Skip to navigation – Site map

HomeNuméros31Éditorial

Éditorial

Michèle Saint-Jean and Louise Lafortune
p. 7-10

Full text

Accompagnement et changement : un couple à contextualiser

1Nous assistons depuis quelques années à un envahissement du terme accompagnement dans la sphère professionnelle et à son développement dans la littérature scientifique. Nous constatons en parallèle que les milieux de l’éducation, de la formation et différents champs professionnels (santé, social…) sont en cours de transformation (réformes, évolution technologique, évolution des pratiques,...) et peuvent nécessiter un accompagnement de ces changements.

2Si l’accompagnement a été particulièrement investi dans les recherches en sciences de l’éducation depuis les années 90-95 en France (Ardoino, 2000 ; Le Bouedec, 2001 ; Saint-Jean, 2002 ; Paul, 2004 ; Vial, 2007 ; Lafortune, 2001, 2008), la thématique du changement est relativement émergente dans la discipline, particulièrement en France, avec un nombre restreint de publications (Baluteau, 2003 ; Bedin et al., 2013). Cependant, nous pouvons noter que le lien accompagnement/changement est interrogé, en sciences de l’éducation, dans les pays nord-américains et notamment au Québec (Lafortune, 2001, 2006, 2008, 2009).

3Par contre, le changement et sa conduite versus l’accompagnement, a été largement conceptualisé dans la littérature scientifique, et de longue date, par de nombreux auteurs que nous ne pouvons pas tous citer, dans d’autres disciplines comme la psychologie (Lewin, 1947 ; Bateson, 1972 ; Watzlawick et al. 1975 ; De Rosnay, 1975 ; Le Moigne, 1977) ou encore les sciences de gestion (March, 1981, Nonaka, 1988 ; Giroux, 1991 ; Argyris, 1995 ; Orlikowski, 1996 ; Autissier et al., 2003) et la sociologie (Alter, 2000 ; Bernoux, 2004).

4Cependant, quelques auteurs ont contribué récemment (2013), sous la direction de Véronique Bedin, à théoriser l’accompagnement du changement du point de vue des sciences de l’éducation. Dans une rapide synthèse nous pouvons noter que le regard porté sur le changement inscrit l’accompagnement à différents niveaux qui intéressent ce dossier :

  • la posture de recherche pour accompagner le changement avec notamment des démarches de type recherche-intervention, recherche-action,

  • la place des pratiques mises en jeu sur le chemin du changement : les observer, les orienter, les impulser, les concevoir,

  • le rôle des personnes participantes ou intervenantes, collectivement ou individuellement, dans le changement,

  • la prégnance des dispositifs comme cadre de pensée, cadre d’intelligibilité ou cadre d’émancipation du changement,

  • le poids des organisations avec des changements à géométrie variable (subi, planifié, induit, prescrit…).

5Par ailleurs, la littérature scientifique met en évidence des stratégies et des formes de conduite versus accompagnement du changement : supervision, consultation, expertise, analyse des pratiques, formation, communauté de pratiques, mentorat… ces formes sont pensées en fonction des finalités attendues relatives à la continuité (prédominance du passé)/discontinuité (retrait, rupture avec le passé) du changement (Baluteau, 2003), ce qui revient à situer le changement dans son rapport à la situation antérieure.

6Ce lien entre accompagnement et changement n’est pas un effet de mode, c’est une réponse à la multiplication des réformes, l’acuité des exigences face aux crises de toutes sortes (économiques, sociales, politiques…) que traverse notre siècle. L’accompagnement du changement donne corps aux demandes sociales.

Accompagnement du changement : des regards différents sur une thématique commune

7Ce numéro est dédié à la présentation de recherches, de réflexions, d’expériences permettant de faire émerger différentes spécificités de l’accompagnement du changement par et pour la formation.

8Le regard porté par Maela PAUL dans son article « Passage à l’écriture et écriture du passage. Accompagner le changement au travers d’un dispositif d’écriture », renvoie à la dimension individuelle à partir d’un double média, l’écriture et l’accompagnement. Il s’agit ici de décrire et de comprendre la nature des épreuves qui pavent le chemin du changement dans une expérience de validation des acquis. Ce changement est analysé au niveau de la posture tant chez le formateur devenu personne accompagnatrice que chez l’apprenant devenu personne agissant sur son apprentissage.

9Par contre, dans leur article « La recherche-intervention comme accompagnement du changement : le cas d’une formation de formateurs », Michèle SAINT-JEAN, Sofia ISUS BARADO, Georgina PARIS MANAS et Armelle MACE, s’intéressent à un enjeu politique et collectif de développement professionnel par la conception d’une nouvelle formation. La recherche présentée s’inscrit dans le cadre d’un projet européen visant l’innovation et la coopération universitaire pour la professionnalisation et le développement de la formation professionnelle en Espagne. L’accent est mis sur le système recherche-intervention constitué d’acteurs qui sont praticiens, chercheurs et praticiens-chercheurs afin de produire des connaissances et un dispositif pertinents à la fois d’un point de vue scientifique et social.

10De leur côté, Odile THUILIER, Bruno GOLOUBIEFF et Michel VIAL dans leur article « Rapport au savoir et place de l’accompagnement en formation : le cahier des charges, un outil facilitateur ? » montrent de quelle manière ils ont construit un outil permettant de modifier le rapport au savoir des étudiants de master 2. Ils présentent dans cette contribution un chemin pour dépasser le contrôle (sans le diaboliser) inhérent à toute formation diplômante, tout en évitant un cheminement personnel hors contrôle, au gré des inclinations de chacun. Pour ce faire ils établissent une distinction des plus intéressante entre formation instrumentale, formation opérationnelle et formation épistémologique.

11Arnaud DEHON, Antoine DEROBERTMASURE et Marc DEMEUSE, quant à eux, investissent le champ de la formation des enseignants du secondaire dans leur article « Appréhender l’identité professionnelle : démarches méthodologiques et implications épistémologiques. Construction d’un cadre de lecture et application dans un contexte de formation initiale d’enseignants ». Le double pari de cette contribution est de construire un outil d’intelligibilité et de l’appliquer de manière à mettre en évidence le développement de l’identité et de la professionnalisation des acteurs de terrain au travers de trois compétences constitutives du métier d’enseignant du secondaire en Belgique.

12La recherche conduite par Nadia PEOC’H et synthétisée dans l’article « Représentations sociales de la douleur : La mise en perspective praxéologique des pratiques d’accompagnement et d’éducation à la santé » nous entraîne dans le champ de la santé. Cette contribution nous montre de manière originale, particulièrement instrumentée et de grande ampleur (244 sujets), comment à partir de l’objet « douleur » entrevu sous l’angle de la conscience et du vécu du patient dans une perspective d’analyse phénoménologique, il est possible de faire évoluer la formation des praticiens et dans le même temps de faire cheminer le patient.

13Dans l’article intitulé « Du changement dans l’évaluation du travail d’équipe : validation de l’outil RUTE », Cristina TORRELLES, Jordi COIDURAS, Xavier CARRERA et Sofia ISUS BARADO, ont répondu à la problématique de ce dossier en interrogeant scientifiquement la conception et la validation d’un outil permettant de « mesurer » l’existence et le développement du travail en équipe à travers les connaissances, les habiletés et les attitudes. Pour revisiter cette évaluation, la recherche s’appuie sur une méta-analyse comptant 163 articles scientifiques.

14La contribution « Accompagner le changement vers la prise en compte des émotions chez des personnes enseignantes en contexte d’insertion professionnelle » de Nathalie LAFRANCHISE, Louise LAFORTUNE et Nadia ROUSSEAU, présente l’insertion professionnelle comme une période particulièrement exigeante sur le plan émotionnel. La recherche, fondée sur un accompagnement socioconstructiviste, se centre sur la prise en compte de ces émotions dans des séances de stimulation individuelle et collective de la réflexion. Ceci autour des pratiques enseignantes, dans lesquelles avaient émergé des émotions, en vue de favoriser des prises de conscience ainsi que la construction de nouvelles croyances et connaissances.

15Chacune des sept contributions a pour point commun l’accompagnement du changement en formation, cependant ce point commun se décline ensuite soit au niveau individuel, soit au niveau collectif et prend différentes formes qui s’élaborent dans une posture, un type de recherche, un dispositif, une visée, un outil ou une démarche.

Top of page

Bibliography

Ardoino, J. (2000). De l’accompagnement en tant que paradigme. Revue Pratiques de formation/Analyses, 40, 5-19.

Baluteau, F. (2003). Ecole et changement. Une sociologie constructiviste du changement scolaire. Paris : L’Harmattan.

Bedin, V. (Dir.) (2013). Conduite et accompagnement du changement. Contribution des sciences de l’éducation. Paris : L’Harmattan.

Lafortune, L. (2008). Un modèle d’accompagnement professionnel du changement. Québec : Presses Universitaires du Québec.

Le Bouedec, G., du Crest, A., Pasquier, L., Stahl, R. (2001). L’accompagnement en éducation et formation, un projet impossible ? Paris : L’Harmattan.

Vial, M., Caparros-Mencacci, N. (2007). L’accompagnement professionnel ? Méthode à l’usage des praticiens exerçant une fonction éducative. Bruxelles : De Boeck supérieur.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michèle Saint-Jean and Louise Lafortune, ÉditorialLes dossiers des sciences de l’éducation, 31 | 2014, 7-10.

Electronic reference

Michèle Saint-Jean and Louise Lafortune, ÉditorialLes dossiers des sciences de l’éducation [Online], 31 | 2014, Online since 01 March 2014, connection on 08 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/dse/543; DOI: https://doi.org/10.4000/dse.543

Top of page

About the authors

Michèle Saint-Jean

Maître de Conférences, membre de l’UMR EFTS (UMR Education, Formation, Travail, Savoirs : Université de Toulouse ; UTM-ENFA ; EFTS ; 5 allées Antonio-Machado, F-31058 Toulouse, France.),
Université Toulouse II, France.
stjean@univ-tlse2.fr

By this author

Louise Lafortune

Professeure associée à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Canada.
Louise.Lafortune@uqtr.ca

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search