Navigation – Plan du site

Les « sociétés d’eau » : l’éducation à l’environnement dans une favela communautaire à Rio de Janeiro

The «Water Societies»: Environmental Education in a Community Favela in Rio de Janeiro
As «Sociedades de água»: educação ambiental em uma favela de Rio de Janeiro
Julio Vitor, Rafael Soares Gonçalves et Celso Sanchez
p. 139-158

Résumés

Cet article analyse l’éducation à l’environnement qui émerge des pratiques communautaires de collecte et de distribution de l’eau – les sociétés d’eau (sociedades de água) – mises en place dans la favela de Formiga, dans la zone nord de Rio de Janeiro. À partir d’entretiens avec les résidents, d’observations participantes et d’analyses documentaires, nous avons tenté de comprendre comment les résidents s’organisent autour de l’eau et produisent des stratégies communautaires d’éducation à l’environnement autour de la gestion de cette ressource.

Haut de page

Texte intégral

À la mémoire de Dona Nilza Rosa, leader communautaire historique du Morro da Formiga, décédée en 2017

1La Favela de Formiga, située dans la ville de Rio de Janeiro, a une expérience sui generis de la gestion de la distribution d’eau. Elle a développé une pédagogie communautaire et locale pour prendre soin des sources locales de ce bien naturel. Ces réseaux alternatifs sont connus localement sous le nom de « sociétés d’eau » (Sociedades de água). Grâce à des entretiens obtenus auprès des plus anciens résidents et à la participation en tant qu’observateur aux réunions de l’une de ces sociétés, cet article vise à analyser cette expérience comme une initiative communautaire d’éducation à l’environnement. Tout d’abord seront décrites les différentes initiatives mises en œuvre par les habitants des favelas de Rio de Janeiro en vue d’obtenir l’accès à l’eau. Ensuite nous ferons la description du fonctionnement de ces sociétés d’eau et finalement, nous détaillerons la façon dont ces sociétés d’eau sont une expérience pédagogique d’éducation communautaire à l’environnement.

La bataille pour accéder à l’eau dans les favelas cariocas

  • 1 Maurício de Abreu, «A cidade, a montanha e a floresta» in Maurício de Abreu (org.), Natureza e so (...)
  • 2 Andrea Maia, Leslie Sedrez, «Narrativas de um dilúvio carioca: memória e natureza na grande enche (...)
  • 3 Rafael Soares Gonçalves, Manuella Pessanha et Gessica Mororó, «Pelo direito de permanecer: mobili (...)

2L’emplacement des villes est en grande partie déterminé par l’offre et par l’accès à l’eau. Abreu décrit ce processus à partir de la lutte pour accéder et s’approvisionner en eau, lors de la formation de la ville de Rio de Janeiro1. La tranquillité et la sécurité qu’offre la baie de Guanabara et l’abondance des cours d’eau qui descendent de la Serra da Carioca en direction de la baie et des lagunes de la ville ont rendu possible l’occupation et l’expansion du territoire qui constitue aujourd’hui la ville de Rio de Janeiro. Comme l’ont analysé Maia et Sedrez, le problème urbano-environnemental le plus pressant de la ville, depuis le XIXe siècle, était l’approvisionnement en eau2. Tantôt l’eau manquait, tantôt il y en avait trop, surtout en été. Selon Gonçalves, Pessanha et Mororó, le problème de l’approvisionnement en eau à Rio de Janeiro est ancien et la population, tout particulièrement les plus pauvres, a toujours souffert de la précarité du service d’accès à ce bien naturel3.

3Comme les favelas étaient officiellement considérées comme des occupations illégales, il n’était pas possible de les brancher aux réseaux de services publics collectifs d’eau et d’électricité, du moins jusqu’à la fin des années 1970, lorsque les politiques publiques relatives aux favelas abandonnèrent leur posture antérieure et se montrèrent favorables à leur urbanisation. Du fait de l’interdiction de branchement aux réseaux d’eau, un bon nombre d’habitations des favelas ont été desservies par des « bicas » (fontaines ou robinets collectifs d’eau).

  • 4 Rafael Soares Gonçalves, Favelas do Rio de Janeiro. História e Direito, Rio de Janeiro, Editoras (...)

4En 1914, un décret municipal a autorisé l’installation d’une fontaine, destinée aux résidents de la butte Morro de Santo Antônio, derrière le théâtre lyrique situé au Largo da Carioca. L’installation de cette « bica » répondait en fait à deux objectifs principaux. D’une part, elle allait faciliter la vie des résidents, auparavant obligés de descendre la colline pour s’approvisionner à la source de la place Largo da Carioca pour remplir leurs bidons d’eau. D’autre part, cette installation allait réduire le flux de passage de ces résidents par les zones centrales de la ville. Il semble que parmi les justifications présentées par le conseiller Carlos Leite, le second argument ait été déterminant. La circulation d’une population misérable à proximité de l’artère principale de la ville était considérée comme inacceptable4.

  • 5 «Há verdadeiros aldeamentos dessas barracas, nas coroas dos morros, que as árvores e os bambuais (...)

5Ces fontaines se sont répandues avec une telle rapidité, que lorsque Lima Barreto décrit les favelas cariocas en 1922, il fait déjà allusion aux « bicas d’agua » : « Sur le faîte des collines, il existe de véritables agglomérations de baraques que les rideaux de bambous et la végétation occultent aux yeux du public. Celles-ci sont presque toujours munies d’un robinet d’eau à l’usage des habitants, mais ne sont nanties d’aucune espèce d’égout »5.

  • 6 «Construção de uma rede de tanques de água potável, com bicas para o abastecimento dos moradores (...)

6La lutte pour l’eau a également été un élément central des efforts des comités démocratiques qui, sous l’influence du parti communiste, se répandirent dans la ville après-guerre. Le Comité démocratique de Tijuca (quartier où se trouve la Favela da Formiga) a sollicité la « construction d’un réseau de réservoirs d’eau potable, munis de robinets pour la consommation et la lessive des résidents moyennant le captage des sources existantes sur la butte Turano »6 face à l’absence de réseaux officiels d’eau dans les favelas, les fontaines constituaient le principal moyen d’accès à l’eau. Ces fontaines sont devenues des lieux centraux dans les favelas où les résidents venaient s’approvisionner plusieurs fois par jour et où les lavandières passaient leurs journées de travail. Avec l’église et les petits cafés, les fontaines étaient probablement le lieu le plus important de sociabilité dans les favelas. L’édition du 16 novembre 1946 du quotidien Tribuna Popular, publie des critiques sur la précarité de l’accès à l’eau de la part des habitants. Ceci démontre l’importance de ces « bicas d’água » dans le quotidien des résidents, mais également la fonction économique que ces installations exerçaient :

  • 7 «O rapa da prefeitura passa aqui e leva as roupas que lavamos para ganhar o pão de cada dia. E ai (...)

Les inspecteurs de la Mairie passent par ici et raflent les vêtements que nous lavons pour gagner notre vie, et en plus il nous faut entendre les plaintes de nos clientes qui trouvent que nous sommes négligentes. Le gouvernement devrait prendre des mesures. Il devrait prendre en compte les besoins de la population. Là-haut, sur la colline, l’eau n’arrive pas. Il nous faut donc laver nos vêtements ici même7.

7Cette question apparait également dans la requête nº 346, du 15 avril 1947, des conseillers municipaux Arcelina Mochel et Aloysio Neiva Filho, demandant la réalisation d’études pour résoudre les problèmes du Morro da Favela, tels que l’approvisionnement d’eau. Cette requête était accompagnée d’une lettre de l’Union féminine de cette favela. Un court passage de cette lettre, transcrit ci-dessous, montre l’importance de l’eau dans les favelas. C’est un bien naturel non seulement vital pour la reproduction de la vie, mais également essentiel pour les activités économiques des lavandières.

  • 8 «A União Feminina da Favela vendo em V.S. uma defensora dos direitos do povo, vem a presença de V (...)

L’Union féminine de la favela, parce qu’elle reconnaît en vous une défenderesse des droits du peuple, vous adresse un appel à porter à la connaissance de la Chambre municipale les conditions de vie des habitants de cette colline. L’eau qui y est plus nécessaire que dans tout autre quartier nous fait défaut. Il y a des personnes qui vivent du lavage de vêtements, une tâche qui exige les plus grands sacrifices en raison de cette carence d’eau (...)8.

8Les robinets d’eau étaient en fait une installation précaire, fournie par l’État, d’un service collectif. Les favelas étant considérées comme des espaces illégaux, les habitations n´étaient pas reliées au réseau public d’eau. L’installation de fontaines en eau était donc un moyen de fournir un service collectif sans que l’État reconnaisse officiellement ces espaces. L’analyse des débats législatifs de la Chambre du District fédéral montre le grand nombre de projets de loi, de demandes et de motions proposés par divers conseillers municipaux pour l’installation de fontaines d’eau dans les favelas. Dans de nombreux cas, la demande sollicitait l’installation d’un robinet dans une rue d’un quartier où la favela était située, afin de satisfaire les besoins des collines situées dans les environs. Par exemple, les passages ci-dessous, tirés d’une requête, montrent comment la fontaine demandée était surtout destinée à répondre aux besoins des résidents du Morro dos Urubus.

  • 9 «Requeiro, ouvida a Câmara, que sejam solicitadas ao Sr. Prefeito do Distrito Federal as necessár (...)

Je sollicite, après l’avis de la Chambre, que soient demandées à M. le Maire du District fédéral, les mesures nécessaires et urgentes pour l’installation d’une fontaine publique, rue Jacareí, paroisse d’Inhaúma, dans le voisinage du nº550 où sur un autre point jugé plus approprié par les services municipaux compétents9.

  • 10 «A rua Jacareí é habitada em sua porção terminal por pessoas humildes que ocupam prédios modestís (...)

La rue Jacareí est habitée, dans sa partie terminale, par des personnes d’humble condition qui occupent des constructions extrêmement précaires, dont presque aucune ne dispose des installations hydrauliques nécessaires : dans le voisinage du point signalé existent également plusieurs habitations semblables, distribuées au pied de la colline Morro dos Urubus, qui ne sont pas non plus desservies en eau potable. Rien de plus juste que de répondre aux demandes des résidents de la rue Jacareí et des sites qui la jouxtent, au moyen d’une simple concession publique d’un robinet d’eau10.

  • 11 Voir, par exemple, les passages ci-dessous extraits des annales de la Chambre du District fédéral.

9Les demandes d’installation de fontaines se multiplièrent11. Le besoin d’eau a conduit également les habitants des favelas à capter de l’eau provenant de sources situées dans les collines où les favelas se situaient. Les favelados de Cachoeira Grande, par exemple, ont cherché à obtenir le soutien des pouvoirs publics en demandant officiellement le don des matériaux nécessaires à la construction de réseaux alternatifs.

  • 12 «Queremos pedir a V. Exa [prefeito do Distrito Federal] que faça canalizar uma fração d’água da c (...)

Nous voulons demander à Votre Excellence [le Maire de Niteroi] de canaliser une fraction de l’eau de la chute d’eau existante sur la colline en question pour être distribuée à quelques fontaines (…). Soyez le sponsor de ces travaux en acceptant la suggestion suivante : la mairie fournira les conduites, le ciment, la pierre, tout le matériel nécessaire, et si nécessaire un fonctionnaire qui connaisse bien le sujet. Nous convoquerons les résidents et ils travailleront gratuitement en vue seulement du bien commun (…). Nous demandons de l’eau du haut vers le bas (...)12.

  • 13 Lettre nº 2 du Département des eaux et égouts de la Mairie du District fédéral, du 25 novembre 19 (...)

10Certains captages ont été construits par l’État lui-même, comme le prouve la lettre officielle du Département de l’eau de la Mairie du District fédéral du 25 novembre 1955 adressée au Surintendant-général de la Société Carris Luz e Força do Rio de Janeiro demandant la permission de faire passer les conduites par la bande de terre réservée aux lignes d’électricité à haute tension. Ces conduites ont été posées au sommet de la colline de São Carlos pour répondre aux besoins de la population favelada locale13.

11La forte présence de noms évoquant la présence de l’eau dans les favelas, comme le Largo da Bica, l’escalier de la Biquinha, l’impasse de la fontaine ..., montre la place centrale que ces lieux occupaient dans la vie de ces résidents. Il en est de même dans les souvenirs ainsi que dans l’imaginaire collectif des habitants. De nombreux rapports relatent les stratégies employées par les résidents pour garder leur place dans la queue au robinet d’eau.

  • 14 Le documentaire «Permanecer. A luta pelo Direito à Cidade», sous la direction de Rafael Soares Go (...)

12En plus des bicas, l’accès à l’eau se faisait également par le recueil du ruissellement de l’eau de pluie dans les maisons dont la toiture était en tuiles ou par le perçage et la déviation des conduites qui traversaient la favela sans lui fournir d’eau. Percer ces énormes canalisations pour détourner l’eau était évidemment une activité extrêmement dangereuse et restreinte à quelques résidents assez courageux et habiles pour tenter cette opération, ce qui les rendait populaires dans leurs favelas14.

Fonctionnement des sociétés d’eau du Morro da Formiga

  • 15 Anthony Leeds, Elizabeth Leeds, «Favelas e comunidade política: a continuidade da estrutura de co (...)
  • 16 Pour de plus amples informations sur le Morro da Formiga voir Panorama do Território de l’Institu (...)

13Outre les formes d’accès à l’eau décrites, plusieurs systèmes coopératifs de captage et de distribution d’eau existaient déjà dans les favelas après-guerre15. Dans les favelas situées dans le voisinage de la Serra da Carioca, un grand nombre de réseaux de captages d’eau provenant de sources situées dans la forêt de Tijuca ont été installés par les résidents de ces favelas. C’est le cas des « Sociétés d’eau » du Morro da Formiga, situées dans la zone tampon du Parc national de Tijuca (PNT)16. Ces sources jaillissent du Morro da Formiga et leurs eaux s’écoulent le long de ses pentes. Elles sont exploitées et gérées de façon autonome par les habitants de ces localités depuis le début du XXe siècle.

  • 17 Dulce Pandolfi, Mário Grynszpan, A favela fala: depoimentos ao CPDOC, Rio de Janeiro, Editora FGV (...)

14Au cours de son histoire, cette communauté a été confrontée à maints problèmes d’accès aux services publics tels que l’éducation, la santé, l’assistance sociale, mais la principale difficulté réside dans l’accès à l’eau. Forts de leur expérience, les résidents se sont rapidement organisés pour minimiser les difficultés d’accès aux services publics. Dans le cadre de l’éducation, par exemple, ils ont créé des crèches et des écoles communautaires. Ils ont aussi monté une association de résidents pour revendiquer des améliorations structurelles au sein de la communauté. Pour pallier le manque d’eau, des « sociétés d’eau » ont été organisées : des « groupes de personnes [qui] se sont organisées autour d’une source, dont les eaux sont partagées de même que l’entretien et la distribution entre les membres »17.

  • 18 Une partie de ces entretiens a été réalisée dans le cadre de la recherche de Júlio Silva, premier (...)

15Les habitants les plus âgés18 racontent que ces Sociétés d’eau sont apparues au cours des années 1930, à l’époque de la consolidation de la favela. Ils rapportent également qu’il existait une différenciation entre les habitants de la partie basse de la colline (plus aisés) et ceux du haut de la colline (les plus pauvres). L’eau était le point commun, le lien entre ces habitants, mais, d’une certaine façon, la pyramide était inversée. Les plus pauvres, en raison de la proximité de la forêt, disposaient d’un accès privilégié à cette eau que les habitants plus proches « de l’asphalte » convoitaient. Par conséquent, la production de l’espace de la favela ne s’est pas fait du bas vers le haut, mais de façon plus diffuse, soit près de l’asphalte soit près de la forêt et des sources d’eau. Ces sociétés d’eau ont joué un rôle important dans le processus d’unification du Morro da Formiga. Santos, Leite et Franca affirment de façon unanime que la lutte pour l’obtention de l’eau a été un facteur important d’organisation, non seulement au Morro da Formiga, mais dans d’autres favelas de la ville :

  • 19 «Mais do que o asfalto, a favela é um espaço com todos os seus lugares associados a um significad (...)

L’espace de la favela, plus que l’asphalte, est un espace où tous les lieux sont associés à une signification hydrique, car elle exige de tous ceux qui y habitent une routine quotidienne pour obtenir de l’eau (ressource hydrique) et l’élimination des ordures. Le débit des sources, appelées ‘minas’ par les habitants devient, au fil du temps, insuffisant pour répondre à la demande qui croît en même temps que la population. La lutte pour l’eau renforce l’organisation communautaire qui organise des groupes en vue d’exploiter les sources, pour implanter des réseaux de distribution auto-construits, ce qui met en valeur l’espace de la favela »19.

  • 20 «Os moradores se juntavam, iam à mata, achavam uma mina d’água, cercavam, faziam um reservatório, (...)
  • 21 Entretien avec le résident M. Dornel, réalisé en octobre 2014.
  • 22 «Quando eles começaram a colocar os canos eu ainda era criança, eu fui para a floresta para carre (...)

16De nombreuses sources existent sur les favelas et le « droit à l’usage » de l’eau de ces sources appartient à ceux qui les ont découvertes. Dornel, résident de la favela Formiga, raconte que « lorsqu’ils découvraient une source, ils l’entouraient d’une clôture, construisaient un réservoir et posaient des conduites »20 qui n’étaient pas encore en PVC, mais en embaúba, un arbre natif et abondant sur place. Ensuite, ces « conduites » étaient unies et du fait de la force de gravité de l’eau arrivait jusqu’aux résidences21. Ce système de distribution d’eau était peu couteux et son entretien également. Domel rapporte que « lorsqu’ils ont commencé à poser les tuyaux, j’étais encore gosse, j’allais dans la forêt pour transporter les choses, les tuyaux. Nous montions et nous descendions et les adultes posaient les tuyaux. À cette époque ils étaient en fer, très lourds. Aujourd’hui on a tout remplacé par du matériel en PVC. Plus de cinq cents tuyaux »22. Les habitants de Formiga ont accompagné l’évolution technologique en vue d’améliorer le système de captage et de distribution d’eau, depuis les tuyaux naturels en embaúba, en passant par les conduites en fer, jusqu’au matériel actuel en PVC.

  • 23 Entretien avec M. Francisco, résident du Morro da Formiga, ancien président de la Société d’eau B (...)
  • 24 Jusqu’à aujourd’hui, les résidents soulignent que l’eau de la forêt est de meilleure qualité. Out (...)

17Sur la photo ci-dessous, on peut apercevoir le réservoir d’eau de la Sociedade Bela Vista construit par les membres de la Société. Ils se sont joints pour acheter tout le matériel nécessaire à la construction du réservoir et du réseau de captage23. Cette société, à l’instar de plusieurs autres existantes à l’intérieur de la Favela da Formiga, est encore en fonctionnement et approvisionne plusieurs maisons, même depuis l’installation du réseau officiel d’eau par la Compagnie des Eaux et de l’Assainissement de l’État de Rio de Janeiro (CEDAE) dans les années 198024.

18Ce réservoir sert à stocker l’eau captée à partir de la source à quelques mètres au-dessus, dans la forêt. En passant par les conduites, l’eau arrive jusqu’aux maisons des résidents membres de cette société.

Figure I. Nettoyage du réservoir d’eau de la Sociedade Boa Vista

(Photo Rafael Soares Gonçalves, 2016).

  • 25 Il est difficile d’établir le nombre exact de sociétés d’eau existantes sur le morro. Certaines d (...)
  • 26 «Eles pagam uma pequena quantia, próximo de 3 reais», entretien réalisé le décembre 2014. La coti (...)

19S’il existe diverses sociétés d’eau25, dotées de différentes structures, il existe dans chaque groupe un niveau minimum d’organisation. Une bonne partie de ces sociétés demandent une cotisation d’adhésion pour couvrir les frais d’entretien. D’autres sociétés ne perçoivent aucune cotisation, mais lorsqu’il y a des frais, ceux-ci sont partagés entre les membres. Les montants sont extrêmement réduits, confirme Nilza, leader social de la favela de Formiga : « ils payent une très petite cotisation, près de R$ 3,00 (0,70 cts €) »26.

20Les membres se réunissent tous les deuxièmes dimanches du mois à huit heures du matin, à l’exception du mois d’août en raison de la fête des Pères et lorsque que le Carnaval tombe un dimanche de réunion. La réunion d’octobre est utilisée pour le nettoyage du réservoir, tandis que celle de décembre sert à célébrer les fêtes de fin d’année. La périodicité des réunions est prise très au sérieux par les membres. Au cours des réunions, l’ensemble des membres discutent sur les voies à prendre. La présence de tous les membres est obligatoire, à l’exception de ceux qui travaillent ou qui sont malades. L’absence sans justification peut donner lieu à une amende.

  • 27 «é um grupo, que roda a linha toda. Entendeu? E aí, quando quebrou um cano que não seja dentro da (...)

21Dans la majorité des sociétés d’eau, des groupes sont organisés afin de procéder périodiquement à l’entretien du système. Les membres qui sont appelés et qui ne se présentent pas sans justification sont punis d’une amende. La participation des résidents aux réunions et à la résolution des problèmes collectifs est valorisée. L’amende est beaucoup plus un instrument de pression pour maintenir l’adhésion du membre qu’une façon de recueillir de l’argent. Lors des réunions que nous avons fréquentées, la menace d’appliquer une pénalité a été fréquemment employée, mais nous n’avons jamais été témoins de la concrétisation d’une telle punition. Au cours de nos discussions avec les personnes interviewées et lors de la réalisation des réunions, nous avons constaté la préoccupation constante du gaspillage. Dans la société dont Nilza fait partie, par exemple, il existe un groupe chargé d’inspecter les conduites. Ce groupe parcourt la localité desservie par la société d’eau, à la recherche de fuites d’eau ou d’un autre type de problème induisant un gaspillage. Selon l’interviewée, « C’est un groupe qui parcoure la conduite entière. Tu as compris ? Et lorsqu’une fuite de tuyau est décelée hors de la maison, le réparateur effectue la réparation sur le champ, car il transporte le matériel nécessaire, les tuyaux, ceci et cela, dans son sac à dos. Si le problème est à l’intérieur de la maison, ce n’est que vous qui pourrez le résoudre »27.

22De nombreuses sociétés effectuent l’entretien de leurs réservoirs et des sources d’eau dans la forêt où ces équipements sont installés. Cependant, l’accroissement de la violence dans la région entrave la périodicité des visites. Aux cours des réunions de la société auxquelles nous avons assisté, les membres ont commencé à rapporter, à partir de 2016, la présence, de plus en plus fréquente, de trafiquants de drogue dans la forêt. Cette présence, alliée à la possibilité de confrontation avec la police, inquiète les membres des sociétés responsables de l’entretien des installations. Ils ont maintenant peur de réaliser les travaux d’entretien des installations et même d’ouvrir et de fermer le robinet du réservoir. Ils évitent d’y monter la nuit et se déplacent en groupe, en faisant connaître au préalable leur présence afin d’éviter toutes mésaventures avec les trafiquants de drogue.

23Lors de nos enquêtes, nous avons constaté que quelques-unes de ces sociétés ne disposaient pas d’une liste officielle de membres. Une bonne partie des résidents les plus anciens, qui ont toujours participé activement à ces sociétés, sont décédés ou ont déménagé. Dans certains cas, d’ailleurs, il n’existe plus de lien d’appartenance entre les associés, ils ne sont désormais en contact que lorsque se produit un problème avec le système d’approvisionnement d’eau. La société Boa Vista possède encore un trésorier, lequel organise les réunions dans le bar qu’il gère. Le trésorier antérieur, l’un des anciens de la favela, est toujours présent aux réunions et au titre de plus ancien membre du groupe, il est toujours écouté avec respect. Certaines sociétés d’eau sont en proie à une période de crise et sont en train de perdre graduellement leur organisation et leur sens de la collectivité, lesquels, auparavant selon les plus anciens, étaient les marques constitutives de ce type d’organisation sociale. Lors des réunions de la Société Bela Vista, il est fréquent d’entendre les membres rapporter les difficultés de transmettre l’organisation de la société à la nouvelle génération. Le trésorier nous a confié, à l’occasion de diverses réunions, que ses enfants ne savent même pas où passent les conduites d’eau et pensent que l’eau jaillit de la conduite par miracle.

24Un autre aspect intéressant à analyser dans les sociétés étudiées est celui qui a trait à la nature associative et à l’absence de but lucratif de ce service. Les mensualités versées sont d’une valeur dérisoire. Ce qui importe, en effet, est la participation des membres à la résolution des problèmes. En ce qui concerne le paiement et les amendes, une partie des membres, dans la plupart des sociétés, est toujours en retard, mais l’administration de ces sociétés est tolérante à l’égard de ces retardataires. Il est donc très rare que l’approvisionnement en eau de ceux-ci soit coupé en cas de non-paiement.

  • 28 «Se um pegar a água da mina do outro dá até polícia. Até hoje, dá briga», entretien réalisé en dé (...)

25Bien sûr l’harmonie ne règne pas toujours au sein du Morro da Formiga. Il y existe des problèmes liés à l’approvisionnement en eau. La plupart de ces conflits sont dus au fait que tout le monde n’a pas accès à l’eau des sociétés ni, selon la localité, à l’eau du système officiel de distribution, laquelle n’est d’ailleurs pas toujours suffisante et, de plus, fréquemment coupée lorsque la pompe est en panne et que la réparation de celle-ci par le concessionnaire (CEDAE) tarde. Ce concessionnaire allègue que les coûts sont élevés et que les résidents ne participent pas aux dépenses. L’eau de la source appartenant à celui qui l’a trouvée le premier, selon Dona Nilza « si quelqu’un s’approprie de l’eau d’un autre le problème devient un cas de police. Les disputent subsistent jusqu’à aujourd’hui »28.

  • 29 «Existe uma técnica e essa técnica, nós aprendemos de nossos tios e avós», entretien réalisé avec (...)
  • 30 «Sim, agora as coisas estão ficando complicadas. Meu filho mesmo não quer saber nada sobre isso. (...)

26Les personnes interviewées, qui participent activement aux activités de la société d’eau, expliquent que leurs connaissances sur le système de captage d’eau proviennent de l’observation, en forêt, des techniques de gestion de cette ressource naturelle par les résidents les plus âgés : « Il existe une technique, et cette technique nous l’avons apprise de nos oncles et de nos grands-parents »29. Il est fréquent d’entendre ces résidents dire que leurs parents les emmenaient avec eux dans la forêt. Le problème aujourd’hui, selon de nombreux habitants, est que les nouvelles générations de résidents du Morro da Formiga ne démontrent plus aucun intérêt à participer à ces sociétés d’eaux. « Oui, maintenant, les choses se compliquent. Mon fils lui-même ne veut rien savoir à ce sujet. Je disais justement aujourd’hui même à José : lorsque nous mourrons que va-t-il advenir de tout cela ? »30.

27Il se peut que, justement, l’arrivée de l’eau du concessionnaire – en dépit de ses déficiences, couplée au fait que cette génération n’a pas participé aux luttes historiques de la communauté, comme par exemple la lutte contre les menaces de relogement ou alors pour l’eau et l’électricité, ne favorisent pas la valorisation de ce mouvement par cette génération. Un fort pessimisme se perçoit chez les personnes interviewées quant à l’avenir de ces sociétés d’eau. Beaucoup de jeunes qui consomment de l’eau de la société ne savent pas d’où cette eau provient. Une grande partie de ceux-ci, d’ailleurs, ne connait pas les détails et les caractéristiques de l’existence de ces sociétés. Peut-être qu’il manque là un travail de sensibilisation auprès de ces jeunes, de la part des sociétés d’eau elles-mêmes conjointement avec d’autres entités qui opèrent dans ce morro.

Les sociétés d’eau comme forme d’éducation à l’environnement communautaire

  • 31 Philippe Layrargues et Gustavo Lima, «As macrotendências político-pedagógicas da educação ambient (...)

28Layrargues et Lima ont classé l’éducation à l’environnement en trois macro-tendances distinctes31. D’abord, la macro-tendance conservationniste qui met l’accent principalement, comme son nom l’indique, sur la conservation de la nature, et qui concentre ses efforts sur le changement de comportement des individus. Ensuite, l’éducation à l’environnement pragmatique dont l’axe principal n’est plus la préservation absolue de la nature, mais plutôt l’adéquation des impacts environnementaux à une échelle durable. Le développement durable, la consommation consciente, la collecte sélective et le recyclage des déchets sont les piliers de ce volet de l’éducation à l’environnement. Enfin, l’éducation à l’environnement critique qui reporte sur le modèle de production capitaliste l’aggravation des problèmes environnementaux. Cette perspective, qui cherche à s’éloigner autant que possible des prémisses positivistes, tient compte de la culture et de l’historicité du sujet et prend en considération les inégalités d’accès des êtres humains aux biens de l’environnement.

29Si l’on prend en compte le contexte spécifique de la recherche, on pourrait dire que le manque d’eau au Morro da Formiga et la réponse donnée par les habitants ne sont pas le fruit du hasard, mais plutôt une conséquence du conflit socio-environnemental, historiquement construit, et de l’accès inégal aux ressources naturelles des différentes couches de la société. L’éducation à l’environnement critique peut fournir des moyens pour renforcer la lutte de ces résidents contre les injustices environnementales qui ont lieu sur ce territoire. À une époque où le sens commun environnemental estime que la solution à la crise de l’eau que le pays et le monde traversent peut se faire au moyen du seul changement des comportements individuels comme, par exemple, privilégier la douche au bain, l’utilisation des repères de l’éducation à l’environnement critique se fait nécessaire.

  • 32 «Esse senso comum parte do pressuposto de que a questão ambiental pode ser comprehendida apartada (...)

Ce sens commun part du présupposé que la question de l’environnement peut être entendue en dehors des autres rapports économiques et culturels de la société. Ainsi, chaque individu entretiendrait également des liens avec l’environnement. De ce fait, la préservation de l’environnement dépendrait de l’adoption de mesures identiques de rationnement aussi bien envers les processus industriels ou agricoles qu’envers la consommation domestique. De la sorte, par exemple, l’usage d’eau pour construire une voiture, irriguer une récolte ou laver la vaisselle à la maison serait équivalent. Sous cette perspective, l’adoption d’une conscience écologique commune à tous les individus, serait le salut pour éviter la destruction imminente de la planète32.

30Figueiredo considère également que les problèmes environnementaux ne peuvent pas être traités de façon isolée. De ce fait, la promotion d’une éducation à l’environnement ne discutant pas la dimension politique et le mode de production capitaliste dans lequel notre société est insérée aura de fortes chances d’être une éducation à l’environnement reproductive et par conséquent ne génèrera aucun changement en faveur d’une société plus équitable et égalitaire.

  • 33 «A Educação ambiental, que ainda é hegemônica, se insere numa proposta pedagógica liberal, aprese (...)

L’éducation à l’environnement, qui est encore dominante, s’insère dans une proposition pédagogique libérale, où il existe une tendance à la participation des populations au moyen d’actions ponctuelles, à l’escamotage de la dimension politique des catégories et des concepts utilisés, et à une planification des décisions gouvernementales qui n’affronte pas le modèle capitaliste de façon conséquente. La solution ponctuelle des problèmes, la responsabilité par rapport à la solution des questions liées à l’environnement sont posées de façon essentiellement individuelle et non pas sociopolitique ce qui engendre des erreurs désastreuses33.

31Bien que, a priori, on ne considère pas que la dynamique des sociétés d’eau constitue véritablement une éducation à l’environnement critique, l’observation de ce phénomène en référence à ses principes est parfaitement possible. L’expérience de gestion de l’eau de la communauté de la Favela da Formiga, en réponse au manque de disponibilité de cette ressource, a encouragé l’émergence d’une stratégie communautaire permettant l’utilisation publique de cette ressource naturelle, en vue de procurer aux résidents l’accès à un droit qui leur était refusé. Il existe des éléments dans cette expérience qui peuvent être pensés comme des contributions au développement d’une éducation à l’environnement communautaire.

  • 34 «Ninguém educa ninguém, ninguém educa a si mesmo, os homens se educam entre si mediatizados pelo (...)

32À partir de l’hypothèse de Freire selon laquelle « personne ne s’éduque soi-même, et que les hommes s’éduquent mutuellement médiatisés par le monde »34, nous posons l’hypothèse que l’expérience des sociétés d’eau est un exemple d’éducation communautaire à l’environnement, non formelle et non hiérarchisée. Cette « ingénierie », réalisée par des non-ingénieurs, dans le but de construire un système autonome de distribution d’eau pour la communauté, peut être considérée comme un exemple qui s’insère dans l’idée d’éducation populaire développée par Freire et Nogueira :

  • 35 «As pessoas aprendem a resolver as dificuldades da vida e o movimento popular é o lugar de somar (...)

Les gens apprennent à résoudre les difficultés de la vie, surtout collectivement au sein des mouvements populaires. Même les personnes qui n’ont pas beaucoup de temps pour étudier sont invitées à joindre leurs efforts et à résoudre les difficultés. C’est par cette voie que le mouvement populaire renouvelle l’éducation. Il résout les difficultés de la vie. Dans les quartiers ou dans les favelas, ce mouvement transforme les lieux, améliore les conditions et c’est ainsi que l’on apprend. C’est de cette façon que naît l’éducation populaire35.

33En ce sens, nous considérons que le mouvement populaire des sociétés d’eau éduque, au fil des années, la Favela da Formiga à la résolution ou à l’atténuation des problèmes quotidiens liés à l’eau. Dans le cas de la Favela da Formiga, les stratégies d’organisation populaires revêtent une dimension pédagogique. De même, l’élément environnemental structure l’organisation politique de la communauté. Cela devient évident avec l’ingéniosité, la curiosité et l’accumulation de connaissances empiriques du discours des personnes interviewées.

