Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Dossier: Réparer les corps et les...Actualité du débat sur la circonc...

Dossier: Réparer les corps et les sexes

Actualité du débat sur la circoncision aux États-Unis

Is the Circumcision Debate Over?
Peter W. Adler et Felix Daase
p. 207-222

Résumés

Bien que la circoncision non thérapeutique, l’ablation chirurgicale du prépuce d’un pénis (CNT) ait toujours été l’exception et non la norme, il existe un débat quant à savoir si elle est bonne ou mauvaise pour la santé, ou quelque part entre ces deux extrêmes et quant à savoir si les parents ont le droit d’en décider. Il est bon pour la santé que toutes les parties du corps soient intactes, y compris le prépuce auquel les hommes accordent de l’importance, tandis que la circoncision est nuisible pour la santé. Il s’agit d’une opération douloureuse et risquée qu’un nombre croissant d’hommes regrettent d’avoir subie sans pouvoir s’y opposer. La charge de justifier cette opération incombe dès lors aux médecins aux États-Unis, qui sont virtuellement les seuls à la justifier pour des raisons médicales. L’Académie américaine de Pédiatrie (AAP) avance depuis longtemps l’argument juridique selon lequel les parents ont le droit de choisir la circoncision en fonction de leurs préférences religieuses, culturelles ou personnelles. Cependant, étant donné que les garçons et les hommes ont le droit à leur intégrité physique et à l’autodétermination, les médecins ont l’interdiction éthique et juridique d’opérer des enfants en bonne santé et les parents ne disposent pas du droit de s’immiscer dans l’intégrité physique de leur enfant et de l’exposer à des risques et préjudices pour des raisons sans relation aucune avec la médecine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’après l’OMS, la circoncision est courante chez les musulmans et les juifs. OMS, « Dossier d'inf (...)
  • 2 Vers 1970, au moins 85% des hommes étaient circoncis aux USA. David L. Gollaher, «Circumcision: A (...)
  • 3 Frederick M. Hodges, « Le prépuce idéal dans la Grèce et la Rome antiques : Esthétique génitale m (...)
  • 4 Joseph Offord, «Restrictions concerning Circumcision under the Romans», Proceedings of the Royal (...)
  • 5 William D. Dunsmuir and E. M. Gordon, « The history of circumcision », BJU international, n°83.1, (...)
  • 6 AAP Rapport Technique, 2012, op. cit., p. e772 : « Le taux de complication après une procédure en (...)
  • 7 AAP Rapport Technique, 2012, op. cit., p. e774. (« La majorité des blessures [et] complications s (...)

1La circoncision masculine non thérapeutique (CNT) ou le fait de retirer par voie chirurgicale le prépuce est réalisée encore aujourd’hui pour des raisons religieuses1 et culturelles2 plutôt que médicales et reste controversée. Par exemple, les Grecs considéraient que le pénis circoncis était honteux, réservé aux esclaves et aux barbares3 et les Romains l’ont interdit sous peine de mort4. Les historiens de la circoncision Dunsmuir et Gordon5 indiquent que différents groupes ethniques ont pratiqué la circoncision dans de nombreuses régions du monde pour des raisons culturelles (sacrifice, rite de passage, exercice de la douleur et marque d’identité culturelle) malgré le fait que les taux de complication médicale aient pu être élevés6 et qu’un tel procédé fut parfois mortel7.

  • 8 Royal Dutch Medical Association, «Non-therapeutic circumcision of male minors», 2010. https://www (...)
  • 9 American Academy of Pediatrics Task Force on Circumcision, «Circumcision policy statement», Pedia (...)
  • 10 D’après l’AAP dans une communication à ses membres disponible auprès des auteurs, les médecins de (...)

2Le débat sur la circoncision des garçons, le plus souvent dans les premiers jours, s’est intensifié au cours du XXIe siècle. En 2010, l’Association Royale de Médecine néerlandaise a considéré que la circoncision masculine non thérapeutique constituait une violation des droits humains et a exhorté les médecins à dissuader les parents de faire circoncire leur fils8. En pleine contradiction, l’Académie américaine de Pédiatrie a publié en 2012 une nouvelle déclaration de principe sur la circoncision9, rapport technique à l’appui10, pour affirmer que bien que les bénéfices sanitaires soient insuffisants pour recommander une circoncision de routine, les bénéfices médicaux contrebalancent largement les risques et les parents doivent pouvoir choisir de faire circoncire leurs enfants en tenant comptent de leurs propres préférences et croyances.

338 médecins et experts médicaux de renom représentant les associations pédiatriques d’Europe du Nord ont cependant réfuté les conclusions de l’Académie américaine de Pédiatrie comme n’étant pas convaincantes. Les positions entre partisans et adversaires de la circoncision sont donc diamétralement polarisées. Il semble donc important de résoudre la question de savoir si la circoncision est bonne ou mauvaise pour la santé des hommes ou les deux, et qui a le droit de décider du destin du prépuce. Cet article va dans un premier temps analyser le débat médical puis celui de l’éthique et du droit.

Controverse médicale

Préservation du prépuce versus son ablation

  • 11 American Academy of Pediatrics Task Force on Circumcision (AAP), « Circumcision Policy Statement  (...)
  • 12 Moses Maimonides, op. cit.

4Dans la plupart des pays, les médecins n’opèrent pas de circoncision à la naissance, ce que l’Académie américaine de Pédiatrie qualifiait en 1999 d’amputation du prépuce11, hormis ceux des États-Unis et de Corée du Sud. En Israël et dans les pays musulmans, cette excision précoce est réalisée à des fins religieuses et non médicales12.

  • 13 Reinhard Merkel, Holm Putzke, «After Cologne: male circumcision and the law. Parental right, reli (...)
  • 14 Committee on Fetus and Newborn, Standards and Recommendations for Hospital Care of Newborn Infant (...)
  • 15 AAP Technical Report, op. cit., p. e776.
  • 16 AAP Committee on Fetus and Newborn, Section on Anesthesiology and Pain Medicine, «Prevention and (...)

5Comme l’écrivent les juristes universitaires allemands Reinhard Merkel et Holm Putzke : « [L]’enfant subit habituellement une douleur sévère qui résulte de l’opération en soi, et ce même s’il a été anesthésié, ainsi que de la plaie consécutive à l’opération qui prendra plusieurs jours à cicatriser »13. L’Académie américaine de Pédiatrie a reconnu en 197714 que la circoncision sans anesthésie est douloureuse et que les cris du bébé prouvent sa détresse15, et d’après son comité sur la douleur néonatale en 2016 : « La prévention de la douleur chez les nouveau-nés doit être le but de tout pédiatre et professionnel de santé qui travaille avec cette catégorie de la population, non seulement pour des raisons éthiques, mais également parce qu’une exposition répétée à la douleur peut potentiellement avoir des conséquences délétères »16.

  • 17 AAP Technical Report, op. cit., 2012, p. e774.
  • 18 Douglas Gairdner, «The Fate of the Foreskin», British medical journal, n°2.4642, 1949, p. 1433.
  • 19 American Academy of Pediatrics Task Force on Circumcision (AAP), «Report of the Task Force of Cir (...)
  • 20 1997 AAP Statement, op. cit.

6La circoncision peut aboutir à des complications mineures ou sérieuses. D’après l’Académie américaine de Pédiatrie dans son rapport de 2012, une étude kényane montre un risque de 35% de complications lorsqu’elle est réalisée dans un milieu non stérile tel qu’un village ou une maison17. Le pédiatre écossais Douglas Gairdner faisait remarquer en 1949 que, comme tout autre type d’opération, la circoncision comprend des risques de complications qui peuvent aller jusqu’à des ulcérations du méat urinaire nécessitant parfois une hospitalisation prolongée18. En 1977, l’Académie américaine de Pédiatrie déclarait que : « La peau est un organe protecteur et toute rupture de son intégrité constitue une occasion d’un début d’infection »19 et que la circoncision laisse une plaie chirurgicale ouverte qui « abrite quantité d’agents infectieux »20.

  • 21 Tim Hammond, Adrienne Carmack, «Long-term adverse outcomes from neonatal circumcision reported in (...)
  • 22 Steven J. Svoboda, «Nontherapeutic circumcision of minors as an ethically problematic form of iat (...)
  • 23 Valeria Purpura et al., op. cit., p. 3.

7La circoncision peut également causer des dommages psychologiques. Le chercheur et militant des droits de l’homme Tim Hammond et l’urologue Adrienne Carmack ont rapporté comment un nombre croissant d’hommes sont en désaccord avec le fait d’avoir subi une circoncision21 qui, comme le juriste Steven Svoboda le faisait remarquer en 2018 : « leur a été infligée avant qu’ils puissent la refuser »22. La circoncision est associée à plusieurs traumatismes psychologiques et émotionnels23. La circoncision porte préjudice en raison de la douleur pendant et après l’opération. Elle altère par ailleurs radicalement l’apparence du pénis en laissant une cicatrice, preuve d’une blessure. Enfin, elle retire de manière irréversible un prépuce auquel les hommes accordent de l’importance.

  • 24 British Medical Association, «The law and ethics of male circumcision: guidance for doctors», Jou (...)
  • 25 See, e.g., Tim Hammond, Adrienne Carmack, op. cit., 2017.
  • 26 Tom L. Beauchamp, James F. Childress In Robert Darby, op. cit., p. 5-6.
  • 27 Morris L. Sorrells et al., «Fine-touch pressure thresholds in the adult penis», BJU International(...)
  • 28 Morten Frisch et al., op. cit., p. 798.

8De plus, comme l’Association médicale britannique l’a indiqué dans ses conseils en matière de circoncision en 2004 : « [L]e préjudice de ne pas reconnaître à une personne la libre décision de ne pas se faire circoncire doit également être pris en compte, tout comme le dommage que cela peut entrainer dans sa relation avec ses parents ainsi qu’avec la profession médicale s’il s’est senti blessé par cette opération »24, ce qui est le cas d’un nombre croissant d’hommes25. Les célèbres éthiciens américains Tom Beauchamp et James Childress définissent le préjudice comme « une atteinte aux intérêts, en particulier dans la vie, la santé et le bien-être »26. En outre, d’après le pédiatre américain Morris Sorrels et al. (2007), la circoncision ôte la partie la plus sensible du pénis27, et des experts d’Europe du Nord affirment que le prépuce joue un rôle important dans la fonction mécanique du pénis lors de l’acte sexuel28.

Les avantages contrebalancent-ils les risques ?

  • 29 David Gollaher, op. cit., notes 64-65.
  • 30 Steven J. Svoboda, op. cit., p. 815.

9Depuis environ 150 ans, les médecins des États-Unis ont rendu populaire la circoncision en diabolisant le prépuce, affirmant que cela pouvait empêcher la masturbation ainsi que l’apparition de nombreuses maladies. Il en résulta que cette pratique « s’enracina dans la conscience médicale collective, semblant si évidente d’un point de vue sanitaire qu’on pouvait se dispenser de justifier ses bénéfices, préjudices, coûts et conséquences »29. Elle est devenue une norme culturelle profondément ancrée qui se perpétue. Les médecins ont donc « médicalisé » une pratique culturelle30.

  • 31 American Academy of Pediatrics, Committee on Fetus and Newborn. «Standards and Recommendation for (...)
  • 32 AAP Statement, 1989, op. cit.
  • 33 AAP Statement, 1999, op. cit.
  • 34 American Medical Association Council on Scientific Affairs, «Neonatal circumcision», 1999, publis (...)
  • 35 Royal Dutch, op. cit.

10Dans une publication datant de 1971, l’Académie américaine de Pédiatrie (AAP) déclarait : « Il n’existe aucune indication médicale valable pour la circoncision dans la période néonatale »31. En 1989, cette Académie a commencé à avancer l’argument selon lequel la circoncision réduisait légèrement les risques d’infection du tractus urinaire (ITU), du cancer du pénis ainsi que certaines infections sexuellement transmissibles (IST)32. En 1999, cependant, cette même Académie a déclaré que le risque de développement des infections urinaires chez un garçon non circoncis était de l’ordre d’1% environ, que le cancer du pénis était une maladie rare, et que « les facteurs comportementaux constituent des facteurs de risque bien plus importants dans le risque de contracter le VIH que le fait d’être circoncis »33. L’Association médicale américaine a conclu cette même année que la circoncision n’était pas médicalement justifiée en tant que mesure préventive du cancer du pénis ou des IST en déclarant qu’elle « ne saurait être considérée de manière responsable comme une “protection contre les infections [sexuellement transmissibles] » y compris le VIH34. Pourtant, l’Académie américaine de Pédiatrie n’a pas émis de directives contre cette pratique, contrairement à l’Association médicale Royale des Pays-Bas en 201035.

11Le dernier argument pour les tenants de la circoncision pour raison médicale consiste dans l’affirmation fondée sur des essais cliniques en Afrique, qui a été largement diffusée par l’Académie américaine de Pédiatrie en 2012, selon laquelle la circoncision réduirait le risque de VIH, prouvant ainsi que les bienfaits l’emportent sur les risques. Selon les affirmations de cette Académie, la circoncision réduirait légèrement les risques d’ITU, de cancer du pénis, et certaines IST y compris le VIH. Or les enfants ne sont pas exposés aux maladies des adultes, mais même en les prenant en compte, le cancer du pénis et les IST y compris le VIH peuvent être évités de manière plus simple et plus efficace sans perte du prépuce. Il est donc incohérent de justifier l’exercice d’une opération chirurgicale sur des enfants qui n’est pas nécessaire médicalement par des raisons médicales.

  • 36 Andrew Freedman, op. cit., p. 1.
  • 37 Steven Svoboda, op. cit., p. 819, citant Andrew Freedman, op. cit.

12Dans un article de 2016 paru dans la revue Pediatrics au titre particu-lièrement adapté « La controverse sur la circoncision : par-delà les risques et les bénéfices », l’urologue Andrew Freedman, qui a aidé l’Académie américaine de Pédiatrie à définir ses préceptes de 2012, a déclaré que « (les) bienfaits sanitaires ne sont pas assez considérables pour recommander une circoncision de routine »36. Comme l’a écrit le juriste Steven Svoboda en 2018, Andrew Freedman « concédait ainsi que la circoncision est une pratique fondamen-talement de nature religieuse ou culturelle en quête de justification “médicale” »37. Le débat s’orientera donc désormais sur les questions de nature morale et juridique.

Controverse éthique et juridique

Déclarations juridiques de l’Académie américaine de Pédiatrie

  • 38 Noel E. Preston, «Whither the Foreskin?: A Consideration of Routine Neonatal Circumcision», JAMA, (...)
  • 39 Hugh Thompson et al., op. cit.
  • 40 Committee on Fetus and Newborn, «Standards and Recommendations for Hospital Care of Newborn Infan (...)
  • 41 Task Force on Circumcision (AAP), «Report of the Task Force of Circumcision», Pediatrics, n°84, 4 (...)
  • 42 AAP Policy Statement, 1999, op. cit., p. 691.
  • 43 AAP Policy Statement, 2012, op. cit.
  • 44 William Oh, Gerald Merenstein, «Fourth Edition of the Guidelines for Perinatal Care: Summary of C (...)
  • 45 AAP Policy Statement, 1999, op. cit., p. 691 [références omises].
  • 46 AAP Technical report, 2012, op. cit., p. 763.

13Après que l’Académie américaine de Pédiatrie ait déclaré dans ses directives concernant la circoncision de 197138 et 197539 « qu’il n’existait aucune indication médicale pour la circoncision dans la période néonatale », elle s’est engagée dans une déclaration juridique de 197740, qui a continué en 198941, 199942, et en 201243, selon laquelle la circoncision est une question de choix et que les parents ont le droit ou non de la privilégier44. L’Académie américaine de Pédiatrie a déclaré en 1999 : « Parents et médecins ont chacun un devoir moral envers l’enfant afin d’être en mesure d’assurer les intérêts et le bien-être de celui-ci », et « les parents [devraient] décider de l’intérêt de l’enfant ». Cette Académie a justifié cette affirmation en indiquant que « les parents se voient accorder l’autorité au sens large pour déterminer ce qui constitue une éducation et un bien-être à l’enfant », et par conséquent « il est légitime que les parents prennent en compte les traditions culturelles, religieuses et ethniques, en plus des facteurs d’ordre médical lorsqu’ils font ce choix »45. De la même manière, en 2012, l’Académie déclarait : « Les parents devraient décider en dernière instance si la circoncision est dans l’intérêt supérieur de leur enfant. Ils auront besoin d’évaluer les informations médicales dans le contexte de leurs propres croyances et pratiques religieuses, morales et culturelles ». Le rapport précise également que les garçons sont parfois circoncis à des fins purement esthétiques46 surtout lorsque le père est lui-même circoncis.

Droits des hommes

  • 47 18 U.S. Code § 116. Mutilations Génitales Féminines et Constatations du Congrès (« statut des MGF (...)
  • 48 Brian D. Earp, Rebecca Steinfeld, «Gender and Genital Cutting: A New Paradigm», 2017. http://euro (...)
  • 49 Union Pacific RR Co. v. Botsford, 141 U.S. 250 (1891). https://supreme.justia.com/cases/federal/u (...)

14En 1977, lorsque le Congrès américain a interdit ce qu’on appelle les Mutilations génitales féminines (MGF) sauf pour raison médicale, il a conclu que celles-ci sont d’ordinaire réalisées pour des raisons religieuses et culturelles, qu’elles causent souvent des dommages physiques et psycho-logiques et qu’elles empiètent sur les droits des femmes garantis par le droit fédéral et constitutionnel statutaire47. L’éthicien américain Brian Earp et la politologue américaine Rebecca Steinfeld suggèrent en 2017 un nouveau paradigme de mutilations génitales sans aucune connotation de genre48. Et des chercheurs en droit ont dénoncé depuis 1984 la pratique de la circoncision comme illégale de la même manière que le sont les mutilations génitales féminines, ce qu’ont admis des tribunaux en Allemagne et au Royaume-Uni. En 1891, la Cour Suprême américaine a déclaré dans l’affaire Union Pacific R. Co. c. Botsford : « Aucun droit n’est considéré comme plus sacré et plus soigneusement préservé par la Common Law que le droit de chaque individu à posséder et avoir le contrôle de sa propre personne, sans aucune contrainte ou interférence des autres ». La Cour établissait même que : « Le droit à sa propre personne peut être considéré comme étant un droit à une immunité complète, à être totalement maître de soi »49.

  • 50 Cruzan v. Director, Mo. Dept. of Health, 497 U.S. 261 (Supreme Court 1990).
  • 51 Landgericht Köln (Cologne District Court, Germany), jugement du 7 mai (2012) No. 151 Ns 169/11 (« (...)
  • 52 «After Cologne», op. cit.

15En 1989, dans l’affaire Cruzan c. le Département de la Santé du Missouri, la Cour Suprême a établi que les individus ont un droit constitutionnel à être libres de toute intervention médicale non souhaitée. La Cour a déclaré que : « Le droit d’être libéré de toute attention médicale non souhaitée est un droit à évaluer le bénéfice potentiel d’un traitement et de ses conséquences d’après ses propres valeurs, afin de prendre une décision personnelle, libre de toute contrainte ou d’ingérence »50. En 2012, un tribunal à Cologne en Allemagne a de la même manière allégué que le fait de circoncire un garçon pour des motifs religieux transgresse le droit à son intégrité corporelle et à son autodétermination51. Bien que le Parlement allemand ait adopté une loi rendant la circoncision légale, les juristes Reinhard Merkel et Holm Putzke se sont interrogés sur la constitutionnalité de cette loi52.

  • 53 William E. Brigman, «Circumcision as child abuse: the legal and constitutional issues» Journal of (...)
  • 54 Christopher P. Price, «Male Non-therapeutic circumcision: The Legal and Ethical Issues», Male and (...)
  • 55 [UK] Royal Courts of Justice, In the matter of B and G (Children) (No 2), Neutral Citation Number (...)

16Le juriste William Brigman a déclaré en 1984 que la circoncision masculine dans la mesure où elle n’est pas justifiée médicalement, « déforme le pénis », et constitue une « blessure physique non accidentelle », une maltraitance infantile53. Le juriste américain Christopher Price affirmait en 1999 que « les avocats dans les juridictions de common law (Angleterre, États-Unis, Canada et Australie) ont émis l’opinion que ... la circoncision non thérapeutique est une agression criminelle [et] cette opinion n’a jamais été réfutée »54. De fait, en 2012, le tribunal allemand mentionné plus haut a statué que la circoncision pour motif religieux est un crime, bien que le médecin qui l’a réalisée n’ait pas été poursuivi. Dans une affaire impliquant des mutilations génitales féminines en Angleterre en 2015, le juge a statué ainsi : « Si les Mutilations génitales féminines de type IV [la forme la moins préjudiciable de MGF] reviennent à un préjudice significatif, alors il doit en être de même pour la circoncision masculine »55.

Devoirs des médecins et des parents

Médecins

  • 56 AMA Code, op. cit., Opinion 1.1.1 (« A patient-physician relationship exists when a physician ser (...)
  • 57 Id., Opinion 11.3.1.
  • 58 Id., Chap. 2.
  • 59 T.L. Beauchamp, J.F. Childress, Principles of Biomedical Ethics, 6th ed. New York: Oxford Univers (...)
  • 60 AMA Code, op. cit., Opinion 2.1.2.

17En tant que membres du corps médical, les médecins s’engagent pour appliquer le Code d’éthique médicale de l’Association américaine de Médecine (AMA). La circoncision transgresse plusieurs des règles éthiques et des lois régissant la médecine aux États-Unis. Les garçons en bonne santé ne représentent pas ce que le Code définit comme des patients56 et il en découle que les médecins ont le devoir de renvoyer les personnes qui sont en bonne santé. La circoncision enfreint l’Avis 11.3.1 : « Les médecins ne devront pas recommander, fournir ou faire payer des services médicaux qui ne sont pas nécessaires »57.Lorsqu’un patient a un réel besoin médical, le Code exige que les médecins établissent un diagnostic et qu’ils recommandent le traitement le plus approprié après avoir étudié s’il n’était pas préférable de ne rien faire du tout58. La circoncision, en revanche, est réalisée sans le diagnostic ou les conditions requises. En effet, l’Académie américaine de Pédiatrie établit elle-même que les bienfaits ne sont pas assez conséquents pour la recommander. La circoncision transgresse également les principes fondamentaux de l’éthique médicale : bienfaisance, absence de malfaisance, justice et autonomie59. Le Code spécifie en outre que : « Le respect pour l’autonomie du patient est fondamental dans l’éthique professionnelle et les médecins doivent impliquer les patients dans les décisions médicales en fonction de la capacité du patient à prendre une décision »60. La circoncision peut être reportée afin respecter le droit des individus à l’autonomie, afin qu’ils prennent eux-mêmes les décisions importantes concernant leur propre corps.

  • 61 Royal Dutch, op. cit.
  • 62 Tortorella v. Castro, 140 Cal.App.4th 1 (2006).

18En 2010, l’Association Royale de Médecine des Pays bas a déclaré : « La règle est de ne pas opérer des enfants en bonne santé », et « aucune complication ne peut être justifiée si elle résulte d’une opération médica-lement superflue »61. Une Cour d’appel de Californie a déclaré en 2006 dans l’affaire Tortorella c. Castro62 : « Il semble évident qu’une opération inutile est dommageable et cause un préjudice. Même si cette opération est exécutée à la perfection, si elle n’était pas nécessaire, elle demeure en soi un préjudice ».

  • 63 Voir plus généralement Thomas L. Hafemeister and Richard M. Gulbrandsen Jr., «The Fiduciary Oblig (...)
  • 64 Id.
  • 65 Thomas L. Hafemeister and Selina Spinos, «Lean on me: A physician's fiduciary duty to disclose an (...)

19Comme l’écrivent les juristes américains Thomas Hafemeister et Richard Gulbrandsen, que des médecins proposent ou accèdent à des demandes d’interventions qui ne sont pas médicalement nécessaires constitue un manquement au devoir de confiance, le devoir le plus important du droit63. Les médecins doivent « évaluer si un traitement requis est médicalement indiqué pour un patient donné »64 et « aider et diriger [les patients] dans le choix d’un traitement nécessaire »65. Comme le Comité de Bioéthique de l’Académie américaine de Pédiatrie l’a déclaré en 1995 :

  • 66 American Academy of Pediatrics Committee on Bioethics, «Informed consent, parental permission, an (...)

« [L]e consentement par procuration » pose de sérieux problèmes aux prestataires de soins pédiatriques. Ces prestataires ont le devoir légal et éthique envers leurs petits patients de leur fournir des soins médicaux appropriés fondés sur leurs besoins et non ce que quiconque d’autre exprime. Bien que les cas d’impasses relatives aux intérêts des mineurs et aux souhaits exprimés par leurs parents ou tuteurs soient rares, les responsabilités d’un pédiatre envers son ou sa patiente existent indépendamment des vœux parentaux ou du consentement par procuration66.

  • 67 American Academy of Pediatrics Committee on Bioethics, «Policy statement: Informed consent in dec (...)
  • 68 Centers for Disease Control and Prevention, «Background, Methods, and Synthesis of Scientific Inf (...)

20De plus, un autre comité de l’Académie américaine de Pédiatrie a déclaré en 2016 : « Les médecins doivent impliquer leurs patients en pédiatrie dans leur décision concernant leur santé en fournissant une information sur leur maladie et les options concernant le diagnostic et le traitement d’une manière adaptée à leur développement en recherchant leur accord au traitement médical chaque fois que cela sera approprié »67.Selon la déclaration de 2014 des Centres américains de Contrôle et de Prévention des Maladies (acronyme anglais CDC) : « Le fait de retarder la circoncision masculine jusqu’à l’adolescence ou à l’âge adulte évite les problèmes de violation du principe d’autonomie »68.

Les parents

  • 69 Canterbury v. Spence, 464 F. 2d 772 (Court of Appeals, Dist. of Columbia Circuit) (1972). https:/ (...)
  • 70 Cobbs v.Grant,501P.2d1(Cal. Supreme Court 1972), at p. 239. https://scholar.google.com/scholar_ c (...)

21Les professions médicales qui suivent les directives de l’Académie américaine de Pédiatrie de 2012 ne vont pas informer les parents que la circoncision peut être préjudiciable à leur enfant, et que celui-ci puisse regretter d’être circoncis. Il en ressort que le consentement parental a de fortes chances de ne pas être totalement pris en considération69. Comme dans le jugement de la Cour Suprême de Californie dans le cas Cobbs c. Grant, lorsqu’un médecin qui n’a pas suffisamment décrit les risques liés à une opération est coupable de blessure volontaire70.

  • 71 321 U.S. 158 (1944). https://www.law.cornell.edu/supremecourt/text/321/158.
  • 72 442 U.S. 584 (1979). https://supreme.justia.com/cases/federal/us/442/584/.

22Bien que les parents aient l’autorité légale de prendre des décisions médicales appropriées au nom de leurs enfants, cette autorité n’est pas sans limites. Par exemple, dans l’affaire Prince c. Massachusetts (1944)71, la Cour Suprême des États-Unis a établi que les parents n’ont pas le droit d’exposer leurs enfants à un risque médical, en l’occurrence pour des motifs religieux. Dans une autre affaire en 1979, Parham c. J.R.72, la Cour Suprême a affirmé que « les parents peuvent parfois agir contre les intérêts de leurs propres enfants ». Plus précisément, la Cour a déclaré qu’il était illégal pour des parents d’isoler un enfant « sans nécessité dans le cadre d’un traitement médical ». La Cour a considéré en l’occurrence qu’un enfant ne devrait pas être interné et donc forcé de renoncer à sa liberté sauf si un professionnel médical l’avait préconisé. Par analogie, les parents n’ont pas le droit d’exiger un traitement médical inutile pour leur enfant et qui viole ses droits légaux.

  • 73 AMA Code, op. cit., Opinion 2.1.2. AAP Policy Statement, 2012, op. cit., Résumé. (« Les parents d (...)

23De plus, lorsque des parents doivent prendre des décisions médicales qui ne peuvent pas être reportées pour leurs enfants, ils les représentent et agissent en leur nom. Lorsque des décisions médicales doivent être prises, le Code de l’Association américaine de Médecine stipule que les médecins doivent « aider ceux qui décident au nom du patient à prendre une décision en la fondant sur les préférences du patient (affirmées ou supposées), ou sinon conformément aux critères de l’intérêt supérieur du patient ». Étant donné que les hommes sont rarement volontaires pour se faire circoncire, il peut en être déduit que les garçons ne choisiraient pas d’être circoncis s’ils étaient capables de choisir. Le recours aux principes de l’intérêt supérieur conduirait à la même conclusion, étant donné qu’il n’existe aucun argument crédible pour affirmer qu’il est dans l’intérêt des hommes d’être circoncis puisqu’ils choisissent rarement de le faire de leur propre gré. Le Code d’éthique médicale établit également qu’en déterminant l’intérêt supérieur d’un patient, ces considérations incluent la douleur et la souffrance associées à cette intervention, les troubles qui peuvent en résulter ainsi que le bénéfice potentiel. Or, la circoncision comprend des risques médicaux73. Il y a violation du devoir judiciaire des parents lorsque ceux-ci prennent en compte leurs propres croyances alors qu’ils sont chargés par leur enfant de prendre une décision médicale en son nom.

  • 74 FGM statute, op. cit., Notes.
  • 75 U.S. Constitution –1er Amendement. https://www.usconstitution.net/xconst_Am1.html.
  • 76 Décision allemande, op. cit.
  • 77 Reinhard Merkel, Holm Putzke, op. cit., p. 447.

24Quand le Congrès américain a institué les mutilations génitales féminines comme un crime fédéral, il a aussi mentionné que « la pratique de la mutilation génitale féminine peut être interdite sans porter atteinte à l’exercice de tous droits garantis par le premier amendement de la Constitution ou par toute autre loi »74, en référence à la « clause du libre exercice du premier amendement » qui établit que « le Congrès ne promulguera aucune loi relative à l’établissement d’une religion ou qui en interdit le libre exercice … »75. Il en ressort, selon le Congrès américain, que les filles ont le droit à ce que leurs parties génitales soient gardées intactes sans tenir compte des croyances religieuses de leurs parents. Le tribunal allemand mentionné plus haut a également affirmé que les droits des personnes à leur intégrité physique et à leur autodétermination supplantent les croyances religieuses de leurs parents76. Les juristes allemands Reinhard Merkel et Holm Putzke observent qu’en raison du préjudice corporel infligé par la circoncision infantile, « cela implique nécessairement l’entrée en scène du droit »77.

  • 78 Id., Résumé, l’emphase est celle des auteurs.
  • 79 [UK] High Court of Justice, Family Division, Re L and B (Children), Neutral Citation Number: [201 (...)
  • 80 UN Declaration of the Rights of the Child, Principle 7, Para. 2; UN Convention on the Rights of t (...)
  • 81 Prince c. Massachusetts, 321 U.S. 158 (1944). Dans Wisconsin c. Yoder, 406 U.S. 205 (1972), la Co (...)
  • 82 Lors d’un débat en 2013 à Charleston, Caroline du Sud, à propos de l’éthique et de la légalité de (...)

25Selon les critères légaux, les considérations médicales liées à la douleur, aux complications et à la perte substantielle de tissu hautement érogène, devraient normalement impliquer que l’opération soit considérée comme un « risque inadmissible » – qui n’est ni justifiable pour des motifs de droit parental ni pour ceux liés à la liberté de religion ; comme tout autre droit à la liberté, ceux-ci cessent là où commence le corps d’une autre personne78. En 2016, la Haute Cour de Justice du Royaume-Uni (Division de la Famille) est arrivée aux mêmes conclusions en refusant d’autoriser un père à circoncire son fils pour des motifs religieux. Elle mentionne que la circoncision comporte des risques réels et que rien dans l’islam ne l’exige avant que les garçons puissent prendre cette décision eux-mêmes79. Selon les termes du droit international, l’intérêt supérieur de l’enfant doit toujours être la préoccupation principale guidant les actions des parents et des États80. De même, dans l’affaire Prince c. Massachusetts de 1944 déjà mentionnée, la Cour Suprême américaine a fait cette déclaration célèbre selon laquelle « le droit à pratiquer librement une religion ne comprend pas la liberté d’exposer l’enfant… à des risques de mauvaise santé ou de mort »81. Dès lors, l’affirmation de l’Académie américaine de Pédiatrie et des autorités religieuses que les parents ont le droit religieux de faire circoncire leur fils est problématique. Il n’existe aucun droit parental à choisir la circoncision pour des raisons culturelles ou personnelles, liées au fait que des parents puissent vouloir que le pénis de leur fils « ressemble à celui de papa »82.

Conclusion

26Le fait de conserver le prépuce des hommes intact respecte leur droit légal devant la loi américaine, le droit pénal allemand, le droit britannique, et le droit international à l’intégrité et à l’autodétermination physiques. La charge revient donc aux médecins aux États-Unis de justifier médicalement la circoncision alors qu’ils sont les seuls au monde à circoncire des garçons en bonne santé à l’exception des pays musulmans et d’Israël qui pratiquent la circoncision pour des raisons religieuses. Après 150 ans de tentatives de la part des médecins américains d’accomplir la circoncision pour des raisons médicales, le seul bénéfice médical potentiel de la circoncision que l’Académie américaine de Pédiatrie reconnaît est une réduction de 1% des infections urinaires qui peuvent être traitées par ailleurs par des antibiotiques.

27Cette Académie affirme que les parents ont le droit de choisir la circoncision sur la base de préférences religieuses, culturelles ou esthétiques. Pourtant, lorsque l’enfant est en bonne santé, les parents doivent respecter le droit à son intégrité physique et à son autodétermination. Et dans le cas où l’enfant aurait besoin d’un traitement médical, les parents doivent, en qualité de représentants, choisir les soins les plus appropriés en se fondant sur des motifs médicaux sans considération pour leurs propres croyances religieuses, culturelles ou personnelles. Des tribunaux en Europe ont statué que les droits des enfants à leur intégrité physique et à leur autodétermination prévalent sur les droits religieux des parents. En outre, même si les parents avaient le droit de choisir la circoncision pour des motifs non médicaux, les médecins ne sont autorisés à opérer les enfants que lorsqu’il est médicalement indiqué de le faire.

Haut de page

Bibliographie

[UK] High Court of Justice, Family Division, Re L and B (Children), Neutral Citation Number: [2016] EWHC 849 (Fam), 2016.

[UK] Royal Courts of Justice, In the matter of B and G (Children) (No 2), Neutral Citation Number [2015] EWFC 3, Case Number LJ13C00295, January 14, 2015.

18 U.S. Code § 116. Female genital mutilation and Congressional Findings (“FGM statute”). 321 U.S. 158 (1944).

442 U.S. 584 (1979).

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (committee on bioethics), «Informed consent, parental permission, and assent in pediatric practice», Pediatrics, n°95.2, p. 314-317, 1995.

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (committee on bioethics), «Policy statement: Informed consent in decision-making in pediatric practice», Pediatrics, n°138, 2016.

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (committee on fetus and newborn, section on anesthesiology and pain medicine), «Prevention and management of procedural pain in the neonate: an update», Pediatrics, 127.2, 2016.

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (committee on fetus and newborn), «Standards and Recommendation for Hospital Care of Newborn infants», 5th ed. Evanston, IL, 1971.

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (Committee on Fetus and Newborn), «Standards and Recommendations for Hospital Care of Newborn Infants», 6th Edition, American Academy of Pediatrics; Evanston, IL, 1977.

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (task force on circumcision), «Circumcision Policy Statement», Pediatrics, 103.3, 1999, p. 686-693.

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (task force on circumcision), «Circumcision policy statement», Pediatrics, n°130.3, 2012, p. 585-586.

AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS (Task Force on Circumcision), «Report of the Task Force of Circumcision», Pediatrics, n°84, 4, 1989, p. 388-391.

AMERICAN MEDICAL ASSOCIATION (council on scientific affairs), Neonatal circumcision, 1999, published online in 2000.

BEAUCHAMP (Tom L.), CHILDRESS (James F.), Principles of Biomedical Ethics, 6th ed. New York: Oxford University Press, 2008.

BRIGMAN (William E.), «Circumcision as child abuse: the legal and constitutional issues», Journal of Family Law, n°23, 1984, p. 337.

BRITISH MEDICAL ASSOCIATION, «The law and ethics of male circumcision: guidance for doctors», Journal of medical ethics, n°30.3, 2004, p. 261.

Canterbury v. Spence, 464 F. 2d 772 (Court of Appeals, Dist. of Columbia Circuit) (1972).

CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION, «Background, Methods, and Synthesis of Scientific Information Used to Inform the ‘Recommendations for Providers Counseling Male Patients and Parents Regarding Male Circumcision and the Prevention of HIV infection, STIs, and other Health Outcomes’», published at regulations.gov.

Cobbs v. Grant, 501 P. 2d 1 (Cal. Supreme Court 1972), p. 239.

Cruzan v. Director, Mo. Dept. of Health, 497 U.S. 261 (Supreme Court 1990).

DUNSMUIR (William D.), GORDON (E. M.), «The history of circumcision», BJU international, n°83.1, 1999, p. 1-12.

EARP (Brian D.), STEINFELD (Rebecca), Gender and Genital Cutting: A New Paradigm, 2017.

FORSTER (Katie), «Herpes cases among babies linked to ultra-Orthodox Jewish circumcision ritual», The Independent, March 9, 2017.

GOLLAHER (David L.), Circumcision: A history of the World’s Most Controversial Surgery, p. 1 (2000).

HAFEMEISTER (Thomas L.), GULBRANDSEN Jr. (Richard M.), «The Fiduciary Obligation of Physicians to ‘Just Say No’ if an ‘Informed’ Patient Demands Services that Are Not Medically Indicated», Seton Hall Law Review n° 39, p. 335-386, 2009.

HAFEMEISTER (Thomas L.), SPINOS (Selina), «Lean on me: A physician’s fiduciary duty to disclose an emergent medical risk to the patient», Washington University Law Review, n°86, p. 1167-1210, 2008.

HAMMOND (Tim), CARMACK (Adrienne), «Long-term adverse outcomes from neonatal circumcision reported in a survey of 1,008 men: an overview of health and human rights implications», The International Journal of Human Rights, n°21.2, 2017, p. 189-218.

HODGES (Frederick M.), «The ideal prepuce in ancient Greece and Rome: Male genital aesthetics and their relation to lipodermos, circumcision, foreskin restoration, and the kynodesme», Bulletin of the History of Medicine, n°75.3 (2001), p. 375-405.

LANDGERICHT KÖLN (Cologne District Court, Germany), Judgment of May 7 (2012) No. 151 Ns 169/11.

MAIMONIDES (Moses), The Guide of the Perplexed. Translated by Shlomo Pines, Chicago, The University of Chicago Press, 1963, p. 609-610.

MERKEL (Reinhard), PUTZKE (Holm), «After Cologne: male circumcision and the law. Parental right, religious liberty or criminal assault?», Journal of Medical Ethics, 39.7, 2013, p. 444-449 (“After Cologne”).

OFFORD (Joseph), «Restrictions concerning Circumcision under the Romans», Proceedings of the Royal Society of Medicine, n°6, 1913, p. 102-107.

OH (William), MERENSTEIN (Gerald), «Fourth Edition of the Guidelines for Perinatal Care: Summary of Changes», Pediatrics n°100.6, 1997, p. 1021-1022.

PRESTON (Noel E.), «Whither the Foreskin?: A Consideration of Routine Neonatal Circumcision», JAMA, n° 213.11, 1970, p. 1853-1858..

PRICE (Christopher P.), «Male Non-therapeutic circumcision: The Legal and Ethical Issues», Male and Female Circumcision, Medical, Legal, and Ethical Considerations in Pediatric Practice, DENNISTON G.C., HODGES F.M., MILOS M.F. (eds) New York: Kluwer Academic/ Plenum Publishers, p. 425-454, 1999.

Prince v. Massachusetts, 321 U.S. 158 (1944). In Wisconsin v. Yoder, 406 U.S. 205 (1972).

ROYAL DUTCH MEDICAL ASSOCIATION, Non-therapeutic circumcision of male minors, 2010.

SORRELLS (Morris L.) et al., «Fine-touch pressure thresholds in the adult penis», BJU International, n°99.4, 2007, p. 864-869.

SVOBODA (Steven J.), «Nontherapeutic circumcision of minors as an ethically problematic form of iatrogenic injury», AMA journal of ethics, n°19.8, 2017, p. 815-824.

Tortorella v. Castro, 140 Cal.App.4th 1 (2006).

US Constitution – Amendment 1.

UN Convention on the Rights of the Child Art. 3, Point 1.

UN Declaration of the Rights of the Child, Principle 7, Para. 2

Union Pacific RR Co. v. Botsford, 141 U.S. 250 (1891).

WORLD HEALTH ORGANIZATION, «Male circumcision: Global trends and determinants of prevalence, safety and acceptability», published online, p. 1-36, 2006.

Haut de page

Notes

1 D’après l’OMS, la circoncision est courante chez les musulmans et les juifs. OMS, « Dossier d'information sur la circoncision et la prévention du VIH PIÈCE N° 2 : Prévalence Mondiale de la Circoncision », publié en ligne< As SD SD SDVD, p. 1-36, 2006. https://www.who.int/hiv/mediacentre/infopack _fr_2.pdf. Voir aussi Moses Maimonides, The Guide of the Perplexed (Translated by Shlomo Pines), Chicago, The University of Chicago Press, 1963, p. 609-610. (« Ceux qui croient en l’unité de Dieu doivent avoir un signe corporel qui les unit »).

2 Vers 1970, au moins 85% des hommes étaient circoncis aux USA. David L. Gollaher, «Circumcision: A history of the World’s Most Controversial Surgery», p. 1 (2000). En 2006, 75% des mâles aux États-Unis étaient circoncis alors qu’au niveau mondial sa prévalence est de 30%. WHO, op. cit. 90% des pères circoncis choisissent de faire circoncire leur fils, notamment pour que le fils n’ait pas l’air différent. Id., p. 5. « [L]a pratique de la circoncision masculine est une norme sociale quintessentielle ». Dès lors, aux USA, la circoncision se perpétue.

3 Frederick M. Hodges, « Le prépuce idéal dans la Grèce et la Rome antiques : Esthétique génitale masculine et sa relation au lipodermos, à la circoncision, à la restauration du prépuce et au kynodesme », Bulletin of the History of Medicine, n°75.3 (2001), p. 375-405.

4 Joseph Offord, «Restrictions concerning Circumcision under the Romans», Proceedings of the Royal Society of Medicine, n°6, 1913, p. 102-107.

5 William D. Dunsmuir and E. M. Gordon, « The history of circumcision », BJU international, n°83.1, 1999, p. 1-12. cf. http://www.cirp.org/library/history/dunsmuir1/.

6 AAP Rapport Technique, 2012, op. cit., p. e772 : « Le taux de complication après une procédure en milieu hospitalier avec un personnel qualifié peut être considérablement différent de ceux pratiqués dans les pays en voie de développement et/ou par des pourvoyeurs rituels non qualifiés ».

7 AAP Rapport Technique, 2012, op. cit., p. e774. (« La majorité des blessures [et] complications sévères concernent l’amputation du gland ou du pénis, la transmission d’un herpès simplex après un contact de la bouche avec le pénis opéré par un mohel (circonciseur juif rituel) après la circoncision, une infection du staphylocoque doré résistant à la méticilline, une fistule cutanée de l’urètre, l’ischémie du gland et la mort »). En ce qui concerne l’herpès, il a été attribué à un rituel de circoncision juive orthodoxe qui implique de nettoyer la plaie de la circoncision par la bouche. Voir par exemple un article de 2017 dans le journal The Independent, « Cas d’herpes chez les bébés attribués au rite de circoncision ultra-orthodoxe », Katie Forster, March 9, 2017. https://www.independent.co.uk/news/world/americas/ herpes-babies-jewish-circumcision-ritual-link-rabbis-infants-a7620446.html (dernier accès le 13 mars 2017).

8 Royal Dutch Medical Association, «Non-therapeutic circumcision of male minors», 2010. https://www.knmg.nl/advies-richtlijnen/dossiers/jongensbesnijdenis.htm.

9 American Academy of Pediatrics Task Force on Circumcision, «Circumcision policy statement», Pediatrics, n°130.3, 2012, p. 585-586.

10 D’après l’AAP dans une communication à ses membres disponible auprès des auteurs, les médecins des États-Unis devraient présenter leurs conseils aux parents de chaque nouveau-né.

11 American Academy of Pediatrics Task Force on Circumcision (AAP), « Circumcision Policy Statement », Pediatrics, 103.3,1999, p. 686-693, at 688. https://pediatrics.aappublications.org/content/ pediatrics/103/3/686.full.pdf.

12 Moses Maimonides, op. cit.

13 Reinhard Merkel, Holm Putzke, «After Cologne: male circumcision and the law. Parental right, religious liberty or criminal assault?», Journal of Medical Ethics, 39.7, 2013, p. 444-449 («After Cologne»).

14 Committee on Fetus and Newborn, Standards and Recommendations for Hospital Care of Newborn Infants. Sixth Edition, American Academy of Pediatrics; Evanston, IL, 1977.

15 AAP Technical Report, op. cit., p. e776.

16 AAP Committee on Fetus and Newborn, Section on Anesthesiology and Pain Medicine, «Prevention and management of procedural pain in the neonate: an update», Pediatrics, 127.2, 2016, emphasis added.

17 AAP Technical Report, op. cit., 2012, p. e774.

18 Douglas Gairdner, «The Fate of the Foreskin», British medical journal, n°2.4642, 1949, p. 1433.

19 American Academy of Pediatrics Task Force on Circumcision (AAP), «Report of the Task Force of Circumcision» Pediatrics, 84.4, 1989, p. 388-91. http://www.cirp.org/library/statements/aap/#a1989.

20 1997 AAP Statement, op. cit.

21 Tim Hammond, Adrienne Carmack, «Long-term adverse outcomes from neonatal circumcision reported in a survey of 1,008 men: an overview of health and human rights implications», The International Journal of Human Rights, n°21.2, 2017, p. 189-218.

22 Steven J. Svoboda, «Nontherapeutic circumcision of minors as an ethically problematic form of iatrogenic injury», AMA journal of ethics, n°19.8, 2017, p. 815-824.

23 Valeria Purpura et al., op. cit., p. 3.

24 British Medical Association, «The law and ethics of male circumcision: guidance for doctors», Journal of medical ethics, n°30.3, 2004, p. 261.

25 See, e.g., Tim Hammond, Adrienne Carmack, op. cit., 2017.

26 Tom L. Beauchamp, James F. Childress In Robert Darby, op. cit., p. 5-6.

27 Morris L. Sorrells et al., «Fine-touch pressure thresholds in the adult penis», BJU International, n°99.4, 2007, p. 864-869.

28 Morten Frisch et al., op. cit., p. 798.

29 David Gollaher, op. cit., notes 64-65.

30 Steven J. Svoboda, op. cit., p. 815.

31 American Academy of Pediatrics, Committee on Fetus and Newborn. «Standards and Recommendation for Hospital Care of Newborn infants», 5th ed. Evanston, IL, 1971. http://www.cirp.org/library/ statements/aap/#a1971.

32 AAP Statement, 1989, op. cit.

33 AAP Statement, 1999, op. cit.

34 American Medical Association Council on Scientific Affairs, «Neonatal circumcision», 1999, published online in 2000. http://www.cirp.org/library/statements/ama2000/.

35 Royal Dutch, op. cit.

36 Andrew Freedman, op. cit., p. 1.

37 Steven Svoboda, op. cit., p. 819, citant Andrew Freedman, op. cit.

38 Noel E. Preston, «Whither the Foreskin?: A Consideration of Routine Neonatal Circumcision», JAMA, n° 213.11, 1970, p. 1853-1858.

39 Hugh Thompson et al., op. cit.

40 Committee on Fetus and Newborn, «Standards and Recommendations for Hospital Care of Newborn Infants», 6th Edition, American Academy of Pediatrics; Evanston, IL, 1977.

41 Task Force on Circumcision (AAP), «Report of the Task Force of Circumcision», Pediatrics, n°84, 4, 1989, p. 388-391.

42 AAP Policy Statement, 1999, op. cit., p. 691.

43 AAP Policy Statement, 2012, op. cit.

44 William Oh, Gerald Merenstein, «Fourth Edition of the Guidelines for Perinatal Care: Summary of Changes», Pediatrics n°100.6, 1997, p. 1021-1022.

45 AAP Policy Statement, 1999, op. cit., p. 691 [références omises].

46 AAP Technical report, 2012, op. cit., p. 763.

47 18 U.S. Code § 116. Mutilations Génitales Féminines et Constatations du Congrès (« statut des MGF »). https://www.law.cornell.edu/uscode/text/18/116.

48 Brian D. Earp, Rebecca Steinfeld, «Gender and Genital Cutting: A New Paradigm», 2017. http://euromind.global/en/brian-d-earp-and-rebecca-steinfeld/?lang=en.

49 Union Pacific RR Co. v. Botsford, 141 U.S. 250 (1891). https://supreme.justia.com/cases/federal/us/141/ 250/

50 Cruzan v. Director, Mo. Dept. of Health, 497 U.S. 261 (Supreme Court 1990).

51 Landgericht Köln (Cologne District Court, Germany), jugement du 7 mai (2012) No. 151 Ns 169/11 («German Decision»).

52 «After Cologne», op. cit.

53 William E. Brigman, «Circumcision as child abuse: the legal and constitutional issues» Journal of Family Law, n°23, 1984, p. 337.

54 Christopher P. Price, «Male Non-therapeutic circumcision: The Legal and Ethical Issues», Male and Female Circumcision, Medical, Legal, and Ethical Considerations in Pediatric Practice, Denniston GC, Hodges FM and Milos MF (eds), New York: Kluwer Academic/Plenum Publishers, p. 425-454, 1999.

55 [UK] Royal Courts of Justice, In the matter of B and G (Children) (No 2), Neutral Citation Number [2015] EWFC 3, Case Number LJ13C00295, January 14, 2015.

56 AMA Code, op. cit., Opinion 1.1.1 (« A patient-physician relationship exists when a physician serves a patient’s medical needs »).

57 Id., Opinion 11.3.1.

58 Id., Chap. 2.

59 T.L. Beauchamp, J.F. Childress, Principles of Biomedical Ethics, 6th ed. New York: Oxford University Press, 2008.

60 AMA Code, op. cit., Opinion 2.1.2.

61 Royal Dutch, op. cit.

62 Tortorella v. Castro, 140 Cal.App.4th 1 (2006).

63 Voir plus généralement Thomas L. Hafemeister and Richard M. Gulbrandsen Jr., «The Fiduciary Obligation of Physicians to ‘Just Say No’ if an ‘Informed’ Patient Demands Services that Are Not Medically Indicated», Seton Hall Law Review 39, p. 335-386, 2009, citant la jurisprudence.

64 Id.

65 Thomas L. Hafemeister and Selina Spinos, «Lean on me: A physician's fiduciary duty to disclose an emergent medical risk to the patient», Washington University Law Review, n°86, p. 1167-1210, 2008.

66 American Academy of Pediatrics Committee on Bioethics, «Informed consent, parental permission, and assent in pediatric practice», Pediatrics, n°95.2, p. 314-317, 1995.

67 American Academy of Pediatrics Committee on Bioethics, «Policy statement: Informed consent in decision-making in pediatric practice», Pediatrics, n°138, 2016.

68 Centers for Disease Control and Prevention, «Background, Methods, and Synthesis of Scientific Information Used to Inform the Recommendations for Providers Counseling Male Patients and Parents Regarding Male Circumcision and the Prevention of HIV infection, STIs, and other Health Outcomes», publié en ligne sur regulations.gov. https://www.regulations.gov/document?D=CDC-2014-0012-0002.

69 Canterbury v. Spence, 464 F. 2d 772 (Court of Appeals, Dist. of Columbia Circuit) (1972). https://scholar.google.com/scholar_case?case=16106013819601769055&q=Canterbury+v.+Spence&hl=en&as_sdt=40000006.

70 Cobbs v.Grant,501P.2d1(Cal. Supreme Court 1972), at p. 239. https://scholar.google.com/scholar_ case?case=9007336518867928085&q=cobbs+v+grant&hl=en&as_sdt=40000006.

71 321 U.S. 158 (1944). https://www.law.cornell.edu/supremecourt/text/321/158.

72 442 U.S. 584 (1979). https://supreme.justia.com/cases/federal/us/442/584/.

73 AMA Code, op. cit., Opinion 2.1.2. AAP Policy Statement, 2012, op. cit., Résumé. (« Les parents doivent en dernier recours décider si la circoncision ne contredit pas l’intérêt supérieur de leur enfant »).

74 FGM statute, op. cit., Notes.

75 U.S. Constitution –1er Amendement. https://www.usconstitution.net/xconst_Am1.html.

76 Décision allemande, op. cit.

77 Reinhard Merkel, Holm Putzke, op. cit., p. 447.

78 Id., Résumé, l’emphase est celle des auteurs.

79 [UK] High Court of Justice, Family Division, Re L and B (Children), Neutral Citation Number: [2016] EWHC 849 (Fam), 2016. http://www.bailii.org/ew/cases/EWHC/Fam/2016/849.html.

80 UN Declaration of the Rights of the Child, Principle 7, Para. 2; UN Convention on the Rights of the Child Art. 3, Point 1.

81 Prince c. Massachusetts, 321 U.S. 158 (1944). Dans Wisconsin c. Yoder, 406 U.S. 205 (1972), la Cour Suprême des États-Unis a réaffirmé Prince en déclarant : « Il est sûr que le pouvoir des parents, même lorsqu’il est lié à une demande d’exercice de liberté, peut être sujet à des limitations selon les termes de Prince s’il apparaît que les décisions parentales mettent en danger la santé ou la sécurité d’un enfant... » https://caselaw.findlaw.com/us-supreme-court/406/205.html.

82 Lors d’un débat en 2013 à Charleston, Caroline du Sud, à propos de l’éthique et de la légalité de la circoncision entre Michael Brady de l’AAP de 2012 et Steven Svoboda de l’Association des Avocats pour les Droits de l’Enfant (acronyme anglais ARC), un médecin de campagne a déclaré que les parents choisissent parfois que leur fils soit circoncis pour « ressembler à papa ». L’ARC fut autorisée à enregistrer le débat qui est disponible auprès de cette organisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter W. Adler et Felix Daase, « Actualité du débat sur la circoncision aux États-Unis »Droit et cultures, 79 | 2020, 207-222.

Référence électronique

Peter W. Adler et Felix Daase, « Actualité du débat sur la circoncision aux États-Unis »Droit et cultures [En ligne], 79 | 2020/1, mis en ligne le 29 octobre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/6276

Haut de page

Auteurs

Peter W. Adler

Peter W. Adler a obtenu un Master avec mention en philosophie du Magdalene College de l’Université de Cambridge ainsi qu’un Doctorat en Droit de la faculté de Droit de l’Université de Virginie où il a dirigé la Revue de Droit de Virginie ainsi que la Revue de Droit International de Virginie. Il a exercé le droit à Boston pendant treize ans en devenant l’un des associés du cabinet Myerow, Resnick, Poirier et Adler. Il enseigne le droit international, le droit des affaires et le commerce international à l’Université du Massachusetts. Il a publié quatre autres articles sur le droit et la circoncision, notamment : « Est-il légal d’utiliser Medicaid pour payer la Circoncision », Journal of Law and Medicine 335 (2011), et « La Circoncision est-elle légale ? », 16 Richmond Journal of Law and the Public Interest 439 (2013). Il est également conseiller juridique pour les avocats spécialisés dans les droits de l’enfant.

Felix Daase

Felix Daase a étudié les Sciences politiques et le droit public à Tübingen en Allemagne, en se spécialisant dans les relations internationales, le droit international et les droits de l’homme. De 2017 à 2018, il a pris part à un programme d’échange du Baden-Württemberg avec l’Université du Massachusetts à Lowell, où il a étudié les sciences politiques, le droit international et les mémorandum juridiques sur la question de savoir si la circoncision systématique des garçons violait le droit international, ce qui a conduit le Professeur Adler à lui proposer de collaborer au présent article. À l’heure actuelle, il compare les campagnes d’interdiction de mutilation des garçons et des filles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search