Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-44Des problématiques identifiées au...Biodiversité et gestion adaptée d...

Des problématiques identifiées aux enjeux futurs

Biodiversité et gestion adaptée des milieux rivulaires en Réserve biologique dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin : la phytosociologie, une science au service du gestionnaire

Biodiversity and adapted management of lake environments 
Pierre Lafon et Paul Tourneur
p. 180-202

Résumés

La Réserve biologique dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin est un site géré par l'Office national des forêts situé sur la rive orientale du lac de Lacanau. Une étude phytosociologique a confirmé l'intérêt patrimonial de ce site avec la présence de végétations remarquables aux niveaux régional et national et représentatives de la chaîne des étangs arrière-littoraux du nord de l'Aquitaine. Cette étude constitue un état de référence précis qui permet d'orienter et de suivre l'évolution des végétations en lien avec les choix de gestion.

Haut de page

Texte intégral

Nous avons le plaisir de remercier Adrien Faller-Ponchard (ONF) pour nous avoir accompagnés sur le terrain et notamment dans les secteurs les plus inaccessibles de la réserve sous une chaleur accablante. Merci également à Benoit DESTRIBATS (ONF) pour l'énorme travail sur l'harmonisation des couches LIDAR qui nous a facilité le travail de cartographie.

Enfin, nous adressons nos remerciements à Aurélien Belaud (CBNSA) pour son appui à la réalisation des cartes et à Anthony Le Fouler (CBNSA) pour sa contribution à cet article. Nous remercions ce dernier ainsi que Grégory Caze (CBNSA), Emilien Henry (CBNSA) et Cécile Pontagnier (CBNSA) pour leur relecture.

Introduction

1Depuis la création de la Réserve biologique dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin (dite RBD de Lacanau) en 2010, l’Office national des forêts (ONF), gestionnaire du site, s’est attaché à restaurer la mosaïque de milieux humides des rives est de l’étang de Lacanau. Les suivis naturalistes (avifaune, odonates, flore...) montrent globalement un maintien voire une augmentation de la diversité de la flore et de la faune (Office national des forêts, 2010, 2011, 2018). Des opérations d’abattage des pins, de broyage de la strate arbustive puis l’entretien par écopastoralisme ont permis à ces secteurs en cours de fermeture (colonisation par les végétaux ligneux…) de retrouver des cortèges floristiques proches de ceux observés dans les années 1950 (date approximative de l’abandon des pratiques agropastorales).

2Afin d’observer plus finement ce processus de restauration des milieux humides, le Conservatoire botanique national Sud-Atlantique (CBNSA) a été sollicité pour réaliser en 2017 et 2018 une étude typologique et fonctionnelle des végétations et des habitats naturels de la RBD de Lacanau. L’objectif de ce travail est d’appréhender la diversité des végétations qui composent le site afin de permettre au gestionnaire de mettre en place la gestion la mieux adaptée pour favoriser certaines végétations en fonction notamment de leur enjeu de conservation.

3Pour cela, cette étude est articulée en plusieurs axes :

  • L'inventaire complet des végétations et leur mise en correspondances avec les référentiels européens (Cahiers d'habitat, EUNIS, CORINE Biotopes) ;

  • L’élaboration d’outils de reconnaissance des végétations ;

  • Une cartographie fine des végétations et des habitats ;

  • La production d’un schéma fonctionnel permettant de mettre en évidence les liens écologiques et dynamiques entre les différentes végétations ;

  • La bioévaluation et la hiérarchisation des enjeux de conservation.

Photo 1 - Communautés à Choin noirâtre et Molinie bleue (ONF)

Photo 1 - Communautés à Choin noirâtre et Molinie bleue (ONF)

Présentation du site d’étude

4La Réserve biologique dirigée de Vire Vieille, Vignotte et Batejin est située sur la rive est du lac de Lacanau (Gironde). Les eaux de ce lac sont considérées dans un bon état chimique (Quenault, 2017). Elles sont douces, chaudes, acidiclines (pH variable mais autour de 6.5) et saturées en oxygène. Les concentrations en phosphore total et en nitrates sont très faibles classant ces eaux en oligo-mésotrophes.

5Le fond de l'étang de Lacanau est constitué d’un sable jaunâtre grossier. Il est pauvre en phosphate et en potassium et relativement chargé en ions Na+. Localement, l’alios affleure, dur, compact, moins perméable que le sable et moins favorable au développement de la végétation. Dans les anses, on observe un sable noir, enrichi en matière organique. Dans les marécages, le sol est majoritairement composé de tourbes brunes et noires issues de l’accumulation de matières organiques mal décomposées en condition plus ou moins anaérobique.

6Les berges à pentes faibles du lac de Lacanau sont soumises à de fortes variations du niveau des eaux au cours de l’année (environ 1 m) et sont particulièrement propices au développement de végétations amphibies. Les niveaux sont toutefois contrôlés par le syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin (SIAVELG) afin de limiter les risques d’inondations des habitations situées sur les pourtours du lac et pour soutenir une cote d'étiage minimale.

7La création de la RBD de Lacanau a pour objectif la conservation de ces milieux humides caractéristiques des marais d’arrière-dunes.

8La zone de restauration et d’entretien de la mosaïque de milieux humides couvre une surface totale de 214,67 ha réparties sur cinq entités disjointes :

  • le site de la Berle (21,96 ha),

  • le site de la Pêcherie du Roux (25,73 ha),

  • le site de Vire Vieille (92, 08 ha),

  • le site de Batejin (64,49 ha),

  • l'Espace Naturel Sensible du canton de Vignotte (10,41 ha).

9Les trois premiers sont la propriété du Conservatoire du Littoral, le second de l’Etat au titre de la forêt domaniale de Lacanau depuis 1984, et le dernier du Conseil départemental de la Gironde.

10Ce statut de RBD procure au patrimoine naturel une protection réglementaire et une gestion spécifique nécessaire à sa conservation efficace et durable. Depuis 2010 plusieurs dizaines d’hectares ont ainsi été restaurés avec notamment, la remise en place du système agropastorale avec les Vaches marines.

Photo 2 - Vache marine pâturant le sous-étage de la Pinède (ONF)

Photo 2 - Vache marine pâturant le sous-étage de la Pinède (ONF)

Étude des végétations

11Les résultats complets de ce travail sont disponibles dans Lafon, Le Fouler et Belaud (2019a, 2019b). Sauf mention contraire, les figures sont issues de ces travaux.

12La nomenclature taxonomique des plantes vasculaires suit la version 11 de TAXREF (Gargominy et al., 2017) et celle phytosociologique suit le catalogue des végétations du CBNSA (Lafon et al., 2019c).

Le choix de la méthode phytosociologique

13Toutes les études des végétations et/ou des habitats doivent pouvoir s'appuyer sur un référentiel hiérarchisé et partagé au niveau national et idéalement européen.

14Peu de référentiels correspondent à ces critères et seulement trois sont régulièrement utilisés notamment pour les cartographies : CORINE Biotope (Bissardon et al., 1997), EUNIS (Moss, 2008) et enfin les référentiels phytosociologiques (Bardat et al., 2004 ; Lafon et al., 2019c).

15C’est la méthodologie phytosociologique sigmatiste (Braun-Blanquet, 1932) qui a été privilégiée ici car :

16- Elle est mieux adaptée à l'objet d'étude et notamment à un travail fin par une méthode inductive pour la connaissance locale des végétations (contrairement aux classifications d’habitats qui ne permettent pas la reconnaissance de spécificités territoriales) dans une optique de gestion conservatoire.

17- Contrairement aux référentiels CORINE Biotope et EUNIS, il s'agit d'un référentiel évolutif qui est régulièrement complété d'associations végétales nouvelles et validées selon un code de nomenclature (Weber et al., 2000). Dans certains cas, des végétations provisoires peuvent être rajoutées dans l’attente d’une validation ultérieure lorsqu’elles seront mieux appréhendées. Un référentiel figé peut poser des problèmes importants dans des secteurs géographiques méconnus comme les Landes de Gascogne.

18- Les différentes unités ont des définitions statistiques basées sur un cortège commun de taxons et une écologie spécifique. Ce qui n'est pas le cas des référentiels d'habitats dont la définition est parfois basée sur quelques espèces floristiques (mais pas toujours) et sur une écologie sommaire. Cela rend leur interprétation fortement discutable et source d'erreurs récurrentes notamment lors de cartographies. Ainsi le système phytosociologique est plus solide scientifiquement mais plus complexe à appréhender. Il est donc nécessaire d'y adjoindre des outils d'aide à la reconnaissance des végétations. De plus, seule la classification phytosociologique permet de pouvoir relier les végétations entres elles selon des gradients écologiques ou des successions végétales, ces informations étant incontournables pour orienter la gestion.

19- Les différents postes typologiques des référentiels EUNIS et CORINE biotope sont assez hétérogènes dans leur précision avec des unités écologiques fortement déclinées et d’autres très peu précises. Il existe par exemple 8 catégories pour les « Buttes à Sphaignes colorées (bulten) » (D1.1111), reflétant assez bien la diversité des végétations de haut-marais présentes en France, alors qu’il n’y a aucune catégorie pour les « Prairies acidoclines à Molinie bleue » (E3.512) qui sont assez diverses écologiquement avec par exemple quatre associations végétales recensées sur le site d'étude dont leur dynamique est différente et donc nécessitant des mesures de gestion spécifiques.

20De plus, ces différentes unités ont des définitions qui se recoupent assez régulièrement. Par exemple, l'habitat D1.11111 (Buttes à Sphagnum magellanicum) peut également être codé D1.11132 (Buttes arbustives à Bruyère quaternée) puisque les buttes à Sphagnum magellanicum contiennent presque toujours Erica tetralix (Lafon et al., 2015). Ce cas de figure se répétant dans les différents habitats qui étaient mal connus à l’époque de l’élaboration de ces référentiels. Ainsi, l'utilisation de tels référentiels est théoriquement impossible pour la hiérarchisation patrimoniale à des niveaux fins de déclinaison car il est impossible de hiérarchiser des unités qui se recoupent.

21- Enfin, c'est à partir de la végétation que sont identifiés les habitats et non l'inverse (Guinochet, 1962). L’habitat étant une notion de définition plus large englobant le ou les groupements végétaux, le ou les groupements faunistiques et tous les facteurs biotiques et abiotiques.

Inventaire des végétations

22Un premier inventaire des végétations a été établi à partir des informations phytosociologiques disponibles dans la bibliographie et l'Observatoire de la biodiversité végétale de Nouvelle-Aquitaine (obv-na.fr). Ces données sont principalement issues des études du CBNSA (Caze & Olicard, 2006 ; Lafon et al. 2015) mais les étangs du Médoc ont également fait l'objet de nombreux articles de Vanden Berghen (1964, 1967, 1968, 1969, 1971a, 1971b) dans lesquels il décrit de nombreuses associations végétales nouvelles. Enfin, de nombreuses autres végétations ont pu être identifiées à partir du remarquable travail de de Foucault (1984) sur les végétations herbacées des plaines du domaine atlantique qui a échantillonné le Médoc et certaines marges des étangs.

23C'est à partir de ce travail d’analyse bibliographique et des différentes données cartographiques (photographies aériennes, photographies aériennes infrarouges, LIDAR, cartes IGN...) qu'un plan d'échantillonnage a été mis en place. L'objectif étant d’optimiser la phase de terrain pour identifier toute la diversité des conditions écologiques et toutes les végétations présentes sur le site d'étude et d’actualiser les observations phytosociologiques passées.

24Au total, 87 relevés phytosociologiques ont été réalisés dans le cadre de cette étude (Figures 1) auxquels on peut rajouter 115 relevés réalisés historiquement sur la commune de Lacanau. Ces relevés phytosociologiques issus de la bibliographie n'étant pas localisés précisément (commune et parfois lieu-dit), ils sont pour la plupart probablement situés hors de la RBD mais ils restent pertinents pour l’amélioration de la connaissance des végétations du secteur.

Figure 1 - Carte de localisation des relevés phytosociologiques

Figure 1 - Carte de localisation des relevés phytosociologiques

25A la suite de cet important travail de terrain et de dépouillement bibliographique, ce sont 39 associations et groupements végétaux qui ont été identifiés sur la RBD de Lacanau. Cela représente plus de 10% des végétations de la Gironde (Lafon et al., 2018) et une très grande partie des végétations des étangs arrière-littoraux d'ex-Aquitaine (Lafon & Le Fouler, en cours).

26Ce travail typologique est l'outil de base qui permet d'établir les cartes de végétations et d'habitats, le travail de hiérarchisation patrimoniale ou encore le schéma systémique.

Figure 2 - Extrait de la typologie des végétations de la RBD de Lacanau

Figure 2 - Extrait de la typologie des végétations de la RBD de Lacanau

Schéma systémique

27La phytosociologie n'a pas uniquement pour objectif la diagnose floristique et la classification des communautés végétales. Elle vise également l'étude de leur dynamique, de leurs relations avec les variables environnementales, de leur histoire, c'est-à-dire de leur évolution et de leur genèse (Millet et al., 2017). Cette connaissance des liens écologiques et dynamiques entre les végétations est un outil essentiel pour les gestionnaires afin d'orienter au mieux les mesures de gestion de son site. Cette mise en relation des végétations est appelée un schéma systémique (ou schéma fonctionnel).

28Lorsque des végétations sont liées sur le plan dynamique (c'est-à-dire dans le temps), l’une d’elles peut succéder à l’autre en fonction de plusieurs paramètres naturels ou anthropiques et notamment la gestion. D’une manière théorique, dans la succession végétale, une végétation pionnière composée d'espèces annuelles évolue vers une végétation vivace puis un ourlet, un fourré… jusqu’à atteindre un stade ultime, appelé climax. Ce dernier stade est généralement boisé mais ce cas de figure ne s’observe pas dans les milieux fortement contraints écologiquement comme ici sur les berges avec des périodes en eau importante. Le sens de cette évolution peut être progressive (vers le stade final ou climax) ou régressive (vers le stade pionnier). Toutes les végétations qui sont liées dynamiquement appartiennent à une même série de végétation en se développant dans un compartiment écologique homogène. Elles peuvent aussi être en contact l’une de l’autre si par exemple la gestion diffère entre deux parcelles aux mêmes caractéristiques écologiques.

29Dans l’autre cas de figure, des végétations peuvent également être en contact mais incapables d’évoluer de l’une vers l’autre car n’appartenant pas au même compartiment écologique (différences sur la topographie, le temps d’immersion par les eaux, le pH du sol...). Ces végétations ne sont alors pas liées sur le plan dynamique mais écologique.

30Pour aboutir à un schéma fonctionnel, il faut qu'il soit basé sur une bonne connaissance des végétations sur le plan floristique et écologique. Ces connaissances sont issues de la bibliographie, des observations et relevés de terrain et de la cartographie des végétations. Le concept d'orbite systémique des espèces (de Foucault, 1993), reposant sur le fait que chaque végétation est en partie composée d’espèces appartenant aux végétations en contact dynamique ou écologique avec celle-ci, permet d'affiner ce modèle pour correspondre au plus proche de la réalité.

31Les schémas fonctionnels restent théoriques. Ils révèlent des trajectoires qui, même si elles sont basées en grande partie sur de l’empirique, ne se produisent pas systématiquement. Certaines de ces relations restent également à confirmer, notamment par la mise en place de suivi de végétations.

32Toutefois, le schéma fonctionnel demeure un outil essentiel dans la définition de la stratégie de restauration et de gestion du gestionnaire.

33Sur le site d'étude, deux facteurs naturels déterminent principalement la distribution spatiale des végétations. Il s’agit de la durée d’inondation en eau (en lien avec le niveau topographique) et le type de substrat. Comme dans la plupart des végétations riveraines, les végétations se répartissent de manière parallèle aux rives, chacune étant adaptée à un temps d’exondation dans l’année à mesure que l’on s’éloigne de la rive. Dans le cas de l'étang de Lacanau, les berges sont très étalées et en pentes très douces ce qui permet une expression optimale des ceintures de végétations.

Photo 3 - Exemple de zonation des végétations avec, au premier une végétation aquatique à Nénuphar blanc, puis une cladiaie et enfin un fourré en arrière-plan sur les niveaux topographiques plus importants (P. Lafon)

Photo 3 - Exemple de zonation des végétations avec, au premier une végétation aquatique à Nénuphar blanc, puis une cladiaie et enfin un fourré en arrière-plan sur les niveaux topographiques plus importants (P. Lafon)

34Le secteur géographique étudié est constitué de deux grands types de sols : les sols sur sables et les sols sur tourbe. Il existe tout de même de nombreux stades intermédiaires où les sables peuvent être enrichis en matière organique et les tourbes de faible épaisseur surmontant une assise sableuse, autorisant des liens entre les deux schémas fonctionnels.

35Le niveau trophique joue ici un facteur marginal, les végétations mises en évidence étant majoritairement oligotrophiles à oligomésotrophiles. Il existe toutefois un risque de dérive trophique dans le cas d’une modification de la qualité physico-chimique des eaux des bassins versants ou d’une gestion inadaptée. Cette augmentation des nutriments dans les eaux ou les sols aurait pour conséquence le remplacement des espèces et des végétations les plus sensibles par d’autres de plus large répartition et d’un intérêt patrimonial plus faible.

36Enfin, le secteur géographique de l'étude est trop restreint pour que les conditions climatiques puissent avoir un impact significatif sur la répartition locale des différentes végétations.

37La gestion est un autre facteur très important dans la répartition des végétations et la constitution des paysages, particulièrement dans les hauts niveaux topographiques. Les modes de gestion les plus courants sur ces réserves étant le pâturage (bovins) et le gyrobroyage qui se cumulent régulièrement.

Figure 3 - Schéma fonctionnel du système sur sol minéral

Figure 3 - Schéma fonctionnel du système sur sol minéral

Figure 4 - Schéma fonctionnel du système sur sol paratourbeux

Figure 4 - Schéma fonctionnel du système sur sol paratourbeux

Hiérarchisation patrimoniale des végétations

38Il convient en premier lieu de préciser la définition de certains termes. Ainsi, l’évaluation patrimoniale est composée de deux phases principales (Catteau et al., 2016) :

  • La bio-évaluation : elle correspond à l’ensemble des procédures pour le diagnostic des entités en elles-mêmes, à l’exclusion des services sociétaux qu’elles rendent. Cela comprend des critères factuels et quantitatifs. C’est cette étape qui permet de dresser habituellement des Listes Rouges.

  • L’interprétation patrimoniale : elle correspond à l’ensemble des procédures de hiérarchisation des priorités de conservation en fonction de l’intérêt porté à l’entité par la société.

Figure 5 - Succession des actions et produits dans la démarche d’évaluation patrimoniale, apportant une aide à la décision politique (Catteau et al., 2016)

Figure 5 - Succession des actions et produits dans la démarche d’évaluation patrimoniale, apportant une aide à la décision politique (Catteau et al., 2016)

39Les critères retenus dans l’élaboration de la méthodologie de cette évaluation patrimoniale suivent principalement ceux listés pour l’Aquitaine (Caze & Blanchard, 2010) que nous avons complétés par des publications plus récentes (Bioret et al., 2012 ; Catteau et al., 2016 ; Keith et al., 2013 ; Fernez et al., 2015...).

40Cette évaluation a été faite au rang de l’association végétale car elle constitue l’unité la plus adéquate pour une hiérarchisation dans une optique de gestion et de conservation. Seules quelques unités supérieures ont été intégrées lorsqu'elles n'avaient pas pu être déclinées plus finement dans la typologie.

41Ainsi, ce sont quatre végétations qui ont été classées en intérêt patrimonial exceptionnel : les gazons vivaces subaquatiques du Scirpo americani – Lobelietum dortmannae, la boulaie tourbeuse à sphaignes du Scutellario minoris – Betuletum albae, les végétations de tremblants et de tourbières de transition du Sphagno fallacis – Caricenion lasiocarpae et la roselière du Scirpetum pungentis.

Photo 4 - Scirpo americaniLobelietum dortmannae (P. Lafon)

Photo 4 - Scirpo americani – Lobelietum dortmannae (P. Lafon)

42La patrimonialité de ces végétations a des causes assez différentes. Ainsi, le Scirpo americani – Lobelietum dortmannae correspond à une association endémique des étangs arrière-littoraux d'Aquitaine qui a fortement régressé notamment dans le sud des Landes alors que le Scutellario minoris – Betuletum albae correspond à une végétation relictuelle décrite de tourbières boisées du Limousin (où elle est bien plus présente) qui est ici en isolat occidental. Seules quatre stations sont actuellement connues en Aquitaine pour cette dernière végétation très sensible à la modification du fonctionnement hydrologique et à l'eutrophisation.

43Sept autres associations ont été classées en intérêt patrimonial fort et le reste n’a qu’un intérêt considéré comme modéré à faible. Ce sont donc 11 végétations sur 41 soit le quart, qui sont d'un intérêt fortement patrimonial et qui nécessitent donc une attention toute particulière dans l'orientation de la gestion (sans toutefois négliger les autres).

44Enfin, certaines communautés végétales inventoriées sont éligibles à un total de 15 habitats d’intérêt communautaire dont 5 sont d’intérêt prioritaire.

Outils d'identification

45Le travail d'élaboration d'une typologie est un outil descriptif. Ainsi, afin de guider le gestionnaire dans la reconnaissance des végétations de ce site, deux outils complémentaires ont été élaborés. Le premier prend la forme d'une clé de détermination et s'appuie sur des critères physionomiques, écologiques et floristiques.

Figure 6 - Extrait de la clé de détermination des végétations de la RBD de Lacanau

Figure 6 - Extrait de la clé de détermination des végétations de la RBD de Lacanau

46Le deuxième outil est la fiche descriptive de chaque association végétale. Elle synthétise toutes les informations sur son écologie, sa composition floristique, ses liens dynamiques avec les autres associations, sa répartition géographique... Elles constituent ainsi une sorte de carte d'identité de l'association végétale. Ces fiches ont vocation à être utilisables sur l'ensemble du territoire d'agrément et sont disponibles progressivement sur l'Observatoire de la biodiversité végétale de Nouvelle-Aquitaine.

47Toutefois, il convient dans l’idéal de se référer aux tableaux phytosociologiques des diagnoses ou élaborés lors de cette étude pour valider un rattachement phytosociologique.

Figure 7 - Fiche du Scutellario minoris – Betuletum albae

Figure 7 - Fiche du Scutellario minoris – Betuletum albae

Cartographie des végétations

48L’objectif de la cartographie des végétations est de qualifier, quantifier et spatialiser l’ensemble des végétations présentes sur la RBD de Lacanau à partir de la typologie des végétations élaborée précédemment. Afin de correspondre au mieux aux problématiques de gestion d’un gestionnaire de réserve naturelle, l'échelle de restitution cartographique a été fixée au 2 500ème c'est-à-dire que la taille minimale d’un polygone est d’environ 150 m². Ainsi, toutes les végétations occupant moins de 150 m² d’un seul tenant ont été intégrées dans un seul et même polygone (création d'une mosaïque de végétations). D’autres végétations occupant une surface supérieure à cette surface minimale, s’avèrent toutefois non individualisables en raison d’une forte intrication avec une ou plusieurs autres végétations et ont donc également été intégrées à une mosaïque.

49La grande partie de la cartographie a été faite sur le terrain ne laissant que les secteurs inaccessibles à photo-interpréter à partir des informations collectées à proximité.

50Pour guider le gestionnaire sur ses choix de restauration ou de gestion, diverses informations ont été notées pour chaque entité cartographiée en plus des informations classiques (observateur, date d'observation, type d'observation, type de mosaïque, végétation...). L’état de conservation de chaque habitat d’intérêt communautaire est évalué dès que possible, pour chacun des individus rencontrés (Excellent, Bon, Moyen, Mauvais, Inconnu). Cette évaluation reste succincte et se base implicitement sur 3 critères : la typicité floristique (écart entre la composition floristique observée et le « cortège optimal » d’un état de référence), l’intégrité physionomique (analyse de l’architecture et de l’organisation spatiale de la végétation) et l’intensité des facteurs influençant négativement l’évolution de la végétation. Deux autres informations ont également été notées : la tendance dynamique c'est à dire la rapidité de fermeture (et plus rarement d'ouverture) du milieu et la possibilité de restauration.

Figure 8 - Extrait de la carte des végétations de la RBD de Lacanau

Figure 8 - Extrait de la carte des végétations de la RBD de Lacanau

51Les cartes produites font clairement apparaître un site dominé par la forêt qui y occupe près de la moitié de sa surface. La présence de fourré sur plus de 20% de surface montre également un site en partie fermé. Ces secteurs de fourrés correspondent la plupart du temps à des fourrés climaciques ou paraclimaciques c'est à dire évoluant très lentement vers un stade boisé.

52Ainsi, seul un tiers de la RBD est occupé par des végétations herbacées ou landicoles. Les végétations de landes et de prés paratourbeux sont les végétations les plus surfaciques sur l'ensemble des berges des étangs arrière-littoraux d'Aquitaine. Les végétations les plus sensibles que sont les gazons amphibies ne représentent qu'une part infime du site (2%)

53Toutes ces informations vont permettre d'orienter spatialement la gestion et notamment en priorisant les parcelles à restaurer ou à entretenir en les croisant avec les schémas systémiques et la hiérarchisation patrimoniale.

Utilisation de l’étude des végétations dans la gestion du site

54Les différents éléments de cette étude vont permettre de pouvoir orienter la gestion et la restauration du site et servir d'état de référence pour mesurer l'évolution des végétations en lien avec la gestion pratiquée.

55Ainsi, la hiérarchisation patrimoniale des végétations permet d'orienter les priorités d'action afin de conserver ou de restaurer les végétations les plus menacées en lien avec les enjeux sur la faune. Couplée avec les schémas systémiques et la cartographie des végétations, la gestion pourra être ciblée sur les parcelles d'intérêts en cours de fermeture ou déjà fermées.

56Par exemple, la mise en pâturage d'une végétation de prés paratourbeux (Juncion acutiflori) en cours d'évolution vers des fourrés oligotrophiles acidiphiles (Erico scopariae - Myricetum gale), dont les arbustes Myrica gale et Erica scoparia sont les témoins de cette évolution, permet de retrouver le cortège typique de cette association. Les ouvertures dans cette végétation où les animaux vont brouter plus longtemps et piétiner plus fortement vont être favorables au développement des végétations plus pionnières de la succession végétale et notamment aux tonsures à Rhynchospora fusca et Drosera intermedia du Rhynchosporetum fuscae.

Photo 5 - Drosera intermedia (ONF)

Photo 5 - Drosera intermedia (ONF)

57Aussi, la composition des différentes végétations permet de voir l'apparition d'espèces qui témoignent d'une fermeture du milieu et donc d'un sous-pâturage ou d'une fauche trop tardive et/ou pas assez fréquente et a contrario d'observer une pression trop importante. Par exemple, l'apparition de taxons herbacés comme Agrostis canina, Cirsium dissectum ou encore Carex demissa au sein d'une lande mésohygrophile montre des ouvertures dans la végétation chaméphytique favorables au développement de ces espèces. Ces ouvertures sont probablement engendrées par du pâturage qui va casser les branches des Callunes ou des Bruyères par piétinement et favoriser des espèces faiblement compétitives.

58L'état de référence fourni par ce travail va permettre d'observer l'évolution des végétations. Ces mesures pourront être qualitatives c'est à dire basées sur la composition des végétations ou quantitatives c'est à dire basées sur leurs surfaces.

59Les relevés phytosociologiques peuvent être un bon outil de suivi de la composition floristique des végétations et notamment dans le cadre de suivi d'opération de restauration (Gallet et al., 2010). Ainsi, les 87 relevés précisément géolocalisés qui ont été réalisés en 2017 et 2018 pourront être comparés à de futurs relevés réalisés au même endroit (si la physionomie n’est pas devenue hétérogène au sein de l’aire du relevé) afin de mesurer finement l'évolution floristique et structurelle des communautés végétales du site.

60Des relevés historiques existent (Vanden Berghen 1964, 1967, 1968, 1969, 1971a, 1971b ; de Foucault, 1984 ; Clément & Aidoud, 2009) mais sont peu comparables avec ceux de cette étude. En effet, ils ne sont pas localisés précisément (seulement à la commune) et ne permettent donc pas d'observer l'évolution de la composition des parcelles. De plus, les relevés de Vanden Berghen ont été réalisés selon des méthodes phytosociologiques anciennes qui ont évolué en 50 ans. Toutefois, ces relevés historiques restent essentiels pour mesurer l'évolution de la présence et de la fréquence des végétations à une échelle plus globale.

61Enfin, la cartographie va permettre de suivre spatialement l'évolution des différentes végétations. En effet, suivant la gestion pratiquée certaines végétations vont être favorisées au dépend d'autres. Ainsi, un bilan régulier permettra de confirmer les objectifs du gestionnaire en terme surfacique. De plus, ces végétations sont fortement dépendantes des niveaux d'eau et toutes modifications entraineraient des déplacements de certaines végétations par rapport aux niveaux topographiques. Une réactualisation fine permettra de pouvoir mesurer cette évolution et d'y adapter la gestion.

Photo 6 - Moutons landais pâturant sur le site de la Pêcherie du Roux (P. Lafon)

Photo 6 - Moutons landais pâturant sur le site de la Pêcherie du Roux (P. Lafon)

Conclusion

62L’étude des végétations et des habitats de la Réserve biologique dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin a permis de confirmer son intérêt floristique et phytocoenotique, autant du point de vue de la diversité que de la patrimonialité. Elle dresse également un état de référence fin qui permettra d’observer l’évolution des végétations en lien avec la gestion pratiquée et les objectifs affichés.

63Ainsi, ce sont 39 associations et groupements végétaux qui ont été observés soit plus de 10% des associations du département de la Gironde concentrés dans cette réserve.

64Une part importante des végétations observées sur le site d’étude sont d’un fort intérêt régional ou national, notamment pour les associations endémiques des Landes de Gascogne (Caropsio verticillato-inundatae – Agrostietum caninae…) ou endémiques des étangs arrière-littoraux d’Aquitaine (Groupement à Cirsium dissectum et Schoenus nigricans, Scirpo americani – Lobelietum dortmannae…).

65La richesse floristique et phytocoenotique ainsi que l’importante patrimonialité de la flore font de cette réserve un site majeur pour la conservation de la flore des rives de lacs médocains, tant au niveau régional que national. La RBD de Lacanau a ainsi une forte responsabilité dans le maintien à long terme des végétations les plus menacées.

66Afin de poursuivre son action de conservation, l'ONF s’attache à restaurer et maintenir les milieux ouverts grâce à des travaux de génie écologique (abattage manuel ou mécanisé, débardage par cheval, broyage mécanique…). L’entretien est ensuite réalisé par écopastoralisme grâce à des races rustiques locales et menacées : vache marine, mouton landais et chèvre des Pyrénées ; ou par broyage mécanique, en partenariat avec la Mairie de Lacanau.

Haut de page

Bibliographie

Bardat J., Bioret F., Botineau M., Boullet V., Delpech R., Géhu J.-M., Haury J., Lacoste A., Rameau J.-C., Royer J.-M., Roux G. & Touffet J., 2004 - Prodrome des végétations de France. Paris : Muséum National d’Histoire Naturelle, collection Patrimoines naturels, 61. 171 p.

Bissardon M., Guibal L. & Rameau J.-C., 1997 - Corine Biotopes. Types d'habitats français. Nancy : Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts, Laboratoire de recherches en sciences forestières. 217 p.

Bioret F., Lazare J.-J. & Géhu J.-M., 2012. - Evaluation patrimoniale et vulnérabilité des associations végétales du littoral atlantique français. J. Bot. Soc. Bot. France, 56 : 39-67.

BRAUN-BLANQUET J., 1932 - Plant sociology, the study of plant communities. 1st edition. New York, London : McGraw-Hill Book Co. 439 p.

Catteau E., Argagnon O., Causse G., Choisnet G., Collaud R., Corriol G., Delassus L., Fernez T., Gigord L., Guitton H., Hendoux F., Lafon P., Millet J., Panaiotis C., Sanz T. & Simler N., 2016. - Évaluation patrimoniale des végétations et des séries de végétations : état des réflexions et proposition méthodologique nationale du réseau des CBN. Botanique, 1 : 55-67.

Caze G. & Blanchard F., 2010. - Méthodologie de bio-évaluation des habitats naturels et semi-naturels d’Aquitaine et de Poitou-Charentes. Audenge : Conservatoire botanique national Sud-Atlantique, Direction régionale de l’environnement Aquitaine. 39p.

Caze G. & Olicard L., 2006 - Premiers éléments de typologie des habitats naturels de la zone arrière-littorale et des réseaux hydrographiques affluents des sites Natura 2000 des Landes de Gascogne. Audenge : Conservatoire botanique Sud-Atlantique, DIREN Aquitaine. 52 p.

Clément B. & Aidoud A., 2009 - Resistance against eutrophication based on 40-year diachronic study (1966-2006) on marginal wetlands of oligotrophic shallow lakes in South-West of France. Deliverable n°56, Euro-limpacs [document PDF]. Bruxelles : Commission européenne. 27 p.

Fernez T., Lafon P. & Hendoux F. (coord.), 2015 - Guide des végétations remarquables de la région Île-de-France. Paris : Conservatoire botanique national du Bassin parisien, Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie d’Ile-de-France. 2 Volumes : méthodologie : 68 p. + manuel pratique : 224 p.

Foucault B. (de), 1984 - Systémique, structuralisme et synsystématique des prairies hygrophiles des plaines atlantiques françaises. Thèse. Rouen : Université de Rouen. 675 p.

Foucault B. (de), 1988 - Les végétations herbacées basses amphibies : systémique, structuralisme, synsystématique. Stuttgart : J. Cramer. 150 p.

Foucault B. (de), 1993 - Systémique qualitative et structuralisme en phytosociologie. Rev. Intern. Systémique, 7 (4) : 363-384.

Foucault B. (de), 2008 - Validation nomenclaturale de syntaxons inédits ou invalides. J. Bot. Soc. Bot. France, 43 : 43-61.

Foucault B. (de), 2010 - Contribution au prodrome des végétations de France : les Littorelletea uniflorae Braun-Blanq. & Tüxen ex Westhoff, Dijk & Passchier & Sissingh 1946. J. Bot. Soc. Bot. France, 52 : 43-78.

Foucault B. (de), 2013a - Contribution au prodrome des végétations de France : les Isoëtetea velatae de Foucault 1988 et les Juncetea bufonii de Foucault 1988 ("Isoëto - Nanojuncetea bufonii") (Partie 1). J. Bot. Soc. Bot. France, 62 : 37-70.

Foucault B. (de), 2013b - Contribution au prodrome des végétations de France : les Isoëtetea velatae de Foucault 1988 et les Juncetea bufonii de Foucault 1988 ("Isoëto - Nanojuncetea bufonii") (Partie 2). J. Bot. Soc. Bot. France, 63 : 63-109.

Gallet S., Bioret F., Fichaut B. & Sawtschuk J., 2010 - La phytosociologie, outil pertinent pour le suivi de la restauration écologique ? Rev. For. Fr. LXII : 409-416.

Gargominy O., Tercerie S., Régnier C., Ramage T., Dupont P., Daszkiewicz P. & Poncet L. 2017 - TAXREF v11, référentiel taxonomique pour la France : méthodologie, mise en œuvre et diffusion. Rapport Patrinat 2017-116. Paris : Muséum national d’Histoire naturelle. 152 p.

Gaudillat V., Argagnon O., Bensettiti, F., Bioret F., Boullet V., Causse G., Choisnet G., Coignon B., Foucault (de) B., Delassus L., Duhamel F., Fernez Th., Herard K., Lafon P., Le Fouler A., Panaïotis C., Poncet R., Prud’homme F., Rouveyrol P. & Villaret J.-C., 2018. - Habitats d’interet communautaire : actualisation des interprétations des cahiers d’habitats. Version 1, mars 2018. Rapport UMS PatriNat 2017-104. Paris : UMS PatriNat, FCBN, MTES. 62 p.

Guinochet M., 1973 - Phytosociologie. Paris : Ed. Masson. 227 p.

Lafon P., Le Fouler A. & Caze G., 2015 - Typologie des végétations des landes et tourbières acidiphiles d’Aquitaine, parties planitiaires et collinéennes (Calluno vulgaris - Ulicetea minoris, Oxycocco palustris – Sphagnetea magellanici, Scheuchzerio palustris - Caricetea fuscae). Version 2.0. Audenge : Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique. 99 p. + annexes.

Lafon P., Aird A., Beudin T., Le Fouler A., Lévy W., Romeyer K. & Caze G., 2018 - Catalogue des végétations de la Gironde. Synsystématique, répartition, écologie et cortège typique. Audenge : Conservatoire botanique national Sud-Atlantique. 209 p.

Lafon P., Le Fouler A. & Belaud A., 2019a - Étude des végétations de la Réserve Naturelle Nationale des dunes et marais d’Hourtin et de la Réserve Biologique Dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin. Inventaire, cartographie, liens écologiques et évaluation patrimoniale des végétations. Tome 1 : rapport. Audenge : Conservatoire botanique national Sud-Atlantique. 190 p. + annexes

Lafon P., Le Fouler A. & Belaud A., 2019b - Étude des végétations de la Réserve Naturelle Nationale des dunes et marais d’Hourtin et de la Réserve Biologique Dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin. Inventaire, cartographie, liens écologiques et évaluation patrimoniale des végétations. Tome 2 : atlas cartographique. Audenge : Conservatoire botanique national Sud-Atlantique. 86 p.

Lafon P., Bissot R., Gouel S., Lévy W., Aird A., Beudin Th., Guisier R., Henry E., Le Fouler A., Romeyer K., Belaud A. & Caze G., 2019c - Catalogue des végétations du Conservatoire botanique national Sud-Atlantique Aquitaine et Poitou-Charentes. Audenge : Conservatoire botanique national Sud-Atlantique. 200 p.

Millet J., Just A., Choisnet G., S. Bellenfant S., Catteau E. & Causse G., 2017 - Guide méthodologique du programme de cartographie nationale des végétations (CarHAB). Version du 31 mars 2017. Paris : FCBN, CBNMC, CBNBP, CBNBL. 94p. + fiches annexes.

Moss D. & Davies C.-E., 2002 - EUNIS habitat classification. Paris : European Topic Centre on Nature Conservation and Biodiversity.

Office national des forêts, 2010 - 1er Plan de gestion de la RBD de Virevieille-Vignotte et Batejin. 2010-2017. Office national des forêts. 167 p (Tome 1) + 75 p (Tome 2).

Office national des forêts, 2018 - 2e Plan de gestion de la RBD de Virevieille-Vignotte et Batejin. 2019-2028. Office national des forêts. 106p.

Office national des forêts, 2011 - Suivi floristique des opérations de restauration de milieu. Etat initial – 2011. Office national des forêts. 21 p.

Quenault F., 2017 - Lac médocains. Rapport d’activité 2017. SIABVELG-SAGE-NATURA 2000. SIABVELG. 53 p.

Vanden Berghen C., 1964 - La végétation des rives du lac de Hourtin (Gironde, France), Bull. Jard. Bot. Etat Brux., 34 : 243-267.

Vanden Berghen C., 1967 - Note sur la végétation du sud-ouest de la France V. Les peuplements de Scirpus americanus Pers. dans le département des Landes. Bull. Jard. Bot. Natl. Belg., 37 : 335-355.

Vanden Berghen C., 1968 - Notes sur la végétation du sud-ouest de la France VI. – La végétation de la rive orientale de l’étang de Lacanau (Gironde, France). Bull. Jard. Bot. Natl. Belg., 38 : 255-276.

Vanden Berghen C., 1969 - La végétation amphibie des rives des étangs de la Gascogne. Bull. Cent. Etud. Rech. Sci. Biarritz, 7 : 893-963.

Vanden Berghen C., 1971 - Notes sur la végétation du sud-ouest de la France VIII : les fourrés et les bois fangeux. Bull. Jard. Bot. Natl. Belg. 41 : 383-395.

Vanden Berghen C., 1971b - Quelques aspects du Médoc (Gironde, France). Nat. Belg, 52 : 194–217.

Weber H.-E., Moravec J. & Theurillat J.-P., 2000 - International Code of Phytosociological Nomenclature. 3rd edition. J. Veg. Sci., 11 : 739-768.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Communautés à Choin noirâtre et Molinie bleue (ONF)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Photo 2 - Vache marine pâturant le sous-étage de la Pinède (ONF)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 1 - Carte de localisation des relevés phytosociologiques
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Titre Figure 2 - Extrait de la typologie des végétations de la RBD de Lacanau
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-4.png
Fichier image/png, 41k
Titre Photo 3 - Exemple de zonation des végétations avec, au premier une végétation aquatique à Nénuphar blanc, puis une cladiaie et enfin un fourré en arrière-plan sur les niveaux topographiques plus importants (P. Lafon)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Figure 3 - Schéma fonctionnel du système sur sol minéral
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-6.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 4 - Schéma fonctionnel du système sur sol paratourbeux
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-7.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 5 - Succession des actions et produits dans la démarche d’évaluation patrimoniale, apportant une aide à la décision politique (Catteau et al., 2016)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-8.png
Fichier image/png, 156k
Titre Photo 4 - Scirpo americaniLobelietum dortmannae (P. Lafon)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Figure 6 - Extrait de la clé de détermination des végétations de la RBD de Lacanau
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-10.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 7 - Fiche du Scutellario minoris – Betuletum albae
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-11.png
Fichier image/png, 252k
Titre Figure 8 - Extrait de la carte des végétations de la RBD de Lacanau
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-12.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Photo 5 - Drosera intermedia (ONF)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Photo 6 - Moutons landais pâturant sur le site de la Pêcherie du Roux (P. Lafon)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5144/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lafon et Paul Tourneur, « Biodiversité et gestion adaptée des milieux rivulaires en Réserve biologique dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin : la phytosociologie, une science au service du gestionnaire »Dynamiques environnementales, 43-44 | 2019, 180-202.

Référence électronique

Pierre Lafon et Paul Tourneur, « Biodiversité et gestion adaptée des milieux rivulaires en Réserve biologique dirigée de Vire-Vieille, Vignotte et Batejin : la phytosociologie, une science au service du gestionnaire »Dynamiques environnementales [En ligne], 43-44 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/5144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.5144

Haut de page

Auteurs

Pierre Lafon

Conservatoire botanique national Sud-Atlantique)

Paul Tourneur

Office national des forêts

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search