Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Préface

Texte intégral

1Jacques Malbos nous offre un ouvrage d’histoire des sciences très original et d’un intérêt majeur car il se situe aux marges des connaissances et sur un territoire de l’extrême ; la haute montagne, principalement les Alpes, les Pyrénées et l’Himalaya. Le titre, en forme de métaphore, « la science aux sommets », résume bien la pensée de l’auteur. Il nous convie dans « une randonnée initiatique sur un versant peu connu », à savoir « l’histoire des pionniers de la haute montagne », pour reprendre ses termes. Or, ces pionniers sont des scientifiques et non des purs sportifs comme souvent aujourd’hui.

2Pour remonter l’histoire de cette quête scientifique, qui est d’abord d’essence géographique, Jacques Malbos a étudié attentivement les archives du Club Alpin Français depuis sa fondation en 1874. Il nous fait profiter ici de sa longue expérience de montagnard et de sociologue ayant été président du Club Alpin (1980-1983) et refondateur, et président, du Comité scientifique de 1984 à 2002. À travers cette investigation, il nous propose de suivre successivement la progression de cette exploration scientifique depuis 150 ans, d’abord avec les « défricheurs » (partie I), puis avec les « bâtisseurs » (partie II), pour terminer avec les grandes expéditions françaises des années 1950-1960 en Himalaya (partie III).

3Contrairement aux « mountaineers » de l’Alpine Club (fondé dès 1857), les alpinistes français de la fin du XIXe siècle sont d’abord des ascensionnistes, c’est-à-dire des scientifiques dont la motivation n’est pas l’exploit sportif mais le savoir. Les personnalités les plus marquantes sont à l’époque A. Joanne, F. Prudent, P.E. Wallon, F. Schrader et A. de Saint Saud. L’amélioration des cartes des Alpes et des Pyrénées devient un enjeu majeur à cette époque. Dans le même temps, l’auteur fait le pont avec l’apport des aéronautes (vols en ballon) à partir du siège de Paris en 1870. Ainsi, le physiologiste Paul Bert apporte une « réponse scientifique au mal des montagnes » à travers les vols accomplis jusqu’à 8 600 m en 1875 (décès de Crocé-Spinelli et Sivel), donc bien avant les ascensions des cimes himalayennes. Puis, vient l’apport du début de la glaciologie, notamment par Joseph Vallot, avec la cartographie de la Mer de Glace.

4Durant cette phase non linéaire de l’apport des défricheurs, Jacques Malbos raconte les débuts de « l’alpinisme à rebours », à savoir la spéléologie. Edouard-Alfred Martel, connu pour être le fondateur de la spéléologie moderne, était d’abord un montagnard qui a été influencé par Franz Schrader. Dès 1875, ce dernier avait étudié les phénomènes karstiques (pertes, grottes, émergences) de la région de Gavarnie, du Marboré et du Mont Perdu.

5L’auteur montre ensuite que le début du XXe siècle est marqué par le passage des initiatives individuelles à des projets collectifs. C’est le temps des bâtisseurs avec la création de la Commission de Topographie (1903-1914) et celle de la Commission des Travaux Scientifiques (1923-1928). Les alpinistes-topographes sont sous la houlette d’Henri Vallot dont l’influence a été prépondérante. On assiste alors à un renforcement des relations entre le Club Alpin et le Service Géographique de l’Armée, mais aussi à une cartographie spécifique de la haute montagne pour un meilleur rendu du relief. Il souligne aussi la confrontation, voire la complémentarité entre le « rendu scientifique » et « l’expression artistique » du relief. Franz Schrader symbolise ainsi l’artiste et le topographe. Puis, Jacques Malbos souligne l’apport important des géographes montagnards comme Emmanuel de Margerie et Robert Perret qui décrivent et expliquent les formes du terrain. On voit poindre ici le début d’une nouvelle discipline, la géomorphologie.

6L’intérêt de « la science aux sommets » est de suivre cette évolution des savoirs avec ses heurts et ses avatars. Ainsi, en 1923, la Commission des Travaux Scientifiques a été plutôt un instrument du Service Géographique de l’Armée qu’un projet pensé en interne. « L’aiguillon se transforme en prestataire » écrit l’auteur. Cette réflexion est d’autant plus fondamentale qu’elle remonte à presqu’un siècle et qu’on la retrouve aujourd’hui et depuis des décennies dans le domaine scientifique en général. Jacques Malbos déclare avec justesse : « Le temps du savant, unique détenteur du choix de la conduite de ses travaux en les finançant sur ses biens propres, relève du passé. L’épopée des Vallot signe la fin d’une époque », puis il ajoute : « À l’imagination créatrice et au volontarisme des défricheurs vont succéder le poids du devoir, puis un repli sur le formalisme des gestionnaires » (partie II, chap. VI).

7Les années 1928 à 1948 sont incertaines, mais le Club Alpin draine à cette époque de multiples entreprises autour de l’esprit d’exploration, par exemple les expéditions de Paul-Émile Victor, jouant ainsi le rôle de « défricheur de l’extrême ». L’année 1936 voit le naufrage du « Pourquoi Pas ? » avec la disparition du commandant Charcot et la première expédition française en Himalaya avec Henri de Ségogne. La même année, l’expédition Transgroenland comprend déjà un ethnologue (P.E. Victor), un anthropologue (R. Gessain) et un géologue (M. Perez).

8Après la Seconde Guerre Mondiale, les années 1950-1960 offre un renouveau. Jacques Malbos rappelle que le géologue Paul Fallot, professeur au collège de France, remplace en 1951 le biologiste René Jeannel à la tête de la Commission Scientifique du Club Alpin. À partir de 1952, le comité fait porter ses efforts sur la glaciologie avec la création d’un comité de glaciologie qui va porter son attention sur la Mer de Glace en comparant à 50-60 ans d’intervalle les nouvelles données avec celles de Joseph Vallot datant de 1891-1899.

9En Himalaya, la quête des 8000, après le « coup de tonnerre de l’Annapurna » en 1950 initié par Lucien Devies, va se traduire par la présence de scientifiques au sein des expéditions himalayennes. Déjà en 1950, malgré l’absence d’un géologue, Marcel Ichac effectue des relevés topographiques et des prélèvements d’échantillons géologiques qui vont permettre la découverte d’ammonites. Le médecin Jacques Oudot apporte aussi sa contribution au niveau de la physiologie en haute montagne. Les expéditions au Makalu en 1954-1955 marquent une date avec l’adjonction d’un véritable échelon scientifique, ce qui ne va pas de soi comme le rappelle l’auteur, car la recherche scientifique pourrait compromettre les chances de succès en ralentissant la marche de l’expédition. Le géologue Pierre Bordet est alors choisi avec l’aide financière du CNRS. L’expédition de reconnaissance de 1954 voit ainsi la présence « d’un géologue dans une tribu d’alpinistes » ! La grande expédition de 1955 dirigée par Jean Franco est une double réussite sportive et scientifique car on observe une autonomie des deux volets à partir du camp de base. Pierre Bordet est accompagné de l’alpiniste-géologue Michel Latreille soulignant ainsi l’importance d’une double casquette sport/science. La cohabitation des alpinistes et des scientifiques va se poursuivre dans les expéditions au Jannu en 1959 (le géologue Jean-Michel Freulon et l’entomologiste Philippe Dreux) et durant l’expédition victorieuse de 1962 qui comprend toujours Philippe Dreux et un nouveau géologue, Jean Rémy. On doit d’abord ce double succès sportif et scientifique à Lucien Devies, puis à l’équipe dirigée par Lionel Terray mais les retombées scientifiques apparaissent peu dans les publications du C.A.F. Le rôle d’interface joué par la Commission des Travaux Scientifiques entre chercheurs et sportifs ne va pas de soi, mais chacun trouve son compte car la présence de chercheurs valorise les expéditions tandis que ceux-ci bénéficient de la logistique, une collaboration qui va permettre le développement de programmes CNRS (RCP Népal et Greco Himalaya Karakorum).

10Par la suite Jacques Malbos précise « qu’en l’absence de projet mobilisateur, le formalisme administratif n’est-il pas enclin à prendre sa revanche sur le politique au détriment de l’imagination créatrice ? ». Après cette traversée du désert, Jacques Malbos relance en 1984 les activités scientifiques du Club Alpin sous l’intitulé actuel de Comité Scientifique. À travers cette longue randonnée, l’auteur a réussi son double projet de transmettre et d’interpeller. En effet, cet ouvrage incite et oblige à un effort de réflexivité indispensable pour mieux comprendre les évolutions en cours, sur la double nécessité de rester en grande partie autonome et d’être intégré dans le cadre associatif. Cette situation n’est pas une exception, elle est inhérente dans les activités d’exploration en milieu extrême où sport et science se côtoient. À ce titre, l’histoire de la spéléologie présente aussi des similitudes et des différences intéressantes. Dans tous les cas, il s’agit d’un objet de recherche de premier ordre situé à la croisée des disciplines. Aussi « la science aux sommets » a-t-elle réussi pleinement sa mission de transmettre et de faire réfléchir ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Maire, « Préface »Dynamiques environnementales, 41 | 2018, 9-11.

Référence électronique

Richard Maire, « Préface »Dynamiques environnementales [En ligne], 41 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/1433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.1433

Haut de page

Auteur

Richard Maire

Directeur de recherche émérite au CNRS et membre du Comité Scientifique de la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search