Navigation – Plan du site

Éducation à l’environnement et anti-écologisme au Brésil : un modèle d’enseignement au service de la reproduction sociale

Environmental Education and Anti-ecologism in Brazil: a Teaching Model for Social Reproduction
Educação Ambiental e Antiecologismo no Brasil: um modelo de ensino a serviço da reprodução social
Philippe Pomier Layrargues
p. 65-85

Résumés

La présente réflexion part des présupposés de l’écologie politique et est ancrée dans la perspective théorique d’Althusser, de Bourdieu et de Gramsci. Au Brésil, du fait de son intégration dans les prescriptions néolibérales, la lutte environnementale apparait « sous le signe de l’anti-écologisme ». Nous commencerons par contextualiser cette lutte dans sa conjoncture historico-critique. Ce panorama nous permettra d’analyser comment, quand et pourquoi l’éducation à l’environnement s’est transformée en un appareil idéologique d’État au service d’un modèle d’éducation pour la reproduction sociale, c’est-à-dire régie par une pédagogie axée sur l’idéologie du marché où l’environnement tend à assurer le maintien d’une hégémonie acquise au Capital. Nous poursuivrons avec l’analyse des défis politiques que pose le dépassement de l’idéologie néolibérale dans les processus de socialisation, tel que proposé par l’éducation à l’environnement critique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au-delà de la profonde crise qui secoue le pays, le Brésil tient un rôle important tant au niveau de la géopolitique mondiale, du fait de son statut d’exportateur de produits de base, qu’au niveau régional en tant qu’axe structurant du projet développementaliste latino-américain. Fondé sur la modernisation publique de l’infrastructure régionale et sur le renforcement de l’initiative privée, ce projet s’articule autour d’un modèle d’exploitation des ressources naturelles : l’extractivisme. D’obédience néolibérale, l’extractivisme rejette toutes entraves à la logique de réduction des coûts de production des produits de base – y compris les droits de l’homme et/ou les droits liés à l’environnement. L’extractivisme s’exclut de toute rationalisation du marché qu’elle s’effectue par la privatisation et la marchandisation de la nature ou la libéralisation de l’économie ou par l’intervention minimale de l’État dans la réglementation de l’environnement.

2À cette occasion, la communauté brésilienne constate qu’elle se trouve au cœur d’un inimaginable processus de déréglementation de la politique et de la gestion environnementale publique, et ceci, non seulement au Brésil, mais aussi sur l’ensemble du continent latino-américain. Des reportages, rapports, manifestes, pétitions rapportent et dénoncent des cas de reculs environnementaux, des changements introduits dans la législation sur l’environnement, des mises à la casse d’organes environnementaux ; ce qui finalement semble indiquer une régression expressive et complexe des institutions environnementales publiques.

3Si l’on regarde ce panorama du point de vue de l’écologie politique et de la pensée environnementale latino-américaine, on décèle une détermination commune qui englobe un ensemble de pratiques, large et diversifié tout en étant cohésif et articulé, qui produit une dégradation de l’environnement et une éclosion de conflits socio-environnementaux (une association déjà identifiée dès le début des années 1980, suite à l’avènement du mouvement contre le racisme environnemental aux États-Unis). À cela s’ajoute le démantèlement de la gestion environnementale gouvernementale, le changement des repères réglementaires de la législation environnementale, la rhétorique disqualifiante des éthos écologistes d’appartenance préservationniste et critique, les menaces juridiques et à l’intégrité physique (allant jusqu’au meurtre) des leaders de la défense de l’environnement et du territoire. De même, outre les autochtones tels que les peuples des forêts du fait de la perte de leurs droits territoriaux, les habitants du littoral, les quilombolas, les populations riveraines et les seringueiros, parmi beaucoup d’autres, voient leurs modes de vie traditionnels également menacés.

4Cette série de pratiques met en péril la construction d’une durabilité orientée vers la défense de l’intérêt public et du bien commun. Or elle est largement répandue et diffusée dans tous les domaines de la vie, dans la pensée sociale et au sein des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Elle converge avec l’intensification de la déréglementation environnementale publique vécue par le Brésil depuis le début du XXe siècle.

  • 1 Louis Althusser, Ideologia e aparelhos ideológicos de estado, Lisboa, Presença, 1970.
  • 2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, A reprodução: elementos para uma teoria do sistema de ensi (...)
  • 3 Luciano Gruppi, O conceito de hegemonia em Gramsci, Rio de Janeiro, Graal. 1978.
  • 4 Pour une approche plus détaillée sur l’anti-écologisme, voir : Philippe Pomier Layrargues, «Anti- (...)

5Si l’on analyse l’ensemble des fragments de la désintégration des institutions publiques de l’environnement à partir du cadre théorique des appareils idéologiques de l’État d’ Althusser1, des mécanismes idéologiques de reproduction sociale de Bourdieu2 et de la notion d’hégémonie de Gramsci3, on s’aperçoit qu’à l’origine de ces situations, apparemment dépourvues de connections et perçues comme des phénomènes distincts et sans rapports mutuels du fait de leur particularisme, se trouve « l’anti-écologisme »4. Aussi, nous commencerons par contextualiser la lutte environnementale au Brésil, du point de vue historique et critique, afin d’expliquer comment, quand et pourquoi l’éducation à l’environnement est devenue une pédagogie axée sur l’idéologie du marché où l’environnement tend à assurer le maintien d’une hégémonie du capital. Nous poursuivrons avec l’analyse des défis politiques que pose le dépassement de l’idéologie néolibérale dans les processus de socialisation, tels que ceux qui sont proposés par l’éducation à l’environnement critique.

Au Brésil, une lutte environnementale sous le signe de l’anti-écologisme

6L’ascension de l’anti-écologisme fait apparaître une nouvelle période sans précédent pour l’écologisme : un moment où des voix dissonantes pointent à l’horizon de la durabilité et posent des limites à celle-ci. En conséquence, la configuration des forces en conflit change de façon sensible au détriment de la protection de l’environnement et de la reprise d’une démarche active de construction de la durabilité.

7Empreinte d’idéologie, la question environnementale est un enjeu politique à la fois en termes de pouvoir et de projets de société. De ce fait, la construction de la durabilité fait naitre un clivage au sein de la lutte environnementale qui oppose la rationalité économique et le développementalisme économiciste à la rationalité écologique qui revendique le droit à d’autres modes autonomes d’existence en dehors du développement capitaliste. Ici, différentes postures entrent en confrontation. De manière évidente, l’économie et l’écologie s’affrontent, mais c’est aussi le cas de la sacralisation de la propriété privée contre la requalification de sa fonction sociale – soutenue par la fourniture gratuite des services écosystémiques. Il en est de même de l’opposition entre néolibéralisme et bien-être social, clivage traversé par un conflit de classes mettant en opposition, d’une part, le capital et le travail, et, de l’autre, environnementalisme de marché et écologisme populaire comme fondement aux projets de société.

8En tant que rapport de forces, ces antagonismes sont mouvants. En fonction des conjonctures de chaque époque et du renouvellement des stratégies de l’exercice du pouvoir, on observe des avancées, des stagnations ou des reculs de l’une ou l’autre posture. Ces reculs et progrès font partie de toute lutte politique. La réglementation environnementale est une véritable bataille. Selon les périodes et les rapports de pouvoir existants entre les forces développementalistes et les forces durabilistes, la confrontation entre la libéralisation de l’économie et la marchandisation de la nature avec la régulation environnementale publique sur l’activité économique va favoriser l’une ou l’autre. Dans cette perspective, l’apparition de l’anti-écologisme annonce une quatrième phase de l’antagonisme entre écologie et économie qui ne fait que commencer.

  • 5 James Ephraim Lovelock, Gaia: um novo olhar sobre a vida na Terra, Lisboa, Edições 70, 1979.
  • 6 Ce n’est pas par hasard si le titre de l’ouvrage qui a déterminé la conversion du capital à l’imp (...)

