Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Dossier : Cyberviolence et écoleUsages et prises de risque sur le...

Dossier : Cyberviolence et école

Usages et prises de risque sur les réseaux sociaux parmi les jeunes de 8-11 ans en Angleterre

Fran Thompson et Peter K. Smith
Traduction de Catherine Blaya
p. 31-48

Résumés

L’usage des réseaux sociaux est en augmentation et de nombreux jeunes enfants tout comme des adolescents sont impliqués dans ce type d’activité (Buckingham & Villet, 2013). Nous avons administré un questionnaire dans trois écoles primaires anglaises, dans le cadre de l’évaluation d’un programme sur la sécurité sur internet. Un total de 59 enfants de troisième année de primaire (âge : 8 ans en moyenne) et 106 élèves de 6e année (âge : 11 ans en moyenne) et 32 enseignants des mêmes écoles ont participé. Les membres de l’équipe éducative et les enfants ont répondu au même questionnaire, comprenant des questions sur leurs usages personnels des téléphones portables et des ordinateurs ; leur connaissance et leurs activités sur les réseaux sociaux ; le niveau de sécurité de leur comportement en ligne ; les expériences déplaisantes auxquelles ils ont été soumis sur les réseaux sociaux et l’accompagnement en termes de sécurité sur Internet fourni par les écoles. Les élèves les plus jeunes utilisent principalement des réseaux sociaux basés sur des jeux en ligne, dès l’âge de 6-8 ans. Les plus âgés utilisent Facebook ou Skype et les premières connexions ont lieu à 8-10 ans. Les enseignants utilisent presque exclusivement Facebook, et ce depuis 2 à 5 ans. Une minorité significative d’élèves rapporte avoir vécu des expériences négatives sur leurs réseaux sociaux. Le niveau de connaissance des règles de sécurité en ligne déclaré par la plupart des élèves et des enseignants est assez élevé. Les plus jeunes se déclarent moins informés alors que bien souvent, ils se connectent sur des réseaux sociaux dès l’âge de 6 ans ce qui confirme l’importance de l’acquisition de compétences sur la sécurité en ligne dès le plus jeune âge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’usage des téléphones portables et d’internet s’est rapidement accru ces dix dernières années, approchant les 100 % pour les pré-adolescents dans les pays développés (Buckingham & Villett, 2013). Aux Etats-Unis, Jones, Mitchell et Finkelhor (2012) ont mené une enquête sur la sécurité des jeunes sur Internet à trois moments (2000 ; 2005 ; 2010). Un échantillon national représentatif de 1 500 jeunes âgés 10 à 17 ans a participé à des entretiens téléphoniques. Les auteurs ont créé un indice de la quantité de l’utilisation d’Internet qui a augmenté de 0,24 à 0,49 entre la période d’évaluation 1 et la période 3.

  • 1 Ofcom est l’autorité de régulation de l’industrie des communications au Royaume Uni.

2Au Royaume-Uni, le rapport Ofcom1 (2013), montre que quasiment la totalité des adolescents utilise des appareils numériques : 82 % des 12-15 ans ont un téléphone portable (62 % possèdent un smartphone) et 94 % ont accès à Internet de leur domicile. L’accès à Internet depuis le domicile est élevé et commence bien avant l’adolescence : 37 % des 3-4 ans ; 58 % des 5-7 ans, 87 % des 8-11 ans et 95 % des 12-15 ans sont utilisateurs de réseaux sociaux au moins une fois pas semaine (Ofcom, 2012). En Europe, la recherche Eu Kids Online, réalisée au printemps-été 2010, étudie les usages, les risques et la sécurité sur Internet dans 25 pays à partir dun échantillon aléatoire stratifié de 1 000 jeunes de 9 à 16 ans par pays (Livingstone, Görzig & Olafsson, 2011). Pour l’échantillon global, les trois-quarts des 9-16 ans ont un profil sur un réseau social. Bien que la plupart des réseaux sociaux aient une restriction d’âge à 13 ans, cette recherche montre qu’un tiers des 9-12 ans possèdent déjà un profil.

3Internet et les médias sociaux offrent de nombreuses opportunités pour les enfants et les adolescents, que ce soit en termes de socialisation et de communication, d’apprentissage et d’accès à des informations relatives à la santé (O’Keefe & Clarke-pearson, 2011). Toutefois, plus l’utilisation est importante, plus les risques d’agression et de cyberharcèlement sont importants (Livinsgtone & Smith, 2014). Par exemple, l’enquête EU Kids Online a montré que sur 25 pays européens, 6 % des répondants âgés de 9 à 16 ans ont été victimes sur Internet au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête (Livingstone et al. 2011). Les victimations rapportées ont eu lieu essentiellement sur les réseaux sociaux et les messageries instantanées. Parmi les victimes, 3 % ont été agressées par téléphone portable et 13 % en face à face. De plus, 3 % des jeunes ont déclaré avoir harcelé sur Internet (essentiellement par messagerie instantanée ou sur un réseau social) et 2 % par téléphone portable tandis que 12 % disaient avoir été auteurs de harcèlement en face à face. Nombreuses sont les recherches qui font état de pourcentages similaires ou supérieurs. Les taux de cyberharcèlement dépendent de la définition adoptée ainsi que des mesures utilisées (Smith, Thompson & Davidson, sous presse).

4Staksrud, Ólafsson & Livingstone (2013) montrent que les plus grands utilisateurs de réseaux sociaux ont les compétences digitales les plus développées, prennent le plus grand nombre de risques sur leurs réseaux en ligne (profil public, diffusion d’informations privées à un grand nombre de contacts) et sont les plus exposés aux expériences négatives. Une recherche par questionnaire, menée en mars 2011 auprès de 1 676 élèves âgés de 13 à 17 ans à Singapour, met elle aussi en évidence les effets potentiellement négatifs d’une utilisation importante des réseaux sociaux, notamment de Facebook (Kwan & Skoric, 2013). Près de 60 % des utilisateurs de Facebook ont rapporté au moins une forme de harcèlement au cours de l’année précédant l’enquête. Il s’agissait principalement de la réception de messages méchants, mais aussi d’autres formes communes de harcèlement en ligne telles que les insultes répétées et les moqueries. Les chercheurs ont trouvé une corrélation modeste entre l’intensité de l’utilisation de Facebook et le fait d’être agresseur ou victime en ligne.

5Aux Etats-Unis, Pea et al. (2012) ont vérifié le lien entre l’utilisation des outils numériques et le bien-être chez les filles de 8 à 12 ans. Ils ont démontré que l’importance des activités en ligne (y compris les réseaux sociaux) est négativement corrélée à plusieurs indicateurs du bien-être alors que la communication en face à face est positivement corrélée aux mêmes indicateurs.

