Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Chercheur-e - Militant-e. Plaidoy...

Chercheur-e - Militant-e. Plaidoyer pour un « tiers construit »

Jean-François Marcel, Véronique Bordes et Laurent Lescouarch
p. 95-103

Résumés

En écho au symposium « Recherche(s) / Militance(s) », cet article s’appuie sur une analyse métaphorique, parfois à coup de traits forcés ou ironiques, pour proposer une structure en trois scènes, au sens théâtral du terme, scènes dans lesquelles les relations entre recherche et militantisme sont mises en jeu et en question. Ainsi, dans l’amphithéâtre d’un colloque scientifique, « Chercheur-e / Militant-e » tente d’ouvrir une nouvelle voie, dans la salle polyvalente qui accueille un congrès syndical, « Militant-e / Chercheur-e » s’essaie à démontrer l’intérêt de la recherche tandis que, suite à l’échec de leurs tentatives, ils/elles décident d’unir leurs forces au service de la co-élaboration d’un espace épistémologique « tiers-construit ».
Cet espace correspond à une amorce de théorisation d’une tierce voie et à l’esquisse d’une nouvelle figure du chercheur, ce qui dote le texte d’une dimension politique en repérant trois niveaux d’enjeux : celui individuel de l’enseignant-chercheur en sciences de l’éducation, celui du projet de nos unités de recherche et celui de la discipline et de la communauté des Sciences de l’éducation.

Haut de page

Texte intégral

Coulisses

  • 1 Organisé à l’occasion du colloque sur les 50 ans des sciences de l’éducation (Toulouse, Septembre 2 (...)

1Cet article a choisi une forme originale pour rendre compte des échanges et des avancées de notre symposium1 « Recherche(s) / Militance(s) ».

2Il s’appuie sur une analyse métaphorique même si, pour ce faire, le texte assume les traits forcés ou ironiques de certaines descriptions et l’absence délibérée d’une bibliographie traditionnelle. Il pourrait sans doute prétendre à une lointaine parenté avec un conte scientifique, influencé par la Comedia del arte, dans la mesure où il injecte dans le débat la plupart des arguments ayant étayé nos échanges, en les grossissant (voire en les exacerbant) pour les hiérarchiser.

3Ce choix rédactionnel constitue, à n’en point douter, une prise de risques, car il peut surprendre dans une revue scientifique. En cela, il retrouve la prise de risques qui avait été celle de proposer ce thème de symposium d’abord et, durant les débats, de travailler à l’élaboration d’une tierce voie, quelque peu dérangeante vis-à-vis de la tradition scientifique.

4Le texte propose trois scènes, au sens théâtral du terme, trois scènes habitées par des personnages nommées par leurs statuts, scènes dans lesquelles les relations entre recherche et militantisme sont mises en jeu et en question. Ainsi, dans l’amphithéâtre d’un colloque scientifique, « Chercheur-e / Militant-e » tente d’ouvrir une nouvelle voie, dans la salle polyvalente qui accueille un congrès syndical, « Militant-e / Chercheur-e » s’essaie à montrer l’intérêt de la recherche tandis que, suite à l’échec de leurs tentatives, ils-elles décident d’unir leurs forces au service d’un espace épistémologique « tiers-construit ».

Lever de rideau : penser « avec » plutôt que « contre »

5Dans la tradition scientifique, deux positions s’opposent assez radicalement. La première, au nom de la stricte dissociation entre action et connaissance, récuse toute forme de rapprochement entre une démarche de recherche et un engagement militant (sur le même objet, s’entend). Pour elle, un tel rapprochement ne pourrait que pervertir la recherche. La seconde, à l’inverse, défendant un certain isomorphisme entre action et connaissance, insiste sur cette relative similarité pour mettre en relation (parfois assez étroitement) recherche et militantisme.

6Entre ces deux positions, notre symposium s’est pourtant consacré à ouvrir collectivement, modestement, une « tierce voie ». Sous l’hypothèse partagée d’un rapprochement possible (voire nécessaire) entre recherche et militantisme, tant au niveau individuel (chercheur et militant) que collaboratif (entre chercheurs et militants), nous avons fortement insisté sur la question de l’articulation entre les deux sphères. En effet, si cette articulation nous paraît riche de potentiel (pour l’enrichissement réciproque de chacune des sphères), elle est régie par le principe de l’autonomie relative de chacune d’entre elles (ni superposition, ni confusion) et le respect rigoureux d’un certain nombre de conditions épistémologiques, théoriques ou méthodologiques. C’est donc dans cette perspective que doivent se découvrir les trois scènes qui suivent. Il convient de dépasser la forme iconoclaste du propos pour retenir les arguments du discours, car ils initient un débat majeur pour le développement des sciences de l’éducation pour les prochaines années.

Scène 1 : Chercheur-e / Militant-e dans un colloque scientifique

  • 2 Je rappelle qu’il ne s’agit là que de la reconstruction caricaturale d’un colloque fictif. Bien sûr (...)

7La scène se déroule dans l’amphithéâtre principal d’une université prestigieuse. Elle accueille ce jour-là un colloque scientifique international et tous les sièges sont occupés par des universitaires (mais aussi pas mal de doctorant-e-s), d’origines géographiques, institutionnelles diverses mais uniformément badgés à l’effigie du colloque. À la tribune, les cinq sièges sont occupés. Les quatre principaux le sont par trois hommes et une femme (pour « tendre vers » la parité), personnalités de haut niveau, ayant occupé d’importantes responsabilités au niveau des instances qui régissent la communauté universitaire et dont le sourire détaché atteste, plus ostensiblement que leurs brillants CV, de leur reconnaissance scientifique. Ce sont les Chercheur-e-s / Chercheur-e-s. Le 5e siège est occupé par « Chercheur-e / Militant-e ». Il/Elle est tout au bout de la tribune, là où la lumière est plus diffuse. Il n’y avait que quatre fauteuils en tribune, il/elle a donc hérité d’un tabouret qui a pu être casé à la limite de l’estrade. Il n’y avait aussi que quatre micros (les tribunes sont normalisées) et il/elle utilisera donc le micro que son voisin (Chercheur-e / Chercheur-e) daignera partager, ce qui justifiera au passage de lui laisser la parole en dernier, le créneau toujours raccourci à cause des précédents orateurs qui n’ont pas pu s’empêcher de déborder, sincèrement persuadés que la teneur de leurs propos légitimait largement ce manquement au respect des règles et des collègues. Sans doute sans le vouloir, il/elle renvoie objectivement l’image d’une configuration en 4+1 : peut-être à cause du tabouret, de la lumière, du micro manquant ou d’un dress-code un peu décalé, mais plus sûrement encore à cause d’un sourire fortement crispé, d’une relation fébrile à sa feuille de notes et d’une absence de connivence avec les quatre premiers qui érigent la leur en signe ostentatoire d’appartenance à la caste des VIP de la communauté2.

8Les interventions des quatre Chercheur-e-s / Chercheur-e-s démarrent, elles sont parfaitement au point et méticuleusement dosées entre des allusions théoriques laissant penser que le background est conséquent, quelques interrogations méthodologiques ou épistémologiques pour éblouir les doctorant-e-s, quelques mentions efficaces à des travaux antérieurs pour marquer la thématique de manière quasi éthologique, sans oublier quelques anecdotes bien senties pour gagner l’adhésion de la salle en la faisant sourire. De la belle ouvrage qui se clôt, pour le/la quatrième Chercheur-e / Chercheur-e, par un revers nonchalant de la main détournant le micro en direction de Chercheur-e / Militant-e pour qu’il/elle puisse prendre la parole à son tour.

9Il/elle n’ignore pas que ses propositions seront dissonantes et que son temps est réduit. Avec prudence, il/elle alloue une première partie à des propos déférents envers les positions de ses prédécesseurs. Puis, il/elle décide enfin de s’exposer, se redresse sur son siège, hausse un peu le ton et envisage une proposition alternative. Il/Elle commence par suggérer que la globalité d’une personne est difficilement sécable, qu’un chercheur est également un citoyen, potentiellement engagé et qu’un citoyen déjà engagé peut s’engager aussi dans la recherche, qu’il est sans doute assez vain, voire illusoire, de prétendre cloisonner de manière étanche les composantes d’un même être humain. Il/Elle soumet l’hypothèse de mettre à profit ces deux dynamiques d’engagement pour qu’elle s’enrichissent réciproquement, la recherche gagnera de s’alimenter à la connaissance et à l’expérience militante et l’engagement militant s’enrichira des apports de la recherche. Bien sûr, il/elle le dit haut et fort mais ce n’est pas ce qui marque l’assistance progressivement gagnée par une vague de réprobation, s’il est intéressant de travailler à leur articulation, il est primordial de ne pas les confondre et de ne pas sombrer dans une confusion lourdement préjudiciable pour chacune des deux sphères.

10Juste le temps de reprendre son souffle, il/elle se voit contraint d’enchaîner, au moins pour ne pas laisser croître un léger brouhaha de contestation. D’autant que va être franchi un palier dans l’épistémologie iconoclaste développée. La proposition est de prolonger l’hypothèse de l’enrichissement réciproque de la recherche et du militantisme du niveau intra-individuel jusqu’au niveau inter-individuel. Il/Elle esquisse les conditions d’élaboration d’un dispositif permettant de poursuivre simultanément, sans les confondre, des objectifs de production de savoirs scientifiques et de ressources pour les mouvements militants. Ces conditions sont précises (il est question de participation, de tiers-espace, de non-hiérarchisation des savoirs, voire d’émancipation), elles sont éprouvées dans plusieurs expériences mais la subversivité de la proposition les rend quasiment inaudibles. Elles remettent en cause la relation entre science et société, elles interrogent différemment l’utilité de la recherche et elles soulignent la dimension politique de toute démarche de recherche.

11À la tribune, les sourires des Chercheur-e-s / Chercheur-e-s passent de détachés à amusés avant de virer au franchement ironique quand ils ne se laissent pas aller à tendre vers le rictus, par excès de crispation des zygomatiques. Peu enclins à mettre en débat les fondements épistémologiques sur lesquels se sont bâties leurs carrières, ils/elles optent pour le rejet. Ils/Elles versent progressivement dans le dénigrement en surfant allègrement sur les remous hostiles de l’assistante, remous qu’ils/elles n’hésitent d’ailleurs pas à alimenter avec une science consommée de la démagogie.

12En quittant la tribune Chercheur-e / Militant-e est ostentatoirement ignoré par les des Chercheur-e-s / Chercheur-e-s et par une bonne partie de l’assistance. En se remémorant sa soutenance de thèse, dont le jury avait remarqué le potentiel, il/elle puise dans ses réserves d’autodérision en fredonnant un refrain de Brel :

« On est cent que la gloire
Invite sans raison
Mais quand meurt le hasard
Quand finit la chanson
On se retrouve seul »

Scène 2 : Militant-e / Chercheur-e dans un congrès syndical

13La scène se déroule dans la plus grande salle polyvalente d’une municipalité de la périphérie d’une capitale régionale qui accueille le congrès annuel d’une organisation syndicale. Pour y accéder, il faut traverser le grand hall saturé de stands diversifiés (inscriptions, goodies à l’effigie du syndicat, ouvrages présentés par leurs auteurs, buvette, sandwich, etc.) qui génèrent une effervescence pleine de convivialité, renforcée par la satisfaction de se retrouver dans un entre-soi sécurisant.

14La salle est beaucoup plus calme que le hall et le léger brouhaha des conversations est surtout scandé par le grincement des chaises métalliques, pourtant sagement alignées mais dont les écarts entre les rangées sont peu propices aux déplacements. L’important est que l’assistance soit dense sur les photos et que l’effectif communiqué à la presse puisse être avantageux : le confort et l’ergonomie ne sont pas prioritaires.

15Face au public une grande toile blanche est destinée à la projection de courts métrages mais surtout aux incontournables diaporamas qui rythment désormais les interventions orales. Sur le bord, à gauche de l’écran, un pupitre imposant et rutilant, en plexiglass transparent disparaissant sous le logo syndical, prolongé par deux micros très design, se veut un indicateur incontestable de modernité (comme en témoigne la zapette destinée à faire défiler les diapositives).

16L’assistance est à présent installée et presque recueillie. Si quelques casquettes persistent, le logo syndical est préférentiellement repérable sur l’autocollant aux couleurs vives que chacune et chacun arbore fièrement sur sa poitrine, collé à même le tee-shirt ou le blouson.

17Sous la conduite d’un responsable national promu aux fonctions de Monsieur Loyal, les intervenants se succèdent en rivalisant de détermination pour grimper les trois marches d’accès au pupitre. Ce sont les Militant-e-s / Militant-e-s.

18Leurs discours sont habituels, leurs cibles bien identifiés et leurs arguments assez peu nuancés. Ils ont comme fonction principale de s’assurer de l’adhésion de la salle qui, bon public, réagit opportunément à toutes les allusions, traduisant ce qui n’est pourtant que de la connivence comme des traits d’humour. Le public applaudit chaleureusement chacun/chacune qui, pour clore son discours, se fend d’un couplet très lyrique, prononcé d’une voix tonitruante et scandé par le « Camarades, je vous remercie », doté d’une fonction assez proche de la clochette de Pavlov. Ici, le public ne salive pas, il bat frénétiquement des mains.

  • 3 Je rappelle qu’il ne s’agit là que de la reconstruction caricaturale d’un congrès syndical fictif. (...)

19Enfin le Monsieur Loyal annonce un dernier intervenant, il s’agit de Militant-e /Chercheur-e. Il reconnaît que le Comité d’organisation ne savait pas trop à quel moment positionner cette communication (donc, ce sera la dernière) ni vraiment comment la caractériser. Il choisit la biographie : il/elle a longtemps occupé des fonctions électives dans notre syndicat. Elles ont été un peu délaissées ces dernières années puisqu’il/elle s’est engagé-e dans un doctorat et vient d’être recruté-e à l’université. Son « retour » dans un congrès syndical est donc plutôt envisagé comme un partage d’expérience, avec l’attente tacite de confirmer qu’il/elle ait réussi à chahuter un peu le bel ordonnancement du monde intellectuel en expliquant aux chercheurs ce que c’était la « vraie vie »3.

20Il/Elle est accueilli par des manifestations plutôt sympathiques, il/elle connaît bien les codes. Et puis, il/elle commence son intervention en choisissant de se limiter à faire passer deux idées, en privilégiant un conditionnel d’humilité, en expurgeant son discours de tout vocabulaire universitaire, ce qui serait rédhibitoire. Pour sa première proposition, il/elle mobilise son expérience en défendant que, dans son parcours, son expérience de la recherche lui a été très utile pour son engagement militant, par ses manières plurielles d’aborder une même situation, par ses démarches méthodologiques, par ses questionnements épistémologiques (sans employer les termes, bien sûr). Dans la salle les sourcils se froncent, les gorges s’éclaircissent bruyamment. Ce n’est pas très grave puisque cette proposition ne concerne que lui/elle, en fait, c’est son droit ou plutôt son problème, on le tolère à défaut de le respecter.

21La seconde proposition est plus difficile. Il/Elle propose de promouvoir son expérience et d’envisager des groupes mixtes, militants et chercheurs qui, sur la base d’un projet négocié, pourraient collaborer et travailler ensemble. Il plaide avec une certaine fougue sur les avantages qui trouveraient les militants, sur les apports de points de vue différents et largement documentés, sur l’intérêt des prises de distance que permettent les méthodologies, sur la richesse de la co-élaboration d’une langue commune, sur les dynamiques générées par la stabilisation de postures au sein d’un groupe hétérogènes… Mais là, le discours devient dérangeant comme en atteste l’intensité croissante de l’agitation et du brouhaha. Des quolibets ne tardent pas à émerger : « On n’a pas besoin que les chercheurs viennent nous faire la leçon ». Ils perdent rapidement leur once de nuance : « Tu as oublié d’où tu venais » et montent en intensité.

22Il/elle avait certes sous-estimé la violence de l’accueil mais avait un peu anticipé en proposant en conclusion de citer Jean Ferrat qui, dans son « Bilan » dépasse une terrible désillusion en esquissant des lendemains moins sombres :

« C’est un autre avenir qu’il faut qu’on réinvente
Sans idole ou modèle, pas à pas, humblement
Sans vérité tracée, sans lendemains qui chantent
Un bonheur inventé définitivement
Un avenir naissant d’un peu moins de souffrance
Avec nos yeux ouverts en grand sur le réel
Un avenir conduit par notre vigilance
Envers tous les pouvoirs de la Terre et du Ciel
Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui ».

23Mais la partie était déjà jouée et l’affaire emballée. Personne n’écoutait plus Militant-e / Chercheur-e et personne n’était donc en mesure de réfléchir à la possibilité d’envisager diverses modalités d’engagement militant, dans un souci de renouvellement, incluant une dimension critique et constructive.

24En triste indicateur de la « démocratie interne », l’intervention de Militant-e /Chercheur-e ne figurera même pas dans les Actes du Congrès et la bière, dégustée en solitaire pour se remettre de cette épreuve, avait, pour lui/elle, un goût particulièrement amer.

Scène 3 : Chercheur-e - Militant-e et Militant-e - Chercheur-e dans un espace « tiers-construit »

  • 4 Serres, M. (1991) Le tiers-instruit, Paris : François Bourin

25Ici pas d’amphithéâtre solennel ni de salle polyvalente bouillonnante, l’espace envisagé ne peut-être qu’épistémologique, le fictionnel est assumé. Ici pas de colloque impact factorisé ni de congrès ritualisé, mais un simple projet partagé, le projet d’une rencontre. Cet espace n’a rien de géographique, de formalisé, d’institutionnel, de traditionnel ni de codifié. Sa caractérisation de « tiers-construit » s’inspire de Michel Serres4 et va même jusqu’à lui emprunter son habit d’Arlequin, dans lequel les morceaux de tissus de l’expérience du militant se combinent avec ceux de l’expérience du chercheur pour constituer une seule parure.

26Cet espace n’existe pas a priori, il est à inventer, à créer. Vêtus de leurs habits d’Arlequin Chercheur-e - Militant-e et Militant-e - Chercheur-e ont choisi de s’y atteler, ensemble bien sûr. L’esquisse qu’ils ont stabilisée mobilise 10 qualificatifs :

27Cet « espace tiers-construit » s’émancipe de toute forme de perpétuation et de ses zones de confort, il est « exigeant », car il ne peut que se conquérir, comme un enjeu pour les sciences de l’éducation, avec la prise de risques qui en constitue le quotidien. Au-delà de son instabilité héritée de sa tension intrinsèque entre l’attraction de la logique de la recherche et celle de la logique du militantisme, il affronte l’incertitude et l’inconnu et en ce sens il ouvre de nouveaux possibles, il est « pionnier ». Il est nécessairement collectif et, au-delà de l’adhésion, il doit être en mesure de fédérer, d’une manière active et dynamique, de se montrer « reliant ». Le collectif ne peut-être qu’engagé et cet espace est, d’abord et avant tout, « participant », au sens fort et plein du terme. Soucieux de la préservation de ce collectif, cet « espace tiers-construit » est « accueillant », tant à l’interne certes, pour ses membres engagés, qu’à l’externe envers ses partenaires effectifs et potentiels. Il s’avère largement « protecteur » (indispensable pour accueillir la prise de risques) et foncièrement « tolérant » (le droit à l’erreur est la condition de toute prise de risques acceptable). Il sait même se montrer « réconciliant » pour soutenir le vivre ensemble en permettant de dépasser sans encombre les conflits interpersonnels.

28L’importance du collectif ne saurait occulter le questionnement « critique » auquel cet « espace tiers-construit » soumet ses choix, ses projets, son fonctionnement, ses réalisations, ses engagements, ses principes et ses valeurs. Il assume pleinement sa dimension « politique » tant dans le débat social et citoyen que dans la mise au travail, concrète mais théorisée, des relations entre science et société.

29Cet espace est le fruit d’une démarche de co-élaboration conduite par « Chercheur-e / Militant-e » et par Militant-e / Chercheur-e ce qui nous invite à prolonger la réflexion. Au sein de cet « espace tiers-construit », le slash, en tant que symbole de la séparation, va logiquement disparaître pour laisser sa place au trait d’union. Ce trait d’union vient en écho à l’habit d’Arlequin : aucune des couleurs ne se fond dans une autre, chacune préserve son identité mais à l’endroit de la liaison, de la couture, le tissu se reforme comme une cicatrice et génère une sorte d’interface. La logique scientifique et la logique militante n’ont pas disparu mais ne se sont pas non-plus confondues, mêlées. Elles sont articulées, ce qui leur préserve une marge d’autonomie, à nos yeux, irréductible.

30Ainsi que ce soit sous le vocable « Chercheur-e - Militant-e » ou sous celui de « Militant-e - Chercheur-e », d’ailleurs interchangeables, l’espace « tiers-construit » a permis de poser les bases certes de nouvelles postures (scientifiques, sociales, citoyennes) pour les acteurs mais également de nouvelles modalités de relations, d’échanges et de collaboration entre la recherche en éducation, les organisations qualifiées de militantes et, plus largement, l’ensemble du champ social.

  • 5 Là encore, le trait est forcé, car des initiatives dans ce sens existent localement. Elles ont tend (...)

31Contrairement aux deux saynètes précédentes, celles du primat de la logique scientifique ou du primat du militantisme, cette troisième saynète n’existe en fait qu’au travers de son décor5. La caractérisation de l’espace « tiers-construit » est suffisamment précise pour permettre le passage à la « mise en scène ». En revanche, l’esquisse des personnages reste sommaire même si Arlequin fournit les costumes. Bien sûr, nous pourrions nous défausser en renvoyant sur l’improvisation des acteurs pour tracer cette nouvelle voie. Sans doute qu’une part d’invention sera requise, tout comme la nécessité d’adaptation aux situations, la capacité de sérendipidité, un soupçon appuyé de créativité, etc. Mais il n’empêche que la viabilité de cette tierce voie requiert d’abord et avant tout le respect des principes largement évoqués (articulation et non-confusion des deux sphères).

Baisser de rideau : « Chercheur-e - Militant-e », dimension politique

32La tierce voie que nous avons explorée et qui se traduit par l’esquisse d’un espace « tiers-construit » et par la définition d’une nouvelle figure, celle des « Chercheur-e - Militant-e » ou « Militant-e - Chercheur-e », conduit notre réflexion à investir brièvement la dimension politique et ce à au moins trois niveaux, différents mais complémentaires :

  • le niveau individuel de l’enseignant-chercheur en sciences de l’éducation. Il ne s’agira plus de conduire exclusivement des recherches en extériorité (dans une logique proche de celle de la « tour d’ivoire ») mais d’intervenir dans le champ social, de co-construire des projets articulant des visées de connaissances et des visées de transformations, de se colleter concrètement au maintien du trait d’union, précédemment évoqué ;

  • le niveau du projet de nos unités de recherche. Une approche cynique privilégierait le constat de la baisse des crédits récurrents pour justifier la nécessité d’abonder la colonne des ressources propres pour permettre le développement des activités de recherche. Une approche à la fois épistémologique (basée sur une relation différente entre la recherche et la société) et stratégique invite à accorder une place privilégiée aux préoccupations sociales et aux partenariats, dans l’élaboration des projets de nos Unités, autant dans leur volet strictement scientifique que dans les perspectives de développement qu’ils promeuvent ;

  • le niveau de la discipline et de la communauté des sciences de l’éducation. Les réflexions précédentes conduisent à préciser la définition, voire l’identité, de notre discipline, à clairement se positionner sur la question de l’utilité sociale sans jamais obérer le projet de développement de connaissances sur le fait éducatif, entendu au sens large, et s’agrandissant encore en lien avec les nouveaux partenaires potentiels.

33Nous sommes persuadés que cette tierce voie est ouverte sur l’avenir et qu’il incombe aux sciences de l’éducation de la fréquenter, de la baliser (voire de la protéger) et surtout de la développer et de la revendiquer. Elle n’est sans doute pas la seule voie à suivre mais celle-là, pour sûr, il vaudrait mieux ne pas la délaisser.

Haut de page

Notes

1 Organisé à l’occasion du colloque sur les 50 ans des sciences de l’éducation (Toulouse, Septembre 2017) pour interroger les relations entre recherches et militantisme dans le contexte spécifique des sciences de l’éducation françaises et francophones.

2 Je rappelle qu’il ne s’agit là que de la reconstruction caricaturale d’un colloque fictif. Bien sûr, il existe de nombreuses manifestations scientifiques au sein desquelles les débats sont non seulement possibles mais encouragés, où le contenu des échanges est plus important que les « positions » au sein de la communauté.

3 Je rappelle qu’il ne s’agit là que de la reconstruction caricaturale d’un congrès syndical fictif. Bien sûr, il existe de nombreuses collaborations entre syndicats, équipes de recherches et monde universitaire.

4 Serres, M. (1991) Le tiers-instruit, Paris : François Bourin

5 Là encore, le trait est forcé, car des initiatives dans ce sens existent localement. Elles ont tendance à se développer et à se fédérer, ce qui est prometteur. En revanche, une dérive semble apparaître avec la notion de « recherches collaboratives » employée sans grand discernement dans différents contextes et sans un cadrage épistémologique et méthodologique minimal, ce qui brouille et parasite le chantier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Marcel, Véronique Bordes et Laurent Lescouarch, « Chercheur-e - Militant-e. Plaidoyer pour un « tiers construit » »Les dossiers des sciences de l’éducation, 40 | 2018, 95-103.

Référence électronique

Jean-François Marcel, Véronique Bordes et Laurent Lescouarch, « Chercheur-e - Militant-e. Plaidoyer pour un « tiers construit » »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 40 | 2018, mis en ligne le 13 janvier 2020, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dse/2928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.2928

Haut de page

Auteurs

Jean-François Marcel

Professeur des universités. Directeur de l’UMR Éducation, Formation, Travail, Savoirs de l’Université Toulouse Jean-Jaurès. Il a publié de nombreux ouvrages sur le travail enseignant, le développement professionnel, l’évaluation de dispositifs et l’accompagnement au changement.
jean-francois.marcel[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Véronique Bordes

Professeure des universités en sciences de l’éducation. Membre de l’Unité Mixte de Recherche en Éducation, Formation, Travail, Savoirs de l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Ses travaux concernent la jeunesse, les politiques jeunesse, la socialisation, le hip-hop, les diversités culturelles, la formation des professionnels de l’éducation non formelle.
vbordes[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Laurent Lescouarch

Maître de conférences HDR au département des sciences de l’éducation de l’Université de Rouen et membre permanent du Centre Interdisciplinaire de Recherche Normand en Éducation et en Formation (CIRNEF EA 7454). Ses travaux de recherche portent sur les pratiques pédagogiques dans les espaces scolaires et périscolaires et l’accompagnement des enfants en difficulté scolaire.
laurent.lescouarch[at]univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search