Navigation – Plan du site

Émancipation politique et justice environnementale. Perspective critique à partir de l’expérience sud-africaine de l’éducation à l’environnement

Political Emancipation and Environmental Justice: A Critical Perspective from the South African Environmental Education Experience
Emancipação Política e Justiça Ambiental: Uma Perspectiva Crítica da Experiência Sul-Africana de Educação Ambiental
Nadia Belaidi
p. 169-180

Résumés

La promotion des parcs nationaux en tant que projets communs aux populations sud-africaines anciennement en conflit, effectuée par les autorités de gestion des parcs, est abordée ici comme un révélateur des transformations du pays. Dans ce cadre, les programmes d’éducation à l’environnement, mis en place sur les parcs, proposent une relation à la nature qui prend part au processus de reconstruction nationale. La fonction citoyenne attribuée à ces programmes renseigne sur la logique de coexistence des « groupes de populations » entre eux et avec la nature recherchée par l’État. L’éducation à l’environnement critique offre une analyse des rapports sociaux de la dynamique de réconciliation sociale et politique de la société sud-africaine. Réciproquement, l’analyse des dynamiques sud-africaine confirme la dimension scientifique de l’approche d’éducation à l’environnement critique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment F.-X. Fauvelle-Aymar, Histoire de l’Afrique du Sud, Seuil, Paris, 2013.
  • 2 Selon F. C. Weffort, «New democracies are democracies […] in the making under political condition (...)
  • 3 Symbole du rassemblement en une seule nation de toutes les communautés et de toutes les couleurs (...)
  • 4 La discrimination raciale, déjà à l’œuvre lors de la colonisation (XVIIe siècle) puis légalisée à (...)
  • 5 Suite à une série d’affrontements relatifs à la revendication britannique de soumettre les deux R (...)
  • 6 D. A. McDonald (dir.), Environmental Justice in South Africa, Cape Town, UCT Press, 2002.

1En Afrique du Sud, il est bien connu que l’instrumentalisation politique de la nature est un des outils privilégiés de l’État depuis sa constitution1. Même dans le cadre du processus de démocratisation, où la perspective de réconciliation a supposé une reprise d’éléments du passé dans un ensemble idéologique, politique et institutionnel entièrement refondé2, les espaces naturels sont demeurés une assise au développement de la « Nation Arc-en-ciel »3. La modalité principale de l’instrumentalisation de la nature est d’en faire un outil de gestion sociale. La création des parcs naturels a, en son temps, permis d’expulser, d’exclure des Africains de leurs terres et de les séparer des populations blanches4. Ils ont aussi été utilisés comme des outils dans la construction symbolique de l’unité nationale après la guerre des Boers pour unir Anglais et Afrikaners5. L’État a agi sur les espaces naturels, et en particulier sur les parcs nationaux, pour en faire des symboles d’un projet national. Depuis l’avènement de la démocratie en 1994, l’ingénierie territoriale de la nature en Afrique du Sud est encore un moyen privilégié du projet politique et social de réconciliation entre Noirs et Blancs6.

  • 7 V. D. Everatt (dir.), «Non-racialism in South Africa», Politikon. South African Journal of Politi (...)

2L’éducation à l’environnement en est un exemple. Inscrite dans les parcs nationaux, c’est un outil du processus de déracialisation7 au profit de la logique de réconciliation. L’État, via la division «People and Conservation» duSouth African National Parks (SANParks) – l’autorité nationale de gestiondes parcs nationaux en Afrique du Sud, cherche à développer une éthique de la conservation qui réponde aux problèmes environnementaux tout en produisant des bénéfices pour les populations. Les espaces naturels sont, avec l’éducation à l’environnement, un lieu d’expérimentation de nouvelles formes politiques, participatives, que l’on souhaite efficaces pour développer un sentiment puis un comportement d’appartenance nationale. La patrimonialisation se veut, ici, un outil politique au service de la remise en cause de la distribution du pouvoir et des richesses.

  • 8 La réalité sociologique actuelle du pays contraint encore aujourd’hui à utiliser les termes de la (...)

3Dans la société sud-africaine, profondément divisée, la réconciliation sociale et politique est soutenue par la promotion de projets communs en vue de la reprise d’une logique de coexistence entre les populations anciennement en conflit. Au Cap, les parcs nationaux et les réserves naturelles s’inscrivent dans cette dynamique, que nous abordons comme un analyseur des transformations du pays. La relation à la nature, la manière dont on en parle et dont on la traite, nous permet de saisir les relations des hommes entre eux. Au-delà de l’exigence de rentabilité tant économique que sociale à laquelle les espaces de nature sont soumis, la fonction symbolique attribuée à ces espaces interroge la prise de conscience que tous les habitants du pays, Noirs, Blancs, Coloureds8, ainsi que les divers éléments formant les écosystèmes, doivent coexister dans un espace partagé. L’expérience sud-africaine nourrit alors l’approche critique de l’éducation à l’environnement.

Transition démocratique et construction du commun

  • 9 Selon T. Rosenberg, « Pour résumer, la justice transitionnelle est la manière d’aborder le passé (...)
  • 10 Née à l’initiative du Parlement sur le modèle de la Comision Nacional de Verdad y Reconciliacion (...)
  • 11 South Africa, Truth and Reconciliation Commission, Truth and Reconciliation Commission of South A (...)
  • 12 « La réparation est un terme général qui regroupe différentes formes de redressements (restitutio (...)

4La fin de l’apartheid a mis un terme à l’exclusion de la majorité de la nation sud-africaine. Depuis 1996, pour la première fois de leur histoire, les Sud-Africains se trouvent régis non plus selon des statuts différenciés déterminés par la couleur de la peau, mais par une commune appartenance à une identité nationale et par des institutions politiques imposant des règles identiques à l’ensemble des citoyens. Toutefois, pour que la réconciliation et la reconstruction morale se réalisent, la justice transitionnelle9 réclame que la souffrance de la victime soit reconnue. Des programmes sont conçus pour la cicatrisation individuelle et collective, entre autres, par la réadaptation, l’indemnisation et la restitution. La Truth and Reconciliation Commission (Commission « Vérité et réconciliation », TRC), en tant que telle, est un élément essentiel de la transformation de l’Afrique du Sud10. Si la réécriture d’une histoire partagée a été remarquablement accomplie, le rapport de la TRC affirme que « sans des mesures adéquates de réparation et de réadaptation, il ne peut y avoir de cicatrisation ni de réconciliation »11. Sur ce point, si la TRC a essayé, elle a échoué, notamment parce que la question des réparations12 a suscité beaucoup de controverses et de déceptions.

