la société civile en Pologne, tandis que les activités de lutte contre la discrimination passent au second plan. Donc, à l’exception du secteur des ONG et de la société civile, la seule institution encore en mesure d’agir pour les droits des personnes LGBT est le Commissaire aux droits de l’homme qui a récemment été impliqué dans de nombreuses initiatives liées à l’orientation et à l’identité/expression sexuelles47.

  • 48 Cependant, les milieux activistes dénoncent le fait que les partis d’opposition, surtout Modern m (...)
  • 49 Hana Červinková, op. cit., p. 45-46.
  • 50 Depuis 2014 Robert Biedroń est le maire de Slupsk, une petite ville du nord de la Pologne qui est (...)
  • 51 Bien que l’acceptation des gays et lesbiennes demeure à un faible pourcentage en Pologne, des cha (...)

24D’autre part, la situation politique actuelle en Pologne fait de l’attitude envers les personnes LGBT un indice de l’attitude envers la démocratie. C’est pourquoi certains partis d’opposition ont commencé à faire attention aux droits des personnes LGBT. Là, la nécessité d’amender le Code pénal et de légaliser les partenariats civils ont été jugés de première importance48. En substance, bien que les actions antérieures des organisations et milieux LGBT n’aient pas réussi à apporter de changements significatifs aux solutions légales existantes, ils ont certainement contribué à problématiser le concept d’une citoyenneté dominante. Comme l’indique Hana Červinková, la réalisation de la citoyenneté en Pologne se réfère à l’homogénéité comme tradition historique, et par conséquent dans les concepts prévalents, il n’y a pas de place pour l’Autre. Il en résulte que toute forme d’« altérité », y compris la non-normativité sexuelle/genrée, déstabilise les régimes néoconservateurs de gouvernementalité49. Mises à part les initiatives législatives décrites précédemment, chaque année, les cercles des LGBT deviennent de plus en plus visibles dans les espaces publics et pas seulement dans les grandes villes mais aussi dans celles de plus petite taille. La question des sexes/genres non-normatifs apparait de plus en plus souvent dans les media. La combinaison de la présence de l’une des fondatrices de la Fondation Trans-Fuzja, Anna Grodzka ou de l’activiste de la CAH Robert Biedron lors de la précédente session parlementaire50, suscite une émergence croissante de l’idée d’une citoyenneté culturelle et juridique LGBT dans l’imaginaire collectif de la société polonaise51.

  • 52 Łukasz Bojarski, op. cit., p. 87-88.
  • 53 Agata Ambroziak, Polacy Nie Wiedzą, że Dyskryminacja Jest Zakazana. Adam Bodnar: Masz Prawo Reago (...)

25La lutte pour une visibilité publique accrue et un élargissement de la loi pénale de lutte contre la discrimination pour mieux protéger de la LGBTphobie semble importante, surtout dans les cercles militants mais pas pour le citoyen LGBT moyen. Cette thèse est corroborée par le fait qu’un certain nombre de dispositions dans le droit polonais font figurer l’orientation sexuelle comme devant faire l’objet d’une protection particulière, et le caractère universel de nombreuses solutions législatives peut, au moins potentiellement, constituer la base pour affirmer les droits ou la protection des LGBT. Le recours à ces outils n’est pas répandu. Par exemple, sur le fondement du Code du travail amendé en 2004, seul un nombre limité de cas de discrimination aux motifs de l’orientation sexuelle a été enregistré. L’une des raisons est certainement la crainte des personnes LGBT à devoir révéler leur non-normativité sexuelle/genrée sur leur lieu de travail52. Néanmoins, il existe également des raisons d’une nature plus générale : bien que la conscience du caractère discriminatoire de nombreuses expériences quotidiennes soit plus élevée, les gens ne réalisent pas qu’ils sont en réalité protégés par le droit national et international53. D’autre part, le fait d’en avoir conscience n’implique pas pour autant de prendre des mesures quelconques. Dans la partie suivante de cet article, nous allons observer comment la situation se développe dans les conditions que nous venons d’évoquer.

  • 54 In 2013 the biggest ethnic/national minorities included Lemkos, Germans, Ukrainians, and Roma peo (...)

26Wroclaw (En allemand : Breslau, en latin : Vratislavia) est la plus grande ville du sud-ouest de la Pologne, capitale de la province de Basse-Silésie. Son agglomération est l’une des villes au développement le plus rapide du pays et elle abrite de nombreux conglomérats internationaux. En juin 2017 la population de Wroclaw s’élevait à environ 638 000, ce qui en fait la quatrième plus grande ville de Pologne. Bien que la ville soit ethniquement homogène54, son histoire est multiculturelle. Ceci a été très largement exploité par la municipalité à des fins de marketing stratégique et se traduit dans le slogan « Wroclaw – Le lieu de rencontre ». En 2016, elle a été Capitale européenne de la Culture avec Donostia-San Sebastián.

27Wroclaw est dirigée par un maire assisté de quatre adjoints et d’un Conseil municipal. Ce dernier est composé de 37 conseillers. Le maire et le Conseil municipal sont élus directement par les citoyens de Wroclaw. Depuis 2002 le maire est Rafał Dutkiewicz et son appartenance politique est de type centriste. Actuellement le camp politique qui gère la ville comprend des représentants du comité électoral de Rafał Dutkiewicz et le parti Modern néolibéral. La législature régionale est l’Assemblée provinciale de Basse-Silésie qui est un organisme unicaméral composé de 36 conseillers élus dans des élections libres pour un mandat de quatre ans. Le mandat de 2014 à 2018 a été dominé par les partis centristes. À la tête du gouvernement provincial se tient un Maréchal de la Province. Ce dernier est élu par les conseillers de l’Assemblée provinciale et il dirige le comité exécutif collectif provincial faisant de facto office de cabinet de région. Depuis décembre 2014, cette position est aux mains de Cezary Przybylski qui représente l’aile centriste de l’Assemblée. Un Gouverneur de la province de Basse-Silésie est également nommé par le gouvernement central à Varsovie. Depuis décembre 2015, c’est Paweł Hreniakm représentant du parti Droit et Justice actuellement au pouvoir qui occupe cette position.

28Tout comme au niveau national, il n’existe pas d’organisme public à Wroclaw pour s’occuper exclusivement des questions LGBT. Puisque le nouveau Gouverneur a congédié le Gouverneur Représentant pour l’égalité de traitement de la Province dès qu’il a occupé ses fonctions, le seul organe local qui travaille officiellement pour la mise en place du principe d’égalité de traitement et de lutte contre la discrimination aux motifs d’orientation sexuelle (entre autres motifs) est le Coordinateur pour l’égalité de traitement du bureau du Maréchal. Les activités du bureau en question sont principalement axées sur l’éducation et la veille. Bien que les initiatives officielles du Coordinateur ne s’adressent pas aux résidents LGBT de Wroclaw, son aide moins formelle d’assistance pour les cercles activistes LGBT est loin d’être négligeable. Elle consiste entre autres à fournir des conseils pratiques pour résoudre les problèmes spécifiques que ceux-ci peuvent rencontrer tout en établissant une collaboration avec la municipalité ou en publiant une information essentielle pour cette communauté sur Internet. Le succès indiscutable du Coordinateur réside aussi dans le fait qu’en juin 2017, Przybylski, en tant que tout premier Maréchal en Pologne, a signé une Charte de la diversité qui vise à promouvoir une égalité des chances sur le lieu de travail, quels que soient l’origine ethnique, l’orientation sexuelle, le sexe, l’âge, le handicap et la religion.

29Le seul organisme pour l’égalité dans la ville est le Représentant de terrain du Commissaire aux droits de Wroclaw, mais il est strictement lié au Bureau du Commissaire aux droits de l’homme à Varsovie. Alors que la discrimination aux motifs de l’orientation et de l’identité/expression de genre est prise en considération par le Bureau, le Représentant n’a pas été capable de fournir de données relatives aux procédures récemment mises en place et concernant la ville de Wroclaw.

30Le respect de la loi est à la charge du Représentant du Commissaire de la police provinciale pour la Protection des droits humains, qui est la personne à contacter par les différentes minorités afin de rapporter une violation de droits humains, LGBT compris. Les activités principales du bureau comprennent des actions de prévention et d’éducation qui concernent, avec d’autres, les officiers de police de Wroclaw et de la Basse-Silésie. Ils ont un entrainement spécifique aux discours et crimes de haine afin de contrer la LGBTphobie. Les représentants des ONG locales reconnaissent que grâce aux activités de la Représentante, les gens vont plus volontiers dénoncer des crimes de haine à la police. Les policiers sont également félicités pour la protection efficace des manifestations contre la discrimination. Il est intéressant de noter toutefois que la Représentante mentionne uniquement l’homophobie comme point central important des activités du bureau. Le seul contexte dans lequel elle évoque les questions transgenres est en relation avec ses contacts avec les personnes trans*, pas en matière de crime transphobe.

  • 55 Amnesty International, op. cit. ; Submission to ODIHR Hate Crime Reporting 2015, op. cit., d’aprè (...)

31La police de Basse-Silésie ne tient pas de statistiques concernant les crimes LGBTphobes. D’après la Représentante, même si les policiers encouragent à signaler ces crimes, on n’en a rapporté aucun dans la province (Wroclaw comprise) entre 2014 et 2016. Pourtant, lors de la recherche que nous avons effectuée, nous avons trouvé beaucoup de répondants qui avaient été victimes, témoins ou au moins avaient entendu parler d’attaques LGBTphobes. L’un d’entre eux au moins a été signalé à la police en 2013. Trois autres (un en 2014, deux en 2015) ont été évoqués dans des rapports d’ONG55.

  • 56 Puisqu’un représentant de la Fondation pour l’égalité nous a aidés à organiser une formation dest (...)

32Mise à part la police, il y a aussi à Wroclaw des ONG dont les activités statutaires comprennent, avec d’autres, une aide juridique et psychologique auprès des victimes de criminalité et des personnes en souffrance telles l’Association Intro et la Fondation pour Égalité. Bien qu’elles mentionnent l’orientation sexuelle comme motif de discrimination dans leur liste de domaines d’intérêt, elles n’ont pas encore collaboré avec des personnes LGBT pour le moment. Elles déclarent toutefois être ouvertes à ce type de clientèle dans le futur56.

33Les institutions municipales n’ont pas une approche spécifique des LGBT comme ayant des besoins particuliers mais déclarent les inclure dans le cadre général de la lutte contre la discrimination, laquelle est par ailleurs neutre en matière de genre/sexualité. Pourtant, bien qu’il existe des agences municipales dont le profil permette potentiellement des initiatives en relation avec les questions LGBT, elles ne se lancent pas dans ce type d’activité. Par exemple, le Centre de développement social de Wroclaw est une unité communale impliquée dans bon nombre d’activités sociales, éducatives et sanitaires concernant les minorités ethniques, jeunes ou personnes âgées, mais pas les minorités sexuelles. Un poste de porte-parole pour le Dialogue social au Département des Affaires sociales du Bureau municipal a été établi pour identifier les besoins dans la ville et pour collaborer à la fois avec les unités municipales et les acteurs sociaux de terrain (y compris les conseils de quartiers et les ONG) afin d’encourager leurs activités et de créer des Groupes pour le Dialogue social. Les groupes débattent de questions telles que les espaces verts municipaux, activités sportives, réfugiés, mais pas des LGBT.

  • 57 Florence E. Babb, op. cit., p. 248, cite la féministe nicaraguayenne et intellectuelle Sofia Mont (...)

34Tout compte fait, l’infrastructure LGBT dans cette ville est essentiellement fournie par les ONG et le secteur privé57. Ceux-ci impliquent des consultations médicales et psychologiques, une assistance juridique, un soutien aux familles LGBT, des événements socioculturels et des divertissements. Il existe une organisation LGBT importante à Wroclaw, l’Association pour la Culture de l’égalité et quelques autres groupes de lutte contre la discrimination dont l’intérêt ne se limite pas au genre/sexualités non-normatives. Cependant ils poursuivent tous des stratégies de mise en réseau destinées à prévenir et lutter contre la LGBTphobie ainsi qu’à rendre visibles les questions LGBT dans l’espace public de la ville. Par exemple, un projet « Succor » a été réalisé en 2014 et 2015 par Nomada : Association pour une intégration sociale multiculturelle, qui agit pour la protection des droits humains des groupes socialement exclus. Elle avait pour but, entre autres, d’en apprendre plus sur la situation et les besoins des LGBT dans la ville dans le contexte de la violence motivée par la haine. La Bibliothèque humaine, organisée à l’initiative de l’Association Diversja pour créer un espace de dialogue destiné à lutter contre les stéréotypes et préjugés, constitue un autre exemple. Les personnes LGBT font toujours partie des Livres humains disponibles pour consultation. En revanche, le Festival du film LGBT organisé par le cinéma Nouveaux Horizons est un événement socioculturel important. En tant que plus grand festival de cinéma LGBT dans le pays qui a lieu chaque année dans différentes villes de Pologne, son but est de promouvoir la culture LGBT en présentant des films largement discutés de manière thématique et différenciés formellement.

  • 58 Cf. Monika Baer, «Let Them Hear Us!»…; Eadem, « L’invisible visible... ».
  • 59 Anna Firgolska, Rafał Dutkiewicz Nie Pójdzie w Marszu Równości: «Nasze Prawa to nie Światopogląd (...)

35Néanmoins, le principal événement de Wroclaw est le Festival de l’égalité des droits avec la Marche pour l’égalité organisée chaque année en octobre par l’Association pour la culture de l’égalité. Il trouve ses racines dans le Festival des Lesbiennes, Gays et Amis créé en 200358, il a été conçu à l’origine comme un outil destiné à accroître la conscience et l’acceptation des LGBT dans la ville ainsi qu’à développer un sens de la communauté parmi les LGBT eux-mêmes. Cependant, dans la perspective des débats publics intensifiés à propos des partenariats civils, cette question a une influence grandissante sur la définition des objectifs du festival et de la marche. Des représentants de l’Association pour la culture de l’égalité insistent sur le fait que la Marche sert à manifester la demande d’égalité des droits pour les personnes LGBT y compris l’égalité d’accès au mariage, le partenariat civil, la loi sur la reconnaissance du genre, tous les droits de reproduction et une meilleure éducation sexuelle. En 2017, pour la seconde année consécutive, plus de 1000 personnes se sont réunies pour la marche, alors qu’il n’y en avait que quelques centaines les années précédentes. On a compté parmi les participants à la marche la Coordinatrice pour l’égalité de traitement du bureau du Maréchal, qui pour la première fois, représentait officiellement son bureau, des politiciens locaux demeurés dans l’opposition à Justice et Droit (mais pas nécessairement hostiles au Maire de Wroclaw), et des représentants du secteur bancaire « intéressés à promouvoir le multiculturalisme et la mixité ». Une fois de plus, le maire de Wroclaw n’a pas rejoint le cortège bien qu’il ait reçu une invitation. Signe de progrès toutefois par rapport aux années précédentes, les organisateurs ont cette fois reçu une explication écrite. Un porte-parole du maire a expliqué que celui-ci ne participait pas aux événements ayant un caractère idéologique59.

  • 60 Richard Florida, The Rise of Creative Class, Revisited, New York, Basic Books, 2012.
  • 61 Aneta Dybska, Regeneration, Citizenship, and Justice in the American City since the 1970s, Frankf (...)
  • 62 En réalité, Wroclaw se trouve au 14e rang en termes de villes sûres et ouvertes. Elle est mieux c (...)
  • 63 Un exemple d’une telle attitude est le fait qu’au lieu d’adopter une stratégie de lutte contre la (...)

36Une telle déclaration semble parfaitement refléter l’approche des autorités de Wroclaw envers les citoyens LGBT. Contrairement aux villes décrites par Richard Florida, qui « ont de fortes chances de devenir des centres de créativité et d’innovation lorsqu’elles sont des endroits ouverts aux gays, puisqu’il s’agit d’un indicateur de leur degré de tolérance et d’ouverture à la diversité »60, la municipalité de Wroclaw ne montre aucun empressement particulier à « faire quelques concessions aux minorités sexuelles pour donner un vernis à leur image cosmopolite »61. Le passé multiculturel de la ville et la promotion de l’ouverture et de la tolérance de Wroclaw suffisent à ces fins précisément62. Suivant cette logique, le maire –qui a signé en 2016 une « Déclaration de Coopération des Villes pour l’Ouverture et le Dialogue Interculturel » qui concerne un échange d’expériences et de bonnes pratiques destinées à combattre l’intolérance et une coopération avec les organisations de lutte contre les discriminations – s’érige en ferme opposant au racisme et à la xénophobie, mais pas à la LGBTphobie63.

37Par conséquent, d’après les activistes LGBT, l’implication de la municipalité aux questions LGBT reste des paroles en l’air suscitées par le thème de la recherche. En réalité, ils sont ignorés des autorités locales en tant qu’acteurs politiquement insignifiants sur le territoire urbain. Quelques phénomènes récents en ville semblent corroborer cette hypothèse. Cela montre qu’une approche universaliste typique du concept de « droits de l’homme » dans le contexte polonais devient souvent un outil auquel on a recours pour effacer la visibilité de groupes sociaux particuliers, et parmi eux les LGBT, dans l’espace public.

38Mise à part l’absence régulière déjà mentionnée du maire à la Marche pour l’égalité et justifiée par le caractère « idéologique » de l’événement, ou la limitation des politiques de lutte contre la discrimination aux seules minorités ethniques/nationales, un autre exemple pourrait être l’exclusion de l’Association de la culture de l’égalité à la foire des ONG qui s’est tenue à Wroclaw dans un événement en tant que Capitale européenne de la Culture. Dans la même veine, on peut également mentionner le refus de réserver un siège à cette organisation par le Bureau pour la participation sociale de l’Office municipal en raison d’un manque de coopération attestée avec la municipalité. Pourtant, c’est parce que la municipalité ne cesse de rejeter toute demande de fonds pour des initiatives relatives aux LGBT que l’association ne peut faire état de cette collaboration.