9Lors de la première phase de la lutte pour l’environnement, la prédominance de l’idée de développement, fondée sur la croissance économique des années 1960, reléguait à l’arrière-plan le débat naissant à propos de la défense écologique. C’est pourtant dans ce cadre que s’est développée la base discursive, qui a prévalu tout au long de l’âge d’or de l’écologisme, avec les notions de « limites naturelles » et de « finitude de ressources naturelles non renouvelables », construites suite aux premières images de la Terre à partir de l’espace prises en 1966 par le satellite Lunar Orbiter 1. L’existence de limites imposées par la nature du cosmos faisait de la tâche de combattre cette non-durabilité un devoir urgent et inéluctable. Le signe de la catastrophe a été amplifié dix ans plus tard par le discours sur la « fragilité de la planète Terre » face à l’action anthropique, introduite par la publication de Gaia de Lovelock5. Ce devoir inévitable de lutter contre la crise écologique devait s’effectuer, bien à contrecœur, au moyen de l’imposition de limites à l’économie. La fin de la première phase voit le renversement total de la primauté de l’économie, remplacée par la primauté de l’écologie, donnant ainsi le départ à « l’ère de l’environnement ». C’est dans ce contexte que sont fondées des institutions publiques responsables, dorénavant, de l’appui aux instruments de protection de l’environnement. L’existence d’un État régulateur agissant au nom de la protection de l’environnement a pu limiter la pleine libéralisation de l’économie et de la marchandisation. L’idée de l’apocalypse mondiale qui s’abattrait sur la planète et sur l’humanité au cas où un autre cap ne serait pas emprunté6 a prévalu comme objet de discussion centrale et a justifié un débat de grande importance.

  • 7 Donellas Meadows, Limites do Crescimento, São Paulo, Perspectiva, 1972.
  • 8 Philippe Pomier Layrargues, A cortina de fumaça: o discurso empresarial verde e a ideologia da ra (...)

10Grâce au puissant argument d’une crise environnementale catastrophique, la deuxième phase de la lutte pour l’environnement commence en 1972, avec la notable influence du Club de Rome et de son rapport Les limites à la croissance7 soutenu par la Conférence de Stockholm. Cette deuxième phase, poursuivie avec le rapport Brundtland de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement publié en 1987, s’étend jusqu’à 1992, année de la Conférence de Rio où se produit un mouvement subtil à l’intérieur des rapports de forces qui soutenaient la primauté de l’écologie sur l’économie. Ce mouvement propose une nouvelle équation plus apaisée et conçue comme une solution harmonieuse à partir de la formulation discursive du « développement durable ». Sous le signe de l’équilibre entre l’économie et l’écologie, les tensions allaient disparaître : un pacte historique mettant fin aux antagonismes dans la lutte environnementale, au nom des générations futures, est établi. L’équilibre entre le développement et la durabilité est obtenu grâce au nouveau discours sur l’environnementalisme d’entreprise qui met en vedette le secteur secondaire de l’économie : l’industrie. L’argument de l’investissement environnemental allait représenter une opportunité compétitive dans le milieu des affaires puisque le marché commençait à signaler l’existence de mécanismes capables d’internaliser les coûts environnementaux8.

11Cette conciliation, en signant la première influence néolibérale sur la réglementation environnementale publique, marque la troisième phase de la lutte pour l’environnement. Les instruments de commandement et de contrôle sont, désormais, remplacés par les mécanismes du marché pour réglementer, notamment, la pollution industrielle du secteur secondaire de l’économie. Même si au cours des deuxièmes et troisièmes phases, l’écologie perd sa primauté sur l’économie afin de pacifier les tensions entre les deux pôles au sein de la lutte pour l’environnement, celles-ci ont néanmoins incarné un âge d’or pour l’écologie, une période de prospérité pour l’environnement où il a été possible de concevoir l’environnement comme un « bien public », un droit pour tous. Cette époque dorée de l’écologie au Brésil va prendre fin à partir de 2006, lorsqu’au cours de la cérémonie d’inauguration d’une usine de biodiesel, le Président du Brésil d’alors qualifie le processus de permis environnemental d’entrave au développement en mettant en parallèle la rigueur de cette procédure par rapport aux travaux d’infrastructure du Programme d’accélération de la croissance (PAC). Cette déclaration déclenche un processus de reconfiguration aussi surprenant qu’abrupt de la lutte pour l’environnement, où le rapport de forces politiques prend des contours jusqu’ici inusités. Le PAC a, ainsi, été le point de rupture, la quatrième phase de la lutte environnementale, où l’économie quitte le pacte de la durabilité et reprend le pas sur l’écologie.

  • 9 Eduardo Gudynas, «Izquierda y ecología: los bagres de Lula y las ideas verdes de la mulata», Sema (...)

12Cette quatrième phase de la lutte environnementale marque le premier acte d’un drame social. C’est un événement qui a totalement modifié le scénario de la durabilité et a vu éclore un conflit explicite dans la relation entre l’écologisme et le développement économiciste, rompant l’alliance établie en faveur du développement durable. En effet, l’influence qu’exerce un Président de la République n’est pas des moindres, surtout quand on sait, comme l’a révélé l’analyse de Gudynas, que s’il en avait le pouvoir, il « désarticulerait tout l’ensemble institutionnel lié à l’environnement »9 qui retarde le progrès du pays. La protection de l’environnement n’allait jamais plus entraver l’économie.

13Le deuxième acte se joue dans le contexte de l’apogée de la crise économique et politique vécue par le Gouvernement Dilma Roussef. Des centaines de projets de loi sont soumis à l’appréciation des assemblées législatives du pays en vue de modifier les bases réglementaires de la législation environnementale. D’autre part, un grand nombre d’organes de la structure administrative de la gestion publique de l’environnement ont été démantelés avec un acharnement sans précédent. Le discours sur la nécessité de surmonter la crise économique a servi de prétexte à l’orientation néolibérale. L’État, invoquant « l’intérêt national », a fait de la croissance économique un impératif contre les institutions publiques de l’environnement – entrave au projet développementaliste extractiviste brésilien fondé sur le secteur primaire de l’économie et exportateur de produits de base. Afin de surmonter la crise économique, le discours de l’État s’appuyait sur une exigence de rationalité, au détriment de la réglementation environnementale publique, ainsi que sur la libéralisation des marchés. Un sacrifice s’imposait : la suppression des barrières environnementales et l’expropriation des droits territoriaux des peuples traditionnels, éléments impéditifs de l’équation « modernisation de l’infrastructure et retour au secteur primaire ».

14Le troisième acte du drame social se joue avec le Gouvernement Temer, immédiatement après la destitution de Dilma Roussef en 2016. C’est le moment où s’installe, dans le gouvernement fédéral, le conservatisme néolibéral qui promet une déréglementation de la gestion publique de l’environnement favorable au milieu des affaires. Dans le contexte des accusations de corruption qui compromettent le président Michel Temer, l’agenda environnemental devient un atout stratégique de négociation politique en échange du vote des parlementaires, une monnaie d’échange incomparable pour le groupe ruraliste prédominant au parlement (41% de ses membres). Un grand nombre de projets de loi et de décrets législatifs bénéficiant à l’agro-industrie – tels que la réduction de l’aire réservée à la forêt nationale de Jamanxim, l’adoption de la référence temporelle de 1988 pour la démarcation des terres autochtones et quilombolas, la dispense de permis pour la construction de voies navigables sur les fleuves Tapajós, Tocantins et Araguaia, l’extinction de la réserve nationale du cuivre et des réserves associées – apportent une légitimité politique au gouvernement fédéral avec la complicité du Parlement.

15Le drame social brésilien se démarque par l’imposition d’un nouvel ordre reposant sur l’application radicale de la doctrine néolibérale. Le premier acte représentait une révision de la correction des distorsions historiques des rapports de forces entre l’écologie et l’économie. Si le programme environnemental était encore assorti de modalités peu favorables à l’économie primaire, la balance du développement durable allait « rééquilibrer » l’ensemble en faveur de la reprise d’une croissance économique fondée sur l’extractivisme. Le deuxième acte représentait l’imposition du sacrifice de l’écologie comme remède pour surmonter la crise économique. Le troisième acte, finalement, représente l’exigence de soumission définitive de l’écologie à un projet de société susceptible d’offrir un environnement économique favorable au secteur privé et ouvert au marché extérieur, conduit par la doctrine néolibérale qui s’installe au cœur du pouvoir politique brésilien.

16La période actuelle, empreinte d’anti-écologisme, signale le retour de la prévalence économique au nom de la recherche d’un ajustement rééquilibrant les rapports entre l’économie et l’écologie. Le discours qui soutient l’anti-écologisme s’appuie sur les excès commis par les écologistes sous l’ère environnementale. Ils sont jugés trop rigoureux dans leur travail de création de l’appareil politique et institutionnel de protection de l’environnement rendant impraticable une croissance économique axée sur le secteur primaire. L’anti-écologisme, prônant la déréglementation de la gestion publique de l’environnement, met clairement en évidence le mouvement d’alternance, en cours, du pouvoir symbolique. C’est un instantané d’une transition brutale dans la lutte pour l’environnement.

17L’anti-écologisme est le résultat d’une tension qui a opposé la maximisation de la protection des forêts et des services écosystémiques et la maximisation de la rentabilité de l’extractivisme dans un contexte de crise économique mondiale qui impose une réduction accrue des coûts de production afin de maintenir la compétitivité. Il en résulte que l’écologisme – qualifié de radical et romantique – est présenté comme excessif dans sa critique et dans son zèle préservationniste, notamment par la création, au cours des dernières décennies, d’institutions environnementales. Celles-ci sont considérées comme la source principale de blocage de la croissance économique liée à l’exploitation des ressources naturelles, au nom de la protection de l’environnement. La balance penchant exagérément en faveur de la protection de l’environnement et en défaveur de l’exploitation économique des ressources naturelles, les acteurs du domaine économique ont décidé qu’il était temps de revenir sur l’équation et d’équilibrer la croissance économique et la durabilité au moyen d’une approche néolibérale. Non, la nature ne doit pas prévaloir sur l’être humain, la crise écologique ne sera pas aussi rude que la crise économique, voilà le discours gagnant qui émergeait de ce processus.

18Ce phénomène marque l’apparition d’une (nouvelle) période que l’on n’avait plus vue depuis les années 1970 : la prévalence à tout prix de l’intérêt économique au détriment des institutions environnementales publiques. Les sociétés sont dominées par le capital et l’environnementalisme de marché dont la logique de privatisation et de marchandisation compromet gravement l’intégrité écologique des forêts, de la biodiversité et des services écosystémiques fournis gratuitement par la nature. Il en est de même de l’existence des peuples traditionnels confrontés à l’intensification de la progression de l’avancée extractiviste, prédatrice sur leurs territoires.

19Cette période est aussi celle où l’éducation à l’environnement a été profondément touchée par l’anti-écologisme, à la faveur de la dérèglementation de la gestion publique de l’environnement. Engagés dans la tâche d’inculquer à une large audience la nouvelle norme sociale dont le sujet écologique est investi, les éducateurs à l’environnement ont diffusé les valeurs du capital et les logiques de l’environnementalisme de marché au sein de la société. Toutefois, le cadre historico-critique susceptible de contribuer à souligner les contradictions du modèle capitaliste et néolibéral a été omis. Les éducateurs à l’environnement ont, ainsi, contribué à disséminer un nouveau consensus. La pensée écologiste d’une façon générale, mais plus particulièrement l’éthos écologiste critique et préservationniste a été disqualifié en faveur de la construction d’une identité pacifiée et contrôlée pour l’éthos écologiste souhaitable, c’est-à-dire l’éthos modéré. Traversée par une logique de reproduction, l’éducation à l’environnement prend en charge un projet sociétal totalement distinct de celui qu’elle avait tout d’abord proposé et vient apporter son concours à ce processus.

20Finalement, l’anti-écologisme marque le moment où l’éducation à l’environnement vient contribuer, de façon volontaire, en tant qu’appareil idéologique d’État à la logique de reproduction du système.

Une éducation à l’environnement reproductive au Brésil

  • 10 Isabel Cristina de Moura Carvalho, Territorialidades em luta: uma análise dos discursos ecológico (...)
  • 11 Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Educação ambiental e classes populares: teoria e prática de u (...)
  • 12 Tratado de Educação Ambiental para Sociedades Sustentáveis e Responsabilidade Global.
  • 13 Nous soulignons ici les affirmations qui considèrent que « l’éducation à l’environnement n’est pa (...)

21Depuis les années 1980, l’éducation à l’environnement brésilienne sait que sa praxis se prête à la réalisation de projets sociétaux spécifiques, délimités par les intérêts intrinsèques à la lutte des classes. À la fin des années 1980, il existait, à l’intérieur du domaine, une version officielle et une version alternative10. Il en émergera, d’une part, le discours libéral de la responsabilisation de l’individu face à la crise environnementale et, d’autre part, la perspective de l’éducation à l’environnement critique. L’éducation à l’environnement au Brésil, quelle qu’elle soit, doit être pensée comme une pratique imprégnée par la perspective des classes populaires11. La charte de principes qui inspire l’idéal de l’éducation à l’environnement, le Traité d’Éducation à l’environnement pour les sociétés durables et une responsabilité mondiale12, rédigé en 1992 dans le cadre du Forum mondial, se positionne dans le courant alternatif13 à côté de ceux qui subissent le « développementalisme » et l’exploitation de l’environnement.

  • 14 Isabel Cristina de Moura Carvalho, Territorialidades em luta: uma análise dos discursos ecológico (...)
  • 15 Philippe Pomier Layrargues, «Muito além da natureza Educação Ambiental e reprodução social» in Ca (...)
  • 16 Philippe Pomier Layrargues, «Para onde vai a Educação Ambiental? O cenário político-ideológico da (...)
  • 17 Gustavo Ferreira da Costa Lima, Educação Ambiental no Brasil: formação, identidades e desafios, C (...)

22Pourtant, dans les années 1990, il est déjà possible de repérer les symptômes d’une éducation à l’environnement qui, noyautée au niveau idéologique, se transformait en un processus de conquête à partir du capital14. Le contexte de l’époque exigeait de redoubler d’efforts pour assurer la compréhension conceptuelle nécessaire à une éducation à l’environnement critique, au regard des projets sociétaux divers et opposés qui coexistaient dans la sphère éducative. D’autant plus que l’éducation brésilienne était de plus en plus « désidéologisée » car guidée par la fonction morale de l’éducation, en tant que processus de socialisation humaine étendue à la nature au détriment de l’orientation conceptuelle des éducateurs à l’environnement15. Or la praxis de l’éducation à l’environnement représente, de façon inhérente, un instrument idéologique en faveur de la reproduction ou de la transformation sociale selon l’intentionnalité politico-pédagogique. La crise d’identité que subit l’éducation à l’environnement brésilienne au début du XXIe siècle16 se manifeste, premièrement, par la contradiction entre la théorie et la pratique. La faiblesse théorique du domaine17 s’illustre par la séparation des principes établis en tant que corps conceptuel de l’éducation à l’environnement critique. Deuxièmement, elle est liée à la difficulté de dépassement du conservatisme pédagogique, dominant dans le domaine de l’éducation à l’environnement. Il résulte de cette crise d’identité une prise de distance, dans la praxis, de la critique anticapitaliste. À tel point que l’éducation à l’environnement brésilienne a été soupçonnée de se convertir en appareil idéologique d’État, acquis au projet réformateur de la société capitaliste selon le nouvel ordre social imposé par la doctrine néolibérale.

23La perspective d’une éducation à l’environnement critique est précisément fondée sur la problématisation de l’insuffisance théorique et sur l’éventualité d’une infiltration idéologique, déjà développée par certaines pratiques conservatrices de l’éducation à l’environnement. Si la possibilité de devenir un jour un outil de reproduction du système n’était pas, dès la fin des années 1980, une surprise, on n’imaginait pas la possibilité d’une infiltration profonde et généralisée dont le résultat pourrait non seulement défigurer l’éducation à l’environnement, mais aussi la rendre dominante, tout au moins dans le domaine de l’éducation à l’environnement gouvernementale et scolaire – principaux appareils idéologiques de l’État. On ne s’était pas rendu compte que, l’éducation à l’environnement brésilienne disposant d’une assise politique et organisationnelle robuste et bien structurée : une politique et un programme national soutenus par une garantie constitu-tionnelle qui assure le droit à l’éducation à l’environnement à tout citoyen brésilien, le risque d’infiltration était en réalité extrêmement élevée. Les perspectives conservatrices, caractérisées par une grande faiblesse théorique, ont pu bénéficier des structures de l’éducation à l’environnement, étendues à tous les citoyens et plus encore pénétrant l’école, elles investissaient le tissu social brésilien de l’intérieur. Cette capillarité offrait une importance stratégique à l’éducation à l’environnement en tant qu’appareil idéologique potentiel de l’État.

24Le fait que l’éducation à l’environnement ait subi l’influence du capital, neutralisant ainsi son potentiel de déstabilisation de l’ordre social néolibéral, illustre la puissance du capitalisme. Cela permet également de prendre conscience de la puissance de l’éducation à l’environnement dont la cooptation a permis de réduire au silence un vaste public. L’éducation à l’environnement peut être vue comme une sorte de porte-parole de la pensée sur l’environnement, une caisse de résonance de la voix et de la conscience écologiste. On ne pouvait donc pas donner toute liberté à l’éducation à l’environnement pour l’exercice d’alternatives, d’autant moins qu’elle était présente pratiquement partout : dans l’école brésilienne – le principal appareil idéologique de l’État, comme dans l’ensemble de l’État brésilien via les organes d’éducation à l’environnement implantés au sein des secrétariats à l’environnement des États fédérés et des municipalités.

  • 18 Philippe Pomier Layrargues, «O cinismo da reciclagem: o significado ideológico da reciclagem da l (...)

25En presque trente ans, au fil d’une transition cruciale, l’essence de l’éducation à l’environnement brésilienne a pu être modifiée silencieusement, sans attirer aucune attention. Le partenariat société-école en 1993, mis en place par Latasa, l’entreprise leader sur le marché brésilien du recyclage de l’aluminium, matérialisé par la création du Projet école, a permis à la logique dominante de s’infiltrer dans l’éducation à l’environnement brésilienne18. Le discours valorisant la diversité de l’éducation brésilienne à l’environnement a servi de « Cheval de Troie ». L’insuffisance conceptuelle a, de son côté, facilité l’émergence d’une pratique ressemblant à une éducation à l’environnement. Une pratique pédagogique, normative, disposant d’un contenu totalement acritique, s’est fait passer pour une éducation à l’environnement. Elle a été bien accueillie au nom de la diversité des nuances de l’éducation à l’environnement brésilienne.

  • 19 Philippe Pomier Layrargues et Gustavo Ferreira da Costa Lima, «As macrotendências político-pedagó (...)

26Or, du point de vue théorique, il existe des macro-tendances politico-pédagogiques de l’éducation à l’environnement. Identifiées et associées à une structure conceptuelle, il en ressort un tableau analytique qui permet d’établir de façon précise les intentionnalités de chaque macro-tendance. La différenciation s’effectue en fonction du rôle attribué à la pédagogie : conservateur en vue d’une reproduction du système ou alternatif en vue d’une transformation sociale. L’éducation à l’environnement, sous l’angle de ces macro-tendances politico-pédagogiques, se répartit en trois profils : conservationniste, pragmatique et critique19.

27Les caractéristiques de chaque macro-tendance dépendent de l’intentionnalité qui inspire leurs pratiques. Chaque macro-tendance développe un thème-clé central à son acte pédagogique. Ce thème n’est pas particulier à chaque tendance, n’importe quel thème peut appartenir au domaine de n’importe quelle macro-tendance. En général, le thème-clé central lié à la perspective conservationniste tourne autour de la défense de la vie, de la nature, des écosystèmes, des forêts et des rivières, des zones protégées et des unités de conservation, de l’agro-écologie et de l’écotourisme. Dans la perspective pragmatique, le thème-clé tourne, principalement, autour de l’écologie industrielle, du recyclage, des innovations technologiques, du développement durable, de la consommation et de l’économie verte. Dans la perspective de l’éducation à l’environnement critique, le thème-clé central tourne autour de l’écologie politique, de l’éducation populaire, des conflits et de l’injustice sociale-environnementale. Les macro-tendances pragmatiques et conservationnistes appartiennent à la même logique conservatrice. Leurs thèmes-clés n’étant pas contextualisés du point de vue théorique et conceptuel, ils ne permettent pas de comprendre l’ensemble du phénomène et, ainsi, délivrent une image déformée de la réalité. Ce conservatisme pédagogique ne faisant pas état des contradictions du modèle, à la racine des inégalités et des dégradations socio-environnementales, il contribue à ce que la matrice néolibérale ne soit ni problématiser ni questionner.

  • 20 Tiago Vasquinho Siqueira, Leonardo Kaplan, «A educação ambiental como estratégia de sociabilidade (...)

28L’éducation étant un acte idéologique, l’éducation à l’environnement a été considérée comme un lieu stratégique pour la reproduction des conditions sociales du système capitaliste20. Lieu institutionnel idéal pour pénétrer le projet environnemental et les différentes façons de penser et de faire la durabilité, elle a donc été investie. Il en a découlé une manipulation du sens pédagogique qui a défiguré ce que l’on entendait par éducation à l’environnement. Transformée en une éducation fondée sur une intentionnalité persuasive et de formatage des individus, elle s’emploie à diffuser amplement les idées capitalistes et à montrer la problématique environnementale sous l’optique de l’environnementalisme de marché. Dans ce cadre, l’éducation à l’environnement offre des solutions aux enjeux environnementaux compatibles avec le marché, en présentant ce que doit être un sujet écologique. Identifié comme un « environnementaliste modéré », celui-ci se préoccupe de « faire sa part » dans le processus de changement de ses habitudes de consommation, par rapport au gaspillage domestique. Agissant en qualité de mécanisme de compensation du risque de suppression de la régulation environnementale, il fournit aux acteurs du marché la possibilité d’autoréguler la durabilité sur la base de la loi de l’offre et de la demande en imposant au « citoyen consommateur vert », de façon inconsciente, la responsabilité fictive du « verdissement » de la production de marchandises. L’orientation vers la « prise de conscience écologique » mène le sujet à se préoccuper de la destination donnée aux ordures ménagères et à la question de la consommation durable, mais maintient son aliénation par rapport à la logique prédatrice du mode de production capitaliste.

  • 21 Nicolas Stahelin, Inny Accioly, Celso Sanchez, «The promise and peril of the state in neoliberal (...)

29Dans le cas brésilien, un tel sujet se préoccupera de l’avancée de la frontière agricole sur deux biomes importants du Brésil : la région du Cerrado et l’Amazonie, mais restera indifférent au fait que le « développementalisme » soit fondée sur l’agrobusiness et sur l’extractivisme. La vérification de l’orientation reproductive de l’éducation à l’environnement est devenue récurrente au Brésil. La manière dont l’idéologie néolibérale a influencé les pratiques de l’éducation à l’environnement brésilienne a, ainsi, été investiguée en analysant, par exemple, le rôle joué par l’État dans la mobilisation de programmes nationaux non formels de promotion du développement rural durable par l’agriculture familiale21. Il a été constaté que l’éducation à l’environnement brésilienne vit une profonde contradiction idéologique entre une rhétorique annonçant une perspective critique et une pratique servant à renforcer le mode de production adéquat au capital. Dans le cas étudié, les initiatives gouvernementales d’éducation à l’environnement ont absorbé les éléments-clés du néolibéralisme : le programme éducatif tend à façonner une agriculture familiale sur la base d’un modèle de production approprié au capital.

30L’éducation à l’environnement reproductive diffuse donc la même conception de l’environnement, de la société et de la durabilité que celle créée et diffusée par l’environnementalisme de marché. Éducation conservatrice, elle reproduit les valeurs et les intérêts du système dominant et le pose en tant que valeur et intérêt universels. Désormais contrôlée et ses significations politico-pédagogiques alignées sur les perspectives du capitalisme, l’éducation à l’environnement façonne un sujet écologique « conscientisé » qui devient une pièce d’un rouage, soumis au rôle social que le système lui assigne. En favorisant l’acquisition de valeurs, de comportements et de connaissances compatibles avec les intérêts du marché, cette éducation à l’environnement promeut un certain regard sur ce que doit être un sujet écologique. Investi de sentiments individuels de responsabilité, d’altruisme et de solidarité pour la construction de la durabilité, il agit de la façon qui lui est imposée : non-critique, fidèle à la logique de la durabilité spécifique du marché. En faisant croire au sujet qu’il contribue à la durabilité, cette éducation tend à le transformer en acteur du marché. Comme en attestent, par exemple, la pédagogie autour des déchets solides et l’utilisation du recyclage, tel un mantra, l’éducation à l’environnement reproductive s’intègre dans la perspective de la « consommation verte ». Elle cherche à conserver la relation achat-vente et invite à faire circuler la marchandise, à faire fructifier le capital et à penser en termes de logique de marché.

L’hégémonie de l’éducation à l’environnement pour la reproduction sociale au Brésil

  • 22 « incumbe ao poder público, em âmbito federal, estadual e municipal promover campanhas em prol do (...)
  • 23 «o estímulo a ações, individuais e coletivas, que promovam o uso sustentável dos recursos naturai (...)

31La colonisation de l’éducation à l’environnement par le discours néolibéral et la signification donnée à ce champ en fonction de ses propres desseins ont produit un processus continu de légitimation qui a construit son hégémonie et installé cette éducation à l’environnement au sein de l’appareil d’État. Ce n’est pas par hasard si d’aussi nombreuses nouvelles propositions de création de projets d’éducation à l’environnement, adoptant ouvertement le programme d’environnementalisme de marché, apparaissent. Par exemple, le projet de loi nº 270/2009 de la Chambre des députés proposé par la députée Rebecca Garcia (devenu la Loi no 13.186/2015) institue la Politique d’éducation à la consommation durable. L’article 3 stipule que « il revient au pouvoir public au niveau fédéral, à celui des États fédérés, et au niveau municipal la tâche de promouvoir des campagnes en faveur de la consommation durable dans l’espace le plus approprié des médias de communication de masse, et de former des professionnels dans le domaine de l’éducation à l’inclusion du développement durable dans les cursus d’éducation à l’environnement de l’enseignement moyen et fondamental »22. De même, le projet de loi no 706/2011, présenté par le député Enio Bacci, visant à instituer la Semaine du recyclage et de l’environnement dans les écoles publiques ou celui du sénateur Cassio de Cunha Lima visant à inclure comme objectif fondamental de l’éducation à l’environnement « l’encouragement à des actions individuelles et collectives favorisant l’usage durable des ressources naturelles en vue de l’adoption de pratiques de réutilisation, de recyclage, de réutilisation de produits et de matières premières, et de consommation consciente »23 s’emploient à établir une norme standard pour l’éducation à l’environnement tournant autour de l’intégration du marché dans la société et liée à la logique d’achat et de vente.

  • 24 Anne Kassiadou, Celso Sanchez, «Educação ambiental e direitos humanos: necessárias articulações a (...)

32Outre la diffusion, l’implantation du nouveau modèle socioculturel est aussi favorisée par le silence, autre instrument idéologique puissant pour assurer l’invisibilité des contradictions du modèle. L’éducation à l’environnement reproductive omet la responsabilité du modèle capitaliste dans le creusement des inégalités. Dans cette perspective, elle efface et rend aussi invisible les conflits au sein des luttes environnementales, rendant par là même inaudibles les critiques à l’encontre de la doctrine libérale, du mode de production capitaliste et de leur style de développement. Le silence sur les conflits, les injustices, les inégalités et les reculs socio-environnementaux devient une condition vitale à la poursuite de cette logique. D’ailleurs, on s’est aperçu que, dans l’éducation à l’environnement, le débat politique sur la violation des droits de l’homme dans les conflits socio-environnementaux comportait de graves lacunes conceptuelles ainsi que des omissions très favorables au modèle capitaliste24.

  • 25 Angelica Cosenza, I. G. R. Martins, «Justiça ambiental e conflito socioambiental na prática escol (...)
  • 26 Zonas de Sacrifício.
  • 27 Leonardo Kaplan, «Análise preliminar do projeto Escolas Sustentáveis: estudo de caso da primeira (...)
  • 28 Rodrigo Lamosa et Carlos Frederico Bernardo Loureiro, «Agronegócio e educação ambiental: uma anál (...)
  • 29 Carlos Frederico Bernardo Loureiro et Maria Jaqueline Girão Soares Lima, «A hegemonia do discurso (...)

33Or l’éducation à l’environnement pour la reproduction sociale est présente à l’école publique, comme le prouve l’absence de problématisation des conflits et des injustices sociales25. Même, le programme « Écoles durables », de la Coordination générale de l’éducation à l’environnement du ministère de l’Éducation, ne se préoccupe pas de la problématisation des conflits et des injustices sociales, même lorsque les écoles où le programme a été implanté se situent dans des « zones de sacrifice »26 – territoires où ont justement lieu des conflits socio-environnementaux27. La perspective de la durabilité agroalimentaire trouve, tout particulièrement, un espace pour prospérer dans l’école publique28. Le discours entrepreneurial de la durabilité semble dominer dans les projets d’éducation à l’environnement dans le contexte scolaire29.

34En 2007, suite à la Mesure Provisoire no 366 qui a restructuré l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA – organe exécutif fédéral de la politique nationale de l’environnement), l’instance responsable des directives de l’éducation à l’environnement au sein de cet organe – la Coordination générale de l’éducation à l’environnement (CGEAM/IBAMA) a été supprimée. De ce fait, l’État brésilien ne pouvait plus mettre en œuvre une perspective d’éducation à l’environnement dont la praxis pédagogique stimulait la participation des individus et des groupes sociaux dans les espaces de gestion publique de l’environnement. L’exercice démocratique du contrôle social des politiques publiques et des projets développementalistes appliqués au territoire n’est donc plus, désormais, favorisé.

35C’était la seule politique publique fédérale d’éducation à l’environnement positionnée dans la perspective de l’opprimé et non dans celui de la classe dominante. Si l’éducation à l’environnement pour la reproduction sociale renforce l’intentionnalité pédagogique de participation individuelle dans la sphère privée, médiée par des procédures de « gestion de l’environnement », elle écarte de l’acte pédagogique la participation citoyenne collective au sein de la sphère publique. Une « éducation clandestine à l’environnement », ainsi dénommée car développée à l’intérieur de la CGEAM/IBAMA en marge des nouvelles orientations, a toutefois commencé à prospérer. Cette mesure, qui ressemble à un acte de musellement politique, s’inscrit au solde des reculs environnementaux accumulés sous le signe de l’anti-écologisme. La suppression du seul organe qui a vraiment cherché à empêcher la reproduction du système au sein de l’État brésilien n’est-elle qu’une coïncidence malheureuse ?

  • 30 BRASIL, Ministério do Meio Ambiente, Boas práticas em educação ambiental na agricultura familiar: (...)

36L’éducation à l’environnement pour la reproduction sociale est soutenue par la multiplication d’exemples d’expériences réussies d’une durabilité donnée. Elle recherche la paix sociale autour d’un agenda commun, sans que les contradictions du capitalisme ne soient exposées. C’est ce que l’on peut relever du matériel pédagogique produit, par exemple, par le Département national de l’éducation à l’environnement du ministère de l’Environnement en 2012, « Les bonnes pratiques en matière d’éducation à l’environnement dans l’agriculture familiale : des exemples d’actions éducatives et de pratiques durables dans le domaine brésilien »30. Le thème a priori structurant, « L’éducation à l’environnement dans la prévention et la résolution des conflits socio-environnementaux », est dilué dans les quatorze thèmes abordés comme bonnes pratiques. C’est aussi ce qui ressort d’une autre initiative du Département d’éducation à l’environnement du ministère de l’Environnement : « la Stratégie nationale pour l’éducation à l’environnement et la communication sociale dans la gestion des déchets solides » qui comporte une plateforme pour cartographier et diffuser les bonnes pratiques « inspiratrices ». Ce document ne fait état que des pratiques tournées vers le recyclage et la destination correcte des déchets, sans rien prévoir au sujet du gaspillage dû à l’obsolescence programmée des produits.

37De manière générale, dans le cadre des programmes gouvernementaux d’éducation à l’environnement, les deux grandes thématiques actuelles, les déchets solides et la crise de l’eau, ne font l’objet d’aucune réflexion susceptible de compromettre le modèle. Mettre en lumière la réalité des injustices et des inégalités dans le domaine supposerait d’exposer les contradictions du capitalisme. L’exercice démocratique de la citoyenneté, dans la sphère publique et dans la vie politique, n’est pas non plus stimulé. On tend plutôt vers la participation domestique, dans la sphère privée, et au mieux vers une citoyenneté sous tutelle.

38Comment un consensus général a-t-il été construit autour de l’invisibilité du racisme, des conflits, de l’injustice et des inégalités socio-environnementales ? Comment un consensus a-t-il été établi autour du silence absolu sur le modèle de développement brésilien fondé sur l’équation « modernisation de l’infrastructure-reprimarisation de l’économie », pourtant à la base de toutes les dérégulations de la gestion publique de l’environnement qui s’abattent sur le Brésil et sur l’Amérique latine ? Comment un consensus a-t-il été construit autour des macro-tendances politico-pédagogiques pragmatiques et conservationnistes et, de ce fait, autour du silence sur les déterminants sociopolitiques et économiques qui sont à la racine de l’exploitation socio-environnementale ? Pourquoi la pédagogie historico-critique n’est pas parvenue à fertiliser le champ de l’éducation à l’environnement avec la même vigueur que les consensus installés, en dépit de l’importante production académique autour des fondements de l’éducation à l’environnement critique ?

  • 31 Armadilha paradigmática en portugais: Mauro Guimarães, «Armadilha paradigmática na Educação Ambie (...)

39Ces consensus proviennent du « piège paradigmatique »31 issu de l’insuffisance théorique évoquée plus haut. Suivre de façon acritique la norme-standard instituée, en la reproduisant de manière permanente à l’intérieur des pratiques de l’éducation à l’environnement, a permis d’établir l’ensemble des consensus qui imprègnent ce champ, dont il résulte la « pauvreté politique » de l’éducation brésilienne à l’environnement.

  • 32 Voir http://www.meioambiente.pr.gov.br/arquivos/File/coea/Tratado_Educacao_Ambiental.pdf.

40Comme le montre l’objectif général du IXe Forum brésilien sur l’éducation à l’environnement « Renforcer la diversité de l’éducation à l’environnement brésilienne dans ses différentes nuances », l’éducation reproductive à l’environnement parvient à détourner l’attention du champ critique en la polarisant sur des questionnements faussement démocratiques. La diversité (des pratiques pédagogiques), bien que présentée comme une valeur inhérente et incontestable à prendre en compte, est, en réalité, complètement mise à l’écart des présupposés du Traité d’éducation à l’environnement pour les sociétés durables32. C’est, pourtant, dans le discours sur la valorisation de la diversité et sur la mise en valeur de la multitude de possibilités de penser et de faire de l’éducation à l’environnement que la pensée capitaliste a intégré le domaine. Le discours d’accueil de la diversité a permis l’entrée et l’expansion d’une idée de l’éducation à l’environnement qui, sous des dehors pragmatiques, est complètement distincte de l’idée originale. L’objectif de renforcer cette diversité implique de reconnaître qu’il est nécessaire de la défendre contre des intérêts qui tendraient à l’affaiblir, c’est-à-dire à la réduire. Mais pourquoi ce besoin impératif de renforcer la diversité de l’éducation à l’environnement brésilienne ? C’est le mécanisme par l’intermédiaire duquel l’appareil idéologique de l’État opère pour détourner l’attention des contradictions du système. Il établit de fausses polarités, ici le renforcement de l’éducation à l’environnement brésilienne contre son affaiblissement, pour donner l’impression que la posture critique existe puisqu’on peut discuter démocratiquement au sein du Forum brésilien sur l’éducation à l’environnement. Toutefois, il s’agit d’un cadre démocratique où les termes de la lutte politique ont été domestiqués et où l’agenda politique est devenu anodin pour la transformation de la société.

  • 33 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1970.

41Cela interroge sur le sens qu’il y a à « lutter » démocratiquement pour l’inclusion du thème de l’environnement en tant que thème transversal pédagogique commun au niveau national. La thématique environnementale est susceptible d’appropriation idéologique, la question de fond tend à la prise en compte de vocables génériques et abstraits se prêtant à une appropriation idéologique, au détriment de l’inclusion du débat rendu invisible par les omissions dans l’acte pédagogique de l’éducation à l’environnement. Le thème de l’environnement, même s’il est traité de façon transversale, peut être abordé dans la perspective de l’écologie de marché. À quoi bon se plaindre que l’espace destiné à l’éducation à l’environnement reste tourné vers des activités ponctuelles à l’école, de courte durée, sans approfondissement, si l’on ne précise pas de quelle éducation à l’environnement nous sommes en train de parler ? Il n’est plus possible, en effet, de revendiquer une éducation à l’environnement au singulier. Il est devenu nécessaire de savoir quel projet sociétal défend l’éducation à l’environnement. Parle-t-on d’une éducation à l’environnement asservie au capital ou d’une éducation à l’environnement qui vise la construction de sociétés durables à partir de la perspective des opprimés ? Il est ici utile de se rappeler de Paulo Freire33 qui soulignait que la tâche devrait être initiée par les groupes qui subissent la logique capitaliste que ce soit du point de vue du travail, des modes de vie ou des territoires. Une éducation à l’environnement engagée en faveur des sociétés durables – et non du développement durable, devrait donc s’inscrire en dehors du « développementalisme » et fondamentalement dans la perspective des opprimés.

Conclusion : Comment penser l’éducation à l’environnement « sous le signe de l’anti-écologisme » ?

  • 34 Philippe Pomier Layrargues, «Para onde vai a Educação Ambiental? O cenário político-ideológico da (...)

42Idéologiquement, l’éducation à l’environnement se situe entre la radicalité de la critique anticapitaliste et le pragmatisme du marché34. Elle se situe entre deux projets sociétaux distincts, offrant différentes propositions civilisatrices. Et c’est là que se trouve le point central du conflit idéologique devant lequel tous et n’importe quel éducateur à l’environnement se trouvent, qu’ils le veuillent ou non, qu’ils le sachent ou non. Les options sont claires, c’est aux responsables des politiques, des programmes et des projets d’éducation à l’environnement qu’il revient de faire le choix. Lorsque l’on conçoit et on applique une intervention d’éducation à l’environnement, quel projet sociétal a-t-on en tête ?

  • 35 Aujourd’hui, la propriété privée du milieu nature tend à confisquer la production gratuite des se (...)

43L’idée développementaliste est une idée créée au sein de la société capitaliste et pour cette société. Une société capitaliste est une société centrée sur l’idée de capital dans toutes les dimensions de la vie humaine. Or le capital est fondé sur l’idée de propriété privée laquelle peut renvoyer à l’idée de « privation ». Dans ce cadre, elle crée le règne de la nécessité (pédagogie de la rareté) pour suppléer la privation35 en imposant le jeu du marché où personne ne peut échapper à la logique de production et de consommation, sans permettre non plus l’existence d’autres modes de vivre – hors du capital, comme ceux des peuples autochtones, des quilombolas, des campesinos, etc., parmi beaucoup d’autres.

44Or ces populations ont montré que les sociétés durables sont des sociétés autonomes. Les peuples traditionnels, par exemple, sont durables parce qu’ils vivent sur des territoires où prospère une infrastructure naturelle qui assure l’approvisionnement de tous leurs besoins. La propriété privée, qui d’ailleurs n’existe pas, ne les a pas privés de l’accès aux produits et aux services écosystémiques qui assurent la reproduction de leurs modes de vie. Dans le projet de développement dominant, les peuples traditionnels sont invités à se « désengager » de leurs cultures et de leurs territoires. Ils ne sont pas seulement expropriés de leurs liens d’appartenance à la terre, mais sont aussi soumis à la loi de l’offre et de la demande, abandonnant la logique de « l’être » en faveur de celle de « l’avoir ».

45C’est là qu’une éducation à l’environnement régie par des sociétés durables, mais non pas par le développement durable entre en scène : elle peut contribuer au minimum à rendre visible ces autres modes de vie, ne serait-ce qu’en exposant les contradictions du système.

Haut de page

Bibliographie

Alves (Patrícia Martins), Análise dos enfoques da educação ambiental voltados ao tema resíduos sólidos na região do Grande ABC/SP: uma análise baseada na Política Nacional de Resíduos Sólidos,, Dissertação de Mestrado, Programa de Pós-Graduação em Análises Ambientais Integradas, São Paulo UNIFESP, 2017.

Althusser (Louis), Ideologia e aparelhos ideológicos de estado, Lisboa, Presença, 1970.

Bourdieu (Pierre), Passeron (Jean-Claude), A reprodução: elementos para uma teoria do sistema de ensino Rio de Janeiro, Francisco Alves, 3ª edição, 1992.

Brasil, Ministério do Meio Ambiente, Boas práticas em educação ambiental na agricultura familiar: exemplos de ações educativas e práticas sustentáveis no campo brasileiro, Brasília, MMA, 2012.

Carvalho (Isabel Cristina de Moura), Territorialidades em luta: uma análise dos discursos ecológicos, Dissertação de Mestrado, Rio de Janeiro, FGV, 1989.

Kassiadou (Anne), Sanchez (Celso), «Educação ambiental e direitos humanos: necessárias articulações a partir da justiça ambiental e da ecologia política» in Ainda Maria Monteiro Silva, Léa Tiriba (orgs), Direito ao ambiente como direito à vida: desafios para a educação em direitos humanos, São Paulo, Cortez Editora, 2014, p. 21-46.

Cosenza (Angélica), Martins (Isabel Gomes Rodrigues), «Justiça ambiental e conflito socioambiental na prática escolar docente» in Anais do IV Simpósio Internacional sobre Análise de Discurso, Belo Horizonte, UFMG, 2016.

Freire (Paulo), Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1970.

Gruppi (Luciano), O conceito de hegemonia em Gramsci, Rio de Janeiro, Graal, 1978.

Gudynas (Eduardo), «Izquierda y ecología: los bagres de Lula y las ideas verdes de la mulata», Semanario Voces, 10 setiembre 2009, p. 13.

Guimarães (Mauro), Educação ambiental: no consenso, um embate ?, Campinas, Papirus, 2000.

Guimarães (Mauro), «Armadilha paradigmática na Educação Ambiental» in Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Philippe Pomier Layrargues, Ronaldo Sousa Castro (orgs), Pensamento complexo, dialética e Educação Ambiental, São Paulo, Cortez, 2006, p. 15-29.

Kaplan (Leonardo), «Análise preliminar do projeto Escolas Sustentáveis: estudo de caso da primeira escola sustentável do Brasil, na Baía de Sepetiba (RJ)» in Encontro Nacional de Prática de Ensino (ENDIPE), Anais do XVI ENDIPE, Campinas, UNICAMP, 2012.

Kassiadou (Anne), Escolas Sustentáveis e Conflitos Socioambientais: reflexão sobre o programa governamental das Escolas Sustentáveis sob a ótica da Justiça Ambiental, Dissertação de Mestrado, UNIRIO, 2015.

Lamosa (Rodrigo), Loureiro (Carlos Frederico Bernardo), «Agronegócio e educação ambiental: uma análise crítica», Ensaio, vol 22, n°83, 2014, p. 533-554.

Layrargues (Philippe Pomier), A cortina de fumaça: o discurso empresarial verde e a ideologia da racionalidade econômica, São Paulo, Annablume, 1998.

Layrargues (Philippe Pomier), «Ideology and the environment: business leaders adopt a strategy of environmental discourse regarding ISO 14000», Ciência e Cultura, vol 52, n° 3, 2000, p. 148-153.

Layrargues (Philippe Pomier), «O cinismo da reciclagem: o significado ideológico da reciclagem da lata de alumínio e suas implicações para a Educação Ambiental». In Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Philippe Pomier Layrargues, Ronaldo Souza de Castro (orgs), Educação Ambiental: repensando o espaço da cidadania, São Paulo, Cortez, 2002, p. 179-219.

Layrargues (Philippe Pomier), «Muito além da natureza Educação Ambiental e reprodução social» in Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Philippe Pomier Layrargues, Ronaldo Sousa de Castro (orgs), Pensamento complexo, dialética e educação ambiental,São Paulo, Cortez, 2006, p. 72-103.

Layrargues (Philippe Pomier), «Para onde vai a Educação Ambiental? O cenário político-ideológico da Educação Ambiental brasileira e os desafios de uma agenda política crítica contra-hegemônica», Revista Contemporânea de Educação, n° 14, 2012, p. 398-421.

Layrargues (Philippe Pomier), «Anti-ecologismo no Brasil: reflexões ecopolíticas sobre o modelo do desenvolvimentismo-extrativista-predatório e a desregulação ambiental pública» in Márcia Maria Dosciatti Oliveira, Michel Mendes, Cláudia Maria Hansel, Suzana Damiani (orgs), Cidadania, Meio Ambiente e Sustentabilidade, Caxias do Sul, EDUCS, 2017, p. 325-356.

Layrargues (Philippe Pomier), «Quando os ecologistas incomodam: a desregulação ambiental pública no Brasil sob o signo do Anti-ecologismo», Revista Pesquisa em Políticas Públicas, nº 12, 2018, p. 1-30.

Layrargues (Philippe Pomier) et Lima (Gustavo Ferreira da Costa), «As macrotendências político-pedagógicas da Educação Ambiental brasileira», Ambiente e Sociedade, vol. 17, n°1, 2014, p. 23-40.

Lima (Gustavo Ferreira da Costa), Educação Ambiental no Brasil: formação, identidades e desafios, Campinas, Papiros, 2011.

Loureiro (Carlos Frederico Bernardo), Educação ambiental e classes populares: teoria e prática de uma pesquisa participante, Dissertação de Mestrado, Rio de Janeiro, PUC, 1992.

Loureiro (Carlos Frederico Bernardo) et Lamosa (Rodrigo), «A educação ambiental e o papel das escolas públicas na valorização da imagem do agronegócio», Comunicações, ano 22, n°2, 2015, p. 111-135.

Loureiro (Carlos Frederico Bernardo) et Lima (Maria Jacqueline Girão Soares), «A hegemonia do discurso empresarial de sustentabilidade nos projetos de educação ambiental no contexto escolar: novas estratégias do capital»,Revista Contemporânea de Educação, n°14, 2012, p. 289-303.

Lovelock (James Ephaim), Gaia: um novo olhar sobre a vida na Terra, Lisboa, Edições 70, 1979.

Meadows (Donella), Limites do Crescimento, São Paulo, Perspectiva, 1972.

Schmidheiny (Stephan), Mudando o rumo: uma perspectiva empresarial global sobre desenvolvimento e meio ambiente, Rio de Janeiro, Editora da FGV, 1992.

Siqueira (ThiagoVasquinho), Kaplan (Leonardo), «A educação ambiental como estratégia de sociabilidade», Revista Vitas, vol 4, n°8, 2014, p. 1-21.

Stahelin (Nicolas), Accioly (Inny), Sanchez (Celso), «The promise and peril of the state in neoliberal times: implications for the critical environmental education movement in Brazil», Environmental Education Research, Vol. 21, 2015, p. 433-446.

UNESCO, Educação para os Objetivos do Desenvolvimento Sustentável: objetivos de aprendizagem, Paris, UNESCO, 2017.

Haut de page

Annexe

A presente reflexão parte dos pressupostos da Ecologia Política e está ancorada na perspectiva teórica de Althusser, Bourdieu e Gramsci. No Brasil, devido às prescrições neoliberais, a luta ambiental aparece sob o signo do Antiecologismo. Nós começamos por contextualizar essa luta na sua conjuntura histórico-crítica. Esse panorama nos permite analisar como, quando e porque a educação ambiental se transformou em um aparelho ideológico de Estado a serviço de um modelo de educação voltado à reprodução social, quer dizer, regido por uma pedagogia baseada na ideologia do mercado onde o meio ambiente assegura a manutenção de uma hegemonia do Capital. Seguimos com a análise dos desafios políticos diante da superação da ideologia neoliberal no processo de socialização, tal como proposto pela educação ambiental Crítica.

Haut de page

Notes

1 Louis Althusser, Ideologia e aparelhos ideológicos de estado, Lisboa, Presença, 1970.

2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, A reprodução: elementos para uma teoria do sistema de ensino. Rio de Janeiro, Francisco Alves, 3ª edição, 1992.

3 Luciano Gruppi, O conceito de hegemonia em Gramsci, Rio de Janeiro, Graal. 1978.

4 Pour une approche plus détaillée sur l’anti-écologisme, voir : Philippe Pomier Layrargues, «Anti-ecologismo no Brasil: reflexões ecopolíticas sobre o modelo do desenvolvimentismo-extrativista-predatório e a desregulação ambiental pública» in Márcia Maria Dosciatti Oliveira, Michel Mendes, Cláudia Maria Hansel et Suzana Damiani (orgs.), Cidadania, Meio Ambiente e Sustentabilidade, Caxias do Sul, EDUCS, 2017, p. 325-356 ; Phillippe Pomier Layrargues, «Quando os ecologistas incomodam: a desregulação ambiental pública no Brasil sob o signo do Anti-ecologismo», Revista Pesquisa em Políticas Públicas, n° 12, 2018, p. 1-30.

5 James Ephraim Lovelock, Gaia: um novo olhar sobre a vida na Terra, Lisboa, Edições 70, 1979.

6 Ce n’est pas par hasard si le titre de l’ouvrage qui a déterminé la conversion du capital à l’impératif économique et qui a marqué la naissance de l’environnementalisme des entreprises et du marché est « Changer de cap », S. Schmidheiny, Mudando o rumo: uma perspectiva empresarial global sobre desenvolvimento e meio ambiente, Rio de Janeiro, Editora da FGV, 1992. Ceci dans le contexte de la Conférence de Rio qui a commencé à diffuser la logique de l’environnementalisme de marché et de la sociabilité capitaliste.

7 Donellas Meadows, Limites do Crescimento, São Paulo, Perspectiva, 1972.

8 Philippe Pomier Layrargues, A cortina de fumaça: o discurso empresarial verde e a ideologia da racionalidade econômica, São Paulo, Annablume, 1998 ; Philippe Pomier Layrargues, «Ideology and the environment: business leaders adopt a strategy of environmental discourse regarding ISO 14000», Ciência e Cultura, vol. 52, n°3, 2000, p. 148-153.

9 Eduardo Gudynas, «Izquierda y ecología: los bagres de Lula y las ideas verdes de la mulata», Semanario Voces, 10 setiembre 2009. p. 13.

10 Isabel Cristina de Moura Carvalho, Territorialidades em luta: uma análise dos discursos ecológicos, Dissertação de Mestrado, Rio de Janeiro, FGV, 1989.

11 Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Educação ambiental e classes populares: teoria e prática de uma pesquisa participante, Dissertação de Mestrado, Rio de Janeiro, PUC, 1992. En 2004, Carlos Frederico Bernardo Loureiro devient l’un des fondateurs du Laboratoire de recherches en éducation, environnement et société à la Faculté d’éducation de l’Université fédérale de Rio de Janeiro. Ayant tracé le contour théorique conceptuel et méthodologique de l’éducation à l’environnement critique et identifié, dans l’ensemble de ses études, les symptômes du processus de domination du modèle reproductif qui a pris d’assaut le champ de l’éducation à l’environnement, le laboratoire est devenu un groupe de recherches d’avant-garde au Brésil. Ces travaux ont permis de constater l’existence d’appareils idéologiques d’État en action.

12 Tratado de Educação Ambiental para Sociedades Sustentáveis e Responsabilidade Global.

13 Nous soulignons ici les affirmations qui considèrent que « l’éducation à l’environnement n’est pas neutre, mais idéologique. C’est un acte politique fondé sur des valeurs, en vue de la transformation sociale ».

14 Isabel Cristina de Moura Carvalho, Territorialidades em luta: uma análise dos discursos ecológicos, op. cit.

15 Philippe Pomier Layrargues, «Muito além da natureza Educação Ambiental e reprodução social» in Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Philippe Pomier Layrargues, Ronaldo Sousa de Castro (orgs), Pensamento complexo, dialética e educação ambiental, São Paulo, Cortez, 2006, p. 72-103.

16 Philippe Pomier Layrargues, «Para onde vai a Educação Ambiental? O cenário político-ideológico da Educação Ambiental brasileira e os desafios de uma agenda política crítica contra-hegemônica», Revista Contemporânea de Educação, n°14, 2012, p. 398-421.

17 Gustavo Ferreira da Costa Lima, Educação Ambiental no Brasil: formação, identidades e desafios, Campinas, Papiros, 2011.

18 Philippe Pomier Layrargues, «O cinismo da reciclagem: o significado ideológico da reciclagem da lata de alumínio e suas implicações para a Educação Ambiental», in Carlos Frederico Loureiro, Philippe Pomier Layrargues, Ronaldo Souza de Castro (orgs), Educação Ambiental: repensando o espaço da cidadania, São Paulo, Cortez, 2002, p. 179-219.

19 Philippe Pomier Layrargues et Gustavo Ferreira da Costa Lima, «As macrotendências político-pedagógicas da Educação Ambiental brasileira», Ambiente e Sociedade, vol 17, n°1, 2014, p. 23-40.

20 Tiago Vasquinho Siqueira, Leonardo Kaplan, «A educação ambiental como estratégia de sociabilidade», Revista Vitas, vol 4, n°8, 2014, p. 25.

21 Nicolas Stahelin, Inny Accioly, Celso Sanchez, «The promise and peril of the state in neoliberal times: implications for the critical environmental education movement in Brazil», Environmental Education Research, Vol 21, 2015, p. 433-446.

22 « incumbe ao poder público, em âmbito federal, estadual e municipal promover campanhas em prol do consumo sustentável, em espaço nobre dos meios de comunicação de massa, e capacitar os profissionais da área de educação para inclusão do consumo sustentável nos programas de educação ambiental do ensino médio e fundamental».

23 «o estímulo a ações, individuais e coletivas, que promovam o uso sustentável dos recursos naturais, com vistas à adoção de práticas de reutilização, reciclagem, reuso de produtos e matérias-primas e ao consumo consciente».

24 Anne Kassiadou, Celso Sanchez, «Educação ambiental e direitos humanos: necessárias articulações a partir da justiça ambiental e da ecologia política» in Maria Monteiro Silva, Léa Tiriba (orgs), Direito ao ambiente como direito à vida: desafios para a educação em direitos humanos, São Paulo, Cortez Editora, 2014, p. 21-46.

25 Angelica Cosenza, I. G. R. Martins, «Justiça ambiental e conflito socioambiental na prática escolar docente» in Anais do IV Simpósio Internacional sobre Análise de Discurso, Belo Horizonte, UFMG, 2016.

26 Zonas de Sacrifício.

27 Leonardo Kaplan, «Análise preliminar do projeto Escolas Sustentáveis: estudo de caso da primeira escola sustentável do Brasil, na Baía de Sepetiba (RJ)» in Encontro Nacional de Prática de Ensino (ENDIPE), Anais do XVI ENDIPE, Campinas, UNICAMP, 2012 ; Anne Kassiadou, Escolas Sustentáveis e Conflitos Socioambientais: reflexão sobre o programa governamental das Escolas Sustentáveis sob a ótica da Justiça Ambiental, Dissertação de Mestrado, UNIRIO, 2015.

28 Rodrigo Lamosa et Carlos Frederico Bernardo Loureiro, «Agronegócio e educação ambiental: uma análise crítica», Ensaio, vol 22, n° 83, 2014, p. 533-554 ; Carlos Frederico Bernardo Loureiro et Rodrigo Lamosa, «A educação ambiental e o papel das escolas públicas na valorização da imagem do agronegócio», Comunicações, ano 22, n° 2, 2015, p. 111-135.

29 Carlos Frederico Bernardo Loureiro et Maria Jaqueline Girão Soares Lima, «A hegemonia do discurso empresarial de sustentabilidade nos projetos de educação ambiental no contexto escolar: novas estratégias do capital», Revista Contemporânea de Educação, n°14, 2012, p. 289-303.

30 BRASIL, Ministério do Meio Ambiente, Boas práticas em educação ambiental na agricultura familiar: exemplos de ações educativas e práticas sustentáveis no campo brasileiro, Brasília, MMA, 2012.

31 Armadilha paradigmática en portugais: Mauro Guimarães, «Armadilha paradigmática na Educação Ambiental» in Carlos Frederico Loureiro, Philippe Pomier Layrargues et Ronaldo Souza Castro (orgs), Pensamento complexo, dialética e Educação Ambiental, op. cit., p. 15-29.

32 Voir http://www.meioambiente.pr.gov.br/arquivos/File/coea/Tratado_Educacao_Ambiental.pdf.

33 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1970.

34 Philippe Pomier Layrargues, «Para onde vai a Educação Ambiental? O cenário político-ideológico da Educação Ambiental brasileira e os desafios de uma agenda política crítica contra-hegemônica», Revista Contemporânea de Educação, n°14, 2012, p. 398-421.

35 Aujourd’hui, la propriété privée du milieu nature tend à confisquer la production gratuite des services écosystémiques. En ce sens, il devient indispensable de resignifier la fonction sociale de la propriété privée. Privatiser la nature et « marchandiser » la vie en les insérant dans le marché, dans l’offre et la demande, comme le propose « l’économie verte », déploie de manière renouvelée la logique d’accumulation du capital.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Pomier Layrargues, « Éducation à l’environnement et anti-écologisme au Brésil : un modèle d’enseignement au service de la reproduction sociale », Droit et cultures, 78 | 2019, 65-85.

Référence électronique

Philippe Pomier Layrargues, « Éducation à l’environnement et anti-écologisme au Brésil : un modèle d’enseignement au service de la reproduction sociale », Droit et cultures [En ligne], 78 | 2019/2, mis en ligne le 08 octobre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5544

Haut de page

Auteur

Philippe Pomier Layrargues

Philippe Pomier Layrargues est professeur à l’Université de Brasilia (UNB), membre du Laboratoire d’investigation en éducation, environnement et société de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ). Biologiste, il est spécialisé en éducation à l’environnement, titulaire d’une maitrise en écologie sociale et docteur en sciences sociales. Il a publié plusieurs travaux, dont : «Para onde vai a Educação Ambiental? O cenário político-ideológico da Educação Ambiental brasileira e os desafios de uma agenda política crítica contra-hegemônica», Revista Contemporânea de Educação, Rio de Janeiro, v. 7, nº 14, ago./dez. 2012, p. 398-421 ; «Antiecologismo no Brasil: reflexões ecopolíticas sobre o modelo do desenvolvimentismo-extrativista-predatório e a desregulação ambiental pública» in Oliveira Márcia Maria Dosciatti, Mendes Michel, Hansel Cláudia Maria, Damiani Suzana (orgs), Cidadania, Meio Ambiente e Sustentabilidade, EDUCS, Caxias do Sul, 2017, p. 325-356 ; «Quando os ecologistas incomodam: a desregulação ambiental pública no Brasil sob o signo do Antiecologismo», Revista Pesquisa em Políticas Públicas, nº 12, 2018, p. 1-30 ; «Subserviência ao Capital: Educação Ambiental sob o signo do Antiecologismo», Pesquisa em Educação Ambiental, v. 13, n. 1, 2018, p. 28-47 ; «É só reciclar? Reflexões para superar o conservadorismo pedagógico reprodutivista da educação ambiental e resíduos sólidos» in Ruscheinsky (Aloisio), Calgaro (Cleide), Weber (Thadeu), Ética, Direito Socioambiental e Democracia, EDUCS, Caxias do Sul, 2018, p. 194-211.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals