Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-44Introduction

Introduction

Ensemble, préservons les lacs et étangs du littoral aquitain
Alain Dutartre, Jean-Pierre Rebillard et Guillaume Bourguetou
p. 6-9

Texte intégral

Les coordinateurs du numéro profitent de cet article pour remercier chaleureusement tous les auteurs des articles de ce numéro. Scientifiques, gestionnaires, acteurs des associations, des départements, des collectivités ou de l’Etat, vous avez répondu présent à une nouvelle sollicitation de l’Agence et sans vous, rien n’aurait pu se faire.

Nous tenons aussi à remercier Pascal Bartout, qui n’apparaît pas dans la liste des auteurs, mais qui, par son expérience et ses relectures avisées, ses échanges toujours constructifs, a été un précieux soutien, ainsi que Teddy Auly, cheville ouvrière de Dynamiques Environnementales pendant des années, avec qui les premiers contacts éditoriaux ont été noués.

1Dans son numéro double 43-44, la revue Dynamiques Environnementales propose un aperçu de la diversité des regards, des travaux de recherche et des opérations de gestion portés sur les lacs et étangs aquitains.

2L'évolution géomorphologique littorale a déterminé l'apparition de ces écosystèmes très particuliers. Ces types de milieux, liés à une accumulation d'eau douce sur substrat sableux en zone littorale, forment un ensemble de milieux aquatiques très rare en Europe. Considérés comme une entité écologique exceptionnelle, ils constituent un véritable fleuron du bassin Adour-Garonne et de la Région Nouvelle-Aquitaine.

3En effet, à notre connaissance, de tels plans d'eau douce adossés aux dunes sont seulement présents sur la côte atlantique au sud du Bassin d'Aveiro au Portugal et dans le Parc national de Slovinski sur la côte de la mer Baltique à l'ouest de la ville de Gdansk en Pologne. De la pointe du Médoc à l’embouchure de l’Adour, sur près de 200 kilomètres, il est donc possible d’observer une alternance ininterrompue de lacs, étangs, dunes boisées, et de zones humides qui confèrent à ce territoire toute sa singularité et la valeur incommensurable d'un patrimoine naturel remarquable.

4L'intérêt de ce territoire tient aussi au fait que sa densité de population est faible (55 hab/km2) et que, jusqu'à une époque récente, les pressions anthropiques ne se sont manifestées que de façon très modérée, uniquement occasionnées par des usages traditionnels des plans d'eau, tels que la pêche et la chasse.

5Ce qui a changé depuis le début des années 1970, est la mise en place de la Mission Interministérielle pour l’Aménagement de la Côte Aquitaine (MIACA) chargée de développer l’attractivité touristique de ce territoire tout en conciliant deux notions a priori antagonistes, le développement et la protection du littoral et des milieux aquatiques d'eau douce associés.

6Pour autant, dans le fascinant triptyque océan-lac-forêt qui fait l’attractivité de ce territoire, les lacs et étangs manquent encore trop souvent de visibilité sociale et de reconnaissance en dehors de leurs nombreux utilisateurs.

7Ne pas rester uniquement sur une image naturelle un peu idyllique à laquelle chacun peut se référer en cas de besoin au gré des projets et débats devient aujourd’hui indispensable.

8En effet, cet ensemble de milieux aquatiques, concentrant de très nombreux enjeux socio-économiques et de biodiversité associés à de multiples services (eau potable, gestion des niveaux d’eau, ressources minérales, végétales et animales, archéologie, activités récréatives, loisirs…) et accueillant de plus en plus de population touristique estivale, devient particulièrement vulnérable.

9Les acteurs de ce territoire l’ont bien compris depuis longtemps, puisque dès 1992, sous l’égide de l’agence de l’eau Adour-Garonne un groupe de travail était constitué. Il réunissait des représentants des Conseils Généraux de Gironde et des Landes, des services régionaux de l'Etat, comme la DIREN et la DRASS, et d'autres organismes, privés comme le bureau d'études GEREA, ou publics comme le CEMAGREF et l’Agence de l'eau. Pour la première fois, toutes ces structures se sont réunies en mai 1992 pour « les journées techniques des lacs aquitains ». Cette manifestation passant en revue les connaissances acquises, les enjeux et les risques concernant ces milieux venait concrétiser la mise en place d’un réseau d’acteurs pour le partage d’études scientifiques autour d’enjeux communs. A partir des années 2000, cette dynamique qui avait permis de créer des liens forts entre tous les acteurs de ce territoire s’est toutefois peu à peu essoufflée.

10Le ralentissement des échanges dans ce réseau n'a pourtant pas empêché l'accroissement du nombre d’acteurs sur le littoral aquitain et le développement de projets de recherche sur les plans d'eau. Cela n'a rien de surprenant dans le processus d'intégration croissante des enjeux à long terme de la protection de ces milieux exceptionnels mis en place depuis cette époque. En effet, la diversité et l'ampleur des services écosystémiques que nous rendent ces lacs et étangs, démontrés par la multiplicité des usages qu'ils permettent, commencent à être de mieux en mieux perçues. Cependant, la gestion de ces milieux s’organise avec le concours de nombreuses structures de gestion qui interviennent localement au plan opérationnel, portant ainsi des projets d'aménagement ou de recherche, quelquefois de manière ponctuelle, sans qu’il y ait suffisamment d’échanges et de coordination aux différentes échelles géographiques et administratives existantes pour en assurer une pleine cohérence territoriale. Tout au long de la chaine des lacs et étangs littoraux aquitains, ce réseau d’acteurs très complexe reste donc encore fragmenté et la communication encore brouillée entre les structures qui le composent.

11Il nous semble maintenant nécessaire de combler ces insuffisances qui peuvent créer des tensions inutiles entre structures simplement à cause de la complexité de la gestion de ce territoire, ainsi que l'ont démontré des exemples récents, comme une incompréhension de la modification de certains arrêtés de rejets industriels ou de la mise en œuvre d'actions particulières de gestion.

12Le partage et la diffusion des connaissances déjà engagés sur cette chaine de plans d'eau doivent être poursuivis mais cet effort ne suffira pas à les protéger.

13Il est désormais grand temps de faire prendre pleinement conscience à tous les acteurs politiques et économiques de la nécessité de les intégrer comme des éléments primordiaux, à la valeur incontestable, dans la gestion et l’aménagement de ce territoire aux multiples atouts et fragilités.

14Le présent volume qui rassemble les articles s'appuyant sur certains des exposés présentés lors de ces journées tient donc le plus grand compte du présent contexte politique, socio-économique et climatique complexe, et parfois polémique, de ce territoire.

15Il se décline autour de 4 axes comme autant de thèmes abordés lors de ces moments privilégiés d’échanges et de partage de connaissance :

  • A l’origine, des écosystèmes très particuliers… : Une nécessaire présentation introductive à la structuration du territoire.

  • L’interaction science - gestion au profit des écosystèmes lacustres qui met en avant la nécessité du lien pour aborder l’évolution de ces écosystèmes.

  • Des problématiques identifiées aux enjeux futurs qui s’intéressent aux besoins encore nombreux de connaissance au service des questions de gestion.

  • Concilier enjeux, usages et biodiversité des plans d'eau : Une occasion pour tous, élus, syndicats, associations, représentants de l’Etat, chercheurs et usagers, d’ouvrir le débat sur la mise en place d’une gestion concertée susceptible de concilier biodiversité, fonctionnement écologique et usages des lacs et étangs.

16Dans le panorama des sujets abordés dans ce numéro certains font l’objet de travaux comportant des éléments de réponse déjà opérationnels (cyanobactéries, gestion des herbiers…), d’autres en revanche nécessitent encore d’être mieux structurés ou approfondis, comme par exemple les questions portant sur le comblement des plans d'eau et la gestion de leurs niveaux d’eau. Complexe mais riche de promesses, l’étude à venir qui doit poser les bases d’une gestion concertée sur ce territoire devra tenir compte des spécificités locales pour arriver à définir les échelles du dialogue et de la prise de décision.

17Pour accompagner les exposés et les conférenciers, l’Agence a fait appel à un dessinateur. Sans recherche obligée de caricature, dessiner en direct permet surtout de réagir à chaud en écho aux propos tenus et aux échanges dans la salle sur le thème abordé par les conférenciers. Le but premier de ces dessins d'ambiance était d’apporter un regard neuf, ludique et décalé, d'ajouter un grain de sel en quelques traits sous forme humoristique. Projetés en direct sur un écran, ils ont été visibles par l’auditoire sans pour autant occulter le déroulement des exposés et des débats, comme autant de moments de respiration pour une communication plus détendue sur des sujets parfois complexes. Colorisés, certains de ces dessins sont présentés dans cet ouvrage.

18Enfin pour synthétiser les échanges et conclure ces journées techniques, l’Agence a sollicité la participation d’Alain Dutartre comme grand témoin de cet évènement. Alain Dutartre, durant près de 40 ans, s'est mobilisé avec de nombreux collègues au chevet de tous ces plans d'eau, en avouant, comme un plaisir personnel coupable, avoir fréquemment ressenti un sentiment de propriétaire lors de ses nombreuses campagnes d'exploration, seul ou en équipe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Dutartre, Jean-Pierre Rebillard et Guillaume Bourguetou, « Introduction »Dynamiques environnementales, 43-44 | 2019, 6-9.

Référence électronique

Alain Dutartre, Jean-Pierre Rebillard et Guillaume Bourguetou, « Introduction »Dynamiques environnementales [En ligne], 43-44 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/3335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.3335

Haut de page

Auteurs

Alain Dutartre

Hydrobiologiste et s

pécialiste des milieux aquatiques

Articles du même auteur

Jean-Pierre Rebillard

Agence de l’eau Adour-Garonne

Articles du même auteur

Guillaume Bourguetou

Agence de l’eau Adour-Garonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search