Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Partie 2. Du côté des paysNéolibéralisme et productivité sc...

Partie 2. Du côté des pays

Néolibéralisme et productivité scientifique de la recherche universitaire en éducation au Québec. Trajectoires et perspectives

François Larose
p. 137-154

Résumés

En contexte de gouvernance néolibérale, les disciplines universitaires dont les sciences de l’éducation se positionnent à l’aulne de leur productivité scientifique. L’opérationnalisation du concept passant par la quantification et la qualification des écrits publiés, dans cet article nous traçons d’abord un bref historique du soutien à la recherche au Québec puis en décrivons les infrastructures. Après nous être penché sur deux indices de productivité soit le volume d’articles découlant de recherches subventionnées ainsi que la structure des rapports de recherche « contraints », nous en situons les limites et le potentiel dans le cadre d’une recherche universitaire « industrialisée ».

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1De prime abord, d’un point de vue métaphorique, l’auteur de ces lignes avait bien envie de commencer cet article selon la formule classique des contes pour enfants qui, s’ils comportent une dimension d’heureuse fin, ont souvent leur dose d’histoires terribles. Bref, en consultant la trajectoire du financement de la recherche durant la dernière décennie, j’eusse été tenté d’amorcer avec quelque chose du type « il était une fois », mais me serais rapidement senti obligé de glisser vers la forme « Hansel et Gretel » ou une autre traduction de la tradition populaire en version des frères Grimm. Les « mauvais sorts » jetés par des variantes gouvernementales de « Baba Yaga » et les périples pénibles de nombreux « Petit(s) Poucet(s) » y auraient tenu un rôle de choix. Comme il convient d’être formel pour les professionnels de la recherche scientifique que nous sommes, je me conformerai principalement au factuel qui, comme le lecteur pourra le constater, ne relève que peu souvent du conte de fées mais présente aussi quelques qualités.

2Cet article se structure donc essentiellement en trois parties. La première résume les fondements historiques et la trajectoire d’édification d’un système de soutien à la recherche scientifique au Québec, notamment en sciences de l’éducation. La seconde en décrit relativement brièvement les dispositifs dans leur état actuel en distinguant deux univers, l’un public, l’autre privé de nature philanthropique. La troisième fait état de la productivité scientifique caractérisant la recherche subventionnée en sciences de l’éducation au Québec dans la perspective d’une université industrialisée où la recherche orientée tend à occuper un espace croissant. Par recherche orientée nous entendons celle qui part des besoins de connaissances des partenaires qui financent la recherche (Poissant, 2015). Le plus souvent organisés en fonction de thèmes prioritaires définis par les gouvernements, elle est soumise à des exigences de structuration, de fonctionnement et de pertinence définis par l’organisme public ou privé en assurant le financement (Lesemann, 2003). La contrainte sur la nature et l’objet de ce type de recherche à partir des fondements idéologiques du financeur peut être illustrée à partir de la déclaration d’orientation des actions de la recherche soutenue financièrement par les organismes gouvernementaux fédéraux par le ministre des finances du gouvernement conservateur dans son budget de 2012 voulant que ceux-ci doivent axer la recherche sur les besoins des entreprises et d’appuyer la conversion du savoir en avantages économiques.

3La trajectoire proposée, « un tantinet » elliptique, prend en compte une réalité qui n’est peut-être pas évidente pour la lectrice ou le lecteur non initiée. Il convient donc d’en situer le contexte. L’université québécoise est héritière de deux courants idéologiques et sociaux successifs. Historiquement influencée par le modèle de l’université libérale dans la tradition originale allemande d’Humboldt, elle en présente des caractéristiques distinctes de la mouture étatsunienne (universités privées, en classement concurrentiel hiérarchique par rapport aux universités d’État), s’approchant plutôt de la tradition britannique. Le professeur y est à la fois chercheur et enseignant, les profils de préférence individuels au plan d’un investissement principal en recherche ou en formation y étant relativement implicitement respectés, dans la tradition du « scholar » qui se caractérise par la concomitance d’une culture générale assez universelle et d’une culture disciplinaire poussée qui interagit avec la première. La fonction de l’enseignant chercheur universitaire s’y définit à la fois en tant qu’interprète critique de la réalité sociale interne et externe à l’institution et comme partie prenante d’un processus de diffusion différenciée des données probantes de la recherche tant dans sa discipline qu’hors de celle-ci, à la fois à destination de ses pairs et plus largement de la société dans laquelle il s’inscrit (Kelman, 1968 ; Mills, 1959).

4Il s’agit d’un modèle universitaire qui demeure relativement élitaire mais qui tient ses distances, au plan de la recherche, par rapport à l’influence directe ou indirecte du monde industriel, notamment en matière de financement. Là encore, le modèle québécois et, plus généralement canadien, maintient sa similitude avec le modèle britannique, notamment dans les années 1960-1970 au moment où le financement gouvernemental des institutions se décuple en fonction d’une démocratisation de l’accessibilité à l’université. Il tient ses distances par rapport à l’importance relative du financement privé, qu’il origine de fondations philanthropiques ou de l’industrie (Giroux, 2011). À partir de la fin des années 1990, le caractère dominant des conceptions de réduction de la taille de l’État en perspective néolibérale, son effet direct sur les financements des diverses universités et la prescription du devoir de proximité entre l’université et sa territorialité économique d’inscription modifie radicalement le cadre de définition du rôle de l’institution et de celui de son acteur essentiel, le professorat. Cela étant, on subordonne l’agir des universités en formation et en recherche aux besoins de l’économie telle que définie sur une base entrepreneuriale. Là encore, nous suivons une tendance bien documentée chez nos anciens tuteurs coloniaux (Nash, 2019) nonobstant nos caractéristiques majoritairement franco-latines.

5La tendance à l’américanisation du rôle de l’institution et de ses acteurs se globalise selon les dictats plus ou moins explicites de l’OCDE. Ceux-ci transcrivent en termes d’adéquation, notamment des performances, les exigences du marché et les fonctions assignées aux institutions, inclusivement en termes d’orientations curriculaires. Bien entendu, la recherche n’y échappe pas, tant en matière de financement que d’orientation des objets, fût-ce en sciences humaines et sociales. C’est à titre d’illustration plus ou moins locale de trajectoires qui, elles, ont adopté à tout le moins des profils continentaux que cet article se présente.

Voyage aux origines du financement de la recherche en sciences humaines et sociales au Québec

6L’émergence de la recherche subventionnée au Québec en sciences humaines et sociales, notamment en éducation, se manifeste formellement grâce aux naissances successives et parallèles de deux organismes particuliers, l’un fédéral, l’autre provincial. Cette aube se produisit essentiellement en 1977 par la création via décret fédéral du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH1) et, quelque peu ultérieurement, par le lancement du Fonds pour la Formation de chercheurs et laide à la recherche (FCAR) par le gouvernement du Québec en 1984. Enfin, un tiers organisme de financement de la recherche accessible aux chercheurs en sciences de l’éducation et, tout particulièrement à nos collègues de psychoéducation, le Conseil québécois de la recherche sociale (CQRS) fait son apparition en 1991 pour disparaitre en 2002 dans le cadre d’une fusion avec le FCAR (Dandurand et Ouellette, 2012) signant l’arrêt de mort de ces deux organismes au bénéfice d’une nouvelle structure de soutien, le Fonds de recherche québécois Société et culture (FRQ-SC2). Antérieurement à ces dates, le financement de la recherche universitaire dans nos univers disciplinaires se résumait à des offres philanthropiques, rarissimes, celles-ci étant généralement destinées au soutien à la recherche en sciences pures et appliquées ou encore en médecine (Ratel et Verreault-Julien, 2006).

  • 3 Longévité du programme : 2002-2015.

7De la seconde moitié des années 1980 à 2006, les programmes généraux accessibles pour le financement de la recherche sont en croissance dans l’offre des deux organismes subventionnaires principalement sollicités par les chercheurs québécois en éducation (FRQ-SC et CRSH). Parallèlement on voit apparaître en concomitance des programmes spécialisés dans le soutien au développement des infrastructures de recherche de la part de ces deux organismes, programmes auxquels peuvent souscrire les chercheurs de notre domaine. Bien que nous devions y revenir ultérieurement dans ce texte, certains de ces programmes, à durée historique variable, ont eu un effet structurant majeur sur le développement de la recherche en éducation. Mentionnons, à titre d’exemple, le programme des alliances de recherche universités-communautés (ARUC3) au fédéral (CRSH) ainsi que le programme de soutien aux équipes de recherche et, de plus grande envergure, le programme des regroupements stratégiques offerts par le FRQ-SC.

8L’ouverture progressive aux perspectives de type interdisciplinaire et inter institutionnel en recherche au sein des tiers organismes fédéraux majeurs, tels les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ainsi que le Conseil de recherche en sciences naturelles et génie (CRSNG), vient augmenter l’offre de financement pour les chercheurs de notre discipline. Il y a là le reflet des fondements reconnus socialement, ainsi que de la part de l’État, de l’importance de l’intervention éducative ou socioéducative dans la prévention ou l’amélioration des conditions de vie et des pratiques sociales des populations vulnérables ou défavorisées au plan socioéconomique au Canada.

9À cet égard, deux brèves illustrations méritent mention. D’une part, le CRSNG créait en 2003 le programme des Centres de recherche sur lenseignement et lapprentissage des sciences (CREAS) centré sur une représentation interdisciplinaire du transfert des connaissances scientifiques vers la formation initiale et continue des personnels enseignants canadiens ainsi que sur l’étude des pratiques d’enseignement des sciences et de la technologie dans les réseaux scolaires provinciaux (CRSNG, 2008). D’autre part, durant la même période, les IRSC lançaient de nombreux concours soutenant diverses études évaluatives ciblant les pratiques d’enseignement ou de formation des jeunes de populations à risque en matière de santé et de nutrition, dans et hors les milieux scolaires.

10À partir de 2008 et de la présentation de l’énoncé budgétaire fédéral du gouvernement conservateur, l’ensemble de ces programmes « non disciplinaires » disparaît et les budgets des organismes subventionnaires pancanadiens sont soit « gelés » (CRSH), soit réduits (CRSNG et IRSC). Il s’y ajoute des contraintes d’orientation exclusive vers le financement de la recherche impactant directement le développement économique et l’aide à l’industrie canadienne ou, alternativement, la réduction des coûts des services publics dans une perspective de restriction de la recherche au modèle de type « orienté ». Au Québec, durant la même période, quoique de façon inégale, le financement du principal organisme subventionnaire provincial au regard des sciences humaines et sociales (FRQ-SC) suit la tendance (Lesage et Hurteau, 2016 ; FQPPU, 2016).

11Le glissement qui s’effectue dès la création de l’organisme en 2001-2002, mais qui s’accélère par la suite, consiste à n’offrir qu’un seul programme de soutien ouvert à la recherche « fondamentale » en sciences humaines et sociales, le programme d’établissement de nouveaux professeurs-chercheurs, et à n’offrir pour le reste que des programmes de recherche orientée à financement essentiellement externe, les Actions concertées. L’organisme justifie son choix comme suit. Son rôle est d’appuyer la structuration des dossiers de recherche des jeunes professeurs de sorte qu’ils augmentent leurs chances d’obtenir du financement fédéral subséquent. Pour le reste, l’organisme adopte essentiellement une fonction de courtier par rapport aux organismes gouvernementaux pour ce qui relève de la recherche sociale. C’est ce à quoi répondent les programmes d’Actions concertées dont seuls deux ont une récurrence relativement stable en éducation : le programme de recherche sur la persévérance et la réussite scolaire et le programme de recherche sur l’écriture et la lecture.

Financement privé ou financement public : l’émergence protéiforme des structures de soutien financier à la recherche

12Durant la période de « réingénierie » de l’État et de ses services, donc de restriction de sa taille et de celle des services que les paliers fédéral et provinciaux offraient, soit essentiellement la période 2008-2016, le fédéral et le Québec ont tendu à se défausser en direction du financement « privé » de la recherche. En fait, si les fondations philanthropiques ont toujours occupé une portion variable de l’espace de soutien à la recherche universitaire ou partenariale, au Québec en particulier, cette importance relative a carrément explosé durant cette période (Gazzoli, Jetté, Chamberland, Dumais et Vaillancourt, 2014 ; Lefèvre, 2015 ; Lefèvre et Berthiaume, 2017).

Financement privé

13Bien qu’au Québec la part de l’investissement total des fondations philanthropiques demeure secondaire en recherche en éducation, elle est importante en ce qui a trait au soutien au développement de l’intervention éducative, notamment auprès de la petite-enfance en milieux socioéconomiques faibles. Concrètement, la seconde fondation privée en importance au Canada est située au Québec. Il s’agit de la Fondation André et Lucie Chagnon (FLAC). Sa mission corporative inclut essentiellement le soutien aux organismes qui :

« abordent la réussite éducative sous l’angle du développement global de tous les enfants et des jeunes, de la grossesse à l’âge adulte ; font œuvre de prévention en agissant sur des conditions durables pour réduire les obstacles et les iniquités en matière de pauvreté et de réussite éducative par l’adoption de comportements, de pratiques ou de politiques publiques, au-delà de la seule prestation de services directs et individualisés ; entreprennent ou poursuivent une démarche pour mobiliser des partenaires, développer une vision commune, mettre en œuvre des initiatives liées à la réussite éducative inscrites dans cette vision, offrir des ressources nécessaires à la réalisation de cette vision et de ces initiatives, ou accéder à ces ressources » (FLAC, 20174).

  • 5 1 880 307 000 $ au 31 décembre 2016.

14Dotée d’un capital-placement de près de deux milliards de dollars5, la fondation a soutenu financièrement pour l’exercice fiscal de 2016 divers projets à réalisation de type partenarial, généralement dans le domaine de la petite-enfance et de l’enfance d’âge préscolaire et scolaire, à hauteur de 171 647 000 $ (FLAC, 2017).

15La FLAC est un acteur majeur dans le soutien direct et indirect à la recherche en éducation et formation, soit par le biais de soutien financier à l’évaluation universitaire des projets partenariaux, soit par le financement d’activités de recherche contractualisées avec des organismes paragouvernementaux. Il suffit de mentionner, à cet égard, le financement durable de la réalisation de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ) et de lEnquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) menées par l’Institut de la statistique du Québec. On peut donc constater que l’intervention philanthropique dans le soutien au développement de l’intervention éducative et de la formation des jeunes ainsi qu’à la recherche sur ces objets occupe un espace non-négligeable.

16Si cette fondation intervient sous forme de partenariats avec des organismes paragouvernementaux sur le plan du courtage de la recherche, elle est aussi présente dans le domaine du transfert des résultats de la recherche vers les milieux de pratique. À cet égard, elle joue un rôle majeur dans le financement des activités déployées par le principal organisme non gouvernemental y étant dédié, le Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ6), partenaire intermédiaire entre les Fonds de recherche du Québec, le Ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur et le Conseil supérieur de l’éducation (CSÉ7).

Financement public

17Dans le domaine du financement direct, pour l’exercice fiscal 2016-2017, le FRQ-SC disposait d’un budget d’opération total de 47 663 277 $ en soutien à la recherche ou aux infrastructures de recherche (FRQ-SC, 2017). De ce montant, 4 % étaient versés aux organismes gestionnaires (essentiellement les universités québécoises) en frais indirects permettant essentiellement l’administration comptable des recherches alors que le Fonds en recevait 5 % au titre de participation de tiers partenaires. Dans l’absolu, la répartition des sommes par secteurs ou domaines de connaissance réalisée par l’organisme réservait 15 % du budget total au secteur « éducation, savoirs et compétences », soit 7 029 439 $. Le soutien direct ou indirect à la recherche dans notre domaine d’activité se répartissait comme suit (tableau 1).

Tableau 1 : FRQ-SC : répartition des montants attribués (2016-2017)

Domaine dinvestissement

Pourcentage

Montant annualisé

Formation de la relève

Programmes de bourses d’excellence et stages, y compris en milieu de pratique

37 %

2 600 892 $

Soutien de carrières en recherche

(Programme nouveaux chercheurs) et dégagement d’enseignement de chercheuses et chercheurs de collèges

11 %

773 238 $

Projets de recherche

Actions concertées, appui à la recherche-création et collaborations inter-agences FRQSC-ANR

10 %

702 943 $

Regroupement de chercheurs

Équipes de recherche, regroupements stratégiques et infrastructures de recherche

40 %

2 811 776 $

Promotion, diffusion et reconnaissance

Revues scientifiques, prix et projets spéciaux

02 %

140 589 $

18La portion réservée directement au soutien aux activités de recherche situées demeure relativement restreinte (26 % du budget dédié total, incluant les programmes Soutien aux nouveaux chercheurs et Actions concertées), le premier programme mentionné faisant l’objet d’attributions individuelles exclusives, non récurrentes et de montants assez limités, soit 45 000 $ sur trois ans (incluant les équipements). La ventilation du budget d’opération du Fonds comporte cependant une dimension intéressante. En effet, l’accès au financement d’infrastructures à hauteur de 40 % du budget total par le biais des programmes de Soutien aux équipes de recherche (maximum quatre ans, renouvelable à hauteur de 320 000 $) et de Regroupements stratégiques (maximum six ans, renouvelable à hauteur de 1 500 000 $) a un effet structurant sur le développement de programmes de recherche relativement stables en sciences de l’éducation (tableau 2).

Tableau 2 : FRQ-SC : financement structurant (2016-2018)

Type de programme

N Bénéficiaires

2016-2018

Récurrence

Regroupements stratégiques

2

Oui dans les 2 cas

Soutien aux équipes de recherche

12 pour la période

7 équipes actuellement financées (avec récurrence)

19Fait intéressant à ce propos, sur les sept équipes de recherche soutenues actuellement dans le domaine de l’éducation, cinq sont associées, en tout ou en partie, avec un regroupement stratégique, ce qui permet à la fois une relative diversification des objets tout en soutenant la cohérence des programmes de recherche.

20Pour sa part, le second organisme en importance au Québec reconnu en tant que bailleur de fonds publics destinés à la recherche universitaire en sciences de l’éducation, le CRSH, n’offre proportionnellement que peu de programmes de recherche qui soient clairement orientés, du moins dans le domaine des sciences humaines et sociales. En fait, plusieurs de ses programmes, dans leur logique, favorisent ou peuvent accepter, non seulement des objets de recherche novateurs mais, en conséquence, la recherche fondamentale ainsi que la recherche exploratoire devant, en théorie, déboucher sur la constitution de champs d’activité scientifiques destinés à pérennisation.

21De façon plus explicite, les offres de financement de courte durée et à fonds limités, telles celles des programmes « développement savoir » ou « subventions dengagement partenarial » n’ont pas d’objet ou de domaine contraint. Conçues pour favoriser, en perspective partenariale ou non, la réalisation de recherches souvent exploratoires, elles sont présumées favoriser la soumission et l’actualisation subséquente de recherches d’ampleur nettement supérieure et de préférence novatrices, dans le cadre du programme « Savoir ». Il s’agit ici de la structure d’appui à la recherche offrant la plus grande opportunité de financement de l’ensemble des programmes réguliers de l’organisme (maximum théorique de 400 000 $ sur cinq ans). Comme le mentionne son énoncé de présentation, en principe, tous les objets sont acceptables, ce qui rend ainsi à nouveau possible la recherche fondamentale dans notre domaine particulier.

« Donner un appui stable aux initiatives de recherche à long terme est essentiel à l’avancement des connaissances. Cet appui permet aux chercheurs d’étudier des questions complexes liées à l’être humain et à la société ainsi que d’accroître la compréhension collective. » (CRSH, 20188)

Le puits et le pendule

22Tout comme dans le cadre de la célèbre nouvelle de Poe, les chercheurs de notre discipline se sont retrouvés de façon variable, dans le cours des dernières décennies, plus ou moins dépendants d’une réalité où le mouvement de balancier du pendule politique et social varia souvent au gré des degrés d’attachement plus ou moins contraignants des gouvernements à l’orthodoxie néolibérale. La situation consécutive tendit donc, de façon récurrente, à se transformer en jeu de piste pour le financement de la recherche et le développement conséquent des savoirs disciplinaires. De la même façon, la marge de manœuvre ou de possible échappement aux contraintes politiques et financières affectant notamment les institutions universitaires s’avéra progressivement limitée et tendit à varier cycliquement au gré des besoins d’affirmation plus ou moins « prosociale » des paliers de gouvernements fédéral ou provinciaux. Si la situation n’est pas particulière au Québec (Mailhot et Schaeffer, 2009), les effets des degrés d’orthodoxie néolibérale à la fois sur le fonctionnement général des institutions (enseignement et recherche) et, en particulier sur la recherche, ont été variables compte tenu des juridictions distinctes, fédérale ou provinciales, desquelles ces activités relèvent. À cet égard, les 276 millions de dollars de coupes gouvernementales dans le financement des universités québécoises entre 2012 et 2016 ne sont pas sans avoir laissé de traces (Doray, 2016).

  • 9 Pour le lecteur non initié, la tâche professorale universitaire annuelle comptabilisée se répartit (...)

23Au Québec en particulier, l’effet combiné d’une décennie de prédominance des politiques de financement restrictif des universités et l’adoption progressive d’une logique institutionnelle « américanisée », où l’institution tend à se définir selon un modèle entrepreneurial, affecta le rapport des professeures et professeurs à la recherche et, particulièrement, à la recherche subventionnée (George, 2017 ; Martin, 2016). Celle-ci étant devenue source de revenus pour des institutions en concurrence, l’intérêt majeur pour l’administration universitaire réside dans le 25 % à 45 % de supplément de financement à chaque subvention de recherche obtenue, pourcentage se présentant en sus du montant dédié à la recherche, formellement pour couvrir ses frais administratifs. En période de vaches maigres, il n’y a pas de petits profits et, puisque la recherche (concept peu défini dans l’univers de la tâche professorale universitaire québécoise9) est une composante prescrite de notre travail, la pression à l’exercice de la recherche subventionnée est grande, notamment en ce qui concerne les jeunes professeurs n’ayant pas la permanence. Ici, on se trouve dans une logique hiérarchique d’exécutant, le professeur à statut précaire ayant comme premier objet de faire, certes, preuve de sa compétence en enseignement, mais aussi de sa rentabilité économique et secondairement scientifique au plan du « rayonnement » pour l’institution.

La résilience d’une productivité scientifique

  • 10 Les dernières données en la matière, aspécifique à notre domaine d’ailleurs, sont celles du rapport (...)

24À défaut de données probantes disponibles quant à la productivité scientifique des professeurs-chercheurs en sciences de l’éducation au Québec10 et tenant compte du propos de Cooper, Rodway et Read (2018) en perspective pancanadienne quant à l’absence ou à la faiblesse du soutien institutionnel à la diffusion des connaissances pour les chercheurs, nous avons rapidement analysé deux types de données. D’une part, nous avons procédé à une recension des articles scientifiques publiés au Canada ou à l’étranger, en français ou en anglais, présentant des résultats d’analyse de données issus de recherches subventionnées par l’un ou l’autre des trois organismes mentionnés soit le FRQ-SC, le CRSH ou la FLAC. D’autre part, nous avons procédé à une analyse de contenu de rapports de recherche subventionnés par le FRQ-SC, en éducation, dans le cadre de l’ensemble de ses concours d’Actions concertées durant la période allant de 2011 à 2015.

Critères de sélection des échantillons

Articles scientifiques

25Outre que chaque article sélectionné découle directement ou fait mention d’un lien direct de financement avec une recherche subventionnée soit par l’un ou l’autre des organismes mentionnés, il a été rédigé en tout ou en partie par un chercheur d’une université québécoise et la recherche subventionnée a été menée au Québec. Comme la majeure partie des chercheurs québécois, mis à part ceux des universités McGill et Concordia, ont des habiletés rédactionnelles en anglais souvent limitées et que les fonds utilisables pour la traduction scientifique ou la révision linguistique en langues étrangères sont rares, nous avons principalement centré la recherche sur les revues francophones ou bilingues éditées dans ce pays et, secondairement, sur les publications équivalentes basées à l’étranger. La période de publication à cet égard était relativement large, couvrant une plage allant de 2008 à 2018. Le rationnel d’identification était simple. Seules les actions concertées du FRQ-SC impliquent l’obligation de publication d’un rapport de recherche scientifique normé. L’exigence n’existant pas au CRSH, la productivité scientifique y est, en théorie, assurée par la publication d’articles scientifiques arbitrés. On retrouve ici les deux critères principaux permettant la qualification formelle d’une recherche scientifique soit, premièrement son arbitrage par les pairs et, deuxièmement, la mention dans la publication de ses fondements, sa structure, sa méthodologie, ses objectifs et ses résultats (Larose et Roy, 2018 ; Mœglin, 2018).

Rapports de recherche

26Le choix de la plage temporelle est basé sur le délai de réalisation de la recherche, deux ou trois ans en général, la possibilité d’extension d’un délai de grâce d’une année pour dépôt du rapport de recherche puis le délai d’évaluation par le comité responsable, préalable à sa mise en ligne par le Fonds. Ainsi, pour illustration, le dernier rapport de recherche diffusé dans le cadre d’une Action concertée l’a été en 2019 et correspond à l’obtention d’une subvention au concours 2014-2015 du programme de recherche sur l’écriture et la lecture. L’échantillon de rapports dont nous traiterons ici est donc constitué de ceux qui furent mis en ligne entre 2014 et 2018 inclusivement, soit 95 documents dont nous avons retenu 38 rapports associés à l’Action concertée sur la réussite et la persévérance scolaire, 28 à l’Action concertée sur l’écriture et la lecture et enfin 10 associés aux concours dits ciblés, globalement non récurrents. Au total, 76 rapports de recherche ont été étudiés dans la mesure où l’information minimale autorisée par un format normatif de 20 pages pour le « Rapport de recherche intégral » (rapport scientifique) doit nécessairement être complétée par des annexes thématiques substantielles pour faire sens. Nous n’avons donc retenu que les rapports où ces annexes, notamment en ce qui concerne la méthodologie et les cadres de référence, étaient raisonnablement présentes. Si les rapports de recherche du Fonds incluent une obligation de forme à première vue fort restrictive, les annexes, le plus souvent centrées sur les dimensions préalablement mentionnées y sont fort instructives, multipliant souvent par dix la taille des documents disponibles.

Méthodologie

27En ce qui concerne les articles scientifiques, pour les fins de ce texte nous avons limité l’information au recensement de ceux qui sont de nature empirique et qui font référence à un financement obtenu (identifié) de l’un ou l’autre des organismes subventionnaires mentionnés. En ce qui concerne l’analyse de contenu des rapports de recherche publiés par le FRQ-SC, pour les fins de cet article nous avons privilégié une approche de type « analyse critique du discours » (van Dijk, 1977 ; van Dijk et Kintsch, 1983). Après catégorisation des unités pragmatiques en fonction des indicateurs thématiques suivants (tableau 3), nous avons procédé à l’analyse statistique de leurs co-occurences par le calcul de mesures d’association et l’analyse des correspondances multiples de variables nominales ou considérées telles (Lebart, 2006 ; Tan et Kumar, 2001). Les variables thématiques retenues étaient les suivantes (tableau 3) :

Tableau 3 : Variables et structure catégorielle

Variables

Critères

Année d’obtention au concours

4 catégories (2011-2012 / 2014-2015)

Partenaires du milieu

Dichotomique (présent/absent)

Type de recherche

4 catégories (méta-analyse ; exploratoire ; descriptive ; dimension quasi expérimentale)

Problématisation et contexte

3 catégories (absent ou formel ; présent et minimalement élaboré ; présent et élaboré)

Cadre de référence

3 catégories (absent ou formel ; présent et minimalement élaboré ; présent et élaboré)

Types d’objectifs ou hypothèses

3 catégories (absent ou formel ; minimalement décrits ; opératoires et présents)

Échantillons et population

3 catégories (absent ou formel ; présent et minimalement élaboré ; présent et élaboré)

Éléments détaillant le modèle d’analyse

3 catégories (absent ou formel ; présent et minimalement élaboré ; présent et élaboré)

Présentation des résultats

3 catégories (absent ou formel ; présent et minimalement élaboré ; présent et élaboré)

Informations suffisantes pour réplication de la recherche

Dichotomique (oui/non)

Résultats

28Premier constat : la productivité scientifique de la recherche subventionnée par les organismes reconnus (CRSH et FRQ-SC) ainsi que secondairement par le principal bailleur de fonds de nature philanthropique au Québec (FLAC) s’exprime fort variablement par le biais d’articles scientifiques de nature empirique. En font foi les données présentées au tableau 4. Dans ce cas, les productions dérivées ou utilisant les données de recherches subventionnées par le biais de divers programmes du CRSH dominent largement la scène.

Tableau 4 : Répartition des publications dans les revues scientifiques les plus fréquemment sollicitées par les chercheurs en éducation au Québec (2008-2018)

  • 11 Par exemple : Éducation et sociétés ; Revue suisse des sciences de l’éducation ; Canadian Journal o (...)

Source du financement

CRSH

FRQSC

FLAC

Total

McGill Journal of Education

17

5

1

23

Éducation et Francophonie

16

1

1

18

Nouveaux cahiers de la recherche en éducation

3

5

1

9

Phronesis

10

0

1

11

Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire

3

0

0

3

Mesure et évaluation en éducation

6

0

0

6

Revue canadienne de l’éducation

16

9

4

29

Revue des sciences de l’éducation

26

12

0

38

Autres revues arbitrées (Canada ou étranger11)

46

37

0

83

Total articles (9 volumes)

143

69

8

220

29Second constat : le caractère contraint de la production de rapports de recherche de la part du FRQ-SC dans le cadre du programme des Actions concertées offre une certaine garantie normative de la diffusion d’une information scientifique qualitativement stable. La majorité des articles scientifiques recensés faisant mention d’une recherche subventionnée par l’organisme référait d’ailleurs à un financement dépendant de l’un ou l’autre de deux des programmes d’actions concertées soit ceux portant sur la réussite et la persévérance scolaire ou sur l’écriture et la lecture.

30Deux caractéristiques à cet égard. Premièrement, d’une part les variables programme de financement et types de recherche sont associées (L2 = 23.18 [6], p < 0,001 ; V = 0,514, p < 0,001), les méta-analyses et les recherches descriptives étant surreprésentées dans le programme réussite et persévérance. Les études exploratoires ou, alternativement, avec devis quasi expérimental, le sont dans le cadre du programme écriture et lecture alors que les recherches descriptives le sont dans les concours dits ciblés. D’autre part, le programme de financement et l’importance accordée à la problématisation et au contexte de la recherche sont associés (L2 = 7,46 [2], p < 0,024 ; V = 0,386, p < 0,05), l’importance accordée à ce discours étant surpondérée dans le cadre des recherches réalisées suite aux concours ciblés. Enfin, le programme de financement et la présence d’éléments détaillant le modèle d’analyse mis en œuvre sont associées (L2 = 15,60 [4], p < 0,004 ; V = 0,378, p < 0,002), la catégorie « présent et minimalement élaboré » étant surreprésentée dans le cadre du programme réussite et persévérance, la catégorie « présent et élaboré » l’étant dans les concours écriture et lecture.

31Deuxièmement, comme le lecteur le constatera en consultant la figure 1, la nature des programmes affecte le degré de complétude ou l’emphase mise sur certains niveaux d’informations caractérisant les productions scientifiques.

Figure 1 : Analyse des correspondances multiples. Variables descriptives caractérisant l’analyse de contenu des rapports de recherche produits dans le cadre du programme d’Actions concertées du FRQ-SC

Figure 1 : Analyse des correspondances multiples. Variables descriptives caractérisant l’analyse de contenu des rapports de recherche produits dans le cadre du programme d’Actions concertées du FRQ-SC

32Ce sont les rapports produits dans le cadre du programme de recherche sur l’écriture et la lecture qui fournissent l’information optimale en ce qui concerne les échantillons et les populations à l’étude, les composantes conceptuelles ou théoriques des cadres de référence convoqués ainsi que la structure d’hypothèses ou d’objectifs opératoires formulés. Les concours ciblés produisent plus systématiquement des descriptions d’ordre méthodologique optimales, y incluant le recours à des plans quasi expérimentaux, des descripteurs d’ordre méthodologique plus robustes ainsi que les énoncés les plus détaillés au plan de la contextualisation et de la problématisation de l’objet de recherche. Enfin, c’est dans les rapports produits dans le cadre du programme réussite et persévérance scolaire qu’on constate une plus grande concomitance de descriptions plus rapides ou sommaires des dimensions de contextualisation et de problématisation des recherches, des cadres de référence, des structures d’objectifs ou d’hypothèses, des descripteurs d’ordre méthodologique ainsi que du détail des modes d’analyse des données convoqués. Dans la majeure partie des cas, ces éléments sont présents mais l’éclatement des types de finalisation des recherches en augmente la variabilité.

  • 12 Par exemple, la sociologie, l’anthropologie ou la psychologie.

33Il y a ici un effet direct de la particularité et des finalités caractérisant le financement des recherches orientées. La définition même des objets des divers programmes crée une dichotomisation relative des profils de recherche évoqués, le programme écriture et lecture restreignant, de par la nature même des cibles de connaissance indiquées, l’éligibilité des chercheurs à ceux provenant essentiellement de didactique des langues ou d’adaptation scolaire. Il y a donc plus grande cohésion des questions de recherche évoquées. Au contraire, l’univers des problèmes de recherche soulevés dans le cadre du programme réussite et persévérance scolaire est, par essence, plus flou et éclaté, la quasi-totalité des professeurs-chercheurs, toutes disciplines d’origine confondues, y incluant les disciplines contributoires au champ de l’éducation12 pouvant s’y qualifier.

Conclusion, « le pour et le contre » des effets de l’évolution universitaire en perspective néolibérale sur la productivité scientifique en sciences de l’éducation

34Durant l’automne 2018, un débat secoua le milieu de l’éducation et, tout particulièrement, celui des professeures et professeurs des facultés de sciences de l’éducation au Québec. L’objet en était l’annonce d’un possible projet de création d’un institut national d’excellence en éducation. L’une des missions principales de cet organisme eût été de colliger et de cibler le transfert des données probantes de la recherche dans le domaine vers les milieux de pratique et de formation à l’exercice de la profession enseignante. Outre les vives discussions engendrées autour de la définition même de ce que sont les données probantes de la recherche et de la pertinence de leur hiérarchisation pour notre domaine d’intérêt, question qui est loin de faire l’unanimité (Larose, Couturier, Bédard et Charrette, 2011), c’est la nature et le sens même de la production scientifique qui était mise en jeu. La production de données probantes étant étroitement associée à une forme de « courtage » des activités de transfert des résultats de la recherche scientifique, les compendiums produits adoptent les mêmes contraintes que celles qui caractérisent la recherche orientée (Munerol, Cambon et Alla, 2013).

35Dans l’acception originale du terme, soit à l’origine dans l’univers des sciences de la santé, tous les résultats de la recherche scientifique (disciplinaire ou non) n’ont pas le même poids, notamment au plan de leur spécificité ou de leur généralisabilité. De multiples obstacles se posent par rapport à la diffusion de leur agrégation et de leur synthèse, notamment en fonction de la comparabilité ou de la complémentarité effective de leurs caractéristiques au plan méthodologique ou de leurs fondements théoriques. Or, dans un contexte où, sans contrainte, la recherche subventionnée ne laisse que peu de traces tangibles pouvant favoriser l’analyse et l’interprétation de ses résultats faute de détails au plan de l’information nécessaire pour en estimer la scientificité, on peut se demander sur quelles bases pourraient se réaliser les méta-analyses permettant d’identifier des corpus de données probantes issues de l’activité de recherche dans notre domaine. Le phénomène ne nous est guère particulier puisqu’il était à l’origine même des critiques de Hargreaves (1999) et de Slavin (2002) concernant la paucité des corpus de données méthodologiquement acceptables produits par la recherche subventionnée dans l’univers anglo-saxon et diffusés selon les normes de la science subséquemment. Il semble, à la lumière des données que nous avons colligées, qu’on ne puisse se fier à l’initiative individuelle d’un corps professoral, quelque peu surchargé et peu soutenu au plan matériel par ses institutions, pour diffuser largement et systématiquement le détail des résultats de la recherche en éducation au Québec. Cela nonobstant les critiques formulées par les acteurs de disciplines dont la centration demeure la formation professionnelle et malgré les a priori idéologiques pouvant sous-tendre les prescriptions institutionnelles appelant à la création de compendiums de données probantes.

36Notre brève exploration de l’état de la productivité scientifique en éducation au Québec permet de constater que seuls des programmes de soutien financier à la recherche incluant l’obligation de production de rapports normés garantissent l’existence d’un corpus documentaire permettant d’informer adéquatement la discipline et la profession quant à l’état de nos activités de recherche. Par ailleurs, le survol rapide des initiatives permettant l’existence autonome d’infrastructures de soutien à la recherche démontre aussi l’exclusivité et le caractère structurant des programmes offerts par le FRQ-SC à cet égard. L’extension de ce type de programmes au second bailleur de fonds en importance au Québec, le CRSH, favoriserait grandement la pérennisation et la stabilisation des objets, des axes et des thématiques de recherche dans notre domaine. Inversement, si depuis la fin de l’ère conservatrice au fédéral le réinvestissement de l’État a favorisé l’émergence de plusieurs programmes de financement de la recherche non contraints (non orientés) de la part de cet organisme, le retour à une offre similaire de la part du FRQ-SC, avec contrainte de publication, favoriserait grandement la diversification des thèmes et de pratiques de recherche.

37Les phénomènes influençant le déploiement de la recherche universitaire au Québec, notamment en éducation, ne diffèrent guère de ceux qui affectent l’ensemble des institutions et, partant, des chercheurs dans l’ensemble des pays dits industrialisés. Ici comme ailleurs, pour citer le propos d’Akkari et Santiago (2017, p. 100) « (la) dérive mondiale d’une université saisie par le management éloigne cette institution de son rôle historique intellectuel et de sa contribution à la pensée critique. » Au Québec comme en Europe, le néolibéralisme et la nouvelle gestion administrative qui en découle participent de l’industrialisation de la formation universitaire, certes, mais aussi corrélativement, de la recherche qui s’y déploie. Dans un univers académique de plus en plus normé (Schöpfel, 2018) où l’université n’est guère plus qu’une entreprise se conformant aux lois du marché, si la concurrence inter et intra institutionnelle prévaut, le ruissellement du savoir fait loi. Ce dernier s’objective aussi selon un classement normatif qui fixe la valeur du producteur (normes de progression dans la carrière) tout comme le caractère concurrentiel de son établissement : « […] la publication en revue n’est plus seulement le moteur de la créativité scientifique ; attentivement scrutés par les financeurs et décideurs, le rythme et le volume des publications font partie, avec le nombre de brevets déposés, des critères déterminants pour juger de la créativité et de la productivité des disciplines, chercheurs et équipes » (Mœglin, 2018, p. 177).

38Dans un tel système, la marchandisation de l’institution comme celle du savoir qu’elle produit, disciplinaire ou non, engendre de multiples effets pervers. Au chapitre de ces derniers, les contre-discours qui émaillent la « valorisation de la recherche » figurent en bonne place dans un univers où son financement est soumis à un critère d’utilité directe pour le client. Dans un tel univers, le client s’avère lui aussi protéiforme, quelques fois humain tel l’étudiant (par le truchement des référentiels ou compendiums de bonnes pratiques) ou immatériel comme le sont les commanditaires de la recherche orientée, peu importe que ce client soit privé (fondations philanthropiques) ou public (ministères alimentant les fonds des organismes subventionnaires). De toute façon, le producteur de savoir y étant rangé au titre de capital humain, sa productivité doit laisser des traces et la valeur de ces dernières s’estime en quantité plutôt qu’en qualité. Reste à voir le format du produit et sa valeur de matière première. Dans ce système, le rapport de recherche demeure certes un matériau passablement plus ouvrable que la pléthore d’articles scientifiques qu’il est présumé devoir engendrer.

Haut de page

Bibliographie

Akkari, A. et Santiago, M. (2017). L’internationalisation des universités dans un contexte de crise. Espaço Pedagógico, 24(1), 98-109.

Conseil de recherche en sciences naturelles et génie, Canada (2008). Centres de recherche sur lenseignement et lapprentissage des sciences (Creas). Examen à mi-mandat. Rapport final. Ottawa : CRSNG.

Cooper, A., Rodway, J. et Read, R. (2018). Knowledge mobilization practices of educational researchers across Canada. Canadian Journal of Higher Education, 48(1), 1-21.

Dandurand, R. B. et Ouellette, F. R. (2012). Un partenariat québécois de recherche sociale : Familles en mouvance et dynamiques intergénérationnelles. Enfances, Familles, Générations, 16(2), 124-144.

Doray, P. (2016). Politiques universitaires et égalité des chances : les détours de l’histoire. Éducation et Sociétés, 38(2), 87-103.

Fonds de recherche du Québec – Société et culture (2017). Rapport annuel de gestion 2016-2017. Québec : FRQ-SC.

Fondation Lucie et André Chagnon (2017). États financiers de Fondation Lucie et André Chagnon pour lexercice clos le 31 décembre 2016. Montréal : FLAC.

FQPPU (2016). Le financement de la recherche universitaire au Québec : Évolution et enjeux. Montréal : Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université.

Gazzoli, P., Jetté, C., Chamberland, V., Dumais, L. et Vaillancourt, Y. (2014). Nouvel essor des fondations au Québec et au Canada : pour une analyse sociopolitique fondée sur le concept d’économie plurielle. Annals of Public and Cooperative Economics, 85(2), 165-191.

George, E. (2017). La recherche financée dans la carrière de professeur : quelles conséquences pour les pratiques de recherche et les chercheurs à l’Université ? Revista EPTIC, 19(1), 203-225.

Giroux, H. (2011). Beyond the swindle of the corporate university. In M. Bailey et D. Freedman (dir.), The assault on universities (pp. 145-156). London, UK: Pluto.

Hargreaves D. (1999). Revitalizing educational research: lessons from the past and proposals for the future. Cambridge Journal of Education, 29(2), 239-249.

Kelman, H. C. (1968). The relevance of social research to social issues: Promises and pitfalls. The Sociological Review, 16, 77-99.

Lamari, M., Villeneuve, C. et Gélinas, P. (2010). Financement de la recherche universitaire et productivité scientifique des chercheurs au Québec. Étude exploratoire des effets des Fonds subventionnaires sur les publications et les collaborations en recherche de 2001 à 2008. Québec : Institut de la statistique du Québec.

Larose, F., Couturier, Y., Bédard, J. et Charette, S. (2011). Entre discipline et profession : la question des bonnes pratiques guidées par les résultats probants de la recherche (evidence based practice) en formation à l’enseignement. Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 44(2), 31-48.

Larose, F. et Roy, G.-R. (2018). La diffusion des résultats de recherche. In T. Karsenti et L. Savoie-Zajc (dir.), La recherche en éducation (p. 343-368). Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal (4e édition).

Lebart, L. (2006). Validation techniques in Multiple Correspondence Analysis. In M. Greenacre et J. Blasius (Dir.), Multiple Correspondence Analysis and related techniques (pp. 179-196). London (UK): Chapman and Hall.

Lefèvre, S. (2015). Pour une approche sociopolitique de la philanthropie financière : plaidoyer pour un programme de recherche. Politique et Sociétés, 34(2), 61-85.

Lefèvre, S. et Berthiaume, A. (2017). Les partenariats entre secteur public et fondations philanthropiques au Québec : genèse, contestation et épilogue d’une réforme de l’action publique. Revue française dadministration publique, 163, 491-506.

Lesage, S.E. et Hurteau, P. (2016). Linnovation en recherche universitaire : austérité et arrimage aux intérêts du secteur privé. Montréal : Institut de recherche et d’informations socioéconomiques.

Lesemann, F. (2003). La société des savoirs et la gouvernance : la transformation des conditions de production de la recherche universitaire. Lien social et Politiques, 50, 17-37.

Mailhot, C. et Schaeffer, V. (2009). Les universités sur le chemin du management stratégique. Revue française de gestion, 191, 33-48.

Martin, E. (2016). Luniversité globalisée. Transformations institutionnelles et internationalisation de lenseignement supérieur. Montréal : Institut de recherche et d’informations socioéconomiques.
https://cdn.iris-recherche.qc.ca/uploads/publication/file/L_universite__globalise_e_WEB.pdf

Mills, C. W. (1959). The sociological imagination. Harmondsworth (UK): Penguin

Mœglin, P. (2018) Publiciser la recherche. Quand Études de communication aidait à faire connaître le Séminaire « Industrialisation de la Formation ». Études de communication, langages, information, médiations, 50, 175-189.

Munerol, L., Cambon, L. et Alla, F. (2013). Le courtage en connaissances, définition et mise en œuvre : une revue de la littérature. Santé Publique, 25(5), 587-597.

Nash, K. (2019). Neo-liberalisation, universities and the values of bureaucracy. The Sociological Review, 67(1), 178-193.

Poissant, L. (2015). L’évolution des politiques de financement de la recherche. Recherche libre et recherche orientée : perceptions, mythes et réalités. Montréal : Communication au 32e colloque de l’ADARUQ.
http://www.adaruq.org/sites/adaruq.org/files/Pr%C3%A9sentation%20LP%20ADARUQ%2018%20nov%202015_V2-1.pdf

Ratel, J.-L. et Verreault-Julien, P. (2006). Le financement des universités québécoises : histoire, enjeux et défis. Québec : Université Laval, Confédération des associations d’étudiants et d’étudiantes de l’Université Laval.

Schöpfel, J. (2018). Hors norme ? Une approche normative des données de la recherche. Revue COSSI : communication, organisation, société du savoir et information, 5. https://revue-cossi.info/numeros/n-5-2018-processus-normalisation-durabilite-information/730-5-2018-schopfel

Slavin, R.E. (2002). Evidence-based education policies: Transforming educational practice and research. Educational Researcher, 31(7), 15-21.

Tan, P.N. et Kumar, V. (2001). Interestingness measures for association patterns: A perspective. Minneapolis, MN: University of Minnesota, Department of computer science.

van Dijk, T.A. (1977). Text and context: Explorations in the semantics and pragmatics of discourse. Londres (UK): Longman.

van Dijk, T.A et Kintsch, W. (1983). Strategies of discourse comprehension. New York, NY: Academic Press.

Haut de page

Notes

1 http://www.sshrc-crsh.gc.ca/home-accueil-fra.aspx

2 http://www.frqsc.gouv.qc.ca/

3 Longévité du programme : 2002-2015.

4 https://www.fondationchagnon.org/fr/politique-de-financement/nos-orientations.aspx

5 1 880 307 000 $ au 31 décembre 2016.

6 https://www.ctreq.qc.ca/

7 https://www.cse.gouv.qc.ca/

8 Document non paginé, accessible en ligne : http://www.sshrc-crsh.gc.ca/funding-financement/programs-programmes/insight_grants-subventions_savoir-fra.aspx#2

9 Pour le lecteur non initié, la tâche professorale universitaire annuelle comptabilisée se répartit en quatre domaines particuliers : l’enseignement (variablement) aux trois cycles ; la recherche (subventionnée ou non) ; les tâches administratives ainsi que le service à la collectivité. L’importance de chaque dimension est modulée individuellement mais les deux premiers domaines en représentent en principe les deux tiers du temps de travail rémunéré d’un professeur.

10 Les dernières données en la matière, aspécifique à notre domaine d’ailleurs, sont celles du rapport de Lamari, Villeneuve et Gélinas (2010) sur le lien de productivité entre organismes subventionnaires, tout horizon considéré d’une part et la diffusion d’articles scientifiques d’autre part. On y constatait, sans trop de surprise, le caractère atypique de la productivité des sciences humaines et sociales…

11 Par exemple : Éducation et sociétés ; Revue suisse des sciences de l’éducation ; Canadian Journal of Learning and Technology.

12 Par exemple, la sociologie, l’anthropologie ou la psychologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Analyse des correspondances multiples. Variables descriptives caractérisant l’analyse de contenu des rapports de recherche produits dans le cadre du programme d’Actions concertées du FRQ-SC
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/3737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Larose, « Néolibéralisme et productivité scientifique de la recherche universitaire en éducation au Québec. Trajectoires et perspectives »Les dossiers des sciences de l’éducation, 41 | 2019, 137-154.

Référence électronique

François Larose, « Néolibéralisme et productivité scientifique de la recherche universitaire en éducation au Québec. Trajectoires et perspectives »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 41 | 2019, mis en ligne le 27 octobre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/dse/3737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.3737

Haut de page

Auteur

François Larose

Professeur titulaire à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke (Québec). Son programme de recherche actuel porte essentiellement sur l’évaluation de programmes d’intervention offerts par le secteur communautaire à la charnière de la communauté, de la famille et de l’école. Il s’intéresse aussi depuis une décennie aux effets des politiques néolibérales sur la recherche universitaire et son orientation selon les objets et desiderata des organismes subventionnaires publics ou privés. Membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) depuis sa fondation, il débuta sa participation aux activités du REF en 1992.
francois.larose[at]usherbrooke.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search