5Dans le contexte de l’Afrique du Sud, la réparation est un élément essentiel dans le processus de réconciliation et de transformation. Tout débat consacré aux moyens de surmonter les injustices du passé doit aborder la question des réparations, lesquelles, centrées sur la victime, se situent dans le processus de quête de justice, de promotion de la réconciliation ou d’aide à la « cicatrisation ». La véritable réconciliation n’est possible que par la restitution, c’est-à-dire au travers de changements importants et de transformations sociales qui réduisent les énormes disparités qui divisent les Sud-Africains.

  • 13 Alors que depuis 1955 et la Charte de la Liberté, la stratégie économique de l’ANC (African Natio (...)

6Aussi l’État se présente comme le moteur du développement économique en s’appuyant sur divers instruments tels que, entre autres, un programme de Grands Travaux Publics, la poursuite des améliorations en matière d’éducation et de formation/qualification, la démocratie participative. Il entend éradiquer la pauvreté, le sous-développement et créer des emplois afin de bâtir une société démocratique non-raciale tout en maintenant la confiance des investisseurs et la logique libérale13. Dans ce cadre, tous les niveaux d’action sont sollicités, en particulier les partenariats public-privé et les services des municipalités et des provinces – sous la direction de l’État, pour rendre les décisions cohérentes. L’institution de projets communs tend à jouer un rôle majeur et à aider plus efficacement à intégrer les populations anciennement en conflit au sein de la même entité politique.

  • 14 «A city that works for all», City of Cape Town, Commitment to Cape Town: Seven Strategies to Tran (...)
  • 15 «Cape Town, a dynamic, developing cosmopolitan city, reaches out all its people and works towards (...)

7En 1996, avec la première élection démocratique du gouvernement local, l’ANC (African National Congress) à la tête du pays est élu dans la Municipalité du Cap. Le parti développe une vision pour la ville : « une ville qui fonctionne pour tous »14. Pour cela, la nouvelle direction politique de la ville s’engage dans la mission de faire du Cap « une ville développée dynamique et cosmopolite, accessible à toute sa population, qui travaille à la création d’un environnement unifié et harmonieux, où tout le monde peut profiter de tous les avantages et les commodités d’une ville de classe mondiale sur un pied d’égalité, dans la sécurité et la liberté »15. Les documents locaux de politique urbaine de la ville du Cap, tels que le Integrated Development Plan de 1998 (Plan intégré de développement) ou le Municipal Spatial Development Framework de 1999 (Cadre municipal d’aménagement du territoire, SDF) formulent l’objectif de construire une société urbaine inclusive et démocratique en réduisant les divisions et en intégrant les populations défavorisées (tout comme les paysages fragmentés) dans une ville compacte et intégrée. Ces documents se concentrent principalement sur l’intégration socioéconomique, politique et spatiale du Cap en vue d’une réconciliation centrée sur une restitution et une redistribution pour permettre de réduire la pauvreté et de lisser les niveaux de vie à travers la ville.

  • 16 «primary meeting places of people in urban settlements» ; «urban living rooms» ; «seams of connec (...)
  • 17 Ibid., p. 35 et p. 51.
  • 18 Pour plus de détails, voir : A. Nahnsen, Emergency on Planet Cape Town? (Re-)Conciliation as a To (...)

8La (re)construction de l’espace public urbain au Cap est au centre de l’objectif du SDF. L’objectif est de remédier à la fragmentation de l’espace et de la société urbaine du Cap. Le document décrit le rôle des espaces comme des « lieux de rencontre principaux des habitants des agglomérations urbaines », agissant comme des « lieux de vie urbains » et comme des « liens de connectivité »16. Il contient des dispositions claires quant aux possibilités d’intervention dans l’espace public urbain. Si une amélioration générale de la qualité des espaces publics est recherchée, le réaménagement des espaces verts utilisés par le passé pour servir de barrières entre les communautés est spécialement visé. La création de parcs urbains multifonctionnels tend à encourager l’utilisation partagée de ces espaces par des communautés différentes et autrefois séparées17. Cet argument est appliqué au développement de nouveaux espaces, suggérant que les populations peuvent développer un sentiment de fierté et d’appartenance dans de nouveaux parcs publics urbains. L’espace est appréhendé comme un lieu d’expérience sociale et émotionnelle. Le Département de l’aménagement du territoire de la ville du Cap a soutenu explicitement le développement de nouveaux espaces pour les parcs urbains et la création de nouveaux lieux, déconnectés de l’histoire récente et non revendiqués par une culture particulière, afin de permettre à une nouvelle culture tolérante d’émerger18.

Le commun, support d’un processus de coexistence

  • 19 Sur le processus de création du parc, Voir : N. Belaidi, « Le Patrimoine mondial pour créer une i (...)
  • 20 Au sens de l’opération résultant d’une transformation de l’obligation juridique, et aboutissant à (...)

9La création de Table Mountain National Park au Cap date de 199819. S’il est bien un territoire sur lequel la conservation du milieu naturel présente un intérêt spécial, un parc national, il incarne aussi un instrument de la rencontre entre les besoins humains fondamentaux, l’amélioration de la qualité de la vie et les aspirations démocratiques. Cette novation20 implique que soient menées sur le plan local des politiques sociales redistributives et transparentes. Le Cap fait partie des quelques villes au monde abritant un parc national dans ses limites métropolitaines. Ici, le parc national, dans son expression urbaine, évolue vers une catégorie où ses caractéristiques ne sont plus seulement liées à la conservation de la nature, mais aussi, et surtout, à une fonction sociale.

  • 21 D. Daitz & B. Myrdal, «Table Mountain National Park» in H. Suich, B. Child et A. Spenceley (dir.) (...)

10La transformation des parcs nationaux apparait comme un microcosme du mouvement démocratique. Plusieurs des repères de la transition démocratique sud-africaine – négociation, apaisement, inclusion, réconciliation – se retrouvent dans le discours de SANParks. Selon SANParks, Table Mountain National Park doit être un «Park for all forever». Avec ce slogan, l’autorité nationale a élaboré sa « vision » du parc : un parc dont la biodiversité constitue un fort marqueur identitaire, qui doit être accessible à tous, quelle que soit sa condition sociale (et raciale)21. Ainsi, TMNP est vu comme le lieu où les habitants des townships et des banlieues pourront par le lien créer ou recréer avec la nature et ses implications culturelles se rencontrer et forger une identité locale commune. Là où aujourd’hui le vivre-ensemble est encore hésitant.

  • 22 P. De Greiff, « Le rôle des excuses dans la réconciliation nationale » in A. Martin (dir.), La mé (...)

11« Dans la mesure où les conditions de coexistence peuvent être satisfaites dans les situations où l’attitude prédominante est ‘l’hostilité latente’, on peut dire qu’expliquer la réconciliation en termes de coexistence sous-entend le choix de la transformation de comportements qui justifierait le nom de réconciliation »22. La coexistence est considérée comme le premier moment de la réconciliation. Elle n’est cependant que la condition sine qua non pour que les anciens ennemis puissent coopérer. Elle n’est pas une fin en soi. Elle est le premier pas vers un engagement au-delà de la survie minimale. Si la coexistence peut aider à la constitution de rapports non violents entre auteurs et victimes de crimes, elle est en deçà des relations qui doivent être nouées entre concitoyens. Ceux-ci doivent, au moins, s’entendre sur un certain nombre de principes indispensables à l’organisation de la vie en commun. À cet égard, Table Mountain National Park répond, notamment avec la politique d’éducation à l’environnement, à l’objectif d’« écologie de la réconciliation » (Reconciliation ecology) promue par SANParks.

  • 23 M. L. Rosenzweig, «Loss of speciation rate will impoverish future diversity», Proceedings of the (...)
  • 24 M. L. Rosenzweig, Win-win ecology: How Earth’s Species Can Survive in the Midst of Human Enterpri (...)
  • 25 A. Teyssèdre, D. Couvet, J. Weber, « Le pari de la réconciliation » in R. Barbault, B. Chevassus (...)
  • 26 L’initiative d'éducation à l’environnement développée sur TMNP est un projet pilote qui tend aujo (...)

12Selon le terme du professeur d’écologie (biologie de la conservation) Michael Rosenzweig (Université d’Arizona), il faut « réconcilier » les habitats anthropisés pour y faire prospérer tout à la fois les humains et la biodiversité23. Cette réconciliation associe la nature au développement social et économique des populations humaines. La conservation doit œuvrer au développement socioéconomique et écologique des régions. Il ne s’agit donc pas de demander aux humains de se sacrifier pour le bien-être d’autres espèces, mais d’associer la biodiversité au développement social et économique des populations humaines. L’écologie de la réconciliation se veut donc une stratégie gagnante pour les deux parties24. La clé est ici de définir et de valoriser au plan économique des « biens » et des « services » écologiques, pour œuvrer à leur conservation25. La nature est présentée comme un atout central pour le développement du pays. Elle doit générer les revenus nécessaires à la redistribution et donc avoir une rentabilité économique importante. Le tourisme international étant vu comme un moyen d’intégrer l’Afrique du Sud au reste du monde et de profiter de la mondialisation, l’intendance de la Nature par tous est un objectif commun. Dans une ville où les stigmates de l’apartheid sont encore fortement présents, cette théorie semble adaptée pour répondre au besoin de justice. Dans cette conception de la réconciliation, la nature est conçue à la fois comme un patrimoine à préserver, une ressource à exploiter et un objet de cohésion sociale. C’est dans cette perspective que SANparks a développé l’éducation à l’environnement sur Table Mountain National Park au Cap26 (Parc national de la montagne de la table, TMNP).

  • 27 Le Group Areas Act imposait une stricte ségrégation résidentielle, il a été aboli en 1990, 4 ans (...)
  • 28 N. Vergunst, Hoerikwaggo: images of Table Mountain, Cape Town, South African National Gallery, 20 (...)
  • 29 L. Green, «Changing nature: working lives on Table Mountain, 1980-2000» in S. Field, R. Meyer et (...)
  • 30 E. Noor, Noor’s story: My life in district six, Cape Town, District Six Museum, 1999.
  • 31 N. Mandela, Long walk to Freedom, London, Abacus, 1995 ; E. Daniels, There and back, Robben Islan (...)

13Les programmes développés donnent tous accès à Table Mountain National Park situé sur une zone classée blanche dès 195727. Il s’étend, tout le long de la péninsule, du cap de Bonne espérance à la Montagne de la Table dont la valeur iconique – chacun lui accordant une valeur, crée du commun. De tout temps, au Cap, la Montagne de la Table a été un point de repère central. Avant même que la ville n’ait existé, la montagne a exercé un pouvoir sur le paysage depuis les tout premiers occupants28 puis les pionniers et colons européens29 jusqu’aux déplacés de la période d’apartheid30 et les prisonniers politiques de Robben Island d’où la montagne est visible31.

  • 32 Les San ou Bushmen, chasseurs-cueilleurs nomades, occupaient avec les Khoi ou Hottentots, pasteur (...)
  • 33 L’apartheid politique et la classification raciale (1948 à 1961) prévoient l’enregistrement racia (...)
  • 34 V. notamment C. Odora-Hoppers, Indigenous knowledge and the integration of knowledge systems: Tow (...)
  • 35 M. Maila, C. Loubser, «Emancipatory Indigenous Knowledge Systems: implications for environmental (...)

14Ces programmes ont aussi tous pour objet de valoriser le caractère national du parc où la Nation renvoie à la population (capetownienne). La valorisation de la flore de la Péninsule est un des outils de la construction d’un sentiment d’appartenance à la société, tant elle constitue un fort marqueur identitaire. Le fynbos, rappelant l’origine « africaine » de la population du Cap, les programmes soulignent la relation étroite et la signification de cette végétation pour les populations précoloniales, notamment par une illustration au travers de l’utilisation de la nature par les San32, et la manière dont ces usages se sont ensuite répandus auprès des autres groupes de populations33. Ces systèmes de connaissance étant incorporés dans le tissu culturel et l’histoire des peuples34, ils sont à la base de l’identité (notamment) sociale des populations. Aussi SANParks fait le pari que leur diffusion, via l’éducation à l’environnement, serait un moyen de donner les bases d’une nation à la société capetownienne fragmentée35.

