Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Dossier: Réparer les corps et les...Mutilations ou perfectionnements ...

Dossier: Réparer les corps et les sexes

Mutilations ou perfectionnements ? Processus de naturalisation des modifications corporelles : un regard anthropologique

Mutilations or Improvements? Naturalizing Bodily Modifications: an Anthropological Perspective
Lidia Calderoli
p. 15-28

Résumés

L’approche anthropologique permet de rendre compte de la variabilité de la valeur symbolique des pratiques de modifications corporelles existant dans de très nombreuses sociétés. Le développement d’une réflexion critique sur les notions employées pour interpréter les marquages corporels est ici essentiel. Il s’agit en effet d’arriver à porter un regard « décentré » et comparatif sur les opérations, en mesure de voir où une « naturalisation » est à l’œuvre. Les opérations sur le corps possèdent toujours une double valence, constructive et mutilante. Il semble donc opportun d’apprendre à percevoir, au-delà de la « naturalisation » de nos interventions sur le corps, leur double valeur. La frontière qui établit où doit se situer une pratique, parmi les « mutilations » ou parmi les « perfectionnements », semble être mobile par définition, à partir du moment où elle change selon les points de vue, internes ou externes à la société ou au groupe. Il est donc important de rappeler qu’elle varie également en fonction des situations de pouvoir ou d’hégémonie culturelle ou religieuse contingentes.

Haut de page

Texte intégral

1Les pratiques de modification permanente du corps existent dans de très nombreuses sociétés. La plupart de ces sociétés considèrent les modifications pratiquées par les autres peuples comme des « mutilations », tandis que celles qu’elles pratiquent elles-mêmes seront vues comme des « perfectionnements », occultant de la sorte le caractère culturel des pratiques étrangères dans le premier cas, et l’aspect cruel de leurs propres pratiques dans le second. Cette étude se focalisera plus particulièrement sur la possibilité de porter un regard anthropologique comparatif sur des pratiques éloignées, aussi bien à cause de leurs contextes géographique, social et culturel, qu’à cause des parties du corps touchées.

  • 1 Pour une perspective anthropologique critique de la notion de « mutilations sexuelles féminines » (...)

2Aujourd’hui, dans un contexte globalisé, la dénomination de « mutilations sexuelles féminines » (MGF), officialisée par l’OMS1 et désormais partie intégrante du langage courant au niveau international, montre bien la place que notre société assigne à certaines des pratiques en usage dans une minorité de la population mondiale. Ces dernières sont considérées comme des pratiques « barbares » et « violentes » qui blessent et offensent la dignité et le corps de la femme. Le débat actuel sur le sujet semble orienté vers une signification globalisée et uniforme de ces pratiques : elles deviennent les signifiants non équivoques de la soumission féminine. Dans ce procédé d’attribution des significations, on néglige le fait qu’auprès des populations dans lesquelles ces pratiques sont (ou étaient) en usage, elles revêtent (où revêtaient) un sens variable, pas forcément reconductible à cette interprétation unique répandue aujourd’hui dans le sens commun.

  • 2 Voir par exemple, Michela Fusaschi, I segni sul corpo. Per un’antropologia delle modificazioni ge (...)
  • 3 Sur l’application de la loi italienne (loi n° 7, du 9 janvier 2006) et sur l’imputation de dol, v (...)

3L’exploration de la valeur symbolique variable des pratiques, par l’usage des témoignages ethnographiques actuels et passés, représente une première contribution de l’anthropologie à l’étude de ce sujet2. Cela n’implique pas que l’anthropologue ne peut pas prendre position ou se mobiliser pour combattre ces pratiques. Comprendre ne signifie pas justifier et, pour combattre les pratiques nuisibles, il est avant tout nécessaire de les comprendre. Une connaissance d’autant plus utile si l’on considère que plusieurs pays, y compris les pays européens, ont promulgué des lois spécifiques visant à combattre les MGF. Du moment que des lois attribuent aux opérations des finalités ne correspondant guère à celles des acteurs sociaux (je me réfère notamment au dol, c’est-à-dire l’intention de nuire), elles risquent fort d’être non seulement ethnocentriques, mais aussi parfaitement inefficaces par rapport aux buts recherchés3.

4Ensuite, l’anthropologie peut apporter au sujet une seconde contribution. Il s’agit de développer une réflexion critique sur les notions employées pour interpréter les marquages corporels. Et ce, en arrivant à porter un regard « décentré » et comparatif sur les opérations, capable de voir où une « naturalisation » est à l’œuvre, que ce soit dans le sens commun comme dans les savoirs sectoriels d’une société. Par « naturalisation », j’entends l’acquisition d’un fait culturel qui en efface la dimension historique et sociale et qui en fait un usage, un fait « normal ». De cette manière, la matrice socialement et idéologiquement construite du fait lui-même résulte cachée.

  • 4 L’infibulation est « la création d’une obstruction vulvaire permanente laissant subsister un peti (...)
  • 5 La subincision est une « opération rituelle sur un initié mâle qui consiste dans l’incision ou da (...)
  • 6 Par exemple, les émissions télévisées italiennes Bisturi, nessuno è perfetto, sur la chaîne Itali (...)

5Parmi les opérations perçues comme particulièrement sanglantes dans les pays occidentaux, outre l’infibulation4, des interventions sur d’autres parties du corps (par exemple les pieds bandés des femmes chinoises dans le passé) ou sur le sexe masculin (subincision australienne5) sont à citer. Néanmoins, et cela est pour nous plus difficile à percevoir – la chirurgie esthétique opère elle aussi de manière sanglante, notamment sur les femmes. Même si on assiste de nos jours à la mise en spectacle de l’opération dans des émissions télévisées qui proposent les images de l’« avant » et de l’« après », il s’agit là d’une image synthétique et dédramatisée de l’intervention chirurgicale, présentée comme une sorte de tour de prestidigitation6.

Le corps et ses limites

  • 7 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1967, p. 369.
  • 8 Ted Polhemus, Social Aspect of the Human Body, New York, Penguins books, 1978, p. 21.

6Le corps est, comme l’a indiqué Marcel Mauss, un objet d’étude qui requiert une triple approche : physiologique, psychologique et sociologique7. C’est justement parce que le corps met en relation de façon unique le physique, le social et l’individuel qu’il peut être le terrain d’une superposition d’expériences sociales et individuelles8.

7La distinction entre un corps « biologique » et un corps socialisé par le biais de modifications et de parties ajoutées s’avère en effet problématique à partir du moment où chaque société élabore un savoir spécifique concernant par exemple les modalités de reproduction et l’origine du corps lui-même. Toute société élabore un savoir sur le corps et celui-ci ne peut être étudié en faisant abstraction d’une construction sociale de la réalité. L’anthropologie médicale a clairement mis en évidence comment le corps est une construction culturelle.

8Si l’on considère tout cela, la difficulté à définir le corps, ses parties et ses limites de façon univoque devient évidente, et ce fait a différentes répercussions sur la notion de mutilation elle-même. Notre société a appelé « mutilations » des opérations effectuées dans d’autres sociétés dans lesquelles elles sont au contraire pensées comme des « perfectionnements », obtenus par ablation des parties considérées comme anormales et étrangères à un corps « idéal ». Des parties du corps comme l’appendice, les amygdales, la luette, les adénoïdes et le prépuce masculin ont été considérées par les différentes sociétés dont la nôtre comme des parties « inutiles », « accessoires » sinon « nuisibles », et cela selon la période historique, ce fait suscitant en revanche par la suite des « batailles » pour leur préservation. Le statut liminal de certains éléments du corps est présent dans différentes cultures et investit des parties variables.

  • 9 Par exemple, plusieurs tatoueurs européens, pour des raisons qu’ils considèrent de déontologie pr (...)

9Les différentes parties du corps sont interprétées sur des bases fonctionnelles, esthétiques, biomédicales ou autre, et leur interprétation vient se réinscrire dans le corps, parfois sous forme de marquage, d’amputation, de déformation, parfois au contraire en rendant une partie « sacrée » et inviolable9. C’est ainsi que celle que l’on considèrerait comme une différence « naturelle » des sexes nécessite, dans beaucoup de sociétés, une réinscription, une réinterprétation qui s’opère sur le corps physique lui-même, sur les organes sexuels ou sur d’autres parties du corps.

  • 10 Christine Bellas Cabane, La coupure. Problématique actuelle de l’excision au Mali : du rite initi (...)

10Cette réinscription – opération artificielle, qu’elle soit exhibée ou cachée – est pour ainsi dire « naturalisée », puisqu’elle est perçue comme partie intégrante de la personne, et sa réalisation est vue comme une pratique évidente et naturelle. Et c’est précisément cette naturalisation qui rend difficile un discours très élaboré, au sein des populations, sur leurs pratiques, et une prise de distance critique de ces dernières. C’est probablement de cette naturalisation et incorporation que découlent leur ténacité, leur force symbolique, le fait qu’elles soient vécues comme absolument « nécessaires ». Christine Bellas Cabane, pédiatre française qui a mené des recherches anthropologiques au Mali écrit : « L’excision était une évidence dans la vie des femmes comme se marier et accoucher. L’excision ‘est’, c’est tout. [...] Pour la population, exciser était aussi naturel que couper le cordon ombilical »10.

  • 11 Lidia Calderoli, op. cit., 2007, p. 52.

11La perception elle-même des organes modifiés est intériorisée comme quelque chose de « normal ». Ainsi une gynécologue italienne interviewée11, qui a travaillé quelques années dans un pays d’Afrique de l’Est où l’on pratique l’infibulation, rapporte avoir été appelée pour visiter une femme dont les organes sexuels présentaient des anomalies. Il s’agissait en réalité d’une femme non infibulée ; un fait tellement insolite pour le personnel sanitaire local qu’on l’interprétait comme une pathologie.

  • 12 Alexander Edmonds, «Can Medecine Be Aestetic?», Medical Anthropology Quarterly, n°27(2), 2013, p. (...)

12Les techniques médicales véhiculent également une interprétation du corps. Et les opérations chirurgicales « fonctionnelles », c’est-à-dire ayant une nécessité thérapeutique, ont toujours des conséquences esthétiques. Elles impliquent en effet des choix esthétiques ou même ouvrent la voie à des opérations de chirurgie esthétique ayant pour but de réparer. Il suffit de penser à l’emploi de la césarienne au Brésil, pays qui présente un des taux les plus élevés au niveau mondial, répandue aussi pour des raisons esthétiques et culturelles. Dans ce pays en effet, la demande semblerait motivée par le désir de préserver vagin et périnée de l’« outrage » esthétique et physique qu’un accouchement vaginal pourrait provoquer12. Les événements biologiques de la vie, d’ailleurs, sont interprétés non seulement par le rite, mais aussi par le savoir médical et, dans ce domaine également, on peut assister à des procès de « naturalisation » des opérations.

  • 13 Ted Polhemus, op. cit., 1978, p. 29.
  • 14 Monique David-Ménard, « Corps », Encyclopaedia Universalis, V, Paris, Encyclopaedia universalis, (...)

13Dans les différentes sociétés, l’on conçoit donc de façon différente les limites du corps, et le corps semble « résister » à toute définition interculturelle précise13. Cependant, on retrouve partout de manière constante une « pensée de la conformité corporelle »14, c’est-à-dire la nécessité de se conformer à un modèle idéal.

Les modifications permanentes du corps et l’efficacité symbolique

14Chaque société pense le corps à sa manière et s’attache à le rendre conforme à l’idée qui domine. Tout se passe comme si le corps, depuis sa naissance, n’avait jamais été considéré comme parfait, et donc comme si l’intervention humaine s’avérait toujours nécessaire, afin de le rendre « conforme », de le « perfectionner ».

  • 15 Marcel Mauss, op. cit., p. 97 et 235.
  • 16 Ibid., p. 97-98.
  • 17 Par « scarifications », on entendra les entailles, plus ou moins longues, produites intentionnell (...)
  • 18 Les « cicatrisations » sont, selon la définition de Victor Turner qui les distingue des scarifica (...)
  • 19 On entend par « déformations » les modifications obtenues de façon progressive dans le temps par (...)
  • 20 On entend par « circoncision » l’ablation totale ou partielle du prépuce masculin.
  • 21 Le terme d’« excision », selon la définition de Michel Erlich (op. cit., 1986, p. 23) « désigne p (...)
  • 22 Pour un passage en revue et une typologie plus vastes des pratiques, voir France Borel, Le vêteme (...)

15Marcel Mauss a qualifié toutes ces pratiques de « cosmétiques », et il les a incluses non seulement dans la rubrique des « arts », mais aussi dans celle des « cultes privés individuels », en tant que « rituels de l’ornemen-tation »15. Il a réparti les opérations « cosmétiques » en « permanentes » et « temporaires »16. La « cosmétique permanente » du corps comprend des opérations telles que les tatouages, les scarifications17, les cicatrisations18, les marquages au fer rouge, les déformations (des tissus mous et osseux)19, l’épointage et l’arrachement des dents, les ablations, les percements, la circoncision20, l’excision (ou clitoridectomie)21 et l’infibulation22.

  • 23 Lidia Calderoli, op. cit., 1993, 2007, 2009 ; Lidia Calderoli, « Tra moda e performance: il tatua (...)

16Une étude sur les marquages corporels doit rendre compte aussi bien des motivations qui soutiennent les pratiques que du processus de création du signe et de ses significations ou du résultat graphique ou plastique obtenu et des significations (esthétiques, sociologiques, mythologiques, etc.) qui y sont associées. Et cela, en faisant très attention à recueillir la variabilité des motivations et significations23.

  • 24 Marcel Griaule, Dieu d’eau, entretiens avec Ogotemmêli, Paris, les Éditions du Chêne, 1948. Chez (...)
  • 25 E. De Montjoie, D. De Monclos, Contribution à l’étude des rites de passage et de techniques des B (...)

17De plus, on peut aborder la compréhension de ces opérations uniquement en les situant dans le cadre comprenant la conception du corps, masculin et féminin, et de son développement dans le temps. Par exemple, la série des opérations qui accompagnent la vie d’une femme peut prendre un sens si on considère ces opérations comme un ensemble de scansions temporelles, ou par rapport aux opérations masculines. Ainsi, l’excision et la circoncision au sein de la population Dogon du Mali étaient motivées par la nécessité d’éliminer la bisexualité originelle du nourrisson24, et chez les Bobo du Burkina Faso, on pensait que le clitoris pouvait représenter un obstacle au moment de l’accouchement25.

  • 26 Hélène Vissière, « S’acheter un hymen », Le Point, n°1738, 2006, p. 59.
  • 27 Lidia Calderoli, op. cit., 2009 ; Cristina Sivieri Tagliabue, Appena ho 18 anni mi rifaccio. Stor (...)

18L’intention d’intervenir sur le temps biologique se manifeste dans la chirurgie esthétique, où l’objectif souvent recherché est celui d’arrêter le processus de vieillissement, par exemple en « remplissant » les rides, en éliminant la graisse ou la cellulite par le biais de la liposuccion, en faisant disparaître double menton et poches sous les yeux. Mais les opérations ne se limitent pas à intervenir sur les parties du corps plus visibles. Aux États-Unis la chirurgie esthétique intime est un secteur en expansion. La reconstruction de l’hymen, le lifting des lèvres et l’agrandissement du point G sont très demandés26. De nos jours cette influence se fait sentir également en Italie27.

19Une chirurgienne esthétique que j’ai interviewée explique que parmi les opérations de chirurgie intime la réduction des petites lèvres est très demandée, tandis que les opérations destinées à l’augmentation du plaisir sexuel ne le sont pas encore. Ce type d’intervention, recherché généralement par des patientes ayant entre 25 et 40 ans, associé à la maigreur et à la dépilation intime, manifeste, selon la chirurgienne, une tendance de plus en plus accentuée vers un modèle de femme enfant. Les opérations demandées par les hommes, comme la réduction de la pomme d’Adam, la création d’un nez en trompette, avec la dépilation, vont dans le sens d’un effacement des caractères sexuels secondaires, ce qui, dans la vision de cette chirurgienne, orienterait de plus en plus la tendance globale vers une désexualisation des corps.

20Mais de quelle manière, et en vertu de quel pouvoir, le signe corporel devient-il le lieu privilégié du symbolisme social ? Cette question soulève deux types de problèmes : celui plus général de l’efficacité symbolique soit l’importance de l’aspect matériel dans un processus de signification qui est surtout métaphorique, et celui plus spécifique des implications émotionnelles liées à l’utilisation symbolique du corps, tant au niveau de l’expression qu’au niveau du contenu. Ce qui rejoint la question de l’identité et nécessite une analyse de type psychophysiologique.

  • 28 Jean Pouillon, « Une petite différence ? », in Bruno Bettelheim (ed.), Les blessures symboliques. (...)
  • 29 Michel Cartry, « La calebasse de l’excision en pays Gourmantché », Journal de la Société des Afri (...)

21« La blessure symbolique » opère un changement matériel et irréversible dans le corps de l’initié, changement qui est donc loin d’être seulement représenté et communiqué par le biais d’un signe extérieur au corps, comme par exemple une « alliance » dans le mariage occidental. Ainsi que l’a dit Jean Pouillon, dans une circoncision, « il s’agit non pas de rendre manifeste une transformation déjà accomplie, mais de garantir une transformation à venir. Le symbole n’est plus alors seulement significatif, il est aussi efficace »28. Michel Cartry exprime une idée similaire à propos de la coiffure rituelle des filles gourmantché (Burkina Faso) à l’occasion de leur menstruation : « L’inscription d’une marque dans le corps n’a pas seulement ici valeur de message, mais est un instrument d’action qui agit sur le corps lui-même »29.

  • 30 Jean Pouillon, op. cit., p. 236.
  • 31 Valerio Valeri, « Rito », Enciclopedia, vol. 12, Turin, Einaudi, 1981, p. 210-243, p. 238-239.

22Il s’agit donc ici de distinguer entre un « signe » dont la fonction est essentiellement celle d’informer, et un « symbole » qui opère des transformations, tout à la fois matérielles et idéelles. Si la causalité de la transformation est imaginaire – puisque c’est par une convention culturelle que l’on associe une transformation sociale et une transformation physique, pour l’initié c’est seulement à travers l’opération physique de la circoncision qu’il peut se transformer en homme. Il est clairement visible dans ce cas que l’« efficacité sociale est pensée comme naturelle »30. Et c’est peut-être justement l’aspect matériel, corporel du symbole, qui permet que les valeurs culturelles qui y sont liées puissent être perçues comme « naturelles ». Le type d’ambiguïté ou de superposition entre représentation et réalité qui en résulte est à la base du rituel en général31.

  • 32 Michael Taussig parle de « chirurgie cosmique » et utilise l’adjectif « cosmique » pour souligner (...)
  • 33 Michael T. Taussig, op. cit., p. 44, tr. de l’auteur.

23Mais si le rite est caractérisé par cette ambiguïté, nous pouvons nous interroger sur ce qui se passe dans le domaine médicalisé de la chirurgie, esthétique et non esthétique. Même s’il n’existe pas ici de véritable rite, nous pouvons trouver des aspects transformatifs sur le plan symbolique. Michael Taussig s’exprime ainsi sur la chirurgie esthétique qu’il appelle « chirurgie cosmique »32 du visage : «Vous aurez à vous demander si la raison principale de la chirurgie cosmique n’est pas, précisément, celle d’inverser ce mécanisme [celui de la physionomique], afin de créer une intériorité nouvelle, par le changement de l’extériorité »33.

Conformité, transgression et modes : l’action sur le corps et l’identité individuelle

  • 34 Cristina Sivieri Tagliabue, op. cit.

24Tandis que beaucoup de pays européens et africains légifèrent contre les MGF notamment en Italie où une loi spécifique a été promulguée en 2006, nous assistons de nos jours à un phénomène paradoxal : la chirurgie esthétique provenant des États-Unis se propage dans le secteur de la chirurgie intime également. En outre, des sages-femmes de Milan peuvent se trouver par exemple à devoir affronter, au moment de l’accouchement, non seulement des cas rares de femmes infibulées, mais aussi des piercings et des tatouages pratiqués sur les organes sexuels des femmes italiennes. Cependant le tatouage de ces parties est perçu comme étant un fait « un peu moins barbare » par rapport à des pratiques d’excision ou d’infibulation, car l’on pense qu’il s’agit d’un libre choix, fait à l’âge adulte. À ce propos, il est important de signaler que des mineurs italiens expriment de nos jours le désir de se tatouer, de se percer ou de se soumettre à la chirurgie esthétique34, et demandent parfois à leurs parents de signer une autorisation pour pouvoir se présenter chez un professionnel.

  • 35 La connotation transgressive que le tatouage possédait en Italie dans les années 70 et 80 du sièc (...)
  • 36 Michael T. Taussig, op. cit. ; Alexander Edmonds, op. cit.

25Si certaines de ces pratiques occidentales de transformation du corps semblent aller dans le sens d’une transgression tandis que d’autres ressemblent davantage à une volonté de conformité, il faut toutefois considérer comment ces connotations changent au fil du temps. L’esthétique du tatouage, dans laquelle le caractère artificiel et la présence du signe sont cruciaux, se démarque nettement de celle de la chirurgie esthétique, que l’on peut définir comme une esthétique « du naturel »35. Mais cette dernière, comme le tatouage, varie dans le temps et dans l’espace, en rendant ainsi évident son caractère artificiel et culturel. Ainsi, au Brésil, les chirurgiens esthétiques pratiquent plus souvent des opérations des seins pour les réduire, alors qu’en Colombie, il s’agit plutôt de les augmenter36.

Cicatrices, genre et violence

26À côté des opérations sur le corps féminin, les recherches témoignent de nombreuses opérations également sur celui des hommes. Face à la palette assez large de pratiques existantes ou ayant existé, il semble difficile d’établir de façon univoque si les cicatrices obtenues sont des signes de pouvoir ou de subordination. Il s’agit probablement d’« armes à double tranchant », et la modalité d’acquisition du signe, volontaire ou non, modifie considéra-blement leur valeur et leur signification. À la base des marquages l’on trouve une dialectique perpétuelle entre la nécessité de conformité et l’affirmation d’une identité individuelle.

  • 37 Marilyn Strathern, «Making Incomplete», in Vigdis Broch-Due et al. (eds), Carved Flesh/Cast Selve (...)

27Selon Marilyn Strathern37, la finalité des rites initiatiques qu’elle a pu observer en Nouvelle-Guinée est celle de « faire incomplétude », c’est-à-dire de rendre les deux sexes essentiellement différents : c’est précisément leur incomplétude qui permettrait leur rencontre et la génération d’autres êtres humains.

  • 38 Francesco Remotti, ibid., p. 96.

28Francesco Remotti reprend l’idée de Marilyn Strathern tout en la réinterprétant et en élargissant son application à la culture en général. D’après Francesco Remotti, la culture crée incomplétude puisqu’elle sélectionne de manière arbitraire, parmi les formes virtuellement possibles d’humanité, une forme déterminée. Donc, elle « donne forme » à l’humain selon des modèles qui peuvent être moraux et esthétiques, mais ce faisant, elle s’écarte des autres, tout en renonçant à d’autres formes d’humanité. Dans cette dynamique de la culture – choisir et écarter –, l’on retrouve les germes de celle qui parait être comme la « violence » ou la « déshumanité » des quelques opérations sur le corps, par exemple dans les initiations. Si la culture est plus que jamais « incorporée » dans de telles pratiques, l’opération d’élimination des possibilités se traduit, de façon sanglante, dans des entailles et des ablations qui exemplifient de manière très concrète une composante de la dynamique culturelle. Par exemple, les rites d’initiation masculine chez les BaNande du Congo prévoyaient parmi les différentes épreuves l’opération de circoncision du prépuce. Cette dernière, écrit Francesco Remotti38, représente le commencement d’un processus douloureux qui vise à extirper une forme d’humanité infantile et à réaliser une forme d’humanité mûre.

29Les opérations sur le corps qui visent à atteindre un modèle idéal, tout comme d’autres pratiques culturelles, possèdent donc toujours une double valence, constructive et mutilante. Il ne s’agit que de le reconnaitre et d’en être conscients. Il semble donc opportun d’apprendre à percevoir, au-delà de la « naturalisation » de nos interventions sur le corps, leur valeur coercitive, voire même violente.

  • 39 Cristina Sivieri Tagliabue (op. cit.) a recueilli et écrit sous forme de récits les témoignages d (...)
  • 40 Organisation mondiale de la Santé (Oms), Eliminer les mutilations sexuelles féminines : déclarati (...)

30La chirurgie esthétique est perçue comme une pratique d’amélioration, sous le signe d’un modèle de corps qui doit être toujours jeune et « naturel », et son artificialité est tout simplement dissimulée. En effet, la présence de l’opération est physiquement cachée, dans le sens que les cicatrices ne doivent pas être visibles, et la douleur est minimisée du fait que l’opération est réalisée au moyen de techniques avancées, cautionnées par la biomédecine, et sous anesthésie. Cependant, si au cours de l’opération on ne ressent aucune douleur, la période de guérison qui suit l’opération peut être longue, douloureuse, voire même traumatisante pour des jeunes gens peu ou pas informés39. Les médias, tout d’abord, mais aussi quelques médecins, peuvent minimiser ou omettre les souffrances qui suivent les opérations. D’ailleurs, comme pour toutes les opérations chirurgicales, les échecs existent. Enfin, il est significatif qu’en 2008 l’OMS, dans une note pour le moins ambiguë, ait inclus la chirurgie esthétique dans sa typologie quadripartite de MGF40.

  • 41 Michel Erlich, La mutilation, Paris, Puf, 1990, p. 230.
  • 42 Carla Pasquinelli (ed.), Antropologia delle mutilazioni dei genitali femminili. Una ricerca in It (...)

31La frontière qui établit où doit se situer une pratique, parmi les « mutilations » ou parmi les « perfectionnements », semble alors être mobile par définition, à partir du moment où elle varie selon les points de vue, interne ou externe à la société ou au groupe. Il est donc important de rappeler qu’elle varie également en fonction des situations de pouvoir ou d’hégémonie culturelle ou religieuse contingentes. Michel Erlich soutient par exemple que dans notre société la circoncision masculine n’est pas habituellement considérée comme une « mutilation » puisqu’elle est pratiquée dans le domaine de deux religions majeures. Le terme de « mutilation » pourrait en effet avoir une connotation injurieuse envers juifs et musulmans41. Il faut ensuite signaler que les mouvements internationaux contre les pratiques nuisibles à la santé des femmes ont comme référence le savoir médical, et que dans quelques pays africains, l’influence de quelques courants de l’islam contemporain a joué un rôle certain dans la substitution de la pratique de l’infibulation par des opérations moins invasives42.

Conclusion

32Face à un processus qui semble reproposer de manière cyclique et inexorable, dans différents points du globe et sous différentes formes de nouvelles modes de modification corporelle, avec tous les risques que cela implique, l’anthropologue peut néanmoins montrer que ces modes ne sont pas éternelles, à l’instar de ce qu’on appelle les « traditions ». Il serait ainsi possible de contribuer au fur et à mesure aux choix des options les plus significatives et les moins nuisibles.

33L’anthropologie peut fournir une approche préalable de connaissance dans les projets d’intervention. La compréhension et l’écoute des multiples points de vue représentent en effet le préliminaire incontournable qui permet une meilleure lecture des contextes dans lesquels les modifications corporelles sont effectuées.

34En outre, l’exercice d’une optique décentrée, anthropologique à proprement parler, et l’exercice intellectuel de la comparaison entre des pratiques différentes – la capacité de mettre en parallèle les différentes formes d’opération sur le corps tout en reconnaissant ressemblances et différences, permettent une prise de conscience majeure. On acquiert ainsi la capacité de voir, au-delà des processus de « naturalisation » en œuvre dans sa propre société, et dans celle des autres, les aspects socialement construits et parfois idéologiquement occultés des pratiques de modification corporelle.

Haut de page

Bibliographie

BELLAS CABANE (Christine), La coupure. Problématique actuelle de l’excision au Mali : du rite initiatique au fer de lance identitaire, Marseille, Université de Droit, d’Économie et de Sciences d’Aix-Marseille, 2001-2002.

BOREL (France), Le vêtement incarné. Les métamorphoses du corps, Paris, Calmann-Lévy, 1992.

CALDEROLI (Lidia), « Tra moda e performance: il tatuaggio delle labbra tra le donne halpulaar’en in Senegal », in Giovanna PARODI DA PASSANO (ed.), Power Dressing. Il corpo in gioco, Gênes, Genova University Press-De Ferrari Editore, 2015, p. 193-202.

CALDEROLI (Lidia), « Modificazioni permanenti del corpo, età della vita e migrazione: testimonianze di migranti burkinabè e di operatori italiani », in Daniela CARRILLO, Nicola PASINI (eds), Migrazioni, Generi, Famiglie. Pratiche di escissione e dinamiche di mutamento in alcuni contesti regionali, Milan, FrancoAngeli, 2009, p. 19-104.

CALDEROLI (Lidia), « Cicatrici significative. Un approccio antropologico alle tecniche di modifica permanente del corpo », in Nicola PASINI (ed.), Mutilazioni genitali femminili: riflessioni teoriche e pratiche. Il caso della regione Lombardia, Milan, Regione Lombardia-Fondazione ISMU, 2007, p. 47-88.

CALDEROLI (Lidia), « Disegnare il corpo », Linea Grafica, n°32, 1989/2, p. 38-45.

CALDEROLI (Lidia), « Le indelebili imprese. La scelta dei motivi figurativi del tatuaggio. Un esempio italiano », La ricerca folklorica, n°29, 1994, p. 119-127.

CALDEROLI (Lidia), « Marquages permanents du corps en Afrique Subsaharienne : le processus technique comme signifiant », L’Ethnographie, n°114, 1993, p. 105-130.

CALDEROLI (Lidia), Sotto l’abito il tatuaggio. Aspetti antropologici del segno indelebile nella cultura occidentale, Tesi di laurea in Discipline delle Arti della Musica e dello Spettacolo, Bologne, Facoltà di lettere e filosofia, 1988.

CARTRY (Michel), « La calebasse de l’excision en pays Gourmantché », Journal de la Société des Africanistes, n°38(2), 1968, p. 189-225.

CIMINELLI (Maria Luisa), « Le “ragioni culturali” delle mutilazioni genitali femminili: note critiche sulla definizione di Mgf dell’Oms/Who », La ricerca folklorica, n°46, 2002, p. 39-50.

DAVID-MÉNARD (Monique), « Corps », in Encyclopaedia Universalis, V, Paris, Encyclopaedia Universalis France, 1985, p. 547-548.

DE MONTJOIE (E.), DE MONTCLOS (D.), Contribution à l’étude des rites de passage et de techniques des Bobo. D’après des documents des Pères Blancs de Haute-Volta, Tervuren, Musée Royal de l’Afrique centrale, 1967.

EDMONDS (Alexander), «Can Medecine Be Aestetic?» Medical Anthropology Quarterly, n°27(2), 2013, p. 233-252.

ERLICH (Michel), La femme blessée. Essai sur les mutilations sexuelles féminines, Paris, L’Harmattan, 1986.

ERLICH (Michel), La mutilation, Paris, Puf, 1990.

FABIETTI (Ugo), REMOTTI (Francesco) (eds), Dizionario di Antropologia. Etnologia, antropologia culturale, antropologia sociale, Bologne, Zanichelli, 1997.

FUSASCHI (Michela), « Luoghi della migrazione e corpo della tradizione. Aggravanti ed attenuanti culturali in materia di modificazioni dei genitali femminili », Studi Emigrazione/ Migration Studies, n°LI (193), 2014, p. 161-174.

FUSASCHI (Michela), I segni sul corpo. Per un’antropologia delle modificazioni genitali femminili, Turin, Bollati & Boringhieri, 2003.

GALVANI (M.), « Italia 1: con “Bisturi” la chirurgia estetica si fa show », Leggo, n°27, 2004, p. 9.

GRIAULE (Marcel), Dieu d’eau, entretiens avec Ogotemmêli, Paris, les Éditions du Chêne, 1948. 

MAUSS (Marcel), Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1967.

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS), Les mutilations sexuelles féminines. Aperçu du problème. Déclaration commune OMS, UNICEF, FNUAP, Genève, Oms, 1997.

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS), Eliminer les mutilations sexuelles féminines : déclaration interinstitutions HCDH, OMS, ONUSIDA, PNUD, UNCEA UNESCO, UNFPA, UNHCR, UNICEF, NIFEM, Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2008.

PASQUINELLI (Carla) (ed.), Antropologia delle mutilazioni dei genitali femminili. Una ricerca in Italia, Rome, AIDOS (Associazione italiana donne per lo sviluppo), 2000.

POLHEMUS (Ted), Social Aspect of the Human Body, New York, Penguins books, 1978.

POUILLON (Jean), « Une petite différence ? », in Bruno BETTELHEIM (ed.), Les blessures symboliques. Essai d’interprétation des rites d’initiation, Paris, Gallimard, 1971, p. 235-247.

REMOTTI (Francesco), Prima lezione di antropologia, Rome-Bari, Laterza, 2000.

SIVIERI TAGLIABUE (Cristina), Appena ho 18 anni mi rifaccio. Storie di figli, genitori e plastiche, Milan, Bompiani, 2009.

STRATHERN (Marilyn), «Making Incomplete», in Vigdis BROCH-DUE et al. (eds), Carved Flesh/Cast Selves. Gendered Symbols and Social Practices, Oxford, Berg, 1993, p. 41-51.

TAUSSIG (Michael T.), Beauty and the Beast, Chicago-Londres, The University of Chicago press, 2012.

TURNER (Victor), «Bodily Marks», in Mircea ELIADE (ed.), The Encyclopedia of Religion, II, New-York-Londres, MacMillan, 1987, p. 269-275.

VALERI (Valerio), « Rito », in Enciclopedia, vol. 12, Turin, Einaudi, 1981, p. 210-243.

VISSIÈRE (Hélène), « S’acheter un hymen », Le Point, n°1738, 2006, p. 59.

WALLEY (Christine J.), «Searching for “voices”: Feminism, Anthropology and Global Debate over Female Genital Operation», Cultural Anthropology, 1997, n°12(3), p. 405-438.

Haut de page

Notes

1 Pour une perspective anthropologique critique de la notion de « mutilations sexuelles féminines », voir Maria Luisa Ciminelli, « Le “ragioni culturali” delle mutilazioni genitali femminili: note critiche sulla definizione di Mgf dell’Oms/Who », La ricerca folklorica, n°46, 2002, p. 39-50. Une distinction entre « nous » et « eux » semble sous-jacente à la notion de MGF (Christine J. Walley, «Searching for “voices”: Feminism, Anthropology and Global Debate over Female Genital Operation», Cultural Anthropology, n°12(3), 1997, p. 405-438). L’OMS donne la définition suivante : « Les mutilations sexuelles féminines désignent toutes les interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre mutilation des organes génitaux féminins pratiquées à des fins non thérapeutiques » (Organisation mondiale de la santé (Oms), Les mutilations sexuelles féminines. Aperçu du problème. Déclaration commune OMS, UNICEF, FNUAP, Genève, Oms, 1997).

2 Voir par exemple, Michela Fusaschi, I segni sul corpo. Per un’antropologia delle modificazioni genitali femminili, Turin, Bollati & Boringhieri, 2003 ; Lidia Calderoli, « Marquages permanents du corps en Afrique Subsaharienne : le processus technique comme signifiant », L’Ethnographie, n°114 , 1993, p. 105-130 ; Lidia Calderoli, « Cicatrici significative. Un approccio antropologico alle tecniche di modifica permanente del corpo », in Nicola Pasini (ed.), Mutilazioni genitali femminili: riflessioni teoriche e pratiche: Il caso della regione Lombardia, Milan, Regione Lombardia-Fondazione ISMU, 2007, p. 47-88 ; Lidia Calderoli, « Modificazioni permanenti del corpo, età della vita e migrazione: testimonianze di migranti burkinabè e di operatori italiani », in Daniela Carrillo, Nicola Pasini (eds), Migrazioni, Generi, Famiglie. Pratiche di escissione e dinamiche di mutamento in alcuni contesti regionali, Milan, FrancoAngeli, 2009, p. 19-104.

3 Sur l’application de la loi italienne (loi n° 7, du 9 janvier 2006) et sur l’imputation de dol, voir les considérations critiques de Fusaschi (Michela Fusaschi, « Luoghi della migrazione e corpo della tradizione. Aggravanti ed attenuanti culturali in materia di modificazioni dei genitali femminili », Studi Emigrazione/Migration Studies, LI, n°193, 2014, p. 161-174.

4 L’infibulation est « la création d’une obstruction vulvaire permanente laissant subsister un petit orifice résiduel habituellement postérieur, permettant l’issue des urines et du flux menstruel. Elle est obtenue par juxtaposition des petites ou des grandes lèvres, dont les bords préalablement avivés sont réunis par la ligne médiane dans le but d’en faciliter l’accolement. Elle comporte toujours actuellement une excision simultanée d’importance variable, ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé » (Michel Erlich, La femme blessée. Essai sur les mutilations sexuelles féminines, Paris, L’Harmattan, 1986, p. 23-24).

5 La subincision est une « opération rituelle sur un initié mâle qui consiste dans l’incision ou dans la perforation totale ou partielle de l’urètre tout au long de l’extrémité inférieure du pénis, à partir du méat urinaire jusqu’à la base du scrotum, au moyen d’un couteau de pierre ou d’os » (Ugo Fabietti, Francesco Remotti (eds), « Subincisione », Dizionario di Antropologia. Etnologia, antropologia culturale, antropologia sociale, Bologne, Zanichelli, 1997, p 726.

6 Par exemple, les émissions télévisées italiennes Bisturi, nessuno è perfetto, sur la chaîne Italia 1 et Extreme makeover, sur Rai2 (M. Galvani, « Italia 1: con “Bisturi” la chirurgia estetica si fa show », Leggo, n°27, 2004, p. 9.

7 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1967, p. 369.

8 Ted Polhemus, Social Aspect of the Human Body, New York, Penguins books, 1978, p. 21.

9 Par exemple, plusieurs tatoueurs européens, pour des raisons qu’ils considèrent de déontologie professionnelle, ne tatouent pas le visage, les mains et les organes génitaux.

10 Christine Bellas Cabane, La coupure. Problématique actuelle de l’excision au Mali : du rite initiatique au fer de lance identitaire, Marseille, Université de Droit, d’Économie et de Sciences d’Aix-Marseille, 2001-2002, p. 112 et 148.

11 Lidia Calderoli, op. cit., 2007, p. 52.

12 Alexander Edmonds, «Can Medecine Be Aestetic?», Medical Anthropology Quarterly, n°27(2), 2013, p. 233-252, p. 240 et s.

13 Ted Polhemus, op. cit., 1978, p. 29.

14 Monique David-Ménard, « Corps », Encyclopaedia Universalis, V, Paris, Encyclopaedia universalis, France, 1985, p. 547-548.

15 Marcel Mauss, op. cit., p. 97 et 235.

16 Ibid., p. 97-98.

17 Par « scarifications », on entendra les entailles, plus ou moins longues, produites intentionnellement. Le terme a été fréquemment employé par les anthropologues dans un sens plus large qui comprend aussi les cicatrisations.

18 Les « cicatrisations » sont, selon la définition de Victor Turner qui les distingue des scarifications, « la création intentionnelle de chéloïdes très en relief, souvent cicatrices rondes ou ovales, dues à une riche production de collagène dans la couche dermique » (Victor Turner, «Bodily Marks», in Mircea Eliade (ed.), The Encyclopedia of Religion, II, New-York-Londres, MacMillan, 1987, p. 269-275, p. 272, tr. de l’auteur).

19 On entend par « déformations » les modifications obtenues de façon progressive dans le temps par des pratiques de manipulation manuelle ou à l’aide d’instruments qui contraignent le corps ».

20 On entend par « circoncision » l’ablation totale ou partielle du prépuce masculin.

21 Le terme d’« excision », selon la définition de Michel Erlich (op. cit., 1986, p. 23) « désigne plusieurs variétés opératoires détruisant par divers moyens, partiellement ou totalement, les structures érectiles et les petites lèvres ».

22 Pour un passage en revue et une typologie plus vastes des pratiques, voir France Borel, Le vêtement incarné. Les métamorphoses du corps, Paris, Calmann-Lévy, 1992.

23 Lidia Calderoli, op. cit., 1993, 2007, 2009 ; Lidia Calderoli, « Tra moda e performance: il tatuaggio delle labbra tra le donne halpulaar’en in Senegal », in Giovanna Parodi da Passano (ed.), Power Dressing. Il corpo in gioco, Gênes, Genova University Press-De Ferrari Editore, 2015, p. 193-202.

24 Marcel Griaule, Dieu d’eau, entretiens avec Ogotemmêli, Paris, les Éditions du Chêne, 1948. Chez les Dogon du Mali, on pense que le prépuce masculin et le clitoris soutiennent respectivement l’âme (féminine ou masculine) qui doit s’éloigner de l’enfant. Ce dernier viendrait au monde avec deux principes de sexes différents et c’est seulement après la circoncision ou l’excision qu’il peut assumer son sexe définitif (Marcel Griaule, ibid.).

25 E. De Montjoie, D. De Monclos, Contribution à l’étude des rites de passage et de techniques des Bobo. D’après des documents des Pères Blancs de Haute-Volta, Tervuren, Musée Royal de l’Afrique centrale, 1967.

26 Hélène Vissière, « S’acheter un hymen », Le Point, n°1738, 2006, p. 59.

27 Lidia Calderoli, op. cit., 2009 ; Cristina Sivieri Tagliabue, Appena ho 18 anni mi rifaccio. Storie di figli, genitori e plastiche, Milan, Bompiani, 2009.

28 Jean Pouillon, « Une petite différence ? », in Bruno Bettelheim (ed.), Les blessures symboliques. Essai d’interprétation des rites d’initiation, Paris, Gallimard, 1971, p. 236.

29 Michel Cartry, « La calebasse de l’excision en pays Gourmantché », Journal de la Société des Africanistes, n°38 (2), 1968, p. 224.

30 Jean Pouillon, op. cit., p. 236.

31 Valerio Valeri, « Rito », Enciclopedia, vol. 12, Turin, Einaudi, 1981, p. 210-243, p. 238-239.

32 Michael Taussig parle de « chirurgie cosmique » et utilise l’adjectif « cosmique » pour souligner la manière dont l’intention magique d’une transformation du monde correspond en quelque sorte à la modification corporelle (Michael T. Taussig, Beauty and the Beast, Chicago-Londres, The University of Chicago press, 2012).

33 Michael T. Taussig, op. cit., p. 44, tr. de l’auteur.

34 Cristina Sivieri Tagliabue, op. cit.

35 La connotation transgressive que le tatouage possédait en Italie dans les années 70 et 80 du siècle dernier a beaucoup diminué et de nos jours, le tatouage, de plus en plus répandu, est considéré par un grand nombre de personnes uniquement comme un embellissement original. Il est devenu une mode (Lidia Calderoli, Sotto l’abito il tatuaggio. Aspetti antropologici del segno indelebile nella cultura occidentale, Tesi di laurea in Discipline delle Arti della Musica e dello Spettacolo, Bologne, Facoltà di lettere e filosofia, 1988 ; Lidia Calderoli, « Disegnare il corpo », Linea Grafica, n°2, 1989, p. 38-45 ; Lidia Calderoli, « Le indelebili imprese. La scelta dei motivi figurativi del tatuaggio. Un esempio italiano », La ricerca folklorica, n°29, 1994, p. 119-127).

36 Michael T. Taussig, op. cit. ; Alexander Edmonds, op. cit.

37 Marilyn Strathern, «Making Incomplete», in Vigdis Broch-Due et al. (eds), Carved Flesh/Cast Selves. Gendered Symbols and Social Practices, Oxford, Berg, 1993, p. 41-51 ; citée par Francesco Remotti, Prima lezione di antropologia, Rome-Bari, Laterza, 2000, p. 161-162.

38 Francesco Remotti, ibid., p. 96.

39 Cristina Sivieri Tagliabue (op. cit.) a recueilli et écrit sous forme de récits les témoignages de plusieurs adolescents de 16 à 18 ans. Plusieurs d’entre eux rapportent les souffrances qui ont suivi l’opération de chirurgie esthétique.

40 Organisation mondiale de la Santé (Oms), Eliminer les mutilations sexuelles féminines : déclaration interinstitutions HCDH, OMS, ONUSIDA, PNUD, UNCEA UNESCO, UNFPA, UNHCR, UNICEF, NIFEM, Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2008.

41 Michel Erlich, La mutilation, Paris, Puf, 1990, p. 230.

42 Carla Pasquinelli (ed.), Antropologia delle mutilazioni dei genitali femminili. Una ricerca in Italia, Rome, AIDOS (Associazione italiana donne per lo sviluppo), 2000, p. 32-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lidia Calderoli, « Mutilations ou perfectionnements ? Processus de naturalisation des modifications corporelles : un regard anthropologique »Droit et cultures, 79 | 2020, 15-28.

Référence électronique

Lidia Calderoli, « Mutilations ou perfectionnements ? Processus de naturalisation des modifications corporelles : un regard anthropologique »Droit et cultures [En ligne], 79 | 2020/1, mis en ligne le 22 octobre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/5918

Haut de page

Auteur

Lidia Calderoli

Lidia Calderoli, anthropologue, est docteur en Anthropologie sociale et Ethnologie de l’École des Hautes études en sciences sociales de Paris. Elle a enseigné dans plusieurs universités italiennes (Bologne, Milan, Pavie, Modène et Reggio-Emilia), a collaboré avec des services de santé destinés aux familles migrantes (Milan) et a travaillé à titre d’experte en anthropologie auprès du tribunal de Bergame ainsi que de la Fondation Iniziative e Studi sulla Multietnicità (ISMU) à Milan. Elle a conduit des enquêtes chez les forgerons moose du Burkina Faso, chez les Haalpulaar’en et Sarakolé du Sénégal, auprès des populations originaires de divers pays d’Afrique immigrées en Italie, et auprès des artisans en Italie. Ses principaux thèmes de recherches portent sur les activités rituelles, sur les relations entre rite et technique, sur les marquages permanents du corps et sur l’anthropologie de la maladie. Elle a publié l’ouvrage Rite et technique chez les forgerons moose du Burkina Faso. Forger, apaiser, soigner (Paris, L’Harmattan, 2010), ainsi que plusieurs articles dans des revues d’anthropologie françaises et italiennes et dans des ouvrages collectifs dont en 2009, «Modificazioni permanenti del corpo, età della vita e migrazione: testimonianze di migranti burkinabè e di operatori italiani», in Daniela Carrillo, Nicola Pasini (eds), Migrazioni, Generi, Famiglie. Pratiche di escissione e dinamiche di mutamento in alcuni contesti regionali, Milan, FrancoAngeli, p. 19-104, et en 2014, «Tra moda e performance: il tatuaggio delle labbra tra le donne halpulaar’en in Senegal», in Giovanna Parodi Da Passano (ed.), Power Dressing. Il corpo in gioco, Gênes, Genova University Press-De Ferrari Editore, 2015, p. 193-202.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search