Navigation – Plan du site
Dossier : La vie des personnes LGBT en dehors des grandes villes

Faire face à la LGBTphobie dans une ville moyenne : le cas de Charleroi

Facing LGBTphobia in a Medium-sized City: the Case of Charleroi
Isabelle Carles
p. 89-106

Résumés

L’objectif de cet article est de parvenir à mieux comprendre les mécanismes spécifiques de la LGBTphobie et la vie quotidienne des personnes LGBT dans une ville moyenne belge, à travers le cas de Charleroi. La Belgique est considérée comme un pays libéral au regard des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres.

En dépit d’un cadre légal et d’une politique de lutte contre la LGBTphobie conséquents au plan national, la prévention et le combat contre la LGBTphobie au niveau local restent dépendantes du contexte socio-économique de la ville. Cela a un impact sur les structures et les ressources et, par conséquent, sur la vie quotidienne des personnes LGBT. Dans le contexte d’une ville qui vit une transition socio-économique et où les ressources sont rares, les personnes LGBT développent une variété de stratégies afin de s’adapter au contexte local et se protéger contre la LGBTphobie, selon leur orientation sexuelle, leur identité de genre et leur capital social et culturel, dans lesquels le droit a peu de place.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir ILGA-Europe, Annual Review of the Human Rights situation of Lesbian, Gay, bisexual, Trans an (...)
  • 2 Voir la loi ouvrant le mariage à des personnes de même sexe et modifiant certaines dispositions d (...)
  • 3 Voir la loi du 18 mai 2006 modifiant certaines dispositions du Code civil en vue de permettre l’a (...)
  • 4 La loi tendant à lutter contre certaines formes de discrimination. (http://unia.be/files/ Z_ARCHI (...)

1La Belgique est considérée comme un pays libéral à l’égard des droits reconnus aux personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres1. Les personnes de même sexe y ont obtenu le droit de se marier dès 20032 et celui d’adopter des enfants en 20063. Ce pays combat aussi très activement les discriminations, les crimes et les discours de haine fondés sur l’homophobie ou la transphobie. La législation belge est considérée comme exemplaire à cet égard, en raison, notamment, de l’étendue de la prohibition des discriminations homophobes ou transphobes dans le champ social4.

  • 5 Ilga-Europe, Rainbow Map, 2017.
  • 6 Une enquête commanditée par le Centre interfédéral pour l’Égalité des Chances (UNIA) montre que 6 (...)

2En 2017, l’organisation ILGA Europe, qui défend les droits humains et l’égalité pour les personnes LGBT à l’échelle européenne, a placé la Belgique au quatrième rang parmi les pays européens activement engagés en faveur de la cause LGBT5. Des enquêtes récentes menées en Belgique ont montré par ailleurs que la population belge évolue positivement vis-à-vis des personnes LGBT, bien que ce processus soit moins visible pour les personnes transgenres6.

  • 7 UNIA a enregistré 104 plaintes pour LGBTphobie en 2016, ce qui représente une augmentation de 12% (...)
  • 8 Jose Antonio Langarita Adiego, Pilar Albertin Carbó, Antonia Dorado Caballero, Núria Sadurní Balc (...)

3Cependant, les préjugés et les stéréotypes ainsi que les attitudes et comportements discriminatoires à l’égard des personnes LGBT sont persistants dans plusieurs domaines de la vie quotidienne. Le nombre de plaintes déposées fondées sur la LGBTphobie a d’ailleurs récemment augmenté7. La LGBTphobie se définit comme une matrice de croyances personnelles et culturelles, d’opinions, d’attitudes et de comportements agressifs, s’appuyant sur le préjugé, le dégoût, la crainte et/ou la haine dirigés contre des individus ou contre des groupes qui ne se conforment pas ou qui transgressent les normes sociales et les attentes concernant le genre ou la sexualité8.

  • 9 C’est le cas par exemple de l’étude «Beyond the Box» qui a été menée en 2013 auprès de 1000 perso (...)
  • 10 Les principaux groupes examinés sont les personnes vivant en ville et celles résidant dans les zo (...)

4Cependant, l’échelle locale est rarement prise en considération dans l’analyse du phénomène de la LGBTphobie. Les enquêtes d’opinion sont menées à l’échelle de la Belgique et s’intéressent éventuellement aux différences émergeant entre les personnes qui vivent dans les villes et celles qui résident dans les zones rurales9. Aucune enquête ne s’est intéressée aux effets d’une ville moyenne sur la LGBTphobie, alors qu’un nombre important de mesures antidiscriminatoires sont mises en œuvre à l’échelle locale10.

  • 11 S. Leroy (2009), « La possibilité d'une ville. Comprendre les spatialités homosexuelles en milieu (...)
  • 12 Chloé Deligne, Koessan Gabiam, Mathieu Van Criekingen, Jean-Michel Decroly (2006), « Les territoi (...)
  • 13 Voir G. Gavin Brown, (2012), «Homonormativity: a metropolitan concept that denigrates ‘ordinary’ (...)

5Les rares études menées qui ont pris en compte la dimension urbaine concernent principalement les grandes villes. Ces dernières sont considérées comme les lieux de vie privilégiés des personnes LGBT parce qu’elles garantissent à la fois l’anonymat et la visibilité. Ces recherches ont montré que les grandes villes permettaient aux personnes LGBT de s’identifier à des territoires spécifiques et favorisaient ainsi le développement d’une identité collective à partir des réseaux sociaux et des commerces11. C’est le cas notamment à Bruxelles où la présence LGBT est devenue visible à travers la concentration de cafés et d’associations dans le centre, lesquels ont engendré la création d’autres espaces LGBT moins visibles et plus hétérogènes à la périphérie12. Cependant, certaines recherches ont souligné la nécessité d’étudier les espaces ordinaires des sexualités qui existent en dehors des grandes villes, telles que les villes petites et moyennes13.

  • 14 Avec une population de 202 730 habitants, elle constitue la cinquième ville belge.

6L’objectif de cet article est de mieux comprendre les mécanismes spécifiques de la LGBTphobie dans une ville moyenne, à savoir Charleroi, ville se situant à une cinquantaine de kilomètres de Bruxelles14.

7Alors que la Belgique dans son ensemble est considérée comme un pays tolérant et accueillant à l’égard des personnes LGBT, cela signifie-t-il que les personnes LGBT vivant dans une ville moyenne vivent également dans un climat de tolérance ? Comment les personnes LGBT gèrent-elles les phénomènes de LGBTphobie qui peuvent survenir dans leur ville ?

  • 15 Gavin Brown, (2012), ibid.

8Notre hypothèse est que les personnes LGBT vivant à Charleroi sont confrontées à des expériences différentes de la ville et développent, en réponse, des stratégies différenciées afin de se protéger contre la LGBTphobie, selon leur identité de genre, leur orientation sexuelle et leur capital social et culturel. Suivant Brown, nous soutenons que les personnes LGBT doivent être conceptualisées comme un groupe hétérogène pour lequel les axes d’identification et d’inégalité coexistent, s’entrecroisent et intersectent15. Le concept d’intersectionnalité est un outil utile ici en ce qu’il permet de situer les personnes à l’interaction de différents facteurs de discrimination, au regard de leur appartenance à des groupes multiples, comme celui par exemple, des migrants transgenres.

9Encore aujourd’hui, la régulation de la sexualité et du genre pèse lourdement sur de nombreuses personnes LGBT et la loi occupe de ce fait une place proéminente dans leur vie quotidienne16. Selon Knauer, les personnes LGBT peuvent en effet rencontrer des obstacles juridiques et légaux concernant des sujets aussi variés que leur vie de couple, la parentalité, la santé, le statut migratoire ou le logement. De plus, leur rapport au droit est d’autant plus empreint d’ambivalence que la loi, avant de les protéger, les a longtemps réprimés. Comme le montre Daniel Borillo, le monde judéo-chrétien a posé les fondations d’une répression morale et légale qui a conduit pendant longtemps à la criminalisation des comportements homosexuels17. Le fait qu’elles restent sujettes à un nombre important de différences légales constitue une source de stress et peut produire un degré relativement élevé de conscience du droit.

  • 18 David Engel, Franck Munger, (1996), «Rights, Remembrance, and the Reconciliation of Difference», (...)
  • 19 Nous souscrivons ici à la définition de la construction de l’identité développée par Erikson, por (...)
  • 20 Franck Munger, David Engel, (1998), «Civil rights and Self-Concept: Life stories of law, disabili (...)

10Les études sur la conscience du droit se focalisent sur les motivations des acteurs lorsqu’ils décident d’avoir recours ou pas au droit dans leur vie quotidienne. Nous étendons cette approche en l’appliquant aux personnes LGBT vivant à Charleroi, en s’appuyant sur les travaux des anthropologues Munger et Engel18. Nous démontrerons ainsi que le rôle du droit, entendu ici comme l’un des éléments constituant les catégories et les routines de la vie quotidienne, est influencé par le processus de la formation de l’identité19, laquelle est alimentée par différentes expériences et relations développées avec les amis, la famille et les collègues de travail. La conscience du droit est ainsi fluide dans la mesure où elle dépend des réminiscences du passé, du contexte présent, du discours structurant l’identité à un moment et à un lieu donnés. L’identité, changeante, et en perpétuelle évolution, va déterminer le recours ou le non-recours au droit, selon les époques et les circonstances20. Dans ce processus, le contexte local joue un rôle déterminant et les personnes LGBT peuvent décider d’éviter les tensions ou les conflits potentiels avec la population locale en adoptant des stratégies d’invisibilité, lesquelles peuvent induire un non-recours au droit.

Charleroi et les politiques LGBT

11En dépit d’un cadre légal sophistiqué et l’adoption récente d’un plan d’action de lutte contre la LGBTphobie censé se décliner au niveau régional et local, la mise en œuvre de mesures spécifiques visant à prévenir et combattre la LGBTphobie est très lente à Charleroi. Cela peut être dû à différents facteurs, dont le premier est le contexte socio-économique de la ville.

12Pendant longtemps, la ville de Charleroi ne s’est pas intéressée aux questions LGBT. Le seul événement visible consacré à ce sujet au cours des dix dernières années a été l’organisation de journées Arc-en-ciel en mai 2009, seule et unique fois où le drapeau Arc-en-ciel a pavoisé devant la mairie de la ville. De plus, les questions LGBT ne figurent pas parmi les priorités de la ville. Bien que l’égalité des chances soit au septième rang des douze priorités de la ville, les politiques à mener sont principalement axées sur les questions de sécurité, la rénovation des infrastructures et l’éducation21. La politique d’égalité des chances est, quant à elle, principalement consacrée à l’égalité entre les femmes et les hommes et le handicap22.

  • 23 Voir Fédération Wallonne Arc-En-Ciel, Rapport d’activité 2015, p. 8. Il faut souligner cependant (...)
  • 24 Des maisons Arc-en-ciel ont été créées par exemple à Liège, Namur et Mons.
  • 25 Voir Décret insérant, dans le Code wallon de l’Action sociale et de la Santé, un Livre VII relati (...)

13Charleroi, surtout, n’a connu aucune implantation d’associations ou de lieux dédiés aux personnes LGBT, à l’exception de quelques bars et discothèques. Cette absence est spécifique à Charleroi car différentes structures, telles que des organisations LGBT sportives ou d’étudiants23, existent dans d’autres villes de la région de taille équivalente24. De plus, les autres villes de la région ont créé des maisons Arc-en-ciel qui regroupent des associations d’entraide et de loisir tournées vers la population LGBT. À Charleroi, il a fallu attendre 2016 pour que s’ouvre une maison Arc-en-ciel – dont la création est principalement due à l’adoption d’un décret régional qui offre des subsides conséquents pour ce faire25 – et que soit créée une antenne locale du Centre pour l’Égalité des chances (UNIA), l’organisme belge d’égalité des chances dont l’objectif est d’assister les personnes victimes de discrimination.

Les données de l’enquête

14L’analyse s’appuie sur une recherche entreprise dans le cadre du projet européen Divercity, reposant sur une série d’entretiens menés auprès d’acteurs sociaux, de personnes LGBT et une enquête d’opinion auprès de la population de Charleroi. Les entretiens, semi-directifs, ont eu lieu majoritairement à Charleroi ou dans ses environs.

15Les experts et les acteurs sociaux interrogés ont été choisis en raison de leur appartenance à différents services en contact avec des personnes LGBT tels que l’emploi, la santé, l’éducation, les services municipaux et la police. Des représentants d’associations LGBT et le spécialiste des questions juridiques LGBT à UNIA, l’organisme belge en charge de la lutte contre les discriminations, ont également été interrogés.

  • 26 Pour une description plus complète de l’échantillon, voir l’annexe 1.
  • 27 Les associations LGBT Tels Quels, Genres Pluriels, GriS and CHEFF ont été contactées et ont permi (...)

16Ce panel a été complété par des entretiens avec une quinzaine de personnes LGBT vivant à Charleroi26. Il a été relativement difficile d’entrer en contact avec les lesbiennes et les personnes transgenres, en raison notamment de l’absence d’associations LGBT ou de lieux qui leur seraient dédiés dans la ville27.

  • 28 La Maison pour Associations, le Centre Laïc de Charleroi, l’antenne de l’Université Libre de Brux (...)
  • 29 Les femmes sont surreprésentées dans l’enquête – même si les femmes sont majoritaires à Charleroi (...)

17Enfin, une enquête d’opinion a été menée auprès de la population de Charleroi28. Parmi la centaine de personnes ayant participé à cette enquête, une large majorité d’entre elles était des femmes (63,6%)29 et une forte proportion de répondants avaient un diplôme universitaire. L’échantillon ne prétend donc pas être représentatif de la population locale et ne permet pas de tirer des conclusions définitives et généralisables à l’ensemble de la population de Charleroi. Il présente néanmoins une variété de points de vue sur les questions LGBT exprimés par des personnes vivant dans la ville.

Être LGBT à Charleroi : une diversité d’expériences

  • 30 Eleonore Kofman, Rachel Cohen, Simon Harding, Erica Howard and Elena Vacchelli (2017) Divercity - (...)
  • 31 En effet, 58% des répondants considèrent qu’ils sont incapables de dire si la ville est accueilla (...)

18Charleroi n’est pas considéré comme une ville particulièrement accueillante (gay-friendly) à l’égard des personnes LGBT. Elle n’est pas considérée non plus comme y étant particulièrement hostile30. Charleroi se singularise en ce qu’elle est la seule ville participant au projet Divercity où les enquêtés ne parviennent pas à indiquer si la ville est accueillante ou pas à l’égard de la population LGBT31.

19L’opinion de cette répondante lesbienne résume parfaitement ce ressenti :

Je ne me sens mal à l’aise à peu près nulle part, mais je me sens particulièrement bien à ma place à aucun endroit non plus (femme lesbienne, 25 ans).

20Cette image ambivalente, où il n’est pas clairement énoncé que la ville accepte ou rejette la population LGBT, ajoutée au contexte local de rareté des ressources, semble avoir un impact sur la construction de l’identité des personnes LGBT, à l’instar du contexte socio-économique de la ville.

  • 32 Malgré la diversification récente de l’économie locale s’accompagnant de l’émergence d’entreprise (...)

21Ainsi, plusieurs personnes interrogées, âgées d’une quarantaine d’années, soulignent qu’il était particulièrement difficile de révéler son orientation sexuelle ou son identité de genre dans les années 1970 et 1980, durant les prémices de la massification du chômage dans la ville. En effet, après avoir été l’un des fleurons industriels belges au XIXe siècle, grâce notamment à l’exploitation des mines de charbon, Charleroi connaît, depuis les années 1970, une désindustrialisation massive32.

22Selon un répondant, durant cette période, le climat généralisé de violence n’incitait pas à la confidence :

Durant mon enfance, on voyait toute cette misère, toute cette solitude, tout ce mal-être. Il y avait un fonds terrible d’agressivité… Quand j’étais en secondaire, il y avait un couple – je pense que c’était des trans, ou des travestis - qui m’a fasciné… L’image que je garde d’elles c’est la lumière, quelque chose qui me faisait avoir d’envie d’être comme elles. Et purée, ce que j’ai entendu sur elles ! On les a insultées, méprisées, j’ai entendu des copains de classe dire des horreurs sur elles, et les amis de mes parents, parce qu’il n’y avait qu’elles deux dans cette petite ville, et je pense que j’aurais jamais trouvé le courage de m’exprimer là, sachant tout ce qu’on a pu raconter sur ces deux femmes.

23Un autre répondant relie la peur d’avouer son orientation sexuelle à sa famille au discours très violent contre les personnes LGBT qui dominait alors dans la ville :

Si je me resitue dans la culture ouvrière à laquelle j’appartiens, ce que j’ai entendu sur l’homosexualité était d’une grande violence. Le mot homosexualité est rarement employé à Charleroi : on parle de pédé, plutôt. Donc vous vous demandez comment vous allez être accepté lorsque vous allez en parler un jour (homme gay, 43 ans).

24De leurs discours, il ressort que le contexte socio-économique de la ville a eu une influence décisive sur la manière dont ils ont vécu, au moins durant leur adolescence, leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. Mais si, pour l’ensemble des répondants, la période de l’adolescence a été marquée par la solitude et la difficulté d’être, les expériences à l’âge adulte sont en revanche plus diversifiées. Ces perceptions semblent influencées par leur orientation sexuelle ou leur identité de genre et dans certains cas, par leur capital social et culturel. De ce vécu intime de la ville, naissent différentes stratégies dont certaines semblent mises en œuvre afin d’éviter les comportements discriminatoires. Les sections suivantes montrent que les expériences et les stratégies de prévention varient selon l’orientation sexuelle et l’identité de genre, dans la mesure où les entretiens menés montrent que les expériences des hommes gays se différencient nettement de celles vécues par les autres membres de la communauté LGBT.

Une ville accueillante seulement pour les hommes gays ?

25Selon certaines personnes LGBT interrogées, être gay à Charleroi ne présente pas de difficultés. Il a été constitué des réseaux informels d’amis gays en vue de partager des activités culturelles ou festives à Charleroi, Bruxelles ou dans les villes wallonnes se trouvant à proximité de Charleroi. Certains hommes interrogés relient l’acceptation de leur présence dans la ville à leur apparence très masculine et leur comportement hétéronormatif :

J’ai une expression de genre très masculine. Et je ne suis donc pas confronté à l’homophobie (homme gay, 40 ans).

26Un autre répondant, indique qu’il n’a jamais été exposé aux discriminations à Charleroi en tant que gay, peut-être en raison de sa compréhension de la culture ouvrière :

Les gens sentaient peut-être que j’étais gay. Mais comme ils savaient que j’appartenais à une famille ouvrière, ils savaient aussi que je pouvais rapidement en venir aux mains… Et puis, il y a un gouffre entre le vocabulaire utilisé et ce que les gens ressentent réellement. Il y a quelque chose de cet ordre-là dans la culture à Charleroi. Le vocabulaire par rapport aux femmes est aussi parfois très misogyne sans pour autant que les gens soient misogynes. Dans la culture ouvrière, les gens n’ont pas toujours beaucoup de culture, et le vocabulaire reste très basique (homme gay, 44 ans).

27L’un des répondants gays a adopté une stratégie éducative pour augmenter la tolérance à l’homosexualité et une meilleure compréhension des personnes LGBT :

Moi quand j’ai un débat avec des personnes qui acceptent pas trop, je commence par leur donner des exemples de personnes dans la société, comme eux ou comme moi… Ma tante, par exemple, avait tous ces stéréotypes sur les gens efféminés ; pour elle, les gays c’était la coiffeuse, alors qu’elle ne savait pas qu’il pouvait y avoir un militaire gay, ou même un garagiste… » (homme gay, 43 ans).

  • 33 Connell définit la masculinité hégémonique, comme la configuration de la pratique de genre qui in (...)

28Les entretiens montrent que les hommes gays se sentent tolérés et acceptés par la population de Charleroi tant qu’ils développent une image masculine que la population peut interpréter comme une expression hétérosexuelle d’hégémonie masculine33. Ce qui exclut d’emblée les autres membres de la communauté LGBT, à savoir les lesbiennes et les personnes transgenres.

La double invisibilité des lesbiennes

  • 34 Entretien du 1er juillet 2016, Charleroi.

29À Charleroi, les lesbiennes sont peu visibles dans l’espace public et dans les bars gays de la ville. Il a été d’ailleurs difficile d’entrer en contact avec elles pour procéder à des entretiens, en raison notamment de leur quasi-absence des organisations LGBT. Selon certains répondants, leur invisibilité peut s’expliquer par la présence très importante d’hommes dans ces structures, le plus souvent gays. C’est par exemple le cas dans les cercles étudiants LGBT, comme le souligne l’un de ses responsables34 :

C’est un peu un cercle vicieux, parce que si on fait des activités et qu’on y voit beaucoup de garçons, les filles n’ont pas tendance à se dire ‘c’est pour moi’… Quand il y a de manière générale une plus grande visibilité des hommes homosexuels, c’est peut-être plus difficile de pousser la porte d’une association…

  • 35 Voir à cet égard les rapports d’activité annuels publiés par UNIA, https://www.unia.be/fr/ public (...)

30Invisibles dans l’espace public et les structures politiques, les femmes lesbiennes le sont également en matière de discriminations. Tous motifs confondus, elles déposent moins de plaintes fondées sur une discrimination que les hommes, comme le montrent de manière récurrente les statistiques35. L’on a eu tendance à conclure un peu rapidement qu’elles seraient donc moins discriminées que les hommes.

  • 36 Le phénomène a également été constaté en France où les femmes, tous critères confondus, saisissai (...)
  • 37 Voir Isabelle Carles, « Genre, origine et discrimination multiple : une analyse genrée de l’expér (...)
  • 38 Selon le rapport annuel d’activité de 2015 d’UNIA, 124 hommes ont déposé une plainte fondée sur u (...)

31Ce constat mérite cependant des nuances. Il semblerait en effet que les femmes, y compris les lesbiennes, déposent moins de plaintes parce qu’elles ont un réseau social de soutien moins étendu que celui des hommes36. Par ailleurs, les organisations de femmes ont longtemps eu pour priorité l’action politique et la lutte contre les violences domestiques, au détriment du soutien aux femmes victimes de discriminations fondées sur le genre ou l’orientation sexuelle37. Enfin, comme l’indique une experte juridique des questions LGBT, les femmes ont tellement intériorisé les discriminations qu’elles ne sont plus capables d’identifier les motifs sur lesquels s’appuient les comportements discriminatoires38.

  • 39 Céline Perrin, Marta Roca i Escoda, Lorena Parini, « La notion d’homophobie, ses usages et son ra (...)

32Selon Perrin et al., cette invisibilité serait aussi due à l’utilisation du concept générique d’homophobie pour désigner l’ensemble des phénomènes LGBTphobes. Notons, à cet égard, que les lesbiennes ont longtemps été ignorées dans les enquêtes mesurant les discriminations concernant les homosexuels, faute de les avoir incluses en tant que catégorie, comme si cette réalité ne concernait que les hommes39. La prédominance du concept d’homophobie a aussi masqué toutes les discriminations touchant les autres catégories LGBT, comme les personnes transgenres et les migrants.

Les personnes transgenres et les migrants : des populations particulièrement vulnérables

33Les personnes transgenres se sentent particulièrement isolées à Charleroi, comme en atteste une personne interrogée :

À Charleroi, le milieu lesbien et gay existe, le milieu LGB peut-être, je n’en sais rien, mais le milieu LGBT n’existe pas, clairement. J’ai vu UNE personne trans une fois dans ma vie à Charleroi et je m’en souviens (homme transgenre, 28 ans).

  • 40 Entretien du 13 juillet 2016, Genres Pluriels.

34Certaines personnes ont développé, du fait de cet isolement, une image très négative d’elles-mêmes durant leur adolescence, partiellement due à l’absence d’informations dans la ville. Un spécialiste des questions transgenres indique que les personnes ont alors tendance à perpétuer le discours psychiatrique en se pensant malades40, ce dont témoigne un jeune homme ayant vécu son adolescence à Charleroi :

Je ne sais pas comment je suis parvenu à me définir comme transgenre mais j’ai réussi à trouver le mot, ce qui était très difficile parce que ce mot n’existait même pas quand j’étais adolescent. L’image prédominante, quand elle existait, était fortement reliée à la maladie mentale (homme transgenre, 28 ans).

35Il est d’autant plus difficile de reconstruire une image positive de soi, comme en témoigne une personne interrogée :

Quand j’étais adolescent j’ai pas pu m’exprimer dans ma féminité, dans ma trans identité, à l’époque je ne savais même pas que ça s’appelait comme ça, donc je pense que j’en ai gardé des stigmates, et donc une appréhension totale… J’étais très effrayé par moi-même » (femme transgenre, 48 ans).

36L’accès à l’information et à des organisations de soutien est donc crucial pour les personnes transgenres, deux éléments manquants à Charleroi. Le développement des réseaux sociaux a certes permis de briser l’isolement, en facilitant la communication entre personnes transgenres. Mais la présence d’une structure soutenante semble d’autant plus indispensable à Charleroi que les personnes transgenres interrogées ont une expérience très négative de la ville dans laquelle elles se ne sentent pas en sécurité. Elles ont aussi relaté des expériences de discrimination et de harcèlement à l’école.

  • 41 Entretien du 24 juin 2016, Sida IST-Charleroi Mons.
  • 42 Entretien du 5 mai 2016, UNIA.

37Vivre à Charleroi n’est également pas aisé pour la population migrante LGBT, particulièrement pour les personnes originaires d’Afrique du Nord et sub-saharienne où l’homosexualité est le plus souvent un sujet tabou41. Parmi cette population, les demandeurs d’asile constituent une catégorie particulièrement vulnérable, comme l’indique une experte des questions LGBT42 :

J’ai eu le cas d’un garçon demandeur d’asile africain qui était harcelé par ses colocataires et on ne pouvait rien faire pour l’aider. Parce que leur communauté, une fois que cela se sait… Quand ils arrivent ici, ils pensent enfin être en sécurité mais en fait ils sont harcelés et ceux qui sont demandeurs d’asile n’ont pas d’argent et ne peuvent donc échapper à cela.

38Craignant d’être victimes de discrimination de la part du personnel des centres d’accueil et des autres demandeurs d’asile, ils dissimulent souvent leur orientation sexuelle, même s’ils ont besoin d’un soutien spécifique dans le cadre de leur demande d’asile dont le motif repose précisément sur les persécutions subies dans leur pays d’origine, en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

  • 43 Entretien du 13 juillet 2016, Genres Pluriels.

39Les personnes transgenres demandeuses d’asile connaissent elles aussi parfois des expériences difficiles lorsqu’elles sont envoyées dans des centres d’accueil très éloignés des grandes villes où le personnel n’est souvent pas préparé à recevoir les personnes transgenres, faute de formation spécifique. C’est ce qu’atteste un spécialiste des questions transgenres43 :

Ils imaginaient qu’ils allaient accueillir deux Drag Queens qui allaient se balader dans tout le village. C’était loin de la réalité ! Ils croyaient qu’ils allaient devoir prendre en charge toutes les opérations, tout, tout… J’ai dû les rassurer dans un premier temps.

40L’analyse de la situation de différentes catégories de la population LGBT montre que les personnes LGBT ont une expérience différenciée de la ville, selon leur orientation sexuelle, leur identité de genre mais aussi parfois, leur origine. Ces différences peuvent expliquer que la population LGBT utilise l’espace public de manière également différenciée, certaines catégories y étant plus visibles que d’autres.

L’invisibilité d’une partie de la population LGBT : une stratégie ?

  • 44 Deligne et al., op. cit.

41Alors que dans certaines grandes villes belges, il existe des marques visibles d’une présence LGBT dans le centre44, à Charleroi, il n’existe aucun espace dédié à la population LGBT, qu’il soit concentré ou pas, à l’exception de quelques bars éparpillés dans la ville et fréquentés presque exclusivement par des hommes gays. La population LGBT, peu visible, semble disséminée dans la ville, sans territoire précis. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette invisibilité.

Une ville à la mixité revendiquée

  • 45 Charleroi se caractérise en effet par la présence d’une large population migrante, venue travaill (...)

42L’invisibilité d’une partie de la population LGBT peut être due à l’absence d’organisations communautaires de l’espace à Charleroi. Selon le conseiller municipal en charge de l’égalité des chances, il existe une véritable mixité sociale dans la ville, les migrants, par exemple, n’étant pas concentrés dans des quartiers spécifiques. La ville se serait développée, à la faveur des différents flux migratoires, sans que des espaces spécifiques leur soient dévolus45 :

  • 46 Entretien du 17 mai 2016, Charleroi.

Il n’y a pas de quartiers à forte densité de Marocains ou de Turcs. Il y a un brassage ethnique dans tous les quartiers. Une des réussites de cette ville, c’est la dilution sur le territoire de ces communautés étrangères… Les quartiers de succèdent, il n’y a pas de fracture ou de cassure, tout se tient... On a construit les logements sociaux parce que le terrain était libre, ce n’était pas délibéré, il n’y a pas eu un calcul pour éloigner46.

  • 47 Voir Frank Remiggi (1998), « Le Village gai de Montréal : entre le ghetto et l’espace identitaire (...)

43De la même manière qu’il n’existe pas de concentrations d’immigrés dans certains quartiers, il n’existe pas de lieux spécifiques pour les personnes LGBT. Les personnes interrogées semblent d’ailleurs avoir bien intégré la philosophie de la ville, refusant d’être assignées à des lieux spécifiques LGBT, vus comme de nouveaux centres de consommation stylisés47. Elles semblent à la recherche d’une certaine fluidité aussi bien dans l’espace que dans leurs relations aux autres :

Je n’aime pas cette idée d’être replié sur moi-même, de vivre dans mon petit quartier. Je préfère être mélangé, voir un peu tout le monde et ne pas être seulement avec des gays. À Charleroi, ça me semble moins nécessaire d’être replié sur soi-même parce qu’on sort dans des lieux non gays et il n’y a pas de problème (homme gay, 34 ans).

44Cependant, cette volonté de présence dans l’espace public semble être surtout le fait des hommes gays. Pour les autres catégories LGBT, l’invisibilité semble plutôt de mise, peut-être en raison, notamment, de la réputation de dangerosité de la ville.

Une ville considérée comme dangereuse par toute la population

  • 48 Focus-groupe du 16 septembre 2016, Charleroi.

45Qu’il s’agisse des personnes LGBT ou des acteurs sociaux interrogés, tous s’accordent à considérer que Charleroi est une ville réputée dangereuse. Cependant, la personne en charge des discriminations au sein de la police locale indique que les plaintes reposant sur un motif LGBTphobe sont rares dans la ville48 :

La tendance est à dire que ça se passe pas mal à Charleroi. À travers les dossiers, je peux confirmer : j’ai peu de dossiers. Il y a sûrement une zone d’ombre existante mais si ça allait très mal, on aurait des flagrants délits, on serait requis pour intervenir en cas de blessures, etc. Et ce n’est pas le cas… Charleroi est une ville dangereuse pour tout le monde et pas spécialement pour les LGBT.

46Ce sentiment d’insécurité concerne même les gays, qui pourtant se sentent globalement à l’aise partout dans la ville :

Imaginons que je doive traverser toute la ville à pied, il y a certains quartiers où je préfèrerais être très discret ou parfois marcher à un mètre de mon copain, parce que j’aurais peur de tomber sur une bande de petits voyous qui pourraient se dire « tiens ça c’est deux gays, c’est une proie facile (homme gay, 43 ans).

47Cela explique aussi sans doute la raison pour laquelle les personnes LGBT ne revendiquent pas de lieux dédiés à Charleroi. Certaines personnes interrogées ont en effet précisé que les actes de violence à l’égard des personnes LGBT surviennent souvent dans les quartiers gay des villes où elles sont très visibles dans l’espace public. Pour certains répondants, particulièrement les personnes transgenres, vivre dans ces quartiers n’est pas synonyme de sécurité :

Pour certaines femmes transgenres, se rendre à la Maison Arc-en-ciel à Bruxelles la nuit est dangereux. Je ne pense pas que concentrer la population LGBT garantisse sa sécurité (femme transgenre, 48 ans).

48Cependant, il ressort aussi des entretiens que des personnes LGBT vivant à Charleroi fréquentent des lieux LGBT mais en dehors de la ville, notamment à Bruxelles, qui ne se trouve qu’à une cinquantaine de kilomètres de Charleroi. Ces habitudes culturelles se rapprochent de celles développées par la population économiquement privilégiée de la ville qui a elle aussi l’habitude de la mobilité. Le statut socio-économique est donc créateur de différences au sein de la population LGBT de Charleroi : les personnes qui ne souhaitent pas fréquenter les bars ou les discothèques LGBT de Charleroi et qui disposent de moyens économiques suffisants peuvent se rendre dans d’autres villes. Certains ont d’ailleurs indiqué qu’ils ne se rendaient pas dans les lieux dédiés aux personnes LGBT à Charleroi parce qu’ils ne souhaitent pas être en contact avec la population LGBT ouvrière, laquelle fréquente majoritairement ces lieux.

49Les différences entre les catégories LGBT s’accentuent encore lorsque l’on se penche sur leurs relations avec la population locale.

Les interactions entre la population locale et les personnes LGBT

50La recherche a montré que les personnes LGBT avaient des expériences de la ville très différenciées selon leur orientation sexuelle et leur identité de genre. Alors que les hommes gays se sentent à l’aise dans la plupart des lieux de la ville et dans leurs relations aux autres, les personnes transgenres et les migrants LGBT, et, dans une certaine mesure, les lesbiennes, paraissent moins intégrés dans l’espace public et pour certains, moins à l’aise dans leurs relations avec la population.

  • 49 87,2% des répondants disent que les personnes doivent être libres d’exprimer leur genre et leur s (...)
  • 50 Voir le rapport Beyond the Box, op. cit. p. 28.

51Les résultats obtenus dans le cadre de l’enquête d’opinion semblent partiellement confirmer ces tendances. Ainsi, elle révèle que la population de la ville est très en faveur de la reconnaissance de droits égaux aux personnes LGBT49. La proximité avec la population LGBT semble avérée puisque 86% des sondés ont indiqué avoir des amis, des membres de leur famille ou des collègues de travail LGBT et 89% des répondants se sentent à l’aise dans leurs interactions avec des personnes gays ou lesbiennes. Mais les personnes transgenres sont bien moins acceptées car seulement 40% des sondés déclarent être à l’aise lorsqu’ils interagissent avec des personnes transgenres, confirmant le sentiment d’exclusion ressenti par ces derniers. Ces résultats font écho à un sondage d’opinion mené récemment en Belgique. On y constatait que les répondants font montre d’une tolérance moindre à l’égard des personnes transgenres, notamment en raison de la transphobie sociale, caractérisée par la peur ou le rejet des personnes transgenres dans l’environnement social des répondants, comme par exemple, le fait d’avoir pour collègues directs des personnes transgenres50.

