Navigation – Plan du site

AccueilNuméros80Dossier : Réparer les corps et le...Trans* en Iran : jurisprudence mé...

Dossier : Réparer les corps et les sexes

Trans* en Iran : jurisprudence médicale et pratiques sociales en matière de changement de sexe

Trans* in Iran: Medical Jurisprudence and Social Practices of Sex
Zara Saeidzadeh

Résumés

Longtemps les législateurs iraniens ont observé le silence sur la compréhension juridique des personnes trans et du changement de sexe, malgré le fait que la chirurgie de changement de sexe a été un sujet de débat au sein de la jurisprudence shi’ite islamique (shī‘a) depuis un demi-siècle. En se fondant sur la Sharī‘a, les juristes islamiques d’Iran interprètent le changement de sexe comme une opération chirurgicale transformant des hommes en femmes et des femmes en hommes ou, dans le cas des khunsa (hermaphrodites), en femme ou en homme.

Dans cet article, j’explique que les sources islamiques et les dispositions du système juridique iranien relativement aux trans* sont très limitées dans la mesure où ils ne reconnaissent pas un statut juridique aux personnes trans, en dépit du fait que la chirurgie de changement de sexe est admise par les juristes. En témoigne l’emprunt de termes d’origine occidentale tels que transgendérisme et transsexualité dans les lois iraniennes. Je soutiens donc que la jurisprudence islamique n’a été capable d’envisager le changement de sexe qu’en relation avec le système médical. C’est seulement de cette manière qu’elle peut se prononcer sur la question selon la Sharī‘a.

Durant la dernière décennie, les juristes en Iran ont donc étudié le changement de sexe dans la perspective de la jurisprudence médicale autrement dit le fiqh pizishkī. Il s’agit d’un domaine de recherche relativement récent dans la jurisprudence islamique shi’ite, où les juristes islamiques étudient les questions médicales nouvelles sous l’angle de la Sharī‘a. Dans leur entreprise de compréhension du changement de sexe sous l’angle de la jurisprudence médicale, les juristes islamiques se concentrent sur la chirurgie, celle-ci ayant des conséquences sociales et légales sur le statut du mariage avant et après l’opération.

Je soutiens que la jurisprudence islamique en tant que source autorisée d’un savoir sur les trans* part du principe que ce terme désigne une personne qui subit une opération de changement de sexe, par opposition avec une personne homosexuelle qui n’y a pas recours. Je montre dans cet article comment l’auto-identification et la conception de leur genre par les personnes trans iraniennes ne découlent pas des perceptions médicales ou juridiques, en me fondant sur quelques-uns des 42 entretiens que j’ai menés avec des personnes trans, des chirurgiens, des militants, des avocats ainsi qu’un membre du clergé en Iran.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Texte initial traduit de l’anglais par Daphné Romy-Masliah (DIP, Genève)r

1Dans ma recherche, je m’intéresse plus spécifiquement au changement de sexe parmi les personnes qui souhaitent subir une transition chirurgicale de leur sexe de femme à celui d’homme et vice-versa1. Dans cet article, je m’intéresse à la manière dont le système juridique, la jurisprudence et le système médical en Iran interprètent le changement de sexe, en analysant les consultations juridiques ou fatwās et les pratiques médicales en matière de changement de sexe. De plus, j’étudie comment les personnes trans en Iran vivent la transition d’un point de vue médical, juridique et social. Je soutiens que les lois civiles iraniennes ne reconnaissent pas vraiment le statut de trans dans la société.

2La compréhension par la jurisprudence islamique des trans en Iran étant réduite à la transition chirurgicale, la conceptualisation médicale des questions trans repose uniquement sur une chirurgie de changement de sexe sans s’intéresser aux personnes trans en tant qu’instigatrices de nouvelles catégories transcendant le genre et la binarité sexuelle. La jurisprudence médicale est un domaine d’étude qui émerge dans la jurisprudence islamique shi’ite en Iran où les juristes islamiques débattent des questions liées à l’opération de changement de sexe plutôt qu’au changement de sexe lui-même.

3La jurisprudence islamique en s’associant au système médical est devenue une source qui fait autorité relativement à la production de savoir sur les personnes trans, notamment sur la question du changement chirurgical de sexe. En même temps, l’auto-identification et la conceptualisation de leur genre par les personnes trans ne sont pas prises en compte par les discours médicaux ou juridiques. Aussi, je tente d’éclairer le combat des personnes trans pour leur reconnaissance par le droit ainsi que dans la société, fondée sur leurs besoins en tant que citoyens. Pour ce faire, j’ai eu recours à des entretiens semi-structurés que j’ai menés dans deux travaux de terrain consécutifs à Téhéran en 2014 et 2015, ainsi qu’une série d’entretiens téléphoniques en 2017. Je me suis également penchée sur les textes médicaux ainsi que sur les documents juridiques et la jurisprudence.

Contexte

  • 2 Hamid. R. Kusah, The Sacred Law of Islam: A Case study of women treatment in the Islamic Republic (...)

4Au milieu du XIXe siècle, l’Iran a subi un processus de modernisation qui s’est déroulé sous la dynastie Qajar. Il en a résulté une révolution constitutionnelle (1906-1911) destinée à moderniser le gouvernement2. Puis s’en est suivie une période de modernisation juridique, d’inspiration principalement française, durant la dynastie Pahlavi (Reza Shah [1925-1941] et Mohammad Reza Shah [1941-1979]).

  • 3 L’invasion arabe du VIIe siècle a introduit l’islam en Iran durant la période abbaside, mais l’Ét (...)

5Après la révolution islamique3 de 1979 en Iran, la constitution a été restructurée sur la base de la Sharī‘a, en reconnaissant précisément la primauté de celle-ci dans le processus législatif. L’article 4 de la Constitution iranienne se lit ainsi :

« Toute loi, y compris dans le domaine civil, pénal, financier, économique, administrative, culturel, politique, etc. doit se conformer aux préceptes islamiques… et il incombe au Conseil Gardien d’exercer son appréciation à cet égard ».

  • 4 Hamid. R. Kusah, op. cit., 2002.

6L’ayatollah Ruhollah Musavi Khomeini, le leader de la révolution, prônait la doctrine de la wilāyati faqih qui suggère que les juristes ont un rôle de gardiens du peuple, en l’absence d’un imam infaillible4. Wilāyat est un mot arabe qui se réfère au pouvoir et au gouvernement, et faqih, en arabe, désigne le juriste. L’article 5 de la Constitution iranienne déclare :

  • 5 Marjaīyat désigne le moment où le juriste atteint le plus haut niveau d’interprétation ou ijtihād(...)

« Pendant l’absence du douzième imam, Hazrati Waliy Asr (…), la tutelle du commandement et la gouvernance de la République islamique d’Iran sont à la charge d’un jurisconsulte juste, vertueux, au fait de l’époque et courageux, capable de diriger et avisé, qui doit avoir atteint le niveau de marjaī‘yat »5.

  • 6 Le douxième Shī‘a Imami. L’islam devint la religion officielle de l’Iran depuis la période Safavi (...)
  • 7 Ayatollah Khomeini, 1967, p. 627. Tahrir al-Wasīla est une compilation des fatwās qu’il a écrites (...)

7L’ayatollah Khomeini est le premier érudit shi’ite6 à avoir exprimé son opinion sur la possibilité d’autoriser le changement de sexe dans le volume deux de son ouvrage Tahrir al-Wasīla7 dans la catégorie des cas nouveaux et qui dit en substance :

  • 8 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyatba ta’kid bar didgahi Imam Khomeini (Le changement de s (...)

« Le changement de sexe d’un homme en femme et d’une femme en homme par le biais de la chirurgie n’est pas empêché dans l’islam. Et si une femme se sent masculine ou si une personne ressent des désirs pour le sexe opposé, ils peuvent changer de sexe mais sont biologiquement un homme ou une femme, et il n’est pas obligatoire pour eux de subir une opération chirurgicale pour devenir du sexe opposé »8.

8Khomeini a plus tard émis une autre fatwā en 1982, après la révolution islamique, après avoir été contacté par une femme trans pour un avis en Iran, car le Conseil de médecine iranien avait interdit les opérations de changement de sexe pour les personnes qui n’étaient pas intersexuées en 1976. Cela explique que la demande ait été portée au personnage au sommet de la hiérarchie du pays et il a dit en persan :

  • 9 Mohammad Mehdi Kariminia, ibid., 2012, p. 78.

« Il n’y a pas d’obstacle en islam au changement de sexe s’il a été approuvé par un docteur de confiance. Soyez protégés et j’espère que les personnes que vous avez mentionnées comprendront votre situation »9.

9L’ayatollah Khomeini fondait son opinion sur celle des médecins, sachant que le système médical iranien avait auparavant (depuis les années 1930) une grande expertise en matière d’opérations de changement de sexe pour les personnes intersexuées et les personnes trans. Il accordait en conséquence au système médical le pouvoir de décider qui pouvait ou non changer de sexe par une opération chirurgicale.

10Il est impossible d’oublier la position sociopolitique de l’ayatollah Khomeini en tant que leader de la révolution à cette époque. Aucun autre érudit islamique ne pouvait s’opposer à son opinion puisqu’on le considérait comme le plus grand ayatollah ou marja‘i taqlid et imam de son époque. Il est également utile de mentionner que l’ayatollah Khomeini avait évoqué le changement de sexe sans opération chirurgicale dans sa première fatwā.

  • 10 Afsaneh Najmabadi, Professing selves: Transsexuality and same-sex desire in contemporary Iran, Du (...)
  • 11 Afsaneh Najmabadi, ibid., 2014, p. 167.

11Les premières années de la révolution islamique, notamment l’époque de la guerre avec l’Irak (1980-1989) ont été témoin d’une morale publique plus stricte allant jusqu’à l’arrestation des homosexuels et des personnes trans10. Ces années ont été décrites par les médecins comme la pire période pour les « patients » attendant un changement de sexe, car ils n’avaient aucune directive à laquelle se raccrocher. Les médecins professionnels ont donc dû transformer le système médical de telle manière à permettre une chirurgie de changement de sexe conforme à l’interprétation islamique11.

  • 12 Mohammad Mehdi Kariminia, op. cit., 2012.

12Ce n’est qu’en 1987 qu’un bureau juridique du pouvoir judiciaire de Téhéran a publié une circulaire interne, en réponse à la demande de l’Organisation médico-légale. La circulaire affirmait que : « L’opération de changement de sexe est approuvée en se fondant sur la fatwā de l’ayatollah Khomeini et sur le fait qu’il n’y a pas de problème à entreprendre ce type d’opération »12.

13En raison de cette circulaire interne et des précédents médicaux, un processus médico-légal pour le changement de nom et de genre a été progressivement mis en place. Le pouvoir judiciaire délivre un certificat pour une chirurgie de changement de sexe après un diagnostic médical de trouble de l’identité de genre ou de dysphorie de genre.

  • 13 Komiti Imdadi Imam Khomeini est une organisation de charité fondée l’année de la révolution (1979 (...)
  • 14 Ceci a été mentionné lors d’un entretien en 2014 avec Hossein, un homme de 26 ans auto-identifié (...)

14Au début des années 1990, l’Imam Khomeini Relief Foundation (Fondation de Secours de l’imam Khomeini)13 s’est occupée de cas d’opérations de changement de sexe, qui nécessitaient que les demandeurs s’enregistrent en ligne. À la suite de l’évaluation de leur demande, ils recevaient un appel afin de se rendre chez un psychologue qui leur était recommandé. Par la suite, ils effectuaient le processus de transition auprès de la Legal Medical Organization (LMO, Organisation médico-légale)14. Cependant, tout ceci a changé depuis le début des années 2000.

15La procédure légale de changement de nom et de sexe en Iran implique un processus de transition médico-légale. Je le nomme ainsi parce qu’il débute au sein du système médical et aboutit au système judiciaire. Il s’articule en deux phases : avant l’opération chirurgicale et après celle-ci. D’après mon travail de terrain et mes entretiens avec les personnes trans entre 2014 et 2017 à Téhéran, le processus débute par treize sessions d’évaluation psychiatrique auxquelles les requérants doivent se soumettre avant de tenter une expérience concrète.

  • 15 La Saziman Pezishki Qanūni en anglais Legal Medical Organization, travaille sous le contrôle du p (...)
  • 16 DSM est le sigle du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorder of American Psychiatric (...)

16Une équipe de psychologues, de sexologues et de psychiatres de l’Institut psychiatrique de Téhéran (Tehran Institute of Psychiatry dont l’acronyme anglais est TIP) se penche sur l’évaluation. Si ces experts diagnostiquent un trouble de l’identité de genre, le requérant est déféré à l’Organisation médico-légale15. Si l’équipe médicale de l’Institut psychiatrique de Téhéran décide que la personne ne souffre pas de trouble de l’identité de genre mais est diagnostiquée comme homosexuelle, un autre traitement psychothérapeutique est prescrit. Si le diagnostic du trouble de l’identité de genre est confirmé par les médecins de l’Organisation médico-légale, la Cour administrative du ministère de la justice accorde l’autorisation pour l’opération de changement de sexe. L’Organisation médico-légale à Téhéran diagnostique le trouble de l’identité de genre en se fondant sur les critères du DSM-IV16.

  • 17 Ali Aghabikloo et al., « ender identity disorder in Iran: Request for sex reassignment surgery , (...)

17De plus, l’Institut Psychiatrique de Téhéran mène ce qu’on appelle « une expérience de vie réelle » ainsi que des sessions individuelles et de groupe selon le protocole de Harry Benjamin17. Après l’obtention de l’autorisation pour l’opération chirurgicale – « le certificat » – les requérants qui souhaitent changer leur sexe de femme en homme subissent une mastectomie et une hystérectomie, et les hommes qui souhaitent devenir femme subissent une ablation des testicules et l’opération de leur pénis.

  • 18 Le système légal iranien comporte plusieurs types de tribunaux : les tribunaux spécifiques et les (...)

18Il est important de noter que la personne qui reçoit le certificat pour une opération de changement de sexe n’est pas dans l’obligation légale de subir cette intervention dans un temps donné. De plus, le certificat lui-même est un document légal qui permet aux personnes trans de se présenter en public en tant que membres du sexe opposé sans être arrêtées par la police. Une fois ces opérations terminées, la personne peut remplir une demande de changement légal de nom et de sexe auprès d’un tribunal familial18.

  • 19 J’utilise le signe MTF (male to female) pour me référer aux personnes qui passent d’une désignati (...)
  • 20 L’orchidectomie est l’ablation des testicules.

19Le juge renvoie en général le demandeur à l’Organisation médico-légale pour un examen physique. Une fois que l’Organisation a confirmé l’opération de masculinisation de la poitrine lors de l’opération de conversion du sexe féminin en sexe masculin dans le cas des personnes FTM19 (féminin à masculin) ou l’ablation du pénis et l’orchidectomie20 dans le cas des personnes MTF (masculin à féminin), le juge ordonne à l’office d’état-civil le changement légal de nom et de genre.

Glossaire : Trans*, genre, sexualité, transgendérisme et transsexualité

  • 21 Eva Hayward, Jami Weinstein, « ntroduction: Transanimalities in the age of trans* life , Transgen (...)

20Avant d’étudier les débats autour du changement de sexe en Iran, il est nécessaire de préciser certains termes importants. « Trans » est utilisé depuis plus de vingt-cinq ans maintenant. Les militants trans soutiennent que le mot trans n’est pas un terme absolu mais plutôt relatif. Eva Hayward et Jami Weinstein ont milité pour l’ajout d’un astérisque à trans en 2015. Ils soutiennent que ce signe appendice a la capacité en tant que préfixe d’y attacher de nombreux suffixes différents21. Ils affirment que le mot trans avec un astérisque est doté d’un fonctionnement conceptuel. Il indique la spécification et la spéciation. Il n’est pas générique et il démontre qu’il existe des particularités multiples dans le transgendérisme.

  • 22 Zara Saeidzadeh, « öte med Susan Stryker: Om trans, trans* och Framtidens Forskning  (traductionn(...)

21J’emploie le terme trans avec astérisque dans ma recherche car, comme Susan Stryker22 l’indique, ce signe associé au mot trans permet de concevoir de nombreux possibles, de lui rattacher un réseau de multiples significations destiné à déstabiliser et complexifier la manière dont on imagine la relation entre « trans » et « genre ».

22J’utilise également l’expression de « changement de sexe » ou taghiri jinsīyat et de « chirurgie de changement de sexe » ou amali taghiri jinsīyat en persan, termes qui sont utilisés dans le contexte iranien. Je fais référence au sexe en relation avec la chirurgie de changement de sexe, alors que j’utilise le terme de genre pour désigner le changement légal. Lorsque je cite des entretiens avec des personnes trans, je me réfère au changement de sexe en tant que la transformation concerne la partie matérielle de l’individu, son corps, par opposition au genre qui est la partie immatérielle de celui-ci, son âme, qui ne peut être modifiée.

23Les participants à la recherche ont eux-mêmes employé les termes anglais de « trans » et de « TS » qui sont largement utilisés en Iran à propos des personnes dont le genre assigné à la naissance ne correspond pas à celui qu’ils souhaitent, quel que soit leur choix de subir ou non une opération de changement de sexe.

  • 23 Afsaneh Najmabadi, « enus of sex or the sexing of jins , International Journal of Middle East Stu (...)

24Le mot jinsīyat en persan, en tant que traduction du mot genre, renvoie à la distinction biologique entre les sexes. Cependant, il est aussi employé de manière érudite pour évoquer ce qui est au-delà des caractéristiques sexuelles. Jinsīyat est également utilisé pour indiquer le désir et l’attirance dans un sens proche du terme anglais désignant la sexualité, sexuality23. Les participants à la recherche, précisément des personnes trans, emploient le terme de jinsīyat pour désigner le sexe biologique : homme et femme.

  • 24 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2013, p. 213.

25Jins s’utilise communément pour signifier « sexe » et pour différencier les femmes des hommes. D’après Afsaneh Najmabadi24, ce terme se réfère aussi au genus dans des sens variés. Jins signifie en langue arabe une variété, une sorte, un produit ou une qualité, et de même, en persan. Jinsī est également utilisé comme adjectif au sens de sexuel. Par exemple, raftari jinsī signifie en persan l’équivalent de « comportement sexuel  » (sexual behavior).

26En persan, le terme français de « sexualité » est un substitut pour exprimer le désir sexuel, l’appétence sexuelle, la relation sexuelle, le comportement sexuel, la pulsion sexuelle, et le jinsīyat. L’Académie iranienne de langue et de littérature persane traduit le terme anglais de sexuality par jinsīnegi, terme employé dans les études féministes (Women’s Studies) : « Jinsīnegi est un concept social qui exprime les émotions et les désirs sexuels ainsi que les rôles de genre qui ensemble définissent la procréation, les activités sociales et individuelles, les émotions et les attitudes d’une personne ».

27En langue persane, la transsexualité se traduit par tarajinsī. Ce terme est utilisé depuis les deux dernières décennies pour désigner une personne qui veut subir une opération de changement de sexe. Le préfixe tara est l’équivalent de l’anglais trans et lorsqu’il se place avant l’adjectif jinsī (sexuel), il signifie transsexuel. L’expression persane désigne l’opération de changement de sexe.

  • 25 « Mots ratifiés par l’Académie iranienne de langue et de littérature persane », Études de Femmes  (...)

28L’Académie iranienne de langue et de littérature persane définit tarajinsī comme « une qualité ou caractéristique d’une personne et qui se définit comme une forme de trouble de l’identité de genre. Tarajinsīnegi est un type de trouble de l’identité de genre qui implique une constante insatisfaction de soi-même et de son sexe biologique, au point que la personne souhaite se débarrasser de ses parties génitales et vivre dans l’autre sexe »25.

  • 26 ibid.

29Le préfixe tara placé devant le substantif jinsīyat additionné d’un (ī), forme le mot tarajinsīyati ou transgendérisme, qui exprime, par-delà le sexe biologique, les désirs, plaisirs et attirances des hommes et des femmes. Tarajinsīyati est utilisé dans une acception plus large chez les personnes trans en Iran, qui estiment que tarajinsī est l’un des manières d’être tarajinsīyati. L’Académie iranienne de langue et de littérature persane26 a entériné tarajinsīyati et tarajinsī en tant que termes médicaux. C’est ainsi qu’elle décrit tarajinsīyati : « Le statut d’une personne dont l’identité de genre est en contradiction avec son sexe biologique et les rôles attribués culturellement aux genres, avec pour conséquence une insatisfaction quant au genre, le travestissement et finalement le changement de genre ».

Méthodologie

30Cette recherche repose sur quarante entretiens semi-structurés durant deux voyages de terrain à Téhéran ainsi que sur des entretiens téléphoniques avec des personnes en Iran (voir tableau 1). En 2014, j’ai mené seize entretiens en face à face avec sept hommes trans, cinq post-opératoires, deux préopératoires, cinq femmes trans, deux avant l’opération et trois après, deux chirurgiens, un psychologue ainsi qu’un militant trans. En 2015, je me suis entretenue avec seize personnes dont un juriste, un journaliste, un chirurgien, un militant trans, un directeur d’ONG, un avocat spécialisé dans les affaires trans, neuf avocats non spécialisés, un avocat trans. En 2017, j’ai effectué dix entretiens par téléphone avec cinq hommes trans, trois postopératoires et deux préopératoires, ainsi qu’avec cinq femmes trans, deux postopératoires et trois préopératoires.

  • 27 La docteure Jafarabadi m’a donné la permission d’employer son nom réel.

31Mes premiers contacts à Téhéran ont eu lieu par le biais du gestionnaire du site web du Centre pour la protection des transsexuels iraniens (connu sous le nom de Mahtaa: Markazi Himayat az Transsexuales Irani) et le Dr. Mina Jafarabadi27, chirurgienne et gynécologue, qui pratique l’opération d’hystérectomie et de mastectomie sur des hommes trans à Téhéran. Par la suite, j’ai recruté d’autres participants par le biais de la méthode « boule de neige ».

32Tableau 1

16 entretiens (2014)

16 entretiens (2015)

10 entretiens téléphoniques

(2017)

7 hommes

5 postopératoires

1 chirurgienne

5 hommes trans

3 postopératoires

1 religieux

2 préopératoires

1 journaliste femme

2 préopératoires

5 femmes trans

2 postopératoires

1 militant trans

5 femmes trans

2 postopératoires

1 directeur d’ONG :

Homme trans postopératoire

1 avocate spécialisée dans les questions trans

3 préopératoires

3 préopératoires

9 avocats non spécialisés ; 5 femmes, 4 hommes

1 femme psychologue 

1 avocat, homme trans, postopératoire

1 militant trans

2 chirurgiens : homme et femme

33Durant mes deux phases de travail de terrain à Téhéran, j’ai remarqué que les hommes trans se sentaient beaucoup plus à l’aise lors de notre rencontre que les femmes trans. De plus, ils étaient plus ouverts et sûrs d’eux que les femmes trans lors des entretiens en face à face. Les deux hommes trans préopératoires que j’ai rencontrés à Téhéran sont arrivés en costumes d’hommes, portant une casquette à la place d’un foulard. C’est là une indication significative de la confiance en soi des hommes trans, étant donné le poids de l’obligation du code vestimentaire en Iran.

34Mes entretiens avec les hommes trans témoignent de représentations négatives à l’égard des femmes trans et des homosexuels. Plusieurs d’entre eux affirment que les femmes trans sont en réalité des homosexuels à la recherche de relations sexuelles illicites. En d’autres termes, les femmes trans ne sont pas de vraies personnes trans. Lors de mon travail de terrain à Téhéran, j’ai remarqué que les femmes trans sont plus réticentes à apparaître en public. Alors que les hommes trans n’avaient aucune difficulté à me rencontrer dans les lieux les plus fréquentés de la capitale. J’ai mené des entretiens dans les endroits choisis par les participants à cette recherche. Le souci principal à chaque phase de mon travail de terrain était de protéger l’identité des participants. J’utilise donc des pseudonymes à la place des noms véritables, à l’exception des chirurgiens qui m’ont autorisée à citer le leur.

  • 28 WhatsApp a été créé en 2014 comme logiciel gratuit de service qui peut être installé comme une ap (...)
  • 29 J’ai transcrit et traduit moi-même les entretiens. La traduction était difficile en raison des di (...)

35En ce qui concerne les entretiens téléphoniques, j’ai demandé au gestionnaire de « Mahtaa », le Centre de protection des transsexuels iraniens, de me présenter aux membres du centre. J’ai communiqué avec les personnes intéressées qui m’avaient contactée par le biais des applications WhatsApp et Telegram pour convenir d’une date pour nos conversations téléphoniques28. J’ai privilégié les téléphones fixes ou mobiles des participants pour mes appels sur Skype plutôt que mon téléphone ou celui de l’université29.

La Sharī‘a et la jurisprudence islamique

  • 30 Le Coran contient les révélations de Dieu au Prophète Mohammed et a été compilé par ses disciples (...)
  • 31 Noel J. Coulson, A History of Islamic Law, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1964.

36Afin d’expliquer comment l’école de pensée islamique shi’ite permet le changement sexuel, je vais brièvement revenir sur ce qu’est la Sharī‘a et comment fonctionne la jurisprudence islamique à l’intérieur de cette école de pensée. La Sharī‘a est un mot arabe signifiant littéralement « le chemin », qui indique le chemin pour conduire l’humanité selon la volonté de Dieu, alors qu’on la confond en général avec la loi. Les sources de la Sharī‘a sont les suivantes : Coran, Sunna, ijma, et qiyas/aql30. J’utilise le terme de Sharī‘a en me référant aux sources islamiques et non pas aux lois islamiques car, comme Noel J. Coulson, je considère que les lois islamiques sont une production humaine et qu’une grande partie de la Sharī‘a provient de pratiques coutumières et de raisonnements de spécialistes de la pensée islamique31.

  • 32 Ziba Mir-Hosseini, Islam and gender: The religious debate in contemporary Iran, New Jersey, Princ (...)
  • 33 Noel J. Coulson, op. cit., 1982, p. 75.
  • 34 Différentes écoles de pensée sunnite ont vu le jour durant la période abbaside. Quatre d’entre el (...)

37La Sharī‘a se réfère aux sources islamiques, elle diffère du fiqh qui est la jurisprudence des sources islamiques. La science de la loi, ou fiqh, a vu le jour après la mort du Prophète Mohammed. Elle a permis aux érudits de l’islam de guider les musulmans sur des questions demeurées irrésolues du temps du Prophète32. Fiqh signifie la compréhension, sous-entendu des sources islamiques. Noel J. Coulson définit le fiqh comme « le processus d’activité intellectuelle qui assure et délivre les termes de la volonté divine et la transforme en système de droits et devoirs contraignants devant la loi »33. Lors du développement du droit islamique, plusieurs juristes ont invoqué diverses interprétations des sources de l’islam pour résoudre les problèmes qu’ils rencontraient dans des contextes variés ce qui a entrainé l’établissement de plusieurs écoles de pensée islamique dans différentes sociétés musulmanes34.

  • 35 ibid.

38Dans le même temps, la pensée indépendante, dite aussi ijtihād, a remplacé les premiers spécialistes du droit religieux de la période abbasside dont l’opinion personnelle dérivait des principes fondamentaux du Coran et des pratiques de la communauté musulmane pour le bien-être des musulmans. À cette époque, quiconque s’intéressait au droit religieux avait le droit de se forger son propre raisonnement indépendant, lijtihād35.

  • 36 Noel J. Coulson, op. cit., 1982, p. 80.
  • 37 Louis Halper, « aw, authority and gender in post-revolutionary Iran , Buffalo Law Review, n°54, 2 (...)

39À la fin du IXe siècle, les juristes musulmans ont admis que la porte de l’ijtihād s’était refermée, en pensant qu’il n’y aurait plus de nouvelles questions nécessitant de jugement indépendant parmi les musulmans. C’est pourquoi la tradition ou taqlid a remplacé l’ijtihād, ce qui a limité la jurisprudence et l’a confinée à l’analyse des règles déjà établies. Cependant la règle de l’ijtihād fut préservée dans la jurisprudence shi’ite36. Le taqlid signifie l’émulation et le marja’i taqlid a pour signification littérale, dans la jurisprudence shi’ite, la source de l’émulation. Dans l’école de pensée shi’ite, le marja‘i taqlid est un grand ayatollah qui fournit un raisonnement sur les questions de vie quotidienne, en se référant aux sources divines et à la jurisprudence islamique en réponse aux questions des musulmans. La réponse du marja‘i taqlid est une opinion légale contraignante dans la jurisprudence shi’ite qu’on appelle fatwā37.

  • 38 Joseph Schacht, An Introduction to Islamic Law, Oxford, University Press, 1982.

40Tout musulman shi’ite doit choisir et suivre un marja‘i taqlid comme conseiller de vie. Joseph Schacht affirme que la doctrine du taqlid a émergé une fois que la voie de l’ijtihād s’est refermée, afin que les musulmans se plient au pouvoir des autorités. Cependant, par la suite, des érudits sunnites ont réfuté le taqlid et milité pour la réouverture de lijtihād, affirmant qu’il était dangereux de suivre aveuglément l’autorité d’un homme dans les questions relatives au droit religieux, à l’exception du Prophète lui-même38.

41C’est pourquoi l’activité des sages en matière de jurisprudence sunnite consistait à faire résoudre les nouveaux problèmes ayant surgi dans la vie des musulmans par le biais d’un mufti ou d’une personne habilitée à émettre des fatwās. Le mufti utilise les sources juridiques traditionnelles pour fournir une opinion légale dans n’importe quel domaine, afin de répondre à des problèmes urgents qui émergent à propos de nouvelles pratiques sociales dans un lieu et à une époque particuliers.

Changement de sexe dans la loi iranienne et dans la jurisprudence shi’ite

42Comment les lois iraniennes abordent-elles le changement de sexe et comment les juristes islamiques conceptualisent-ils cette question en Iran ? La pluralité des discours de jurisprudence islamique ainsi que les débats juridiques se focalisent sur la légitimité de l’opération plutôt que sur le changement de sexe en soi.

  • 39 Alireza Barikloo, « ażīyati taghiri jinsīyat  (Le statut du changement de sexe), Hoqūqi khosūsi ( (...)
  • 40 Naser Katuziyan, vai‘d umūmi qarardadhā (Dispositions générales des contrats), Téhéran, Intishar (...)

43Le droit positif iranien reste silencieux sur le changement de sexe et le statut des personnes trans. La question reste donc du seul ressort des juristes et du personnel médical. La majorité des experts légaux iraniens gardent le silence sur la question du changement de sexe ou s’y opposent catégoriquement. La raison qu’ils fournissent pour cette opposition réside dans leur interprétation du changement juridique de genre comme contraire aux intérêts publics, les individus ne devant pas contourner les règlements publics par des dispositions privées39. Naser Katuziyan avance l’argument selon lequel le changement de sexe est illégal d’après le droit iranien dans la mesure où il perturbe l’ordre public et s’oppose aux intérêts sociaux publics40.

44Dans les cas où la loi est muette sur des questions juridiques, les législateurs stipulent que le juge doit rendre son verdict en fonction des sources islamiques. L’article 167 de la Constitution iranienne affirme : « Le juge a le devoir de s’efforcer de trouver le jugement pour appuyer sa décision dans les lois codifiées, et s’il ne le trouve pas, de rendre son jugement en s’appuyant sur les sources islamiques ou fatwās. Le juge ne peut refuser d’examiner le litige et de rendre un jugement au prétexte du silence de la loi, des lacunes ou des avis contradictoires ». Les juges sont donc tenus de rendre un jugement dans les affaires de changement légal de genre et de nom, pour ne pas contrevenir à la loi.

45Néanmoins, le terme persan taghiri jinsīyat (changement de sexe) est mentionné dans trois lois iraniennes sur la procédure :

- L’amendement (modification) de la loi de l’état-civil de 1985 (art. 20 : 14), qui permet de changer le nom et le genre sur le certificat de naissance des personnes qui subissent une opération après décision de la Cour.

- L’amendement de la Loi sur la famille de 2011 (art. 4), qui déclare que les tribunaux familiaux ont autorité pour s’occuper des cas relatifs aux changements de sexe.

- La Loi sur l’exemption de service militaire (section 5, art. 33 : 8) cite le transsexualisme en utilisant le terme anglais, en tant que déviance psycho-sexuelle et comme motif d’exemption permanente du service militaire obligatoire. La plus récente modification (2018) relative à l’exemption du service militaire (section 5 : 12) est d’ordre neuropsychiatrique. Elle permet aux personnes trans d’éviter le service militaire au motif de leur transsexualité ou de leur trouble d’identité de genre. De plus, la même loi (section 5 : 7) permet aux hommes gays d’éviter le service militaire obligatoire en raison de leurs comportements homosexuels « anti-islamiques ». Les termes anglais de « transsexualisme », GID, et TS sont utilisés dans le document légal de l’État. Celui de transsexualité est un terme médical désignant une maladie et ressort donc du domaine de la médecine plutôt que du droit.

  • 41 Afsaneh Najmabadi, « hat can we learn from transsexuality in Iran? , in Transsexualität in Theolo (...)
  • 42 Corinne Fortier, « Intersexuation, transsexualité et homosexualité en pays d’islam », in Homosexu (...)

46Les discours de jurisprudence islamique sur l’intervention de changement de sexe ont débuté dans un premier temps par une discussion sur l’hermaphrodite psychique41. Dans les années 1940 et jusqu’au début des années 2000, la transsexualité était débattue dans le cadre de l’intersexuation ou khunsa mushkil, terme utilisé dans la jurisprudence islamique pour évoquer « l’hermaphrodite »42.

  • 43 Mohamad Mehdi Kariminia, « aghiri jinsīyataz manari figh va hoqūq  (Sex change from fiqhi and le (...)
  • 44 Dujinsī signifie en persan « doté d’un double sexe », ce qui constitue une insulte destinée à rab (...)
  • 45 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyataz manari figh va hoqūq (Le changement de sexe selon l (...)
  • 46 Mohammad Mehdi Kariminia, op. cit.., 2010, p. 360.

47En 2000, Hujatal Islam Mohammad Mehdi Kariminia – un membre du clergé ayant fait sa thèse de doctorat sur le changement de sexe dans le contexte de la loi islamique – considéré aujourd’hui comme l’autorité religieuse la plus trans-friendly en Iran, a écrit43 que la chirurgie du changement de sexe était une assistance médicale destinée à réparer le sexe d’une personne dujensi44 (appartenant aux deux sexes) ou khunsa. Dix ans plus tard, en 2010, il a utilisé cette même argumentation à l’égard de la transsexualité dans son ouvrage Le Changement de sexe selon la loi et le fiqh. Il y explique qu’une personne trans souffre d’une disparité entre son corps et son âme. La chirurgie est donc le moyen de mettre le corps en conformité avec l’âme puisqu’on ne peut pas changer le corps45. Mohamed Kariminia soutient que les personnes trans ont des corps sains mais souffrent d’un trouble de l’identité du genre et que, par conséquent, l’opération est le moyen de traiter cette maladie46.

  • 47 Mohammad Mehdi Kariminia, op. cit., 2010, p. 25.

48Les fatwās qui autorisent l’intervention chirurgicale de changement de sexe se conforment à la justification médicale de la transsexualité, à savoir l’inadéquation du corps et de l’âme. Contrairement au discours occidental du « mauvais corps », la jurisprudence shi’ite conçoit que le « corps sain » est en dissonance avec la « mauvaise âme ». Il en résulte qu’il faut faire appel à la chirurgie pour rétablir la relation entre le corps et l’âme, puisqu’il est impossible de changer l’âme47.

  • 48 Voir par exemple Amir Foomani Rezai, Mohammad Reza Ayati, « aziyati taghiri jinsiyat dar hogooghi (...)

49À la suite de l’ayatollah Khomeini, les juristes islamiques ont commencé à interpréter l’autorisation de faire appel à la chirurgie sexuelle de préférence à un changement de sexe sans opération d’après la loi islamique, ce qui a entraîné des opinions juridiques divergentes et une gamme variée de fatwās et de pratiques juridiques quant à la chirurgie de changement de sexe en Iran. Des chercheurs48 considèrent qu’il y a trois interprétations dominantes de la jurisprudence sur le changement de sexe en Iran : premièrement, l’interdiction absolue, deuxièmement la légitimité absolue, et troisièmement une légitimité conditionnelle.

  • 49 Ziba Mir-Hosseini, Islam and gender: The religious debate in contemporary Iran, New Jersey, Princ (...)

50S’opposant à la chirurgie de changement de sexe, l’ayatollah Seyyed Yusef Madani Tabrizi persiste à considérer cette opération comme illégale et interdite par la Sharī‘a, car tout d’abord l’homme ne peut toucher à la création divine, et ensuite l’altération des organes vitaux du corps humain est illicite et dépasse l’entendement humain49.

  • 50 Seyed Mohammad Bojnūrdī, « aresi fiqhi hoqūqi dar khosūi Taghiri jinsīyat ba rūykardi bar naźare (...)

51L’ayatollah Seyyed Mohammad Musavi Bojnūrdī est quant à lui favorable au changement de sexe : d’une part, il n’interfère pas avec la création divine car une opération ne change pas l’être humain dans son ensemble mais seulement certaines de ses caractéristiques, et d’autre part, selon le fiqh, est autorisé (halal) ce qui n’est pas interdit par le Coran ou les hadith. Par exemple, l’homosexualité est explicitement interdite dans le Coran (Sura Shurā, versets 165-66, Sura Asrā’, verset 32) et n’est donc pas autorisée chez les musulmans. Il conclut que le changement de sexe n’est interdit dans aucune source du droit islamique et qu’il est en conséquence autorisé. Un autre argument du fiqh en faveur de l’opération de changement de sexe consiste dans la loi du taslit (contrôle), selon laquelle les êtres humains, ayant un contrôle sur leur corps, peuvent se livrer à des actes licites sur celui-ci. En conséquence, la chirurgie de changement de sexe est un acte autorisé50.

  • 51 Seyed Mohammad Bojnūrdī, op. cit., 2007, p. 26.
  • 52 Ayatollah Yusef Sani'ī, Fatwâs required for people living abroad (Fatwâs requises pour les person (...)

52Quant aux défenseurs de la légitimité conditionnelle de l’opération de changement de sexe, ils fondent leur argumentation sur l’article 215 du Code civil iranien qui établit que tout acte doit être conditionné par un bénéfice rationnel. Ainsi, les postulants au changement de sexe doivent souffrir d’un problème sexuel, à confirmer par un membre du corps médical qui autorise l’opération dans le meilleur intérêt du requérant51. Par exemple, l’avis juridique de l’ayatollah Yusef Sani‘ī sous-entend que l’opération de changement de sexe est autorisée à la suite du diagnostic d’un médecin attestant la discordance de la personne avec son sexe de naissance52 : la jurisprudence islamique se couple au système médical pour régir le statut social d’une personne.

  • 53 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyataz manari figh va hoqūq (Sex change from jurisprudenti (...)

53Pour Hujatal Islam Kariminia, la permission de pratiquer le changement de sexe dépend également de deux conditions. Tout d’abord, pour un musulman ce changement doit résulter d’une nécessité absolue (dharūrat) et véritable (haqiqī). Cependant, si une personne trans peut vivre sans commettre le péché d’homosexualité, elle n’a pas à recourir au changement corporel53. Plusieurs maraj‘i taqlid ont insisté sur le fait que la chirurgie de changement de sexe n’est pas autorisée pour une personne travestie ou qui est attirée par des personnes du même sexe. Les juristes islamiques s’en remettent aux médecins pour établir la distinction avant l’opération, tout en continuant à éduquer la société sur les différences entre transsexuels, travestis et homosexuels. Hujatal Islam Kariminia estime que la société n’est pas consciente de la différence entre un homosexuel et un transsexuel qui sont, selon lui, pourtant séparés par la « grande muraille de Chine ».

54La majorité des ayatollahs en Iran n’autorisent pas l’opération de changement de sexe alors que neuf d’entre eux la permettent. Le statut d’une personne trans n’ayant pas subi d’opération est débattu parmi les ayatollahs. Cependant, dans sa première fatwā, l’ayatollah Khomeini soutenait que la chirurgie n’est pas nécessaire pour ceux qui se sentent d’un sexe opposé à celui de leur naissance mais qui ne souhaitent pas modifier leur corps.

Le changement de sexe dans le système médical iranien

  • 54 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2013, p. 211-231.

55Les traités médicaux modernes européens sont parvenus en Iran durant le XIXe siècle et ont graduellement influencé les discours sur la sexualité et le corps comme l’explique Afsaneh Najmabadi54. Vers le milieu du XIXe siècle, les discours persans-islamiques et médico-philosophiques sur le corps, le désir et les maladies ont été en partie remplacés par les discours médicaux européens modernes. C’est donc au début du XXe siècle que la notion de transsexualité est devenue un sujet pour la médecine en Iran.

  • 55 Afsaneh Najmabadi, « ransing and transpassing across sex-gender walls in Iran , Women Studies Qua (...)

56La première chirurgie de changement de sexe en Iran a eu lieu dans les années 1930 et a été effectuée par le Dr. Khal’atbari sur une femme trans de dix-huit ans qui s’est identifiée comme telle55. La littérature populaire occidentale de psychologie sur les questions de sexualité a commencé à être diffusée en Iran durant les années 1940, donnant lieu à des débats sur le changement de sexe en persan.

  • 56 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2014.

57Durant les années 1960, les médias iraniens ont évolué au point de couvrir plus fréquemment les informations du monde entier sur les opérations de changement de sexe autres que pour les personnes intersexes, telle Christine Jorgensen au Danemark. Le premier cas en Iran, qui fut également le plus controversé, concernait un homme de la ville de Shiraz qui décida de son propre chef de devenir une femme. Ces nouvelles suscitèrent de nombreux débats quant à savoir si une personne intersexe ou une personne avec un « corps sain » sont autorisées à avoir recours à la chirurgie de changement de sexe56. Les discours publics médicaux sur le changement de sexe traitèrent de la transsexualité dans les années 1940, mais finalement, le Conseil iranien de médecine interdit les opérations liées au changement de sexe pour d’autres que les personnes intersexes, avant que la fatwā de Khomeini de1982 fasse évoluer les choses.

  • 57 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2016.

58La littérature scientifique américaine a exporté dans le monde entier des termes comme le TIS (trouble de l’identité sexuelle) ou en anglais le GID (Gender Identity Disorder), ou encore la DG (dysphorie de genre) ou GD (Gender Dysphoria) en anglais. Ces notions relatives à la transsexualité ont été adoptées par la médecine iranienne. Cependant, cette appropriation garde des spécificités liées aux pratiques sociales locales57.

  • 58 cf. Zahra Sarcheshmehpour R., Raihanah Abdullah, « ranssexuailty in Iran: Issues and challenges , (...)
  • 59 D’après le DSM-IV et V, le trouble de l’identité de genre consiste en un conflit de l’identité de (...)
  • 60 Malali jinsī ou Narezayani jinsī.
  • 61 Kiumars Kalantari et al., « aghiri jinsīyatva baresi fiqhi  (Changement de sexe et analyse jurisp (...)

59Les discours médicaux en Iran58 classifient le transsexualisme comme une maladie d’ordre psychologique connue sous le nom de « trouble de l’identité sexuelle » ou « dysphorie de genre »59, qui décrit l’état d’une personne qui n’est pas satisfaite de son physique : les trans sont décrits comme des personnes « sexuellement insatisfaites »60 qui ne se conforment pas aux rôles assignés par leur sexe biologique. Ainsi, les traitements non-chirurgicaux tels que l’hormonothérapie et la psychothérapie sont considérés comme inefficaces, et la chirurgie est donc conçue comme la seule manière de soigner ces patients61.

60Les professionnels médicaux en Iran utilisent le terme anglais de transsexuality pour désigner des personnes qui ne s’identifient pas à leur sexe biologique et souhaitent subir une opération de changement de sexe. Cette dernière caractéristique est conçue comme un symptôme de la transsexualité, par opposition à l’homosexualité dans laquelle la modification corporelle n’est pas recherchée.

61Le Dr. Mina Jafarabadi, chirurgienne gynécologue qui réalise des opérations de mastectomie et d’hystérectomie auprès d’hommes trans à Téhéran depuis 2008, explique qu’elle pratique trois interventions par semaine et a l’habitude de rencontrer ses patients plusieurs fois avant et après l’opération. Elle pense que :

« Le besoin de modifier son corps est symptomatique de la transsexualité. Quelqu’un qui vient me demander la plus difficile et douloureuse des opérations afin de se débarrasser de sa poitrine et de son utérus n’est vraiment pas un homosexuel. À l’inverse, une personne homosexuelle accepte son corps mais est à la recherche de relations du même sexe. Si il ou elle exige une opération, alors cette personne n’est plus dès lors homosexuelle ».

  • 62 Behzisti est une organisation gouvernementale qui opère sous l’égide du ministère de la coopérati (...)

62TIS se traduit en persan ikhtilali hovīyati jinsī. Dans cette expression, ikhtilal signifie trouble, hovīyat est la traduction d’identité, et jinsī désigne en persan ce qui est sexuel. La Sécurité sociale ou behzisti62 en Iran définit ainsi le TIS, « trouble de l’identité sexuelle », ou ce qui est appelé en anglais le GID, Gender Identity Disorder :

« L’état d’une personne qui est mécontent de son sexe biologique et insiste pour appartenir au sexe opposé. Transsexualité est le terme qui désigne les personnes qui sont affligés de TIS (GID dans le texte), et qui luttent constamment pour obtenir l’apparence sexuelle et physique du sexe opposé ».

  • 63 Mostafa Vahedi et al., « ender Dysphoria in Iran: Legal and Islamic jurisprudence perspectives , (...)
  • 64 Depuis le 20 juin 2018, la version 11 de la CIM a déclassifié la transsexualité de la catégorie d (...)

63La littérature médicale récente en Iran63 définit la dysphorie de genre à partir du Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux ou DSM-V, et de la Classification Internationale des Maladies, la CIM64, qui définit et classifie la transsexualité comme un désordre mental, en expliquant la dysphorie de genre comme le sentiment aigu d’un malaise à l’égard de sa propre anatomie sexuelle qui accompagné du désir profond de vivre dans le sexe opposé.

  • 65 Zara Saeidzadeh, « ranssexuality in contemporary Iran: lLgal and social misrecognition , Feminist (...)

64Il existe deux perspectives sur la transsexualité parmi les chirurgiens en Iran : l’une en faveur du traitement psychologique permettant d’aider les personnes à trouver leur véritable identité et l’autre qui adhère à l’idée que la chirurgie permet d’éliminer le conflit intérieur personnel65.

  • 66 Cette ONG est sous la supervision du ministère de la santé. Le nom de l’ONG a changé pour : Anjom (...)

65La littérature médicale a traduit la dysphorie de genre en persan par malal jinsī qui se traduit par « sexuellement insatisfait », malal en persan désignant un sentiment d’insatisfaction psychologique et jinsī signifiant sexuel. Ce terme récent qui circule dans les médias et les journaux depuis ces dernières années, désigne les personnes trans comme des patients souffrant de dysphorie de genre. La seule ONG qui offre un soutien social et médical aux personnes trans à Téhéran a en conséquence changé son nom, passant de l’« Association pour la Protection des Patients souffrant de Trouble de l’Identité de Genre » à celui d’« Association pour la Protection de la Dysphorie de Genre » à partir de la fin de 201566.

66Plus récemment, le terme tatbighi jinsīyat, qui signifie « affirmation sexuelle » ou sex affirmation en anglais, est également utilisé par certains médias en ligne en Iran à la place de taghiri jinsīyat ou « changement de sexe ». Les termes d’origine anglophone de trans et aussi TS sont utilisés dans la communauté trans iranienne pour désigner les personnes qui n’ont pas reçu à la naissance les attributs sexuels qui correspondent à leur for intérieur, sans relation avec leur choix de subir ou non une chirurgie de « réassignation sexuelle ».

  • 67 Le docteur Sudabeh Oskuie (chirurgien) ainsi que le docteur Morteza Rustami (sociologue) en faisa (...)

67Le département de sociologie de la médecine et de la santé de l’Université de Téhéran a organisé en 2014 un séminaire sur « l’expérience de vie des transsexuels iraniens » au cours duquel les orateurs67 ont insisté sur le fait que les personnes trans qui désirent subir une opération ne sont pas de simples patients psychologiques mais qu’ils sont nés malades, souffrant d’une combinaison de maladies physiques et psychologiques. Cette ligne argumentaire est fondée sur une pathologisation des personnes trans en tant que patients affligés d’une erreur de la nature que la chirurgie peut soigner.

68Toutes les personnes trans que j’ai interviewées ont mentionné que malgré le fait que leurs interlocuteurs soient Shar‘ī, autorisés par la Sharī‘a, ils continuent à stigmatiser les personnes trans. En général le mécontentement de la famille par rapport à l’opération reste grand. Néanmoins, la fatwā a permis au système médical de réaliser des opérations liées au changement de sexe. Hamid (homme trans qui a été opéré) signale :

« La meilleure chose qu’ait faite Khomeini a été de permettre la chirurgie de changement de sexe, il y a quarante ans. Je suis sûr qu’aujourd’hui, ce ne serait plus permis ».

69Cela dit, les trans iraniens rejettent l’idée qu’ils souffrent d’un problème psycho-médical mais sans contredire la médicalisation, considérée comme la seule manière d’être considérés et acceptés par la loi, la famille et la société. Par exemple, les chirurgiens jouent un rôle important auprès des familles des personnes trans lorsqu’ils évoquent la possibilité d’une opération de changement de sexe en utilisant des arguments médicaux plutôt que religieux. Ainsi, la médicalisation a contribué efficacement à faire évoluer l’attitude des familles passant de l’abomination à l’intégration, mais elle a également accru les préjugés à l’égard des personnes trans dans le droit et la société.

Jurisprudence Médicale (fiqhi pizishkī)

  • 68 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2014.

70L’interdit du conseil médical iranien prononcé en 1976 sur les opérations liées au changement de sexe pour les personnes non-intersexuées a été annulé par la fatwā de l’ayatollah Khomeini en 1982, avec pour conséquence, des interprétations faisant jurisprudence sur le changement de sexe en 2000. Dès lors, l’appareil étatique a eu pour souci d’instruire le public sur la transsexualité. La presse écrite et électronique, la télévision nationale et par satellite, ont diffusé des programmes sur la transsexualité en tant que trouble de genre religieusement licite, à distinguer de l’homosexualité qui doit être traitée différemment68. La criminalisation de l’homosexualité et la culture homophobe ont conduit les juristes islamiques à mettre l’accent sur la distinction entre homosexualité et transsexualisme.

  • 69 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2014, p. 207.
  • 70 Qom est la ville la plus religieuse d’Iran et le lieu de séminaires islamiques organisés par les (...)
  • 71 Hujatul Islam M. Mehdi Kariminia (juriste), Dr Yamutpoor (chirurgien) at le Dr Zamani (assistant (...)

71Entre 2006 et 2008, les médias nationaux en Iran ont régulièrement couvert des cas d’opérations de changement de sexe en insistant sur la modification corporelle. Pendant cette période, des débats publics médicaux et jurisprudentiels sur le changement de sexe se sont développés dans des grandes villes comme Téhéran et Mashhad : en 2007, deux séminaires publics ont eu lieu à l’hôpital Ferdowsi à Mashhad et à l’hôpital d’Iranshahr à Téhéran69. En 2011, le département de droit de l’Université de Mofid dans la ville de Qom70 a tenu un séminaire sur « la chirurgie de changement de sexe dans la perspective de la jurisprudence, du droit et de la médecine ». Parmi les intervenants, on comptait deux chirurgiens et un juriste islamique71.

72Moh, militant pour les personnes trans, qui se considère un homme hétérosexuel non-trans, estime que l’État traite les personnes trans en tant que sujets de la médecine et de la jurisprudence. Il explique :

« L’État perçoit les trans comme un problème médical qui doit être réglé par la jurisprudence islamique […], car la Sharī‘a établi des règles sur la manière de se conduire en tant que femme et en tant qu’homme et il n’y a rien entre les deux. C’est du ressort de la médecine, car cela implique des hormones et des opérations. Mais l’État ne prête aucune attention à l’aspect juridique des questions trans et préfère se concentrer sur les deux autres aspects ».

73Mohammad Mehdi Kariminia est le premier juriste à avoir écrit une thèse de doctorat sur Le changement de sexe d’un point de vue jurisprudentiel et juridique, publiée en 2010, où il examine le changement de sexe dans le domaine de la jurisprudence médicale en mettant en lumière les enjeux médicaux qui concernent la modernité contemporaine des musulmans.

74Lors de notre entretien en 2015, il déclarait :

« Cette question est entrée dans la jurisprudence islamique, il y a cinquante ans (en référence à la fatwā de l’ayatollah Khomeini). Cela fait dix-sept ans que je travaille dessus. J’ai présenté cette réflexion dans plus de vingt séminaires, conférences et ateliers parmi lesquels dix se sont tenus à Qom dans des séminaires religieux, des universités et des instances étatiques. J’ai sensibilisé le public au changement de sexe jusqu’à ce que cela intéresse les médias. J’ai été interviewé par la radio et aussi par la télévision ».

  • 72 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyataz manżari figh va hoqūq (Changement de sexe et analyse (...)

75Le fiqhi pizishkī, que je traduis par jurisprudence médicale, est une tradition de recherche récemment développée au sein de la jurisprudence shi’ite. C’est par ce biais que les experts islamiques effectuent des recherches sous l’angle de la Sharī‘a sur des questions médicales récemment apparues. Cela prouve, selon Mohammad Mehdi Kariminia72, le dynamisme et la flexibilité de la jurisprudence islamique shi’ite pour rester à flot avec les développements médicaux et technologiques.

76Mohammad Kariminia m’a confié :

« Étant donné que cette question est médicale, les théologiens n’y connaissent rien. J’ai eu à les former à de nombreuses occasions. Ils sont plus avertis sur les intersexués et les hermaphrodites, mais pas sur les trans ».

77Le Centre d’épistémologie de la jurisprudence (markazi mozūshinasī ahkāmi fiqhī) est chargé d’identifier les nouvelles questions surgissant dans la vie des musulmans. Le changement de sexe en fait partie. Les juristes doivent donc être capables d’orienter les personnes qui les consultent quant au problème de changement de sexe, comme ils le font d’habitude sur des sujets comme le mariage ou la garde des enfants.

78Le séminaire du Conseil suprême de Qom en 2011 a accordé la permission d’établir un centre d’épistémologie de la jurisprudence (markazi mozūshinasī ahkāmi fiqhī). Ce centre identifie les nouvelles questions, notamment dans le domaine médical, qui émergent dans la vie des musulmans en raison de changements sociaux et de développements technologiques, dans le but d’analyser les décisions appropriées selon la jurisprudence shi’ite.

79Comme Mohammad Karimina l’a affirmé : « La jurisprudence médicale est un nouveau domaine de recherche en expansion ». Il m’a également signalé que le « Markazi fiqhī A’ema Athar », soit le Centre A’ema Athar de Jurisprudence à Qom a formé un groupe de recherche appelé jurisprudence médicale (fiqhi pizishkī) en 2010. Les religieux au sein de ce groupe débattent de questions qui n’ont pas encore été étudiées par les sources de l’islam, comme la FIV (fécondation in vitro) ou l’attribution d’un genre avant la naissance ». La jurisprudence médicale est à présent enseignée pendant trois ans au Centre à des théologiens qui ont effectué cinq à dix ans d’études avancées en jurisprudence islamique, sous l’autorité d’un grand ayatollah.

L’âme (genre) et le corps (sexe)

80La plupart des entretiens avec les personnes trans dépeignent une discordance entre l’âme et le corps. L’âme est la traduction de ruh en persan et est utilisé indépendamment de sa signification théologique et philosophique pour désigner la partie immatérielle de l’être humain versus le corps matériel. Pratiquement toutes les personnes trans avec lesquels je me suis entretenue ont exprimé l’idée d’une dissociation entre le corps (jins) et l’âme (ruh). Par exemple, Marzi, femme trans ayant subi une opération, dit :

« J’étais obligée d’être un garçon à cause de mon sexe ou jins. Je voulais avoir le sexe que j’ai à présent ».

81Hamid, homme trans ayant été opéré, explique :

« J’étais quelqu’un qui avait certains organes en trop dans mon corps que mon âme rejetait, et en même temps il me manquait certaines parties de mon corps. Grâce à l’opération, j’ai fait en sorte que mon aspect corporel ou jinsīyat soit compatible avec mes pensées ».

82Selon Hamid, être trans est un état où l’individu se sent dans la mauvaise âme et non dans le mauvais corps. Il dit :

« Dieu est trop occupé pour créer des âmes à chaque seconde pour chaque personne qui naît. C’est pourquoi nous recevons les âmes des corps précédents. Elles se trompent en essayant d’attraper le bon corps ».

83Taraneh, femme trans ayant été opérée, se perçoit ainsi :

« Un état dans lequel l’âme d’une personne, ses pensées, sa logique, son raisonnement, son humeur ainsi que ses intérêts divergent de son aspect corporel ou jinsīyat ».

84Hamid et Taraneh utilisent le terme jinsīyat en référence au sexe biologique par opposition au non-biologique (âme, pensées, intérêts, humeur...), attestant ainsi que, bien que jinsīyat soit la translitération littérale du terme anglais gender, il ne désigne pas le genre tel qu’il est conçu dans la culture anglophone. Mehran, homme trans ayant été opéré, s’exprime ainsi :

« Trans pour moi, c’est quelqu’un dont l’âme et le cœur sont différents de son corps. Le fait de subir l’opération est très personnel. Pour moi, c’était pour avoir une relation sexuelle saine en tant qu’homme car les femmes non-trans hétérosexuelles ne veulent pas de vous en tant que femme. J’étais un homme dans mon esprit. C’est pourquoi je voulais l’harmoniser avec mon corps ».

85Au sujet de la signification de l’âme, Samin, homme trans ayant été opéré, dit :

« L’âme recouvre mes intérêts, mes pensées et mes sentiments. Lorsque je dis que mon âme est différente de mon corps et qu’ils ne vont pas ensemble, c’est plus compliqué que ce que vous entendez. Lorsque votre âme veut quelque chose qui ne s’accorde pas avec votre corps, vous avez un gros problème – je veux dire depuis le choix de la couleur de vos chaussettes jusqu’au style de votre coiffure ».

86D’après Samin, les sentiments, actions et comportements peuvent avoir un sens même s’ils ne correspondent pas au corps. Pour lui, le fait de ne pas avoir de pénis n’annule pas sa virilité. Autrement dit, le sexe biologique ne détermine pas son genre.

87Néanmoins, les entretiens montrent que les personnes qui décident de subir l’opération pensent qu’elle leur apportera la paix intérieure nonobstant les conséquences sociales, juridiques et médicales. Ali S., homme trans en phase préopératoire lors de l’entretien, était convaincu que l’opération ne ferait pas de lui un homme mais rapprocherait son corps de son âme, ainsi disait-il :

« Tous les psychothérapeutes chez qui je me suis rendu jusqu’à présent me disent de ne pas subir l’opération parce qu’il n’y a aucune différence entre les garçons et les filles à notre époque puisqu’ils jouissent des mêmes droits, mais ils ne comprennent pas que pour nous [les personnes trans] cela fait une grande différence d’un point de vue mental. Il se peut que je ne sois pas capable de satisfaire sexuellement une femme après l’opération, mais je suis sûr d’obtenir la paix intérieure et ça fait toute la différence pour moi ».

88Niaz, femme trans en phase préopératoire, a également signalé que l’opération était très personnelle :

« Toutes les personnes tarajinsīyati ne sont pas transsexuelles. Ceux qui ne souhaitent pas subir l’opération sont des personnes transgenres, mais ils sont hélas acculés à se faire opérer […]. J’ai beaucoup d’amis très proches qui regrettent leur opération et je crois que s’ils ne l’avaient pas subie, ils auraient une vie bien meilleure. Il y en a également qui sont très satisfaits de l’opération. Être trans, c’est compliqué. Je pense que nous ne devenons jamais complètement un homme ou une femme. Nous sommes un troisième genre ».

89Hanieh, femme trans en phase préopératoire, déclare :

« Mon chirurgien me dit qu’un vagin artificiel est comme la paume d’une main et ne sert qu’à uriner, mais je ferai cette opération, même s’il ne me reste qu’un jour à vivre : je veux mourir femme ».

90Les entretiens démontrent que les personnes trans ne voient pas leur corps comme marqueur de leur genre, pas plus qu’ils ne pensent que le genre est fixé dès la naissance, ce qui contredit les politiques hétéronormatives concernant le genre. Par exemple, Niaz n’a pas encore subi l’opération au moment de l’entretien de 2017, car sa famille s’y est opposée, mais elle utilise des hormones depuis dix ans et vit en tant que femme avec des organes génitaux masculins. Elle confie : « C’est compliqué et difficile, mais les gens me traitent comme une femme s’ils ne me connaissent pas. Désolée mais personne ne vient me baisser le pantalon… ».

91Selon moi, la chirurgie de changement de sexe n’est pas interprétée par les personnes trans iraniennes comme une manière de s’intégrer à la catégorie du masculin ou du féminin et n’est pas non plus conçue comme la seule manière de vivre en tant que membre à part entière de la société, mais il s’agit plutôt d’un moyen de rapprocher le corps de l’âme.

92L’idée que l’on retrouve à l’extérieur de l’Iran selon laquelle les homosexuels dans ce pays sont obligés de subir une opération de changement de sexe me semble réductrice car elle sous-entend qu’être trans a nécessairement à voir avec l’opération de changement de sexe. Selon ce présupposé, ceux qui ne changent pas de sexe biologique au moyen de la chirurgie ne sont pas trans. Cela renvoie à une interprétation étroite du genre selon laquelle si les individus concernés ne sont pas trans, ils sont gays.

93Le changement de sexe en Iran est plus complexe que de telles représentations. Il existe une multitude de pratiques sociales et juridiques qui configurent le genre des individus. Les personnes trans qui désirent conserver leurs organes sexuels existent aussi en Iran, mais elles sont considérées comme des homosexuels continuant leurs crimes sous couvert d’un certificat médical. Cette compréhension réductrice du genre et de la sexualité sous-entend que si une personne n’entre pas dans le cadre binaire du genre, elle ne peut qu’être homosexuelle (qui ne modifie pas son corps) ou transsexuelle (qui modifie son corps). Ce type de méprise est courant dans les discours islamiques iraniens.

Militantisme Trans* en Iran

94La première ONG s’occupant de la protection des personnes trans a été fondée durant la présidence de Mohammad Khatami (1997-2005), connu pour être un réformateur. Maryam Khatūn Molk Ara a fondé et dirigé (2007-2012) une ONG, « l’Association pour la protection des patients victimes de trouble de l’identité de genre » (Anjomani hemayat az bimarani ikhtilali hovīyati jinsī). Maryam Khatūn Molk Ara a été la première personne à obtenir l’autorisation en 1982 de l’ayatollah Khomeini pour une opération de changement de sexe afin de devenir une femme.

95L’organisation de Maryam Khatūn Molk Ara a fourni une aide psychologique, médicale et parfois financière aux personnes trans et les a aidées lors du processus de changement légal de nom et de genre. Après son décès en 2012, c’est un homme trans qui a pris la direction de l’ONG. Il en a changé le nom fin 2015, elle est devenue « l’Association pour la protection des patients souffrant de dysphorie de genre » (Anjomani hemayat az bimarani malali jinsī). Cette ONG travaille à présent sous l’égide du ministère de la Santé iranien.

96Depuis 2011, un centre pour la protection des transsexuels iraniens du nom de Mahtaa a créé une plateforme sécurisée sur internet pour les personnes trans, qui fournit des informations pratiques relatives au processus de transition. Elle explique notamment à ses visiteurs les concepts de genre et de sexualité.

97Monsieur Moh, personne non-trans de 26 ans, qui lutte pour les droits des personnes trans depuis 2009, chargé des relations publiques et gestionnaire de Mahtaa, m’a confié qu’il avait été à l’origine de l’idée de ce centre après la mort en 2009 de son meilleur ami qui était trans. Il m’a expliqué qu’avec son ami, il avait d’abord créé Mahtaa en 2009 en tant que page Facebook, puis l’avait transformé en blog en 2010, et plus tard, en 2011, en site web. Mahtaa dispose actuellement de cinq bénévoles qui dédient leur temps libre à sensibiliser la société et à aider les personnes trans dans les domaines personnels, juridiques, sociaux et médicaux. Ils traduisent en persan les ouvrages d’universitaires spécialisés sur le genre et la sexualité comme ceux de Judith Butler ou les concepts anglais de trans ou queer par exemple. De plus, ils traduisent des livres pour enfants trans de l’anglais vers le persan.

  • 73 Kelly Kollman, Matthew Waites, « he global politics of lesbian, gay, bisexual and transgender hum (...)

98Les personnes trans sont très actives dans le cyber espace (médias sociaux, blogs, Facebook, Telegram, Instagram, télévision en ligne…), partageant des informations et des expériences personnelles. Cependant, chaque personne trans avec qui j’ai parlé refusait de s’identifier comme membre de la communauté trans et ne souhaitait pas être associée en public avec d’autres personnes trans. Elles ne veulent pas courir le risque d’appartenir à ce groupe identitaire, ce qui les mettrait en danger au sein de leur famille et plus largement de la société. Parallèlement, les militants trans n’ont aucunement l’intention de débattre des questions de droits humains, car ils souhaitent éviter de politiser leur cause73. Ils combattent pour être reconnus et acceptés comme des membres lambda de la société qui ont des besoins basiques : assurance, emploi, soins médicaux et sanitaires.

99L’activiste Taraneh, femme trans opérée bien connue en raison de sa militance trans, m’a prévenue :

« Ne mentionne jamais les droits de l’homme lorsque tu travailles sur cette question, car dès que tu le fais, tu en fais une question politique et tu t’exposes à de gros problèmes. On fait tout pour éviter d’aller dans ce sens : ce n’est pas bon pour nous ».

100Cette stratégie a également prédominé dans le travail de Mahtaa (Centre de protection des transsexuels iraniens), comme l’affirme Moh (homme hétérosexuel non-trans) :

« Il est dangereux pour les trans de se rassembler. Il y va de leur sécurité. Ils pensent que cela politiserait leur existence dans le pays et les mettrait à la merci d’une récupération à l’étranger par les médias ».

101Les trans iraniens ne remettent pas en cause dans leur militantisme la pathologisation de la transsexualité, car elle est considérée comme la seule manière d’être reconnus et acceptés par la société. Leur souci primordial est d’être en mesure de recevoir une aide financière, sociale et émotionnelle avant et après les opérations. Il est à noter qu’aucune des personnes interrogées n’a mentionné que la protection de leurs droits (human rights) ressortait de la responsabilité de l’État.

  • 74 Nancy Fraser, « ecognition without ethics? , Theory, Culture, Society, n°18, 2001/2-3, p. 21-42.

102Je soutiens que la lutte des personnes trans en Iran pour leur reconnaissance n’est pas fondée sur une politique identitaire mais sur un « modèle statutaire ». Comme le décrit Nancy Fraser74, le « modèle statutaire » s’oppose au « modèle identitaire » en se concentrant sur la reconnaissance de la participation à part entière de l’individu dans les interactions sociales plutôt que celle de l’identité de groupe. Le discours des droits de l’homme a, de la même façon, des implications négatives en Iran sur les personnes trans car il y est considéré comme une création de l’impérialisme occidental.

103Mahtaa ainsi que l’Association pour la protection des patients souffrant de dysphorie de genre militent pour une législation du changement de sexe. En raison de ce militantisme, un projet de loi a été présenté en 2007 au Parlement en vue d’une législation sur l’opération de changement de sexe et sur le statut juridique des personnes trans. Les députés en ont discuté avec des chirurgiens, des juristes et des personnes trans.

104Mohammad Kariminia, – un membre du clergé ayant fait ses études doctorales sur le changement de sexe dans le contexte de la loi islamique – considéré aujourd’hui comme l’autorité religieuse la plus trans-friendly en Iran, insiste :

« Tout le monde m’adresse des cas. J’ai beaucoup d’années d’expérience. Cette question a aussi été portée au Parlement. Le Centre de recherche du Parlement a organisé de nombreuses sessions auxquelles j’ai été convié pour expliquer le changement de sexe aux dignitaires religieux de haut rang. Les personnes trans ont également été invitées à partager leurs connaissances avec le Centre ».

Beaucoup de personnes trans ont exprimé leur inquiétude à propos du soutien dont ils ont besoin avant et après l’opération. Niaz rapporte :

« Ils [l’État] n’arrêtent pas de dire que c’est shar‘ī (autorisé par la Sharī‘a). Or, c’est seulement l’opération qui est shar‘ī, ils ne se préoccupent pas du reste, de nos besoins après ou même avant l’opération. Ils pourraient, par exemple, nous donner la permission de travailler pendant notre période de transition ».

105Samin (homme trans opéré) signale que l’opération est autorisée, mais que cela ne suffit pas :

« Et après ! Nous avons besoin de soutien financier, de soins médicaux, d’aide pour la thérapie hormonale, de prestations sociales, et de soins médicaux spécialisés sur le long terme après des opérations d’une telle ampleur ».

  • 75 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2016.
  • 76 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2016, p. 187.

106Afsaneh Najmabadi avance75 que les activistes trans en Iran militent pour leurs besoins plutôt que pour leurs droits, car un discours sur les droits de l’homme politiserait leur cause. Cependant, selon elle, ce type de militantisme fondé sur les besoins tient au caractère légal de la transsexualité déclaré par une fatwā. Dès lors, le discours focalisé sur les droits devient inutile voire risqué. C’est pourquoi selon Najmabadi, les militants considèrent que les personnes trans en Iran ont reçu « leur badge de citoyenneté et de reconnaissance sociale avec la fatwâ »76. À l’inverse, pour Mohammad Ali Taherkhani, un homme trans opéré, directeur de « l’Association pour la protection des patients atteints de dysphorie de genre à Téhéran » :

« L’un des besoins les plus nécessaires pour nous [les personnes trans] est une législation qui nous accorde des droits de citoyen, afin que l’État et la société comprennent que nous sommes comme les autres. Nous ne demandons pas de traitement spécial ou de privilège comme les patients atteints de maladies rares. Nous voulons que notre citoyenneté soit déterminée par la loi, s’ils sont assez équitables pour nous l’accorder. Un autre besoin urgent, pour nous, est l’accès à un crédit financier afin de pouvoir nous venir en aide. Ce n’est pas grave s’ils nous donnent cet argent en tant que patients souffrant d’une maladie rare ».

107Le soutien financier, juridique et médical constitue le principal souci des personnes trans iraniennes et le but essentiel du militantisme.

Conclusion

108Cet article analyse le manque de reconnaissance du statut des personnes trans en Iran sur le plan juridique et social, en s’intéressant à la fatwā de l’ayatollah Khomeini, aux lois iraniennes, aux discours et aux pratiques des professionnels médicaux, ainsi qu’à l’expérience des personnes trans. J’affirme que le droit iranien ne reconnaît pas le statut des personnes trans, en les considérant comme un objet de la médecine et non comme des sujets de droit.

109La fatwā de l’ayatollah Khomeini affirme la légitimité de la chirurgie de changement de sexe après avis médical. J’ai exposé comment les grands ayatollahs émettent des fatwās en se focalisant sur la légitimité ou l’illégitimité du changement de sexe dans la Sharī‘a plutôt que sur le statut social des personnes trans avant et après l’opération, compte tenu du peu de sources islamiques sur le sujet.

110J’ai montré que des juristes en Iran ont récemment analysé le changement de sexe sous l’angle du droit médical en tant que nouveau domaine de jurisprudence dans l’islam shi’ite. Pourtant les fatwās de l’ayatollah Khomeini admettent également le changement légal de sexe pour des personnes qui décident de ne pas subir l’opération, celle-ci n’étant pas obligatoire pour les personnes qui appartiennent à un genre autre que celui qui leur a été assigné à la naissance. En conséquence, tant la jurisprudence islamique que la perception hétéronormative du genre ont produit un savoir sur les personnes trans qui se focalise sur leur transition médicale.

111J’ai également montré que la lutte des personnes trans pour leur reconnaissance en Iran se concentre sur leur statut de citoyens. Elles espèrent que la législation étatique va apporter une solution à leur subordination. Le militantisme trans en Iran est moins axé sur une politique identitaire que sur la reconnaissance du statut des personnes trans dans la société.

112Le parcours de transition des personnes trans en Iran a souvent été présenté dans la littérature comme validé légalement par l’État et imposé à des homosexuels. À mes entretiens ainsi qu’à partir de l’analyse de documents de droit et de jurisprudence, je montre que l’opération de changement de sexe n’est pas légalement établie par l’État ni même considérée comme obligatoire, si l’on se réfère à la fatwā de l’ayatollah Khomeini. La situation est bien plus compliquée.

  • 77 Voir par exemple Zara Saeidzadeh, 2016 ; 2019.

113Les entretiens montrent que les personnes trans choisissent elles-mêmes si elles veulent subir l’opération en tant que partie intégrante de leur processus de transition après avoir obtenu le certificat autorisant l’opération. Si elles décident d’aller de l’avant, elles prennent des risques considérables comme être abandonnées par leur famille pour avoir contrevenu à l’hétéronormativité en ayant pratiqué l’ablation de leurs organes reproducteurs, et être abandonnées par la société qui les considère comme des monstres77. En conclusion, ne pas reconnaître les personnes trans ainsi que leur expertise sur leur sexe, leur corps et leur genre, demeure problématique en Iran.

Haut de page

Bibliographie

AGHABIGLOO (Ali), BAHRAMI (Mahmood), SABERI (S. Mehdi), EMAMHADI (Mohammad Ali), «Gender identity disorders in Iran: Request for sex reassignment surgery», International Journal of Medical Toxicology and Forensic Medicine, 2, 2013/4, p128-134.

AHMADZADEH (Masoud), JALALI (Amir Hossein), ALAVI (Kaveh), NASERBAKHT (Morteza), MOHSENNIA-OMRANI (Khadijeh), EFTEKHAR (Mehrdad), «The epidemiology of transsexualism in Iran», Journal of Gay and Lesbian Menthal Health, n°15, 2011/1, p83-93.

ALIPOUR (Mehrdad), «Transgender identity, the sex reassignment surgery fatwas and Islamic theology of a third gender», Religion and Gender, n°7, 2017/2, 2017, p. 164-179.

BARIKLOO (Alireza), «Vaziyate t’ghiri jinsīyat» (The status of sex change), Hoqūqi khosūsi (Private Law Journal), n°1, 2003/05, 2003, p. 63-86.

BOJNŪRDĪ (Seyed Mohammad), « Baresi fiqhi hoqūqi dar khosūi Taghiri jinsīyat ba rūykardi bar naźare hażrati Imam Khomeini» (Fiqhi and legal examination of sex change from Imam Khomeini’s point of view), Pajoohesh Name Matin (Matin Research Journal), n°36, 2007/9, p. 21-36.

COULSON (Noel J.), A history of Islamic law, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1964.

DAVY (Zowie), Recognizing transsexual: Personal, political, and medicolegal embodiment, London, Routledge, 2011.

FEREDAY (Jenifer), MUIR-COCHARNE (Eimear), «Demonstrating rigor using thematic analysis: A hybrid approach of inductive and deductive coding and theme development», International Journal of Qualitative Methods,5, 2006/1, p. 80-92.

FOOMANI REZAI (Amir), AYATI (Mohammad Reza), «Vaziyati taghiri jinsiyat dar hogooghi Iran va nizami hoghooghi common law» (situation of sex change in Iranian and common law legal system), Mabani Fiqhi Hoqooghi Islami (Principles of Jurisprudence in Islamic Law), n°14, 2014/7, p113-140.

FORTIER (Corinne), « Intersexuation, transsexualité et homosexualité en pays d’islam », in Homosexualité et traditions monothéistes : vers la fin d’un antagonisme ?, Martine GROSS, Rémy BETHMONT (eds), Genève, Labor et Fides, 2017, p. 123-137.

FRASER (Nancy), «Recognition without ethics?», Theory, Culture, Society, n°18, 2001/2-3, p. 21-42.

HALPER (Louise), «Law, authority, and gender in post-revolutionary Iran», Buffalo Law Review, n° 54, 2006, p. 1137-1189.

HAYWARD (Eva), WEINSTEIN (Jami) «Introduction: Transanimalities in the age of trans* life», Transgender Studies Quarterly, n°2, 2015/02, p. 195-208.

JAVAHERI (Fatemeh), «A study of transsexuality in Iran», Iranian Studies, n°43, 2010/3, p. 365-377.

KALANTARI (Kiumars), EBRAHIMI (Nasibeh), «Taghiri jinsīyat va baresi fiqhi» (Sex change and jurisprudential examination), Faslnameh Takhasosi Fiqh va Mabani Hogoogh Islami (Journal of Fiqh and Fundamentals of Islamic Law), n°7, 2011/24, p. 77-92.

KARIMINIA (Mohammad Mehdi), Taghiri jinsīyat ba ta’kid bar didgahi Imam Khomeini (Sex change from Imam Khomeini’s perspective), Iran, Qom, Orūjī, 2012.

KARIMINIA (Mohammad Mehdi), Taghiri jinsīyat az manżari figh va hoqūq (Sex change from jurisprudential and legal perspectives), Iran, Qom, Markazi Fiqhi A’emeh Athar (A’emeh Athhar Jurisprudential center), 2010.

KARIMINIA (Mohamad Mehdi), «Taghiri jinsīyat az manżari figh va hoqūq» (Sex change from jurisprudential and legal perspectives), Ma’rifat, n°36, 2000, p. 76-82.

KATUZIYAN (Naser), Qavāidi umūmī qarardadhā (General rules of contracts), Téhéran, Intishar publication, 2001.

KOLLMAN (Kelly), WAITES (Matthew), «The global politics of lesbian, gay, bisexual and transgender human rights: An introduction», Contemporary Politics, n°15, 2009/1, p. 1-17.

KUSHA (Hamid. R), The Sacred Law of Islam: A Case study of women treatment in the Islamic Republic of Iran’s criminal justice system, UK, Ashgate, 2002.

MIR-HOSSEINI (Ziba), Islam and gender: The religious debate in contemporary Iran, New Jersey, Princeton University Press, 1999.

NAJMABADI (Afsaneh), «Transing and transpassing across sex-gender walls in Iran», Women Studies Quarterly, n°3, 2008/36, p. 23-42.

NAJMABADI (Afsaneh), Professing selves: Transsexuality and Same-Sex Desire in contemporary Iran, Durham, NC, Duke University Press, 2014.

NAJMABADI (Afsaneh), «Genus of sex or the sexing of jins», International Journal of Middle East Studies, n°45, 2013/02, p. 211–231.

NAJMABADI, (Afsaneh), «What can we learn from transsexuality in Iran?», in Transsexualität in theologie und Neurowissenschaften: Ergebnisse Kontroversen, Persppektiven, Gerhard Schreiber (ed.), Berlin, Boston, De Gruyter, 2016, p. 175-194.

SANI‘Ī (Yusef) Fatawā moridi niyaz afrādi moghimi khariji kishvar (Fatawās required for people living abroad), Fiqh Al-Saghalien publication, Qom, 2013.

SAEIDZADEH (Zara), «Transsexuality in contemporary Iran: Legal and social misrecognition», Feminist Legal Studies, n°24, 2016/3, 2016, p. 249-72.

SAEIDZADEH (Zara),«Möte med Susan Stryker: Om trans, trans* och Framtidens Forskning» (translated by Henrik Gundenäs), Tidskrift För Genusvetenskap, 37, 2016/4, 2016, p92-99.

SAEIDZADEH (Zara), «Understanding socio-legal complexities of sex change in postrevolutionary Iran», Transgender Studies Quarterly, n°6, 2019/1, 2019, p. 80-102.

SARCHESHMEHPOUR (Zahra), ABDULLAH (Raihanah), « Transsexuailty in Iran: Issues and challenges », Journal of Shariah Law Research, n°2, 2017/1, 2017, p. 55-74.

SCHACHT (Joseph), An Introduction to Islamic Law, Oxford, University Press, 1982.

VAHEDI (Mostafa) et al., «Gender Dysphoria in Iran: Legal and Islamic jurisprudence perspectives», Bioethics and Health Law Journal, n°1, 2017/1, p. 41-48.

Haut de page

Notes

1 Texte initial traduit de l’anglais par Daphné Romy-Masliah (DIP, Genève)r

2 Hamid. R. Kusah, The Sacred Law of Islam: A Case study of women treatment in the Islamic Republic of Iran’s criminal justice system, UK, Ashgate, 2002.

3 L’invasion arabe du VIIe siècle a introduit l’islam en Iran durant la période abbaside, mais l’État n’a jamais été religieux jusqu’en 1979.

4 Hamid. R. Kusah, op. cit., 2002.

5 Marjaīyat désigne le moment où le juriste atteint le plus haut niveau d’interprétation ou ijtihād, et il s’agit d’un ayatollah qui peut émettre des fatwās.

6 Le douxième Shī‘a Imami. L’islam devint la religion officielle de l’Iran depuis la période Safavide en 1501. Les Shi’ites croient aux douze imams après la mort du Prophète qui ont été désignés par Dieu. Le premier fut Ali et le dernier Mehdi qui vit dans l’occultation jusqu’au jour de sa résurrection. C’est ce qu’on appelle le principe de l’imamat dans l’islam shī‘ite.

7 Ayatollah Khomeini, 1967, p. 627. Tahrir al-Wasīla est une compilation des fatwās qu’il a écrites en arabe durant son exil en Turquie (1964). Cet ouvrage fut publié à la fin des années 1960 pour la première fois en Irak et ensuite au Liban, puis plus tard traduit en persan.

8 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyatba ta’kid bar didgahi Imam Khomeini (Le changement de sexe selon l’Imam Khomeini), Iran, Qom, Orūjī, 2012.

9 Mohammad Mehdi Kariminia, ibid., 2012, p. 78.

10 Afsaneh Najmabadi, Professing selves: Transsexuality and same-sex desire in contemporary Iran, Durham, NC, Duke University Press, 2014.

11 Afsaneh Najmabadi, ibid., 2014, p. 167.

12 Mohammad Mehdi Kariminia, op. cit., 2012.

13 Komiti Imdadi Imam Khomeini est une organisation de charité fondée l’année de la révolution (1979), dans le but de venir en aide aux familles pauvres mais qui a rapidement élargi ses services à l’attribution de prêts, à des conseils, ainsi qu’à des consultations d’ordre social et juridique. La fondation est financée à la fois par des donateurs privés et par l’État.

14 Ceci a été mentionné lors d’un entretien en 2014 avec Hossein, un homme de 26 ans auto-identifié comme trans avant son opération de réassignation sexuelle. Il m’a dit qu’il avait dû s’inscrire sur le site internet en 2002.

15 La Saziman Pezishki Qanūni en anglais Legal Medical Organization, travaille sous le contrôle du pouvoir judiciaire en Iran. Son objet principal est la médecine légale.

16 DSM est le sigle du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorder of American Psychiatric Association (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’Association Américaine de Psychiatrie) qui définit et catégorise les troubles mentaux. Dans ce manuel, la transsexualité était définie comme un trouble mental dans les années 1980. Dans la dernière version du DSM-IV en 1994, le terme trouble mental a été remplacé par trouble de l’identité de genre en référence à une personne souffrant d’une identité de genre conflictuelle. Lors de la révision du DSM-V en 2013, le terme de dysphorie de genre a été utilisé pour décrire un problème clinique lié à la souffrance qui accompagne l’inadéquation entre l’expérience ressentie de l’appartenance à un genre et le genre assigné à la naissance, cf. à ce sujet,Zowie Davy, Recognizing transsexual : Personal, political and medicolegal embodiment, London, Routledge, 2011, p. 23. Le DSM a standardisé le diagnostic et le traitement des personnes trans en insistant sur le besoin d’effectuer des recherches sur le vécu du patient depuis l’enfance, le diagnostic clinique, la psychothérapie, l’hormonothérapie, les modifications corporelles, et les caractéristiques secondaires du changement de sexe telles que la formation de la poitrine, de la graisse au niveau des hanches, de la pilosité et de la voix, cf. Zowie Davy, op. cit., 2011, p. 24.

17 Ali Aghabikloo et al., « ender identity disorder in Iran: Request for sex reassignment surgery , International Journal of Medical Toxicology and forensics Medicine, n° 2, 2013/4, p. 128-134.

18 Le système légal iranien comporte plusieurs types de tribunaux : les tribunaux spécifiques et les tribunaux publics. Les principaux tribunaux publics (dadgahaye omumi) sont les tribunaux criminels et familiaux. Les tribunaux familiaux, régis par la loi islamique, traitent les cas liés au mariage, au divorce, à la dot et à la garde des enfants.

19 J’utilise le signe MTF (male to female) pour me référer aux personnes qui passent d’une désignation masculine à la naissance à une identité de genre féminin, et FTM (female to male) pour indiquer la transition inverse grâce à des traitements hormonaux et chirurgicaux.

20 L’orchidectomie est l’ablation des testicules.

21 Eva Hayward, Jami Weinstein, « ntroduction: Transanimalities in the age of trans* life , Transgender Studies Quarterly, n°2, 2015/02, p. 195-20

22 Zara Saeidzadeh, « öte med Susan Stryker: Om trans, trans* och Framtidens Forskning  (traductionnHenrik Gundenäs), Tidskrift För Genusvetenskap, n°37, 2016/4, p. 92-99.

23 Afsaneh Najmabadi, « enus of sex or the sexing of jins , International Journal of Middle East Studies, n°45, 2013/02, p. 211-231.

24 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2013, p. 213.

25 « Mots ratifiés par l’Académie iranienne de langue et de littérature persane », Études de Femmes ; Jinsīnegi, http://www.vajehyab.com/farhangestan/%D8%AC%D9%86%D8%B3%DB%8C%D9%86%DA%AF%DB%8C Dernier accès le 19 juillet 2019.

26 ibid.

27 La docteure Jafarabadi m’a donné la permission d’employer son nom réel.

28 WhatsApp a été créé en 2014 comme logiciel gratuit de service qui peut être installé comme une application sur les téléphones androïdes et sur les iPhones. Il permet d’envoyer des messages écrits ou vocaux ainsi que de passer des appels vidéo en ligne. En 2013, l’application Telegram a été lancée à Berlin par des frères nés en Russie, Pavel et Nikolai Durov. L’État iranien a tenté d’interdire son utilisation en avril 2018, tout comme l’avaient fait les autorités russes. Voir aussi : https://techcrunch.com/2013/10/27/meet-telegram-a-secure-messaging-app-from-the-founders-of-vk-russias-largest-social-network/ et https://www.reuters.com/article/us-iran-telegram-apps/irans-judiciary-bans-use-of-telegram-messaging-app-state-tv-idUSKBN1I11JM.

29 J’ai transcrit et traduit moi-même les entretiens. La traduction était difficile en raison des différences conceptuelles et lexicales entre le persan et l’anglais. Toutes les erreurs de traduction sont miennes et ne sont pas imputables aux participants.

30 Le Coran contient les révélations de Dieu au Prophète Mohammed et a été compilé par ses disciples sous le nom de Coran puisque ce dernier était illettré. La Sunna ou Tradition se réfère aux paroles, pratiques et attitudes du rophète Mohammed telles qu’elles ont été consignées par ses disciples sous forme de hadith. Le consensus des juristes se dit ijma, et le raisonnement analogique des juristes s’appelle qiyās, tandis que l’appréciation des juristes quant à la création de lois islamique est à l’origine de l’aghl ou raisonnement.

31 Noel J. Coulson, A History of Islamic Law, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1964.

32 Ziba Mir-Hosseini, Islam and gender: The religious debate in contemporary Iran, New Jersey, Princeton University Press, 1999.

33 Noel J. Coulson, op. cit., 1982, p. 75.

34 Différentes écoles de pensée sunnite ont vu le jour durant la période abbaside. Quatre d’entre elles ont survécu : hanbali qui est officiellement reconnue en Arabie Saoudite, hanafi, qui est bien représentée en Afghanistan et en Asie centrale, shafi’ī a vu le jour en Égypte et a atteint la Perse au Moyen-Âge avant que le pays ne devienne shī’īte, mais aujourd’hui cette école prédomine chez les musulmans d’Indonésie et de Malaisie, tandis que l’école maliki, prédomine en Afrique du Nord, cf. Joseph Schacht, An Introduction to Islamic Law, Oxford, University Press, 1982, p. 65-66.

35 ibid.

36 Noel J. Coulson, op. cit., 1982, p. 80.

37 Louis Halper, « aw, authority and gender in post-revolutionary Iran , Buffalo Law Review, n°54, 2006, p. 1137-1189.

38 Joseph Schacht, An Introduction to Islamic Law, Oxford, University Press, 1982.

39 Alireza Barikloo, « ażīyati taghiri jinsīyat  (Le statut du changement de sexe), Hoqūqi khosūsi (Journal de Droit Privé), n°1, 2003/05, p. 63-86.

40 Naser Katuziyan, vai‘d umūmi qarardadhā (Dispositions générales des contrats), Téhéran, Intishar publication, 2001.

41 Afsaneh Najmabadi, « hat can we learn from transsexuality in Iran? , in Transsexualität in Theologie und Neurowissenschaften: Ergebnisse Kontroversen, Perspektiven, Gerhard Schreiber (ed.), Berlin, Boston, De Gruyter, 2016.

42 Corinne Fortier, « Intersexuation, transsexualité et homosexualité en pays d’islam », in Homosexualité et Traditions Monothéistes : Vers la Fin d’un Antagonisme , Martine Gross et Rémy Bethmont (eds., Genève, Labor et Fides, 2017.

43 Mohamad Mehdi Kariminia, « aghiri jinsīyataz manari figh va hoqūq  (Sex change from fiqhi and legal point of view), Ma‘refat, n°36, 2000/9, p. 76-82

44 Dujinsī signifie en persan « doté d’un double sexe », ce qui constitue une insulte destinée à rabaisser les personnes noncernées. Ce mot est utilisé indifféremment pour désigner les bisexuels, transsexuels, transgenres et intersexes, cf. Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2014, p. 143.

45 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyataz manari figh va hoqūq (Le changement de sexe selon les perspectives jurisprudentielle et légale), Iran, Qom, Markazi Fiqhi A’ima Athar, 2010.

46 Mohammad Mehdi Kariminia, op. cit.., 2010, p. 360.

47 Mohammad Mehdi Kariminia, op. cit., 2010, p. 25.

48 Voir par exemple Amir Foomani Rezai, Mohammad Reza Ayati, « aziyati taghiri jinsiyat dar hogooghi Iran va nizami hoghooghi common law  (situation of sex change in Iranian and common law legal system), Mabani Fiqhi Hoqooghi Islami (Principles of Jurisprudence in Islamic Law), n°14, 2014/7, 2014, p. 113-140 ; Seyed Mohammad Bojnūrdī, « aresi fiqhi hoqūqi dar khosūi tTghiri jinsīyat ba rūykardi bar naźare hażrati Imam Khomeini  (Fiqhi and legal examination of sex change from Imam Khomeini’s point of view), Pajoohesh Name Matin (Matin Research Journal), n°36, 2007/9, 2007, p. 21-36 ; Alieza Bariklu, « aziyate tahiri jinsīyat  (The status of sex change), Hoqūqi khosūsi (Private Law Journal), n°1, 2003/05, 2003, p. 63-86.

49 Ziba Mir-Hosseini, Islam and gender: The religious debate in contemporary Iran, New Jersey, Princeton University Press, 1999.

50 Seyed Mohammad Bojnūrdī, « aresi fiqhi hoqūqi dar khosūi Taghiri jinsīyat ba rūykardi bar naźare hażrati Imam Khomeini  (Fiqhi and legal examination of sex change from Imam Khomeini’s point of view), Pajoohesh Name Matin (Matin Research Journal), n°36, 2007/9, p. 21-36.

51 Seyed Mohammad Bojnūrdī, op. cit., 2007, p. 26.

52 Ayatollah Yusef Sani'ī, Fatwâs required for people living abroad (Fatwâs requises pour les personnes vivant à l’étranger), Qom, Fiqh Al-Saghalien publication, 2013.

53 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyataz manari figh va hoqūq (Sex change from jurisprudential and legal perspectives), Iran, Qom, Markazi Fiqhi A’ema Athar, 2010.

54 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2013, p. 211-231.

55 Afsaneh Najmabadi, « ransing and transpassing across sex-gender walls in Iran , Women Studies Quarterly, n°3, 2008/36, p. 23-42.

56 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2014.

57 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2016.

58 cf. Zahra Sarcheshmehpour R., Raihanah Abdullah, « ranssexuailty in Iran: Issues and challenges , Journal of Shariah Law Research, n°2, 2017/1, 2017, p. 55-74 ; Mehrdad Alipour, « ransgender identity, the Sex-reassignment surgery fatwas and Islamic theology of a third gender , Religion and Gender, n°7, 2017/2, 2017, p. 164-79 ; Masoud Ahmadzadeh et al., « he epidemiology of transsexualism in Iran , Journal of Gay and Lesbian Menthal Health, n°15, 2011/1, 2011, p. 83-93 ; Fatemeh Javaheri, «  study of transsexuality in Iran , Iranian Studies, n°43, 2010/3, 2010, p. 365-377 ; Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyat az manżari figh va hoqūq (Sex change from jurisprudential and legal perspectives), Iran, Qom, Markazi Fiqhi A’emeh Athar (A’emeh Athhar Jurisprudential Ccnter), 2010 ; Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyat ba ta’kid bar didgahi Imam Khomeini (Sex change from Imam Khomeini’s perspective), Iran, Qom, Orūjī, 2012.

59 D’après le DSM-IV et V, le trouble de l’identité de genre consiste en un conflit de l’identité de genre :ola personne souffre d’une identification aigüe au genre opposé. La dysphorie de genre explique le malaise qui résulte de la tension entre le genre tel que la personne le vit et celui qui lui a été assigné à la naissance.

60 Malali jinsī ou Narezayani jinsī.

61 Kiumars Kalantari et al., « aghiri jinsīyatva baresi fiqhi  (Changement de sexe et analyse jurisprudentielle), Faslname Takhasosi Fiqhi va Mabani Hoghoogh Islami (Journal de Droit fondamental islamique et fFqhi), n°7, 2011/24, p. 77-92.

62 Behzisti est une organisation gouvernementale qui opère sous l’égide du ministère de la coopération, du travail et du bien-être social. En 2011, cette forme de Sscurité sociale a commencé à subventionner les personnes trans sous la catégorie despersonnes « socialement lésées », cf. Zara Saeidzadeh, « nderstanding socio-legal complexities of sex change in postrevolutionary Iran , Transgender Studies Quarterly, n°6, 2019/1, 2019, p. 92.

63 Mostafa Vahedi et al., « ender Dysphoria in Iran: Legal and Islamic jurisprudence perspectives , Bioethics and Health Law Journal, n°1, 2017/1, p. 41-48.

64 Depuis le 20 juin 2018, la version 11 de la CIM a déclassifié la transsexualité de la catégorie des maladies psychiatriques et l’a placée dans le chapitre sur les « Conditions relatives à la santé sexuelle » en tant que catégorie de non-conformité de genre.

65 Zara Saeidzadeh, « ranssexuality in contemporary Iran: lLgal and social misrecognition , Feminist Legal Studies, n°24, 2016/3, p. 249-79.

66 Cette ONG est sous la supervision du ministère de la santé. Le nom de l’ONG a changé pour : Anjomani hemayat az bimarani ikhtilali hovīyati jinsī à Anjomani hemayat az bimarani malal jinsī : http://gid.org.ir/home/ dernier accès le 21 février 2017.

67 Le docteur Sudabeh Oskuie (chirurgien) ainsi que le docteur Morteza Rustami (sociologue) en faisaient partieé

68 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2014.

69 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2014, p. 207.

70 Qom est la ville la plus religieuse d’Iran et le lieu de séminaires islamiques organisés par les grands aAatollahs de ce pays. L’université de Mofid est une université privée fondée par l’ancien dirigeant de la justice en Iran, l’aAatollah Abdulkarim Musavi Ardebili en 1989. Bien que située dans la ville la plus religieuse de l’Iran, elle s’est avérée être une université réformiste dans le domaine des sciences sociales et humaines.

71 Hujatul Islam M. Mehdi Kariminia (juriste), Dr Yamutpoor (chirurgien) at le Dr Zamani (assistant du chirurgien) étaient parmi les intervenants.

72 Mohammad Mehdi Kariminia, Taghiri jinsīyataz manżari figh va hoqūq (Changement de sexe et analyse jurisprudentielle), Iran, Qom, Markazi Fiqhī A’ema Athar, 2010.

73 Kelly Kollman, Matthew Waites, « he global politics of lesbian, gay, bisexual and transgender human rights: An introduction , Contemporary politics, n°15, 2009/1, p. 1-17.

74 Nancy Fraser, « ecognition without ethics? , Theory, Culture, Society, n°18, 2001/2-3, p. 21-42.

75 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2016.

76 Afsaneh Najmabadi, op. cit., 2016, p. 187.

77 Voir par exemple Zara Saeidzadeh, 2016 ; 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zara Saeidzadeh, « Trans* en Iran : jurisprudence médicale et pratiques sociales en matière de changement de sexe »Droit et cultures [En ligne], 80 | 2020/2, mis en ligne le 11 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/6551

Haut de page

Auteur

Zara Saeidzadeh

Zara Saeidzadeh est doctorante en Études de Genre de l’Université d’Örebro en Suède. Son projet de recherche s’intéresse à l’étude sociojuridique des politiques et pratiques de changement de sexe dans l’Iran contemporain. En tant que chercheuse, elle a travaillé sur un projet (2015-2017) sur l’Iranian Transgender Advocacy Network (Réseau de plaidoyer transgendérisme iranien) avec l’Université de Lund en Suède. Zara Saeidzadeh a également collaboré au projet Transrights (2017-2018) subventionné par le Conseil européen de la Recherche (CER) qui menait des interviews avec des personnes trans en Suède. Elle est également associée à l’Institut Simone de Beauvoir de l’Université Concordia au Canada. Elle a publié en 2019, «Are trans men the manliest of men?, Gender practices, trans masculinity and mardānegī in contemporary Iran», Journal of Gender Studies, open access, ainsi que «Understanding socio-legal complexities of sex change in Iran», TSQ: Transgender Studies Quarterly, n°6 (1), et en 2016, «Transsexuality in Contemporary Iran: Legal and Social Misrecognition», Feminist Legal Studies, n°24 (3).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search