Navigation – Plan du site
Varia

Les jurys de VAE face aux candidats : quelles lectures de l’expérience ?

Regard ethnographique
Gilles Pinte
p. 141-156

Résumés

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) représente une quatrième voie de certification, après la formation initiale, continue et celle en alternance, qui permet d’obtenir la totalité d’un titre, d’un diplôme ou d’une certification professionnelle. Parfois qualifiée de révolution culturelle à sa mise en place il y a dix ans, le dispositif cherche un second souffle. Les pouvoirs publics ont la volonté d’augmenter le volume de candidatures à la VAE et le nombre de diplômes et de titres accessibles par cette voie de certification. D’un autre côté, nombre de candidats assimilent le processus à un parcours du combattant. Si les études et recherches commencent à bien identifier les enjeux, les motivations ou les freins pour les candidats à entamer une démarche de VAE, peu de travaux portent sur le fonctionnement des jurys. Pourtant, pour les membres de jury, la VAE ne semble pas être un allant-de-soi. Les jurys ne sont pas homogènes ni dans leur constitution, ni dans leur approche par rapport à l’esprit de la VAE. A partir d’entretiens réalisés auprès de membres de jurys, il semble intéressant d’identifier les points qui paraissent importants pour ces acteurs de la VAE dans leur lecture de l’expérience des adultes qu’ils ont en face d’eux lors des jurys.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

VAE, jury, évaluation, ethnographie
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les forums de discussion sur la VAE croulent sous les questions de candidats qui cherchent à savoir comment ils seront évalués lors du passage devant un jury. Les réponses des candidats qui ont fait l’expérience de ces jurys sont tout aussi variées. Pour certains, le plus important c’est le dossier. Pour d’autres, c’est la posture d’un bon professionnel (sic) qu’il faut avoir. D’autres internautes conseillent de se montrer humbles devant le jury ou d’autres encore de « gonfler » certaines activités… Difficile pour un candidat de se retrouver dans ce maquis de conseils ! De l’autre côté de la barrière, les enseignants ou les professionnels qui sont sollicités pour siéger dans un jury de VAE sont souvent perplexes quant à leur rôle. Le terme jury ferait penser que l’on serait, dans le champ de l’éducation et de la formation, en terrain connu. Il existe quantité de jurys à l’université dont l’organisation et le fonctionnement paraissent ne plus poser problème : jury de recrutement, jury de fin de semestre… Pour ces jurys, les règles de fonctionnement et de décision semblent instituées. Le passage d’un candidat à la VAE devant un jury continue à poser la question de la validité, au sens de la véracité de ce qui est présenté dans le dossier. C’est très souvent cet argument qui est mis en avant par les enseignants ou les professionnels qui sont sceptiques sur la VAE. Ces arguments sont pertinents dans la mesure où la VAE se base sur du déclaratif. Au même titre que le contribuable, tenu en droit fiscal, de faire la preuve de sa situation, il incombe ici au candidat de démontrer son aptitude ou ses compétences par des preuves d’acquis de son expérience. La question de la preuve étant problématique, on peut supposer que c’est à un autre niveau plus général que va s’opérer l’évaluation de ce que le candidat a annoncé. Mayen (2009) estime également que le jury de VAE constitue également une forme nouvelle de jury qui mérite d’être pensée entre continuités et ruptures : « Qu’est-ce qui est semblable et qu’est-ce qui diffère d’avec les jurys scolaires ? Qu’est-ce que les jurys peuvent tirer de leur expérience et que doivent-ils en transformer pour agir de manière satisfaisante ? » (p. 161). Nous pouvons rajouter : quels sont les facteurs ou les critères qui font qu’un jury va accorder plus ou moins la globalité d’un diplôme ? Faut-il que le dossier soit le plus proche du référentiel du métier ou de la formation ou que le candidat au contraire s’en détache ? Les jurys accordent-ils une importance à l’âge du candidat ? Les membres du jury sont-ils influencés par la qualité rédactionnelle des dossiers de VAE ? Au final, quelles questions se posent les membres des jurys de VAE ?

  • 1 DUT en Gestion des Entreprises et Administrations.
  • 2 Responsables Ressources Humaines : cadres chargés d’une fonction RH telles que la GPEC ou la format (...)

2Nous avons interrogé 14 membres de jurys de VAE pour des diplômes d’université qui siègent dans des jurys de DUT GEA1, de Licence professionnelle et de Master en ressources humaines. Ces membres de jurys sont pour moitié des enseignants à l’université (professeurs agrégés, maîtres de conférences et professeurs des universités) et des professionnels des ressources humaines (consultants, RRH2 et DRH). Les entretiens ont eu lieu en deux temps, dans l’objectif de laisser un temps pour la représentation spontanée et un autre pour un regard plus distancié : une première phase d’une heure pour expliciter l’objet de cette recherche et pour dresser l’historique de leur participation à des jurys de VAE ; un deuxième temps d’une heure a été consacré à un entretien semi-dirigé sur les expériences marquantes positives ou négatives qu’ils ont vécues et les éléments saillants qu’ils recherchent pour vérifier la validité et la qualité des expériences qu’ils ont à connaître. Un autre angle d’analyse est celui de notre propre participation à des jurys de VAE en tant qu’enseignant depuis la mise en œuvre du dispositif. Dans ce cadre nous nous situons dans une posture de recherche inductive afin de tenter une problématisation du fonctionnement d’un jury de VAE.

3Il ne s’agit pas dans cette démarche de donner un bilan chiffré ou d’étayer des théories globales, mais de présenter sur un mode impressionniste ou pointilliste une réalité complexe et contradictoire. Cette approche vise à donner la parole aux acteurs et à prendre au sérieux leur propre interprétation de la situation qu’ils vivent sans la juger comme un simple objet d’étude. Comme l’explique Boumard (1989), c’est en recoupant les informations produites et révélées par les différents acteurs de la réalité sociale, les savants de l’intérieur, dans la mesure où eux seuls détiennent les éléments de ce qui se passe au quotidien dans cette réalité et les éléments de connaissance apportées par les chercheurs venus de l’extérieur, avec la mise en évidence de différences, voire de contradictions, ainsi que d’éléments du contexte qui révèlent des problèmes tacites, et que l’on appelle des « analyseurs », que l’on pourra tenter de produire des clés de compréhension de la situation, autrement que sous forme d’arguments idéologiques, politiques, corporatistes, voire affectifs. D’un point de vue ethnométhodologique, les individus régulent leurs interactions par le biais de la réciprocité. Ces interactions sont permanentes et permettent aux acteurs de construire des règles implicites. Les valeurs auxquelles les acteurs adhèrent sont produites par eux et créent ainsi des systèmes sociaux qui sont mouvants. Lorsque j’agis avec autrui, je participe à la construction de mon identité sociale, mais aussi à celle de mon interlocuteur et je deviens une partie de la mosaïque de ce qui s’appelle la société. Ainsi la société est produite localement et toujours en transformation. Les acteurs de la VAE sont aussi des sociologues à l’état pratique. Ils font des choix, arbitrent et décident à tout moment. Dans cette recherche, nous nous situons dans une démarche inductive telle qu’elle a pu être théorisée par les sociologues de l’Ecole de Chicago ou par les chercheurs en ethnologie ou en ethnographie de l’éducation pour qui le travail de terrain a une place primordiale dans le travail sociologique comme l’a montré Chapoulie (1984) notamment. Dans une posture ethnométhodologique, nous considérons que les membres des jurys sont capables de « rendre compte » de leurs conduites et de leurs actions. Les entretiens qui ont été menés ont été conçus dans une orientation non-directive. Nous n’avons pas souhaité donner une grille avec des catégories, mais nous avons pensé préférable de laisser les membres des jurys nous expliquer ce qui pour eux était important dans l’appréciation de l’expérience des candidats.

4Nous avons non seulement cherché à recueillir des témoignages, mais aussi essayé de comprendre comment les membres de ces jurys construisaient leurs argumentations au fur et à mesure qu’ils les vivaient de jury en jury. Bien entendu, il s’agit de comprendre comment les jurys objectivent leurs décisions, comment ils retiennent tel événement du parcours d’un candidat comme marqueur d’acquisition de compétences ou rejettent tel autre. Comme l’indiquent Demazière et Dubar (2007) : « Les entretiens ne nous livrent jamais des « faits » mais des mots. Ces mots expriment ce que le sujet vit ou a vécu, son point de vue sur le « monde » qui est « son monde » et qu’il définit à sa manière, en même temps qu’il l’apprécie et qu’il tente de convaincre son interlocuteur de sa validité » (p. 7).

Des procédures de VAE qui sont aujourd’hui institutionnalisées dans les organismes certificateurs

  • 3 Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques. La Dares est une directio (...)
  • 4 Rapport pour la Dares, 2006, «  la VAE : un analyseur des évolutions du droit de la formation profe (...)
  • 5 Loi n°  92-678 du 20 juillet 1992 et décret du 26 mars 1993.
  • 6 Les textes notamment ne définissent pas ce que sont les acquis ou les acquis de l’expérience.
  • 7 Inspection Générale de l’Administration de l’Education Nationale et de la Recherche.

5Le rapport pour la Dares3 intitulé « La VAE : un analyseur des évolutions de la formation professionnelle4 » a montré que les textes juridiques qui encadraient la VAE étaient assez flous et restaient également assez imprécis dans les décrets d’application. Si les auteurs du rapport constatent que, pour l’Université et l’enseignement supérieur, le législateur a prévu des dispositions spécifiques, ils soulignent néanmoins que « force est de constater que faute d’une circulaire interprétative et dans l’attente de clarifications de la justice administrative, les universités ont eu des lectures très différentes des textes. » Les universités ont interprété des règles et des principes qui, malgré la coordination que représente, par exemple pour le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Conférence des directeurs de services de formation continue universitaire, sont spécifiques à chaque université. Les accompagnateurs en VAE reconnaissent eux-mêmes qu’ils sont passés par une phase artisanale pour créer leurs outils ingénieriques d’explicitation de l’expérience (Pinte, 2009). Ils utilisent, pour certains, les méthodologies d’analyse du travail. Pour d’autres, ce sont les histoires ou les récits de vie qui sont utilisés ou encore les méthodes liées au bilan de compétences. Autant les textes juridiques de 1992 et 19935 étaient précis, autant les nouveaux textes de 2002 ont une portée plus générale6. Ainsi, l’article L613-4 du Code de l’éducation stipule que « le jury se prononce au vu d’un dossier constitué par le candidat, à l’issue d’un entretien avec celui-ci ». C’est bien le dossier qui constitue la preuve qui doit convaincre le jury de la pertinence de demande. Cherqui-Houot (2006) ou encore Figari et Pouget (2009) ont montré les difficultés et les complexités internes à la transformation de l’expérience en entités lisibles par les jurys. D’ores et déjà, nous pouvons supposer que le principe d’une décision adoptée par un jury peut faire l’objet de plus ou moins de subjectivité. Dans cette posture, Auras (2007) distingue trois formes de jurys aux liens plus ou moins souples avec les textes juridiques : le jury légaliste qui s’en tient aux textes, le jury pragmatique qui tient compte du projet du candidat et le jury interprète libre qui va adapter sa décision au gré des situations en faisant parfois fi des textes et en se retranchant derrière sa souveraineté. Cette modélisation est bien sûre idéale-typique dans la mesure où les jurys de VAE, contrairement à d’autres jurys sont des jurys ad hoc. Ils sont constitués au fur et à mesure des besoins. Il est vrai que l’on rencontre souvent un rapport de force entre ces trois formes de jurys puisque les membres d’un même jury peuvent aussi avoir des visions très différentes du dispositif de VAE. On peut aussi observer pour un même membre de jury un déplacement dans ces formes de jury selon son ancienneté dans un jury de VAE : les nouveaux membres de jurys se retranchent souvent dans la posture légaliste alors que les membres présents depuis 2003 oscillent entre l’interprétation libre et le pragmatisme. De manière plus institutionnelle, l’IGAENR7 a été saisie en 2010 par le médiateur de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur sur cette question du fonctionnement des jurys de VAE. A l’issue de leurs auditions et de leurs observations, les rapporteurs (p. 16-17) dressent un idéal-type du fonctionnement d’un jury à l’université :

  • Les membres du jury ensemble (10 minutes environ, un peu moins lorsque plusieurs candidats présentant des similitudes se succèdent, un peu plus dans un cas « difficile »)

6Rapport de l’un des membres du jury sur le candidat et son dossier devant les membres qui ont tous lu ou parcouru le dossier auparavant.

Echanges entre les membres du jury pour cibler le questionnement prévisionnel au candidat.

  • Accueil du candidat

  • Présentation par le candidat (15 minutes environ)

Le jury écoute la présentation sans intervenir, sauf en cas de dérive dans le temps accordé au candidat.

  • Echanges entre le candidat et le jury (20 à 30 minutes environ)

7Le jury commence par des questions qui lui permettent de s’assurer que le candidat connait bien le dossier et son contenu, afin de s’assurer de la réalité de l’expérience décrite. Ce qui a été identifié positivement est alors supposé acquis, et le questionnement va plutôt s’orienter vers les « creux », c’est-à-dire les domaines de compétence dans lesquels le candidat semble, au vu du dossier, être moins aguerri afin de préparer les décisions concernant la compensation éventuelle ou les limites de la validation.

  • Sortie du candidat

  • Les membres du jury ensemble (10 minutes environ, jusqu’à beaucoup plus dans un cas « difficile »)

8Le président du jury demande successivement à chacun des membres du jury leur position, leurs commentaires, puis complète et construit dans un dialogue avec les membres la proposition de décision. La décision est toujours prise par un accord unanime entre les membres. En cas de validation partielle, la prescription pour la validation totale ultérieure est construite.

  • Retour du candidat (certains jurys se lèvent pour respecter la tradition, lors du prononcé de la décision du jury)

  • Les membres du jury en présence du candidat (3 à 10 minutes environ)

9Le président du jury commente au candidat ce qui a été apprécié, ce qui a manqué ou a été moins apprécié, puis annonce la décision du jury. En cas de validation partielle, la prescription qui a été préparée par le jury est décrite et expliquée, et le nom d’un ou plusieurs correspondants pour la mise en œuvre de la prescription est fourni au candidat.

Les paradoxes de l’évaluation dans la démarche de VAE

10Dans une démarche VAE, c’est au candidat, dans une posture déclarative, d’apporter la preuve devant le jury de ce qu’il a appris personnellement. Comme les textes officiels, tels que les articles 5 et 6 (extraits) du décret 2002-590 le précisent dans le cas de l’université : « Tout jury de validation comprend une majorité d’enseignants-chercheurs ainsi que des personnes ayant une activité principale autre que l’enseignement et compétentes pour apprécier la nature des acquis, notamment professionnels, dont la validation est sollicitée ». (…) « Le jury de validation procède à l’examen du dossier du candidat et s’entretient avec lui sur la base du dossier présenté. Lorsque l’établissement l’a prévu, une mise en situation professionnelle réelle et reconstituée du candidat est organisée ».

11La VAE a la particularité par rapport à la formation initiale d’être un système qui dissocie le processus de certification du processus de formation. La VAE et ses procédures ne sont pourtant pas des caisses d’enregistrement de savoirs, savoir-faire ou savoir-être mais des moyens de reconstruire ces compétences sous une autre forme. Pour L’IGAENR (2011) la VAE bouscule les organisations de formation : « Presque tout, dans la VAE, suit une logique qui inverse non seulement les raisonnements, mais aussi les organisations mises en place selon les logiques naturelles du processus habituel conduisant de la formation à la certification » (p. 3). La difficulté dans l’évaluation tient pour une part dans la nature de l’expérience. Par la VAE, on donne forme à une chose informe, plus ou moins consciente, que l’on appelle l’expérience. Pour Lainé (2005), il y a deux sortes d’expériences dans la VAE, une expérience première et une expérience seconde. La construction du dossier de validation représente le passage de l’une à l’autre et la réinterprétation d’un matériau brut. Pour Prot (2009, p. 15), c’est l’activité d’abstraction au sens de Vygotsky qui permet à un candidat de faire valider les acquis de son expérience ; l’abstraction étant considérée à la fois comme une condition de l’évaluation et comme le début d’un double développement potentiel des connaissances, vers l’action et l’apprentissage des concepts. Pour ces auteurs, l’expérience ne se donne pas comme un fait déjà construit. Alors la question est de savoir quel est le point de rupture à partir duquel l’expérience se fait compétence ? Le problème également est de faire la part entre l’activité prescrite et l’activité réellement exercée dans le contexte du travail. On observe souvent dans les jurys de VAE une différence assez nette de responsabilité ou d’autonomie dans le travail entre des candidats qui ont les mêmes intitulés de poste ou les mêmes fiches de postes. Ainsi par la démarche de VAE, on transforme en un produit socialement visible une expérience plus ou moins consciente ou affinée. Cette transformation est à la fois individuelle par la réflexivité personnelle du candidat, mais aussi co-construite avec l’accompagnateur. Si des interactions sont observables entre les candidats et les accompagnateurs en VAE, il en existe d’autres entre le candidat et le jury lors de l’entretien qui dépassent la lecture stricto sensu du dossier de VAE.

12Plusieurs questions objectives se posent alors à un jury de VAE et ce, avec plusieurs niveaux de lecture ; les candidats vont mettre en scène leur soutenance selon cette grille de lecture :

  • Les emplois occupés correspondent-ils à ceux liés au diplôme ?

  • Les activités décrites correspondent-elles à celles des emplois occupés par des diplômés de certifications visées ?

  • Les connaissances, aptitudes, compétences mobilisées dans les activités correspondent-elles en nature et en niveau à celles du diplôme ?

  • La diversité de l’expérience d’un candidat permet-elle de faire état de sa compétence et de son adaptabilité à d’autres emplois ?

13D’autres aspects sont plus difficiles à objectiver dans la mesure où les acquis de l’expérience, principalement cognitifs, sont difficiles à observer et parfois même à vérifier dans une situation de simulation. Ils peuvent éventuellement être traduits par des gestes, des façons de faire, d’être ou bien par des façons de dire… Comment le jury peut-il avoir la preuve que le candidat possède bien les compétences qu’il affiche dans son dossier ? N’y a-t-il pas un risque que des candidats trichent sur leurs acquis ? Ces questionnements sont évidemment légitimes dans la mesure où par exemple les guides de méthodologie « grand public » sur la VAE mettent en avant que les candidats doivent « se vendre ». A interpréter certains guides, une bonne démarche de VAE serait le fruit d’une bonne démarche marketing de l’individu… Il y a alors des risques de détournement du dispositif par des candidats au tempérament « commercial » très développé.

14La VAE est à la fois une pratique qui s’appuie sur des textes juridiques et une pratique sociale où se jouent des interactions. La VAE tient d’une posture narcissique mettant en avant le souci de soi que prônait Foucault (1984) qui modifie l’identité pour soi et pour autrui. Pour Kaufmann (2004), le soi se bricole à travers la construction de son identité. La VAE par nature valorise le soi pour des adultes en quête d’identité et de reconnaissance. Les procédures de VAE consistent en des pratiques d’auto-évaluation de son parcours, de son projet et de sa singularité. Il s’agit de montrer en quoi son expérience est atypique et digne de reconnaissance. Ces enjeux sont sources pour les candidats d’espérance, mais aussi de craintes qui entrainent nombre d’abandons en cours de procédures. Ce travail sur soi est très vite perçu par les candidats comme une transformation de soi avec ses potentialités, mais aussi ses dérives. On peut aussi analyser un jury de VAE selon la posture de Goffman (1974) analysant les scènes de la vie quotidienne : « La perspective adoptée ici est celle de la représentation théâtrale ; les principes qu’on en a tirés sont des principes dramaturgiques » (p. 9). Pour reprendre l’image de Goffman, on peut comparer la soutenance devant le jury à une représentation théâtrale, car c’est le jury, c’est-à-dire le public, qui va accepter l’acteur, le valider. La présentation de soi a un effet dramatique qui va être travaillé par le candidat. Un candidat après une soutenance nous a indiqué : « Quand je me suis préparée pour la soutenance, j’ai répété devant mon mari ma présentation. Il m’a aidée dans la mesure où il m’a indiqué que je n’insistais pas suffisamment sur tel ou tel point. On a longtemps hésité sur le fait que je sois assise ou debout le jour de la soutenance. Finalement, on a opté pour la deuxième solution qui me rendait plus dynamique. » Un autre a insisté sur la fréquence de ses répétitions : « Durant les trois semaines qui ont précédé la soutenance, j’ai répété mon texte tous les jours en me filmant avec une caméra ».

15Le jury a un rôle de légitimation ou de délégitimation de l’expérience du candidat et donc quelque part de son parcours biographique. Comme l’indique un pompier de 38 ans ayant une expérience de vingt ans qui, selon lui, a échoué au Bac Pro Sécurité et prévention : « Les choses sont claires pour moi, je ne me représenterai pas. Assez de honte devant mes enfants, ma femme, ma famille, mes collègues. » Ainsi, comme l’avaient démontré Personnaz, Quintero et Séchaud (2005), l’issue de la VAE est souvent incertaine alors que l’investissement du candidat est vécu comme lourd. En cas d’échec, les voies de recours sont très faibles. Ainsi, un candidat ayant échoué totalement à la validation des acquis de son expérience a voulu contester cette décision du jury auprès du ministère responsable de la certification qu’il visait. Un arrêté du Conseil d’État n° 304154 du 3 juillet 2009 a rappelé que la décision de validation des acquis est fondée sur la délibération du jury souverain. De fait, cette décision administrative ne peut être entachée d’erreur de droit et ne peut donc pas être annulée par un juge.

16Derrière le cadre légal et réglementaire qui permet à tout individu de demander la validation de ses acquis expérientiels, derrière les procédures d’accompagnement et de soutenance devant un jury, se jouent bien également des enjeux en termes de souci de soi et de construction identitaire pour les membres des jurys. Quelles sont les relations entre un jury et un candidat, comment le jury va-t-il évaluer un candidat, comment le candidat perçoit-il le jury ?

Quelles questions se posent les jurys ?

17Les membres des jurys interviewés sont présents dans les jurys depuis 2003 ou 2004. Un peu plus de la moitié d’entre eux a avoué avoir eu une opinion assez négative de cette nouvelle procédure de certification qui semblait « très molle au niveau de la méthodologie » ou encore être le « résultat d’une volonté politique sans en penser les modalités ». Un autre membre de jury a mis en avant ce que beaucoup d’enseignants pensaient au début de la mise en place du dispositif « Encore un dispositif pour dévaloriser les diplômes ! ».

  • 8 Les professionnels interrogés ne se définissent pas comme des autodidactes, mais plutôt comme des p (...)

18Dans cet échantillon apparaît une segmentation assez nette entre jury universitaire et jury professionnel à cette période de mise en place de la VAE, c’est-à-dire en 2003-2004. Les membres de jury professionnel paraissaient plus ouverts à cette voie de certification8 que les universitaires. Quelques années plus tard en 2012, les positions semblent inversées. Les professionnels semblent plus vigilants, notamment sur les postures éthiques liées à leur profession et leur métier et les universitaires davantage préoccupés par les savoirs et les connaissances prérequis à une telle démarche. Les professionnels sont sensibles à un échange sur les pratiques professionnelles. Les jurys universitaires précisent poser des questions généralistes au début pour arriver à des points plus pointus à la fin. Ce n’est que par le langage que le jury va apprécier et valider des compétences techniques ou des compétences relationnelles, comme le management d’équipes par exemple. Les jurys aiment que le candidat démontre une vision large du métier : « Le plus dur c’est de constater que certaines personnes ne sont pas dans des organisations qui leur permettent de développer des compétences et là c’est dur, par ce que les candidats paraissent méritants. D’autres candidats se présentent trop vite et on voit assez vite qu’ils n’ont pas suffisamment d’expérience. » Les membres de jurys qui sont des professionnels paraissent plus vigilants sur l’attribution des diplômes que les membres enseignants, sous l’aspect des considérations de valeur du diplôme sur le plan économique mais aussi déontologique. Ainsi un DRH d’une PME indique : « Quand un diplôme est attribué en totalité, ce n’est pas seulement un parchemin, c’est aussi le droit pour le candidat de se réclamer d’un métier avec ses contraintes, son éthique. » Un autre cadre précise : « S’il on donne trop de validation totale, le diplôme va finir par être dévalorisé. »

19La catégorie des enseignants se scinde en deux groupes. Il y a d’un côté les enseignants qui marquent une importance forte, sinon exclusive pour les savoirs théoriques et la connaissance : « Comment peut-on être un bon cadre des ressources humaines sans avoir des bases en droit ? » D’autres ont une attitude plus proche de celles des professionnels comme ce maître de conférences en droit : « Ce qui importe, c’est l’acquisition de compétences professionnelles. Qu’elles soient assises sur des connaissances ou des savoirs, je m’en fiche complètement. J’ai souvent croisé des syndicalistes qui connaissaient la jurisprudence en droit social mieux que des avocats. Donc, ce qui m’intéresse, c’est que le candidat soit un professionnel efficace, quelle que soit la façon dont il appris le droit social ! »

Des acteurs à l’influence importante : le conseiller en VAE et le président du jury

20L’influence ou la réputation du conseiller VAE qui a assuré l’accompagnement est forte, comme le souligne un enseignant en communication : « On sait qu’avec Nathalie M., elle a le niveau et les compétences pour amener des candidats à une VAE quasi-totale, elle a une expérience professionnelle et un Master en psychologie du travail, et puis elle sait dire à des candidats qu’ils ont peu de chances d’avoir 10 % de validation par rapport à leur expérience au sens strict ou par rapport à leurs capacités de réflexion. En plus, elle sait les ramener vers des dispositifs de formation continue. Donc, lorsque je vois un des dossiers qu’elle a suivi, je sais qu’il y a un travail sérieux en amont. »

21Le président de jury semble avoir un rôle très important dans la hiérarchisation des critères. Les théories sur l’évaluation (Barbier, 1985 ; Figari, 1994) montrent que celle-ci est très liée à la comparaison (comparaison entre candidats, comparaison par rapport à une norme, à un référentiel). Autant le référentiel paraît être de l’ordre de l’institué, autant il semble que d’autres critères d’évaluation soient plus implicites comme par exemple le degré de maîtrise des compétences. Les critères d’évaluation sont multiréférentiels. Un président de jury pour un Master indique : « J’ai depuis 2003 élaboré des critères d’évaluation que j’ai modifié pratiquement après chaque jury que je communique toujours aux autres membres des jurys avant le passage des candidats. En fait les motivations et les parcours des candidats sont tellement singuliers que l’on ne peut pas se contenter d’une grille d’évaluation unique. Il faut l’adapter au maximum. Sinon, notre rôle sera celui d’un pilote d’avion, d’un médecin ou d’un mécanicien qui ne fera qu’une check-list de compétences. » Un autre président de jury invite les membres de jury à se réunir avant pour discuter du dossier et avoir une vision à froid du jury.

Un facteur important : l’âge du candidat

22Les jurys paraissent aussi être attentifs à l’âge des candidats. Cela paraît même être un facteur discriminant dans la procédure de VAE. Il semble y avoir un lien étroit entre l’âge du candidat et le fait qu’il obtienne une validation totale ou non. Contrairement à la problématique des seniors en entreprise en termes d’employabilité, il vaut mieux être quinquagénaire que trentenaire devant un jury de VAE. Ainsi des candidats qui ont moins de trente ans paraissent suspects pour les membres des jurys interrogés : « Je me souviens d’un jeune homme et d’une jeune femme sur la même demi-journée qui avaient 27 ans et qui semblaient très motivés, mais j’avais des doutes sur leurs réelles capacités. J’avais l’impression qu’ils voulaient échapper à la formation » ; « Jusqu’à 35 ans, je pense que les salariés devraient suivre une formation continue. On devrait réserver la VAE aux personnes qui sont dans le dernier quart de leur vie professionnelle. » ; « Valider un diplôme après seulement 3 ans d’expérience, comme le veut la loi, est une erreur. Il faudrait préciser aux candidats qu’il faut au moins 6 ou 7 ans d’expérience pour avoir une chance de valider un diplôme dans sa quasi-totalité. »

La VAE comme exercice oral ?

  • 9 Voir à ce sujet notre étude (Pinte, 2009) sur la professionnalisation des accompagnatrices en VAE.

23On pourrait penser que les jeux sont joués avant la soutenance, il n’en est rien : les membres des jurys sont souvent surpris en positif ou en négatif par la présentation du parcours. Sur les quatorze membres de jurys interrogés, six reconnaissent accorder assez peu d’attention aux dossiers écrits des candidats, non pas par désintérêt mais par conscience que le travail d’accompagnement du candidat par une conseillère VAE peut avoir un impact sur l’écrit. Un maître de conférences témoigne : « A chaque jury, je lis la veille le dossier en diagonale. Je vérifie surtout si la forme est respectée. Je lis les trois activités décrites, mais je sais aussi que les candidats ont été aidés par des accompagnatrices9 et je sais que certaines sont plus compétentes que d’autres pour l’aide à la formalisation de l’expérience. Donc, je me réserve pour la soutenance devant le jury. Je sais que là, à moins d’être très fort, on ne peut pas tricher. » Un autre professionnel indique : « C’est vrai que le dossier est maintenant devenu quelque chose de très formaté et donc très formel ; je lis à chaque fois bien sûr et je prépare des questions mais finalement je les pose rarement lors de la soutenance. J’en ai d’autres qui viennent lorsque j’écoute le candidat lors de la soutenance. »

Trois façons d’appréhender la VAE

24On retrouve dans les jurys différentes postures face à l’esprit de la VAE. Certains membres de jurys sont sensibles aux objectifs de promotion sociale : « Moi, ce qui me fait décider au final de la validation totale ou partielle, ce n’est pas le dossier, mais le parcours du candidat et pour être plus précis, si je sens que le candidat a eu un parcours méritant. Par exemple je me souviens d’une candidate qui a expliqué pourquoi elle n’a pas pu, pour des raisons familiales, faire des études après un bac qu’elle avait obtenu avec une mention. Elle a ensuite été à l’usine et petit à petit, elle a accédé à des postes à responsabilité. Même si je suis conscient qu’elle avait des lacunes par rapport au référentiel de la formation. J’ai voté pour lui donner une validation totale. ». Un autre membre de jury fait part de la capacité d’autoformation des candidats : « Je pars du principe que lorsque l’on a à faire à des autodidactes, il ne faut pas essayer de remplir chaque case du référentiel de formation en se demandant s’il a les compétences ou pas pour chaque UE. C’est une population qui sait s’autoformer. J’ai d’ailleurs souvent été surpris par des candidats qui m’ont avoué n’avoir jamais eu d’expérience par rapport à telle ou telle UE, mais qui ont lu des livres sur le sujet pendant leur préparation du dossier. Finalement, quand je pense que beaucoup d’étudiants en formation initiale ne lisent pas un seul bouquin des bibliographies que je donne, je n’ai aucun scrupule à accorder une validation totale. »

  • 10 Le ROME est le répertoire des métiers du Pôle Emploi, anciennement ANPE.

25Une deuxième catégorie de membres de jury, qu’ils soient universitaires ou professionnels, est orientée vers les notions de compétences et leurs capacités à être transférables. On pourrait s’attendre de la part de professionnels des ressources humaines et d’enseignants de filières en ressources humaines à une définition stabilisée… Tel n’est pas le cas. Si une des définitions de la compétence paraît se concevoir comme la capacité à mobiliser des savoirs ou des savoir-faire dans des contextes particuliers, il n’en reste pas moins que la compétence est parfois un concept valise. Ainsi, la définition de la compétence n’est pas la même pour tous les membres des jurys. Pour certains, la compétence, c’est la façon d’utiliser des connaissances, des savoirs théoriques. Pour d’autres, ce sont les aptitudes, les habiletés développées par l’expérience. Enfin, la compétence peut aussi se traduire par un savoir-être, un comportement selon des membres de jurys : « On vérifie, davantage que les savoirs, si le candidat est capable de transférer des compétences » ; « Ce que je vérifie, c’est d’abord la méthode, c’est-à-dire les procédures que le candidat met en place pour résoudre un problème ou élaborer une stratégie, ensuite les aspects techniques, la maîtrise des outils, mais là c’est plus difficile, car on ne pose pas de questions de contrôle. Dernière chose que je vérifie, ce sont les qualités de communication et notamment le contrôle dans la relation de communication. » Un autre enseignant considère que l’on est encore dans une phase préhistorique de validation des acquis : « On aura franchi un grand pas lorsqu’on ne validera plus un diplôme via un référentiel de formation mais directement un métier via par exemple les fiches métiers du ROME10 ! » Les professionnels qui sont aussi souvent des intervenants dans la formation concernée affirment qu’ils ont tendance à évaluer les compétences des candidats selon le référentiel de formation autant qu’avec leur expertise du métier. Cependant, lorsqu’on les interroge sur ce référentiel de formation, la connaissance précise de certains points reste assez floue. Cette constatation vaut également pour des enseignants de cette filière qui connaissent bien la partie qui concerne leurs enseignements, mais assez peu les autres.

26Une dernière catégorie se définit par son orientation liée au projet du candidat. « Ce qui m’intéresse dans la VAE, c’est le projet ! » : voilà ce que disent en substance les membres de jurys qu’ils soient enseignants ou professionnels : « On est plus souple avec un candidat qui nous dit que derrière sa VAE, il a un projet de formation dans les mois ou les années qui viennent ». Un autre membre est encore plus catégorique : « Il n’y a rien de pire lorsque l’on demande à candidat s’il suivrait un parcours de formation en cas de validation partielle et qu’il nous répond non ! »

27L’esprit de la promotion sociale est davantage porté par des enseignants et des enseignants-chercheurs qui sont déjà impliqués et, ce depuis longtemps, dans les dispositifs de formation continue. C’est d’ailleurs une des craintes soulevées par les rapporteurs de l’IGAENR : « Au niveau des établissements d’enseignement supérieur, des difficultés de mobilisation des enseignants-chercheurs commencent à apparaître, ceux historiquement engagés dans la mise en œuvre de la VAP puis de la VAE faisant progressivement valoir leurs droits à la retraite. Le renouvellement chez les jeunes enseignants-chercheurs est chaque jour plus difficile, ce type de mission n’intervenant à aucun moment dans la valorisation de leur carrière alors que, à l’opposé, la montée en puissance des réponses à appel d’offres pour la recherche les mobilise de manière croissante » (2011, p. 8).

La VAE est aussi un exercice difficile pour les jurys… mais qui régénère les pratiques pédagogiques

28Hormis les aspects techniques d’évaluation, les jurys de VAE représentent des situations où les charges émotionnelles sont fortes. Parmi les témoignages intéressants, celui d’un jeune agrégé qui souligne : « Je n’aime pas les jurys de VAE parce que à chaque fois j’ai les larmes aux yeux quand je vois l’émotion des candidats quand on leur accorde une validation totale. » Un autre membre de jury indique sa difficulté à siéger dans les jurys de VAE : « C’est beaucoup plus dur de juger des adultes que des étudiants en formation initiale, parce que lorsque l’on valide très partiellement un candidat, on lui laisse entendre que sa vie professionnelle est peu intéressante et c’est très violent à recevoir de leur part et de plus parfois, c’est uniquement leur environnement de travail qui n’est pas qualifiant ! »

29Nous avons également constaté comme Cherqui-Houot (2009) que les universitaires « estiment majoritairement que les activités qu’ils ont menées dans le cadre des dispositifs de VAE, d’accompagnement comme de jury, sont de nature à féconder leurs pratiques pédagogiques traditionnelles en direction des étudiants » (p. 87). Ainsi, les représentations sur les dispositifs de VAE évoluent et nous avons aussi recueilli des témoignages qui montrent que les membres de jury peuvent aussi réévaluer leurs pratiques pédagogiques à l’aune de leurs propres expériences dans les jurys : « Ce qui me plaît dans les jurys de VAE, c’est que je peux réutiliser devant des étudiants en formation initiale, voire en formation initiale ce que m’ont dit des candidats à la VAE ; c’est-à-dire que je peux expliquer aux étudiants en quoi des connaissances ou des savoirs peuvent être transposés dans une pratique professionnelle. Pour être honnête, je dois avouer qu’il y a quatre ans j’étais plutôt contre ce système de validation. »

Pour ne pas conclure…

  • 11 Expression qu’André Gorz aimait à rappeler dans les entretiens où on lui demandait comment il avait (...)
  • 12 www.pratiques-de-la-formation.fr/IMG/pdf/VAE_charte_Deontologie_jury.pdf

30La faiblesse numérique de notre échantillon ne permet pas de dresser des conclusions définitives, mais quelques pistes de travail et interrogations qui restent à approfondir. En définitive, dans la procédure de validation aussi bien le candidat que les membres du jury bénéficient d’une marge de manœuvre ou d’appréciation. C’est bien à une analyse et à une évaluation polyforme et multicritère que se livre le jury. L’entretien doit permettre de repérer la cohérence du choix des expériences sélectionnées, de vérifier leurs validités internes et externes ; c’est-à-dire de déterminer si les activités présentées dans le dossier sont bien porteuses de compétences qui correspondent aussi au référentiel du diplôme. Les membres du jury co-construisent eux-mêmes des critères d’évaluation à partir des prestations orales des candidats. L’incertitude, le flou, inhérents au registre de la compétence et à une définition précise des acquis de l’expérience s’inscrivent dans l’application et la pratique du droit à la VAE. Finalement le « bricolage » de la construction de connaissances propre à l’autodidaxie11 paraît se refléter dans les procédures d’évaluation mises en œuvre dans les jurys de VAE ; bricolage non dénué de préoccupations éthiques et docimologiques… Préoccupations qui apparaissent dans la récente charte de déontologie des membres de jury de validation des acquis de l’expérience édictée par le Comité interministériel pour le développement de la VAE12. C’est également ce que suggère Mayen (2009) : « Sur le plan pratique, un jury qui fonctionne est un jury dans lequel chacun peut exprimer ses jugements et les critères et indicateurs qui permettent de les justifier. Ceux-ci sont d’abord à trouver dans les manifestations concrètes du candidat (écrit, oral, action en situation quand c’est le cas) » (p. 162). Il y a certes un équilibre à trouver parmi les méthodologies d’instrumentation. Certaines semblent plus souples comme les histoires ou les récits de vie, d’autres sont plus rigides comme les carnets de compétences qui sont définis dans les branches d’activités et qui représentent des listes de connaissances technologiques ou de savoir-faire que l’on maîtrise ou que l’on est en train d’acquérir. Sans cet équilibre, la richesse de la VAE risque, soit d’être noyée dans un excès de formalisation académique, voire « ingénierique », qui rendrait bureaucratique la mise en parole, en mots, en gestes de l’expérience, soit d’être dévalorisée socialement si les conditions d’évaluation paraissent trop souples. Liétard (2000) compare la VAE à la philosophie asiatique : « Il y a dans la reconnaissance et la validation des acquis un côté Yin et un côté Yang. Elle sert au développement personnel des individus côté Yin, elle sert la rationalité économique côté Yang. (…) La reconnaissance et la validation des acquis se révèlent à l’examen une mayonnaise sociale douteuse, mais qu’on se doit de touiller, parce qu’on a besoin de mayonnaise » (p. 158). La VAE représente un « laboratoire inédit » (Cherqui-Houot, 2001) pour les sciences de l’éducation et notamment pour la recherche sur l’évaluation et l’identification des savoirs. Une docimologie de la VAE reste à inventer entre l’évaluation sommative (le bilan des acquisitions de l’adulte qui peut se faire sous forme de certificats de travail, de mise en situation professionnelle ou encore d’appréciations de diplômes antérieurs) et l’évaluation formative (l’accompagnement de l’adulte pour lui permettre de progresser lui-même en lui faisant prendre conscience de ses acquis, mais aussi de ses lacunes). Les organismes certificateurs ont bien avancé sur ce chantier depuis 2002, même si les pratiques à terme devront être harmonisées pour respecter les règles d’équité d’obtention des diplômes. Cela étant, c’est la présentation du projet qui paraît la plus importante pour le jury, peut-être davantage que l’adéquation des compétences avec les référentiels de formation. Finalement et paradoxalement, c’est davantage l’avenir à travers le projet que l’on évalue que le passé à travers l’expérience. Comme le souligne Prot (2007), le passage devant le jury n’est pas une fin en soi : « La validation des acquis n’est pas un port d’arrivée, le terminus d’une expérience qui obtiendrait enfin l’ovation d’un jury chargé de lui adresser des félicitations sociales trop souvent refusées par les employeurs. Au contraire, elle constitue elle-même une épreuve, au sens très précis d’une « condition de preuve » dans laquelle l’expérience, pensée autrement, devient plus disponible et se trouve engagée vers le renouvellement de l’action professionnelle et vers des formations complémentaires » (p. 200-201).

Haut de page

Bibliographie

Auras, E. (2007). L’invention d’une norme sociale : les acteurs de la VAE dans une université. In F. Neyrat (dir). La VAE. La reconnaissance d’un nouveau droit. (pp. 399-418). Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant.

Barbier, J.-M. (1985). L’évaluation en formation. Paris : PUF.

Boumard, P. (1989). Les savants de l’intérieur (l’analyse de la société scolaire par ses acteurs). Paris : Armand Colin.

Chapoulie, J-M. (1984). Everett Hugues et le développement du travail de terrain en sociologie. Revue Française de Sociologie, vol. XXV, 582-608.

Cherqui-Houot, I. (2009). Actes de validation à l’université : un modèle entre le savoir, la personne et le collectif. In R. Bélisle, J.-P. Boutinet (dir). Demandes de reconnaissance et validation d’acquis de l’expérience. (p. 87). Québec : Presse universitaire Laval.

Cherqui-Houot, I. (2001). Validation des acquis de l’expérience et universités : quel avenir ? Paris : L’Harmattan.

Demazière, D. et Dubar, C. (2007). Analyser les entretiens biographiques. Québec : Les Presses de l’Université de Laval.

Elias, N. (1987). La société des individus. Paris : Fayard.

Figari, G. et Pouget, M. (2009). Reconnaissance des acquis : quel processus de formalisation ? Complexités et tensions. In L. Mottier Lopez et M. Crahay, Evaluations en tension : : entre la régulation des apprentissages et le pilotage des systèmes. (pp. 203-217). Bruxelles : De Boeck Université.

Figari, G. (2010). De l’analyse de l’expérience à l’évaluation des acquis : une recherche de nouveaux savoirs. Transformations, 4, 15-32.

Foucault, M. (1984). Histoire de la sexualité. Tome III : Le souci de soi. Paris : Gallimard.

Fourel, C. (2009). André Gorz. Un penseur pour le xxie siècle. Paris : La Découverte.

Froment, B., Cervel, J.-F., Pradeaux, H. et Ravat, J.-C. (2011). Le fonctionnement des jurys de VAE. IGAENR : Rapport 2011-125. Paris : MEN.

Goffman, E. (1974). La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Editions de Minuit.

Kaufmann, J-C. (2004). L’invention de soi. Une théorie de l’identité. Paris : Armand Colin.

Lainé, A. (2005). VAE, quand l’expérience se fait savoir. Ramonville Saint Agne : Editions ERES.

Liétard, B. (1999). La reconnaissance des acquis, un nouvel espace de formation ? In P. Carré et P. Caspar (dir.). Traité des sciences et des techniques de la formation. (pp. 453-470). Paris : Dunod.

Liétard, B. (2000). Savoirs et compétences en éducation, formation et organisation. Paris : Editions Démos.

Lipovetsky, G. (2004). Les temps hypermodernes. Paris : Grasset.

Mallet, J. (2007). Postures et compétences des jurys VAE universitaires : d’évaluateur à accompagnateur. Pratiques de formation. Analyses. N° spécial sur la VAE.

Mayen, P. (2009). Jurys de VAE. In J.-P. Boutinet (dir). L’ABC de la VAE. (pp. 161-162). Toulouse : Editions ERES.

Personnaz, E., Quintero, N., Séchaud, F. (2005). Parcours de VAE, des intinéraires complexes, longs, à l’issue incertaine, Bref, n° 224.

Pineau, G., Liétard, B. et Chaput, M. (1997). Reconnaître les acquis. Démarches d’exploration personnalisée. Paris : L’Harmattan.

Pinte, G. (2002). La VAE comme point de rencontre entre deux conceptions de la formation des adultes qui se sont opposées à travers l’histoire : la formation professionnelle continue et l’éducation permanente. Education Permanente, 150, 95-106.

Pinte, G. (2009). Quelle professionnalisation pour les accompagnateurs en VAE ? ». Actualité de la Formation Permanente, 216, 54-63.

Prot, B. (2007). Expérience et référentiel : le problème de Galilée. In F. Neyrat, La VAE. La reconnaissance d’un nouveau droit. (pp. 199-218). Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant.

Prot, B. (2009). La double vie du collectif dans les acquis individuels. In R. Bélisle et J-P. Boutinet (dir). Demandes de reconnaissance et validation d’acquis de l’expérience. Pour qui ? Pour Quoi ? (pp. 15- 41). Université de Laval : PUL.

Tardy, A. (1996). Lectures et pratiques du droit de la formation continue. Sa place dans les sciences de l’éducation. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 DUT en Gestion des Entreprises et Administrations.

2 Responsables Ressources Humaines : cadres chargés d’une fonction RH telles que la GPEC ou la formation par exemple.

3 Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques. La Dares est une direction du ministère du travail français qui a pour fonction de construire des statistiques sur le marché du Travail.

4 Rapport pour la Dares, 2006, «  la VAE : un analyseur des évolutions du droit de la formation professionnelle  », Jacques M-H., Lamy, Y., Marchan, F., Neyrat, F., Pauliat, H.

5 Loi n°  92-678 du 20 juillet 1992 et décret du 26 mars 1993.

6 Les textes notamment ne définissent pas ce que sont les acquis ou les acquis de l’expérience.

7 Inspection Générale de l’Administration de l’Education Nationale et de la Recherche.

8 Les professionnels interrogés ne se définissent pas comme des autodidactes, mais plutôt comme des produits de l’université ou de grandes écoles de commerce.

9 Voir à ce sujet notre étude (Pinte, 2009) sur la professionnalisation des accompagnatrices en VAE.

10 Le ROME est le répertoire des métiers du Pôle Emploi, anciennement ANPE.

11 Expression qu’André Gorz aimait à rappeler dans les entretiens où on lui demandait comment il avait appris la philosophie alors que sa formation initiale était celle d’un ingénieur chimiste.

12 www.pratiques-de-la-formation.fr/IMG/pdf/VAE_charte_Deontologie_jury.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Pinte, « Les jurys de VAE face aux candidats : quelles lectures de l’expérience ? », Les dossiers des sciences de l’éducation, 31 | 2014, 141-156.

Référence électronique

Gilles Pinte, « Les jurys de VAE face aux candidats : quelles lectures de l’expérience ? », Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 31 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/dse/624 ; DOI : 10.4000/dse.624

Haut de page

Auteur

Gilles Pinte

Maître de conférences en sciences de l’éducation à Institut de Recherche sur les Entreprises et les Administrations (IREA) de l’Université de Bretagne Sud, France.
gilles.pinte@univ-ubs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals