Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier : Séisme éducatif au JaponRecrutement et autonomie des ense...

Dossier : Séisme éducatif au Japon

Recrutement et autonomie des enseignants au Japon

Jinnouchi Yasuhiko
Traduction de Marion Saucier
p. 55-68

Résumés

Le recrutement des enseignants titulaires dans le cadre du système éducatif obligatoire a connu d’importants changements au cours des soixante dernières années. A partir d’une analyse des transformations survenues dans le département de Tôkyô, l’auteur établit l’histoire d’un glissement progressif des modalités de contrôle qui passe de l’État avant guerre à l’administration locale après guerre puis à un « marché » régulé en théorie par la loi de l’offre et la demande. Dans un contexte de réduction du nombre des postes, on observe une perte graduelle de l’influence des universités générales au profit de formations privées plus capables d’ajuster leur programme aux attendus des épreuves de recrutement. La technicité risque dès lors de supplanter l’évaluation des caractéristiques « personnelles » qui étaient au cœur du processus de sélection. Cette évolution qui s’inscrit à contre-courant des besoins réels des établissements entrave l’autonomie et freine le processus de professionnalisation des équipes éducatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ile de Kyûshû, au sud-ouest de l’archipel.
  • 2 Rappelons que l’année scolaire au Japon va du 1er avril au 31 mars de l’année suivante.

1On entend souvent parler au Japon de cas de corruption qui se sont produits lors du recrutement d’enseignants des écoles publiques (Hagami, 2008). Ainsi, lors de l’examen de sélection des enseignants des écoles publiques du département d’Oita1 pour l’année scolaire 2008-20092 (examen qui eut lieu en 2007), une directrice d’école primaire municipale en fonction remit-elle un pot de vin à un conseiller chargé de l’examen de recrutement au sein du comité d’éducation (kyôiku iinkai) du département pour assurer la sélection de sa fille et de son fils. L’année précédente, un conseiller de ce même comité d’éducation et sa femme, directrice adjointe d’une école primaire, avaient fait de même pour assurer le succès de leur fille. Le conseiller ainsi corrompu a modifié les notes de l’examen, permettant à ces candidats de réussir de manière illégale. Ces quatre personnes ont été arrêtées et mises en examen pour corruption. On a également appris que le responsable alors en charge de l’éducation, supérieur hiérarchique du conseiller chargé de l’examen de recrutement et numéro deux du comité d’éducation local, ainsi que son prédécesseur, avaient également été arrêtés au cours de l’enquête, révélant ainsi le caractère généralisé des pratiques illégales dans ce comité.

2Tous les journaux qui ont traité de cette affaire ont mis en cause le caractère fermé du monde de l’éducation, réclamant notamment davantage de transparence dans le système de recrutement. Par contre, il n’a pratiquement jamais été question alors de l’indépendance de ceux qui sont chargés de recruter. Les débats qui ont eu lieu ont complètement laissé de côté un principe pourtant fondamental du système de recrutement des enseignants de ce pays qui est que ce système repose sur une « sélection » (senkô) parmi des personnes qui possèdent une licence d’enseignement (kyôin menkyôjô) leur permettant l’accès au statut d’enseignant, et non sur un « concours » (kyôsô shiken). Il est certes important de garder un œil extérieur attentif sur ce qui se passe lors de ces sélections, mais ne peut-on donc pas attendre également de ceux qui ont le pouvoir de recruter qu’ils effectuent, sur la base de leurs connaissances spécialisées, des choix qui emportent l’adhésion de leurs concitoyens ?

Le système de recrutement des enseignants au Japon depuis 1945 – le cas de Tôkyô

De l’Etat aux collectivités locales

3Au Japon, actuellement, le recrutement des enseignants des écoles publiques se fait sur la base des règles établies par la Loi spéciale sur les fonctionnaires de l’éducation (Kyôiku kômuin tokurei hô), dont l’article 11 stipule que :

« Le recrutement des directeurs, ainsi que le recrutement et la promotion des enseignants des écoles publiques font l’objet d’une sélection, […] qui est confiée au président du comité d’éducation local, lequel détient l’autorité pour nommer les directeurs et les enseignants de ces écoles. »

4Alors que les fonctionnaires ordinaires sont en principe recrutés par voie de « concours » (Loi sur les fonctionnaires locaux (Chihô kômuin hô), article 17, alinéa 3), le recrutement des directeurs et des enseignants des établisements publics du primaire au lycée, qui sont des fonctionnaires de l’éducation, dépend lui d’une « sélection ». « Sélection » désigne ici un « examen qui repose sur la preuve des compétences, à l’exclusion d’un concours avec épreuves notées » (Loi sur les fonctionnaires d’Etat (Kokka kômuin hô), article 36), et ce mode de recrutement est justifié dans le cas des directeurs et des enseignants de la manière suivante : comme « les compétences spécialisées liées à la pédagogie des enseignants des écoles ont déjà été généralement prouvées par [l’obtention par les candidats de] leur licence d’enseignement », et « qu’il s’agit d’effectuer un choix parmi un nombre donné de candidats, il est nécessaire d’évaluer par un processus qui ne relève pas d’un concours reposant sur des notes si les candidats sont adaptés aux fonctions d’enseignant considérées dans leur réalité locale, en se préoccupant par exemple de leur adaptation au métier d’enseignant en fonction de leur motivation, ou encore de leur lieu de résidence ou de leur origine géographique » (Kaneko, 1978). Dans les premiers temps de son application, la Loi spéciale sur les fonctionnaires de l’éducation stipulait également que (article 13, « Mode de recrutement et de promotion ») « la sélection [était effectuée] parmi les noms figurant sur la liste des candidats au recrutement » et que c’étaient les comités d’éducation locaux qui établissaient « les listes des candidats au recrutement en choisissant des personnes possédant le diplôme de directeur ou d’enseignant ayant postulé au recrutement, en fonction de la catégorie de leur diplôme » (Kaneko, 1978 ; Kanda et al., 1991).

5Examinons à présent ce qu’était, après guerre, la situation réelle en matière de recrutement des enseignants, en prenant le cas de Tôkyô. L’histoire du système de recrutement des écoles publiques de Tôkyô de 1945 à nos jours peut être divisée, en gros, en trois périodes : de 1945 à 1954, de 1955 à 1970, et de 1970 à nos jours.

6La première période correspond à la mise en place de la réforme du système éducatif de l’après-guerre, du nouveau système des comités d’éducation locaux, de la Loi sur la certification des enseignants (Kyôiku shokuin menkyo hô, 1949) et de la Loi spéciale sur les fonctionnaires de l’éducation, et Tôkyô connaissait alors le même mode de recrutement des enseignants que les autres départements, comme on peut s’en rendre compte en consultant les comptes rendus qui figurent dans les rapports annuels du comité d’éducation de Tôkyô, L’Education dans la ville de Tôkyô (Tôkyôto no kyôiku) (Tôkyôto kyôiku iinkai, 1951).

7Le « recrutement des enseignants des écoles publiques de Tôkyô » durant cette première période se déroulait selon le processus suivant : a) tout d’abord, les personnes diplômées conformément à la Loi sur la certification des enseignants et souhaitant être embauchées dans une école publique de la ville de Tôkyô présentaient au comité d’éducation de cette ville une demande d’embauche selon des modalités officielles fixées par les Règlements concernant les listes de candidats à un recrutement dans les écoles publiques de la ville de Tôkyô (Tôkyôto kôritsu gakkô kyôin saiyô shiganshameibo ni kan suru kisoku) et étaient inscrites sur la « liste des candidats au recrutement » ; ensuite, b) le président du comité d’éducation de la ville, en fonction des besoins en personnel, effectuait une sélection parmi les personnes figurant sur la liste, en vérifiant leurs compétences selon une méthode ne pouvant relever du concours (c’est-à-dire par un entretien), et cela afin de juger de l’aptitude ou non desdites personnes à la fonction d’enseignant d’une école publique de Tôkyô ; puis, c) parmi les personnes ainsi sélectionnées, les directeurs des écoles qui recrutaient faisaient leurs propres recommandations, et les personnes recommandées passaient alors une visite médicale ; enfin, d) les directeurs d’école réunissaient les documents nécessaires concernant les personnes retenues lors de l’entretien et jugées aptes lors de l’examen médical et les transmettaient au comité d’éducation de la ville qui les examinait et prenait les décisions finales (Tôkyôto kyôiku iinkai, 1951).

Mise en place de l’examen d’aptitude au métier d’enseignant et évolution du système de « sélection » : 1955-1970

8L’Education dans la ville de Tôkyô (Tôkyôto no kyôiku) (Tôkyôto kyôiku iinkai, 1954) indique toutefois qu’il a été décidé, dès les recrutements de 1955, de mettre en place un « examen d’aptitude au métier d’enseignant » (kyôin tekisei kensa), la procédure de sélection des candidats à des postes d’enseignant dans les écoles publiques municipales devenant la suivante (ibid.) : a) les candidats s’inscrivent tout d’abord sur la « Liste de candidature au recrutement » du comité d’éducation de la ville de Tôkyô ; b) les personnes inscrites sur cette liste passent ensuite l’« examen d’aptitude au métier d’enseignant de l’agglomération de Tôkyô » (Tôkyôto kyôin tekisei kensa) ; c) les présidents de chacun des comités d’éducation locaux de l’agglomération effectuent une sélection en fonction des résultats obtenus à cet examen ; d) les noms des personnes retenues lors de cette sélection sont envoyés aux directeurs d’école en tant que candidats au recrutement sur un poste d’enseignant, et ces directeurs d’écoles donnent alors leur accord de principe pour tel ou tel des candidats figurant sur cette liste ; e) enfin, les personnes ainsi officieusement recrutées passent un examen médical, et les directeurs d’école adressent des demandes de recrutement circonstanciées aux comités d’éducation locaux.

9Le rapport précise ensuite au sujet de l’« examen d’aptitude au métier d’enseignant » :

« Ce système, appliqué à partir de novembre 1954, repose sur l’idée qu’il est nécessaire d’évaluer sur la base de critères uniformes l’aptitude à enseigner non seulement des candidats à un poste d’enseignant dans les écoles publiques de la ville de Tôkyô, mais aussi, plus largement, de tous les candidats à un poste d’enseignant dans cette ville. Le système a été institué pour attribuer à ces personnes, sur la base de cette évaluation, un document qui leur permette de juger d’elles-mêmes si elles sont aptes à enseigner dans la ville de Tôkyô, ou encore de mesurer si elles pourraient le devenir un jour ou pas » (ibid. : 126).

10Il était par ailleurs expliqué plus loin que cet examen d’aptitude avait lieu environ six fois par an, et qu’il comprenait « des épreuves écrites ainsi qu’un entretien concernant le métier d’enseignant, l’éducation et la discipline de spécialité » (ibid.), laquelle faisait également l’objet d’une épreuve pratique… bref un système, on le comprend facilement, qui peut être considéré comme la forme primitive du mode de « sélection des candidats à un poste d’enseignant dans les écoles publiques de la ville de Tôkyô » (Tôkyôto kôritsu gakkô kyôin saiyô kôhosha senkô) actuellement en vigueur.

  • 3 Rappelons que jusqu’à la loi de 1956 évoquée au paragraphe suivant les comités d’éducation locaux é (...)

11L’exemple de la ville de Tôkyô nous montre ainsi que, à partir d’une remise en cause de l’administration centralisée de l’éducation et du contrôle des enseignants de la période de l’avant-guerre et de la guerre, et à l’initiative des forces d’occupation, la gestion des enseignants a bien été placée, pendant la décennie qui a suivi la défaite, sous le contrôle des comités d’éducation locaux nouvellement institués3. Et que c’étaient également ces comités qui étaient alors chargés de l’aspect administratif du recrutement des enseignants.

12En 1956, toutefois, la Loi sur l’organisation et le fonctionnement de l’administration éducative locale (Chihô kyôiku gyôsei no soshiki to un.ei ni kan suru hôritsu) fut votée en remplacement de la Loi sur les comités d’éducation (Kyôiku iinkai hô) de 1948, entraînant une modification radicale du mode de recrutement des enseignants (Kanda & Tsuchiya, 1984).

13Ainsi, à partir de la campagne de recrutement de 1956, on ne fit plus la distinction entre les écoles gérées par les arrondissements et les écoles gérées au niveau de la ville : la sélection des candidats se déroula dès lors, pour tous les postes d’enseignant des écoles publiques, au niveau du comité d’éducation de la ville de Tôkyô. De plus, en novembre 1956, les Règlements concernant l’examen d’aptitude des enseignants de la ville de Tôkyô (Tôkyôto kyôin tekisei kensa ni kan suru kisoku) ainsi que leurs directives d’applications furent réformés, et les épreuves écrites et l’entretien, qui avaient lieu jusqu’alors conjointement, furent séparés en deux examens. Lors du premier examen, les candidats étaient interrogés à l’écrit sur leur discipline de spécialité ainsi que sur leur formation d’enseignant, puis ceux ayant réussi cette épreuve avec un niveau de points minimal, et eux seuls, étaient admis à passer, lors d’un deuxième examen, une épreuve écrite et un entretien. En fonction de leur résultats, les candidats étaient classés en cinq niveaux : A, B, C, D, E, et seuls ceux ayant étaient classés A ou B étaient inscrits sur la « liste des candidats au recrutement ». Notons par ailleurs que ces premier et deuxième « examens » (kensa) correspondaient déjà aux première et deuxième « sélections » (senkô) des Directives d’application pour la sélection des candidats au recrutement (Saiyô kôhosha senkô jisshi yôryô) actuelles, et que l’« examen » d’aptitude au métier d’enseignant qui était à l’origine un document qui permettait à son détenteur de pouvoir être sélectionné est devenu ensuite, officiellement à partir de juillet 1970, lui-même un mode de « sélection » en tant que tel (Jinnouchi, 2005).

L’évolution du système de recrutement à partir des années 1970

De 1970 au milieu des années 1980 : complexification et diversification des méthodes de recrutement

14Le Conseil central de l’éducation (Chûô kyôiku shingikai) remit en 1971 un rapport intitulé Sur les principales mesures concrètes [à prendre] pour l’expansion et l’amélioration globales de l’éducation scolaire de demain (Kongo ni okeru gakkô kyôiku no sôgôteki kakujû seibi no tame no kihon shisaku ni tsuite) (Chûô kyôiku shingikai, 1971). Il y proposait de fonder l’amélioration de la qualité du personnel enseignant non seulement sur la formation mais également, après celle-ci, et comme un seul et même processus, sur le recrutement et les stages pratiques. Sept ans plus tard, en 1978, ce même conseil remit un nouveau rapport intitulé Mesures visant à améliorer la qualité et les compétences des enseignants (Kyôin no shishitsu nôryoku no kôjô hôsaku ni tsuite) (Chûô kyôiku shingikai, 1978), dans lequel il proposait, en même temps que de développer cette qualité et ces compétences au travers d’un processus global formation-recrutement-stage, de repenser le mode de recrutement et la période de décision.

15Par ailleurs, la Commission de concertation des directeurs de l’éducation des départements, qui sont les véritables personnes chargées du recrutement des enseignants, a publié en janvier 1982 un rapport intitulé Comment recruter les enseignants (Kyôin saiyô no arikata) divisé en trois parties : « Principes de recrutement des enseignants », « Situation actuelle et problèmes » et « Propositions » (Todôfuken kyôikuchô kyôgikai daisanbukai, 1982). Dans ce rapport, les qualités telles que l’« enthousiasme pédagogique », le « sens des responsabilités en tant qu’enseignant », la « sociabilité », le sens de la « conciliation », une « attitude positive » étaient énumérées pour décrire le profil des enseignants recherchés, et de nouvelles propositions étaient faites quant au mode de recrutement et au contenu de l’examen de manière à centrer la « sélection » sur les qualités humaines.

16Par ailleurs, à la suite du Rapport du sous-comité sur la question des enseignants (Kyôiku mondai ni kan suru shôiinkai hôkoku) de la Section des affaires éducatives du Parti libéral démocrate (Jimintô bunkyô bukai), le directeur des enseignements primaire et secondaire du ministère de l’Education nationale envoya, la même année, et pour la toute première fois, aux présidents des comités d’éducation des départements et des villes de plus d’un million d’habitants - lesquelles jouissent à ce titre d’une autonomie administrative - un courrier intitulé « Recrutement et formation pratique des enseignants » (Monbushô shotô kyôiku kyokuchô tsûchi, 1982). Dans ce courrier, il demandait tout d’abord, expressément, à ces responsables d’introduire dans leurs modalités de sélection, en plus de l’examen écrit et de l’entretien, des procédés d’évaluation variés tels qu’épreuve pratique, test de condition physique ou encore test d’aptitude au poste visé, et d’accorder une grande attention, au cours notamment de cet entretien et de cette épreuve pratique, à la personnalité des candidats, à leur capacité à diriger une classe, et à leur conscience de leur mission d’enseignant. Ensuite, sur le plan du calendrier, il demandait d’avancer la période de la « décision officieuse de recrutement » (celle où les candidats recevaient l’accord de principe des autorités) afin de s’assurer les meilleurs éléments possibles.

Le recrutement des enseignants depuis la seconde moitié des années 1980 : uniformisation et recours au marché

17Le journal Mainichi rendit compte du deuxième point de ce courrier (concernant l’avancement de la période de la décision officieuse du recrutement) sous le titre suivant : « Comme pour le privé, anticipation de la décision officieuse / Le ministère de l’Education nationale cherche à garantir ses recrutements » (Anonyme, 1982). L’article expliquait que, à cette époque, la plupart des départements procédaient à la première étape de l’examen en juillet-août et terminait la deuxième au plus tard au mois de novembre. La proclamation des résultats avait lieu tout de suite après, mais il fallait attendre février ou mars de l’année suivante pour connaître la réalité des départs à la retraite et donc décider vraiment des recrutements. Etant donné que les entreprises privées donnaient en général leurs accords d’embauche de principe à partir de novembre, il arrivait que des étudiants ayant reçu un résultat favorable à l’examen de recrutement comme enseignant, dans l’incertitude de la décision finale, ne puissent pas attendre et s’en aillent vers le privé. Pour pallier ce genre de problème, certains départements avaient adopté un mode de recrutement anticipé officieux sous la forme d’un courrier qui disait : « Vous serez recruté… » et était envoyé à 50 à 70 % des reçus.

18Dans le même ordre d’idée, ce journal avait titré un article de son édition du 11 décembre 1981 : « Examen de recrutement des enseignants / Classement des lauréats ». Il y révélait que le comité d’éducation de la ville de Tôkyô avait, concernant la session de recrutement pour l’année 1982, classé les meilleurs candidats reçus en A, les autres en B, et avait averti les premiers qu’ils étaient, bien qu’encore officieusement, engagés. En fait, la « sélection des candidats au recrutement » (saiyô kôhosha senkô), qui, comme on l’a vu plus haut, avait remplacé au début des années 1970 l’examen d’aptitude au métier d’enseignant (kyôin tekisei kensa) de la ville de Tôkyô, combinée à partir du début des années 1980 avec le principe de l’« accord officieux anticipé » et le classement des candidats, se présentait plus à présent comme un « concours » que comme une « sélection ».

19Vers le milieu des années 1980, le Conseil national pour la réforme éducative (Rinji kyôiku shingikai), mis en place entre 1984 et 1987, fit quelques propositions pour améliorer la formation des enseignants (dont la nécessité d’avoir un diplôme universitaire pour obtenir la licence d’enseignement) et instituer un système de stages pour les nouveaux recrutés, mais, en ce qui concerne le recrutement lui-même, il ne fit que confirmer la teneur du courrier de la Direction des enseignements primaire et secondaire de 1982, qui se contentait de proposer une diversification des modes de recrutement et un avancement du calendrier (Monbushô daijin kanbô henshû, 1986). Durant cette période, le sujet le plus discuté fut celui de l’amélioration de la méthode de recrutement par le passage d’un recrutement local au niveau des collectivités locales à un mode de recrutement unifié au niveau national. Le rapport sur L’Amélioration du recrutement des enseignants (Kyôin saiyôtô no kaizen ni tsuite), publié en avril 1996 par le ministère et la Commission d’étude sur le recrutement des enseignants (Kyôin saiyôtô no kan suru chôsa kenkyû kyôryokusha kaigi, 1996), tout en s’intéressant à la manière dont les collectivités locales avaient, entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990, poursuivi la diversification des méthodes de recrutement et l’avancement du calendrier de recrutement, proposés par le Conseil national pour la réforme éducative, proposait à présent, toujours afin de recruter du personnel enseignant de qualité capable de répondre aux défis futurs de l’éducation scolaire, des « mesures d’amélioration du recrutement des enseignants d’un point de vue national ». Outre la continuation du processus de diversification des méthodes de recrutement en jouant par exemple sur les « modalités d’évaluation lors de la sélection », le « type d’examen », l’« amélioration de la méthode d’entretien », ou encore l’« évaluation du stage d’enseignement », d’autres mesures étaient examinées comme la « diversification des critères de sélection » ainsi qu’un calendrier de recrutement toujours plus en avance.

20En mars 1998, la Commission de concertation des directeurs de l’éducation des départements rédigea à son tour un rapport sur L’Amélioration du recrutement des enseignants qui prenait en compte les nouvelles dispositions du ministère. Il faisait état des résultats de l’examen d’un certain nombre de questions : situation réelle des méthodes de sélection appliquées jusque-là, réalité de l’introduction de nouveaux modes de sélection, réalité et problèmes du système de l’entretien utilisé pour évaluer la personnalité des candidats, évaluation des stages et état des lieux en matière de leçons modèles (Todôfuken kyôikuchô kyôgikai daisanbukai, 1998).

21Ainsi si l’on regarde l’évolution globale du mode de recrutement des enseignants japonais, on se rend bien compte qu’à partir des années 1990 celui-ci ne s’appuie plus uniquement sur des examens écrits destinés à tester les connaissances, mais que l’on y a introduit, de façon uniforme au niveau national, différentes épreuves de sélection destinées à connaître la personnalité des candidats, ainsi que l’évaluation de stages pratiques d’enseignement et la simulation de cours afin de voir si les candidats possédaient bien des capacités concrètes de leadership, utilisables en situation d’enseignement réelle. De plus, en avançant le calendrier des recrutements, on a favorisé la logique de marché puisque les candidats aux postes d’enseignement cherchent aussi en même temps des emplois soit dans d’autres domaines de la fonction publique soit dans le privé, ce qui instaure une concurrence entre les emplois dans l’enseignement et les autres, et soumet le recrutement des enseignants au jeu de l’offre et de la demande.

L’influence du système de recrutement sur la formation des enseignants

La crise de la formation des enseignants à l’université

22Comme nous l’avons vu précédemment, le recrutement des enseignants avait été originellement conçu au Japon comme une « sélection » et non comme un « concours », en partant de l’idée que les « compétences spécifiques à l’enseignement [étaient] attestées » par la licence d’enseignement. Et cette licence était obtenue en terminant un cursus de formation établi par les universités. Décider que la réussite ou l’échec à cette « sélection » dépend dorénavant des notes (du rang obtenu) à des épreuves (de type concours), signifie donc que, dans le recrutement des enseignants, les épreuves de sélection sont à présent plus déterminantes que la licence d’enseignement elle-même, et que la formation à l’université n’a plus pour but, dès lors, que d’accéder à ces épreuves de sélection. Ce qui plonge la formation des enseignants à l’université dans une situation de crise.

23C’est exactement ce qui s’est passé au Japon, où les cours privés de préparation aux épreuves de recrutement des enseignants (kyôshi juku) que l’on voit fleurir à travers tout le pays, à commencer par Tôkyô, sont la manifestation la plus extrême de cette réalité. Et comme si cela ne suffisait pas, le comité d’éducation de la ville de Tôkyô, après avoir élaboré un programme de formation des maîtres des écoles primaires pleinement conforme à ses propres souhaits, a récemment envoyé celui-ci aux universités de la région qui proposent une formation au métier d’enseignant en conditionnant la réussite ou l’échec des candidats lors de l’examen de recrutement au fait d’avoir étudié (ou pas) ce programme (Tôkyôto kyôiku iinkai, 2010). Bref, après avoir vu remis en cause la valeur de sa formation au regard de la nature des épreuves de sélection pour devenir enseignant, l’université est en train à présent de se faire dicter de l’extérieur le contenu de ses programmes en la matière.

24Par ailleurs, du fait de l’introduction de la concurrence dans le mode de sélection, des exigences croissantes d’équité, de justice et de transparence se sont fait jour et des voix se sont élevées pour réclamer que soient publiés les sujets d’examen et les critères de sélection. Les cas de fraude évoqués dans notre introduction ont accéléré ce mouvement, et le ministère de l’Education publie à présent, depuis les recrutements qui ont eu lieu en 2009, des Exemples de dispositions contribuant à l’amélioration du recrutement des enseignants (Heisei nijûninendo kyôin saiyôtô no kaizen ni kakaru torikumi jirei) rédigés à partir des rapports des comités d’éducation des métropoles régionales de tous les départements (Monbukagakushô shotô chûtô kyôikukyoku kyôshokuinka, 2009). Cette évolution a donné plus de valeur encore aux « tendances et perspectives » proposées à partir des informations récoltées par le secteur privé de l’« industrie des examens » (juken sangyô), dont la clientèle est composée des candidats au recrutement comme enseignant ; ce qui a renforcé encore plus l’influence de ces entreprises privées au détriment des formations de l’université. De plus, comme ces dernières années, la demande pour des « formations universitaires de type professionnalisant » a augmenté, toutes les universités essaient maintenant de développer des cursus préparant au métier de l’enseignement, et beaucoup proposent elles-mêmes des « cours de préparation aux examens de recrutement dans l’enseignement », dont, dans certains cas, elles confient la mise en place… au secteur privé de l’industrie des concours (Sakamoto et al., 2010 ; Kantô chiku shiritsu daigaku kyôshoku katei kenkyû renraku kyôgikai, 2011) !

Le rôle des comités d’éducation locaux remis en question

  • 4 Il s’agit d’un rapport « historique » du Conseil central de l’éducation dont l’intitulé exact était (...)

25En janvier 2011, le Conseil central de l’éducation a publié un rapport d’étape intitulé Mesures pour améliorer globalement les compétences et les qualités des enseignants dans l’ensemble de leur vie professionnelle (Kyôshoku seikatsu no zentai o tsûjita shishitsu nôryoku no sôgôteki na kôjô hôsaku ni tsuite) (Chûô kyôiku shingikai, 2011). Quarante ans plus tôt, dans un rapport daté de 1971 et connu sous le nom de Rapport 46 (Yon roku tôshin)4, le même Conseil affirmait déjà que les qualités et compétences des enseignants devaient résulter d’un processus unissant la formation, le recrutement et les stages (Chûô kyôiku shingikai, 1971). Les mesures d’amélioration qui se sont succédé sur cette même ligne au cours des quarante dernières années parviennent donc aujourd’hui à leur terme.

  • 5 Il s’agit de commissions d’experts réunies par le ministère de l’Education ou par une direction min (...)

26Récemment un certain nombre de réformes ont été appliquées concernant le système de certification des enseignants : cursus nécessaire à l’obtention d’une licence, révision des différentes catégories de certification et introduction d’un système de renouvellement régulier de la licence obtenue. Par ailleurs, à propos des stages, à celui qui fut progressivement institué à partir de 1988 pour les enseignants débutants, en application des propositions du Conseil national pour la réforme éducative, s’est ajouté, à la suite des propositions du Conseil central de l’éducation contenues dans le rapport de 2002, L’Avenir du système de certification (Kongo no kyôiku menjo seido no arikata ni tsuite), un stage pour les enseignants ayant 10 ans d’expérience. En revanche, en matière de recrutement, puisque celui-ci relève de la responsabilité et de la souveraineté des collectivités locales, le ministère de l’Education nationale n’a jamais cherché à initier une quelconque réforme. Même si des informations et suggestions de réformes sont régulièrement adressées aux comités d’éducation locaux, sur la base des travaux du Conseil national et des rapports de la commission d’étude et d’enquête réunie à l’occasion (chôsa kenkyû kyôryokusha kaigi)5, le système actuel fait qu’il n’est pas possible de procéder à une réforme uniforme au niveau national.

27Dans un tel système, pour que la société toute entière puisse bénéficier du personnel enseignant dont elle a vraiment besoin, il faut que les comités d’éducation eux-mêmes, qui sont au centre du recrutement et qui détiennent le pouvoir de décision finale, mobilisent tous leurs savoir-faire et leur discernement, et définissent des mesures et des méthodes susceptibles de leur permettre de recruter les meilleurs au sein d’un vivier de candidats le plus élargi possible. Le Conseil central de l’éducation n’a abordé que deux fois la question des comités d’éducation, en 1998, dans un rapport intitulé Le Fonctionnement des comités d’éducation locaux de demain (Kongo no chihô kyôiku gyôsei no arikata ni tsuite), puis en 2004 dans un rapport intitulé La Gestion des écoles de demain (Kongo no gakkô no kanri un.ei no arikata ni tsuite). Mais de ces rapports, il ressort très clairement que la responsabilité des comités vis-à-vis des écoles et des enseignants qu’ils gèrent ne fait que grandir. Il leur est ainsi demandé de prendre toujours plus d’initiatives et de se dépenser sans compter afin de recruter et de former des enseignants de qualité, sans attendre les instructions du pouvoir central, Etat ou ministère.

Nouvelles façons de concevoir le recrutement des enseignants

28On peut toutefois se demander si, dans le système actuel, exiger des comités d’éducation locaux qu’ils recrutent seuls les enseignants dont la société aura besoin demain ne représente pas une charge trop lourde pour ces instances. Selon nous, en effet, trois questions se posent : celle concernant la façon de gérer le recrutement des enseignants, celle de la nature même du recrutement des enseignants et celle de la nécessité de s’en tenir, ou pas, aux principes qui ont jusqu’ici prévalu dans ce domaine.

29Concernant le premier point, il est clair pour nous que les questions qui ont trait au recrutement des enseignants ne se limitent pas seulement au problème de l’emploi des diplômés ou la bonne marche des universités mais qu’elles touchent au fonctionnement même de notre société. En effet, la gestion du recrutement des personnes en charge de l’éducation des enfants qui formeront la société de demain a forcément des conséquences sur le futur de celle-ci. Même si cela peut être paraître évident, il faut toutefois bien prendre conscience que ces questions ne concernent pas seulement le mode de recrutement des enseignants dont notre société a actuellement besoin mais qu’elles supposent de prendre aussi en compte la société que l’on veut pour demain.

30Enfin concernant les deuxième et troisième point, si l’on réfléchit bien à ce qu’est réellement la professionnalité des enseignants, on constate que recruter des enseignants revient en fait à faire entrer de nouveaux membres dans un groupe professionnel préexistant qui a fait de l’enseignement sa spécialité. Ce ne sont donc pas des organismes ou des institutions comme l’Etat ou les collectivités locales, ou encore des entreprises privées, qui devraient recruter les enseignants, mais bien le groupe des professionnels spécialistes des métiers de l’éducation lui-même qui devrait pouvoir choisir ses nouveaux membres. Les professions spécialisées ont besoin en priorité d’autonomie, car ceux qui savent le mieux quelles sont les compétences et les qualités à exiger d’un excellent enseignant, ce sont les enseignants eux-mêmes. Il est donc tout à fait normal que les enseignants participent au recrutement de leurs pairs. Nous pensons même que c’est fondamentalement pour cette raison que le recrutement des enseignants s’est toujours appuyé jusqu’ici sur une « sélection » et non sur un « concours ».

Conclusion : penser le mode de recrutement des enseignants dans une société arrivée à maturité

31Après avoir proposé ci-dessus quelques réflexions sur l’évolution historique et les problèmes contemporains du recrutement des enseignants au Japon, nous voudrions maintenant, en guise de conclusion, proposer notre propre vision de cette question en nous plaçant dans une perspective d’avenir.

32Selon nous, la clé qui permet de comprendre pourquoi le système de recrutement actuel doit être considéré comme problématique est à chercher dans ce que ce système était avant guerre. Du début de l’ère Meiji (1868-1912) à la période qui précède la guerre, c’est-à-dire dans une société qui cherchait à « rattraper son retard » sur les pays occidentaux, le système éducatif mis en place était, dans tous ses aspects, fortement centralisé et géré par l’Etat. Et il en allait de même de la formation des enseignants. Formés en conformité aux souhaits de l’Etat et pour répondre aux besoins de celui-ci dans des écoles normales (shihan gakkô) « nationales », les jeunes enseignants, une fois leur formation achevée, se voyaient placés dans les écoles en fonction des décisions des responsables de ces écoles normales. Il ne s’agissait donc pas d’un recrutement, les enseignants prenant leur poste dans un établissement scolaire au terme d’un processus de formation et de répartition décidé à l’avance et qui allait de l’Etat aux départements, puis des départements aux écoles municipales ou locales (le plus haut représentant au niveau du département était le « directeur régional » directement nommé par le gouvernement central et les écoles normales d’avant-guerre, qui étaient pour la plupart des écoles départementales, étaient placées sous son autorité).

33Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce système centralisé a été abandonné au prétexte qu’il relevait d’une époque révolue, et un nouveau dispositif de formation et de recrutement fut donc mis en place dans le cadre d’un système éducatif démocratique. Les écoles normales mises en place au XIXe siècle disparurent et furent remplacées par une « formation des enseignants au sein des universités » en application de la Loi sur la certification des enseignants de 1949 tandis qu’était mis en place un dispositif de recrutement des enseignants par les comités d’éducation nouvellement créés (Loi sur les comités d’éducation de 1948 et Loi spéciale sur les fonctionnaires de l’éducation de 1949). L’objectif de ce système était que, dans le cadre très souple défini par la Loi sur la certification des enseignants, les universités forment des enseignants comme bon leur semblait, et que les comités d’éducation locaux recrutent parmi leurs diplômés des enseignants qui répondraient aux conditions locales requises. Or la Loi sur les comités d’éducation cessa d’être appliquée en 1956, et une nouvelle loi, la Loi sur l’organisation et le fonctionnement de l’administration éducative locale, fut promulguée qui revenait sur le caractère décentralisé des procédures en vigueur jusque-là. Les enseignants des écoles publiques (financées par les départements) furent dès lors recrutés par les (nouveaux) comités d’éducation départementaux.

34Par ailleurs, des cursus de formation, et notamment des formations ouvrant sur l’octroi d’une licence par discipline pour les enseignants des collèges et des lycées, furent aménagés, en réponse au principe d’ouverture, dans toutes sortes d’universités et de facultés. Graduellement, le nombre de places disponibles se mit à dépasser largement le nombre de postes d’enseignant à pourvoir. C’est ainsi que s’éloigna l’objectif premier, qui était de conférer aux étudiants qui choisissaient ces filières, le statut de professionnel spécialisé par la seule obtention de la licence universitaire, tout en permettant à chaque collectivité locale de recruter les enseignants en fonction de ses besoins locaux. Les collectivités locales furent dès lors contraintes de mettre en place un système de recrutement appelé « sélection », mais qui cachait en réalité un vrai concours, dans lequel de subtiles méthodes d’évaluation des connaissances permettaient d’éliminer des candidats possédant une licence d’enseignement de l’université alors que celle-ci aurait pourtant dû garantir leurs compétences professionnelles et leur permettre l’accès au métier d’enseignant.

  • 6 Dans le cadre de l’étude « Kyôin saiyô no shijôka o meguru, daigaku-kyôiku iinkai-kyôin saiyô shike (...)

35A la suite des cas de fraude du département d’Oita dont nous avons parlé au début de cet article, un souci croissant de transparence et d’équité dans le processus de recrutement des enseignants s’est affirmé, et des mesures d’amélioration des procédures d’embauche ont été mises en place. Mais, dans ce contexte, la réforme du système de sélection conjuguée à une marchandisation grandissante a pour effet d’exclure la communauté enseignante du processus de recrutement. Or même sous l’angle de la professionnalisation des métiers d’enseignants que de nombreux acteurs du monde éducatif appellent de leurs vœux, c’est là une tendance qui mine l’autonomie de la communauté enseignante6.

36Considérant que le recrutement des enseignants est passé d’un système géré par l’Etat avant la guerre à un système géré par l’administration locale de l’éducation après-guerre, puis récemment à un système d’offre et de demande (loi du marché), ne pourrait-on envisager que, dans le prolongement de cette évolution, se mette en place, dans une société arrivée aujourd’hui à maturité, un système géré par des groupes compétents de professionnels spécialisés dans l’éducation ? Ne pourrait-on envisager un système ou un dispositif dans lequel les universités (écoles doctorales et écoles doctorales pour la formation des enseignants incluses) définiraient les contenus de spécialité nécessaires au métier d’enseignant ainsi que les caractéristiques et la place de ce métier dans la société et pour lequel elles délivreraient un diplôme attestant de l’acquisition des compétences requises ? Ne pourrait-on également envisager un système de recrutement des enseignants qui offrirait une place aux organisations professionnelles des enseignants, qui représentent le terrain, aux côtés des universitaires qui forment les futurs enseignants et de l’administration éducative qui gère ensuite leur carrière, dans le choix, parmi les détenteurs du diplôme d’enseignant, des futurs enseignants dont les collectivités locales et les personnes morales (enseignement privé) ont besoin ?

37La mise en place d’un tel système constituerait, selon nous, le signal d’un nouveau départ pour « la formation des enseignants à l’université », érigée en pivot de la formation professionnelles des enseignants depuis la fin de la guerre. Evaluer les personnes qui sont le mieux préparées aux métiers de l’enseignement dont la société de demain aura besoin est une tâche qui, selon nous, doit absolument être confiée à la communauté enseignante elle-même. Telle est la condition sine qua non pour garantir l’autonomie des professions spécialisées dans l’éducation.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme. (1981). « To no kyôin saiyô shiken/Gôkakusha rankuzuke (Examen de recrutement des enseignants / Classement des lauréats ) ». Mainichi shinbun (Journal Mainichi). Edition du 11 décembre 1981.

Anonyme. (1982). « Kyôin saiyô / Minkan dôyô, naitei hayaku (Comme pour le privé, anticipation de la décision officieuse / Le ministère de l’Education nationale cherche à garantir ses recrutements) ». Mainichi shinbun (Journal Mainichi). Edition du 1er juin 1982.

Chûô kyôiku shingikai (Conseil national pour la réforme éducative). (1971). Kongo ni okeru gakkô kyôiku no sôgôteki kakujû seibi no tame no kihon shisaku ni tsuite (Sur les principales mesures concrètes [à prendre] pour l’expansion et l’amélioration globales de l’éducation scolaire de demain). Tôkyô.

Chûô kyôiku shingikai (Conseil national pour la réforme éducative). (1978). Kyôin no shishitsu nôryoku no kôjô hôsaku ni tsuite (Mesures visant à améliorer la qualité et les compétences des enseignants). Tôkyô.

Chûô kyôiku shingikai (Conseil national pour la réforme éducative). (2011). Kyôshoku seikatsu no zentai o tsûjita shishitsu nôryoku no sôgôteki na kôjô hôsaku ni tsuite (Mesures pour améliorer globalement les compétences et les qualités des enseignants dans l’ensemble de leur vie professionnelle). Tôkyô.

Hagami, T. (2008). Kyôiku iinkai wa naze manabenakatta no ka (Pourquoi les comités d’éducation n’ont-ils pas retenu la leçon ?). Tôkyô : Chûô kôron.

Jinnouchi, Y. (2005). Tôkyô - Shihangakkô seikatsushi kenkyû (Tôkyô - Etude sur la vie dans les écoles normales). Tôkyô : Tôkyô gakugei daigaku shuppankai.

Kanda, O., Terazaki, M., Hirahara, H. (dir.). (1991). Shiryô kyôikuhô - zôhoban (La législation de l’éducation - documents (édition augmentée)). Tôkyô : Gakuyô shobô.

Kanda, O., Tsuchiya, M. (1984). Kyôshi saiyô. Hirakareta kyôshi erabi e no teigen (Le recrutement des enseignants : pour un choix élargi de professeurs). Tôkyô : Yûhikaku sensho.

Kaneko, H. (1978). Kyôikuhô (shinpan) (La législation de l’éducation - nouvelle édition). Tôkyô : Yûhikaku.

Kantô chiku shiritsu daigaku kyôshoku katei kenkyû renraku kyôgikai (Groupe de recher-che sur les cursus de formation profession-nelle des enseignants des universités privées de la région du Kantô). (2011). Kyôshoku katei soshiki un.ei ni kansuru ankêto chôsa no kekka ni tsuite (Au sujet des résultats de l’étude de terrain concernant l’organisation et le fonctionnement du processus de formation des enseignants). Tôkyô.

Kyôin saiyôtô no kan suru chôsa kenkyû kyôryokusha kaigi (Commission d’étude sur le recrutement des enseignants). (1996). Kyôin saiyôtô no kaizen ni tsuite (shingi no matome) (De l’amélioration du recrutement des enseignants - compte rendu des délibérations).

Monbushô shotô kyôiku kyokuchô (Direction du bureau de l’éducation élémentaire du ministère de l’Education nationale). (1982). Kyôin no saiyô oyobi kenshû ni tsuite (Du recrutement des enseignants et des stages). Tôkyô.

Monbushô daijin kanbô henshû (Cabinet du ministre de l’Education nationale) (dir.). (1986). Monbu jihô rinji zôkangô – Rinkyôshin dainiji tôshin (Numéro spécial du bulletin du ministère de l’Education nationale : deuxième rapport du Conseil national pour la réforme éducative. Numéro d’avril 1986.

Monbukagakushô (Ministère de l’Éducation). (2008). Kyôin yôsei katei no shitsuteki na kôjô ni kan suru kyôryokusha kaigi (Commission d’étude sur l’amélioration qualitative de la formation des enseignants). Tôkyô. Source: http://www.mext.go.jp/b_menu/ shingi/chousa/shotou/058/index.htm.

Monbukagakushô shotô chûtô kyôikukyoku kyôshokuinka (Ministère de l’éducation nationale, direction des enseignements primaire et secondaire, section des person-nels enseignants). (2009). Heisei nijûni-nendo kyôin saiyôtô no kaizen ni kakaru torikumi jirei (Exemples des mesures d’amélioration prises pour le recrutement des enseignants en 2010). Tôkyô.

Sakamoto, K. Nunomura, I. Jinnouchi, Y. (2010). « Kyôin saiyô senryaku ni miru kyôiku iinkai no kadai to yakuwari (Les problèmes et le rôle des comités d’éducation vus à travers la stratégie de recrutement des enseignants) ». Nihon kyôiku shakai gakkai dai62 kai taikai happyô yôshi shûroku (Relevé de conclusions des communications de la 62e assemblée générale de la Société japonaise de sociologie de l’éducation). Documents distribués sur place le 18 septembre 2010, p. 62-67.

Todôfuken kyôikuchô kyôgikai daisanbukai (Troisième section de la Commission de concertation des directeurs de l’éducation des départements). (1982). Kyôin saiyô no arikata (Comment recruter les enseignants). Tôkyô.

Todôfuken kyôikuchô kyôgikai daisanbukai (Troisième section de la Commission de concertation des directeurs de l’éducation des départements). (1998). Kyôin saiyô no kaizen ni tsuite (De l’amélioration du recrutement des enseignants). Tôkyô.

Tôkyôto kyôiku iinkai (Comité d’éducation de la ville de Tôkyô). (1951). Tôkyôto no kyôiku (L’éducation dans l’agglomération de Tôkyô). Tôkyô.

Tôkyôto kyôiku iinkai (Comité d’éducation de la ville de Tôkyô). (1954). Tôkyôto no kyôiku (L’éducation dans l’agglomération de Tôkyô). Tôkyô.

Tôkyôto kyôiku iinkai (Comité d’éducation de la ville de Tôkyô). (2010). Shôgakkô kyôyu kyôshoku katei karikyuramu ni tsuite (Le cursus de formation au métier de professeur des écoles). Tôkyô.

Haut de page

Notes

1 Ile de Kyûshû, au sud-ouest de l’archipel.

2 Rappelons que l’année scolaire au Japon va du 1er avril au 31 mars de l’année suivante.

3 Rappelons que jusqu’à la loi de 1956 évoquée au paragraphe suivant les comités d’éducation locaux étaient en partie élus directement par la population et jouissaient d’une très grande autonomie de décision (note des coordinateurs).

4 Il s’agit d’un rapport « historique » du Conseil central de l’éducation dont l’intitulé exact était « Dispositions fondamentales pour un élargissement global de l’éducation scolaire » (Kongo ni okeru gakkô kyôiku no sôgôteki kakujû seibi no tame no kihon shisaku ni tsuite) (note des coordonateurs).

5 Il s’agit de commissions d’experts réunies par le ministère de l’Education ou par une direction ministérielle pour réfléchir sur un sujet donné. Celle dont il est question ici et qui a travaillé sur l’amélioration de la formation initiale comportait neuf membres, dont huit universitaires (Monbukagakushô, 2008).

6 Dans le cadre de l’étude « Kyôin saiyô no shijôka o meguru, daigaku-kyôiku iinkai-kyôin saiyô shiken sangyô no dainamikusu (La dynamique universités-comités d’éducation-industrie des examens relative à la marchandisation croissante du recrutement des enseignants) » (financement universitaire de recherche 2011, responsable Nunomura Ikuko), à laquelle nous participons, un audit des comités d’éducation départementaux est actuellement en cours. Et les premiers résultats de cette étude montrent que, si l’on constate, dans les demandes de l’administration, une forte prise de conscience des exigences liées à l’équité et à la transparence, en revanche, dans les avis des acteurs du terrain ou des organisations d’enseignants transparaît une fort sentiment de recul des principes originels du « système de sélection ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jinnouchi Yasuhiko, « Recrutement et autonomie des enseignants au Japon »Les dossiers des sciences de l’éducation, 27 | 2012, 55-68.

Référence électronique

Jinnouchi Yasuhiko, « Recrutement et autonomie des enseignants au Japon »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 27 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/dse/461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.461

Haut de page

Auteur

Jinnouchi Yasuhiko

Professor, Université Seitoku, Matsudo, Japon. jin-nouchi@kir.biglobe.ne.jp

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search