Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Dossier : Les mots du patrimoineDe yâdgâr (mémorial) à yâdmâne (m...

Dossier : Les mots du patrimoine

De yâdgâr (mémorial) à yâdmâne (monument), « matérialisation » du concept de patrimoine en Iran

Shahram Abadie

Texte intégral

  • 1 Yann Richard, L’Iran de 1800 à nos jours, Paris, Flammarion, 2016 (3e éd.) ; voir aussi les travaux (...)
  • 2 Alireza Manafzadeh, La construction identitaire en Iran, Paris, L’Harmattan, 2010 ; nous préférons (...)
  • 3 Mehdi Hodjat (architecte, chef de l’Organisation du patrimoine culturel de la République islamique (...)
  • 4 Sur ce concept qui souligne la « resémentisation » inévitable d’idées et d’objets culturels « trans (...)
  • 5 Date symbolique de l’envoi du peintre Eugène Flandin (1809-1889) et de l’architecte Pascal Coste (1 (...)

1À partir du milieu du XIXe siècle, sous l’impulsion d’une élite qui découvre l’Europe et sa modernité éblouissante, l’Iran entame sa métamorphose d’un empire oriental plus de deux fois millénaire vers un État-nation à l’occidentale1. L’ancienne Perse connaît alors une modernisation volontariste, parfois même autoritaire, et simultanément une « reconstruction » identitaire2. Le développement de l’archéologie par des orientalistes occidentaux, depuis le dernier tiers du XIXe siècle, introduit en parallèle un nouveau regard sur les vestiges et les monuments antiques, comme un élément fondamental de l’identité moderne du pays. L’avènement de cette nouvelle conscience patrimoniale a suscité, ces dernières décennies, quelques travaux de recherche, dont la thèse de Mehdi Hodjat, Cultural Heritage in Iran: Policies for an Islamic Country et un ouvrage de Talinn Grigor, Building Iran: Modernism, Architecture and National Heritage under the Pahlavi Monarchs3. Le premier, comme l’indique son sous-titre, propose dans une visée opératoire et quelque peu idéologique, une théorisation de la notion du patrimoine en mobilisant des textes coraniques et la tradition islamique sur le rapport au passé. Il brosse accessoirement le tableau historique de la mise en place des premières instances de protection patrimoniale en Iran. Le second traite, dans une approche historique, de l’activité sous la monarchie des Pahlavi (1925-1979) de la Société des monuments nationaux (Anjomané âssâré melli), une des premières institutions iraniennes de valorisation du patrimoine fondée en 1922. Le présent article tente, pour sa part, une mise en contexte historique et culturel plus large, afin de mettre en évidence une évolution du paradigme patrimonial en Iran, sous la forme d’un glissement de la conception immatérielle du mémorial/monument comme « lieu de mémoire » – épopée et poésie – vers une acception matérielle – vestiges et édifices historiques. Il s’appuie sur l’analyse des évolutions de la terminologie : de yâdgâr (mémorial) à atighât (antiquités), puis âssâré melli (monuments nationaux) et mirâssé farhangui (héritage/patrimoine culturel) aboutissant enfin au néologisme yâdmâne (composé de yâd signifiant mémoire et de suffixe mâne spécifiant le lieu, donc littéralement lieu de mémoire, équivalent de monument architectural). Pour ce faire, à travers une analyse de son usage dans des œuvres fondamentales de la littérature persane, nous montrons, d’abord, l’équivalence de la notion de yâdgâr dans la culture traditionnelle iranienne, avec le concept de mémorial (écrit ou édifice réalisé délibérément pour rappeler un événement ou une personne), mais aussi son usage occasionnel dans un sens proche de celui de « monument non-intentionnel » (objet acquérant une valeur mémorielle sans forcément avoir été initialement créé à ce dessein). Ensuite, prenant appui sur les textes législatifs et les quelques travaux publiés sur l’histoire récente du patrimoine en Iran, nous évoquons l’émergence de la conception moderne, matérielle, architecturale et identitaire du monument historique/national (assaré târikhi/melli), ainsi que ses conséquences linguistiques, dans le cadre d’un phénomène que l’on pourrait qualifier de transfert culturel avec toute appropriation que ce processus implique4 depuis l’Europe occidentale par la médiation d’archéologues allant travailler en Iran à compter de 18405. Yâdgâr, mémorial ou gage d’immortalité

  • 6 Pour un exemple en français, voir Jean Paul Roux, L’histoire de l’Iran et des Iraniens : des origin (...)
  • 7 En témoigne Zabihollâh Safâ, Târikhé adabyâté Iran (L’histoire de la littérature iranienne), 8 vol. (...)
  • 8 Voir Patrick Ringgenberg, Une introduction au Livre des Rois de Ferdowsi, Paris, L’Harmattan, 2009.
  • 9 Ingo Walther, Norbert Wolf, Codices illustres. Les plus beaux manuscrits enluminés du monde (400-16 (...)
  • 10 « L’histoire d’échange de 118 pages de Shâh nâmeh avec un tableau », [trad. du titre persan] agence (...)
  • 11 Morteza Saghebfar, Shâh nâmeh Ferdowsi va falsaféyé târikhé Iran (Le Livre des rois de Ferdowsi et (...)
  • 12 Françoise Choay, Le patrimoine en question, Paris, Le Seuil, 2009, p. IV.
  • 13 Notre traduction, ainsi que pour tous les autres poèmes sauf mention du contraire. Ce couple ne fig (...)
  • 14 Jean Paul Roux, L’histoire de l’Iran, op. cit., p. 287-288.
  • 15 Françoise Choay, Le patrimoine en question, op. cit., p. IV-V.
  • 16 Dans la distinction des mémoires naturelle et artificielle, nous nous reportons à Paul Ricœur qui l (...)
  • 17 Sur l’histoire de la création de Shâh nâmeh, on se reportera à l’introduction même du livre, les ch (...)
  • 18 Z̲abiḥollâh Safâ, Gilbert Lazard, Roger Lescot et Henri Massé, Anthologie de la poésie persane XIe (...)
  • 19 John Ruskin, Les sept lampes de l’architecture, traduit de l’anglais par Bénédicte Coste, Paris, Ho (...)
  • 20 Ferdowsi, Shâh nâmeh, chapitre 1, « Apologie de Sultan Mahmoud » : http://ganjoor.net/ferdousi/shah (...)
  • 21 Ibid., chapitre 17, « Le règne de Yazdguerd » : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/yazdgerd3/sh17 (...)
  • 22 Saadi, Mavâez, Ghassâyed, ode n° 23 : http://ganjoor.net/saadi/mavaez/ghasides/sh23/.
  • 23 Hafez, Divan, sonnet n° 253 : http://ganjoor.net/hafez/ghazal/sh253/.
  • 24 Ferdowsi, Shâh nâmeh, « Discours sur la préparation du livre », chapitre 8 : http://ganjoor.net/fer (...)
  • 25 Ibid., respectivement « Le règne de Houshang », chapitre 2 : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/h (...)
  • 26 Voir Ibid., « Le règne de Manoutchehr », chapitres 1, 21, 22 : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname (...)
  • 27 Hafez, Divan, sonnet n° 178 : http://ganjoor.net/hafez/ghazal/sh178/.
  • 28 Arefeh Hedjazi, « Saadi, le poète humaniste du XIIIe siècle », La revue de Téhéran, n° 30, mai 2008 (...)
  • 29 Saadi, Boustâne (Le jardin des fruits), chapitre 1, « De la justice, du discernement et de la sages (...)
  • 30 Mehdi Hodjat, Cultural Heritage in Iran, op. cit., p. 1-4.
  • 31 Cf. Roman Girshman, Ernst Herzfeld, Persepolis, the Achaemenian Capital, Téhéran, Mirdashti Farhang (...)
  • 32 Khayyâm, Robaiyât, quatrain n° 149 : http://ganjoor.net/khayyam/robaee/sh149/.
  • 33 Khâghâni, Divan, « Ghassâyed », ode n° 168 : http://ganjoor.net/khaghani/divankh/ghasidekh/sh168/.
  • 34 Nâsser Khosrô Ghobadiani Marvzi, Safar nâmeh (Le livre de voyage), Téhéran, Zavâr, 2005 (8e éd.), p (...)

2L’historiographie classique fait remonter la naissance de l’Iran à la fondation de l’empire achéménide par Cyrus le Grand en 550 av. J.-C. n’admettant de rupture dans son existence continue que pendant les deux siècles de domination arabo-musulmane, de la chute de l’empire sassanide en 651 à l’avènement des dynasties perses des Tâhirides (821-872) et Saffârides (861-1003) plus ou moins indépendantes du Califat6. Il s’est agi, en réalité, pendant la majeure partie de ces 25 siècles, d’un empire aux frontières fluctuantes, plusieurs fois ébranlé, voire ravagé par des vagues successives d’invasion (Alexandre le Grand 330 av. J.-C., les Arabes en 651, les Mongols en 1219, sans parler des amputations et occupations ponctuelles anglaise et russe du XIXe et du XXe siècle). Cette entité politique et territoriale a, néanmoins, toujours compris un noyau de peuples peu ou prou conscients, par la force de l’histoire, de leur destin commun, rassemblés depuis le règne des Safavides en 1501, autour d’une religion d’État, l’islam chiite, mais surtout unifiés par une langue officielle – le persan – et un héritage culturel collectif, en particulier littéraire, constitué de centaines de livres de poèmes et de prose7. Parmi ces derniers, la place d’honneur revient à l’œuvre « monumentale » du poète Ferdowsi (940-1020), Shâh nâmeh (Le livre des rois, achevé vers 1010), récit à la fois mythique, épique et historique de l’Iran, de la nuit des temps à la chute de l’empire sassanide (VIIe siècle), rédigé en soixante mille distiques8. Marquant la renaissance de la langue persane trois siècles et demi après la conquête arabo-musulmane, cette œuvre a servi, des siècles durant, autant de divertissement populaire dans les maisons de thé et sur les places publiques que de source d’inspiration aux poètes postérieurs, et de moyen de légitimation aux souverains se présentant comme les dignes successeurs des rois perses immortalisés par Ferdowsi. La création, entre 1522 et 1535, lors de la renaissance de l’Empire perse, d’un exemplaire de ce livre, le Shâh nâmeh Tahmâspi, précieusement illustré et enluminé par une quinzaine des meilleurs artistes de l’époque, et dédié au deuxième roi safavide, est à cet égard significative9. Offert par le roi safavide à Selim II (1524-1574), lors de l’avènement du sultan ottoman comme gage d’amitié, ce chef-d’œuvre était sans doute censé rappeler aussi le brillant passé historique de la Perse à son rival voisin. Cinq siècles plus tard, l’échange d’une centaine de pages de ce manuscrit qui avait échoué au Metropolitan Museum of Art, contre un tableau de Willem de Kooning et quelques autres pièces muséales à l’issue de longues négociations avec les États-Unis, pourtant son ennemi juré, témoigne de la valeur inestimable du livre même aux yeux du régime islamique actuel d’Iran10. Le Shâh nâmeh a ainsi incarné, des siècles durant, la conscience historique et l’épopée patriotique des Iraniens11. Aussi, indépendamment de sa matérialisation dans des éditions précieuses tel le Shâh nâmeh Tahmâspi, peut-il être considéré comme un « monument national » si l’on considère la fonction identificatoire et identitaire du monument comme sa caractéristique essentielle au-delà de la remémoration12, d’autant plus que le poète, lui-même, aurait revendiqué ce dessein : « J’ai enduré des peines, trente années durant / pour réanimer la Perse par ce vers persan »13 entendant par-là que son livre résultat de 30 ans de travail devrait ressusciter la civilisation persane alors sous domination arabe. Il faut rappeler que la mise en vers persan moderne (pârsi) par Ferdowsi du Livre des rois qui existait déjà sous la forme de textes en vieux persan (pahlavi), s’inscrit dans un ensemble d’actions engagées, en particulier par la dynastie Samanide (819-1005), pour recouvrer la souveraineté et l’indépendance des Perses par rapport aux Arabes, rétablissant nombre de traditions préislamiques et manifestant un grand intérêt pour l’histoire de l’Iran antique14. Toutefois, dans l’acception – européenne – du terme, ainsi que le fait remarquer Françoise Choay, la « matérialité » du monument, contrairement à la « volatilité » du langage, devrait permettre l’ancrage « dans l’espace naturel et culturel » d’un peuple ; autrement dit, la parole ne saurait être considérée comme monument, du moins avant le XVe siècle, l’invention de l’imprimerie et le développement des mémoires artificielles, dont la plus courante, l’écriture15. Or, on pourrait considérer la poésie, au-delà d’un mode d’expression artistique, comme un moyen d’assister la mémoire naturelle, une mnémotechnique voire une forme de mémoire artificielle16. Cela explique, partiellement, les motifs de la reproduction de Shâh nâmeh en vers et dans un ouvrage unique, à partir des livres épars en prose17. Cette pratique devient d’ailleurs une tradition et un pilier de la culture iranienne : pendant plus d’un millénaire, le vers servira de mode d’expression aussi bien narratif et poétique que social et politique, religieux et scientifique, moralisant et satirique18. John Ruskin écrit, au XIXe siècle, qu’il n’y a que deux moyens de vaincre l’oubli chez l’homme : la poésie et l’architecture. Il privilégie néanmoins la seconde qui, selon lui, engloberait en quelque sorte la première et lui serait même supérieure car révélant non seulement les pensées et les sentiments des anciens, mais également ce qu’ils ont vu, forgé par leurs mains et manipulé de leur force19. Quelques neuf siècles auparavant, dans un contexte de guerre et de rivalité des dynasties aspirant au trône, donc peu propice à l’érection des monuments, Ferdowsi défendait le contraire en soulignant la faiblesse de ces derniers : « Tout édifice tombe en ruine, périt / sous l’effet du temps et des intempéries / j’ai élevé, moi, un palais de poésie / qui ne souffrira du vent, ni de la pluie »20. Et confiant dans la pérennité du « monument » qu’il a érigé, de poursuivre : « Je ne mourrai jamais, vivrai désormais / grâce aux paroles que j’ai partout semées »21. L’immortalité ou l’entrée dans la postérité par la belle parole, entendu par le renom et la célébrité, n’est pas uniquement la conviction de l’auteur de Shâh nâmeh, mais un motif récurrent dans la poésie persane médiévale. Saadi (1210-1292) et Hafez (1326-1390), deux figures emblématiques de la culture iranienne, ont, entre autres, repris ce thème dans nombre de leurs poèmes, le premier en chantant par exemple : « Si tu acquiers le monde comme ton bien / ne t’en vante pas, il n’en restera rien […] les passagers s’en vont, prépare-toi à partir / restera ta parole, Saadi, comme seul souvenir »22, et le second en écrivant : « Dis ta parole, Hafez, puisque dans le livre du monde / cette empreinte restera comme souvenir de ta plume »23.Le mot yâdgâr, composé de « yâd », signifiant mémoire, et du suffixe « gâr » qui en fait un nom d’agent, est traduit par souvenir dans ces poèmes, mais il renvoie plutôt à l’idée de « monument non intentionnel », sans toutefois la connotation matérielle du terme en français : une œuvre – en l’occurrence la belle parole – qui n’a pas originellement de dessein remémoratif, mais rappelle accessoirement son auteur ; le poète ne composant pas sa poésie pour que l’on se souvienne de lui, mais restant confiant et conscient de passer à la postérité grâce à son œuvre. Ferdowsi, lui, utilise le mot tantôt dans le sens de « mémorial », notamment pour désigner Le livre des rois, aussi bien sa propre œuvre que les versions en prose qui lui ont servi de source24, tantôt dans celui de « monument non intentionnel » en qualifiant de yâdgâr les fêtes traditionnelles de Sadeh, de Nowrouz et de Mehrégâne qui perpétueraient la mémoire respectivement de Houshang, Jamshid et Fereydun, trois rois légendaires d’Iran25. L’autre usage récurrent de ce vocable dans Shâh nâmeh concerne les héritiers du trône et les descendants de la noblesse, garants de la justice, de la sécurité et de la pérennité de la patrie26. Dans les œuvres des auteurs postérieurs, on retrouve le mot employé peu ou prou dans le même sens, quoique rarement chargé du patriotisme ferdowsien. Hafez, poète mystique et chantre de l’amour, en fait usage pour glorifier la poésie : « Je n’ai jamais vu plus beau « monument » (yâdgâr) / que l’écho de la parole d’amour, sous le dôme tournant »27. Quant à Saadi, représentant de l’humanisme sinon du rationalisme de la culture persane28, parmi ses conseils aux souverains et gouverneurs dans le Jardin des fruits, il rappelle l’importance de laisser des yâdgâr : « Personne ne vint au monde pour y rester éternellement / sauf qui acquit un grand renom / ne meurt pas celui qui construit / un hospice, une maison d’hôtes ou un pont / qui ne légua aucun ‘monument’ (yâdgâr) / son existence n’eut pas de fruit / et qui s’en alla sans laisser de bonnes œuvres (assaré kheyr) / ne mérite point d’être béatifié »29. Ce passage offre l’un des exemples d’emploi parallèle de yâdgâr et d’assar, le premier désignant ici ouvrages et édifices d’utilité publique (pont, route, maison d’hôtes et hospice) garant de notoriété du bâtisseur, le second dans un sens plus large, englobant toute bonne action laissant une trace dans l’histoire, l’un comme l’autre gage, selon Saadi, d’immortalité des princes. La question se pose alors de savoir quel regard est porté dans la culture traditionnelle iranienne sur les monuments d’architecture et, en particulier, les vestiges de l’antiquité. La littérature médiévale persane fournit de nombreux exemples dans lesquels ils sont appréhendés comme sources d’enseignements moraux et de leçons de sagesse pour apprendre du passé, prendre conscience de la versatilité des temps, de l’incertitude de l’avenir et de la fatalité du destin. Si l’on se reporte à la thèse de Mehdi Hodjat, l’origine de cette approche est à chercher dans le précepte religieux formulé dans le Coran, invitant les fidèles à parcourir le monde pour connaître le destin des peuples anciens qui se rebellèrent contre Dieu30. Cela paraît d’autant plus plausible que dans la Perse préislamique, les vestiges anciens semblent avoir été autrement vénérés, servant par exemple aux Sassanides pour légitimer leur règne en se présentant comme les descendants des Achéménides. En témoigne le bas-relief présentant le fondateur de la dynastie, Ardéshir (régnant de 224 à 241) en train d’obtenir l’anneau de royauté, à proximité des tombes rupestres de quatre rois achéménides dont Darius le Grand (550-486 av. J.C.) sur le site de Naqshe Rostam à 5 km de Persépolis31. Dans la période islamique, un poète mathématicien et rebelle, presque « nihiliste joyeux » comme Khayyâme (1048-1131), probablement en passant près des ruines d’un palais antique, s’exclamera : « Ce palais qui s’élevait aux cieux / sur son seuil les rois se pliaient en deux / vois maintenant sur son pinacle cassé / le coucou qui chante : ‘où sont-ils passés’ ? »32. Plus significatif encore est le long poème que Khâghâni (1120-1190) compose en découvrant les ruines de Ctésiphon, le prestigieux palais des rois sassanides à Baghdâd : « Ô, l’âme habile, ouvre les yeux, regarde bon ! / vois Iwané Madaïn comme un miroir, plein de leçons / Chaque redent de chaque palais t’apprend / Si tu écoutes bien, un nouvel enseignement / Nous fûmes, disent-ils, Cour de la justice / Maintenant des ruines, victime d’injustice / Songez alors quel avenir attend / le palais des oppresseurs et des tyrans »33. Une autre réaction, surtout chez les savants voyageurs du Moyen Âge, consiste à exprimer leur émerveillement et curiosité sur l’origine des ruines non identifiées. Ainsi Nâsser Khosrô (1004-1074), philosophe, théologien et poète, dans le récit de son long voyage de sept ans, Safar nâmeh, parcourant le Moyen-Orient de Khorasan à l’Égypte, de l’Arménie à l’Arabie, donne des descriptions détaillées des villes et des édifices (formes, dimensions, matériaux, décor, …) qu’il a visités, tout en évoquant sa fascination devant les vestiges antiques : « […] sur le territoire de la Syrie, écrit-il par exemple, plus de 500 000 colonnes, chapiteaux et socles gisent en ruines, et nulle créature ne saurait dire ce qu’ils furent, ni d’où ils proviennent »34. Il faut attendre le XVIIe siècle et l’arrivée des voyageurs européens érudits, puis les travaux des orientalistes et archéologues occidentaux du XIXe siècle pour que ce mystère soit en partie levé. La conscience patrimoniale au contact de la culture occidentale

  • 35 Nader Nasiri-Moghaddam, L’archéologie française en Perse et les antiquités nationales (1884-1914), (...)
  • 36 Ibid., p. 290, ainsi que pour les informations suivantes sur cette institution.
  • 37
  • 38 Il faut rappeler que depuis les impressionnantes découvertes de la première mission archéologique f (...)
  • 39 Françoise Choay, Le patrimoine en question, op. cit., p. XII.

3Au tournant du XIXe siècle, sans doute inspiré de la montée des nationalismes en Europe, un nouveau discours identitaire se développe en Iran. Cherchant à renouer avec le passé préislamique, une partie des intellectuels s’intéresse aux ruines achéménides et sassanides, redécouvertes et mieux connues à la lumière des fouilles archéologiques notamment celles de Marcel (1844-1920) et Jane (1851-1916) Dieulafoy entamées à Suse dès le début des années 188035. La publication d’ouvrages tels que Âyineh Sekandari (Miroir d’Alexandre ou l’histoire de l’Iran antique, 1891) par l’intellectuel réformiste Mirza Agha Khan Kermani (1854-1897) et Âssâré Ajam (Les vestiges des Perses, 1896) par le peintre et poète Forsat Shirazi (1855-1920), est révélatrice de ce nouveau regard sur le patrimoine. Illustré de gravures, ce dernier livre présente un ensemble de monuments antiques principalement de la région de Fârs, au cœur de l’ancien Empire perse. Il met à la portée des lecteurs iraniens les textes nouvellement traduits des tablettes et des inscriptions cunéiformes des sites comme Persépolis.La Révolution constitutionnaliste de 1906 qui porte au pouvoir les intellectuels réformistes offre l’occasion de traduire cette « conscience patrimoniale » dans des mesures réglementaires. En 1910, un service des Antiquités est créé au sein du ministère des Sciences et de l’artisanat3637. Première institution iranienne chargée du patrimoine antique, ce service se voit confier trois missions : élaborer les projets de loi sur les antiquités, prévenir les fouilles clandestines, contrôler, régulariser et taxer le marché des antiquités38. Son nom, Édâréyé Atighât, qui comporte le mot « antiquité » sous sa forme arabisée (atighé), rappelle l’usage ancien de ce terme, en France du XVIe siècle, pour désigner les monuments historiques39.

  • 40 Neda Rasouli, Muzé va muzédâri dar Iran (Création et direction des musées en Iran), Téhéran, Archiv (...)
  • 41 Ibid., p. 90 et suivantes ; Nasiri-Moghaddam, L’archéologie française en Perse, op. cit., p. 254.
  • 42 Cf. Dictionnaire en ligne de l’Académie persane : https://wiki.apll.ir/word/index.php/Museum.

4Les actions du service des Antiquités conduisent, en 1916, à la création du premier musée public en Iran, baptisé Muzé Melli (Le Musée national), où sont exposés des objets du trafic des antiquités saisis aux douanes à côté des pièces données par la Cour et la noblesse40. L’emprunt et l’emploi tel quel du mot « musée » trahit encore un transfert culturel. Ce terme avait été, déjà en 1876, introduit en persan par Nâssereddin Shâh Qâjâr (1831-1896) pour désigner son « cabinet de curiosités », collection d’objets d’art, de pièces antiques et de cadeaux reçus des autres souverains, Muzé Homâyouni (Le Musée royal) que ne pouvaient en réalité visiter que les invités du Shah41. La première Académie de la langue persane instituée en 1935 officialisera son usage avant que ne soit préconisé à sa place dans les années 1990, le mot gandjineh littéralement « lieu de trésor »42.

  • 43 Cf. Mehdi Hodjat, Cultural Heritage in Iran, op. cit., (traduction persane), p. 235.
  • 44 Cité par Mehdi Hodjat, op. cit., (traduction persane), p. 393.
  • 45  Mohammad Moin, Farhangué Fârsi (Le dictionnaire persan), Téhéran, Amir Kabir, 1972.

5Cette première initiative étatique pour la protection des antiquités est bientôt suivie d’une autre, presque privée, car relevant du milieu des intellectuels dont la plupart étaient également hauts fonctionnaires, d’éminents savants et hommes d’État tels que Hassan Pirnia (1871-1935) plusieurs fois ministre puis Premier ministre, auteur de la magistrale Histoire de l’Iran antique (1928) et Mahoammad-Ali Foroughi (1877-1942), ayant également occupé les plus hautes fonctions ministérielles, tout en publiant de nombreux ouvrages érudits. Ce cercle se réunit en 1922 pour créer une association sous le nom d’Anjomané âssâré melli (Société des monuments nationaux). Elle a pour objectif d’« accroître l’intérêt public pour les œuvres scientifiques et industrielles anciennes de l’Iran » et de préserver le style et les savoir-faire de l’art et de l’artisanat iraniens43. L’adoption dans l’appellation de la société du terme assar (aujourd’hui traduit généralement par œuvre) révèle, d’une part, l’élargissement du champ des objets à promouvoir et protéger, qui ne se limiterait plus aux seules « antiquités » et, d’autre part, l’extension sémantique du mot, comme équivalent en persan pour monument. Le terme est, par la suite, consacré par la loi du 3 novembre 1930 sur la préservation des « monuments nationaux ». Ceux-ci comprennent, selon le texte, toute création industrielle, meuble ou immeuble, tout édifice et site réalisés en Iran avant la fin du règne de la dynastie Zend (1750-1794), sous réserve d’approbation du ministère des Sciences44. Le mot « assar », d’origine arabe, veut initialement dire trace, indice, effet, par extension et plus récemment, création ou œuvre artistique45. Son emploi dans le sens large des « vestiges » n’est, certes, pas une innovation. Outre les exemples évoqués plus haut, déjà en l’an 1000, Abou Reyhane Birouni (Al-Bîrunî 973-1048), avait intitulé l’un de ses premiers ouvrages en arabe, consacré à l’histoire et à l’étude comparées des calendriers et des fêtes des peuples antiques, Âssâr al-bâghyah ane el-ghoroun el-khâliah (Les traces restées des siècles passés). La nouveauté est l’usage de la locution « assaré melli » comme équivalent exact du « monument historique » dans le sens européen du terme. L’implication des valeurs artistique, scientifique et historique (à visée identitaire) dans cette expression est explicite dans l’article 2 de la loi de 1930. Elle transparaît également dans les actions que la Société des monuments nationaux se propose de mener, en particulier, la création d’un musée et d’une bibliothèque spécialisée à Téhéran, le classement et l’inventaire des œuvres et des édifices historiques, la connaissance et la promotion de l’art et de l’artisanat traditionnels à travers des conférences d’iranologues et d’archéologues, tels que l’Américain Arthur Ophum Pope (1881-1969) et l’Allemand Ernst Herzfeld (1879-1948). Cependant, l’action la plus emblématique de cette société savante est l’organisation du millénaire de Ferdowsi en 1934.

  • 46 Talinn Grigor, Building Iran, op. cit., p. 47-67.
  • 47 Ibid., p. 83 et s.
  • 48 Kâveh Bayât, « Farhanguestâné aval va doshvari hâyé vaze va tarvidje vajé haye now » (La première A (...)

6Après la déchéance de la dynastie Qâdjâr et l’avènement de Rezâ Shâh Pahlavi en 1925, ce dernier mène une politique nationaliste et autoritaire pour moderniser le pays, inspiré et soutenu, aux débuts, par des intellectuels patriotes, tels les membres de la Société des monuments nationaux. Dans ce contexte et à l’initiative de cette dernière, eut lieu la célébration du millième anniversaire du poète de Shâh nâmeh, comme symbole de la renaissance iranienne après l’invasion arabo-musulmane, et à la même occasion, la reconstruction de son mausolée par des fonds collectés dans une loterie nationale46. Le monument élevé à Ferdowsi, inspiré de la tombe de Cyrus le Grand à Pasargades, est enjolivé de motifs achéménides et d’inscriptions calligraphiques des vers du Livre des rois. Il est le premier d’une série de mausolées réalisés sous les auspices de la Société des monuments nationaux pour quelques-uns des plus grands savants et poètes perses (Avicenne, Khayyâm, Saadi, Hâfez, etc.). Ces architectures associent les matériaux modernes avec les formes et motifs traditionnels, voire antiquisants47. Bien qu’érigés à la gloire des créateurs du patrimoine littéraire et scientifique iranien, ces édifices étaient simplement appelés ârâmgâh (lieu de repos, mausolée), sans création de néologisme qui soulignât leur fonction commémorative. Cela, alors même que l’Académie persane (Farhanguestâné Iran) récemment fondée avait entre autres la mission de composer et de proposer de nouveaux mots pour les notions modernes et expressions étrangères, dans une visée de purification de la langue, en particulier des emprunts de l’arabe48. Cette tendance à élever des monuments est révélatrice d’un nouveau paradigme de la conception patrimoniale iranienne, de même que le développement de l’administration chargée de la préservation et de la restauration des monuments historiques dans les années 1930.

  • 49 Victor Daniel, Bijan Shafei, Sohrab Soroushiani, André Godard, Téhéran, Groupe d’architectes de l’è (...)
  • 50 Une des premières filières d’archéologie est créée en 1935 dans la faculté de la littérature et des (...)
  • 51 Voir à ce sujet Amin Saikal, The Rise and Fall of the Shah, Princeton, Princeton University Press, (...)

7L’un des principes de la politique de Rezâ Shâh consiste en l’abolition des privilèges accordés aux Européens sous les Qâdjârs souvent pour pallier les déficits budgétaires de la Cour. Ainsi, en 1927, le monopole archéologique de la France en Perse, établi en 1900, est restreint au seul site de Suse par une nouvelle convention. En contrepartie, l’État iranien s’engage à recruter un spécialiste français comme directeur du service des Antiquités, de son musée et de sa bibliothèque. L’année suivante, l’architecte et archéologue français André Godard (1881-1965) arrive en Iran où il restera travailler plus de 27 ans. Pendant les dix premières années, il dresse une première liste des monuments historiques classés (littéralement « œuvres historiques enregistrées » en persan), engage d’importants chantiers de restauration et de fouilles archéologiques, et participe à l’établissement de plusieurs musées dans la capitale et en province49. L’une des conséquences linguistiques majeures du nouveau volet des activités du service des Antiquités est la réhabilitation du mot « bâstân », ancien vocable perse qui désigne la période préislamique de l’Iran, notamment chez Ferdowsi. Presque synonyme d’« antique », il est associé à âssâr (œuvres ou monuments) pour remplacer les « antiquités » (atighât) et donner aussi naissance au terme « bâstânshénassi », littéralement connaissance de la période antique, équivalent d’archéologie50. Avec sa connotation quelque peu patriotique, le mot bâstân connaît un succès croissant, utilisé aussi bien dans l’appellation du nouveau musée national inauguré en 1937, Muzé Iran Bâstân, que dans celle d’une nouvelle institution chargée de la protection des monuments, Sâzmâné melli hefâzaté âssâré bâstâni (Organisation nationale pour préservation des monuments antiques), créée en 1966. Les années 1970 voient le paroxysme de cette tendance pro-préislamique (bâstâneguérâyi) dont la manifestation suprême fut la célébration en 1971 des 2500 ans de la fondation de l’Empire perse par Cyrus le Grand dans les ruines de Persépolis en très grande pompe et en présence d’une cinquantaine de chefs d’États et de gouvernements. Cette période correspond, par ailleurs, au durcissement progressif du régime Pahlavi qui, fort d’une croissance économique inédite grâce aux pétrodollars et au soutien américain se sent invincible, méprise l’influent clergé chiite et réprime férocement ses opposants gauchistes. Ces excès autocratiques, voire despotiques, augmentés d’une politique laïque sinon antireligieuse dans une société encore à majorité croyante, finiront par avoir raison de la monarchie de Mohammad Rezâ Shâh, à la suite de la révolution de 1979, aboutissant à l’instauration d’une république islamique en Iran51.

  • 52 Mehdi Hodjat, Cultural Heritage in Iran, op. cit., (traduction persane), p. 279 et s.
  • 53 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Lévi, 1994, p. 104-105 ; (...)
  • 54 Bureau des affaires juridiques et internationales, Organisation de patrimoine culturel, Recueil des (...)
  • 55 Shahram Abadie, « Architectures sur billets de banque, un siècle d’histoire iranienne en image », P (...)
  • 56 Voir par exemple : « Rassemblement de milliers d’Iraniens autour du tombeau de Cyrus », Deutsche We (...)

8Dans un contexte révolutionnaire puis martial pendant les huit années de guerre avec l’Iraq (1980-1988), la protection des monuments historiques reste en marge des préoccupations du régime islamique qui, en outre, y est idéologiquement réticent, d’abord par opposition aux politiques de la monarchie Pahlavi inspirées des modèles occidentaux, ensuite faute de fondement religieux pour la glorification du passé et encore moins pour des dispositifs contraignant la propriété privée52. Il faudra six ans pour qu’une loi vienne restructurer l’administration chargée du patrimoine puis, trois ans encore, pour que les statuts de la nouvelle Organisation soient promulgués. Rattachée au ministère de la Culture et de l’enseignement supérieur, celle-ci regroupe toutes les institutions de recherches anthropologiques et archéologiques, les musées et les différents services de préservation des édifices historiques et des œuvres artistiques traditionnelles. La nouvelle structure est appelée Sâzmâné mirâssé farhanguié keshvar (Organisation du patrimoine culturel du pays). On notera deux changements lexiques fondamentaux : d’une part la disparition du mot bâstân, probablement trop connoté préislamique et « ancien-régime » aux yeux des dirigeants musulmans. D’autre part l’apparition du terme mirâss, dans la nomenclature patrimoniale iranienne. Mot d’origine arabe signifiant littéralement héritage, accompagné du qualificatif farhangui (culturel), il rappelle évidemment l’expression Cultural Heritage ou patrimoine culturel qui sont alors en usage depuis au moins une vingtaine d’années53. Si, dans la forme, une traduction littérale des termes européens est adoptée, dans le contenu, une définition adaptée à l’idéologie du régime islamique est mise en exergue. D’après le premier article des statuts de l’Organisation, publiés le 19 juillet 1988, « le patrimoine culturel comprend toutes les œuvres du passé qui révèlent l’évolution de l’homme au cours de l’histoire, et dont la connaissance permet d’appréhender son identité et sa démarche culturelle, et par là, de tirer des leçons du passé »54. L’objectif de cette administration est donc double : « enseignement moral de la démarche culturelle de l’homme et préservation de l’identité et de la culture de la société ». Ses missions comprennent « la recherche, le contrôle, la conservation, la réhabilitation et la promotion du patrimoine culturel ». Ainsi, bien qu’une visée religieuse ait été assignée à l’action patrimoniale, les stratégies et les techniques adoptées ne diffèrent guère de celles qui ont été développées dans les pays européens. Dans la pratique, si les monuments cultuels (mosquées, madrasa, mausolées de religieux, etc.) semblent bénéficier de priorité de valorisation et même de budgétisation, au point de supplanter sur les billets de banques les représentations symboliques de vestiges achéménides55, ces derniers ne sont pas non plus totalement ignorés grâce à la fois aux actions des archéologues et cadres des services de patrimoine et à la pression de l’opinion publique qui porte un intérêt d’autant plus croissant à l’histoire préislamique d’Iran qu’elle subit le dictat de la théocratie islamique. Le rassemblement annuel à Pasargades, depuis les années 2010, de milliers d’Iraniens à l’occasion de la fête de Cyrus le Grand le 28 octobre, date qui n’existe pas pourtant dans le calendrier officiel, et les mesures dissuasives de la police sont à ce propos révélateurs56.

  • 57 Mehdi Hodjat, Cultural héritage in Iran, op. cit., (traduction persane), p. 322-323.
  • 58 Selon le dictionnaire en ligne de l’Académie persane : https://wiki.apll.ir/word/index.php/Monument
  • 59 Voir à leur sujet : « Hommage à Mohammad Reza Shajarian », France musique, 24 octobre 2020 ; Patric (...)

9La référence à un modèle international, sinon occidental, mais en tout cas séculier dans l’approche patrimoniale de la république islamique paraît plus évidente à partir de 1993, avec la fusion des organisations du patrimoine culturel et du tourisme, marquant le changement de regard sur l’utilité des monuments historiques, d’une finalité d’enseignement moral et scientifique à celle de loisirs et de profit pécuniaire. On assiste à une matérialisation du paradigme patrimonial en Iran, au sens propre comme au figuré : désormais, « le but ultime des dépenses de fonds et d’énergie pour la réparation, la restauration, la conservation et la préservation du patrimoine culturel […] est d’exposer les monuments en question aux touristes iraniens et étrangers »57. En outre, les édifices historiques occupent une place de plus en plus prédominante dans le répertoire du patrimoine culturel iranien. Il est à cet égard significatif que, dans les années 1990, l’Académie de la langue persane ait proposé le néologisme yâdmâne, dans la catégorie des termes relatifs au tourisme, comme équivalent du mot monument, pour désigner « les édifices élevés dans le passé qui ont acquis au cours du temps une valeur historique »58. Or, comme nous l’avons montré, dans la culture traditionnelle iranienne, le patrimoine immatériel, telle la poésie, souvent désigné par yâdgâr, primait sur le monument matériel considéré moins pérenne et plus vulnérable. L’usage aujourd’hui plus répandu du mot yâdmâne par rapport à yâdgâr, est également symptomatique de ce changement de paradigme entrainé par la modernisation, pour ne pas dire l’occidentalisation de la société iranienne dans le domaine patrimonial, voire plus largement dans le champ de la culture. Reste néanmoins à préciser qu’une tendance n’en chasse pas forcément une autre, le développement du tourisme culturel et l’engouement pour les monuments d’architecture ces dernières décennies, n’ont pas empêché le succès prodigieux d’artistes, chanteurs et musiciens, qui composent leurs œuvres avec les poèmes de Ferdowsi, de Hafez ou d’autres figures éminentes de la littérature persane. L’adulé et le regretté chanteur traditionnel Mohammad-Reza Shajarian (1940-2020) ainsi que son fils et digne successeur Homâyoune Shajarian (né 1975) en sont des exemples emblématiques59.

  • 60 Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments, son essence et sa genèse, traduit de l’allemand par Da (...)

10Ce survol de – sinon « odyssée » à travers – plus d’une dizaine de siècles de l’histoire iranienne montre bien, si besoin était encore, la pertinence du titre qu’a donné l’historien de l’art autrichien Aloïs Riegl à sa lucide analyse du concept de monument historique au début du XXe siècle : « le culte moderne des monuments60 », pour qualifier cette sensibilité particulièrement « moderne » et contemporaine envers les édifices du passé. En effet, si le mot yâdgâr évoquait dans le persan médiéval une œuvre ou un objet – immatériel ou matériel, intentionnellement ou non – remémoratif, lorsqu’il s’est agi, au début des années 1920, d’introduire dans la culture iranienne le concept de « monument historique », c’est le mot assar (vestige, œuvre) qui fut privilégié reprenant un sens secondaire mais déjà présent dans la littérature du terme, avant que des décennies plus tard, le néologisme yâdmâne ne soit proposé par l’Académie persane comme l’exact équivalent du concept et de l’expression européenne, associant les dimensions architecturale et mémorielle dans un même vocable.

Haut de page

Notes

1 Yann Richard, L’Iran de 1800 à nos jours, Paris, Flammarion, 2016 (3e éd.) ; voir aussi les travaux de Fereydun Adamiyat, en particulier : Andishéyé taraghi va hokoumaté ghanoun (L’idée du progrès et l’État de droit), Téhéran, Khârazmi, 2013 (4e éd.).

2 Alireza Manafzadeh, La construction identitaire en Iran, Paris, L’Harmattan, 2010 ; nous préférons parler de reconstruction identitaire pour souligner le manque de mise en contexte plus large dans cet ouvrage, concentré essentiellement sur la conception moderne de l’identité nationale.

3 Mehdi Hodjat (architecte, chef de l’Organisation du patrimoine culturel de la République islamique d’Iran entre 1987 et 1991), Cultural Heritage in Iran : Policies for an Islamic Country, thèse de doctorat, Institue for Advanced Architectural Studies, The King’s Manor, University of York, 1995 ; Talinn Grigor, Building Iran: Modernism, Architecture, a National Heritage under the Pahlavi Monarchs, New York, Periscope Publishing, 2009. Voir également : Sara Piram, « S’approprier un modèle français en Iran ? L’architecte André Godard (1881-1965) et la conception des musées iraniens », Les Cahiers de l’École du Louvre, n° 11, 2017 (http://journals.openedition.org/cel/825).

4 Sur ce concept qui souligne la « resémentisation » inévitable d’idées et d’objets culturels « transférés » dans une société, voir Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, n° 1, 2013, en ligne : http://journals.openedition.org/rsl/219 ; DOI : 10.4000/rsl.219.

5 Date symbolique de l’envoi du peintre Eugène Flandin (1809-1889) et de l’architecte Pascal Coste (1787-1879) en Perse par l’Institut de France pour dresser l’inventaire et les relevés des monuments anciens et modernes du pays ; cf. Eugène Flandin, Voyage en Perse, Paris, Gide et Baudry, 1851 ; Marziyeh Yazdani (dir.), Asnâdé hey’at hayé bâstânshénâssi dar Iran (Les actes des missions archéologiques en Iran), Téhéran, Archives nationales d’Iran, 2001, introduction p. XV et suivantes.

6 Pour un exemple en français, voir Jean Paul Roux, L’histoire de l’Iran et des Iraniens : des origines à nos jours, Paris, Fayard, 2006.

7 En témoigne Zabihollâh Safâ, Târikhé adabyâté Iran (L’histoire de la littérature iranienne), 8 vol., Téhéran, Ghoghnous, 2002 (20e éd.).

8 Voir Patrick Ringgenberg, Une introduction au Livre des Rois de Ferdowsi, Paris, L’Harmattan, 2009.

9 Ingo Walther, Norbert Wolf, Codices illustres. Les plus beaux manuscrits enluminés du monde (400-1600), Paris, Taschen, 2001, p. 420-423.

10 « L’histoire d’échange de 118 pages de Shâh nâmeh avec un tableau », [trad. du titre persan] agence de presses Tabnak, 12 décembre 2011 : https://www.tabnak.ir/fa/news/209839.

11 Morteza Saghebfar, Shâh nâmeh Ferdowsi va falsaféyé târikhé Iran (Le Livre des rois de Ferdowsi et la philosophie de l’histoire de l’Iran), Téhéran, Ghatreh-Mo’in, 1998.

12 Françoise Choay, Le patrimoine en question, Paris, Le Seuil, 2009, p. IV.

13 Notre traduction, ainsi que pour tous les autres poèmes sauf mention du contraire. Ce couple ne figure pas dans le Shâh nâmeh, mais est attribué à Ferdowsi, voir la version en ligne : http://ganjoor.net/ferdousi/hajvname/

14 Jean Paul Roux, L’histoire de l’Iran, op. cit., p. 287-288.

15 Françoise Choay, Le patrimoine en question, op. cit., p. IV-V.

16 Dans la distinction des mémoires naturelle et artificielle, nous nous reportons à Paul Ricœur qui les traduit respectivement par remémoration et mémorisation : « Avec la remémoration, l’accent est mis sur le retour à la conscience éveillée d’un événement reconnu comme ayant eu lieu avant le moment où celle-ci déclare l’avoir éprouvé, perçu, appris […] La mémorisation, en revanche, consiste en des manières d’apprendre portant sur des savoirs, des savoir-faire et des pouvoir-faire … », et plus bas il explique l’importance d’apprendre : « … toute société a la charge de la transmission transgénérationnelle de ce qu’elle tient pour ses acquis culturels. Apprendre c’est pour chaque génération faire l’économie […] de l’effort épuisant de tout réapprendre à chaque fois. » ; Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 69-72.

17 Sur l’histoire de la création de Shâh nâmeh, on se reportera à l’introduction même du livre, les chapitres 8 à 11 de la version numérique accessible en ligne : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/aghaz/sh8/.

18 Z̲abiḥollâh Safâ, Gilbert Lazard, Roger Lescot et Henri Massé, Anthologie de la poésie persane XIe - XXe siècle, Paris, Gallimard, 1964.

19 John Ruskin, Les sept lampes de l’architecture, traduit de l’anglais par Bénédicte Coste, Paris, Houdiard, 2011.

20 Ferdowsi, Shâh nâmeh, chapitre 1, « Apologie de Sultan Mahmoud » : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/mahmood/sh1/.

21 Ibid., chapitre 17, « Le règne de Yazdguerd » : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/yazdgerd3/sh17/.

22 Saadi, Mavâez, Ghassâyed, ode n° 23 : http://ganjoor.net/saadi/mavaez/ghasides/sh23/.

23 Hafez, Divan, sonnet n° 253 : http://ganjoor.net/hafez/ghazal/sh253/.

24 Ferdowsi, Shâh nâmeh, « Discours sur la préparation du livre », chapitre 8 : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/aghaz/sh8/

25 Ibid., respectivement « Le règne de Houshang », chapitre 2 : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/hushang/sh2/ ; « Le règne de Jamshid », chapitre 1 : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/jamshid/sh1/ ; « Le règne de Fereydun », chapitre 1 : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/fereydoon/sh1/.

26 Voir Ibid., « Le règne de Manoutchehr », chapitres 1, 21, 22 : http://ganjoor.net/ferdousi/shahname/manoochehr/sh1/.

27 Hafez, Divan, sonnet n° 178 : http://ganjoor.net/hafez/ghazal/sh178/.

28 Arefeh Hedjazi, « Saadi, le poète humaniste du XIIIe siècle », La revue de Téhéran, n° 30, mai 2008, accessible en ligne : http://www.teheran.ir/spip.php?article702#gsc.tab=0

29 Saadi, Boustâne (Le jardin des fruits), chapitre 1, « De la justice, du discernement et de la sagesse » : http://ganjoor.net/saadi/boostan/bab1/sh1/.

30 Mehdi Hodjat, Cultural Heritage in Iran, op. cit., p. 1-4.

31 Cf. Roman Girshman, Ernst Herzfeld, Persepolis, the Achaemenian Capital, Téhéran, Mirdashti Farhangsarâ, 1999, p. 24-27.

32 Khayyâm, Robaiyât, quatrain n° 149 : http://ganjoor.net/khayyam/robaee/sh149/.

33 Khâghâni, Divan, « Ghassâyed », ode n° 168 : http://ganjoor.net/khaghani/divankh/ghasidekh/sh168/.

34 Nâsser Khosrô Ghobadiani Marvzi, Safar nâmeh (Le livre de voyage), Téhéran, Zavâr, 2005 (8e éd.), p. 23.

35 Nader Nasiri-Moghaddam, L’archéologie française en Perse et les antiquités nationales (1884-1914), Paris, Connaissances et savoirs, 2005.

36 Ibid., p. 290, ainsi que pour les informations suivantes sur cette institution.

37

38 Il faut rappeler que depuis les impressionnantes découvertes de la première mission archéologique française (1886-1895) sur le site de Suse, l’intérêt des collectionneurs européens faisait prospérer le trafic des antiquités iraniennes.

39 Françoise Choay, Le patrimoine en question, op. cit., p. XII.

40 Neda Rasouli, Muzé va muzédâri dar Iran (Création et direction des musées en Iran), Téhéran, Archives et bibliothèque nationales d’Iran, 2016, p. 112-113.

41 Ibid., p. 90 et suivantes ; Nasiri-Moghaddam, L’archéologie française en Perse, op. cit., p. 254.

42 Cf. Dictionnaire en ligne de l’Académie persane : https://wiki.apll.ir/word/index.php/Museum.

43 Cf. Mehdi Hodjat, Cultural Heritage in Iran, op. cit., (traduction persane), p. 235.

44 Cité par Mehdi Hodjat, op. cit., (traduction persane), p. 393.

45  Mohammad Moin, Farhangué Fârsi (Le dictionnaire persan), Téhéran, Amir Kabir, 1972.

46 Talinn Grigor, Building Iran, op. cit., p. 47-67.

47 Ibid., p. 83 et s.

48 Kâveh Bayât, « Farhanguestâné aval va doshvari hâyé vaze va tarvidje vajé haye now » (La première Académie et les difficultés de création et de promotion de nouveaux mots), Nashré Dânesh, n° 67, décembre 1991, p. 48-51.

49 Victor Daniel, Bijan Shafei, Sohrab Soroushiani, André Godard, Téhéran, Groupe d’architectes de l’ère de l’évolution en Iran, 2015, p. 26-34.

50 Une des premières filières d’archéologie est créée en 1935 dans la faculté de la littérature et des humanités de l’Université de Téhéran. Site officiel de l’Université de Téhéran : http://literature.ut.ac.ir/archeology.

51 Voir à ce sujet Amin Saikal, The Rise and Fall of the Shah, Princeton, Princeton University Press, 2009.

52 Mehdi Hodjat, Cultural Heritage in Iran, op. cit., (traduction persane), p. 279 et s.

53 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Lévi, 1994, p. 104-105 ; Françoise Choay, Le patrimoine en question, op. cit., p. XXVI-XXVII.

54 Bureau des affaires juridiques et internationales, Organisation de patrimoine culturel, Recueil des lois, des règlements, des décrets et des conventions, Téhéran, Mirâssé Farhangui, 1988, p. 21.

55 Shahram Abadie, « Architectures sur billets de banque, un siècle d’histoire iranienne en image », Profil, revue de l’Association d’histoire de l’architecture, n° 1, 2018, p. 19-33.

56 Voir par exemple : « Rassemblement de milliers d’Iraniens autour du tombeau de Cyrus », Deutsche Welle, 28 octobre 2016 : https://p.dw.com/p/2RqbM.

57 Mehdi Hodjat, Cultural héritage in Iran, op. cit., (traduction persane), p. 322-323.

58 Selon le dictionnaire en ligne de l’Académie persane : https://wiki.apll.ir/word/index.php/Monument.

59 Voir à leur sujet : « Hommage à Mohammad Reza Shajarian », France musique, 24 octobre 2020 ; Patrick Labesse, « Mohammad Reza Shajarian est mort », Le Monde, 9 octobre 2020.

60 Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments, son essence et sa genèse, traduit de l’allemand par Daniel Wieczorek, Paris, Seuil, 1984 (édition originale 1903).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shahram Abadie, « De yâdgâr (mémorial) à yâdmâne (monument), « matérialisation » du concept de patrimoine en Iran »Droit et cultures [En ligne], 81 | 2021/1, mis en ligne le 23 novembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/6950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/droitcultures.6950

Haut de page

Auteur

Shahram Abadie

Shahram Abadie est maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg. Il est architecte diplômé de l’université de Téhéran (2006), docteur en histoire de l’architecture de l’université de Strasbourg (2012) et membre de l’Unité de Recherche 3400 Arche, où il a soutenu une thèse sur l’architecture des cinémas, publiée en 2018 aux éditions de l’AFRHC sous le titre d’Architecture des salles obscures. Ses recherches portant sur l’histoire des types d’édifices, les transferts culturels dans l’architecture et la formation des architectes au XXe siècle, ont produit une vingtaine d’articles notamment dans le cadre des programmes ANR EnsArchi (2019-2023), Metacult (2013-2016), et les projets de recherches HEnsA20 (2016-2021) et Smart French (2016-2019). Il a été le co-organisateur d’un colloque tenu fin 2020 à l’école d’architecture de Clermont-Ferrand, intitulé « En marge du patrimoine contemporain : architectes français au Moyen-Orient ».

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search