39D’autre part, une partie de l’environnement activiste de Wroclaw ne soutient pas les actions caractéristiques du militantisme LGBT dominant en Pologne. Leur critique vise principalement les politiques et stratégies identitaires fondées sur le paradigme de droits de l’homme de type (néo)libéral qui vise à la reconnaissance d’une citoyenneté culturelle et juridique de « minorités sexuelles » et considère l’égalité d’accès au mariage comme leur but politique principal. Le problème le plus révélateur avancé par la faction critique s’adresse à « l’homonormativité » du mouvement LGBT et sa cooptation par l’État capitaliste néolibéral. Leur propre positionnement politique, sous l’étiquette queer, part du principe que les identités ne sont pas stables mais en permanente construction en pratique, et que tous types d’exclusion et d’oppression sont interconnectés. Par conséquent, plutôt qu’une égalité devant le mariage, ils se concentrent sur la lutte contre le racisme, le sexisme, l’homophobie et toutes sortes de violences suscitées par une apparence non-normative. De plus, ils ne se sont intéressés à aucune collaboration avec la municipalité. Étant donné que les politiques des autorités de Wroclaw sont axées sur le profit, ils ne font aucun cas de leurs citoyens à l’exception des groupes les plus riches. Au vu de quoi, leurs propres stratégies politiques comprennent la diffusion d’expressions culturelles alternatives et des interventions critiques dans l’espace public de la ville.

  • 64 Cf. Florence E. Babb, op. cit.

40En outre, une partie significative des résidents non-hétéronormatifs de Wroclaw n’est absolument pas intéressée par les actions entreprises pour le droit des citoyens LGBT. Quelques personnes, en particulier parmi les plus âgées ou celles ne disposant pas d’un capital matériel, social ou culturel suffisant, vivent selon la politique de pré-émancipation « ne rien demander, ne rien dire » typique de l’ère socialiste. À leur tour, beaucoup de nos jeunes interlocuteurs se situent eux-mêmes dans des positions inscrites dans la logique « je ne suis ni dans le placard, ni sur le balcon »64. Cette frange croit généralement que le genre/la sexualité n’est pas « politique » mais « privée » et ne devrait pas définir leur représentation dans l’espace public. Par conséquent, ils ne souhaitent pas collaborer en tant que catégorie spécifique de « citoyens LGBT » avec la municipalité et les ONG parce que, selon eux, cela n’aboutit qu’à une ghettoïsation. Le seul postulat politique auquel au moins quelques-uns d’entre eux adhèrent est le partenariat civil compris comme une union économique tant pour les couples de même sexe que pour les couples de sexes différents. Et même s’ils admettent ouvertement ne pas se sentir totalement égaux comparés à la majorité hétéronormative dans l’espace public de la ville, ils ne laissent pas ceci limiter leur sens individuel de liberté.

  • 65 Sally Engle Merry, «Transnational Human Rights and Local Activism: Mapping the Middle», American (...)
  • 66 Florence E. Babb, op. cit., p. 250.
  • 67 Jasbir Puar, «Rethinking Homonationalism», International Journal of Middle East Studies, vol. 45, (...)

41La complexité de la situation à Wroclaw montre que les liens entre l’adaptation du cadre légal des droits LGBT et les changements dans les subjectivités des citoyens réels constituent une question complexe. Comme l’indique Sally Engle Merry, la forme de ce processus est habituellement stratégique ou pragmatique, et pas une conversion véritable65. Il est également nécessaire de garder à l’esprit que les personnes qui décident de se situer en marge de la vie sociale dominante ne doivent pas nécessairement être définies comme ayant une « mentalité socialiste » ou « rétrograde » comme le soutiennent souvent les tenants des formes (néo)libérales de la citoyenneté LGBT. Il se peut qu’ils « se contentent d’exercer leur droit à la vie privée »66. De nombreuses personnes, qui ne sont pas hétéronormatives, cherchent à négocier avec l’exclusion sociale dans les réseaux quotidiens de coopération, de soutien et de solidarité, plutôt que dans les espaces de l’activisme politique. Bien entendu, une lutte contre les inégalités sociales et les relations de pouvoir organisées dans le paradigme juridique pourraient constituer un outil efficace de changement social. Cependant, des formes alternatives, populaires, de modernité devraient être prises en considération également. Jasbir Puar démontre de manière convaincante que « l’industrie des droits humains gays et lesbiens » qui « privilégie la politique identitaire, le ‘fait de s’assumer’, la visibilité publique et les mesures législatives comme baromètres du progrès social » fonctionne absolument dans le sens d’une égalité pour quelques personnes non-hétéronormatives, mais c’est toujours aux dépens des autres67. Le fait de limiter les actions émancipatrices afin de répandre des versions hégémoniques de la citoyenneté culturelle et juridique permet à tout le système de continuer à ne pas être perturbé.

Haut de page

Notes

1 Mark Goodale, Anthropology and Law: A Critical Introduction, New York, New York University Press, 2017, p. 5, 29.

2 Richard Ashby Wilson, «Conclusion: Tyrannosaurus Lex: The Anthropology of Human Rights and Transnational Law», in: Mark Goodale, Sally Engle Merry (eds.), The Practice of Human Rights. Tracking Law between the Global and the Local, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 351-355.

3 Hana Červinková, «Producing Homogeneity as a Historical Tradition: Neo-conservatism, Precarity and Citizenship Education in Poland», Journal for Critical Education Policy Studies, vol. 14, issue 3, 2016, p. 52.

4 Etienne Balibar, We, the People of Europe? Reflections on Transnational Citizenship, Princeton, Princeton University Press, 2004 ; cf. Catherina Neveu, Elena Filippova, «Citizenship(s) in European Contexts», in: Ullrich Kockel, Máiréad Nic Craith, Jonas Frykman (eds.), A Companion to the Anthropology of Europe, Malden, Wiley-Blackwell, 2012, p. 181.

5 Le travail de terrain a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche-action : « Divercity: Prévention et lutte contre l’homophobie et la transphobie dans les villes européennes petites et moyennes » (EU Rights, Equality and Citizenship Program, JUST/2014/RRAC/AG/BEST/6693).

6 Pierre Bourdieu, Distinction: A Social Critique of the Judgement of Taste, trad. Richard Nice, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1996.

7 Stanisław Woda, «Status Publicznych Zachowań Homosekualnych w Polskim Systemie Wykroczeń», Liberte, 7 April, 2009, http://liberte.pl/status-publicznych-zachowan-homoseksualnych-w-polskim- systemie-prawa-wykroczen/ access date: 27/10/2017.

8 Une forme étatique dans la période 1952-1989.

9 Agnieszka Kościańska, Płeć, Przyjemność i Przemoc: Kształtowanie Wiedzy Eksperckiej o Seksualności w Polsce, Warszawa, Wydawnictwa Uniwersytetu Warszawskiego, 2014.

10 Lukasz Szulc, Transnational Homosexuals in Communist Poland: Cross-Border Flows in Gay and Lesbian Magazines, New York, Palgrave Macmillan, 2017, p. 115-116.

11 Ibidem, p. 91-117 ; cf. Krzysztof Tomasik, Gejerel: Mniejszości Seksualne w PRL-u, Warszawa, Wydawnictwo Krytyki Politycznej, 2012.

12 Florence E. Babb, «Neither in the Closet nor on the Balcony: Private Lives and Public Activism in Nicaragua», in: Ellen Lewin, William L. Leap (eds.), Out in Public: Reinventing Lesbian/Gay Anthropology in a Globalizing World, Malden, Wiley-Blackwell, 2009.

13 Monika Baer, «Let Them Hear Us! The Politics of Same-Sex Transgression in Contemporary Poland», in: Hastings Donnan, Fiona Magowan (eds.), Transgressive Sex: Subversion and Control in Erotic Encounters, New York, Oxford, Berghahn Books, 2009, p. 133-134 ; Eadem, « L’invisible visible. Genre, Sexualité et Société civile », Ethnologie Française, vol. 40, issue 2, 2010, p. 246.

14 Błażej Warkocki, «Trzy Fale Emancypacji Homoseksualnej w Polsce», Porównania, vol. 15, issue 15, 2014, p. 127.

15 Michał Pawlęga, Przemysław Godzisz, Przestępstwa Motywowane Uprzedzeniami: Dylematy, Wyzwania, Strategie, Warszawa, Stowarzyszenie Interwencji Prawnej and Stowarzyszenie Lambda-Warszawa, 2016, http://www.mowanienawisci.info/wp-content/uploads/2016/10/2016-SIP-Lambda-RiB-KPPMU- Przestepstwa-1.pdf access date: 22/10/2017.

16 Paweł Leszkowicz, «Przełamując Hetero-Matrix: Wojna Seksualna w Polsce i Kryzys Praw Człowieka», in: Zbigniew Sypniewski, Błażej Warkocki (eds.), Homofobia po Polsku, Warszawa, Wydawnictwo SIC!, 2004, p. 97.

17 Jurgen Habermas, «The Public Sphere», in: Steven Seidman (ed.), Jurgen Habermas on Society and Politics, Boston, Beacon Press, 1989, p. 231, quoted after Ellen Lewin, William L. Leap, «Introduction: Out in Public: Reinventing Lesbian/Gay Anthropology in a Globalizing World», in: Idem (eds.), op. cit., p. 2.

18 Joanna Mizielińska, «Travelling Ideas, Travelling Times: On the Temporalities of LGBT and Queer Politics in Poland and the ‘West’», in: Robert Kulpa, Joanna Mizielińska (eds.), De-Centering Western Sexualities: Central and Eastern European Perspective, Farnham, Ashgate, 2011, p. 85. Bien que le fait de reconnaître pratiquement que le discours LGBT polonais tant dans sa forme militante qu’académique a longtemps évoqué un « Occident » mythifié comme point essentiel de référence, la croyance répandue selon laquelle le développement des mouvements LGBT « à l’ouest » a pris la forme d’une évolution linéaire, logique partant des politiques identitaires pour atteindre les politiques queer pose un sérieux problème. Il ne permet pas non plus de se dissocier de la différence naturaliste entre l’est et l’ouest, selon laquelle le premier incarne inévitablement le « sous-développement ». Cf. Monika Baer, «Anthropology and Gender/Queer Studies in Contemporary Poland: A Personally Situated View», in: Michał Buchowski (ed.), Twilight Zone Anthropology: A Voice from Poland, Canon Pyon, Sean Kingston Publishing, 2017, sous presse.

19 Eadem, «Let Them Hear Us!»…; Eadem, « L’invisible visible... ».

20 Constitution de la République de Pologne du 2 avril 1997 http://www.sejm.gov.pl/prawo/konst/ angielski/kon1.htm access date: 27/10/2017.

21 Patrycja Pogodzińska, «Ewolucja Przepisów Antydyskryminacyjnych w Systemie Unii Europejskiej a Sytuacja Mniejszości Seksualnych w Polskim Prawie», in: Monika Baer, Marzena Lizurej (eds.), Z Odmiennej Perspektywy: Studia Queer w Polsce, Wrocław, Oficyna Wydawnicza ‘Arboretum’, 2007, p. 134.

22 Łukasz Bojarski, Report on Measures to Combat Discrimination: Directives 2000/43/EC and 2000/78/EC: Country Report 2013: Poland, s. 153. http://www.refworld.org/pdfid/5473516f4.pdf access date: 25/10/2017.

23 Cf. Patrycja Pogodzińska, op. cit.

24 Ibidem, p. 124-136.

25 À l’heure actuelle, l’orientation sexuelle figure également sur la liste des motifs de discrimination dans les diffusions publicitaires et dans les réglementations concernant la protection envers les étrangers. Cette dernière inclut l’identité sexuelle. Cf. FRA – European Union Agency for Fundamental Rights, Protection against Discrimination on Grounds of Sexual Orientation, Gender Identity and Sex Characteristics in the EU: Comparative Legal Analysis: Update 2015, Luxembourg, Publications Office of the European Union, 2015, pp. 26, 100-101; file:///C:/Users/admin/Downloads/protection_against _discrimination_legal_update_2015%20(1).pdf access date: 22/10/2017; Ustawa z dnia 10 września 2015 r. o zmianie ustawy o udzielaniu cudzoziemcom ochrony na terytorium Rzeczypospolitej Polskiej oraz niektórych innych ustaw, http://dziennikustaw.gov.pl/du/2015/1607, access date: 27/10/2017. D’après FRA, op. cit., p. 28, 71-72, la Pologne traite la discrimination aux motifs d’identité sexuelle, d’expression sexuelle et de caractéristiques sexuelles comme une forme de discrimination sexuelle. Cependant, cette position demeure largement théorique dès lors que la jurisprudence est quasiment inexistante.

26 Łukasz Bojarski, op. cit., p. 65-73.

27 Ibidem, p. 117-123, 129-143.

28 European Commission Against Racism and Intolerance, ECRI Report on Poland (Fifth Monitoring Cycle), Strasbourg, Council of Europe, pp. 30-31, https://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/ Country-by-country/Poland/POL-CbC-V-2015-20-ENG.pdf access date: 24/10/2017.

29 Report on Implementation of the Recommendation CM/Rec(2010)5 of the Committee of Ministers
of the Council of Europe on Measures to Combat Discrimination on Grounds of Sexual Orientation or Gender Identity by Poland, Warsaw, Campaign Against Homophobia, 2012, p. 32, http://transfuzja.org/download/dokumenty/poland_monitoring_implementation_of_the_coe_recommendation_291112.pdf access date: 26/10/2017.

30 Dzieci Pary Gejów Nie Dostaną Polskiego Obywatelstwa: Sąd: Nie Idźmy tą Drogą, 2016, https://www.tvn24.pl/wiadomosci-z-kraju,3/sad-slusznie-odmowiono-obywatelstwa-dzieciom-gejowskiej-pary-z-usa,634695.html access date: 27/10/2017.

31 European Commission Against Racism and Intolerance, op. cit., p. 22-25; cf. Wiktor Dynarski, «Poland’s Route to a Transgender (R)evolution», in: Gender Recognition in Poland: A Report on Court and Administrative Procedures, Warszawa, Fundacja Trans-Fuzja i Polskie Towarzystwo Prawa Antydyskryminacyjnego, 2014. http://transfuzja.org/download/publikacje/gender_recognition_in_ poland.pdf access date: 24/10/2017.

32 Michał Pawlęga, Przemysław Godzisz, op. cit.

33 European Commission against Racism and Intolerance, op. cit., p. 22-25.

34 Submission to ODIHR Hate Crime Reporting 2015, Warszawa, Lambda Warszawa i Kampania przeciw Homofobii, 2016, https://kph.org.pl/wp-content/uploads/2016/11/LAMBDA_KPH_OSCE_ raport_2016_11_17_.pdf access date: 27/10/2017.

35 Sur cette question, cf. Amnesty International, Targeted by Hate, Forgotten by Law: Lack of a Coherent Response to Hate Crimes in Poland, London, Amnesty International Ltd., 2015, https://www.amnestyusa. org/pdfs/PolandHateCrimes2015.pdf access date: 27/10/2017; European Commission Against Racism and Intolerance, op. cit.

36 Patrycja Pogodzińska, op. cit., p. 136-138.

37 La Coalition comprend 5 couples de même sexe, des cabinets juridiques et des ONG – La Campagne contre l’Homophobie (CAH acronyme anglais) et l’Association l’Amour n’Exclut pas– principale organisation polonaise agissant pour le mariage pour tous dans le pays, cf. https://dostrasburga.pl/ access date: 27/10/2017.

38 Agata Ambroziak, Krok Bliżej do Legalizacji Związków Homoseksualnych: Lesbijki i Geje Skarżą Polskę do Trybunału Praw Człowieka, 2017, https://oko.press/krok-blizej-legalizacji-zwiazkow-homoseksualnych-lesbijki-geje-skarza-polske-trybunalu-praw-czlowieka/ access date: 26/10/2017.

39 Amnesty International, op. cit., p. 31-32.

40 FRA, op. cit., p. 19.

41 Ewa Siedlecka, Na Papierze w Polsce Nie Ma Dyskryminacji: Bo Przepisy Ustawy Równościowej Są Niejasne, 2015, http://wyborcza.pl/1,76842,17302304,Na_papierze_w_Polsce_nie_ma_dyskryminacji__ Bo_przepisy.html access date: 22/10/2017.

42 FRA, op. cit., p. 26 ; European Commission against Racism and Intolerance, op. cit., p. 30-31.

43 Kamila Kuryło, Sejm Odrzuca Projekt i Mówi Nie Ochronie Polek i Polaków LGBT, 2016, http://codziennikfeministyczny.pl/sejm-odrzuca-mowi-nie-lgbt/ access date: 22/10/2017.

44 Sylwia Czubkowska, Klara Klinger, Koniec Hejtowania Gejów. Polski Rząd Zgodził się Zmienić Kodeks Karny, 2017, http://wiadomosci.dziennik.pl/wydarzenia/artykuly/558782,koniec-hejtowania-gejow-prawo-kodeks-karny-rzad-pis.html access date: 24/10/2017.

45 Anika Keinz, «European Desires and National Bedrooms? Negotiating ‘Normalcy’ in Postsocialist Poland», Central European History, vol. 44, issue 1, 2011, p. 94 ; cf. Rudolf P. Gaudio, «Man Marries Man in Nigeria?» in: Ellen Lewin, William L. Leap (eds.), op. cit.

46 Anika Keinz, op. cit.

47 Pour cette raison et d’autres encore, il est constamment harcelé par le parti au pouvoir. Par exemple, en octobre 2017, le Comité Parlementaire pour la justice et les droits humains a refusé le budget du Commissaire pour 2018 et l’un des arguments avancés était une déclaration d’une députée du parti au pouvoir le traitant de « commissaire pour les milieux qui sont pathologiques, moralement, sexuellement et pour des questions sanitaires ». Magdalena Chrzczonowicz, Komisja Piotrowicza Odrzuciła Budżet RPO: Bo «Bodnar Broni Osób z Patologiami Seksualnymi», 2017, https://oko.press/komisja-piotrowicza- odrzucila-budzet-rpo-bodnar-broni-osob-patologiami-seksualnymi/ dernier accès: 26/10/2017.

48 Cependant, les milieux activistes dénoncent le fait que les partis d’opposition, surtout Modern mais également la Plateforme Civique, traitent la question LGBT de manière subjective en s’en servant pour poursuivre leurs propres objectifs politiques spécifiques. Cf. Jak Nowoczesna «konsultowała» ustawę o związkach partnerskich, 2017, https://mnw.org.pl/jak-nowoczesna-konsultowala-ustawe-o-zwiazkach/ access date: 26/10/2017. Il faut également noter que le précédent parti au pouvoir, la Plateforme Civique, n’a introduit aucune solution de lutte contre la discrimination en dehors de la Loi sur la reconnaissance du genre qui est passée à la toute fin de leur mandat parlementaire.

49 Hana Červinková, op. cit., p. 45-46.

50 Depuis 2014 Robert Biedroń est le maire de Slupsk, une petite ville du nord de la Pologne qui est au deuxième rang (après Sopot, une station balnéaire) en matière de satisfaction des citoyens de vivre dans un lieu donné (93%). Cf. Europolis: Bezpieczne i Otwarte Miasta, Warszawa, Polska Fundacja im. Roberta Schumana, 2017, p. 25, http://europolis.schuman.pl/wp-content/uploads/2016/12/Europolis. -Bezpieczne-i-otwarte-miasta.pdf dernier accès: 26/10/2017.

51 Bien que l’acceptation des gays et lesbiennes demeure à un faible pourcentage en Pologne, des changements positifs peuvent être observés dans ce domaine. Cf. Michał Feliksiak, Stosunek do Praw Gejów i Lesbijek oraz Związków Partnerskich: Komunikat z Badań, Warsaw, Centrum Badania Opinii Społecznej, 2013, http://www.cbos.pl/SPISKOM.POL/2013/K_024_13.PDF access date: 22/10/2017. Ce qu’il faudrait remarquer est le manque de recherche sur les attitudes sociales envers les personnes trans*. Il semble cependant que dans ce cas, l’acceptation sociale est quelque peu plus basse encore. Ceci est confirmé par une recherche que nous avons entreprise à Wroclaw entre août et septembre 2016.

52 Łukasz Bojarski, op. cit., p. 87-88.

53 Agata Ambroziak, Polacy Nie Wiedzą, że Dyskryminacja Jest Zakazana. Adam Bodnar: Masz Prawo Reagować: Podnieś Głos!, 2017, https://oko.press/polacy-wiedza-ze-dyskryminacja-zakazana-adam-bodnar-prawo -reagowac-podnies-glos/ access date: 26/10/2017.

54 In 2013 the biggest ethnic/national minorities included Lemkos, Germans, Ukrainians, and Roma people. Cf. Olga Chrebor, Katarzyna Zaremba, Wielokulturowość Wrocławia na Przykładzie Inicjatyw Podejmowanych przez Dolnośląskie Mniejszości Narodowe i Etniczne, Centrum Integracji Społecznej, Wrocław, 2013, ftp://ftp.kalejdoskopkultur.pl/mniejszosci_chrebor_zaremba_20130603.pdf access date: 26/10/2017. In 2016 there were about 14.5 thousand expatriates in the city with Ukrainians as the biggest group https://www.morizon.pl/blog/foreigners-in-wroclaw/, access date: 27/10/2017.

55 Amnesty International, op. cit. ; Submission to ODIHR Hate Crime Reporting 2015, op. cit., d’après Europolis, op. cit., Wroclaw figure assez bas en ce qui concerne l’efficacité du respect de la loi.

56 Puisqu’un représentant de la Fondation pour l’égalité nous a aidés à organiser une formation destinée aux avocats et aux forces de police, nous partons du principe que leur volonté d’aider des clients LGBT était plus qu’une promesse en l’air.

57 Florence E. Babb, op. cit., p. 248, cite la féministe nicaraguayenne et intellectuelle Sofia Montenegro, qui dit que « les ONG sont bon marché pour l’État et bonnes pour le capitalisme ». Par conséquent, le fait de transférer la responsabilité de la ville en matière de citoyens LGBT vers les ONG et le secteur privé peut sembler complètement justifié du point de vue des autorités (néo)libérales de Wroclaw.

58 Cf. Monika Baer, «Let Them Hear Us!»…; Eadem, « L’invisible visible... ».

59 Anna Firgolska, Rafał Dutkiewicz Nie Pójdzie w Marszu Równości: «Nasze Prawa to nie Światopogląd – odpowiadają aktywiści», 2017, http://wroclaw.wyborcza.pl/wroclaw/7,35771,22422587,rafal-dutkiewicz- nie-pojdzie-w-marszu-rownosci-nasze-prawa.html access date: 27/10/2017; Mateusz Kokoszkiewicz, «Marsz Równości we Wrocławiu: Idzie Ponad Tysiąc Osób», http://wroclaw.wyborcza.pl/wroclaw/ 7,35771,22480971,marsz-rownosci-we-wroclawiu-idziemy-za-milosc-nasza-i-wasza.html access date: 27/ 10/2017.

60 Richard Florida, The Rise of Creative Class, Revisited, New York, Basic Books, 2012.

61 Aneta Dybska, Regeneration, Citizenship, and Justice in the American City since the 1970s, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2016, p. 173.

62 En réalité, Wroclaw se trouve au 14e rang en termes de villes sûres et ouvertes. Elle est mieux classée lorsqu’il s’agit du nombre de crimes dénoncés pour propagation du fascisme et du totalitarisme ainsi que de la criminalité pour motifs racistes. Cf. Europolis, op. cit.

63 Un exemple d’une telle attitude est le fait qu’au lieu d’adopter une stratégie de lutte contre la discrimination plus large qui inclurait les diverses minorités y compris ce qu’on appelle les minorités sexuelles, le maire et ses collaborateurs se contentent de promouvoir une stratégie de dialogue multiculturel. Cf. Strategia dialogu międzykulturowego – program na starcie, 2017, https://www.wroclaw.pl/strategia-dialogu-miedzykulturowego-dla-wroclawia access date: 27/10/2017.

64 Cf. Florence E. Babb, op. cit.

65 Sally Engle Merry, «Transnational Human Rights and Local Activism: Mapping the Middle», American Anthropologist, vol. 108, issue 1, 2006, p. 43-44.

66 Florence E. Babb, op. cit., p. 250.

67 Jasbir Puar, «Rethinking Homonationalism», International Journal of Middle East Studies, vol. 45, issue 2, 2013, p. 338 ; cf. Eadem, Terrorist Assemblages: Homonationalism in Queer Times, Durham, Duke University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Baer, Katarzyna Majbroda et Janina Radziszewska, « Une législation (in)utile ? Les politiques urbaines et les expériences des LGBT à Wroclaw, Pologne », Droit et cultures, 77 | 2019, 69-88.

Référence électronique

Monika Baer, Katarzyna Majbroda et Janina Radziszewska, « Une législation (in)utile ? Les politiques urbaines et les expériences des LGBT à Wroclaw, Pologne », Droit et cultures [En ligne], 77 | 2019/1, mis en ligne le 09 mai 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5141

Haut de page

Auteurs

Monika Baer

Monika Baer, PhD, est professeure adjointe au Département d’éthnologie et d’anthropologie culturelle de l’Université de Wroclaw, en Pologne. Ses thèmes de recherches ont trait aux théories et méthodologies des études de genre et queer, au processus post-socialiste en Europe centrale et de l’Est avec une attention particulière aux questions de société civile en matière de genre et de sexualité, et aux conditionnements socioculturels de la production de savoir académique y compris les sciences sociales et humaines post-socialistes. Elle a publié deux ouvrages, Women’s Spaces: Class, Gender and the Club: An Anthropological Study of the Transitional Process in Poland (Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, Wrocław 2003) et Entre Science et Activisme : Politique, Genre et Anthropologie (Między nauką a aktywizmem: O polityczności, płci i antropologii, Uniwersytet Wrocławski, Wrocław 2014). Elle a également codirigé deux collections, Espaces des Cultures de Femmes en Recherche de Genre (Obszary kultur kobiecych w badaniach płci/rodzaju, Wydawnictwo Fundacji Humaniora, Poznań 2003) et Vue d’une autre Perspective : les Études Queer en Pologne (Z odmiennej perspektywy: Studia queer w Polsce, Wrocław, Oficyna Wydawnicza Arboretum 2007). Contact : monika.baer@uwr.edu.pl.

Katarzyna Majbroda

Katarzyna Majbroda, PhD, professeure adjointe au Département d’ethnologie et d’anthropologie culturelle de l’Université de Wroclaw, en Pologne. Elle s’intéresse à la théorie littéraire, à la critique féministe et de genre, à la méthodologie et aux théories d’anthropologie socioculturelle, à la critique culturelle et à l’anthropologie de l’éducation. Elle a publié deux ouvrages de critique littéraire féministe en Pologne après 1989 : Texte, Discours et Savoir d’un Point de vue Différent (Feministyczna krytyka literatury w Polsce po 1989 roku: Tekst, dyskurs i poznanie z odmiennej perspektywy, Kraków, Wydawnictwo Universitas 2012) et Clifford Geertz’s Interpretive Anthropology: Between Text, Discourse and Theory (Peter Lang, Frankfurt am Main 2016). Elle a codirigé deux collections, Amour Comblé, Amour Frustré Love (Miłość spełniona, miłość niespełniona, Oficyna Wydawnicza Arboretum, Wrocław 2010) et Observatrices douées d’imagination : Ecrits Ethnographiques et Sociologiques de Femmes (Obserwatorki z wyobraźnią: Etnograficzne i socjologiczne pisarstwo kobiet, Wydawnictwo Atut, Wrocław 2014). Contact : katarzyna.majbroda@uwr.edu.pl.

Janina Radziszewska

Janina Radziszewska, PhD est professeure adjointe au Département d’ethnologie et d’anthropologie culturelle de l’Université de Wroclaw, en Pologne. Sa recherche s’intéresse à l’anthropologie de la contemporanéité et à l’anthropologie de l’identité avec une attention particulière accordée à la région de Basse-Silésie. Elle a publié un ouvrage intitulé A Library of Stories: An Image of Polish Highlanders in the 19th-century Polish Literature (Biblioteka opowieści: Wizerunek górali tatrzańskich w piśmiennictwie polskim XIX wieku, Uniwersytet Wrocławski, Wrocław 2009) et codirigé plusieurs collections, dont Attente des Femmes et envers les Femmes : Stéréotypes et Modes de Féminité dans la culture Européenne et Américaine (Oczekiwania kobiet i wobec kobiet: Stereotypy i wzorce kobiecości w kulturze europejskiej i amerykańskiej, Wydawnictwo DiG, Warszawa 2007) et Un Amour de Femme : Mécanismes Sociaux et culturels de la Création d’Emotion (Miłość kobiety: Społeczno-kulturowe mechanizmy kreowania emocji, Oficyna Wydawnicza Arboretum, Wrocław 2008). Elle est rédactrice en chef d’une revue interdisciplinaire intitulée Tematy z Szewskiej Contact: janina.radziszewska@uwr.edu.pl.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals