Navigation – Plan du site
Dossier : L’accompagnement du changement en formation

Représentations sociales de la douleur

La mise en perspective praxéologique des pratiques d’accompagnement et d’éducation à la santé
Nadia Péoc’h
p. 81-99

Résumés

Dans la trajectoire de la maladie, la douleur occupe une place centrale au sein de l’interaction thérapeutique soignants/soignés. Le cadre théorique des représentations sociales permet d’étudier les systèmes de régulation symbolique liés à un objet en fonction des insertions sociales des individus. 244 patients hospitalisés au sein des hôpitaux de Toulouse ont complété un questionnaire utilisant le protocole du « récit de vie narratif » (Le Grand, 1989). L’objet « douleur » étant entrevu sous l’angle de la conscience et du vécu du patient dans une perspective d’analyse phénoménologique. La polysémie des constructions cognitives de la douleur : d’une douleur légitimée « la normalité souffrante » à une douleur fardeau « l’appel au lien » interroge la relation thérapeutique dans son histoire traditionnelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Traditionnellement, la douleur renvoie à l’atteinte de la chair et la souffrance à l’atteinte de la psyché. Souffrir dans sa chair ou dans son âme ? L’épreuve serait consubstantielle à notre espèce, apportant avec elle les doutes et les questionnements. Dans la biographie des individus, la douleur apparaît comme un élément à part. Toutefois, ces douleurs ne disposent pas du même impact symbolique. Souffrances vécues ou représentées sont-elles intemporelles et universelles ou marquées du sceau de l’époque, de la culture, de l’histoire ou de la civilisation ? Le dualisme douleur/souffrance, soma/psyché, prendre soin/traiter a-t-il finalement un sens ? Il conviendrait de prendre soin du malade aussi bien que de traiter sa maladie.

2Dans le cadre de la prise en charge thérapeutique, la douleur et la souffrance constituent une réalité complexe. Cette complexité peut être expliquée en partie par l’indifférenciation sémantique récurrente dans leurs usages courants des termes douleur et souffrance (Morasz, 2003). Dans un instant de vie caractérisé par la rupture d’un quotidien et par l’irruption de la maladie, les personnes soignées attendent des professionnels de santé une prise en soins complémentaire et holistique : la guérison de la maladie et la prise en compte de leur douleur/souffrance qui est consécutive. « La souffrance n’est pas la douleur » Ricœur (1994). Dans cette conférence prononcée en 1992 par Ricœur devant un parterre de psychiatres, l’auteur opère une distinction entre douleur et souffrance. Le terme de douleur physique : avoir mal, est réservé aux affects localisés organiquement dans le corps entier. A contrario, le terme de souffrance psychique : se sentir mal est réservé aux affects ouverts sur « la réflexivité, le langage, le rapport à soi, le rapport à autrui » (Ricœur, 1994, p. 59). Il y aurait du côté de la souffrance, des dimensions à explorer dans l’altération du rapport à soi et à autrui (« je souffre – je suis ») et dans la diminution de la puissance d’agir. La souffrance ne se définit pas seulement par la douleur de celui qui a mal, elle est également le vécu de celui qui est mal. Pour Morasz (1999 ; 2002 ; 2003), la douleur n’est que la face émergente de ce qui fait mal à la personne soignée. Trop souvent perçue comme un processus physiologique réclamant avant tout l’antalgie, la douleur est à intégrer dans la globalité du sujet. Avoir mal, c’est vivre une expérience sensitive qui provoque une expérience unique émotionnelle, fruit d’une histoire vécue antérieure. Avoir mal, c’est sentir la douleur et ressentir une souffrance, le tout dans une combinaison unique et fluctuante. Se « sentir mal » est une constante du genre humain. La souffrance, présente depuis notre enfance, nous suit dans nos différentes trajectoires de vie jusqu’au jour de notre mort. La souffrance psychique serait à entendre sur le modèle de la psychogenèse : la position dépressive. Pour Morasz (2002), la souffrance psychique est à entendre sur ce modèle. Elle serait la persistance voire la réminiscence de cette souffrance originaire de la phase dépressive. Toujours en filigrane de notre fonctionnement psychique, elle nous renverrait à l’incontournable conscience de notre incomplétude, des manques qui nous assaillent et à notre finitude. La souffrance « est l’expression d’une activité de compromis liée elle-même à nos tentatives d’adaptation à la réalité. Elle est le signe d’un travail interne de « digestion » des difficultés auxquelles nous avons à faire face » (Morasz, 2002, p. 412). L’auteur propose de distinguer plusieurs et différents visages de la souffrance : avoir mal (douleur physique), se sentir mal (souffrance psychique), être mal (douleur morale).

3Dans le cadre du soin et de l’éducation thérapeutique, de nombreux travaux autour d’objets de recherche tels que les soins palliatifs, la chimiothérapie, le cancer ont montré que l’étude des représentations sociales est pertinente. Depuis la contribution princeps de Moscovici (1961), ces recherches ont permis de démontrer la complexité des rapports du contexte social et des problématiques liées à la santé. À ce titre et de manière non exhaustive nous pouvons faire référence aux différentes études de Dany portant sur l’étude des représentations sociales de la chimiothérapie chez les patients versus médecins (2003, 2005) ; l’étude des représentations sociales de la souffrance chez les patients versus infirmier (ère) s (2004, 2006) ; l’étude des représentations sociales des soins palliatifs chez les médecins (2008). La distinction fine qui est faite des deux sémiologies déclinées par les termes de douleur et souffrance forme la matrice du sens du soin et ainsi même la qualité de ce soin. Dans le cadre du soin, la relation personne soignée/professionnel de santé est singulière. Elle est une création unique qui doit souvent faire face à l’imprévisible. Si la douleur et la souffrance se relient dans une même circularité, la compréhension de l’une comme l’autre doit être interrogée par les soignants. Le contexte de la relation de soin ne se limite pas à l’échange d’informations verbales ou non verbales. Il est un cadre dans lequel s’expriment des affects, des émotions, des croyances, des représentations sociales avec un ancrage social et psychologique. Dans l’apprentissage des professionnels de santé, il est habituel de dire que la personne soignée est « sujet de soins » et non pas « objet de soins ». Or, bien souvent les personnes soignées expriment ce décalage. Cette sensation d’être un « objet de soins » est renforcée par le contenu même des interactions asymétriques qui est le plus souvent de type informatif ou éducatif. Ainsi des incompréhensions voient le jour. Pour Morasz (1999), la dynamique de la souffrance s’aborde par la relation d’aide, la relation d’accompagnement, l’aide à la mise en mots, l’explicitation. Tandis que la sidération douloureuse (physique ou morale) requiert en premier lieu une action à visée antalgique (médicamenteuse ou autre). Il ne s’agit pas de répondre par un acte (anxiolytique) à une demande d’aide ou par des mots à une demande de soulagement d’un patient douloureux. L’homme qui souffre d’avoir mal est touché dans sa totalité physique, psychique et spirituelle. C’est cette totalité qui est présente dans la relation de soin.

4L’interaction thérapeutique s’opère la plupart du temps autour et par les représentations que chacun des acteurs de cette interaction élabore à propos du soin, de la maladie, de la santé, voire du rôle qu’il est en mesure de tenir dans la relation thérapeutique. Dans un contexte social spécifique (l’hospitalisation), les représentations sociales de la douleur chez les personnes soignées se définissent par un ensemble de cognitions descriptives (connaissance), évaluatives (valeur) et prescriptives (action) dans un champ structuré présentant une signification utile à la compréhension des situations de soins. Celles-ci rendent compte à la fois du rapport que l’individu entretient avec l’objet représenté (expérience et vécu de la douleur) mais également de l’inscription de ce rapport dans un contexte social. Il n’y a pas de représentation sans objet, nous voilà ainsi projetés par cette assertion de Jodelet, en plein cœur de ce qui caractérise réellement ce champ d’étude social. La plupart des auteurs ont une conception de la représentation comme une forme de savoir pratique reliant un sujet social à un objet social. « La représentation sociale est avec son objet dans un rapport de « symbolisation », elle tient lieu « d’interprétation », elle lui confère des significations ». (Jodelet 1989, p. 61). De ce fait, nous avons d’un côté un contenu (informations, images, opinions, croyances) se rapportant à un objet social particulier (la douleur) et de l’autre, un sujet (individu, famille, groupe de personnes soignées) en relation avec un autre (professionnels de santé). Toute représentation sociale est alors représentation de quelque chose et de quelqu’un.

Représentations sociales et travail de contextualisation au champ de la santé

5La relation de soin n’est pas qu’interpersonnelle. Elle met en présence des personnes soignées qui appartiennent à des groupes sociaux divers et des professionnels de santé d’une profession caractérisée par un statut spécifique (médecin, infirmier (ère), cadre de santé, kinésithérapeute, etc.). Selon Tremblay & Garnier (2005), c’est au sein même de l’espace thérapeutique, dans l’interaction patient-médecin que se construit la représentation sociale de la douleur. Dans le champ de la santé et de la maladie, les travaux de Morin et Apostolidis (2002) posent le caractère social de ce contexte comme un système de relations entre personnes situées dans un espace de négociation, d’échanges et de parcours de soins. La proposition ainsi formulée, il est question du social en tant que système d’interprétation et du social dans la représentation des personnes soignées et des professionnels de santé vis-à-vis de l’objet douleur.

6Dans cette perspective, la légitimité heuristique du cadre théorique des représentations sociales offre dans son opérationnalisation un outil de compréhension et d’analyse des systèmes de régulation symbolique liés à un objet (Jodelet, 1989) en fonction des insertions spécifiques des individus dans un ensemble de rapports symboliques et sociaux (Doise, 1982). La théorie des représentations permet de rendre compte des interactions entre les sujets sociaux et le monde. Les représentations sont communes, communicables et constituent une partie non négligeable de l’univers individuel de chacun. Représenter, c’est RE-PRESENTER, rendre présent à l’esprit. Dès lors les représentations sociales en circulation dans un groupe de personnes soignées en tant que filtre perceptif composite et adaptatif se déclinent selon des appropriations individuelles liées aux ancrages personnels. Ce point de vue théorique proposé par Doise souligne que « les représentations sociales sont des principes générateurs de prises de position liées à des insertions spécifiques dans un ensemble de rapports sociaux et organisant les processus symboliques intervenant dans ces rapports » (Doise, 1986, p. 85). Pour l’auteur, les dynamiques relationnelles et les dynamiques représentatives sont liées. Il tient compte dans son approche, des rapports de communication qui président à l’élaboration des représentations sociales et de l’insertion des sujets dans un contexte sociétal, évoluant, changeant, donc particulier. Il insiste sur la pluralité des expressions individuelles des représentations sociales. Les représentations sociales ne peuvent être définies en termes de consensus entre les membres d’un groupe. Il convient pour Doise de les interpréter comme des prises de position de nature différente. « Plus que des opinions consensuelles, les représentations sociales sont donc des prises de position de nature différente, même si des repères communs peuvent être utilisés » (Doise, 1990, p. 118).

7La représentation sociale se pare de sens, dans un processus permanent, sans cesse en action. Système de précodage de la réalité, elle permet l’orientation de l’action. Moscovici (1961) a développé l’idée que la représentation sociale est un guide pour l’action. Elle est le reflet des relations complexes que l’individu entretient avec l’objet. A ce titre, les représentations ne sont pas seulement une analyse du discours ou des échanges interpersonnels. Elles peuvent aider à comprendre des systèmes de pensée et d’actions personnels et/ou collectifs. Elles sont en ce sens, le rapport du discours objectif ou symbolique du sujet à sa pratique. De par sa spécificité épistémologique, la psychologie sociale de la santé peut permettre d’opérer une lecture individuelle et sociale des situations de douleur associées à l’expérience de la maladie dans un contexte singulier lié à l’hospitalisation. Cette perspective d’analyse de l’environnement social trouve sa pertinence pour questionner les logiques sous-jacentes de la relation de soin dans son interaction thérapeutique. Nous posons ainsi comme hypothèse que la représentation sociale de la douleur chez les personnes soignées se forme à partir des opinions, valeurs, croyances et connaissances (en tant que produits cognitifs d’influences passées et présentes, transmis à travers la mémoire collective dans des contextes sociaux et historiques) selon une taxonomie oppositionnelle : douleur versus souffrance. Cette représentation sociale attachée à des inscriptions sociales contextualisées informe sur la façon dont les personnes soignées se construisent un savoir sur leur douleur leur permettant d’agir, de s’orienter dans leur trajectoire de vie, d’adopter des stratégies d’observance thérapeutique adaptées.

Méthodologie

Objectifs de la recherche

8Au regard de ce que nous venons de présenter, l’objectif principal de cette recherche était d’identifier les univers représentationnels (signification et images) de la douleur chez les patients hospitalisés d’un centre hospitalier universitaire d’une capacité de 2 860 lits et d’étudier leurs régulations en fonction des insertions spécifiques des individus dans un ensemble de rapports symboliques et sociaux.

Caractéristiques de l’échantillon

9Notre échantillon de personnes soignées se répartit selon une proportion d’homme (51 %) et de femmes (49 %). L’échantillon se compose de 244 sujets. Les réponses émanent de 124 hommes et de 120 femmes. La moyenne d’âge de notre échantillon se situe à 53,53 ans avec un écart type de 15,45 et une étendue allant de 21 à 87 ans. La médiane de notre échantillon se situe à 56,5 ans.

10Nous avons dans un deuxième temps, dichotomisé notre échantillon en deux sous-groupes intitulés douleur aiguë versus douleur chronique en nous appuyant sur la définition donnée par l’Association Internationale pour l’Etude de la Douleur (IASP) qui fait référence dans le domaine du soin et de la santé.

11La douleur aiguë d’installation récente, est considérée comme un signal d’alarme qui protège l’organisme. Nous avons posé comme principe que les personnes soignées prises en charge dans les services de chirurgie au temps T0 de notre étude (comme la chirurgie traumatologique, la chirurgie cardiaque, la chirurgie digestive, la chirurgie oncologique, les urgences…) présentaient des douleurs-symptômes. Ce sous-groupe porte le nom d’échantillon/chirurgie (douleur aiguë) et se compose de 107 sujets. Les réponses émanent de 52 hommes et de 55 femmes. La moyenne d’âge de cet échantillon se situe à 54,59 ans avec un écart type de 17,14 et une étendue allant de 23 à 83 ans. La médiane de cet échantillon/chirurgie se situe à 58 ans.

12Dans la douleur chronique, l’effet « nocif » du facteur temps apparaît très clairement : de manière conventionnelle, il est classique de fixer la limite séparant les douleurs aiguës et chroniques entre 3 et 6 mois. En fait, toute douleur rebelle à un traitement symptomatique et étiologique bien adapté, doit faire évoquer la notion de « Syndrome Douloureux Chronique ». Dans ce contexte, la douleur a perdu toute valeur protectrice. Elle est destructrice, dévastatrice tant sur le plan physique que psychologique et social. Nous avons posé comme principe que les personnes soignées prises en charge dans les services de médecine au temps T0 de notre étude (comme la rhumatologie, la diabétologie, la consultation HIV, la médecine interne, la dermatologie, la gynécologie…) présentaient des douleurs chroniques évoluant entre 3 et 6 mois. Ce sous-groupe porte le nom d’échantillon / Médecine (douleur = chronique/douleur-maladie) et se compose de 137 sujets. Les réponses émanent de 72 hommes et de 65 femmes. La moyenne d’âge de cet échantillon se situe à 53,08 ans avec un écart type de 14 et une étendue allant de 21 à 87 ans. La médiane de cet échantillon/médecine se situe à 55 ans.

Procédure et matériel

13Un questionnaire a été diffusé auprès des personnes soignées hospitalisées au sein du centre hospitalier universitaire de Toulouse. Le questionnaire a obtenu un « avis favorable de passation » après présentation du protocole de recherche aux membres du Comité d’Ethique de Recherche. L’anonymat des personnes et des structures investiguées ainsi que la confidentialité des données (information – respect et protection de la liberté des personnes se prêtant à une recherche – protection de l’anonymat et de la confidentialité des données – droit à l’auto-détermination) ont été respectés. Le questionnaire comprenait deux parties distinctes. La première visait à recueillir les données sociologiques des personnes soignées (âge, sexe, professions et catégories socio-professionnelles) ainsi que les variables contextuelles et situationnelles (insertion familiale, degré de la douleur au moment du remplissage du questionnaire à l’aide de l’échelle numérique simple). La deuxième partie était constituée d’une question singulière ouverte sur l’exploration de la mise en récit du vécu de la douleur et de ses implications sur le sujet (approche phénoménologique du versant subjectif de la douleur sous l’angle de la conscience et du vécu de la personne). Nous sommes partis de la conception de Le Grand (1989) : il y a existence du récit de vie dès lors qu’un sujet raconte à une autre personne, chercheur ou pas, un épisode de son expérience vécue. Le verbe inducteur « raconter » est ici essentiel. Il signifie que la forme discursive écrite par le sujet prend la forme narrative. La consigne sur le questionnaire était la suivante :

Voici quelques pages qui vous donnent libre expression sur le vécu et l’histoire de votre douleur. Prenez le temps de nous la raconter, avec vos mots, simplement.

Traitement des données

14Nous avons utilisé la version 4.7 du logiciel Alceste conçu par Max Reinert pour l’analyse qualitative des données textuelles. L’objectif est de quantifier un texte afin d’en extraire les structures signifiantes les plus importantes et de dégager ainsi l’information essentielle contenue dans le recueil. Dans la lignée des travaux de Benzecri (1973, 1982), Reinert a démontré que ces structures sont étroitement liées à la distribution des mots dans un texte et que cette distribution se fait rarement au hasard. L’hypothèse développée dans ce logiciel d’analyse lexicale automatique des données textuelles (questions ouvertes, œuvres littéraires, pièces de théâtre, articles de revues, essais, entretiens compréhensifs, récits de vie, etc.) consiste à considérer les lois de distribution du vocabulaire dans les énoncés d’un corpus comme une trace linguistique d’un travail cognitif de reconstruction d’un objet par un individu (Reinert, 1990, 1997). Cette méthode permet de mettre à jour les traces lexicales les plus prégnantes dans le corpus recueilli : les mondes lexicaux. Le logiciel va découper le corpus en fragments de taille relativement analogues, dits « unités de contextes élémentaires » (u.c.e). Ces unités sont ensuite classées selon une distribution statistique suivant une procédure descendante hiérarchique (la Classification Hiérarchique Descendante ou CHD). Le coefficient d’association d’un énoncé à une classe est calculé à partir d’un X² (Chi-deux de Karl Pearson) d’association, à un degré de liberté (ddl : 1), calculé sur un tableau de contingence croisant la présence ou l’absence du mot dans une Unité de Contexte Elémentaire (u.c.e) et l’appartenance ou non de cette u.c.e à la classe considérée. Un X² est également calculé pour rendre compte du lien des variables illustratives (dans le cas de notre étude : sexe de la personne soignée ; âge ; catégorie socioprofessionnelle ; statut matrimonial…).

Présentation des résultats

15L’ensemble des récits de vie des deux échantillons a été retranscrit intégralement, mot à mot, ce qui nous permis de nous immerger et de nous familiariser avec les données du corpus (lecture, relecture et premières annotations). Avant de lancer les premières analyses, la base de données a été formatée et nettoyée. Le texte a été mis en forme pour être exploitable (corrections orthographiques ; regroupement de termes ; codification des variables illustratives étoilées). Cette approche (nettoyer avant d’analyser) s’appuie sur la lecture des travaux de Reinert et les recommandations de Beaudouin, V. & Hébel, P. (1994) ; Beaudouin, V. & Lahlou, S. (1993) dans l’utilisation d’outil d’analyse textuelle comme Alceste.

CLASSES → CONTENUS → THEMES → LIENS

16Notre premier degré d’interprétation s’est basé sur une série d’éléments déterminants apportés par l’analyse Alceste comme :

  • Le poids de la classe lexicale à l’égard de l’ensemble du corpus (exprimé en pourcentage).

  • Le Chi carré d’appartenance d’un trait lexical (mot) à une classe.

  • Le vocabulaire spécifique de chaque classe.

  • L’incidence des variables illustratives (signalétiques) projetées sur le plan factoriel.

17Ces différents éléments nous ont permis de comparer et d’interpréter les réponses analysées dans un travail de mise en signification par rapport à notre objet d’étude et aux références théoriques ayant présidé à la construction de notre problématique. Notre raisonnement interprétatif des classes lexicales se traduit par le cheminement suivant :

18En complément de l’analyse Alceste, nous avons procédé à une analyse phénoménologique interprétative (I.P.A) dans la lignée des travaux de Smith (1995) et dans une approche descriptive-herméneutique qui favorise l’émergence de la subjectivité des personnes soignées interviewées à travers leur narration écrite. Notre analyse couplée s’accompagne d’un va-et-vient systématique entre les observations empiriques et les hypothèses interprétatives. Chaque classe de discours recoupe la thématique principale, les traits lexicaux typiques, les éléments conceptuels associés, les extraits in vivo… afin d’avancer pas à pas dans l’interprétation du corpus en passant « des mondes lexicaux aux univers thématiques référentiels » (Kalampalikis, 2003, p. 160). Les mondes lexicaux ont été dans un deuxième temps regroupés sous forme de thèmes. L’objectif de cette méthode « n’est pas le calcul du sens, mais l’organisation topique du discours à travers la mise en évidence des « mondes lexicaux ». Dans Alceste, le vocabulaire d’un énoncé constitue une trace, une référence, une activité, bref une intention de sens du sujet énonciateur » Kalampalikis (2003, p. 151).

Analyse classificatoire du corpus « Récit de vie » relatif à la représentation sociale de l’objet « douleur » de l’échantillon Médecine (douleur chronique)

19L’analyse Alceste a fait apparaître quatre classes lexicales distinctes. Nous avons procédé à une Classification Hiérarchique Descendante (CHD) pour laquelle nous avons considéré les X² qui nous ont paru les plus représentatifs de chaque classe au regard du X² moyen de la classe analysée.

Classe 1 : La douleur « existentielle » (32 u.c.e, X² moyen 6,81) : « L’irréductible solitude du sujet douloureux ».

  • 2 En référence au Code des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS) de l’INSEE, cette ca (...)

20Les personnes soignées de cette classe de discours narratif insistent sur des expressions qui concernent le fait de faire face (X² : 20,07) à la douleur. Le sujet épistémique évoque également la difficulté de dire (X² : 16,27) cette douleur qui se vit en silence (X² : 10,78) voire qui isole (X² : 16,27). Deux signes distinctifs concernent ces personnes soignées. Elles appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires2(X² : 7,55) et des étudiants (X² : 7,55). À un niveau de chi-deux plus faible, on note que leur moyenne d’âge oscille entre 36 et 45 ans.

« La pudeur ne nous invite pas à dire notre douleur et comment l’évaluer. C’est difficile de déposer son histoire, pierre par pierre. C’est un édifice fragile en reconstruction permanente » (Propos illustratif n° 1).

« Malgré tout l’amour que les autres peuvent vous porter, on est seul face à la douleur, car on est seul à la ressentir. Personne ne peut la prendre en charge » (Propos illustratif n° 2)

« Mon épouse m’aide. C’est bien peu. Un maigre soutien, parce que face à la douleur et à la souffrance, nous sommes seuls, isolés, écartés, un peu hors-la-vie, un hors-la-loi au milieu des biens portants » (Propos illustratif n° 3).

21Dans cette classe de discours, la douleur est perçue comme indissociable de l’expérience de la solitude. Il s’agit pour ce sujet type de faire face à la douleur. Cependant, en parler, la dire, la verbaliser, renvoie à ce qu’il y a de plus intime et de singulier chez le sujet. La douleur échapperait à toute traduction langagière et intellectuelle. La perturbation occasionnée par la douleur introduit dans le rapport à soi et aux autres, notamment les proches, une communication complexe. L’entourage proche serait perçu comme impuissant face à l’irréductible solitude et isolement du sujet souffrant. Par sa récurrence, la douleur deviendrait synonyme d’isolement et de souffrance morale, porteuse d’une potentielle « mise à l’écart » sociale.

Classe 2 : La douleur « état » (44 u.c.e, X² moyen 8,61) : « L’entre-deux-corps, médiateur de la douleur ».

22L’appréhension de la représentation sociale de la douleur dans cette classe concerne à la fois la dimension temporelle de la douleur avec des termes comme semaine (X² : 22,34), nuit (X² : 14,75), année (X² : 11) et l’aspect de l’atteinte physique et corporelle avec des termes comme dos (X² : 34,03), bras (X² : 22,34), ventre (X² : 11). Le sujet épistémique de cette classe de discours évoque la douleur comme l’expérience (X² : 18,52) d’une agression physique évoluant sous la forme de crises (X² : 26,20). Les variables illustratives de cette classe présentent des niveaux de Chi-deux d’association à la classe qui ne permettent pas d’isoler quelques caractéristiques notables.

« Deux semaines après, j’ai commencé à avoir des poussées au niveau de mon dos, de mon ventre, mon décolleté et mon cou, et j’avais des périodes de crises et des périodes de douleurs de trois à quatre jours non-stop » (Propos illustratif n° 1).

« Cela fait une vingtaine d’années que je souffre du dos. Cela a commencé par une simple lombalgie mal traitée à l’époque. Cela a dégénéré au fur et à mesure des années en crises de sciatique, jusqu’à l’opération de ma hernie discale récemment et qui malheureusement n’est pas résolue à l’heure actuelle » (Propos illustratif n° 2).

« Certes, je n’ai pas fait de poussée chaque année, mais à chaque fois, elles s’accompagnaient du lourd fardeau des douleurs. On pourrait s’imaginer qu’à force de crises successives, on apprivoise la douleur, qu’elle devient plus tolérable. L’expérience m’a démontré le contraire » (Propos illustratif n° 3).

23Le vécu de la douleur serait indissociable de la corporéité. Au croisement de la douleur « état » et de l’identité d’un sujet affirmé (dans son acceptation d’état de malade), la douleur est vécue dans un processus d’adaptation. Le corps-objet, médiateur de la douleur renvoie à la lésion localisable (le dos, le bras, le ventre, le cou, la tête…) et à cette existence matérielle d’un corps défini dans le temps et l’espace. La douleur serait un effet de corps désagréable.

Classe 3 : La douleur « fardeau » (33 u.c.e, X² moyen 6,89) : « La douleur en tant qu’appel à l’Autre ».

24L’appréhension de la représentation sociale de la douleur dans cette classe concerne à la fois la prégnance quotidienne (X² : 21,11) de la douleur et son impact dans la vie et l’histoire (X² : 8,90) du sujet. La douleur et son installation agissent également sur l’histoire de la famille (X² : 6,97). Cette douleur s’éprouve en termes de difficultés (X² : 15,69). Le sujet de cette classe de discours narratif évoque son impuissance (X² : 21,02). L’épreuve de la douleur est intimement porteuse d’un appel à l’aide, spirituel ou non spirituel (les termes : religion (X² : 11,54) ; Dieu (X² : 21,02) ; amour (X² : 10,34) observent un chi-deux d’association à la classe relativement élevé), familial ou non familial. Aucune caractéristique véritable permettant de préciser le profil des personnes soignées concernées n’est listée dans cette classe.

« Ma douleur c’est une inquiétude au quotidien. Une difficulté à vivre le quotidien. Une inquiétude. Vivre avec la douleur, vivre avec la limitation fonctionnelle, la fatigue au quotidien. Un fardeau. » (Propos illustratif n° 1).

« Quand je souffre, je pense à l’euthanasie. Souffrir, pourquoi ? Quand on est fichu. Je suis fort croyant, lorsque je souffre vraiment, je me confie à Dieu et à la Sainte Vierge. Je cherche un autre moyen. » (Propos illustratif n° 2).

« La religion n’est d’aucun secours. La douleur, outre l’impact physique et qu’elle puisse être insupportable tend à l’impotence et au handicap, vis-à-vis de soi-même et de sa famille » (Propos illustratif n° 3).

25Dans cette classe, l’ensemble des évocations illustre l’omniprésence d’une douleur « fardeau » qui se vit au quotidien occasionnant une diminution des capacités du sujet. Dans ce quotidien, il y a cet appel à l’Autre, spirituel ou laïque. Il est intéressant de constater que la référence à la religion est faite dans cette classe de discours. Soit sur un versant positif avec l’aide spirituelle qu’elle apporte et la recherche de la compassion, soit sur un versant plus critique avec sa dévalorisation en termes d’impuissance. La religion n’offrirait qu’un soutien partiel chez ces sujets dont l’existence est bouleversée professionnellement et familialement.

Classe 4 : La douleur « partagée » (94 u.c.e, X² moyen 4,92) : « La plainte au centre de l’épreuve singulière ».

26Il s’agit de la classe la plus importante. Elle s’oppose au bloc des classes 1 et 3. Ce sont les termes de souffrance (X² : 11,24) et le verbe souffrir (X² : 5,03) qui font résonance dans cette classe de discours. La représentation sociale de la douleur est déterminée par son influence contextuelle. Elle est présente dans le cadre de la maladie (X² : 6,76) notamment la maladie du cancer (X² : 7,17). La douleur est convoquée également dans son acception comme « ouverture au monde » avec l’utilisation transversale d’un certain nombre de termes à fort chi-deux (vie (X² : 17,60) ; santé (X² : 5,94). Dans le périmètre de cette classe gravite la notion de parcours de vie et le caractère universel de cette douleur. Elle est présente, omniprésente dans toutes les formes de l’existence. Elle fait partie de la vie. Dans cette perspective, la représentation sociale de la douleur est marquée d’une centration sur le corps (X² : 5,64) comme une entité autonome avec dans son expression les maux (X² : 7,17) et la mise en mots (X² : 9,31). Un signe distinctif concerne ces personnes soignées. Elles sont inactives, à la retraite (X² : 12,11). À un degré de Chi-deux plus faible, elles ont entre 56 et 65 ans.

« La douleur donne à la vie sa toute-puissance. Elle est féconde, éternellement mouvante. Elle est acte de foi narcissique » (Propos illustratif n° 1).

« Le cri, les râles ou le gémissement sont des formes rudimentaires du langage qui parle une douleur du corps, une parole de ce qui se vit subjectivement dans un discours de souffrance » (Propos illustratif n° 2).

« La douleur, c’est une perte au sens du deuil de ce qu’on était avant, à ce qu’on est aujourd’hui. C’est un peu un passage, vers autre chose. La perte du désir, une perte de repères. Toute une vie en repérage accompagnée de souffrances » (Propos illustratif n° 3).

27Dans cette classe, la douleur est appréhendée dans le partage du somatique et du psychologique, sur la juste frontière entre douleur et souffrance, dans l’humanité singulière et dans la genèse de l’expérience critique du sujet. L’approche est phénoménologique. Le discours narratif est distancié presque analytique. Il englobe le constat en termes de définition de la douleur et le bilan en termes d’expérience de la vie. La douleur est une donnée, un contenu du vécu. L’éprouvé douloureux dans sa dialectique douleur/souffrance se donnerait comme une figure de l’altérité. La douleur s’inscrirait dans l’événement biographique et la conscience du sujet. Elle ferait sens.

Figure 1 : synthèse de la Classification Hiérarchique Descendante

Figure 1 : synthèse de la Classification Hiérarchique Descendante

Corpus « Récit de vie » Echantillon Médecine

Analyse classificatoire du corpus « Récit de vie » relatif à la représentation sociale de l’objet « douleur » de l’échantillon Chirurgie (douleur aiguë)

28Ce corpus a été analysé comme le précédent selon les mêmes paramètres logiciels. Il a donné lieu à la création de trois classes lexicales distinctes.

Classe 1 : La douleur « prévenue » (34 u.c.e, X² moyen 7,79) : « Une adaptation antalgique et éducative centrée sur le sujet algique ».

29Les personnes soignées de cette classe de discours narratif, insistent sur des expressions qui concernent directement la prise en charge thérapeutique de la douleur aiguë. Les termes intervention (X² : 15,18) ; opération (X² : 9,95) ; chirurgie (X² : 8,90) délimitent les repères d’une douleur circonscrite dans le temps et dans sa dimension situationnelle. Le vécu de la douleur tel qu’il est exprimé dans les propos recueillis prend corps dans la description des praxis soignantes. L’équipe (X² : 17,93), l’infirmier (X² : 14,07) sont des acteurs de soins incontournables. L’utilisation transversale d’un certain nombre de termes à fort chi-deux (morphine ® (X² : 47,15) ; calmer (X² : 18,40) ; médicament (X² : 12,63) rend compte de l’importance de la prise en charge thérapeutique. Par ailleurs, le sujet type évoque également la composante psychologique (X² : 13,39) de cette douleur (X² : 9) malgré l’efficience de la prise en charge en termes de prévention, de réduction de soulagement de celle-ci. Trois signes distinctifs concernent ces personnes soignées. Elles vivent en couple (X² : 11,03) et sont mariées (X² : 12,19). À un niveau de chi-deux plus faible, on note qu’elles ont également des enfants (X² : 8,25).

« La morphine, je dis que pour quelqu’un qui est en piteux état, c’est le meilleur calmant parce que cela libère totalement l’esprit du corps » (Propos illustratif n° 1).

« Les soignants sont professionnels. Les infirmières sont des pédagogues, elles m’expliquent tout, me font des dessins. Je me sens écoutée, moins banalisée comme patiente. J’ai de l’importance à leurs yeux. Il y a de la psychologie, de la compréhension. On sent l’équipe derrière vous et avec vous » (Propos illustratif n° 2).

« Ma douleur, je peux la gérer jusqu’à un certain point, par des techniques de relaxation, par la respiration, des massages, de l’écoute de son corps. Ce n’est plus la peine pour moi de me polluer avec la morphine. Ce que je n’arrive pas à gérer c’est ma douleur psychologique » (Propos illustratif n° 3).

« … Celles-ci ne sont pas forcément calmées par des antalgiques. De plus comme le répit est de courte durée, une douleur psychologique vient se greffer » (Propos illustratif n° 4).

30Dans cette classe, la douleur est appréhendée dans le contexte spécifique de la période pré et post-opératoire et sur la nécessaire adaptation antalgique et éducative du sujet algique. La morphine ® (X² : 47,15) en tant qu’antalgique opiacé de palier III constitue le terme phare de cette classe de discours. Cet opioïde fort bénéficie d’une image positive d’efficacité en lien avec sa capacité à procurer un soulagement rapide pour affronter la douleur, mais également les craintes, les peurs et les doutes qu’elle suscite. Le contrôle de la douleur ne s’arrête pas à une bonne application de la prescription médicale. Si elle rend la douleur plus acceptable, la morphine® ne l’éradique pas pour autant. Le sujet épistémique de cette classe de discours évoque le souhait d’une prise en charge globale de sa douleur dans ses deux aspects fondamentaux : physique versus psychologique.

Classe 2 : La douleur « légitimée » (37 u.c.e, X² moyen 6,75) : « La normalité souffrante ».

31Ce sont les termes de normal (X² : 34,82) et de souffrir (X² : 31,75) qui font résonance dans cette classe de discours. La représentation sociale de la douleur est ancrée dans un lieu contextualisé, ici l’hôpital (X² : 16,36). Les variables illustratives de cette classe présentent des niveaux de Chi-deux d’association à la classe qui permettent d’isoler quelques caractéristiques notables. Le sujet épistémique de cette classe de discours est un homme (X² : 9,46), dont l’âge est supérieur à 65 ans (X² : 9,42). Il est actuellement à la retraite (X² : 8,74).

« Il est normal de souffrir à l’hôpital. Je considère la souffrance comme une réalité objective et les antalgiques, les calmants doivent amener la souffrance à un niveau de confort acceptable » (Propos illustratif n° 1).

« Il est tout à fait normal de souffrir à l’hôpital car l’équipe soignante peut intervenir à tout moment. Aussi bien dans le privé que dans les hôpitaux, la bonne qualité de soins se voit » (Propos illustratif n° 2).

« Après certains actes ou traitements, il est normal que l’on souffre à l’hôpital mais il est normal qu’on nous soulage » (Propos illustratif n° 2).

« Lorsqu’on arrive à l’hôpital, c’est pour se faire soigner. La première chose à faire c’est d’avoir un traitement pour ne plus souffrir » (Propos illustratif n° 3).

32Dans cette classe, la douleur est appréhendée sous l’angle de la « normalité souffrante ». Le sujet type de cette classe adhérerait à l’idée selon laquelle il est « normal de souffrir à l’hôpital ». Dans cette classe de discours, le sujet épistémique englobe le normal et le souffrir. Non seulement le sujet conscientise l’anomalie par rapport à son état habituel. Il souffre. C’est un fait. La douleur est signal. Mais il estime que dans le contexte d’une hospitalisation, il est normal de souffrir. Tout se passe dans ce paradoxe. La souffrance, le souffrir seraient légitimes.

Classe 3 : La douleur « morale » (118 u.c.e, X² moyen 4,15) : « La douleur physique n’est pas la souffrance ».

33Pour ce corpus « récit de vie » de l’échantillon chirurgie, il s’agit de la classe la plus importante. Elle s’oppose au bloc des classes 1 et 2. Ce sont les termes de douleur morale (X² : 10,52) ; de douleur physique (X² : 5,31) et de leur impact sur l’entourage (famille (X² : 7,03) ; enfants (X² : 5,03) ; gens (X² : 5,03) qui font résonance dans cette classe de discours. Le sujet de cette classe de discours narratif évoque l’aide spirituelle ou non spirituelle de la religion (les termes : catholique (X² : 4,37) ; croyant (X² : 4,37) observent un chi-deux d’association à la classe supérieur au chi-deux moyen de la classe). Plusieurs signes distinctifs concernent ces personnes soignées. Il s’agit avant tout d’un sujet épistémique féminin (X² : 13,44), célibataire (X² : 10,06), ne vivant pas en couple (X² : 17,24), sans enfant (X² : 11,02). Il est à noter que ces variables illustratives observent un fort chi-deux d’association à la classe.

« La douleur, c’est difficile d’en parler ou de l’écrire. Je crois qu’on ne peut pas en parler à des gens. Les gens qui n’ont jamais rien eu, ils ne peuvent pas comprendre » (Propos illustratif n° 1).

« Je préfère taire ma douleur à mes enfants et à mon entourage, ex-mari compris car je ne souhaite pas les effrayer et n’attends guère de soutien de leur part » (Propos illustratif n° 2).

« On n’exprime pas les émotions, les sensations de la même façon à sa compagne, au médecin, à l’infirmière. Exprimer sa douleur à la famille et à son entourage apporte son lot de difficultés » (Propos illustratif n° 3).

« Je me sens désintéressée. Je n’ai plus de motivation, ni d’énergie, parfois j’implore le saint du ciel, la religion catholique. C’est la vie qui nous cabosse, nous donne des bosses » (Propos illustratif n° 4).

34Dans cette classe de discours, la douleur physique s’intrique à la vraie souffrance, morale, inévitable, intruse. Cette douleur morale se porte ou se supporte. Elle pèse sur le quotidien, sur l’entourage, sur le sentiment d’existence. Si la douleur physique renvoie à l’effraction du corps, le sujet type de cette classe de discours nous relate l’effraction de la psyché dans sa douleur morale. Outre le souci de ne pas exposer les proches à un spectacle pénible, l’ébranlement de la souffrance morale pourrait de surcroît museler la parole de la personne soignée dans ce qu’elle vit et éprouve.

Figure 2 : synthèse de la Classification Hiérarchique Descendante

Figure 2 : synthèse de la Classification Hiérarchique Descendante

Corpus « Récit de vie » Echantillon Chirurgie

Discussion

35Même si les éléments présentés au-dessus ne représentent qu’une brève partie de l’étude entreprise, les résultats dans leur visée compréhensive produisent des éléments de réflexion non seulement pour le domaine de l’éducation à la santé et de l’éducation thérapeutique des personnes soignées, de l’éducation et de la formation des professionnels de santé mais également à des fins d’application praxéologique dans le domaine de la prise en charge de la douleur, le soin et l’accompagnement.

36La représentation sociale de la douleur ne viendrait pas de « rien » et ne s’enracinerait pas sur une table rase. Cette forme de connaissance rencontre un « déjà-là pensé », un système de pensée sociale pré-existant. « La représentation sociale est avec son objet dans un rapport de « symbolisation », elle en tient lieu, et « d’interprétation », elle lui confère des significations. Ces significations résultent d’une activité qui fait de la représentation une « construction » et une « expression » du sujet » (Jodelet, 1989, p. 61). Au terme de cette étude, la douleur se donnerait à voir dans une figure dynamique, en constante évolution dont les interactions, les transactions, les rétroactions entre quatre dimensions augurent d’une approche complexe.

  • La dimension phénoménologique : convoque la recherche de sens de la douleur et la compréhension de son enjeu existentiel dans une interrogation philosophique phénoménologique : Pourquoi le sujet souffre-t-il ? Quelle justification donner à cette douleur ? Quelle légitimité a-t-elle ? C’est dans la texture psychologique, dans le fait de conscience que s’inscrirait l’appréhension de la douleur du sujet. Dans cette appréhension phénoménologique, l’organisation interne de la représentation sociale de la douleur soulève deux conceptions antagonistes et complémentaires : à la fois un modèle préjudiciable où la douleur serait une anomalie qui isole le sujet et un modèle bénéfique où la douleur serait vécue comme un obstacle qui est l’occasion d’un combat, d’une résistance voire d’une adaptation pour retrouver des normes d’existence acceptables, mais également l’occasion d’une initiation à une meilleure connaissance de soi dans un développement personnel.

  • La dimension praxéologique : convoque la perspective pragmatique recherchée d’un soulagement de la douleur par des moyens médicamenteux (thérapeutiques, antalgiques, morphine©) et par des moyens non-médicamenteux (l’appel au lien dans son assistance relationnel, dans un accompagnement centré sur l’écoute, l’aide et le soutien). La dimension pragmatique de la prise en charge de la douleur constituerait un guide opératoire indispensable de l’action soignante, de l’évaluation de son efficacité pour repérer les obstacles et les leviers à une prise en charge de la douleur efficiente.

  • La dimension biologique : convoquerait la douleur dans sa double acception : une douleur aiguë, dite symptôme qui alerte le sujet sur un dommage potentiel physique ; une douleur chronique dite maladie dont le vécu est indissociable de la corporéité. L’histoire perceptive du sujet vis-à-vis de sa douleur s’organiserait ainsi autour du corps à la fois point de référence et socle de son expérience du monde. Ce pôle biologique inscrirait la douleur dans une explication rationnelle qui polarise les comportements du sujet, l’oriente dans son existence vers des adaptations nécessaires en fonction de la gêne occasionnée et/ou du handicap.

  • La dimension culturelle : convoquerait la douleur dans son appréhension bio-psycho-sociale. L’âge, le sexe, les conditions de vie et de travail, le statut matrimonial joueraient un rôle dans la portée interprétative de la représentation sociale de la douleur. Le choix attitudinal, la perception et l’évaluation de cette douleur seraient assujettis au vécu et à l’expérience de vie du sujet. Chaque situation douloureuse singulière immerge l’homme dans une relation intime de face-à-face entre cette dimension culturelle (son appartenance culturelle, sa confession, son origine de classe…) et la dimension biologique.

37La relation de soin du xxie siècle se situe dans une approche modulée entre le modèle ontologique scientifique (la maladie est perçue comme une entité en totale indépendance du corps qui la porte. Elle est jugée autonome) et le modèle hippocratique, à visée plus humaniste, dans lequel la maladie fait partie des objets naturels du monde. Le contexte de la relation de soin ne se limite pas à l’échange d’informations verbales ou non verbales. Plus que de conduire le changement, il s’agit ici d’accompagner les personnes soignées à appréhender et à comprendre les quatre dimensions évoquées supra de la signification de la douleur. Cette démarche d’accompagnement (inscrite dans le sillage de la psychologie humaniste qui introduit le souci de l’Autre) en tant que pratique professionnelle facilitant le changement et le processus de renforcement des capacités de la personne soignée dans l’acquisition de l’autonomie, l’appropriation des savoirs et des compétences pourrait tenir compte de trois axes éducatifs essentiels au cours de la réalisation concrète d’« ateliers thérapeutiques » :

  • Un axe éducatif à orientation psychologique et existentielle : inscrit dans une activité communicationnelle, dans l’interaction, dans l’intercompréhension et prenant en compte la connaissance de la personne soignée (« ce qu’elle est » dans ses affects, ses représentations, ses ressources, ses capacités, ses manques, ses besoins, son projet de vie…). En considérant la personne soignée acteur et auteur de son projet de vie et de soins, mais aussi « patient apprenant et expert » de sa douleur, l’intervention éducative en santé pourrait s’appuyer sur la triade pédagogique : Information – Apprentissage – Compréhension.

  • Un axe éducatif à orientation didactique et cognitive : inscrit dans une activité pédagogique s’intéressant aux processus d’apprentissage de la personne soignée et prenant en compte le « comment » la personne soignée apprend (« ce qu’elle sait »), connaît et mémorise de sa douleur. La posture du sujet s’inscrivant ainsi dans une posture d’acteur autonome et d’auteur capable de stratégie et d’initiatives.

  • Un axe éducatif à orientation technique et portant sur les aptitudes et les savoir-faire procéduraux : inscrit dans la répétition des gestes techniques, dans l’habileté manuelle (par exemple : se servir d’une pompe PCA de morphine à délivrance commandée en discontinue) et prenant en compte le domaine du savoir expérientiel et le vécu de la personne soignée dans ses apprentissages des gestes élémentaires d’auto-soin (« ce qu’elle fait »).

38L’ensemble des évocations discursives donnerait également à voir le bénéfice escompté d’une stratégie politique de formation centrée sur la professionnalisation des acteurs du soin et de la santé par le détour formatif, tout en instaurant une culture qualité dans l’évaluation des pratiques professionnelles. Loin d’exclure le in situ de la réflexion au cours des colloques d’équipe, l’accompagnement au changement pourrait se traduire concrètement par la mise en œuvre de groupe d’analyse des pratiques (Gap) transdisciplinaire permettant au praticien une mise à distance de ses pratiques (dans l’explicitation), la mise en confrontation des représentations sociales (personnes soignées versus professionnels de santé) et une relecture plus théorique de son activité. Par ailleurs, face à l’impuissance à dire, face à l’expérience existentielle de la douleur de la personne souffrante, face à ce présent figé, l’analyse clinique de l’activité serait une approche pédagogique à appréhender dans la formation initiale et continue des professionnels de santé (Diplôme universitaire de prise en charge de la douleur) et des médecins.

Conclusion

39Tout projet d’accompagnement dans « l’espace de négociation » que représente la relation de soin devrait prendre en compte les enjeux psychosociaux liés aux statuts et aux rôles de chacun des acteurs (personnes soignées/professionnels de santé) et nécessiterait de composer avec les représentations que ces derniers élaborent sur la douleur et la souffrance. La double visée de cette recherche, à la fois pour former les acteurs et pour optimiser les pratiques s’est enrichie de la pertinence de la dimension théorique convoquée (les représentations sociales) dans la situation concrète considérée. Face à une question existentielle pour le sujet comme la douleur, la souffrance, la fin de vie… la mise à jour des opinions, croyances, valeurs, connaissances et des pratiques sociales des acteurs concernés souligne l’enjeu et l’intérêt d’appréhender l’influence des représentations sociales sur le domaine de la prise en charge de la douleur. L’interrogation des systèmes représentationnels associés à l’objet « douleur » permet une meilleure compréhension des enjeux propres aux personnes soignées en termes de compliance thérapeutique dans le cadre de la relation de soins et de l’espace thérapeutique. En effet, dans la relation de soins et d’accompagnement, les représentations sociales donnent des points de référence au travers desquels une personne soignée communique avec un médecin ou un professionnel de santé paramédical en lui permettant de se situer et de situer son « monde ». Cette ligne épistémologique suppose alors l’explicitation et la mise à jour des praxis d’accompagnement sur les plans émotionnels, sociaux, idéologiques et politiques. Dans le champ des sciences de l’éducation, cette approche ouvre le champ des possibles.

Haut de page

Bibliographie

Ardoino, J. (1963). Propos actuels sur l’éducation. Paris, : L’Harmattan.

Benzecri, J.-P. (1982). Histoire et préhistoire de l’Analyse des Données. Paris : Dunod.

Benzecri, J.-P. 1973). L’Analyse des Données. Tome 1 et 2. Paris : Dunod.

Beaudouin, V. & Hébel, P. (1994). Avancées en analyse lexicale, Cahiers de recherche CREDOC, C61.

Beaudouin, V. & Lahlou, S. (1993). L’analyse lexicale : outil d’exploration des représentations, Cahiers de recherche CREDOC, 48 et 48bis.

Dany, L. & al. (2008). Représentations, attitudes et pratiques associées aux soins palliatifs : une enquête auprès des responsables d’unités et d’équipes des soins palliatifs en France, dans Médecine Palliative, Soins de support – Accompagnement – Ethique, volume vii (3), 130-139.

Dany, L. & al. (2006). La souffrance : représentations et enjeux, Revue de recherche en soins infirmiers, 84, 91-104.

Dany, L. & al. (2005). Cancer et chimiothérapie : entre représentations et croyances, Revue Francophone de Psycho-oncologie, 4, 302-304.

Dany, L. & al. (2005). Patients et médecins face à la chimiothérapie, Journal International sur les Représentations Sociales, 2 (1), 58-67.

Dany, L. & al. (2004). Le travail infirmier en service d’oncologie : un travail sur et par la souffrance, Actes de colloque, Congrès Santé et Travail, Metz-Luxembourg : 22-24 novembre.

Dany, L. & Cannone, P. (2003). L’étude des représentations de la chimiothérapie : une voie d’analyse des relations entre patients atteints de cancer et médecin oncologues, Actes de colloque du 2e Congrès de Psychologie de la Santé de Langue Française, Metz, France.

Doise, W. (1990). Les représentations sociales, dans R. Ghiglione, C. Bonnet & J.-F. Richard, (Eds.), Traité de psychologie cognitive, Tome 3 : Cognitions, représentation, communication. (pp. 111-174). Paris : Dunod.

Doise, W. (1986). Les représentations sociales : définitions d’un concept. Dans W. Doise, & A. Palmonari (dir). L’étude des représentations sociales. Lausanne : Delachaux et Niestlé.

Doise, W. (1982). L’explication en psychologie sociale. Paris : PUF.

Jodelet, D. (1989). Les représentations sociales. Paris : Presses Universitaires de France.

Kalampalikis, N. (2003). L’apport de la méthode Alceste dans l’analyse des représentations sociales. Dans J-C. Abric (Sous la dir. de), Méthode d’étude des représentations sociales. (pp. 147-163). Ramonville Saint-Agne : éd. Erès.

Le Breton, D. (2006). Anthropologie de la douleur, Paris : Métaillé, coll. Sciences Humaines (Réédition de 1995, revue et complétée).

Le Grand, J.-L. (1989). Glossaire commenté, dans G. Pineau et G. Jobert (dir.). Les histoires de vie, T. II. Paris : L’Harmattan.

Moscovici, S. (1961). La psychanalyse : son image et son public. Paris : PUF.

Morin, M. & Apostolidis, T. (2002). Contexte social et santé. Dans G.-N. Fischer (dir.). Traité de la psychologie de la santé. (pp. 463-490). Paris : Dunod

Morasz, L. (2003). Prendre en charge la souffrance à l’hôpital. Paris : Dunod.

Morasz, L. (2002). La souffrance dans la relation soignant-soigné. Dans G.-N. Fischer (sous la dir.), Traité de psychologie de la santé. (pp. 405-424). Paris : Dunod

Morasz, L. (1999). Le soignant face à la souffrance, Paris : Dunod.

Reinert, M. (1997). Les mondes lexicaux des six numéros de la revue « Le surréalisme au service de la révolution », dans Cahiers du centre de recherche sur le surréalisme (Mélusine). (pp. 270-302) Lausanne : éditions l’Age d’Homme.

Reinert, M. (1990). Alceste, une méthode d’analyse des données textuelles. Application au texte Aurélia de Gérard de Nerval, Bulletin de méthodologie sociologique, 26, 25-54.

Ricœur, P. (1994). La souffrance n’est pas la douleur, Autrement, Série Mutations, 142, 58-69.

Smith, J. (1995). Semi-structured interviewing and qualitative analysis. Dans J. Smith, R. Harré & L. Van Langenhove (eds. 1999), Rethinking methods in Psychology. (pp. 9-26). London : Sage.

Tremblay, P. & Garnier, C. (2005). Représentation de la douleur chronique : commentaire à partir des notions de système de représentations et de représentations professionnelles, Journal International sur les Représentations Sociales, 2 (1), 97-99.

Haut de page

Notes

2 En référence au Code des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS) de l’INSEE, cette catégorie regroupe les instituteurs, les professions intermédiaires de la santé et du travail social, le clergé, les religieux, les professions intermédiaires administratives de la fonction publique, les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises, les techniciens, les contremaîtres, les agents de maîtrise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : synthèse de la Classification Hiérarchique Descendante
Légende Corpus « Récit de vie » Echantillon Médecine
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/593/img-1.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 2 : synthèse de la Classification Hiérarchique Descendante
Légende Corpus « Récit de vie » Echantillon Chirurgie
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/593/img-2.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Péoc’h, « Représentations sociales de la douleur », Les dossiers des sciences de l’éducation, 31 | 2014, 81-99.

Référence électronique

Nadia Péoc’h, « Représentations sociales de la douleur », Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 31 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dse/593 ; DOI : 10.4000/dse.593

Haut de page

Auteur

Nadia Péoc’h

Docteure en Sciences de l’Education, praticienne-chercheure, formatrice des professionnels de l’accompagnement, membre associé du CREN de l’Université de Nantes, France.
peoch.n@chu-toulouse.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals