Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Chapitre 6 - Les alpinistes-topog...

Chapitre 6 - Les alpinistes-topographes confrontés au double défi de la rigueur scientifique et du rendu des reliefs

Jacques Malbos
p. 84-101

Texte intégral

1En cette fin du XIXe siècle, disposer de cartes lisibles et fiables des territoires tourmentés de la haute montagne entre dans les préoccupations des militaires comme des administrateurs civils. Les alpinistes-topographes, utilisateurs et concepteurs, cherchent, pour leur part, à restituer dans le tracé des cartes « les formes du terrain ». Les seules courbes de niveau ne leur semblent pas à même de représenter, avec un rendu suffisant, les reliefs rocheux. Afin de répondre à ces besoins, la topographie de la haute montagne va devoir, pour concilier rigueur scientifique et expression, adapter les méthodes en usage voire recourir à des procédés inusités.

2Les cartes anciennes se contentaient de signaler, de façon sommaire, l’existence des montagnes. Entre 1747-1780, la Carte de Cassini représente les montagnes (sommets) par de « petits pâtés », sans cote d’altitude. En 1815 paraît la Carte de Capitaine au 345.600e, réduction de celle de Cassini. Elle n’a ni cotes d’altitude, ni courbes de niveau, mais les montagnes y sont représentées par des hachures suivant la ligne de pente, les reliefs y sont pris en compte et commencent à devenir lisibles. En 1825, paraît la Carte de France réalisée pour le Service du Génie Militaire. Elle est basée sur la carte de Capitaine où quelques altitudes sont portées. Cependant, de nouvelles exigences se manifestent. En effet, aux besoins des armées et des administrations, s’adjoignent celles issues du développement de l’alpinisme. Pour y répondre, les innovations technologiques sont alors sollicitées. Après le baromètre servant à mesurer les altitudes et à établir des courbes de niveau qui donnent de la lisibilité au rendu des reliefs, la photographie entre dans le domaine des applications.

Une nouveauté qui associe véracité et maniabilité

3En 1874, l’invention de la photographie est encore relativement récente (1816). Les appareils sont encombrants, l’optique et les mécanismes peu performants. Prendre un cliché suppose une bonne stabilité. Les plaques, plus tard les pellicules, sont encore d’un traitement délicat pour un rendement médiocre. Malgré ses défauts de jeunesse, la photographie va trouver place dans l’arsenal des topographes, par l’objectivité du cliché, la facilité d’usage dans des zones peu propices à l’utilisation d’instruments plus complexes, et l’aptitude, par assemblage, à couvrir des tranches d’horizon importantes.

4L. Maury, dans la partie de son livre consacrée aux contributions du Club Alpin à la connaissance scientifique des montagnes, expose par des exemples concrets les difficultés que devaient surmonter les topographes. Ainsi, il écrit à propos de la planimétrie et des figurés de terrain de la carte au 100.000e des Picos de Europa :

  • 1 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin Français », p. 367.

le Lt. Colonel Prudent pouvait essayer de les dessiner, étant donné le canevas obtenu, sur environ 250 kilomètres carrés. Mais, à cette époque, l’obligation d’emporter des plaques de verre et la nécessité de disposer d’une chambre noire pour recharger un appareil avaient empêché M. de Saint-Saud de prendre autant de photographies qu’il eut été désirable… Ainsi, le Lt. Colonel Prudent ne disposait que d’une planimétrie un peu incertaine, surtout sur la périphérie, et de documents insuffisants pour dessiner complètement le figuré du terrain. Aussi dût-il se contenter de représenter « la montagne » par un estompage qui, grâce à sa grande habileté, se trouva remarquablement expressif.1

5À défaut d’arbitrages fondés sur des critères éprouvés et reconnus, les alpinistes-topographes s’ajustent au cas par cas en leur âme et conscience.

L’appropriation de la photographie par les alpinistes-topographes

6La revue du C.A.F. informe ses lecteurs des progrès techniques et des perspectives de la photographie. Le premier Annuaire, qui couvre l’année 1874, comprend un article de E.L. Montefiore. C’est un guide pratique, consacré aux Appareils photographiques pour les touristes. L’auteur note que la photographie devient, avec les appareils récents, plus accessible et qu’elle peut faciliter la constitution d’une base de données : « Nous posséderons, dans quelques années, grâce à vous (les touristes photographes) une collection de documents photographiques d’une véritable valeur ».

7E.L. Montefiore présente un ensemble d’appareils qui, à ses yeux, répondent aux conditions particulières de la photographie en montagne : encombrement réduit, robustesse et facilité d’emploi. En 1881, dans un article consacré au Club Alpin Français dans les Pyrénées Espagnoles paru dans L’œuvre Scientifique du Club Alpin Français, F. Prudent précise que plusieurs opérateurs tels Gourdon, Schrader, Saint-Saud « ont pris de nombreux clichés, dont l’ensemble forme une collection de plusieurs centaines de vues ».

8Il s’agit probablement des premières bases de données photographiques. Dans le cours de ce même article, F. Prudent relève que F. Schrader utilise la photographie pour confirmer les tracés réalisés à l’aide de l’orographe : « en comparant des vues photographiques prises de différents points, on y reconnaît les formes générales, les accidents topographiques, et jusqu’au caractère géologique ». À partir de ces comparaisons, il en conclut :

que les inégalités du sol ont été transmises fidèlement du terrain au cercle d’horizon, du cercle d’horizon à la carte topographique, et, finalement, de la carte topographique à la carte en relief.

9En raison des qualités spécifiques de la photographie, il confirme les premières conclusions de H. et J. Vallot. Dès lors, les discussions vont se développer. Ainsi, dans une note sur l’Orographe et sur les méthodes graphiques de levés employées dans les Pyrénées, F. Schrader soulève la question des limites de la photographie et émet quelques réserves :

  • 2 Le Club Alpin dans les Pyrénées espagnoles. In « L’œuvre scientifique du Club Alpin », note de bas (...)

La photographie même ne donne pas les formes avec une suffisante clarté, car elle ne choisit pas et noie presque toujours les grands traits dans la profusion des détails. Elle peut servir comme aide ou comme complément, mais non pour remplacer les indications intelligentes du topographe.2

10Pour sa part le Lieutenant-colonel Prudent, dans les notes explicatives qui accompagnent la carte des Picos de Europa dans les Monts Cantabriques, inclut la photographie dans ses procédures de travail (Annuaire de 1893) :

  • 3 Les Picos de Europa. « L’œuvre Scientifique du Club Alpin », p. 96.

Les éléments rapportés des quatre voyages ci-dessus indiqués et que j’ai utilisés consistaient : 1) En itinéraires dessinés à vue, sur un carnet de papier quadrillé, portant une petite boussole-écrou, 2) En observations barométriques, 3) En tours d’horizon, faits avec la règle à éclimètre du Colonel Goulier… 4) En panoramas, ou parties de panoramas photographiques, pris surtout des points précédents. Ces panoramas, grâce à une détermination précise de la distance focale de l’objectif, sont venus compléter les tours d’horizon et donner des renseignements précieux sur les formes topographiques.3

  • 4 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin », p. 35, note de bas de page rédigée par L. Maury en 1930.

11L. Maury, dans une note de bas de page rédigée en 1930 (p. 35), conclut « qu’en ce qui concerne les levés de détail et malgré les progrès faits par la photographie, l’orographe, sous sa forme définitive, reste, pour des opérations de ce genre, un instrument de premier ordre ».4

  • 5 « Les Aiguilles du Goûter et d’Argentière », Annuaire de 1887, p. 87.

12La photographie garantit l’objectivité de l’image mais qu’en est-il de sa qualité expressive ? Topographe, mais aussi peintre de montagne, F. Schrader associe volontiers dessin et photographie, soit pour dresser un panorama, soit pour rendre un paysage ou une scène. Par ce moyen, il cherche à concilier l’objectivité du cliché et le rendu de l’artiste. Il est assez courant de relever dans les publications d’époque, accompagnant une illustration, la mention « dessin de…, réalisée d’après une photographie de… ». À titre d’exemple, prenons le glacier d’Argentière dessiné par F. Schrader d’après une photographie de M. Donkin antérieure à 1888.5 (figures 33 A et B).

Figure 33 A : Le fond du glacier d’Argentière, dessin de F. Shrader d’après une photographie de M. Donkin, antérieure à 1888.

Figure 33 A : Le fond du glacier d’Argentière, dessin de F. Shrader d’après une photographie de M. Donkin, antérieure à 1888.

Figure 33 B : Photo de l’extrémité du glacier d’Argentière (en décrue) de M. Gignoux antérieure à 1909 (in de Martonne, 1909, planche XXIII).

Figure 33 B : Photo de l’extrémité du glacier d’Argentière (en décrue) de M. Gignoux antérieure à 1909 (in de Martonne, 1909, planche XXIII).

13En une vingtaine d’années (1880-1900), la photographie va s’affirmer comme un auxiliaire indispensable. Joseph Vallot a rapidement compris l’utilité de la photographie en terrain difficile et en a fait largement usage dans ses travaux de cartographie du massif du Mont-Blanc. Henri Vallot, pour sa part, manifeste une certaine réserve, considérant que ce procédé ne permet pas d’atteindre un degré de précision suffisant. Les réticences d’Henri Vallot s’effaceront à la suite des améliorations apportées tant aux appareils qu’aux méthodes ou aux procédures d’utilisation. Joseph et Henri Vallot ont été des précurseurs en la matière (figure 34). Dans l’avant-propos d’Application de la photographie aux levés topographiques en haute montagne (1907), J. et H. Vallot précisent :

La photographie est un procédé de topographie dans lequel on emploie la photographie comme moyen d’enregistrement des mesures de terrain… Le but c’est la topographie, le moyen c’est la photographie.

Figure 34 : Le phototachéomètre, un nouvel instrument mis au point par les topographes Henri et Joseph Vallot. Cliché paru dans « Applications de la Topographie aux Levés topographiques en Haute Montagne », par Joseph et Henri Vallot. La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 24, « Centenaire de l’Observatoire Vallot ».

Figure 34 : Le phototachéomètre, un nouvel instrument mis au point par les topographes Henri et Joseph Vallot. Cliché paru dans « Applications de la Topographie aux Levés topographiques en Haute Montagne », par Joseph et Henri Vallot. La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 24, « Centenaire de l’Observatoire Vallot ».

14Encore faut-il disposer d’une instrumentation appropriée à l’utilisation qui en est faite. Ils ajoutent que « l’expérience ne tarda pas à montrer (1893) que les appareils et instruments employés jusque-là étaient insuffisants et inefficaces ; nous fûmes donc conduits à étudier un appareil nouveau, sinon dans son principe du moins dans son agencement et ses détails, de là est né notre phototachéomètre ». (figure 34)

151902, les Annuaires publient un important article dans lequel Paul Helbronner traite de la Téléphotographie simple et stéréoscopique en montagne. Il en précise le sens et la portée :

  • 6 Annuaire de 1902, p. 544-545.

Cette science donne le moyen de construire les détails des levés topographiques en appliquant les renseignements précis de la photographie faite dans certaines conditions spéciales.6 La télé-stéréoscopie amène également à la résolution de quelques-uns des nombreux problèmes de la photogrammétrie dont les bases et d’importants développements ont été fixés par M. le Colonel Laussedat et dont M.M. Joseph et Henri Vallot font actuellement la plus brillante application dans leur carte du Massif du Mont-Blanc.

16Dans une note de bas de page datée de 1930 et reproduite dans L’Œuvre Scientifique du C.A.F. (p. 70), L. Maury présente le recours à la photographie comme un moyen économique de contrôle et d’enrichissement des données à la disposition des topographes :

L’utilisation des photographies permet maintenant de déceler ces erreurs (fautes de lecture de l’éclimètre), sans que l’on soit obligé, à la station, de perdre un temps considérable pour exécuter cette vue périscopique, la prise des photographies étant infiniment plus rapide. Les photographies donnent d’ailleurs des renseignements beaucoup plus complets.

  • 7 Il s’agit d’une reprise de l’article publié en 1929 dans La Montagne, p. 27-34.

17À noter que nombre des commentaires de L. Maury, traitant de l’usage de la photographie en topographie, sont des notes rédigées dans les années trente. Ils intègrent, de fait, les progrès de la photographie pendant et après la guerre. Un seuil technologique décisif est franchi grâce à la photographie aérienne. À l’issue de la guerre de 1914-1918, ce procédé va non seulement rendre possible l’investigation de territoires réputés inaccessibles mais constituer un outil particulièrement pratique au service de la cartographie en général. Fait qui ne doit très certainement rien au hasard, l’ouvrage de Léon Maury, L’œuvre Scientifique du Club Alpin Français, 1874-1922, publié en 1936, s’achève sur un article du Commandant de Larminat consacré à l’Emploi des photographies aériennes dans la carte du Vignemale.7 L. Maury fait précéder ce texte de la notice nécrologique qu’il a consacré à Alphonse Meillon (1934) et dans laquelle il souligne la collaboration féconde qui associa Meillon et de Larminat dans la réalisation des Feuilles du Vignemale et de Cauterets :

  • 8 L’œuvre Scientifique du Club Alpin, p. 445-450.

« Pour obtenir le dessin de certains détails, mal vu sur les photographies terrestres, le Commandant de Larminat a utilisé des séries de photographies aériennes, prises par le Lieutenant Vignolle, du 36e Groupe d’Aviation de Pau. Il n’était certainement pas question de stéréophotogrammétrie aérienne, mais les études faites à ce sujet par le Commandant de Larminat sont cependant du plus grand intérêt, car les procédés qu’il a employés sont susceptibles d’être utilisés, pour compléter des cartes de montagne, sans l’emploi d’instruments dispendieux et qui resteront longtemps à l’état d’exemplaires à peu près uniques ».8

  • 9 L’œuvre Scientifique du Club Alpin, « Introduction à l’emploi de la photographie aérienne dans la c (...)

18La conclusion revient au Commandant de Larminat à propos de la carte au 20.000e de la région du Vignemale : « En trois mots, les photos aériennes, surtout zénithales (prises perpendiculairement au-dessous de l’avion) ont assuré la liaison entre les photos émanant des divers observatoires terrestres, comblé des lacunes de cette documentation et aidé partout à l’intelligence et à l’interprétation des formes ».9 Suit un exposé technique sur les résultats et les enseignements des campagnes photographiques aériennes effectuées par le Lieutenant Vignolle en 1923 et 1924.

Le regard de l’artiste au service de l’intelligence des formes

19Le recours à l’utilisation de la photographie comme moyen pratique et objectif de reprographie relance avec une acuité nouvelle le délicat arbitrage entre l’austérité du topographe et l’expressivité de la carte. Viollet-le-Duc et Fr. Schrader ont en commun le souci du rendu des reliefs tourmentés de la haute montagne. Tous deux sont confrontés à la rigueur topographique, à laquelle ils adhèrent et à la liberté d’interprétation, qualité de l’artiste. Les contradictions entre ces modes de pensée et leur volonté de les concilier sont présentes dans l’ensemble de leur œuvre. Tous deux ont utilisé ou inventé des dispositifs mécaniques afin de surmonter les insuffisances et la subjectivité de l’observateur-dessinateur.

20Toutefois une différence essentielle distingue la démarche de Viollet-le-Duc et celle de F. Schrader. Le premier, architecte, fonde son regard et sa réflexion à partir d’un corpus théorique d’origines externes au milieu qu’il observe. Le second, fonde son travail sur une pratique et des connaissances acquises et soumises à l’épreuve du terrain. Ces similitudes et différences se retrouvent dans leur œuvre cartographique.

Viollet-le-Duc : cartographe du Mont-Blanc

21Architecte-restaurateur des monuments historiques et artiste peintre, Viollet-le-Duc se prend, à l’occasion de plusieurs séjours dans les Pyrénées et les Alpes (1868-1879), d’une véritable passion pour les montagnes. Fasciné par la nature tourmentée des reliefs, il « recherche dans le chaos des montagnes une structure cachée ». De 1868 à 1875, il entreprend la réalisation d’une carte au 40.000e du massif du Mont-Blanc. Il cherche à rendre, avec précision et objectivité, le relief des montagnes et le dessin des rochers. Pour ce faire, il utilise conjointement la photographie pour la fidélité des formes générales et le téléiconographe. Cet instrument a été inventé par Révoil en 1869 pour les visées topographiques et les restitutions fines des structures rocheuses. Dans un article publié dans la Gazette des architectes et du Bâtiment (n° 20, 1868-69), il présente cet appareil utilisé par les architectes et ses applications en précisant qu’il s’agit du « prisme de la chambre claire adapté à une lunette… ainsi peut-on dessiner un objet placé à un ou plusieurs kilomètres, suivant la force de la lunette, comme s’il était placé à quelques mètres du spectateur ». L’objet visé est projeté sur une feuille de papier, l’opérateur trace alors les contours à l’aide d’un crayon.

22Il ajoute : « Le téléiconographe est nécessaire à toutes les personnes qui prétendent faire des relevés de terrain, aux militaires, aux ingénieurs et aux hydrographes Le géologue reconnaîtra et reproduira avec cet instrument les formes et les strates des roches inaccessibles des terrains les plus éloignés ». À titre d’application, en 1876, Viollet-le-Duc publie le Massif du Mont-Blanc, étude sur sa constitution géodésique et géologique, sur ses transformations, et sur l’état ancien et moderne de ses glaciers. De même, la Nouvelle Carte du Mont-Blanc est dressée par l’auteur (figures 35 A et B).

Figure 35 A : Le massif du Mont-Blanc par Eugène Viollet-le-Duc (1876). La Montagne et Alpinisme, n° 3, 2000, p. 41, « La Découverte du Mont-Blanc par les Cartographes », Laura et Giorgio Aliprandi, exposition au Musée Alpin de Chamonix, octobre-décembre 2000.

Figure 35 A : Le massif du Mont-Blanc par Eugène Viollet-le-Duc (1876). La Montagne et Alpinisme, n° 3, 2000, p. 41, « La Découverte du Mont-Blanc par les Cartographes », Laura et Giorgio Aliprandi, exposition au Musée Alpin de Chamonix, octobre-décembre 2000.

Figure 35 B : Comparaison avec la carte de 1896 de la chaîne du Mont-Blanc au 1/50.000e par le Club Alpin Suisse (A. Barbey, X. Imfeld et L. Kurz).

Figure 35 B : Comparaison avec la carte de 1896 de la chaîne du Mont-Blanc au 1/50.000e par le Club Alpin Suisse (A. Barbey, X. Imfeld et L. Kurz).

23L’Annuaire, daté de cette même année, présente, sous la plume de C. Martin, membre correspondant de l’Institut, un important résumé de cet ouvrage. C. Martin relève trois moyens utilisés par Viollet-le-Duc pour accentuer l’expression des formes du terrain :

  1. le choix de l’échelle car celle-ci doit être « assez grande pour permettre d’y marquer fidèlement la forme et la disposition des roches cristallines et des terrains » ;

  2. l’angle d’éclairage : « Au lieu d’éclairer la carte Nord-Est suivant un angle de 45° - pratique habituelle - il l’a éclairée du Sud comme la nature éclaire le massif, et il a adopté le modelé que donne le soleil vers 11 heures du matin, il rend ainsi mieux compte des formes, des positions relatives et de l’aspect des objets aux yeux du voyageur » ;

  3. l’adjonction de couleurs pour la carte du Mont-Blanc : « Elle reproduit par des couleurs différentes les roches variées, les glaciers, les lacs, les rivières, les diverses natures de végétation, les routes et les chemins ».

24Sensible à la qualité du travail, C. Martin relève que la réalisation de cette carte a réclamé un énorme travail, soit plus de 500 visées prises avec des instruments très précis. Il observe également que, dans la seconde partie de son ouvrage, Viollet-le-Duc en tant qu’architecte et artiste cherche à inscrire les reliefs rocheux dans des structures géométriques. Il s’agit, en matière de montagne, d’une des premières tentatives d’analyse de l’architecture des formes. À propos de la démarche analytique de Viollet-le-Duc, notons qu’entre 1854 et 1868, celui-ci publie son Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIsiècle, œuvre monumentale en dix volumes dans laquelle il expose sa doctrine. Nous devons à J.-M. Leniaud, spécialiste de l’histoire du patrimoine et de l’architecture, cette formule qui résume les conceptions de Viollet-le-Duc en matière de restauration : « Concevoir la restauration non pas comme une réparation, mais comme un projet qui mette en œuvre une lecture de l’édifice ». Cette formulation précise l’intention qui guide son regard.

25Dès lors qu’il s’agit de restituer un paysage de montagne, Viollet-le-Duc s’attache à retrouver les formes primitives, matrice dont tout découle. Ainsi : « La calotte du Mont-Blanc est un témoin encore subsistant de la forme première du massif, un « rognon » préservé par sa couche de neige perpétuelle contre les dégradations qui ont ruiné les autres ». La recherche des correspondances ou des complémentarités entre morphologie et géométrie sera, ultérieurement, reprise et formalisée par Franz Schrader dans son Essai sur la représentation topographique du rocher, publié en 1911.

Franz Schrader : peintre de montagne et cartographe pyrénéen

26N’étant ni architecte ni ingénieur, Franz Schrader éprouve, comme la plupart des alpinistes-topographes, des difficultés à restituer avec exactitude le tracé des reliefs. Il cherche à se libérer des servitudes de la géométrie tout en assurant au dessin l’objectivité scientifique requise :

  • 10 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin » , p. 40.

Comment aurais-je pu songer à faire aussi bien ou mieux que des cartographes expérimentés, en employant les moyens en usage, moi qui n’avais encore, pour ainsi dire, aucune expérience topographique ? C’est alors que la pensée me vint de faire créer les éléments de ma carte par la nature elle-même. Il s’agissait de combiner un instrument qui tracerait automatiquement le dessin de la montagne sous la forme d’une esquisse périgraphique plane, puis d’établir la carte avec des cercles d’horizon… J’ai donné le nom d’orographe à l’instrument construit en vue de réaliser cette idée.10

27Tout comme Viollet-le-Duc, F. Schrader va recourir au dessin et concevoir un appareil destiné à reproduire mécaniquement le paysage que voit l’œil. Si son objectif est identique à celui de Viollet-le-Duc, à savoir s’affranchir des imperfections du regard pour atteindre la pureté des lignes, F. Schrader, à l’inverse de Viollet-le-Duc qui emprunte un outil existant, invente un appareil destiné à suppléer les insuffisances des procédés en usage :

« C’est à la méthode graphique et aux visées continues de l’orographe qu’il convient d’attribuer cet aspect que le Colonel Goulier qualifie d’anatomique. En effet, pour obtenir, avec une approximation suffisante, les courbes de niveau qui donnent seules aux formes du terrain une expression scientifique, on est obligé, soit de mesurer directement chacune des courbes sur le terrain, comme le fait la Brigade Topographique du Génie, soit de déduire les courbes de l’intersection apparente de plans horizontaux équidistants avec des sections verticales des profils du terrain… ». Et de préciser : « L’orographe n’est point destiné aux opérations géodésiques, mais à la topographie des régions accidentées ».

  • 11 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin », p. 42.

28Notons que Schrader, Wallone et Saint-Saud se servent à la fois de la règle à éclimètre du Colonel Goulier et de son alidade nivélatrice.11

29Évoquant la première version de l’orographe, F. Schrader écrit :

C’était un instrument bien primitif au début, mais grâce auquel il me paraissait possible d’obtenir des résultats sérieux… Je commençais ma campagne de 1873 en compagnie de Léonce Lourde-Rocheblave, avec un instrument tout en bois, que j’avais dû construire moi-même tant bien que mal. En travaillant à courte distance et en stationnant sur des points bien déterminés, j’en obtins des résultats assez acceptables pour pouvoir publier en 1874 ma première carte du massif du Mont Perdu.

Figure 36 : Orographe Schrader, avant-dernier modèle construit par Balbreck (Service géographique de l’armée (1936) ; cliché Emile Pujolle 11 01 2007, licence CC0-Domaine public, wikimedia commons).

Figure 36 : Orographe Schrader, avant-dernier modèle construit par Balbreck (Service géographique de l’armée (1936) ; cliché Emile Pujolle 11 01 2007, licence CC0-Domaine public, wikimedia commons).

Figure 37 : Schéma d’une orographie, « Une série de cercles concentriques fournit une échelle d’angles verticaux. Les angles sont alors convertis en altitude. Les visées permettent aussi des coupes transversales des vallées ». Illustrations issues de La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 47. « L’Homme des paysages rares », par Hélène Saule Sorbé, Guy Auriol, Michel Rodes.

Figure 37 : Schéma d’une orographie, « Une série de cercles concentriques fournit une échelle d’angles verticaux. Les angles sont alors convertis en altitude. Les visées permettent aussi des coupes transversales des vallées ». Illustrations issues de La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 47. « L’Homme des paysages rares », par Hélène Saule Sorbé, Guy Auriol, Michel Rodes.

30Les exemplaires suivants seront plus élaborés et réalisés en collaboration avec des équipementiers. Bien que d’un usage décrit par H. Vallot comme délicat, l’orographe sera, dans ses versions perfectionnées, utilisé par les alpinistes-topographes pyrénéens que sont F. Schrader, E. Wallon et Saint-Saud (figures 36 et 37). Nous conclurons ce paragraphe par une utilisation pour le moins originale de l’orographe par son inventeur, F. Schrader :

  • 12 H. Vallot, Commission de Topographie, Séance du 4 novembre 1904.

Dans le but de relever le tracé d’un chemin traversant la Cordillère par le Cerro de Tolorsa (Argentine), il a utilisé une curieuse propriété de son orographe, de pouvoir suivre, avec la croisée de fils de sa lunette, un objet mobile, le crayon traçant ainsi sur le disque en papier l’anamorphose de la trajectoire. Après avoir fixé, au moyen d’une base et du théodolite, deux points de repère sur la montagne, et s’étant transporté successivement en chacun d’eux pris comme station, il a suivi, avec la lunette de l’orographe, un homme à cheval, qui avait pour mission de parcourir le chemin, constituant ainsi un point de mire mobile qui rendait apparentes toutes les sinuosités. À l’aide des deux anamorphoses, il a pu reconstituer le tracé complet jusqu’au col.12

31En 1994, dans le cadre d’un Projet d’action éducative, une classe d’un Lycée du Pays de Soule réalise « au millimètre près » une réplique de l’orographe.

L’esprit inventif est appelé à pallier les insuffisances de l’instrumentation

32Ainsi, F. Schrader a inventé l’orographe en 1873 mais le Bulletin du 4e trimestre 1876 présente le pendulographe du Colonel Pierre comme un instrument permettant de réaliser avec « justesse et rapidité » la perspective d’une certaine étendue de terrain.

33Pour sa part, le Bulletin Pyrénéen n° 138 de 1917 publie un portrait de Ramond réalisé en 1789 à l’aide du physionotrace (figure 38). L’appareil, dans son intention et sa réalisation, offre de frappantes similitudes avec l’orographe de Schrader. Il s’agit alors de reproduire, à l’aide d’une sorte de pantographe équipé d’un œilleton de visée, pour Chrétien le profil d’un visage, pour Schrader un tour d’horizon. Le physionotrace, inventé en 1786 par Gille Louis Chrétien et destiné à faciliter le travail des dessinateurs, serait-il le père putatif de l’orographe ? Le succès du physionotrace fut considérable. On a le répertoire de seize cents physionotraces de Quénedey, dont chacun porte une lettre de série et, dans chaque série, un numéro d’un à cent. Ce répertoire est au Cabinet des Estampes.

Figure 38 : Portrait de Ramond réalisé par Quénedey en 1789 avec un physionotrace inventé par Chrétien (l’original a 53 mm de diamètre).

Figure 38 : Portrait de Ramond réalisé par Quénedey en 1789 avec un physionotrace inventé par Chrétien (l’original a 53 mm de diamètre).

34Les progrès de la photographie vont reléguer ces instruments au chapitre des curiosités. Il n’en demeure pas moins que ces derniers, au même titre que la photographie, sont autant de réponses à l’expression de besoins et un recours aux capacités technologiques à disposition.

35Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les cartes de France ont pour principaux destinataires, les militaires pour la défense et l’administration pour la gestion des ressources et des flux socio-économiques. Dans ce contexte, les montagnes, territoire peu peuplé et obstacle naturel à la pénétration, ne constituent pas un enjeu prioritaire, il suffit de les positionner et de situer les grandes voies de passage. La naissance de l’alpinisme, avec pour corollaire l’élaboration et le perfectionnement des techniques de progression, requiert un nouvel abord de la haute montagne. Dès 1863, le lieutenant-colonel Borzon pressent le regain d’intérêt suscité par la fréquentation des massifs montagneux et incite les officiers topographes à traiter ces territoires avec le plus grand sérieux :

Les officiers doivent être prévenus contre le relâchement qui peut les gagner facilement, en face de la tâche ingrate d’avoir à lever des déserts de glace ou des zones stériles inhabitées. Le point de vue auquel il faut se placer est ici celui des exigences nouvelles de la science, qui fait aujourd’hui de ces régions encore inconnues il y a un demi-siècle, l’objet d’explorations minutieuses.

36Les imprécisions voire les erreurs, tolérables pour des territoires marginaux, constituent, dès lors qu’ils s’ouvrent à la fréquentation ou s’apparentent à des enjeux géopolitiques, autant de défauts qu’il convient de supprimer. Les alpinistes-topographes seront parmi les premiers à relever et chercher à corriger les lacunes des cartes de montagne. L’originalité de leur apport est d’avoir couplé l’offre et la demande et, par leur capacité de réactivité, pris de court les lenteurs de la cartographie officielle. Ces initiatives, source de dérives potentielles, seront cadrées par la collaboration avec le Service Géographique de l’Armée et l’autorité technique de F. Prudent.

37Une des réussites du Lt. Colonel Prudent, et ce n’est pas la moindre, est d’avoir su transmettre à des amateurs ne disposant pas d’une formation d’ingénieurs, la rigueur méthodologique, (usage des instruments et des mesures) et l’importance de la programmation. En ce sens, il a joué, à l’égard de Wallon, Schrader et Saint-Saud, un rôle analogue à celui qui reviendra à Henri Vallot dans la Commission de Topographie : celui de guide et de garant des principes et des procédures.

Facétie cartographique et les inattendus d’une ascension

  • 13 Mont-Perdu et Mont-Blanc, Annuaire de 1890, p. 5.

38En 1890, l’historien et géographe Charles Durier pointe avec malice la mésaventure dont Cauterets est la victime « Ville que la carte de Capitaine, par une coquille qui mérite de passer à la postérité, dénomme si drôlement Cautères-les-Bains ».13

  • 14 La Montagne, décembre 1954, Chronique Echos.

39L’alpinisme a-t-il sa préhistoire ? « Des alpinistes de Santiago ont gravi le Llullaillaco, 6 723 m troisième sommet des deux Amériques. Ils ont trouvé au sommet une dalle de pierre et deux morceaux de bois, le tout d’origine précolombienne ».14

Figure 39 : Carte du « plateau du Mont-Blanc » d’après H.B. de Saussure, 1840, lithographié par Courtois et Aubert. dans La Montagne et alpinisme, n° 3, 2000, p. 4. « La Découverte du Mont-Blanc par les Cartographes », par Laura et Giorgio Aliprandi. Exposition au Musée Alpin de Chamonix, octobre-décembre 2000.

Figure 39 : Carte du « plateau du Mont-Blanc » d’après H.B. de Saussure, 1840, lithographié par Courtois et Aubert. dans La Montagne et alpinisme, n° 3, 2000, p. 4. « La Découverte du Mont-Blanc par les Cartographes », par Laura et Giorgio Aliprandi. Exposition au Musée Alpin de Chamonix, octobre-décembre 2000.

Figure 40 : La calotte du Mont-Blanc et le Mur de la Côte vus au soleil levant avec l’itinéraire de montée et celui de descente, d’après un croquis du Dr W. Pischner. La Montagne et Alpinisme, n° 1. 1986, p. 24. Où le trait du dessinateur conjugue imaginaire et observation.

Figure 40 : La calotte du Mont-Blanc et le Mur de la Côte vus au soleil levant avec l’itinéraire de montée et celui de descente, d’après un croquis du Dr W. Pischner. La Montagne et Alpinisme, n° 1. 1986, p. 24. Où le trait du dessinateur conjugue imaginaire et observation.
Haut de page

Notes

1 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin Français », p. 367.

2 Le Club Alpin dans les Pyrénées espagnoles. In « L’œuvre scientifique du Club Alpin », note de bas de page 40, rédigée par Maury en 1931.

3 Les Picos de Europa. « L’œuvre Scientifique du Club Alpin », p. 96.

4 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin », p. 35, note de bas de page rédigée par L. Maury en 1930.

5 « Les Aiguilles du Goûter et d’Argentière », Annuaire de 1887, p. 87.

6 Annuaire de 1902, p. 544-545.

7 Il s’agit d’une reprise de l’article publié en 1929 dans La Montagne, p. 27-34.

8 L’œuvre Scientifique du Club Alpin, p. 445-450.

9 L’œuvre Scientifique du Club Alpin, « Introduction à l’emploi de la photographie aérienne dans la carte du Vignemale », p. 45.

10 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin » , p. 40.

11 « L’œuvre Scientifique du Club Alpin », p. 42.

12 H. Vallot, Commission de Topographie, Séance du 4 novembre 1904.

13 Mont-Perdu et Mont-Blanc, Annuaire de 1890, p. 5.

14 La Montagne, décembre 1954, Chronique Echos.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 33 A : Le fond du glacier d’Argentière, dessin de F. Shrader d’après une photographie de M. Donkin, antérieure à 1888.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Figure 33 B : Photo de l’extrémité du glacier d’Argentière (en décrue) de M. Gignoux antérieure à 1909 (in de Martonne, 1909, planche XXIII).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Figure 34 : Le phototachéomètre, un nouvel instrument mis au point par les topographes Henri et Joseph Vallot. Cliché paru dans « Applications de la Topographie aux Levés topographiques en Haute Montagne », par Joseph et Henri Vallot. La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 24, « Centenaire de l’Observatoire Vallot ».
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 35 A : Le massif du Mont-Blanc par Eugène Viollet-le-Duc (1876). La Montagne et Alpinisme, n° 3, 2000, p. 41, « La Découverte du Mont-Blanc par les Cartographes », Laura et Giorgio Aliprandi, exposition au Musée Alpin de Chamonix, octobre-décembre 2000.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Titre Figure 35 B : Comparaison avec la carte de 1896 de la chaîne du Mont-Blanc au 1/50.000e par le Club Alpin Suisse (A. Barbey, X. Imfeld et L. Kurz).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Titre Figure 36 : Orographe Schrader, avant-dernier modèle construit par Balbreck (Service géographique de l’armée (1936) ; cliché Emile Pujolle 11 01 2007, licence CC0-Domaine public, wikimedia commons).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 37 : Schéma d’une orographie, « Une série de cercles concentriques fournit une échelle d’angles verticaux. Les angles sont alors convertis en altitude. Les visées permettent aussi des coupes transversales des vallées ». Illustrations issues de La Montagne et Alpinisme, n° 2, 1998, p. 47. « L’Homme des paysages rares », par Hélène Saule Sorbé, Guy Auriol, Michel Rodes.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 38 : Portrait de Ramond réalisé par Quénedey en 1789 avec un physionotrace inventé par Chrétien (l’original a 53 mm de diamètre).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 39 : Carte du « plateau du Mont-Blanc » d’après H.B. de Saussure, 1840, lithographié par Courtois et Aubert. dans La Montagne et alpinisme, n° 3, 2000, p. 4. « La Découverte du Mont-Blanc par les Cartographes », par Laura et Giorgio Aliprandi. Exposition au Musée Alpin de Chamonix, octobre-décembre 2000.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Titre Figure 40 : La calotte du Mont-Blanc et le Mur de la Côte vus au soleil levant avec l’itinéraire de montée et celui de descente, d’après un croquis du Dr W. Pischner. La Montagne et Alpinisme, n° 1. 1986, p. 24. Où le trait du dessinateur conjugue imaginaire et observation.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/1529/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Malbos, « Chapitre 6 - Les alpinistes-topographes confrontés au double défi de la rigueur scientifique et du rendu des reliefs »Dynamiques environnementales, 41 | 2018, 84-101.

Référence électronique

Jacques Malbos, « Chapitre 6 - Les alpinistes-topographes confrontés au double défi de la rigueur scientifique et du rendu des reliefs »Dynamiques environnementales [En ligne], 41 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/1529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.1529

Haut de page

Auteur

Jacques Malbos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search