Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85ÉditorialÉpiderme, littérature et droit

Texte intégral

1L’inscription du thème du tatouage au sommaire de la revue Droit et Cultures semble relever du paradoxe. D’abord, ce qui est abordé nous éloigne d’une assimilation plus ou moins tenace entre tatouage et mondes dits exotiques. Ensuite, le dossier trouve sa source dans le travail approfondi d’analyse littéraire d’un nombre important d’œuvres de fiction, au sein desquelles le tatouage constitue un motif plus ou moins déterminant. Dans la mesure où, le tatouage trouve une place dans la construction narrative elle-même, quelle importance faut-il lui accorder au sein du récit ? Témoigne-t-il d’une époque, d’une couche sociale, d’un métier, d’une revendication, d’un rapport à soi ou à autrui ? Face à de telles questions, la littérature est allée chercher initialement des réponses ou des éclairages du côté des Études culturelles, pour finalement se convaincre que le détour par le droit paraissait s’imposer et permettre, encore, d’approfondir la perception des potentiels que recèle l’anthropologie juridique et du droit.

2Au-delà des ressorts les plus courants utilisés dans les œuvres de fiction, des questions d’un autre ordre se présentent en effet rapidement : qu’en est-il du droit d’auteur lorsque l’épiderme devient support de l’écriture ? La peau relève-t-elle du domaine privé ou du domaine public ? Quelle définition lui donner – écran, archive, contrat – eu égard aux usages qui en sont faits ? En dernier lieu, dans quelle mesure les formes artistiques revendiquées quant au tatouage en viennent-elles à instaurer une instance à valeur juridique, sur des registres et pour des motifs variés ? Le droit se voit donc proprement invité à contribuer méthodiquement au débat. Il en vient même à faire retour sur lui.

3Élément plus ou moins déterminant d’un acte biographique, affecté d’une haute valeur performative, le tatouage qui s’inscrit sur la peau et qui naît par la peau introduit à plus d’un titre les thématiques de la transgression et des limites, de l’engagement, de l’identité et de la confrontation. De façon imparable, le corps – le sien propre autant que celui d’autrui – se trouve placé au centre du jeu. En cela, à n’en plus douter, le tatouage en vient à rencontrer le droit de façon frontale. En effet, le droit français règlemente de façon très claire et insistante le statut du corps d’une personne, les libertés que l’on prend ou que l’on ne saurait prendre vis-à-vis de lui, les responsabilités de la personne ou d’un tiers à son égard. Or, à travers le tatouage, un double changement paradigmatique intervient. D’une part, la même personne en vient à relever concurremment des catégories de Sujet et d’Objet, que le droit français distingue. D’autre part, le tatouage en vient à être considéré et revendiqué comme une œuvre proprement artistique. Avec d’autres incidences juridiques qui surgissent alors, la dimension proprement commerciale du phénomène interpelle d’autant plus les métiers du droit.

4En prenant un peu de champ, on s’aperçoit, de plus, que l’œuvre littéraire, analysée à la lumière du processus de création littéraire, acquiert le statut de témoignage ethnographique, sociologique, historique ou juridique. Ce qui fait sens tient à la place que le tatouage occupe dans la construction de l’œuvre. Ainsi, ce qui vient se placer au centre de la problématique, c’est le statut des protagonistes ; un statut relativement contraint, dont la construction sociale, symbolique et juridique est liée à un ensemble de déterminants ou de facteurs qui ne se donnent pas à voir immédiatement.

5Dans ce contexte d’ensemble, le moment du droit est aussi un véritable moment de bascule lorsqu’il fait du tatouage un symptôme et un acte vivant de la liberté et de la créativité individuelles : il affiche alors sa vocation de geste créateur. Le droit, la sociologie, l’histoire et l’ethnographie ne sont plus alors seulement des adjuvants de l’analyse littéraire avertie et scrupuleuse. Loin de là ! Ils sont interpellés tout à la fois comme des dimensions constitutives de l’être au monde, et comme des outils dans la construction des regards portés sur cet être au monde, dans ses dimensions individuelle et collective. S’il en est ainsi, les textes rassemblés ne pourraient-ils servir de balises pratiques ? Dans une époque où les métiers du droit s’avèrent traiter sur le mode de l’aménagement ponctuel des situations qu’ils ont à connaître, celles-ci les interroge pourtant de façon radicale !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Épiderme, littérature et droit  »Droit et cultures [En ligne], 85 | 2023/1, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/8998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/droitcultures.8998

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search