Navigation – Plan du site

L’éducation à l’environnement, un instrument pour la médiation des conflits socio-environnementaux autour du Parc national de Tijuca : le cas de la concession Paineiras Corcovado

Environmental Education, an Instrument for Mediation of Socio-environmental Conflicts around the Tijuca National Park: the Case of the Paineiras-Corcovado Sector Concession
Educação ambiental, um instrumento para mediação de conflitos socioambientais no entorno do Parque Nacional da Tijuca : o caso da concessão do Setor Paineiras-Corcovado
Gláucio Glei Maciel et Rafael Soares Gonçalves
p. 105-121

Résumés

Cet article vise à analyser le processus de concession du secteur Paineiras/ Corcovado du Parc national de Tijuca (PNT) et son impact sur les habitants des favelas voisines (Cerro-Corá, Guararapes et Vila Cândido) qui, de longue date, fournissent des services touristiques à ceux qui viennent visiter le site du Christ Rédempteur. Nous remettrons tout d’abord en contexte la concession du Secteur Paineiras/Corcovado dans le cadre plus large du processus de concession des biens environnementaux dans l’ensemble du pays et de façon plus spécifique à Rio de Janeiro au sein du processus de marketing urbain réalisé en vue de l’accueil des méga-événements (Coupe du monde football, Jeux olympiques). Nous aborderons, ensuite, les impacts de la concession sur les pratiques des habitants des favelas voisines. Finalement, nous analyserons les formes de mobilisation politique des habitants à l’aide, principalement, du suivi des réunions de la Chambre technique d’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca où une grande partie des conflits sur la concession a été exposée. L’éducation à l’environnement a joué un rôle central dans la démarche d’organisation des résidents et dans la médiation de conflits. La gestion participative des unités de Conservation exige donc la consolidation d’espaces démocratiques où la participation et le contrôle social puissent exister. L’éducation à l’environnement, en tant qu’outil intégrateur et émancipateur, peut susciter le débat entre les pratiques locales des résidents affectés, les exigences de conservation et les intérêts du marché touristique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 José Silva Quintas, Educação ambiental e cidadania: uma construção necessária, Brasília, INEP, 20 (...)
  • 2 «Como indivíduos historicamente determinados, construídos e construindo socialmente em uma ação p (...)

1Le terme « éducation à l’environnement » revêt plusieurs dimensions. Selon Quintas, l’éducation dans le domaine environnemental permet une transformation individuelle qui aboutit à une conduite responsable envers l’environnement1. L’éducation à l’environnement permet de se transformer pour transformer. Par suite, la transformation individuelle qui découle de l’implication du sujet dans un projet collectif tend à la construction de pratiques sociales plus écologiques : se transformer tout en transformant. C’est l’approche principalement retenue dans le cadre de notre étude. Une approche critique de l’éducation à l’environnement où la construction d’un processus démocratique et autonome de gestion de l’environnement amène les participants à être reconnus « comme des individus historiquement déterminés, construits et construisant une action politique visant à la transformation de la société »2.

  • 3 Carlos Frederico Loureiro, Sustentabilidade e educação: um olhar da ecologia política, São Paulo, (...)
  • 4 José Silva Quintas, Educação ambiental e cidadania: uma construção necessária, op. cit., p. 4.
  • 5 Philippe Pomier Layrargues, Educação para a gestão ambiental: a cidadania no enfrentamento políti (...)
  • 6 Melissa Vivacqua et Paulo Freire Vieira, «Conflitos socioambientais em Unidades de Conservação», (...)

2Selon Loureiro, l’éducation à l’environnement doit être fondée sur un dialogue réciproque et sur la reconnaissance des savoirs populaires dans leurs différentes dimensions3. Dans ce cadre, l’éducation à l’environnement devient un instrument de médiation des conflits socio-environnementaux. La pratique éducative prend acte du fait que la société n’est pas un lieu d’harmonie, mais une scène de conflits et de confrontations qui se jouent à l’intérieur de différentes sphères (politique, économique, relations sociales, valeur, etc.)4. Les conflits socio-environnementaux sont, en substance, comme le souligne Layrargues5, des conflits sociaux qui expriment des relations de tension entre intérêts collectifs et privés autour des éléments de la nature. Ces conflits sont des relations sociales caractérisées par des disputes/ tensions entre différents groupes ou acteurs sociaux pour l’appropriation et la gestion du patrimoine naturel et culturel6.

  • 7 Philippe Pomier Layrargues, « Educação para a gestão ambiental: a cidadania no enfrentamento polí (...)

3L’éducation à l’environnement, dans la perspective d’une médiation des conflits socio-environnementaux, n’a pas pour objectif de construire un consensus non critique et neutre, mais, au contraire, de favoriser une approche critique de ces conflits de façon dialogique et transformatrice. Ainsi, l’éducation à l’environnement incite à la discussion et met en lumière les contradictions du modèle de sociabilité fondé sur l’exploitation tant de la Nature par l’Homme que de l’Homme par l’Homme. L’éducation à l’environnement, dans le processus de gestion de l’environnement, vise la médiation démocratique des conflits sans nier leur existence, en vue de construire des accords entre les acteurs sociaux, au moyen de la participation, du dialogue, de l’exercice et de la construction de la citoyenneté7.

4Nous proposons d’analyser, dans ce cadre, le processus de concession du secteur Paineiras/Corcovado du Parc national de Tijuca (PNT) et son impact sur les habitants des favelas voisines (Cerro-Corá, Guararapes et Vila Cândido) qui, de longue date, fournissent des services touristiques à ceux qui viennent visiter le site du Christ Rédempteur. Suite aux conflits d’exploitation de cette zone avec l’État de Rio de Janeiro, qui entend depuis organiser le tourisme sur ce secteur, les résidents se sont fortement mobilisés. La médiation de ces conflits en a appelé à l’éducation à l’environnement critique, d’abord par l’entremise du Centre d’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca, puis, dans un deuxième temps, par le travail volontaire d’anciens éducateurs du Parc.

  • 8 Les questions abordées ici font suite aux résultats du mémoire de maîtrise de Glaucio Glei Maciel (...)

5Nous présenterons le rôle de l’éducation à l’environnement dans la démarche de médiation des conflits et de construction d’un débat et d’un dialogue entre les parties. Il s’agit d’une recherche-action dans la mesure où, en tant qu’éducateur à l’environnement au Parc national de Tijuca (2000-2013) et volontaire au sein du Conseil d’habitants durant la période étudiée, il a été possible de suivre l’ensemble du processus et d’avoir un accès privilégié aux documents et aux procès-verbaux des réunions8.

6Nous chercherons, tout d’abord, à mettre en contexte la concession du Secteur Paineiras/Corcovado dans le cadre plus large du processus de concession des biens environnementaux dans l’ensemble du pays, et de façon plus spécifique à Rio de Janeiro au sein du processus de marketing urbain réalisé en vue de l’accueil des méga-événements (Coupe du monde de football, Jeux olympiques). Nous aborderons, ensuite, les impacts de la concession sur les pratiques des habitants des favelas de Guararapes, de Cerro Corá et de Vila Cãndido. Finalement, nous analyserons les formes de mobilisation politique des habitants des favelas à l’aide, principalement, du suivi des réunions de la Chambre technique d’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca où une grande partie des conflits sur la concession a été exposée.

La concession du secteur Paineiras-Corcovado et le contexte de marketing urbain à Rio de Janeiro

  • 9 Henri Acserald, «Disputas cognitivas e exercício da capacidade crítica: o caso dos conflitos ambi (...)

7Si les villes sont des espaces d’accumulation de capitaux, au cours des dernières années elles sont devenues elles-mêmes des produits commercialisés. La production de l’espace est devenue une partie de la dynamique d’accumulation par spoliation. Selon Acserald, la privatisation des espaces à usage collectif, que suppose le développement capitaliste dans ses dimensions socioécologiques, tend à transformer l’environnement naturel en marchandise au nom de l’économie de marché, du progrès technique et du consensus politique9. Dans ce cadre, on constate que les biens communs de la ville – paysage, culture, attributs naturels, font l’objet d’un processus progressif de privatisation. D’ailleurs, le modèle de planification stratégique diffusé, largement, par les agences multilatérales, les organismes de développement et les consultants internationaux est appliqué à cette fin. Les villes deviennent des produits commercialisés à l’international. Leur promotion à l’étranger s’appuie sur une offre d’infrastructures et de services, tels que l’environnement, en vue d’attirer investisseurs et touristes.

8La ville de Rio de Janeiro est devenue un laboratoire exemplaire en ce domaine. Afin de rendre une ville, plutôt associée à la crise économique et à la violence sociale, attractive et favorable à l’investissement, il était nécessaire de renverser ce discours. Le « produit Rio de Janeiro » associe désormais l’identité locale de la ville à une image internationale notamment à partir de son patrimoine culturel et de ses attributs naturels. La ville dispose, en effet, d’attributs importants. L’interaction entre l’espace construit et le biome naturel constitue autant d’attractions pour les touristes. Les cascades, lacs, chutes d’eau, sites d’escalade ainsi que l’observation des animaux ou la beauté scénique singulière de Rio, connue dans le monde entier, sont nettement suffisants pour hisser Rio au niveau des plus importants centres de tourisme international. Par ailleurs, cette ville balnéaire est une métropole susceptible d’offrir différentes activités de loisirs culturels (musées, restaurants, centres culturels ...) en plus d’un riche patrimoine architectural.

9Régulé, le tourisme peut ne produire aucun impact majeur sur le biome et sur les pratiques culturelles des populations locales. Toutefois, pouvant s’avérer très rentable, il entraîne une propension naturelle à la concession des zones touristiques et peut conduire, par conséquent, à une mainmise sur les services environnementaux liés à ces sites. Force est de constater que le développement actuel des activités touristiques tend à impacter les groupes sociaux historiquement vulnérables dans la mesure où ils sont exclus de l’utilisation des biens et des ressources naturelles utilisés par ces activités.

10Cette dynamique n’est pas limitée à la ville de Rio. L’administration des parcs nationaux brésiliens s’appuie sur le marché du tourisme et ses ressources financières en vue de contribuer à l’entretien et à la protection des sites. Or ce mode de gestion suppose que l’impact de ces activités sur l’environnement soit minime. De plus, avec la délégation de biens et de services à des tiers pour exploitation, les présupposés entrepreneuriaux ont investi les politiques publiques. Les parcs nationaux sont pensés comme des produits qu’il faut mettre en valeur, ce qui renforce le processus de marchandisation des villes et diminue les frais de gestion du gouvernement sur ces sites. Ainsi, l’investissement privé dans les services touristiques des parcs nationaux se fait au détriment de leur statut de bien commun.

  • 10 Camila Gonçalves de Oliveira Rodrigues, O uso do público nos parques nacionais: a relação entre a (...)

11Les premières actions d’externalisation et de concession ont été déployées au cours des années 199010. En 2000, la loi nº9.985 concernant la mise en œuvre du Système national d’unités de conservation (SNUC) pose les bases légales du développement de l’externalisation et de la concession de biens et de services par les unités de conservation. Elle stipule que l’exploitation commerciale des produits et des services obtenus à partir des ressources naturelles, scéniques ou culturelles, destinés aux activités de visite dépendra d’une autorisation préalable et devra faire l’objet de paiement. Le parc national devient, dans ce cadre, une valeur d’échange (transformation en marchandise) liée à la visite. Les ressources liées à l’activité de visite sont exploitées via l’établissement d’une infrastructure destinée à ceux qui peuvent payer ce service, cela au détriment de l’usage public stricto sensu où les ressources bénéficient à la collectivité.

  • 11 L’avis d’appel d’offres pour la concession de la voie à crémaillère conduisant au monument a été (...)

12Le Parc national de Tijuca (PNT), dans la ville de Rio de Janeiro, est l’une des principales zones vertes de la ville. Il offre diverses attractions touristiques comme le Monument consacré au Christ Rédempteur situé dans le secteur Corcovado/Paineiras. Le « Christ » n’est pas seulement un haut lieu touristique de la ville, il l’est également à l’échelle du pays. C’est même l’icône du Brésil à l’étranger. Il est donc considéré comme « une mine d’or » pour l’industrie du tourisme. D’ailleurs, la concession du secteur Corcovado/Paineiras du Parc national de Tijuca, réalisée en 201411, est un exemple du processus d’interaction décrit entre la planification des villes et la gestion des espaces naturels protégés. Cette concession a impacté de façon considérable les favelas en bordure du parc, Guararapes, Cerro Corá et Vila Cândido, qui participaient aux activités touristiques de la zone du Christ Rédempteur.

Impacts de la concession du secteur Corcovado/Paineiras sur les habitants des favelas avoisinantes

  • 12 Sur le plan stratégique de l’ICM.Bio, on peut noter que l’une des directives est d’élargir l’expl (...)
  • 13 Le ministère de l’Environnement fait savoir sur son site que le lancement de l’appel d’offres pou (...)

13À l’occasion de l’établissement du Plan de gestion des concessions du Parc national de Tijuca, qui incluait le Secteur Paineiras/Corcovado12, l’administration du parc a travaillé de concert avec les entreprises du tourisme sur l’attribution des services touristiques de cette zone. Ces services consistaient à transporter les touristes jusqu’au Christ et à exploiter commercialement le Mont Corcovado et l’ancien hôtel Paineiras13, situé à l’entrée de la route conduisant au monument du Christ.

14La concession de ce secteur devait entrainer toute une série de restrictions pour les habitants des favelas des alentours. Les plus touchés étaient particulièrement ceux qui proposaient des prestations de transport jusqu’à la statue, des démonstrations de sambas dans le train à crémaillère qui conduit à la statue, ceux qui pratiquaient le commerce de souvenirs, de boissons ou surveillaient les voitures. Pour préparer la concession du secteur, on a commencé par criminaliser ces activités. Les arguments invoqués allaient de l’exercice irrégulier de la profession de guide touristique par les habitants à la nécessité d’assurer l’ordre public, en passant par l’impact environnemental des activités réalisées à l’intérieur du site.

15L’édition du journal O Globo, du 11 janvier 2007, mentionne le Parc national d’Iguaçu comme modèle pour le Parc national de Tijuca :

  • 14 «Para acabar com a ação de flanelinhas, o desmatamento e os engarrafamentos tão comuns hoje no Co (...)

Pour en finir avec l’action irrégulière des soi-disant gardiens de voitures, le déboisement et les embouteillages tellement courants aujourd’hui sur le site de Corcovado, l’IBAMA va interdire l’accès des voitures sur les voies menant au Christ Rédempteur. Le transport sera dorénavant assuré uniquement par le train à crémaillère qui part du quartier de Cosme-Velho, et par des fourgonnettes inscrites et répertoriées. Ce changement fait partie d’un nouveau modèle de gestion basé sur l’externalisation des services, et sera également adopté cette année pour l’accès au Belvédère de Dona Marta, à la forêt de Tijuca et à Pedra Bonita, situés à l’intérieur du Parc national de Tijuca. L’idée de l’IBAMA et de la direction du parc est d’implanter un modèle de gestion semblable à celui du Parc national d’Iguaçu, dans le sud du pays, considéré comme une référence nationale. L’entreprise sous-traitante qui a remporté l’appel d’offres sera responsable des travaux d’infrastructure, de la sécurité, et de la conservation de ces unités. En retour, l’accès sera payant, même sur les sites où celui-ci est aujourd’hui gratuit, comme ceux de Pedra Bonita, du belvédère de Dona Marta et de la forêt de Tijuca14.

16Les concessions de ces zones impliqueront également la vente de billets pour accéder à d’autres secteurs du parc.

17Quelques jours après cette publication, le 23 janvier 2007, le portail électronique journalistique G1 rapportait que :

  • 15 A Secretaria Estadual de Turismo, em conjunto com o Batalhão de Policiamento em áreas turísticas (...)

Le Secrétariat de l’État de Rio au tourisme, en collaboration avec le bataillon de police qui opère dans les zones touristiques (Bptur), avec le Commissariat spécial d’accueil aux touristes (DEAT) et avec la Préfecture de Rio a réalisé dans la matinée de ce mardi (23) une opération au Corcovado, dans le quartier de Cosme Velho et dans la zone sud de la ville afin de combattre l’action des prestataires irréguliers de services. Vingt faux guides ont été arrêtés. Trois d’entre eux étaient mineurs et ne possédaient pas la licence nécessaire délivrée par le ministère du Tourisme, par l’intermédiaire de la Compagnie municipale de Tourisme. Ils ont tous été conduits au Commissariat de Police pour la protection touristique du quartier de Leblon, ainsi que quatre motos qui avaient été saisies. Ils ont tous été remis en liberté faute de mandat d’arrêt à leur encontre15.

  • 16 L’opération a réuni des agents de la Police fédérale et de l’IBAMA. À l’occasion, plusieurs arres (...)

18En 2014, l’environnementaliste Rogério Rocco, sur son blog, décrit cette intervention policière, l’« Opération Iscariote »16, et attire l’attention sur son importance pour la consolidation d’un nouveau modèle de gestion de ce site :

  • 17 «As mudanças só foram possíveis, em razão da Operação Iscariotes entre a Policia Federal e o IBAM (...)

Les changements n’ont été possibles que grâce à l’opération Iscariote entre la police fédérale et l’IBAMA en 2007, alors que le parc était encore géré par l’IBAMA, à l’époque où il était à la tête de la Surintendance de l’État. Après l’arrestation des personnes impliquées, la zone du Corcovado a été occupée pendant une période d’environ 90 jours par des agents de la Force nationale de sécurité et de plusieurs unités de conservation fédérales. Par la suite, le nouveau système d’accès empêchant la circulation de véhicules privés sur la route de Corcovado a fait l’objet d’un appel d’offres et un nouveau modèle de circulation a été introduit, des fourgonnettes portant le logo du parc et un contrôle électronique des accès, évitant ainsi les possibilités de fraude du système précédent17.

19Ces extraits décrivent les stratégies utilisées pour justifier la concession de la zone. On affirmait que le secteur avait été abandonné et qu’il présentait des risques pour l’activité touristique. Devant la carence de ressources publiques et face à la nécessité de rétablir l’ordre, l’insertion d’acteurs privés a été considérée comme logique et incontournable. Tout était, dès lors, en place pour que l’utilisation publique des parcs soit beaucoup plus orientée vers l’aspect entrepreneurial que vers l’accès de tous aux services offerts par les unités de Conservation. Tout cela s’est trouvé renforcé par la création de l’Institut Chico Mendes de Biodiversidade (ICM-Bio) en 2007.

  • 18 Avis d’appel d’offres nº 01/2012- UAAFRJ/DIPLAN/ICMBio Dossier nº 02152.000026/2011-19 e nº 01/20 (...)

20Après la fin de période de « mise en ordre », les avis des appels d’offres ont pu être ouverts18. Les deux procédures de soumission prévoyaient la concession de l’exploitation des espaces et des services touristiques liés à la visite du secteur Paineiras/Corcovado. En 2014, le Consortium Paineiras/Corcovado, formé par les sociétés Trem do Corcovado S. A. et Cataratas do Iguaçu S. A., remporte l’appel d’offres.

21Le monopole du transfert de touristes vers le Christ Rédempteur a impacté les habitants des favelas environnantes directement impliquées dans les activités touristiques. Leurs activités ont été réduites et contenues par le concessionnaire. En outre, celui-ci a détourné des cours d’eau du Parc national de Tijuca pour répondre à ses besoins en eau pendant les travaux pour le fonctionnement des toilettes et pour les activités de restauration des touristes. Or, les résidents de la favela Guararapes faisaient collectivement usage de l’eau des sources du Parc et ce nouveau branchement d’eau a réduit sensiblement le flux d’eau les desservant.

  • 19 Glaucio Glei Maciel, A mercantilização da cidade do Rio de Janeiro e suas implicações na gestão d (...)

22Le discours relatif à la mise en ordre prend alors une autre dimension. Le projet de concession privilégie certains groupes sociaux dans la gestion et l’utilisation de l’espace19. Selon les mots d’un fonctionnaire public de l’IBAMA, l’idée « d’ordonnancement » de l’espace Corcovado/Paineiras est clairement soulignée :

  • 20 «Os conflitos sobre a ocupação institucional que envolveram os chefes, técnicos e agentes público (...)

23Les conflits par rapport à l’occupation institutionnelle – qui ont impliqué des cadres, des techniciens et des fonctionnaires de IBAMA et de la Mairie de Rio de Janeiro – avaient pour thème à cette époque la nécessité de mettre de l’ordre dans le secteur de Corcovado/Paineiras. L’ICM-Bio et la mairie se disputaient le contrôle de l’espace, mais ces deux institutions savaient pertinemment qu’il était impérieux de mettre de l’ordre et d’en finir avec la « pagaille » et les transgressions qui y régnaient20.

24L’aménagement de l’espace Corcovado/Paineiras est à mettre en perspective avec la préparation de la ville à l’accueil des grands événements. Si, sur cette zone, il n’a pas été question de déplacer les favelas, le modèle de concession a affecté directement les résidents des favelas de la zone aussi bien en ce qui concerne l’offre de travail qu’en ce qui touche à l’utilisation de l’eau.

  • 21 Angela Maria Alonso et Valeriano Costa, «Por uma Sociologia dos conflitos ambientais no Brasil» i (...)

25Ce conflit a encouragé l’apparition de formes de mobilisation politique et de résistance des résidents à ce projet, qui ne tenait pas compte de leur existence. L’analyse d’Alonso et Costa fait ressortir que l’étude d’un conflit suppose non seulement la prise en compte des intérêts impliqués, mais aussi du processus de mobilisation, c’est-à-dire la façon dont chaque groupe acquiert un contrôle collectif sur les ressources nécessaires à son action21.

Formes de mobilisation politique des ‘favelados’ face à la concession du secteur Corcovado/Paineiras

  • 22 Résident 1, entretien du 05/05/2017.

26L’un des résidents22 nous a rapporté que, en 1978, un groupe de jeunes sans emploi, sans éducation formelle et sans aucune formation dans l’activité touristique est arrivé sur la zone, sous l’impulsion de la police militaire du 2e bataillon et de l’Archidiocèse de Rio de Janeiro, en vue de proposer une prestation de guide touristique à ceux qui visitaient le site du Christ Rédempteur. Dans la seconde moitié des années 1980, ces jeunes, devenus adultes, proposèrent d’autres types de prestations de services aux touristes, telles que des démonstrations de samba dans le petit train du Corcovado qui mène à la statue – activité désormais interdite.

  • 23 Résident 2, entretien du 09/05/2017.
  • 24 Résident 3, entretien du 14/05/2017.
  • 25 «que não tinham dinheiro para comprar carro para levar os turistas até as Paineiras ou Corcovado (...)

27Dans le contexte de crise économique des années 1980, de nombreux habitants des favelas de Guararapes, Vila Cândido et Cerro Corá se sont consacrés aux activités touristiques. C’est à cette époque, comme nous le signale un résident de Cerro-Corá23, que sont apparus les groupes de chauffeurs de taxi et de fourgonnettes qui transportent les touristes jusqu’à Paineiras. Selon un résident de la favela Guararapes24, la présence des habitants dans les activités touristiques s’est accrue considérablement au cours des années 2000, du fait de l’émergence d’autres catégories de travailleurs « qui n’avaient pas l’argent nécessaire pour s’acheter une voiture pour conduire les touristes à Paineiras ou au Corcovado, mais qui vendaient des aliments, de l’eau, des sodas et des biscuits, en tirant parti du fait qu’il y a peu de choix pour la consommation et que ce qui existe est cher. Mais en 2007, l’ICM-Bio est arrivé à détruire tout cela »25. À partir de la création de l’ICM-Bio, en 2007, l’IBAMA cesse, en effet, de s’occuper de la gestion du Parc national de Tijuca et des unités de conservation. L’ICM-Bio adopte une gestion où la prestation de services est confiée au marché du tourisme, modifiant ainsi la conception initiale de l’usage public des parcs.

  • 26 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1975, p. 27 et 28
  • 27 La Chambre technique de l’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca a constitué un e (...)

28Le Centre d’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca (NEA-PNT) conserva cependant sa compétence. Or son modèle éducatif était guidé par une matrice pédagogique où l’éducation est un élément de transformation sociale, fondée sur le dialogue, l’exercice de la citoyenneté, le renforcement des sujets, le dépassement des formes d’injustices sociales et la compréhension des questions socio-environnementales au moyen de l’observation de la vie quotidienne des sujets concernés. Insérée dans un processus de gestion de l’espace, l’éducation à l’environnement a pour but de transformer l’acte pédagogique de transmission de connaissance en une chose inséparable de l’acte d’agir, et vice-versa. On se situe ici dans une perspective où le sujet a un rôle dans l’action éducative, comme l’illustre Paulo Freire26. Aussi, sur cette base, le Centre d’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca s’est employé à aider les habitants des favelas, impliqués dans les conflits sur la concession, à s’organiser. Les réunions de la Chambre technique de l’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca (CTEA) ont été centrales27. En un an et demi, onze réunions ont eu lieu. Dans le contexte de concession du secteur Paineiras/Corcovado, ces réunions ont constitué un espace de résistance pour les résidents des favelas autour de trois questions principales.

  • 28 Sur une vidéo concernant les eaux de la ville, produite par les habitants du quartier de Santa Te (...)

29La première a trait à la question de l’eau. La reconfiguration du secteur Paineiras/Corcovado a entrainé la déviation de cours d’eau pour desservir les toilettes ainsi que pour la réalisation des travaux. Pour ce faire, le concessionnaire a installé plusieurs réservoirs d’eau28, privant ainsi les résidents du droit historique à son usage. Les favelados se sont réunis et ont cherché à obtenir une solution à ce problème auprès des gestionnaires du Parc national de Tijuca. La solution proposée par les gestionnaires du parc a été de demander au Consortium qui contrôle les services touristiques dans cette zone de capter un autre cours d’eau de moindre débit et de distribuer cette eau aux favelas.

  • 29 «quando o chefe do Parque veio com a ideia de puxar água de outro lugar através de um sistema de (...)
  • 30 «ficamos preocupados com a saída proposta pelo chefe do Parque. Assim, não restou alternativa a n (...)
  • 31 À l’occasion des audiences publiques sur la concession, réalisées à la station du train de Corcov (...)
  • 32 «a Comissão visa valorizar coletivos que já estão atuando nesse processo e também o fortaleciment (...)

30Cette solution n’a pas été acceptée et a été plutôt prise comme une provocation. Selon les mots d’un résident de Vila Cândido, « lorsque le chef du parc est venu nous proposer l’idée de capter l’eau d’une autre source au moyen d’un système de conduites acheté et contrôlé par ces entreprises qui sont en train de nous dévaliser de tout, nous avons pensé… le shérif est en train de passer l’or aux bandits »29. De même, un autre résident rapporte que « la solution apportée par le chef du parc nous a beaucoup tourmentés. Il ne nous restait plus aucune autre alternative que la bataille »30. Les habitants des favelas impactées par le captage ont alors pris le parti de saboter le système de captage monté par le Consortium, en organisant des visites nocturnes par roulement afin de le rendre inutilisable sur la durée31. Cette action a forcé la reprise du dialogue entre les acteurs impliqués. Une commission d’habitants des favelas a été constituée pour débattre des règles relatives au partage de l’eau. L’un des leaders de la Commission a déclaré que « La Commission vise à mettre en valeur non seulement les collectifs qui participent déjà à ce processus, mais également le renforcement d’autres collectifs… L’objectif est de coordonner les propositions comme celle de l’eau et du musée entre autres »32.

  • 33 Par la suite, des leaders de la Favela dos Prazeres ont été inclus, bien que n’étant pas directem (...)
  • 34 Glaucio Glei Maciel a participé activement à ce processus, en dispensant gratuitement, en tant qu (...)

31La motivation-clé pour la mobilisation de la Commission de favelados a été la question des problèmes environnementaux. Ce groupe, composé de jeunes leaders, s’est constitué à partir des favelas de Guararapes, Vila Candido et Cerro Corá33. Ils se sont réunis une fois par semaine, pendant une période d’un an et demi34. Les réunions se sont tenues sur des places, dans des bars et aux sièges des associations de résidents. Y ont été présentés et débattus les contenus et les points controversés mis en évidence lors des réunions de la Chambre technique de l’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca. À ces occasions, les questions soulevées et les solutions envisagées ont été présentées de façon collective aux autres résidents des favelas concernées.

32Le deuxième thème qui a mobilisé les résidents a été la lutte pour le maintien du service de transport de visiteurs proposés par les chauffeurs de fourgonnettes de tourisme des favelas de la zone. Avec la concession, le Consortium a acquis le droit d’exploiter le transport touristique terrestre à l’intérieur du secteur du Corcovado/Paineiras, au détriment de l’activité déjà exercée par les résidents. Toutefois, le système « officiel » de fourgonnettes de tourisme mis en œuvre par le concessionnaire s’est révélé insuffisant pour répondre à la demande, en particulier en haute saison. Ceci alimente une certaine dépendance par rapport au transport de fourgonnettes « non officielles ». Les touristes recherchent, en effet, ces services pour échapper aux longues files d’attente devant les fourgonnettes officielles ou le train du Corcovado.

  • 35 «o serviço de vans realizado pelos favelados é importante para os visitantes e também para as emp (...)

33Dans la pratique, la fourniture de service de transport aux touristes comble les lacunes du concessionnaire, mais également des pouvoirs publics, ce qui s’avère bénéfique pour tout le monde. L’informalité est tolérée voire acceptée, même sans cadre juridique, parce qu’elle alimente le système du concessionnaire. Pour l’un des chauffeurs résidant à Vila Cândido, « le service des fourgonnettes assuré par les ‘favelados’ est important pour les visiteurs, mais également pour les entreprises, parce qu’elles ne sont pas équipées pour bien s’en tirer. C’est pourquoi nous avons survécu »35.

  • 36 « Les hôtes de Cosme Velho ».

34La troisième forme de mobilisation est née de la création de l’Association Anfitriões do Cosme Velho36, en 2008, dont le but est de fournir un appui au service d’accompagnement de visiteurs réalisés par des jeunes des favelas de Cerro Corá, Guararapes et Vila Candido. Cette association résulte de l’institutionnalisation du groupe qui avait été créé, à la fin des années 1970, avec l’appui de la police militaire et de l’Archidiocèse. L’Association a été développée en collaboration avec des techniciens du Centre d’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca, ce qui a permis l’établissement de partenariats avec des écoles publiques (écoles primaires et collèges) ainsi qu’avec une école technique privée, par le biais d’un système d’octroi de bourses pour la formation de jeunes guides touristiques.

  • 37 Ce centre de mémoire a créé une bibliothèque, un centre de documentation sur la favela et tient u (...)

35Les jeunes, qui avaient participé à la formation de guides, commencèrent à être aussi intéressés par une formation politique. Pour répondre à cet intérêt, les techniciens du Centre d’éducation à l’environnement ont offert des formations liées aux questions urbaines et aux conflits socio-environnementaux à partir de 2012. Ces formations ont favorisé la création d’autres organisations dans les favelas, telles que les coopératives de chiffonniers ou le Centre local de mémoire37. Ce réseau englobe aussi la Commission des ‘favelados’, laquelle s’est employée à exiger, auprès des autorités du Parc national de Tijuca, une compensation environnementale pour les dommages causés par la concession de services touristiques sur la zone. En 2014, après de nombreuses discussions au sein de la Chambre technique d’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca, les collectifs inscrits dans ces diverses organisations ont obtenu que, dans l’avis de renouvellement du contrat du concessionnaire Paineiras/Corcovado, des ressources soient allouées à la réalisation d’un programme d’éducation à l’environnement.

  • 38 «Os R$ 200.000,00 garantidos anualmente pelo Consorcio vencedor da licitação para exploração dos (...)
  • 39 Pour en savoir plus sur le processus de sélection de l’université, voir http://agenciabrasil.ebc.co (...)

36Un résident souligne, lors de la 3e réunion de la chambre technique de l’éducation à l’environnement tenue le 29 juin 2015, que « la somme de R$ 200 000 [45 000 euros], assurée annuellement par le consortium vainqueur de l’appel d’offres pour l’exploitation du service de transport touristique et du train du Corcovado pendant 20 ans, n’était pas suffisante pour compenser les dommages subis, mais allait permettre l’organisation politique des résidents des favelas »38. Face à la posture d’autonomie défendue par les résidents s’opposait une tendance à accorder la gestion des ressources, destinées aux résidents des favelas, aux ONG. Les conflits se durcirent, une fois de plus, entre les gestionnaires, les techniciens, les entrepreneurs du secteur touristique, les ‘favelados’ et les différents membres du Conseil consultatif du Parc national de Tijuca. Après d’interminables réunions et négociations politiques, un consensus s’établit autour de l’idée de faire gérer ces fonds par une université. Le choix d’un établissement de recherche s’explique pour deux raisons. D’une part, une université apporterait ses connaissances techniques et toute décision sur l’utilisation des ressources consacrées à l’éducation à l’environnement serait précédée d’un diagnostic socio-environnemental sur les impacts et sur les possibilités offertes, par les services touristiques, pour les habitants des favelas environnantes. D’autre part, selon la Commission des favelados, la gestion des ressources par une université apporterait plus d’autonomie et de transparence à l’utilisation des fonds en limitant les éventuelles pressions de la part d’acteurs des favelas ou de l’extérieur sur les formes d’utilisation de ces montants39.

  • 40 Les demandes de la Commission des favelados ont été approuvées et peuvent être vérifiées sur l’ac (...)
  • 41 Mémoire de la 2e Réunion de la Chambre technique d’éducation à l´environnement, 04/05/2015, p. 5.

37Une fois dépassée la phase des discussions sur la gestion financière des ressources, de nouveaux conflits apparurent autour de la méthodologie devant être utilisée pour les diagnostics à réaliser avant la mise en place d’activités touristiques. Lors des réunions de la chambre technique de l’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca, on a pu constater une forte résistance des gestionnaires du Parc national de Tijuca par rapport à la méthodologie défendue par les ‘favelados’. Ces derniers défendaient le principe de leur participation tout au long du processus de préparation du diagnostic et de gestion des ressources40, alors que les gestionnaires du parc national de Tijuca et les entrepreneurs de la concession du train à crémaillère du Corcovado défendaient une utilisation de l’éducation à l’environnement et de ces ressources pour former les favelados au marché du travail. Les principes de l’éducation à l’environnement devaient permettre de les (trans)former en personnels employables. Les résidents défendaient, quant à eux, d’une part, l’instauration d’un débat plus large concernant l’utilisation de ces ressources et, d’autre part, l’idée que toute décision devrait être précédée d’un diagnostic socio-économique participatif. Après quelques réunions et discussions houleuses, la gestion du parc s’est rangée à la position des ‘favelados’41.

  • 42 V. http://www.tremdocorcovado.rio/Termo_de_Referencia_0182698_TR_CTEA_Final_11_07_16.pdf. Dernier (...)

38L’éducation à l’environnement préconisée par les résidents ne se bornait pas à une simple formation au marché du travail, telle que des cours de guides touristiques ou des cours de langues. Ils insistaient sur le fait que, si ces cours étaient importants, ils figureraient dans le diagnostic socio-environnemental effectué par l’université avec la participation des résidents. Le discours de la Commission des ‘favelados’ était fondé sur une perspective émancipatrice et, puisque les ressources étaient allouées à l’éducation à l’environnement, les diagnostics socio-environnementaux ne devaient pas se limiter à l’insertion des résidents, affectés par la concession, sur le marché du travail, mais être beaucoup plus larges. De là, la Commission des ‘favelados’ a invité de nouveaux acteurs sociaux à participer aux discussions. De nombreux représentants d’universités, d’entités religieuses et d’autres acteurs de la société civile sont venus enrichir le débat et ont, ainsi, contribué à la médiation de ce conflit et à la production d’un acte de référence pour l’utilisation et la gestion des ressources éducatives en matière d’environnement42.

  • 43 Gouvernance, biodiversité, aires protégées et inclusion sociale.

39La sélection de l’université, responsable de la conduite du diagnostic socio-environnemental de la zone – en collaboration avec les favelados, les entrepreneurs et les gestionnaires du parc national de Tijuca- – a été achevée au mois de mai 2017. C’est le laboratoire «Governança, Biodiversidade, Áreas Protegidas e Inclusão Social»43 de l’Université fédérale de Rio de Janeiro qui a été retenu. Il faudra cependant attendre les résultats de son diagnostic pour que soient posés les objectifs et sélectionnés les projets qui composeront le programme d’éducation à l’environnement des populations voisines de la concession du secteur Paineiras/Corcovado.

Conclusion

40L’analyse du conflit entre les habitants des favelas de Cerro Corá, Guararapes et Vila Cândido et la concession du secteur Paineiras/ Corcovado du Parc national de Tijuca met l’accent sur les formes de mobilisation politique des résidents pour faire face aux intérêts du concessionnaire. L’éducation à l’environnement a joué un rôle central dans la démarche d’organisation des résidents et dans la médiation de conflits. La gestion participative des unités de conservation exige donc la consolidation d’espaces démocratiques où la participation et le contrôle social puissent exister. L’éducation à l’environnement, en tant qu’outil intégrateur et émancipateur, peut susciter le débat entre les pratiques locales des résidents affectés, les exigences de conservation et les intérêts du marché touristique.

41En outre, le contexte de concession des unités de conservation montre qu’il est nécessaire de renforcer le principe d’utilisation publique dans la gestion des aires naturelles protégées au risque d’une appropriation privée des services environnementaux existants.

Haut de page

Bibliographie

Acselrad (Henri), «Disputas cognitivas e exercício da capacidade crítica: o caso dos conflitos ambientais no Brasil», Sociologias, nº35, 2014, p. 84-105.

Alonso (Ângela) e Costa (Valeriano), «Por uma Sociologia dos conflitos ambientais no Brasil» in Alimonda Héctor, Ecología política. Naturaleza, sociedad y utopía, Buenos Aires, CLACSO, 2002, p. 115-137.

Derani (Cristiane), Privatização e serviços públicos: as ações do Estado na Produção Econômica, São Paulo, Max Limonad, 2002.

Freire (Paulo), Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1975.

Layrargues (Philippe Pomier), Educação para a gestão ambiental: a cidadania no enfrentamento político dos conflitos socioambientais, Brasília, mimeo, 1998, http://www.educacaoambiental. pro.br/victor/biblioteca/LayrarguesGestaoAmb.pdf.

Layrargues (Philippe Pomier), «Educação para a gestão ambiental: a cidadania no enfrentamento político dos conflitos socioambientais» in C. F. B. Loureiro, P. P. Layrargues et R. S. de Castro (orgs), Sociedade e meio Ambiente: a educação ambiental em debate, São Paulo, Cortez, 3e ed., 2002, p. 87-155.

Lefèbvre (Henri), O Direito à Cidade, São Paulo, Editora Centauro, 2008.

Loureiro (Carlos Frederico B.), «Educação Ambiental e gestão participativa de unidades de conservação», Revista Práksis, nº1, 2008, http://periodicos.feevale.br/seer/index.php/ revistapraksis/article/view/632/654.

Loureiro (Carlos Frederico B.), Cunha (Conceição Claudia), «Educação ambiental e gestão participativa de unidades de conservação: elementos para se pensar a sustentabilidade democrática», Ambiente e Sociedade, Campinas, nº 11, 2008, p. 237-253.

Maciel (Glaucio Glei), A mercantilização da cidade do Rio de Janeiro e suas implicações na gestão de unidades de conservação: um estudo sobre a concessão do Setor Paineras/Corcovado (Parque Nacional da Tijuca - RJ), Mémoire de Service social, Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, 2015.

Quintas (José Silva), Educação ambiental e cidadania: uma construção necessária, Brasília, INEP, 2000, http://download.inep.gov.br/download/cibec/pce/2001/paper_quintas.doc.

Quintas (José Silva), Introdução à Educação no Processo de Gestão Ambiental, Brasília, IBAMA, 2001.

Rodrigues (Camila Gonçalves de Oliveira), O uso do público nos parques nacionais: a relação entre as esferas pública e privada na apropriação da biodiversidade, Thèse de doctorat en Dévelopement durable, Université Nationale de Brasília (UnB), Brasília, 2009.

Vivacqua (Melissa) et Vieira (Paulo Freire), «Conflitos socioambientais em Unidades de Conservação», Politica e Sociedade, nº7, 2005, p. 66-140.

Haut de page

Annexe

Este artigo tem como objetivo analisar o setor do processo de concessão Paineiras / Corcovado Parque Nacional da Tijuca (TNP) e seu impacto sobre os habitantes de favelas vizinhas (Cerro Corá, Guararapes e Vila Cândido) que, por muitos anos, vem prestando serviços turistas aos visitantes do Cristo Redentor. Contextualizaremos primeiramente o processo de concessão do Setor Paineiras / Corcovado dentro do marco mais amplo do processo de concessão de bens ambientais em todo o país, e mais especificamente no Rio de Janeiro dentro do processo de marketing urbano no contexto de preparação da cidade para os megaeventos internacionais (Copa do Mundo de futebol, Jogos Olímpicos). Em seguida, discutiremos o impacto da concessão nas práticas dos habitantes das favelas vizinhas. Finalmente, analisaremos as formas de mobilização política dos residentes nas favelas acima mencionadas através do acompanhamento das reuniões da Câmara Técnica de Educação Ambiental do Parque Nacional da Tijuca, onde grande parte dos conflitos e problemas da concessão foram expostos. A educação ambiental tem desempenhado um papel central no processo de organização dos moradores e na mediação de conflitos. A gestão participativa de unidades de conservação requer, portanto, a consolidação de espaços democráticos onde a participação e o controle social possam existir. A educação ambiental, como ferramenta integradora e emancipadora, pode estimular o debate entre as práticas locais dos moradores afetados, as exigências de conservação e os interesses do mercado de turismo.

Haut de page

Notes

1 José Silva Quintas, Educação ambiental e cidadania: uma construção necessária, Brasília, INEP, 2000, p. 5.

2 «Como indivíduos historicamente determinados, construídos e construindo socialmente em uma ação política com vistas à transformação societária», C. F. B. Loureiro et C. C. Cunha, «Educação ambiental e gestão participativa de unidades de conservação: elementos para se pensar a sustentabilidade democrática», Ambiente e Sociedade, Campinas, nº11, 2008, p. 237-253.

3 Carlos Frederico Loureiro, Sustentabilidade e educação: um olhar da ecologia política, São Paulo, Cortez, 2012, p. 28.

4 José Silva Quintas, Educação ambiental e cidadania: uma construção necessária, op. cit., p. 4.

5 Philippe Pomier Layrargues, Educação para a gestão ambiental: a cidadania no enfrentamento político dos conflitos socioambientais, Brasília, mimeo, 1998.

6 Melissa Vivacqua et Paulo Freire Vieira, «Conflitos socioambientais em Unidades de Conservação», Politica e Sociedade, nº7, 2005, p. 140.

7 Philippe Pomier Layrargues, « Educação para a gestão ambiental: a cidadania no enfrentamento político dos conflitos socioambientais » in C. F. B. Loureiro, P. P. Layrargues et R. S. de Castro (orgs), Sociedade e meio Ambiente: a educação ambiental em debate, São Paulo, Cortez, 3e ed., 2002, p. 87-155.

8 Les questions abordées ici font suite aux résultats du mémoire de maîtrise de Glaucio Glei Maciel, Mercantilização da cidade e suas implicações na gestão de unidades de conservação: um estudo sobre a concessão do Setor Paineiras/Corcovado (Parque Nacional da Tijuca - RJ), sous la direction de Rafael Soares Gonçalves, Programme de troisième cycle en service social, Université Catholique - PUC-Rio, 2015.

9 Henri Acserald, «Disputas cognitivas e exercício da capacidade crítica: o caso dos conflitos ambientais no Brasil», Sociologias, nº 35, 2014, p. 91.

10 Camila Gonçalves de Oliveira Rodrigues, O uso do público nos parques nacionais: a relação entre as esferas pública e privada na apropriação da biodiversidade, Thèse de doctorat en Dévelopement durable, Université Nationale de Brasília (UnB), Brasília, 2009.

11 L’avis d’appel d’offres pour la concession de la voie à crémaillère conduisant au monument a été publié dans le Journal officiel en 2014. Pour de plus amples informations consulter le site : http://www.valor. com.br/empresas/3679926/instituto-lanca-edital-para-concessao-do-trem-do-corcovado-no-rio. Dernier accès le 22/05/2017.

12 Sur le plan stratégique de l’ICM.Bio, on peut noter que l’une des directives est d’élargir l’exploitation du potentiel économique des actifs environnementaux des unités de Conservation, ce qui facilite les concessions et les externalisations pour l’exploitation des activités liées au tourisme, pour en savoir plus sur la gestion stratégique de cette autorité indépendante, consulter le site : http://www.icmbio. gov.br/portal/gestaoestrategica. Dernier accès, 22/05/2017.

13 Le ministère de l’Environnement fait savoir sur son site que le lancement de l’appel d’offres pour la concession du complexe Paineiras du Parc national de Tijuca prévoit la réalisation de travaux en vue de transformer cette zone en un espace moderne de visite disposant d’un centre de conventions et de moyens de transport routier. De plus amples informations sont fournies sur le site : http://www.mma. gov.br/informma/item/6172-complexo-paineira-do-parque-da-tijuca-no-rio-de-janeiro-sera-revitalizado. Dernier accès, 22/05/2017.

14 «Para acabar com a ação de flanelinhas, o desmatamento e os engarrafamentos tão comuns hoje no Corcovado, o Ibama vai proibir a entrada de carros no acesso ao Cristo Redentor. Apenas o trem que sai do Cosme Velho e vans cadastradas poderão fazer o transporte dos visitantes até um dos principais cartões-postais do Rio. A mudança faz parte de um novo modelo de gestão, que contará com a terceirização dos serviços, e será adotada este ano também no Mirante Dona Marta, na Floresta da Tijuca e na Pedra Bonita, que ficam dentro do Parque Nacional da Tijuca. A ideia do Ibama e da direção do parque é fazer uma administração semelhante à do Parque Nacional do Iguaçu, no Sul do país, considerada referência nacional. A empresa terceirizada vencedora da licitação ficaria responsável por obras de infraestrutura, pela segurança e conservação dessas unidades. Em troca, cobraria a entrada até mesmo nos locais onde o acesso hoje é gratuito, como Pedra Bonita, Mirante Dona Marta e Floresta da Tijuca», O Globo le 11/01/2007, https://uc.socioambiental.org/noticia/ibama-vai-proibir-a-entrada-de-carros-no-acesso-ao-cristo-redentor. Dernier accès le 22/05/2017.

15 A Secretaria Estadual de Turismo, em conjunto com o Batalhão de Policiamento em áreas turísticas (Bptur), Delegacia Especial de Atendimento ao Turista (Deat), e a Prefeitura do Rio realizou na manhã desta terça-feira (23) uma operação no Corcovado, no Cosme Velho, na Zona Sul do Rio, para combater prestadores de serviço irregulares. Vinte falsos guias mirins foram presos. Três deles eram menores de idade e não têm a carteira emitida pelo Ministério do Turismo, por meio da TurisRio. Todos foram levados para a Delegacia de Proteção ao Turista, no Leblon, junto com quatro motos que foram apreendidas, mas já foram liberados, pois não havia nenhum mandado de prisão contra eles, http://g1.globo.com/Noticias/Rio/0,,MUL2005-5606,00-OPERACAO+NO+CORCOVADO +PRENDE+FALSOS+GUIAS+DE+TURISMO.html. Dernier accès, 22/05/2017.

16 L’opération a réuni des agents de la Police fédérale et de l’IBAMA. À l’occasion, plusieurs arrestations de personnes suspectes de corruption ont été effectuées en plus de perquisitions et de saisies aux domiciles et dans les bureaux d’agents de tourisme, de policiers militaires, de vendeurs de billets et de vigiles. Ce « gang » détournait de l’Institut brésilien de l’environnement (IBAMA) - responsable du Parc national de Tijuca où se trouve le Corcovado - une somme de 300 à 500 mille réais par mois, près de 10 millions de réais en deux ans (deux millions d’euros), ajoute le reportage du quotidien », Jornal do Brasil du 10/06/2007. Pour des informations supplémentaires voir, http://www.jb.com.br/rio/noticias/ 2007/05/10/pf-ja-prendeu-20-acusados-de-fraudar-vendas-de-ingressos-do-corcovado/Dernier accès le 22/05/2017.

17 «As mudanças só foram possíveis, em razão da Operação Iscariotes entre a Policia Federal e o IBAMA, em 2007, quando o parque ainda era gerido pelo Ibama, na ocasião em que estava à frente da Superintendência Estadual. Após a prisão dos envolvidos, o Corcovado ficou ocupado por agentes da Força Nacional de Segurança e de várias unidades de conservação federais por cerca de 90 dias. Na sequência, foi licitado o novo sistema de acesso, que impediu a entrada de veículos particulares na Estrada do Corcovado, implantando um modelo de circulação por vans caracterizadas com a logomarca do parque e o controle eletrônico dos acessos - evitando as chances de desvio que existiam no sistema anterior», Passage disponible à l’adresse électronique: http://rogeriorocco.blogspot.com.br/ 2012/02/consorcio-surpreende-e-arremata.html. Dernier accès le 22/05/2017.

18 Avis d’appel d’offres nº 01/2012- UAAFRJ/DIPLAN/ICMBio Dossier nº 02152.000026/2011-19 e nº 01/2014 – UAAF 9 RJ/DIPLAN/ICMBio/MMA Dossier Nº 02152.000020/2013-03.

19 Glaucio Glei Maciel, A mercantilização da cidade do Rio de Janeiro e suas implicações na gestão de unidades de conservação: um estudo sobre a concessão do Setor Paineras/Corcovado (Parque Nacional da Tijuca - RJ), op. cit.

20 «Os conflitos sobre a ocupação institucional que envolveram os chefes, técnicos e agentes públicos do Ibama e da Prefeitura da Cidade do Rio de Janeiro, naquela época, foram combatidos pela necessidade de ordenamento do Setor Corcovado/Paineiras. O ICMBio e a prefeitura disputavam o controle do espaço, mas ambos sabiam que era preciso pôr ordem e acabar com a ‘bandalha’ que existia lá», ibid., p. 94.

21 Angela Maria Alonso et Valeriano Costa, «Por uma Sociologia dos conflitos ambientais no Brasil» in Alimonda Héctor, Ecología política. Naturaleza, sociedad y utopía, Buenos Aires, CLACSO, 2002, p. 126.

22 Résident 1, entretien du 05/05/2017.

23 Résident 2, entretien du 09/05/2017.

24 Résident 3, entretien du 14/05/2017.

25 «que não tinham dinheiro para comprar carro para levar os turistas até as Paineiras ou Corcovado e vendiam uns salgadinhos, água, refringentes e biscoitos, pois tem poucas opções para o consumo e o que tem é caro. Mas, em 2007, o tal ICM-Bio acaba com tudo», Résident 4, entretien du 14/05/2017.

26 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1975, p. 27 et 28

27 La Chambre technique de l’éducation à l’environnement du Parc national de Tijuca a constitué un espace de formation, de mobilisation sociale, d’information et élaboration des termes de référence en vue de la rédaction du contrat de services qualifiés pour la réalisation du diagnostic et des projets d'intervention socio-environnementale. Elle était composée du Comité des favelados (leaders des favelas Ceró Corra, Guararapes, Vila Cândido et Prazeres), des gestionnaires du Parc national de Tijuca, de représentants des universités, des résidents des quartiers de Cosme Velho, Laranjeiras et Santa Tereza, ainsi que de représentants des ONG (Fundação Roberto Marinho, Moleque Mateiro, Terra Brazil, MIR et Amigos do Parque).

28 Sur une vidéo concernant les eaux de la ville, produite par les habitants du quartier de Santa Tereza, on peut apercevoir les réservoirs d’eau installés par le Consortium Paineiras/Corcovado pour capter l’eau nécessaire à la réalisation des travaux. Pour plus d’informations, https://www.youtube.com/ watch?v=tUfT5d1sQq0. Dernier accès le 19/05/2017.

29 «quando o chefe do Parque veio com a ideia de puxar água de outro lugar através de um sistema de canos comprados e fiscalizados pelas empresas que estão nos deixando sem nada, pensamos... ele está entregando o ouro para o bandido», Résident 5, entretien du 09/05/2017.

30 «ficamos preocupados com a saída proposta pelo chefe do Parque. Assim, não restou alternativa a não ser à luta», Résident 6, entretien du 09/05/2017.

31 À l’occasion des audiences publiques sur la concession, réalisées à la station du train de Corcovado dans le quartier de Cosme Velho le 04/01/2015, les résidents ont mentionné la question du manque d’eau, en ajoutant qu’ils ne pouvaient pas être accusés de vol d’eau alors que le concessionnaire a détourné l’eau.

32 «a Comissão visa valorizar coletivos que já estão atuando nesse processo e também o fortalecimento de outros coletivos... Visam coordenar as propostas, como a questão da água, museu, dentre outras», Mémoire de la 2e Réunion de la Chambre technique d´éducation à l’environnement, 04/05/2015, p. 3.

33 Par la suite, des leaders de la Favela dos Prazeres ont été inclus, bien que n’étant pas directement affectés par la concession, du fait du déménagement à Prazeres de plusieurs résidents de Guararapes, antérieurement touchés, lesquels ont sollicité l’inclusion de cette favela.

34 Glaucio Glei Maciel a participé activement à ce processus, en dispensant gratuitement, en tant qu’éducateur à l’environnement, des conseils aux résidents pendant plusieurs mois.

35 «o serviço de vans realizado pelos favelados é importante para os visitantes e também para as empresas, pois elas não dão conta deste atendimento. Por isto, ainda sobrevivemos», Résident 5, entretien du 09/05/2017.

36 « Les hôtes de Cosme Velho ».

37 Ce centre de mémoire a créé une bibliothèque, un centre de documentation sur la favela et tient un cours pour préparer les jeunes de la favela à passer les concours d’entrée à l’université.

38 «Os R$ 200.000,00 garantidos anualmente pelo Consorcio vencedor da licitação para exploração dos serviços de transporte turístico do Trem do Corcovado durante 20 anos não eram suficientes para compensar os danos, mas possibilitaria a organização política dos favelados», Résident 7, entretien du 05/05/2017.

39 Pour en savoir plus sur le processus de sélection de l’université, voir http://agenciabrasil.ebc.com.br/ geral/noticia/2017-05/diagnostico-de-comunidades-vai-construir-programa-socioambiental.

40 Les demandes de la Commission des favelados ont été approuvées et peuvent être vérifiées sur l’acte de référence établi pour le choix de l’Université, lancé le 21 mai 2017, http://www.tremdocorcovado. Rio/. Consulté le 29/05/2017.

41 Mémoire de la 2e Réunion de la Chambre technique d’éducation à l´environnement, 04/05/2015, p. 5.

42 V. http://www.tremdocorcovado.rio/Termo_de_Referencia_0182698_TR_CTEA_Final_11_07_16.pdf. Dernier accès, septembre 2017.

43 Gouvernance, biodiversité, aires protégées et inclusion sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gláucio Glei Maciel et Rafael Soares Gonçalves, « L’éducation à l’environnement, un instrument pour la médiation des conflits socio-environnementaux autour du Parc national de Tijuca : le cas de la concession Paineiras Corcovado », Droit et cultures, 78 | 2019, 105-121.

Référence électronique

Gláucio Glei Maciel et Rafael Soares Gonçalves, « L’éducation à l’environnement, un instrument pour la médiation des conflits socio-environnementaux autour du Parc national de Tijuca : le cas de la concession Paineiras Corcovado », Droit et cultures [En ligne], 78 | 2019/2, mis en ligne le 14 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5662

Haut de page

Auteurs

Gláucio Glei Maciel

Gláucio Glei Maciel est doctorant en Service social à la Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro (PUC-Rio). Il a été éducateur à l’environnement dans le Parc National de Tijuca de 1999 à 2014. Il a publié : G. G. Maciel, R. S. Goncalves, «Mercantilização da cidade do Rio de Janeiro e a Concessão do Setor Corcovado/Paineiras do Parque Nacional da Tijuca», Revista História e Luta de Classes, nº 20, 2015, p. 44-55 ; G. G. Maciel, R. S. Goncalves, «Educação ambiental e mediação de conflitos neopentecostais no Parque Nacional da Tijuca», Revista Argumentum, v.9, nº1, 2017, p. 134-149 ; G. G. Maciel, Denise Alves, «Educação ambiental no Parque Nacional Da Tijuca: diálogo entre a política pública e a sociedade», Revista O Social em Questão, nº 40, 2018, p. 135-159 ; G. G. Maciel, «Reflexões sobre educação ambiental e turismo em parques nacionais brasileiros» in Marta de Azevedo Irving, Camila Gonçalves de Oliveira Rodrigues, Andreia Rabinovici e Helena Araújo Costa (orgs), Turismo, Áreas Protegidas e Inclusão Social, Folio Digital, Letras e Imagem, Rio de Janeiro, 2015, p. 177-204.

Articles du même auteur

Rafael Soares Gonçalves

Rafael Soares Gonçalves est professeur associé du Département de Service social de l’Université Catholique de Rio de Janeiro (PUC-Rio). Il dirige le Laboratoire des études Urbaines et socio-environnementales (LEUS). Il est aussi chercheur au Conseil national du développement scientifique et technologique (CNPq) et à la Fondation de soutien à la recherche de l ́État de Rio de Janeiro (FAPERJ). Juriste et historien, il est docteur en Histoire de l’Université de Paris VII et post-doctorant en anthropologie de l’EHESS. « Les conflits fonciers à Rio de Janeiro : les habitants du «Horto Florestal» contre l’administration du Jardin Botanique », Urbanités, v. 10, 2018, p. 1-11 ; Rafael Soares Gonçalves, Letícia Freire, Nicolas Bautès, « Rio de Janeiro 2016 ou les travers de la ville olympique », Problèmes d’Amérique latine, v. 4, 2017, p. 7-15 ; « L’informalité comme ressource urbaine ? Le cas des favelas de Rio de Janeiro », EchoGéo, nº11, 2017, p. 1-16 ; – Favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit: XIX-XX siècles, Harmattan, Paris, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals