Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30VariaDe la sécurité routière à la sécu...

Varia

De la sécurité routière à la sécurité scolaire : l’imagerie des dangers qui menacent l’école

Alain Vulbeau
p. 157-168

Résumés

Le panneau de signalisation routière « Danger Enfants » qui montre deux enfants, se tenant par la main et traversant une route, donne lieu à des images détournées dans différents domaines. Cet article cible des contextes d’usages où est impliquée la thématique des dangers qui menacent l’école. Les quatre panneaux analysés mettent en scène des thèmes aussi disparates que l’expulsion des enfants de sans-papiers, la disparition de la formation des maîtres, la déscolarisation, la violence à l’école. Que ce soit dans un contexte militant ou savant, ces panneaux détournés proposent informellement de passer de la sécurité routière à la sécurité scolaire, sans donner à cette dernière notion une définition univoque.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article porte sur les usages de l’image dans des processus d’éducation informelle. Si cette approche n’est pas nouvelle en éducation à partir de campagnes institutionnelles (santé, sécurité routière), elle n’est pas encore installée en Sciences de l’Éducation (Laot, 2010). Dans le champ de l’éducation routière qui concerne cet article et plus spécialement dans l’étude des effets des panneaux de signalisation, les références restent rares (Cambon de Lavalette, 2001 ; Mus, 2011). Plus précisément, notre projet est de repérer comment des illustrations, détournant le panneau de signalisation « Danger enfants », sont utilisées dans des contextes savants ou militants. Il s’agira de mettre au jour un ensemble de signifiés, constituant autant d’alertes sur les dangers qui menacent l’école.

2À un niveau plus général, cette étude, centrée sur des détails plus que sur des structures de signification (Arasse, 1992 ; Piette, 1996), s’intéresse à la pratique éducative de l’accompagnement. Repéré étymologiquement comme un fondement du champ éducatif (le pédagogue est celui qui accompagne l’élève), l’accompagnement est aujourd’hui analysé comme une pratique émergente de l’intervention sociale voire comme un nouveau paradigme à l’oeuvre dans des dispositifs sociaux, médicaux, éducatifs et d’insertion conjuguant l’individuel et le collectif, la coconstruction des parcours dans un contexte d’indétermination et de crise (Paul, 2004 ; Astier, 2007, p. 127-160). Le panneau « Danger enfants » qui est à la base de nos observations, relève pleinement de ce paradigme puisque son image représente deux enfants qui se tiennent par la main. Nous avons montré ailleurs que ce signal, qui est censé faire l’objet d’une standardisation mondiale, comporte un certain nombre de variants si l’on prend en compte des critères comme le genre, l’âge, l’équipement, etc. (Vulbeau, 2010).

3On le pressent, le propos de cet article est donc de réfléchir au processus émergent mais puissant de l’accompagnement dans le registre éducatif. Ce processus, fait interagir l’éducation non-formelle, dont les contenus sont hors du champ de la validation scolaire, et l’éducation informelle, qui se rapproche d’une socialisation implicite. L’investigation empirique sur des panneaux de signalétique routière sert de point de départ à une analyse d’usages métaphoriques centrés sur des alertes à propos des dangers qui menacent l’école, lieu par excellence de l’éducation formelle. L’« entrelacement » des différents types d’éducation (Brougère, 2007) constitue un point caractéristique de notre démarche.

4Le texte comprend quatre parties : la première situe la problématique que nous venons de présenter à grands traits comme le fragment d’une recherche de plus grande ampleur, délibérément qualitative (Olivier de Sardan, 2008) dont nous présenterons les axes principaux et les articulations. La seconde et la troisième parties sont consacrées à l’étude des panneaux « Danger enfants », qui ont fait l’objet d’un détournement, dans un contexte d’usage soit militant, soit savant. L’analyse prend appui sur la démarche de la sémiologie appliquée à l’urbain (Barthes, 1985, p. 261-272). Enfin, une quatrième partie propose une montée en généralité centrée sur les dangers qui menacent l’école à partir d’une démarche relevant de la théorie ancrée (Glaser & Strauss, 2010).

La prise de mains : une interaction d’accompagnement en milieu urbain

5Le point de départ de notre recherche porte sur une interaction fréquente et banale, observable dans les espaces publics en milieu urbain, que nous nommons « prise de main ». Cette interaction est visible dès que deux personnes se tiennent par la main, notamment en marchant en ville. Elle est aussi visible sur le panneau de signalétique urbaine « Danger enfants » dont les usages métaphoriques font l’objet des sections suivantes. Avant d’expliquer les raisons de l’intérêt que peut présenter l’étude de cette interaction pour les Sciences Humaines et plus spécialement les sciences de l’éducation, nous souhaitons préciser et délimiter ce qui va constituer notre champ de recherche, par rapport à trois points : la désignation de l’interaction, sa délimitation intergénérationnelle, sa localisation épistémologique.

6Tout d’abord, force est de constater que l’interaction qui nous intéresse ne fait pas l’objet d’une dénomination spécifique. On peut parler de « prendre la main » ou de « prendre par la main » mais il n’y a pas de substantif pour nommer l’action : c’est pourquoi nous emploierons ce terme de « prise de main ». Ce concept descriptif permettra de résoudre le dilemme de mettre un mot ou une locution sur une action banale et fréquente mais invisible et de ce fait innommable. Nous avons présenté ailleurs des analyses à partir d’observations dans les espaces publics (Vulbeau, 2013).

7Ensuite, nous limiterons la recherche à une prise de main spécifique qui associe un adulte et un enfant. Cette limitation a pour but de définir un espace de recherche où apparaît une dimension intergénérationnelle, implicitement porteuse de dimensions socialisantes et éducatives. Ainsi, deux processus plus généraux seront à l’examen qui sont d’une part, l’éducation informelle, et, d’autre part, la pratique et la symbolique de l’accompagnement. Ces processus prennent à nos yeux une dimension spécifique par le fait qu’ils se situent « en ville », espace de vie qui constitue un enjeu majeur de sécurité et de bien-être, notamment pour les enfants.

8Enfin, il faut localiser, même sommairement, notre travail dans un espace de recherches. Nous l’avons déjà dit, cette approche relève de l’interactionnisme symbolique, renvoyant aux thématiques de la ville (Hannerz, 1983 ; Joseph, 1998) et de l’éducation (Payet, 1997), de l’éducation informelle, observable dans la vie quotidienne (Brougère & Ulmann 2009), de la sociologie de l’enfance, notamment les recherches sur les espaces éducatifs non-formels et informels (Danic, David et Depeau, 2010 ; Delalande, 2001 ; Sirota, 2006) et la problématique des villes éducatrices et/ou apprenantes (Villarasa, Bier et Richez, 2007 ; Spécificités, 2011). Nous avons tenté d’articuler les interactions de ces différents éléments à l’aide du concept d’« éducation tout au long de la ville » (Vulbeau, 2009).

9A côté de ce cadre épistémologique relativement large, nous nous situons de façon plus ciblée en référence aux travaux de Goffman sur la prise de main (Goffman, 1973, p. 181-225). On peut résumer ses apports à deux points principaux : d’une part, l’identification de la prise de main comme interaction spécifique dans les espaces publics et, d’autre part, la mise en évidence d’une structure de pouvoir entre les personnes impliquées (en l’occurrence ici des adultes hétérosexuels en couple). Signalons enfin que le travail de Goffman apparaît comme exploratoire et ne semble pas avoir donné matière à des recherches ultérieures de sa part.

10Notre recherche sur la prise de main s’appuie sur deux corpus. Le premier comprend l’observation de situations de prises de mains dans une perspective ethnographique. Il s’agit de saisir les formes pratiques de cette interaction ordinaire où se jouent des relations d’autorité, de protection, d’affection, de jeu, etc (Vulbeau, 2013). Le second corpus qui fait l’objet de cet article, porte sur les panneaux de signalétique urbaine, qui représentent une situation de prise de mains : il s’agit du panneau « Danger enfants ». L’idée de travailler sur ce panneau se justifie par des choix épistémologique et heuristique. D’abord, au plan épistémologique, en travaillant sur un signal urbain, universel et standardisé, nous soumettons notre thématique à une forme d’objectivation. Alors que l’observation ethnographique porte sur des espaces-temps singuliers, vécus à partir de l’expérience de l’observateur, l’analyse sémiologique des panneaux se fonde sur un matériel accessible à tous. Ensuite, au plan heuristique, il est intéressant d’étudier des images émargeant au registre routier, dont les signaux représentent des ordres comportementaux univoques pour ensuite les mettre en vis-à-vis de situations humaines et urbaines.

11Notre hypothèse générale se présente en deux temps : les citadins, enfants ou adultes, ne se comportent pas tout à fait comme les panneaux de signalétique le leur enjoignent (par exemple, traverser dans les passages protégés), néanmoins, la signalétique urbaine connait des usages secondaires et détournés qui questionnent, à une autre échelle, son pouvoir de persuasion. Autrement dit, alors que la signalétique urbaine (du panneau dont on parle) est loin d’avoir un effet déterminant sur les pratiques de sécurité routière qu’elle vise, on peut faire l’hypothèse que cette même signalétique pourrait avoir de l’influence sur d’autres types de comportements, dans une perspective métaphorique.

Le panneau détourné pour des usages militants

12À partir de deux illustrations fondées sur le détournement du panneau « Danger Enfants », on va pouvoir repérer un usage militant qui émet des alertes en direction du champ éducatif.

21 – « Parents si vous saviez !!! »

21 – « Parents si vous saviez !!! »

Issue d’un tract de l’AG de l’IUFM de Paris, 12 février 2009
http://iufmparis.canalblog.com/​

  • 1 « Parents si vous saviez !!! », tract de l’AG de l’IUFM de Paris, 12 février 2009 (http://iufmpar (...)

13En février 2009, des enseignants, étudiants, stagiaires et personnels de l’IUFM de Paris lancent une pétition contre « la disparition de la formation professionnelle »1 et, entre autres, éditent un tract intitulé « Parents si vous saviez !!! ». Le contexte de cette pétition est la réforme du recrutement et de la formation des enseignants, mise en oeuvre à cette période. Ce document, au format A4 plié en 3 volets, présente sur sa face intérieure une série de questions et de réponses. Le questionnement semble provenir des enfants et les réponses des parents. Par exemple, la question « Maman, comment on fait les maîtresses ? », est suivie de la réponse suivante : « Je vais t’expliquer, tout d’abord pour être une maîtresse ou un maître (on les appelle professeurs des écoles depuis 1991), il faut que tu aies un diplôme universitaire de niveau Bac + 3 (licence) dans n’importe quelle discipline. Ensuite, pendant une année tu te prépares à passer un concours de la fonction publique celui qui recrute les professeurs des écoles. »

14Deux éléments graphiques concernent notre problématique : le panneau intitulé « Écoles en danger » et, sur la page des questions et réponses, la reprise des personnages figurant sur le panneau.

15Le panneau proposé par ce collectif présente plusieurs modifications par rapport à l’original. Sur le plan du texte, il est ajouté « Écoles en danger », alors que sur le panneau original, il n’y a pas de texte. Sous le triangle un second panneau rectangulaire affiche le texte suivant : « Enseigner un métier qui s’apprend ». Le graphisme reprend les silhouettes des deux enfants vus de profil mais avec une différence majeure : ils sont montrés en position inversée, avec les pieds en haut et la tête en bas.

16Le détournement porte donc sur deux points. D’abord, il y a un message explicite sur la situation de l’école : le danger vient du fait que, dans le cadre de la réforme, on n’apprendra plus à enseigner. De l’autre, il y un message implicite, suggéré par le graphisme, que cette mesure est irrationnelle et que, au sens propre, l’on marche sur la tête. Il est intéressant de constater que le graphisme permet de traduire littéralement une figure de style oral.

17Sur le verso de cette page, les deux silhouettes enfantines sont remises sur leurs pieds et sont utilisées comme signal graphique en tête des questions et des réponses. Le petit personnage sert de signal graphique aux questions alors que le grand est placé près des réponses.

18Cette utilisation différentielle des silhouettes renvoie au double constat suivant : des deux enfants, c’est le petit qui pose les questions et c’est le grand qui assure les réponses. Sur les panneau, les enfants sont sexués : le petit est une fille et le grand un garçon. Curieusement, comme indiqué supra, la question de l’enfant est posée à la mère et ce n’est pas elle qui répond si l’on se fie au genre de la silhouette qui précède la réponse.

22 – « Élèves, vos papiers ! »

22 – « Élèves, vos papiers ! »

Issue du site de l’association Réseau Éducation Sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org/​

  • 2 RESF, « Élèves, vos papiers », badge, non daté ; sur le site de cette association la formule est (...)

19Le collectif Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) milite contre l’expulsion des enfants des étrangers dits « sans-papiers ». Cette association diffuse du matériel de communication qui comprend un objet qui intéresse la problématique du présent article. il s’agit d’une illustration, qui peut apparaître sur divers supports (tracts, badges, etc) et qui s’intitule « Élèves, vos papiers ! ». Une description rapide permet de relever les points suivants2.

20Le texte « Élèves, vos papiers ! » est à la fois une citation et une allusion. Il y a d’abord, de manière explicite, la reprise classique de la formule du contrôle d’identité, s’appliquant cependant de façon inhabituelle aux élèves. On peut noter ensuite, une allusion à la chanson de Léo Ferré, « Poète, vos papiers ». L’élément textuel le plus visible est le sigle du réseau dont les lettres occupent près d’un tiers de la surface du badge. On peut faire le constat que les lettres RESF débordent les unes sur les autres, ne sont pas alignées et que le E est différent des autres lettres : il est en blanc alors que les autres sont en noir ; il est renversé vers la gauche alors que les autres sont bien verticales.

21L’illustration reprend le thème du panneau de référence avec deux silhouettes de taille inégale, avançant de profil dans un triangle rouge. Cependant, et c’est là que le détournement opère, deux éléments modifient fortement l’image initiale. Le grand enfant est habillé en policier, muni d’une casquette, d’une matraque et d’un ceinturon. Le plus important est qu’il tient le petit enfant, non par la main mais par une menotte dont la chaine est mise en évidence. La scène montre les deux silhouettes en train de marcher vers le bord du triangle et l’idée d’expulsion de l’enfant est confirmé par la présence de la silhouette d’un avion dans le ciel, situé hors du panneau mais dans la même zone graphique que le policier. On peut noter que le petit personnage qui est le plus souvent une fille, est ici un garçon.

Le panneau détourné pour des usages savants

22Les usages détournés du panneau « Danger enfants » ne relèvent pas seulement du registre militant on trouve aussi des usages savants que l’on va examiner à partir de deux exemples apparaissant sur les couvertures d’ouvrages de D. Glasman et F. Oeuvrard et celui de E. Debarbieux.

31 – « La violence à l’école »

31 – « La violence à l’école »

Image de la couverture du livre d’Eric Debarbieux,
Violence à l’école, un défi mondial ?, 315p. © Armand COLIN, 2006.

23La couverture de l’ouvrage d’Eric Debarbieux (2006) intitulé « Violence à l’école. un défi mondial ? », présente un exemple que l’on peut décrire brièvement.

24Le panneau occupe environ la moitié de la une de couverture, pris entre deux bandeaux noirs qui affichent, en haut, titres et auteur, et en bas l’éditeur. Le panneau est cassé en deux parties qui ont l’air d’éclats de verre et non de morceaux de métal. La fracture sépare les deux silhouettes, isolées chacune sur un fragment du panneau.

25Mais les deux silhouettes ne sont pas au bout de leur peine car elles sont affectées par un autre accident : sous la violence du choc qui a brisé le panneau, les silhouettes noires se sont détachées de leur support et sont tombées au sol, laissant une empreinte grise à leur place d’origine. La forme du plus petit enfant reste sur le panneau alors que celle du grand a glissé hors du triangle et s’est brisée, en dessous, en plusieurs morceaux et semble démembrée. Les deux enfants séparés par la fracture du panneau, sont pris dans un processus de redoublement avec le décollement des silhouettes et leur chute à terre.

26Même si l’on peut faire l’hypothèse que l’illustration de couverture a de fait une certaine autonomie par rapport au contenu du livre de Debarbieux, on peut interpréter ce double processus de fracture comme une façon de montrer que la violence est un phénomène qui s’exerce sur l’école. Le coup qui brise le panneau n’a pu être porté que de l’extérieur.

32 – « La déscolarisation »

32 – « La déscolarisation »

Image de la couverture du livre de Dominique Glasman et Françoise Oeuvrard,
La déscolarisation. La Dispute, 2004.

27Le panneau qui figure sur la couverture de « La déscolarisation », ouvrage dirigé par Dominique Glasman et Françoise Oeuvrard (2004) apparaît comme relativement plus schématique que dans l’exemple précédent. Dans un espace qui occupe le tiers supérieur de la couverture, le triangle présente une ouverture sur le côté droit. Trois silhouettes animent cette illustration.

28Deux sont à l’intérieur du panneau alors que la troisième est à l’extérieur. Dans l’espace délimité par le triangle, on peut voir une grande silhouette et une petite qui, se tournant le dos, marchent dans une direction opposée : la grande se dirige vers le côté intact alors que la petite se dirige vers le côté ouvert. La troisième silhouette, à l’extérieur, marche en s’éloignant du triangle. Autrement dit, on assiste à une fuite des petites silhouettes hors du panneau que la grande silhouette ne semble pas pouvoir empêcher.

29À partir de cette couverture, on peut comprendre que l’espace compris dans le triangle représente l’école et que la déscolarisation se manifeste par une sortie effective de cet espace ou par un mouvement qui pourra déboucher sur une sortie.

30La grande silhouette apparaît comme la figure de l’enseignant qui en tournant le dos aux petites silhouettes des élèves, expose son comportement à une interprétation dépressive. Non seulement, il ne voit pas les élèves partir mais on pourrait aller jusqu’à penser que, de toutes façons, il ne les retient pas. L’ouverture pratiquée sur l’un des côtés du panneau n’est pas explicitée par le contexte du dessin : on ne sait pas s’il s’agit d’une ouverture volontaire pratiquée par l’institution scolaire ou s’il s’agit d’une brèche à l’initiative des élèves qui permet leur évasion.

Ces dangers qui menacent l’école

31Ces quatre panneaux ont tous pour objet d’attirer notre attention sur des dangers qui menacent l’école. On est bien dans un usage métaphorique puisqu’il ne s’agit plus de prévenir des automobilistes de la survenue inopinée d’enfants traversant devant leurs roues mais d’avertir de risques sociaux : l’immigration dite clandestine, la violence à l’école, la déscolarisation et la disparition de la formation des maîtres.

32On peut catégoriser les apports non-formels et informels de ces panneaux à partir de deux processus principaux : le déplacement de la ville (ou du quartier) vers l’école et la conscientisation des dangers.

33Ce déplacement peut se lire à deux niveaux exprimés par le graphisme : d’une part, l’espace des panneaux – et plus spécialement celui contenu dans le triangle – n’est plus celui de la rue mais celui de l’école et, d’autre part, les personnages du panneau ne sont plus des petits piétons mais explicitement des élèves.

34Sur les quatre illustrations, l’espace de référence du triangle n’est plus la rue mais l’école. Dans le cas du panneau « Écoles en danger », l’espace est l’IUFM, lieu articulé de façon systémique à l’école. Dans le panneau « Élèves, vos papiers », l’intérieur du triangle est celui de l’école où les enfants se sont fait arrêter, articulé à l’espace aérien qui permet de les renvoyer dans leurs espaces d’origine. Du côté des usages savants, le danger de la déscolarisation est clairement signifié par la sortie du triangle qui représente l’école ; quant au panneau brisé illustrant « la violence à l’école », il témoigne aussi que l’espace interne du triangle est bien celui de l’école. Sur les illustrations militantes, les enfants sont perçus d’abord comme des élèves et non plus comme de petits piétons urbains. Ils sont nommés comme tels : « Élèves, vos papiers ! », soit ils sont concernés par des « Écoles en danger ». Du côté des usages savants, on est également sorti des espaces publics pour entrer dans le monde de l’école avec ses phénomènes de violence et ses processus de déscolarisation.

35Le second processus vise directement à nommer des dangers qui menacent l’école et qui sont de nature différentes selon qu’ils sont dénoncés par les militants ou analysés par les chercheurs.

36Du côté des usages militants, les panneaux sont vecteurs d’alertes et concernent deux catégories d’âge : les enfants de « sans papiers » et les professeurs des écoles en formation. Ces deux catégories sont exposées respectivement à l’expulsion du territoire ou à l’absence de formation. Articulés à l’explicitation de ces dangers, les panneaux visent une mobilisation qui n’est pas explicitée ici mais est suggérée comme nous l’avons dit plus haut par une certaine manière d’interpréter les événements et d’interpeller les lecteurs.

37Du côté des usages savants, les dangers sont clairement illustrés : d’une part les multiples niveaux de fracture causés par la violence ; d’autre part, le sentiment d’impuissance devant la défection des élèves. La question de la mobilisation se pose de façon différente puisqu’il ne s’agit pas ici d’émouvoir mais de convaincre rationnellement. Du côté militant, on vise des collectifs à mettre en action alors que du côté savant, c’est l’action publique qui est interpelée.

Conclusion

38Cette analyse sémiologique a eu pour but d’identifier des messages relatifs à des dangers menaçant l’école. En constituant un corpus qualitatif de quatre illustrations, on a pu distinguer deux registres de communication : le militant et le savant. Chaque registre présentait des spécificités graphiques cohérentes avec son champ de référence et des invariants qui ont pu également être identifiés.

39La démarche que nous avons effectuée a fait l’hypothèse qu’en s’intéressant à des éléments superficiels et a priori sous-signifiants, il était possible de dégager du sens. On ne s’est pas référé aux contenus des discours militants (doctrines) et savants (théories) mais aux signes mineurs de leur affichage. Il nous est apparu primordial que ces signes, destinés à fonctionner dans une relative informalité, se matérialisent par des signaux relevant du secteur non-formel de l’éducation routière.

40Les illustrations que nous avons étudiées montrent une centration sur l’école qui se fait par un déplacement du signifié urbain original. L’espace de référence – qui devient ici celui de tous les dangers – est l’école, menacée par des phénomènes divers comme les politiques de lutte contre l’immigration clandestine, les mutations du système de formation des maîtres, la déscolarisation, ou encore, la violence à l’école.

41D’une certaine manière, c’est la sanctuarisation de l’école qui est mise en cause puisque les dangers semblent provenir essentiellement de l’extérieur. C’est un policier qui vient menotter un enfant d’immigré en situation irrégulière. C’est une rationalité externe de type « Révision Générale des Politiques Publiques » qui amène à la suppression des IUFM. C’est de l’extérieur que la violence brise le panneau et la déscolarisation se manifeste par une sortie non contrôlée de l’école.

42Il y a très certainement des contrastes ou des nuances entre les différentes conceptions de cette sanctuarisation. Ainsi, du côté militant, on a vu l’importance de la ponctuation et plus spécialement de l’exclamation alors que du côté des titres illustrés par les images savantes, on repère un point d’interrogation ou aucune ponctuation. Ce qui est cohérent avec la posture de recherche qui a pour fonction d’interroger les évidences ou de faire des diagnostics les plus objectifs possibles.

43Cependant, la thématique de la sanctuarisation repose sur une constante : l’idée que l’espace extérieur est dangereux et ce, d’autant plus qu’il s’insinue dans l’école. En conséquence, si les menaces qui pèsent sur l’école sont plutôt exogènes, ces illustrations renvoient implicitement à une désorganisation de la ville, saisie comme espace de circulation déréglé, métaphore de la désorganisation sociale. Et le registre de la sécurité routière permet, par ces transferts graphiques, de diffuser implicitement la notion de sécurité scolaire, émergente au plan international depuis une dizaine d’années. Ainsi, l’usage métaphorique du code de la route permet de produire une iconographie qui, malgré des différences de contextes, parle à tout le monde, que ce soit pour l’identification des dangers, des atteintes aux personnes ou des attaques du « cadre ». Avec les usages diversifiés de ces panneaux, une certaine communication informelle sur l’école a trouvé son imagerie.

Haut de page

Bibliographie

Arasse, D. (2008). Le détail. Pour une histoire rapprochée de la peinture. Paris : Flammarion.

Astier, I. (2007). Les nouvelles règles du social. Paris : PUF.

Barthes, R. (1985). L’aventure sémiologique. Cf. le chapitre « Sémiologie et urbanisme », pp. 261-272. Paris : Seuil.

Brougère, G. (2007). Les jeux du formel et de l’informel, Revue Française de Pédagogie, 160, 5-12.

Brougère, G & Ulmann, A-L. (Eds.) (2009). Apprendre de la vie quotidienne. Paris : PUF.

Cambon de Lavalette, B. (2001). La signalétique dans le réseau des déplacements routiers : histoire et fonction. Dans Actes du colloque La signalétique : conception, validation, usages. (pp. 15-29). Paris : Inrets, 73.

Danic, I. & David, O. & Depeau, S. (Eds). (2010) Enfants et jeunes. Dans les espaces du quotidian. Rennes : PUR.

Debarbieux, E. (2006). Violence à l’école. Un défi mondial ?. Paris : Armand Colin.

Delalande, J. (2001). La cour de récréation. Pour une anthropologie de l’enfance. Rennes : PUR.

Glaser, B. & Strauss, A. (2010). La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative. Paris : Armand Colin.

Glasman, D. et Oeuvrard F. (Eds.) (2004). La déscolarisation. Paris : La Dispute.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public. Paris : Minuit.

Hannerz, U. (1983). Explorer la ville. Éléments d’anthropologie urbaine. Paris : Minuit.

Joseph, I. (1998). La ville sans qualités. La Tour d’Aigues : L’Aube.

Mus, M. (2011). Un regard géographique sur l’icône du handicap, EspacesTemps. net, Mensuelles, 15.08.11. http://espacestemps.net/document8947.html

Olivier de Sardan, J-P. (2008). La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Louvain-la-Neuve : Bruylant-Academia.

Paul, M. (2004). L’accompagnement : une posture professionnelle spécifique. Paris : L’Harmattan.

Payet, J-P. (1997). Collèges de banlieue. Ethnographie d’un monde scolaire. Paris : Armand Colin.

Piette, A. (1996). Ethnographie de l’action. L’observation des détails. Paris : Métailié.

Sirota, R. (2006). Éléments pour une sociologie de l’enfance. Rennes : PUR.

Spécificités (2011). L’éducation tout au long de la ville, 3.

Vilarrasa, A., Bier, B. et Richez, J-C. (2007). Villes éducatrices. L’expérience du projet de Barcelone, Cahiers de l’action, INJEP, 17.

Vulbeau, A. (2013). Côte-à-côte en ville : analyse de 20 situations de prises de mains, in Bataille, J-M. & Calamel, C., (à paraître). De la théorie ancrée dans les données. Paris : L’Harmattan.

Vulbeau, A. (2010). Les enfants du panneau : regards sur les détails d’une interaction urbaine. Actes du colloque 9èmes journées de sociologie de l’enfance Enfance et cultures. Paris : Ministère de la Culture, Association internationale des sociologues de langue française, Université Paris-Descartes. Document accessible à l’adresse http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/ consulté le 14 novembre 2011.

Vulbeau, A. (2009), L’éducation tout au long de la ville. Dans G. Brougère & A-L. Ulmann (Eds.). Apprendre de la vie quotidienne. (pp. 43-53). Paris : PUF

Haut de page

Notes

1 « Parents si vous saviez !!! », tract de l’AG de l’IUFM de Paris, 12 février 2009 (http://iufmparis.canalblog.com/) ; nota : les citations sont entre guillemets, nous avons respecté la ponctuation du tract, en particulier les trois points d’exclamation.

2 RESF, « Élèves, vos papiers », badge, non daté ; sur le site de cette association la formule est déclinée sur d’autres catégories de publics, cf. ;

Haut de page

Table des illustrations

Titre 21 – « Parents si vous saviez !!! »
Légende Issue d’un tract de l’AG de l’IUFM de Paris, 12 février 2009 http://iufmparis.canalblog.com/​
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/291/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Titre 22 – « Élèves, vos papiers ! »
Légende Issue du site de l’association Réseau Éducation Sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org/​
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/291/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Titre 31 – « La violence à l’école »
Légende Image de la couverture du livre d’Eric Debarbieux,Violence à l’école, un défi mondial ?, 315p. © Armand COLIN, 2006.
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/291/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Titre 32 – « La déscolarisation »
Légende Image de la couverture du livre de Dominique Glasman et Françoise Oeuvrard,La déscolarisation. La Dispute, 2004.
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/291/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Vulbeau, « De la sécurité routière à la sécurité scolaire : l’imagerie des dangers qui menacent l’école »Les dossiers des sciences de l’éducation, 30 | 2013, 157-168.

Référence électronique

Alain Vulbeau, « De la sécurité routière à la sécurité scolaire : l’imagerie des dangers qui menacent l’école »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 30 | 2013, mis en ligne le 05 décembre 2013, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/dse/291 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.291

Haut de page

Auteur

Alain Vulbeau

Professeur des universités à l’Équipe Crise, École, Terrains sensibles, du Centre de Recherche Education et Formation (CREF) de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. alain.vulbeau@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search