Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Dossier : Les mots du patrimoineLa notion de patrimoine selon l’u...

Dossier : Les mots du patrimoine

La notion de patrimoine selon l’unesco : discours et glissements catégoriels des conventions (1972, 2003)

The Notion of Heritage According to Unesco: Discourses and Categorial Shifts Through Conventions (1972, 2003)
Isabelle Brianso et Ouidad Tebbaa

Résumés

Depuis la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial (1972), la notion de patrimoine selon l’Unesco a fait émerger des tensions conceptuelles au sein de la communauté internationale tout en soulignant le profond intérêt porté par les acteurs à son égard (experts, habitants, institutions). On observe, par ailleurs, une effervescence normative (chartes, conventions, résolutions) autour de cette notion qui questionne tant la genèse discursive du mot « patrimoine » que les glissements catégoriels d’une convention à l’autre (1972, 2003) à partir d’exemples polymorphes du patrimoine mondial inscrits au Sud (Marrakech, Angkor). Ainsi, l’article étudie la construction sémantique de la forme « patrimoine » dans le discours normatif de la convention de 1972 puis, comment cette approche normée a contribué à découper et figer cette notion en catégories ambivalentes (matériel, immatériel, naturel). Des figements, glissements et millefeuilles catégoriels qui donnent désormais aux communautés patrimoniales un rôle central dans le processus d’inscription.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.
  • 2 Dominique Poulot, « Le patrimoine en France : Une génération d’histoire. 1980-2010 », Culture & Mus (...)
  • 3 Maria Gravari-Barbas (dir.), Le patrimoine mondial. Mise en tourisme, mise en images, L’Harmattan, (...)
  • 4 Chloé Maurel, Histoire de l'Unesco : Les trente premières années : 1945-1974, Paris, L’Harmattan, 2 (...)
  • 5 Isabelle Anatole-Gabriel, La fabrique du patrimoine de l'humanité. L'Unesco et la protection patrim (...)
  • 6 Le sauvetage des temples de Nubie (1955-1968).
  • 7 Chloé Maurel (dir.), Essais d'histoire globale, Paris, L'Harmattan, 2013.

1La notion de patrimoine fait l’objet d’une littérature scientifique abondante en sciences humaines et sociales pour tenter de la définir dans ses formes, ses acceptions et ses évolutions sociétales. Sans retracer l’historicité de cette notion12, cet article étudie la construction sémantique de la forme « patrimoine » dans le discours normatif d’une organisation intergouvernementale, l’UNESCO. Cette dernière a impulsé de nombreux travaux de recherche dans l’arène mondialisée des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial que certains auteurs qualifient de patrimondialisation3. Dans ce contexte, l’UNESCO se présente en tant qu’institution pionnière dans l’histoire culturelle des relations internationales du XXe siècle45 dont l’objectif premier était de construire une paix durable entre les peuples, scellée dans le préambule de son Acte Constitutif qui fut adopté à Londres en 1945. Cette posture diplomatique lui confère un rôle majeur dans la construction d’un ordre mondial sous l’égide des Nations Unies. Pourtant, l’UNESCO connait des débuts sous tensions face aux enjeux de politique internationale (1945-1974) et peine à se faire reconnaitre par les États et la société civile en tant qu’organisation compétente en matière patrimoniale. Il lui faudra attendre des actions spectaculaires67 et la ratification d’un texte fondateur, la Convention du patrimoine mondial (1972), puis sa mise en œuvre (liste) à partir de 1975, pour susciter une attention et une reconnaissance Nord-Sud en termes d’expertise patrimoniale. Cette convention va, par ailleurs, initier des débats et des controverses sur la notion de patrimoine commun de l’humanité. Autrement dit, une convention de droit international qui impulse la mise en œuvre, la rédaction puis la ratification d’une série de textes juridiques comme des conventions UNESCO (2003, 2005), des chartes, des résolutions et des déclarations à l’échelle mondiale. Cette effervescence normative liée à la notion de « patrimoine » nous offre un corpus d’études pertinent pour analyser, tant la genèse du mot « patrimoine » selon les discours normatifs de l’UNESCO que les glissements catégoriels (matériel, immatériel, naturel) observés à partir d’exemples de sites inscrits au Sud (Maroc, Cambodge). Nos questions de recherche s’ancrent donc dans une approche réflexive croisée entre sémantique, analyse de discours et enjeux liés aux politiques d’acteurs : comment la forme « patrimoine » de ce texte normatif a-t-elle orienté un découpage catégoriel selon l’UNESCO ? Quelles ambiguïtés et glissements discursifs viennent qualifier la notion de patrimoine mondial ? Quelles stratégies locales d’inscriptions (critères) ont été retenues par les acteurs au Sud ?

2Un ensemble de questions auquel cet article souhaite répondre en analysant dans une première partie l’étude textuelle et discursive de la notion de patrimoine portée par la Convention du patrimoine mondial (1972) de l’UNESCO, dans son acception normative. Puis, deux autres sections qui examinent de manière approfondie les modalités ambivalentes de circulation de la forme « patrimoine » et les influences notionnelles d’une convention à l’autre (1972, 2003) à partir d’exemples d’inscriptions (Angkor, médina de Marrakech). L’étude de ces dynamiques sémantiques issues de deux textes de droit international (1972, 2003) interroge la manière dont se construisent les formes catégorielles à l’international, tissées à partir de contours poreux (entre matérialité et immatérialité) puis, relayées par les communautés locales patrimoniales. Autant d’ambiguïtés interprétatives quant à la notion de patrimoine en contexte mondialisé que nous souhaitons étudier sans traiter du cas des traductions de cette notion dans cet article.

La forme « patrimoine » : genèse discursive et figement catégoriel de la notion de patrimoine selon l’UNESCO

  • 8 Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 1984.
  • 9 Jean-Yves Andrieux, Fabienne Chevallier, Le patrimoine monumental. Sources, objets et représentatio (...)
  • 10 Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites.
  • 11 Françoise Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 3e édition, 1999.
  • 12 Jean Davallon, Le don du patrimoine, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006.
  • 13 Cécile Tardy, Michel Rautenberg, « Patrimoines culturel et naturel : Analyse des patrimonialisation (...)
  • 14 Isabelle Brianso, Les politiques internationales de valorisation pour des biens culturels inscrits (...)
  • 15 La forme « convention » fait l’objet de 65 occurrences dans le texte normatif de la Convention du p (...)
  • 16 La forme « états » fait l’objet de 46 occurrences dans le texte normatif de la Convention du patrim (...)

3La construction occidentale de la notion de patrimoine s’inscrit depuis la Révolution française dans une reconnaissance du monument en tant que trace physique, historique, symbolique et mémorielle devant être sauvegardée. Dès lors, le monument national en France est préservé par l’adoption de normes (lois, décrets, traités) et la mise en œuvre d’actions publiques devant l’étudier et le conserver (inventaire, classement, valorisation). En somme, une dynamique politique et professionnelle à l’égard des monuments historiques89 dans laquelle s’inscrit la Charte de Venise10 (1964). Ce texte normatif conforte la profession d’architecte comme seul juge habilité à garantir sa protection pérenne grâce à l’émergence de disciplines nouvelles comme la restauration ou la conservation du patrimoine. Pourtant, les débuts sont hasardeux, car « […] le travail de consolidation et de restauration n’apparait pas gratifiant aux yeux des praticiens. Il n’est pas prestigieux, ne sollicite pas le « génie créateur » de l’artiste et il n’est pas rémunérateur […] »11. Le monument est alors étudié pour ses propriétés physiques, architecturales et iconiques – en somme, un monument de pierres dont le statut patrimonial est reconnu par les seuls experts en charge de sa conservation devant être transmis aux générations futures. Jean Davallon (2006) identifie quatre types de procédures nécessaires à la reconnaissance du statut patrimonial d’un objet culturel. Il précise que l’objet doit être « […] identifié pour ses valeurs ; que son origine soit authentifiée ; que ce statut soit déclaré officiellement comme tel ; et que son nouvel état soit rendu public »12 l’inscrivant ainsi dans un processus de patrimonialisation. Dans ce contexte, la Convention du patrimoine mondial (UNESCO, 1972) déclenche ce processus de patrimonialisation13 des biens culturels et naturels en raison de leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Ces biens sont reconnus pour leur valeur patrimoniale remarquable, toutefois l’analyse sémantique de ce texte fondateur sous-tend une acception juridico-administrative de la forme « patrimoine » qu’il convient de préciser afin de comprendre les limites discursives soulevées par les pays du Sud au tournant des années 90. Une enquête14 sémantique simple du texte de la convention de 1972 permet de relever une occurrence élevée (78 fois) de la forme « patrimoine » que nous décidons d’analyser dans ses segments textuels (tableau 1), c’est-à-dire la séquence de phrases dans laquelle est présente la forme « patrimoine ». Précisons que cette forme est elle-même suivie, en nombre d’occurrences, par les formes « convention »15 et « états »16, ce qui induit une préfiguration politique, éthique et administrative de la notion de patrimoine mondial de l’humanité.

  • 17 Les huit sections de la Convention du patrimoine mondial : (1) Définition du patrimoine culturel et (...)

4L’étude plus précise de ce texte fondateur nous permet d’étoffer ce propos. La Convention du patrimoine mondial est structurée en plusieurs blocs de textes, tout d’abord un préambule puis, trente-huit articles répartis en huit17 sections distinctes qui n’ont connu aucune modification textuelle depuis l’adoption de ce texte normatif lors de l’Assemblée générale du 16 novembre 1972. La répartition des 78 occurrences de la forme « patrimoine » se présente avec un pic d’occurrences pour les sections 3, 4 et 5, soit un total de 52 occurrences, dont la portée sémantique n’intègre aucun caractère culturel. Ces sections techniques expliquent le fonctionnement du Comité du patrimoine mondial en lien avec les États parties (section 3), l’attribution du Fonds (section 4) ou encore les modalités de l’assistance internationale (section 5). Il faut donc se reporter à la section 1 de la Convention du patrimoine mondial pour définir la forme « patrimoine » selon une composition textuelle tournée vers l’architecture (monument, site, ensemble) qui détermine juridiquement, et non culturellement, le bien culturel et le bien naturel. Cette pauvreté culturelle relevée dans ce texte de droit international se retrouve dans les segments textuels qui suivent la forme « patrimoine » et que nous pouvons résumer comme suit :

  • 18 Sans lien avec la forme « patrimoine » dans la mesure où cette forme est séparée par une ponctuatio (...)

Segments répétés suivant strictement la forme « patrimoine » dans le texte normatif

Territoire

Catégorie

États parties

Activité & Programme

Peuples

à l’échelon national

X

Aucun segment en raison de la ponctuation (le point)

aucun

aucun

aucun

aucun

aucun

culturel et naturel

X

culturel

X

dans les programmes

X

de tous les peuples du monde

X

et des activités

X

; et (e) de favoriser la création18

aucun

aucun

aucun

aucun

aucun

les États parties

X

mondial

X

mondial culturel

X

mondial de l’humanité

X

mondial en péril

X

naturel

X

universel

X

Segments répétés suivant strictement la forme « patrimoine » dans la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO (1972)

5Le tableau présente les corrélations discursives entre les segments répétés et les cinq sections thématiques déterminées à partir du contenu textuel de la forme « patrimoine ». Ce tableau fait clairement apparaître que la forme « patrimoine » n’est pas définie par sa valeur religieuse, historique, sociale, scientifique ou culturelle mais par son caractère général à savoir, que

  • 19 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, op. cit., 1994, p. 11.

6« le patrimoine, au sens où on l’entend aujourd’hui dans le langage officiel et dans l’usage commun, est une notion toute récente, qui couvre de façon nécessairement vague tous les biens, tous les « trésors » du passé. En fait, cette notion comporte un certain nombre de couches superposées qu’il peut être utile de distinguer. »19

  • 20 Isabelle Brianso, « La Convention de Faro en perspective : analyse éthique du patrimoine culturel p (...)

7Nous relevons que la forme « patrimoine » est associée à des catégories spécifiques grâce aux adjectifs et compléments de nom associés, c’est à dire qu’il est « culturel », « naturel », « en péril », « universel » ou « de l’humanité ». Cette approche catégorielle de la forme « patrimoine » amorce, dès le début des années 70, un découpage et un figement catégoriel de cette notion à l’échelle internationale. Notons par ailleurs que la forme « patrimoine » selon l’UNESCO se caractérise par l’universalité du nombre (singulier) dans la mesure où cette notion se place dans une approche de globalité. Ainsi, la convention ne se réfère pas à « des patrimoines » (pluriel) de l’humanité en tant que ressources patrimoniales héritées du passé20. Au contraire, la forme « patrimoine » s’inscrit dans une dimension générique à valeur symbolique en tant que trace mémorielle universelle ou mémoire du monde qui serait commune à tous les peuples, précisée dans le préambule de la Convention du patrimoine mondial,

  • 21 Unesco, Convention du patrimoine mondial, 1972.

« Considérant que les conventions, recommandations et résolutions internationales existantes en faveur des biens culturels et naturels démontrent l'importance que présente, pour tous les peuples du monde, la sauvegarde de ces biens uniques et irremplaçables à quelque peuple qu'ils appartiennent […] »21.

  • 22 Dix critères précisés dans le document des Orientations : six pour les biens culturels et quatre po (...)
  • 23 Conseil international des monuments et des sites.
  • 24 Union internationale pour la conservation de la nature.
  • 25 Isabelle Brianso, Yves Girault, « Innovations et enjeux éthiques des politiques environnementales e (...)

8En outre, l’analyse sémantique de ce texte fondateur souligne un point de tension important pour les États du Sud. D’un côté, la forme « patrimoine » est qualifiée (naturel, culturel, péril, universel, mondial) et normée par la matérialité (culture, nature) ce qui va induire une approche catégorielle du patrimoine par l’UNESCO selon des critères22 précis évalués par des experts (ICOMOS23, UICN24). D’un autre côté, le concept de « patrimoine mondial » bénéficie d’une reconnaissance symbolique, commune à l’humanité (peuples du monde), dont la portée finale est la paix25. Cependant, cette approche matérielle de la forme « patrimoine » comme principe d’universalité ne fait pas consensus au Sud bien qu’elle incite les pays émergeants à faire inscrire des biens culturels bâtis à l’instar de la médina de Marrakech (Maroc, 1985) ou des temples d’Angkor (Cambodge, 1992). Ce processus d’inscription par l’UNESCO conduira Babelon et Chastel (1994) à qualifier ce processus d’artifice.

  • 26 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, op. cit., 1994, p. 105.

« […] les objets de collection, les témoins ethnologiques … sont ou peuvent être des biens culturels dignes d’attention ; […] Il en est résulté le fait curieux que de nombreux pays du tiers-monde ont été amenés à désigner des monuments, des ensembles, des sites qui pouvaient, en raison de leur intérêt local, leur constituer un « patrimoine ». L’appareil des traditions et des coutumes, véritable charpente de ces sociétés, n’impliquait pas un ordre de symboles monumentaux comparables à celui des contrées occidentales : il a fallu en inventer un. C’est une question de dignité. Mais l’artifice saute aux yeux »26.

  • 27 Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial.

9Le découpage de la forme « patrimoine » en catégories subjacentes est lancé dès le milieu des années 90. La reconnaissance par catégorie des biens inscrits au « patrimoine mondial » devient plurielle (matériel, immatériel, naturel, géologique) par une succession de mesures comme, l’adoption de la Stratégie globale (1994) mais aussi la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) la Charte des géoparcs mondiaux UNESCO (2015) ou encore l’intégration de sous-catégories conceptuelles au sein même de documents annexes (Orientations27) aux conventions existantes à l’instar des paysages culturels. En somme, un patrimoine mondial polymorphe qui ne serait plus déterminé par sa seule matérialité, mais, par une multitude de catégories que nous souhaitons préciser.

Le patrimoine mondial de l’UNESCO est aussi immatériel : ambiguïtés des formes catégorielles

  • 28 La Convention du patrimoine mondial est traduite en huit langues officielles : arabe, chinois, angl (...)
  • 29 Jean Davallon, op. cit., 2006, p. 132.

10 Comme nous l’avons vu, l’étude discursive de la forme « patrimoine » définit le sens conféré au concept de « patrimoine mondial » dans son acception normative telle que l’UNESCO la diffuse depuis 1972. Ceci présuppose que la notion même de patrimoine soit comprise et traduite28 selon un même référentiel rendant toutes choses comparables entre elles. Ce postulat reste naturellement à nuancer car même si le principe d’universalité peut être défendu à partir du « génie créateur humain » partagé entre les peuples, la notion de patrimoine reste éminemment complexe. De nombreux auteurs (Desvallées, Poulot, Riegl) ont retracé l’usage du mot ainsi que l’histoire du monument historique comme institutionnalisation du patrimoine, sans pour autant lever toutes les ambiguïtés. De même, Davallon (2006) souligne que ces approches historiques « n’impliquent pas pour autant une reconnaissance de formes de patrimoine différentes »29 et d’ajouter que ces formes exigent de préciser le type de patrimoine dont on parle et donc de souligner la nécessité, mais aussi la fragilité des catégories.

  • 30 Ibid., p. 132.

« […] cette nécessité d’avoir à préciser de quel patrimoine il s’agit indique la relative fragilité des catégorisations : dès que l’on entreprend de définir ces patrimoines, les divergences prennent le pas sur les similitudes. Qu’y a-t-il de commun en effet entre des œuvres d’art de musée, des paysages, des sites archéologiques, des coutumes ou des langues […], des monuments historiques, etc. ? »30.

  • 31 Laurent Bourdeau (dir.), Maria Gravari-Barbas (dir.), Mike Robinson (dir.), Tourisme et patrimoine (...)
  • 32 Maria Gravari-Barbas (dir.), Sébastien Jacquot (dir.), Patrimoine mondial et développement : au déf (...)
  • 33 Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial. Document de tra (...)

11 On comprend aisément que l’instauration de catégories par l’UNESCO ait permis de spécifier l’objet patrimonial et ainsi faciliter le processus de documentation et de reconnaissance par des États désireux de valoriser durablement leurs territoires pour le tourisme3132, par exemple. Parallèlement, si un bien peut devenir un patrimoine universel, comment ce dernier est-il évalué comme ayant une valeur patrimoniale ? Selon quels critères ? La Convention du patrimoine mondial ne répond pas explicitement à cette question, il faut donc se reporter au texte des Orientations33 afin de préciser les modalités de construction des termes, des interprétations, des critères et des évolutions catégorielles en tant que document de synthèse évolutif issu d’expertises, de dossiers de candidatures et d’études de cas discutées lors des sessions du Comité du patrimoine mondial au cours des cinquante dernières années.

  • 34 Christoph Brumann, « Comment le patrimoine mondial devient immatériel », Gradhiva, n°18, 2013, p. 2 (...)
  • 35 Le corpus d’éléments se compose de critère (vi), paysage culturel, biens en série.

12Dès lors, l’approche catégorielle par critères devrait démontrer une simplification du processus d’inscription des biens. Il n’en est rien, certaines inscriptions restent ambivalentes en raison de glissements d’une catégorie à une autre – ainsi, le patrimoine mondial devient vivant entre l’homme et son milieu (paysage culturel), géologique (Charte des géoparcs, 2015) ou immatériel (Convention de 2003). Christoph Brumann (2013) analyse les convergences entre deux textes normatifs en apparence antagonistes, la convention de 1972 et celle de 2003. Autrement dit, il s’interroge sur la façon dont la dimension immatérielle du patrimoine mondial a été renforcée dans les politiques récentes de l’UNESCO. L’auteur présente l’évolution des deux textes normatifs, leurs relations complexes et comment ils ont influé « de manière décisive leurs trajectoires respectives »34 à partir de l’étude d’un corpus35 d’éléments des Orientations. Il tente d’identifier les causes principales à ce versant immatériel – l’une d’entre elles relèverait de l’évolution des mentalités occidentales en matière patrimoniale au-delà des frontières disciplinaires (architecture, archéologie, histoire de l’art, anthropologie). De même, McKeever, Frey et Weber soulignent dans un article (2013) que parmi la centaine de géoparcs bénéficiant du label Geoparc mondial UNESCO plusieurs d’entre eux étaient déjà inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, notamment en Europe.

  • 36 En 2021 : 56 biens chinois inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, 59 sur la liste indicative, (...)

13 Les superpositions de catégories et les glissements catégoriels ne constituent pas un frein en soi au processus d’inscription par l’UNESCO ni même pour les États membres qui s’adaptent aux nouvelles modalités de candidatures. Certains pays ont même développé de véritables stratégies politiques dans la course à cette labélisation mondialisée à l’instar de la Chine. Yves Girault et Yi Du (2019) montrent qu’au tournant des années 2000, la Chine a fait inscrire un nombre très conséquent de géoparcs nationaux chinois afin qu’elle puisse intégrer le Réseau mondial des Géoparcs (GGN), piloté par l’UNESCO. Ainsi, la Chine compte en 2021 quelques 19836 biens inscrits sur les différentes listes de l’UNESCO, toutes catégories confondues (matériel, immatériel, naturel, géoparc). Néanmoins, il serait simpliste d’opposer les différentes catégories de patrimoines - immatériel, naturel et matériel – entre les régions Nord-Sud, nous souhaitons plutôt nous interroger sur les rapports liés à l’authenticité de la notion de patrimoine comme critère commun sous tension.

  • 37 Unesco, Les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, Par (...)
  • 38 Ibid., 1977, p. 3.
  • 39 Christoph Brumann, op. cit, 2013, p. 31.

14C’est bien avec la notion d’authenticité que le glissement d’une catégorie à une autre est le plus significatif. Nous nous référons ici à l’authenticité d’un bien culturel selon un prisme normatif dont l’évaluation repose sur une variété d’attributs37 techniques et culturels comme la forme, les matériaux de construction, les usages ou la langue. Cet ensemble de caractéristiques fonde la valeur d’authenticité normée, précisons par ailleurs que l’une des recommandations premières de la Convention du patrimoine mondial porte sur ce critère et souligne la nécessité « qu’en termes de plan, de matériaux d’exécution et de localisation, le bien patrimonial réponde au critère de l’authenticité »38. Cette recommandation elle-même puise ses références dans la Charte de Venise (1964), nourrie de l’expertise savante de ses concepteurs, qui « n’autorise la reconstruction que dans des circonstances exceptionnelles et quand celle-ci peut être facilement distinguée des éléments d’origine »39. Ce n’est donc pas sans réticence que la Charte de Venise esquisse la possibilité d’une conception diachronique du patrimoine, où les restaurations successives seraient conçues comme autant de moments particuliers dans l’histoire du bien patrimonial. Elle continue d’ailleurs d’envisager la reconstruction comme un moment exceptionnel, exigeant que le modèle originel ne soit pas occulté.

  • 40 Eugène Viollet-le-Duc, Histoire de l'habitation humaine depuis les temps préhistoriques jusqu'à nos (...)

15Le sujet n’est pas nouveau et les controverses qu’il suscite non plus. Au XIXe siècle, Viollet-le-Duc déclarait que « restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné »40. À la fin des années 1980, l’architecte des monuments historiques Yves Boiré ôte de la cathédrale Saint-Sernin de Toulouse les traces des principales transformations opérées par Viollet-le-Duc. Il est notable que cette « dérestauration » ait eu lieu, en France, au moment même où l’œuvre de Viollet-le-Duc commençait à acquérir le statut de patrimoine national.

16Conjointement, un débat similaire agite les instances de l’UNESCO au sujet de la cité de Carcassonne où Viollet-le-Duc a passé plusieurs décennies à rénover et reconstruire la partie haute de l’enceinte de la ville et la cathédrale. En 1985, une première proposition d’inscription de ce site fut rejetée sur la base de l’inauthenticité. Elle sera néanmoins adoptée, dans une seconde proposition en 1997, car les rénovations ont été présentées, cette fois, comme un moment décisif dans l’histoire de la conservation, permettant finalement au site d’être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. L’avènement de ce patrimoine conçu comme un processus, dont chaque étape doit être conservée et patrimonialisée conduit à une problématisation nouvelle du traitement des biens inscrits sur la Liste. En effet, ce patrimoine est souvent complice du patrimoine immatériel car il se met comme lui à narrer un récit. Il n’obéit donc plus seulement aux critères de la valeur universelle exceptionnelle, il est aussi porteur d’une histoire locale, celle d’une communauté spécifique dont le monument sert à étayer l’identité et le particularisme. Le débat sur l’authenticité déclenché en 1993 par la proposition japonaise d’inscrire le site de Hôryû-ji, près de Nara est au cœur de cette réflexion. Ces temples, construits entre le VIIe et le VIIIe siècles, sont parmi les plus anciens édifices de bois au monde et furent restaurés à plusieurs périodes (XIIIe, XVIIe et XXe siècles). La contestation par « l’expertise savante » européenne de leur authenticité a déclenché une levée de boucliers des pays du Sud qui donnera lieu à la Déclaration de Nara sur l’authenticité (1994), dont les principes vont nourrir les nouveaux critères intégrés à partir de 2005, au document des Orientations (du point 81 à 83).

  • 41 Chiara Bortolotto, Le Patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie, Éditions de (...)

17Depuis, l’immatérialité41 du patrimoine matériel connait une effervescence notable, favorisant ainsi des inscriptions inimaginables quelques décennies auparavant. Notons que cette nouvelle génération de sites multi-catégories doit principalement leur inscription au critère (vi), figurant dans le paragraphe 77 des Orientations (2019) qui stipule que :

  • 42 Unesco, op. cit, 2019.

« les biens proposés doivent […] être directement ou matériellement associés à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle (le Comité considère que ce critère doit de préférence être utilisé conjointement avec d’autres critères 4) »42.

  • 43 Unesco, op. cit, 2019.

18Si dans le principe les biens du patrimoine mondial sont inscrits sous un, deux ou plusieurs critères, pas moins de cinq seront pourtant inscrits sous ce seul critère durant les deux premières années. Les Orientations restent hantées par le spectre de « la reconstruction […] qui n’est justifiable que dans des circonstances exceptionnelles »43 et le Comité du patrimoine mondial dénonce à intervalles réguliers les rénovations excessives de sites déjà inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, un peu partout dans le monde, de Pékin au Caire ou Istanbul. Pourtant, le mouvement est désormais amorcé et restera sans doute irréversible, l’authenticité ne se mesure plus seulement à l’aune de la Charte de Venise et de sa fidélité au modèle originel, elle est rattrapée soit par l’actualité politique à l’instar de l’inscription du pont de Mostar, soit par la convention de 2003 qui empiète peu à peu sur la Convention du patrimoine mondial. La tendance à la jonction se renforce, notamment, par l’insertion des paysages culturels et des paysages culturels associatifs en tant que nouvelles catégories. Ainsi, les limites établies entre les deux conventions (1972, 2003) semblent de plus en plus floues et superfétatoires rendant complexe l’étude de ce millefeuille catégoriel.

La construction de millefeuilles catégoriels : exemples de sites inscrits au Sud (Marrakech et Angkor)

  • 44 Isabelle Brianso, « L’inscription des temples d’Angkor sur la Liste du patrimoine mondial : analyse (...)
  • 45 Maria Gravari-Barbas, Kerya Chau Sun, « Angkor, laboratoire de la patrimondialisation », Le patrimo (...)
  • 46 Ahmed Skounti, Ouidad Tebbaa, Jemaa El Fna, patrimoine oral de Marrakech, du Maroc et de l’humanité (...)

19Si les liens entre les sites du patrimoine mondial et les éléments du patrimoine culturel immatériel ne sont pas toujours explicites, il arrive que ces liens soient si forts que les valeurs du site inscrit trouvent leur prolongement dans une forme d’expression culturelle. Sans dresser un inventaire exhaustif de ces sites, deux exemples de sites inscrits (Cambodge, Maroc) nous ont semblés particulièrement significatifs en raison du tissage catégoriel (matériel, immatériel, paysage) que l’on ne peut les concevoir, l’un sans l’autre : d’une part, le site archéologique des temples d’Angkor en tant que patrimoine culturel vivant4445 et d’autre part, la médina de Marrakech avec sa célèbre Place Jemaa El Fna46. Notre propos dans cette section n’est pas tant d’analyser ces territoires patrimoniaux qui ont déjà fait l’objet de travaux de recherche, mais plutôt de souligner la construction subtile de millefeuilles catégoriels à partir des exemples marocain et khmer.

  • 47 Bien culturel inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1985 – critères : (i), (ii), (iv) et (v (...)
  • 48 Isabelle Brianso, Ouidad Tebbaa, « La valorisation de la ville de Marrakech et de sa région. Une mé (...)
  • 49 Ahmed Skounti, Ouidad Tebbaa, De l'immatérialité du patrimoine culturel, Rabat, UNESCO, 2011.

20La ville de Marrakech est, en effet doublement inscrite, d’une part sur la Liste du patrimoine mondial pour sa médina47, puis en tant que chef-d’œuvre du patrimoine immatériel de l’humanité pour la Place Jemaa El Fna4849. Cette dernière entretient non seulement un lien fusionnel avec son centre historique puisqu’elle y condense et cristallise toutes ses formes d’expression culturelle. Pourtant, au moment de l’inscription (1985), aucun travail d’investigation complémentaire ne fut engagé pour identifier, reconnaitre ou sauvegarder ce patrimoine immatériel. Seul le cadre physique de cet espace fut pris en compte par les experts. Il faudra attendre qu’elle soit proclamée chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité en 2001, puis intégrée en 2008, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, pour que ses deux catégories patrimoniales (matérielle et immatérielle) soient enfin reconnues à parts égales, sans être dissociées.

  • 50 Unesco, Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003.

21Dans les faits, la seconde inscription a permis de combler les lacunes et les silences de la première. L’inscription de la médina de Marrakech sur la Liste du patrimoine mondial a certes réduit l’approche de cet espace à sa dimension esthétique, l’accent étant exclusivement mis sur la protection de son intégrité physique. Néanmoins, à partir des années 2000 dans le sillage de l’inscription de la Place Jemaa El Fna, la question de l’immatérialité du patrimoine de la médina s’est posée, avec de plus en plus d’acuité, notamment celle de « l’implication des communautés, des groupes et le cas échéant des individus qui créent, entretiennent et transmettent ce patrimoine et de les impliquer activement dans sa gestion »50. La proclamation de 2001 a donc influé de manière décisive le regard que l’on pouvait porter non seulement sur la place Jemaa El Fna elle-même, mais sur la médina dans son ensemble, contribuant ainsi à interpeller les acteurs locaux au sort de ses habitants et des communautés qui y vivent en tant que témoins dépositaires d’un art de vivre ou de pratiques ancestrales, indissolublement liés à l’histoire du lieu qu’ils ont contribué à façonner, mais que la spéculation effrénée a chassé de la médina, après l’inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial.

  • 51 Unesco, op. cit, 2019.

22À l’inverse, les temples d’Angkor n’ont pas obtenu une double inscription (1972, 2003) au cœur même du bien culturel inscrit sur la Liste du patrimoine mondial comme c’est le cas à Marrakech. Néanmoins, nous pouvons mentionner la nomination (2008) du ballet royal du Cambodge sur la Liste représentation du patrimoine immatériel (2003) qui présente des liens historiques et artistiques avec les temples d’Angkor en tant qu’ancienne capitale de l’empire Khmer. En effet, cet art dansé traditionnel a accompagné pendant plus de dix siècles les cérémonies royales et les évènements majeurs de la cour khmère. L’exemple d’Angkor reste particulièrement intéressant concernant la construction de millefeuilles catégoriels : d’une part, il est un bien culturel inscrit en 1992 sur la Liste du patrimoine mondial en péril et, d’autre part il est reconnu par les experts en tant que patrimoine culturel vivant au sens où il est « un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue »51. Autrement dit, les temples d’Angkor (du 9ème au 14ème siècle) ne constituent pas uniquement un ensemble de monuments doté d’une valeur patrimoniale remarquable, ils sont aussi un espace culturel immatériel (pèlerinage, communautés, habitants) et paysager (forêt, rizière) comme le souligne dès 1944 Maurice Glaize

  • 52 Maurice Glaize, Les monuments du groupe d’Angkor, Paris, Maisonneuve, 6e édition, 2003, p. 76.

« Angkor Vat, isolé dans la forêt par ses douves, était de tous les monuments du groupe, le mieux placé pour échapper à l’envahissement par la végétation, et par la suite à la ruine. Resté de tout temps un lieu de pèlerinage pour les Khmers, il n’a cessé d’ailleurs d’abriter à l’intérieur de son enceinte, après l’instauration du Bouddhisme du Petit Véhicule, des pagodes (…) »52.

  • 53 Unesco, Rapport d’évaluation de l’organisation consultative (Icomos), 1992.
  • 54 Unesco/Apsara, Charte d’Angkor : Orientations pour la sauvegarde d’Angkor, site du patrimoine mondi (...)

23 En somme, le site d’Angkor est un paysage culturel organisé sur plusieurs niveaux. Il est tout d’abord un ensemble archéologique de temples mais aussi un lieu de vie et un espace culturel ouvert aux pratiques religieuses au sens d’une « œuvre conjuguée de l’homme et de la nature » grâce à la composition de son paysage rural, sculpté à partir d’activités agricoles traditionnelles. Une authenticité53 du site relevée dès 1992 par les experts de l’ICOMOS puis, précisée dans la Charte d’Angkor (2012)54.

Conclusion

24Les glissements et millefeuilles catégoriels observés d’une convention à l’autre ont un retentissement tel que l’UNESCO prête désormais aux communautés locales une place majeure dans le processus d’inscription. Délaissées à l’origine, elles se sont transformées au fil du temps en un levier politique, social et économique pour les États concernés. Pourtant, les discours restent à nuancer en raison des effets pervers observés (gentrification, tourisme de masse, spéculation foncière, etc.) et de la prise en compte réelle de ces populations dans le processus de patrimonialisation. Certes, de nombreux auteurs (Gravaris-Barbas, Jacquot) ont déjà souligné ces phénomènes à partir d’études de cas comparées (Nord, Sud) au défi du développement. Plus rares sont ceux qui questionnent les enchevêtrements catégoriels normés des formes patrimoniales (matériel, immatériel, naturel) à l’ère de changements profonds du paysage géopolitique des puissances économiques. Soulignons par exemple, la revendication patrimoniale chinoise en la matière avec ses inscriptions massives, toutes catégories confondues, qui interrogent l’actualité d’une telle politique nationale sur des enjeux de portée internationale.

  • 55 Article 2 de la Convention de Faro (CoE, 2005) : « […] une communauté patrimoniale se compose de pe (...)

25Dès lors, le patrimoine mondial se présente non seulement en tant qu’instrument ayant favorisé la circulation de la notion de patrimoine selon un modèle normé en glissement, mais aussi comme incubateur politique dynamisant l’émergence de nouveaux modèles de reconnaissance par les acteurs du territoire, notamment en Europe. En effet, la Convention de Faro du Conseil de l’Europe souhaite offrir un cadre éthique, sociétal et citoyen face à des défis majeurs devant conduire les « communautés patrimoniales »55 à une responsabilité individuelle et collective autour d’un patrimoine européen partagé. Pourtant, les difficultés restent nombreuses quant à la reconnaissance de cet instrument européen, notamment par une réserve affirmée de la part des pays fondateurs de l’espace européen quant au terme de « communauté », néanmoins, si précieux à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003).

Haut de page

Bibliographie

ANATOLE-GABRIEL (Isabelle), La fabrique du patrimoine de l'humanité. L'Unesco et la protection patrimoniale (1945-1992). Paris, Publications de la Sorbonne/Éditions de la Maison des sciences de l´Homme, collection « Internationale », 2016.

ANDRIEUX (Jean-Yves) et CHEVALLIER (Fabienne), Le patrimoine monumental. Sources, objets et représentations, Rennes, PUR, 2014.

BABELON (Jean-Pierre) et CHASTEL (André), La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.

BASLAR (Kemal), The Concept of the Common Heritage of Manking in International Law, The Hague/Boston/London, Martinus Nijhoff Publishers, 1998.

BOURDEAU (Laurent), GRAVARI-BARBAS (Maria) et ROBINSON (Mike) (dir.), Tourisme et patrimoine mondial, Laval, PUL, 2012.

BORTOLOTTO (Chiara) (dir.), Le Patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011.

BRIANSO (Isabelle), « L’inscription des temples d’Angkor sur la Liste du patrimoine mondial : Analyse de la fabrique politique et patrimoniale par l’UNESCO », Ambivalences patrimoniales au Sud : mises en scène et jeux d’acteurs, D. Guillaud, D. Juhé-Beaulaton, M.-C. Cormier-Salem, Y. Girault (Dir.), Paris, Khartala, 2016, p. 97-120.

BRIANSO (Isabelle), « La Convention de Faro en perspective : analyse éthique du patrimoine culturel pour la société au Kosovo » Alterstice, n°2, 2015/5, 2015, p. 21-32.

BRIANSO (Isabelle) et GIRAULT (Yves), « Innovations et enjeux éthiques des politiques environnementales et patrimoniales : l’Unesco et le Conseil de l’Europe », Ethique publique, n°1, 2014/16, 2014, p. 17-37.

BRIANSO (Isabelle) et TEBBAA (Ouidad), « La valorisation de la ville de Marrakech et de sa région. Une médiation culturelle en situation d’interculturalité », Vivre du patrimoine : un nouveau modèle de développement ?, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 523-532.

BRIANSO (Isabelle), Les politiques internationales de valorisation pour des biens culturels inscrits sur la liste du patrimoine mondial de lUnesco : étude de cas à Angkor (Cambodge) : médiation culturelle, coopération et interculturalité,, thèse de doctorat, Université Versailles Saint-Quentin, 2010.

BRUMANN (Christoph), « Comment le patrimoine mondial devient immatériel », Gradhiva, n°18, 2013, p. 22-49.

CHOAY (Françoise), L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992.

DAVALLON (Jean), Le don du patrimoine, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006.

DESVALLEES (André), « Emergence et cheminement du mot patrimoine », Musées et Collections publiques de France, 208, 1995, p. 6-29.

DESVALLEES (André), « À l’origine du mot patrimoine », Patrimoine et Modernité, sous la direction de Dominique Poulot, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 89-105.

DU (Yi) et GIRAULT (Yves), « Pratiques géotouristiques et interprétation de la nature dans les géoparcs chinois : entre tensions et hybridation des cultures », Éducation relative à l'environnement [En ligne], Vol. 15-1, 2019, mis en ligne le 23 septembre 2019, consulté le 13 janvier 2021. http://journals.openedition.org/ere/3393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ere.3393

FAGNONI (Edith), « Patrimoine versus mondialisation ? », Revue Géographique de l'Est [En ligne], n° 3-4, vol. 53, 2013, mis en ligne le 02 juillet 2014, consulté le 13 janvier 2021. http://rge.revues.org/5048

GLAIZE (Maurice), Les monuments du groupe d’Angkor, Paris, Maisonneuve, 6e édition, 2003.

GRAVARIS-BARBAS (Maria) (dir.), Le patrimoine mondial. Mise en tourisme, mise en images, L’Harmattan, 2020.

GRAVARIS-BARBAS (Maria) et CHAU SUN (Kerya), « Angkor, laboratoire de la patrimondialisation », Le patrimoine mondial. Mise en tourisme, mise en images, Paris, L’Harmattan, 2020, p. 13-46.

GRAVARIS-BARBAS (Maria) et JACQUOT (Sébastien), Patrimoine mondial et développement : au défi du tourisme culturel, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2014.

ICOMOS, Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites (Charte de Venise), 1964, consulté le 13 janvier 2021, sur ICOMOS international : http://www.international.icomos.org/charters/venice_f.htm.

ICOMOS, Conférence de Nara sur l'authenticité, 1994, Paris, ICOMOS.

MAUREL (Chloé), Histoire de l’UNESCO. Les trente premières années (1945-1974), L’Harmattan, 2010.

MAUREL (Chloé), « Le sauvetage des monuments de Nubie par l’Unesco (1955-1968) », Égypte/Monde arabe, Troisième série, 10, 2013, mis en ligne le 10 février 2014, consulté le 13 janvier 2021. http://ema.revues.org/3216.

MCKEEVER (Patrick J.), FREY (Marie-Luise) et WEBER (Jutta), «Global geoparks and geological world heritage: a case study from Germany», World heritage review, Unesco, Vol. 70, 2013, p. 34-40.

PAQUEROT (Sylvie), Le statut des ressources vitales en droit international – Essai sur le concept de patrimoine commun de l’humanité, mondialisation et droit international, Bruxelles, Éd. Bruylant, 2002.

POULOT (Dominique), « Le patrimoine en France : Une génération d’histoire. 1980-2010 », Culture & Musées, Hors-série, 2013, p. 189-213.

PUREZA (José Manuel), El patrimonio común de la humanidad - ¿ Hacia un derecho international de la solidaridad ?, Madrid, EditionsTrotta, 2002.

RIEGL (Aloïs), Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 1984.

SKOUNTI (Ahmed) et TEBBAA (Ouidad), De l'immatérialité du patrimoine culturel, Rabat, UNESCO, 2011.

SKOUNTI (Ahmed) et TEBBAA (Ouidad), Jemaa El Fna, patrimoine oral de Marrakech, du Maroc et de l’humanité, Rabat, Unesco, 2006.

TARDY (Cécile) et RAUTENBERG (Michel), « Patrimoines culturel et naturel : Analyse des patrimonialisations », Culture & Musées, Hors-série, 2013, p. 115-138.

UNESCO, Actes constitutif de l'UNESCO, Londres, UNESCO, 1945.

UNESCO, Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel 1972, Paris, UNESCO, 1972.

UNESCO, Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003, Paris, UNESCO, 2003.

UNESCO, Orientation devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial. 1ère version : juin 1977, modifiée en 1978, 1980, 1983, 1984, 1987, 1988, 1992, 1994, 1995, 1996, 1997, 1999, 2002, 2005, 2008, 2010, 2011, 2013, 2015, 2016, 2017, 2019. UNESCO, 2019.

UNESCO/APSARA, Charte d’Angkor : Orientations pour la sauvegarde d’Angkor, site du patrimoine mondial, 2012.

VIOLLET-LE-DUC (Eugène), Histoire de l'habitation humaine depuis les temps préhistoriques jusquà nos jours, Paris, Hetzel, 1875.

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994.

2 Dominique Poulot, « Le patrimoine en France : Une génération d’histoire. 1980-2010 », Culture & Musées, Hors-série, 2013, p. 189-213.

3 Maria Gravari-Barbas (dir.), Le patrimoine mondial. Mise en tourisme, mise en images, L’Harmattan, 2020.

4 Chloé Maurel, Histoire de l'Unesco : Les trente premières années : 1945-1974, Paris, L’Harmattan, 2010.

5 Isabelle Anatole-Gabriel, La fabrique du patrimoine de l'humanité. L'Unesco et la protection patrimoniale (1945-1992). Paris, Publications de la Sorbonne / Éditions de la Maison des sciences de l´Homme, collection « Internationale », 2016.

6 Le sauvetage des temples de Nubie (1955-1968).

7 Chloé Maurel (dir.), Essais d'histoire globale, Paris, L'Harmattan, 2013.

8 Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 1984.

9 Jean-Yves Andrieux, Fabienne Chevallier, Le patrimoine monumental. Sources, objets et représentations, Rennes, PUR, 2014.

10 Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites.

11 Françoise Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 3e édition, 1999.

12 Jean Davallon, Le don du patrimoine, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006.

13 Cécile Tardy, Michel Rautenberg, « Patrimoines culturel et naturel : Analyse des patrimonialisations », Culture & Musées, Hors-série, 2013, p. 115-138.

14 Isabelle Brianso, Les politiques internationales de valorisation pour des biens culturels inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco : étude de cas à Angkor (Cambodge) : médiation culturelle, coopération et interculturalité, thèse de doctorat, Université Versailles Saint-Quentin, 2010.

15 La forme « convention » fait l’objet de 65 occurrences dans le texte normatif de la Convention du patrimoine mondial.

16 La forme « états » fait l’objet de 46 occurrences dans le texte normatif de la Convention du patrimoine mondial.

17 Les huit sections de la Convention du patrimoine mondial : (1) Définition du patrimoine culturel et naturel (2) Protection nationale et protection internationale du patrimoine culturel et naturel (3) Comité intergouvernemental de la protection du patrimoine mondial culturel et naturel (4) Fonds pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel (5) Conditions et modalités de l’assistance internationale (6) Programmes éducatifs (7) Rapports (8) Clauses finales.

18 Sans lien avec la forme « patrimoine » dans la mesure où cette forme est séparée par une ponctuation « ; » qui ferme le sens.

19 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, op. cit., 1994, p. 11.

20 Isabelle Brianso, « La Convention de Faro en perspective : analyse éthique du patrimoine culturel pour la société au Kosovo », Alterstice, n°2, 2015/5, 2015, p. 21-32.

21 Unesco, Convention du patrimoine mondial, 1972.

22 Dix critères précisés dans le document des Orientations : six pour les biens culturels et quatre pour les biens naturels.

23 Conseil international des monuments et des sites.

24 Union internationale pour la conservation de la nature.

25 Isabelle Brianso, Yves Girault, « Innovations et enjeux éthiques des politiques environnementales et patrimoniales : l’Unesco et le Conseil de l’Europe », Ethique publique, n°1, 2014/16, 2014, p. 17-37.

26 Jean-Pierre Babelon, André Chastel, op. cit., 1994, p. 105.

27 Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial.

28 La Convention du patrimoine mondial est traduite en huit langues officielles : arabe, chinois, anglais, français, hébreu, portugais, russe, espagnol.

29 Jean Davallon, op. cit., 2006, p. 132.

30 Ibid., p. 132.

31 Laurent Bourdeau (dir.), Maria Gravari-Barbas (dir.), Mike Robinson (dir.), Tourisme et patrimoine mondial, Laval, PUL, 2012.

32 Maria Gravari-Barbas (dir.), Sébastien Jacquot (dir.), Patrimoine mondial et développement : au défi du tourisme culturel, Québec, PUQ, 2014.

33 Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial. Document de travail évolutif, instauré en 1977 (28 §) et qui comprend (2019) deux versions (français, anglais).

34 Christoph Brumann, « Comment le patrimoine mondial devient immatériel », Gradhiva, n°18, 2013, p. 25.

35 Le corpus d’éléments se compose de critère (vi), paysage culturel, biens en série.

36 En 2021 : 56 biens chinois inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, 59 sur la liste indicative, 41 géoparcs chinois inscrits sur la Liste des Geoparcs mondiaux de l’UNESCO, 42 biens culturels chinois inscrits sur la Liste du patrimoine culturel immatériel, soit 198 biens culturels et naturels inscrits sur les listes de l’UNESCO.

37 Unesco, Les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, Paris, 2019, p. 28.

38 Ibid., 1977, p. 3.

39 Christoph Brumann, op. cit, 2013, p. 31.

40 Eugène Viollet-le-Duc, Histoire de l'habitation humaine depuis les temps préhistoriques jusqu'à nos jours, Paris, Hetzel, 1875, p. 14.

41 Chiara Bortolotto, Le Patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011.

42 Unesco, op. cit, 2019.

43 Unesco, op. cit, 2019.

44 Isabelle Brianso, « L’inscription des temples d’Angkor sur la Liste du patrimoine mondial : analyse de la fabrique politique et patrimoniale par l’Unesco », Ambivalences patrimoniales au Sud : mises en scène et jeux d’acteurs, Paris, IRD-Karthala, 2016, p. 97-119.

45 Maria Gravari-Barbas, Kerya Chau Sun, « Angkor, laboratoire de la patrimondialisation », Le patrimoine mondial. Mise en tourisme, mise en images, Paris, L’Harmattan, 2020, p. 13-46.

46 Ahmed Skounti, Ouidad Tebbaa, Jemaa El Fna, patrimoine oral de Marrakech, du Maroc et de l’humanité, Rabat, Unesco, 2006.

47 Bien culturel inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1985 – critères : (i), (ii), (iv) et (v).

48 Isabelle Brianso, Ouidad Tebbaa, « La valorisation de la ville de Marrakech et de sa région. Une médiation culturelle en situation d’interculturalité », Vivre du patrimoine : un nouveau modèle de développement ?, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 523-532.

49 Ahmed Skounti, Ouidad Tebbaa, De l'immatérialité du patrimoine culturel, Rabat, UNESCO, 2011.

50 Unesco, Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003.

51 Unesco, op. cit, 2019.

52 Maurice Glaize, Les monuments du groupe d’Angkor, Paris, Maisonneuve, 6e édition, 2003, p. 76.

53 Unesco, Rapport d’évaluation de l’organisation consultative (Icomos), 1992.

54 Unesco/Apsara, Charte d’Angkor : Orientations pour la sauvegarde d’Angkor, site du patrimoine mondial, 2012.

55 Article 2 de la Convention de Faro (CoE, 2005) : « […] une communauté patrimoniale se compose de personnes qui attachent de la valeur à des aspects spécifiques du patrimoine culturel qu’elles souhaitent, dans le cadre de l’action publique, maintenir et transmettre aux générations futures ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Brianso et Ouidad Tebbaa, « La notion de patrimoine selon l’unesco : discours et glissements catégoriels des conventions (1972, 2003) »Droit et cultures [En ligne], 81 | 2021/1, mis en ligne le 16 décembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/7017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/droitcultures.7017

Haut de page

Auteurs

Isabelle Brianso

Isabelle Brianso est maître de conférences à Avignon Université, où elle enseigne la muséologie et les sciences de l’information et de la communication appliquées au patrimoine culturel (Centre Norbert Elias / UMR 8562). Ses travaux de recherche portent sur les discours et l’analyse des processus de patrimonialisation dans un contexte de labellisation internationale (UNESCO, Conseil de l’Europe) ainsi que sur la notion de patrimoine culturel européen. Ancienne boursière Marie Curie (FP7) à l’Université Autonome de Barcelone (Espagne). Parmi ses publications récentes, on peut citer la coordination du numéro de revue Culture & Musées (2019) avec Françoise Rigat (Université de la Vallée d’Aoste, Italie) sur la fabrique des patrimoines européens au XXIe siècle. Elle a participé à de nombreux projets européens (FP7, ERASMUS +, H2020) et est membre élue au Comité français du Conseil international des musées (ICOM).

Ouidad Tebbaa

Ouidad Tebbaa est professeur des universités à l’université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc). Actuellement, elle est en détachement à l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) en tant que directrice régionale Afrique de l’Ouest, en poste à Dakar. Elle travaille sur le tourisme et le patrimoine tant matériel qu’immatériel par des publications mais aussi par un travail militant sur le terrain. Elle fut Secrétaire générale de l’Association qui a œuvré à la reconnaissance de la place Jamaa El Fna de Marrakech inscrite comme patrimoine oral de l’humanité par l’Unesco. Consultante pour l’Unesco concernant de nombreux projets liés au patrimoine, elle a publié plusieurs ouvrages et articles de recherche sur le tourisme et le patrimoine culturel. Elle fut entre autres, jusqu’en 2018, titulaire de la Chaire Senghor de la Francophonie à Marrakech.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search