Navigation – Plan du site

Apprendre des interactions de soin

Joris Thievenaz et Dominique Broussal
p. 7-11

Texte intégral

1Le titre donné à ce numéro thématique, « Apprendre des interactions de soin », ne précise pas qui apprend et à l’occasion de quelle forme d’échange. Le choix de ne pas spécifier le type de sujet-apprenant dont il est question correspond à une préoccupation scientifique et sociale. Scientifique, car cette indétermination ouvre la voie à une étude portant sur les transformations qui s’opèrent, tant chez les sujets bénéficiaires du soin (les soignés), que chez ceux qui le dispensent (les soignants). Sociale, car le fait de se préoccuper et d’analyser les apprentissages réalisés de part et d’autre de la relation de soin est une façon d’inscrire l’étude dans une logique de la réciprocité, en envisageant ces formes de rencontres humaines dans leurs effets conjoints. Alors qu’elles sont parfois dissociées pour les besoins de l’analyse, les activités mises en place par les professionnels du soin et celles conduites par les acteurs de leur propre santé sont ici étudiées de façons parallèles et concomitantes. Se donner pour objet d’étude, la nature, les conditions, les buts, mais aussi la dimension « constructive » (Rabardel, 2005) de l’interaction, suppose d’étudier les deux « bords » de celle-ci.

2Bien sûr l’étude des interactions en contexte médical n’est pas nouvelle. Elle fait même l’objet d’une attention régulière et soutenue en Sciences Humaines et Sociales (SHS). Le domaine médical est notamment le terrain privilégié des travaux de la sociologie interactionniste (Strauss, 1963) et des approches linguistiques (Ainsworth-Vaughn, 2001, Fournier et Kerzanet, 2007). De nombreux travaux ont par exemple souligné combien la consultation médicale est une situation extrêmement codifiée (Goffman, 1956 ; Cosnier, 1993 ; Lacoste, 1993, Cicourel, 2002) dans laquelle les enjeux de places et de pouvoir influent sur ce qui peut ou non se dire, se faire, se penser et potentiellement s’acquérir. En Sciences de l’éducation, le travail infirmier (Bullea & Fristalon, 2004 ; Piot, 2015), l’activité des masseurs-kinésithérapeutes (Olry & Bautzer, 2003 ; Olry, 2007), celle des techniciens en radiologie médicale (Filletaz & Durand, 2016) et bien sûr des médecins (Thievenaz, 2012, 2017) pour ne citer que quelques exemples, sont des terrains privilégiés pour étudier les processus de formation et d’apprentissage professionnel qui se réalisent dans ces différents contextes de travail, d’intervention ou d’accompagnement.

3Une analyse portant plus particulièrement sur les processus de transformations réciproques, plurielles ou concomitantes qui s’opèrent de part et d’autre de la relation de soin reste néanmoins à conduire.

4C’est notamment sur cette question que les approches relevant du champ de l’éducation et de la formation sont susceptibles d’apporter un regard renouvelé si ce n’est complémentaire. Elles permettent d’étudier les échanges en milieux de soin comme des situations potentiellement source d’apprentissage et d’expérience pour ceux qui les vivent et les co-produisent. Du côté des soignants, l’« enquête » qui se réalise durant cet échange est une occasion d’enrichissement continue de l’expérience (Thievenaz, 2012, 2017). Pour le bénéficiaire, ce moment d’échange est non seulement une étape de son « parcours de santé », mais aussi une occasion d’enrichir ses connaissances (relatives à la nature de sa propre maladie, au fonctionnement des institutions de soin). Les conditions de légitimation de ces savoirs constituent un enjeu important : elles participent de la reconnaissance réciproque du soignant et du soigné, œuvrant à rebours du caractère dissymétrique qui caractérise le plus souvent leur relation.

5Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si les préfixes « inter », « multi » ou « co » reviennent régulièrement dans les expressions et concepts employés par les auteurs du numéro. Ils sont autant de moyens permettant de souligner les processus conjoints et/ou réciproques pouvant devenir objet de recherche pour le champ de l’éducation et de la formation. Considérer la relation de soin comme un moment d’apprentissage et identifier les opportunités de subjectivation et d’émancipation collective (Broussal, 2017 ; Marcel & Broussal, 2017) qu’elle contient, s’inscrit ainsi dans un projet plus large, portant sur l’étude des conditions d’éducation tout au long de la vie.

6C’est dans cette optique que les sept contributions qui constituent ce dossier thématique sont réunies. L’ambition est de produire des connaissances en privilégiant quatre axes de recherche : 1) la compréhension de la nature des apprentissages qui surviennent durant les interactions de soins (l’apprentissage ouvrant ici sur une diversité d’entrées : négociation des places, rapport de domination, émancipation, coproduction et légitimation des savoirs, etc.) ; 2) l’étude des conditions et des configurations situationnelles qui rendent possible ou au contraire inhibent ces processus ; 3) la présentation des dispositifs méthodologiques permettant d’observer le travail langagier en situation réelle ainsi que les outils de traitement des données pouvant être opérationnalisés dans une démarche orientée formation ; 4) l’analyse des enjeux pédagogiques et didactiques qui se dégagent de l’étude de ces apprentissages, ainsi que la façon dont ils peuvent orienter l’élaboration des dispositifs d’accompagnement, de formation et de recherche-intervention.

7Ce n’est donc pas le terrain du soin à proprement parlé qui est ici l’objet d’étude, mais les formes d’activités et d’apprentissages qui s’y réalisent à l’occasion de situations mettant en présence au moins deux sujets cherchant à se comprendre et à agir pour, sur ou avec l’autre (Barbier & Thievenaz, 2017). Le domaine du soin est un terrain et la construction des sujets à l’occasion des formes d’échanges qu’ils établissent avec autrui, l’objet de recherche. Ce positionnement constitue à la fois le principe initiateur du numéro thématique et le fil conducteur des différentes contributions qui y sont réunies.

8Le cadre théorique de l’analyse de l’activité dans les métiers de services adressés à autrui est, tout d’abord, l’occasion pour Thierry Piot d’étudier le rôle multi-fonctionnel des conversations entre soignant et patient dans une logique de caring ainsi que le type de contraintes institutionnelles ou situationnelles qui pèsent sur l’activité de soin.

9Dominique Broussal s’empare ensuite du terrain de la consultation préanesthésique en chirurgie ambulatoire, pour questionner le contexte d’émergence de « savoirs professionnels allochtones ». Cet article est également une contribution d’ordre méthodologique dans la mesure où les conditions d’une enquête se situant dans le cadre de la « recherche-intervention » sont analysées et que le modèle de traitement des matériaux de la recherche est questionné.

10La contribution de Vanessa Rémery et Isabelle Durand, se situe également dans le contexte du soin hospitalier, mais dans une optique différente, puisque ce sont cette fois les interactions entre les étudiants en formation professionnelle initiale, avec les patients et sous la supervision de leurs tuteurs, qui sont étudiées. L’analyse conversationnelle est convoquée pour proposer une modélisation des formes d’intervention du tuteur en situation de travail.

11Apprendre des interactions de soin constitue également un enjeu vital pour les patients atteints d’une maladie chronique. Marine Do et Colette Bissières utilisent le terme « patient-réflexif » pour questionner l’expérience de la maladie et la manière dont le sujet parvient à donner du sens à sa prise en charge. La méthode du récit de vie est mobilisée pour comprendre l’expérience des patients et en quoi celle-ci peut être une voie d’émancipation pour les sujets.

12Dans une perspective assez proche, Marianick Pichon interroge la dimension éducative de l’activité des médecins généralistes, en prenant comme terrain d’étude la consultation médicale avec des patients chroniques atteints de troubles cardiovasculaires. Le cadre théorique mobilisé est celui de l’anthropo-didactique et l’enquête, s’appuyant sur un large corpus d’entretiens et d’observations ethnographiques, met en évidence trois profils type de médecins face à la maladie et aux patients chroniques qu’ils reçoivent en consultation.

13David Authier aborde à son tour la question de la prise en charge des patients souffrant de maladie chronique, en étudiant le « fonctionnement didactique » d’ateliers d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP). S’intéressant à deux contextes socio-culturels différents, cette contribution permet de mettre en évidence les conceptions des différents protagonistes, qu’ils soient soignants ou patients.

14La contribution de Joris Thievenaz, qui vient clore ce dossier thématique, propose quant à elle d’envisager la consultation médicale comme relevant des « situations d’apprentissages réciproques ». Le cas d’une consultation spécialisée dans le traitement des maladies rares est convoqué en montrant comme des transformations d’habitudes d’activités s’opèrent de part et d’autre de la relation de soin.

15Si l’ensemble des contributions réunies dans ce numéro étudie la question des processus et des conditions selon lesquels les interactions en milieu de soin peuvent être porteuses d’apprentissages et d’enrichissement de l’expérience pour les acteurs concernés, les cadres théoriques et méthodologiques mobilisés varient. Il n’est donc pas question ici de « faire école » ou de privilégier un courant d’analyse par rapport à un autre mais au contraire d’insister sur la pluralité des cadres interprétatifs pouvant être convoqués.

Haut de page

Bibliographie

Ainsworth-Vaughn, N. (2001). The discourse of medical encounters. In D. Schriffin, D. Tannen, & H. Hamilton (Éd.), The Handbook of Discourse Analysis (p. 453469). Oxford, R-U: Wiley-Blackwell.

Barbier, J.-M. & Thievenaz, J. (Dir.) (2017). Agir pour, sur et avec autrui. Les couplages d’activités. Paris : L’Harmattan.

Marcel, J.-F., & Broussal, D. (2017). Émancipation et recherche en éducation. Vulaines-sur-Seine, France : Editions du Croquant.

Broussal, D. (2017). Recherche-intervention et accompagnement du changement en éducation : vers une approche contre-culturelle de l’émancipation (Habilitation à Diriger les Recherches sous la direction d’Yvan Abernot). Soutenue le 9 juin 2017 à l’Université Jean Jaurès, Toulouse, France.

Bulea, E. & Fristalon, I. (2004). Agir, agentivité et temporalité dans des entretiens sur le travail infirmier. In. J.-P. Bronckart et groupe LAF (Dir.), Agir et discours en situation de travail, Genève, Cahier de la Section des Sciences de l’Éducation, 103, 213-262.

Cicourel, A. V. (2002). La gestion des rendez-vous dans un service médical spécialisé [Organisation et communication en régime de « surcharge cognitive ». Actes de la recherche en sciences sociales, 143, 3-17.

Cosnier, J. (1993). Les interactions en milieu soignant. In J. Cosnier, M. Grosjean, M. Lacoste, (dir.), Soins et communication, approches interactionnistes des relations de soins (p. 17-32). Lyon : PUL.

Filliettaz, L., & Durand, I. (2016). L’activité de conception des tuteurs comme modalisation de l’expérience du travail : Le cas de la formation des techniciens en radiologie médicale. Sciences De l’Éducation Pour l’Ère Nouvelle, 49, 83-109.

Fournier, C., & Kerzanet, S. (2007). Communication médecin-malade et éducation du patient, des notions à rapprocher : apports croisés de la littérature. Santé Publique, 19, (2007/5), 413-425.

Goffman, E. (1956/1973). La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi. Trad. par A. Accardo (The Presentation of Self in Everyday Life). Paris : Les Editions de Minuit.

Lacoste, M. (1993) Le « travail » du malade dans la consultation hospitalière. Dans, J. Cosnier, M. Grosjean & M. Lacotse (dir.) Soins et communication, Approches interactionnistes des relations de soins. Lyon : PUL.

Olry, P. (2007). Apprendre par le travail : dispositif de participation et processus d’engagement. Le cas des remplaçants en masso-kinésithérapie. Revue Française de Pédagogie, 160, 39-50.

Olry, P., Bautzer, E. (2003). Diagnostic kinésithérapique. Les conditions d’une coproduction. Recherche et formation, 42, 35-50.

Piot, T. (2015). Les ressources mobilisées par les diplômés en soins infirmiers en début de carrière. Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 48, 103-123.

Rabardel, P. (2005). Instrument, activité et développement du pouvoir d’agir. In P. Lorino., R. Theulier. (dir.), Activité, Connaissance, Organisation (pp. 251264). Paris : La Découverte.

Strauss A. (1963). The Hospital and Its Negociated Order. In E. Freidson (dir). The Hospital in Modern Society (pp. 147168). New York : The Free Press.

Thievenaz, J. (2012). L’activité d’« enquête » du médecin du travail. Recherche et Formation, 70, 61-74 Thievenaz, J. (2017). De l’étonnement à l’apprentissage. Enquêter pour mieux comprendre. Louvain-la-Neuve : De Boeck.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joris Thievenaz et Dominique Broussal, « Apprendre des interactions de soin », Les dossiers des sciences de l’éducation, 39 | 2018, 7-11.

Référence électronique

Joris Thievenaz et Dominique Broussal, « Apprendre des interactions de soin », Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dse/2145

Haut de page

Auteurs

Joris Thievenaz

Joris Thievenaz est Maître de conférences en Sciences de l’éducation à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6 - Sorbonne Université). Membre du Centre de Recherche sur la Formation (CNAM -CRF), ses travaux s’inscrivent dans le champ de la formation des adultes et portent plus précisément sur les rapports entre activité, apprentissage et construction de l’expérience. joris.thievenaz@upmc.fr

Articles du même auteur

Dominique Broussal

Maître de conférences HDR en Sciences de l’éducation. Il est membre de l’UMR EFTS et responsable du conseil scientifique de ce laboratoire. Ses travaux de recherche portent sur la visée émancipatrice des recherches interventions. Ils s’inscrivent dans l’entrée 4 de l’UMR EFTS : « conduite et accompagnement du changement ». broussal@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals