Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Le tatouage face au droit : de la...Présentation. La peau encrée dans...

Le tatouage face au droit : de la littérature aux pratiques sociales

Présentation. La peau encrée dans la fiction : crimes en trompe-l’œil et infra-droit

Tattooed Skin in Fiction: Criminal Impressions and the Grey Areas of the Law
Anne Chassagnol

Texte intégral

  • 1 Dans sa préface à la traduction d’Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe, publiée en 1856, Bau (...)

« Un malheureux fut amené devant nos tribunaux, dont le front était illustré d’un rare et singulier tatouage : Pas de chance ! Il portait ainsi au-dessus de ses yeux l’étiquette de sa vie, comme un livre son titre, et l’interrogatoire prouva que ce bizarre écriteau était cruellement véridique. »
Charles Baudelaire, Œuvres, Paris, Gallimard, 1976, t. II, p. 2961.

  • 2 Alain Pozzuoli, Tatouage. Une histoire et des histoires, Paris, Les Belles Lettres, 2005 ; Voir éga (...)
  • 3 Karin E. Beeler, Tattoos, Desire and Violence: Marks of Resistance in Literature, Film and Televisi (...)
  • 4 Pierre Loti, Aziyadé, Paris, Garnier Flammarion, 1989 [1879] ; Mon frère Yves, Paris, Gallimard, 19 (...)
  • 5 Jean Genet, Journal du voleur, Paris, Folio/Gallimard, 1982 [1949] ; Notre-Dame des-Fleurs, Paris, (...)
  • 6 Voir en particulier Éléonore Reverzy, « Corps marqués, corps publics : étiquettes, emblèmes, tatoua (...)

1Lorsque nous avons élaboré le projet international La littérature dans la peau avec Brigitte Friant-Kessler en 2017, notre objectif principal était de défricher un territoire encore assez méconnu, en espérant répertorier des œuvres de fiction traversées par un motif commun, celui des corps illustrés, dans l’idée d’établir un corpus sur le tatouage en littérature, sans restriction de genres ni de périodes. Si plusieurs anthologies circulaient2, souvent assez sommaires d’ailleurs car elles n’indexaient que des formes brèves, principalement des nouvelles, très peu d’études critiques s’intéressaient à ce sujet3. Quelques rares articles, au point de vue souvent original, portaient sur des écrivains attendus, exposés à l’encrage, du fait de leur expérience dans la marine ou de leur passé carcéral – typiquement Pierre Loti4 ou Jean Genet5 – mais ces publications restaient, somme toute, isolées, sans que le motif du tatouage ne soit réellement étudié comme un indicateur structurant, faisant partie d’une constellation de récits similaires, susceptibles de faire émerger un genre à part entière, avec sa marque de fabrique, ses spécificités et, qui sait, peut-être même un style qui lui serait propre6.

Corps visibles, œuvres invisibles : de la question littéraire à la problématique juridique

  • 7 Voir Nathaniel Hawthorne, The Scarlet Letter. A Romance, Londres, Penguin Classics, 2015 [1850]; Ro (...)

2D’emblée, le périmètre s’est étendu au-delà des frontières de l’Hexagone, vers des pays anglophones, sans doute à la faveur de notre point de vue d’anglicistes, à la redécouverte de textes que nous n’avions pas initialement lus dans cette perspective, souvent parce que le tatouage n’en était pas l’élément central, ou s’il était essentiel à l’intrigue, il n’était pas nécessairement étudié sous cet angle7.

  • 8 Aristophane, Les Oiseaux, trad. Claude Barousse, Paris, Actes Sud, 1996 ; Aristophane, Les Grenouil (...)
  • 9 Juvénal, Satires, trad. Pierre de Labriolle et François Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 2002
  • 10 Sénèque, De la colère. Ravages et remèdes, Paris, Payot et Rivages, 2014.
  • 11 Katherine Dauge-Roth, Signing the Body. Marks on Skin in Early Modern France, Londres, New York, Ro (...)
  • 12 Albert Londres, Dante n’avait rien vu, 1924, Paris, Arléa, 2010, et Muriel Salle, « Corps rebelles, (...)
  • 13 Jérôme Pierrat et Éric Guillon, Les Vrais, les durs, les tatoués : le tatouage à Biribi, Clichy, La (...)
  • 14 Dantsig Baldaev, Gardien de camp. Tatouages et dessins du goulag, trad. Luba Jurgenson, Genève, Édi (...)

3Nos recherches nous ont fait voyager sur plusieurs continents, des îles Marquises à la Nouvelle-Zélande, du Japon à l’Océan Indien, puis de l’Égypte au bassin méditerranéen, jusqu’en Europe, avant de repartir vers les Amériques. Nous avons redécouvert le tatouage antique et les marques de servitude à la lumière d’Aristophane8, Juvénal9, et Sénèque10. L’ouvrage de Katherine Dauge-Roth11, Signing the Body. Marks on Skin in Early Modern France, nous a permis de mieux cerner la pratique du tatouage au XVIIe siècle. Nous sommes ensuite remontées aux premiers récits d’explorateurs sur les traces du Capitaine Cook dont les carnets de voyages témoignent de cas de peintures de peaux, puis aux autobiographies des hommes illustrés du XVIIIsiècle et à la mise en scène de corps tatoués dans le cadre d’expositions coloniales. Les deux guerres mondiales, la pratique de l’encrage au sein de l’armée, des bataillons d’Afrique12, chez les bagnards13 ou dans les camps14, ont également retenu toute notre attention.

4Nous avons entamé cette réflexion en cherchant à collecter les textes littéraires dont l’arc narratif reposait sur une référence au tatouage (John Irving, Until I Find You, 2005), impliquait un personnage tatoué (Joyce Carol Oates, The Tattooed Girl, 2003) ou un tatoueur (Sarah Hall, The Electric Michelangelo, 2004 ; Heather Morris, The Tattooist of Auschwitz, 2018), ou dont le dénouement et les scènes de révélation (Beaumarchais, Le Mariage de Figaro,1784) étaient directement liés à la marque sur la peau. Ce motif encré, qu’il soit anecdotique, cryptique (Jules Verne, Mirifiques aventures de Maître Antifer,1894), décoratif (Peter Greenaway, The Pillow Book, 1996), stéréotypé (James Fenimore Cooper, The Last of the Mohicans, 1826), stigmatisant (Mark Twain, The Prince and The Pauper,1882), forcé (Margot Mifflin, The Blue Tattoo : The Life of Olive Oatman, 2011), traumatique (Dunya Mikhail, The Bird Tattoo, 2002), érotique (Émile Zola, Nana, 1891), quelle lecture en faire ? Quelle importance lui accorder au sein du récit ? Les règles qui s’appliquent à l’édition en matière de droits d’auteurs sont-elles valables pour l’épiderme ? La peau a-t-elle des droits ? Est-elle privée ou publique ? S’agit-il d’une surface d’inscription, d’un écran, d’une archive ou d’un contrat ? L’ombre portée du droit devenait difficilement évitable.

5Il est vain d’envisager le tatouage comme un thème uniforme puisque celui-ci couvre une variété de pratiques et, a fortiori, de techniques très diverses, qu’elles soient ornementales, prophylactiques ou curatives, apotropaïques, initiatiques, funéraires, administratives, martiales, ou mémorielles. Si dans le monde occidental, il s’apparente à une parure de peau réalisée chez des artistes tatoueurs les plus réputés, il ne faut pas pour autant oublier que le tatouage a pu être utilisé au cours des siècles comme un marquage afflictif infamant, particulièrement douloureux, pour identifier de façon irréversible – et publique – certaines catégories sociales jugées à risque, comme les récidivistes, les esclaves en fuite, les déserteurs ou les prostitués, afin de prévenir le corps social d’un éventuel danger.

  • 15 Thomas Hardy, A Laodicean. A Story of Today, Londres, Penguin Classics, 1998 [1881].
  • 16 Flannery O’Connor, « Parker’s Back », Everything that Rises Must Converge, New York, Farrar, Straus (...)
  • 17 Christophe Granger, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie, Paris, Champs Histoire/Flammarion, (...)
  • 18 Brian Everson, « Her Other Bodies: a Travelogue », Altmann’s Tongue, Stories and A Novella, 1994, L (...)
  • 19 Aimé Césaire, « Tatouages des regards », 1948 in Albert James Arnold (ed.), Poésie, théâtre, essais (...)
  • 20 Tennessee Williams, The Rose Tattoo, 1949, Londres, Penguin, 2014.
  • 21 François Place, Les Derniers Géants, Paris, Casterman, 2008.
  • 22 Jerome Charyn et François Boucq, Little Tulip, Bruxelles, Le Lombard, 2014.
  • 23 Christopher Nolan, Memento, 2000.

6Le projet international La littérature dans la peau nous a permis d’échanger avec des chercheurs d’horizons divers, en constituant un réseau d’experts, pour faire émerger des récits dans des genres littéraires qui ne se limitaient pas uniquement au roman, nous guidant vers le feuilleton15, la nouvelle16, la biographie17 et la littérature contemporaine américaine18. D’autres références sont ensuite venues étoffer notre corpus en poésie19, théâtre20, littérature jeunesse21, bande dessinée22, ou au cinéma23.

  • 24 Anne Chassagnol, « La Merveille dans la peau : le tatouage féerique ou le nouveau pays imaginaire » (...)
  • 25 Anne Chassagnol, “Tattoos, Self-Identity and Children’s Literature”, Image & Narrative, Text and Im (...)
  • 26 Henry Jenkins, Convergence Culture. Where Old and New Media Collide, New York, NYU Press, 2008.

7Ce qui était, au départ, un projet de collecte autour du tatouage en fiction a rapidement débordé du cadre initial, à la faveur d’un article24 sur la pratique du tatouage comme phénomène culturel générationnel, ouvrant une nouvelle piste sur la constitution d’un corps archive, sur lequel viendrait se décalquer des impressions littéraires de fans de fiction. Cette recherche a fait surgir de nouveaux questionnements sur la littérature incarnée, abordée dans un autre article25 qui plaçait le tatouage au cœur d’une culture médiatique de la convergence26 et d’une appropriation de la littérature par des collectionneurs qui n’étaient pas forcément toujours des lecteurs du texte de départ, mais étaient souvent en réseaux avec d’autres fans en ligne, amateurs de citations littéraires, portraits d’écrivains, illustrations ou, simplement sensibles, par exemple, à la matérialité d’un livre et à sa jaquette.

  • 27 Voir Anne Chassagnol et Brigitte Friant-Kessler (dir.), « La Littérature dans la peau », La Peaulog (...)
  • 28 Voir le roman de William S Burroughs, Junkie, Confessions of an Unredeemed Drug Addict, London, Pen (...)

8Après quatre conférences sur les liens entre le tatouage et la fiction et deux numéros plus tard27, il n’était plus possible pour nous d’éluder la question juridique, ni de la traiter, sous prétexte de ne pas être spécialistes, comme un pan hermétique, dissociable et totalement étanche de la valeur littéraire du texte. Elle s’infiltrait, déclinée sous une multitude de thèmes, comme autant de points de contact entre les deux domaines, dans presque toutes nos sources, à travers une galerie de personnages interlopes, marginaux, aux parcours chaotiques, identifiables par leurs peaux illustrées28.

L’œuvre au corps : approches transdisciplinaires et nouvelles pratiques médiatiques

9S’il est question dans ce dossier de la manière dont les œuvres de fiction ont pu s’emparer du tatouage, notre approche n’est pas celle de juristes, mais bien celle de spécialistes des études culturelles. Depuis le début de notre projet, nous avons cherché à intégrer d’autres arts, comme le cinéma, la bande dessinée, la danse, la performance, l’art urbain ou encore la musique, avec comme seul cahier des charges, la nécessité de comprendre comment le tatouage est représenté dans ces formats artistiques et dans quelle mesure il parvient à générer un discours juridique au sein d’univers fictionnels.

  • 29 Stéphane Van Damme, « Comprendre les Cultural Studies : une approche d’histoire des savoirs », Revu (...)

10Notre grille de lecture résolument transdisciplinaire, formulée depuis nos deux institutions respectives, l’université Paris 8 et l’université polytechnique des hauts de France, s’inscrit dans la lignée des travaux sur les marges, menés par les pionniers des Cultural Studies – Richard Hoggart, Edward Thompson, Raymond Williams – qui ont interprété leurs objets de recherche à travers une panoplie d’outils conceptuels, propres à différentes disciplines29. Dans la mesure où le tatouage dépasse largement la question esthétique, en empiétant sur une pluralité de domaines alliant histoire, sociologie, géographie, médecine, psychologie, éthique, mais également économie, voire politique, il était nécessaire d’ouvrir la focale pour saisir toute la richesse de ce thème complexe, en partie parce que sa signification et son régime sémiotique sont éminemment labiles et varient selon les zones géographiques et les époques.

  • 30 Christophe Granger, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie : 1780-1822, Paris, Flammarion, 202 (...)
  • 31 Michel Foucault, Le Corps utopique. Les Hétérotopies, Fécamp, Éditions Lignes, 2019 [1967] ; « Des (...)
  • 32 Michel Foucault, Dits et Écrits, 1954-1988, t. 4, Paris, NRF/Gallimard, 1994.

11Il faut croire que nos institutions respectives y sont aussi pour quelque chose, étant elles-mêmes éloignées des plaques tournantes de la recherche plus classique, nous laissant probablement une plus grande liberté pour impulser des investigations croisées sur un sujet resté jusque-là sous les radars. Curieux hasard, la tombe de Joseph Kabris, marin tatoué sur tout le corps, véritable objet de curiosité et célébrité au XVIIIe siècle, se trouve à Valenciennes, nous ramenant au travail documentaire de Christophe Granger sur ce personnage hors normes30. De même, l’héritage philosophique de l’université de Saint-Denis, anciennement Vincennes, nous a guidées vers l’une de ses figures majeures, Michel Foucault, et ses travaux sur Le Corps utopique et les hétérotopies31, l’écriture de soi32 , concepts qui ont été d’une grande utilité pour décrypter, entre autres, les liens entre tatouage et emprisonnement.

  • 33 David Le Breton, Le Tatouage ou la signature de soi, Lisbonne, Casimiro, 2014 ; Signes d’identité : (...)
  • 34 Erving Goffman, Stigma, Londres, Penguin, 1990 [1963]; The Presentation of Self in Everyday Life, L (...)
  • 35 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.
  • 36 Zygmunt Bauman, Liquid Modernity, Cambridge, Polity, 1999; Liquid Times. Living in an Age of Uncert (...)
  • 37 Georges Vigarello, Le Sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Paris, Seuil, 2014.
  • 38 Michel Serres, Les Cinq sens, Paris, Fayard/Pluriel, 1985.
  • 39 Didier Anzieu, Le Corps de l’œuvre, Paris, Gallimard, 1981 ; Le Moi-Peau, Paris, Dunod, 1985.
  • 40 Georges Didi-Huberman, La Peinture incarnée, Paris, Éditions de Minuit, 1985 ; L’image ouverte. Mot (...)

12Nos recherches ont également gravité autour de l’axe ouvert par le sociologue du corps David Le Breton33, à partir des travaux d’Erving Goffman34, Pierre Bourdieu35, Zygmunt Bauman36, Georges Vigarello37, nous orientant sur la piste du sensible, vers Michel Serres38 ou Didier Anzieu39, ou encore vers les essais de Georges Didi-Huberman40 sur la chair.

  • 41 Jean-Luc Nancy, L’intrus, Paris, Galilée, 2000 ; Nus sommes. La Peau des images, Louvain, Exhibitio (...)
  • 42 Jacques Derrida, Mal d’archive, Paris, Galilée, 1995.
  • 43 Catherine Malabou, Plasticité, Paris, Éditions Léo Scheer, 2000 ; Ontologie de l’accident : essai s (...)
  • 44 Homi Bhabha, The Location of Culture, Londres, New York, Routledge, 1994.
  • 45 Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, trad. Fra (...)
  • 46 Nicholas Mirzoeff, Bodyscape, Art, Modernity and the Ideal Figure, Londres, Routledge, 1995.

13Notre réflexion s’est également imprégnée de lectures philosophiques, à commencer par Jean-Luc Nancy41, Jacques Derrida42, Catherine Malabou43 . Dans sa dimension post-coloniale, et à partir de l’idée de « dissémiNation », la pensée d’Homi Bhabha44, nous a permis d’appréhender le portée hybride et versatile du tatouage qui opère précisément au contact de différents modèles de communautés. De même, il nous a semblé pertinent de concevoir le tatouage comme un motif incarné, fluide et ubiquitaire, susceptible de circuler, à la lumière des écrits d’Arjun Appadurai et de son approche du paysage dans un contexte globalisé, notamment à travers le concept d’« ethnospace »45, qui fait écho à la notion de « bodyscape » de Nicholas Mirzoeff46.

Positionnement culturel autour d’un art incarné

  • 47 Cesare Lombroso, L’Homme criminel, trad. Louise Meille, Paris, Félix Alcan, 1887 [1876] ; La Femme (...)
  • 48 Alphonse Bertillon, Identifications anthropométriques, Melun, Administration Pénitentiaire, 1885.
  • 49 Alexandre Lacassagne, Les Tatouages : études anthropologiques et médico-légales, Paris, J.-B. Baill (...)
  • 50 Ernest Berchon, Discours sur les origines et le but du tatouage, Paris, Hachette/BNF, 2016 [1886].
  • 51 Émile Durkheim, Leçons de sociologie criminelle, Paris, Flammarion, 2022 [1892].
  • 52 Constance Classen, The Deepest Sense: A Cultural History of Touch, Oxford, Oxford University Press, (...)
  • 53 Philippe Artières et Muriel Salle, Papiers des bas-fonds. Archives d’un savant du crime. 1843-1924, (...)
  • 54 Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être, Paris, Gallimard/Tel Quel, 2011.
  • 55 Vinciane Despret, Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation, Paris, Actes Sud/Mond (...)
  • 56 Baptiste Morizot, Manières d’être vivant. Enquête sur la vie à travers nous, Arles, Actes Sud/Monde (...)

14Impossible de ne pas faire un détour par le XIXsiècle et, dans cette optique, nous avons relu les travaux des experts en anthropologie criminelle et judiciaire comme ceux de Cesare Lombroso47, d’Alphonse Bertillon48, d’Alexandre Lacassagne49, d’Ernest Berchon50, d’Émile Durkheim51, des historiens du bagne (Frank Sénateur), du corps (Alain Corbin), du toucher (Constance Classen52), des spécialistes des bas-fonds (Dominique Kalifa), du crime organisé (Jérôme Pierrat), des écritures ordinaires et autres « cicatrices parlantes »53. Les ouvrages de Marielle Macé54, Vinciane Despret55, Baptiste Morizot56 ainsi que ceux de Mona Chollet ont également été des lectures épiphaniques, ouvrant par leur effervescence et leur capacité à mettre en résonance des champs magnétiques culturels rarement rapprochés, de nouveaux espaces de réflexion, indirectement liés à la peau, mais à partir desquels il était possible de transposer des théories adaptables au tatouage.

  • 57 The Wellcome Foundation est un organisme caritatif qui finance la recherche en médecine au Royaume- (...)
  • 58 Voir Peter Goodrich et Valérie Hayaert, Genealogies of Legal Vision, Londres, Routledge, 2015.
  • 59 Bernard Andrieu, Le Monde corporel. De la constitution interactive de soi, Lausanne, Éditions L’âge (...)
  • 60 Christine Berger, La Peau : totem et tabou, Auxonne, Le Murmure, 2015 ; L’Écorchement, limite et tr (...)
  • 61 Stéphane Héas et Yannick Le Hénaff, Tatouages et cicatrices. Décors sportifs, Paris, L’Harmattan, 2 (...)

15La recherche de terrain, la découverte des archives de The Wellcome Foundation57, nos échanges avec des chercheuses de The Institute of Advanced Studies de l’université de Warwick, notamment Valérie Hayaert, à travers ses travaux sur le symbolisme juridique58 et Melissa Pawelski, ont été d’une aide éminemment précieuse. Le séminaire du groupe Cultural Skin Studies organisé par Charlotte Mathieson et Nicole Nyffenegger nous a aussi beaucoup appris. Nous travaillons également régulièrement avec l’équipe de la revue La Peaulogie qui nous a mis en contact avec d’autres spécialistes à l’échelle nationale et internationale et nous a fait découvrir les travaux de Bernard Andrieu59, Christine Berger60, sans oublier ceux de Stéphane Héas61.

16Comme les marques corporelles ont longtemps été traitées presque exclusivement par l’anthropologie et l’ethnologie, il nous semblait intéressant, pour ne pas dire nécessaire, sans pour autant exclure ces disciplines, d’ouvrir davantage les études sur le corps encré. Il s’agit ici de ne pas le penser uniquement comme le tatouage de l’autre, comme un signe décoratif venu d’ailleurs, qui n’aurait de signification que dans des péninsules éloignées, ni comme une tendance sociale, voire une mode, mais bien comme une pratique ornementale qui a une histoire et qui dit aussi quelque chose de l’histoire du corps et de sa perception ; car, si les motifs évoluent, la pratique, elle, ne se démode pas. Ce qui ne signifie pas pour autant que nous laissons de côté la dimension post-coloniale, bien au contraire.

Le droit en trompe-l’œil

  • 62 Alexandre Lacassagne, « Les Tatouages », Bulletin de la Société d’Anthropologie de Lyon, t. 1, 1881 (...)
  • 63 Daniel Russell, « Emblème et mentalité symbolique », Littérature, 1990, p. 11-28.
  • 64 Alexandre Lacassagne, Les Tatouages. Étude anthropologique et médico-légale, Paris, J.B. Baillière, (...)
  • 65 Alexandre Lacassagne, Les Tatouages. op.cit., p. 89.
  • 66 Cesare Lombroso, L’Homme criminel, trad. MM Régnier et Bourmet, Paris, Félix Alcan, 1887 [1876], p. (...)
  • 67 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 264.
  • 68 Voir Antoine Garapon, « Le droit dans la peau », France Culture, https://www.radiofrance.fr/francec (...)

17Ces inscriptions tégumentaires qui se lisent comme des représentations symboliques ne sont pas si éloignées de l’art emblématique et notamment de l’empresa, alliant devise et illustration. Lacassagne définit d’ailleurs les tatouages comme des « emblèmes-métaphores62 ». On peut voir dans ce phénomène d’incrustation iconographique, un condensé en images, ce que Daniel Russell identifie comme étant un « stratagème rhétorique63 », le dessin générant un discours. L’image tatouée sur un criminel, celle qui nous intéresse, celle qui grave le droit dans la peau ou défie la loi en faisant acte de résistance, a pu être interprétée comme une mise en récit parabolique. Là où Lacassagne repère « des cicatrices parlantes64 », « des signes idéographiques65 », Lombroso détecte un argot graphique66 et autres phénomènes d’atavisme tandis que Foucault perçoit la marque sur le corps comme une « vignette67 ». Le philosophe Jeremy Bentham avait lui aussi envisagé l’ampleur du régime narratif du tatouage. En dénonçant les brûlures juridiques qui impriment au fer rouge le délit sur le derme, le philosophe renvoyait dos à dos la justice et le mythe, à travers l’association au culte de la divinité solaire, Mithra, qui fait office de mise en garde. En jouant avec les limites de la loi, ne risquerait-on pas de se brûler les ailes et d’y laisser sa peau68 ? Ce casier judiciaire avant la lettre qui se donne à lire sur le front ou sur le bras, selon un alphabet connu de tous, de l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle – K pour Kalumniator, T pour travaux forcés, V pour voleur, W pour récidiviste – est soumis à différentes interprétations sémiotiques.

  • 69 Voir Meyer Schapiro, Les Mots et les Images, préface Hubert Damisch, trad. Pierre Alferi, Paris, Ma (...)
  • 70 Albert Londres, Au Bagne, Paris, Arléa, 2010 [1923].
  • 71 Fabien Vehlmann et Éric Sagot, Paco les mains rouges, L’intégrale, Paris, Dargaud, 2021.
  • 72 Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Gallimard/ Folio classique, 2001 [1844] ; Victor H (...)
  • 73 Henri Charrière, Papillon, Paris, Pocket, 1969.
  • 74 Franz Kafka, Dans la colonie pénitentiaire, trad. Bernard Lortholary, Paris, Gallimard, 1993 [1919]
  • 75 Voir Kate Watson et Katherine Cox, Tattoos in Crime and Detective Narratives: Marking and Remarking(...)

18La figurabilité du tatouage, sa dynamique narrative à la fois comme image dans le texte et comme texte imprimé sur la peau, résume parfois de manière stéréotypée un contexte criminel dans un univers fictionnel69. La littérature regorge d’exemple de tatouages criminels. Dans ces récits carcéraux70, ces rituels d’inscription des forçats71 ou de marquage forcé des condamnés72, qui peuvent prendre la forme de fables d’évasion73 et autres métaphores de l’absurdité du système juridique74, l’inscription corporelle est un point d’entrée qui dépeint en creux un contexte judiciaire bien plus large, le rendant aussitôt accessible au lecteur profane. Cela explique en partie les occurrences multiples du tatouage dans le roman policier depuis The Valley of Fear (1915) d’Arthur Conan Doyle, au grand classique du polar nippon Irezumi d’Akimitsu Takagi (1948), sans oublier The Grave Tattoo (2006) de Val McDermid75.

19La marque sur la peau est à interpréter comme une illusion d’optique. Non seulement, elle ne se rend pleinement visible qu’au moment clé, mais elle présente parfois une vision grossière et déformée du droit à des fins fictionnelles. Le tatouage ne cesse de défier la justice à travers des questions hautement provocatrices : le testament tatoué sur le dos d’une héritière peut-il faire office de document recevable par un tribunal comme dans la nouvelle Mr Meeson’s Will, de Henry Rider Haggard (1888) ? À quand la publicité tatouée sur le corps des femmes comme le suggère le personnage de Jantrou dans le roman d’Émile Zola, L’Argent (1891) ? Dans ce dossier, l’article de Jeanne Barnicaud « L’aveu du corps : la marginalité révélée de la femme tatouée dans trois romans du XIXe siècle » propose justement une lecture de l’inscription forcée sur le corps de la femme à la lumière des études de genre, tandis qu’Alix Nyssen dans « Peaux tatouées comme œuvres d’art et objets de collection : enjeux éthiques et légaux » s’interroge sur la possibilité de céder sa peau artifiée de son vivant, à partir d’un récit macabre de Roald Dahl. Le tatouage, en tant que nouvelle forme d’écriture participative, anticipe aussi les problématiques de demain : quid d’une nouvelle qui serait constituée de mots tatoués sur des participants volontaires aux quatre coins du globe comme dans le projet Skin (2013) de Shelley Jackson ?

  • 76 Voir la notion de “willing suspension of disbelief”, Samuel Taylor Coleridge, Biographia Literaria, (...)

20Au fond, ce qui fascine la fiction, c’est le statut du tatouage comme leurre, qui en se dérobant au regard, en utilisant la peau comme une toile ou un écran, interroge les modalités du faire œuvre sur le corps ? Où donc est l’œuvre lorsque l’on parle de tatouage ? Sur la peau ? Dans la reproduction cutanée d’une adaptation ? Existe-t-elle uniquement dans la pulsion scopique du public fasciné par cette chair encrée ? Ou bien faut-il considérer que l’œuvre qui s’exécute dans le salon de tatouage s’esquisse bien en amont, dans un dessin préparatoire, pendant les heures de préparation ? À moins qu’elle ne se révèle pleinement sur les réseaux sociaux ? La localisation du tatouage n’est pas la seule question épineuse. Qu’en est-il de son rapport au temps ? Et si le porteur n’est plus présent, s’il n’exhibe pas sa peau, s’il fait retirer son tatouage au laser, ou s’il meurt, que devient l’œuvre ? L’autre question de taille soulevée dans ce dossier par Rhéa Edde dans son article « Le droit à fleur de peau : entre protection du corps et protection de la création » relève du statut de l’auteur et, plus largement, des droits d’auteurs. La littérature ne prétend pas répondre à ces questions, ce n’est pas son domaine de compétence. Elle ne vise pas la conformité à des principes juridiques établis mais plutôt la vraisemblance, espérant du lecteur qu’il suspende ponctuellement sa crédibilité, selon le principe énoncé par Samuel Coleridge76. La littérature se saisit ainsi d’un vide juridique à travers la mise en scène d’une proposition fictive. Nous avons donc souhaité montrer dans ce dossier la façon dont le tatouage procède à une mise en fiction du monde du droit.

La peau et les frontières de l’œuvre

21Le tatouage qui implique un questionnement sur la nature de la surface concernée a également un impact sur le statut – ou à défaut, l’absence de statut – de la peau humaine en droit, faille que la littérature et la culture populaire n’ont pas manqué d’explorer. Peaux artificielles, peaux virtuelles, peaux prélevées, découpées, excisées, éliminées, contaminées, exposées, cette peau palimpseste qui divulgue des informations sur l’identité du sujet, qu’il soit mort ou vif, déstabilise les catégories habituelles en ce qu’elle leur échappe. Est-elle un tissu, une cellule ou un organe ? Un support ou une limite ? Un tout ou une partie ? Un espace intime privé ou public ? Quelle distinction entre le corps et la personne, l’être et l’avoir ? Si la peau est protégée par le principe de consentement et d’inviolabilité, la frontière est parfois ténue et on voit bien dans quelle mesure, le tatouage se démarque et perturbe les catégories distinctives entre la personne et la chose.

  • 77 Nina Jablonski, Skin: A Natural History, Berkeley, University of California Press, 2006.
  • 78 Claire Grino, « Beatriz Preciado », Inter, n° 112, 2012, p. 23-29, https://www.erudit.org/fr/revues (...)

22L’étude de Nina Jablonski77 apporte un éclairage sur la dimension ornementale de la peau ; le lien à l’affect qu’elle dévide nous déporte vers les réflexions de Beatriz Preciado autour de la notion de « somathèque » et du corps envisagé comme « une archive culturelle et politique vivante »78, comme un corps qui exprime ses revendications. C’est précisément l’approche d’Enka Blanchard dans son article « Tatouages et handicap : histoire d’une appropriation corporelle entravée » qui propose de repenser la tension entre le corps des personnes handicapées soumis à un arsenal juridique et l’appel de l’encre, vécu à l’inverse comme une véritable réappropriation du corps.

  • 79 Sur ce point, voir Jamie Jelinski: “Go and Take a Look at Millie Now. Murder, Tattooed Remains and (...)

23L’effraction de la peau, qu’elle soit décorative, comme dans le cas du body art, punitive, chez certaines catégories réprouvées, irrévérencieuses (on pense aux corps bousillés des bagnards et aux inscriptions comme « mort aux vaches » adressées sous la chemise à l’autorité publique), soulève de multiples questions de droit, comme le rappelle Ronan Bretel dans son article « La peau humaine tatouée comme objet de propriété corporelle à la vie, à la mort » qui se penche sur la légalité du commerce des peaux encrées et recoupe en partie les interrogations de Jamie Jelinski sur la question de la monstration des restes humains tatoués dans les musées79. L’historien canadien qui préparait un ouvrage sur la façon dont la classe ouvrière était représentée au musée, et cherchait à connaître la provenance de différents expôts, avait fait part au Musée de la civilisation de Québec de son étonnement de voir figurer dans leur collection un extrait de peau tatouée d’une femme, Mildred Brown, assassinée en 1929. Ses demandes pour accéder à ce fonds lui ayant toutes été refusées, allant même jusqu’au retrait des objets mentionnés des salles d’exposition, Jelinski a ensuite porté l’affaire devant les tribunaux pour savoir s’il était légal de conserver et d’exposer les restes humains de victimes de meurtres. On voit bien ici dans quelle mesure l’enjeu autour de la légalité du tatouage est aussi une affaire d’éthique.

La peau du droit : matières et médias

  • 80 « Et vous ne ferez point d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous ne vous ferez pas de ta (...)
  • 81 Luc Renaut, « Le Tatouage des hommes libres aux IVe et Ve siècles de notre ère », Diasporas, Circul (...)
  • 82 Gary Watt, Dress, Law and Naked Truth. A Cultural History of Fashion and Form, Londres, Bloomsbury, (...)

24Le tatouage se frotte très tôt au droit et à divers systèmes de réglementation qui l’encadrent. Depuis la loi de Moïse, qui interdit dans le Lévitique80 (19.28) de transformer le corps en texte, comme le souligne dans les pages de ce dossier Ralph Évêque dans « Surveiller et punir. La pratique du tatouage dans l’antiquité gréco-romaine », jusqu’au code Théodosien qui abolit l’inscriptio frontis et interdit de marquer le visage81. Gary Watt82 nous rappelle à ce sujet que le document juridique iconique du Royaume-Uni, The Magna Carta de 1215, considéré comme une première ébauche de déclaration des droits de l’homme, se présente lui aussi comme un corps encré, dans la mesure où le manuscrit sur lequel on peut détecter ratures et boursoufflures est imprimé à l’encre violette, comme un tatouage sur une peau d’agneau.

25De nos jours, le tatouage juridique, comme phénomène culturel, est très présent sur les réseaux sociaux. Il se manifeste sous forme d’encrages corporatistes de symboles juridiques ou de références à des arrêts célèbres (Donoghue v Stevenson, 1932). Si ces marques étaient jusque-là surtout réservées aux étudiants en droit, un phénomène plus récent a montré qu’elles n’étaient pas, pour autant, l’apanage de spécialistes. À la mort de la juge de la cour suprême Ruth Bader Ginsburg (1933-2020), grande figure américaine du féminisme, surnommée Notorious RBG, clin d’œil à la star du rap Notorious BIG, de nombreux tatouages, visibles sur Twitter et Instagram, lui ont rendu hommage, sous forme de portraits, de citations de ses plaidoiries ou de ses opinions dissidentes. Certains tatouages représentent les cols en dentelle qu’elle avait pour habitude de porter quand elle siégeait, comme en témoigne le portrait tatoué de la juge sur le bras du comédien Pete Davidson, connu pour ses sketches dans l’émission Saturday Night Live. Ces tatouages sont autant de preuves du statut iconique de la juge qui aura œuvré toute sa vie pour faire évoluer le droit des femmes en combattant les discriminations sexistes et qui aura marqué, jusque dans sa chair, toute une génération. Ce phénomène d’appropriation de la culture juridique par le tatouage atteste de la force narrative de cette pratique et de son usage social, comme une mise en récit de soi dans la culture populaire contemporaine.

26Nous avons donc cherché dans ce dossier à comprendre le tatouage, dans son rapport au droit, en l’envisageant comme un motif complexe et pluriel qui, justement parce qu’il est polysémique – étant tout à la fois dessin, écriture, ornement, cicatrice, stigmate, marque – tantôt caché, tantôt subi, contraignant le porteur à dévoiler sa nudité pour exposer son identité, pose différentes questions de droit. À commencer par la première question, l’individu est-il libre de se faire tatouer ? Qu’en est-il de la réglementation, des interdits, des limites ? Du périmètre de l’œuvre ? Et du statut de l’auteur ?

Tatouages et infra-droit

  • 83 Clare Anderson, Legible Bodies: Race, Criminality and Colonialism in South Asia, Oxford, Berg, 2004 (...)

27Curieusement, alors même que la popularité de cette pratique soulève des questions multiples et complexes sur le plan juridique, et que l’on se trouve face à une sorte de zone grise, il existe encore aujourd’hui assez peu d’études sur le tatouage et le droit. L’exposition Tatoueurs/Tatoués qui a eu lieu en 2015 au Musée du quai Branly a considérablement fait évoluer les mentalités sur la représentation de cette pratique globalisée. Si les visiteurs soupçonnaient sa valeur esthétique, ils étaient loin d’imaginer son histoire plurielle. Le premier ouvrage qui entame une réflexion dans ce domaine, en France, est celui de Mélanie Jaoul et Delphine Tharaud, Le Tatouage et les modifications corporelles saisis par le droit (2020). Dans L’Art de tatouer : la pratique d’un métier créatif (2013), et plus spécifiquement dans le chapitre II consacré aux savoir-faire, Valérie Rolle interroge la réglementation des studios. Plus récemment, le numéro 5 du Journal Spécial des Sociétés « Droit et tatouage, de fil en aiguille », sous la direction de Charles-Édouard Bucher, a apporté un éclairage nouveau et nécessaire sur les questions de discrimination à l’embauche, de responsabilité du tatouage, de droit des marques ou encore de cession du tatouage dans un dossier très complet. On trouve une littérature assez conséquente sur le tatouage pénal dans le monde anglophone sous forme d’articles. En revanche, les monographies sur la question du tatouage sont encore trop rares, à quelques exceptions près83, sans doute, comme l’interroge Solange Ségala dans son article pour ce dossier : « ‘L’âme du juste se sert du corps comme d’un outil ou d’un instrument’. L’intérêt des juristes pour le tatouage, entre médecine légale et pratique judiciaire (XIXe-XXe) », est-ce en partie lié au fait que le tatouage a longtemps été pensé comme une forme d’infra-droit ?

28Pour élaborer ce dossier, nous avons fait appel à des chercheurs, dont les thématiques croisaient la question du droit et du tatouage et qui se situaient à l’interface du droit et de la culture. Il nous a semblé essentiel de solliciter des historiens du droit, comme Ralph Évêque, de façon à sortir de la conception ornementale du tatouage et investiguer le marquage forcé à l’Antiquité gréco-romaine, ou comme Solange Ségala, historienne du droit et des institutions, qui retrace l’histoire de la flétrissure dans un contexte plus large, au contact de la médecine légale jusqu’aux pratiques récentes de modifications corporelles. Dans l’article de Ronan Bretel qui examine la peau humaine tatouée à la lumière de la propriété corporelle, il est question à travers le prisme du droit patrimonial et de la dignité humaine, de l’utilisation du corps humain à des fins de créations artistiques. Lors de la préparation du dossier, il nous a également semblé nécessaire d’inclure des perspectives rarement évoquées, comme le lien entre tatouage et handicap. C’est à ce titre que nous avons sollicité Enka Blanchard pour comprendre dans quelle mesure le handicap pouvait représenter un obstacle au tatouage dans les salons et comment, inversement, il faisait aussi partie d’un processus d’affirmation de soi.

  • 84 Tyler M. Williams, « The Life of the Tattoo: Subcutaneous Surveillance and the Economy of Stigmatis (...)

29Ce dossier ne visait pas l’exhaustivité. Nous espérons qu’il appellera d’autres recherches sur des sujets que nous n’avons pas pu intégrer ici, faute de place, mais qui mériteraient d’être envisagés. Dans le prolongement des travaux d’Enka Blanchard, il serait intéressant de sonder l’impact émotionnel et cognitif du tatouage chez les mineurs en milieu carcéral puisqu’il est là aussi question de réappropriation du corps. La place du tatouage dans le métavers, thématique qui a d’ailleurs fait l’objet du salon international du tatouage en 2022 ou l’impact de l’intelligence artificielle sur la question du droit d’auteurs et du tatouage, mériteraient d’être examinés de plus près. Quel cadre juridique pour le tatouage et l’identité de demain ? De même, la notion d’action collaborative et le rôle des professionnels pourraient davantage être explorés. Enfin, il pourrait être pertinent de se pencher sur le caractère biopolitique du tatouage en lien avec l’utilisation de données privées84.

30Tout au long du montage de notre projet La littérature dans la peau, et à nouveau lors de la préparation de ce dossier, nous avons été frappées par l’intérêt des jeunes chercheurs pour ce sujet. Plusieurs thèses ont déjà été publiées comme celles de Tatiana Daillier (La peau humaine en droit privée, 2015), de Yolande Agulo (La Signature dans l’art depuis 1960, 2016), d’Ophelia Wang (Le Droit face à l’art corporel : du corps comme œuvre d’art, 2020), d’autres sont en préparation comme celles de Sarra Mezhoud consacrée à l’Histoire de l’artification du tatouage dans la culture occidentale contemporaine, de Romy Courat sur La Marchandisation du tatouage polynésien dans l’histoire, des premiers contacts avec les Européens jusqu’aux années 1930, ou encore celle de Lise Aubry sur L’effet toxique des encres sur le tatouage de la peau. Nul doute que cet art vivant qui place le corps au cœur du droit et des cultures n’a pas encore livré tous ses secrets.

Haut de page

Bibliographie

BAUDELAIRE (Charles), Œuvres, Paris, Gallimard, t. 2.,1975.

BEAUMARCHAIS, Le Mariage de Figaro, Paris, Folio/Gallimard, 1999 [1784].

BUCHER (Charles-Édouard), « Droit et tatouage : de fil en aiguille », Journal Spécial des Sociétés, n° 5, février 2022, p. 1-79.

CONAN DOYLE (Arthur), The Valley of Fear, Londres, Penguin Classics, 2014 [1915].

COOPER (James Fenimore), The Last of the Mohicans, Londres, Penguin Classics, 1986 [1826].

GARAPON (Antoine), « Le droit dans la peau », France Culture, https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/esprit-de-justice/le-droit-dans-la-peau-2808767 (consulté le 28 octobre 2023).

HALL (Sarah), The Electric Michelangelo, Londres, Faber & Faber, 2005.

IRVING (John), Until I Find You, Londres, Black Swan, 2005.

JAOUL (Mélanie) et THARAUD (Delphine), Le Tatouage et les modifications corporelles saisis par le droit, Limoges, Éditions l’Épitoge, 2020.

JACKSON (Shelley), The Skin Project, https://ineradicablestain.com/skindex.html (consulté le 28 octobre 2023).

MCDERMID (Val), The Grave Tattoo, Londres, HarperCollins, 2006.

MIFFLIN (Margot), The Blue Tattoo: The Life of Olive Oatman, Lincoln & Londres, University of Nebraska Press, 2009.

MIKHAIL (Dunya), The Bird Tattoo, New York, Pegasus Books, 2002.

MORRIS (Heather), The Tattooist of Auschwitz, Londres, Zaffre, 2018.

OATES (Joyce Carol), The Tattooed Girl, New York, Harper Perennial, 2003.

RIDER HAGGARD (Henry), Mr Meeson’s Will”, 1888, https://www.gutenberg.org/ebooks/11913 (consulté le 28 octobre 2023).

ROLLE (Valérie), L’Art de tatouer : la pratique d’un métier créatif, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2013.

TAKAGI (Akimitsu), Irezumi, trad. Mathilde Tamae-Bouhon, Paris, Denoël/Sueurs froides, 2016 [1948].

TWAIN (Mark), The Prince and the Pauper, Londres, Penguin Classics, 1998 [1882].

VERNE (Jules), Mirifiques aventures de Maître Antifer, Paris, Actes Sud, 2004 [1894].

ZOLA (Émile), Nana, Paris, Le livre de poche, 1967 [1891].

ZOLA (Émile), L’Argent, Paris, Gallimard/FG, 2009 [1891].

Haut de page

Notes

1 Dans sa préface à la traduction d’Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe, publiée en 1856, Baudelaire file la métaphore de la malchance et établit une correspondance entre le condamné et le poète maudit.

2 Alain Pozzuoli, Tatouage. Une histoire et des histoires, Paris, Les Belles Lettres, 2005 ; Voir également des références plus tardives comme John Miller, Tales of the Tattooed : an Anthology of Ink, Londres, British Library Publishing, 2019.

3 Karin E. Beeler, Tattoos, Desire and Violence: Marks of Resistance in Literature, Film and Television, Jefferson, Londres, McFarland, 2006; David C. Lane, “Tat’s All Folks: An Analysis of Tattoo Literature”, Sociology Compass, vol. 8, 2014, p. 398-410; Geoffrey Sanborn, Whipscars and Tattoos: the Last of the Mohicans, Moby-Dick, and The Maori, New York, Oxford, Oxford University Press, 2011.

4 Pierre Loti, Aziyadé, Paris, Garnier Flammarion, 1989 [1879] ; Mon frère Yves, Paris, Gallimard, 1998 [1883] ; Madame Chrysanthème, Paris, Garnier Flammarion, 1990 [1887].

5 Jean Genet, Journal du voleur, Paris, Folio/Gallimard, 1982 [1949] ; Notre-Dame des-Fleurs, Paris, Folio/Gallimard, 1976 [1943].

6 Voir en particulier Éléonore Reverzy, « Corps marqués, corps publics : étiquettes, emblèmes, tatouages », Romantisme, vol. 155, no1, 2012, p. 25-36 et Fabrizio Impellizzeri, « La Scopofiction narrative de Jean Genet », Le Forme et la Storia, vol. 1, n° 10, 2017, p. 203-218.

7 Voir Nathaniel Hawthorne, The Scarlet Letter. A Romance, Londres, Penguin Classics, 2015 [1850]; Robert Louis Stevenson, Kidnapped, Londres, Penguin Classics, 1994 [1882]; Mark Twain, The Adventures of Huckleberry Finn, Londres, Penguin Books, 1997 [1884]; Herman Melville, Moby-Dick, or The Whale, Londres, Penguin Classics, 2002 [1851]; Arthur Conan Doyle, “The Red-Headed League, The Adventures of Sherlock Holmes, Londres, Penguin Classics, 2018 [1891]; Ray Bradbury, The Illustrated Man, New York, HarperVoyager, 2005 [1951].

8 Aristophane, Les Oiseaux, trad. Claude Barousse, Paris, Actes Sud, 1996 ; Aristophane, Les Grenouilles, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

9 Juvénal, Satires, trad. Pierre de Labriolle et François Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 2002.

10 Sénèque, De la colère. Ravages et remèdes, Paris, Payot et Rivages, 2014.

11 Katherine Dauge-Roth, Signing the Body. Marks on Skin in Early Modern France, Londres, New York, Routledge, 2017.

12 Albert Londres, Dante n’avait rien vu, 1924, Paris, Arléa, 2010, et Muriel Salle, « Corps rebelles, le tatouage des soldats dans les bataillons d’Afrique dans la collection Lacassagne (1874-1924) », Clio. Femmes. Genre. Histoire, n° 26, 2007, p. 145-154, https://doi.org/10.4000/clio.6132 (consulté le 28 octobre 2023).

13 Jérôme Pierrat et Éric Guillon, Les Vrais, les durs, les tatoués : le tatouage à Biribi, Clichy, Larivière, 2005.

14 Dantsig Baldaev, Gardien de camp. Tatouages et dessins du goulag, trad. Luba Jurgenson, Genève, Éditions des Syrtes, 2013.

15 Thomas Hardy, A Laodicean. A Story of Today, Londres, Penguin Classics, 1998 [1881].

16 Flannery O’Connor, « Parker’s Back », Everything that Rises Must Converge, New York, Farrar, Straus & Giroux, 1965.

17 Christophe Granger, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie, Paris, Champs Histoire/Flammarion, 2020.

18 Brian Everson, « Her Other Bodies: a Travelogue », Altmann’s Tongue, Stories and A Novella, 1994, Lincoln, University of Nebraska Press, 2014.

19 Aimé Césaire, « Tatouages des regards », 1948 in Albert James Arnold (ed.), Poésie, théâtre, essais et discours, Paris, CNRS Éditions, p. 437.

20 Tennessee Williams, The Rose Tattoo, 1949, Londres, Penguin, 2014.

21 François Place, Les Derniers Géants, Paris, Casterman, 2008.

22 Jerome Charyn et François Boucq, Little Tulip, Bruxelles, Le Lombard, 2014.

23 Christopher Nolan, Memento, 2000.

24 Anne Chassagnol, « La Merveille dans la peau : le tatouage féerique ou le nouveau pays imaginaire », Strenae, n° 8, 2015, https://doi.org/10.4000/strenae.1356 (consulté le 28 octobre 2023).

25 Anne Chassagnol, “Tattoos, Self-Identity and Children’s Literature”, Image & Narrative, Text and Image in Children’s Literature, vol. 19, n° 2, 2018, p. 61-76.

26 Henry Jenkins, Convergence Culture. Where Old and New Media Collide, New York, NYU Press, 2008.

27 Voir Anne Chassagnol et Brigitte Friant-Kessler (dir.), « La Littérature dans la peau », La Peaulogie, n° 4, 2020, https://lapeaulogie.fr/numero-quatre/ ; Anne Chassagnol et Brigitte Friant-Kessler (dir.), « Textes à vif. Tatouages, transferts, performances », La Peaulogie, n° 5, 2020, https://lapeaulogie.fr/litterature-tatouage-performance/ (consultés le 28 octobre 2023).

28 Voir le roman de William S Burroughs, Junkie, Confessions of an Unredeemed Drug Addict, London, Penguin Books, 2003 [1953] ou celui d’Irvine Welsh, Trainspotting, London, Vintage Books, 2013 [1993]. Voir aussi Kevin McCarron, “Tattoos and Heroin: a Literary Approach”, Body & Society, vol. 5, 1999, p. 305-315, https://doi.org/10.1177/1357034X99005002017 (consulté le 28 octobre 2023).

29 Stéphane Van Damme, « Comprendre les Cultural Studies : une approche d’histoire des savoirs », Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 51-4 bis, 2004/5, p. 48-58.

30 Christophe Granger, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie : 1780-1822, Paris, Flammarion, 2022.

31 Michel Foucault, Le Corps utopique. Les Hétérotopies, Fécamp, Éditions Lignes, 2019 [1967] ; « Des espaces autres », Empan, n° 54, 2004, p. 12-19.

32 Michel Foucault, Dits et Écrits, 1954-1988, t. 4, Paris, NRF/Gallimard, 1994.

33 David Le Breton, Le Tatouage ou la signature de soi, Lisbonne, Casimiro, 2014 ; Signes d’identité : tatouages, piercings, et autres marques corporelles, Paris, Métailié, 2002 ; La Sociologie du corps, Paris, PUF/Que Sais-je ?, 1992 ; La Peau et la Trace : sur les blessures de soi, Paris, Métailié, 2003 ; Disparaître de soi, Paris, Métailié, 2015.

34 Erving Goffman, Stigma, Londres, Penguin, 1990 [1963]; The Presentation of Self in Everyday Life, Londres, Penguin, 1990 [1956].

35 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

36 Zygmunt Bauman, Liquid Modernity, Cambridge, Polity, 1999; Liquid Times. Living in an Age of Uncertainty, Cambridge, Polity, 2007; Retrotopia, Cambridge, Polity, 2019.

37 Georges Vigarello, Le Sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Paris, Seuil, 2014.

38 Michel Serres, Les Cinq sens, Paris, Fayard/Pluriel, 1985.

39 Didier Anzieu, Le Corps de l’œuvre, Paris, Gallimard, 1981 ; Le Moi-Peau, Paris, Dunod, 1985.

40 Georges Didi-Huberman, La Peinture incarnée, Paris, Éditions de Minuit, 1985 ; L’image ouverte. Motifs de l’incarnation dans les arts visuels, Paris, Gallimard, 2007.

41 Jean-Luc Nancy, L’intrus, Paris, Galilée, 2000 ; Nus sommes. La Peau des images, Louvain, Exhibitions International, 2006 ; Au fond des images, Paris, Galilée, 2003 ; La Peau fragile du monde, Paris, Galilée, 2020.

42 Jacques Derrida, Mal d’archive, Paris, Galilée, 1995.

43 Catherine Malabou, Plasticité, Paris, Éditions Léo Scheer, 2000 ; Ontologie de l’accident : essai sur la plasticité destructrice, Paris, Éditions Léo Scheer, 2014.

44 Homi Bhabha, The Location of Culture, Londres, New York, Routledge, 1994.

45 Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, trad. Françoise Bouillot, Paris, Payot, 2015.

46 Nicholas Mirzoeff, Bodyscape, Art, Modernity and the Ideal Figure, Londres, Routledge, 1995.

47 Cesare Lombroso, L’Homme criminel, trad. Louise Meille, Paris, Félix Alcan, 1887 [1876] ; La Femme criminelle et la prostituée, trad. Louise Mieille, Paris, Félix Alcan, 1896.

48 Alphonse Bertillon, Identifications anthropométriques, Melun, Administration Pénitentiaire, 1885.

49 Alexandre Lacassagne, Les Tatouages : études anthropologiques et médico-légales, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1881 ; Laurent Émile et Alexandre Lacassage, Les Habitués des prisons : étude d’anthropologie et de psychologie criminelles, Lyon et Paris, A. Storck & G. Masson, 1890.

50 Ernest Berchon, Discours sur les origines et le but du tatouage, Paris, Hachette/BNF, 2016 [1886].

51 Émile Durkheim, Leçons de sociologie criminelle, Paris, Flammarion, 2022 [1892].

52 Constance Classen, The Deepest Sense: A Cultural History of Touch, Oxford, Oxford University Press, 2012.

53 Philippe Artières et Muriel Salle, Papiers des bas-fonds. Archives d’un savant du crime. 1843-1924, Paris, Éditions Textuel, 2009.

54 Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être, Paris, Gallimard/Tel Quel, 2011.

55 Vinciane Despret, Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation, Paris, Actes Sud/Mondes sauvages, 2021.

56 Baptiste Morizot, Manières d’être vivant. Enquête sur la vie à travers nous, Arles, Actes Sud/Mondes sauvages, 2020.

57 The Wellcome Foundation est un organisme caritatif qui finance la recherche en médecine au Royaume-Uni. La fondation située en face de la gare de Euston, à Londres, abrite un centre d’exposition consacré à la recherche médicale, une bibliothèque et un fonds qui comprend une collection de peaux humaines tatouées. https://wellcomecollection.org/search/works ?query =tattoo (consulté le 28 octobre 2023).

58 Voir Peter Goodrich et Valérie Hayaert, Genealogies of Legal Vision, Londres, Routledge, 2015.

59 Bernard Andrieu, Le Monde corporel. De la constitution interactive de soi, Lausanne, Éditions L’âge d’Homme, 2010.

60 Christine Berger, La Peau : totem et tabou, Auxonne, Le Murmure, 2015 ; L’Écorchement, limite et transgression I & II, Auxonne, Le Murmure, 2016.

61 Stéphane Héas et Yannick Le Hénaff, Tatouages et cicatrices. Décors sportifs, Paris, L’Harmattan, 2007.

62 Alexandre Lacassagne, « Les Tatouages », Bulletin de la Société d’Anthropologie de Lyon, t. 1, 1881, p. 101-105, doi : https://doi.org/10.3406/linly.1881.11456 (consulté le 8 décembre 2023)

63 Daniel Russell, « Emblème et mentalité symbolique », Littérature, 1990, p. 11-28.

64 Alexandre Lacassagne, Les Tatouages. Étude anthropologique et médico-légale, Paris, J.B. Baillière, 1881, p. 99.

65 Alexandre Lacassagne, Les Tatouages. op.cit., p. 89.

66 Cesare Lombroso, L’Homme criminel, trad. MM Régnier et Bourmet, Paris, Félix Alcan, 1887 [1876], p. 257-276. Voir aussi Jean Graven, L’Argot et les tatouages des criminels, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1962.

67 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 264.

68 Voir Antoine Garapon, « Le droit dans la peau », France Culture, https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/esprit-de-justice/le-droit-dans-la-peau-2808767 (consulté le 28 octobre 2023).

69 Voir Meyer Schapiro, Les Mots et les Images, préface Hubert Damisch, trad. Pierre Alferi, Paris, Macula, 2000 ; Liliane Louvel, Texte/ Image. Images à lire, textes à voir, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002.

70 Albert Londres, Au Bagne, Paris, Arléa, 2010 [1923].

71 Fabien Vehlmann et Éric Sagot, Paco les mains rouges, L’intégrale, Paris, Dargaud, 2021.

72 Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Paris, Gallimard/ Folio classique, 2001 [1844] ; Victor Hugo, Les Misérables, Paris, Gallimard/ Folio classique, 1999 [1862].

73 Henri Charrière, Papillon, Paris, Pocket, 1969.

74 Franz Kafka, Dans la colonie pénitentiaire, trad. Bernard Lortholary, Paris, Gallimard, 1993 [1919].

75 Voir Kate Watson et Katherine Cox, Tattoos in Crime and Detective Narratives: Marking and Remarking, Manchester, Manchester University Press, 2019.

76 Voir la notion de “willing suspension of disbelief”, Samuel Taylor Coleridge, Biographia Literaria, chapitre XIV, https://www.poetryfoundation.org/articles/69385/from-biographia-literaria-chapter-xiv (consulté le 88 décembre 2023).

77 Nina Jablonski, Skin: A Natural History, Berkeley, University of California Press, 2006.

78 Claire Grino, « Beatriz Preciado », Inter, n° 112, 2012, p. 23-29, https://www.erudit.org/fr/revues/inter/2012-n112-inter0343/67681ac.pdf (consulté le 28 octobre 2023).

79 Sur ce point, voir Jamie Jelinski: “Go and Take a Look at Millie Now. Murder, Tattooed Remains and Museum Ethics in Quebec 1869” in Adele Chynoweth (ed.), Museums and the Working Class, Londres, New York, Routledge, 2022; Daniel J. Rowe, “Historian in Battle with Quebec over Showcasing Murder Victim’s Skin in Museum Display”, CTV News, 3 mai 2021, https://montreal.ctvnews.ca/historian-in-battle-with-quebec-over-showcasing-murder-victim-s-skin-in-museum-display-1.5411924 (consulté le 28 octobre 2023).

80 « Et vous ne ferez point d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous ne vous ferez pas de tatouages. » https://www.levangile.com/Bible-DBY-3-19-28-complet-Contexte-non.htm (consulté le 8 décembre 2023).

81 Luc Renaut, « Le Tatouage des hommes libres aux IVe et Ve siècles de notre ère », Diasporas, Circulations, Migrations, Histoire, n° 16, 2011, p. 11-27.

82 Gary Watt, Dress, Law and Naked Truth. A Cultural History of Fashion and Form, Londres, Bloomsbury, 2013.

83 Clare Anderson, Legible Bodies: Race, Criminality and Colonialism in South Asia, Oxford, Berg, 2004; Lyiola Solanke, Discrimination as Stigma: a Theory of Anti-Discrimination Law, Londres et Portland, Bloomsbury, 2017.

84 Tyler M. Williams, « The Life of the Tattoo: Subcutaneous Surveillance and the Economy of Stigmatisation » in James Martell, Erik Larsen (ed.), Tattooed Bodies. Theorizing Body Inscription Across Disciplines and Cultures, Londres, Palgrave Macmillan, 2022, p. 193-218.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Chassagnol, « Présentation. La peau encrée dans la fiction : crimes en trompe-l’œil et infra-droit »Droit et cultures [En ligne], 85 | 2023/1, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/9006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/droitcultures.9006

Haut de page

Auteur

Anne Chassagnol

Anne Chassagnol est maître de conférences au département d’Études des Pays Anglophones de l’université Paris 8. Ses travaux portent sur les littératures illustrées et les arts visuels. Elle a également publié sur la féerie et la fiction jeunesse (La Renaissance féerique à l’ère victorienne. Contes et tableaux, Peter Lang, 2010). Elle s’intéresse à la matérialité du texte (Textures. Des objets livres : du papier au numérique avec Gwen Le Cor, Sens Public, 2020) et aux lignes (Penser la ligne brisée avec Andrée-Anne Kekeh-Dika et Camille Joseph, Épistémocritique, 2021). En 2017, elle a fondé avec Brigitte Friant-Kessler le projet international pluriannuel La Littérature dans la peau qui comprend une série de conférences sur les rapports entre la fiction et le tatouage, ainsi que deux numéros publiés en 2020 dans la revue La Peaulogie (le n° 4, Tatouages et imaginaires et le n° 5, Textes à vif. Tatouages, transferts, performances). Elle participe au projet MuséaLitté, porté par Caroline Marie, sur les interactions entre le musée et la littérature (avec Caroline Marie (dir.), Museums in Literature. Fictionalising Museums, World Exhibitions, and Private Collections, Turnhout, Brepols, 2022).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search