  • 36 Pour en savoir plus sur ce point, voir : N. Belaidi, K.-H. Gaudry, Frédéric Landy, «Categorizatio (...)

15Enfin, les programmes développés par SANParks informent et sensibilisent aux questions environnementales, à la conservation et aux questions qui lui sont liées afin que les apprenants participent à la conservation des aires protégées et relaient les questions liées à la conservation dans les townships. Table Mountain National Park est bordé de populations vivant dans des situations socioéconomiques diverses. Sur les flancs occidentaux et orientaux du parc résident des ménages riches (Bishops Court, Camps Bay, Sea Point, Constantia, Tokai, Newlands) tandis que plus à l’est du parc la pauvreté prévaut. Il est crucial, pour les gestionnaires des parcs, que ces populations perçoivent la connexion entre leur propre bien-être et celui de l’aire protégée afin qu’elles soient conscientes ou au moins sensibles aux valeurs liées à la conservation de ces zones et modifient leur comportement notamment face au braconnage ou à l’utilisation de la flore36. L’enjeu est d’amener les individus ou la communauté politique à penser qu’ils doivent agir d’une certaine manière pour parvenir à des résultats qui engendreront les meilleurs effets pour tous.

  • 37 http://www.sanparks.org/parks/table_mountain/people/default.php.
  • 38 N. Belaidi & R. Soares Gonçalves, «Environmental education in urban national parks: political too (...)
  • 39 N. Belaidi, « Écologie & Réconciliation. Étude à partir des initiatives d’éducation à l’environne (...)

16Avec pour but, à long terme, d’avoir un impact positif sur les attitudes pro-environnementales, de promouvoir la citoyenneté et d’encourager le comportement d’intendance de la nature non seulement in situ mais aussi dans la « communauté » d’origine37. L’éducation à l’environnement, en tant que relais du programme économique, est censée rétablir un certain ordre38. Elle doit assurer une reconstruction par un enseignement/un apprentissage par l’expérience dans le milieu naturel – un milieu qui symbolise une désagrégation de l’espace porteuse d’estime de soi via la prise de conscience de l’existence d’un patrimoine naturel national, commun à tous39.

Lecture critique de l’éducation à l’environnement sud-africaine

  • 40 J. Fien, J. Hillcoat, «The Critical Tradition in Research in Geographical and Environment Educati (...)

17L’éducation à l’environnement en Afrique du Sud semble se rattacher au courant critique dans la mesure où, dans cette perspective, les individus ou les groupes sociaux ne peuvent être appréhendés séparément de leur contexte social40. Toutefois, si l’approche critique vise la justice sociale, son intention se veut émancipatrice pour transformer le social dominant (voir l’introduction du dossier).

  • 41 On peut aussi ajouter une instrumentalisation politicienne, voir N. Belaidi, « Écologie & Réconci (...)

18Or comme le montre l’instrumentalisation sociale et économique41 de Table Mountain National Park, si les parcs nationaux semblent favoriser un nouvel équilibre entre conservation au sens strict et utilisation par les populations locales, la conservation continue à être associée à un fort interventionnisme humain et à un effort pour obtenir les gains commerciaux les plus importants possibles, que ce soit par le tourisme ou par la vente des ressources naturelles tirées de la faune et de la flore. Ces processus peuvent constituer des alibis pour le maintien du contrôle de la terre par une minorité, au nom du niveau d’investissement et de connaissance nécessaire à une bonne gestion de la nature, et conduire à de nouveaux phénomènes d’exclusion. La conservation reprendrait ici certaines attitudes conservatrices – rendues légitimes par le contexte international de défense de l’environnement.

  • 42 E. Koch, «Reality or Rhetoric? Ecotourism and Rural Reconstruction in South Africa», United Natio (...)
  • 43 V. N. Belaidi, « Le Patrimoine mondial pour créer une identité commune dans l’Afrique du Sud post (...)
  • 44 D. Daitz and B. Myrdal, «Table Mountain National Park», op. cit., p. 325-339.

19Parallèlement, l’héritage du passé entraîne une méfiance profonde à l’égard de la politique de conservation dans la population noire. Les phénomènes les plus négatifs – oppression, expropriation, expulsion, appauvrissement – sont liés historiquement à cette politique42. Une grande partie de la population noire continue de considérer que la conservation est, d’une part, un élément de la domination coloniale, d’autre part, une activité dont les bénéfices sont essentiellement distribués à d’autres. Dans ce cadre, l’ouverture des aires protégées à la demande de justice spatiale est légitime. Le parc a aussi démontré sa capacité à contribuer au grand projet de la ville de réduction de la pauvreté tout en améliorant l’infrastructure touristique nécessaire à la croissance économique urbaine43. La connexion opérée entre le tourisme, la protection de l’environnement et l’empowerment des populations illustre les bénéfices potentiels du tourisme de nature correctement planifié et géré44. Ici, son adaptation à la demande, en valorisant ses « ressources » touristiques (implantation de restaurants, aires de pique-nique, boutiques, activités de randonnées, de pistes de VTT, aires de camping, de baignade avec les manchots, etc. sur un site inscrit au patrimoine mondial), accrédite la dimension utilitariste/gestionnaire des relations homme-nature et potentiellement homme-homme.

  • 45 «Environment Conservation Act n° 73 of 1989», Government Gazette of the Republic of South Africa, (...)
  • 46 «“Ecological process” means the process relating to the interaction between plants, animals and h (...)
  • 47 «“Environment” means the aggregate of surrounding objects, conditions and influences that influen (...)
  • 48 J.-C. Fritz, « L’évolution des politiques de l’environnement en Afrique du Sud. Recomposition terri (...)
  • 49 «National Environmental Management Act (NEMA) Act n° 107 of 1998», Government Gazette of the Repu (...)
  • 50 «"Environment" means the surroundings within which humans exist. These are made up of - (i) the l (...)

20La transition démocratique laisse donc planer un doute sur une avancée réelle de l’attitude sud-africaine à l’égard de l’environnement et de l’autre, ce que laisse d’ailleurs présumer la loi sur la conservation de l’environnement de 198945. Si avec la loi apparaît la notion d’écosystème et l’idée d’interactions entre communautés qu’elle véhicule46, la notion d’environnement laisse sceptique quant aux relations envisagées. Défini comme « l’ensemble (aggregate) des objets, des conditions et des influences environnantes (surounding) qui influencent la vie et les habitudes de l’homme ou de tout autre organisme ou collection d’organismes »47, le choix du mot aggregate suggère l’idée d’une addition d’éléments séparés. En outre, l’accent mis sur l’autonomie des éléments plus que sur l’interaction à l’intérieur d’un ensemble manifesterait une résistance, consciente ou non, des conceptions antérieures48. Si la loi a connu une série d’amendements, aucun n’est revenu sur cette définition. Par la suite, la loi nationale sur la gestion de l’environnement de 199849 définit l’environnement à travers le cadre dans lequel les humains existent (surounding), mettant ainsi en avant une considération utilitariste de ces éléments50.

21Si ces textes s’inscrivent dans une compréhension classique de l’environnement dans le monde occidental, la théorie critique permet de remettre en question les lieux communs du discours. L’éducation à l’environnement est ici investie non plus seulement en tant que pratique à observer, mais aussi en tant que processus d’investigation critique des réalités environnementales, sociales et éducationnelles que le projet d’action discuté doit transformer. Elle devient un outil, une méthode pour identifier les inégalités et injustices sociales engendrées ou entretenues par les systèmes sociaux et/ou politiques (économiques). Ici, le processus de démocratisation, tel qu’il est pratiqué en Afrique du Sud, peut être interrogé, notamment dans sa dimension de slogan et même d’argument pour justifier le libéralisme.

  • 51 Voir le champ de l’anthropologie développé par A.-G. Haudricourt, par exemple : « Domestication d (...)
  • 52 Dans ce cadre, voir notamment nos travaux sur les perspectives de l’ordre public écologique.

22Ainsi, si le champ théorique et pratique de l’éducation à l’environnement critique apparaît en lui-même riche en tant qu’objet d’étude (comme le montrent les contributions de ce dossier), il ouvre d’autres perspectives de recherche lorsqu’il devient l’objet de l’analyse. Les propositions épistémologiques, éthiques et praxéologiques de l’éducation à l’environnement, abordées du point de vue de la critique sociale, présentent une source originale de renouvellement51 des réflexions sur les relations Homme-Nature en tant que révélateur des relations Homme-Homme. Cette approche participe d’une démarche où l’observation des dynamiques de protection de la nature tend à rendre compte de l’évolution des rapports sociaux au sein des sociétés52.

Haut de page

Annexe

A promoção, pelas autoridades de gestão de parques sul-africanos, de parques nacionais como projetos comuns às populações sul-africanas anteriormente em conflito é aqui abordada como um indicador das transformações desse país. Neste contexto, os programas de educação ambiental, criados nos parques nacionais, oferecem uma relação com a natureza, que integra o processo de reconstrução nacional. A função cívica atribuída a estes programas fornece informação sobre a lógica da coexistência de «grupos populacionais» entre si e com a natureza pretendida pelo Estado. A educação ambiental crítica fornece uma análise das relações sociais na dinâmica da reconciliação social e política da sociedade sul-africana contemporânea. A análise da dinâmica sul-africana, por sua vez, confirma a dimensão científica da abordagem de educação ambiental crítica.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment F.-X. Fauvelle-Aymar, Histoire de l’Afrique du Sud, Seuil, Paris, 2013.

2 Selon F. C. Weffort, «New democracies are democracies […] in the making under political conditions of a transition process that makes it inevitable for them to mix important legacies from their authoritarian past. They are in the making also in times of social and economic crises that accentuate situations of extreme and growing social inequality. As a result, they are taking on a peculiar institutional shape that puts more emphasis on delegation than on representation (or participation)», «New Democracies: Which Democracies?», Working Papers of the Latin American Program of the Woodrow Wilson International Center for Scholars, n° 198, 1992, https://www.wilsoncenter.org/sites/default/ files/wp198_new_ democracies_which_democracies.pdf. Voir aussi in H. Giliomee, L. Schlemmer et S. Hauptfleisch (eds), The Bold Experiment: South Africa's New Democracy, Cape Town, Southern Books, 1994, p. 27.

3 Symbole du rassemblement en une seule nation de toutes les communautés et de toutes les couleurs de peau du pays, l’expression, créée par l’archevêque Desmond Tutu, fonde une nouvelle alliance en Afrique du Sud : un nouveau pacte fondateur pour une nouvelle Afrique du Sud qui annonce la réconciliation, V. D. Darbon, « Le pays de l’arc-en-ciel », Hérodote, n° 82-83, juillet-aout-septembre 1996, p. 5-16 ; F.-X. Fauvelle-Aymar, Histoire de l’Afrique du Sud, op. cit., p. 460-464.

4 La discrimination raciale, déjà à l’œuvre lors de la colonisation (XVIIe siècle) puis légalisée à partir de 1910 et qui connaît son paroxysme avec la politique d’apartheid en 1948, est orchestrée par une organisation de l’espace en fonction des « races » à partir et avec le principe du zonage fonctionnel et la figure spatiale de la séparation appliqués aux parcs et réserves de faune et de flore apportés par le colonisateur britannique.

5 Suite à une série d’affrontements relatifs à la revendication britannique de soumettre les deux Républiques boers (le Transvaal ou République d’Afrique du Sud et la République de l’État Libre d’Orange) à l’Empire, P. Kruger adresse aux Britanniques un ultimatum concernant la reconnaissance de l’indépendance du Transvaal. Devant le silence de Londres, il déclenche la « guerre des Boers », le 11 octobre 1899, qui se soldera, en 1902, par la reddition des généraux boers.

6 D. A. McDonald (dir.), Environmental Justice in South Africa, Cape Town, UCT Press, 2002.

7 V. D. Everatt (dir.), «Non-racialism in South Africa», Politikon. South African Journal of Political Studies, Issue 1, Vol. 39, 2012, p. 5-28.

8 La réalité sociologique actuelle du pays contraint encore aujourd’hui à utiliser les termes de la classification raciale façonnés par l’apartheid politique (1948 à 1961 – Population Registration Act 1950) : Blancs (Whites), Métis (Coloureds), Indiens (Asians) et Noirs (Blacks).

9 Selon T. Rosenberg, « Pour résumer, la justice transitionnelle est la manière d’aborder le passé et de réparer une culture politique et sociale endommagée par l’utilisation de méthodes judiciaires et quasi judiciaires », «Afterword: Confronting the Painful Past» in M. Meredith & T. Rosenberg, Coming to Terms: South Africa’ s Search for Truth, New York, Public Affairs, 1999, cité par W. Buford et H. van der Merwe, « Les réparations en Afrique australe »,
Cahiers d'études africaines, 2004/1 n° 173-174, p. 263.

10 Née à l’initiative du Parlement sur le modèle de la Comision Nacional de Verdad y Reconciliacion mise en place au Chili en 1990, la TRC est créée par la Promotion of National Unity and Reconciliation Act (Loi relative à la Promotion de l’Unité nationale et de la Réconciliation) de juillet 1995. Voir D. Tutu (dir.), Amnistier l’apartheid. Travaux de la Commission Vérité et Réconciliation, Seuil, Paris, 2004.

11 South Africa, Truth and Reconciliation Commission, Truth and Reconciliation Commission of South Africa, Le Cap, 1998-2003, Report vol. 5, chap. 5, § 2.

12 « La réparation est un terme général qui regroupe différentes formes de redressements (restitution, indemnisation, réadaptation, satisfaction et garanties de non-répétition). La restitution vise à rétablir autant que possible la situation qui existait avant que les violations n’aient eu lieu ; l’indemnisation fait référence à toute évaluation économique de dommages résultant des violations ; la réadaptation comprend tous les services d’ordre juridique, médical, psychologique ou autres ; la satisfaction et les garanties de non-répétition concernent les mesures visant à reconnaître les violations et empêcher qu’elles ne se reproduisent à l’avenir », P.
Hayner, «Reparations for State Crimes» in P.
Hayner, Unspeakable Truths: Facing the Challenge of truth Commissions, New York, Routledge, 2001, p. 171, cité par W. Buford et H. van der Merwe, « Les réparations en Afrique australe »,
op. cit.

13 Alors que depuis 1955 et la Charte de la Liberté, la stratégie économique de l’ANC (African National Congress) repose sur la nationalisation des secteurs-clés et sur le rôle de l’État dans l’économie, le plan économique entériné en 1997 entend augmenter la croissance par l’exportation, privatiser les services publics, assurer la flexibilité du marché du travail et attirer les investissements étrangers. V. par exemple, J. Comaroff et J. Comaroff, Zombies et frontières à l’ère néolibérale. Le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid, Les prairies ordinaires, Paris, 2010 ; H. Marais, South Africa Limits to Change. The political economy of transition, UCT Press, Zed Books, Cape Town, London, New York, 2009. Les politiques adoptées par l’ANC lors du processus de transition – sous l’influence, de l’administration blanche en place, du FMI et de la Banque mondiale, ont creusé les inégalités et aggravé le problème de la criminalité à un point tel que les difficultés auxquelles les populations anciennement marginalisées restent confrontées aujourd’hui font dire qu’à l’apartheid racial s’est substitué un « apartheid économique et social », R. Porteilla, L’Afrique du Sud. Le long chemin vers la démocratie, Gollion, Infolio éditions, coll. « Illico », 2010, p. 114.

14 «A city that works for all», City of Cape Town, Commitment to Cape Town: Seven Strategies to Transfrom our City, 1998, p. 5 cité par A. Nahnsen, «Discourses and procedures of desire and fear in the re-making of Cape Town’s central city: The need for a spatial politics of reconciliation» in C. Haferburg, J. Obenbrügge (eds), Ambiguous Restructurings of Post-Apartheid Cape Town. The Spatial Form of Socio-Political Change, Munster, Hamburg, London, Lit Verlag, 2003, p. 137.

15 «Cape Town, a dynamic, developing cosmopolitan city, reaches out all its people and works towards creating a unified and harmonious environment, in which everyone can enjoy all the benefits and amenities of a world-class city on an equal basis, in safety and freedom», ibid.

16 «primary meeting places of people in urban settlements» ; «urban living rooms» ; «seams of connectivity», City of Cape Town, Municipal Spatial Development Framework, Cape Town, Planning and Development Directorate, Planning and Economic Development Cluster, 1999, p. 51.

17 Ibid., p. 35 et p. 51.

18 Pour plus de détails, voir : A. Nahnsen, Emergency on Planet Cape Town? (Re-)Conciliation as a Tool for Urban Planning in a Post-Apartheid City, Oldenburg, BIS-Verlag, 2006.

19 Sur le processus de création du parc, Voir : N. Belaidi, « Le Patrimoine mondial pour créer une identité commune dans l’Afrique du Sud post-apartheid ? Exemple de la ville du Cap » in L. Bourdeau, M. Garavari-Barbas, M. Robinson (dir.), Tourisme et patrimoine mondial, Presses de l’Université Laval, coll. « Patrimoine en mouvement », 2012, spec. p. 271-275.

20 Au sens de l’opération résultant d’une transformation de l’obligation juridique, et aboutissant à la création d’une obligation juridique nouvelle. Nous utilisons ici les propriétés heuristiques de l’article 1329 du Code civil. Pour un autre exemple de construction théorique à partir des capacités heuristiques du droit, voir Nadia Belaidi, « Théorie du droit et front écologique : apport à la (re)définition de la justice environnementale », Développement durable et territoires, Dossier « Droit(s) & Géographie(s) », coordonné par Nadia Belaidi et Geneviève Koubi, vol. 6, n°1, mars 2015, https://journals.openedition. org/developpementdurable/10806.

21 D. Daitz & B. Myrdal, «Table Mountain National Park» in H. Suich, B. Child et A. Spenceley (dir.), Evolution and innovation in wildlife conservation. Parks and game ranchs to transfrontier conservation areas, London, IUCN-Earthscan, 2009, p. 332.

22 P. De Greiff, « Le rôle des excuses dans la réconciliation nationale » in A. Martin (dir.), La mémoire et le pardon, p. 209-228 cité par F. Cheikh, Justice réparatrice et théorie de la responsabilité : problématique de la réconciliation dans un contexte de transition. Les cas du Chili, de l’Argentine et de l’Afrique du Sud, Mémoire de maitrise de Philosophie, Faculté des Arts et des Sciences, Université de Montréal, 2011, p. 33.

23 M. L. Rosenzweig, «Loss of speciation rate will impoverish future diversity», Proceedings of the National Academy of Sciences (USA), n° 98, 2001, p. 5409.

24 M. L. Rosenzweig, Win-win ecology: How Earth’s Species Can Survive in the Midst of Human Enterprise, Oxford, University Press Oxford, 2003.

25 A. Teyssèdre, D. Couvet, J. Weber, « Le pari de la réconciliation » in R. Barbault, B. Chevassus (dir.) et A. Teyssèdre (coord.), Biodiversité et changements globaux : Enjeux de société et défis pour la recherche, ADPF, 2004 (chapitre 7), p. 180-187 ; D. Couvet et F. Ducarme, «Reconciliation ecology, from biological to social challenges», Revue d’ethnoécologie, n°6, 2014, http://ethnoecologie.revues.org/1979.

26 L’initiative d'éducation à l’environnement développée sur TMNP est un projet pilote qui tend aujourd’hui à être généralisé aux autres parcs nationaux gérés par SANParks. Il s’inscrit dans l’objectif d’écologie sociale poursuivi par SANParks depuis le milieu des années 1990, lorsqu4avec l’abolition de l’apartheid, il s’est vu conférer pour mission de promouvoir une nouvelle idée de la conservation dans les parcs nationaux d’Afrique du Sud. Le processus a été analysé dans le cadre de trois programmes, dont sont issues les données utilisées pour développer le propos de cet article : Front écologique et périurbanisation dans l’aire métropolitaine du Cap (Ecofront-CT), Axes « villes d’Afrique australe » et « transformations juridiques », Institut français en Afrique du Sud 2009, coord. N. Belaidi (2009) ; Dynamiques territoriales à la périphérie des métropoles des Suds (PERISUD), ANR Les Suds 2007, coord. Jean-Louis Chaléard (2008-2011) ; Les parcs nationaux dans les mégapoles des pays émergents (UNPEC), ANR Blanc 2011, coord. F. Landy (2012-2016).

27 Le Group Areas Act imposait une stricte ségrégation résidentielle, il a été aboli en 1990, 4 ans avant les premières élections démocratiques.

28 N. Vergunst, Hoerikwaggo: images of Table Mountain, Cape Town, South African National Gallery, 2000.

29 L. Green, «Changing nature: working lives on Table Mountain, 1980-2000» in S. Field, R. Meyer et F. Swanson (dir.), Imaging the city: memories and cultures in Cape Town, Cape Town, HSRC Press, 2007, p. 173-190 ; L. Van Sittert, «Making the Cape Floral Kingdom: the discovery and defence of indigenous ora at the Cape ca. 1890-1939», Landscape Research, vol. 28, n°1, 2003, p. 113-129 ; L. Van Sittert, «The bourgeois eye aloft: Table Mountain in the Anglo urban middle class imagination c1891-1952», Kronos, n°29, 2003, p. 161 à 190.

30 E. Noor, Noor’s story: My life in district six, Cape Town, District Six Museum, 1999.

31 N. Mandela, Long walk to Freedom, London, Abacus, 1995 ; E. Daniels, There and back, Robben Island 1964-1979, CTP Books Printers, 3e éd., 2002.

32 Les San ou Bushmen, chasseurs-cueilleurs nomades, occupaient avec les Khoi ou Hottentots, pasteurs semi-nomades, la zone avant l’arrivée des Européens en 1652, pour plus de détails voir F.-X. Fauvelle-Aymar, Histoire de l’Afrique du Sud, op. cit., p. 113 et s.

33 L’apartheid politique et la classification raciale (1948 à 1961) prévoient l’enregistrement racial de la population (Population Registration Act 1950) selon les catégories raciales d’appartenance. Les Blancs (Whites), les Métis (Coloureds), les Indiens (Asians) et les Noirs (Blacks). La réalité sociologique actuelle du pays contraint encore aujourd’hui à utiliser les termes raciaux façonnés par l’histoire lorsque l’on écrit sur l’Afrique du Sud.

34 V. notamment C. Odora-Hoppers, Indigenous knowledge and the integration of knowledge systems: Towards a conceptual and methodological framework, Pretoria, HSRC, 2001.

35 M. Maila, C. Loubser, «Emancipatory Indigenous Knowledge Systems: implications for environmental education in South Africa», South African Journal of Education, Vol.23, n°4, 2003, p. 276-280.

36 Pour en savoir plus sur ce point, voir : N. Belaidi, K.-H. Gaudry, Frédéric Landy, «Categorization of Peoples and Places, Indigenous Peoples and Urban National Parks: Between Eviction, Instrumentalization and Empowerment» in F. Landy (dir.), From Urban National Parks to Natured Cities in the Global South. The Quest for Naturbanity, Singapore, Springer Nature, 2018, p. 109-128 ; F. Landy, N. Belaidi, K.-H. Gaudry, « Les espaces protégés urbains, vecteurs de justice ou d’injustice pour les populations autochtones ? Les cas de Xochimilco et des parcs nationaux de Mumbai et du Cap » / «Urban Protected Areas: Forces of justice or injustice for Indigenous populations? The cases of Xochimilco and the national parks of Mumbai and Cape Town», translation S. Moren, justice spatiale/spatial justice, n° 11 mars 2017/march 2017.

37 http://www.sanparks.org/parks/table_mountain/people/default.php.

38 N. Belaidi & R. Soares Gonçalves, «Environmental education in urban national parks: political tool of democratization process. Experiences from Cape Town and Rio» in F. Landy (dir.), From Urban National Parks to Natured Cities in the Global South. The Quest for Naturbanity, op. cit., p. 265-283.

39 N. Belaidi, « Écologie & Réconciliation. Étude à partir des initiatives d’éducation à l’environnement sur Table Mountain National Park, Cape Town » in Raphaël Porteilla, Afrique du Sud : 20 ans de démocratie contrastée ?, L’Harmattan, Paris, 2016, p. 305-328.

40 J. Fien, J. Hillcoat, «The Critical Tradition in Research in Geographical and Environment Education Research» in M. Williams (ed.), Understanding Geographical and Environment Education, London, Cassell, 1996.

41 On peut aussi ajouter une instrumentalisation politicienne, voir N. Belaidi, « Écologie & Réconciliation. Étude à partir des initiatives d'éducation à l’environnement sur Table Mountain National Park, Cape Town », op. cit., p. 325-328.

42 E. Koch, «Reality or Rhetoric? Ecotourism and Rural Reconstruction in South Africa», United Nations Research Institute for Social Development, D.P. 54, Genève, United Nations, août 1994.

43 V. N. Belaidi, « Le Patrimoine mondial pour créer une identité commune dans l’Afrique du Sud post-apartheid ? Exemple de la ville du Cap », op. cit.

44 D. Daitz and B. Myrdal, «Table Mountain National Park», op. cit., p. 325-339.

45 «Environment Conservation Act n° 73 of 1989», Government Gazette of the Republic of South Africa, vol. 288, n° 11927, 9 june 1989.

46 «“Ecological process” means the process relating to the interaction between plants, animals and humans and the elements in their environment», ibid., Definitions 1(viii) (processus relatif à l’interaction entre les plantes, les animaux et les humains et les éléments de leur environnement).«“Ecosystem” means any self-sustaining and self-regulating community of organisms and the interaction between such organisms with one another and with their environment», ibid., Definitions 1(ix) (communauté d’organismes autosuffisants et autorégulateurs et l’interaction entre ces organismes et avec leur environnement)».

47 «“Environment” means the aggregate of surrounding objects, conditions and influences that influence the life and habits of man or any other organism or collection of organisms», ibid., Definitions 1(x).

48 J.-C. Fritz, « L’évolution des politiques de l’environnement en Afrique du Sud. Recomposition territoriale et protection de la nature », Hérodote, op. cit., p. 219.

49 «National Environmental Management Act (NEMA) Act n° 107 of 1998», Government Gazette of the Republic of South Africa, vol. 401, n° 19519, 27 November 1998.

50 «"Environment" means the surroundings within which humans exist. These are made up of - (i) the land, the water and the atmosphere of the earth; (ii) micro-organisms, plant and animal life ; (iii) any part or combination of the first two items on this list, and the interrelationships among and between them; and (iv) the physical, chemical, aesthetic and cultural properties and conditions of the foregoing that influence human health and well-being, ibid., Definitions 1.(1)(xi) (« environnement » signifie le cadre dans lequel les humains existent. Celui-ci est constitué de : (i) la terre, l’eau et l’atmosphère de la terre ; (ii) les micro-organismes, la vie végétale et animale ; (iii) toute partie ou combinaison des deux premiers éléments de cette liste et les interrelations entre eux ; et (iv) les propriétés et les conditions physiques, chimiques, esthétiques et culturelles de ce qui précède qui influent sur la santé et le bien-être de l’homme)».

51 Voir le champ de l’anthropologie développé par A.-G. Haudricourt, par exemple : « Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui », L’Homme, tome II, n°1, 1962, p. 40-50. 

52 Dans ce cadre, voir notamment nos travaux sur les perspectives de l’ordre public écologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Belaidi, « Émancipation politique et justice environnementale. Perspective critique à partir de l’expérience sud-africaine de l’éducation à l’environnement », Droit et cultures, 78 | 2019, 169-180.

Référence électronique

Nadia Belaidi, « Émancipation politique et justice environnementale. Perspective critique à partir de l’expérience sud-africaine de l’éducation à l’environnement », Droit et cultures [En ligne], 78 | 2019/2, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5858

Haut de page

Auteur

Nadia Belaidi

Nadia Belaidi est chargée de recherches au CNRS à l’UMR 7206 Eco-anthropologie (Muséum national d’histoire naturelle, CNRS, Université Paris Diderot). Elle travaille sur l’ordre public écologique (La lutte contre les atteintes globales à l’environnement : vers un ordre public écologique ?, Bruylant, Bruxelles, 2008, 498 p.) et, dans ce cadre, aborde le lien Nature/Société comme un cadre d’analyse des rapports sociaux. Ses travaux tendent à démontrer que la mobilisation et les confrontations du droit, dans son pluralisme, et des droits, dans leur pluriversalité, autour de problématiques environnementales, créent du sens politique et génèrent de nouvelles structures sociales qui participent à une refondation du droit de l’environnement. L’analyse s’effectue, plus spécifiquement, à partir des initiatives d’éducation à l’environnement (Nadia Belaidi, Rafael Soares Gonçalves, Glaucio Glei Maciel, « Aires protégées et processus de démocratisation. Une expérience de l’éducation à l’environnement au Cap (Afrique du sud) et à Rio (Brésil) », Education relative à l’environnement (ERE) : Regards-Recherches- Réflexion, vol 15-1, 2019, à paraitre, 15 p.), de la démarche des Peace parks d’Afrique Australe (« La coviabilité socio-écologique confrontée au système néolibéral, les parcs de la paix (Afrique australe) » in O. Barrière et al., Coviabilité des systèmes sociaux et écologiques : reconnecter l’homme à la biosphère dans une ère de changement global. Volume 1 : Les fondations d’un nouveau paradigme, éd. Matériologiques-IRD, Paris, à paraître, 15 p.), de la catégorisation des populations traditionnelles et locales (Nadia Belaidi, Karl-Heinz Gaudry, Frédéric Landy, «Categorization of peoples and places, indigenous peoples and urban national parks: between eviction, instrumentalization and empowerment» in F. Landy (dir.), From Urban National Parks to Natured Cities in the Global South – The Quest for Naturbanity, Springer Nature, coll. «Environmental sociology», Singapore, 2018, p. 109-128).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals