Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Dossier : Cyberviolence et écoleLe harcèlement et le cyberharcèle...

Dossier : Cyberviolence et école

Le harcèlement et le cyberharcèlement en Espagne : typologie et diversité des pratiques de 2008 à 2011

Juan Calmaestra, Rosario Del Rey et Joaquín Antonio Mora-Merchán
Traduction de Séraphin Alava et Catherine Blaya
p. 49-67

Résumés

En Espagne, les études longitudinales sur le harcèlement et le cyberharcèlement sont rares. Le but de cet article est de comparer deux périodes : T1 (2008) et T2 (2011). L’échantillon est composé de 1 848 étudiants, dont 861 interrogés en T1 et les 987 étudiants restant en T2. L’échantillon est divisé en trois groupes d’âge : 12-13 ans ; 14-15 ans et 16-17 ans. Les résultats montrent que le harcèlement traditionnel n’augmente pas entre les deux mesures alors que le cyberharcèlement augmente significativement. Si en 2008, le moyen d’agression le plus courant était la messagerie instantanée, nous notons qu’en 2011, la préférence va vers les réseaux sociaux.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs de cet article tiennent à remercier l’Union Européenne pour leur financement à travers le projet Daphné II (An investigation into forms of peer-peer bullying at school in pre-adolescent and adolescent groups : New instruments and preventing strategies ; Code : JSL/2096/DAE-1/241YC 30-CE-0120045/00-79) et DAPHNE III (Cyberbullying in adolescence : investigation and intervention in six European Countries ; Code : JLS/2008/CFP/DAP/2008-1) ainsi que le projet VIEJUCO du plan national de R + D + I du Ministère de la Science et la Technologie du Royaume d’Espagne (PSI2010-17246) et le projet d’excellence « El Afrontamiento del Cyberbullying : Análisis de las Estrategias Utilizadas y Evaluación de su Impacto » du Ministère de l’Innovation, des Sciences et de l’Entreprise du gouvernement Andalou (SEJ-6156)

Introduction

1Les recherches sur les phénomènes de harcèlement à l’école ont plus de 30 ans. Durant cette période d’évolution et de développement scientifique, les chercheurs se sont concentrés sur l’étude et la publication de différents aspects du problème. Les études ont porté sur la description du phénomène, sa prévalence, sa place dans l’école, les facteurs personnels et interpersonnels en jeu et l’étude des causes et des conséquences sociales de ces actes (Ortega, 2010 ; Smith & Brain, 2000). Depuis les années 90, il existe un large consensus dans la communauté scientifique internationale pour caractériser le phénomène du harcèlement. Ses caractéristiques sont les suivantes : l’intention d’agresser, la durée de l’agression et sa répétition au fil du temps, ainsi que le déséquilibre de pouvoir qui s’établit entre la victime et l’agresseur (Ortega et Mora-Merchán, 2000 ; Smith & Brain, 2000). A ces caractéristiques, Ortega a ajouté la perversion morale qui se caractérise par le fait que le harcèlement est une agression injustifiée, bien que l’agresseur puisse avoir des raisons d’exercer son comportement immoral (Ortega, 2010). En ce qui concerne l’intentionnalité, la communauté scientifique reste divisée.

2Les faits de harcèlement se divisent principalement en deux catégories : le harcèlement direct ou indirect (Björkqvist, Lagerspetz & Kaukiainen, 1992). Cette distinction souligne les différences en termes psychologiques, dans le comportement de l’agresseur et en termes de conséquences sur les victimes. Ce n’est pas le même phénomène d’agresser la victime directement que de passer par des tiers ou en tant que victime, de ne pas connaitre personnellement l’auteur. Il est différent d’avoir une relation médiatisée par des tierces parties ou par des éléments technologiques. Les faits de harcèlement direct comprennent l’agression physique et verbale, même si les deux sont souvent concomitantes alors que le harcèlement indirect comprend des comportements tels que l’exclusion sociale, la propagation de rumeurs et de mensonges au sujet des victimes avec l’intention de nuire à leur réputation ou à leur popularité.

3Ces dernières années, le harcèlement a émergé dans les nouvelles formes de communication sociale, englobant les technologies de l’information et de la communication (TIC). Ainsi apparaît une nouvelle forme de harcèlement connu sous le nom de cyberharcèlement (Campbell, 2005, Smith et al., 2008). Dans ce cas, les caractéristiques des TIC et la dynamique de la communication médiatisée par ordinateur (Computer Mediated Communication, ou CMC) expliquent que le harcèlement devient un phénomène différent, tout en conservant les quatre aspects identifiés précédemment. La même définition que celle du harcèlement est généralement appliquée au phénomène (Dehue, Bolman & Vollink, 2008 ; Ortega, Calmaestra & Mora-Merchán, 2008 ; Smith et al., 2008). Cela n’est toutefois pas restrictif et des caractéristiques spécifiques au cyberharcèlement sont décrites (Dehue et al., 2008 ; Ortega et al., 2008 ; Slonje & Smith, 2008). La définition reste pourtant l’objet d’un débat au sein de la communauté scientifique (Dooley, Pyzalski & Cross, 2009 ; Menesini & Nocentini, 2009).

4De notre point de vue, le cyberharcèlement est une nouvelle forme d’intimidation qui implique l’utilisation d’appareils numériques et les téléphones mobiles. Ces instruments permettent d’agresser par des textes, des appels, des clips vidéo, ou d’avoir un comportement agressif en utilisant toutes les possibilités de l’Internet (E-mail, messagerie instantanée, chat, pages Web). Tout appareil numérique qui permet la communication peut être utilisé pour harceler, menacer ou intimider quelqu’un délibérément. La cohérence conceptuelle d’un phénomène bien défini et étudié nécessite de vérifier que les quatre caractéristiques du harcèlement sont encore présentes même si celles-ci évoluent avec les nouveaux outils numériques. Le déséquilibre de pouvoir qui peut être établi entre l’agresseur et sa victime fait référence à la vulnérabilité éventuelle de cette dernière du fait qu’elle ne peut pas toujours intervenir sur son agresseur pour mettre fin à l’agression et prendre le problème en charge immédiatement (par exemple lorsqu’il s’agit d’une agression anonyme ou lorsque la victime est dans l’incapacité de supprimer un contenu désagréable ou cruel à son encontre). La répétition peut être dans la forme même de harcèlement ou résider dans l’impossibilité d’éliminer un contenu. Il peut s’agir de publications sur les plateformes numériques, ou encore d’une vidéo sur un site web, dont l’accès par un nombre incalculable de personnes est illimité. Chaque fois qu’une personne ou la victime voient ou lisent cette agression, nous comprenons qu’elle est répétée. Le public potentiel de l’agression est un des éléments les plus embarrassants pour la victime (Nocentini et al., 2010 ; Slonje & Smith, 2008). La perversion morale se produit dans les deux phénomènes (harcèlement traditionnel ou numérique) de la même façon. Tout comme pour le harcèlement traditionnel, pour le cyberharcèlement, l’intentionnalité génère la controverse.

5Jusqu’à présent, dans les premières études le cyberharcèlement a été abordé de façon similaire par les chercheurs, soit en considérant les outils utilisés par l’agresseur contre sa victime (l’utilisation des téléphones mobiles et l’utilisation d’Internet) (Dehue et al., 2008 ; Ortega et al., 2008 ; Raskauskas & Stoltz, 2007 ; Slonje & Smith 2008 ; Smith et al., 2008), soit en se centrant sur la modalité d’exécution du comportement agressif (Buelga, Cava & Musitu, 2010 ; Willard, 2005). Dans cet article, nous adoptons la première approche, en considérant le cyberharcèlement par le biais du téléphone et via Internet (Ortega et al., 2008 ; Patchin & Hinduja, 2006 ; Smith et al., 2008). Après une brève revue de la littérature sur la prévalence du harcèlement et du cyberharcèlement, nous analyserons les évolutions de ces dernières années en termes de types et de formes d’expression du phénomène. Nous analyserons ensuite les changements au niveau théorique de l’étude du phénomène.

6En ce qui concerne la prévalence du cyberharcèlement, nous savons que les faits varient d’un pays à l’autre. Les pourcentages les plus élevés des faits de harcèlement traditionnel sont constatés dans des pays comme l’Italie (41 %), puis l’Angleterre (27 %), le Portugal (20 %), l’Espagne (18 %), le Japon (11 %) et la Norvège (9 %) (Smith et al., 1999 ; Smorti, Menesini & Smith, 2003). Ces dernières années, les faits de violence ou de harcèlement varient de 10 % à 60 % (Perren, Dooley, Shaw & Cross, 2010 ; Raskauskas & Stoltz, 2007 ; Smith et al., 2008 ; Wang, Lannotti & Nansel, 2009). Craig et Harel (2004), dans l’enquête HBSC (Health Behavior in School-aged Children Survey) de 2001/2002, indiquaient que la prévalence moyenne du harcèlement dans les 35 pays étudiés était de 11 %, tant pour les agresseurs que pour les victimes. L’étude HBSC, de 2005/2006, publie des pourcentages assez similaires, sur un total de 202 056 participants de 40 pays, 10.7 % de l’échantillon se déclarent victimes, 12.6 % agresseurs et 3.6 % agresseurs et victimes (Craig et al., 2009). Ces pourcentages atteignent 20.6 % dans une étude postérieure sur le harcèlement réalisée dans onze pays européens (Analitis et al., 2009). Des études plus récentes en Espagne montrent des pourcentages qui oscillent entre 4.8 % et 23 % (Cerezo, 2009 ; Estevez Murgui & Musitu, 2009 ; Garaigordobil & Oñederra, 2008 ; Ortega, Elipe, Mora-Merchán, Calmaestra & Vega, 2009). Cerezo (2009) indique pour sa part une augmentation de 6 % du taux de harcèlement dans les 12 dernières années.

7En ce qui concerne la prévalence du cyberharcèlement, Mora-Merchán, Del Rey et Jäger (2010) ont recueilli des données au cours d’une recherche menée dans 20 pays européens, les États-Unis d’Amérique, l’Australie et le Japon. Le tableau ci-dessous répertorie les données relatives aux pays européens. On notera le cas de la Belgique avec plus de 50 % de l’échantillon impliqué dans le cyberharcèlement.

Tableau 1 : Pourcentage de personnes impliquées dans des actes de cyberharcèlement, pourcentage des personnes impliquées fréquemment entre parenthèses (Mora-Merchán et al., 2010).

Pays

 % Cybervictimes

 % Cyberagresseurs

Allemagne

20 (4) – 40

34

Australie

14

11

Belgique

61.9

52.5

Bulgarie

19

23

Danemark

12-16

---

Espagne

5.5 (0.4) – 20

5.4 (0.6) – 7.4

Finlande

2-20

0.4 – 2.5

France

18.4

---

Grèce

6

7

Hollande

3 -25

4 – 16

Irlande

10

6.5

Italie

9.5 (2.2)

9.1 (1.6)

Luxembourg

3.8 – 11.3

3.9 – 6

Norvège

0.4 – 16.8

1.4 – 11.7

Pologne

16.3

20

Portugal

10-17.4

12

Royaume-Uni

22 (6.6)

23 (2.6)

Suisse

5.3

10.3

8En Espagne, nous devons attendre 2007 pour pouvoir disposer des premières données sur la prévalence du cyberharcèlement (Del Barrio et al., 2008). Cette étude a révélé que 5.5 % des élèves ont déclaré être victimes (5.1 % au moins une fois par semaine et 0.4 % plus d’une fois par semaine) et 5.4 % des élèves interrogés (4.8 % occasionnellement et 0.6 % fréquemment) se disent agresseurs en utilisant des moyens cybernétiques. La première étude ayant porté spécifiquement sur le cyberharcèlement a été réalisée en 2007 (Ortega et al., 2008) auprès d’un échantillon de 830 élèves âgés de 12 à 16 ans. L’étude a montré que 26,6 % des participants ont été impliqués dans des actes de cyberharcèlement. Plus précisément, 3,8 % ont déclaré avoir été impliqués dans des cas graves ou très fréquents (1.7 % en agresseurs, de 1.5 % en tant que victimes et de 0.6 % comme des agresseurs/victimes) et 22.8 % modérément ou occasionnellement (5.7 % comme des agresseurs, 9.3 % en tant que victimes et 7.8 comme agresseurs/victimes). Les données indiquent également que le cyberharcèlement sur Internet est beaucoup plus fréquent que par téléphone mobile (Ortega et al., 2008). D’autres études indiquent que la prévalence du cyberharcèlement en Espagne se situe entre 16.6 % et 44.1 % (Avilés, 2009 ; Buelga et al., 2010 ; Calvete, Orue, Estevez, Villardón & Padilla, 2010).

9Les variables sexe et âge ont été largement étudiées dans les recherches sur les faits de harcèlement à l’école et de cyberharcèlement. La plupart des études s’accordent à dire que la variable sexe pèse de façon plus pertinente que l’âge. Ainsi, les garçons sont plus impliqués que les filles (par exemple Blaya, Debarbieux, Del Rey & Ortega, 2006 ; Del Barrio et al., 2008 ; Ortega et Mora- Merchán, 2000). Par contre, un plus grand nombre de filles que de garçons est en cause dans les situations de harcèlement indirect et cette différence est significative (Björkqvist et al., 1992; Coyne, Archer & Eslea, 2006 ; Crick & Grotpeter, 1995).

10En ce qui concerne le cyberharcèlement, les résultats sur l’influence de la variable sexe sont contradictoires. La plupart des études montrent une plus grande implication des garçons que des filles dans le rôle d’agresseur (Calvete et al., 2010 ; Dehue et al., 2008 ; Li, 2007 ; Slonje & Smith, 2008 ; Wang et al., 2009). En revanche, d’autres études ne montrent pas de différences significatives à cet égard (Calmaestra, Ortega et Mora- Merchán, 2008 ; Ortega et al., 2008 ; Williams & Guerra, 2007). En ce qui concerne les victimes, un certain nombre d’études ont trouvé que les filles étaient plus victimes que les garçons (Calmaestra et al., 2008 ; Dehue et al., 2008 ; Li, 2007, Ortega et al., 2008 ; Wang et al., 2009). Toutefois, d’autres recherches n’indiquent aucune différence (Juvonen & Gross, 2008 ; Slonje & Smith, 2008 ; Vandebosch & Van Cleemput, 2009). Très peu de travaux montrent la tendance inverse (Erdur-Baker, 2010).

11L’influence de l’âge semble être plus claire quant au harcèlement à l’école. Le taux de prévalence le plus élevé se situe autour de 11-14 ans, limite d’âge à partir de laquelle le phénomène semble diminuer (Olweus, 1999 ; Ortega et Mora-Merchán, 2000 ; Peskin, Tortolero & Markham, 2006). En ce qui concerne le cyberharcèlement, on constate une augmentation de la prévalence jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire obligatoire puis une stabilisation (Finkelhor, Mitchell & Wolak, 2000 ; Vandebosch & Van Cleemput, 2009) ou une diminution à partir de l’âge de 15 ans (Slonje & Smith, 2008). Cependant, un certain nombred’études ne trouve aucune différence statistique significative en fonction de l’âge (Calmaestra et al. 2008 ; Juvonen & Gross, 2008 ; Ortega et al., 2008).

12Plusieurs recherches nous ont permis de connaître l’évolution et le développement des problèmes de harcèlement à travers des études comparatives et longitudinales (par exemple Del Barrio et al., 2008 ; Sourander, Helstelä, Helenius & Piha, 2000). En ce qui concerne le cyberharcèlement, à notre connaissance, seules deux études sur le sujet ont comparé les données obtenues auprès de populations similaires à deux moments distincts. Ces études ont des conclusions convergentes (Jones, Mitchell & Finkelhor, 2012 ; Rivers & Noret, 2010) : la prévalence du cyberharcèlement a augmenté entre les deux temps de mesure.

13La recherche que nous présentons dans cet article a pour objectif de comparer l’évolution du cyberharcèlement entre 2008 et 2011 en Espagne. L’année 2011 étant une période où on peut postuler une utilisation quasi générale d’Internet et des téléphones mobiles chez les adolescents espagnols (INE, 2011). Cette comparaison portera sur la prévalence du harcèlement et du cyberharcèlement et ainsi que sur les différentes formes de cyberharcèlement. Nous posons l’hypothèse que la prévalence du « cyberharcèlement » a augmenté depuis 2008 alors que la prévalence du harcèlement est restée stable. En ce qui concerne les formes de harcèlement en ligne, il est supposé que l’inclusion de nouvelles formes de médias (réseaux sociaux principalement) peut être liée à une plus grande utilisation de ceux-ci dans les phénomènes du cyberharcèlement.

Méthodologie

Présentation de l’échantillon

  • 1 Enseignement Secondaire Obligatoire
  • 2 Baccalauréat

14La conception de la recherche est transversale et multi-séquentielle (Baltes, Lindenberger & Staudinger, 1998). En ce qui concerne la sélection des échantillons, nous avons utilisé un échantillonnage en grappes aléatoires simple. Nous avons considéré trois groupes d’âge, qui coïncident avec le cours de 1º de ESO1 (généralement âgés entre 12 et 13), 3 º ESO (généralement entre 14 et 15) et de 1º de Bachillerato2 (généralement 16-17 ans).

15Au total, l’étude a porté sur 1 848 élèves (52 % filles) avec un âge moyen de 14.43 ans (SD 1 824). Le temps T1 est 2008 avec 861 sujets et le temps T2 est 2011 avec 987 sujets. Tous les élèves interrogés sont scolarisés au sein de quatre écoles de la province de Cordoue, en Espagne. Les écoles et les niveaux retenus pour le T2 étaient les mêmes que ceux retenus pour le T1. Le tableau 2, présente la répartition de l’échantillon.

Tableau 2 : Répartition de l’échantillon selon le cours, le sexe et l’année de collecte de données.

Cours

Total

1º E.S.O.

3º E.S.O.

1º BACH*

T1 (2008)

Garçon

f

142

114

139

395

 %

16.5 %

13.2 %

16.1 %

45.9 %

Fille

f

142

144

180

466

 %

16.5 %

16.7 %

20.9 %

54.1 %

Total

f

284

258

319

861

 %

33.0 %

30.0 %

37.0 %

100.0 %

T2 (2011)

Garçon

f

165

155

167

487

 %

16.9 %

15.9 %

17.1 %

49.9 %

Fille

f

163

130

195

488

 %

16.7 %

13.3 %

20.0 %

50.1 %

Total

f

328

285

362

975

 %

33.6 %

29.2 %

37.1 %

100.0 %

*BACH : Bachillerato (équivalent du baccalauréat).

Outils de mesure

  • 3 « An investigation into forms of peer-peer bullying at school in pre-adolescent and adolescent grou (...)

16Pour la collecte des données, nous avons utilisé un questionnaire d’auto-évaluation puisque, selon Ahmad et Smith (1990), c’est la meilleure façon d’aborder ce type de recherche. Plus précisément, l’instrument est appelé Questionnaire DAPHNE (Genta et al., 2012.) et il a été conçu au cours du projet de recherche « An investigation into forms of peer-peer bullying at school in pre-adolescent and adolescent groups : new instruments and preventing strategies »3 (Code : JSL/2096/DAE-1/241YC 30-CE-0120045/00-79, financé par l’UE DAPHNE II). Le questionnaire DAPHNE a été conçu par les quatre équipes participant au projet à partir de deux questionnaires préalablement existants qui sont le questionnaire de l’équipe du Professeur Smith (Smith, Mahdavi, Carvalho & Tippett, 2006) et le questionnaire sur le cyberharcèlement conçu par l’équipe du professeur Ortega (Ortega, Calmaestra & Mora- Merchán, 2007). Afin d’améliorer la validité de l’outil, tel que proposé par Solberg & Olweus (2003), on peut trouver dans diverses parties du questionnaire DAPHNE, des explications et des exemples des termes utilisés et notamment sur la question du harcèlement et du cyberharcèlement. Nous utilisons les définitions suivantes :

17« Le harcèlement est un comportement répété de la part d’individus ou de groupes d’individus dont l’intention est de nuire, blesser, humilier une autre personne ou groupe de personnes. Il est différent des autres comportements agressifs dans le sens où il implique un déséquilibre de pouvoir, la victime étant incapable de se défendre.

18La cyberharcèlement est une nouvelle forme d’intimidation qui implique l’utilisation de téléphones mobiles (textes, appels, clips vidéo) ou d’Internet (e-mail, messagerie instantanée, chat, pages Web) ou d’autres technologies de l’information et de la communication pour harceler, menacer ou intimider délibérément quelqu’un ».

19L’outil global de recherche est composé de trois questionnaires, mais dans le présent article nous n’examinerons que la partie qui porte sur le harcèlement et le cyberharcèlement (37 items) et certaines variables d’identification telles que le sexe et l’année scolaire. Plus précisément, la comparaison temporelle a été faite sur les questions portant sur la participation des sujets en tant que victime (4 questions, une pour chaque type de harcèlement analysé), en tant qu’agresseur (4 questions comme dans le cas des victimes) : Avez-vous subi… (on spécifie alors le type de harcèlement direct ou indirect par l’intermédiaire de téléphone mobile ou de l’Internet) dans les deux derniers mois ? Et avez-vous été auteur de… (nous avons alors spécifié le type de harcèlement) envers quelqu’un dans les deux derniers mois ? Pour toutes les questions, nous avons proposé une échelle ordinale avec les options de réponse suivantes :
0 = Non, j’ai n’ai pas subi (type d’intimidation) dans les deux derniers mois,
1 = Seulement une ou deux fois, 2 = Deux ou trois fois par mois, 3 = Environ une fois par semaine, et 4 = Plusieurs fois par semaine ou plus. Nous avons suivi la même démarche pour les agressions. Nous avons inclus deux questions supplémentaires, l’une adressée aux victimes de cyberharcèlement via le mobile (Avez-vous été victime de harcèlement par téléphone mobile dans les deux derniers mois ?). L’autre question était adressée aux victimes de cyberharcèlement par l’intermédiaire d’Internet (Comment avez-vous été victime d’intimidation ou de harcèlement sur Internet dans les deux derniers mois ?)

Démarche

20La collecte des données a été effectuée directement par les membres du groupe de recherche. Le temps passé par chaque participant pour remplir le questionnaire variait de 30 à 50 minutes. L’enquêteur a consacré environ 5 minutes devant chaque groupe, à la présentation de l’enquête et la définition du harcèlement et du cyberharcèlement. Nous nous sommes assurés de la confidentialité et de l’anonymat des données recueillies.

Résultats

21La comparaison entre T1 et T2, en appliquant le test du chi-carré par rapport à la proportion de la participation (voir figure 1) pour chacun des types de harcèlement et de cyberharcèlement a mis en valeur des tendances intéressantes dans l’évolution du phénomène. Tandis que l’implication directe et indirecte dans des faits de harcèlement comme victime ne montre pas de variation entre T1 et T2, la participation comme agresseur augmente. Nous constatons une plus grande proportion d’agresseurs fréquents en T2 par rapport à T1 et ce, tant pour le harcèlement direct [χ2 (2, 1830) = 8.227, p <.05] que pour le harcèlement indirect [χ2 (2, 1831) = 14.815, p <.001]. L’agression sous forme de harcèlement indirect a également diminué de façon significative pour les agresseurs occasionnels (5 %).

22Dans les cas de cyberharcèlement par l’intermédiaire du téléphone portable nous n’avons pas noté de différence significative entre T1 et T2. Par contre le cyberharcèlement sur Internet affiche une augmentation. En effet la proportion de cyberharcèlement observée est près de 1,5 fois plus élevée pour les victimes occasionnelles en T2 par rapport à T1 [χ2 (2, 1831) = 12.051, p <.01]. On note aussi une diminution significative du nombre de spectateurs de ce type de phénomène en T2 avec une baisse de l’implication de 4.8 %. Pour les agressions, on ne constate pas d’augmentation statistiquement significative des faits rapportés [χ2 (2, 1822) = 5.834, p = 0.054]. Par contre, le nombre de personnes impliquées a augmenté entre T1 et T2.

Figure 1 : Pourcentages de chaque type d’implication dans les faits d’harcèlement ou de cyberharcèlement (*corrigée résidus < 1.96 ; ** corrigée résidus < 2.58). [Notez : V. O. = Victime Occasionnelle ; V. F. = Victime Fréquent ; A. O. = Agresseur Occasionnelle ; A. F. = Agresseur Fréquent]

Figure 1 : Pourcentages de chaque type d’implication dans les faits d’harcèlement ou de cyberharcèlement (*corrigée résidus < 1.96 ; ** corrigée résidus < 2.58). [Notez : V. O. = Victime Occasionnelle ; V. F. = Victime Fréquent ; A. O. = Agresseur Occasionnelle ; A. F. = Agresseur Fréquent]

23Lorsque l’on incorpore la variable sexe à l’analyse, on constate que l’augmentation de la proportion des agresseurs fréquents dans les situations de harcèlement direct n’est significative que chez les garçons [χ2 (2, 877) = 6.441, p <.05] et pas chez les filles [χ2 (2, 941) = 4.994, p = 0.084]. En ce qui concerne la victimation par le téléphone mobile, le taux d’implication des garçons a augmenté de T1 au T2, bien que les différences entre les groupes ne soient pas significatives [χ2 (2, 874) = 5.817, p = 0.055]. Cependant, les filles ont un taux d’implication constant. En ce qui concerne l’agression par le biais de l’Internet, où il n’existe pas de différences significatives entre T1 et T2, nous observons une augmentation statistiquement significative chez les garçons [χ2 (2, 869) = 6.330, p <.05] contrairement aux filles.

  • 4 Equivalent de la 6e.
  • 5 Equivalent de la classe de 2nde AQUI es necesario poner el equivalent del sistema frances, no hay q (...)

24L’analyse de l’influence du niveau d’études des élèves indique que le harcèlement indirect baisse entre T1 et T2 dans le cas des agresseurs occasionnels : en 1º ESO4 [χ2 (2, 608) = 11.131, p <.01] et en 1º BACH5 [χ2 (2, 681) = 8.506, p <.05]. La cybervictimation via le téléphone mobile a également montré des variations significatives. Dans ce cas, nous constatons une augmentation de la proportion des victimes occasionnelles en 1º ESO [χ2 (2, 612) = 8.543, p <.05] tandis que dans les autres cours les pourcentages restent stables. On trouve les mêmes différences pour la cybervictimation par Internet [χ2 (2, 607) = 10.251, p <.01], mais dans ce cas nous notons une augmentation des agressions [χ2 (2, 603) = 10.027, p <.01], avec une proportion plus élevée de victimes occasionnelles en 1º ESO.

25Afin d’affiner ces résultats, il a été décidé de comparer les taux de victimation ou d’agression entre ceux qui sont impliqués dans chaque type de harcèlement et de cyberharcèlement. A cet effet, nous avons proposé des rôles en fonction des réponses obtenues dans les différentes questions de victimation ou d’agression : agresseur, victime, agresseur/victime avec pour chaque cas une mesure de fréquence qui est la suivante : occasionnel et fréquent. Nous avons de plus inclus un rôle passif, celui de spectateur. Par spectateur, nous désignons les témoins qui ne sont pas directement impliqués dans le processus. L’étude a révélé des différences statistiquement significatives dans le cyberharcèlement par le biais d’Internet [χ2 (6, 1810) = 17.417, p <.01] et pour le harcèlement indirect [χ2 (6, 1813) = 14.489, p <.05]. La proportion de cyber victimes occasionnelles en T2 est presque deux fois plus élevée qu’en T1 (7.7 % au T2 contre 4 % en T1) et la proportion d’élèves passifs dans les cas de cyberharcèlement par le biais d’Internet était de 6.1 % plus importante en T1 qu’en T2. La proportion des victimes de harcèlement indirect a presque triplé de T1 (1.1 %) à T2 (2.9 %). Nous n’avons pas noté de différence significative pour les autres rôles étudiés.

26Après avoir vérifié les changements décrits ci-dessus, nous nous sommes intéressés à l’implication globale pour chacun des types d’harcèlement et pour cela nous avons regroupé les variables de victimation et d’agression dans une même variable (voir figure 2). Si un individu était déclaré comme victime de harcèlement ou comme agresseur lors des derniers mois, nous avons considéré qu’il avait été impliqué dans un acte de harcèlement. Les résultats indiquent que l’implication dans des faits de harcèlement direct [χ2 (1, 1 848) = 3.290, p <.05] tout comme dans des faits de cyberharcèlement sur Internet [χ2 (1, 1 848) = 12.772, p <.001] a été proportionnellement plus élevée en T2 qu’en T1. De même, le pourcentage d’implication dans le cyberharcèlement a augmenté dans la période considérée [χ2 (1, 1 848) = 4.587, p <.05]. Ce n’est pas le cas du harcèlement traditionnel [χ2 (1, 1 848) = 0.209, p = 0.341], pour lequel on constate une diminution entre T1 et T2 bien que les résultats ne soient pas significatifs.

Figure 2 : Implication globale dans des faits d’harcèlement ou de cyberharcèlement. * p <.05 ; ** p <.01

Figure 2 : Implication globale dans des faits d’harcèlement ou de cyberharcèlement. * p <.05 ; ** p <.01
  • 6 3°ESO est l’équivalent de la classe de 4ème.

27Si l’on inclut la variable sexe dans l’analyse, on observe que ce sont les garçons qui sont le plus concernés par cette augmentation des faits de harcèlement direct [χ2 (1, 882) = 5.649, p <.05] et non les filles et ceci même si l’augmentation générale d’implication dans du cyberharcèlement est homogène entre garçons et filles. Le niveau de scolarisation des élèves montre des différences intéressantes, comme nous l’avons noté précédemment. La participation au harcèlement indirect n’a pas montré de variation au total, mais si nous examinons les différents niveaux de scolarisation nous notons des différences importantes. En effet, les résultats montrent une augmentation des taux d’implication en 3º ESO6 [χ2 (1, 546) = 4.286, p <.05] et une réduction statistiquement significative en 1º BACH [χ2 (1, 685) = 4.760, p <.05]. De même, nous observons que le pourcentage de harcèlement traditionnel général (regroupant les formes directes et indirectes) diminue de près de 10 points pour les élèves de 1º BACH [χ2 (1, 685) = 6.687, p <.01]. L’augmentation de l’implication dans des faits de cyberharcèlement par le biais d’Internet et ainsi que pour le cyberharcèlement global a été plus prononcée pour les élèves de 1º ESO. Enfin, nous notons une diminution significative en T2 par rapport à T1 en 1º BACH. Cette évolution porte sur plus de sept points de pourcentage concernant l’implication globale (harcèlement traditionnel et électronique) [χ2 (1, 685) = 3.323, p <.05].

28Nous avons ensuite décidé d’étudier la convergence croissante entre les formes de harcèlement entre T1 et T2 (voir figure 3). Pour cela nous avons créé une nouvelle variable qui réunit tous les types de harcèlement c’est-à-dire le harcèlement traditionnel (cumul de harcèlement direct et indirect), puis le cyberharcèlement (cumul de cyberharcèlement par Internet et par téléphone mobile) et ce que nous appelons le harcèlement total (cumul de harcèlement traditionnel et cyberharcèlement). On constate une plus grande proportion de cumul en T2 qu’en T1. Cette différence est statistiquement significative pour le harcèlement traditionnel [χ2 (1, 1 848) = 11.269, p =.05] et le harcèlement global [χ2 (1, 1 848) = 13.627, p <.01].

Figure 3 : comparaison entre les différents types de harcèlement à T1 et T2 * p <.05, ** p <.01 pour les modalités de harcèlement traditionnel, les faits de Cyberharcèlement et l’ensemble des deux formes. (* résidus corrigés < 1.96 ; ** résidus corrigés < 2.58 pour les différentes classes au sein de chaque catégorie de harcèlement).

Figure 3 : comparaison entre les différents types de harcèlement à T1 et T2 * p <.05, ** p <.01 pour les modalités de harcèlement traditionnel, les faits de Cyberharcèlement et l’ensemble des deux formes. (* résidus corrigés < 1.96 ; ** résidus corrigés < 2.58 pour les différentes classes au sein de chaque catégorie de harcèlement).

29L’augmentation de la proportion de cumul dans le harcèlement traditionnel [χ2 (1, 882) = 11.251, p =.01] et le harcèlement total [χ2 (1, 882) = 11.558, p <.01], a eu lieu uniquement chez les garçons. L’analyse à partir de l’année de scolarité a montré une fois de plus, une diminution du nombre d’élèves qui n’ont pas été impliqués, et par conséquent l’augmentation de ceux qui sont impliqués dans les différents types de harcèlement en 1º BACH.

30Pour tester la seconde des hypothèses, en ce qui concerne la modification des formes de harcèlement, nous avons comparé les différents moyens de cyberharcèlement utilisés pour agresser les victimes (voir figure 4). Pour cette analyse nous avons considéré les victimes de cyberharcèlement via le téléphone mobile et via Internet afin d’analyser les manières dont elles avaient été agressées. En ce qui concerne le cyberharcèlement via le mobile, il a été observé une diminution de la proportion de victimes qui déclarent avoir été agressées par téléphone. En T1 cette modalité représentait 68.4 % des cas tandis qu’en T2, nous notons 50 % des cas. Toutefois, cette diminution n’est pas statistiquement significative [χ2 (1, 92) = 3.099, p <.1]. En ce qui concerne le cyberharcèlement par Internet, nous notons des différences significatives entre T1 et T2. Ces différences sont significatives pour les utilisateurs de messagerie instantanée [χ2 (1, 179) = 12.800, p <.001], des réseaux sociaux [χ2 (1, 179) = 48.120, p <.001] et des blogs [χ2 (1, 179) = 6.704, p <.05]. Dans le cas des messageries instantanées et des blogs, nous avons constaté une diminution marquée de la proportion de victimes entre T1 et T2. Les blogs comme lieu de l’agression sont passés de 8.2 % des agressions en T1 pour ne pas dépasser 1 % en T2. La proportion d’agressions sur des messageries instantanées a diminué de plus de la moitié (42.6 % à 17.8 %). Le contraire s’est produit avec les réseaux sociaux où l’on voit les agressions se multiplier par près de 6. Dans ce cas, nous passons de 11.5 % en T1 à 66.1 % en T2. Les réseaux sociaux sont les espaces les plus utilisés en T2 pour commettre un acte de cyberharcèlement, alors qu’en T1 ce n’était pas le cas.

Figure 4 : Comparaison entre les diverses voies de cyberharcèlement entre le temps T1 et le temps T2. + p <.1 ; * p <.05 ; ** p <.01

Figure 4 : Comparaison entre les diverses voies de cyberharcèlement entre le temps T1 et le temps T2. + p <.1 ; * p <.05 ; ** p <.01

31Les évolutions ne sont pas homogènes en ce qui concerne la variable sexe. Dans le cyberharcèlement par le biais d’appels téléphoniques, la proportion de garçons concernés est restée stable entre T1 et T2. Cette même proportion a diminué de façon significative chez les filles [χ2 (1, 55) = 3.939, p <.05]. L’étude de la variable « niveau d’études » est aussi significative. Cette analyse montre que la 1º BACH est l’unique niveau où le nombre d’agressions par l’intermédiaire d’un blog diminue de façon significative. [χ2 (1, 64) = 7.606, p <.05].

Discussion et conclusion

32Les données de cette recherche montrent que le harcèlement traditionnel, pris dans sa globalité, n’a pas changé de manière significative entre T1 et T2 – 2001 et 2008. Cependant, lorsque nous analysons les différentes formes d’expression nous notons d’importantes différences. On trouve une augmentation significative du nombre d’individus impliqués dans du harcèlement direct, notamment en ce qui concerne le nombre d’agresseurs fréquents. Les analyses montrent aussi une diminution du pourcentage d’élèves impliqués dans du harcèlement indirect (plus particulièrement pour les agresseurs occasionnels alors que l’on constate une augmentation des agresseurs fréquents). Ces résultats nous amènent à penser que les formes de harcèlement sont en train de s’aggraver ou que la sensibilité des élèves au phénomène est en augmentation. Ceci peut également s’expliquer par un effet induit des programmes d’intervention contre la violence à l’école, aujourd’hui mis en œuvre dans la plupart des établissements scolaires en Espagne. Ces programmes augmentent la capacité des sujets à identifier les faits de harcèlement qui, auparavant, pouvaient passer inaperçus.

33Le phénomène qui s’est le plus développé entre le T1 et T2 est le cyberharcèlement sur Internet, pour lequel la proportion de victimes occasionnelles a augmenté de près de 4 %. On ne note toutefois pas de différence entre T1 et T2 des niveaux généraux d’implication dans le cyberharcèlement via le téléphone portable. Une analyse plus poussée nous permet de souligner que ces phénomènes sont en augmentation en particulier chez les garçons et non chez les filles. De même, l’analyse montre une diminution des faits observés chez les élèves des années scolaires supérieures par rapport aux élèves des classes inférieures. Tout comme nous notons une plus forte croissance du cyberharcèlement. Cela nous amène à supposer que le cyberharcèlement est une forme plus présente chez les pré-adolescents et adolescents, tandis que le harcèlement traditionnel comme cela a été démontré dans des recherches antérieures (Ortega & Mora-Merchán, 2000) est plus fréquent entre les élèves du primaire. La plupart des études actuelles convergent quant à l’augmentation du cyberharcèlement en fonction de l’âge (Jones et al., 2012 ; Rivers & Noret, 2010). Les situations de cumul de harcèlement traditionnel avec du cyberharcèlement ont également augmenté entre T1 (2008) et T2 (2011). Il est fort probable que l’utilisation généralisée des TIC chez les adolescents (INE, 2011) a beaucoup à voir avec ce phénomène : il semble que la multi-victimation devienne plus fréquente et se maintienne à l’adolescence.

34Nos données montrent également que les modes de cyberharcèlement ont changé. L’augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux ces dernières années est très importante. Aussi, est-il compréhensible que les outils de messagerie instantanée, qui étaient traditionnellement les plus utilisés pour harceler (Finkelhor et al., 2000 ; Juvonen & Gross, 2008 ; Ortega et al., 2008), soient détrônés par les réseaux sociaux, outils de communication actuellement privilégiés par les jeunes. Avoir un profil sur un réseau social, utiliser un programme de messagerie instantanée, avoir un blog personnel sont là des espaces numériques qui se transforment en espaces de communication ouverts ou semi-fermés, mais qui offrent des possibilités de harcèlement impliquant les mêmes protagonistes que pour le harcèlement traditionnel (agresseur(s), victime, spectateurs plus ou moins impliqués).

35Ce travail montre que le phénomène du cyberharcèlement s’est accru parmi les jeunes scolarisés. Au vu de ces résultats, nous pouvons nous demander quels sont les raisons qui expliquent cette augmentation ainsi que nous préoccuper des évolutions futures. Cette recherche vise aussi à sensibiliser la communauté éducative à l’augmentation du phénomène et sa nécessaire prise en compte. Les personnels scolaires sont confrontés à ce nouveau problème qui affecte le climat scolaire et les relations entre élèves. Sans l’intervention conjointe des administrations politiques, des écoles et des familles pour arrêter cette prolifération, il est probable que le cyberharcèlement devienne aussi répandu que le harcèlement traditionnel.

36Cette étude présente certaines caractéristiques et des limites que nous souhaitons souligner : l’échantillon limité à une région du Sud de l’Espagne (Andalousie) empêche toute généralisation des résultats. Ceux-ci devraient donc être confirmés par des études similaires sur de plus grandes populations. Cependant, cette recherche ouvre de nouvelles perspectives d’analyse. Comme nous l’indiquions précédemment, les recherches sur le cyberharcèlement avec une approche transversale et longitudinale sont rares en Espagne. Ce travail correspond donc à des besoins réels et est pionnier dans son domaine.

Haut de page

Bibliographie

Ahmad, Y. & Smith, P. K. (1990). Behavioural measures : Bullying in schools. Newsletter of Association for Child Psychology and Psychiatry, 12, 26-27.

Analitis, F, Velderman, M. K., Ravens-Sieberer, U., Detmar, S., Erhart M., Herdman, M. et al. (2009). Being bullied : Associated factors in children and adolescents 8 to 18 years old in 11 European countries. Pediatrics, 123 (2), 569-577.

Aviles, J.M. (2009). Ciberbullying : Diferencias entre el alumnado de secundaria. Boletín de Psicología, 96, 79-96.

Baltes, P. B., Linderberge, U. & Staudinger, U. M. (1998). Life-Span Theory in Developmental Psychology. In W. Damon & R. M. Lerner, Handbook of Child Psychology : Theoretical Models of Human Development. Nueva York : Wiley and Sons, pp. 1029-1143.

Björkqvist, K, Lagerspetz, K & Kaukiainen, A. (1992). Do girls manipulate and boys fight ? Developmental trends in regard to direct and indirect aggression. Aggressive Behavior, 18 (2), 117-127.

Blaya, C., Debarbieux, E., Del Rey, R. & Ortega, R. (2006). Clima y Violencia Escolar. Un estudio comparativo entre España y Francia. Revista de Educación, 339, 293-315.

Buelga, S., Cava, M. J. & Musitu, G. (2010). Cyberbullying : Victimización entre adolescentes a través del teléfono móvil y de internet. Psicothema, 22 (4), 784-789.

Calmaestra, J., Ortega, R. & Mora-Merchàn, J. A. (2008). Las TIC y la convivencia : un estudio sobre formas de acoso en el ciberespacio. Investigación en la Escuela, 64, 93-104.

Calvete, E., Orue, I., Estévez, A., Villardón, L. & Padilla, P. (2010). Cyberbullying in adolescents : Modalities and aggressors’profile. Computers in Human Behavior, 26 (5), 1128-1135.

Campbell, M. (2005). Cyber bullying : An old problem in a new guise ?. Australian Journal of Guidance and Counselling, 15 (1), 68-76.

Cardona, M. C. (2002). Introducción a los métodos de Investigación en Educación. Madrid : Eos.

Cerezo, F. (2009). Bullying : análisis de la situación en las aulas españolas. International Journal of Psychology and Psychological Therapy, 9 (3), 367-378.

Chisholm, J. F. (2006). Cyberspace violence against girls and adolescent females. Annals of the New York Academy of Sciences, 1087, 74-89.

Coyne, S M, Archer, J & Eslea, M. (2006). We’re Not Friends Anymore ! Unless… : The frequency and harmfulness of indirect, relational, and social aggression. Aggressive Behavior, 32 (4), 294-307.

Craig, W. M., Harel-Fisch, Y., Fogel-Grinvald, H., Dostaler, S., Hetland, J., Simons-Morton, B., et al. (2009). A cross-national profile of bullying and victimization among adolescents in 40 countries. International Journal of Public Health, 54 (2), S216-S224.

Craig, W. M. & Harel, Y. (2004). Bullying, Physical Fighting and Victimization. In C. Currie, C. Roberts, A. Morgan, R. Smith, W. Settertobulte, O. Samdal & V. Barnekow Rasmussen, Young People’s Health in Context : Health Behaviour in School-Aged Children (HBSC) Study, International Report from the 2001/2002 Survey. (pp. 133-144). Geneva : Organisation mondiale de la santé.

Crick, N. R. & Grotpeter, J. K. (1995). Relational aggression, gender, and social-psychological adjustment. Child Development, 66 (3), 710-722.

Dehue, F., Bolman, C. & Vollink, T. (2008). Cyberbullying : Youngsters’experiences and parental perception. CyberPsychology & Behavior, 11 (2), 217-223.

Del Barrio, C., Martín, E., Montero, I., Gutiérrez Rodríguez, H., Barrios, A. & De Dios, M. J. (2008). Bullying and social exclusion in Spanish secondary schools : National trends from 1999 to 2006. International Journal of Clinical and Health Psychology, 8 (3), 657-677.

Dooley, J. J., Pyzalski, J. & Cross, D. (2009). Cyberbullying Versus Face-to-Face Bullying : A Theoretical and Conceptual Review. Zeitschrift für Psychologie/Journal of Psychology, 217 (4), 182-188.

Erdur-Baker, Ö. (2010). Cyberbullying and its correlation to traditional bullying, gender and frequent and risky usage of internet-mediated communication tools. New Media and Society, 12 (1), 109-125.

Estévez, E., Murgui, S. & Musitu, G. (2009). Psychological adjustment in bullies and victims of school violence. European Journal of Psychology of Education, 24 (4), 473-483.

Farrington, D. P. (1993). Understanding and preventing bullying. In M. Tonry & N. Morris, Crime and Justice : An Annual Review of Research. Chicago : University of Chicago Press, pp. 381-458.

Finkelhor, D., Mitchell, K. J. & Wolak, J. (2000). Online victimizacion : A report on the nation´s youth. National Center for Missing and Exploited Children.

Garaigordobil, M. & Oñederra, J. A. (2008). Bullying : Incidence of peer violence in the schools of the Autonomous Community of the Basque Country. International Journal of Psychology and Psychological Therapy, 8 (1), 51-62.

Genta, M. L., Smith, P. K., Ortega, R., Brighi, A., Guarinni, A., Thompson, F., et al. (2012). Comparative aspects of cyberbullying in Italy, England and Spain : findings from a Daphne Project. In Q. Li, D. Cross & P. K. Smith, Bullying in the Global Village : Research on Cyberbullying from an International Perspective. Chichester : Wiley-Blackwell.

Hartung, C. M., Little, C. S., Allen, E. K. & Page, M. C. (2011). A Psychometric Comparison of Two Self-Report Measures of Bullying and Victimization : Differences by Sex and Grade. School Mental Health, 3 (1), 44-57.

Huang, Y-Y. & Chou, C. (2010). An analysis of multiple factors of cyberbullying among junior high school students in Taiwan. Computers in Human Behavior, 26 (6), 1581-1590.

Iab & Elogia. (2011). III Estudio sobre redes sociales.

INE. (2011). Encuesta sobre Equipamiento y Uso de Tecnologías de la Información y Comunicación en los hogares, Madrid : INE.

Jones, L. M., Mitchell, K. J. & Finkelhor, D. (2012). Trends in Youth Internet Victimization : Findings From Three Youth Internet Safety Surveys 2000-2010. Journal of Adolescent Health, 50 (2), 179-186.

Juvonen, J. & Gross, E. F. (2008). Extending the school grounds ? – Bullying experiences in cyberspace. Journal of School Health, 78 (9), 496-505.

Kowalski, R. M. & Limber, S. P. (2007). Electronic Bullying Among Middle School Students. Journal of Adolescent Health, 41 (6), S22-S30.

Li, Q. (2007). New bottle but old wine : A research of cyberbullying in schools. Computers in Human Behavior, 23 (4), 1777-1791.

Menesini, E. & Nocentini, A. (2009). Cyberbullying definition and measurement : Some critical considerations. Zeitschrift für Psychologie/Journal of Psychology, 217 (4), 230-232.

Monks, C., Ortega, R. & Rodríguez, A. J. (2008). Peer victimization in multicultural schools in Spain and England. European Journal of Developmental Psychology, 5 (4), 507-535.

Mora-Merchán, J. A., Del Rey, R. & Jäger, T. (2010). Cyberbullying : Review of an emergent issue. In J. A. Mora-Merchán & T. Jäger, Cyberbullying. A cross-national comparison. (pp. 271-282). Landau : Verlag Empirische Pädagogik.

Mora-Merchán, J. A. & Ortega, R. (2007). Las nuevas formas de bullying y violencia escolar. In R. Ortega, J. A. Mora-Merchán & T. Jäger, Actuando contra el bullying y la violencia escolar : El papel de los medios de comunicación, las autoridades locales y de Internet. (pp. 7-37). Landau (Germany) : Empirische Paedagogik e. V.

Nocentini, A., Calmaestra, J., Schultze-Krumbholz, A., Scheithauer, H., Ortega, R. & Menesini, E. (2010). Cyberbullying : Labels, behaviours and definition in three European countries. Australian Journal of Guidance and Counselling, 20 (2), 129-142.

Olweus, D. (1978). Aggression in the schools : bullies and whipping boys. Washington D. C. : Hemisphere.

Olweus, D. (1999). Norway. In P. K. Smith, Y. Morita, J. Junger-Tas, D. Olweus, R. Catalano & P. Slee, The Nature of School Bullying : A cross-national Perspective. (pp. 28-48). London : Routledge.

Olweus, D. (Ed.). (1993). Bullying at school : What we know and what we can do. Oxford : Blackwell.

Ortega, R. (2010). Treinta años de investigación y prevención del bullying y la violencia escolar. In R. Ortega, Agresividad Injustificada, Bullying y Violencia Escolar. (pp. 15-30). Madrid : Alianza Editorial.

Ortega, R., Calmaestra, J. & Mora-Merchán, J. A. (2007). Cuestinario Cyberbullying. En ligne : <http://www.laecovi.es/documents/CiberbullyingCuestionario.pdf > (consulté le 5/6/2009).

Ortega, R, Calmaestra, J & Mora-Merchán, J A. (2008). Cyberbullying. International Journal of Psychology and Psychological Therapy, 8 (2), 183-192.

Ortega, R., Del Rey, R., & Sánchez, V. (2011). Nuevas Dimensiones de la Convivencia Escolar y Juvenil. Ciberconducta y Relaciones en la Red : CIBERCONVIVENCIA. Madrid : Ministerio de Educación.

Ortega, R., Elipe, P., Mora-Merchán, J. A., Calmaestra, J. & Vega, E. (2009). The emotional impact on victims of traditional bullying and cyberbullying : A study of Spanish adolescents. Zeitschrift für Psychologie/Journal of Psychology, 217 (4), 197-204.

Ortega, R. & Mora-Merchán, J. A. (1999). « Spain ». In P. K. Smith, Y. Morita, J. Junger-Tas, D. Olweus, R. Catalano & P. Slee, The Nature of School Bullying : A cross-national Perspective. (pp. 157-173). London : Routledge.

Ortega, R. & Mora-Merchán, J. A. (2000). Violencia Escolar : Mito o Realidad. Sevilla : Mergablum.

Patchin, J. W. & Hinduja, S. (2006). Bullies move beyond the Schoolyard : A preliminary look at cyberbullying. Youth violence and juvenile justice, 4 (2), 148-169.

Perren, S., Dooley, J.J., Shaw, T. & Cross, D. (2010). Bullying in school and cyberspace : Associations with depressive symptoms in Swiss and Australian adolescents. Child and Adolescent Psychiatry and Mental Health, 4 (28), 1-10.

Peskin, M. F., Tortolero, S. R. & Markham, C. M. (2006). Bullying and victimization among Black and Hispanic adolescents. Adolescence, 41 (163), 467-484.

Piazza, J. & Bering, J. M. (2009). Evolutionary cyber-psychology : Applying an evolutionary framework to Internet behavior. Computers in Human Behavior, 25 (6), 1258-1269.

Raskauskas, J. & Stoltz, A. D. (2007). Involvement in Traditional and Electronic Bullying Among Adolescents. Developmental Psychology, 43 (3), 564-575.

Rivers, I. & Noret, N. (2010). ‘I h8 u’ : findings from a five-year study of text and email bullying. British Educational Research Journal, 36 (4), 643-671.

Rivers, I. & Smith, P. K. (1994). Types of bullying behaviour and their correlates. Aggressive Behavior, 20 (5), 359-368.

Serrano, A. & Iborra, I. (2005). Violencia entre compañeros en la escuela. Valencia : Centro Reina Sofía para el Estudio de la Violencia.

Slonje, R. & Smith, P. K. (2008). Cyberbullying : Another main type of bullying ?. Scandinavian Journal of Psychology, 49 (2), 147-154.

Smith, P K & Brain, P. (2000). Bullying in schools : Lessons from two decades of research. Aggressive Behavior, 26, (1), 1-9.

Smith, P. K., Mahdavi, J., Carvalho, M., Fisher, S., Russell, S. & Tippett, N. (2008). Cyberbullying : Its nature and impact in secondary school pupils. Journal of Child Psychology and Psychiatry and Allied Disciplines, 49 (4), 376-385.

Smith, P. K., Mahdavi, J., Carvalho, M. & Tippett, N. (2006). An investigation into cyberbullying, its forms, awareness and impact, and the relationship between age and gender in Cyberbullying : Anti-Bullying Alliance.

Smith, P. K., Morita, Y., Junger-Tas, J., Olweus, D., Catalano, R. & Slee, P (Eds.). (1999). The Nature of School Bullying : A cross-national Perspective. London : Routledge.

Smorti, A., Menesini, E. & Smith, P. K. (2003). Parents’definitions of children’s bullying in a five-country comparison. Journal of Cross-Cultural Psychology, 34 (4), 417-432.

Solberg, M. & Olweus, D. (2003). Prevalence estimation of school bullying with the Olweus Bully/Victim Questionnaire. Aggressive Behavior, 29 (3), 239-268.

Sourander, A., Helstelä, L., Helenius, H. & Piha, J. (2000). Persistence of bullying from childhood to adolescence – a longitudinal 8-year follow-up study. Child Abuse & Neglect, 24 (7), 873-881.

Suler, J. (2004). The Online Disinhibition Effect. CyberPsychology & Behavior, 7 (3), 321-326.

The cocktail analysis. (2011). Informe de resultados Observatorio Redes Sociales 3ª oleada.

Vandebosch, H. & Van Cleemput, K. (2009). Cyberbullying among youngsters : Profiles of bullies and victims. New Media and Society, 11 (8), 1349-1371.

Wang, J., Lannotti, R. J. & Nansel, T. R. (2009). School Bullying Among Adolescents in the United States : Physical, Verbal, Relational, and Cyber. Journal of Adolescent Health, 45 (4), 368-375.

Willard, N. (2005). Educator’s Guide to Cyberbullying and Cyberthreats. En ligne : <http://new.csriu.org/cyberbully/docs/cbcteducator.pdf > (consulté le 20/08/2007).

Williams, K.R. & Guerra, N.G. (2007). Prevalence and Predictors of Internet Bullying. Journal of Adolescent Health, 41 (6), S14 – S21.

Ybarra, M. L. & Mitchell, K. J. (2004). Youth engaging in online harassment : associations with caregiver – child relationships, Internet use, and personal characteristics. Journal of Adolescence, 27 (3), 319-336.

Haut de page

Notes

1 Enseignement Secondaire Obligatoire

2 Baccalauréat

3 « An investigation into forms of peer-peer bullying at school in pre-adolescent and adolescent groups : new instruments and preventing strategies  » : Une recherche sur les différentes formes de harcèlement entre pairs à l’école chez les pré-adolescents et les adolescents : nouveaux instruments et stratégies de prévention.

4 Equivalent de la 6e.

5 Equivalent de la classe de 2nde AQUI es necesario poner el equivalent del sistema frances, no hay que olvidar que los lectores son franceses y necesitan comprendre cual es el nivel de estudios.

6 3°ESO est l’équivalent de la classe de 4ème.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Pourcentages de chaque type d’implication dans les faits d’harcèlement ou de cyberharcèlement (*corrigée résidus < 1.96 ; ** corrigée résidus < 2.58). [Notez : V. O. = Victime Occasionnelle ; V. F. = Victime Fréquent ; A. O. = Agresseur Occasionnelle ; A. F. = Agresseur Fréquent]
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2 : Implication globale dans des faits d’harcèlement ou de cyberharcèlement. * p <.05 ; ** p <.01
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3 : comparaison entre les différents types de harcèlement à T1 et T2 * p <.05, ** p <.01 pour les modalités de harcèlement traditionnel, les faits de Cyberharcèlement et l’ensemble des deux formes. (* résidus corrigés < 1.96 ; ** résidus corrigés < 2.58 pour les différentes classes au sein de chaque catégorie de harcèlement).
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/800/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4 : Comparaison entre les diverses voies de cyberharcèlement entre le temps T1 et le temps T2. + p <.1 ; * p <.05 ; ** p <.01
URL http://journals.openedition.org/dse/docannexe/image/800/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Calmaestra, Rosario Del Rey et Joaquín Antonio Mora-Merchán, « Le harcèlement et le cyberharcèlement en Espagne : typologie et diversité des pratiques de 2008 à 2011 »Les dossiers des sciences de l’éducation, 33 | 2015, 49-67.

Référence électronique

Juan Calmaestra, Rosario Del Rey et Joaquín Antonio Mora-Merchán, « Le harcèlement et le cyberharcèlement en Espagne : typologie et diversité des pratiques de 2008 à 2011 »Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 33 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 07 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/dse/800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dse.800

Haut de page

Auteurs

Juan Calmaestra

Professeur assistant au Departamento Interfacultativo de Psicología Evolutiva y de la Educación de l’université Autonome de Madrid en Espagne
juan.calmaestra@uam.es

Rosario Del Rey

Professeur titulaire au Department of Developmental and Educational Psychology à l’université de Séville en Espagne
delrey@us.es

Joaquín Antonio Mora-Merchán

Professeur titulaire à l’université de Séville en Espagne. Membre du Laboratorio de Estudios Sobre Convivencia y Prevención de la Violencia
merchan@us.es

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search