Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Dossier: Réparer les corps et les...Postface. Les Sciences sociales, ...

Dossier: Réparer les corps et les sexes

Postface. Les Sciences sociales, vigies de l’intégrité du corps

Social Sciences, Watchers of Bodily Integrity
Anne Marie Moulin
p. 223-239

Résumés

Corinne Fortier a rassemblé des textes originaux et riches d’informations sur les transformations du corps sexué, prenant en compte les nouveautés introduites par la chirurgie occidentale moderne. L’ethnographie a décrit d’anciennes pratiques de modification des organes génitaux, dont certaines (excision) sont aujourd’hui dénoncées comme des mutilations. Ces pratiques correspondent cependant à un continuum complexe d’émotions et de désirs liés à la sexualité, plus universel qu’on ne le présente communément. Réparation et reconstruction des organes sexuels sollicitent un regard anthropologique, à l’heure où l’éventail des transformations s’élargit, notamment pour répondre à des volontés personnelles de changement de l’identité et de l’apparence sexuelles.

Haut de page

Texte intégral

1L’anthropologue Corinne Fortier a rassemblé des textes originaux et riches d’informations sur la reconstruction des organes sexuels, faisant suite à des rituels comme les différentes formes d’excision. Dans l’article inaugural dont elle est l’auteur, qu’elle intitule « Variations autour d’un sexe féminin phallique », elle consacre une étude audacieuse et percutante aux péripéties dramatiques d’un corps féminin en proie à des exigences contradictoires qui le plus souvent ne tiennent pas compte de ses désirs propres, d’Orient en Occident. Même la législation qui entend venir à son secours et compenser ses malheurs, même la chirurgie plastique proposée pour faire oublier le traumatisme peut être l’occasion d’un nouveau traumatisme. Une lecture pessimiste dans laquelle elle confronte des visions en apparence opposées du corps féminin, à l’aide de l’apport de la mythologie et de l’ethnopsychiatrie, à travers la durée. À propos d’une simple technique chirurgicale qui semblait pouvoir réparer un dommage et mettre fin à une injustice, elle restitue la dramaturgie cosmique de l’affrontement de l’homme et de la femme, la peur et l’angoisse qui tourmentent, l’un et l’autre, les vengeances et les non-dits que la psychanalyse ont, il y a un siècle, mis en forme et donne un souffle inoubliable à un sujet sur lequel on pouvait penser que tout avait été dit.

2Ce numéro thématique de Droit et Cultures sur la reconstruction des organes sexuels devrait donc permettre aux sciences sociales comme l’anthropologie d’être la vigie qui annonce la terre promise, mais aussi les écueils. La chirurgie reconstructrice n’est pas un retour simple à l’intégrité du corps. L’enthousiasme pour cette chirurgie novatrice qui électrise l’opinion ne doit pas cacher la nécessité, perçue d’ailleurs par les équipes qui ont été interviewées, de bien peser ses indications et ses résultats. D’autant plus que ces opérations et les besoins qui s’expriment à cette occasion renvoient à un ensemble complexe de représentations et d’affects plus universel qu’il n’y paraît à première vue.

3Le dossier inspiré et sous la responsabilité de Corinne Fortier est remarquable en tous points. D’abord parce qu’il revient à une certaine tradition de terrain et à une description des pratiques, marquée au sceau de l’authenticité : quelle que soit la culture du lecteur, il y trouvera un renouvellement de thèmes controversés, comme la circoncision et l’excision, dont la connaissance par les lecteurs occidentaux est souvent superficielle. Ensuite, ce numéro prend acte de l’évolution des techniques d’une chirurgie reconstructrice des organes génitaux, dont il tente un premier bilan, à propos de l’excision, comme de l’évolution des sociétés à l’égard de ce qu’elles considèrent de façon croissante comme des « mutilations » (y compris pour certains pour la circoncision). L’ensemble du dossier suggère la complexité des représentations des organes sexuels et de leur fonctionnement, et la diversité des images d’un corps sexuel idéal comme du confort et du plaisir qui lui sont associés. Il appelle à une exploration plus poussée de ces représentations à travers les cultures, en évitant une condamnation sans nuance d’usages exotiques et primitifs, renvoyés à un passé en voie d’abolition.

Une chirurgie en plein essor

  • 1 Denis Mukwege et Guy-Bernard Cadière, Panzi, Paris, Éditeurs du Moment, 2014 ; Denis Mukwege, Pla (...)
  • 2 Nadia Murad, Pour que je sois la dernière, Paris, Fayard, 2018.
  • 3 Film de Thierry Michel et Colette Braeckman, sorti en avril 2015, d’après le livre du même nom éc (...)

4Ce n’est pas un hasard si le docteur Denis Mukwege de la République démocratique du Congo (RDC) a reçu le prix Nobel de la Paix en 20181, conjointement avec Nadia Murad, une jeune kurde appartenant à la minorité religieuse des Yezidis et victime de violences sexuelles en Irak2. Denis Mukwege est passé de la chirurgie des fistules gynécologiques à la réparation des dégâts des viols et violences chez les femmes congolaises et a reçu le surnom de « l’homme qui répare les femmes »3.

  • 4 Association française d’urologie, Pierre Foldes, Stéphane Droupy, Béatrice Cuzin, « Chirurgie cos (...)
  • 5 Dans le cas d’ambigüités sexuelles, par exemple consécutives à des mosaïques génétiques : coexist (...)

5La chirurgie plastique des organes génitaux a fait globalement beaucoup de progrès techniques et aussi vu multiplier ses indications4. Si en effet de longue date la chirurgie est intervenue pour transformer les porteurs d’ambigüités sexuelles majeures en membres du sexe féminin par défaut5, elle est maintenant de plus en plus sollicitée pour des opérations de réparation et de transformation des organes génitaux.

  • 6 Ludovic Falandry, Sawaba : une vie volée, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Claude Dumurgier, Ludovic Fa (...)

6Cette chirurgie s’est beaucoup développée, comme en témoigne l’itinéraire du Docteur Mukwege qui est venu se former à Angers, à la réparation des fistules succédant à un accouchement avec déchirures périnéales, véritable fléau en Afrique subsaharienne6, et qui s’est ensuite consacré à la reconstruction des femmes après les violences sexuelles faisant rage dans le cadre des guerres au Congo (RDC). Elle intervient aussi pour « réparer » les modifications consécutives à des rituels touchant la sphère génitale : par exemple pour reconstituer le clitoris après l’excision traditionnelle. Elle peut aussi accompagner les changements volontaristes d’identité sexuelle, répondant à une demande esthétique personnelle portant sur l’aspect des organes génitaux.

Les modifications rituelles des organes sexuels : un tournant

  • 7 Marie Bonaparte, « Note sur l’excision », Revue française de psychanalyse, n°12, 1948, p. 213-231 (...)
  • 8 Auteur de Les gens du riz, Kissi de Haute-Guinée, Paris, Plon, 1952.
  • 9 Monique Gessain, «Coniagui Women, Guinea», in Denise Paulme (ed.), Women in Tropical Africa, Lond (...)

7Les innovations chirurgicales comme la reconstruction du clitoris (clitoridoplastie) sont l’occasion de revenir sur le passé des récits de l’excision. Celle-ci a été pendant longtemps peu connue, mais non pas ignorée7, et surtout elle a longtemps été vue différemment d’aujourd’hui. Dans un ouvrage collectif, Women in Tropical Africa, édité par une anthropologue française, Denise Paulme8, se trouve un chapitre dû à Monique Gessain sur les femmes Coniagui, qui parle longuement de leur excision9. Celle-ci est décrite comme un rituel d’initiation pratiqué lors d’une retraite hors du village, au cours de laquelle les femmes éprouvent leur solidarité et se transmettent des connaissances et des savoir-faire pour s’adapter au monde difficile qui les attend. L’anthropologue a mis l’accent sur l’importance stratégique d’un moment crucial de la vie des fillettes, qui ne diffère pas fondamentalement des temps d’épreuve et d’initiation qui jalonnent aussi l’histoire des garçons, rites de passage des classes d’âge, des castes militaires et des corporations.

  • 10 Denise Paulme (ed.), Women in Tropical Africa, London, Routledge, 1963.

8Les anthropologues du recueil Women in Tropical Africa (1963)10, qui a été récemment réédité, n’approuvaient certainement pas à titre personnel une épreuve physique qui ressemble à une torture, mais ne se croyaient pas autorisées à intervenir. J’ai éprouvé jadis une semblable obligation de réserver son jugement : en 1983, quand je me trouvais en mission à Kaka, village de Centrafrique près de la frontière avec le Congo, les femmes pygmées arboraient une fente sus-labiale qui laissait voir la gencive et à laquelle était suspendu un anneau. Je trouvais personnellement cette fenêtre sur la gencive un peu répulsive. Je demandai un jour étourdiment à une jeune femme pygmée le pourquoi de cette pratique, et elle me répondit en souriant avec fierté « pour la beauté », en utilisant le terme français…

  • 11 L’excision, comme la circoncision, a été proposée et réalisée au XIXe siècle pour résoudre divers (...)

9En Europe même, la clitoridectomie a connu une véritable vogue au XIXe siècle. Des médecins, y compris des mandarins comme Paul Broca (1864) et Jean-Martin Charcot (1865), le grand neurologue de la Salpêtrière, obsédés par la masturbation mère de tous les maux, préconisèrent l’ablation ou l’abrasion du clitoris. Au début du XXe siècle, le clitoris a été soit considéré comme une entrave à l’orgasme vaginal, désormais jugé fondamental pour une sexualité normale, soit exalté, au point qu’une ablation de son « capuchon » était proposée pour le « libérer ». La princesse Marie Bonaparte elle-même aura recours, pour soigner sa frigidité, à un déplacement chirurgical du clitoris. La critique médicale radicale de l’excision a été relativement tardive, comme le rappelle Michèle Villani, et a été en lien avec la découverte hospitalière de ses séquelles, posant des problèmes lors de l’accouchement, dans les années 198011.

  • 12 El Sayed Mirghani, De la pratique de la clitoridectomie, nymphectomie, vulvectomie et infibulatio (...)
  • 13 Bruno Bettelheim, Les blessures symboliques. Essai d’interprétation des rites d’initiation, Paris (...)

10Un peu avant cette date, en 1974, à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges, pendant les nuits de garde, nous découvrions avec passion la thèse de l’un d’entre nous, le chirurgien soudanais Sayed al-Mirghani, deux cents pages sur l’excision écrites sur la base de son expérience au Soudan, et en lien avec l’activité militante de sa belle-mère contre l’excision12. À l’époque, une copie des thèses de médecine était envoyée dans toutes les facultés françaises, seulement le sujet n’était pas à la mode. Nous avons tous aussi lu Les blessures symboliques de Bruno Bettelheim13 (1971) et discuté des parentés entre circoncision masculine et excision (le terme qui les désigne en arabe est le même, khitân), un sujet qui, hier comme aujourd’hui, suscitait inconfort et débat : deux pratiques proches, mais qui ont été souvent opposées comme la culture et la sauvagerie, l’exaltation et la répression du plaisir.

  • 14 Franziska Hosken, The Hosken Report, Genital and Sexual Mutilation of Females, Lexington, Women I (...)
  • 15 Nawal el Saadawi (Egypte), Eve’s Hidden Face, (La Face cachée d’Eve), 1980 ; Waris Dirie (Somalie (...)
  • 16 Le stade IV ne concerne pas l’excision.
  • 17 Nous soulignons.

11Le silence a été rompu par des journalistes comme l’Américaine Franziska Hosken dont le Rapport de 1979 utilisa pour la première fois le terme de mutilation14. Les femmes excisées sortirent alors du silence15. Le terme d’excision est souvent utilisé pour désigner globalement l’ablation partielle ou totale du clitoris et des petites et des grandes lèvres, qui peut être associée à l’infibulation ou fermeture partielle du vagin. Soit une multitude de pratiques répandues sur plusieurs continents, attestées depuis l’Antiquité et qui toucheraient plus de 100 millions de femmes. En 1995, l’ensemble a été globalement dénoncé par l’OMS, sous le nom de « mutilations génitales féminines » (MGM), et a fait l’objet d’une classification en quatre stades, où l’excision-infibulation dite majeure (« pharaonique ») figure au stade III16. En 2011, la Convention du Conseil de l’Europe, dite d’Istanbul, contre les violences à l’égard des femmes, ratifiée par la France en 2014, a stipulé qu’aucun acte de violence à l’encontre d’une femme ne peut être justifié par « la culture, la coutume, la religion, la tradition ou le prétendu ‘honneur’ »17. Cette dernière mention témoigne d’une immixtion occidentale dans la culture d’autrui et les valeurs qu’elle choisit. Le débat ne fait que commencer : l’excision peut être combattue comme séquelle de l’oppression masculine et de la répression du désir féminin ou revendiquée comme patrimoine culturel au nom du refus de la domination occidentale. La lutte contre l’excision est elle-même porteuse d’une certaine ambivalence, ce que l’anthropologue américaine Donna Haraway appelle « des dualismes troublants » : la découverte par les femmes de l’excision dans leur corps et de la différence avec les non excisées, a pu créer un traumatisme supplémentaire que la reconstruction peut parfois aviver, celui de la différence. Faut-il vraiment choisir entre l’Occident et l’Orient, les femmes et les hommes, la science et la nature, l’imaginaire et le réel ?

12La loi a choisi de trancher. Isabelle Gillette-Faye dresse ici une chronologie des législations dans les pays d’Europe et en Afrique. Des interdictions avaient été lancées, notamment au Soudan (1946) avant 1995. En Europe, les législations divergent quant aux peines prévues et quant à la qualification du crime, suivant que l’opération a eu lieu ou non sur le territoire national, selon l’ancienneté de l’acte, l’implication ou non de professionnels de santé, etc. En Afrique, les prises de position des pouvoirs publics s’échelonnent sur plus de trente ans. Mais ce qui frappe un peu partout, en particulier en Afrique, c’est la rareté des procès et de l’application des peines, suggérant un hiatus entre la législation et la réalité des mœurs. L’ignorance fréquente de l’anatomie des organes génitaux féminins « normaux » a pu contribuer à ce silence : peut-on lui attribuer le fait qu’alors que les femmes étaient excisées à plus de 90 % en Égypte, le président Moubarak ait dit ignorer la coutume, au moment de la Conférence internationale Population et Développement au Caire en 1994 ?

  • 18 Colloque international Regards éthiques pluridisciplinaires en sciences sociales, environnement e (...)
  • 19 Les Soussou représentent l’ethnie majoritaire en Guinée Conakry. Comme chez les Peuls, l’excision (...)
  • 20 Femmes Solidaires (représentée par Aicha Dabele) est une association qui intervient dans la zone (...)
  • 21 Anne Marie Moulin, « Un inventaire des outils de lutte contre l’excision. Regards africains crois (...)
  • 22 Journée internationale de la femme, Addis Abeba, 8 mars 2015.

13La chronologie de l’annonce des mesures légales à travers le monde ne fournit donc qu’une indication très approximative de l’évolution des mœurs. En Guinée, par exemple, une loi a été passée en 2001, mais aucun message d’information et d’éducation du public n’en a résulté. En 2018, lors d’une conférence d’éthique à Conakry18, une communication encourageant le ban de l’excision a provoqué une réaction de colère chez un universitaire présent : « Si vous supprimez l’excision, vous tuez la culture soussou ! »19, sidérant quelque peu l’auditoire. Mais le propos éclaire la situation : mettre hors la loi une coutume considérée comme la norme sociale risque fort de n’être guère efficace, pire, d’habituer à considérer une loi comme une simple déclaration sans portée. D’où l’importance d’entreprendre concrètement une action collective d’éducation, parallèlement à la loi, par exemple au niveau du village : c’est le parti pris au Burkina Faso où l’engagement communautaire (loi passée en 1996) s’est accompagné d’un reclassement des exciseuses qui perdent leur travail, grâce à une attribution de bétail. En Éthiopie, en pays Afar, une association, Femmes solidaires20, procède également village par village, les initiatives individuelles isolées étant vouées à l’échec21, et Bogalech Gebré, la pionnière des luttes féministes en Éthiopie, parle à ce propos d’une « révolution » dans la culture22.

  • 23 Communication de Charles Candillier, médecin inspecteur d’ARS, syndicat des médecins inspecteurs (...)
  • 24 Emmanel Jovelin, « Maltraitance et culture : de l’excision aux punitions corporelles dans les fam (...)

14Dans la plupart des pays, la loi est prévue pour faire peur plus que pour susciter une vague de procès. La dénonciation des parents par leur fille reste problématique, même si, en tout cas pour la France, elle peut intervenir longtemps après l’excision. La crainte du renvoi au pays pour excision a été un argument pour octroyer des permis de séjour aux jeunes mineures africaines. Mais pour éviter le contournement de la loi, il a été proposé de vérifier l’absence d’excision chez la fillette par un médecin inspecteur assermenté, forme de violence qui n’est pas admissible23. Le régime de la punition qui attend les contrevenants sur le sol de la République française, maintenant rappelé par les documents remis aux migrant(e)s, est-il adapté24 ?

  • 25 Camille Lacoste-Dujardin, Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, (...)

15La société occidentale appelle maintenant officiellement « mutilations » des opérations qui dans d’autres sociétés sont vues comme des « perfection-nements », par ablation de parties considérées comme anormales et étrangères à un corps « idéal », d’où la difficulté de condamner des femmes et des mères qui ont cru bien faire en respectant les canons de leur société qui permettent à une fille de trouver un mari25.

16En Égypte, à partir de 1995, des associations de lutte contre l’excision dont l’une, à l’époque a été patronnée par madame Moubarak, sont apparues, affichant un NON résolu. Mais c’est après la révolution de janvier 2011, à la faveur de l’éphémère « printemps arabe », que le questionnement de l’excision s’est étendu, d’autant que, comme le rappelle Corinne Fortier, comme l’opération est souvent faite au moment de la puberté, l’épisode reste gravé dans la mémoire des jeunes filles. Les médecins avaient joué jusque-là un rôle équivoque. Certains avaient simplement participé à la médicalisation de l’excision (réalisée sous anesthésie et aseptiquement), avec le risque que dans ces conditions de confort chirurgical, elle soit plus étendue que celle des simples dayas, sages-femmes traditionnelles pratiquant l’excision. D’autres médecins ont proposé une opération a minima, une incision minime du clitoris procurant la goutte de sang qui sauve l’imaginaire de l’honneur. Depuis janvier 2011, s’est opérée dans le peuple une prise de conscience qui dépasse les petits groupes d’intellectuels qui avaient lancé le mouvement de Kâfiya (« Ça suffit »). Il est maintenant fréquent de trouver des affiches dans la rue, y compris dans le métro, pour faire cesser la pratique qui, selon le gouvernement, serait tombée à 75%. La chirurgie réparatrice n’est apparemment pas encore disponible, mais là comme ailleurs, ne saurait tout résoudre.

  • 26 Un bon exposé approfondi des indications médicales fluctuantes de la circoncision, des arguments (...)
  • 27 Christophe Perrey, Alain Giami, Kenneth Rochel de Oliviera et André de Oliveria Mendonça, « De la (...)
  • 28 George C. Denniston, Frederick M. Hodges, Marilyn Fayre (eds), Genital Autonomy. Protecting Perso (...)

17La condamnation de l’excision, qui a eu un énorme retentissement international, soulève pour Michèle Villani comme pour Peter W. Adler et Felix Daase le problème de la circoncision. Celle-ci non seulement jouit d’une tolérance quasi universelle comme pratique dans deux religions majeures, mais à plusieurs reprises a été recommandée pour ses vertus médicales26. De plus, elle a récemment été proposée comme un moyen de prévention du Sida, et à ce titre, a été appliquée au nom de la santé publique dans des populations adultes dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne après la réunion de l’OMS à Montreux en 200727. Il existe d’ailleurs une chirurgie « réparatrice » qui répond à la revendication nouvelle de « l’autonomie génitale » pour les enfants28. Cette dernière est il est vrai peu pratiquée.

Chirurgie reconstructive : un bilan ?

  • 29 Pierre Foldès, « Chirurgie plastique reconstructrice pour excision rituelle et mutilations sexuel (...)

18La reconstitution du clitoris ou clitoridoplastie a été tentée et poursuivie avec succès par le médecin français Pierre Foldès29 à partir de 2003 et a suscité des émules dans de nombreux pays. Certains États africains qui n’ont pas encore mis un terme à la coutume locale envisagent d’ores et déjà d’installer des cliniques ad hoc, destinées aux élites, source prévisible d’espèces trébuchantes.

19L’appréciation des résultats de l’innovation chirurgicale est en demi-teinte. Lidia Calderoli comme Michèle Villani soulignent à juste titre la difficulté des bilans. L’intervention vise officiellement à rétablir une vraie identité de femme désormais « complète », source potentielle, mais non garantie absolue d’épanouissement : Pierre Foldes et ses émules font d’ailleurs montre de prudence dans les indications ! Mais la mode est lancée, déjà on parle de milliers de personnes opérées, et le suivi se perd un peu pour le moment dans les méandres de l’actualité.

  • 30 Michèle Villani et Armelle Andro, « Réparation du clitoris et reconstruction de la sexualité chez (...)

20Les observations de Corinne Fortier dans les services pratiquant la reconstruction du clitoris, comme l’article de Sara Johnsdotter, font part des interrogations sur ce qui est profondément en cause : non seulement les retrouvailles avec une identité de femme désirante et désirée, mais l’existence et la nature du plaisir. La mise au ban de l’excision a déclenché chez les femmes excisées vivant en exil un sentiment de mutilation qu’elles ne connaissaient pas antérieurement dans le milieu d’origine, où l’excision était la norme dans le milieu et pour leurs partenaires30. L’enquête, oh combien difficile ! sur la réalisation d’un orgasme complet, mesure supposée du plaisir sexuel, s’avère à certains égards aussi incertaine, mutatis mutandis, que celle sur la douleur et la fameuse échelle de mesure (de 0 à 10), entrée en vigueur dans tous les services de médecine occidentaux. Une partie seulement des femmes excisées déclarent connaître un orgasme, mais les opérées ne l’ont pas toutes trouvé et … identifié.

21À qui est destiné le plaisir ? Le chapitre de Clémence Schantz montre les femmes cambodgiennes prêtes à souffrir pour donner plus de plaisir à leur mari et d’abord éviter qu’il aille chercher chez les prostituées un surcroît de jouissance, sans garantie d’ailleurs, car une opération de resserrement du vagin n’est pas l’assurance que l’aventure extra-conjugale ne tentera pas certains. On peut rapprocher ces expériences cambodgiennes de celles des femmes d’autres pays, en particulier occidentales, à propos de l’épisiotomie. Incision de la vulve au moment de l’expulsion du fœtus, l’épisiotomie reste un geste de routine accompli chez les primipares, pour éviter un déchirement périnéal. Dans les manuels de médecine, elle est décrite comme un geste anodin sur une vulve amincie autour de la tête du fœtus, au point de ne pas susciter de douleur chez l’accouchée, submergée par un océan de sensations fortes. Au moment de la suture de l’épisiotomie, opérée en général immédiatement après la délivrance, les accouchées ne semblent pas à ce moment-là se préoccuper du resserrement du vagin. Ce sont les hommes de l’art, s’ils sont présents, qui se préoccupent parfois du « point du chirurgien », cadeau destiné, comme le rappelle Corinne Fortier, au mari.

  • 31 Amal Chabbach, Le couple Arabe au XXIe siècle, mode d’emploi, Paris, Quintessences, 2010. Son gui (...)

22L’obsession d’un vagin élargi où son sexe risque de « flotter », surtout s’il s’y associe des hypersécrétions, hante plus d’un partenaire masculin, comme je peux en témoigner comme clinicienne. Elle est évoquée comme motif de consultation par un ouvrage écrit pour venir en aide aux couples arabes du XXIe siècle par la sexologue marocaine Amal Chabbach, en 201031. En conséquence, les kinésithérapeutes, lors de la rééducation du périnée après l’accouchement, proposent aux femmes des exercices de contractions volontaires de la vulve pendant le coït, preuve que la préoccupation du vagin étroit n’est pas l’apanage des seuls Cambodgiens ou des « Asiatiques ». La reprise chirurgicale, afin de redonner au vagin sa dimension quasi virginale telle qu’elle est pratiquée au Cambodge, est souvent réalisée dans le contexte d’une hystérectomie : le resserrement périnéal, supposé éviter l’incontinence, pourrait en même temps améliorer les sensations du couple au moment du coït, d’un côté comme de l’autre.

Une santé sexuelle globale

23Il y a donc bien une santé sexuelle globale, en ce sens que les questions posées lors des relations sexuelles sont bien des questions universelles, et la parenté est profonde entre ces questions et les réponses balbutiantes et contradictoires que nos cultures proposent. C’est le rôle de l’anthropologie, non de servir des problématiques toutes faites et de proposer des techniques modernes garantissant un progrès évalué avec les méthodes de l’épidémiologie quantitative, mais d’approfondir la gamme étendue des significations mises en œuvre par le corps, dans ses plaisirs comme dans ses douleurs, au cours du cycle complexe qui va pour les plus chanceux de l’enfance à une vieillesse qu’on dit parfois apaisée ou qui devrait l’être.

24Un autre rapprochement des cultures, toujours au titre des « réparations » des « mutilations », est abordé dans le chapitre d’Élise B. Johansen sur les interventions de « désinfibulation » pratiquées en Norvège. L’infibulation est une mutilation de stade III dans la classification de l’OMS, présente dans une communauté de plusieurs centaines de migrantes concernées, pour la plupart originaires d’Éthiopie et de Somalie. Elle rappelle l’imposition de la ceinture de chasteté décrite par Brantôme dans les Vies des Dames Galantes (1740), (mais les objets présentés sous ce nom dans les musées ne seraient que des faux nés de l’imagination du XIXe siècle).

25L’auteure constate la rareté des interventions médicales de désinfi-bulation, en dépit de leur prise en charge par l’administration sanitaire. Chez les femmes infibulées à la puberté, la désinfibulation est opérée par le pénis du mari lors du premier rapport. Ce dernier remporte à la fois la prime de la virilité et l’assurance de la virginité de son épouse, excluant tout doute sur la paternité. En fait, au rebours du récit triomphal de la défloration, des observations inédites rapportées par Élise Johansen révèlent les tribulations des partenaires : les relations sexuelles demandent parfois plusieurs semaines pour s’établir et devenir indolores, sans parler de l’obtention d’un véritable plaisir partagé.

  • 32 Ibtissem Ben Dridi, « Manières de dire et de faire la jeune fille vierge en Méditerranée », in Au (...)
  • 33 Coup d’aiguille aussi évoqué dans les récits des conversations intimes entre femmes en Iran, Marj (...)
  • 34 Baudoin Dupret, «Normality, Responsibility, Morality: Virginity and Rape in an Egyptian Legal Con (...)

26Élise Johansen rapporte les réticences de certains maris en Norvège, malgré leurs protestations de modernité, à renoncer à cette preuve absolue de virginité que constitue l’infibulation. On peut opposer la certitude absolue à laquelle visiblement certains maris restent attachés, aux doutes possibles dans des sociétés où la virginité est valorisée, mais non garantie par l’infibulation. Dans ces sociétés, la « revirginisation »32 qui a toujours existé, simple coup d’aiguille (ibra)33 pratiqué par exemple en Égypte et ailleurs, est actuellement proposée dans des cabinets médicaux ou même dans des cliniques. En cas de viol, elle a été autorisée officiellement par les autorités égyptiennes, admettant le mensonge au mari, dans un souci de préserver l’harmonie conjugale34. En Tunisie, elle a reçu aussi l’aval de certains ulémas qui la considèrent comme un signe de conversion personnelle et un gage de moralité dans le futur.

  • 35 Dans un film qui se déroule en Inde, à la période de la colonisation britannique, Passage to Indi (...)
  • 36 Arthur Rimbaud a consacré un de ses plus beaux poèmes à la folie d’Ophélie qui se jette ensuite d (...)

27Toutes ces observations sont l’occasion d’évoquer les représentations occidentales de la vulve et du vagin, dans des populations qui ne connaissent ni l’excision ni a fortiori l’infibulation. Dans la tradition gréco-arabe, hippocratico-avicennienne, le vagin est représenté comme une béance, un trou humide : rappelons que, selon la classification ancienne des humeurs, la femme est humide et froide, par opposition à l’homme qui est chaud et sec, d’où les thérapeutiques utilisées dans la médecine ancienne pour favoriser la grossesse par des fumigations d’encens ou d’herbes in situ. Le pénis allumerait une zone froide et humide35. Beaucoup d’hommes de par le monde sont gênés à l’idée d’une cavité dont ils ne perçoivent pas les contours, où ils peuvent s’immerger dans un liquide inquiétant, source de pollutions associées à l’idée d’impureté et aussi d’émoussement des sensations. Seul un vagin long et étroit permettrait au frottement d’anticiper le plaisir et l’orgasme : rappelons la connotation sexuelle en français du terme « frotter » (voir la pratique du « pinceau », substitut de la pénétration dans les relations prémaritales au Maghreb). Mais les fantasmes du vagin denté, du vagin qui mord et retient l’homme captif, du vagin de la sorcière, autant d’héritages du passé qui illustrent la fondamentale ambivalence des rapports sexuels, bien illustrés par notre héros shakespearien, Hamlet, fine fleur de la Renaissance occidentale quand il s’exclame auprès de sa fiancée Ophélie et sans transition : « C’est une belle chose de reposer entre les jambes d’une fille », et quand Ophélie s’enquiert, lui lance « Va au couvent, va ! »36.

28Le terme générique de « mutilations génitales féminines », officiellement admis depuis 1995, a eu l’inconvénient de décourager une approche comparative, en instituant une césure radicale entre elles et nous. En témoigne l’article de Dina Bader et Sara Johnsdotter, évoquant un procès suisse pour excision : en 2008, un couple somalien a été condamné pour excision pratiquée par un médecin somalien sur une fillette à Zurich, datant de plusieurs années. Les auteures rapportent la panique morale créée par les médias à propos d’un évènement resté unique sur le sol suisse, et en dépit du fait que les parents avaient par la suite abandonné l’excision, et que la mère était même devenue militante convaincue.

  • 37 Ibtissem Ben Dridi, Le tasfih en Tunisie. Un rituel de protection de la virginité féminine, Paris (...)
  • 38 Barkahoum Ferhati, « La virginité des femmes algériennes ou la clôture symbolique du rabt, rituel (...)
  • 39 Film documentaire sur les rituels d’infibulation symbolique, réalisé par Ouns Kanoun, École docto (...)
  • 40 Pierre Darmon, Le tribunal de l’impuissance, Virilité et défaillances conjugales dans l’ancienne (...)

29Il paraît plus équilibré de rappeler que des coutumes très éloignées en apparence peuvent révéler des analogies, des parentés véritables entre les femmes de par le monde, même si vues superficiellement elles paraissent se situer aux antipodes. C’est ainsi par exemple que l’infibulation peut être rapprochée des rituels de préservation de la virginité par fermeture symbolique de la vulve, attestés par l’ethnologie tunisienne37 et algérienne, sur laquelle on possède une littérature abondante38, un film documentaire a été réalisé récemment en Tunisie39. Autant de rituels symboliques qui peuvent à leur tour être rapprochés de la magie des « nouements de l’aiguillette », induisant l’impuissance masculine, bien connus des folkloristes et historiens européens40.

  • 41 Corinne Fortier, « Sculpter la différence des sexes. Excision, circoncision et angoisse de castra (...)
  • 42 « Comme il s’agit d’une opération réalisée par nous et de notre propre volonté (c’est moi qui sou (...)
  • 43 On attribue au chirurgien andalou la contrindication de la circoncision dans le cas où sa pratiqu (...)

30Les notions de beauté et de propreté du sexe tout à la fois diffèrent et se répondent d’une culture à l’autre. Circoncision et excision ont pu être présentées comme le perfectionnement d’une division sexuelle incomplètement réalisée au cours du développement embryonnaire : prépuce et clitoris sont vus respectivement comme des vestiges de « l’autre sexe »41. La circoncision a pu être comprise comme un achèvement de la Création divine par l’homme, en tout cas il s’agirait d’une opération conçue et réalisée par ce dernier : le chirurgien andalou al-Zahrawi au Xe siècle insiste sur ce dernier point42 qui fait une obligation à l’homme de l’art d’être particulièrement prudent et soigneux43.

Les sciences sociales, vigies de l’intégrité du corps ? Sexe visible et invisible

31Le numéro de Droit et Cultures, « Réparer les corps et les sexes. Excision, circoncision et reconstruction clitoridienne » présente une anthologie particulièrement riche des questions soulevées, d’un point de vue anthropologique, par les reconstructions des organes sexuels, permises par les progrès de la technique chirurgicale, et correspondant aussi à de nouvelles normes instaurées par les sociétés et les individus. Les reconstructions du clitoris après excision témoignent de l’importance majeure donnée désormais à l’intégralité des organes sexuels, permettant (seule ?) l’exercice d’une sexualité normale (et normée).

  • 44 Nora Seni, « La mode et le vêtement féminin dans la presse satirique d’Istanbul à la fin du XIXe (...)
  • 45 Mohammed Kerrou, Hijab. Nouveaux voiles et espaces publics, Tunis, Cérès, 2010.
  • 46 Corinne Fortier et Safaa Monqid, Corps des femmes et espaces genrés arabo-musulmans, Paris, Karth (...)

32Dans beaucoup de sociétés, la législation s’est préoccupée de manière constante de l’apparence extérieure des femmes. Dans le monde musulman, l’empire ottoman, par exemple, au cours des siècles, a fréquemment légiféré sur les dimensions, la matière première et la couleur de l’habit féminin, au nom du risque de perturbations de l’ordre social44. Ces dernières années, avec la guérilla urbaine menée par les munaqqabât (femmes portant le niqab)45, en Occident et ailleurs, les contraintes subies par les femmes et l’impératif de dissimuler leur anatomie ont d’ailleurs pu se transformer en stratégie pour attirer l’attention et conquérir l’espace où elles devaient « normalement » être plus ou moins invisibles : on parle actuellement de leur « droit à la ville »46.

  • 47 Noam Ben Yossef, Veiled Women of the Holy Land: New Trends in modest dress », exposition au musée (...)
  • 48 L’exposition vise aussi un but politique d’apaisement, celui d’illustrer les parentés profondes e (...)

33L’anthropologie a d’ailleurs fait récemment un effort pour donner un sens au voile autre que l’obéissance aux normes machistes d’exclusion des femmes de la vie publique en mettant l’accent sur la signification du voile, protégeant la beauté intérieure et facilitant la méditation. Le musée national d’Israël à Jérusalem a présenté un documentaire analysant parallèlement le cérémonial de prise du voile dans les religions musulmane, juive et chrétienne orthodoxe47 : l’abolition du monde extérieur, de ses vanités et de ses vains divertissements au sens pascalien, l’enfouissement, sous de multiples couches de tissus, du moi véritable désincarné et se tenant proche de la divinité48.

  • 49 Anne Marie Moulin, « Excision, l’autre féminicide », L’Histoire, n°465, novembre 2019, p. 13-18.
  • 50 Paul Valéry, Discours aux chirurgiens, Paris, Gallimard, 1938, p. 52.

34En rupture avec cet évitement pudique, les nouvelles lois interdisant les mutilations génitales féminines et la jurisprudence autour des opérations de réparation qui sont le principal objet du numéro ont eu un effet considérable  d’un point de vue anthropologique : elles ont projeté sur la place publique l’objet de tabous immémoriaux touchant la sexualité, jadis confinée dans le domaine privé et sur laquelle la loi intervenait a minima49. Tandis que les affiches dénonçant l’excision évoquent indirectement et poétiquement le clitoris sous la forme d’un bouton de rose à préserver, des revues n’hésitent pas à provoquer l’indignation du lecteur en présentant au fort grossissement une photo d’excision de l’époque coloniale : le couteau brille au-dessus du clitoris dressé entre les jambes de la jeune fille. L’anthropologie qui jusqu’à présent était surtout chargée de décrire et de comprendre est invitée à prendre part à ce dévoilement, au nom des droits de l’homme et de la femme. Il y a dans cet effort une orientation dans le sens de la définition d’une nature universelle de la sexualité, de ses organes et de leur usage. L’anthropologie est ainsi tirée du côté de la nature, quand jusqu’à présent elle se tenait surtout du côté de la culture et de ses infinies variations. Elle est aussi tirée du côté de la pédagogie et de l’apprentissage de cette nature, interrompant ce que Paul Valéry appelait « le cours naturel de notre fonctionnelle ignorance de nous-mêmes50 ». L’anthropologie qui fut si longtemps hésitante à dire le vrai et le bien, pencherait-elle désormais vers une approche militante étrangère à sa déontologie antérieure et qui, comme le montre bien Corinne Fortier, peut à son tour créer du malheur ?

35L’évocation du droit au plaisir, entrée dans les débats de la santé publique à propos des reconstructions autorisées et remboursées par la Sécurité sociale, va de pair avec une sorte de dévoilement d’organes jusqu’alors soustraits à la vue, même du corps médical. Au XIXe siècle, le toucher vaginal se pratiquait si l’on peut dire à l’aveugle, sous les jupes, sur la femme debout, pour éviter toute équivoque. Dans certaines facultés de médecine, au Caire par exemple, un serment d’Hippocrate remanié mentionne la retenue imposée, même aux médecins, dans l’examen de ce que les anciens appelaient en latin pudenda, littéralement les parties honteuses.

  • 51 Sur les fantasmes des garçons au hammam, voir Halfaouine, l’enfant des terrasses, film tunisien d (...)

36Les associations de lutte contre l’excision font état d’une ignorance fréquente, chez les femmes et leurs partenaires, de l’anatomie des organes génitaux féminins. En Europe, les encyclopédies médicales aux fins de vulgarisation à destination du grand public comprenaient souvent des planches détaillées se voulant réalistes de ces organes, la plupart du temps d’une laideur rébarbative : mais quelle était leur portée éducative ? Aujourd’hui encore, on peut se poser la question de ce que savent vraiment la plupart des individus des variations de l’apparence des organes sexuels féminins, objet de tous les fantasmes. Au Maghreb, certains garçons qui ont accompagné longtemps leur mère au hammam avant la puberté, se rappellent avoir entrevu des sexes masculins pendants chez certaines femmes (hypertrophie du clitoris51 ?) et gardent quelque malaise au souvenir de cette irruption fantasmée dans un domaine interdit.

  • 52 Net urofrance.org/base-bibliographique/chirurgie-cosmetique-de-lappareil-genital-feminin, P. Fold (...)

37De nos jours, il est évidemment loisible aux curieux de trouver toutes les informations sur la toile, mais cette découverte leur réserve probablement des surprises. Par exemple, à la vue d’une figure due à la Société française d’urologie illustrant les étapes de la reconstruction chirurgicale du clitoris : sous la cicatrice de l’excision, le chirurgien, suivant le protocole de Pierre Foldès, dégage dans la muqueuse un véritable sexe analogue du sexe masculin dont les corps caverneux, organes érectiles du clitoris, mesurent 2,5 cm52. Une telle représentation bouleverse probablement pour certains leur conception de la sexualité féminine, se rapprochant au fond de la sexualité masculine admise, elle, comme irrépressible dans beaucoup de sociétés. Est-il besoin de rappeler qu’un des arguments avancés dans les pays pratiquant l’excision, pour la justifier, avec la répression de l’excitabilité féminine, l’hygiène et l’esthétique, était la crainte que le clitoris, décrit comme un « dard » empoisonné, entre en conflit avec le pénis et le blesse au cours du coït, voire empêche l’accouchement de se dérouler normalement.

38Avec le débat sur la mise hors la loi de l’excision (au sens large) et l’essor de sa réparation chirurgicale, est apparu le droit à la reconstruction d’organes sexuels « normaux », jugés sans nuances indispensables pour une sexualité également normale. À côté de cette reconstruction et de ce dévoilement se référant à une norme anatomique et physiologique, l’anthropologue observe que, en dehors du cadre de la reconstruction après excision, l’essor de cette chirurgie plastique répond aussi à une variété inédite et croissante de demandes individuelles : raccourcissement du clitoris, étirement ou raccourcissement des grandes lèvres, rectification d’un mont de Vénus protubérant, etc.

39Si excision et circoncision remontent à des temps très anciens, la nouveauté de la chirurgie réside donc non seulement dans l’extension des potentialités techniques d’interventions (l’offre), mais aussi dans les nouvelles indications (la demande), par exemple avec les passages transgenres et la prise en compte des vœux des individus de changement de leur apparence. Peut-être sommes-nous en train à cet égard de passer d’un monde bisexué, qui n’ignorait pas les états intermédiaires, mais s’efforçait de les réduire, à un monde où la norme n’est désormais plus aussi tranchée, et où la liberté individuelle se traduit par un choix du sujet entre plusieurs options.

  • 53 Film Une femme iranienne, 2011, de Negar Azarbayjani.
  • 54 Baudouin Dupret, «Sexual Morality at the Egyptian Bar: Female Circumcision, Sex Change Operations (...)

40Beaucoup de contemporains accueillent positivement la libération du choix de l’identité sexuelle. Celle-ci suscite cependant des réactions d’angoisse et de peur devant la perte des repères et une répression sociale variable selon les pays, bien que les milieux religieux peuvent être parfois moins répressifs qu’on ne s’y attendrait. Par exemple, l’Iran chiite autorise à certaines conditions les changements d’identité sexuelle et les opérations chirurgicales qui y contribuent53. L’Égypte a admis la transformation de Sami devenu Sally, sans aller pourtant jusqu’au bout de la logique sociale et lui permettre de se réinscrire dans la faculté de médecine des femmes à al-Azhar54. Dans un centre de recherches égyptien, une consultation permet à certaines personnes d’obtenir une chirurgie pour changer le sexe sur le passeport, en raison d’anomalies anatomiques, physiologiques, mais aussi comportementales, et c’est finalement la société qui représente le réel obstacle : la personne doit quitter son village ou son quartier où la vie n’est plus possible après le changement de sexe. La modification de l’apparence physique des organes sexuels reste donc très inégalement accessible selon les pays et fait l’objet d’un tourisme médical croissant, mais il s’agit peut-être d’un véritable tournant dans l’histoire de l’humanité.

41Au-delà des réparations des rituels multiséculaires vécues comme réparation d’injustices faites de longue date aux femmes, le corps sexué est donc sans cesse retravaillé en fonction d’impératifs nouveaux, esthétiques et esthésiques. L’anthropologie est amenée à suivre ces transformations et cette instabilité qui l’amènent à remettre sur le chantier la notion même d’intégrité du corps sexué et aussi celle de sa perfectibilité. Le numéro de Droit et Cultures illustre parfaitement cette changeante dialectique du visible et de l’invisible, à propos du corps sexué, quand la chirurgie s’ouvre à des revendications de droits nouveaux et à des arrangements avec les normes sociales et les désirs personnels, en constante mutation. Les sciences sociales, face à l’évolution des législations nationales et internationales, qui peuvent dresser les mères contre les femmes, les femmes contre d’autres femmes, et les hommes contre les femmes, s’interrogent sur tous les sens donnés à la revendication de l’intégrité du corps sexué, mais aussi à celle de sa plasticité. Le travail de vigie de l’anthropologie, sur les conséquences de ce passage de l’invisible au visible du corps sexué, des revendications nouvelles, des réponses disponibles et des dérives commerciales qui peuvent l’accompagner, ne fait que commencer, et le dossier de Droit et Cultures sous la responsabilité de Corinne Fortier indique clairement la voie. Il indique aussi la méthode dans l’article qui fait l’ouverture, la réintégration d’une immense réflexion disponible, de la mythologie à la psychanalyse et à la médecine, comme autant de mises en garde à l’égard de toute représentation simpliste des traumatismes sexuels comme de leur réparation. Avec cette mise en garde, se terminent, mises en musique et orchestrées par Corinne Fortier, les variations tragiques et discordantes autour d’un « sexe féminin phallique ».

Haut de page

Notes

1 Denis Mukwege et Guy-Bernard Cadière, Panzi, Paris, Éditeurs du Moment, 2014 ; Denis Mukwege, Plaidoyer pour la vie, Paris, Éditions L’Archipel, 2016, Denis Mukwege et Guy-Bernard Cadière, Réparer les Femmes, Un combat contre la barbarie, Paris, Aedis, 2019.

2 Nadia Murad, Pour que je sois la dernière, Paris, Fayard, 2018.

3 Film de Thierry Michel et Colette Braeckman, sorti en avril 2015, d’après le livre du même nom écrit par Colette Braeckman. Antérieurement, le film documentaire sénégalais, Congo, un médecin pour sauver les femmes, réalisé par Angela Diabang en 2014, avait été interdit en RDC.

4 Association française d’urologie, Pierre Foldes, Stéphane Droupy, Béatrice Cuzin, « Chirurgie cosmétique des organes génitaux féminins », Progrès en Urologie, n°9, 2013, 23, p. 601-611. Net urofrance.org/base-bibliographique/chirurgie-cosmetique-de-lappareil-genital-feminin.

5 Dans le cas d’ambigüités sexuelles, par exemple consécutives à des mosaïques génétiques : coexistence d’ébauches du sexe masculin avec des parties féminines (coexistence de populations de cellules avec chromosomes sexuels féminins et masculins).

6 Ludovic Falandry, Sawaba : une vie volée, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Claude Dumurgier, Ludovic Falandry, Comment je traite une fistule obstétricale, Paris, EM Inter, 2016.

7 Marie Bonaparte, « Note sur l’excision », Revue française de psychanalyse, n°12, 1948, p. 213-231.

8 Auteur de Les gens du riz, Kissi de Haute-Guinée, Paris, Plon, 1952.

9 Monique Gessain, «Coniagui Women, Guinea», in Denise Paulme (ed.), Women in Tropical Africa, London, Routledge, 1963, p. 17-46 : «The few years which follow the excision ceremony… are the happiest in a young girl’s life, according to the opinion of most Conagui», p. 24.

10 Denise Paulme (ed.), Women in Tropical Africa, London, Routledge, 1963.

11 L’excision, comme la circoncision, a été proposée et réalisée au XIXe siècle pour résoudre divers problèmes psychologiques ou sexuels.

12 El Sayed Mirghani, De la pratique de la clitoridectomie, nymphectomie, vulvectomie et infibulations rituelles chez les petites filles dans certains pays d’Afrique et d’Asie. Thèse de médecine, Paris, Université Descartes, 1973, n° 118.

13 Bruno Bettelheim, Les blessures symboliques. Essai d’interprétation des rites d’initiation, Paris, Gallimard, 1971.

14 Franziska Hosken, The Hosken Report, Genital and Sexual Mutilation of Females, Lexington, Women International Network News, 1979.

15 Nawal el Saadawi (Egypte), Eve’s Hidden Face, (La Face cachée d’Eve), 1980 ; Waris Dirie (Somalie), Fleur du désert, 1998.

16 Le stade IV ne concerne pas l’excision.

17 Nous soulignons.

18 Colloque international Regards éthiques pluridisciplinaires en sciences sociales, environnement et santé. Expériences et perspectives en Afrique de l’Ouest, IRD/Université de Conakry, Université de Conakry, 6-8 Février 2018, communication d’Aissatou Baldé sur l’excision en Guinée. À remarquer que Fara Djiba Kamano et Finda Iffono travaillent depuis plusieurs années dans l’ONG Accompagnement des Forces d'Actions SocioCommunautaires (Afasco) en Guinée.

19 Les Soussou représentent l’ethnie majoritaire en Guinée Conakry. Comme chez les Peuls, l’excision est de règle chez les jeunes filles.

20 Femmes Solidaires (représentée par Aicha Dabele) est une association qui intervient dans la zone 5 du pays Afar.

21 Anne Marie Moulin, « Un inventaire des outils de lutte contre l’excision. Regards africains croisés », Rapport pour le Centre Français d’Études Éthiopiennes sur la table ronde sur l’excision, tenue dans le cadre de la Journée internationale de la femme, Centre français des études éthiopiennes, Addis Abeba, 8 mars 2015.

22 Journée internationale de la femme, Addis Abeba, 8 mars 2015.

23 Communication de Charles Candillier, médecin inspecteur d’ARS, syndicat des médecins inspecteurs de santé publique, Colloque Santé des migrants, Médecins du Monde et Bulletin de la Société de pathologie exotique, Institut Pasteur, Paris, 21 octobre 2011.

24 Emmanel Jovelin, « Maltraitance et culture : de l’excision aux punitions corporelles dans les familles africaines », in Le travail social face à l’interculturalité, Elisabeth Prieur, Emmanuel Jovelin (éds), Paris, L’Harmattan, 2002, p. 147-162.

25 Camille Lacoste-Dujardin, Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, La Découverte, 1996.

26 Un bon exposé approfondi des indications médicales fluctuantes de la circoncision, des arguments scientifiques pour et contre, et de sa pratique jusqu’à une époque récente aux États-Unis, est fourni par la thèse de Roland Tomb, Circoncision : les enjeux éthiques, Université de la Méditerranée Aix-Marseille II, 2009.

27 Christophe Perrey, Alain Giami, Kenneth Rochel de Oliviera et André de Oliveria Mendonça, « De la recherche scientifique à la recommandation de santé publique : la circoncision masculine dans le champ de la prévention du VIH », Sciences sociales et santé, n°1, 2012, 30, p. 5-38.

28 George C. Denniston, Frederick M. Hodges, Marilyn Fayre (eds), Genital Autonomy. Protecting Personal Choice, New York, Springer, 2010.

29 Pierre Foldès, « Chirurgie plastique reconstructrice pour excision rituelle et mutilations sexuelles », Pelvi-périnéologie, 2008, 3, 2, 141-151 ; Pierre Foldès, Béatrice Cuzin, Armelle Andro, «Reconstructive surgery after female genital mutilation: a prospective cohort study», Lancet, 2012, doi :10.1016/SO140-6736(12)60400-0.

30 Michèle Villani et Armelle Andro, « Réparation du clitoris et reconstruction de la sexualité chez les femmes excisées : la place du plaisir », Nouvelles questions féministes, n°3, 2010, 29, p. 23-43.

31 Amal Chabbach, Le couple Arabe au XXIe siècle, mode d’emploi, Paris, Quintessences, 2010. Son guide pour une meilleure entente sexuelle chez les couples maghrébins vise avant tout à améliorer le quotidien en révélant à chaque partenaire la façon de trouver un terrain d’entente, au prix de quelques clés anatomiques, physiologiques, sociales et de remarques de bon sens.

32 Ibtissem Ben Dridi, « Manières de dire et de faire la jeune fille vierge en Méditerranée », in Au bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée, Michel Bozon, Denis Chevallier, Michelle Perrot et Florence Rochefort (éds), Paris, Coédition MuCEM/Textuel, 2013, p. 64-68 (2013). Shereen El Feki, Sex in the Citadel, Intimate Life in a Changing Arab World, Londres, Chatto and Windus, 2013.

33 Coup d’aiguille aussi évoqué dans les récits des conversations intimes entre femmes en Iran, Marjane Satrapi, Broderies, Paris, L’Association, 2003, ou dans les souvenirs des aides-soignantes sollicitées au Yémen pour rendre service à une imprudente (« cette fois, elle exagère, elle n’a qu’à se marier »), Taez, 2010 (enquête de terrain d’A. M. Moulin).

34 Baudoin Dupret, «Normality, Responsibility, Morality: Virginity and Rape in an Egyptian Legal Context», Yearbook of the Sociology of Islam, n°3, 2000, p. 165-183.

35 Dans un film qui se déroule en Inde, à la période de la colonisation britannique, Passage to India (1984), en français La route de l’Inde, inspiré par un roman du même nom d’Edward Forster (1924), l’héroïne, une jeune aristocrate anglaise, s’aventure avec son guide indien dans une grotte archéologique, et on la retrouve plus tard sans connaissance à la sortie. A-t-elle été violée à la faveur de l’obscurité ? L’entrée dans la grotte équivalait-elle au déclenchement des pulsions sexuelles et à la réalisation d’un fantasme ? En tout cas, l’Indien risque la peine de mort…

36 Arthur Rimbaud a consacré un de ses plus beaux poèmes à la folie d’Ophélie qui se jette ensuite dans le fleuve :
Voilà plus de mille ans que la blonde Ophélie flotte dans ses grands voiles
Voilà plus de mille ans que sa douce folie murmure sa chanson à la brise du soir…
Tu te fondais à lui comme la neige au feu
Et l’infini terrible effara ton œil bleu.

37 Ibtissem Ben Dridi, Le tasfih en Tunisie. Un rituel de protection de la virginité féminine, Paris, L’Harmattan, 2004 ; « ‘Est-ce que ça marche ?. À propos du tasfîh, rituel protecteur de la virginité des jeunes filles tunisiennes », Sexe et sexualités au Maghreb, essais d’ethnographies contemporaines, L’Année du Maghreb, 6, 2010, p. 99-122. http://journals.openedition.org/anneemaghreb/826 ; DOI : 10.4000/ anneemaghreb.82. 

38 Barkahoum Ferhati, « La virginité des femmes algériennes ou la clôture symbolique du rabt, rituel de la ‘fermeture’ et de ‘l’ouverture’ », in « Clôtures », Christiane Klapisch-Zuber et Florence Rochefort (éds), Clio, n°26, 2007, p. 169-180, DOI : 10.4000/clio.6452 ; « De l’Algérie au Soudan : voix et voies de la lutte contre l’excision, in Le Labyrinthe du corps. Islam et médecine moderne, Anne Marie Moulin (éd.), Paris, Karthala, 2013, p. 209-232.

39 Film documentaire sur les rituels d’infibulation symbolique, réalisé par Ouns Kanoun, École doctorale Genre et marginalités au Maghreb : perspectives pluridisciplinaires, Université de Sousse, 11 décembre 2018.

40 Pierre Darmon, Le tribunal de l’impuissance, Virilité et défaillances conjugales dans l’ancienne France, Paris, Seuil, 1979.

41 Corinne Fortier, « Sculpter la différence des sexes. Excision, circoncision et angoisse de castration (Mauritanie) », in Penser le corps au Maghreb, Monia Lachheb (éd.), Paris, Karthala/IRMC, 2012, p. 35-66.

42 « Comme il s’agit d’une opération réalisée par nous et de notre propre volonté (c’est moi qui souligne) principalement sur des enfants, cela nous fait une obligation de tracer la méthode d’action la meilleure… », « Du traitement de la circoncision et des accidents liés à la circoncision » in Saïd Mestiri, Abulcassis : Abul Kasem Khalef Ibn Abbès Az-zahraoui. Grand maître de la chirurgie arabe, Tunis, Editions Arcs, 1999, p. 135.

43 On attribue au chirurgien andalou la contrindication de la circoncision dans le cas où sa pratique antérieurement au sein de la fratrie a entrainé la mort par hémorragie incoercible (il pourrait s’agir d’une description de l’hémophilie, affection d’origine génétique caractérisée par la diminution de certains facteurs de coagulation).

44 Nora Seni, « La mode et le vêtement féminin dans la presse satirique d’Istanbul à la fin du XIXe siècle », Isis, 1992. p.189-210, <halshs-00147453> ; « Un empire que les vêtements habillent, normes vestimentaires en Turquie », Entretien avec Nora Seni par Manuel Charpy, 2015, p. 236-247, https://duperre.org/doc/1808-MP1%20NORA%20SENI%20-%20Un%20empire.pdf.

45 Mohammed Kerrou, Hijab. Nouveaux voiles et espaces publics, Tunis, Cérès, 2010.

46 Corinne Fortier et Safaa Monqid, Corps des femmes et espaces genrés arabo-musulmans, Paris, Karthala, 2017.

47 Noam Ben Yossef, Veiled Women of the Holy Land: New Trends in modest dress », exposition au musée d’Israël, Jérusalem, 2019.

48 L’exposition vise aussi un but politique d’apaisement, celui d’illustrer les parentés profondes entre les femmes des diverses religions, apparemment en divergence irréductible, et l’impossibilité de les identifier (au moins de dos !).

49 Anne Marie Moulin, « Excision, l’autre féminicide », L’Histoire, n°465, novembre 2019, p. 13-18.

50 Paul Valéry, Discours aux chirurgiens, Paris, Gallimard, 1938, p. 52.

51 Sur les fantasmes des garçons au hammam, voir Halfaouine, l’enfant des terrasses, film tunisien de Férid Boughedir, 1990.

52 Net urofrance.org/base-bibliographique/chirurgie-cosmetique-de-lappareil-genital-feminin, P. Foldes et al., Progrès en Urologie, p. 601-611.

53 Film Une femme iranienne, 2011, de Negar Azarbayjani.

54 Baudouin Dupret, «Sexual Morality at the Egyptian Bar: Female Circumcision, Sex Change Operations, and Motives for Suing», Law and Society, n°2, 2002, 1, p. 41-69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Marie Moulin, « Postface. Les Sciences sociales, vigies de l’intégrité du corps »Droit et cultures, 79 | 2020, 223-239.

Référence électronique

Anne Marie Moulin, « Postface. Les Sciences sociales, vigies de l’intégrité du corps »Droit et cultures [En ligne], 79 | 2020/1, mis en ligne le 05 janvier 2021, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/6307

Haut de page

Auteur

Anne Marie Moulin

Anne Marie Moulin est agrégée de philosophie et docteur en médecine, Directrice émérite au CNRS (UMR SPHERE, CNRS/Paris 7). Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, ancienne interne des hôpitaux de la Région parisienne, elle a partagé sa vie entre la médecine et la philosophie et les sciences sociales. Elle a passé une partie de sa carrière à l’étranger, à Berlin, à Harvard et au MIT, à Johns Hopkins à Baltimore, professeur à Genève en histoire de la médecine et chercheuse au CEDEJ au Caire. Elle a dirigé le département Santé/Sciences sociales à l’IRD (Institut de Recherches pour le Développement) et effectué de nombreuses missions de santé publique et sciences sociales en Afrique et dans le monde arabe et musulman. Parmi ses publications, on peut citer : avec Pierre Chuvin, L’islam au péril des femmes, Paris, Maspero, 1981 ; Le dernier langage de la médecine, Paris, PUF, 1991 ; L’aventure de la vaccination, Paris, Fayard, 1996 ; Le médecin du Prince, Paris, Odile Jacob, 2010 ; avec Laurence Kotobi, « Islams et Santé », Sociologie et Santé, 2010 ; Le Médecin du Prince. Voyage à travers les cultures, Paris, Odile Jacob, 2010 ; Islam et Révolutions médicalesLe labyrinthe du corps, Paris, Karthala, 2014 ; « L’anthropologie au défi de l’Ebola », Anthropologie et Santé, 2015 ; et récemment « Excision, l’autre féminicide », L’Histoire, n°465, novembre 2019, p. 13-18, ainsi que de nombreux articles sur des questions historiques, épistémologiques, anthropologiques et éthiques touchant la biomédecine et la santé publique internationale.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search