6Des recherches récentes indiquent une augmentation des risques. Toutefois les résultats sont mitigés. Les données de l’étude longitudinale Youth Internet Safety Survey (YISS) réalisée de 2000 à 2010 aux Etats-Unis indiquent que les agressions en ligne ont augmenté, surtout pour les filles. Toutefois, on constate une baisse des sollicitations à caractère sexuel indésirées (Jones, Mitchell & Finkelhor, 2012). En Europe, une deuxième évaluation menée par Eu Kids Online dans cinq pays européens note qu’entre 2010 et 2013, il y a eu une légère augmentation des problèmes dont le cyberharcèlement ainsi qu’une faible augmentation de l’exposition à des images sexuellement explicites, notamment chez les filles. Par contre, on ne constate pas d’augmentation du sexting (ICT Coalition, 2014).

7S’il existe un corpus de recherches important sur les adolescents (Li, 2008 ; Smith et al., 2008 ; Mishna et al., 2010 ; Tokunoga, 2010 ; Werner, Bumpus & Rock, 2010), très peu d’études se sont intéressées aux enfants de l’enseignement primaire. En Angleterre, Monks, Robinson & Worlidge (2012) ont réalisé une enquête auprès de 220 enfants de sept à onze ans dans cinq écoles primaires en 2008. Parmi les répondants, 21 % ont dit avoir été victimes de cyberviolence (au moins une fois) et 5 % ont déclaré avoir agressé les autres. Les chercheurs n’ont pas trouvé de différence significative selon l’âge ou le genre. Toutefois, ce travail a été réalisé avant lexpansion rapide des réseaux sociaux de ces dernières années. Selon Holloway, Green & Livingstone (2013), on assiste à une hausse importante de l’utilisation d’Internet chez les enfants de moins de neuf ans. Ces enfants ont à leur disposition « une variété d’activité en ligne, y compris des vidéos, des jeux, des recherches d’information, de l’accompagnement aux devoirs et le partage de sites web (YouTube), dont certains comprennent des contenus inappropriés à leur âge » p. 4. Les écrans tactiles, smartphones et tablettes avec connexion à Internet sont particulièrement populaires auprès des jeunes enfants, ce qui les expose à des risques. L’importance de l’éducation à la sécurité en ligne pour les jeunes est évidente et les enfants de moins de 9 ans sont trop jeunes pour comprendre les paramètres de sécurité ou les conditions de création de leurs empreintes sur le web.

8Les expériences de cyberviolence et les prises de risque sur internet mettent en évidence la nécessité de comprendre quels sont les usages et les mauvais usages d’Internet par les jeunes et de savoir quel est leur niveau de connaissance des questions de sécurité. Notre recherche a pour objectif d’étudier l’utilisation des réseaux sociaux en Angleterre parmi les enfants de sept à onze ans ainsi que ceux des personnels scolaires des écoles participantes. Nous cherchons à savoir quels sont les usages de ces sites ainsi que le niveau de connaissance des questions de sécurité sur Internet. Nous voulons aussi identifier quelles sont les expériences déplaisantes que les enfants ou les adultes des établissements scolaires ont pu vivre sur leurs réseaux sociaux.

Méthode

Participants

9L’échantillon est composé d’élèves et des personnels de trois écoles primaires dans le Nord, le Sud et l’Est de l’Angleterre. Les écoles ont choisi de mettre en œuvre le programme « Safe » (voir ci-dessous). Les 165 élèves participants sont répartis de la façon suivante : 59 élèves en 3e année de primaire (Y3 : 7-8 ans, 33 filles et 26 garçons) et 106 élèves de 6e année (Y6 : 10-11 ans, 46 filles et 60 garçons). De plus, 32 membres du personnel ont été interrogés (dont 25 femmes). Ceux-ci étaient âgés de 17 à 61 ans (moyenne : 37 ans). Les membres du personnel participants comprennent un chef d’établissement, un directeur adjoint, un enseignant expérimenté, un responsable de l’enseignement des TICE, deux coordinateurs d’enseignement spécialisé, un responsable des premières années, neuf enseignants, trois enseignants remplaçants, neuf assistants d’enseignement, deux stagiaires en formation initiale et un gestionnaire (plus une personne qui n’a pas renseigné sa fonction).

Outils de mesures

10Les données ont été collectées grâce au questionnaire « Safe » élaboré pour l’évaluation de la sécurité sur les réseaux sociaux par DigitalME, une organisation à but non lucratif (www.digitalme.co.uk). Les données présentées dans cet article sont issues d’un pré-test réalisé à partir de questionnaires d’auto-déclaration à des questions à choix multiple (annexes 1 et 2). Ces questionnaires ont été administrés avant l’implantation du Safe (les résultats après la mise en œuvre sont actuellement en cours d’analyse). Le personnel et les élèves ont répondu à des questions très similaires sur leurs usages personnels de la téléphonie mobile et des ordinateurs, sur leur connaissance et leur utilisation des sites de réseaux sociaux ainsi que sur leur connaissance des questions de sécurité ; leurs expériences négatives sur les sites de réseaux sociaux et la façon dont ils ont réagi ainsi que sur les conseils de sécurité et l’accompagnement proposés dans leur établissement scolaire. Toutefois, quelques adaptations ont été réalisées pour les élèves de troisième année (Y3). Il s’agit d’une échelle en trois points pour tout le monde pour quelques questions, de la réduction du nombre d’items pour certaines questions et d’un nombre inférieur de questions ouvertes (voir annexe 1 et 2).

11L’expression « réseau social » a été utilisée dans un sens large, incluant des sites (YouTube, Instagram), des plate-formes de jeux (Moshi Monsters) ou encore des réseaux sociaux permettant la mise en ligne et les échanges avec autrui tels que Facebook ou Twitter. Même les sites les plus restrictifs tels que YouTube permettent de publier des commentaires. Afin d’identifier les réseaux sociaux les plus populaires, nous avons réalisé une étude pilote en demandant à une classe d’élèves de collège de produire une liste de 24 réseaux sociaux.

Protocole d’enquête

12Les questionnaires ont été administrés aux élèves pendant le temps scolaire, sous la supervision d’un chercheur. Les élèves de troisième année (Y3) ont été rassemblés en petits groupes alors que les élèves de sixième année (Y6) ont répondu en situation de classe. Les personnels ont complété le questionnaire pendant leur temps libre. Les données ont été recueillies pendant 6 semaines au cours du dernier trimestre de l’année scolaire 2012.

Déontologie

13Tous les questionnaires comprenaient un formulaire de consentement informant les participants sur le fait que les données recueillies resteraient anonymes, que la participation était volontaire et que les participants avaient le droit de se retirer de l’enquête à tout moment. Un consentement parental préalable a été demandé aux familles. Le questionnaire a été soumis et approuvé par le comité d’éthique de l’université Goldsmith.

Analyse des données

14Afin d’analyser les différences concernant les usages et les comportements sur les sites sociaux entre les élèves et les personnels, nous avons effectué des tris croisés et des tests du chi2. Les pourcentages ont été arrondis à la valeur supérieure. Lorsque les échantillons étaient trop faibles pour réaliser des analyses statistiques, nous avons utilisé des pourcentages. Les données qualitatives ont été utilisées afin d’illustrer certains des résultats.

Résultats

Utilisation des téléphones portables

15Nous avons demandé aux adultes et aux élèves s’ils possédaient ou s’ils avaient accès à un téléphone portable. Ils ont dû ensuite quantifier leur usage de ces téléphones pour des appels, textos, jeux, applications et accès à des réseaux sociaux, pour accéder à des jeux ou des informations via Internet (questions à échelle en trois points : 1 : pas beaucoup ; 2 : parfois ; 3 : beaucoup). Ils ont aussi été invités à mentionner tout autre usage.

16La grande majorité des personnels (94 %) et des élèves de Y6 (87 %) ont déclaré posséder un téléphone. Les Y3 sont 66 % à posséder un téléphone ou à pouvoir en utiliser un de façon régulière. Près des trois-quarts des adultes ont déclaré utiliser leur téléphone « beaucoup » et aussi pour consulter leurs emails, faire des achats en ligne et réaliser des « recherches rapides ».

17Les élèves les plus âgés ont déclaré qu’ils utilisaient leur portable légèrement plus que les plus jeunes bien que les Y3 aient déclaré un usage plus fréquent que les Y6 et les adultes pour les jeux, notamment les jeux hors ligne. De plus, les Y6 utilisent aussi leur téléphone pour contacter leurs parents, accéder à Facebook, MSN, YouTube, Skype et aux emails, écouter de la musique, jouer et utiliser la calculatrice. Une élève « multi-tâches » de Y6 a déclaré utiliser son téléphone portable pour : « envoyer des SMS, appeler, Internet, des vidéos, faire des photos, BBM (BlackBerry Messenger) et Bluetooth ».

Utilisation des ordinateurs

18Les participants ont été questionnés sur leur possession éventuelle d’un ordinateur personnel ou partagé et ils ont dû quantifier leur utilisation (1 : pas beaucoup ; 2 : parfois ; 3 : beaucoup) pour les devoirs/travail, les jeux et l’utilisation des réseaux sociaux. La majorité des adultes (72 %) et la moitié des élèves de Y6 (49 %) possèdent un ordinateur personnel tandis que les autres en partagent un. La plupart des Y3 ont accès à un ordinateur. Plus de la moitié des enseignants et des Y3 (61 % ; 60 %), et un peu moins de la moitié des Y6 (46 %) disent « beaucoup » se servir d’un ordinateur. Toutefois, les adultes déclarent plus souvent l’utiliser à des fins professionnelles alors que les élèves ont une utilisation plus axée vers les jeux, notamment les Y3 dont 61 % déclarent « beaucoup » utiliser leur ordinateur pour des jeux. 40 % des personnels utilisent « beaucoup » l’ordinateur pour accéder à des réseaux sociaux alors que 49 % des Y6 et 38 % des Y3 l’utilisent « parfois ».

Usage des réseaux sociaux en général

19Nous avons demandé aux personnels et aux élèves de lire un tableau avec les icônes de 24 réseaux sociaux qui avaient été préalablement sélectionnés par des élèves scolarisés dans l’enseignement secondaire dans le cadre d’une étude expérimentale. Nous leur avons demandé de choisir une option pour chaque item (1 = Je le connais et je l’utilise ; 2 = Je le connais, mais je ne l’utilise pas ; 3 = Je ne le connais pas). Parmi les réseaux sociaux les plus utilisés par les personnels, YouTube est le plus populaire (voir tableau 1). En ce qui concerne les 16 autres réseaux sociaux, la plupart des étudiants et des personnels ont affirmé ne pas les reconnaître ou ne pas les utiliser.

Tableau 1 : Pourcentages de personnels, élèves de 6e et de 3e année qui disent utiliser au moins l’un des huit réseaux sociaux les plus populaires à partir d’un sélection à choix multiple proposant 25 réseaux sociaux.

Année 3 (Y3)

(n = 59)

Année 6 (Y6)

(n = 106)

Personnel

(n = 32)

You Tube

79 %

87 %

72 %

Facebook

28 %

41 %

81 %

Google +

32 %

44 %

78 %

Moshi Monsters

72 %

20 %

3 %

Club Penguin

60 %

19 %

0 %

Skype

41 %

35 %

25 %

MSN

13 %

27 %

16 %

Twitter

24 %

12 %

37 %

20Les adultes sont significativement plus nombreux que les élèves à utiliser Facebook (χ2 (4) = 23.0, p <.001) et Google + (χ2 (4) = 26.2, p <.001). Un peu moins de la moitié des élèves de Y6 utilisent aussi Facebook (45 %) et Google + (43 %). Les Y3 rapportent qu’ils utilisent deux sites de jeux en ligne, Moshi Monsters (χ2 (4) = 99.5, p <.001) et Club Penguin (χ2 (4) = 65.7, p <.001) plus que les adultes ou les Y6.

21Les données les plus intéressantes sont fournies par les élèves de Y3, qui sont bien en dessous de l’âge autorisé pour les réseaux sociaux autres que Moshi Monster et Penguin. Environ deux cinquièmes et un quart des Y3 utilisent Skype régulièrement (41 %), Google + (32 %), Facebook (28 %) et Twitter (24 %).

22En résumé, la plupart des personnels et un peu moins de la moitié des élèves de Y6 utilisent essentiellement Facebook et Google +. Toutefois, bien que les élèves de Y3 soient de plus grands utilisateurs de jeux en ligne tels que Moshi Monsters, une minorité significative utilise plus les réseaux sociaux pour adultes.

Autres réseaux sociaux

23Nous avons demandé aux personnels et aux élèves de nommer tout autre réseau social dont ils avaient connaissance et qui n’était pas dans la liste proposée. Les personnels ont dit utiliser Google +, AiM et Blogger. D’autres réseaux sociaux ont été mentionnés par les élèves, dont Bin Weevils, Movie Star Planet, Roblox, Superbia, Pokemon et Secret Builders. Les Y6 ont aussi déclaré qu’ils utilisaient Xbox Live, Facetime, Hotmail, Imagine Town, Minicrest, FreerealMS, Minimones, Playstation 3, Skate Hut, Super Hero, Squad Online et Lego City. Quant aux Y3, ils sont usagers de Picturechat, GMail Miniclip, Pandandar, Panfu, Ebay, Blogs, Argos, Bakugan, DSI et Fight My Monster.

Connaissance des règles de sécurité en ligne

24La connaissance quant aux règles de sécurité en ligne a été évaluée en utilisant les principaux éléments proposés par le site de ressources de DigitalME Safe, niveaux 1 et 2 (http://www.digitalme.co.uk/​). DigitalME identifie 13 comportements sûrs en ligne : (1) utiliser les réseaux sociaux en se protégeant ; (2) créer un pseudonyme sûr ; (3) choisir un mot de passe sûr ; (4) télécharger des images appropriées ; (5) rédiger un blog sans risque ; (6) savoir identifier si un site web est sûr ; (7) se faire des amis en toute sécurité sur les réseaux sociaux ; (8) rédiger des commentaires constructifs sur les sites web ; (9) faire des recherches en ligne en toute sécurité ; (10) savoir ce qu’est un copyright ; (11) créer des documents que l’on peut partager en sécurité ; (12) partager des dossiers, images et textes en sécurité et (13) signaler tout contenu agressif ou pouvant causer préjudice.

25Les élèves de Y3 ont répondu aux questions concernant les 8 premiers comportements (Niveau de sécurité 1) ; Les élèves de Y6 et les personnels ont répondu aux 13 situations (Niveaux de sécurité 1 et 2). Tous les participants ont dû mesurer leur niveau de connaissance à l’aide d’une échelle en 4 points : 0 = Je ne connais rien ; 1 = Je ne connais pas grand-chose ; 2 = Je connais un peu et 3 = Je connais bien. Les moyennes obtenues pour les personnels et les élèves sont présentées dans le tableau 2.

Tableau 2 : Scores de la moyenne pour les personnels et les élèves de Y3 et Y6 pour une série de questions sur le niveau de connaissance de la sécurité en ligne dans le cadre de l’utilisation des réseaux sociaux. (0 = Je ne connais rien ; 1 = Je ne connais pas grand-chose ; 2 = J’ai des connaissances ; 3 = Je connais beaucoup)

Aspects de la connaissance de la sécurité en ligne

3e année

(n = 59)

6e année

(n = 106)

Personnels

(n = 32)

Utilisation sûre des réseaux sociaux

1.98

2.72

2.66

Création d’un pseudonyme sûr

2.32

2.73

2.66

Création d’un mot de passe sûr

2.20

2.79

2.72

Téléchargement d’images convenables

1.77

2.58

2.23

Rédaction d’un blog en sécurité

1.80

2.24

2.39

Reconnaissance si un site web est sûr

1.96

2.32

2.74

Se faire des amis en toute sécurité sur les réseaux sociaux

1.82

2.46

2.65

Rédaction de commentaires constructifs sur les sites web

2.02

2.16

2.65

Faire des recherches en ligne en sécurité

n/a

2.66

2.65

Connaître ce qu’est un copyright

n/a

1.76

2.59

Création de ressources qui peuvent être partagées en sécurité

n/a

1.67

2.23

Partage de fichiers, images et textes sur un réseau social en sécurité

n/a

2.27

2.43

Signaler un contenu désagréable ou négatif

n/a

2.47

2.30

26Globalement, les personnels ont obtenu les meilleurs scores avec des réponses allant de « connaître un peu » à « connaître bien » pour la plupart des items. Les Y6 ont aussi affiché des scores assez élevés pour tous les items, excepté pour la question concernant le copyright et celle concernant la création de dossiers à partager en toute sécurité. Les élèves de Y3 ont les scores les plus bas avec des estimations allant de « ne pas connaître grand-chose » à « connaître un peu » pour la plupart des items, sauf pour la création de pseudonymes et de mots de passe sûrs ainsi que la rédaction de commentaires constructifs pour lesquels ils disent « connaître un peu ».

27Pour résumer, des 13 éléments sur la sécurité en ligne identifiés dans la ressource Safe, ce sont les personnels qui déclarent le plus haut niveau de connaissance et les Y3 le plus faible. Les élèves de Y6 ont rapporté des niveaux de connaissance similaires à ceux des personnels pour plus de la moitié des situations proposées.

L’utilisation d’un réseau social spécifique

28Nous avons ensuite demandé aux personnels et aux élèves de choisir le réseau social qu’ils utilisaient le plus pour communiquer avec leurs amis et de répondre à des questions à ce sujet. 151 participants ont répondu utiliser un réseau social en ligne ; 27 adultes ; 79 élèves de Y6 et 45 élèves de Y3. Seulement 5 adultes, 27 élèves de Y6 et 9 élèves de Y3 ont déclaré ne pas utiliser de réseau social.

29Parmi les répondants qui utilisent un réseau social, la majorité des personnels (82 %) et près de la moitié des Y6 (47 %) ont sélectionné Facebook. La majorité des Y3 (57 %) ont cité Moshi Monsters. Une minorité des personnels utilise Twitter, WhatsApp et les emails. Les 53 % restants des Y6 ont mentionné Skype, MSN, Club Penguin, Xbox Live, email, YouTube et Poptropica alors que les 43 % des Y3 restants ont choisi Bin Weevils, Skype, Club Penguin, Habbo, Movie Star Planet, Superbia et GMail Miniclip.

Âge de la première utilisation d’un réseau social

30À la question sur l’âge auquel ils ont commencé à utiliser un réseau social, 89 % des Y6 ont déclaré entre huit et neuf ans (moyenne : 8,45 ans). Par contre, 68 % des Y3 ont déclaré avoir commencé entre six et huit ans, dont un tiers d’entre eux qui ont débuté alors qu’ils avaient moins de cinq ans (moyenne : 6,02 ans – voir graphique 1). Nous avons demandé aux personnels depuis combien de temps ils utilisaient leur réseau social et la réponse s’est située entre un et six ans (moyenne : 3,3 ans).

Graphique 1 : Âge de la première utilisation d’un réseau social déclarée par les 3e et 6e année.

Graphique 1 : Âge de la première utilisation d’un réseau social déclarée par les 3e et 6e année.

Profils personnels

31Un certain nombre de questions ont été posées aux utilisateurs de réseaux sociaux sur leurs profils personnels et leurs options de sécurité. Un profil personnel peut comprendre des informations personnelles telles qu’un nom, l’adresse personnelle, le numéro de téléphone, l’adresse email, des informations sur la famille, les amis, les loisirs, les actualités, des descriptions personnelles et des photographies. Nous avons trouvé une association significative entre l’appartenance à un groupe d’âge et le type d’informations personnelles diffusé comme l’indique le tableau 3 ci-dessous.

Tableau 3 : Informations fournies par les 3e et les 6e années et les personnels sur le profil personnel qu’ils utilisent pour un réseau social spécifique

Types d’informations publiées sur les profils personnels

3e année (Y3)

(n = 45)

6e année (Y6)

(n = 79)

Personnels

(n = 27)

Nom

77 %

83 %

96 %

Adresse personnelle

31 %

6 %

0

Numéro de téléphone

20 %

6 %

4 %

Email

42 %

35 %

33 %

Famille

29 %

38 %

37 %

Amis

58 %

61 %

48 %

Loisirs

51 %

64 %

33 %

Actualités

49 %

32 %

14 %

Photographies personnelles

24 %

54 %

78 %

Autres images

22 %

53 %

48 %

32Les Y3 publient plus souvent leur adresse personnelle que les adultes ou les Y6 (χ2 (2) = 21.1, p <.001). Ils donnent aussi plus de nouvelles les concernant (χ2 (2) = 9.5, p <.008). Toutefois, les personnels publient des photographies personnelles plus souvent que l’ensemble des élèves interrogés (χ2 (2) = 20.1, p <.001), avec seulement une minorité d’élèves de Y3 qui publient des photos d’eux-mêmes. Les élèves sont plus nombreux à donner des informations sur leurs loisirs que les adultes (χ2 (2) = 7.1, p <.028) et une minorité significative de Y3 publie son numéro de téléphone (voir tableau 3). Nous n’avons pas constaté de différence entre les trois groupes d’âge pour les autres aspects concernant les profils personnels.

33Globalement, les personnels et les élèves de Y6 ont déclaré publier moins d’informations personnelles sur leurs profils que les Y3. En ce qui concerne ces derniers, un tiers d’entre eux diffusent leur adresse personnelle et un cinquième donnent leur numéro de téléphone.

34Une question supplémentaire concernait le commentaire des photos publiées. Les deux tiers des personnels (67 %), la moitié des Y6 (49 %) et un tiers des Y3 ont déclaré commenter leurs photographies régulièrement ou occasionnellement. Parmi ceux qui commentent leurs photos, la majorité n’incluait pas d’informations personnelles.

Options de confidentialité

35L’information sur les profils personnels a été plus riche en termes d’options de confidentialité. Nous avons posé une question sur le nombre de personnes qui pouvaient avoir accès au profil des répondants. Les participants ont eu à choisir entre quatre options : seulement moi ; seulement mes amis ; des groupes d’amis ; accès libre. Ces descripteurs plutôt génériques reprennent les options de Facebook et vont de l’accès le plus restreint (seulement moi) au plus libre (tout le monde).

36Le tableau 4 présente les données obtenues quant au niveau de confidentialité des profils selon l’appartenance à un groupe d’âge. La majorité des personnels (96 %), des Y6 (81 %) et des Y3 (79 %) ont un profil à accès restreint, soit « amis seulement », soit « seulement moi ». Ainsi, l’information publiée sur leurs profils personnels est généralement sécurisée. Toutefois, une minorité de Y3 (n = 8) et de Y6 (n = 10) ainsi qu’un membre du personnel ont déclaré des profils ouverts à des groupes d’amis ou publics. Lorsqu’on considère le type d’informations personnelles publié par certains élèves, ceci est un comportement à risque en ligne.

Tableau 4 : Options de confidentialité pour les personnels, les élèves de 3e année et les élèves de 6e année.

Type d’option de confidentialité

3e année (Y3)

(n = 45)

6e année (Y6)

(n = 79)

Personnel

(n = 27)

Seulement moi

22 %

20 %

7 %

Seulement les amis

51 %

59 %

85 %

Des groupes d’amis

9 %

7 %

0 %

Tout le monde

9 %

7 %

3 %

Autre type d’option

9 %

7 %

5 %

Pseudonymes et mots de passe

37Nous avons interrogé le niveau de sécurité des pseudonymes et des mots de passe au moyen d’une question à échelle : « pas sûr du tout » ; « plutôt sûr » ; « très sûr ». 84 % des Y3 ; 65 % des Y6 et 56 % des personnels ont estimé que leur pseudonyme et leur mot de passe étaient très sûrs. Les autres participants pensent qu’ils sont plutôt sûrs. Bien que les résultats au test du Chi2 ne soient pas significatifs, le sentiment que les pseudonymes et les mots de passe utilisés sont sûrs décroît avec l’âge.

38Une série supplémentaire de questions interrogeait les participants sur la composition de leur mot de passe : utilisation de lettres, symboles, chiffres, un nom, un mot inventé, plus de huit caractères et combinaison de lettres minuscules et majuscules. Il leur était aussi demandé s’ils utilisaient le même mot de passe pour différents sites et si quelquun dautre queux le connaissait. On constate peu de différences dans la composition des mots de passe selon l’âge, la plupart des adultes et des élèves utilisant une combinaison de lettres et de chiffres. De plus, 50 % des personnels et 48 % des Y6 utilisent plus de huit caractères. Les adultes (46 %) sont plus nombreux à utiliser une combinaison de lettres majuscules et minuscules (χ2 (2) = 15.3, p <.001). Des noms sont légèrement plus utilisés par les Y3 (42 %) et les Y6 (35 %) que par les personnels (12 %).

39L’association entre l’appartenance à un groupe d’âge et l’utilisation du même mot de passe pour différents réseaux sociaux est significative (χ2 (4) = 15.8, p <.003), avec 62 % des personnels, qui utilisent leur mot de passe pour divers sites alors que 74 % des Y6 et 54 % des Y3 ont recours à des mots de passe différents.

40Nous constatons aussi une relation significative entre l’appartenance à un groupe d’âge et le fait qu’une autre personne ait connaissance du mot de passe (χ2 (2) = 23.0, p <.001). Si 92 % des personnels et 62 % des Y6 gardent leur mot de passe secret, en revanche 67 % des Y3 le partagent avec quelqu’un d’autre, en général un membre de la famille ou des amis. Ceci, souvent parce qu’on le leur a demandé dans une perspective de supervision et de protection. Toutefois, les entretiens menés avec les Y3 révèlent que le partage des mots de passe avec des amis a occasionné des problèmes de sécurité, notamment de piratage (accès non autorisé à des données dans un système ou un ordinateur – Oxford dictionary, 2014).

Sentiment de sécurité sur le réseau social personnel

41Les personnels et les élèves ont été interrogés au sujet de leur sentiment de sécurité sur leur réseau social au moyen d’une question à échelle en 3 points (1 = pas très sûr, 2 = plutôt sûr, 3 = très sûr). Les personnels et les élèves de Y6 ont ensuite dû expliquer leur réponse dans une question ouverte. Comme exposé dans le graphique 2, les résultats indiquent une relation significative entre l’appartenance à un groupe d’âge et le sentiment de sécurité sur les réseaux sociaux (χ2 (4) = 19.7, p <.001). Alors que 70 % des personnels ont répondu se sentir seulement « assez sûr » car préoccupés par les questions de confidentialité (plus précisément par rapport à leurs amis et aux problèmes de piratage), 65 % des Y6 et 80 % des Y3 ont déclaré se sentir très en sécurité.

Graphique 2 : Sentiment de sécurité déclaré par les 3e et 6e année et le personnel pour l’utilisation d’un réseau social spécifique.

Graphique 2 : Sentiment de sécurité déclaré par les 3e et 6e année et le personnel pour l’utilisation d’un réseau social spécifique.

Nombre d’amis en ligne

42Nous avons questionné les personnels et les élèves sur leur nombre d’amis dans leur réseau social et s’ils acceptaient toutes les demandes d’ajout d’amis. Globalement, le nombre d’amis augmente significativement avec l’âge (χ2 (2) = 37.4, p <.001). Les adultes ont entre 10-400 amis (moyenne : 141), les Y6 entre 0 et 479 amis (moyenne : 92) et les Y3 entre 0-157 amis (moyenne : 46). Tous les adultes participants (100 %) et la plupart des Y6 (95 %) ont déclaré qu’ils n’acceptaient pas toutes les demandes d’amis. Toutefois, 45 % des Y3 acceptent toutes les requêtes.

Copyright

43Une question au sujet du copyright cherchait à savoir si les personnels et les élèves de Y6 téléchargeaient des images ou des textes dInternet sur les réseaux sociaux (nous navons pas posé cette question aux Y3). La question était en trois points (1 = non, je ne le fais pas ; 2 = oui, parfois ; 3 = oui, je le fais). De plus, il a été demandé aux personnels et aux élèves de dire quelle était l’origine des documents téléchargés. Nous ne constatons pas de différence significative entre les groupes d’âge avec 74 % des adultes et 47 % des élèves qui n’utilisent pas d’images ou textes téléchargés sur Internet sur leur réseau social. Parmi les élèves qui déclarent télécharger des documents, 35 % d’entre eux ne le font qu’occasionnellement. La plupart des répondants disent trouver ces images ou textes sur Google. Les adultes téléchargent aussi des informations de la BBC ; de sites dactualités ; de Sky Sport News et de sites d’amis. Les Y6 téléchargent à partir de sites interactifs tels que G + et Facebook. Ils téléchargent des bandes dessinées et mettent leurs propres photos en ligne.

Partage de documents et de fichiers

44Un des aspects relevant du copyright est le partage de média et de données sur les réseaux sociaux. Afin de mieux connaître quels étaient les types de documents partagés et par quels moyens les participants y accédaient, nous avons demandé au personnel et aux Y6 (les Y3 n’étaient pas invités à répondre à cette question) de choisir à partir d’une liste à choix multiples qui comprenait un blog, un podcast, une vidéo, une un animation et diaporama.

45En ce qui concerne le partage de fichiers ou de documents multimédia, 61 % des Y6 et 52 % des personnels ont déclaré ne pas créer ou partager ce type de ressources. Une minorité des Y6 a dit s’adonner à cette activité. Il s’agit de blogs pour la plupart (43 %), de vidéos (37 %) et de diaporamas (30 %) avec une minorité d’élèves qui partagent des animations (13 %) et des podcasts (3 %). Parmi les 48 % des personnels qui disent partager des fichiers et des ressources multi-média, la plupart partagent des vidéos (58 %) alors que d’autres partagent des blogs (17 %) et des animations (8 %). D’autres formes de partages concernent des photos (personnels et élèves) et les Y6 disent partager des musiques et des présentations.

Expériences déplaisantes sur les réseaux sociaux personnels

46Nous avons demandé aux participants s’ils avaient vécu des expériences déplaisantes sur leur réseau social. Ils devaient choisir ces expériences à partir d’une liste à choix multiples comprenant le piratage, le cyberharcèlement, la création d’un faux compte à leur nom et être ennuyés par une tierce personne.

47La plupart des personnels (88 %) et des Y6 (73 %) disent ne pas avoir subi ce type d’expérience. Par contre, cela n’est le cas que pour 58 % des Y3. Cette association négative entre l’appartenance à un groupe d’âge et des expériences déplaisantes sur les réseaux sociaux est significative (χ2 (2) = 7.4, p <.024). Parmi les 27 adultes et les 124 élèves qui ont un réseau social, trois adultes (11 %), 20 élèves de Y6 (25 %) et 15 de Y3 (33 %) ont signalé une expérience négative ou désagréable. Le piratage est l’expérience la plus mentionnée tant par les adultes que par les élèves. Cependant, les Y6 sont plus nombreux à rapporter des situations de cyberharcèlement que les élèves plus jeunes ou les personnels. Les autres expériences déplaisantes déclarées sont les insultes, l’usurpation d’identité visant à tromper leurs amis, le raccrochage intempestif à des appels sur Skype, un piratage et l’intrusion sur un ordinateur avec des « messages désagréables ». Les Y3 rapportent des grossièretés, le vol de « moshlings » (des bébés monstres qui sont des récompenses sur Moshi Monsters) et « des mensonges ».

Stratégies d’adaptation

48Les trois adultes et les 35 élèves qui ont déclaré des expériences négatives sur leur réseau social personnel ont été invités à sélectionner des stratégies d’adaptation à partir d’une liste à choix multiples qui comprenait : se confier à un ami ; se confier à un parent ; se confier à un enseignant ; rétorquer à la personne responsable ; faire un signalement sur le site web ; faire un signalement à la police ou aux agents de sécurité de l’école ; ne rien faire.

49Les élèves utilisent l’ensemble des stratégies proposées sauf le signalement aux agents de sécurité (Agents de Police pour des Écoles plus Sûres – Safer Schools Police Officer). La plupart des répondants disent en parler à leurs parents ou à leur tuteur et d’autres à un ami ; signaler l’incident au site web ; confronter la personne responsable et le signaler à un enseignant. Quatre élèves de Y3 et un élève de Y6 ont déclaré l’incident à la police tandis que quatre autres n’ont rien fait. Les enseignants répondent à la personne et font un signalement sur le site web concerné. Les autres stratégies mentionnées par les personnels et les Y6 sont le changement de mot de passe et d’adresse email ou encore ignorer la personne. Un élève de Y6 a rapporté avoir contacté le parent du harceleur et un Y3 a piraté le compte de son harceleur.

Harceler les autres sur les réseaux sociaux

50Nous avons demandé aux personnels et aux élèves s’ils avaient été auteurs d’une action déplaisante à l’encontre de quelqu’un d’autre. Il s’agissait de piratage, cyberharcèlement, création de faux compte et ennuyer quelqu’un comme pour la question précédente.

51L’ensemble des adultes, 92 % des Y6 et 83 % des Y3 ont déclaré ne rien avoir fait de semblable. Des 13 élèves qui ont rapporté avoir ennuyé quelqu’un, six étaient des Y6 et 7 de étaient des Y3. Le principal forfait était le piratage du compte de quelqu’un. Deux élèves de Y6 ont aussi avoué avoir créé un faux compte. Les élèves ont signalé d’autres attitudes déplaisantes telles que « dire des méchancetés » (Y6) et pirater un compte pour « se venger ».

Empreinte digitale

52Être conscient de son empreinte digitale et pouvoir la contrôler est un élément essentiel de la sécurité en ligne. Webopedia définit lempreinte digitale sur internet comme :

« … L’expression utilisée pour décrire le chemin, les traces ou « empreintes » que les gens laissent en ligne. Il s’agit d’informations transmises en ligne, telles que l’enregistrement de forum, e-mails et des pièces jointes, le téléchargement de vidéos ou d’images numériques et de toute autre forme de transmission de l’information – ces informations laissent des traces de renseignements personnels vous concernant à la disposition des autres en ligne (http://www.webopedia.com/​TERM/​D/​digital_footprint.html, consulté 03/2014). »

53Nous avons demandé aux personnels et aux élèves s’ils pouvaient définir l’expression « empreinte digitale ». La vaste majorité des Y6 (98 %) et des Y3 (91 %) ainsi que les deux-tiers des personnels (65 %) ne savaient pas ce qu’était une empreinte digitale. Parmi les sept élèves qui disaient savoir ce dont il s’agissait, seulement deux ont pu donner une définition. Un élève de Y3 a dit qu’il s’agissait d’un « virus » et un autre de Y6 qu’il s’agissait « d’assurer la sécurité des gosses sur l’ordinateur ». Des onze adultes qui ont tenté de donner une définition, seulement six se sont approchés de la bonne réponse :

« Il s’agit de votre activité en ligne – des sites que vous visitez, sur lesquels vous vous inscrivez ou vous enregistrez. D’activité sur les blogs (tout ce que vous écrivez ou téléchargez et que vous laissez derrière vous ».

« Il sagit des traces que vous laissez chaque fois que vous publiez quelque chose en ligne- toutes vos publications restent là et sont traçables ».

54D’autres définitions n’étaient que partiellement correctes, leurs auteurs pensant qu’il s’agissait de données que l’on gardait sur les comptes en ligne (mots de passe ; cookies ; suivi des achats en ligne et la présence d’une personne en ligne).

Conseils et accompagnement pour la sécurité en ligne à l’école

55Une dernière question concernait les conseils et l’accompagnement fournis aux personnels et aux élèves sur les questions de sécurité en ligne dans leur établissement scolaire. Les répondants ont été invités à évaluer la quantité de conseils et d’accompagnement proposés par l’établissement sur une échelle en 3 points (1 = Rien ; 2 = Un peu ; 3 = Beaucoup). Nous leur avons demandé ensuite de compléter leur réponse par une description de ce que proposait l’école. La plupart des personnels et des élèves ont répondu à cette question, toutefois les Y3 n’étaient pas invités à décrire laccompagnement.

56L’appartenance à un groupe d’âge et l’évaluation de la quantité de conseils et d’accompagnements proposés par l’établissement scolaire sont faiblement associés (χ2 (4) = 9.3, p <.054). 77 % des Y6, 63 % des personnels et 56 % des Y3 estiment que leur école leur offre une grande quantité de conseils et d’accompagnement. Les autres participants pensent que leur établissement propose peu d’accompagnement sur la sécurité sur internet.

57Pour les personnels, cet accompagnement prend la forme de formations régulières (réunion de personnel ; sessions spéciales de formation continue ; mises à jour et informations régulières au moyen de mémos et lettres ; mesures de sécurité en ligne et règles quant à l’utilisation correcte et éthique d’internet ; acquisition de connaissances lors de l’élaboration de cours pour les élèves ; guide à destination des enseignants sur l’utilisation des réseaux sociaux ; informations et mises à jour par le coordinateur en charge des TICE et supervision générale de l’utilisation des ordinateurs dans l’établissement scolaire).

58Les élèves de Y6 ont cité des instructions quant à la sécurité en ligne ; des cours sur l’utilisation des TICE ; des sites web (Thinkuknow, Kidsmart, cyber-café) ; des posters affichés dans l’établissement scolaire ; des vidéos ; des rappels réguliers ; identifier des moyens de signalement en cas de problèmes (par exemple en cas de cyberharcèlement) ; des réunions à ce sujet et des courriers envoyés au domicile. L’information quant à la sécurité en ligne est aussi diffusée au moyen de mesures pratiques comprenant le filtre intranet de l’école ; l’accompagnement individuel par les enseignants et la supervision parentale.

Discussion

59Les résultats de cette recherche donnent un aperçu du niveau de connaissance et de l’utilisation des réseaux sociaux par les personnels des établissements scolaires et les élèves. Les adultes utilisent les réseaux sociaux et ont un niveau de connaissance des questions de sécurité en ligne égal à celui des élèves de 11 ans (Y6). Toutefois, ils connaissent moins bien les réseaux sociaux tels que Moshi Monsters alors que les élèves ont une plus grande connaissance des réseaux utilisés par les adultes tels que Facebook, Twitter et Skype. Les adultes et les élèves les plus âgés affichent des niveaux de connaissance quant aux comportements sûrs en ligne similaires alors que les plus jeunes sont moins informés.

60Ce manque de connaissance se reflète dans la pratique des plus jeunes qui disent avoir eu accès à des réseaux sociaux dès l’âge de quatre/cinq ans. Les résultats présentés dans le graphique 1, bien que produits à partir d’un faible échantillon, suggèrent un tournant dans les usages lors des trois dernières années avec une première connexion sur un réseau social plus précoce. Ceci est dans la lignée des résultats du rapport Eu Kids Online sur le sujet (Holloway et al., 2013). Une minorité significative d’élèves parmi les plus jeunes publient leurs noms, leurs adresses personnelles et leurs numéros de téléphone sur leur profil qui est peu sécurisé (accessible à tout le monde). Certains d’entre eux partagent aussi leur mot de passe et acceptent toutes les requêtes d’amis. Ce comportement illustre combien les utilisateurs les plus jeunes ont des compétences élevées quant à l’usage des TICE, mais pas la maturité nécessaire pour mesurer les conséquences de ce qu’ils font. Ce dernier point conforte les résultats d’une autre étude du groupe Eu Kids Online (Staksrud, Ólafsson & Livinsgtone, 2013) et souligne l’importance d’informer et de guider sur la sécurité sur Internet dès le plus jeune âge, plus souvent que cela n’est fait actuellement.

61Il existe une différence significative entre le sentiment de sécurité sur les réseaux sociaux exprimé par les personnels et celui des élèves. La plupart des adultes affirment se sentir seulement « assez en sécurité » sur leur réseau social alors que la plupart des élèves se sentent très en sécurité. Bien que la majorité des personnels et des élèves utilisent des options de confidentialité restrictives (seulement les amis), certains d’entre eux ont exprimé une préoccupation quant aux options de confidentialité des autres et le changement continuel de ces options sur les sites web. Le sentiment de sécurité sur les réseaux sociaux décroît avec l’âge.

62Quelques adultes et une minorité significative d’élèves ont vécu des expériences négatives sur leurs réseaux sociaux. La plupart ont été piratés, mais certains ont aussi été cyberharcelés ou ennuyés. Les personnels ont fait face à la situation en signalant l’incident sur le site web ou en répondant à la personne responsable. Les élèves se sont majoritairement confiés à un parent ou à leur tuteur. Confier ses problèmes à un enseignant fait partie des stratégies les moins mentionnées, ce qui rejoint réponses habituellement rapportées par les élèves du secondaire (Li, 2005). Le piratage est la forme de harcèlement la plus souvent rapportée, particulièrement chez les plus jeunes. Un élève de huit ans (Y3) a dit avoir piraté pour se venger. À nouveau, ceci reflète le haut niveau de compétence technique chez les très jeunes.

63Bien que les niveaux de conseil, d’accompagnement et de connaissance en termes de sécurité sur internet rapportés dans les trois écoles participantes soient très élevés tant pour les personnels que pour les élèves, nos résultats montrent que les adultes (à part quelques-uns) et les élèves sont encore susceptibles de vivre des expériences déplaisantes sur les réseaux sociaux. En particulier les jeunes élèves, âgés de sept ou huit ans affichent des niveaux très élevés de compétences dans lutilisation des réseaux sociaux, mais ils manquent souvent de compétences et de connaissance pour se protéger.

Forces et faiblesses de l’étude

64Cette recherche présente des limites. En particulier, en ce qui concerne la petite taille de l’échantillon et le fait que les écoles aient été sélectionnées pour leur intérêt pour les questions de sécurité sur internet. La passation des questionnaires pour les participants les plus jeunes a été réalisée en petits groupes et sous la supervision d’un chercheur ce qui implique de légères différences dans la méthodologie. Toutefois, ce travail présente l’avantage d’utiliser le même questionnaire pour les adultes et pour les élèves, permettant ainsi de comparer l’utilisation des réseaux sociaux et les niveaux de connaissance sur la sécurité en ligne. À notre connaissance, ceci n’avait pas été réalisé auparavant.

Implications pour la recherche et la pratique

65Nos travaux sont actuels dans le sens où les réseaux sociaux sont un des principaux moyens de communication en ligne et que l’on constate une augmentation de leur utilisation chez des enfants très jeunes, bien avant l’adolescence. Ces enfants présentent des compétences techniques considérables pour internet et les réseaux sociaux, mais sont potentiellement plus vulnérables en termes de sécurité par manque de connaissance et de compétences à ce sujet. Jones, Mitchell et Walsh (2013) ont réalisé une étude des programmes d’éducation à la sécurité sur internet dans laquelle ils soulignent la nécessité d’adapter ces programmes en fonction des résultats de la recherche scientifique et de les adapter au niveau de développement des utilisateurs. Ils préconisent aussi d’évaluer leur efficacité. Nous évaluons actuellement l’impact du programme DigitalMe pour la sécurité sur internet dans les écoles primaires et secondaires en Angleterre.

Haut de page

Bibliographie

Buckingham, D, & Villett, R. (2013). Digital generations: children, young people, and the new media. London: Routledge.

Holloway, D., Green, L. & Livingstone, S. (2013). Zero to eight. Young children and their internet use. LSE, London : EU Kids Online.

ICT Coalition (2014). New evidence, new challenges. London : EU Kids Online www.eukidsonline.net

Jones, L.M., Mitchell, K.J., & Finkelhor, D. (2012). Trends in youth internet victimization: Findings from three youth internet safety surveys 2000-2010. Journal of Adolescent Health, 50,179-186.

Jones, L. M., Mitchell, K. J., & Walsh, W.A. (2013). Evaluation of internet child safety materials used by ICAC task forces in school and community settings. Final Report. US Department of Justice. https://www.ncjrs.gov/pdffiles1/nij/grants/242016.pdf

Kwan, G.C.E. & Skoric, M.M. (2013). Facebook bullying : An extension of battles in school. Computers in Human Behavior, 29, 16-25.

Li, Q. (2005). Cyberbullying in Schools : Nature and Extent of Canadian Adolescents’Experience. Online Submission, Paper presented at the Annual Meeting of the American Educational Research Association (Montreal, Canada, Apr 2005). Consulté sur ERIC database, 03/2011.

Li, Q. (2008). Cyberbullying in schools: an examination of preservice teachers’perception. Canadian Journal of Learning and Technology, 34 (2), 75-90.

Livingstone, S., Haddon, L., Görzig, A. & Ólafsson, K. (2011). Risks and safety on the internet: The perspective of European children. Full findings. LSE, London : EU Kids Online.

Livingstone, S., & Smith, P. K. (2014). Research Review: Harms experienced by child users of online and mobile technologies: The nature, prevalence and management of sexual and aggressive risks in the digital age. Journal of Child Psychology and Psychiatry, Epub (sous presse)

Monks, C.P., Robinson, S. & Worlidge, P. (2012). The emergence of cyberbullying: A survey of primary school pupils’perceptions and experiences. School Psychology International, 33, 477-491.

Ofcom (2011). Children and parents: Media use and attitude. Retrieved 12 January 2012.

http://stakeholders.ofcom.org.uk/binaries/research/medialiteracy/oct2011/Children_and_parents.pdf (consulté 05/2014).

O’Keeffe, G. S., & Clarke-Pearson, K. (2011). The impact of social media on children, adolescents, and families. Pediatrics, 127(4), 800-804. Oxford Dictionaries (2014). http://www.oxforddictionaries.com/definition/english/hack

Mishna, F., Cook, C., Gadalla, T., Daciuk, J. & Solomon, S. (2010). Cyber Bullying Behaviors Among Middle and High School Students. American Journal of Orthopsychiatry, 80 (3), 362 – 374.

Pea, R., Nass, C., Meheula, L., Rance, M., Kumar, A., Bamford, H., Nass, M., Simha, A., Stillerman, B., Yang, S. & Zhou, M. (2012). Media use, face-to-face communication, media multitasking, and social well-being among 8- to 12-year-old girls. Developmental Psychology, 48, 327-336.

Smith, P.K., Thompson, F. & Davidson, J. (sous presse). Cyber safety for adolescent girls: bullying, harassment, sexting, pornography, and solicitation. Current Opinion in Obstetrics and Gynecology.

Smith, P.K., Mahdavi, J., Carvalho, M., Fisher, S., Russel, S., & Tippett, N. (2008). Cyberbullying: Its nature and impact in secondary school pupils. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 49, 376-385.

Staksrud, E., Ólafsson, K., & Livingstone, S. (2013). Does the use of social networking sites increase children’s risk of harm?. Computers in Human Behavior, 29(1), 40-50.

Tokunaga, R. S. (2010). Following you home from school: a critical review and synthesis of research on cyberbullying victimization. Computers in human behavior, 26, 277-287.

Werner, N.E., Bumpus, M., Rock, D. (2010). Involvement in Internet Agression During Early Adolescence. Journal of Youth Adolescence, 39, 607-619.

Haut de page

Notes

1 Ofcom est l’autorité de régulation de l’industrie des communications au Royaume Uni.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Âge de la première utilisation d’un réseau social déclarée par les 3e et 6e année.
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/787/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Graphique 2 : Sentiment de sécurité déclaré par les 3e et 6e année et le personnel pour l’utilisation d’un réseau social spécifique.
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/787/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fran Thompson et Peter K. Smith, « Usages et prises de risque sur les réseaux sociaux parmi les jeunes de 8-11 ans en Angleterre »Les dossiers des sciences de l’éducation, 33 | 2015, 31-48.

Référence électronique

Fran Thompson et Peter K. Smith, « Usages et prises de risque sur les réseaux sociaux parmi les jeunes de 8-11 ans en Angleterre »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 33 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/dse/787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.787

Haut de page

Auteurs

Fran Thompson

Chercheur à l’Unit for School and Family Studies, Department of Psychology du Goldsmiths college de l’University de Londres
f.thompson@gold.ac.uk

Peter K. Smith

Professeur émérite à l’Unit for School and Family Studies du Goldsmith college de l’Université de Londres
p.smith@gold.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search