Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Chapitre 4 - L’irruption des alpi...

Chapitre 4 - L’irruption des alpinistes dans l’univers feutré de la cartographie

Jacques Malbos
p. 64-73

Texte intégral

1La contribution des alpinistes-topographes du Club Alpin porte sur la connaissance et le rendu des territoires propres à la haute montagne. C’est un moment particulier dans la longue histoire de la topographie. L’émergence de l’alpinisme, en livrant les sommets aux entreprises des ascensionnistes, soumet la cartographie de ces territoires aux exigences de nouvelles catégories d’utilisateurs. Les cartes seront le « fer de lance » des alpinistes dans l’approche scientifique de leur terrain de jeu, mais encore faut-il armer ces amateurs du minimum technique indispensable pour entreprendre des travaux de topographie à même de constituer des « précédents ». Alors que les topographes professionnels, dotés d’une longue pratique des méthodes et des outils utilisés en topographie, sont confrontés aux difficultés de déplacement et de travail en reliefs accidentés, les alpinistes-topographes, plus libres de leurs mouvements, sont enclins à porter leur regard sur l’adéquation des procédés et moyens aux conditions particulières de la topographie en haute montagne.

  • 1 Cette courte introduction est proposée comme « clé de lecture » pour donner sens et surmonter le ca (...)

2L’information technique à caractère pédagogique est un préalable mais encore faut-il, dans le cas présent, y intégrer l’interaction opérateurs-instruments-terrain.1

  • 2 Les Annuaires et les Bulletins sont des outils pédagogiques à l’intention des alpinistes-topographe (...)

3Aux côtés des récits de voyages et d’ascensions, les Annuaires publient un ensemble de textes consacrés à la topographie. Les instruments et les applications pratiques y occupent une place de choix. L’intention est évidente, susciter des vocations d’alpinistes-topographes et contribuer à la formation des volontaires appelés à opérer sur le terrain. Aussi, la revue du Club Alpin, dans le droit fil de la politique éditoriale préconisée par Joanne, va apporter son concours, par le biais d’articles associant information et formation.2

Le nivellement barométrique, une réponse aux tourments du terrain

4L’idée de recourir au baromètre pour déterminer des altitudes n’est pas une nouveauté scientifique. Dès 1648, Blaise Pascal, secondé par Perier, démontre au Puy de Dôme que la pesanteur de l’air diminue avec l’altitude. Cette constatation fait donc du baromètre un outil de mesure de l’altitude. Vers 1739, Le Monnier reprend l’idée :

Nous avions formé le dessin M. Cassini et moi, d’observer la hauteur du mercure dans le baromètre, sur les différentes montagnes d’Auvergne et des Pyrénées.

5Mais le baromètre à mercure est un instrument malaisément transportable et fragile (fig. 21). Alors que le nivellement topographique requiert des opérateurs formés aux techniques de la trigonométrie et aptes à l’utilisation d’une instrumentation peu adaptée aux conditions de la haute montagne, le nivellement barométrique s’avère plus à la portée d’amateurs de bonne volonté. L’invention du baromètre anéroïde va transformer les conditions d’utilisation en milieu difficile. Lucien Vidie réalise le premier exemplaire de ce baromètre en 1843. Léger, peu encombrant et réduit à une simple lecture, ce baromètre va permettre de multiplier le nombre d’observations. Ce sera l’instrument privilégié des alpinistes-topographes s’il en maîtrise les biais. En effet, les variations de pressions ou de températures, associées aux conditions météorologiques, affectent les indications de l’instrument. Son utilisation nécessite donc des corrections pour obtenir des indications fiables. Cette exigence conduit, ainsi, à une répartition des tâches entre alpinistes et topographes professionnels.

Figure 21 : Mesure de la hauteur de la colonne barométrique à l’époque de Ramond (A. Dupaigne, 1874).

Figure 21 : Mesure de la hauteur de la colonne barométrique à l’époque de Ramond (A. Dupaigne, 1874).

6La Séance de la Commission de Topographie du 28 mars 1911 offre l’opportunité d’un rappel historique et méthodologique, notamment sur l’étude du baromètre à mercure et son application à la mesure de l’altitude 

M. Girardin signale, dans la période qui a précédé immédiatement en Savoie l’exécution des cartes topographiques à grande échelle, une activité scientifique tournée vers l’étude du baromètre, avec application à la mesure des altitudes. C’est cet ensemble de recherche qu’on appelait alors hypsométrie. L’instrument employé était alors le baromètre de Gay-Lussac ; la méthode, la notation d’observations ambulantes comparées avec la marche d’un baromètre fixe… L’altitude de ces points de comparaison ou « cotes normales » était tirée de la moyenne de plusieurs centaines d’observations, faites par des professeurs de physique dans les meilleures conditions : l’abbé Poncet obtint ainsi l’altitude du lac d’Annecy (448 mètres) au moyen de 221 observations.

  • 3 Annuaire de 1893.

7Dans les Picos de Europa situés dans les Monts Cantabriques, le Lieutenant-Colonel F. Prudent en précise les limites des mesures barométriques et que rien ne vaut « les visées de triangulation ».3 En dépit de ses réticences ou ses réserves, le géodésien élabore un compromis. Les relevés, réalisés à partir d’observations faites au baromètre, seront utilisés pour compléter, voire contrôler ou corriger, les bases de données existantes. Les biais susceptibles d’affecter les indications barométriques seront compensés par le cumul d’observations, le croisement avec d’autres sources de données et des calculs de compensations (variations barométriques, de températures). En résumé, aux alpinistes-topographes les relevés barométriques, aux spécialistes les corrections (fig. 22).

Figure 22 : Une fiche de calculs à propos du Mont Perdu. Ce n’était, de toute évidence, pas la tasse de thé de nombre de nos alpinistes encagés dans les arcanes de la topographie (Bibliothèque, commune de Tarbes).

Figure 22 : Une fiche de calculs à propos du Mont Perdu. Ce n’était, de toute évidence, pas la tasse de thé de nombre de nos alpinistes encagés dans les arcanes de la topographie (Bibliothèque, commune de Tarbes).

8Dans les Annuaires de 1887 à 1894, F. Prudent publie d’importantes séries de relevés hypsométriques. Chacune d’elles est précédée d’un avertissement en forme de bref rappel méthodologique :

Les altitudes ci-après sont, le cas échéant, rectificatives de celles contenues dans les articles correspondants de l’Annuaire. Elles sont, autant que possible, obtenues par intercalation entre des altitudes plus certaines, et de plus nous avons amélioré ce travail d’encadrement, en prenant pour chaque point les moyennes de toutes les altitudes mesurées par les divers observateurs. Nous avons d’ailleurs, continué à tenir compte, lorsqu’il a été possible de le faire, des erreurs individuelles de chaque instrument employé, et nous avons rectifié les observations d’après la marche de la pression atmosphérique, telle qu’elle résulte des observations textuelles relevées dans les divers observatoires fixes.

  • 4 Plusieurs d’entre eux sont également membres de la Société Ramond.

9Respectant la rigueur scientifique, chaque série de relevés effectuée par un ou plusieurs opérateurs identifiés s’accompagne de la désignation du ou des appareils utilisés (Baromètre holostérique) et de la période d’observation. Dans l’important article qu’il publie sur « Les travaux scientifiques du Club Alpin Français, compte rendu des vingt-cinq premiers Annuaires », F. Prudent salue la contribution du C.A.F. aux campagnes de relevés hypsométriques effectués dans les Alpes et les Pyrénées : « Ces membres du Club Alpin sont : MM. Belloc, Carez, le Dr Garrigou, Gourdon, Haffen, Labrouche, Lequeutre, Maumus, Puiseux (Pierre), Rabot, de Saint-Saud, Schrader, Wallon ».4 Puis modestement, il précise qu’il a été heureux d’apporter ce concours à l’œuvre scientifique du Club Alpin Français (Annuaire de 1899).

  • 5 Procès-verbal de la Séance de la Commission de Topographie du 26 mai 1914. Pour mémoire : l’hiver 1 (...)

10La démarche engagée « sans être particulièrement novatrice est exemplaire dans l’exécution » note Girardin. Qualité supplémentaire, elle a associé, sur un objectif technique commun, professionnels et alpinistes, et cela dans la durée. Évoquant l’étalonnage des baromètres, H. Vallot, apporte un témoignage qui ne manque pas de saveur : « le dévouement inlassable avec lequel le Colonel Goulier, toujours assoiffé de précision, mettait en observation, sous la machine pneumatique, dans une mansarde des combles de l’Hôtel des Invalides, parfois au péril de sa santé (hiver 1879), les baromètres anéroïdes des divers membres du Club Alpin, préparant un voyage dans les Pyrénées. L’erreur personnelle de chaque baromètre, une fois observée et constatée, et les résultats corrigés d’après cet examen, les observations collectives au baromètre ont pu compléter les observations d’un autre ordre dont nous avons parlé plus haut ».5 Il s’agit ici de mesure d’angle.

Où l’imagination est appelée à compenser les lacunes techniques des topographes amateurs ou les blancs de la science !

11Conscients de leurs insuffisances, les topographes amateurs vont concevoir des palliatifs parfois insolites. C’est le cas de l’utilisation du pistolet pour mesurer les distances. Dans le cours d’un article consacré à « la boussole-rapporteur Hennequin » (Annuaire de 1875), l’auteur est amené à décrire, à titre anecdotique, une méthode originale et accessible aux néophytes :

Deux opérateurs se placent aux deux extrémités de la distance à mesurer. L’un tire un coup de pistolet. Le second mesure le temps écoulé entre l’éclair et l’arrivée du son. Il ne reste plus qu’à multiplier par 340 le nombre de secondes écoulées pour obtenir la distance.

  • 6 Bulletin de 1887, p. 25.

12E.A. Martel, dans une note intitulée De la poudre à canon à la mesure des altitudes, évoque une application, pour le moins inusitée, de la combustion de la poudre. La vitesse décroissant avec la diminution de la pression atmosphérique, et inversement, on peut en déduire l’altitude. Néanmoins une difficulté subsiste, étalonner les mesures : « voilà pourquoi la poudre-baromètre n’est pas entrée dans le domaine de la pratique… elle restera une simple curiosité scientifique ».6

13Il demeure que les alpinistes-défricheurs inventeront ou perfectionneront des procédures et instruments dont la conception et l’usage auront un destin nettement plus sérieux. Remédier aux « blancs » de la science par des tentatives d’explications, certes souvent erronées, mais qui participent pleinement au processus de formation des connaissances.

Des invités inattendus dans les mystères du mal des montagnes

  • 7 La Science aux Sommets, l’expérimentation au service de la physiologie en haute altitude (chap. II)

14Les premières tentatives d’explication scientifique des malaises observés en montagne, décrivent les symptômes et font appel à la chimie et à la physique pour en donner les raisons. La rareté de l’air, à savoir la dépressurisation, conduit les esprits curieux à s’interroger sur sa composition en altitude et les conduit à faire des prélèvements à différentes hauteurs. Les effets de la pression atmosphérique sur l’organisme sont également évoqués. La tension en oxygène de l’air en fonction de l’altitude ne sera incriminée que plus tard.7

15À la fin du XVIIIe siècle, dans Voyages dans les Alpes, H.B. de Saussure évoque, à propos du mal des montagnes, une explication mécaniste qui semble quelque peu inspirée du baromètre et de son usage :

L’air n’avait guère plus de la moitié de sa densité ordinaire, on comprendra qu’il fallait suppléer à la densité par la fréquence des inspirations. Or, cette fréquence accélère le mouvement du sang, d’autant plus que les artères ne sont plus contrebandées au dehors par une pression égale à ce qu’elles éprouvent à l’ordinaire, aussi avions nous tous la fièvre.

16Explication, pour partie erronée, qu’il convient d’écarter ou instant particulier dans un processus de formation des connaissances ? Nous aurons l’occasion de revenir sur cette fonction de « traceur » si présente dans l’œuvre des alpinistes défricheurs du XIXe siècle.

17Le thermomètre, instrument figurant dans la panoplie des montagnards, est également sollicité :

Une autre observation faite sur les habitants de Chamonix nous éclaire sur le rôle joué par les brusques changements de température, ceux-ci suppriment le cours normal des transpirations, et il en résulte que les maladies inflammatoires terminent ici le plus fréquemment la vie.

18Une brève incursion dans le présent souligne l’écart qui nous distingue de nos anciens et incite à se garder des anachronismes en matière d’évaluation. L’alpiniste qui aujourd’hui, dans le cours d’une ascension consulte son GPS, ou plus simplement son altimètre, ne connaît pas son bonheur au regard des imprécisions qui alors affectaient les cartes de haute montagne, et des manipulations nécessaires pour, à la façon du XVIIIe siècle, déterminer une altitude à partir des indications du baromètre. Quant au mal aigu des montagnes (MAM), il a appris que le meilleur moyen d’en limiter le risque en altitude élevée est une progression « en dents de scie » et que le plus accessible des traitements consiste à descendre, aussi rapidement que possible, afin d’accroître la tension en oxygène de l’air inspiré.

Les « Vallot », des travaux au singulier-pluriel qui contribuent à ouvrir la haute montagne à la connaissance

19J. et H. Vallot, tout comme P. Helbronner, partent d’une constatation : les cartes françaises des Alpes ne sont pas au niveau de leurs homologues transalpins. Cette infériorité, en matière de cartographie des territoires de haute montagne, est vécue comme un défi qu’il convient de relever. Mais ce défi débordera rapidement les domaines de la cartographie. L’Annuaire de 1888 comporte deux articles qui situent le moment et la nature de l’engagement de J. et H. Vallot dans la cartographie du massif du Mont-Blanc. Le premier signé de J. Vallot porte sur :

Un siècle d’ascension au Mont-Blanc (Statistiques des ascensions : routes suivies et matériel d’ascension ; topographie des Grands-Mulets ; cabane de Saussure ; refuge primitif, 1853-1866 ; première hôtellerie, 1866-1881 ; deuxième hôtellerie, 1881).

20L’intérêt particulier de ce texte réside dans l’étude des rochers des Grands-Mulets entreprise par Joseph Vallot et la carte qui l’accompagne (fig. 23). C’est, à notre connaissance, la première réalisation cartographique qui associe Joseph et Henri Vallot. La répartition du travail entre les deux cousins est évoquée. Joseph Vallot précise qu’il s’est occupé cette année

  • 8 Annuaire de 1888, pages 32 et 33.

de fixer les points les plus intéressants des Grands-Mulets. Le travail a pu être exécuté sur le terrain en quelques heures, à l’aide de l’excellente règle à éclimètre du colonel Goulier. La carte ci-jointe… donne la position et l’altitude des points déterminés à l’aide de cet instrument ; les cotes sont exactes, mais le figuré du terrain a été fait à l’œil, et ne doit être considéré que comme un croquis.8

Figure 23 : Carte de rochers des Grands-Mulets, dessinée par H. Vallot d’après le lever de J. Vallot. Annuaire du Club Alpin Français 1888, p. 33, Un siècle d’Ascensions au Mont-Blanc, J. Vallot.

Figure 23 : Carte de rochers des Grands-Mulets, dessinée par H. Vallot d’après le lever de J. Vallot. Annuaire du Club Alpin Français 1888, p. 33, Un siècle d’Ascensions au Mont-Blanc, J. Vallot.

21Joseph Vallot conclut son article par un engagement, celui de la fin de construction du refuge à 4 500 m d’altitude au début de la saison 1890 : « J’ai entrepris l’accomplissement de cette œuvre ; j’espère y réussir ». L’engagement a été tenu !

22Le second article, rédigé par Henri Vallot, se présente sous la forme de deux notes. La première partie, publiée en 1888, est consacrée à la description et à l’Emploi de la règle à éclimètre du Colonel Goulier dans les excursions topographiques (Annuaire de 1889). La deuxième partie propose un complément pratique intitulé : Emploi de la règle à éclimètre du Colonel Goulier dans les levés géographiques dans un exposé didactique dense de 59 pages (Annuaire de 1890).

La carte au 20 000e du Mont-Blanc : œuvre maîtresse de Joseph et Henri Vallot

23En 1892 et 1894, Joseph et Henri Vallot publient deux importantes Notes sur l’objet et la conception de la carte au 20.000e du massif du Mont-Blanc dont ils ont entrepris la réalisation (fig. 24 et 25). Une troisième Note, publiée dans l’Annuaire de 1903, sera signée du seul Henri Vallot, la santé de Joseph Vallot altérée par de fréquents séjours en haute altitude l’ayant contraint au repos. Dans cette dernière publication, consacrée à l’état d’avancement de la carte au 20.000e du massif du Mont-Blanc, Henri Vallot livre une analyse critique de la Carte Barbey, Imfeld et Kurz ; il s’agit de la carte au 50.000e de la chaîne du Mont-Blanc publiée en 1896. Il relève d’importantes lacunes dans le rendu des reliefs.

Figure 24 : Joseph Vallot (1857-1925), président du C.A.F. (1907), est fondateur-directeur de l’Observatoire Météorologique, Physique et Glaciaire du Mont-Blanc.

Figure 24 : Joseph Vallot (1857-1925), président du C.A.F. (1907), est fondateur-directeur de l’Observatoire Météorologique, Physique et Glaciaire du Mont-Blanc.

Figure 25 : Henri Vallot, fondateur et mentor de la commission de Topographie 1903-1914. La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 1 3, « Joseph et Henri Vallot et la Commission Topographique du C.A.F. », par J. Malbos.

Figure 25 : Henri Vallot, fondateur et mentor de la commission de Topographie 1903-1914. La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 1 3, « Joseph et Henri Vallot et la Commission Topographique du C.A.F. », par J. Malbos.

Le figuré du rocher nous montre une fois de plus combien les dessinateurs topographes suisses excellent dans ce genre de représentation. Par contre, l’absence complète de courbes horizontales, remplacées, tant dans le glacier que dans les terrains ordinaires, par des teintes floues, ne produisant que des formes molles et indécises, a l’inconvénient de faire disparaître tout moyen d’appréciation de la pente totale ; cet inconvénient est encore aggravé par un effet d’éclairage oblique peut-être très flatteur à l’œil, mais vraiment par trop artificiel ; c’est une image figurative plutôt qu’une représentation correcte du terrain.

24Henri Vallot complète son commentaire par une note de bas de page (p. 380) qui résume les critiques formulées par Puiseux et parues dans le Bulletin du C.A.F. d’avril 1897 :

Le figuré du terrain, dû pour la plus grande part au regretté Leuzinger, est excellent dans certaines parties, mou et indécis dans quelques autres. Les crêtes sont détaillées avec intelligence et prédilection ; mais le dessin des ravines, la distribution des neiges sur les pentes, ne concordent pas toujours avec les lois inéluctables de la météorologie et de la pesanteur… l’omission des courbes sur les névés constitue, à notre sens, une lacune qui ne s’excuse que par l’impossibilité provisoire de faire mieux. L’inclinaison des pentes est un élément essentiel aussi bien pour l’étude des glaciers que pour le tracé des routes d’alpinistes.

  • 9 En 1907, J. et H. Vallot publient un premier spécimen de la carte au 20.000e du Massif du Mont-Blan (...)

25La suite de l’article décrit les étapes et présente les techniques utilisées par J. et H. Vallot pour réaliser leur carte du massif du Mont-Blanc. Le texte est accompagné d’« Extraits de la triangulation du Massif du Mont-Blanc, Triangulation générale ».9 À l’occasion d’une réunion de la Commission de Topographie, H. Vallot exprime le regret « que cette carte fut la seule de son espèce… » et attire l’attention sur la nécessité de « dresser des cartes à grande échelle des hautes cimes, à partir de la zone où la petitesse des échelles ordinaires rend la carte des Services publics inutile à l’alpiniste ».

26Il note à ce propos que les Pyrénées ont une avance sur les Alpes et estime que ce retard affecte les cartes alpines françaises au regard de celles éditées par les Clubs Alpins Suisse ou Autrichien (La Montagne, janvier 1908). La Commission de Topographie sera l’outil de cette mise à niveau.

Point d’étape
Ainsi, au fil du temps, les Annuaires, lieu de brassage des idées, se sont constitués en fédérateur, qu’il s’agisse de la connaissance du milieu spécifique de la haute montagne, ou de la cartographie de ces territoires mal connus. La Commission de Topographie prendra le relais. Assez curieusement cet apport, original dans la forme et dans le fond, semble quelque peu négligé dans l’historiographie de l’alpinisme au XIXe siècle. Il en est de même pour l’œuvre d’A. Joanne qui, au titre de Directeur des publications du C.A.F., a eu une influence déterminante sur les orientations des Annuaires et, par le jeu des publications, sur la composition de la future Commission de Topographie.
Il est sans doute malaisé, pour un lecteur habitué aux techniques et moyens du XXIe siècle, d’imaginer le chemin à parcourir pour unifier, ou du moins assortir, la cartographie morcelée des régions de haute montagne. Or, ce parcours sera long en raison de l’importance de l’enjeu et des difficultés à surmonter pour constituer, dans les conditions de la haute montagne, une base de données suffisante pour assurer la fidélité des rendus. L’apport initial et déterminant de F. Prudent, ultérieurement d’H. Vallot, est d’avoir su transformer un ensemble disparate en une œuvre cohérente. Dans ce nouvel espace d’aventure que constitue la haute montagne, F. Prudent a d’abord assuré la formation et la coordination des travaux des alpinistes-topographes opérant dans les Pyrénées ; c’est ce que nous venons de voir dans les quatre premiers chapitres. Puis H. Vallot a assumé la direction effective de la Commission de topographie du Club Alpin Français, faisant de la haute montagne un domaine aux confins des savoirs. Ce sera l’objet des cinq chapitres suivants.

Haut de page

Notes

1 Cette courte introduction est proposée comme « clé de lecture » pour donner sens et surmonter le caractère ingrat qui s’attache à toute énumération.

2 Les Annuaires et les Bulletins sont des outils pédagogiques à l’intention des alpinistes-topographes amateurs. Aperçu documentaire concernant la période 1874-1903 : Annexe B.

3 Annuaire de 1893.

4 Plusieurs d’entre eux sont également membres de la Société Ramond.

5 Procès-verbal de la Séance de la Commission de Topographie du 26 mai 1914. Pour mémoire : l’hiver 1879-1880 a été particulièrement rude, on a observé jusqu’à -25°C à Paris.

6 Bulletin de 1887, p. 25.

7 La Science aux Sommets, l’expérimentation au service de la physiologie en haute altitude (chap. II).

8 Annuaire de 1888, pages 32 et 33.

9 En 1907, J. et H. Vallot publient un premier spécimen de la carte au 20.000e du Massif du Mont-Blanc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 21 : Mesure de la hauteur de la colonne barométrique à l’époque de Ramond (A. Dupaigne, 1874).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Figure 22 : Une fiche de calculs à propos du Mont Perdu. Ce n’était, de toute évidence, pas la tasse de thé de nombre de nos alpinistes encagés dans les arcanes de la topographie (Bibliothèque, commune de Tarbes).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 23 : Carte de rochers des Grands-Mulets, dessinée par H. Vallot d’après le lever de J. Vallot. Annuaire du Club Alpin Français 1888, p. 33, Un siècle d’Ascensions au Mont-Blanc, J. Vallot.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Figure 24 : Joseph Vallot (1857-1925), président du C.A.F. (1907), est fondateur-directeur de l’Observatoire Météorologique, Physique et Glaciaire du Mont-Blanc.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 25 : Henri Vallot, fondateur et mentor de la commission de Topographie 1903-1914. La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 1 3, « Joseph et Henri Vallot et la Commission Topographique du C.A.F. », par J. Malbos.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Malbos, « Chapitre 4 - L’irruption des alpinistes dans l’univers feutré de la cartographie »Dynamiques environnementales, 41 | 2018, 64-73.

Référence électronique

Jacques Malbos, « Chapitre 4 - L’irruption des alpinistes dans l’univers feutré de la cartographie »Dynamiques environnementales [En ligne], 41 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/1528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.1528

Haut de page

Auteur

Jacques Malbos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search