52De plus, si la reconnaissance des droits égaux aux personnes LGBT semble acquise dans l’opinion, l’acceptation de leur présence au quotidien est plus problématique. Ainsi seulement 56% des personnes interrogées se disent à l’aise lorsqu’elles voient des personnes LGBT échanger des gestes d’affection en public. Il n’est dès lors pas surprenant que la grande majorité des personnes LGBT interrogées trouvent difficile, voire impensable, d’avoir un geste d’affection envers son partenaire en public à Charleroi. Surtout, seulement 48% de la population interrogée indique apprécier la présence de personnes LGBT dans leur famille, leurs groupes d’amis ou leurs collègues de travail.

53Il semble donc que les personnes LGBT tolérées à Charleroi sont celles qui se fondent le mieux sur la normativité hétérosexuelle, comme les hommes gays ayant une apparence très masculine. Pour les autres catégories, plus elles s’éloignent de la masculinité hégémonique, plus elles risquent d’être marginalisées.

54Charleroi semble osciller entre deux paradoxes : une réputation de ville violente mais sans agression notoire à l’égard des personnes LGBT d’une part, une tolérance affichée par la population locale à l’égard des personnes LGBT et le malaise ressenti par une partie de la population LGBT dans la ville, d’autre part.

55Dans ce contexte latent de violence, exprimée au moins verbalement à l’égard des personnes LGBT, certaines semblent avoir développé depuis l’adolescence des stratégies d’évitement. Ces stratégies peuvent avoir des répercussions sur la mobilisation du droit en cas d’exposition à la discrimination ou à la violence. Il est à cet égard intéressant de constater qu’à l’exception d’une seule personne interrogée, les personnes LGBT ont indiqué que si elles avaient été témoins, à plusieurs reprises, d’actes motivés par la LGBTphobie, elles n’en avaient néanmoins jamais été personnellement victimes, à l’exception du harcèlement subi à l’école par pratiquement tous les répondants. Sans doute parce qu’elles ont appris à dissimuler leur orientation sexuelle ou leur identité de genre et/ou qu’elles ne souhaitaient pas être identifiées en tant que telles, en cas d’agressions. L’on retrouve ici le conflit latent entre le recours au droit pour se protéger et les effets de cette mobilisation sur les relations avec l’entourage, tels que défini par Munger et Engel, les personnes refusant parfois de mobiliser le droit afin de ne pas être enfermées dans une identité unique, en l’occurrence ici, liées à leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. Ce qui peut expliquer, comme l’indique le représentant de la police locale, le peu de personnes LGBT qui, spontanément, indiquent un motif homophobe ou transphobe lorsqu’elles viennent déposer plainte.

Vers le label gay-friendly pour Charleroi ?

56Malgré l’adoption d’un cadre légal très complet et d’un plan national visant à lutter contre la LGBTphobie, la mise en œuvre de services, structures et mécanismes de soutien aux victimes d’actes LGBTphobes est particulièrement lente à Charleroi, par rapport à d’autres villes belges de taille équivalente.

57Le contexte particulier de la ville – la rareté des ressources, la pauvreté, le fort taux de chômage – confirme l’importance d’analyser le contexte local afin de mieux comprendre la vie quotidienne des personnes LGBT, comme souligné par Brown. L’analyse des mécanismes de la LGBTphobie au niveau local révèle ainsi des différences d’attitudes et d’expériences à l’intérieur même de la communauté LGBT. Si les personnes vivant à Charleroi et les acteurs sociaux considèrent leur ville comme peu problématique à l’égard de la population LGBT et si cette dernière se sent à l’aise dans la ville, cette analyse concerne principalement les hommes gays, particulièrement ceux à l’apparence jugée très masculine.

58Les personnes transgenres, les migrants LGBT et, dans une certaine mesure, les lesbiennes, ont une expérience moins positive de la ville. Ces dernières semblent avoir un réseau social de soutien moins étendu que celui des hommes, d’autant que les organisations de femmes ont longtemps eu pour priorité l’action politique et la lutte contre les violences domestiques, au détriment du soutien aux femmes victimes de discriminations fondées sur le genre.

59Le statut socio-économique semble aussi avoir un impact important sur la vie quotidienne. Certaines personnes LGBT appartenant à la classe moyenne ou aisée ont la possibilité d’exprimer leur orientation sexuelle ou leur identité de genre dans d’autres villes en évitant ainsi les discriminations ou les violences. Les personnes moins aisées et/ou moins mobiles semblent davantage adopter une stratégie d’invisibilité pour éviter la violence ou les discriminations. Cela semble particulièrement vrai pour les personnes transgenres.

60L’ensemble de ces facteurs, conjugués à l’absence de ressources et de structures de soutien, propre à la ville, peut aussi expliquer le peu de plaintes fondées sur un motif LGBTphobe à Charleroi, confirmant ainsi les théories d’Engel et Munger sur les variations du recours au droit en cas de conflit, selon les périodes et les circonstances, les personnes refusant parfois de mobiliser le droit afin de ne pas être enfermées dans une identité unique.

  • 51 Cette nomination est prévue par une circulaire visant notamment à lutter contre les phénomènes de (...)
  • 52 La personne de référence a ainsi fait inscrire l’interdiction des discriminations dans le règleme (...)

61Avec la création de la Maison Arc-en-ciel à Charleroi, située au cœur même de la ville, la visibilité de la population LGBT va s’accroître, incluant les plus invisibles d’entre eux, à savoir les lesbiennes et les transgenres. Certains d’entre eux ont déjà exprimé leur crainte d’être, du fait de cette visibilité, victimes d’actes LGBTphobes. La ville devrait se saisir de cette occasion pour mettre l’accent sur la diversité au sein de la communauté LGBT dans ses politiques d’information et de sensibilisation afin de favoriser l’acceptation de toutes les catégories de personnes LGBT. Les différents services en contact avec la population LGBT devraient, quant à eux, adopter une approche intersectionnelle dans leurs pratiques afin d’être également sensibles à la diversité des besoins de la population LGBT. La formation adéquate des différents acteurs à la problématique LGBT est à ce titre indispensable. Car l’existence d’un soutien semble véritablement faire la différence, comme on le voit à travers les services locaux de police. La personne de référence en charge des questions de racisme et de LGBTphobie51 est en effet identifiée par les personnes interrogées comme un acteur très actif de prévention et de lutte contre la LGBTphobie au niveau local52.

62En adoptant une série de mesures, la ville pourrait ainsi sortir de son ambiguïté actuelle à l’égard de la population LGBT et devenir une ville moyenne véritablement accueillante pour l’ensemble des composants de la population LGBT.

Orientation sexuelle

Genre

Age

Niveau d’éducation

Nationalité

Religion

Statut marital

Gay

M

42

Supérieure

Belge

Aucune

Célibataire

Gay

M

40

Supérieure

Belge

Aucune

Célibataire

Trans

M

28

Supérieure

Belge

Aucune

Célibataire

Gay

M

34

Supérieure

Belge

Aucune

Célibataire

Gay

M

53

Supérieure

Belge

Aucune

Marié(e)

Gay

M

23

Secondaire

Français

Aucune

En couple

Gay

M

43

Supérieure

Belge

Aucune

En couple

Trans

F

48

Supérieure

Belge

Aucune

Marié(e)

Trans

M

27

Supérieure

Belge

Aucune

Célibataire

Gay

M

58

Secondaire

Belge

Aucune

Marié(e)

Gay

M

35

Secondaire

Belge

Aucune

En couple

Lesbienne

F

22

Secondaire

Française

Célibataire

Lesbienne

F

25

Supérieure

Belge

En couple

Lesbienne

F

25

Supérieure

Belge

En couple

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Tableau de personnes LGBT interrogées

Haut de page

Notes

1 Voir ILGA-Europe, Annual Review of the Human Rights situation of Lesbian, Gay, bisexual, Trans and Intersex People in Europe, 2017, p. 57, https://www.ilga-europe.org/sites/default/files/ Attachments/ annual_review_2017_online.pdf.

2 Voir la loi ouvrant le mariage à des personnes de même sexe et modifiant certaines dispositions du Code civil, 13 février 2003, Moniteur Belge 28 février 2003, http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/ article_body.pl?language=fr&caller=summary&pub_date=03-02-28&numac=2003009163.

3 Voir la loi du 18 mai 2006 modifiant certaines dispositions du Code civil en vue de permettre l’adoption par des personnes de même sexe, Moniteur Belge 20 Juin 2006.

4 La loi tendant à lutter contre certaines formes de discrimination. (http://unia.be/files/ Z_ARCHIEF/10_mai_2007.pdf) et la loi tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes et les hommes ont été toutes deux adoptées le 10 mai 2007. Les deux textes protègent contre les discriminations survenant non seulement dans le domaine de l’emploi mais également celui des biens et services, la sécurité sociale et les bénéfices sociaux, l’adhésion et l’engagement dans une organisation patronale et l’accès à la participation à des activités sociales, culturelles ou politiques. En cela, elles offrent une protection, supérieure à celle offerte par la Directive européenne 2000/78/EC, laquelle ne protège contre la discrimination que dans le domaine de l’emploi.

5 Ilga-Europe, Rainbow Map, 2017.

6 Une enquête commanditée par le Centre interfédéral pour l’Égalité des Chances (UNIA) montre que 63% des personnes interrogées pensent qu’il est tout à fait normal qu’un couple de même sexe montre des signes d’affection en public. 60% des femmes interrogées déclarent ne pas pouvoir développer des liens d’amitié avec une personne homophobe. L’enquête a été menée en 2016 parmi 1000 Belges âgés de 18 à 75 ans. Elle s’est focalisée sur la perception sociale de l’homo/bisexualité et les attitudes à l’égard des personnes LGB (voir https://www.unia.be/files/Documenter/Artikels/Sondage_FR_perception_ homosexualité_._iVOX_.pdf).

7 UNIA a enregistré 104 plaintes pour LGBTphobie en 2016, ce qui représente une augmentation de 12% par rapport à 2015 (Voir Dossiers pour homophobie en hausse, 19 mai 2017, http://www.unia.be/ fr/articles/dossiers-pour-homophobie-en-hausse-unia-plaide-pour-une-amelioration-des-lo

8 Jose Antonio Langarita Adiego, Pilar Albertin Carbó, Antonia Dorado Caballero, Núria Sadurní Balcells, «City Report on homo- and transphobia (Girona)», in Olga Jubany, Joan Bestard and Jordi Mas Grau (eds.) Compilation of city reports on homo- and transphobia research; Transnational and comparative research on homo- and transphobia in small and medium cities, Universitat de Barcelona, 2016, p.168-203, spec. p. 26, http://divercity.ub.edu/wp-content/uploads/2017/12/WS1.3._Compilation-of-reports-on-homo-and- transphobia.

9 C’est le cas par exemple de l’étude «Beyond the Box» qui a été menée en 2013 auprès de 1000 personnes de nationalité belge de plus de 16 ans. L’objectif principal était de mesurer l’attitude de la population belge à l’égard du sexisme, de l’homophobie et de la transphobie (voir http://unia.be/files/ Z_ARCHIEF/bb_synthese_fr.pdf)

10 Les principaux groupes examinés sont les personnes vivant en ville et celles résidant dans les zones rurales.

11 S. Leroy (2009), « La possibilité d'une ville. Comprendre les spatialités homosexuelles en milieu urbain », Espaces et sociétés 4/2009, p. 159-174, http://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2009-4-page-159.htm.

12 Chloé Deligne, Koessan Gabiam, Mathieu Van Criekingen, Jean-Michel Decroly (2006), « Les territoires de l’homosexualité à Bruxelles : visibles et invisibles », Cahiers de géographie du Québec, Volume 50, n°140, p. 135-150, http://www.erudit.org/revue/cgq/2006/v50/n140/014081ar.html?vue=resume.

13 Voir G. Gavin Brown, (2012), «Homonormativity: a metropolitan concept that denigrates ‘ordinary’ gay lives», Journal of Homosexuality 59(7): 1065-72. En Belgique, une seule étude s’est intéressée aux zones rurales et a montré que les personnes qui vivent dans ces zones sont en moyenne moins tolérantes
à l’égard des minorités sexuelles que celles vivant dans les grandes villes (cf : E. Van Wijk,
B. van de Meerendonk, F. Bakker, & I. Vanwesenbeeck, (2005). «Moderne homonegativiteit: De constructie van een meetinstrument voor het meten van hedendaagse reacties op zichtbare homoseksualiteit in Nederland», Tijdschrift Voor Seksuologie, 29, p. 19-27).

14 Avec une population de 202 730 habitants, elle constitue la cinquième ville belge.

15 Gavin Brown, (2012), ibid.

16 Nancy Knauer (2012), «Legal Consciousness and LGBT Research: The Role of the Law in the Everyday Lives of LGBT Individuals», Journal of Homosexuality Vol. 59, Iss. 5.

17 Daniel Borillo, « Droits et homosexualités : une réconciliation fragile », Droit et Cultures, 56/2008.

18 David Engel, Franck Munger, (1996), «Rights, Remembrance, and the Reconciliation of Difference», Law and Society Review, 30/1.

19 Nous souscrivons ici à la définition de la construction de l’identité développée par Erikson, portant une attention particulière au rôle des interactions sociales dans la construction de la personnalité (Eric Erikson, Enfance et société, Neuchâtel, 1959).

20 Franck Munger, David Engel, (1998), «Civil rights and Self-Concept: Life stories of law, disability, and employment», Droit et Cultures, 35, 1998/1, p. 43-73.

21 Cf. « Ville : la majorité dévoile ses douze priorités », http://www.charleroi.be/ville-la-majorit-d-voile-ses-douze-priorit-s.

22 Voir http://www.charleroi.be/Egallite-des-chances sur la présentation de la politique d’égalité des chances menée par le Conseil Municipal.

23 Voir Fédération Wallonne Arc-En-Ciel, Rapport d’activité 2015, p. 8. Il faut souligner cependant qu’une association étudiante a été récemment créée à Charleroi.

24 Des maisons Arc-en-ciel ont été créées par exemple à Liège, Namur et Mons.

25 Voir Décret insérant, dans le Code wallon de l’Action sociale et de la Santé, un Livre VII relatif à l’aide aux personnes lesbiennes, gays, bisexuels, bisexuelles et transgenres, 11 avril 2014, M.B. du 12/05/2014.

26 Pour une description plus complète de l’échantillon, voir l’annexe 1.

27 Les associations LGBT Tels Quels, Genres Pluriels, GriS and CHEFF ont été contactées et ont permis l’identification de personnes acceptant de participer à la recherche. D’autres moyens ont été aussi mobilisés, dont le recours à des réseaux sociaux LGBT régionaux et un appel public à partir d’une radio locale. Les personnes bisexuelles ne sont pas représentées dans l’échantillon, faute d’être parvenu à entrer en contact avec elles.

28 La Maison pour Associations, le Centre Laïc de Charleroi, l’antenne de l’Université Libre de Bruxelles à Charleroi ainsi que des syndicats locaux ont été sollicités pour diffuser l’enquête.

29 Les femmes sont surreprésentées dans l’enquête – même si les femmes sont majoritaires à Charleroi parmi la population totale (51,38% de femmes contre 48,62% d’hommes) – notamment parce qu’elles ont plus facilement accepté de répondre quand l’enquête a été menée par contact direct.

30 Eleonore Kofman, Rachel Cohen, Simon Harding, Erica Howard and Elena Vacchelli (2017) Divercity - Work Stream 1: Transnational and Comparative Research, unpublished report, London: Middlesex University, p. 4.

31 En effet, 58% des répondants considèrent qu’ils sont incapables de dire si la ville est accueillante ou pas à l’égard de la population LGBT. Ce n’était pas le cas dans les autres villes participant au projet, la majorité d’entre elles étant considérées par la population sondée comme accueillantes à l’égard des personnes LGBT, à l’exception de Wroclaw (Pologne).

32 Malgré la diversification récente de l’économie locale s’accompagnant de l’émergence d’entreprises innovantes, Charleroi connaît aujourd’hui l’un des taux de chômage (20,3 % en 2016) et de pauvreté de la population urbaine les plus élevés d’Europe et le taux d’emploi y était de 15,9 % en 2015 (comparé à 61,1% pour l’ensemble de la Belgique), cf. : http://www.hainaut-developpement.be/documents/ hainautstat/Charleroi.pdf.

33 Connell définit la masculinité hégémonique, comme la configuration de la pratique de genre qui incarne la réponse acceptée à un moment donné au problème de la légitimité du patriarcat. La masculinité hégémonique est donc ce qui garantit (ou ce qui est censé garantir) la position dominante des hommes et la subordination des femmes (voir R. W. Connell, James W. Messerschmidt, «Hegemonic Masculinity. Rethinking the Concept», Gender and society, Volume19: 6, p. 829-859, 2005, https://doi.org/10.1177/ 0891243205278639).

34 Entretien du 1er juillet 2016, Charleroi.

35 Voir à cet égard les rapports d’activité annuels publiés par UNIA, https://www.unia.be/fr/ publications-et-statistiques.

36 Le phénomène a également été constaté en France où les femmes, tous critères confondus, saisissaient moins le Défenseur des Droits que les hommes (Voir Isabelle Carles, « Les discriminations multifactorielles fondées sur le genre et l’origine ethnique », Hommes et Migrations, Les discriminations au féminin pluriel, n°1292, juillet-août 2011).

37 Voir Isabelle Carles, « Genre, origine et discrimination multiple : une analyse genrée de l’expérience de la discrimination raciale en France », Revue Champ Psy, Paris, Éditions L’Esprit du Temps, n°58, p. 175-197, 2010.

38 Selon le rapport annuel d’activité de 2015 d’UNIA, 124 hommes ont déposé une plainte fondée sur un motif LGBTphobe, contre 23 femmes.

39 Céline Perrin, Marta Roca i Escoda, Lorena Parini, « La notion d’homophobie, ses usages et son rapport au féminisme », Nouvelles Questions Féministes, 2012/1 (Vol. 31), p. 4-11, https://www.cairn.info/ revue-nouvelles-questions-feministes-2012-1-page-4.htm.

40 Entretien du 13 juillet 2016, Genres Pluriels.

41 Entretien du 24 juin 2016, Sida IST-Charleroi Mons.

42 Entretien du 5 mai 2016, UNIA.

43 Entretien du 13 juillet 2016, Genres Pluriels.

44 Deligne et al., op. cit.

45 Charleroi se caractérise en effet par la présence d’une large population migrante, venue travailler dans les mines et le secteur de l’acier, à la faveur d’accords conclus entre la Belgique et les États d’origine, la majorité venant d’Italie (135 000), du Maroc (2 794), de France (2 475) et de Turquie (2.416).

46 Entretien du 17 mai 2016, Charleroi.

47 Voir Frank Remiggi (1998), « Le Village gai de Montréal : entre le ghetto et l’espace identitaire », in Frank W. Remiggi et Irène Demczuk (dir.) Sortir de l’ombre : histoires des communautés lesbienne et gaie de Montréal, Montréal: VLB éditeur, p. 276-289 et Marianne Blidon (2004), « Commerces et espaces urbains homosexuels à Paris », Communication présentée au colloque Commerces et espaces urbains homosexuels à Paris, EHESS, Paris, 19 octobre 2004.

48 Focus-groupe du 16 septembre 2016, Charleroi.

49 87,2% des répondants disent que les personnes doivent être libres d’exprimer leur genre et leur sexualité et 77,7% sont en faveur du mariage entre personnes de même sexe.

50 Voir le rapport Beyond the Box, op. cit. p. 28.

51 Cette nomination est prévue par une circulaire visant notamment à lutter contre les phénomènes de sous-reportage (voir la Circulaire commune n° COL 13/2013 du ministre de la Justice, du ministre de l’Intérieur, et du Collège des procureurs généraux près les cours d’appel, relative à la politique de recherche et de poursuite en matière de discriminations et de délits de haine, 13 juin 2013).

52 La personne de référence a ainsi fait inscrire l’interdiction des discriminations dans le règlement intérieur des services de police et rappelle régulièrement aux policiers l’obligation de mentionner les motifs de discrimination dans les procès-verbaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Carles, « Faire face à la LGBTphobie dans une ville moyenne : le cas de Charleroi », Droit et cultures, 77 | 2019, 89-106.

Référence électronique

Isabelle Carles, « Faire face à la LGBTphobie dans une ville moyenne : le cas de Charleroi », Droit et cultures [En ligne], 77 | 2019/1, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5187

Haut de page

Auteur

Isabelle Carles

Isabelle Carles est juriste et sociologue du droit. Elle est chargée de recherche au Centre METICES rattaché à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles et chercheure associée à l’Université de Paris Nanterre. Ses recherches, menées sur plusieurs terrains (France, Belgique et Union européenne), portent principalement sur les lois et les politiques publiques relatives à la lutte contre les discriminations, l’immigration et l’intégration, analysées sous une perspective de genre. Elle a également travaillé sur les mouvements transnationaux de femmes migrantes et les violences de genre subies par les femmes migrantes.

Articles du même auteur

  • Présentation [Texte intégral]
    Une approche expérientielle, intersectionnelle et située de la diversité sexuelle et de genre
    Paru dans Droit et cultures, 77 | 2019/1
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals