Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Dossier : Cyberviolence et écoleHarcèlement traditionnel et viole...

Dossier : Cyberviolence et école

Harcèlement traditionnel et violence au moyen des outils électroniques de communication entre adolescents en milieu scolaire en Israël

Rami Benbenishty et Michal Nir
Traduction de Dorith Daliot et Catherine Blaya
p. 13-30

Résumés

Cet article présente les résultats d’une recherche menée auprès de 1103 élèves de 6 établissements d’enseignement secondaire (collèges et lycées). Son objectif est de vérifier l’ampleur de la violence au moyen des outils numériques de communication (téléphones portables et Internet) et l’existence d’un lien éventuel entre harcèlement « traditionnel » et violence en ligne. Il vérifie aussi l’impact de ce type de victimation sur l’estime de soi et la satisfaction de la vie chez les jeunes concernés. Les auteurs proposent quelques suggestions pour l’élaboration de politiques d’intervention basées sur la recherche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les progrès technologiques actuels dans le domaine des médias électroniques offrent aux jeunes, nombre d’avantages et de possibilités. Néanmoins, l’usage intensif de médias sociaux n’est pas dépourvu de risques et de dangers. Une des menaces à laquelle les jeunes sont exposés est la violence en ligne – l’utilisation des outils numériques pour transmettre des messages violents, hostiles, qui cherchent à susciter la peur, l’isolement social et l’humiliation. Cette étude explore les expériences de violence en ligne par des adolescents en Israël, afin d’identifier le lien entre le harcèlement traditionnel et la violence en ligne. Il s’agit aussi d’analyser les caractéristiques individuelles liées à ces deux types de victimation.

2Internet et le téléphone mobile sont des outils de communication qui offrent de multiples services et sont utilisés pour des travaux scolaires, des jeux, l’écoute de musique ou le téléchargement de films ainsi que pour l’acquisition de services ou d’objets (Barak, 2006 ; Wolak, Mitchell & Finkelhor, 2006).

3Ce développement du numérique ouvre de nombreuses perspectives et le cyberespace encourage la créativité, l’expression des opinions, il stimule le débat, la participation sociale et l’activisme politique, les loisirs et peut renforcer les liens interpersonnels et la communication. Il permet d’accéder à des connaissances diverses, ouvre de nouvelles carrières professionnelles et sert de support social ou professionnel (Hinduja & Patchin, 2008 ; David-Ferdon & Feldman-Hertz, 2007). En fait, ceux qui bénéficient d’un accès limité à ces mêmes opportunités sont très désavantagés de nos jours.

4En parallèle, les usagers du cyberespace sont exposés à divers dangers tels que des contenus inappropriés notamment de la pornographie et de la violence parfois extrême, des manipulations commerciales, de la fraude, des informations fallacieuses et des messages hostiles. L’une de ces menaces réside dans l’usage d’Internet à des fins volontairement offensantes et de harcèlement. C’est ce genre d’agression qui est au cœur de la recherche que nous présentons dans cet article.

5La recherche sur la prévalence du phénomène est importante et l’on constate des divergences et des évolutions. Kowalski et Limber (2007), dans une enquête auprès de 3 767 élèves américains (classes de 6e à 4e) rapportent que 11 % d’entre eux ont subi des agressions par les médias électroniques lors des deux derniers mois, que 7 % ont agressé les autres et ont été eux-mêmes victimes et que 4 % ont été seulement victimes. Li (2007) dans une étude au Canada et en Chine met en évidence qu’un tiers des jeunes sont victimes. Une autre recherche, par Beran et Li (2007) indique que 60 % des jeunes interrogés ont été victimes par moyen électronique de communication au moins une fois. Wolak et ses collègues (2006) dans une étude longitudinale de 2006 à 2007 montrent une augmentation de la victimation de 6 % à 9 % (Ybarra & Mitchell, 2007). Aux USA, 32 % des garçons et 36 % des filles de moins de 18 ans disent avoir été victimes (Hinduja & Patchin, 2008).

6Une revue de la question critique et une méta-analyse de la recherche sur le cyberharcèlement entre les jeunes (Kowalski, Giumetti, Schroeder & Lattanner, 2014) propose un recensement de nombreuses études sur la prévalence du phénomène et note que les estimations du cyberharcèlement varient de 10 à 46 %. De plus, elle met en évidence l’existence de désaccords sur une possible stabilisation du phénomène (Olweus, 2012).

7Les différences dans les pourcentages publiés peuvent être partiellement expliquées par les multiples définitions utilisées pour évaluer le problème. Nombre d’entre elles partent de la description de la violence par les moyens électroniques de communication tels qu’internet ou les téléphones portables (violence par médias électroniques). Certaines définitions sont souvent très larges. Par exemple, la définition de Willard (2007) comprend plusieurs types de cyberviolence : intimidation sur Internet, harcèlement, traque, dénigrement, usurpation d’identité, agression à caractère sexuel (outing) et exclusion. Les autres définitions sont des extensions du concept traditionnel de harcèlement (Olweus, 1993) : « un acte intentionnellement agressif commis par un groupe ou individu, au moyen de diverses formes de contacts électroniques, actes répétitifs et excessifs contre une victime qui a du mal à se défendre » (Smith et al., 2008, p. 376).

8Cependant, les définitions du harcèlement sont trop limitées pour inclure la vaste gamme de comportements liés à la transgression et à la victimation relevant de la violence scolaire (Benbenishty & Astor, 2005). Ce phénomène est encore plus prononcé dans le domaine de la violence perpétrée à travers les médias. Par exemple, la violence en ligne permet aux intimidateurs de plus facilement préserver leur anonymat (Schneider et al., 2012). L’on assisterait dans ce cas à un renversement de la situation qui permettrait à des élèves plus désavantagés physiquement ou socialement – donc souvent ciblés dans le cas de harcèlements « classiques » – de devenir des intimidateurs via les médias électroniques. En outre, il suffit d’un seul message électronique pour aboutir à un harcèlement répétitif et excessif, le message pouvant être diffusé à l’envie et à une audience très large.

9Dans notre travail, nous faisons référence à une définition plus large de la violence par les outils numériques qui inclut tous les comportements qui ont pour intention de nuire à autrui tels que l’humiliation, la peur, la souffrance émotionnelle, l’action sous la menace par le biais de moyens de communication électroniques tels que le téléphone portable, internet ou les réseaux sociaux.

10Les différences entre les violences ordinaires et celles perpétrées au moyen d’outils numériques ouvrent la voie à la recherche sur le lien entre ces deux formes de violences vécues par des adolescents en milieu scolaire. Ce thème est encore peu exploré. Selon une recherche auprès d’adolescents à Boston, la prévalence du cyberharcèlement (15.8 %) est sensiblement plus réduite comparée à d’autres formes de harcèlement (25.9 %). L’on a pu noter une superposition entre ces deux types de victimation. Tandis que les deux groupes de victimes rapportaient du stress, le niveau de détresse était plus important chez les victimes qui subissaient les deux formes de harcèlement.

11De nombreuses études ont démontré qu’en termes de conséquences psychologiques liées à la victimation en milieu scolaire, on trouvait plus particulièrement des symptômes dépressifs et des comportements d’auto-destruction (Kim & Leventhal, 2008 ; Klomek, Marrocco, Kleinman, Schonfeld & Gould, 2007 ; Klomek, Marrocco, Kleinman & Schonfeld, 2008). Un nombre croissant de recherches révèle des conséquences similaires pour la violence en ligne et le cyberharcèlement (Hinduja & Patchin, 2010 ; Ybarra, Alexander & Mitchell, 2005 ; Ybarra & Mitchell, 2004).

12Dans le cadre de cette recherche, nous explorerons deux aspects psychologiques chez les adolescents – l’estime de soi et le sentiment de satisfaction quant à sa vie. Nombre d’études ont démontré une faible estime de soi parmi les victimes (Marini, Dane & Bosacki, 2006 ; Scheithauer, Hayer, Petermann & Jugert, 2006).

13La faible estime de soi est une des variables communes à la victimation et à la dépression. Une enquête nationale, menée en Allemagne en 2010 montre que le sentiment d’insécurité et la victimation ont une influence négative sur le sentiment de satisfaction quant à la vie ainsi que sur le bien-être général des individus (Hanslmaier, 2013). Il en est de même pour la victimation en ligne. Ainsi, selon Leung et McBride-Chang (2013), la victimation en ligne chez les jeunes de CM2 et de 6e à Hong Kong est associée à des taux de satisfaction moindres quant à leur vie.

14Les thèmes abordés dans cette recherche sont :

  1. La prédominance de divers types de victimation par les outils numériques en Israël.

  2. Les similarités ou différences entre la victimation par les médias électroniques et le harcèlement traditionnel.

  3. La comparaison pour ces deux types de victimation de l’impact des variables sexe et âge ainsi que des effets en termes d’estime de soi et de sentiment de satisfaction quant à la vie.

Méthode

Population et échantillonnage

15La population étudiée est constituée d’étudiants de collège et lycée en Israël et repose sur un échantillonnage de commodité hétérogène d’élèves qui ont accepté de participer. Il s’agit d’un échantillon de 1 103 élèves (52.9 % de sexe féminin et dont la moyenne d’âge est de 14.25 ans SD 2.43) de six écoles différentes – trois écoles en région urbaine au centre du pays et trois écoles au nord d’Israël, l’une en zone urbaine et les deux autres en zone rurale. Dans chaque école, un échantillon aléatoire a été constitué à partir d’au moins deux classes par niveau.

16Tous les élèves de chaque classe ainsi sélectionnée ont participé à cette étude sous condition de leur accord et d’une autorisation parentale.

Collecte des données

17L’étude a été menée après l’obtention de toutes les autorisations nécessaires de la part du Ministère de l’éducation et des directeurs d’écoles. Les parents avaient reçu des informations préalables concernant cette étude et ils pouvaient s’opposer à la participation de leur enfant (seuls 10 parents s’y sont opposés). Des questionnaires ont été distribués en classe à tous les élèves présents.

18Les élèves ont d’abord rempli un formulaire de consentement où il a été clairement mentionné que leur participation était volontaire (nous n’avons eu aucun refus de la part des étudiants). La passation du questionnaire a été confiée à un assistant de recherche formé à cet effet et un représentant de l’école (pas le professeur de la classe). L’assistant a répondu aux questions posées par les étudiants et a rassemblé les questionnaires anonymes. La durée moyenne de passation des questionnaires était de 20-30 minutes et dans certains cas, a exigé jusqu’à 50 minutes. Afin de répondre à une détresse éventuelle ressentie par certains élèves participant aux questionnaires concernant la victimation, une liste de services psychologiques (gratuits) y compris du conseiller psychologue de l’école leur a été fournie.

Outil de mesure

19La victimation en ligne a été mesurée à l’aide du « Questionnaire scolaire du cyberharcèlement » – Student Survey of Cyberbullying (Campbell, Slee & Spears, 2008, communication personnelle 28/1/2009). Ce questionnaire a été adapté au contexte israélien et seuls les éléments liés à la victimation ont été repris. Le questionnaire, bien que ne contenant pas de données psychométriques a été choisi, car il a été considéré par l’auteur comme le plus proche du cadre conceptuel de la présente étude par rapport aux autres questionnaires disponibles (Ybarra, Mitchell, & Finkelhor, 2006).

20La victimation par les outils numériques a été évaluée par une série de questions comportant 13 types de victimations possibles (par exemple : « on a proféré de fausses rumeurs contre vous ») par les outils numériques (téléphone mobile et Internet) et selon une fréquence sur une échelle en cinq points (1 = jamais jusqu’à 5 = presque tous les jours).

21La victimation relevant du harcèlement traditionnel a été mesurée à l’aide d’une version quelque peu modifiée (abrégée) du questionnaire de Benbenishty et Astor (2005). Une série de 16 types de victimations possibles a été proposée aux élèves (par exemple : « un élève vous a poussé et bousculé ») selon une échelle en cinq points (1 = jamais jusqu’à 5 = presque tous les jours).

22L’estime de soi a été mesurée à l’aide du questionnaire de Rosenberg (1979). Il est constitué de 10 questions (telle que « en général je suis content de moi ») sur une échelle en quatre points (1 = tout à fait d’accord jusqu’à 4 = pas d’accord du tout). Ce questionnaire est largement utilisé dans le monde et présente de bonnes caractéristiques psychométriques (Gray-Little, Williams & Hancok, 1997). L’alpha de Cronbach pour cette étude est 0.84.

  • 1 Echelle de satisfaction sur la vie de l’Etudiant (N.D.T.).

23Le sentiment de satisfaction sur la vie a été mesuré avec l’échelle SLSS1 – The Student Life Satisfaction Scale (Huebner, 1991) qui contient sept thèmes (tel que « j’ai une bonne vie ») sur une échelle en six points (1 = pas d’accord du tout jusqu’à 6 = tout à fait d’accord). Selon le rapport de Huebner (1994) cet outil est adapté aux élèves de primaire et secondaire et fait preuve de bonnes qualités psychométriques. La version hébraïque a été utilisée en Israël dans d’autres études et a démontré une fiabilité inter-items raisonnable (Schiff & Benbenishty, 2008, alpha de Cronbach = 0.83).

24Déontologie

25La participation à l’enquête était volontaire et anonyme. Le consentement parental actif était sollicité et les élèves dont les parents ont refusé la participation n’ont pas été interrogés. Le Ministère Israélien de l’Education et l’université des chercheurs ont donné leur aval.

Démarche d’analyse

26Nous avons dans un premier temps évalué la prévalence des différents types de victimation, qu’il s’agisse de harcèlement traditionnel ou de violence au moyen des outils numériques. Nous avons ensuite étudié les corrélations entre les deux formes de victimation et réalisé des tris croisés entre les deux indices : harcèlement traditionnel et violence par les outils numériques afin d’avoir une vision plus fine de la relation. Afin de tester l’hypothèse de l’association de la victimation avec l’âge, l’estime de soi et le sentiment de satisfaction de la vie, nous avons calculé les corrélations entre les deux types de victimation et ces variables.

Résultats

Violence au moyen des outils numériques

Tableau 1 : Victimation rapportée de violence par les outils numériques lors de cette dernière année (en pourcentages)

Jamais

1-2 fois mois

1-2 fois semaine

Très souvent

Presque tous les jours

On vous traite de tous les noms

72.1

18.1

6.5

1.7

1.6

On s’en prend à votre réputation

77.3

15.6

4.4

1.3

1.4

On tente de vous amoindrir (dire que vous êtes stupide etc.)

77.5

14.7

5.1

1.5

1.2

On vous « embête », on vous embarrasse

80.9

12.5

4.6

1.5

0.6

On se moque de votre look (votre corps ou vêtements)

83.6

11

3.7

1.3

0.5

On tente de convaincre vos amis de ne plus vous aimer

85.3

10.9

2.2

0.5

1.1

On diffuse de vilaines rumeurs à votre sujet

86.9

8.8

3.3

0.5

0.5

On tente de vous faire des avances sexuelles d’une manière dérangeante

88.5

6.3

3.2

1.1

0.9

On essaie de vous faire mal physiquement ou affectivement

90.0

6.8

2.2

0.5

0.5

On envoie des messages négatifs aux autres comme si c’était vous qui le faites (afin de vous heurter)

90.7

7.2

0.9

0.6

0.6

On diffuse des photos/vidéos de vous afin de vous faire du mal

94.9

3.9

0.7

0.2

0.3

On vous envoie des photos abusives (intimes) ou autre matériel sexuel sans votre consentement

95.1

2.9

0.7

0.5

0.6

On menace de s’en prendre physiquement à vos amis ou famille

96.2

2.6

0.6

0.3

0.4

27Le type de victimation le souvent rapporté par les élèves est les insultes (28 %), puis les atteintes à la réputation (23 %) ou les humiliations (22 %). Près de 5 % des participants ont déclaré des expériences extrêmement négatives telles que la diffusion de photos/vidéos de l’élève ou l’envoi de photos intimes ou d’autres documents à caractère sexuel aux autres élèves. Finalement, seulement 3,8 % d’entre eux ont affirmé que quelqu’un les avait menacés de s’en prendre physiquement à leurs amis ou à leur famille par téléphone mobile ou par Internet (10 % ont dit avoir été personnellement menacés).

28Nous avons créé un indice de victimation par les outils numériques de communication en comptant le nombre de types de victimations subies par élève. Les résultats indiquent que 47.9 % des répondants à l’enquête n’ont pas été victimes de violence numérique tandis que 22.9 % ont été victimes d’une ou deux formes de ce type de violence l’année précédente. Enfin, 27.4 % des élèves disent avoir subi plus de deux types de victimation (moyenne 1.79, SD = 2.59).

Victimes de harcèlement

Tableau 2 : Fréquence de victimation lors de cette dernière année

Jamais

1-2 fois mois

1-2 fois semaine

Très souvent

Presque tous les jours

Quelqu’un vous a injurié

33.2

38.9

13.5

6.9

7.4

On diffuse de vilaines rumeurs, on dit de mauvaises choses derrière votre dos

48.5

34.4

9.8

4.0

3.3

Quelqu’un vous a traité de tous les noms

58.6

25.6

8.2

3.0

4.6

Quelqu’un vous a empoigné et bousculé intentionnellement

59.0

28.8

7.1

2.2

2.9

Quelqu’un s’est moqué de vous ou vous a insulté ou vous a humilié verbalement

59.6

27.6

6.9

3.1

2.8

Vous avez reçu un coup de pied ou un coup de poing de quelqu’un qui voulait vous faire mal

79.2

14.2

3.2

1.5

1.9

Quelqu’un a tenté de convaincre les autres de ne pas vous parler ni d’être votre ami

84.4

11.6

2.1

0.7

1.0

Quelqu’un a tenté de vous faire des avances sexuelles et des commentaires d’ordre sexuel contre votre volonté.

86.8

7.5

2.7

1.4

1.6

Quelqu’un a menacé de vous faire du mal à l’école ou après l’école

88.0

7.9

1.7

1.0

1.2

Quelqu’un a tenté de vous embrasser contre votre volonté

89.0

6.8

2.1

0.8

1.4

Vous avez été écarté/boycotté (un groupe de copains refusait de vous parler ou de jouer avec vous).

92.3

4.6

1.6

0.7

0.8

Quelqu’un a diffusé des rumeurs d’ordre sexuel à votre propos ou a écrit sur le mur de leur Facebook des déclarations sexuelles insultantes

92.9

4.0

1.9

0.3

0.9

Vous avez été impliqué dans une bagarre ou querelle et vous avez été blessé et contraint de consulter un médecin ou recevoir des soins.

94.1

3.8

1.0

0.7

0.3

Quelqu’un vous a assené de coups

95.1

2.9

0.6

0.6

0.7

Quelqu’un vous a extorqué de l’argent, de la nourriture ou des choses de valeur en vous menaçant.

96.8

1.7

0.8

0.2

0.5

Quelqu’un vous a intentionnellement coupé à l’aide d’un couteau ou d’un objet tranchant

96.8

1.5

1.0

0.2

0.5

29Les formes les plus courantes de violences sont des victimations socio-relationnelles et sont plutôt modérées. Ainsi, près des deux tiers des étudiants ont rapporté avoir été injuriés (près de 39 % une ou deux fois par semaine), près de la moitié (51.1 %) ont dit avoir fait l’objet de rumeurs ou de critiques derrière leur dos (un tiers d’entre eux disent que cela s’est passé une ou deux fois par mois), 41 % ont été empoignés et bousculés intentionnellement (28 % une ou deux fois par mois). Les victimations physiques plus sévères sont moins nombreuses, 4,9 % des participants ont été sérieusement frappés lors de l’année précédente et 3,2 % ont été blessés avec un couteau ou autre objet tranchant. Les agressions à caractère sexuel ne sont pas négligeables et près de 11 % ont signalé que quelqu’un avait essayé de les embrasser contre leur gré et environ 11 % ont mentionné que quelqu’un avait diffusé des rumeurs sexuelles ou écrit des déclarations sexuelles insultantes à leur propos sur le mur de leur réseau social. En tout, près de 31 % des élèves disent avoir été l’objet d’une agression à caractère sexuel.

30Près d’un quart des élèves n’ont pas été victimes tandis que 22 % ont subi une ou deux victimations lors de cette dernière année et 30 % ont été soumis à plus de quatre types de victimation (moyenne 3.35, SD = 3.12).

31La corrélation entre la violence par les outils numériques et le harcèlement « traditionnel » s’élève à r =.57 (p <.001). Cette équation ne diffère pas trop si l’on compare la situation entre les garçons (r =.52) et les filles (r =.63). Afin d’approfondir l’analyse de cette relation, nous avons recodé les variables en quarts. La violence numérique a été recodée en trois groupes (0 type de victimation – 52.2 % ; 1-2 – 21.8 % ; 3+ – 26.0 %) et le harcèlement traditionnel en quatre groupes (0 – 28.2 % ; 1-2 = 20.9 % ; 3-5 – 29.2 % ; 6+ – 21.7 %). Un recoupement des données a révélé que parmi les élèves n’ayant déclaré aucune victimation due au harcèlement traditionnel, 11.9 % des élèves sont victimes de violence en ligne une fois. Pour les élèves victimes d’au moins six formes de harcèlement, 81.3 % sont aussi victimes de violences en ligne. De même, parmi les élèves n’ayant signalé aucun problème en ligne, 52,4 % sont victimes de harcèlement traditionnel alors que chez les victimes en ligne (trois formes de violence ou plus), 97 % rapportent du harcèlement traditionnel. En tout, 24.8 % des élèves n’ont rapporté aucune victimation qu’elle soit traditionnelle ou électronique tandis que 13.9 % des élèves ont signalé des pourcentages importants de victimation des deux types de violence.

Le lien entre la victimation, le sexe, l’âge, l’estime de soi et la satisfaction de vie

32La différence entre la victimation par les moyens électroniques de communication entre les garçons et les filles n’est pas très importante (t (1 074) =.092). Les garçons (moyenne 3.73, SD 3.37) ont signalé un plus fort pourcentage de harcèlement « traditionnel » que les filles (moyenne 2.95, SD 2.77, t (1 074) = 4.15, p <.001). L’âge est quelque peu associé aux violences numériques (r = -.07, p <.05), mais pas au harcèlement « traditionnel ». L’estime de soi et le sentiment de satisfaction quant à la vie sont tous deux corrélés avec les types de victimation relevant du harcèlement. Les élèves les plus victimes ont tendance à avoir une estime de soi plus faible et une satisfaction de vie plus faible.

Tableau 3 : Corrélations selon Pearson entre harcèlement et âge, estime de soi et satisfaction de vie

« Harcèlement classique »

Cyberharcèlement

Age

.02

-.07*

Estime de soi

-.27*

-.31***

Satisfaction de vie

-.29***

-.32***

Discussion

33Ces dernières années, l’usage croissant des médias a généré un nombre de plus en plus grand de victimes au moyen des outils électroniques de la communication chez les jeunes. Or, peu de recherches se sont intéressées à la prévalence et aux caractéristiques de cette forme de violence en Israël. Cette étude révèle que la moitié des élèves ont signalé avoir été victimes au moins une fois et un tiers des élèves déclare avoir subi plus de deux types de harcèlement. On ne constate pas de différence significative entre les garçons et les filles.

34La comparaison avec d’autres recherches dans le monde démontre que le pourcentage de victimation dans cette étude est exceptionnellement élevé. Ainsi, Wolak et al., (2006, 2007) signalent que 9 % des adolescents mâles ont signalé une victimation via les outils de communication électronique et Li (2007a) fait état d’un tiers des garçons victimes de cyberharcèlement tandis que d’autres études mentionnent qu’un quart des élèves sont victimes (Li, 2006, 2007b). Les travaux de Hinduja et Patchin (2006), indiquent que 29 % des garçons ont rapporté une victimation. Ces pourcentages sont inférieurs à ceux obtenus dans notre recherche. Néanmoins, il est difficile de comparer les résultats, car les différences importantes d’un pays à l’autre ou d’une étude à l’autre (4 %-46 %) s’expliquent, entre autres, par une conceptualisation différente du même phénomène (Schrock & Boyd, 2008).

35Cette recherche, tout comme d’autres dans le monde, démontre que le cyberharcèlement est un phénomène et non une série d’incidents isolés. Or, il faut noter qu’il existe un écart entre la façon dont ces évènements sont présentés par les médias et les taux de victimation identifiés dans les recherches. Il semblerait que les médias alimentent le sentiment d’insécurité suscité par Internet et présentent les incidents isolés de manière exagérée. Cette situation risque d’engendrer un nouveau danger, celui de ne plus pouvoir cerner les risques véritables, ce qui limiterait la possibilité pour la société d’identifier les facteurs qui facilitent l’émergence des dangers qui seraient alors imprévisibles. Par exemple, les médias font très souvent état de prédateurs qui s’en prennent aux adolescents (abus sexuels surtout) en se présentant sous une autre identité. Or, dans la pratique, il semble que la plupart des agressions soient le fait de jeunes du même âge que les victimes et que ceux-ci sont connus par elles. Les problèmes les plus fréquents sont les insultes et les offenses. Il ne faut pas pour autant prétendre que l’utilisation des outils numériques de communication soit sans risque. Il s’agit d’adopter un regard critique pour mieux comprendre l’environnement numérique et les véritables dangers auxquels les jeunes sont confrontés (Marwick, 2008).

  • 2 Enquête sur la Sécurité des Jeunes sur Internet (N.D.T.).

36Selon les données obtenues, l’agression la plus fréquente est l’insulte (un tiers des adolescents ont été insultés au moins une fois au cours de la dernière année scolaire). Les autres types d’agressions consistent à procurer un sentiment de malaise, humilier, harceler et critiquer sur les apparences. Très peu d’élèves ont fait état de menaces physiques ou se sont plaints d’avoir reçu des photos obscènes ou du matériel pornographique contre leur gré. Ils sont aussi peu nombreux à déclarer que des photos ou des vidéos ont été diffusées pour les intimider. La victimation par Internet est clairement perçue comme une intimidation sociale indirecte puisqu’il n’y a pas de contact direct entre l’agresseur et la victime. Les agressions de nature plus directe telles que les menaces ou la diffusion de photos sont moins fréquentes que les intimidations indirectes (McNamee & Mercurio, 2008). Des études provenant de divers pays démontrent également le caractère indirect de l’agression par Internet. Ainsi, selon Hinduja et Patchin (2008), plus de la moitié des jeunes qui ont été agressés ont rapporté avoir été socialement exclus par leurs amis, la moitié disent avoir été humiliés et un tiers ont été insultés. Il faut noter que dans la plupart des études, les auteurs cherchent à savoir s’il y a eu agression, mais très peu d’études vérifient la nature de l’agression alors que celle-ci peut prendre plusieurs formes. Par exemple, les deux premières enquêtes YISS (Youth Internet Safety Survey)2 ont montré une distinction évidente entre l’incitation au sexe, la diffusion de matériel de caractère sexuel et le harcèlement de diverses manières (Wolak et al., 2006). Une autre étude, menée par Ybarra, Diener-West et Leaf (2007) met en évidence l’existence et une répartition des diverses catégories d’agression similaires à celles de notre recherche. Les chercheurs ont identifié trois catégories d’agressions : 1. Propos insultants et offensants de la part de quelqu’un. 2. Diffusion de rumeurs fondées ou non. 3. Menaces et harcèlement. Dans ce cas également, ce sont les deux premières catégories de victimation qui sont les plus souvent rapportées. Ce sont des agressions de type relativement indirect comparées à la troisième catégorie.

37Ces résultats sur les différents types d’agression révèlent un autre point particulier : ce sont des victimations spécifiques aux outils numériques – celles que l’on peut commettre qu’au moyen des outils électroniques de communication telle que la diffusion de photos et l’exposition non voulue à des photos – qui sont les moins fréquentes. Par conséquent, l’on pourrait assumer que les outils numériques sont en fait un moyen de plus pour commettre des actes de violence au quotidien et que malgré la possibilité d’agressions spécifiques relatives aux outils numériques, celles-ci ne sont pas les plus utilisées. Lorsqu’un élève est auteur de harcèlement, l’école est dans l’obligation légale d’intervenir et d’apporter du soutien aux jeunes qui ont été agressés par leurs compagnons de classe. En septembre 2009, le Ministère de l’Education a publié une nouvelle circulaire sur la violence soulignant l’importance de la promotion d’un climat de confiance et de la gestion des problèmes de violence dans les établissements scolaires. La première partie de la circulaire propose un format pour l’élaboration d’un code scolaire au sein des écoles. Ce code qui contient des instructions quant à l’usage des moyens électroniques de communication personnels (téléphones portables, caméras, Ipods etc.) est actuellement en vigueur. Des conseillers faisant partie du service d’accompagnement psychologique interviennent actuellement dans 1 300 établissements scolaires pour aider à sa mise en œuvre. En outre, le service d’accompagnement psychologique met en place des sessions de cours concernant les violences en ligne afin d’aider les enseignants dans le cadre du programme nommé « compétences de vie ». Le Ministère de l’Éducation se charge également de la formation et de l’élaboration de séminaires de formation continue destinés aux enseignants et aux chefs d’établissement afin de renforcer la connaissance du problème et d’offrir aux cadres d’éducation les outils nécessaires pour la compréhension et la prise en charge d’évènements de nature violente sur Internet. Une campagne pour promouvoir un usage plus sûr d’Internet a aussi été lancée (Weissblaï, 2010).

38Notre recherche a tenté d’identifier ce qui caractérise les jeunes les plus vulnérables à la violence en ligne. L’une des hypothèses étudiées était la présence d’un lien positif entre l’âge et la connaissance des risques sur Internet. Cette hypothèse n’a pu être confirmée. Il est difficile de comparer ce résultat à ceux d’autres recherches, car les résultats proviennent d’un large éventail d’études et chacune porte sur un groupe d’âge différent ou utilise des indicateurs distincts. Néanmoins, certaines études comme celles de Patchin ou d’Hinduja et Lenhart (Lenhart, 2007 ; Patchin & Hinduja, 2008) obtiennent des pourcentages de victimation inférieurs. Par contre, notre recherche, mais aussi celles de Beran et Li (2007) et de Raskauskas et Stoltz (2007) n’ont identifié aucune différence significative entre l’âge et la violence en ligne. L’une des explications serait que l’utilisation massive des outils numériques concerne également les très jeunes enfants qui sont tout autant exposés aux risques. Les écarts selon l’âge sont encore plus réduits pour la tranche d’âge des 12-17 ans.

39Cette recherche a vérifié l’existence de différences entre les filles et les garçons. On ne constate pas de différence pour la plupart des agressions si ce n’est pour les problèmes de harcèlement relatifs à la « drague » ou les problèmes à caractère sexuel pour lesquels les filles sont bien plus agressées que les garçons. De nombreuses études se sont intéressées aux différences selon le genre. Les travaux de Li (Li, 2006) ainsi que ceux de Beran et Li (Beran & Li, 2007) n’ont identifié aucune différence évidente. Par contre, la recherche de Kowalski et Limber (Kowalski & Limber, 2007), montre que les filles se déclarent en moyenne plus victimes que les garçons. L’enquête YISS II montre que pour la tranche d’âge des 10-13 ans, il n’existe aucune différence entre filles et garçons en termes de victimation (Wolak et al., 2006).

40Lorsque l’on s’intéresse plus précisément aux agressions à caractère sexuel, nous notons toutefois des différences entre les filles et les garçons. Parmi les 10-13 ans, 9 % des filles ont déclaré avoir subi ce type de problème contre 5 % des garçons. En ce qui concerne les 14-17 ans, 23 % des filles sont victimes contre 10 % des garçons (Wolak et al., 2006). Wolak, Mitchell et Finkelhor (Wolak, Mitchell & Finkelhor 2007) constatent que les filles sont plus exposées au risque de victimation à caractère sexuel via Internet. Par conséquent, il semblerait que les mesures de prévention et de conseil relatives aux abus sexuels au moyen des technologies de la communication devraient s’adresser aux filles en priorité.

41Les violences indirectes ne sont pas dénuées de conséquences négatives pour la victime et peuvent générer une dégradation de l’image de soi ou du sentiment de satisfaction par rapport à sa vie (Fried & Fried, 2003). Notre étude faisait l’hypothèse d’un impact négatif de la victimation au moyen des outils numériques sur l’estime de soi et la satisfaction de la victime par rapport à sa vie. Cette hypothèse est confirmée. Ces conséquences négatives sont d’ailleurs similaires lorsque l’on étudie l’impact du harcèlement « traditionnel » sur les victimes (Mason, 2008). En ce qui concerne le cyberharcèlement, nombre de recherches étudient l’impact affectif et socio-psychique de ce type de violence sur les victimes (David-Ferdon & Feldman-Hertz, 2007). Par exemple, Ybarra et ses collègues (Ybarra, Espelage & Mitchell, 2007) ont trouvé que les adolescents victimes de harcèlement ou d’agressions à caractère sexuel par Internet étaient sujets à des problèmes socio-psychiques plus importants que ceux qui n’étaient pas impliqués ou peu impliqués dans ce genre de situation. L’on a également trouvé que ces mêmes victimes souffraient de dépression (Ybarra & Mitchell, 2004).

42Cependant, la recherche sur la violence dans le cyberespace doit encore progresser. Jusqu’à présent, le lien entre les violences en ligne et la satisfaction de vie des adolescents n’a pas encore fait l’objet d’analyses. En ce qui concerne le lien entre l’estime de soi et la victimation sur Internet, il est plus fort que le lien avec le fait d’être auteur de ce type de violence. L’on note que si d’autres recherches mettent en évidence l’existence de sentiments négatifs chez les victimes, cette recherche serait la seule à isoler l’estime de soi en tant que variable éventuellement liée aux violences au moyen des outils numériques.

43Comme d’autres études dans ce domaine, nous analysons les liens statistiques et non l’orientation causale du lien en question. C’est la raison pour laquelle il est possible que les résultats démontrent que des adolescents qui souffrent d’une faible estime de soi et qui ne ressentent pas de satisfaction quant à leur vie soient plus sujets à ce type de violence que leurs camarades qui ont une meilleure estime de soi. Il se pourrait que des jeunes qui se sentent plus marginaux recherchent une réponse à leurs besoins dans le monde numérique et soient ainsi plus vulnérables. Il faudrait, par conséquent, analyser cet aspect-là de manière plus approfondie afin de mieux comprendre le lien entre l’estime de soi et le sentiment de satisfaction au sujet de la vie en rapport avec la victimation.

44Or, il est évident que le lien entre l’implication dans des actes de violence en ligne, l’estime de soi et la satisfaction sur la vie joue un rôle crucial dans l’orientation de la prévention tout comme pour le rapport entre l’estime de soi et la satisfaction de vie avec le harcèlement traditionnel, la réussite scolaire, les comportements délinquants et d’autres facteurs intervenant dans le développement normatif des jeunes (Patchin & Hinduja, à paraître). L’une des questions essentielles soulevées dans cette recherche touche le lien entre la victimation traditionnelle et la violence par les outils électroniques de communication. Le résultat révèle un lien statistique fort entre les variables. L’intensité de ce lien est similaire chez les garçons et chez les filles comme ont pu le montrer d’autres études au niveau international (Raskauskas & Stoltz, 2007 ; Li, 2007a, 2007b ; Hinduja & Patchin, 2007, 2008 ; Ybarra et al., 2007). Ceci nous amène à penser que la violence en ligne ne peut être considérée comme un élément isolé et unique et devrait être considérée comme faisant partie de comportements violents plus larges. Nombre de chercheurs dans ce domaine sont d’avis que le cyberharcèlement devrait simplement être considéré comme une autre forme de harcèlement, car le fait que les victimes de harcèlement traditionnel soient susceptibles d’être aussi victimes de violence en ligne montre qu’il existe une porosité entre violence à l’école et violence en ligne (Hinduja & Patchin, 2007, 2008 ; Beran & Li, 2007). Par conséquent, il revient aux familles et aux personnels scolaires d’unir leurs efforts afin de prévenir et gérer ces phénomènes. Il est évident que la violence au moyen des outils numériques a des caractéristiques spécifiques et il convient d’élaborer des interventions globales tenant compte des agresseurs, des victimes de violence traditionnelle et de violence en ligne. En outre, vu le lien fort entre les variables, les stratégies appliquées pour gérer la victimation traditionnelle peuvent être efficaces dans la lutte contre la violence en ligne. Nous pensons ici à des mesures telles que la présence renforcée d’un adulte, la mise en place de canaux de communication pour conseiller, orienter et encourager les jeunes à signaler les problèmes rencontrés en ligne. Le fait qu’une partie des jeunes victimes de harcèlement « traditionnel » soit aussi victime de violence en ligne est à prendre en considération, car ils n’ont plus aucun espace de respiration. Hinduja et Patchin (2008) recommandent de poursuivre l’étude portant sur les facteurs communs qui caractérisent les victimes pour les deux formes de violence. Pour conclure cette partie, le lien entre la victimation traditionnelle et celle en ligne montre de manière plus évidente que si la victimation en ligne présente des caractéristiques propres, l’on ne peut l’isoler du phénomène de violence traditionnelle. Ces deux formes de violence sont liées et se chevauchent. Les mêmes adolescents qui ont été agressés en matinée à l’école risquent de se retrouver agressés l’après-midi, chez eux par Internet et c’est la raison pour laquelle il relève de la responsabilité conjointe des personnels scolaires et des parents d’intervenir.

Les limites de la recherche

45Cette recherche comporte quelques limites. Tout d’abord, elle analyse un seul point de vue, celui des victimes. Il est nécessaire de considérer aussi le point de vue des agresseurs afin d’étudier le phénomène sous tous ses aspects. En outre, il n’existe pas jusqu’à présent, de questionnaire scientifiquement validé et confirmé pour l’analyse de la victimation due à une agression par les outils numériques. Par conséquent, le questionnaire que nous avons utilisé est différent de ceux proposés dans les autres études, ce qui rend la comparaison entre les recherches plus difficile, car les indicateurs utilisés sont différents. Il faudrait mentionner à cet égard qu’en raison du rythme d’évolution des différentes technologies, les outils de mesure nécessiteraient d’être constamment mis à jour.

46Une des limites clé de cette recherche est le fait qu’elle ne repose pas sur un échantillon représentatif de la population des jeunes en Israël. Il n’existe pas à notre connaissance d’étude sur la violence en ligne qui soit représentative. Il nous semble pertinent de repousser cette limite en mettant en place une recherche représentative tout comme les recherches effectuées par Benbenishty et Astor (2005) sur la violence à l’école afin de réaliser une estimation qui recouvrirait tous les paramètres de ce phénomène au sein des diverses strates d’âge et de tous les groupes sociaux en Israël.

Impact sur les pratiques professionnelles et élaboration d’un plan d’intervention

47Malgré les limites décrites, cette recherche peut orienter l’action quant à l’élaboration de stratégies d’intervention ou de recherches futures. Nous montrons que le nombre de jeunes victimes de violences par les outils électroniques est important. Il est donc nécessaire de réfléchir à l’élaboration d’un plan de prévention qui permettrait aux autres élèves de faire face à cette violence plutôt que de se limiter à enseigner l’usage adéquat d’Internet tel que la non-diffusion d’informations personnelles, car ceci est insuffisant. Il faudrait encourager les jeunes à signaler aux adultes les cas d’agressions et également guider les parents et les professeurs sur le comportement qu’ils devraient adopter au cas où l’enfant solliciterait leur aide. Il faudrait aussi créer des outils de signalement sur Internet ou les téléphones portables qui seraient d’un usage facile pour les jeunes et qui leur permettraient de bénéficier de conseils pertinents quant à l’expérience négative dont ils sont victimes. L’évidence de l’existence d’un lien positif entre la victimation « traditionnelle » et la violence par les outils numériques montre qu’Internet est un prolongement de la violence en milieu scolaire et qu’il ouvre de nouvelles perspectives aux agresseurs. Un plan d’intervention qui d’une part tiendrait compte des caractéristiques spécifiques de ce phénomène tout en tenant compte du fait qu’il n’agit pas d’un phénomène isolé, mais en lien avec la violence traditionnelle nous semble pertinent. Comme nous l’avons vu, un sous-groupe de victimes (garçons) est agressé à l’école puis, une fois chez elles, sur Internet. Il serait intéressant de pouvoir les identifier afin de leur apporter une aide spécifique. D’autres recherches pourraient tenter de comprendre quels sont les éléments qui transforment ces garçons en cible constante. Une approche systémique qui tiendrait compte des différentes institutions qui interviennent dans l’éducation de l’enfant (parents, écoles, communautés) serait la plus pertinente (Li, 2007a). Il est clair que l’école est concernée et donc aussi responsable et qu’elle peut jouer un rôle clé dans la prévention de ce phénomène. Le personnel scolaire est confronté à des problèmes d’abus sexuels, de drogues et d’alcool – des problèmes qui émergent en dehors des murs de l’école, mais qui ont un impact sur les jeunes. La violence par les outils numériques devrait être incluse dans ce même éventail. Les adultes des établissements scolaires peuvent intervenir de manière efficace afin de minimiser le problème. Ils sont également capables d’assurer un « leadership » communautaire qui permette la coopération entre les enseignants, les parents et les élèves ainsi que d’autres membres de cette même communauté (Mason, 2008).

48Pour conclure, il est essentiel de reconnaître que la technologie évolue de manière extrêmement rapide. Aussi, faut-il constamment être attentifs aux caractéristiques de la violence en ligne et s’informer sur les pratiques numériques des jeunes afin d’adapter les mesures de prévention et d’accompagnement. Pour cela, il est essentiel de trouver des partenaires parmi les jeunes qui connaissent les divers usages des outils numériques et peuvent partager avec les professeurs et les parents les risques auxquels ils sont exposés, mais aussi les perspectives et les opportunités offertes par l’utilisation des outils numériques. Cette coopération basée sur le dialogue avec les jeunes peut faciliter la prise en charge du problème par les adultes qui pourront contribuer prévenir la violence en ligne sans pour autant passer à côté opportunités offertes par les outils numériques en termes du développement des jeunes et de leur formation dans une société moderne.

Haut de page

Bibliographie

Barak, A. (2006). Youth and Internet : The psychology of the ‘as if’[KE’ILU] and the ‘suchlike’[KAZE]. (Electronic version) Panim, 37, 48-58. Retrieved March 17, 2014 from http://construct.haifa.ac.il/~azy/azy. htm

Benbenishty, R. & Astor, R. A. (2005). School violence in context : Culture, neighborhood, family, school, and gender, New York, NY : Oxford University Press.

Beran, T. & Li, Q. (2007). The relationship between cyberbullying and school bullying. Journal of Student Wellbeing, 1, 15 – 33.

Campbell, M., Slee, P., & Spears, B. (2008). Student survey of cyberbullying developed for Australian Research Council Linkage Grant project, Personal communication, 28/1/2009.

David-Ferdon, C. & Hertz, M.F. (2007). Electronic media, violence, and adolescents : An emerging public health problem. Journal of Adolescent Health, 41 (6), S1-S5.

Fried, S., & Fried, P. (2003). Bullies, targets and witnesses. New York : Evans.

Gray-Little, B., Williams, V. S. I., & Hancock, T. D. (1997). An item response theory analyses of the Rosenberg Self-Esteem Scale. Personality and Social Psychology Bulletin, 23, 445-451.

Hanslmaier, M. (2013). Crime, fear and subjective well-being : How victimization and street crime affect fear and life satisfaction. European Journal of Criminology, 10, 515-533.

Hinduja, S., & Patchin, J.W. (2007). Offline consequences of online victimization : School violence and delinquency. Journal of School Violence, 6, 89-112.

Hinduja, S., & Patchin, J.W. (2008). Cyberbullying : An exploratory analysis of factors related to offending and victimization. Deviant Behavior, 29, 129-156.

Huebner, E. S. (1991). Initial development of the Students’Life Satisfaction Scale, School Psychology International, 12, 231-240.

Huebner, E. S. (1994). Preliminary development and validation of a Multidimensional Life Satisfaction Scale for Children. Psychological Assessment, 6, 149-158.

Kim Y. S. & Leventhal, B. (2008). Bullying and suicide. A review, International Journal of Adolescence Medical Health, 20, 133-154.

Klomek, A. B., Marrocco, F., Kleinman, M., Schonfeld, I. S., Gould, M.S. (2007). Bullying, depression, and suicidality in adolescents. Journal of American Academy for Child Adolescence Psychiatry, 46, 40-49.

Klomek, A. B., Marrocco, F., Kleinman, M., & Schonfeld, I. S. (2008). Peer victimization, depression, and suicidality in adolescents. Suicide and Life Threatening Behaviors, 38, 166-188.

Kowalski, R. M., Giumetti, G. W., Schroeder, A. N., & Lattanner, M. R. (2014). Bullying in the Digital Age : A critical review and meta-analysis of cyberbullying research among youth. Psychological Bulletin. Advance online publication. http://dx.doi.org/10.1037/a0035618

Kowalski, R. M., & Limber, S.P. (2007). Electronic bullying among middle school students. Journal of Adolescent Health, 41, s22-s30.

Lenhart, A. (2007). Cyberbullying and online teens. Pew Internet & American Life Project, June 27. Retrieved March 17, 2014 from http://www.pewinternet.org/PPF/r/211/report_display.asp

Leung, A, N-M., & McBride-Chang, C. (2013). Game On ? Online Friendship, Cyberbullying, and Psychosocial Adjustment in Hong Kong Chinese Children. Journal of Social and Clinical Psychology : 32 (2), 159-185.

Li, Q. (2006). Cyberbullying in Schools : A research of gender differences. School Psychology International, 27, 157-170.

Li, Q. (2007a). Bullying in the new playground : Research into cyberbullying and cybervictimisation. Australian Journal of Educational Technology, 23, 435- 454.

Li, Q. (2007b). New bottle but old wine : A research of cyberbullying in schools. Computer in Human Behavior, 23, 1777-1791.

Marini, Z. A., Dane, A.V., & Bosacki, S.L. (2006). Direct and indirect bully-victims : Differential psychosocial risk factors associated with adolescents involved in bullying and victimization, Aggressive Behavior, 32, 551-569.

Marwick, A. (2008). To catch a predator ? The MySpace moral panic. First Monday 13 (6), article 3.

Mason, K. L. (2008). Cyberbullying : A preliminary assessment for school personal. Psychology in the Schools, 45, 323-343. Consulté le 17 mars, 2014 from : http://firstmonday.org/article/view/2152/1966.

McNamee A, Mercurio M. 2008. School-wide intervention in the childhood bullying triangle. Childhood Education, 84 (6), 370-378.

Mitchell, K. J., Ybarra, M., & Finkelhor, D. (2007). The relative importance of online victimization in understanding depression, delinquency, and substance use. Child Maltreatment, 12, 314-324.

Olweus, D. (2012). Cyberbullying : An overrated phenomenon ? European Journal of Developmental Psychology, 9, 520-538.

Olweus, D. (1993). Bullying at school : What we know and what we can do. Cambridge, MA : Blackwell.

Patchin, J. W. & Hinduja, S. (2010). Cyberbullying and self esteem. Journal of School Health, 80, 614-621.

Raskauskas, J. & Stoltz, A. D. (2007). Involvement in traditional and electronic bullying among adolescents. Developmental Psychology, 43, 564-575. 

Robins, R. W., Hendin, H. M., & Trzesniewski, K. H. (2001). Measuring global self-esteem : Construct validation of a single-item measure and the Rosenberg Self-Esteem Scale. Personality and Social Psychology Bulletin, 27, 151-161.

Rosenberg, M., (1979). Conceiving the self. New York : Basic Books.

Rosenberg, M. (1965). Society and adolescent self image. Princeton, N.J. : Princeton University Press.

Scheithauer, H., Hayer, T., Petermann, F., & Jugert, G. (2006). Physical, verbal and relational forms of bullying among German student : Age trends, gender differences and correlates. Aggressive Behavior, 32, 261-275.

Schiff, M., Benbenishty, R. (2008). Exposition des adolescents à des expériences de vie négatives et usage de substances : facteurs de risque et immunisation – étude comparative entre les natifs d’Israël et les natifs d’ex URSS. Le rapport de cette recherche a été présenté à l’autorité nationale pour la lutte contre la drogue et l’alcool. Université Hébraïque de Jérusalem.

Schneider, S. K., O’Donnel, L., Stueve, A., & Coulter, R. W. (2012). Cyberbullying, school bullying, and psychological distress : A regional census of high school students. American Journal of Public Health, 102, 171-177.

Schrock, A., & Boyd, D. (2008). Online threats to youth : Solicitation, harassment, and problematic content. Harvard University Press.

Shin, D. C., & Johnson, D. M. (1978). Avowed happiness as an overall assessment of the quality of life. Social Indicators Research, 5, Al5-492.

Smith, P. K., Mahdavi, J., Carvalho, M., Fisher, S., Russell, S., & Tippett, N. (2008). Cyberbullying : Its nature and impact in secondary school pupils. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 49, 376-385.

Weissblai, E. (2010). Diffusion d’images offensantes sur internet commise par des enfants et des adolescents. Jérusalem : centre de recherche et d’information de la Knesset.

Willard, N. E. (2007). The authority and responsibility of school officials in responding to cyberbullying. Journal of Adolescent Health, 41, s64-665.

Wolak, J. D., Mitchell, K. J., & Finkelhor, D. (2006). Online Victimization : 5 Years Later (N° NCMEC 07-06-025). Alexandria, Virginia : National Center for Missing and Exploited Children, 96 p. (En ligne). Consulté le 2 septembre 2014 sur http://www.unh.edu/ccrc/pdf/CV138.pdf

Wolak, J. D., Mitchell, K. J., & Finkelhor, D. (2007). Does online harassment constitute bullying ? An exploration of online harassment by known peers and online-only contacts. Journal of Adolescent Health, 41, s51-s58.

Ybarra, M. L., Espelage, D. L., & Mitchell, K. J. (2007) The co-occurrence of internet harassment and unwanted sexual solicitation victimization and perpetration : Associations with psychosocial indicators. Journal of Adolescent Health, 41, s31- s41.

Ybarra, M. L. & Mitchell, K. J. (2004). Youth engaging in online harassment : associations with caregiver-child relationships, Internet use, and personal characteristics. Journal of Adolescence, 27, 319-336.

Ybarra, M. L., Alexander, C. & Mitchell, K. J. (2005). Depressive symptomatology, youth internet use, and online interactions : A national survey. Journal of Adolescent Health, 36,9-18.

Ybarra, M.L., Mitchell, K.J., Wolak, J., & Finkhelor, D. (2006). Harassment : Findings from the Second Youth Internet Safety Survey. Pediatrics, 118 (4), 1169-1177.

Ybarra, M. L., Diener-West, M. & Leaf, P. (2007). Examining the overlap in internet harassment and school bullying : Implications for school intervention. Journal of Adolescent Health, 41, s42-s50.

Haut de page

Notes

1 Echelle de satisfaction sur la vie de l’Etudiant (N.D.T.).

2 Enquête sur la Sécurité des Jeunes sur Internet (N.D.T.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rami Benbenishty et Michal Nir, « Harcèlement traditionnel et violence au moyen des outils électroniques de communication entre adolescents en milieu scolaire en Israël »Les dossiers des sciences de l’éducation, 33 | 2015, 13-30.

Référence électronique

Rami Benbenishty et Michal Nir, « Harcèlement traditionnel et violence au moyen des outils électroniques de communication entre adolescents en milieu scolaire en Israël »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 33 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/dse/772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.772

Haut de page

Auteurs

Rami Benbenishty

Louis and Gabi Weisfeld School of Social Work, Bar Ilan University, Israël

Michal Nir

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search