Navigation – Plan du site
Dossier : Séisme éducatif au Japon

« Soutien scolaire » et concours d’entrée dans les collèges privés au Japon

Bérénice Leman
p. 103-116

Résumés

La majorité des enfants et des adolescents japonais suivent, d’une manière ou d’une autre, une double scolarité, d’une part, dans les écoles publiques ou privées agréées par le ministère de l’Education où sont dispensés les programmes officiels et, d’autre part, dans les juku, ces « écoles d’après l’école », où ils vont chercher une aide, une formation supplémentaire ou plus poussée que celle qu’ils reçoivent dans les établissements scolaires qu’ils ont l’obligation de fréquenter. L’article s’intéresse à un type particulier de juku, ceux « préparatoires aux concours » (shingaku juku), et à l’influence que ceux-ci ont sur la scolarité et la vie quotidienne des élèves ainsi que sur les raisons qui ont poussé les familles à y avoir recours. Comment les enfants vivent-ils cette double scolarité ? Quel effet a-t-elle sur leur quotidien ? Quelles sont les réalités humaines qui se cachent derrière cette course aux concours ? Telles sont les questions auxquelles cet article s’efforce d’apporter des éléments de réponses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le nombre des enfants scolarisés dans le public inclut ici les élèves scolarisés dans les collèges (...)

1Depuis une trentaine d’années, les collèges privés connaissent au Japon un succès grandissant, notamment dans la région métropolitaine de Tôkyô. Le nombre des élèves scolarisés dans ces établissements est ainsi passé, en vingt-cinq ans, de 175 756 (2,93 % du nombre total de collégiens) en 1985 à 259 758 (7,2 %) en 2009 (+ 84 002), tandis que, dans le même temps, le nombre de ceux scolarisés dans le public diminuait de 5 814 427 à 3 600 323 (- 2 214 104 !) (Monbukagakushô, 2011)1. Ce qui est remarquable, en effet, avec cette progression, c’est qu’elle se poursuit non seulement de manière régulière et continue - voire accélérée au cours de la décennie passée - mais aussi, et surtout, dans un contexte de chute démographique sans précédent qui voit le Japon compter de moins en moins d’enfants.

2Cette augmentation régulière du nombre des collégiens scolarisés dans des établissements privés masque toutefois des disparités géographiques importantes. Le phénomène est en effet essentiellement urbain et, plus encore, caractéristique des grandes métropoles. Le cas le plus saisissant est celui de la ville de Tôkyô, où le nombre d’inscrits dans les collèges privés dépasse aujourd’hui 25 % du nombre total des collégiens loin devant Ôsaka (10 %), Hiroshima (10 %) ou Fukuoka (5 %) (Hashimoto, 2008 : 2).

  • 2 Taux de change au 21 novembre 2011 : 100 ¥ = 0,96 €.
  • 3 Littéralement « juku scolaire ». Il existe en effet des juku dont la finalité est moins directement (...)

3La scolarisation dans ces établissements est bien sûr payante et s’élève en moyenne à 950 000 yens (9 120 €2) par an (Monbukagakushô, 2008). Elle est de plus conditionnée par la réussite à un concours appelé communément « concours d’entrée au collège » (chûgaku juken) et dont la préparation se fait presque systématiquement dans un établissement de soutien scolaire privé (dans le sens de commercial), appelé juku ou plus exactement gakushû juku3.

4Le terme chûgaku juken désigne en fait les concours conditionnant l’accès à trois types d’établissements : les collèges privés dont il est essentiellement question dans cet article, les collèges nationaux d’élite, et également, depuis leur récente mise en place, les établissements secondaires publics regroupant collège et lycée (kôritsu no chûkô ikkankô) - ces deux derniers types d’établissement étant en nombre d’enfants concernés très minoritaires. Précisons que les établissements secondaires publics regroupant collège et lycée sont le nouveau pendant public des établissements secondaires privés et que leur accès, conditionné par la réussite non pas à un « concours » à proprement parler mais à une « épreuve » (kentei) comportant un « test d’aptitude », une rédaction et un entretien (Hashimoto, 2008 : 2), soulève quelques contradictions relatives notamment au principe d’accès égalitaire aux établissements publics durant la scolarité obligatoire.

  • 4 Il existe des écoles élémentaires privées mais leur nombre est très faible et elles scolarisent moi (...)

5On a donc au Japon un paysage éducatif singulier que l’on pourrait, pour le sujet qui nous intéresse ici, résumer ainsi : d’un côté, des écoles élémentaires publiques4 et des collèges publics (majoritaires en nombre et en termes de population scolarisée) auxquels « s’opposent » des collèges privés (accessibles sur concours), mais qui relèvent tous, privés comme publics, du ministère de l’Education et, de l’autre, des entreprises de soutien scolaire « privées » (juku), à but lucratif, et que l’on pourrait qualifier de « privées-privées », relevant du ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie.

6Toutes ces « écoles » se distinguent notamment entre elles sur le plan des contenus d’enseignement et plus particulièrement encore en ce qui concerne l’adéquation entre ceux-ci et les contenus des programmes officiels - avec lesquels les programmes des concours d’entrée des collèges privés entretiennent une plus ou moins grande distance. Dit autrement, si les enseignements dispensés dans les écoles élémentaires publiques et les collèges publics s’inscrivent obligatoirement dans le cadre prescriptif des directives nationales, les collèges privés, eux, tout en s’inscrivant dans le cadre minimum défini par les programmes officiels conservent toutefois la liberté d’établir leurs propres curricula qui en général vont « plus loin » que ces derniers ; et le programme de leur concours d’entrée, qu’ils ont la liberté d’établir comme ils le souhaitent, dépasse le plus souvent le programme étudié à l’école élémentaire. Quant aux juku, bien sûr, ils développent leurs activités en dehors de tout cadre réglementaire officiel et enseignent ce qu’ils veulent, comme ils veulent. C’est à ces à derniers que nous allons nous intéresser ici dans le rôle qu’ils jouent pour permettre aux enfants des écoles élémentaires publiques de se présenter dans de bonnes conditions aux concours d’entrée des collèges privés que leur scolarité publique, « normale », ne suffit pas à préparer.

Un contexte (rendu) de plus en plus favorable

7L’engouement croissant pour les établissements privés s’est développé dans un contexte de dérégulation - sinon de désinvestissement financier - de l’éducation par l’Etat, initié par les politiques néolibérales des premiers ministres qui se sont succédé entre le milieu des années 1990 et 2009. Comme nous allons le voir, il s’est également grandement nourri des dernières réformes des Directives officielles d’enseignement (Gakushû shidô yôryô) qui tiennent lieu de programmes pour les établissements publics.

  • 5 Ces révisions ont lieu en général tous les dix ans.

8Les années 1990 ont vu la mise en place de la politique dite de l’« éducation détendue » (yutori kyôiku) qui s’est traduite par un allégement progressif des programmes, lors des deux dernières révisions des directives officielles en 1989 et 19985. La seconde, celle 1998, qui fut la plus importante, s’est caractérisée ainsi par une diminution de 30 % des contenus d’enseignement de l’école élémentaire et du collège. Parallèlement, l’aménagement du temps scolaire a été modifié avec un passage progressif à la semaine de 5 jours entre 1992 et 2002 (Oba, 2010 : 18). La Figure 1 montre l’évolution du temps d’enseignement des quatre disciplines principales - sciences, société (histoire et géographie), mathématiques et langue japonaise - dans les écoles élémentaires en fonction des révisions successives des directives d’enseignement entre 1968 et 1998. Pour chaque discipline, il s’agit du nombre total des heures d’enseignement des 6 années d’étude qui constituent le niveau élémentaire, sachant que les disciplines « société » et « sciences », dont le volume horaire est nettement moindre, ne sont enseignées qu’à partir de la 3ème année.

Figure 1 : Evolution du temps d’enseignement des quatre disciplines principales des écoles élémentaires japonaises fixé par les directives d’enseignement officielles de 1968, 1977, 1989 à 1998 (source : directives d’enseignement du ministère de l’Education)

Figure 1 : Evolution du temps d’enseignement des quatre disciplines principales des écoles élémentaires japonaises fixé par les directives d’enseignement officielles de 1968, 1977, 1989 à 1998 (source : directives d’enseignement du ministère de l’Education)
  • 6 Soit 1 461 UH en langue japonaise, 1 011 UH en mathématiques, 365 UH en société et 405 UH en scienc (...)

9La diminution progressive du nombre d’heures de cours attribué à chaque matière est incontestable : on passe, en effet, de 3 941 unités horaires (UH, de 45 minutes) en 1968 à 2941 en 1998, soit une réduction d’environ 25 % du contenu total des cours. Le nombre d’UH accordé à l’étude des sciences est, quant à lui, passé de 628 en 1968 à 558 en 1977, puis à 420 en 1989 pour finalement descendre jusqu’à 345 en 1998, soit une diminution de presque 50 % en 30 ans. Même si la tendance s’est aujourd’hui inversée, et que dans les dernières directives officielles d’enseignement promulguées en 2008 le nombre total des heures d’enseignement a été augmenté6, on comprendra aisément que cette diminution, par son importance, ne fut pas sans effets et sur les contenus d’enseignement et sur la préparation des concours d’entrée au collège, et donc encore sur la stratégie des parents.

  • 7 Créé en 1973, Nichinôken est un shingaku juku spécialisé dans la préparation des concours d’entrée (...)
  • 8 Rappelons que ces statistiques incluent aussi les élèves se présentant aux concours des collèges na (...)

10Les données publiées par le juku Nichinôken (2008 : 2)7, spécialisé dans la préparation aux concours d’entrée des collèges, montre que ces concours ont concerné, en 2008, dans la région métropolitaine de Tôkyô, 20,6 % des élèves de 6e année de l’école élémentaire, soit un tout petit peu plus d’1 enfant sur 58. D’après des statistiques plus récentes, ce pourcentage est passé à 21,2 % en 2009, et à 30,4 % si l’on se limite à la ville de Tôkyô, soit quasiment 1 enfant sur 3 (Asahi shinbun, 2009).

11Sur Tôkyô, le pourcentage des élèves de dernière année d’école élémentaire inscrits à un concours d’entrée dans un collège privé, et donc préparant celui-ci, a ainsi été multiplié par 2,5 entre 1986 (8,5 %) et 2008 (20,6 %). Dans le même temps, le nombre d’inscriptions aux concours (chaque élève pouvant s’inscrire à plusieurs d’entre eux), qui est peut-être l’indicateur qui traduit le mieux l’ampleur du désir des parents de « sortir » du système public (multiplier les concours c’est augmenter ses chances d’en réussir au moins un), a lui aussi été plus que multiplié par deux (143 000 en 1986, soit une moyenne de 3,3 concours présentés par enfants, contre 314 112 en 2008, soit une moyenne 5,3 concours présentés).

12Deux raisons sont en général avancées pour expliquer ces hausses significatives. Tout d’abord, le fait que le nombre des collèges privés a lui-même augmenté et par conséquent aussi le nombre de places dans ces collèges (29 288 en 1986 contre 42 003 en 2008). Ensuite la baisse considérable, depuis 1986, du nombre d’enfants en âge de passer le concours d’entrée qui a presque été divisé par deux (517 000 en 1986 contre 295 792 en 2008). Ces deux facteurs, qui expliquent ces différentes augmentations de manière systémique sinon automatique, ont indéniablement joué un rôle important. Toutefois, ils ne sont sans doute pas suffisants pour expliquer le phénomène dans toutes ses dimensions. En effet, alors que, depuis 2001, le nombre total des élèves de 6ème année s’est stabilisé à ± 300 000, le pourcentage de ceux qui se positionnent pour participer aux examens d’entrée a, lui, continuer d’augmenter, passant de 13,7 % en 2001 à 20,6 % en 2008 ; soit une hausse brute de 20 000 candidats en sept ans. L’augmentation du désir des parents de « sortir » du système public, que nous évoquions plus haut, est donc bien, aussi, un des facteurs majeurs, sinon le facteur majeur, de l’augmentation des différents indicateurs examinés plus haut. A tel point que l’on aurait, en ce sens, plutôt tendance à considérer l’augmentation du nombre des collèges privés et des places disponibles dans ces derniers comme une conséquence du phénomène que comme une cause de celui-ci.

  • 9 Ainsi que d’autres mécanismes liés à l’assouplissement de la sectorisation que développe Christian (...)

13La crainte d’une baisse du niveau des écoles publiques n’est à l’évidence pas sans rapport avec cette frénésie à l’égard des concours d’entrée dans les collèges privés9. L’allègement des contenus des programmes et la défiance croissante et généralisée vis-à-vis du secteur public dans son ensemble ont, de fait, contribué à alimenter cette « fièvre des concours » (juken netsu). La stratégie des juku a d’ailleurs été à ce sujet plutôt efficace, puisqu’elle a consisté à nourrir l’angoisse des familles au sujet des écarts (réels ou supposés) entre les programmes des écoles élémentaires publiques et ceux des concours des collèges privés, et à se poser en ultime et indispensable recours permettant d’assurer la réussite de leurs enfants (notamment par de grandes campagnes publicitaires sur ce thème). Une des tendances marquantes à partir des années 1990 qui a, en ce sens, concouru à conforter les parents dans cette opinion tout en légitimant le rôle des établissements privés est la présence régulière, parmi les élèves admis au concours de l’université nationale de Tôkyô, Tôkyô daigaku (Tôdai), la plus prestigieuse du Japon, d’une majorité d’élèves en provenance d’établissements secondaires privés (Nichinôken, 2008). Un « retournement historique » qui illustre de la manière la plus symbolique qui soit la « défaite » (réelle ou supposée, et/ou organisée) du système public d’éducation japonais.

Forme et évolution de l’industrie du soutien scolaire

14Le marché du soutien scolaire au Japon s’est lui aussi, dans le même mouvement, fortement développé durant les années 1980 et la première moitié des années 1990, puis cette progression s’est un peu ralentie malgré un pic de fréquentation en 2002 qui a coïncidé avec la mise en application des réformes entraînant une réduction de 30 % des programmes d’enseignement (Yano keizai kenkyûjo, 2007 :20). Depuis 2002, on constate une légère régression qui s’explique notamment par la baisse démographique et le ralentissement qui caractérise l’économie dans son ensemble (ibid., 2011 : 3). L’industrie du soutien scolaire, dont le chiffre d’affaires était estimé en 2011 à 899 milliards de yens, soit environ 8,6 milliards d’euros, est toutefois particulièrement disparate et regroupe des établissements de tailles très variées allant de l’entreprise individuelle accueillant quelques élèves aux franchises de juku regroupant plusieurs dizaines de milliers d’élèves. Les statistiques officielles dénombraient, en 2006, un total de 51 617 établissements regroupés en 37 000 enseignes dont 20 cotées en bourse (Zenkoku shijuku jôhô sentâ, 2008 : 21). Le chiffre d’affaires de ces dernières représentait à lui seul 25, 7 % de celui de l’industrie du soutien scolaire dans son ensemble - une part elle aussi en augmentation continue depuis 2002 où elle n’était que de 18,9 %. On assiste ainsi clairement au Japon aujourd’hui, dans le domaine du soutien scolaire, à un phénomène de concentration équivalent à celui que l’on peut rencontrer dans d’autres secteurs de l’économie.

15Plus que par leur taille, toutefois, les juku sont en général classés au Japon en fonction de leur public (écoliers, collégiens, lycéens) et surtout de leurs objectifs pédagogiques. Sur ce dernier plan, la principale distinction est faite entre les juku « préparatoires aux concours d’entrée » (shingaku juku), qui préparent au passage dans un établissement du niveau supérieur, et les juku « de soutien » (hoshû juku), dont l’objectif est plutôt d’accompagner pédagogiquement les élèves dans leur scolarité en leur proposant une aide aux devoirs, des cours de rattrapage ou de révision, ou encore des cours de préparation aux contrôles de l’école, publique ou privée, dans laquelle ils sont scolarisés. Le contexte de crise économique que traverse l’archipel amène toutefois, aujourd’hui, la plupart des juku à diversifier de plus en plus leur offre afin d’attirer le public le plus nombreux possible. Dans la catégorie des juku « préparatoires aux concours d’entrée », trois sociétés se distinguent par leur taille et leurs excellents taux de réussite aux concours des meilleurs collèges : Nichinôken, Yotsuya ôtsuka et Sapix. Les deux premières ont été fondées dans la première moitié des années 1950, tandis que la création de Sapix, plus tardive, date de 1989. Toutes les trois sont implantées principalement dans la région métropolitaine de Tôkyô.

16Outre leurs activités d’enseignement, Nichinôken et Yotsuya ôtsuka possèdent un centre national d’examen blanc ouvert à tous les écoliers afin que ceux-ci puissent s’entraîner et connaître leur « hensachi » (littéralement « écart type »), qui est une sorte de « moyenne » qui permet de classer les élèves à la fois les uns par rapport aux autres mais surtout chacun par rapport au niveau de difficulté des différents concours. Les enfants qui souhaitent continuer leur scolarité dans un collège privé, on l’a vu, ne préparent pas en général un seul concours d’entrée mais plusieurs dont le degré de difficulté varie d’un établissement à l’autre. Et ces enfants, ou leurs parents, « ciblent » les concours des collèges auxquels ils vont se présenter en fonction de leur possibilité de réussite ainsi évaluée par leur hensachi, dont Nichinôken et Yotsuya ôtsuka se sont donc fait une spécialité (fort lucrative).

  • 10 Voir sur ce sujet, dans ce numéro, l’article de Christian Galan.

17Enfin, concernant la diversification des activités des juku, il faut encore citer les services de conseil que ceux-ci ont dernièrement développés pour aider les parents à comprendre le nouveau paysage scolaire japonais et à bien choisir le futur établissement de leurs enfants, que celui-ci soit public (sans concours) ou privé (Chiba, 2011). Les mesures d’assouplissement de la politique de sectorisation ont en effet complètement bouleversé, dans les localités où elles ont été implantées, les repères de nombreux parents qui doivent à présent faire eux-mêmes des choix qui jusqu’ici étaient faits (sur des critères strictement géographiques) par les autorités éducatives locales, et qui se retrouvent notamment perdus face à la possibilité qui leur est maintenant offerte de sélectionner un établissement parmi les dizaines qui sont théoriquement ouverts à leurs enfants10.

Le rôle des juku dans la préparation des concours d’entrée dans les collèges privés

  • 11 Benesse corporation est le nom, pris en 1995, par la maison d’édition Fukutake shoten fondée en 195 (...)
  • 12 L’enquête qui s’est déroulée en décembre 2007, par courrier, à l’échelle nationale, visait à connaî (...)

18Le Centre de recherche et de développement de l’éducation de la société privée Benesse (Benesse kôporêshon11) a réalisé en 2007 une étude nationale portant sur les élèves de 6ème (et dernière) année de l’école élémentaire et leurs parents au sujet de la manière dont les uns et les autres envisageaient (ou pas) le choix de leur futur collège12. On trouve dans cette étude nombre de données passionnantes au sujet des profils et du vécu des élèves ainsi que des stratégies familiales suivant que celles-ci envisagent ou non la candidature à un concours d’entrée, et en fonction de leur lieu de résidence (Tôkyô, grandes villes, villes moyennes, petites villes) ou encore du type d’établissement visé (collège public, privé ou national, ou établissement public regroupant collège et lycée).

19L’enquête montre tout d’abord que, sur l’ensemble des élèves de 6ème année de l’école élémentaire interrogés un tiers seulement (32,2 %) fréquente les juku scolaires, plus de la moitié (57,2 %) n’y ayant jamais mis les pieds de toute leur scolarité. Ils ne sont par ailleurs que 13,52 % à avoir choisi de se présenter à un examen d’entrée dans un collège privé. Mais les trois quarts de ceux qui ont fait ce choix (74,9 %) ont aussi fait celui de fréquenter un juku dans le but de parfaire leur préparation. En regardant les résultats plus en détail, on s’aperçoit également, sur ce point, que 89,1 % des écoliers qui disent souhaiter intégrer un collège privé fréquentent un juku, alors que ce n’est le cas que de la moitié (53,2 %) de ceux qui visent le concours d’un établissement public regroupant collège et lycée (Benesse, 2008 : 148). Il semble donc bien exister un lien très fort entre la préparation des concours des collèges privés (et non de tous les concours en général) et la fréquentation des juku.

20L’enquête montre ensuite que, parmi les 32,2 % d’élèves de 6ème année de l’école élémentaire qui fréquentent les juku scolaires, 61,1 % ont fait le choix d’un juku « de soutien » (hoshû juku) et 31,1 % celui d’un juku « préparatoire aux concours d’entrée » (shingaku juku). Toutefois, les juku fréquentés par les écoliers qui préparent un concours d’entrée dans un collège privé sont à 85,5 % des shingaku juku, tels qu’on les a définis précédemment, 10,5 % seulement confiant leur préparation à des hoshû juku. Pour ces derniers, la raison peut-être bien sûr liée au type d’établissement visé (degré de difficulté du concours) ou à leur propre niveau scolaire, mais aussi, le plus souvent, à l’offre locale en matière de juku, notamment en dehors des grandes agglomérations. Quant aux écoliers candidats aux concours d’entrée des collèges privés les plus cotés (ainsi qu’à ceux des collèges nationaux d’élite), on peut supposer aisément qu’ils sont encore plus nombreux à fréquenter un shingaku juku. En effet, le niveau des concours de ces établissements excédant de très loin les contenus abordés à l’école primaire, le recours aux services de ces derniers apparaît aux parents comme étant absolument indispensable, et cela d’autant plus depuis la mise en place de l’« éducation détendue » - on y reviendra. Ainsi, comme nous le disions précédemment, le lien entre préparation des concours des collèges privés et fréquentation des juku est très étroit, mais il l’est plus encore entre préparation des concours des collèges privés et fréquentation des shingaku juku.

21L’enquête montre également le caractère essentiellement « urbain » de la fréquentation des juku scolaires et du désir des parents que leur enfant se présente au concours d’entrée d’un collège privé : plus la population de la localité considérée est faible, plus le nombre d’enfants fréquentant un de ces établissements diminue (42,3 % dans Tôkyô, contre 20 % dans des villes de moins de 50 000 habitants).

22Interrogés sur le moment où a été prise la décision de passer un concours d’entrée au collège, 21 % des écoliers répondent en 4ème année (qui correspond au CM1 en France), 26,2 % en 5ème année et 30,6 % en 6ème année, année au terme de laquelle celui-ci a lieu. Il est intéressant de noter ici que si, à la même question, les parents répondent à peu près de la même manière (15,3 % : 4ème année, 24,3 % : 5ème année, 33,8 % : 6ème année), ils sont toutefois 17,6 % à reconnaître qu’ils ont commencé à réfléchir à cette éventualité alors que leurs enfants étaient en 1ère année de l’école élémentaire et 9,1 % à prendre la décision dès cette année là.

23Une fois prise la décision de passer le concours et une fois inscrits (pour l’immense majorité d’entre eux) dans un shingaku juku afin de préparer celui-ci, les écoliers suivent généralement de manière assidue les cours jusqu’à la période des concours, qui ont lieu à la fin du mois de janvier ou début février de la 6ème année. Les quatre matières généralement présentées au concours, et donc au centre de leurs études dans les shingaku juku (nous donnons entre parenthèse le pourcentage des élèves ayant sélectionné cette matière) sont la langue japonaise (96 %), les mathématiques (98 %), les sciences (79,3 %) et la société (histoire et géographie) (73,3 %), mais là encore il peut y avoir des différences entre les établissements (Benesse, 2008, 152-153). Quant à la fréquentation hebdomadaire des shingaku juku, elle est elle aussi assez variable d’un élève à l’autre, mais a bien sûr tendance à être de plus en plus régulière et prolongée au fur et à mesure que l’échéance des concours approche. Selon l’enquête de Benesse, 55,3 % des écoliers de 6ème année (l’année du concours donc) qui vise l’entrée dans un collège privé s’y rendent 3 fois ou plus par semaine, dont 11,3 % 6 fois et 6 % 7 fois, soit tous les jours ! Ils y passent alors, chaque fois, en moyenne, 3 h 14 ; 31,3 % d’entre eux y passant plus de 4 h à chaque visite. Ce qui les amène à rentrer chez eux, en moyenne, à 20h 35 ; 22 % rentrant vers 21h, 18 % vers 22h et 15,3 % plus tard que 22h (Benesse, 2008 : 150-151). Rappelons ici que l’on parle d’enfants âgés de 11 à 12 ans.

Conséquences de la fréquentation des juku sur la vie des enfants

  • 13 Même si on doit prendre ces résultats avec le recul nécessaire : Benesse corporation n’ayant aucun (...)

24Sur le plan scolaire, l’enquête de Benesse laisse voir des effets de la fréquentation d’un juku tout à fait positifs13. En moyenne, la grande majorité des écoliers (71,2 %) qui fréquentent un juku, quel qu’en soit le type (shingaku juku ou hoshû juku), disent avoir vu leurs résultats scolaires s’améliorer (proportion qui passe à 79,4 % si on prend les réponses des seuls écoliers qui fréquentent un shingaku juku). Notons que 71 % des parents partagent ce point de vue (mais seulement 67,7 % de ceux dont les enfants fréquentent un shingaku juku). Les écoliers qui fréquentent un juku déclarent par ailleurs vivre dans un environnement où le travail scolaire est l’une des préoccupations principales : celui-ci est ainsi, pour 51,5 % d’entre eux l’objet de conversation entre amis et dans la famille ; eux-mêmes se disent, plus généralement, à 52,4 %, devenus plus attentifs à leurs résultats - des pourcentages qui sont encore plus élevés dans le cas ceux qui fréquentent un shingaku juku, avec respectivement 70 % et 64 % de réponses en ce sens (Benesse, 2008 : 154, 160).

  • 14 En ce sens, la fréquentation des shingaku juku a un impact beaucoup plus fort et contraignant sur l (...)

25L’enquête montre par ailleurs que la fréquentation d’un shingaku juku a toutefois, également, des conséquences plus « contrastées » sur l’aspect social, relationnel, de la vie des écoliers. Si 69,3 % de ceux-ci déclarent en effet avoir, d’un, côté, augmenté le nombre de leurs amis en dehors hors de l’école, ils sont toutefois 71,3 % à affirmer, de l’autre, ne plus avoir le temps de s’amuser avec leurs camarades d’école. Dans le même ordre d’idée, 59,3 % affirment qu’ils n’ont plus de temps pour faire « ce qu’ils ont envie de faire », et 35,3 % qu’ils n’ont (même) plus la possibilité de prendre leur dîner en famille14.

  • 15 Dans le cas des hoshû juku, ces deux derniers pourcentages sont beaucoup moins importants : ils ne (...)

26Il en va de même des effets que la fréquentation d’un shingaku juku provoque sur la perception que ces écoliers ont de l’école et de l’utilité du travail qu’ils y font. Les écoliers qui fréquentent un juku se retrouvent en effet, de fait, à suivre simultanément deux scolarités différentes dans deux « établissements » distincts qui ne partagent ni la même philosophie éducative, ni les mêmes objectifs, ni les mêmes moyens, ni les mêmes programmes, les shingaku juku répondant par ailleurs, à l’évidence, plus précisément et de manière plus satisfaisante à leurs attentes immédiates. Ces écoliers ne sont ainsi que 40 % à trouver agréable de se rendre à l’école. 44 % disent s’y ennuyer, notamment du fait que les connaissances qui y sont abordées sont sans rapport avec celles nécessaires pour le concours, ou de moindre utilité que celles-ci, et 42 % affirment d’ailleurs ne plus avoir le temps de faire les devoirs qui y sont demandés15. L’école, dans laquelle ils accomplissent pourtant ce qui peut être considéré comme leur « scolarité principale », est ainsi indéniablement reléguée au second plan (Benesse, 2008).

27L’enquête montre également que les écoliers fréquentant un juku avec pour objectif de passer un concours sont beaucoup plus nombreux (64,5 %) à préférer étudier dans ce juku qu’à l’école que ceux qui s’y rendent avec un autre objectif (36,5 %), et dont les préférences vont très majoritairement vers l’école (60 %). Les premiers sont de même plus nombreux (71,7 %) à considérer que le travail qu’ils font dans le juku leur est plus utile que celui qu’ils font à l’école, contre seulement 45,4 % des seconds qui partagent cet avis (52,7 % jugeant l’école plus utile) (Benesse, 2008 : 155).

28Quant aux parents, ceux qui envoient leurs enfants dans un shingaku juku considèrent à 95,6 % que c’est effectivement là une condition indispensable pour envisager de réussir le concours visé, 89,9 % considérant par ailleurs que les connaissances enseignées à l’école ne sont absolument pas suffisantes pour cela. Plus des deux tiers de ces parents (76,6 %) disent trouver plus compétents les enseignants du shingaku juku que ceux de l’école ; et plus d’un tiers (34,8 %) déclarent même que, pour eux, le travail de leurs enfants dans le shingaku juku est prioritaire et plus important que celui effectué dans le cadre de l’école ; 43,7 % reconnaissent, enfin, se sentir plus tranquilles et plus rassurés vis-à-vis du devenir scolaire de leurs enfants depuis que ceux-ci vont au juku.

29Pourtant, dans le même temps, près d’un quart de ces mêmes parents (22,1 %) affirment qu’ils auraient préféré ne pas avoir à y envoyer leurs enfants, tandis que 13,9 % considèrent que leur enfant a perdu sa joie de vivre depuis qu’il se rend dans un juku, et que la quasi-totalité d’entre eux (92,4 %) s’accorde pour dire que les frais d’inscription y sont bien trop élevés (Benesse, 2008 : 160). Il faut dire que, selon l’enquête, le coût de cette « deuxième scolarité » est évalué en moyenne, par les parents, à 19 061 yens (184 €) par mois - 19,1 % disant dépenser plus de 30 000 yens (290 €) dont 8,8 % plus de 50 000 yens (482 €). Par ailleurs, lorsque la fréquentation du juku a pour but le passage d’un concours, la somme dépensée par les parents s’élève en moyenne à 48 959 yens (472 €) par mois (contre seulement 13 924 yens (134 €) si l’enfant ne prépare pas de concours), 40,7 % disant dépenser entre 50 000 et 100 000 yens (482 et 964 €) et 9,9 % plus de 100 000 yens (964 €). Enfin, en fonction du concours préparé, le coût lié à fréquentation d’un juku dans le but de préparer le concours d’un collège privé se monte en moyenne à 60 457 yens (583 €) par mois (contre seulement 24 763 yens (239 €) s’il s’agit du concours d’entrée dans un établissement public qui regroupe collège et lycée), 55,5 % des parents disant dépenser alors entre 50 000 et 100 000 yens (482 et 964 €) et 14,3 % plus de 100 000 yens (964 €).

Les écoliers et le concours d’entrée dans un collège privé

30La préparation d’un concours d’entrée dans un collège privé demande, on l’aura compris, outre des parents relativement aisés ou ayant le sens du sacrifice, un travail soutenu et de longue haleine de la part des écoliers. Les écoliers-candidats en sont eux-mêmes tout à fait convaincus puisque, même si 79,6 % d’entre eux considèrent que c’est très difficile de réussir un tel concours, plus des trois quarts (77, 1 %) jugent que c’est là une étape nécessaire pour avoir ensuite la possibilité d’accéder à un bon lycée puis à une bonne université. 67,8 % considèrent par ailleurs que cela les aide à grandir et à devenir adulte (Benesse, 2008 : 79-84).

31La perspective d’un avenir meilleur semble d’ailleurs atténuer les désagréments sinon les souffrances liées au travail de préparation et les écoliers paraissent développer globalement une attitude positive face à l’étude. Ainsi, même si près de 3 écoliers sur 4 (74, 6 %) trouvent leur travail de préparation pénible, notamment parce qu’ils doivent étudier des contenus non abordés à l’école (67, 8 %), ils sont toutefois plus des trois quarts (75, 4 %) à trouver intéressant de pouvoir de cette manière étudier des choses non enseignées à l’école.

  • 16 On notera ici avec intérêt que les questions posées aux parents distinguent toujours les décisions (...)
  • 17 Sur toutes ces questions, et plus généralement sur tout ce qui touche la « condition écolière » dan (...)

32Par ailleurs, même s’il y a, d’un côté, une majorité d’écoliers (52 %) qui déclarent avoir décidé par eux-mêmes de fréquenter un shingaku juku (contre 34,7 % qui disent que cette décision vient de leur mère et 10,7 % de leur père) (Benesse, 2008 : 152), de l’autre, 35 % des parents seulement répondent que la décision de se présenter au concours d’un collège privé (qui, comme on l’a vu, est étroitement liée à celle de fréquenter un shingaku juku) relève du choix de leur enfant, tandis que 39,8 % disent qu’il s’agit là d’une décision de la mère et 18,7 % du père16(Benesse, 2008 : 79-84). La perception qu’enfants et parents ont au sujet de ces décisions semble donc bien différente, sinon inversée. On peut penser en effet que ce sont bien les parents qui le plus souvent induisent sinon décident l’orientation de leurs enfants et le fait de les scolariser dans un établissement autre que le collège public situé dans leur circonscription (voir plus haut le nombre de parents qui reconnaissent avoir envisagé cette éventualité dès la première année de l’école élémentaire). Etant donné les sacrifices - financiers pour les parents et « sociaux » ou « psychologiques » pour les enfants - qu’implique la décision de préparer un concours d’entrée dans un collège privé, on peut se demander si cette décision ne peut pas être la source de tensions sinon de conflits entre les uns et les autres. Les écoliers sont-ils ainsi tous prêts à y consacrer tous leurs efforts ? Est-ce que ces derniers ne leur paraissent pas trop coûteux17 ? Mais de tout cela, l’enquête ne dit rien. Sinon que 85,6 % des écoliers qui se retrouvent dans cette situation se disent tout à fait conscients du coût important de cette préparation, ce qui peut tout à la fois augmenter leur motivation à réussir mais aussi agir comme une pression supplémentaire. Notons ainsi que 20,4 % des écoliers qui préparent le concours d’entrée au collège, soit quand même un sur cinq, déclarent que « s’ils le pouvaient, ils souhaiteraient ne pas avoir à se présenter » à un tel concours.

Conclusion

33Le succès des collèges privés au Japon au cours de ces trente dernières années s’explique à l’évidence, en grande partie, par les différentes réformes que l’enseignement public a connu (allègement des programmes officiels, accentuation de l’écart existant entre ceux-ci et les programmes des différents concours, assouplissement - voire, dans certaines municipalités, suppression - de la sectorisation, etc.) qui ont contribué à accroître le sentiment de méfiance ou d’incertitude des parents vis-à-vis de celui-ci, notamment dans la région métropolitaine de Tôkyô, où l’éventail des choix concernant les établissements est très large et le marché du soutien scolaire florissant. On peut également considérer que les discours dévalorisants tenus à l’encontre de l’école publique ces dernières décennies ont également été un moteur puissant de ce succès.

  • 18 Pour la première fois depuis très longtemps le nombre total des collégiens scolarisés dans le privé (...)

34Certes, le pourcentage des élèves scolarisés dans les collèges privés reste faible : 7,2 % de l’ensemble des collégiens japonais en 2010. Mais ce qui impressionne ici c’est la progression régulière et qui semble (presque18) inexorable du nombre de ces élèves, en pourcentage (+ 1,5 %) mais aussi en valeur absolue (+ 25 111) encore entre 2000 et 2009, et cela alors que le pays « perdait » dans le même temps 545 551 enfants en 6ème année d’école élémentaire.

35Ce succès, même relativisé, génère surtout un certain nombre de problèmes qui touchent en premier lieu les principaux intéressés, les enfants et leurs familles, mais qui interrogent aussi la société tout entière.

36Le recours aux juku, et notamment aux shingaku juku, est ainsi considéré aujourd’hui par la quasi totalité des enfants et des familles comme absolument indispensable pour réussir le concours d’entrée des collèges privés d’excellence (que ceux-là fassent ou non le choix de passer ce concours). Or ces juku sont payants, tout comme le sera leur collège d’affectation en cas de réussite au concours. Cela pose un double problème : financier pour les familles, « moral » ou « éthique », ou simplement « social », pour la population dans son ensemble au regard notamment du principe de l’égalité des chances qui est un des principes fondateurs de la société japonaise. Certes on peut considérer que les collèges privés sont en eux-mêmes, et par définition, forcément inégalitaires. C’est vrai, mais cet aspect est toutefois renforcé par le fait qu’il faut aujourd’hui, avant même d’entrer dans un tel collège, investir des sommes assez considérables dans la préparation même de son concours d’entrée. Ou, si on le dit autrement, c’est une chose que de payer les frais de 3 années de scolarité dans un collège privé ; c’en est une autre que d’ajouter à ces frais le coût de 3, 4 voire 5 années de préparation plus ou moins intensives au concours d’entrée dans ce collège. Si cette réalité, qui était de toute façon moins aigue, passait plus facilement inaperçue dans le contexte de croissance économique jusqu’au début des années 1990, la crise économique et sociale que le Japon traverse depuis, la place immanquablement aujourd’hui au centre des préoccupations des familles avec, d’un côté, une paupérisation grandissante d’une partie de la population et, de l’autre, un phénomène de surenchère autour de l’obtention des diplômes les plus cotés (et de plus en plus de ces seuls diplômes-là), du fait de leur forte valeur sur le marché du travail.

  • 19 Les autres raisons sont, pour les plus importantes : « Parce qu’ils veulent aller au collège public (...)

37Cette tendance, ajoutée à une politique de désectorisation qui pourrait se généraliser, ne peut que contribuer à creuser davantage les écarts entre les familles. Il est d’ailleurs intéressant de noter, sur cette question, que les enfants qui ne préparent pas de concours d’entrée dans un collège privé, interrogés sur les raisons de ce choix, répondent à 50,9 % que l’une de ces raisons est « qu’ils ne veulent pas faire dépenser de l’argent à leurs parents19 » (Benesse, 2008 : 83).

  • 20 Voir dans ce numéro l’article de Christian Galan.

38Si l’écart se creuse entre les familles, il se creuse aussi entre les établissements scolaires avec la tendance à regrouper toujours plus au sein d’un même établissement des élèves aux capacités équivalentes, et cela à partir d’un âge de plus en plus précoce. La politique d’assouplissement de la sectorisation facilite bien sûr cette différenciation entre les établissements publics dans les localités où elle a été implantée20, mais, de leur côté, les collèges privés participent eux aussi pleinement à l’accentuation de ce phénomène.

  • 21 S’intercale entre les deux, avec 73 %, le vœu que ce soit un collège « où on n’a pas à craindre les (...)
  • 22 Pour les parents aussi, s’intercale entre les deux, avec 81 %, le fait que ce soit un collège « où (...)

39Le système de sélection des élèves à l’entrée, que constitue le concours, contribue en effet indéniablement à garantir une homogénéité maximum des générations scolarisées dans ces établissements. C’est d’ailleurs, ce que recherchent les élèves eux-mêmes qui, interrogés sur les caractéristiques du collège qu’ils souhaitent intégrer, répondent à 77 % (réponse qui arrive en tête) que c’est un collège « hautement réputé aux yeux des gens » et à 70,2 % que c’est un collège « où le niveau des cours est élevé » (réponse qui arrive en troisième position21). Les parents sont exactement sur la même longueur d’onde qui, lorsqu’on leur demande les critères sur lesquels ils ont fait leur choix, répondent à 87,4 % : un collège « où le niveau des cours est élevé » (réponse qui arrive en tête), et à 75,7 % : un collège « hautement réputé aux yeux des gens » (réponse qui arrive en troisième position22) (Benesse, 2008 : 82).

40Bien sûr, nous avons conscience, en concluant cet article, que l’interprétation des changements que nous avons évoqués ici pourrait s’adjoindre d’autres grilles de lecture reposant notamment sur un examen plus fouillé des variations régionales et de la motivation des parents. Il apparaît notamment nécessaire de s’interroger davantage sur le pourcentage des élèves qui choisissent le privé au niveau du lycée par rapport à ceux qui le choisissent dès le collège. Sans doute observerait-on alors que ces choix sont souvent gouvernés par des contraintes structurelles : les établissements privés les plus réputés de certaines villes ont leur propre collège et n’ouvrent qu’un nombre dérisoire de place à l’entrée du lycée. Au terme des études primaires dans le public, les parents se retrouvent donc contraints de choisir le privé s’ils veulent donner à leur enfant une chance d’accéder aux lycées les plus performants du département…

41Dans le même ordre d’idée, l’analyse sur les coûts réels de ce type de parcours scolaires doit aussi prendre en compte le fait que, pour beaucoup de parents, l’investissement réalisé en fin d’école élémentaire sera compensé par des économies ultérieures : les études dans les établissements privés sont certes payantes, mais rares sont les élèves qui ont besoin de fréquenter un juku une fois qu’ils ont été scolarisés dans ces établissements très concurrentiels. L’un dans l’autre, aux yeux de ces parents japonais - et dans le cas des établissements privés qui proposent les tarifs les plus raisonnables -, l’augmentation de la charge financière peut donc apparaître toute relative.

42Tous ces points, qui seront au centre de nos futurs travaux, ne nous paraissent cependant en rien remettre en cause ce que nous souhaitions montrer ici, à savoir que la dépendance croissante des familles par rapport aux entreprises privées de soutien scolaire et la popularité grandissante des collèges privés, caractéristiques de la nouvelle donne éducative japonaise, sont en train de modifier en profondeur le rapport des Japonais au fait éducatif, et par voie de conséquence la société japonaise dans son ensemble.

Haut de page

Bibliographie

Arai, I. (dir.) (1990). Gakkô to juku ya chiiki to no aida (Entre l’école et les juku ou le local). Tôkyô : Gyôsei.

Asahi shinbun (édition locale de Kanagawa) (2009). Chûgaku juken, saita 13800 nin (Les examens d’entrée au collège, un record avec 13 800 élèves), 21 février 2009.

Benesse kyôiku kenkyû kaihatsu sentâ (Centre Benesse de développement de la recherche en éducation) (2008). Chûgakkô sentaku ni kan suru chosa hôkokusho (Rapport de l’enquête sur le choix du collège), Benesse kyôiku kenkyûjo, document récupéré : http://benesse.jp/berd/center/open/report/chugaku_sentaku/2008_hon (consulté le 23 novembre 2011).

Chiba, S. ( 2011). Shinkyôiku sangyô 2012 (La nouvelle industrie éducative 2012). Tôkyô : Sangakusha.

Fukaya, M. (1991). Chûgaku juken (Les concours d’entrée au collège), Monogurafu shôgakusei nau (Monographe sur les écoliers d’aujourd’hui), 11(8), document récupéré le 26 juillet 2011 : http://www.crn.or.jp/cgi-bin/LIBRARY/disp_mokuji.pl ?& sassi =M2&vol =11-8.

Hashimoto, N. (2008). Chûgakkô sentaku no tayôka to kodomo no seikatsu no bunka (Diversification du choix du collège et mode de vie des enfants), Benesse kyôiku kenkyûjo, document récupéré le 23 novembre 2011 : http://benesse.jp/berd/center/open/berd/backnumber/2008_15/ren_hashimoto_01.htm.

Monbukagakushô (2008). Kodomo no gakuhi chôsa (Enquête sur les dépenses éducatives), Tôkyô, document récupéré le 23 novembre 2011 : http://www.mext.go.jp/b_menu/toukei/chousa03/gakushuuhi/kekka/k_detail/1289326.htm.

Monbukagakushô (2011). Monbukagaku tôkei yôran (Statistiques du ministère de l’Education), Tôkyô, document récupéré le 23 novembre 2011 : http://www.mext.go.jp/b_menu/toukei/002/002b/1305705.htm.

National Coalition Group of Citizens and NGO’s for the Alternative Report on the Convention on the Rights of the Child (2009). Deprivation of Chilhood in neo-Liberal Society – Urgent call from Japan for articles 6 & 12 revolution.

Nichinôken (2008). Chûgaku juken no ABC (ABC des examens d’entrée au collège), document récupéré le 22 février 2009 : http://www.nichinoken.co.jp/wing/ manabi/pdf/s_kidsRA0805.pdf.

Oba, J. (2008). L’Organisation du système éducatif japonais 2007, document récupéré le 23 novembre 2011 : http://home.hiroshima-u.ac.jp/oba/index-f.html.

Oba, J. (2011). L’Organisation du système éducatif japonais 2010, document récupéré le 23 novembre 2011 : http:// home.hiroshima-u.ac.jp/oba/index-f.html.

Roesgaard Marie Hojlund (2006). Japanese Education and the Cram School Business: Functions, Challenges and Perspectives of the Juku. Copenhagen : Nias Press.

Yano keizai kenkyûjo (Institut de recherche Yano sur l’économie) (2007). Kyôiku sangyô hakusho (Livre blanc sur l’industrie de l’éducation). Tôkyô : Institut de recherche Yano.

Yano keizai kenkyûjo (Institut de recherche Yano sur l’économie) (2011). Kyôiku sangyô shijô ni kansuru chôsa kekka (Résultats de l’enquête concernant le marché de l’éducation).

Zenkoku shijuku jôhô sentâ (Centre national d’informations sur les juku) (2008). Gakushû juku hakusho 2007-2008 (Livre blanc des juku 2007-2008), Tôkyô.

Haut de page

Notes

1 Le nombre des enfants scolarisés dans le public inclut ici les élèves scolarisés dans les collèges publics et les quelques 30 à 35 000 élèves scolarisés dans les établissements d’élite que sont les collèges nationaux (kokuritsu chûgakkô), dont le nombre est, lui, stable depuis 1980. Plus généralement, dans cet article, on englobera ces deux types de collège sous la même dénomination de « collèges publics » par opposition aux collèges privés.

2 Taux de change au 21 novembre 2011 : 100 ¥ = 0,96 €.

3 Littéralement « juku scolaire ». Il existe en effet des juku dont la finalité est moins directement liée au travail scolaire (musique, calligraphie, etc.). Il ne sera pas question de ceux-ci dans cet article, ou le terme juku désignera dans tous les cas des gakushû juku. Roesgaard (2006).

4 Il existe des écoles élémentaires privées mais leur nombre est très faible et elles scolarisent moins de 80 000 enfants sur près de 7 millions en 2010.

5 Ces révisions ont lieu en général tous les dix ans.

6 Soit 1 461 UH en langue japonaise, 1 011 UH en mathématiques, 365 UH en société et 405 UH en sciences (Oba, 2011 : 19).

7 Créé en 1973, Nichinôken est un shingaku juku spécialisé dans la préparation des concours d’entrée au collège. Il se distingue par un nombre d’élèves (environ 16 500) et un chiffre d’affaires (12 milliards de yens, soit 115 millions d’euros) très élevés.

8 Rappelons que ces statistiques incluent aussi les élèves se présentant aux concours des collèges nationaux et des établissements publics du secondaire intégrant collège et lycée. Leur nombre étant toutefois absolument négligeable en comparaison de celui des candidats aux concours des collèges privés, on n’a pas jugé utile d’affiner ici cette statistique.

9 Ainsi que d’autres mécanismes liés à l’assouplissement de la sectorisation que développe Christian Galan dans un article présent dans ce numéro.

10 Voir sur ce sujet, dans ce numéro, l’article de Christian Galan.

11 Benesse corporation est le nom, pris en 1995, par la maison d’édition Fukutake shoten fondée en 1955 et spécialisée dans les publications parascolaires. Ce changement de nom traduisait à la fois un changement d’échelle et une diversification de ses activités qui si elles incluent toujours l’édition de manuels parascolaires débordent aujourd’hui largement ce cadre : réseau de juku, cours par correspondance, expertises (y compris pour des organismes publics), évaluation, activités de conseil scolaire et professionnel, etc. C’est aujourd’hui un des acteurs privés majeurs du grand marché de l’éducation au Japon.

12 L’enquête qui s’est déroulée en décembre 2007, par courrier, à l’échelle nationale, visait à connaître « l’opinion et la conduite des élèves de 6ème année de l’école élémentaire et de leurs parents au sujet du choix du collège ». Elle a porté sur 1501 enfants et 1504 parents (mère ou père).

13 Même si on doit prendre ces résultats avec le recul nécessaire : Benesse corporation n’ayant aucun intérêt à montrer des effets de la fréquentation de juku sur la vie des enfants, et surtout leurs résultats scolaires, par trop négatifs. Une remarque s’impose d’ailleurs ici à sujet. Jusqu’au milieu des années 1990, le ministère de l’Education ou d’autres organismes officiels, qui considéraient alors les juku comme un problème du système éducatif japonais, réalisaient à intervalles réguliers des enquêtes très approfondies sur la fréquentation des juku par les enfants et les conséquences que celle-ci avait sur ces derniers. Aujourd’hui, en revanche, la plupart des enquêtes fouillées que l’on trouve sont le fait d’organismes privés qui sont eux-mêmes des acteurs importants du domaine (sinon du marché) qu’ils étudient. A notre connaissance, une des dernières grandes enquêtes « neutre » fut celle réalisée par Arai Ikuo en 1990 (Arai, 1990).

14 En ce sens, la fréquentation des shingaku juku a un impact beaucoup plus fort et contraignant sur le quotidien des enfants que celle d’un hoshû juku, puisque parmi les élèves qui fréquentent ces derniers ils ne sont que 33,2 % à affirmer ne plus avoir le temps de s’amuser avec leurs camarades d’école, 18,9 % à dire qu’ils n’ont plus de temps pour faire « ce qu’ils ont envie de faire », et 6,1 % qu’ils n’ont plus la possibilité de prendre leur dîner en famille.

15 Dans le cas des hoshû juku, ces deux derniers pourcentages sont beaucoup moins importants : ils ne sont que 3,7 % à s’y ennuyer et 24,8 % à ne plus avoir le temps de faire les devoirs qui y sont demandés.

16 On notera ici avec intérêt que les questions posées aux parents distinguent toujours les décisions du père et de la mère et que celles-ci ne sont que rarement présentés comme une décision du couple parental.

17 Sur toutes ces questions, et plus généralement sur tout ce qui touche la « condition écolière » dans le Japon actuel, voir : National Coalition Group of Citizens and NGO’s for the Alternative Report on the Convention on the Rights of the Child (2009).

18 Pour la première fois depuis très longtemps le nombre total des collégiens scolarisés dans le privé a connu en 2010 une légère diminution (- 4251) par rapport à l’année précédente. Sans que l’on sache vraiment à ce jour à quoi attribuer cette baisse, sinon aux faits que la scolarisation dans le privé ne pouvait pas indéfiniment passer « entre les gouttes » de la chute démographique généralisée que connaît le pays et que ce marché, justement pour des raisons financières (la capacité des parents à payer), allait forcément un jour ou l’autre découvrir ses limites.

19 Les autres raisons sont, pour les plus importantes : « Parce qu’ils veulent aller au collège public le plus proche » (78 %) ; « Parce ce que c’est mieux de passer [plus tard] un concours pour entrer au lycée » (73,3 %) ; « Parce qu’ils détestent préparer un concours » (72,2 %) ; « Parce qu’il n’y a pas de collège dont ils voudraient passer le concours » (64,9 %) ; « Parce que c’est normal d’aller au collège public le plus proche » (60,6 %) ; « Parce qu’ils ne veulent pas étudier pour le concours » (59,5 %) ; « Parce qu’ils veulent s’amuser davantage » (58,9 %), etc.

20 Voir dans ce numéro l’article de Christian Galan.

21 S’intercale entre les deux, avec 73 %, le vœu que ce soit un collège « où on n’a pas à craindre les brimades » de la part des autres élèves.

22 Pour les parents aussi, s’intercale entre les deux, avec 81 %, le fait que ce soit un collège « où il n’y ait ni brimades ni délinquance ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evolution du temps d’enseignement des quatre disciplines principales des écoles élémentaires japonaises fixé par les directives d’enseignement officielles de 1968, 1977, 1989 à 1998 (source : directives d’enseignement du ministère de l’Education)
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bérénice Leman, « « Soutien scolaire » et concours d’entrée dans les collèges privés au Japon », Les dossiers des sciences de l’éducation, 27 | 2012, 103-116.

Référence électronique

Bérénice Leman, « « Soutien scolaire » et concours d’entrée dans les collèges privés au Japon », Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 27 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dse/489 ; DOI : 10.4000/dse.489

Haut de page

Auteur

Bérénice Leman

Doctorante au Centre d’études japonaises, Inalco. Enseignante de français langue étrangère à l’Institut franco-japonais de Yokohama et à l’université Rikkyô. berenice.leman@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals