Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Partie 1. Le développement de la ...30 ans et 15 rencontres du REF : ...

Partie 1. Le développement de la recherche en éducation et en formation

30 ans et 15 rencontres du REF : thématiques et évolutions

Danièle Périsset
p. 73-92

Résumés

Le Réseau international francophone de recherche en Éducation et en Formation (REF) fête en 2019 ses 30 ans. À partir de la liste des 252 symposiums organisés au cours des 15 rencontres du REF, les thématiques traitées ont été réparties en 16 catégories et analysées en fonction de la fréquence de leurs apparitions. Des thèmes phares ou négligés ont été identifiés. Le bilan permet d’ouvrir quelques perspectives pour la recherche en éducation que les rencontres REF et les publications qui en sont issues ont sans aucun doute stimulée depuis plusieurs décennies.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mis à part la mention de « chercheuses et chercheurs », pour ne pas alourdir le texte, nous avons a (...)
  • 2 Repéré le 17 juillet 2018 sur : https://www.unige.ch/fapse/ref/
    Le site a été construit et est régu (...)

1En 2019, à l’occasion de ses quinzièmes rencontres, le Réseau international francophone de recherche en Éducation et en Formation (REF) fête ses 30 ans, 30 ans de soutien aux chercheuses1 et chercheurs en sciences de l’éducation issus du monde francophone, 30 ans d’activité significative en termes de dissémination des produits de la recherche en éducation, de soutien au développement et à la structuration du champ. Un site internet2 en répertorie l’essentiel : « présentation », « fonctionnement », « historique », « publications », « contact » et « prochain REF » font l’objet de sections aussi richement et utilement renseignées que possible. Certes, ce site est un album souvenir magnifique pour celles et ceux qui ont participé à ces rencontres. Mais, au-delà de l’anecdote, c’est surtout une mine d’or fournissant informations et indications à propos de l’évolution des rencontres du REF et, partant, des thématiques inscrites dans le champ des sciences de l’éducation au cours de ces 30 dernières années (1989-2019).

2Après avoir évoqué à grands traits le contexte historique du développement des sciences de l’éducation dans lesquelles les rencontres du REF s’inscrivent, nous dresserons la liste des rencontres et classerons les symposiums selon le nombre de fois où une thématique apparaît et évolue au cours des éditions considérées. Nos résultats seront ensuite discutés en particulier pour les quatre thématiques les plus souvent convoquées ainsi que pour les raretés et points aveugles que nous avons identifiés.

La mise en réseau progressive des sciences de l’éducation en francophonie ou la naissance du REF

3Si le REF a connu un tel développement et le succès qui est le sien, ce n’est dû ni au hasard ni à un effet de mode ou de distinction (au sens de Bourdieu, 1979), voire d’autosatisfaction d’appartenir à une « élite ». En effet, ce sentiment pourrait découler de la clôture du REF : n’y participent que celles et ceux qui y sont invités, en nombre limité par pays francophone ; en outre, chaque symposium décide d’accepter ou non des observateurs.

  • 3 Plaquette de présentation des journées internationales du REF des 6, 7 et 8 mars 1990.

4Les motifs qui ont permis au REF de naître et de croître, sont évoqués dans un historique des rencontres écrit en 19903 :

« La recherche en éducation et formation de langue française est riche et diverse. Elle souffre cependant d’être dispersée et compartimentée de différents points de vue : séparation entre éducation, formation initiale et formation permanente ; séparation entre chercheurs d’une part, praticiens et décideurs d’autre part ; séparations héritées de systèmes de formation nationaux différents. Soucieux de travailler dans l’espace de cette triple interface, le REF se propose de : mettre en valeur la diversité et la complémentarité des recherches et des pratiques en éducation et en formation ; faciliter, intensifier et valoriser la mise en relation des personnes et des organismes concernés par la recherche en éducation et formation (chercheurs, praticiens, décideurs…) ; valoriser la coopération internationale en matière d’éducation et de formation par le canal de la langue française. »

  • 4 Jean-Marie Barbier, alors professeur au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), a organi (...)

5Comme le signale Jean-Marie Barbier4, l’organisation des rencontres du REF est née à l’interface de trois exigences portées par un contexte favorable dès les années 1990 : la professionnalisation des sciences de l’éducation qui se marque à la fois par leur académisation et par leur forte articulation à des enjeux professionnels et sociaux ; la mise à distance des cadres institutionnels nationaux de l’éducation en raison de l’exigence de confrontation internationale et enfin l’affirmation du français comme langue scientifique en éducation.

Un contexte historique propice

  • 5 À propos du fonctionnement du REF, le site dédié précise ceci : « Le REF organise tous les deux ans (...)

6Les premières rencontres inaugurées en 1990 au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) de Paris proposent – sur invitation – quatre ateliers : La didactique ; La formation des formateurs ; L’évaluation et la gestion de l’éducation ; L’éducation comparée. Des traces destinées aux participants sont rédigées, sans autre publication pour parachever les travaux. Lors du REF de 1991, un document ronéotypé est disponible sur demande auprès de l’Université de Liège qui a organisé les rencontres. Il faut attendre les 3es (1992, Sherbrooke) et 4es (1994, Louvain-la-Neuve) rencontres du REF pour que la forme connue actuellement soit mise en place5.

  • 6 Cette histoire des débuts du champ a été investiguée pour la Suisse et l’Europe notamment par Hofst (...)

7Ce n’est pas par hasard que les rencontres du REF naissent à cette époque. Dès la fin des années 1980, les sciences de l’éducation connaissent un développement important. Certes, le champ des sciences de l’éducation n’est pas nouveau. Les précurseurs œuvrent depuis des décennies à mettre en évidence la puis les science(s) de l’éducation6. Dans son article sur les origines et l’évolution des sciences de l’éducation, Mialaret (2009) inscrit leurs débuts au xviie siècle avec, entre autres, les écrits de Comenius, tout en précisant qu’une tradition bien antérieure préexistait. Mialaret situe la renaissance du courant en francophonie dans les années 1960, à partir des travaux de l’Institut Jean-Jacques Rousseau - École des sciences de l’éducation de Genève, fondé en 1912 et rattaché à l’Université en 1929. Enfin, précise-t-il, ce n’est qu’à la rentrée de 1967 que trois universités françaises (Bordeaux, Caen et Paris) offrent un cursus académique en sciences de l’éducation alors qu’au Québec, les facultés des sciences de l’éducation sont créées en 1961 à l’Université de Sherbrooke et en 1965 à l’Université de Montréal. La réflexion sur le concept d’éducation est alors relancée, nourrie et enrichie par la discipline scientifique « sciences de l’éducation » qui est, par définition, plurielle (pour cet aspect, voir par ex. Chatelanat, Moro et Saada-Robert, 2004 ; Plaisance et Vergnaud, 1993/2012 ; Charlot, 2017). Lebeaume (2017) note pour sa part qu’en France, c’est à partir des années 1980, soit une quinzaine d’années après l’inscription académique des sciences de l’éducation dans le paysage français, que l’évaluation dite « stratégique » des individus et des collectifs universitaires se met place, soulignant encore davantage la constitution du champ. Relevons que ce qui se passe alors en sciences de l’éducation est très comparable au mouvement qui touche dans les années 1990 en France d’autres secteurs universitaires correspondant à des champs de pratique, par exemple les sciences de gestion.

Les sciences de l’éducation pour accompagner les transformations sociales

8Dans les années 1980-1990, les temps sont donc mûrs. À cette époque, les trente glorieuses ont vécu ; le monde a changé. L’évolution sociale et économique des années 1960-1970 a introduit de nouveaux paradigmes qui ont bousculé les acquis traditionnels et rendu fragiles les certitudes politiques (Forsé et Langlois, 1995). Afin de faire face à l’inconnu que représente le futur dans le domaine de l’éducation également (voir, par ex. OCDE, 2001), ne pouvant anticiper la portée sociétale des actions à venir, les politiques supranationales invitent les sciences de l’éducation à participer au débat. Le monde politique offre aux acteurs du champ scientifique, dont ceux des pays francophones concernés par le REF, une opportunité unique de participer à la rénovation de l’organisation de l’école publique obligatoire et aux transformations des formations à l’enseignement.

9Fonder un réseau scientifique international fort d’experts qui peuvent être ou sont déjà invités dans d’autres pays francophones devient une évidence. Les premières rencontres du REF se tiennent en 1990, pleinement ancrées dans ce mouvement de développement et de structuration des sciences de l’éducation au service de la Cité et des évolutions sociétales contemporaines.

Réseauter et publier. Autrement dit, structurer un champ scientifique

10La structuration d’un champ, comme le rappellent Keiner (1999) et Keiner et Schriewer (2000), se lit à travers l’histoire de ses réseaux, celle de ses supports éditoriaux et autres publications. Dans ce contexte, les activités de mise en lien et de mise en valeur des travaux scientifiques jouent « un rôle extraordinaire pour l’émergence, l’institutionnalisation, les processus de consolidation sociale et intellectuelle et la visibilité tant universitaire que publique et politique, des réseaux de communication, que communément, on qualifie de “disciplines” » (Schriewer, 1998, p. 59, cité par Périsset, Schneuwly et Hofstetter, 2007, p. 410). Toute activité de recherche n’a de sens qu’à partir du moment où elle est publiée et diffusée, son objet, sa méthode, ses résultats, sa scientificité ayant été légitimés par l’expertise des membres des comités de lecture que ce soit pour des articles de revues dites « à comité de lecture » [ACL] ou pour des chapitres d’ouvrages collectifs (« ouvrages scientifiques » [OS]).

11Parce qu’elle légitime les travaux produits, la publication inscrit, d’une part, les activités de recherche et leur production dans un champ identifié ; elle permet, d’autre part, à la communauté scientifique de se construire et de se développer en redéfinissant ses contours en permanence ; elle permet de documenter échanges et débats à l’intérieur de la communauté scientifique ou avec les professionnels sur le terrain ou les représentants politiques.

12Les interactions qui structurent une communauté scientifique occupent différents espaces, dont celui des réseaux. Pour l’objet qui nous intéresse ici, le REF (Réseau international francophone de recherche en Éducation et en Formation) s’appelle ainsi parce que c’est un réseau que ses initiateurs ont cherché à tisser. Nous appuyant sur les cinq formes décrites par Orgogozo (2003), nous identifions le réseau maille comme étant la forme qui correspond le mieux à la structure du REF : « Le réseau maille n’est ni hiérarchique ni monocentré. Il relie des points qui peuvent entrer en contact les uns avec les autres. Le pouvoir, la responsabilité et l’information y circulent de manière relativement égalitaire. […] C’est enfin celui qui est le plus conforme à l’étymologie du mot réseau qui signifie résille, filet, entrelacs de lignes se croisant. Pour les membres d’institutions différentes invités à travailler en partenariat, c’est le mieux adapté. » (Orgogozo, 2003, p. 70). De fait, ce réseau-maille, favorable à un bourgeonnement plutôt égalitaire et relativement informel – qui pourrait, selon Étienne (2012), préfigurer dans le futur des formes d’organisation des systèmes éducatifs – caractérise les liens qu’entretiennent les symposiums du REF entre eux, symposiums qui ont comme uniques balises formelles les règles de fonctionnement7 des rencontres.

  • 8 Recensées à partir du site internet du REF – la liste n’est sans doute pas exhaustive. Repéré le 17 (...)
  • 9 Les publications issues du REF 2017 sont encore en cours au moment où nous rédigeons cet article.

13Et ce réseau-maille a été tissé par le REF à travers les 252 symposiums qui ont eu lieu au cours des 15 rencontres organisées entre 1990 et 2017 (sans compter les 37 symposiums prévus en 2019 à Toulouse et dont il n’est pas tenu compte ici). Ces symposiums ont donné naissance à au moins 140 publications8, soit 117 ouvrages collectifs (OS) et 23 revues ACL éditées entre 1992 et 20159 (Tableau 1).

Tableau 1. Liste des années, des villes universitaires ayant organisé les rencontres REF, nombre de symposiums organisés et de publications issues des rencontres

Années des rencontres du REF

Ville universitaire daccueil

Nombre de symposiums organisés

Nombre de publications faisant suite aux rencontres
Total (dont revues)

1990

Paris (Cnam)

4

0

1991

Liège

4

1

1992

Sherbrooke

9

9

1994

Louvain-la-Neuve

9

9

1996

Montréal

13

5

1998

Toulouse

14

8

2001

Montréal

7

4 (1)

2003

Genève

18

7

2005

Montpellier

18

13

2007

Sherbrooke

24

18

2009

Nantes

22

14 (5)

2011

Louvain- la-Neuve

21

16 (4)

2013

Genève

27

19 (5)

2015

Montréal

30

17 (8)

2017

Paris (Cnam)

32

En cours

TOTAL

252

140 (23)

14Autant dire que le champ des sciences de l’éducation, qui structure indiscutablement le REF, s’en nourrit en retour. Le choix d’arrimer le REF à un processus de coopération internationale francophone a sans doute eu, à cet égard, un double effet : d’une part, un effet de circulation et de croisement des travaux hors des frontières nationales à partir des publications collectives issues des rencontres (livres ou dossiers de revues scientifiques) et, d’autre part, un effet de soutien à un haut niveau d’exigences scientifiques et de lisibilité des publications hors des contextes nationaux, effet induit par le processus d’élaboration progressive (lectures critiques entre membres du symposium et réécritures successives) des textes destinés à un public international. Il n’est guère possible d’évaluer quantitativement – du moins dans l’espace du présent article – un éventuel « effet-REF » sur la production dans le champ des sciences de l’éducation en francophonie ; reste que certaines publications issues de symposiums ont fait et font encore référence (nous pensons à certains ouvrages qui ont traité dans les années 1990 et 2000 les questions de la formation à lenseignement ou du travail collaboratif, pour ne citer qu’eux).

15Sans doute, cette importante activité scientifique et éditoriale a participé et participe encore à l’autolégitimation des sciences de l’éducation. Mais elle contribue aussi à la construction de sa légitimité auprès du monde universitaire en général, des mondes politiques dans certains pays, à certaines périodes ou encore auprès du monde professionnel de l’enseignement.

16Puisque 30 ans de symposiums et 15 occasions de nombreuses publications collectives – et plusieurs centaines d’articles ou chapitres – ne sont certainement pas sans importance pour la construction et structuration d’un champ et puisque nous admettons que tout développement est dynamique, nous soutenons l’idée que les différentes thématiques traitées lors des rencontres du REF représentent un indicateur intéressant de l’évolution du champ des sciences de l’éducation mais aussi de ses préoccupations, voire de ses partis pris : c’est que nous allons préciser à présent.

Méthode

17Afin d’observer l’évolution des thématiques de recherche débattues au sein des symposiums du REF, nous avons procédé à une analyse des contenus déposés sur le site internet dédié sous son onglet « historique »10. À partir des titres et, lorsqu’il fallait mieux s’informer du contenu des symposiums, à partir des résumés des publications subséquentes référencées sur le site internet du REF ou à partir des champs de recherche des coordinateurs des différents symposiums, nous avons déterminé les catégories thématiques dans lesquelles tous les symposiums répertoriés s’inscrivent au cours des 30 ans de rencontre du REF. Les quatre catégories originelles (La didactique ; La formation des formateurs ; L’évaluation et la gestion de l’éducation ; L’éducation comparée) ont été augmentées au fur et à mesure du dépouillement. Ce sont 16 catégories qui ont été retenues au final, ce qui a permis de caractériser les 252 symposiums que le REF a produits entre 1990 et 2017. Il n’a pas toujours été facile d’attribuer l’un ou l’autre symposium à telle ou telle catégorie : nombreux sont les ateliers où les coordinateurs, issus de disciplines distinctes, ont profité de l’occasion pour initier de stimulantes controverses interdisciplinaires et tisser des liens, des ponts, des relations entre domaines qui pourraient s’ignorer. Nous avons, dans ces cas, soit évalué l’orientation principale de l’objet traité par le symposium et les références des mots-clés de son titre (ainsi, pour la catégorie « Didactique », nous avons retenu les mots-clés savoirs, situations, problèmes, apprentissage, discipline), soit nous avons sélectionné l’ancrage disciplinaire du premier porteur du symposium, consciente de l’arbitraire que peut receler ce choix.

Résultats : tendances thématiques, des favorites aux oubliées

18Nous avons ordonné les symposiums en fonction du nombre de leurs apparitions au cours des rencontres du REF et les avons classés en mettant en premier les thématiques les plus souvent traitées. Lorsque des résultats étaient égaux, nous avons d’abord retenu la thématique questionnée depuis plus récemment. Le classement est celui-ci :

Tableau 2. Les thématiques traitées lors de REF, l’année de leur première apparition et leur importance numérique

Rang

Thématique traitée lors des symposiums du REF

Occurrences

1

Formation initiale et continue à l’enseignement, savoirs et développement professionnels, formation et recherche, professionnalisation, compétence (1990)

45

1

Didactique et didactiques disciplinaires, didactique comparée, éducations à, questions curriculaires, rapport au savoir (1990)

45

3

Politiques de l’éducation et politiques d’innovation (1990)

22

4

Le sujet : clinique, philosophie et éthique, écriture (2003)

21

5

Sociologie de l’école (élèves, enseignants, parents), insertion et transitions professionnelles (1992)

16

6

Formation et éducation des adultes ; valorisation des acquis de l’expérience (VAE) (1992)

15

7

Enseignement, gestion de classe, évaluation (1992)

13

8

Pratiques et gestes professionnels, acteurs, agents et collectifs (2005)

13

9

Nouvelles technologies et informatique (1996)

12

10

Enseignement spécialisé, prises en charge spécifiques, inclusion (1992)

12

11

Didactique professionnelle, analyse et clinique de l’activité (2003)

11

12

Pédagogie universitaire (1994)

10

13

Éducation, pédagogie comparée et interculturel (1990)

10

14

Préscolaire, école première (1998)

4

15

Femmes et éducation (2003)

2

16

Histoire de l’éducation (2017)

1

19Sur les thématiques des quatre symposiums organisés en 1990 (soit La didactique ; La formation des formateurs ; L’évaluation et la gestion de l’éducation ; L’éducation comparée), les trois premières sont aussi celles pour lesquelles l’intérêt n’a jamais été démenti. Arrêtons-nous sur les deux favorites : la formation à l’enseignement et les questions didactiques.

La formation à l’enseignement

20Dans les années 1990, les formations à l’enseignement subissent d’importantes réformes (par ex. Criblez, Hofstetter et Périsset, 2000). Loin de tarir avec les années, surtout lorsque les réformes ont été réalisées, la thématique se développe et s’élargit. Ainsi, dans son deuxième état, le symposium traite des formateurs et leur formation, puis de la formation des enseignants et de la recherche en éducation avant d’aborder d’autres facettes de la question, toutes liées à la formation à l’enseignement qu’elle soit initiale ou continue, dite développement professionnel ou encore construction des compétences pour enseigner. Les liens et les apports de la recherche à la formation sont régulièrement thématisés. Les questions de la professionnalisation des enseignants et de leurs formateurs (1998 et 2011), de la place des sciences humaines et sociales dans lexpertise des enseignants (2001), des liens entre formation initiale et continue (2001), de la qualification des enseignants (1998), des savoirs professionnels et des savoirs de la recherche en éducation (1998), de la médiation en recherche et pratique en éducation (2001), de la formation des enseignants à luniversité (2005) ou d’une formation professionnalisante (2009) ouvrent les possibles déclinaisons de l’inépuisable problématique de la formation à l’enseignement et de ses liens avec les apports de la recherche en éducation.

21Lalternance (le terme apparaît dans le titre d’un symposium en 2009 et se maintient au cours des REF suivants) entre formation en établissement et stages sur le terrain professionnel est bien sûr explorée (par exemple, à l’occasion de deux symposiums en 2007). L’actualité est également invitée à être débattue au sein des rencontres du REF : en 2007, dans une sorte de réponse aux « antipédagogistes » qui ciblent directement quelques chercheuses et chercheurs faisant référence dans le domaine – et dont certains sont par ailleurs membres fondateurs du REF –, le symposium « historique » sur la formation des enseignants aborde la question sensible de la recherche de cohésion et du refus de la pensée unique.

22De plus en plus, les responsables de symposium font intervenir plusieurs disciplines pour débattre des questions de formation. Par exemple : Construction de lidentité professionnelle chez des stagiaires et des enseignants novices en éducation physique (2011) ; Formation à la pratique professionnelle et activité des formateurs : médiations langagières et opportunités dapprentissage ou de développement (2013) ; Conception de formations à partir de lanalyse des interactions verbales en situation de travail (2015) ; Gestes professionnels, analyse des pratiques professionnelles : quelles logiques ? Quels enjeux ? Pour quelles professionnalisations ? (2017).

23La variété des apports et développements à propos de la formation à l’enseignement nourrit cette thématique favorite des rencontres du REF depuis 1990, à égalité quantitative avec la question de la « didactique ». Depuis 2007, ce ne sont pas moins de quatre à six symposiums qui sont organisés sur la thématique lors de chacune des éditions.

La ou les didactique(s) déclinée(s) : une présence croissante

24Autre symposium « historique » important, celui des « didactiques ». Après un départ plutôt timide (cinq symposiums organisés au cours de cinq des sept premières éditions), la question « didactique » prend son envol à partir du REF de 2003 (Genève) : lors des huit dernières éditions, 35 symposiums (sur 45) y sont consacrés. Les chercheuses et chercheurs en didactique, que ce soit en didactiques disciplinaires, didactique comparée, dispositif et ingénierie didactique, éducations à, ou encore à propos des questions curriculaires, diversifient et élargissent constamment leurs objets.

25Avec les années, les titres des symposiums indiquent qu’une complexité croissante occupe les recherches dans ce domaine. Ainsi, à côté d’ateliers aux appellations clairement ancrées dans le champ disciplinaire didactique (par exemple, 1996 : Didactique des langues : la grammaire et son enseignement en langue maternelle et seconde ; Didactique des mathématiques : le cognitif dans la recherche en didactique. 1998 : Ingénierie et génie didactique : des usages et mésusages dune théorie. 2003 : Questions de didactique comparée, formation pour la recherche et pour laction en situation denseignement/apprentissage ; Le travail de lenseignant et lobjet enseigné : le cas du français langue première), d’autres questions font leur apparition, qui se réfèrent à l’interdisciplinarité des sciences de l’éducation et interrogent les savoirs, le rapport au savoir et les apprentissages : 2003 : Changements du monde, changements des savoirs et des pratiques de référence, changements des curriculums ; 2007 : Les gestes professionnels soutenant la régulation des apprentissages dans la classe de langue ; 2009 : Les gestes professionnels soutenant la régulation des apprentissages dans la classe de langue ; 2013 : Sciences de la nature et sciences de la société : quelles recompositions disciplinaires pour former au monde de demain ? ; 2015 : Rapport aux savoirs de lenseignant et de lapprenant : quelles influences réciproques ?

La question des politiques de l’éducation et des politiques d’innovation

26Le troisième symposium « historique » s’intéresse aux « politiques de l’éducation et d’innovation » ; il est pleinement inscrit dans les préoccupations des années 1990. Les mutations sociétales, les changements imposés à l’institution scolaire et les réformes curriculaires, tant dans l’enseignement public obligatoire que dans les formations à l’enseignement, font l’objet de nombreuses recherches dans les pays du REF qui sont particulièrement concernés par les réformes de leur système scolaire et l’introduction d’innovations pédagogiques. Les rencontres du REF offrent des espaces bienvenus pour réfléchir collectivement et au-delà des frontières nationales aux enjeux de la professionnalisation (qui sont par ailleurs abondamment traités dans les symposiums liés à la formation à l’enseignement), voire pour tisser les réseaux utiles lorsqu’il s’agit de répondre à la demande des élus politiques. Cette opportunité – rare dans le domaine de l’éducation – enthousiasme la communauté scientifique ; du chercheur au militant pédagogique, la distance est parfois bien mince. L’évolution des thématiques traitées lors des rencontres du REF en politiques de l’éducation en témoigne.

27Les travaux conduits au sein des rencontres du REF dans les symposiums ayant pour objet les « politiques de l’éducation et d’innovation » connaîtront les deux tendances, militante et critique. La première tient de la posture de chercheuses et chercheurs engagés dans leur région ou leur pays à conduire des réformes qui, espèrent-ils, vont permettre la construction d’une école plus juste (par exemple, 1992 : Pratiques et modèles de formation en administration scolaire ; 1996 : Gestion scolaire et innovation : formation, savoirs daction et logiques professionnelles des personnels dencadrement ; 1998 : Innovation et gestion scolaire ; 2001 : Accompagner les réformes et les innovations en éducation : consultance, recherche et formation ; 2003 : Construction, diffusion et valorisation des savoirs dinnovation).

28La seconde tendance, plus récente, pose un discours nettement moins acquis à la cause supranationale des « nouvelles gouvernances ». L’action politique est analysée avec la distance critique nécessaire pour observer ce qui se passe au-delà des intentions et des idéaux (par exemple : 2009 : Privatisation et marchandisation de l’éducation : l’éducation restera-t-elle un service public ? ; 2011 : Du global au local : la gouvernance de l’éducation par laccountability et les indicateurs ; 2015 : Le travail et le professionnalisme enseignant face aux politiques de responsabilisation ; 2017 : Concurrence entre établissements et marketing scolaire). La convergence d’intérêts qui a pu lier les politiques chargés de l’éducation et les chercheuses et chercheurs en éducation semble s’être quelque peu essoufflée.

Et le « sujet » ?

29Fort bien représenté quantitativement quoique n’ayant été introduit qu’au cours des 7es rencontres du REF en 2003, la catégorie « Le sujet : clinique, philosophie et éthique, écriture » montre l’importance du sujet dans la recherche en éducation. De fait, l’enseignant est (aussi) une personne et pas seulement un acteur social, un maître instruit, un technicien, un praticien réflexif ou un praticien artisan (Paquay, 1994). Depuis 2005, à chaque rencontre du REF, il y a entre deux et trois symposiums qui se penchent sur le sujet qu’est tout professionnel de l’éducation.

30En 2003, c’est la clinique qui a les honneurs d’inaugurer un symposium qui va ensuite perdurer et se développer de manière importante : Démarche clinique : recherche, formation et intervention. En 2005, les discussions philosophiques et une réflexion sur les normes explicites et implicites en formation enrichissent la thématique. En 2007, ce sont les écritures professionnelles des acteurs de l’éducation et de la formation et les pratiques autobiographiques qui interviennent dans le débat au côté du développement de la compétence éthique individuelle et collective dans lenseignement. Diverses variations sur l’éthique et la déontologie ou l’écriture réflexive sont désormais inscrites dans chaque rencontre du REF. En 2017, trois symposiums abordent les questions d’éthique, de philosophie et de l’affect des enseignants : L’éthique de l’éducation et la politique de soi : les enjeux actuels de l’éducation morale et de la formation éthique ; Entre intelligibilité et transformation du monde : rapports, transition, transposition ; L’évolution de laffect dans les pratiques professionnelles, la formation et la recherche : positionnements cliniques. Le « sujet » en tant qu’objet de recherche n’est pas prêt de s’épuiser.

Des autres thématiques traitées dans les rencontres REF

31Plusieurs thématiques font régulièrement l’objet d’un ou deux symposiums par rencontre du REF : « Sociologie de l’école (élèves, enseignants, parents), insertion et transitions professionnelles » apparaît en 1992, disparaît en 2001 et revient régulièrement à partir de 2011 ; la thématique « Formation et éducation des adultes, valorisation des acquis de l’expérience (VAE) » est introduite en 1994 et est depuis régulièrement traitée (sauf en 1996 et 2011). On peut relever que les rencontres du REF 2017, organisées au Cnam, en accueillent quatre sur ce thème : c’est sans doute une indication que les axes forts de l’université d’accueil peuvent orienter les thématiques traitées (ainsi, Genève, en 2003, propose cinq symposiums autour des didactiques – cela ne s’était jamais vu auparavant ; Louvain-la-Neuve et les membres du Groupe interdisciplinaire de recherche sur la socialisation, l’éducation et la formation (GIRSEF)11 qui portent la manifestation en 2011 en organisent quatre sur leur spécialité qu’est la politique de l’éducation : aucune autre rencontre du REF n’en a eu autant sur cette thématique).

32Les questions d’« enseignement, gestion de classe, évaluation » apparaissent également rapidement (1992) et font l’objet d’un ou deux symposiums à chaque rencontre (sauf en 2001, 2005 et 2011). Il est difficile d’évaluer si le dynamisme de l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation (ADMEE Europe et ADMEE Canada)12 minore la présence de cette problématique en particulier lors des rencontres du REF.

33Il en va de même pour l’« enseignement spécialisé, prises en charge spécifiques, inclusion », traité chaque fois par un ou deux symposiums depuis 1992 (sauf en 1998, 2001 et 2009). Cette problématique, présente régulièrement lors des rencontres du REF, est par ailleurs bien installée dans de nombreux réseaux, nationaux et internationaux : les rencontres du REF donnent à voir seulement quelques-uns des très nombreux travaux conduits sur cet objet.

34La « pédagogie universitaire » est présente au cours de neuf rencontres du REF depuis 1994 (sauf en 1998, 2001 et 2013). Pour ce réseau également, l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU)13 joue un rôle prééminent, qui rend peut-être moins nécessaire une présence continue et marquée lors des rencontres du REF.

35Les « nouvelles technologies et informatique » apparaissent en 1996 déjà (à Montréal : le Québec est précurseur dans le domaine) et sont traitées depuis dans un ou deux symposiums (sauf 2001 lorsque les rencontres du REF reviennent à Montréal et voient le nombre des symposiums singulièrement réduit). Vu la place que prend la problématique en éducation dès les années 2010 et l’abondance de publications en ligne et travaux sur les TIC et l’e-education, on aurait pu penser à davantage de présence lors des rencontres du REF, mais il n’en est rien : les recherches présentées lors des rencontres du REF semblent continuer à se concentrer sur les thématiques plus « traditionnelles », chères à une école francophone qui ne semble pas avoir encore vraiment pris le virage virtuel.

36La « Didactique professionnelle, analyse et clinique de l’activité » entre dans le REF en 2003. Courant de recherche alors en plein développement en francophonie, le domaine permet de renouveler les connaissances sur le travail réalisé par les enseignants afin de comprendre, d’aussi près que possible et à l’aide de méthodologies rigoureuses, l’activité dans sa complexité, les conditions de sa réalisation et les dimensions physiques, cognitives, individuelles ou collectives convoquées. Un à trois symposiums y sont consacrés à chaque rencontre du REF depuis 2003.

37La thématique « Pratiques et gestes professionnels, acteurs, agents et collectif » apparaît en 2005, guidant la structuration formelle des établissements qui accompagne les réorganisations décidées par les nouvelles politiques éducatives (Coordonner, collaborer, coopérer ; Le rôle des directions d’établissement ; Les pratiques collectives des acteurs ; La reconnaissance de la professionnalité émergente ; Lengagement professionnel et reconnaissance ; La division du travail éducatif ; l’évolution des métiers dencadrement au sein des établissements scolaires ; etc.). Depuis, la thématique fait l’objet d’un à trois symposiums à chaque rencontre du REF.

38Le symposium historique « Éducation, pédagogie comparée et interculturel » présent en 1990 et qui traite d’une question de plus en plus vive dans les premières décennies du xxie siècle au vu de l’actualité économique, sociale et politique au niveau mondial, rencontre relativement peu d’écho ; sa présence est irrégulière. Au total, dix symposiums seulement sur l’ensemble des rencontres du REF prennent cet objet pour thématique (dont trois à Montréal en 1996, autre indice de l’importance que peuvent avoir les préoccupations et thématiques chères aux chercheuses et chercheurs des universités d’accueil). Certes, il existe d’autres réseaux qui s’intéressent à cette question. Ainsi, le réseau de l’Association francophone d’éducation comparée (AFEC) qui édite depuis en 197314 la revue « Éducation comparée » et l’« Association pour le développement des échanges et de la comparaison en éducation » (AFDECE)15 attestent de l’importance accordée de longue date à cet objet par la communauté scientifique. Reste que la visibilité, voire la renommée, qu’ont les rencontres du REF pourraient sans doute mettre davantage en valeur cette importante thématique du point de vue des enjeux sociaux et éducatifs contemporains.

Les raretés et les points aveugles

39Le dernier arrivé en 2017, « Histoire de l’éducation » (Autour des figures de l’éducation nouvelles) n’a que ce seul symposium à son actif. Ce n’est pas que la thématique soit oubliée par les sciences de l’éducation : le symposium est animé par un réseau international qui travaille sous cette forme depuis de nombreuses années et est riche d’une production de qualité largement reconnue mais qui est resté jusqu’alors en dehors de l’organisation des rencontres du REF.

40À notre avis, deux thématiques représentent autant de points aveugles – en plus de l’étonnement énoncé plus haut par rapport aux nouvelles technologies et aux questions d’éducation comparée et d’interculturel : il s’agit de la question du « préscolaire, école première » et de celle des « femmes en éducation ».

41Le « Préscolaire, école première » apparaît en 1998 et n’est traité que quatre fois dans toutes les rencontres du REF (en 1998, 2003, 2007, 2009) et est absent des quatre dernières éditions. Pourtant, de nombreuses études internationales, issues des résultats de PISA (Walker, 2011) ou d’autres recherches (par ex. Cèbe, 2000), insistent sur l’importance de l’école première pour les populations défavorisées, qu’elles soient ou non migrantes. Assurément, l’école première est une question socialement vive que les politiques traitent avec intérêt. Mais les recherches de ces dernières décennies en francophonie, tel que le laisse voir le programme des rencontres du REF, n’en font pas une priorité.

42Autre point aveugle : la question « Femmes et éducation », traitée deux fois : la première lors de son introduction en 2003 à Genève et reprise seulement en 2017 à Paris. L’égalité des sexes dans le domaine de la formation serait-elle un acquis pour les chercheuses et chercheurs ? Certes, dans la fonction publique, les salaires entre hommes et femmes sont égaux. Est-ce pour autant que la parité et l’égalité sont réalisées, en éducation et ailleurs ? Duru-Bellat (2004) a montré qu’il n’en est rien et que l’éducation tient un rôle important dans la persistance des inégalités entre hommes et femmes. Cela aurait-il changé en 10 ans ? Nous en doutons, aucune publication n’étant, à notre connaissance, venue démentir à ce jour les travaux de la sociologue française (voir par ex. pour la Suisse, Fassa, 2016). D’autre part, les économistes de l’éducation montrent que la qualité d’un système éducatif dépend de divers facteurs et que les questions d’efficacité externe et d’équité d’accomplissement professionnel y sont centrales (Gérard, 2001 ; Gérard et De Ketele, 2007). Par rapport aux femmes dans l’éducation, peut-on oublier que les femmes sont – comme en général dans l’économie – les grandes absentes (ou sous-représentées) des postes à responsabilité ? Lors de l’insertion professionnelle, il est étonnant de voir à quel point les jeunes femmes sont discriminées : bien que majoritaires en formation, elles trouvent moins rapidement du travail ou obtiennent des emplois moins satisfaisants ou qui correspondent moins à leur formation que leurs collègues masculins de la même cohorte (voir par ex. Voirol-Rubido, Jacquemet et Périsset, 2018). Les inégalités entre hommes et femmes sont largement thématisées depuis le début du xxe siècle, tant en histoire (par ex. Perrot, 1998) qu’en sociologie (par ex. Maruani, 1998) ou en économie (par ex. Laufer, 2004). Mais les faits sont têtus et les discriminations persistent dans tous les secteurs de la société ; le REF ne semble pourtant pas s’y intéresser outre mesure.

Conclusion : les rencontres du REF, incontournables dans le paysage des sciences de l’éducation francophone

43L’idée des rencontres du Réseau international francophone de recherche en éducation et formation (REF) est née en 1989 et réalisée pour la première fois en 1990 : le monde de l’éducation, comme la société qui lui est contemporaine, est alors en pleine réflexion et restructuration. Ces mutations sont clairement à la confluence de trois exigences qui accompagnent la création des rencontres du REF : la professionnalisation des sciences de l’éducation qui se marque à la fois par leur académisation et par leur forte articulation à des enjeux professionnels et sociaux, la mise à distance des cadres institutionnels nationaux de l’éducation par lexigence de confrontation internationale et enfin l’affirmation du français comme langue scientifique de la francophonie en éducation et en formation. Notre analyse des thématiques traitées confirme la mise en œuvre de ces trois exigences au cours des 30 ans de rencontres du REF.

Un succès croissant

44Visionnaires, persuadées que dans une société guidée par des principes supranationaux la meilleure solution consiste à mettre en réseau forces et intelligences, quelques figures de la recherche en éducation de France, du Québec, de Belgique et de Suisse inventent les rencontres du REF. À cette période, plusieurs d’entre eux sont membres des comités de l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation (ADMEE) ou de l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU) : ils connaissent la valeur de l’internationalisation des échanges scientifiques.

  • 16 REF : de quelques repérages et balises sur lhistoire dun réseau. Document non publié, rédigé par (...)

45D’abord confidentielles (quatre ateliers en 1990 et 1991), les rencontres connaissent un tournant à Sherbrooke en 1992, lors de leur troisième édition : les doyens des facultés des sciences de l’éducation du Québec y investissent beaucoup, notamment du point de vue financier. Les formules de fonctionnement (symposiums fermés sur invitation ; textes préparés en avance, mis en discussion lors des rencontres et préfigurant autant de chapitres d’un ouvrage collectif issu du symposium) et d’organisation chaque deux ans dans des pays et des institutions différents sont confirmées16. Le REF se revendique en tant que réseau informel, existant hors des cadres institutionnels académiques traditionnels. Sa pérennité est cependant le fruit de l’appui que lui ont offert à ses débuts plusieurs laboratoires de recherches respectivement en France, en Suisse, en Belgique et au Québec, tels le Centre de recherche sur la formation (CRF) du Cnam de Paris, le réseau OPEN, le Laboratoire Innovation, formation, éducation (LIFE) de l’université de Genève, le Groupe interdisciplinaire de recherche sur la socialisation, l’éducation et la formation (GIRSEF) de Louvain-la-Neuve et le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) du Québec.

46Neuf symposiums sont organisés en 1992 puis en 1994 avant de s’étendre un peu plus largement (13 en 1996 et 14 en 1998) et de marquer le pas en 2001 (sept symposiums organisés), trois ans après le précédent. L’idée n’est pas abandonnée pour autant. En 2003, les coordinateurs des rencontres du REF de Genève confient aux différentes équipes de la faculté des Sciences de l’éducation de l’Université d’accueil le soin d’organiser 18 symposiums, donnant ainsi au réseau un nouveau souffle. En 2005, à Montpellier où sont également organisés 18 symposiums, le Comité d’organisation du REF, soucieux d’assurer la pérennité de la manifestation, décide de rendre le leadership de l’organisation des rencontres aux établissements universitaires qui l’ont soutenu dès ses débuts et en ont assuré le développement.

  • 17 La non-finalisation de six intentions de symposium incite sans doute le CoREF à essayer de trouver (...)

47Ce positionnement marque le début de l’augmentation continue du nombre des symposiums organisés et de leur diversification : il y en aura plus de 20 en 2007, 2009, 2011, 27 en 2013 et leur nombre dépasse la trentaine depuis. Malgré cet important accroissement, le REF peut encore grandir : en 2019, les organisateurs ont reçu 43 déclarations dintentions d’organisation de symposiums et ils ont retenu les 37 projets finalement déposés17.

48Les thématiques débattues connaissent un élargissement et une diversification à chaque rencontre ; il est peu d’années où aucun nouveau thème n’est proposé. Selon les catégories à partir desquelles nous avons travaillé ici, les symposiums portent sur 4 thématiques différentes en 1990 et 1991 ; sur 7 thématiques différentes en 1992 ; sur 9 thématiques en 1994 ; sur 10 thématiques en 1996 ; sur 11 thématiques en 1998 et 2001 ; sur 14 thématiques en 2003 ; sur 15 thématiques différentes de 2005 à 2015 et enfin sur 16 thématiques en 2017.

Des thèmes phares, d’autres négligés

49Deux thèmes se dégagent nettement de l’analyse quantitative des symposiums organisés en 30 ans de rencontres du REF (45 occurrences chacune) : celui de la formation à lenseignement et du développement professionnel et celui de la didactique dans une acception large où le savoir est au centre des préoccupations. L’augmentation du nombre de symposiums organisés au fil des rencontres du REF leur profite : depuis 2003, ce sont entre deux et sept symposiums qui sont chaque fois organisés sur chacune de ces thématiques qui restent assurément les plus fréquemment sollicitées.

50Deux autres thématiques s’affirment, l’une depuis les débuts (1990), l’autre depuis 2003 : celle qui traite des politiques de l’éducation et de linnovation (22 occurrences) et celle qui prend le sujet : clinique, philosophie et éthique, écriture comme objet d’analyse (21 occurrences), chacune étant convoquée entre une et quatre fois par rencontre du REF. La comparaison quantitative de ces deux thèmes est intéressante : c’est un peu comme si, en 2003, la communauté des sciences de l’éducation du REF se mettait enfin à considérer les questions du sujet comme suffisamment fortes pour occuper un symposium en soi. Le succès des symposiums qui traitent du sujet, de ses valeurs, de son éthique et des questions de l’écriture comme processus de formation montre que c’était sans doute un manque jusque-là. Face aux effets des nouvelles politiques éducatives dépersonnalisées, il était temps de s’y intéresser : le retard pris par cette absence jusqu’en 2003 a été rapidement comblé puisque la question du « sujet : clinique, philosophie et éthique, écriture » est à la quatrième place du point de vue quantitatif des thématiques traitées depuis le début des rencontres du REF.

51La place timide, voire confidentielle, réservée lors des rencontres du REF à quatre autres thèmes nous étonne. Ces thématiques nous semblent aujourd’hui socialement vives et représentatives des défis que les sciences de l’éducation ne peuvent pas omettre ou sous-estimer.

52Ainsi, les technologies de l’éducation sont en train de révolutionner non seulement les supports d’enseignement, mais elles remettent en question les lieux institutionnels d’enseignement (par ex. Albero, Yurén et Guérin, 2018), les dispositifs de formation (par ex. Baron et Baudé, 1992 ; Rinaudo, 2018), les manières d’apprendre et de faire apprendre (par ex. Lebrun, 2015).

53La problématique de l’éducation, pédagogie comparée et de linterculturel est une question qui préoccupe actuellement tous les systèmes scolaires qui doivent accueillir les enfants d’une migration toujours plus importante et lointaine. Ces enfants et jeunes adultes ont connu des situations difficiles à imaginer. Mais ils sont là, devant se réparer et ayant simultanément à apprendre à se repérer dans une société dont les codes et usages leur sont totalement inconnus. Les comparatistes n’ont plus besoin de voyager au loin pour trouver leurs terrains d’observation. En mettant la question de l’éducation comparée sur la table dès les premières rencontres du REF, les pionniers ne se sont pas trompés ; à la communauté scientifique de reprendre et poursuivre ce travail dont la Cité a éminemment besoin.

54L’école première est un autre de ces points aveugles dont l’importance croît considérablement dans ce temps des fortes migrations, mais aussi d’augmentation de la pauvreté qui naît des crises économiques et touche la classe moyenne ou les familles monoparentales (par ex. Milewski et al., 2005) : le dicton qui dit « petits enfants, petits problèmes » n’est assurément pas sage, sauf à considérer qu’il vaut mieux prendre au sérieux les « petits » problèmes des petits enfants pour prévenir ceux, plus importants et graves, que risquent de connaître les « grands ».

55Dernier angle mort que nous aimerions mettre en lumière : celui de la question des femmes en éducation. Les femmes sont toujours discriminées dans nos sociétés, y compris dans le domaine de l’éducation. Ce qui nous surprend, c’est que cela ne semble pas vraiment questionner la communauté des chercheuses et chercheurs en sciences de l’éducation, tout au moins celle qui se réunit à l’occasion des rencontres du REF, communauté où les femmes sont sans doute bien représentées par rapport à d’autres champs académiques ou tout simplement en comparaison avec le monde de l’économie. Est-ce à dire que la question ne se pose plus parce que les acquis dans les sphères académiques du champ satisfont, ou alors la situation des femmes est-elle tellement intériorisée qu’on ne voit plus les discriminations ou qu’on ne songe plus à s’y intéresser – à moins que la persistance des inégalités décourage David qui renonce à affronter Goliath ?

56Innovantes, les rencontres du REF l’ont été et le sont encore. Reste que la maturité qui est celle du REF ne doit pas favoriser le ronronnement dans une zone de confort ou de succès avéré. Aux rencontres du REF, qui en ont le pouvoir, de renouveler le questionnement sur les problématiques et thématiques sensibles, socialement vives mais peu traitées, voire négligées, en donnant la priorité à la tenue des symposiums qui s’en saisissent.

  • 18 Richard Étienne, communication personnelle par courriel le 27 novembre 2018. Nous profitons de cett (...)

57Ce point de vigilance nous conduit à évoquer le risque d’effet « endogamique » qui menace tout réseau installé de manière durable. Le développement soutenu des rencontres du REF montre cependant que le réseau n’a jamais pu, de fait, se reposer sur ses lauriers : par exemple, du point de vue de la communication à l’extérieur du REF proprement dit, avant 2017, il fallait avoir participé à une des rencontres pour être « initié ». La création du site internet (décidée à Paris en 2017 ; le site est hébergé à l’Université de Genève la même année) permet à présent à tout un chacun de se renseigner, d’être informé de la vie du réseau. Par ailleurs, des quatre symposiums de Paris en 1989, on est passé à 32 quand le REF est revenu au Cnam de Paris en 2017, et 37 seront organisés à Toulouse en 2019. Cette vigueur et cette démultiplication, comme le précise Richard Étienne18, « démontrent qu’on ne reste pas dans l’entre-soi : croissance de presque 1000 % entre 1989 et 2019 et de plus de 100 % entre Montpellier (2005, mi-chemin) et Toulouse (2019) ». D’autre part, le CoREF s’internationalise et, pour mettre sur pied les rencontres, n’accueille plus uniquement les représentants de l’université organisatrice. La question de la démocratisation du pilotage des rencontres du réseau est débattue et sérieusement prise en compte par les responsables du réseau.

Un rôle certain dans la structuration des sciences de l’éducation

  • 19 À relever qu’aux rencontres REF de Toulouse en 2019, un symposium comptera des chercheuses et cherc (...)

58Nous le mentionnions plus haut : un champ se structure à travers ses réseaux et ses supports éditoriaux, ses publications. Par rapport à l’organisation des rencontres du REF, sachant que chaque symposium travaille sur 10 à 14 contributions issues d’au moins quatre pays différents19 et qu’en 2017, 252 symposiums avaient été organisés en 30 ans et 15 rencontres, force est de constater que ce ne sont pas moins de 2 500, voire de 3 000 textes issus de Belgique, de France, du Québec et de Suisse, et, dans une moindre mesure, d’autres pays essentiellement ou partiellement francophones, qui ont rendu compte de l’état de la recherche en éducation et de travaux menés par autant de chercheuses et chercheurs différents (puisqu’un chercheur ne peut soumettre de texte, en premier auteur, dans deux symposiums différents lors d’une même rencontre du REF).

59Certes, tous ces textes n’ont pas été publiés. Ce sont tout de même 140 ouvrages ou numéros spécialement dédiés de revues scientifiques qui l’ont été, ce qui représente au bas mot beaucoup plus qu’un millier d’articles. Il ne fait dès lors aucun doute que les rencontres du REF ont, en 30 ans d’existence, largement participé à la structuration, au développement et à l’ancrage universitaire des sciences de l’éducation en tant que discipline scientifique d’importance. Nul doute encore que ces rencontres ont contribué au développement, voire à la création, de nouveaux réseaux internationaux de recherche dans des domaines bien circonscrits. L’important accroissement des réseaux de recherche est cependant susceptible de favoriser un certain éclatement des travaux menés en sciences de l’éducation : le REF pourrait peut-être se poser en « réseau des réseaux », permettant ainsi aux sciences de l’éducation de conserver son caractère unique de pluralisme, de diversité et de complémentarité au sein d’une seule discipline académique.

60Nul doute enfin que les rencontres du REF, auxquelles souhaitent participer tant de chercheuses et chercheurs que les organisateurs des futures rencontres pourraient avoir du mal à trouver des locaux en nombre suffisant pour les accueillir, vont continuer à soutenir et structurer de manière importante les sciences de l’éducation, dans les domaines traditionnels dont le succès n’est plus à démontrer, mais aussi dans ceux, jusqu’ici plus discrets, qui demandent aujourd’hui une vraie attention de la part de la communauté des sciences de l’éducation.

Haut de page

Bibliographie

Albero, B., Yurén, T. et Guérin, J. (dir.). (2018). Modèles de formation et architecture dans lenseignement supérieur. Culture numérique et développement humain. Dijon : Raisons et passions.

Baron, G.-L. et Baudé, J. (dir.). (1992). Lintégration de linformatique dans lenseignement et la formation des enseignants. Lyon : INRP, ENS.

Bourdieu, P. (1979). La distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Minuit.

Cèbe, S. (2000). Développer la conceptualisation et la prise de conscience métacognitive à l’école maternelle : effets sur lefficience scolaire ultérieure du CP au CE2 : une contribution à la prévention de l’échec scolaire des élèves de milieux populaires. Thèse de doctorat. Aix-Marseille 1, en partenariat avec Université d’Aix-Marseille. Pôle Psychologie et Sciences de l’éducation.

Charlot, B. (2017). Formes et enjeux des recherches en éducation et formation. Les Sciences de l’éducation Pour l’Ère Nouvelle, 1-2, 17-30.

Chatelanat, F., Moro, C., et Saada-Robert, M. (dir.). (2004). Unité et pluralité des Sciences de l’éducation. Berne : Peter Lang.

Criblez, L., Hofstetter, R. et Périsset, D. (dir.). (2000). La formation des enseignant(e)s primaires. Histoire et réformes actuelles. Berne : Peter Lang.

Duru-Bellat, M. (2004). L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris : L’Harmattan.

Étienne, R. (2012). Réseaux et systèmes éducatifs, de nouvelles formes d’organisation actuelles et à venir. Administration et Éducation, n° 4, 15-21.

Fassa, F. (2016). Filles et garçons face à la formation. Les défis de l’égalité. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes.

Forsé, M. et Langlois, S. (1995). Tendances comparées des sociétés post-industrielles. Paris : PUF.

Gérard, F.-M et De Ketele, J.-M. (2007). La qualité et le pilotage du système éducatif. Dans M. Behrens (dir.), La qualité en éducation. Pour réfléchir à la formation de demain (p. 19-38). Québec : PUQ.

Gérard, F.-M. (2001). L’évaluation de la qualité des systèmes de formation. Mesure et évaluation en éducation, 24, 2-3, 53-77.

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (2002). Science(s) de l’éducation, 19e-20e siècles. Entre champs professionnels et champs disciplinaires. Berne : Peter Lang.

Hofstetter, R. et Schneuwly, B. (dir.). (2007). Émergence des sciences de l’éducation en Suisse à la croisée de traditions académiques contrastées (fin du 19e - première moitié du 20e siècle). Berne : Peter Lang.

Keiner, E. (1999). Erziehungswissenschaft 1947-1990. Eine empirische und vergleichende Untersuchung zur kommunikativen Praxis einer Discziplin. Weinheim: Deutscher Studien Verlag.

Keiner, E. et Schriewer, J. (2000). Erneuerung aus dem Geist der eigenen Tradition? Über Kontinuität und Wandel nationaler Denkstile in der Erziehungswissenschaft. Revue suisse des sciences de l’éducation, 22(1), 27-50.

Laufer, J. (2004). Femmes et carrières : la question du plafond de verre. Revue française de gestion, 30(151), 117-127.

Lebeaume, J. (2017). Un paysage contemporain des sciences de l’éducation au filtre des évaluations des unités de recherche (2011-2016). Les Sciences de l’éducation Pour l’Ère Nouvelle, 1-2, 31-65.

Lebrun, M. (2015). L’école de demain : entre MOOC et classe inversée. La révolution numérique, 156, 41-47.

Maruani, M. (1998). Les nouvelles frontières de linégalité. Hommes et femmes sur le marché du travail. Paris : la Découverte.

Mialaret, G. (2009). Les origines et l’évolution des sciences de l’éducation en pays francophones. Dans A. Vergnioux (dir.), 40 ans des Sciences de l’éducation (p. 9-22). Caen : PUC.

Milewski, F., Dauphin, S., Kesteman, N., Letablier, M.-T., Méda, D., Nallet, F., Ponthieux, S. et Vouillot, F. (2005). Les inégalités entre les femmes et les hommes : les facteurs de précarité. Rapport de mission remis à madame Nicole Ameline, Ministre de la Parité et de l’Égalité professionnelle, le 3 mars 2005. Paris : Ministère de la Parité et de l’Égalité professionnelle.

OCDE (2001). L’école de demain. Quel avenir pour nos écoles ? Tendances et scénarios. Paris : OCDE.

Orgogozo, I. (2003). Les passeurs d’information ou agir en réseau. Éducation & Management, 25, 70.

Paquay, L. (1994). Vers un référentiel de compétences professionnelles de l’enseignant ? Recherche et Formation, 15, 7-38.

Périsset, D., Schneuwly, B. et Hofstetter, R. (2007). Infrastructures éditoriales et formes cognitives. Dans R. Hofstetter et B. Schneuwly (dir.), Émergence des Sciences de l’éducation en Suisse à la croisée de traditions académiques contrastées Fin du 19e - première moitié du 20e siècle (p. 409-440). Berne : Peter Lang.

Perrot, M. (1998). Les femmes ou les silences de lhistoire. Paris : Flammarion.

Plaisance, E. et Vergnaud, G. (1993/2012). Les sciences de l’éducation. Paris : La Découverte.

Rinaudo, J.-L. (dir.) (2018). La téléprésence en formation. Londres : iSTE éditions, coll. Innovation en sciences de l’éducation.

Voirol-Rubido, I., Jacquemet, N. et Périsset, D. (2018). Lefficacité externe de la formation des enseignant-e-s de la HEP-VS en 2017. Rapport de recherche. St-Maurice : Haute école pédagogique du Valais. Communication présentée au Congrès de la Société suisse de recherche en éducation (SSRE), Zürich, 28-29 juin 2018.

Walker, M. (2011). PISA 2009 Plus Results: Performance of 15-year-olds in reading, mathematics and science for 10 additional participants. Melbourne : ACER Press.

Haut de page

Notes

1 Mis à part la mention de « chercheuses et chercheurs », pour ne pas alourdir le texte, nous avons adopté le masculin générique et y incluons évidemment les femmes.

2 Repéré le 17 juillet 2018 sur : https://www.unige.ch/fapse/ref/
Le site a été construit et est régulièrement mis à jour par Olivier Maulini, professeur à la faculté de Psychologie et des Sciences de l’éducation de l’université de Genève, et les membres de son équipe de recherche LIFE.

3 Plaquette de présentation des journées internationales du REF des 6, 7 et 8 mars 1990.

4 Jean-Marie Barbier, alors professeur au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), a organisé les premières rencontres du REF en 1990 (communication personnelle par courriel, le 16 juillet 2018).

5 À propos du fonctionnement du REF, le site dédié précise ceci : « Le REF organise tous les deux ans, en principe tour à tour dans chacun des quatre pays fondateurs, des rencontres entre chercheuses et chercheurs en éducation. Ces rencontres prennent la forme de symposiums parallèles sur différents thèmes de recherche en éducation. Chaque rencontre est prise en charge par une université ou un ensemble d’institutions de recherche et d’enseignement supérieur. Le Comité organisateur constitué à l’occasion (CoREF) met la rencontre sur pied en respectant quelques règles de base. L’essentiel de ces règles est rappelé dans un document régulièrement mis à jour et téléchargeable à l’adresse
https://www.unige.ch/fapse/ref/files/1815/2674/7337/ref-regles.pdf ».

6 Cette histoire des débuts du champ a été investiguée pour la Suisse et l’Europe notamment par Hofstetter et Schneuwly (2002, 2007) ; pour la France, ce sont les écrits de Gaston Mialaret qui ont fondé, de manière significative, la naissance du champ dès les années 1950.

7 Règlement de fonctionnement disponible sur le site internet du REF : https://www.unige.ch/fapse/ref/files/1815/2674/7337/ref-regles.pdf

8 Recensées à partir du site internet du REF – la liste n’est sans doute pas exhaustive. Repéré le 17 juillet 2018 sur : https://www.unige.ch/fapse/ref/publications/

9 Les publications issues du REF 2017 sont encore en cours au moment où nous rédigeons cet article.

10 Repéré le 17 juillet 2018 sur : https://www.unige.ch/fapse/ref/historique/

11 Repéré le 17 juillet 2018 sur : https://uclouvain.be/fr/chercher/girsef

12 Pour l’ADMEE Europe : http://admee.ulg.ac.be/ Pour l’ADMEE Canada : http://www.admee.ca/

13 http://www.aipu-international.org/

14 Voir la page internet de la revue : http://web.mediateam.fr/afec/revue-education-comparee/

15 http://www.afdece.com/

16 REF : de quelques repérages et balises sur lhistoire dun réseau. Document non publié, rédigé par Léopold Paquay et Guy Pelletier à l’occasion des dixièmes rencontres de Sherbrooke en 2007. Ces règles sont inchangées en 2018. Voir les Règles de fonctionnement, état au 26 avril 2018. Repéré le 17 juillet 2018 sur : https://www.unige.ch/fapse/ref/files/1815/2674/7337/ref-regles.pdf

17 La non-finalisation de six intentions de symposium incite sans doute le CoREF à essayer de trouver la raison des abandons en cours de procédure, abandons qui privent une cinquantaine de chercheuses et de chercheurs d’un espace de rencontre, d’échanges et de publication.

18 Richard Étienne, communication personnelle par courriel le 27 novembre 2018. Nous profitons de cette note pour remercier Richard Étienne qui nous a fait l’amitié de discuter ce texte et de nous fournir maintes informations utiles.

19 À relever qu’aux rencontres REF de Toulouse en 2019, un symposium comptera des chercheuses et chercheurs issus de sept pays différents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Périsset, « 30 ans et 15 rencontres du REF : thématiques et évolutions »Les dossiers des sciences de l’éducation, 41 | 2019, 73-92.

Référence électronique

Danièle Périsset, « 30 ans et 15 rencontres du REF : thématiques et évolutions »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 41 | 2019, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/dse/3421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.3421

Haut de page

Auteur

Danièle Périsset

Professeure à la Haute école pédagogique du Valais (HEP-VS) et privat-docente à l’Université de Genève. Ses travaux portent sur l’histoire sociopolitique des formations à l’enseignement (institutions et dispositifs) du xixe siècle à nos jours, sur la mise en place, la réalisation et l’évaluation des dispositifs de formation pour les enseignants en formation à l’enseignement ainsi que sur le processus de professionnalisation. Elle a participé à toutes les éditions des rencontres du REF depuis 2001, dont sept fois en tant que co-organisatrice de symposium.
daniele.perisset[at]hepvs.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search