34Cet aspect est important lorsque l’on parle du thème de l’éducation à l’environnement dans les espaces populaires. Il ressort de ceci que la créativité du peuple doit être un élément présent dans les propositions d’éducation à l’environnement communautaires. Toute cette pratique, chargée d’innovation et d’empowerment, favorise l’émergence d’une éducation à l’environnement sensible aux demandes populaires. La reconnaissance des personnes qui créent des réalités alternatives réalisables face aux impossibilités et à l’adversité en fait des sujets d’une action de transformation environnementale.

  • 36 Boaventura de Souza Santos, «Para Além do Pensamento Abissal: Das Linhas Globais a uma Ecologia d (...)
  • 37 Boaventura de Souza Santos, «Para uma sociologia das ausências e uma sociologia das emergências», (...)
  • 38 Paulo Freire, Adriano Nogueira, Que fazer: teoria e prática em educação popular, Petrópolis, Voze (...)

35Nous avons analysé cet aspect, à partir des « abyssalités » de la reconnaissance36, de la sociologie des urgences37 et du faire pédagogique environnemental38. La tradition de l’oralité persiste jusqu’à nos jours et, a priori, ne changera pas. C’est là une difficulté à laquelle nous nous sommes heurtés en tant que chercheurs. L’absence de documents écrits sur ces sociétés a entravé quelque peu l’analyse a priori ainsi que la réalisation d’un plan sur ce qu’il fallait spécifiquement rechercher. Freire et Nogueira abordent cette question d’une manière magistrale :

  • 39 «Nossa cultura popular é de tradição oral. Essa memória social se conhece a si mesma desde uma es (...)

Notre culture populaire est fondée sur la tradition orale. Cette mémoire sociale se reconnait elle-même à partir d’une structure orale. Nous, les intellectuels, nous avons été formés en rupture avec cette tradition ; en particulier l’intellectuel latino-américain : nous parlons beaucoup, nous préférons téléphoner qu’écrire des lettres, mais nous nous entourons de livres et de textes. Et cette culture de physionomie graphique (livresque) chevauche souvent l’oralité des groupes populaires39.

36C’est ainsi que Freire et Nogueira critiquent notre engouement, en tant qu’intellectuels, par rapport au texte écrit. Ils font ressortir en même temps la particularité latino-américaine des liens entretenus avec l’oralité, qui est une base structurante de notre façon d’être. En ce sens, lorsque nous entendons les personnes interviewées et les rôles qu’elles jouent, nous nous étonnons de leur mémoire des événements liés au Morro da Formiga. Au cours de ces entretiens, une grande partie des doutes que nous avions au sujet de l’histoire des sociétés d’eau ont été défaits. C’est donc fort de cette expérience que nous pouvons discuter de l’importance de la reconnaissance de l’oralité et de la mémoire des groupes populaires dans le processus d’éducation à l’environnement communautaire.

  • 40 Daniel Renaud, Celso Sanchez, «Lembranças e Histórias de um Vale Encantado: A Educação Ambiental (...)
  • 41 Boaventura Souza Santos, «Para Além do Pensamento Abissal: Das Linhas Globais a uma Ecologia de S (...)

37Cet article fait ressortir l’importance de travailler à l’aide de la mémoire et de l’oralité dans le domaine de l’éducation à l’environnement. Dans le même sens, Renaud et Sanchez affirment que cette méthodologie révèle l’efficacité de l’éducation à l’environnement tout particulièrement dans le processus de préservation des savoir-faire ancestraux qui se révèlent en partie par l’oralité40. Cet exemple, qui s’ajoute à nos observations, indique que l’une des voies possibles et nécessaires pour la réalisation de l’éducation à l’environnement est d’apprendre à dialoguer avec les connaissances populaires, à partir d’une écologie des savoirs41.

  • 42 «A aprendizagem e exercício de práticas que capacitam os indivíduos a se organizarem com objetivo (...)

38Tous les résidents avec qui nous avons maintenu des contacts nous ont raconté qu’ils avaient appris à gérer l’eau des sources locales non seulement au moyen du vécu au sein de la société, mais également lors du quotidien des allées et venues dans la forêt, en observant les pratiques des membres les plus anciens et les plus expérimentés : un apprentissage non formel, en dehors des curriculums scolaires. Selon Gohn, l’éducation non formelle connait plusieurs dimensions dont, notamment, « l’apprentissage et l’exercice de pratiques qui habilitent les individus à s’organiser autour d’objectifs communautaires, axés sur la résolution des problèmes collectifs quotidiens »42. Les résidents ont organisé des objectifs communautaires visant à résoudre les problèmes collectifs quotidiens qui, dans le cas de Formiga, sont le manque d’eau.

Considérations finales

  • 43 Júlio Silva, Sociedades de Água do morro da Formiga: Subsídios para Educação Ambiental de Base Co (...)

39La communauté de Formiga a tenu compte des connaissances populaires mises en valeur lors de la construction du système et de la gestion démocratique pour l’entretien de ce réseau. Ce système est sans aucun doute un exemple de gestion communautaire et participative de l’environnement43. Il peut apprendre beaucoup sur la façon de traiter les questions environnementales contemporaines, particulièrement à un moment où il est de plus en plus question de la rareté des ressources en eau dans diverses régions du Brésil.

  • 44 BRASIL, Política Nacional de Educação Ambiental - Lei nº 9795/1999.

40La politique nationale d’éducation à l’environnement conceptualise l’éducation à l’environnement comme un processus au sein duquel l’individu et la collectivité construisent des valeurs sociales, des connaissances, des attitudes et des compétences axées sur la conservation44. Les sociétés d’eau ont développé, de par le vécu, un sentiment et une attitude d’attention par rapport à l’environnement et à la préservation. Les résidents impliqués dans les sociétés avec lesquelles nous avons eu des contacts possèdent tous, en plus des connaissances techniques nécessaires à leur mission d’approvisionnement de la communauté en eau, diverses autres connaissances liées à l’environnement. Ces connaissances ont été acquises, selon les résidents, par transmission orale, des plus anciens aux plus jeunes, et de façon non formelle. Ce processus de formation est continu et se produit non seulement à l’occasion des réunions que certaines sociétés tiennent périodiquement, mais également à l’occasion des visites aux installations dans la forêt des divers groupes chargés de l’entretien et des réparations du système. Les « personnages de l’eau » ont démontré au cours des entretiens et des contacts, une préoccupation permanente par rapport à la durabilité et à la préservation de l’environnement du morro, la colline, car chaque résident est parfaitement conscient du fait que la continuité de l’abondance de l’eau des sources dépend également de cela.

  • 45 Elinor Ostrom, «Private and common property rights» in E. Ostrom, Workshop in Political Theory an (...)
  • 46 Garret Hardin, «The tragedy of the commons: the population problem has no technical solution; It (...)

41Le Morro da Formiga est l’objet également de nombreux projets environnementaux et parmi ceux-ci il faut mettre en exergue le projet de reboisement communautaire, instauré lors des dernières décennies, et qui a reboisé une bonne partie de la colline. Lors de nos visites, nous avons entendu plusieurs mentions quant à l’importance de cette initiative aussi bien pour la protection des sources que pour la réduction des risques de glissements de terrain lors de la saison des grandes pluies. À l’occasion des réunions de la société Boa Vista, nous avons constaté le souci des membres quant aux périodes de pluie, mais également quant à la sécheresse, car ils ont vécu une forte période de sécheresse en 2015. Au cours de toutes les réunions, ils recommandaient le plus grand soin possible à l’entretien des flotteurs des réservoirs et s’indignaient lorsque quelqu’un gaspillait de l’eau. La gestion communautaire encourageait, ici, la préservation des ressources naturelles et condamnait leur mauvaise utilisation, ce qui va dans le sens de la critique de Ostrom45 sur la tragédie des biens communs de Hardin46.

  • 47 Joan Martinez Alier, O ecologismo dos pobres: conflitos ambientais e linguagens de valoração, São (...)

42Cette pratique de conservation entreprise par les habitants du Morro da Formiga ne doit en aucun cas être confondue avec le conservationnisme des courants conservateurs de l’éducation à environnement, qui n’arrivent pas à accommoder les questions sociales avec la préservation de l’environnement. La conservation souhaitée par les sociétés d’eau n’a pas pour but le « culte Du Silvestre »47, mais plutôt la construction d’un environnement socialement plus équitable pour les habitants de cette région, associant la préservation naturelle à la présence humaine.

43L’éducation à l’environnement dérivée des pratiques des sociétés d’eau et construite à l’aide d’un processus historique de luttes dans ce territoire, et bien qu’elle ne soit pas consciemment guidée par l’épistémologie critique, discute la perspective capitaliste actuelle qui essaie de tout convertir en profit, y compris les ressources naturelles. La tradition éducative des sociétés d’eau est, historiquement, de faire prendre conscience aux résidents impliqués que l’eau est un bien précieux du point de vue de la préservation de la vie en contraste avec la logique du capital.

Haut de page

Bibliographie

Abreu (Maurício), «A cidade, a montanha e a floresta» in Abreu Maurício (org.), Natureza e sociedade no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Secretaria Municipal de Cultura, 1992, p. 54-103.

Alier (Joan Martinez), O ecologismo dos pobres: conflitos ambientais e linguagens de valoração, São Paulo, Contexto, 2007.

Barreto (Lima), Clara dos Anjos, São Paulo, Brasiliense, 1956.

Figueiredo (João), «As contribuições de Paulo Freire para uma educação ambiental dialógica» in Anped, 29ª Reunião Anual da ANPEd. Caxambu, MG, 2006, Anais eletrônico, p. 1-16.

Freire (Paulo), Pedagogia do oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 2014.

Freire (Paulo), Nogueira (Adriano), Que fazer: teoria e prática em educação popular, Petrópolis, Vozes, 1993.

Gohn (Maria), «Educação não formal, participação da sociedade civil e estruturas colegiadas nas escolas», Revista Ensaio: Avaliação e Políticas Públicas em Educação, nº50, jan-mar 2006, p. 27-38.

Gonçalves (Rafael), Favelas do Rio de Janeiro. História e Direito, Rio de Janeiro, Editoras Pallas e PUC-Rio, 2013.

Gonçalves (Rafael), Pessanha (Manuella), Mororó (Géssica), «Pelo direito de permanecer: mobilização política e o acesso a serviços de água e luz nas favelas cariocas no período pós-Estado Novo», Revista Libertas, vol. 15, nº2, ago/dez. 2015, p. 295-314.

Hardin (Garrett), «The tragedy of the commons: the population problem has no technical solution; It requires a fundamental extension in morality», Science, vol 162, nº3859, 1968, p. 1243-1247.

Layrargues (Philippe), Lima (Gustavo), «As macrotendências político-pedagógicas da educação ambiental brasileira», Revista Ambiente & Sociedade, v. XVII, n. 1, jan./mar. 2014, p. 23-40.

Leeds (Anthony), Leeds (Elizabeth), «Favelas e comunidade política: a continuidade da estrutura de controle social» in Anthony Leeds, Elizabeth Leeds, A Sociologia do Brasil Urbano, Rio de Janeiro: Zahar editores, 1978.

Loureiro (Carlos), Gomes (Gustavo), «Educação Ambiental na Gestão Pública das Águas: a luta social pelo direito às águas», Revista VeraCidade, ano VIII, nº 12, setembro 2012, p. 1-13.

Maia (Andréa), Sedrez (Lise), «Narrativas de um dilúvio carioca: memória e natureza na grande enchente de 1966», Revista História Oral, vol. 14, n°2, junho 2011, p. 221-254.

Ostrom (Elinor), «Private and common property rights» in Elinor Ostrom, Workshop in Political Theory and Policy Analysis, Population and Environmental Change, Bloomington, Indiana University, 2000. p. 332-379.

Pandolfi (Dulce), Grynszpan (Mário), A favela fala: depoimentos ao CPDOC, Rio de Janeiro, Editora FGV, 2003.

Renaud (Daniel), Sanchez (Celso), «Lembranças e Histórias de um Vale Encantado: A Educação Ambiental Popular através da metodologia Investigação Ação Participante (IAP) na proteção de saberes locais no Vale do Jequitinhonha» in Epea, Anais do VIII Encontro de Pesquisas em Educação Ambiental Crítica, 2015, Rio de Janeiro, p. 1-14.

Santos (Alexandre), Leite (Márcia), Franca (Nahyda), Quando memória e história se entrelaçam: a trama dos espaços na Grande Tijuca, Rio de Janeiro, Ibase, 2003.

Silva (Júlio), Sociedades de Água do morro da Formiga: Subsídios para Educação Ambiental de Base Comunitária e ecologia de saberes em favela carioca, monographie de master en éducation, Rio de Janeiro, Université Féderale de l´État de Rio de Janeiro (UNIRIO), 2016.

Souza-Santos (Boaventura), «Para Além do Pensamento Abissal: Das Linhas Globais a uma Ecologia de Saberes», Revista Crítica Ciências Sociais, nº78, outubro 2007, p. 3-46.

Souza-Santos (Boaventura), «Para uma sociologia das ausências e uma sociologia das emergências», Revista Crítica de Ciências Sociais, nº63, outubro 2002.

Haut de page

Annexe

Esse artigo visa analisar a educação ambiental, que emerge das práticas comunitárias de captação e distribuição de água -  as sociedades de água – existentes na favela do Morro da Formiga, situada na zona Norte do Rio de Janeiro. A partir de entrevistas, observação participante e análise documental, procuramos compreender como os moradores se organizam entorno da água e produzem estratégias comunitárias de educação a partir da gestão desse recurso.

Haut de page

Notes

1 Maurício de Abreu, «A cidade, a montanha e a floresta» in Maurício de Abreu (org.), Natureza e sociedade no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Secretaria Municipal de Cultura, 1992, p. 54-103.

2 Andrea Maia, Leslie Sedrez, «Narrativas de um dilúvio carioca: memória e natureza na grande enchente de 1966», Revista História Oral, vol. 14, n°2, junho 2011, p. 226.

3 Rafael Soares Gonçalves, Manuella Pessanha et Gessica Mororó, «Pelo direito de permanecer: mobilização política e o acesso a serviços de água e luz nas favelas cariocas no período pós-Estado Novo», Revista Libertas, vol. 15, nº2, ago./dez. 2015, p. 295-314.

4 Rafael Soares Gonçalves, Favelas do Rio de Janeiro. História e Direito, Rio de Janeiro, Editoras Pallas e PUC-Rio, 2013.

5 «Há verdadeiros aldeamentos dessas barracas, nas coroas dos morros, que as árvores e os bambuais escondem aos olhos dos transeuntes. Nelas há quase sempre uma bica para todos os habitantes e nenhuma espécie de esgoto», Lima Barreto, Clara dos Anjos, São Paulo, Brasiliense, 1956, p. 115.

6 «Construção de uma rede de tanques de água potável, com bicas para o abastecimento dos moradores e lavagens de roupas com a utilização das nascentes do alto do morro [do Turano]», Tribuna Popular, 10 août 1946.

7 «O rapa da prefeitura passa aqui e leva as roupas que lavamos para ganhar o pão de cada dia. E ainda ouvimos o que dizem as nossas freguesas que pensam que somos descuidadas. O governo devia ver isso. Devia sentir as necessidades do povo. Lá em cima, no morro, a água não chega. Temos que lavar a roupa aqui embaixo mesmo», Tribuna Popular du 16 novembre 1946.

8 «A União Feminina da Favela vendo em V.S. uma defensora dos direitos do povo, vem a presença de V.S. para apelar no sentido de que seja levada ao conhecimento da Câmara Municipal as condições em que vivem os habitantes desse morro. Temos deficiência de água que nos faz mais falta do que a de outro bairro qualquer, pois há pessoas que vivem de lavar roupa e para fazê-lo sem água é com o maior sacrifício (...)», Anais da Câmara do Distrito Federal, Sessions du 1 au 17 avril 1947, Departamento de Imprensa Nacional, Rio de Janeiro, 1951, p. 333-334.

9 «Requeiro, ouvida a Câmara, que sejam solicitadas ao Sr. Prefeito do Distrito Federal as necessárias e urgentes providências a fim de ser colocada uma bica pública na Rua Jacareí, paróquia de Inhaúma, nas proximidades do prédio nº550 ou outro ponto que a repartição competente julgar mais conveniente», Demande nº 53 du 17 mars 1947 signée par le conseiller municipal Geraldo Moreira in Anais da Câmara do Distrito Federal, Departamento de Imprensa Nacional: Rio de Janeiro, 1949, p. 79.

10 «A rua Jacareí é habitada em sua porção terminal por pessoas humildes que ocupam prédios modestíssimos, quase todos sem as necessárias instalações hidráulicas: nas proximidades do ponto assinalado existem ainda diversas habitações idênticas disseminadas nas fraldas do Morro dos Urubus, todas sem abastecimento d´água potável. Nada mais justo do que atender a solicitações que vêm fazendo os moradores da Rua Jacareí e adjacências, para simples concessão de uma bica pública», ibid. p. 79-80.

11 Voir, par exemple, les passages ci-dessous extraits des annales de la Chambre du District fédéral.

«Requeiro à mesa, ouvido o plenário, solicitando providências junto ao departamento de água, a fim de que seja instalada uma bica, abaixo da Rua Major Freitas, no Morro de S. Carlos» (Je sollicite que le bureau, après l’avis du plénier, prenne les mesures nécessaires auprès du Département des eaux pour qu’un robinet soit installé dans la partie basse de la rue Major Freitas, au Morro de São Carlos), Demande nº2.371 du 12 mai 1952 signée par le Conseiller Índio do Brasil in Anais da Câmara do Distrito Federal, Volume XXXVIII, Rio de Janeiro, 1952, p. 179 et 180.

«Requeiro a mesa, ouvido o plenário, seja solicitado ao Exmo. Sr, Prefeito as necessárias providências, no sentido de ser colocada uma bica d’água perto da Favela da Avenida Epitácio Pessoa com a Ataulfo de Paiva» (Je sollicite au bureau, après l’avis du plénier, que soit demandée à Son Excellence M. le Maire, l’adoption de mesures urgentes pour l’installation d’une fontaine d’eau près de la favela située Avenue Epitácio Pessoa à la confluence de cette avenue avec l’avenue Ataúlfo de Paiva), Demande nº 3.325 du 20 aout 1952 signée par le conseiller Faim Pedro in Anais da Câmara do Distrito Federal, Volume LX, 1953, p. 18.

«Requeiro à mesa, ouvido o plenário, oficie o Sr. Prefeito no sentido de ser providenciada a colocação de bicas d´água no Morro da Matriz» (Je sollicite du bureau, après l’avis du plénier, que soit demandée à M. le Maire l’installation de robinets d’eau au Morro da Matriz), Demande nº 4.595 du 5 mai 1953 signée par le conseiller Afonso Segreto Sobrinho, Anais da Câmara do Distrito Federal, Volume XLII, 1952, p. 444.

12 «Queremos pedir a V. Exa [prefeito do Distrito Federal] que faça canalizar uma fração d’água da cachoeira que há no aludido morro, para distribuir em algumas bicas (...). Seja a V. Exa patrocinador dessa obra aceitando a nossa seguinte sugestão: o Sr. Prefeito manda providenciar os canos, cimento e pedra todo o material necessário, põe um funcionário da prefeitura, que entenda do assunto, e nós faremos uma convocação dos moradores do morro e eles trabalharão gratuitamente, visando apenas o bem comum (...) estamos pedindo água de cima para baixo (...)», Demande nº 2.521 du 23 mai 1952 in Câmara do Distrito Federal, Anais da Câmara do Distrito Federal, Rio de Janeiro, 1952, p. 23 et 24.

13 Lettre nº 2 du Département des eaux et égouts de la Mairie du District fédéral, du 25 novembre 1955, signée par Homero Pedrosa, ingénieur-en-chef du 3º DDA, adressée au Surintendant Général de la Société Carris Luz e Força do Rio de Janeiro in Arquivos da Light, fonds Light.

14 Le documentaire «Permanecer. A luta pelo Direito à Cidade», sous la direction de Rafael Soares Gonçalves (2017) rapporte quelques récits de résidents sur l’accès à l’eau dans les favelas de Rio.

15 Anthony Leeds, Elizabeth Leeds, «Favelas e comunidade política: a continuidade da estrutura de controle social» in Anthony Leeds, Elizabeth Leeds, A Sociologia do Brasil Urbano, Rio de Janeiro, Zahar editores, 1978, p. 115.

16 Pour de plus amples informations sur le Morro da Formiga voir Panorama do Território de l’Instituto Pereira Passos de la Mairie de Rio de Janeiro, disponible sur le site <www.rio.rj.gov.br/web/ipp>.

17 Dulce Pandolfi, Mário Grynszpan, A favela fala: depoimentos ao CPDOC, Rio de Janeiro, Editora FGV, 2003, p. 13.

18 Une partie de ces entretiens a été réalisée dans le cadre de la recherche de Júlio Silva, premier auteur de cet article, Sociedades de Água do morro da Formiga: Subsídios para Educação Ambiental de Base Comunitária e ecologia de saberes em favela carioca, monographie de master en éducation, Rio de Janeiro: Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO), 2016. Après leur Master, le premier et le deuxième auteur ont mené des entretiens avec les résidents et ont suivi pendant deux ans (2014-2016) les réunions de la Société d’eau Boa Vista.

19 «Mais do que o asfalto, a favela é um espaço com todos os seus lugares associados a um significado hídrico, pois sempre exigiu de quem vive ali uma rotina diária para obtenção de água (recurso hídrico) e descarte do esgoto. A vazão das fontes, chamadas de minas pelos (as) moradores(as), torna-se ao longo do tempo insuficiente para atender à demanda que cresce com a população. A luta pela água fortalece a organização comunitária, que organiza mutirões para aproveitar a água das minas, pela implantação de redes de distribuição autoconstruídas, que valorizam o espaço da favela», Alexandre Santos, Márcia Leite, Nahyda Franca, Quando memória e história se entrelaçam: a trama dos espaços na Grande Tijuca, Rio de Janeiro, Ibase, 2003, p. 19.

20 «Os moradores se juntavam, iam à mata, achavam uma mina d’água, cercavam, faziam um reservatório, puxava no cano», Entretien réalisé en décembre 2014.

21 Entretien avec le résident M. Dornel, réalisé en octobre 2014.

22 «Quando eles começaram a colocar os canos eu ainda era criança, eu fui para a floresta para carregar coisas, canos. Nós subimos e descemos e os adultos colocaram os canos. Naquela época eles eram feitos de ferro, muito pesados. Hoje nós substituímos tudo com material de PVC. Mais de quinhentas mangueiras», Entretien avec M. Dornel, réalisé en octobre 2014.

23 Entretien avec M. Francisco, résident du Morro da Formiga, ancien président de la Société d’eau Boa Vista. Entretien réalisé en août 2015.

24 Jusqu’à aujourd’hui, les résidents soulignent que l’eau de la forêt est de meilleure qualité. Outre la qualité de l’eau fournie par la CEDAE, ils dénoncent la régularité des services du concessionnaire : «a fonte é excelente. Há 60 anos que a gente usa, nunca ouvimos falar que alguém que teve problema. Essa água, porque vem de cima, da mata, é pura, de excelente qualidade» (la source est excellente. Depuis 60 ans qu’on l’utilise, on n’a jamais entendu dire que quelqu’un a eu un problème. Cette eau, parce qu’elle vient d’en haut, des bois, elle est pure, d’excellente qualité), entretien avec de Paulo César, réalisé en novembre 2014.

25 Il est difficile d’établir le nombre exact de sociétés d’eau existantes sur le morro. Certaines des personnes interviewées ont fourni des chiffres bien différents les uns des autres. Il y a, certainement, plus de dix groupes organisés (Boa Vista, São Jorge, São Sebastião, Cachoeira do Mussum, entre autres).

26 «Eles pagam uma pequena quantia, próximo de 3 reais», entretien réalisé le décembre 2014. La cotisation de la Sociedade Bela Vista était, en 2016, de 5 reais (1,15 €) mensuels par membre.

27 «é um grupo, que roda a linha toda. Entendeu? E aí, quando quebrou um cano que não seja dentro da sua casa, aí o cara que roda a linha já vai com a mochila, com cano, com isso, com aquilo, com tudo. Aí quebrou aqui, ele vai subir aqui e vai consertar o cano. Agora, dentro da sua casa, só você», Entretien réalisé en décembre 2014.

28 «Se um pegar a água da mina do outro dá até polícia. Até hoje, dá briga», entretien réalisé en décembre 2014.

29 «Existe uma técnica e essa técnica, nós aprendemos de nossos tios e avós», entretien réalisé avec M. Francisco de la Société Boa Vista, août 2015.

30 «Sim, agora as coisas estão ficando complicadas. Meu filho mesmo não quer saber nada sobre isso. Eu disse exatamente hoje a José: quando a gente morrer o que será de tudo isso?», entretien réalisé avec César de la Société Boa Vista, août 2015.

31 Philippe Layrargues et Gustavo Lima, «As macrotendências político-pedagógicas da educação ambiental brasileira», Revista Ambiente & Sociedade, nº 1, 2014, p. 23-40.

32 «Esse senso comum parte do pressuposto de que a questão ambiental pode ser comprehendida apartada das demais relações econô­micas e culturais da sociedade. Assim, cada indivíduo se relacionaria com o ambiente do mesmo modo. Por conseguinte, a preservação ambiental dependeria da adoção de medidas idênticas de racionamento tanto nos processos industriais ou agrícolas quanto no consumo doméstico. Com isso, por exemplo, os usos da água para construir um automóvel, irrigar a lavoura ou lavar a louça em casa se equivaleriam. Nessa perspectiva, a adoção da consciência ecológica, comum a todos os indivíduos, seria a salvação para iminente destruição do planeta», Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Gustavo Gomes, «Educação Ambiental na Gestão Pública das Águas: a luta social pelo direito às águas», Revista VeraCidade, nº 12, 2012, p. 1-13, p. 9.

33 «A Educação ambiental, que ainda é hegemônica, se insere numa proposta pedagógica liberal, apresenta tendências embutidas na participação das populações em ações pontuais, no escamoteamento da dimensão política das categorias e conceitos utilizados, nos planejamentos e decisões governamentais que não afrontam o modelo capitalista de modo consequente. A resolução pontual dos problemas, a responsabilidade da solução das questões ambientais posta como essencialmente individual e não sociopolítica redunda em equívocos desastrosos», João Figueiredo, «As contribuições de Paulo Freire para uma educação ambiental dialógica» in ANPEd, Anais da XXIX Reunião Anual da ANPEd, Caxambu, MG, 2006, p. 5.

34 «Ninguém educa ninguém, ninguém educa a si mesmo, os homens se educam entre si mediatizados pelo mundo», Paulo Freire, Pedagogia do oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 2014, p. 95.

35 «As pessoas aprendem a resolver as dificuldades da vida e o movimento popular é o lugar de somar esforços. Mesmo as pessoas que pouco tempo tiveram de estudo são convidadas a somar esforços e resolver dificuldades. É por esses caminhos que o Movimento Popular vai inovando a Educação. Ele vai resolvendo as dificuldades da vida. No bairro ou na favela. Esse movimento vai transformando o bairro, vai melhorando as condições e esse é o jeito de aprender. Nesse caminho nasce a Educação Popular», Paulo Freire, Adriano Nogueira, Que fazer: teoria e prática em educação popular, Petrópolis, Vozes, 1993, p. 66.

36 Boaventura de Souza Santos, «Para Além do Pensamento Abissal: Das Linhas Globais a uma Ecologia de Saberes», Revista Crítica Ciências Sociais, nº78, octobre 2007, p. 3-46.

37 Boaventura de Souza Santos, «Para uma sociologia das ausências e uma sociologia das emergências», Revista Crítica de Ciências Sociais, nº63, octobre 2002, p. 237-280.

38 Paulo Freire, Adriano Nogueira, Que fazer: teoria e prática em educação popular, Petrópolis, Vozes, 1993.

39 «Nossa cultura popular é de tradição oral. Essa memória social se conhece a si mesma desde uma estrutura oral. Nós intelectuais formamo-nos dentro de uma ruptura com essa tradição; sobretudo o intelectual latino americano: somos faladores, mais telefonamos do que escrevemos cartas e, no entanto, nos rodeamos de livros e textos. E essa nossa cultura de ênfase gráfica (livresca) é, muitas vezes, superposição sobre a oralidade dos grupos populares», ibid., p. 29.

40 Daniel Renaud, Celso Sanchez, «Lembranças e Histórias de um Vale Encantado: A Educação Ambiental Popular através da metodologia Investigação Ação Participante (IAP) na proteção de saberes locais no Vale do Jequitinhonha» in EPEA, Anais do VIII Encontro de Pesquisas em Educação Ambiental Crítica, Rio de Janeiro, 2015, p. 1-14.

41 Boaventura Souza Santos, «Para Além do Pensamento Abissal: Das Linhas Globais a uma Ecologia de Saberes», op. cit.

42 «A aprendizagem e exercício de práticas que capacitam os indivíduos a se organizarem com objetivos comunitários, voltados para a solução de problemas coletivos cotidianos», Maria da Gloria Gohn, «Educação não formal, participação da sociedade civil e estruturas colegiadas nas escolas», Revista Ensaio: Avaliação e Políticas Públicas em Educação, nº 50, 2006, p. 28.

43 Júlio Silva, Sociedades de Água do morro da Formiga: Subsídios para Educação Ambiental de Base Comunitária e ecologia de saberes em favela carioca, op. cit.

44 BRASIL, Política Nacional de Educação Ambiental - Lei nº 9795/1999.

45 Elinor Ostrom, «Private and common property rights» in E. Ostrom, Workshop in Political Theory and Policy Analysis, Population and Environmental Change, Indiana University, 2000, p. 332-379.

46 Garret Hardin, «The tragedy of the commons: the population problem has no technical solution; It requires a fundamental extension in morality», Science, vol. 162, nº 3859, 1968, p. 1243-1247.

47 Joan Martinez Alier, O ecologismo dos pobres: conflitos ambientais e linguagens de valoração, São Paulo, Contexto, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure I. Nettoyage du réservoir d’eau de la Sociedade Boa Vista
Crédits (Photo Rafael Soares Gonçalves, 2016).
URL http://journals.openedition.org/droitcultures/docannexe/image/5768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julio Vitor, Rafael Soares Gonçalves et Celso Sanchez, « Les « sociétés d’eau » : l’éducation à l’environnement dans une favela communautaire à Rio de Janeiro », Droit et cultures, 78 | 2019, 139-158.

Référence électronique

Julio Vitor, Rafael Soares Gonçalves et Celso Sanchez, « Les « sociétés d’eau » : l’éducation à l’environnement dans une favela communautaire à Rio de Janeiro », Droit et cultures [En ligne], 78 | 2019/2, mis en ligne le 14 octobre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5768

Haut de page

Auteurs

Julio Vitor

Júlio Vitor Costa da Silva est doctorant à l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO). Il est militant du mouvement noir et a travaillé dans des projets sociaux dans les favelas de Rio de Janeiro. Il travaille actuellement sur les questions environnementales dans les lieux de vulnérabilité, telles que l’accès à l’eau, la justice et le racisme environnemental. Sociedades de Água do morro da Formiga: Subsídios para Educação Ambiental de Base Comunitária e ecologia de saberes em favela carioca, Monographie de master en éducation. Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro, 2016 ; Júlio Silva, Celso Sanchez, «Sociedades de água do Morro da Formiga: Educação Ambiental de base comunitária e ecologia de saberes numa favela carioca», Revista O Social em Questão, nº 40, 2018, p. 185-208.

Rafael Soares Gonçalves

Rafael Soares Gonçalves est professeur associé du Département de Service social de l’Université Catholique de Rio de Janeiro (PUC-Rio). Il dirige le Laboratoire des études Urbaines et socio-environnementales (LEUS). Il est aussi chercheur au Conseil national du développement scientifique et technologique (CNPq) et à la Fondation de soutien à la recherche de l ́État de Rio de Janeiro (FAPERJ). Juriste et historien, il est docteur en Histoire de l’Université de Paris VII et post-doctorant en anthropologie de l’EHESS. « Les conflits fonciers à Rio de Janeiro : les habitants du «Horto Florestal» contre l’administration du Jardin Botanique », Urbanités, v. 10, 2018, p. 1-11 ; Rafael Soares Gonçalves, Letícia Freire, Nicolas Bautès, « Rio de Janeiro 2016 ou les travers de la ville olympique », Problèmes d’Amérique latine, v. 4, 2017, p. 7-15 ; « L’informalité comme ressource urbaine ? Le cas des favelas de Rio de Janeiro », EchoGéo, nº11, 2017, p. 1-16 ; – Favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit: XIX-XX siècles, Harmattan, Paris, 2010.

Articles du même auteur

Celso Sanchez

Celso Sanchez est professeur à l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO). Il coordonne le groupe d’études sur l’éducation à l’environnement depuis le Sud (Grupo de Estudos em Educação Ambiental desde el Sur), Geasur/UNIRIO. Anne Kassiadou, Celso Sanchez, Marcelo Aranda Stortti, [et al. (orgs), Educação Ambiental desde El Sur, 1 ed. Macaé: Editora NUPEM/UFRJ, 2018 ; Marcelo Aranda Stortti, Celso Sanchez, «A Pedagogia dos Afetados: a educação ambiental emergente dos movimentos socioambientais em luta contra os megaempreendimentos petroleiros» In Costa Cesar Augusto, Costa Jose Ricardo Caetano (orgs), Pensamento Latino-Americano e justiça social: perspectiva críticas, São Paulo, Paco Editorial, 2017, p. 119-139. Carlos Frederico Loureiro, Celso sanchez, Inny Accioly, Rafael Costa Nogueira, Pensamento Ambientalista numa sociedade em crise, 1 ed. Macaé: Editora NUPEM/ UFRJ, 2015 ; Nicolas Stahelin, Inny Accioly, Celso Sanchez, The promoisse and peril of the state in neoliberal times:implications for the critical environmental educations movement in Brasil, Environ Educ. Res, v. 28, p. 1-14, 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals