Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Conclusion

Texte intégral

1L’intention de cet ouvrage est d’être « transmission » et « interpellation ». Il est à la fois un hommage au legs de nos anciens et une réflexion sur les liens qui unissent les trois temps de l’action : le passé, le présent, l’anticipation d’un futur. Les Annuaires (1874-1903), la Commission de Topographie (1903-1914), la Commission des Travaux Scientifiques (1923-1929) ainsi que les grandes heures de la décennie 1950 portent la marque de cette évolution de « la science au sommet ».

2Les orientations quelque peu erratiques qui succèdent aux travaux de la Commission de Topographie, les grandes réalisations des décennies 1950-1960, puis les moments de doute qui conduisent à envisager la suppression de la Commission, sont autant de signes révélateurs de particularités propres au monde de la montagne et à la pratique des activités dont elle est l’objet. Sport de nature, comme la navigation, elle en diffère. La navigation a une longue histoire édifiée dans le temps. Dès l’origine elle a constitué un enjeu, nutritionnel, de conquête territoriale, d’échanges commerciaux. À l’opposé, les montagnes sont restées, jusqu’à une époque récente, un territoire mystérieux de roc et de glace, mais dépourvu d’enjeux. Tout au plus une ligne de défense offerte par la nature ! Les ascensionnistes vont ouvrir et révéler un domaine en friche.

3À la différence d’organismes consacrés à la recherche dans des domaines répertoriés, l’aventure scientifique développée au sein des associations historiques d’alpinisme n’est ni exclusive ni linéaire. Elle est faite d’entrelacs entre des situations d’exception et la saisie des opportunités qui en découlent. Dans ce contexte, les activités scientifiques conduites au sein du Club Alpin Français sont inscrites dans la durée ; elles constituent non seulement un patrimoine mémoriel précieux mais également un indicateur indirect de l’adéquation de ces contributions dans l’organisation et les enjeux de la société d’alors.

4Après les années 1950-1960 suit une longue traversée du désert qui conduit, dans l’exercice du mandat qui m’a été octroyé, à une refondation, en 1984, des activités scientifiques du Club Alpin sous l’intitulé Comité Scientifique. À l’issue d’une difficile mutation, il a fallu reconnaître, puis faire reconnaître :

  1. le caractère transitoire des interventions ou travaux ;

  2. les transferts en direction d’organismes « ayant vocation », comme un aboutissement logique ;

  3. la fonction d’interface comme une prestation à part entière et non pas un acte subalterne.

5Les conditions d’une refondation solidement ancrée, il convenait ensuite de passer la main. À partir de 2002, sous l’impulsion de ses présidents successifs, le Comité Scientifique, lieu d’échanges et de coordination, continue d’inscrire sa trace. Loin d’être une faiblesse, son positionnement « à la marge » a fondé et, sans doute plus encore aujourd’hui dans nos sociétés strictement codifiées, fonde le potentiel d’attractivité et de créativité du Comité Scientifique. Imaginer, n’est-ce pas déborder les limites de l’habituel pour explorer de nouvelles configurations ? Rappelons qu’au niveau du Club Alpin Français les années 1990 ont été marquées par trois décisions dont l’enchaînement dépasse largement le domaine des dispositions statutaires. En 1992, les Sections sont dotées de la personnalité Juridique et prennent pour intitulé « Club Alpin de… ». Pour mémoire, en 1981-1983 Gaston Deferre, Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation du Gouvernement Mauroy, relance le débat sur le partage des responsabilités entre Niveau Central et Niveau Régional ! En 1996, dans la nécessité de s’adapter à la situation nouvelle et de préserver l’unité, le Club Alpin se transforme en « Fédération des Clubs Alpins Français », pour devenir en 2005 « Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne » (FFCAM).

6À l’issue de ce travail de mémoire et soucieux d’affirmer le caractère « initiatique » et non « conclusif » du parcours entrepris en commun, nous avons relevé, à titre de compléments, quelques pistes de réflexion qui, issues du quotidien, confrontent l’accélération des évolutions en matière de connaissances et performances technologiques à l’évolution des habitudes comme des mentalités. En effet, alors que les performances des sondes et des satellites mettent à mal nombre de nos certitudes, qu’une nouvelle révolution copernicienne reconfigure nos conceptions et relations à l’espace/temps, ne sommes-nous pas conduits à emprunter le chemin tracé par les défricheurs ? En d’autres termes s’affranchir du champ d’investigation délimité par le « connu » pour recourir à une phase observation-déduction libre d’a priori. Dépasser le confinement des savoirs et accepter l’incertain, n’est-ce pas ouvrir ou redécouvrir une voie d’accès aux possibles ?

7La rapidité des progrès conceptuels et technologiques, dont les neurosciences et l’intelligence artificielle, la révolution numérique et le recours aux algorithmes, confronte deux modes de traitement du passé. L’un traditionnel, qui implique la mémorisation, travail qui, conduit en interne, suppose la transmission, la classification et introduit la prise en compte et l’analyse des interconnexions. L’autre, qui relève de performances technologiques, dont la capacité de stockage et de traitement de données et la connectique pour le recueil et la transmission. La mémoire peut alors, au moins pour partie, être externalisée sous la forme de « banques de données ». Si le procédé a pour qualités la simplicité et la rapidité, en contrepartie : quid du processus de mémorisation et d’intégration qui en découle ?

8Dans cet esprit, la réactivité, volontiers assimilée à un sésame de l’efficacité ne conduit-elle pas à développer des outils ou des conduites qui, au nom de l’efficience, dispensent l’utilisateur et acteur du « temps de réflexion » ? L’exemple des jeux vidéo, parfait entraînement à la réponse instinctive, en serait à la fois modèle et vecteur, mais aussi l’avertissement. Ces quelques remarques ou réflexions visent, par effet retour, à alimenter ou actualiser un débat, présent tout au long de notre périple, sur la formation des savoirs, les rapports étroits qui associent connaissances et instrumentation, les enjeux et les critères d’ajustements qui fondent les arbitrages, in fine les politiques.

9Dans une intention plus pratique, les péripéties de cette randonnée historique que nous venons d’entreprendre constituent, à l’instar des marques qui balisent et perpétuent un itinéraire, autant de repères et d’enseignements offerts par l’histoire en vue de comprendre le présent et orienter le futur. Par une mise en perspective, toute contribution à l’histoire récente des sciences est en effet indispensable pour mieux comprendre la situation actuelle. Depuis les années 1980, le Comité Scientifique demeure encore trop à la marge.

10Telle « une bouteille à la mer » au terme de ses pérégrinations, puisse ce recueil transmettre son message ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Malbos, « Conclusion »Dynamiques environnementales, 41 | 2018, 300-305.

Référence électronique

Jacques Malbos, « Conclusion »Dynamiques environnementales [En ligne], 41 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/1588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.1588

Haut de page

Auteur

Jacques Malbos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search