Navigation – Plan du site

Éducation à l’environnement du Sud : Approches et perspectives critiques à partir du panorama latino-américain

Environmental Education of the South: Critical Approaches and Perspectives from the Latin American Panorama
Educação ambiental do Sul: abordagens e perspectivas críticas à partir do panorama latinoamericano
Marcelo Aranda Stortti et Celso Sanchez
p. 159-168

Résumés

Notre propos porte sur les recherches et sur la praxis de l’éducation à l’environnement réalisées dans le cadre du Grupo de Estudos de Educação Ambiental Desde El Sur (GEASur) (Groupe d’études sur l’éducation à l’environnement du Sud) de l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO). Ce groupe de recherches tend à produire une réflexion sur l’éducation à l’environnement dans la perspective du Sud, c’est-à-dire dans le cadre d’une contextualisation des réalités complexes de cette région du monde. Pour le GEASur, cette approche part des travaux de Paulo Freire et relève du domaine des études décoloniales critiques. À partir des luttes contre des compagnies pétrolières en Argentine et au Brésil, l’analyse porte sur l’utilisation du référentiel théorico-méthodologique par l’éducation à l’environnement et les pédagogies de résistance des groupes en lutte. En démontrant que les éducations à l’environnement et les praxis pédagogiques sont constitutives des mouvements sociaux, le groupe postule que, dans le Sud, l’éducation à l’environnement va au-delà des processus d’éducation populaire habituellement observés. Se réinventant et créant de nouvelles stratégies en permanence, les mouvements de lutte dans le Sud font état d’un potentiel créatif qui aide à réfléchir sur l’éducation à l’environnement de manière structurante, dans tous ses espaces et formes d’action.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Né en juin 2012, le Grupo de Estudos de Educação Ambiental Desde El Sur (Groupe d’études sur l’éducation à l’environnement du Sud – GEAsur) est enregistré au répertoire des Groupes de recherches du Conselho Nacional de Pesquisa (CNPQ) (Conseil national de Recherches). Il est lié au Programme de troisième cycle (Master et Doctorat en Éducation, PPGEdu), de l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO). Ce groupe réunit des agents techniques, administratifs, des enseignants, des élèves de l’enseignement secondaire et du programme de troisième cycle d’UNIRIO. S’y ajoutent des étudiants du programme d’études secondaires et de troisième cycle d’autres universités, des enseignants d’écoles publiques et privées, et des militants de différents mouvements sociaux.

2La qualification de l’éducation à l’environnement, en langue espagnole, Desde El Sur (du sud), a été volontairement introduite pour mettre l’accent sur la localisation certes du point de vue géographique, mais plus encore du point de vue épistémologique, en accord avec la perspective latino-américaine. Ce qui nous intéresse, c’est une géo-épistémologie qui permette de reconnaitre, à partir des territoires et de la terre, les épistémologies émergentes de groupes en lutte pour défendre leur vie et leurs modes originaux de production de la vie. Nous cherchons à mettre en relief l’existence d’une éducation à l’environnement pratiquée et pensée à partir des réalités de la région, par les peuples des pays, les mouvements sociaux, les groupes autochtones, les communautés quilombolas, les communautés afro-amérindiennes, les favelas, les mouvements des périphéries urbaines, entre autres groupes. De par leur mode de vie, voire leur existence même, ces groupes produisent des mouvements de résistance au système dominant. Cet aspect renvoie à la nécessité d’élargir la contextualisation des demandes de justice socio-environnementale de ces mouvements à la pensée latino-américaine en écologie politique et en éducation populaire.

  • 1 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987, p. 68.
  • 2 Il s’agit d’un courant qui, en Amérique latine, vise à réfléchir, de manière critique, sur les ef (...)

3Cette approche part du postulat de Paulo Freire selon lequel éduquer et s’éduquer est un acte politique, et « qu’il n’y a pas plus de savoirs ou moins de savoirs, mais des savoirs différents »1. Cette ligne de réflexion nous a permis de nous situer dans le domaine des études « décoloniales »2 critiques et de trouver chez des auteurs tels que Henrique Dussel, Arturo Escobar, Catherine Walsh, Santiago Arboleda et Frantz Fanon, des éléments pour discuter l’éducation à l’environnement. La posture critique de la question coloniale et de son traitement reconnaît la persistance du projet colonial dans le programme capitalisto-dépendant destiné à l’Amérique Latine. Ainsi, nous nous démarquons dans le débat en revendiquant une perspective « décoloniale critique » et non « postcoloniale ».

4Notre propos porte sur la praxis de l’éducation à l’environnement dans le contexte latino-américain, à partir des recherches réalisées dans le cadre du GEASur. L’intention de ce groupe est de connaître et penser l’éducation à l’environnement produite dans le Sud, en la contextualisant afin de rendre compte des réalités de la région sud-américaine en particulier. Pour ce faire, nous présenterons, d’abord, les approches théoriques et conceptuelles retenues par le groupe pour analyser la praxis de l’éducation critique à l’environnement non seulement pour la recherche, mais aussi par la recherche. Puis, un exemple d’investigation nous permettra d’en mesurer l’opérationnalité.

Une éducation critique à l’environnement pour la recherche

  • 3 Walter Mignolo, « Desobediência epistêmica: a opção descolonial e o significado de identidade em (...)

5Le GEASur soutient que la lecture et le découpage des pratiques pédagogiques issus des mouvements des groupes sociaux énoncés sont à même de fournir des bases théoriques et d’étayer un dialogue avec la base sociale qui les constitue. Les membres du groupe de recherche voient là un moyen de contextualiser la réalité des demandes socio-environnementales latino-américaines. Chacun s’emploie, donc, à identifier les discours qui affleurent des revendications populaires et des mouvements sociaux autour des questions socio-environnementales, en prenant comme référence les études sur la décolonialité et l’interculturalité dans le contexte régional latino-américain. Dans cette perspective, il est utile de souligner que Walter Mignolo3 considère la décolonialité comme l’un des trois visages de la modernité. Pour cet auteur, la modernité s’exprime de trois façons : 1/ le mythe salvateur qui englobe l’idée que le progrès et le développement résoudront tous les problèmes y compris le « sauvetage des sauvages » en leur imposant la civilisation ; 2/ la colonialité qui est représentée par le legs colonial généré par les processus de colonisation où la pensée coloniale consiste en une pensée oppressive ; 3/ la décolonialité qui apparaît en tant qu’énergie de résistance, c’est-à-dire des actes de rébellion et de confrontation à l’encontre de la pensée dominante.

6Nous défendons l’idée qu’il existe un lien entre le champ de la décolonialité et celui de l’éducation à l’environnement critique. Pour nous, cette mise en parallèle permet d’identifier les voies possibles de dépassement du langage dominant dans l’éducation à l’environnement, encore imprégné de propositions conservatrices et pragmatiques qui masquent les contradictions et les conflits sociaux-environnementaux. Au surplus, la possibilité d’articuler le domaine de l’éducation à l’environnement à d’autres domaines de la pensée sociale, comme la décolonialité, peut contribuer à renforcer l’éducation à l’environnement et son rôle dans la lutte en faveur de la justice socio-environnementale.

  • 4 Henry Acselrad (org.), Conflitos social e meio ambiente, Rio de Janeiro, Relume Dumará, FASE, 200 (...)
  • 5 Anibal Quijano, «Colonialidade do Poder Classificação social» in B. S. Santos, M. P. Menses (orgs (...)
  • 6 Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Trajetória e fundamentos da educação ambiental, São Paulo, Co (...)

7Dans ce cadre, nos paramètres d’analyse relèvent du paradigme de la théorie critique. Nous retenons la thèse selon laquelle certaines activités affectent la stabilité d’autres façons de vivre du fait des impacts causés à l’environnement et aux personnes, ce qui génère alors des conflits environnementaux4. Ceci met en lumière l’existence d’un projet, guidé par le discours du développement, qui promeut une déconcentration et une redistribution du contrôle du capital industriel en instaurant un capitalisme colonial moderne résistant à la décolonisation5. Ce cadre d’analyse vient compléter la notion d’éducation à l’environnement dans une perspective de transformation critique6.

Une éducation critique à l’environnement par la recherche

  • 7 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, op. cit., p. 23.

8Le GEASur favorise une méthodologie de travail collectif où les réunions hebdomadaires sont des moments d’écriture, de conseils et de lecture, estimant que cet espace permet un apprentissage par l’échange de savoirs et de connaissances. En cela, nous nous inscrivons dans les travaux de Paulo Freire, notamment Pédagogie des opprimés – d’ailleurs l’une de nos références fondamentales : « personne n’éduque personne, personne ne s’éduque tout seul. Ce sont les gens qui s’éduquent entre eux »7. Le groupe effectue aussi des immersions pour expérimenter et approfondir certains thèmes. Ainsi, les membres du groupe interviennent dans les activités d’enseignement et de recherche, mais aussi dans les mouvements militants. Située à l’interface de l’éducation à l’environnement critique et des mouvements sociaux urbains, des campesinos, des afrodescendants, des autochtones, de la justice environnementale et écologique, la formation des chercheurs et des participants au GEASur est vue comme un processus que l’engagement dans les mouvements sociaux consolide.

9Le groupe organise des manifestations scientifiques telles que le projet « Dialogues du Sud » (Diálogos desde el Sur) avec lequel le GEASur a entamé ses travaux. Ce projet propose des débats sur des thèmes communs, intégrés aux réalités socio-environnementales de la région latino-américaine. En 2013, le projet « Dialogues du Sud Brésil-Pérou » (Diálogos desde el Sur Brasil-Peru) a eu pour thème le racisme en Amérique latine. À cette occasion, la projection du film Choleando a permis de discuter de la thématique raciale au Pérou sous la forme d’une table ronde composée d’intellectuels noirs brésiliens et d’immigrants péruviens. En 2014, les « dialogues » Brésil-Cuba ont permis de débattre de l’éducation à l’environnement populaire à Cuba, avec la présence du chercheur Jesus Jorge Perez Garcia de l’Université pédagogique Rafael Mendivem, avec laquelle UNIRIO a conclu un accord formel de coopération. La même année ont aussi été discutées les relations Brésil-Colombie, à l’occasion de la manifestation «Colombia al Derecho y al Reves» (Colombie à droite et à gauche) qui a réuni des intellectuels, des mouvements sociaux et des dirigeants politiques à Rio de Janeiro. En 2015, la rencontre « Dialogues du Sud » s’est tenue à l’Université Rafael Mendivem à Cuba. En 2016, le groupe a réalisé un nouveau « dialogue » avec plusieurs collectivités d’immigrés latino-américains et africains à Rio de Janeiro. À l’occasion, la question colombienne et ses conflits ont été discutés sous l’aspect socio-environnemental.

  • 8 On peut aussi citer comme autres manifestations organisées par le GEASur : le Forum d’éducation à (...)
  • 9 www.geasur.wordpress.com.

10Tant le projet « Dialogues »8 que le développement de travaux universitaires (cours, mémoires et thèses9) ont construit un groupe d’études dont la diversité enrichit les échanges d’expériences, de connaissances et de vécus dans le domaine de l’éducation à l’environnement critique. Les recherches du groupe se développent dans les domaines de l’éducation à l’environnement communautaire, de l’écologie politique, de la justice environnementale et de la territorialité, de l’écologie des savoirs, de l’éducation à l’environnement à distance et des processus de formation des éducateurs de l’environnement à partir des savoirs indigènes. Ces travaux sont reconnus et permettent aux membres du groupe de participer aux comités scientifiques (évaluation des travaux) du Séminaire de justice environnementale, racisme et éducation (SEMIJAIRE) et de la Rencontre nationale sur l’enseignement et la recherche en biologie (ENEBIO) entre autres.

Une recherche sur le Sud

11Cette approche méthodologique est appliquée aux recherches que nous menons, par exemple, sur l’éducation à l’environnement et sur les pédagogies de résistance de groupes en lutte contre les compagnies de pétrole. Nous avons travaillé, d’une part, sur les luttes organisées autour de l’Observatorio Petrolero Sur (OPSur, Observatoire pétrolier Sud) en Argentine et, d’autre part, sur celles organisées par le Forum des victimes de l’industrie du pétrole et de la pétrochimie de la baie de Guanabara à Rio de Janeiro (Fórum dos Atingidos pelo Industria do Petróleo e Petroquímica da Baia da Guanabara, FAPP-BG).

12L’expansion de l’exploitation pétrolière a favorisé la recrudescence des crimes environnementaux et, dans son sillage, l’injustice et les conflits en Amérique Latine. L’évolution des luttes sociales en Argentine, suite à l’accroissement des activités d’exploitation et de raffinage de pétrole à l’intérieur des territoires appartenant à des populations locales pauvres a motivé la mise en œuvre de diverses actions collectives pouvant être liées à des concepts pédagogiques et d’éducation à l’environnement peu connus dans ce domaine. Le siège de l’OPSur, né en 2008, se trouve dans les villes de Buenos Aires et Neuquen. Ce mouvement a pour objectif principal de conduire à une production et à une consommation d’énergie juste, démocratique, saine et durable. Il organise un partenariat entre différentes organisations sociales, telles que des ONG, des mouvements de droits civils, des communautés autochtones et le réseau Oilwatch. Ces partenariats ont permis, en 2008, de mettre au point une cartographie collective des conflits socio-environnementaux liés à la chaîne de production du pétrole.

13L’OPSur s’emploie à créer une autre matrice productive et énergétique dans un cadre de justice environnementale et sociale, en encourageant et en organisant des actions de lutte contre la concentration du pouvoir. Le mouvement tend à provoquer un changement social et à construire de nouvelles utopies. Parmi le matériel didactique offert sur le site, l’OPSur met à disposition des livres électroniques traitant du thème du pétrole, de la fracturation, de l’énergie éolienne, de la justice environnementale et de l’énergie solaire pour les écoles, en plus du matériel relatif à l’éducation à l’environnement publié par Greenpeace-Espagne et par le Centre national espagnol pour l’éducation à l’environnement. Ce mouvement a produit un documentaire en quatre chapitres intitulé Territorio Crudo (territoire brut). Le premier chapitre aborde le conflit environnemental entre l’industrie pétrolière et une aire protégée en Argentine. Le deuxième chapitre rapporte le conflit existant entre les activités d’exploitation pétrolière et le mode de vie de la communauté autochtone mapuche. Le troisième chapitre traite des problèmes d’environnement et de santé dus aux sociétés pétrolières. Enfin, le dernier chapitre fait état des conflits entre ces entreprises et les petits producteurs agricoles.

  • 10 Henry Acselrad (org.), Conflitos social e meio ambiente, op. cit.
  • 11 Natália Tavares Rios, «Educação ambiental e direitos humanos: articulações teóricas a partir das (...)

14Dans la baie de Guanabara, l’augmentation de la demande mondiale de produits de base a conduit à l’expansion des structures de production du pétrole et à des litiges territoriaux entre la principale société pétrolière brésilienne et les populations locales. Des « zones de sacrifice » (zonas de sacrifício)10 ont été créées, où la population subit de forts impacts environnementaux du fait de l’exploitation pétrolière. Selon Natalia Rios11, les populations qui vivent dans ces zones peuvent être considérées comme des « populations sacrifiées » (populações sacrificadas) car soumises aux dommages environnementaux, elles sont rendues vulnérables aux problèmes socio-environnementaux. Alors que ces populations subissent directement les impacts environnementaux, les entreprises et le gouvernement masquent le plus souvent les dommages environnementaux.

  • 12 Frantz Fanon, Os Condenados da Terra, Juiz de Fora, Ed. UFJF, 2005.

15Dans ce cadre, les notions de territoire, lieu, paysage, qui appartiennent au domaine de la géographie politique, sont importantes pour comprendre que l’environnement n’est pas seulement une donnée, une collection d’objets de la nature ou une « ressource naturelle ». L’analyse de Frantz Fanon12, « Les damnés de la Terre », même si elle ne porte pas spécifiquement sur les luttes environnementales, est ici utile. Son analyse, rapprochée de celle de Freire, amène à considérer ces populations comme des « condamnés/ opprimés environnementaux », dévoilant ainsi la dimension d’oppression environnementale des scénarii de luttes sociales.

  • 13 Rafaela Uchôa, Leonardo Castro, Celso Sanchez, «Por uma educação ambiental contra-hegemônica: a c (...)

16Dans les deux cas, le même mécanisme d’oppression est à l’œuvre. À chaque fois, le principal ressort est la composante environnementale et les victimes sont celles que nous avons nommées les « opprimés environnementaux ». La littérature citée nous a poussés à réfléchir à une éducation à l’environnement capable de construire des processus susceptibles de dépasser les conditions de l’oppression13. Ainsi, nous nous sommes particulièrement intéressés aux pédagogies des mouvements de résistance. Nous partons de l’hypothèse que les expériences de résistance produisent des pédagogies et que celles-ci sont essentielles pour mener les luttes en matière socio-environnementale.

  • 14 Catherine Walsh, «Interculturalidade Critica e Pedagogia Decolonial: In-surgir, Re-existir e Re-v (...)

17Nous avons, d’ailleurs, constaté une articulation entre le concept de décolonialité et les actions collectives des groupes sociaux en résistance. De par leurs luttes, ces groupes produisent une réflexion radicale qui leur permet de dépasser les diverses formes d’oppression perpétrées à leur encontre qu’elles viennent des agents, relations et mécanismes de contrôle, de la discrimination ou du déni de la modernité/colonialité. Dans le même sens, selon nous, le dialogue qui s’instaure à partir de l’écologie politique et de la géographie politique se fait moyennant la compréhension des conditions matérielles objectives (dans une vision marxiste) selon lesquelles se produisent les territorialités soumises à une situation de vulnérabilité socio-environnementale. Il en est de même pour l’idée de « race », comme outil pour la classification, le contrôle social et le développement du capitalisme14.

  • 15 Adriana Bogado, «A luta também te ensina: Processos de Ensino-aprendizagem no Marco de Movimentos (...)

18Bogado déclare que l’une des particularités d’un mouvement social est d’être lié aux processus d’enseignement/apprentissage qui se développent dans le cadre de ses actions collectives15. Selon cet auteur, ce potentiel éducatif permet l’émergence des nouvelles rationalités susceptibles de mettre en question les normes et les règles de la société capitaliste. Il s’agit, ainsi, de développer un courant alternatif dans le processus de transformation sociale.

Considérations finales

  • 16 Catherine Walsh, «Interculturalidade Critica e Pedagogia Decolonial: In-surgir, Re-existir e Re-v (...)
  • 17 Anibal Quijano,«Colonialidade do Poder Classificação social»  in B. S. Santos, M. P. Menses (orgs (...)

19Fanon et Freire, en contribuant à mettre en rapport le politique et le pédagogique, offrent un cadre à la compréhension des luttes de décolonisation, de libération et d’humanisation. Walsh explique également que les pédagogies décoloniales, étant liées à des processus historiques et sociopolitiques associés aux luttes vécues par les personnes, ont engendré des actions et des méthodologies de construction des résistances dans les domaines de l’être, du savoir et du pouvoir16. Dans ce cadre, quelle éducation à l’environnement intervient dans ces groupes sociaux ? Celle qui prêche le consensus ? Celle de la colonialité du pouvoir17 qui (co)opère dans le modèle dominant du développement durable ? Ou bien est-ce une éducation à l’environnement critique/décoloniale qui prévaut ? C’est-à-dire une éducation qui permet aux personnes de prendre conscience de leur dimension de sujets historiquement construits, au point qu’ils se rendent compte de leur insertion territoriale, de leur construction subjective et prennent conscience de leur vulnérabilité territoriale.

  • 18 Celso Sanchez, Bruno Monteiro et Renata Monteiro, «Na Trilha das Pedras: Algumas considerações so (...)

20Décloisonner les constructions théoriques, d’un côté les études sur la décolonialité dans la perspective latino-américaine et de l’autre l’éducation à l’environnement critique et l’écologie politique, nous place devant un défi considérable : celui de réfléchir à la possibilité qu’une éducation à l’environnement critique/décoloniale émerge de groupes marginalisés. Organisés autour des luttes pour la défense de la vie et les modes de production de la vie et de l’existence, ils créeraient d’autres processus pédagogiques auxquels les groupes de recherche intéressés par l’éducation à l’environnement devraient prêter attention, selon le mode d’une écoute sensible18 que défend le GEASur. Cette approche théorique peut contribuer à la recherche en matière d’éducation à l’environnement, mais aussi à sa praxis. Cette approche revendique aussi l’importance de décoloniser la pensée environnementale, de manière à envisager le débat au-delà du projet institutionnel de Développement durable.

Haut de page

Bibliographie

Acselrad (Henry) (org.), Conflitos social e meio ambiente, Rio de Janeiro, Relume Dumará, FASE, 2004.

Bogado (Adriana), «A luta também te ensina: Processos de Ensino-aprendizagem no Marco de Movimentos Sociais Argentinos», Aurora, Ano V, n°8, agosto 2011, p. 103-116.

Fanon (Frantz), Os Condenados da Terra, Juiz de Fora, Ed. UFJF, 2005.

Freire (Paulo), Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987.

Loureiro (Carlos Frederico Bernardo), Trajetória e fundamentos da educação ambiental, São Paulo, Cortez, 2004.

Mignolo (Walter), Desobediência epistêmica: a opção descolonial e o significado de identidade em política, Cadernos de Letras da UFF, n° 34, 2008, p. 287-324.

Quijano (Anibal), «Colonialidade do Poder Classificação social»  in B. S. Santos, M. P. Menses (orgs), Epistemoslogias do Sul, São Paulo, Cortez, 2010.

Quijano (Anibal), «Bien Vivir: entre el ‘Desarrollo’ y la Des/Colonialidad del Poder», Viento Sur, nº122, noviembre de 2012, p. 46-56.

Rios (Natália Tavares), «Educação ambiental e direitos humanos: articulações teóricas a partir das categorias do movimento de Justiça Ambiental» in Celso Pereira Sánchez, Mauro Guimarães, Carlos Frederico Loureiro, VIII EPEA - Encontro Pesquisa em Educação Ambiental, 1-2 dez. 2015, Rio de Janeiro, UNIRIO, 2015, p. 111-123.

Sanchez (Celso), Monteiro (Bruno), Monteiro (Renata), «Na Trilha das Pedras: Algumas considerações sobre as metodologias de Educação Ambiental e o Processo de Escuta», Revista Eletrônica do Mestrado em Educação Ambiental, vol. 24, 2010, p. 46-58, https://periodicos.furg.br/remea/article/view/3876/2313.

Svampa (Maristella), «Consenso de los Commodities, Giro Ecoterritorial y Pensamiento crítico en América Latina», Revista del Observatorio Social de América Latina, año XIII, n° 32, novembro 2012, p. 15-38, http://biblioteca.clacso.edu.ar/clacso/osal/20120927103642/ OSAL32.pdf#page=16.

Stortti (Marcelo), Sanchez (Celso), «A geopolítica das lutas e conflitos socioambientais na América Latina: perspectivas para a educação ambiental contextualizada a justiça ambiental» in Cleonice Puggian, Roseantony Bouhid, Helena Amaral da Fontoura, V Seminário de Justiça Ambiental, Igualdade Racial e Educação, 1-2 dez. 2015, Duque de Caxias, Rio de Janeiro, Editora Unigranrio, 2016, p. 17-31, http://semijaire2015.blogspot.com/

Walsh (Catherine), «Interculturalidade Critica e Pedagogia Decolonial: In-surgir, Re-existir e Re-viver» in Vera Maria Candau (org.), Educação Intercultural na America Latina: entre Concepções, tensões e propostas, Rio de Janeiro, Editora 7 letras, 2009, p. 11-25.

Walsh (Catherine), Pedagogías decoloniales: prácticas insurgentes de resistir, (re)existir y (re)vivir, Quito, Ecuador, Ediciones Abya-Yala, 2013.

Uchôa (Rafaela), Castro (Leonardo), Sanchez (Celso), «Por uma educação ambiental contra-hegemônica: a construção do conceito de oprimido ambiental em Paulo Freire a partir da análise crítica da década da educação para o desenvolvimento sustentável (DEDS)» in Lucas Andre Texeira, III Fórum Crítico de Educação Ambiental, 1-2 dez. 2016, Bauru, São Paulo, UNESP, 2016, p. 17-31.

Haut de page

Annexe

Nossa proposta se foca sobre as pesquisas e a praxis da educação ambiental realizada no contexto do Grupo de Estudos de Educação Ambiental Desde El Sur (GEASur) da Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro (UNIRIO). Esse grupo de pesquisa busca produzir uma reflexão sobre a educação ambiental na perspectiva do Sul, isto é, no quadro de uma contextualização das complexas realidades dessa região do mundo. Para o GEASur, essa abordagem parte dos trabalhos de Paulo Freire e emerge dos estudos decoloniais críticos. A partir das lutas contra as companhias petroleiras da Argentina e do Brasil, a análise se volta para a utilização do referencial “teórico-metodológico” dos quadros da educação ambiental e das pedagogias de resistência de grupos em luta. Demonstrando que as educações ambientais e as práxis pedagógicas são constitutivas dos movimentos sociais, o grupo postula que, no Sul, a educação ambiental vai além dos processos de educação popular habitualmente observados. Reinventando-se e criando permanentemente novas estratégias, os movimentos em luta no Sul manifestam um potencial criativo, que colabora a refletir sobre a educação ambiental de maneira estruturante, em todos os seus espaços e formas.

Haut de page

Notes

1 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987, p. 68.

2 Il s’agit d’un courant qui, en Amérique latine, vise à réfléchir, de manière critique, sur les effets de la colonisation dans la pensée.

3 Walter Mignolo, « Desobediência epistêmica: a opção descolonial e o significado de identidade em política », Cadernos de Letras da UFF, N°34, 2008, p. 287-324.

4 Henry Acselrad (org.), Conflitos social e meio ambiente, Rio de Janeiro, Relume Dumará, FASE, 2004.

5 Anibal Quijano, «Colonialidade do Poder Classificação social» in B. S. Santos, M. P. Menses (orgs), Epistemoslogias do Sul, São Paulo, Cortez, 2010.

6 Carlos Frederico Bernardo Loureiro, Trajetória e fundamentos da educação ambiental, São Paulo, Cortez, 2004.

7 Paulo Freire, Pedagogia do Oprimido, op. cit., p. 23.

8 On peut aussi citer comme autres manifestations organisées par le GEASur : le Forum d’éducation à l’environnement critique, la Rencontre sur l’éducation à l’environnement dans les contextes scolaires, la Rencontre de recherches sur l’éducation à l’environnement (EPEA).

9 www.geasur.wordpress.com.

10 Henry Acselrad (org.), Conflitos social e meio ambiente, op. cit.

11 Natália Tavares Rios, «Educação ambiental e direitos humanos: articulações teóricas a partir das categorias do movimento de Justiça Ambiental», in Celso Pereira Sánchez, Mauro Guimarães, Carlos Frederico Loureiro, VIII EPEA - Encontro Pesquisa em Educação Ambiental, 1-2 dez. 2015, Rio de Janeiro, UNIRIO, 2015, p. 111-123.

12 Frantz Fanon, Os Condenados da Terra, Juiz de Fora, Ed. UFJF, 2005.

13 Rafaela Uchôa, Leonardo Castro, Celso Sanchez, «Por uma educação ambiental contra-hegemônica: a construção do conceito de oprimido ambiental em Paulo Freire a partir da análise crítica da década da educação para o desenvolvimento sustentável (DEDS)» in Lucas Andre Texeira, III Fórum Crítico de Educação Ambiental, 1-2 dez. 2016, Bauru, São Paulo, UNESP, 2016, p. 17-31.

14 Catherine Walsh, «Interculturalidade Critica e Pedagogia Decolonial: In-surgir, Re-existir e Re-viver» in Vera Maria Candau (org.), Educação Intercultural na America Latina: entre Concepções, tensões e propostas, Rio de Janeiro, Editora 7 letras, 2009, p. 11-25.

15 Adriana Bogado, «A luta também te ensina: Processos de Ensino-aprendizagem no Marco de Movimentos Sociais Argentinos», Aurora, Ano V, n°8, agosto 2011, p. 103-116.

16 Catherine Walsh, «Interculturalidade Critica e Pedagogia Decolonial: In-surgir, Re-existir e Re-viver», op. cit.; Pedagogías decoloniales: prácticas insurgentes de resistir, (re)existir y (re)vivir, Quito, Ecuador, Ediciones Abya-Yala, 2013.

17 Anibal Quijano,«Colonialidade do Poder Classificação social»  in B. S. Santos, M. P. Menses (orgs), Epistemoslogias do Sul, São Paulo, Cortez, 2010.

18 Celso Sanchez, Bruno Monteiro et Renata Monteiro, «Na Trilha das Pedras: Algumas considerações sobre as metodologias de Educação Ambiental e o Processo de Escuta», Rev. Eletrônica Mest. Educ. Ambient., v. 24, 2010. Disponible sur : https://www.seer.furg.br/remea/article/viewFile/3910/2336. Accès le 10/02/16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcelo Aranda Stortti et Celso Sanchez, « Éducation à l’environnement du Sud : Approches et perspectives critiques à partir du panorama latino-américain », Droit et cultures, 78 | 2019, 159-168.

Référence électronique

Marcelo Aranda Stortti et Celso Sanchez, « Éducation à l’environnement du Sud : Approches et perspectives critiques à partir du panorama latino-américain », Droit et cultures [En ligne], 78 | 2019/2, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5818

Haut de page

Auteurs

Marcelo Aranda Stortti

Marcelo Aranda Stortti est doctorant à l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO). Il est professeur à la faculté de philosophie, sciences et lettres de Duque de Caxias et directeur adjoint du groupe d’études sur l’éducation à l’environnementale depuis le Sud (Grupo de Estudos em Educação Ambiental desde el Sur), Geasur/UNIRIO. Marcelo Aranda Stortti, Leila Salles Costa. Gênero, «Violência e Indústria do Petróleo: um Panorama Do Impacto Da Refinaria De Duque De Caxias - REDUC Sobre A Vida Das Mulheres Da Baixada Fluminense», Revista Ambivalências, vol. 2, n°3, Jan-Jun/2014, p. 70-85 ; Juliana Malerba, Sebastião Raulino, Magno Neves, Marcelo Aranda, Fernando Ramos, «50 anos de REDUC: ganho, perdas e danos. desafios para o futuro» in Forum des personnes atteintes par les industries du Pétrole et pétrochmie des alentours de la Baie de Guanabara (O Fórum dos Atingidos pela Indústria do Petróleo e Petroquímica nas cercanias da Baia de Guanabara/ FAPP-BG), 50 anos de Refinaria Duque de Caxias e a expansão da industria petrolífera no Brasil: conflitos socioambientais no Rio de janeiro e desafios para o pais na era do pré-sal, FASE, Rio de Janeiro, 2013, p. 13-25.

Celso Sanchez

Celso Sanchez est professeur à l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO). Il coordonne le groupe d’études sur l’éducation à l’environnement depuis le Sud (Grupo de Estudos em Educação Ambiental desde el Sur), Geasur/UNIRIO. Anne Kassiadou, Celso Sanchez, Marcelo Aranda Stortti, [et al. (orgs), Educação Ambiental desde El Sur, 1 ed. Macaé: Editora NUPEM/UFRJ, 2018 ; Marcelo Aranda Stortti, Celso Sanchez, «A Pedagogia dos Afetados: a educação ambiental emergente dos movimentos socioambientais em luta contra os megaempreendimentos petroleiros» In Costa Cesar Augusto, Costa Jose Ricardo Caetano (orgs), Pensamento Latino-Americano e justiça social: perspectiva críticas, São Paulo, Paco Editorial, 2017, p. 119-139. Carlos Frederico Loureiro, Celso sanchez, Inny Accioly, Rafael Costa Nogueira, Pensamento Ambientalista numa sociedade em crise, 1 ed. Macaé: Editora NUPEM/ UFRJ, 2015 ; Nicolas Stahelin, Inny Accioly, Celso Sanchez, The promoisse and peril of the state in neoliberal times:implications for the critical environmental educations movement in Brasil, Environ Educ. Res, v. 28, p. 1-14, 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals