Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier : Séisme éducatif au JaponLa double absence des enfants de ...

Dossier : Séisme éducatif au Japon

La double absence des enfants de l’immigration au Japon

Claude Lévi Alvarès
p. 133-154

Résumés

Les pouvoirs publics japonais commencent tout juste à reconnaître l’existence d’une véritable question de l’accueil et du soutien scolaire des enfants issus de l’immigration. Si quelques mesures impulsées par le pouvoir central ont pu voir le jour, l’essentiel des aides et des politiques de soutien reposent aujourd’hui encore sur des initiatives préfectorales, municipales ou privées. L’article détaille les difficultés que rencontrent aujourd’hui les enfants issus de l’immigration récente d’origine brésilienne mais d’ascendance japonaise. Il montre que les problèmes nombreux d’échec scolaire, d’abandon d’études, de déscolarisation et finalement d’exclusion sociale qui touchent une fraction significative des jeunes étrangers sont étroitement corrélés aux carences et aux manquements qui caractérisent aujourd’hui encore le fonctionnement de l’administration centrale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les enfants de l’immigration sont les enfants pauvres des politiques éducatives. Les bouleversements que décrivent les auteurs regroupés dans ce numéro spécial, les enfants immigrés de l’archipel ne les ont pas connus mais ils auraient sans nul doute souhaité que le législateur s’intéresse un peu plus à leur sort.

2Or, tout s’est passé comme si le pouvoir central japonais avait choisi d’expérimenter son retrait sur le terrain de l’accueil des étrangers d’âge scolaire. L’ignorance de ses obligations et le délaissement de ses responsabilités lui ont fourni l’occasion d’évaluer la capacité de la société civile à se substituer à lui, à compenser ses absences, à suppléer sa vacance. Il a ainsi pu mesurer la résistance ou mieux la capacité de résilience des collectivités locales et du tissu social abandonnés à eux-mêmes.

  • 1 Se reporter par exemple à l’analyse de Kajita (2005 : 112-119) sur les errances qui ont entouré la (...)

3L’idée d’une stratégie consciente est tentante ; elle rend assez bien compte du désert dans lequel les acteurs se sont débattus et se débattent encore aujourd’hui dans l’archipel pour éviter que l’échec - car c’est un échec - de l’accueil des enfants issus de l’immigration ne devienne une catastrophe. Mais nous ne pensons pas que le machiavélisme du pouvoir central ait cette rigueur. Car ce que pointent les recherches qui documentent l’arrière-plan des politiques migratoires adoptées au Japon, c’est plutôt un manque de stratégie, de prévision et d’anticipation1 associé aux incohérences structurelles d’une machinerie administrative et politique découpée en mini-féodalités sourcilleuses. A cet égard, force est de constater qu’en dépit de sa mission, l’agence des Affaires générales (Sômuchô) devenu ministère (Sômushô) en 2001 n’est pas encore parvenu à instiller au sein des administrations la culture d’ouverture et de coopération qu’il était chargé de promouvoir.

4C’est donc sur ce fond d’incohérence et de législation lacunaire que nous allons brosser le tableau contrasté mais globalement sombre de la prise en charge éducative des enfants de l’immigration au Japon. Pour des raisons pratiques, nous utilisons ici un terme qui circonscrit mal la réalité qu’il prétend décrire, mais nous reprendrons cette question dans notre exposé.

Données de cadrage

Altérité

5Il semble parfois que ce soit à reculons que les Japonais contemporains pensent la question de l’autre et de sa place dans « leur » société. Dans ce pays, l’étranger n’est pas supposé s’enraciner. Il demeure des années durant un passant, bienvenu ou ségrégué selon les cas et les circonstances. Il ne devient pas un sujet de droit. Une conception « ethnique » de la nationalité organise la perception commune : un étranger visible ne sera jamais « soupçonné » d’être japonais. La naturalisation ne modifie pas les regards. L’étranger est essentialisé dans sa différence tout comme le « Japonais » est minéralisé dans une « essence », de facture pourtant récente.

  • 2 Voir en particulier les chapitres 1 et 2.
  • 3 Onai Tôru (2009 : 172-173) précise qu’en l’absence de données statistiques fiables, on estime qu’un (...)
  • 4 Cette « humiliation » perdurera jusqu’en 1991 lorsqu’au terme de longues négociations associées à d (...)

6Dans L’Origine du mythe d’une nation homogène (Tan.ichi minzoku shinwa no kigen) l’historien Oguma Eiji2 (1995) nous livre dans le détail les débats qui opposent dès les débuts de la Restauration de Meiji (Meiji isshin, 1868) deux grandes conceptions de la nation autour d’une question alors brûlante : doit-on autoriser les résidents étrangers à s’installer librement sur l’ensemble du sol national ? Les partisans de la libre circulation argumentent leur position par l’affirmation de la nature historiquement métissée de la population japonaise et la conviction libérale que l’implantation de nouvelles populations stimulera le développement économique du Japon. Cette diversité démographique est niée par leurs adversaires, qui s’inquiètent de la dissymétrie des forces et appréhendent le choc d’une telle libéralisation. À une représentation plurielle de l’origine ethnique du Japon, ils opposent l’idée d’une essence propre qui, paradoxalement, ne deviendra véritablement le credo commun qu’au lendemain de la défaite de 1945. Avec le traité de San Francisco en 1952, les Japonais retrouvent en effet leur pleine indépendance, tandis que les Coréens qui ont choisi de rester au Japon perdent définitivement leur statut de « sujet » de l’empire3 et se retrouvent soumis à une obligation d’enregistrement associée à la prise des empreintes digitales4. Délivré de ses représentations impériales, le Japon se replie sur lui-même et peut cultiver dès lors le « mythe de l’homogénéité » dont Ogura Eiji retrace la construction.

Repères

7Au mois d’octobre 2010, le ministère de la Justice (Hômushô) dénombrait 2,134 millions d’étrangers5 qu’il conviendra de différencier selon l’ancienneté de leur présence, leur nationalité, leurs caractéristiques démographiques et leur statut de résidence. Nous avons rassemblé ces informations en quelques tableaux qui offrent une vue synthétique de ces quatre dimensions. Nous évoquerons leur répartition territoriale dans une autre section.

8Les deux premières figures (1 et 2) regroupent les données les plus générales et permettent de visualiser certaines tendances comme la diminution graduelle de la population coréenne qui s’explique par son vieillissement et les naturalisations, la croissance régulière et rapide de la population chinoise, l’augmentation parallèle suivie d’une légère inflexion depuis 2008 d’une population brésilienne encore inexistante en 1986, et la présence grandissante de la population philippine. On notera également que 80 % des étrangers enregistrés au Japon portent la nationalité de l’un de ces quatre pays…

  • 6 Sauf mention particulière, toutes les données statistiques présentées dans les différentes figures (...)

Figure1 : Variation du nombre des étrangers enregistrés au Japon entre 1986 et 20106

Figure1 : Variation du nombre des étrangers enregistrés au Japon entre 1986 et 20106

Figure 2 : Répartition des étrangers selon leur origine nationale (2010)

Figure 2 : Répartition des étrangers selon leur origine nationale (2010)

Note : Données du ministère de la Justice (novembre 2010).

9Dans la figure 2, nous avons retenu et exprimé en pourcentages les onze nationalités les plus représentées sur le sol japonais à la fin de l’année 2010. On observe que la Chine, qui devance désormais la Corée, est le pays qui fournit le plus important contingent d’immigrés. La situation se confirme si l’on s’en tient aux seuls titulaires d’un titre de séjour permanent (figure 3) avec une importante réserve toutefois, puisque 395 234 nationaux Coréens résident au Japon avec un titre spécifique (tokubetsu eijusha) qui les distingue des migrants et garantit la permanence de leur séjour (voir section suivante).

Figure 3 : Répartition par nationalité des étrangers titulaires d’un titre de séjour permanent (eijusha)

Figure 3 : Répartition par nationalité des étrangers titulaires d’un titre de séjour permanent (eijusha)

Figure 4 : Répartition des populations chinoise, coréenne et brésilienne par tranches d’âge (en % des populations respectives)

Figure 4 : Répartition des populations chinoise, coréenne et brésilienne par tranches d’âge (en % des populations respectives)

Lecture : dans la tranche d’âge 0-4 ans, les immigrés de nationalité coréenne comptent pour respectivement 5,3 % et 5,9 % des hommes et des femmes de cette nationalité.

10Une répartition des populations étrangères par tranches d’âge offre une vision plus analytique de cette présence étrangère (figure 4).

11La représentation en pourcentage rend immédiatement visibles certaines caractéristiques démographiques des immigrations au Japon. On note par exemple l’affaissement très rapide des tranches d’âge supérieures pour les deux populations chinoise et brésilienne dont la venue plus récente contraste avec l’installation ancienne de l’immigration coréenne. On notera ensuite l’importance relative des tranches d’âge de 0 à 14 dans la communauté brésilienne et la surreprésentation des immigrés d’origine chinoise pour les tranches d’âge de 20 à 29 ans. L’analyse par statut de résidence (figure 4) éclaire cette distribution. Nous présentons tout d’abord le graphe de la distribution des statuts pour les seuls titres de séjour qui comptent un minimum de 9 000 personnes enregistrées (figure 5) puis nous examinerons la répartition des nationalités entre certains de ces statuts.

Figure 5 : Répartition des étrangers selon leur statut de résidence

Figure 5 : Répartition des étrangers selon leur statut de résidence

12La proportion des étrangers enregistrés dans des statuts susceptibles de signifier une installation durable sur le territoire japonais atteint en 2010 près des deux tiers de l’ensemble des communautés étrangères. En ce sens, on peut avancer avec Miyajima Takashi qu’il s’agit d’une immigration durable assez similaire à celle des pays d’immigration occidentaux (Miyajima, 2012 : 160). Une analyse des titres de séjour croisés avec les nationalités est révélatrice de certaines des caractéristiques socio-démographiques de ces populations. On notera ainsi, par exemple, la très forte présence chinoise dans les domaines techniques et parmi les étudiants.

Figure 6 : Répartition des étrangers chinois, brésiliens, coréens et philippins selon leur statut de résident

Figure 6 : Répartition des étrangers chinois, brésiliens, coréens et philippins selon leur statut de résident

Lecture : Les résidents de nationalité coréenne (nord et sud) comptent pour 99 % du statut de résidence « résidents spéciaux » (RdSp). Les résidents brésiliens comptent pour 40 % de la catégorie « résidents » (Rd) et pour 21 % des résidents permanents. Les quatre nationalités retenues comptent pour 79 % de la totalité des étrangers (TT) enregistrés au Japon. Abréviations : Rd = résidents ; RdPm = résidents permanents ; EpJp = époux, épouse ou enfant de Japonais(e) ; EpPm = époux, épouse ou enfant de résident permanent ; MdSp = monde du spectacle ; Sc = séjours courts ; Ens = enseignants ; RdSp = résidents spéciaux ; IG = investissement et gestion ; Mut = mutation au sein de l’entreprise ; ShRi = spécialiste en sciences humaines ou relations internationales ; Fam = membre de familles ; Ing = ingénieur ; Spef = activité spécifique ; Etd = étudiants ; Tch1 = technicien 1 ; Tch2 = technicien 2).

13La quatrième colonne (TT) de la figure 6 indique la part de la population considérée au regard de l’ensemble de la population étrangère (cf. figure 4). Elle fournit donc une indication essentielle pour mesurer le poids (surreprésentation ou sous-représentation) des nationalités dans chacun des statuts. On notera par exemple que les Philippines fournissent 68 % des titulaires d’un visa « monde du spectacle » (kôgyô), alors qu’ils ne pèsent que 10 % des étrangers enregistrés. Ce taux élevé pointe donc l’importante présence de cette nationalité dans les activités de divertissement (entertainment) au Japon. Pourtant, ce chiffre ne doit pas faire oublier qu’à un instant donné (2010 pour notre figure) cette activité ne concerne en réalité que 6 319 personnes sur les 210 000 Philippins enregistrés au Japon. Il est également nécessaire d’attirer l’attention sur le fait que les titres de séjours les plus stables (résident, résident permanent, résident spécial et dans une moindre mesure femme [enfant ou mari] de Japonais(e) ou de résident(e) permanent(e)) ne permettent pas de spécifier l’activité professionnelle de leurs titulaires. Or, dans la mesure où ces titres comptent pour 64 % du total des enregistrements, la ventilation des étrangers entre les différentes catégories professionnelles saisies par les statuts ne reflète que très imparfaitement la réalité. Ainsi, pour reprendre le cas des étrangers philippins, près de 175 000 (83,2 %) d’entre eux relèvent de l’une de ces cinq catégories !

14Les données statistiques publiées par le ministère de la Justice fournissent donc une représentation très insatisfaisante de la réalité de l’immigration au Japon. Elles peuvent être en partie complétées par les données issues du ministère de la Santé (Koseishô) et par celles du ministère des Affaires générales, mais les incohérences sont nombreuses et entravent le travail du chercheur qui se prend à s’étonner et à regretter l’absence de travaux équivalents à ceux que l’INED et l’INSEE mettent à la disposition des démographes et des sociologues français.

15Reste qu’une simple appréhension statistique - et donc objective - du phénomène ne peut rendre compte du rapport complexe que les Japonais entretiennent avec le fait social de l’immigration sur leur territoire. Avant de nous intéresser à la question concrète de l’accès à l’éducation et des parcours scolaires des enfants étrangers, notons quelques observations plus générales qui constituent en quelque sorte leur cadre de compréhension.

Immigration et Japon – un survol

Une immigration au Japon, quelle immigration ?

16En dépit du fait que l’immigration n’est d’ores et déjà plus au Japon un phénomène marginal, on peut dire que celle-ci reste, pour un très grand nombre de Japonais, une réalité sans substance ni consistance. Or si beaucoup de ces derniers pensent n’avoir jamais rencontré d’immigrés, c’est aussi que la langue japonaise ne distingue pas l’émigré de l’immigré et différencie mal ces notions de celle d’étranger. Prenons les catégories qui découpent et reconstruisent la réalité de l’immigration au Japon :

  1. Imin : le terme se construit sur les caractères « personne » et « déplacement » et renvoie, dans l’esprit des Japonais, plus souvent à l’émigré (celui qui quitte le territoire national pour se rendre à l’étranger) qu’à l’immigré (celui qui, de nationalité étrangère au moment de son arrivée, arrive de l’étranger). Le mot est cependant majoritairement employé dans la littérature spécialisée pour traduire le terme « immigré ». Il est donc porteur de confusion.

  2. Gaikokujin rôdôsha, qui signifie littéralement « travailleur étranger », est assez couramment employé mais ne permet pas de rendre compte de la présence des enfants, des épouses sans emploi, des personnes retraitées…

  3. Zainichi, qui se compose des caractères « être » et « Japon », est le plus souvent utilisé tel quel pour évoquer les seuls résidents anciens d’origine coréenne. Il sera donc complété par un adjectif qui précise l’origine nationale ou ethnique : zainichi burajirujin désigne donc un Brésilien résident au Japon.

  4. Gaikokujin (homme d’un pays étranger) ou encore gaijin, qui signifie plus simplement « homme du dehors », est une qualification très générale que les Japonais appliquent indistinctement à toute personne qui présente des signes visibles d’origine étrangère. Durée du séjour ou naturalisation ne changeront rien dès lors que l’apparence trahit une origine étrangère.

  5. Orudokamâzu ( = oldcomers) qualifie les Coréens et les Chinois présents sur le sol national depuis plusieurs générations. Le mot est né de la nécessité, au début des années 1990, de différencier cette population étrangère ancienne de celle qui arrivait à la recherche d’un emploi. Cette dénomination a pour inconvénient d’écraser les différences générationnelles, culturelles ou historiques comme l’opposition entre les Coréens du nord et du sud (Tsuneyoshi, 2004).

  6. Nyûkamâzu ( = newcomers), qui signifie littéralement « nouveaux arrivants », inclut donc l’ensemble des gens arrivés sur le sol japonais, quels que soient leur nationalité, leur âge ou leur culture d’origine. Le terme serait proche de ce que nous entendons par « immigré » s’il n’y avait un problème de taille : les enfants issus d’un couple de gens qualifiés de nyûkamâzu restent eux-mêmes des nyûkamâzu, et cela quand bien même ils sont nés au Japon.

  7. Quant au droit, il consacre depuis la révision de la Loi sur l’immigration de 1989 le principe d’une immigration choisie, et répartit les « immigrés » entre 28 catégories (zairyû shikaku) qui correspondent à autant de types de titre de séjour. Il entrebâille par ailleurs la porte de la naturalisation avec de nombreuses réserves et restrictions dont les trois les plus importantes sont : (i) la double nationalité n’est pas acceptée ; (ii) le nom de famille doit être modifié ; (iii) la satisfaction de l’ensemble des conditions (revenu minimum, durée du séjour d’au moins cinq ans, casier judiciaire vierge…) n’ouvre pas droit automatiquement à l’acquisition de la nationalité japonaise car il s’agit d’un acte régalien de l’État, lequel n’a pas à rendre de comptes sur sa décision (absence de recours à un tribunal administratif).

17Pour compléter ce survol, rappelons que les statistiques nationales (disponibles) ne retiennent que la catégorie « étranger » (gaikokujin), qu’elles ne différencient donc pas ceux qui sont nés au Japon (qui ne sont pas des immigrés) de ceux qui, étrangers, sont venus au Japon (i.e. les immigrés dans notre terminologie) et qu’elles n’appréhendent pas les transformations survenues après une naturalisation. Ainsi, depuis la révision de la Loi sur la nationalité (Kokusekihô) de 1984 appliquée à partir du 1er janvier 1985 (Tezuka, 2005 : 186), un enfant né d’un parent japonais acquiert « de droit » la nationalité japonaise (art. 2, al. 1) mais, de ce fait même, il ne peut plus bénéficier des aides linguistiques réservées aux enfants « étrangers » qui éprouvent des difficultés. Inversement, un enfant de la 5e génération issu d’une famille coréenne installée au Japon depuis près de 100 ans conservera son statut d’étranger qui, au plan statistique, ne le différencie pas d’un nouvel arrivant.

18L’imbrication des catégories, leurs ambiguïtés et les incohérences entre les différentes données statistiques disponibles ajoutent leur propre opacité à une réalité mouvante et difficile à saisir.

19Dans le cadre de cette contribution, nous limiterons pour l’essentiel notre propos aux nyûkamazu, « nouveaux arrivants » d’origine brésilienne et à leurs descendants, appelés nikkeijin (« personne de lignée japonaise », on verra pourquoi plus loin), à l’exclusion donc d’une part importante de la population étrangère résidant au Japon.

Une présence entre le déni et le dénigrement

20La multiplication de catégories mal ficelées qui se chevauchent et décrivent mal ce dont elles parlent produit un effet de brouillage qui rend difficile toute appréhension un peu précise de la réalité de l’immigration au Japon.

21Cette « invisibilisation » des immigrés doit pourtant être nuancée sous deux angles différents. Le premier renvoie à l’analyse de la distribution territoriale des étrangers et des « nouveaux arrivants ». La ségrégation et le cantonnement géographique d’une fraction de la population, communément appelée burakumin, sont bien documentés. Si les spécialistes débattent encore aujourd’hui sur la nature et l’origine de l’isolement subi par cette population, chacun admet la réalité historique des poches de discrimination et leurs effets durables, au-delà des politiques de « discrimination positive » engagées en 1969 avec la Loi pour des mesures spécifiques en faveur des zones discriminées (Dôwa taisaku jigyô tokubetsu sochihô) (Shimizu, 2002 : 204-206).

  • 7 Tsuneyoshi parle de « points de diversités » disséminés sur le sol national et en partie moulés dan (...)

22Or, selon une logique assez semblable à celle que les sociologues français ont analysée dans le contexte des HLM, on constate que les espaces anciennement discriminés ont souvent été les espaces investis par les orudokamazu d’origine principalement coréenne et que la distribution spatiale de l’immigration ancienne au Japon se conforme tendanciellement avec celle des territoires déshérités et discriminés7. A cet égard, le terme « invisibilité » risque donc de masquer un phénomène durable de repli, de renfermement voire même de ghettoïsation qui caractérise tout autant, mais sous une forme différente, l’occupation de l’espace par les nouveaux arrivants.

23Pour les nikkeijin, c’est-à-dire les descendants des Japonais émigrés en Amérique du Sud au tournant du XIXe siècle et « entrés » au Japon à la fin des années 1980 et au début des années 1990, rien n’a vraiment changé depuis 2004 lorsque Philippe Pelletier écrivait qu’« ils travaillent principalement dans la construction automobile, l’électronique et l’industrie alimentaire, souvent dans la sous-traitance. C’est pourquoi ils résident dans les départements où ces secteurs d’activité sont importants comme le Tôkai (Aichi, Shizuoka) et le Kantô (Gunma, Saitama) » (Pelletier, 2004 : 169). Pour l’année 2010, les statistiques du ministère de la Justice nous permettent en effet de voir que près de la moitié de cette population est concentrée sur trois départements (figure 7).

Figure 7 : Répartition de la population brésilienne sur le territoire japonais (six premiers départements)

Figure 7 : Répartition de la population brésilienne sur le territoire japonais (six premiers départements)

24Note : Répartition de la population brésilienne dans sa totalité (TT) ou par catégories d’âges entre les six départements qui regroupement les trois-quarts de cette population.

25Cette très forte polarisation des répartitions à l’échelle nationale est confirmée au plan local puisque, pour le département d’Aichi, qui concentre 27 % des étrangers de nationalité brésilienne, on observe que les villes de Toyohashi (16 %), Toyota (11 %), Okazaki (8 %), Komaki (7 %), Toyokawa (5 %) et Chiryû (5 %) regroupent à elles seules plus de la moitié de ces résidents. Les données statistiques confirment ici un phénomène parfois analysé en terme de communautarisation, d’isolement ou de mise à l’écart (kakuri) (Sakuma, 2007, 2012). Mais, inversement, plusieurs villes connues pour leur forte concentration de « nouveaux arrivants » jouent, de ce fait même, un rôle « pilote » en matière de politique locale sur les questions d’accueil, de gestion, voire même d’éducation et à ce titre font l’objet d’études récurrentes.

26La deuxième nuance porte sur la façon dont la présence « étrangère » ou « immigrée » est mise en scène et donc rendue visible et palpable. A la télévision, celle-ci se limite aux performances d’une poignée d’amuseurs rompus aux subtilités du « showbiz » et à la participation ponctuelle de nationaux propulsés au rang d’informateurs ou de caricatures de leur culture d’origine. Ici, force est d’admettre l’existence d’une dissonance étonnante entre l’hyper-présence de l’étranger en termes d’emprunts culturels et son inexistence en terme d’incarnation (les gens).

  • 8 Un exemple récent illustrera cette situation : en janvier 2012, à la faveur de travaux de réfection (...)

27Dans la presse quotidienne, on notera par contre que si l’immigré apparaît peu, il reste fortement associé à des attributs négatifs. Plusieurs études documentent la tendance des journaux à privilégier les traits inquiétants lorsqu’ils traitent de la population immigrée. Ainsi, l’immigration récente chinoise est-elle couramment associée à une recrudescence de la criminalité8 alors même que les chercheurs observent des tendances vers une insertion sociale plutôt réussie, liée pour une part aux origines sociales élevées des migrants chinois récents (Le-Bail, 2005, 2007). De même, les descendants d’émigrés japonais au Brésil (« nikkei brésiliens ») ou au Pérou sont-ils majoritairement décrits à travers leurs difficultés et les problèmes qu’ils posent à la société japonaise.

28On peut donc parler d’un prisme négatif qui contribue à entretenir un climat d’inquiétude et de méfiance favorable à l’épanouissement d’attitudes xénophobes, ainsi que, parallèlement, à l’exaltation d’un nationalisme replié sur lui-même. Ces tendances confortent en retour le renfermement et le communautarisme chez les « nouveaux venus » et expliquent que les deux millions d’étrangers présents sur le sol japonais soient si souvent ignorés et méconnus dans leur réalité concrète.

29L’accueil éducatif réservé au plan national aux descendants des newcomers qui sont pourtant pressentis pour porter la société japonaise de demain exprime, comme on va le voir à présent, des tendances similaires : cantonnement, indifférence et méfiance.

L’accueil scolaire des enfants étrangers : une carence au plan national diversement compensée au niveau local

  • 9 Révision entrée en application le 1er juin 1990.
  • 10 Les tâches délaissées par les Japonais et abandonnées aux seuls travailleurs étrangers étaient de l (...)

30Les transformations majeures qui ont affecté la société japonaise au cours des vingt dernières années semblent avoir bien peu bouleversé les pratiques relatives à l’accueil et à l’intégration de la présence étrangère en milieu scolaire, et ce alors même que la Révision partielle de la Loi sur l’immigration (Nyûkanhô no ichibu kaisei) en 19899 entraînait un afflux considérable de travailleurs relativement peu formés, chargés de prendre en charge les « 5K10 » délaissés par une population japonaise vieillissante. Or, si les premiers déplacements concernaient principalement les 20-40 ans, le regroupement familial et les naissances ont sensiblement modifié depuis lors le profil démographique de cette immigration de travail. Comme nous l’évoquions un peu plus tôt, les « nikkei d’origine brésilienne » qui composent le principal groupe des migrants récents, sont également ceux qui se distinguent par des taux de natalité élevés (cf. figure 4). Avec les immigrés d’origine philippine, mais selon des modalités différentes comme nous le verrons, cette population est donc l’une de celles qui interpellent le fonctionnement ordinaire des établissements scolaires du fait des problèmes spécifiques que rencontre une proportion importante de leurs enfants.

  • 11 « A ce jour, le gouvernement japonais n’a presque jamais utilisé le terme “politique des étrangers” (...)

31Les transformations sociodémographiques qui ont résulté de cette politique d’ouverture filtrée des frontières auraient dû inciter le législateur à aménager des esquisses de solution ou de réponses. Pourtant, rares ont été les initiatives prises au plan national11 jusqu’à la mise en place en 2008 de plusieurs commissions qui signalent une prise de conscience graduelle de la responsabilité du gouvernement central dans l’impulsion de « bonnes pratiques » à l’échelle du territoire.

32Confrontés aux carences du pouvoir central, ce sont donc les départements et les collectivités locales qui ont dû prendre l’initiative dans la gestion des questions et des problèmes qui accompagnent inéluctablement la scolarisation d’une population enfantine peu préparée au choc culturel et aux difficultés cognitives liées à l’acquisition d’une nouvelle langue.

33Aujourd’hui, toute tentative de représentation de la situation scolaire des enfants étrangers doit donc être envisagée en termes de mosaïque où se juxtaposeraient des zones claires, grises et sombres.

Les zones claires

  • 12 En septembre 2010, 28 collectivités locales étaient dotées d’un tel dispositif (Sakuma, 2011). Il n (...)

34Ces zones claires se caractérisent par une forte concentration de travailleurs étrangers (newcomers) souvent associée à l’adoption par les villes et les départements concernés de règles et de dispositifs chargés de garantir la scolarisation et la réussite scolaire des enfants de ces travailleurs. On peut signaler par exemple la création le 7 mai 2001 d’une Assemblée des villes à forte densité d’étrangers (Gaikokujin shûju tôshi kaigi) et l’extension ultérieure d’un dispositif institutionnel12 chargé, en l’absence de droit de vote aux élections locales, d’assurer une remontée vers les décideurs de l’information sur les besoins des nouvelles populations. Après plus de dix ans de fonctionnement, le bilan de ces structures reste modeste, mais il aura tout de même contribué à rendre visible et à chiffrer, dans les villes qui l’ont adopté, mais aussi aux yeux de l’administration, quelques-uns des défauts et des manquements structurels des politiques en vigueur.

35Concrètement, les départements et les villes les plus actives dans l’accueil scolaire des populations étrangères sont intervenues par (1) la création et la dotation de classes supplémentaires de mise à niveau en japonais (nihongo kyôshitsu), (2) l’ouverture de classes internationales (kokusai kyôshitsu), (3) l’aménagement d’examens adaptés à l’entrée de certains lycées, (4) la budgétisation d’actions en faveur de la fabrication de matériel pédagogique (manuels, jeux…) adapté aux besoins des nouveaux arrivants, (5) la mise en œuvre de stages de perfectionnement destinés aux enseignants pressentis pour travailler auprès des enfants étrangers, (6) l’embauche d’enseignants ou de personnel bilingues capables d’assurer une communication dans la langue maternelle des nouveaux arrivants afin de faciliter leur insertion dans la collectivité scolaire, (7) un soutien aux associations locales qui œuvrent pour aider les enfants étrangers à surmonter les difficultés linguistiques, cognitives, culturelles et relationnelles qui bien souvent sont à l’origine de leur abandon d’études, etc. Certaines de ces actions comme la mise en place de classes de japonais (nihongo kyôshitsu), de classes internationales (kokusai kyôshitsu) ou le recrutement de professeurs surnuméraires (kahai kyôin) s’inscrivent dans le prolongement ou améliorent des recommandations émises par le ministère de l’Éducation ou le ministère des Affaires générales. Mais, plus souvent, elles s’ancrent dans des traditions locales liées à la présence de communautés étrangères plus anciennes comme celle des résidents anciens coréens (zainichi chôsenjin, zainichi kankokujin) qui ont tissé au fil des ans des liens avec les administrations locales et ont pavé la route d’une meilleure prise en charge (Yoshitomi, 2008 : 43-45 ; Fujikawa et Hanyuchi, 2008).

  • 13 On évalue le coût moyen des scolarités à 35 000 yens par mois (320 euros au cours de février 2012), (...)

36Ces zones claires se distinguent également par une plus forte concentration de petites écoles privées, souvent qualifiées d’ « ethniques », dont l’existence repose généralement sur des initiatives individuelles, avec parfois l’adjonction d’une aide des pays d’origine. Ces établissements, qui offrent aux différentes communautés une alternative éducative dans la langue maternelle, se heurtent toutefois à des difficultés majeures liées à la non homologation de leur programme d’enseignement par les pouvoirs publics. De ce fait, ils ne sont pas habilités à recevoir de subventions et leurs élèves ne bénéficient pas de réductions scolaires dans les transports publics. De plus, faute d’être titulaires d’un diplôme reconnu, les élèves issus de ces établissements doivent avoir passé un examen spécifique (daiken) pour pouvoir s’inscrire aux concours d’entrée des universités « nationales ». Le coût élevé des scolarités13 se surajoute à ces différentes limitations pour expliquer les fréquents problèmes de gestion et la faible pérennité de ces structures d’enseignement. On comprendra aussi que ces difficultés reflètent l’ambivalence de la société d’accueil face à ce qui est parfois perçu et analysé comme l’expression d’un repli communautaire et un facteur de ségrégation. Mais envisagées sous cet angle, les carences de l’offre éducative publique apparaissent à la fois incohérentes et coupables.

Les zones grises et les zones noires

37Ces carences apparaissent tout particulièrement dans ce que nous avons dénommé les zones grises et noires et qui se caractérisent par la présence de communautés étrangères réduites et dispersées. Une enquête annuelle du ministère de l’Éducation sur « le nombre des enfants étrangers ayant des besoins spécifiques en langue japonaise » permet de prendre la mesure scolaire de cette dispersion. Les données de 2008 donnent les indications suivantes : 78,3 % des établissements scolaires accueillent moins de 4 élèves étrangers tandis que 4,7 % d’entre eux en accueillent plus de 19 (Sakuma, 2011 : 24). Il apparaît donc que la répartition territoriale des enfants d’âge scolaire présente deux caractéristiques : une forte concentration dans quelques localités, associée à une forte dispersion sur le territoire national.

38Dans notre terminologie, les zones grises sont toutes les villes et départements qui hébergent quelque communauté étrangère et ont, au cas par cas, esquissé une politique un peu plus ambitieuse d’aide et de soutien. La scolarisation des enfants étrangers d’âge scolaire y est moindrement systématique et les mairies sont diversement mobilisées pour faciliter l’accès aux établissements publics. L’absence d’identification précise des situations et des besoins et la très grande disparité des situations caractérisent ces territoires. L’implantation antérieure de communautés coréennes et l’existence de structure associatives locales (ONG / ONP) permettent bien souvent de pallier en partie les défaillances administratives.

39Quant aux zones noires, ce sont les départements et les villes qui n’hébergent que de petites minorités de travailleurs étrangers et n’ont adopté aucun dispositif spécifique pour assister ces derniers dans leurs efforts d’intégration. En l’absence de cadre juridique national, elles échappent à toute régulation et n’ont aucun compte à rendre sur leur gestion de la scolarisation des enfants étrangers enregistrés sur leur territoire. La faiblesse des effectifs concernés y pénalise les établissements scolaires publics qui ne peuvent bénéficier du droit à l’ouverture d’une classe de japonais ou d’une classe internationale, faute d’avoir atteint le minimum requis de trois élèves étrangers. Elle a pour autre conséquence l’absence de toutes les alternatives privées concentrées dans les zones de peuplement plus denses. Les enfants s’y retrouvent donc plus fréquemment dans des situations de décrochage scolaire et de déshérence. Mais ces échecs restent peu documentés ; ils ne sont pas agrégés et ne rendent pas visible le problème général de la (non) prise en compte des besoins éducatifs spécifiques de ces nouveaux arrivants. L’absence de diagnostic conduit à différer l’adoption de mesures de soutien et de protection. La mobilisation locale, si importante dans le contexte de démission rampante des administrations, a également du mal à se mettre en place dans ces circonscriptions.

Le destin scolaire de l’immigration étrangère

  • 14 Voir notamment Miyajima (2005 : 37-56).

40Nous avons déjà mentionné les incohérences et les insuffisances des outils statistiques disponibles pour parvenir à une représentation précise de la diversité des populations étrangères installées au Japon. Or, dans le contexte plus limité de la scolarisation et de l’évaluation, nous retrouvons un même problème de carence d’information qui engage la responsabilité du pouvoir central et pose le problème de sa volonté à véritablement faciliter l’inscription « durable » des jeunes étrangers dans la société d’accueil14. Ce qui peut passer pour un désintérêt est d’autant plus inquiétant que les dispositions juridiques en vigueur ne garantissent nullement le droit des enfants éduqués au Japon à y rester, quand bien même ils n’auraient, du fait de leur éducation, aucun accès culturel ou linguistique à une autre culture. On peut se demander si, par un manque de réflexion qui n’est pas sans précédents historiques, les décideurs japonais n’imaginent pas pouvoir tout simplement se débarrasser le temps venu des adultes peu ou mal socialisés que leur propre imprévoyance éducative aura elle-même formés. Mais, sur ce plan, le Japon n’a peut-être pas de leçons à recevoir d’une France qui rêve de déchéance de nationalité.

41Les savoirs positifs disponibles pour les chercheurs qui envisagent la question de l’échec scolaire sont peu nombreux. Dans le cas des élèves étrangers, les données statistiques reposent exclusivement sur des enquêtes locales conduites par des chercheurs. L’agrégation de ces travaux permet cependant d’esquisser les contours d’une situation globalement défavorable. Si l’on retient pour indice l’accès au lycée, on observe certes la réalité des contrastes géographiques précédemment mentionnés, mais on voit également que les taux restent très inférieurs à ceux des « nationaux », et ce même pour les localités qui ont adopté des dispositifs très favorables au maintien d’une scolarisation étrangère dans le second cycle du secondaire ou dans le supérieur.

42Divers facteurs se conjuguent pour expliquer une « mortalité scolaire » excessive qui se manifeste dès l’âge de 6 ans mais s’enracine dans la très faible scolarisation préélémentaire. Nous allons rapidement passer en revue les diverses causes identifiées par les nombreux chercheurs qui explorent ces questions.

L’accès à l’école

  • 15 Par la suite, le ministère des Affaires générales à mis en place en juin 2005 un « Groupe d’études (...)

43Au plan juridique, la scolarisation des enfants étrangers n’est pas pleinement acquise au Japon. Bien que ce pays soit signataire depuis 1994 de la Convention internationale des droits de l’enfant, il n’a pas encore pris les dispositions indispensables pour garantir le droit à l’éducation (article 28) de tous les enfants présents sur le sol national. En dépit des recommandations du ministère des Affaires générales qui s’alarmait dès juin 2005 de l’ampleur de la déscolarisation des enfants étrangers et demandait aux départements et aux collectivités locales de prendre des mesures pour « appréhender le taux de déscolarisation15 » nombre de villes négligent aujourd’hui encore d’informer systématiquement leurs ressortissants étrangers de leur droit - qui est aussi un devoir pour les nationaux - à scolariser leurs enfants dans l’établissement public du secteur, voire dans un autre établissement en cas de désectorisation. Faute de statistiques nationales susceptibles de mesurer l’ampleur de la déscolarisation, les chercheurs ont recouru à divers subterfuges pour chiffrer le phénomène. Dans un écrit antérieur (Lévi Alvarès, 2007a), nous avions confronté diverses données statistiques pour tenter de mesurer une déperdition rendue encore plus insaisissable du fait de la non reconnaissance officielle des écoles « ethniques » par le ministère de l’Éducation. Sans entrer davantage dans les détails et les complications de ces mesures, disons que l’on estime à environ 20 % la proportion des enfants étrangers qui échappent aujourd’hui à toute scolarisation, que ce soit par non inscription, par suite de découragement et d’abandon d’études ou pour des raisons économiques.

Une ligne de départ faussée

44Lors même que les enfants sont scolarisés dans un établissement public, leurs chances de réussir leur scolarité restent significativement inférieures à celles de leurs camarades japonais. Dans un article publié en 2005, Christian Galan évoquait l’importance des acquis scolaires antérieurs à la scolarisation primaire. En 2009, 57,9 % des enfants japonais de 5 ans fréquentaient une école maternelle. Le taux chutait à 55,6 % à l’âge de 4 ans et à 38,8 % à 3 ans (figure 8). Par comparaison avec la France, ces taux restent certes très faibles, mais rapportés à la situation des enfants étrangers qui sont très rarement scolarisés au niveau préélémentaire, ils laissent deviner le problème des inégalités sur la ligne de départ. En effet, qu’ils le doivent à leur scolarisation en maternelle ou à la bienveillance de mamans très mobilisées sur les questions d’éducation, la plupart des enfants japonais ont d’ores et déjà acquis des rudiments de lecture et d’écriture lorsqu’ils font leurs premiers pas à l’école primaire. Or ce « léger » retard initial pèse lourd du fait de la complexité de l’apprentissage de l’écriture japonaise.

Figure 8 : Taux de scolarisation des enfants japonais à l’école maternelle et au jardin d’enfant

Figure 8 : Taux de scolarisation des enfants japonais à l’école maternelle et au jardin d’enfant

Données issues de l’Enquête fondamentale sur l’éducation (Gakkô kyôiku kihon chôsa) du ministère de l’Éducation et des statistiques du ministère de la Santé.

Le barrage linguistique et cognitif

  • 16 Ces idées ont été notamment théorisées au Japon par Miyajima (2003 : notamment chapitre 1) à partir (...)

45De nombreuses observations ont validé l’idée que le passage de la troisième à la quatrième année de l’école primaire correspond à un seuil critique dans l’apprentissage des enfants étrangers. Deux facteurs se conjuguent en effet alors : le premier tient à l’introduction accélérée de notions abstraites (vitesse, temps, concepts scientifiques) et de termes spécialisés qui renvoient à des savoirs culturels (noms propres liés à l’histoire ou à la géographie) bien moins accessibles aux enfants issus de l’immigration16. L’appropriation d’un vocabulaire éloigné de toute référence à sa vie quotidienne sera d’autant plus difficile que l’élève ne disposera pas de ces notions dans sa langue maternelle. La situation se complique encore davantage si ses parents n’ont ni le temps libre ni les compétences linguistiques et culturelles nécessaires pour l’accompagner dans un processus d’acquisition très différent du simple apprentissage de la communication orale.

46On sait en effet qu’il est indispensable de distinguer la compétence linguistique mobilisée dans les interactions ordinaires de la vie quotidienne de celle qui est requise par les apprentissages scolaires. Le fait qu’un grand nombre d’enfants étrangers semblent parvenir au terme d’une année à une communication assez fluide avec leurs camarades induit parfois l’enseignant, au Japon aussi, dans une erreur d’appréciation sur la réalité des difficultés éprouvées par l’enfant.

47Le second facteur est étroitement lié aux mécanismes de l’écriture. Prendre des notes en japonais suppose une mémorisation incorporée (ordre des traits, mouvement de la main) des caractères « chinois ». Le geste doit être automatique de façon à ne pas distraire l’élève, à ne pas le gêner dans sa concentration ni lui faire perdre le fil du cours. Or, cette mémorisation ne s’acquiert que par la familiarisation avec les signes et une pratique intense et assidue de l’écriture.

Les obstacles « culturels »

Dans la famille

48Une autre source de difficultés est liée à la nature des liens et des attentes entre l’école et la famille. Ȇtre parent au Japon demande de la disponibilité. Les pères étant le plus souvent absorbés par leur vie professionnelle, le suivi scolaire des enfants, tout comme la gestion de l’ensemble des relations avec l’école, restent à la charge des mamans. Celles qui acceptent de prendre des responsabilités au sein de l’association de parents locale (PTA : Parents Teachers Association), structure associative qui regroupe de façon quasi-automatique l’ensemble des parents d’élèves de l’établissement, se retrouvent mobilisées de façon intense par les activités et les attentes nombreuses de l’école. Cette participation à la vie scolaire est difficilement compatible avec une vie professionnelle.

49De fait, aujourd’hui encore, la représentation - qu’on pourrait penser un peu ancienne - de la mère au foyer investie dans le suivi de la scolarité de son enfant, correspond à une réalité de la société japonaise. La permanence de la « coutume » d’interrompre sa vie professionnelle à la naissance du premier enfant et de reprendre une activité lorsque celui-ci aura été éduqué reste corroborée par les courbes de l’emploi féminin. Ȇtre maman est donc un métier, un métier sur lequel l’école compte pour réaliser ses ambitions éducatives. La famille est en effet autant envisagée comme le relais des ambitions scolaires de l’école - et à ce titre, elle doit être éduquée - que comme une institution à laquelle on aurait à des comptes à rendre.

50Cette brève description peut aider à comprendre que la distance culturelle éprouvée par l’enfant lors de son immersion dans le monde de l’école est également vécue par des parents tout aussi démunis face aux demandes, aux attentes et aux textes divers qui organisent et consolident la constitution d’une communauté éducative locale. Cette difficulté est bien connue. Les localités les plus mobilisées dans l’aide aux nouveaux arrivants dégagent d’ailleurs des moyens financiers et humains pour remédier aux défauts de communication et aider les parents à retrouver voix au chapitre dans les affaires éducatives de leur enfant. Mais le problème est d’autant plus complexe que l’idée d’une dissymétrie éducative au profit de l’école est assez profondément inscrite dans le fonctionnement ordinaire de cette institution au Japon.

51Sans-doute le raz-de-marée néolibéral a-t-il ébranlé en profondeur la répartition ancienne des pouvoirs. Promus au rang d’usagers lucides et responsables, investisseurs potentiels susceptibles de pouvoir choisir, au moins dans les grandes métropoles, l’établissement de leur enfant, comme d’autres choisiraient leur poissonnier, les parents se métamorphosent en clients exigeants qui vocifèrent leurs attentes. Cette évolution, plus sensible en milieu urbain, est attestée par le succès assez foudroyant de toute une littérature sur les monsutâ pearento (monster parents), personnages égoïstes et caricaturaux qui attaquent sans vergogne professeurs et établissements et se sentent toujours grugés.

52On comprendra cependant que cette évolution ne modifie pas la donne de parents étrangers qui sont statistiquement les plus démunis et donc les moins à même de déployer des stratégies gagnantes sur le « marché » scolaire. Car, toutes les études le montrent, l’évolution néolibérale a pour effet d’enraciner les inégalités sociales dans le fonctionnement même de l’institution scolaire.

Dans l’école

  • 17 Voir l’article de C. Galan dans ce numéro.

53L’école japonaise a pour vocation première de socialiser les enfants dans la culture nationale. Sous les effets de la globalisation et de la transformation en cours du monde en un vaste marché compétitif, la transmission des savoirs tend aujourd’hui à être propulsée au centre de l’activité scolaire. Pourtant cette évolution, qui ne peut être que graduelle, ne touche pas également l’ensemble des établissements d’enseignement. Les lycées japonais, strictement hiérarchisés, fonctionnent de longue date selon une logique de séparation, dont on peut trouver une description classique dans l’ouvrage que publie Rohlen en 1981. Les logiques de différenciation sont plus récentes dans le cadre de l’obligation scolaire. Elles affectent aujourd’hui les collèges, principalement par l’assouplissement de la sectorisation scolaire17 et la création d’établissements qui intègrent en un ensemble unique les six années du primaire et les trois années du collège. Le primaire reste relativement protégé de cette évolution du fait de son rôle central dans la stabilisation des collectivités locales et dans la production de la cohésion sociale. En dépit de la contestation qui l’entoure et des transformations profondes du contexte social dans lequel elle doit fonctionner, l’école japonaise demeure assez profondément une institution qui

« garantit la satisfaction des intérêts personnels par leur subordination au bien commun […], assujettit intentionnellement les relations interpersonnelles à des pratiques de concertation à la fois continue et assidue, […] pose en préalable, jusque dans le domaine périscolaire, l’idée d’éducation globale de la personne […], insiste sur l’importance des notions de “dévouement” et de “consensus spontané” et fixe des objectifs collectifs afin d’ancrer ces attitudes valorisées… » (Tsuneyoshi, 2007 : 139).

54Cette liste des « caractéristiques » du « style japonais d’éducation » explique que l’adaptation réussie à cette forme scolaire exige des enfants issus de l’immigration brésilienne une pirouette identitaire presque aussi importante que celle que l’on exigeait des enfants des colonies lorsqu’on leur demandait de parler de leurs ancêtres les Gaulois. Mais la comparaison s’arrête là car la solitude des migrants est d’une toute autre ampleur.

Des obstacles structurels

  • 18 Quoique le maintien de ce dispositif ait déjà fait l’objet de nombreuses critiques, les demandes d’ (...)

55Sans revenir sur les problèmes de non-scolarisation, de déscolarisation ou de décrochage, on doit toutefois souligner encore le problème que pose l’impossibilité générale pour les primo-arrivants d’obtenir leur placement dans un niveau de classe adapté à leurs capacités d’apprentissage et notamment à leur maîtrise de la langue japonaise. La règle générale du passage automatique dans la classe supérieure18 est en effet également appliquée à ces enfants, pourtant dans l’incapacité de comprendre les cours et au risque souvent avéré de les condamner à l’ennui et à l’isolement.

Conclusion : les effets des réformes des années 2000

56Les politiques éducatives de ces dix dernières années ont été marquées par une accélération dans la mise en place et le financement préférentiel de filières d’excellence et, parallèlement, par une translation des priorités scolaires au profit de l’acquisition des savoirs. La multiplication des dispositifs d’évaluation et de vérification ancre cette volonté par l’assignation d’objectifs concrets susceptibles d’être mesurés et donc comparés. Les enseignants qui, jusqu’il à peu, envisageaient leur métier sous l’angle de la formation humaine et de la socialisation des élèves, sont désormais requis d’acquérir de nouveaux savoir-faire spécifiques et de produire des résultats. L’enserrement hiérarchique croissant de ce corps professionnel traditionnellement homogène avec la création de « super-professeurs » et de statuts para-administratifs va de pair avec l’introduction de nouvelles procédures d’évaluation par le chef d’établissement et la remise en cause de l’emploi à vie (obligation du renouvellement décennal des licences et menaces de sanction contre les enseignants les moins bien notés). De façon quelque peu paradoxale, on constate que les principes de « différenciation » et de « personnalisation », si présents dans le discours des réformateurs néolibéraux, ont pour effet un rétrécissement des marges de jeu et de liberté des acteurs, qu’ils soient enseignants ou parents. Car ; pour ces derniers, l’espace scolaire apparaît de plus en plus comme une arène, un lieu de stratégies et de luttes auxquelles il devient de plus en plus difficile de se dérober. L’accroissement des choix et des espaces de liberté profitant en priorité à ceux qui disposent des moyens cognitifs, intellectuels et financiers de s’en saisir, on comprendra que cette évolution est globalement défavorable aux catégories sociales les plus démunies.

  • 19 A cet égard, la révision de la Loi fondamentale de l’éducation (Kyôiku kihon hô) en 2006 aura fourn (...)

57Elle l’est donc à un double titre pour les enfants de l’immigration. Car ceux-ci ne se heurtent pas seulement aux difficultés d’un marché scolaire peu lisible, ils doivent aussi trouver leur place au sein d’une institution scolaire profondément assimilatrice dans sa tradition et qui se rétracte d’autant plus aujourd’hui autour de valeurs nationales que les courants néoconservateurs ont bien compris que le démantèlement des services publics et des principes de justice que ceux-ci servaient devait s’accompagner d’un renforcement de l’éducation morale et du sentiment patriotique. Haute compétitivité internationalisée pour les uns et amour de la Patrie pour tous19.

58Après avoir ainsi aligné tant de bonnes raisons de se casser les ailes, est-il encore possible d’inverser le propos, d’interroger les réussites et de chercher à partir d’elles ce qui dément la prédiction et donne de l’espoir ? A vrai dire nous ne le savons pas.

  • 20 Nous faisons bien sûr allusion à la controverse suscitée par la publication de l’ouvrage de Hugues (...)

59Ou plutôt nous savons que le statut d’étranger ou d’immigré n’a pas en tant que tel de valeur prédictive. Comme en France, les variables les plus lourdes sont liées au niveau d’étude des parents, à leurs ressources financières, à leur statut social, aux réseaux de relations (capital social) qu’ils déploient. La nationalité et le pays de provenance apparaissent le plus souvent comme des variables secondaires, dont le poids apparent renvoie moins aux « cultures » d’origine qu’au tri social opéré par les circonstances de l’immigration. Sans doute devrait-on introduire dans l’analyse statistique une variable « arrivée par avion », ou mieux « immigration en classe d’affaire » avant d’avancer « l’hypothèse des cultures »20. Dans le cas du Japon, il apparaît assez clairement que les migrants qui s’en tirent le mieux sont ceux qui :

    • 21 Voir Le Bail (2008) qui fait référence au succès scolaire des migrants chinois récents.

    bénéficient d’une connaissance antérieure des caractères chinois21

  • s’installent dans les départements les plus actifs en matière d’aide à la scolarité des nouveaux arrivants

  • proviennent de milieux culturellement et financièrement favorisés

    • 22 Voir l’article de Shimizu dans ce numéro.

    sont scolarisés dans des établissements mobilisés en faveur des élèves en difficulté22, que ceux-ci soient nationaux ou étrangers.

60Lorsque l’on regarde les courbes de la présence étrangère en fonction des catégories d’âge, on est saisi par le fait que le Japon n’héberge aujourd’hui qu’une infime fraction des strates les plus âgées. Sans doute la vie n’est-elle pas si facile que les gens en viennent à souhaiter demeurer dans ce pays au-delà des années de travail. Pourtant, comme dans la majorité des pays d’immigration, c’est la scolarisation et au delà l’insertion des enfants dans le pays d’accueil qui décide bien souvent du choix des ainés. Dans les vingt prochaines années, une génération de « old newcomers » sera donc confrontée à un dilemme dont l’intensité sera à la mesure exacte des difficultés d’intégration éprouvées aujourd’hui par ses enfants ; des enfants qui pour la plupart n’ont pas de « patrie » de retour et guère davantage de prise sur le sol japonais ; les enfants d’une double absence.

Haut de page

Bibliographie

Fujikawa, M. & Han, Y. (2008). Tabunka taminzoku kyôsei kyôiku no genten - zainichi chôsenjin kyôiku kara zainichi gaikokujin kyôiku he no ayumi (A l’origine de l’éducation au vivre ensemble de cultures et de peuples différents - de l’éducation des nord-coréens résidents au Japon à l’éducation des étrangers). Tôkyô : Akashi shoten.

Galan, C. (2005). Immigration, langue, école et citoyenneté au Japon : l’école japonaise face à la scolarisation des enfants d’immigrants. Revue française de pédagogie, 153, 109-119.

Kajita, T. (2009). Kokumin kokka no kyôkai to nikkeijin kategorî no keisei – 1990 nen nyûkanhô kaitei wo megutte (Les frontières de l’État-nation et la formation de la catégorie des nikkeijin – autour de la révision de la loi sur l’immigration de 1990). In T. Kajita, K. Tannô et N. Higuchi, Kao no mienai teijuka (Installation au visage invisible) (p. 108-137). Nagoya : Nagoya daigaku shuppankai.

Lagrange, H. (2010). Le Déni des cultures. Paris : Le Seuil.

Le Bail, H. (2005). La nouvelle immigration chinoise au Japon - Entre mobilité et intégration, Perspectives chinoises, 90 : http://perspectives chinoises.revues.org/901.

Le Bail, H., (2008). Nouvelle immigration chinoise et société d’accueil japonaise : entre représentations criminalisantes et ascension sociale. Revue européenne des migrations internationales, 24(3), 53-77.

Lévi Alvarès, C. (2007). Altérité au Japon - Le long chemin vers l’autre. In A. Brotons et C. Galan (dir.). Japon Pluriel 7. (p. 423-434). Arles : Philippe Picquier.

Lévi Alvarès, C., Sato, M. (dir.) (2007). Enseignants et écoles au Japon - acteurs, système et contexte. Paris : Maisonneuve et Larose.

Lévi Alvarès, C. (2007). Sur la scolarisation des enfants de l’immigration au Japon. Nichifutsu kyôiku gakkai nenpô (Bulletin de l’association de recherche sur l’éducation franco-japonaise), 13, 79-90.

Miyajima, T., Ishii, Y. (2003). Bunka no kenryoku - hansha suru Burudyû (Pouvoir de la culture, reflet de Bourdieu). Tôkyô : Fujihara shoten,.

Miyajima, T., Ôta, H. (2005). Gaikokujin no kodomo to nihon no kyôiku - fushûgaku mondai to tabunka kyôsei no kadai (Les enfants d’étrangers et l’éducation japonaise - Le problème de la déscolarisation et la question de la coexistence multiculturelle). Tôkyô : Tôkyô daigaku shuppankai.

Miyajima, T. (2012). Nihon no imin seisaku no mokuten to kadai - Higashi Asia kyôdôtai no giron ni mukete (Points aveugles et problèmes des politiques de l’immigration au Japon - Contribution à une réflexion sur une communauté de l’Asie de l’Est). In C. Lévi Alvarès, K. Zaiki, E. Nakasa (dir.). Hansabetsu, tôgô, taminzoku kyôsei - ôshû to nihon no keiken kara kangaeru (Anti discrimination, intégration et coexistence entre les peuples - Réflexions à partir des expériences européenne et japonaise), Hiroshima : Hiroshima daigaku.

Oguma, E. (2006). Tan.ichi minzoku shinwa no kigen - Nihonjin no jigazô no keisho (L’origine du mythe de la race unique - Archéologie de l’autoportrait des Japonais). Tôkyô : Shin.yôsha.

Onai, T. (2009). Zainichi burajirujin no kyôiku to hoiku no hen.yô (Les transformations de l’éducation des Brésiliens installés au Japon). Tôkyô : Ochanomizu shobo.

Philippe, P. (2004). Japon, crise d’une autre modernité. Paris : Belin / La Documentation française.

Rohlen, T. (1883). Japan’s high schools. Berkeley: University of California Press.

Sakuma, K. (2012). Gaikokujin no kodomo no kyôiku mondai (Les problèmes éducatifs des enfants étrangers). Tôkyô : Keisô shobo.

Shimizu, K. (2002). Gakkôbunka no hikaku shakaigaku - nihon to igirisu no chûtôkyôiku (Sociologie comparée de la culture scolaire - Les seconds cycles au Japon et en Angleterre). Tôkyô : Tôkyô daigaku shuppankai.

Tezuka, K. (2005). Gaikokujin to hô (Les étrangers et la Loi). Tôkyô: Yuhikaku.

Tsuneyoshi, R. (2004). The “new” foreigners and the social reconstruction of difference: the cultural diversification of Japanese education. Comparative Education, 40(1), 55-81.

Tsunogae, H. and al., (2010). Filipinu kei nyûkamazu to kokusai kekkon (Nouveaux arrivants philippins et mariages internationaux). Communication au 62e Congrès de la Société japonaise de sociologie de l’éducation, 18 septembre 2010.

Yoshitomi, S., (2008). Tabunka kyôseishakai to gaikokujin komyunithi no chikara - gettôka shinai jijosôshiki wa sonzai suruka ? (Société de cohabitation multiculturelle et puissance des communautés étrangères - Une organisation qui s’auto-aide peut-elle ne pas se ghettoïser ?). Tôkyô : Gendaijinbunsha.

Zhang, J. (2003). Rainichi gaikokujin hanzai (La criminalité des étrangers venus au Japon). Tôkyô : Meiseki shoten.

Haut de page

Notes

1 Se reporter par exemple à l’analyse de Kajita (2005 : 112-119) sur les errances qui ont entouré la promulgation de la révision de 1989 de la Loi sur l’immigration (Iminhô).

2 Voir en particulier les chapitres 1 et 2.

3 Onai Tôru (2009 : 172-173) précise qu’en l’absence de données statistiques fiables, on estime qu’un million de Coréens avaient fait le choix de demeurer au Japon après la défaite. À la veille de l’annexion de la Corée (1910), ils étaient 790. En 1911, on en compte 2 527. Ils sont plus de 800 000 en 1938 et probablement 2,4 millions à la veille de la défaite.

4 Cette « humiliation » perdurera jusqu’en 1991 lorsqu’au terme de longues négociations associées à de multiples mouvements et actions de protestations, l’administration décidera la suppression de la prise d’empreintes digitales et l’octroi d’un titre de séjour de « résident spécial » (tokubetsu eijûsha). Sur cette question, Kajita (2005 : 115-118) montre que la création d’un statut de « résident » (teijusha) pour les descendants de Japonais jusqu’à la 3e génération est décidée dans un souci d’équilibrage avec les mesures prises en faveur des descendants des résidents anciens coréens.

5 http://www.moj.go.jp/housei/toukei /toukei_ichiran_touroku.html (accès le 2 janvier 2012).

6 Sauf mention particulière, toutes les données statistiques présentées dans les différentes figures proviennent du ministère de la Justice. Elles datent de novembre 2010, sont extraites d’un site statistique intergouvernemental et ont été regroupées et mises en forme par l’auteur. http://www.e-stat.go.jp/SG1/estat/List.do?lid=000001074828 (accès le 10 février 2012).

7 Tsuneyoshi parle de « points de diversités » disséminés sur le sol national et en partie moulés dans les régions déjà connues pour leur diversité à l’époque préindustrielle en raison des politiques coloniales ou de la concentration des descendants des populations discriminées à l’époque féodale (Tsuneyoshi, 2004 : 57).

8 Un exemple récent illustrera cette situation : en janvier 2012, à la faveur de travaux de réfection, un prisonnier chinois condamné pour vol à main armé s’est évadé de la prison de Yoshijima située au cœur de Hiroshima. La nouvelle sitôt connue, un vent de panique s’est emparé de la ville : certaines écoles primaires ont suspendu les déplacements collectifs des enfants tandis que chacun s’alarmait en répétant « un Chinois », « un Chinois »... Une forme de xénophobie ciblée y a trouvé l’occasion d’exprimer au grand jour et sur le « net » la conviction d’une altérité essentialisée (voir par exemple : http://hamusoku.com/archives/6584567.html, dernier accès le 24 janvier 2012).

9 Révision entrée en application le 1er juin 1990.

10 Les tâches délaissées par les Japonais et abandonnées aux seuls travailleurs étrangers étaient de longue date qualifiées du terme « 3K » (sanke) pour : kitsui (pénible), kitanai (sale) et kiken (dangereux). On y ajoute désormais deux nouveaux K pour kyûryô ga yasui (salaire faible) et kinmu jikan ga nagai (longues heures de travail).

11 « A ce jour, le gouvernement japonais n’a presque jamais utilisé le terme “politique des étrangers” [gaikokujin seisaku]. Ce qu’il a utilisé par contre, c’est l’expression “politique de contrôle des entrées et des sorties” [denyûkoku kanri seisaku]. Une politique des étrangers serait donc une politique des entrées et des sorties du territoire en l’absence de toute réflexion sur l’intégration sociale. L’étranger est envisagé comme objet d’un contrôle et non comme un membre de la société d’accueil car on présuppose qu’il ne se fixera pas sur le sol national. S’il existe donc des dispositions réactives [taisaku] à la présence des étrangers, il n’existe pas de politique de l’immigration » (Yamawaki Keizô (Président du « Groupe d’étude pour la promotion d’une coexistence multiculturelle »), cité dans Yoshitomi, 2008 : 22).

12 En septembre 2010, 28 collectivités locales étaient dotées d’un tel dispositif (Sakuma, 2011). Il n’y en avait que 17 en 2005.

13 On évalue le coût moyen des scolarités à 35 000 yens par mois (320 euros au cours de février 2012), une somme difficile à réunir pour nombre de familles précarisées, comme en témoignent les abandons d’études pour raison économique.

14 Voir notamment Miyajima (2005 : 37-56).

15 Par la suite, le ministère des Affaires générales à mis en place en juin 2005 un « Groupe d’études pour la promotion de la coexistence multiculturelle », puis en mars 2006, il a adressé aux directions départementales des divisions administratives chargées des résidents étrangers un texte intitulé Plan pour la promotion de la coexistence entre les cultures qui contenait des propositions à mettre en œuvre aux niveaux des départements et des collectivités locales. Le chapitre consacré aux questions d’éducation abordait la question du décrochage scolaire des enfants étrangers et demandait aux administrations concernées de mesurer l’ampleur du phénomène et de prendre des mesures pour le traiter. C’était la première fois que l’expression « coexistence » figurait dans un texte ministériel aussi peut-on dire que l’année 2006 marque le début d’une réflexion nationale sur la coexistence multiculturelle (Sakuma, 2012 : 45).

16 Ces idées ont été notamment théorisées au Japon par Miyajima (2003 : notamment chapitre 1) à partir d’une relecture des travaux de Pierre Bourdieu sur « l’économie des échanges linguistiques ».

17 Voir l’article de C. Galan dans ce numéro.

18 Quoique le maintien de ce dispositif ait déjà fait l’objet de nombreuses critiques, les demandes d’assouplissement aboutissent rarement comme le rappelait une communication au congrès de sociologie de l’éducation (Tsunogae, 2010 : 42).

19 A cet égard, la révision de la Loi fondamentale de l’éducation (Kyôiku kihon hô) en 2006 aura fourni une parfaite illustration de l’alliance paradoxale entre les logiques de « division et séparation » au profit de la formation d’élites capables d’agir sur la scène internationale et des logiques de « moralisation et unification » qui s’adressent à la masse du peuple et veillent à maintenir la cohésion nationale.

20 Nous faisons bien sûr allusion à la controverse suscitée par la publication de l’ouvrage de Hugues Lagrange (2010).

21 Voir Le Bail (2008) qui fait référence au succès scolaire des migrants chinois récents.

22 Voir l’article de Shimizu dans ce numéro.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1 : Variation du nombre des étrangers enregistrés au Japon entre 1986 et 20106
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2 : Répartition des étrangers selon leur origine nationale (2010)
Légende Note : Données du ministère de la Justice (novembre 2010).
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3 : Répartition par nationalité des étrangers titulaires d’un titre de séjour permanent (eijusha)
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 4 : Répartition des populations chinoise, coréenne et brésilienne par tranches d’âge (en % des populations respectives)
Légende Lecture : dans la tranche d’âge 0-4 ans, les immigrés de nationalité coréenne comptent pour respectivement 5,3 % et 5,9 % des hommes et des femmes de cette nationalité.
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 : Répartition des étrangers selon leur statut de résidence
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6 : Répartition des étrangers chinois, brésiliens, coréens et philippins selon leur statut de résident
Légende Lecture : Les résidents de nationalité coréenne (nord et sud) comptent pour 99 % du statut de résidence « résidents spéciaux » (RdSp). Les résidents brésiliens comptent pour 40 % de la catégorie « résidents » (Rd) et pour 21 % des résidents permanents. Les quatre nationalités retenues comptent pour 79 % de la totalité des étrangers (TT) enregistrés au Japon. Abréviations : Rd = résidents ; RdPm = résidents permanents ; EpJp = époux, épouse ou enfant de Japonais(e) ; EpPm = époux, épouse ou enfant de résident permanent ; MdSp = monde du spectacle ; Sc = séjours courts ; Ens = enseignants ; RdSp = résidents spéciaux ; IG = investissement et gestion ; Mut = mutation au sein de l’entreprise ; ShRi = spécialiste en sciences humaines ou relations internationales ; Fam = membre de familles ; Ing = ingénieur ; Spef = activité spécifique ; Etd = étudiants ; Tch1 = technicien 1 ; Tch2 = technicien 2).
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7 : Répartition de la population brésilienne sur le territoire japonais (six premiers départements)
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 8 : Taux de scolarisation des enfants japonais à l’école maternelle et au jardin d’enfant
Légende Données issues de l’Enquête fondamentale sur l’éducation (Gakkô kyôiku kihon chôsa) du ministère de l’Éducation et des statistiques du ministère de la Santé.
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/513/img-8.png
Fichier image/png, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Lévi Alvarès, « La double absence des enfants de l’immigration au Japon »Les dossiers des sciences de l’éducation, 27 | 2012, 133-154.

Référence électronique

Claude Lévi Alvarès, « La double absence des enfants de l’immigration au Japon »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 27 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/dse/513 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.513

Haut de page

Auteur

Claude Lévi Alvarès

Professeur à l’Université de Hiroshima, CEJ-Inalco. clevialvares@gmail.com

Articles du même auteur

  • Séisme éducatif au Japon [Texte intégral]
    Professeurs, parents et élèves japonais face aux réformes éducatives néolibérales
    Paru dans Les dossiers des sciences de l’éducation, 27 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search