Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-44Concilier enjeux, usages et biodi...Le comblement des plans d’eau dou...

Concilier enjeux, usages et biodiversité des plans d'eau

Le comblement des plans d’eau douce du littoral landais : un enjeu territorial majeur

Sediment filling in the freshwater ponds of the Landes coast (South-West France): a major territorial issue
Lionel Fournier, Alain Dutartre, Vincent Bertrin et Andoni Zuazo
p. 243-269

Résumés

Les lacs et étangs du littoral aquitain ont une histoire géologique commune marquée par la transgression holocène et l’édification du cordon dunaire littoral naturel. Le substrat sableux de leurs bassins versants, aux grains sphériques sans cohésion, facilement mobilisé par les eaux et transporté jusqu’aux plans d’eau dans lesquels il s’accumule est la principale cause du comblement qui touche particulièrement les étangs de petites dimensions. Cette menace de disparition de ces plans d'eau, sièges d’une très riche biodiversité, d’usages ancestraux et d'activités socio-économiques, en particulier touristiques, pose depuis des décennies la question de la régulation de ce comblement.

A partir de 1970, la mise en place de la MIACA (mission interministérielle d'aménagement de la côte aquitaine), dédiée au développement touristique de cette partie du territoire métropolitain, a permis la conduite de différentes études portant sur l'ensemble des lacs et étangs du littoral aquitain, parmi lesquelles une étude présentant un programme de lutte contre le comblement de trois des plans d'eau les plus sensibles à ce phénomène.

Ce programme intégrait des actions de prévention des apports et des opérations de restauration par dragage. La mise en œuvre de diverses interventions a été permise par la création en 1988 du Syndicat Mixte Géolandes, qui poursuit depuis une politique de sauvegarde de ces plans d'eau. 16 bassins dessableurs retiennent les sédiments avant leur arrivée dans les plans d'eau et 5 opérations lourdes de curage ou de dragage ont été réalisées sur 4 étangs.

Les sables extraits des bassins sont réutilisables dans les travaux publics et les vases organiques draguées ont pu être écoulées, après traitement, auprès de fabricants de supports de cultures, d'entreprises d’espaces verts et de collectivités locales.

Dans les décennies à venir, cette politique de sauvegarde des plans d'eau va nécessiter de mobiliser des enveloppes financières difficiles voire impossibles à assumer par la seule puissance publique. L'utilisation dans ce contexte particulier des ressources naturelles que constituent sables et vases organiques dans les activités du bâtiment, des travaux publics et du paysage pourrait être une voie de valorisation permettant de réduire sensiblement les coûts globaux de cette politique, en s'appuyant sur un réseau de partenaires publics et privés. Une très large évaluation préalable des enjeux et des impacts de ces projets d'extractions, intégrant la gouvernance générale du territoire des lacs et étangs du littoral souhaitée par l'agence de l'eau Adour-Garonne, est cependant indispensable pour tenir pleinement compte de la qualité écologique exceptionnelle de ces milieux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La vingtaine de plans d'eau douce située sur les deux cents kilomètres de la frange littorale de la Région Nouvelle-Aquitaine entre les estuaires de la Gironde et de l'Adour est la conséquence d'une histoire géologique commune marquée par la transgression holocène et l’édification d'un cordon dunaire littoral naturel.

2Si cette histoire présente des modalités particulières dans chacun des bassins versants de ce territoire (voir par exemple Tastet et al., 2008), une des caractéristiques principales de l'évolution de ces plans d'eau est le substrat sableux presque exclusif de leurs bassins versants. En effet, ces sables, aux grains sphériques, sans cohésion, facilement mobilisés par les eaux et transportés jusqu’aux plans d’eau, viennent s'y accumuler aux débouchés des tributaires, en modifier localement la profondeur et, de manière plus lente mais inexorable, en réduire la superficie en eau.

3Il s'agit donc bien de comblement, phénomène naturel accentué par les activités humaines pouvant toucher tous les plans d'eau naturels ou artificiels, à des échelles temporelles extrêmement variables, selon leurs origines et les caractéristiques des bassins versants et des plans d'eau eux-mêmes, ainsi que l'ont montré les travaux de recherche des limnologues depuis la fin du 19ième siècle (voir par exemple Davis, 1882 ou Hutchinson, 1957). Ces travaux se sont au départ focalisés sur les grands lacs pour s'étendre progressivement à tous les types de plans d'eau naturels et artificiels de toutes dimensions (voir par exemple Touchart, 2002 ; Touchart, 2007).

4Ces apports des bassins versants, de nature minérale et organique, liés à la géologie, la pédologie et au fonctionnement des communautés vivantes de flore et de faune, sont un des processus de comblement des plans d'eau. D'autres processus interviennent, dont les productions endogènes de matières organiques au sein des plans d'eau eux-mêmes, issues en particulier de la production primaire végétale (phytoplancton, plantes aquatiques et semi-aquatiques) pouvant générer des accumulations progressives de sédiments organiques, ou encore l'instabilité des rives sous l'influence érosive des vagues et du marnage (Maleval, 2002).

5La rapidité et la visibilité des modifications de caractéristiques et de physionomies des plans d'eau du littoral aquitain induites par les apports des bassins versants est très différente selon les superficies relatives des bassins versants et des plans d'eau. Si ces évolutions sont très peu perceptibles dans les quatre grands plans d'eau (les lacs) présents au Nord et au Sud du Bassin d'Arcachon, il n'en est pas de même dans la douzaine de plans d'eau situés plus au Sud (figure 1), moins profonds et de superficies plus réduites (les étangs), où des évolutions paysagères pouvaient être observées en quelques années. Tous ces plans d'eau sont cependant cités en tant que lacs dans l'ouvrage de Delebecque (1898) sur les lacs français.

Figure 1 : Périmètre d’intervention du Syndicat Mixte Géolandes (Plans d'eau et bassins versants)

Figure 1 : Périmètre d’intervention du Syndicat Mixte Géolandes (Plans d'eau et bassins versants)

6Parmi ces étangs, trois d'entre eux de superficies de quelques kilomètres carrés et aux bassins versants très étendus, ceux d'Aureilhan, Léon et Soustons, ont suscité depuis la fin des années 60 une attention particulière du fait d'incontestables observations de pertes de superficies en eau libre.

7Ce phénomène était déjà connu depuis des décennies. Par exemple, les informations historiques disponibles signalaient la disparition en fin du 19ième siècle d'un étang situé sur les communes de Lit-et-Mixe et Saint-Julien-en-Born, dans le bassin versant situé entre ceux de l'étang d'Aureilhan au Nord et celui de Léon au Sud. Ce plan d'eau, sans doute peu profond, occupait une superficie en eau d’environ 800 hectares, et son ancien site comporte encore actuellement une grande proportion de zones humides (figure 2).

Figure 2 : actuelle délimitation de l'ancien étang de Lit-et-Mixe et Saint-Julien-en-Born

Figure 2 : actuelle délimitation de l'ancien étang de Lit-et-Mixe et Saint-Julien-en-Born

8Certaines des évolutions paysagères locales étaient tellement rapides (quelques années) que tous les usagers réguliers de ces étangs pouvaient en avoir pleinement conscience. Elles concernaient assez spécifiquement les modifications des rivages dans les secteurs de débouché des tributaires. Par exemple, au débouché du ruisseau de La Palue, le principal cours d'eau du bassin versant de l'étang de Léon, des observations montraient qu'en à peine cinq années une partie des avancées des dépôts du ruisseau au contact avec l'étang pouvait se transformer en un banc de sable émergé, colonisé en deux ou trois ans par différentes plantes herbacées comme des joncs ou des scirpes, et en deux années de plus par des saules et des aulnes contribuant à fixer ce banc de sable (CTGREF, 1975a ; Dutartre, 1978). Sur cette partie du site, on était donc passé du lit peu profond d'un ruisseau à une aulnaie-saussaie en cours d'établissement.

9D'autres observations portaient sur l'extension progressive dans les étangs de Léon et Soustons de vastes zones de plantes aquatiques aux feuilles couvrant la surface des eaux, une indication de la faible profondeur des biotopes ainsi colonisés. Il s'agissait de nénuphars (Nuphar lutea et Nymphea alba) et de Châtaigne d'eau (Trapa natans) : à l'époque ces développements végétaux étaient négativement jugés. Notons qu'ils ont subsisté depuis (Dutartre, Delarche & Dulong, 1989 ; Dutartre, 2002) et que ces étendues de plantes aquatiques indigènes sont maintenant admises comme appartenant à des communautés d'intérêt pour ces plans d'eau.

10Les observations et commentaires suscités sur ces évolutions jugées inquiétantes par les usagers et leurs associations, les élus et les services des collectivités locales, ont maintenu au fil des années l'importance des enjeux du phénomène à cette échelle de territoire. Il n'est donc pas du tout surprenant que dès la mise en place de la MIACA (mission interministérielle d'aménagement de la côte aquitaine) dédiée au développement touristique, ces processus de comblement de certains plans d'eau aient fait partie des études engagées pour évaluer risques et moyens envisageables pour les réguler. Le GIP Littoral Nouvelle Aquitaine a dressé un bilan de cette "Première politique d'aménagement touristique du littoral aquitain" conduite par la MIACA de 1967 à 1988, consultable au même titre que les Actes d'une journée thématique tenue en 2015 à l’adresse suivante : https://www.giplittoral.fr/​h%C3%A9ritage-miaca.

11Une des conséquences directes de cette mise en place a été la réalisation de diverses études portant spécifiquement sur les lacs et étangs, considérés comme des éléments complémentaires d'un développement touristique global du territoire. Hormis des bilans de qualité physicochimique et biologique des lacs, à la suite d'une demande formulée en 1972 par la Direction Départementale de l'Agriculture des Landes, une étude portant sur un bilan de la situation de comblement des trois étangs (Aureilhan, Léon et Soustons) et les moyens de le réguler a donc fait l'objet de différents rapports (CTGREF, 1975a ; CTGREF, 1975b ; CTGREF, 1975c ; CTGREF, 1975d ; CTGREF, 1975e).

Acquisitions de connaissances sur le comblement des étangs

Etangs d'Aureilhan, Léon et Soustons

12Cette étude ciblée sur trois plans d'eau parmi la douzaine de cette partie du territoire est donc bien une conséquence directe des indéniables pertes de superficie d'eau libre observées en près d'un siècle et des modifications très visibles de certaines parties des paysages. Le tableau 1 présente les données de superficies disponibles à partir de plans cadastraux du 19ième siècle et des cartes IGN des années 70.

Tableau 1 : Données de superficies (km2) des trois étangs (CTGREF, 1975a)

19ième siècle

Années 1970

Aureilhan

8,7

3,4

Léon

7

3,4

Soustons

4,2

3,9

13Les pertes de superficies de ces trois plans d'eau sont variables, particulièrement importantes pour l'étang d'Aureilhan. Ces évolutions très différentes semblent directement liées aux caractéristiques relatives des plans d'eau et de leurs bassins versants (Tableau 2).

Tableau 2 : superficies relatives des plans d'eau et de leurs bassins versants

Superficie du bassin versant en km² (1)

Superficie du plan d’eau en km² (2)

Rapport 1/2

Aureilhan

475

3,4

140

Léon

375

3,4

110

Soustons

350

3,8

92

14Enfin, les données volumétriques disponibles (apports annuels d'eau des bassins versants et volume moyen du plan d'eau) permettent un calcul du renouvellement théorique de chacun de ces trois étangs, celui d'Aureilhan présentant une des plus grandes rapidité de renouvellement (Tableau 3).

Tableau 3 : Volumes d'apport et des plans d'eau

Volume annuel entrant (106 m3)

Volume moyen du plan d'eau (106 m3)

Nombre de renouvellement annuel

Aureilhan

333

6,4

52,5

Léon

160

2,6

63,1

Soustons

114

2,5

47,6

15Avant cette étude globale sur ces trois étangs, les demandes des collectivités locales avaient déjà débouché sur la réalisation de diagnostics tels que celui du bureau d'étude SOGREAH (1968) sur les possibilités de désenvasement des étangs de Soustons et de Léon, ou de rapports techniques comme celui de la Direction Départementale de l'Equipement des Landes (DDE Landes, 1969) sur l'ensablement d'une partie de l'étang d'Aureilhan.

16Réalisée en 1973 et 1974 par le CTGREF (maintenant INRAE), l'étude sur le comblement a comporté des suivis hydrologiques des principaux affluents de ces trois plans d'eau (avec l'aide du Département Hydrométrie du Service Régional d'Aménagement des Eaux d'Aquitaine, DREAL actuellement), des évaluations des apports solides et des apports de matières en suspension aux plans d'eau, des suivis de la qualité physicochimique des eaux des tributaires et, dans les étangs eux-mêmes, de la qualité physicochimique de eaux et des sédiments et de la qualité bactériologique des eaux.

17Les suivis hydrologiques réguliers des ruisseaux avaient pour objectif d'évaluer les volumes d'eau transitant annuellement dans les trois étangs (Tableau 3) et de pouvoir utiliser ces données pour calculer les transports solides correspondants.

18Une centaine de mesures concomitantes de débit des ruisseaux et de teneurs en matières en suspension a permis d'établir une corrélation entre ces deux paramètres et d'en extraire des ordres de grandeur des quantités de matières minérales et organiques apportées de cette manière aux plans d'eau.

19Le transport des sables dans les ruisseaux par charriage est très visible, même dans des conditions de débit d'étiage. En effet, le sable des Landes, constitué à environ 95 % de quartz, présente des grains éolisés, sub-sphériques, de 0,2 à 0,6 mm de diamètre, qui peuvent être entrainés par le courant à des vitesses relativement faibles, de l'ordre de 15 cm/s. Dans le cadre de l'étude, pour en estimer le transport, des expérimentations ont été réalisées en utilisant des pièges à sédiments et des tests de simulation de transport à l'aide de sables colorés de granulométrie similaire à celle du sable des Landes (CTGREF, 1975a). Alors que les tests de pièges n'ont permis aucune quantification, les simulations ont pu permettre des estimations de ce charriage en utilisant les données hydrologiques. Cependant ces estimations n'ont pas pu être réalisées lors des périodes de crues des ruisseaux, ce qui a nécessairement conduit à des chiffres de quantités de sables charriées sans doute très largement sous-estimées : les chiffres récapitulatifs présentés dans le tableau 4 doivent donc être considérés comme des ordres de grandeur par défaut.

Tableau 4 : Estimations des apports annuels (m3) de matières aux trois étangs (CTGREF, 1975a)

Matières en suspension

Charriage

Volume total

Aureilhan

6 400

2 450

8 850

Léon

3 200

1 150

4 350

Soustons

2 200

1 300

3 500

20Les apports de matériaux végétaux, tels que feuilles, brindilles et autres fragments de bois, n'ont pu être évalués lors de cette étude. Les galeries de feuillus et les aulnaies-saussaies qui s'étendent dans les zones basses des ruisseaux, viennent en automne et en hiver ajouter au transport normal de ces cours d'eau des quantités de débris qui vont pour partie s'accumuler à proximité du débouché des ruisseaux, quelquefois en couches entremêlées avec des sables. Ils contribuent donc aux processus de comblement de ces parties de plans d'eau dans une proportion difficile à évaluer.

21Par ailleurs, la nature organique de ces débris peut également jouer un rôle, après dégradation en matières organiques plus facilement recyclables, dans le fonctionnement écologique du plan d'eau, au même titre que les matières organiques apportées en suspension, en particulier en alimentant la production primaire du milieu. Ces processus de production primaire semblaient toutefois ne présenter aucune influence significative sur les évolutions constatées dans ces étangs. Il semblait d'ailleurs en être de même pour les risques d'érosion des rives, sauf en très rares secteurs, dans ces étangs dont les rivages présentaient des développements assez réguliers d'hélophytes ou des bordures d'aulnaies-saussaies pouvant jouer des rôles efficaces de protection contre les vagues.

22L'intégration de l'ensemble du bilan établi sur les processus concernant ces trois étangs a ensuite débouché sur des propositions de programme de lutte contre le comblement adaptées à chacun de ces plans d'eau. Ces propositions ont fait l'objet d'un rapport de synthèse (CTGREF, 1975b) présentant un programme de lutte et de prévention contre le comblement pour les trois étangs dans lequel différentes techniques applicables aux sédiments et aux plantes aquatiques étaient passées en revue. Il s'agissait en particulier d'aménagements de bassins dessableurs (i.e. pièges à sable) pour la prévention des pertes de superficies d'eau libre et d'interventions de dragages permettant de redonner de la profondeur dans certaines parties des plans d'eau pour réduire les potentialités de colonisations végétales futures ou faciliter le transit des matières en suspension vers l'aval des étangs.

23Ces propositions techniques avaient été complétées d'évaluations financières intégrant les coûts prévisionnels des interventions d'investissement (dragages, bassins dessableurs, etc.) et d'entretiens annuels des aménagements. A cette époque le montant financier d'un programme minimum de travaux à réaliser en 10 ans sur ces trois étangs avait été estimé à environ de 12 millions de francs en investissement et de 170 000 francs en entretien annuel, soit respectivement environ 1,8 million € et 25 000 €, correspondant à 9,6 millions d’euros et 136 000 € en valeurs actualisées.

24Des rapports spécifiques par plan d'eau (CTGREF, 1975c ; CTGREF, 1975d ; CTGREF, 1975e) ont également été produits précisant les positionnements envisageables des dragages et des dépôts des sédiments extraits (voir par exemple la figure 3 de la proposition concernant l'étang de Soustons).

Figure 3 : étang de Soustons, schéma de dragage et de dépôt des sédiments (CTGREF, 1975 e)

Figure 3 : étang de Soustons, schéma de dragage et de dépôt des sédiments (CTGREF, 1975 e)

Etang de Moïsan

25Un autre étang a également fait l'objet d'interventions de dragage suite à une étude écologique portant sur une succession de trois petits plans d'eau situés dans le cordon dunaire littoral au Nord de l'étang de Soustons : les étangs de Moliets, Laprade et Moïsan (Cemagref, 1985). Ce dernier plan d'eau, d'une superficie de 6 ha, était le vestige d'un étang plus vaste (40 ha au 19ième siècle) progressivement colonisé par une roselière dense. L'évolution de ce plan d'eau peu profond avait été accélérée par des aménagements, destinés à développer une zone agricole, consistant en une dérivation du ruisseau de Laprade, sa seule alimentation. Le comblement de cet étang était donc d'origine endogène, favorisé par les apports des drains agricoles qui s'y déversaient directement. Une demande de la commune de Messanges, en lien avec la prévision d'une zone d'aménagement concertée (ZAC) dans laquelle l'étang pouvait trouver une place en tant que zone naturelle, a donc conduit à compléter l'étude écologique par une évaluation des possibilités de réaménagement du plan d'eau.

26Les propositions spécifiquement consacrées à ce sujet ont porté sur un dragage destiné à redonner une profondeur suffisante au plan d'eau dans sa conformation actuelle, une réalimentation de l'étang par une dérivation partielle du ruisseau de Laprade envoyant une partie du débit de ce ruisseau vers l'étang, diverses améliorations possibles de la qualité des eaux du ruisseau et de l'étang lui-même, et des travaux d'entretien de la roselière permettant d'empêcher sa colonisation par des saules. De premières évaluations financières des coûts de travaux figuraient également dans le rapport (Cemagref, 1985).

De premières interventions

27Les rapports du CTGREF de 1975 ont conduit à la mise en œuvre de travaux de dragage entrepris sous maîtrise d'œuvre DDAF des Landes (Oyarzabal, 1994). Un programme prévoyait l'extraction de 800 000 m3 de sédiments sur l'étang de Léon et de la même quantité sur l'étang de Soustons. Il faisait appel aux techniques traditionnelles de dragage avec rejet des vases dans les exutoires des lacs vers l'océan et dépôt des sables dans des bassins de décantation à proximité des plans d'eau.

28Les travaux effectivement réalisés de de 1976 à 1980 n'ont pas permis de mener le programme envisagé à son terme : environ 300 000 m3 de matériaux furent extraits dans l'étang de Léon (dont 44 000 m3 de sable) pour un montant de 2,8 MF et 200 000 m3 (dont 51 000 m3 de sable) à Soustons pour un montant d'environ 2,25 MF (Oyarzabal, 1994), soit respectivement 1,4 M € et 1,1 M€ en valeurs actualisées.

29Par ailleurs, les apports importants de sables dans l'étang d'Aureilhan ont conduit les trois communes propriétaires du plan d'eau à aménager des bassins dessableurs au débouché de deux des principaux tributaires (Boyau, 1994). Le premier a été aménagé à l'automne 1985 sur le ruisseau d'Escource entre Aureilhan et Saint Paul-en-Born, le second sur le territoire de la commune de Mimizan, sur le courant de Sainte-Eulalie, exutoire du bassin versant des lacs de Cazaux-Sanguinet et de Parentis-Biscarrosse. La gestion régulière de ces deux aménagements a été assurée ensuite par le Syndicat Mixte Géolandes dès sa création en 1988.

30Il est à noter qu’un troisième bassin dessableur a été aménagé en 1995 à Saint-Paul-en-Born sur le ruisseau du Canteloup, dernier tributaire important de l’étang d’Aureilhan.

31Ces opérations ponctuelles constituaient les premières tentatives de travaux destinés à réguler les processus de comblement des étangs du littoral landais, mais il a fallu attendre la création de ce Syndicat Mixte pour que des programmes adaptés à leur ampleur et organisés sur du long terme et sur l'ensemble des milieux concernés puissent enfin voir le jour.

Panorama des actions de gestion du comblement des étangs par le Syndicat Mixte Géolandes :

Présentation

32Le Syndicat Mixte pour la sauvegarde et la gestion des étangs landais, dit Géolandes, a été créé en 1988. Il est maintenant compétent sur une quinzaine de plans d’eau répartis du nord au sud du littoral landais sur quatre bassins versants littoraux (figure 1) et représentant une superficie cumulée de plus de 10 000 ha de surface en eau.

33Le Syndicat rassemble huit Communes, trois Communautés de Communes (gestionnaires des plans d’eau) et le Département des Landes. Ses compétences concernent la lutte raisonnée contre le comblement, la gestion raisonnée des espèces végétales exotiques envahissantes et la préservation des espèces végétales indigènes, les aménagements d’accueil du public (plans-plages lacustres), la participation aux initiatives de gestion concertée de la ressource en eau et des zones humides et la conduite d’études générales ou particulières.

Interventions de prévention :

34La prévention du comblement consiste à éviter que les sédiments sableux, et une partie des matières organiques, charriés par les cours d’eau n’arrivent jusqu'aux plans d’eau. Des pièges à sable, ou bassins dessableurs, ont donc été aménagés sur les principaux tributaires, légèrement en amont des embouchures. Le principe consiste en une diminution brutale de la vitesse de l’eau par un élargissement d’un facteur 3 de la largeur du cours d’eau pour réduire les vitesses d'écoulement et favoriser la sédimentation dans le piège. Ce dimensionnement a été décidé à la suite d'observations empiriques sur le terrain et validé par la gestion ultérieure qui en a été faite. L’emprise de ces bassins est surcreusée de 1,5 m afin de générer une capacité de stockage des sédiments.

35Un seuil rustique en pieux bois jointifs est installé en amont du bassin dessableur. Avec un sommet juste affleurant le fond du lit du ruisseau, il ne constitue pas un obstacle à la continuité écologique et permet d’éviter toute érosion régressive (figure 4).

Figure 4 : Schéma de principe et coupe d’un bassin dessableur type

Figure 4 : Schéma de principe et coupe d’un bassin dessableur type

36Le Syndicat Mixte Géolandes gère actuellement un parc de 16 bassins dessableurs, 16 500 m3 de sédiments en sont annuellement extraits pour un coût annuel moyen de 70 000 €, sans cofinancements. Cette politique de prévention permet de sauvegarder chaque année environ 1,6 ha de superficie de plan d'eau, soit l’équivalent de 2,3 terrains de rugby.

Interventions curatives :

37Il s'agit d'opérations lourdes d’extraction par dragage ou curage des sédiments directement dans les plans d’eau les plus menacés. Depuis 1988, Géolandes a ainsi conduit 5 opérations curatives sur les étangs de Moïsan, Léon (x2), Pinsolle et Aureilhan.

38L’étang de Moïsan :

39L’étang de Moïsan est un petit plan d’eau d’une superficie résiduelle de 6 ha, propriété de la Commune de Messanges (figure 5). Au 19ième siècle ce plan d’eau avait une superficie d'environ 40 ha (Oyarzabal, 1994).

40Figure 5 : Evolution de la superficie en eau de l’étang de Moïsan

41En 1990, la lame d’eau estivale résiduelle était de 10 cm, et l’étang était largement colonisé par des lentilles d’eau (Lemna spp.) et par le Myriophylle du Brésil (Myriophyllum aquaticum), signes d’un état d’eutrophisation élevé (figure 6).

Figure 6 : photographies de l’étang de Moïsan en 1990 : couverture de lentilles d'eau

Figure 6 : photographies de l’étang de Moïsan en 1990 : couverture de lentilles d'eau

42Le Syndicat Mixte a donc conduit en 1990 - 1991 une opération mixte de curage (extraction mécanique à la pelle hydraulique) et de dragage (extraction par une drague aspiratrice et refoulement hydraulique) générant l’extraction de 55 000 m3 de sédiments sableux et vaseux, redonnant ainsi un caractère strictement aquatique au milieu avec une profondeur moyenne de l'ordre de 1, 5 m (figure 7).

Figure 7 : photographies de l’étang de Moïsan en 2010 : eau libre de plantes aquatiques

Figure 7 : photographies de l’étang de Moïsan en 2010 : eau libre de plantes aquatiques

43En l’absence d’intervention, ce plan d’eau résiduel aurait aujourd’hui probablement disparu, laissant place d’abord à une roselière puis à des formations humides à base de saules et d’aulnes, à l’instar de toute la zone au Sud aujourd’hui atterrie.

44L’étang d’Aureilhan :

45L’étang d’Aureilhan est un plan d’eau d’une superficie résiduelle de 320 ha, propriété des Communes d’Aureilhan, Mimizan et Saint-Paul-en-Born, géré par la Communauté de Communes de Mimizan. Ce plan d’eau présente la particularité d’avoir le bassin versant le plus étendu (475 km²), d’être alimenté par 3 tributaires importants (Canteloup, Courant de Sainte-Eulalie et Escource) et donc d’avoir un taux de renouvellement des eaux de l'ordre de une fois/semaine, très élevé par rapport aux autres plans d'eau du littoral. Les apports de sédiments des bassins versants étaient tels que le plan d’eau a perdu près des deux tiers de sa superficie entre 1813 et 2005 (figure 8).

Figure 8 : Evolution de la superficie en eau de l’étang d’Aureilhan – Source JB Etudes - 2000

Figure 8 : Evolution de la superficie en eau de l’étang d’Aureilhan – Source JB Etudes - 2000

46Les bassins dessableurs étant opérationnels sur les trois tributaires, le Syndicat Mixte a donc conduit en 2006-2007 une vaste opération d’extraction de sédiments sableux sur les secteurs les plus menacés d’atterrissement, au Sud-Est et au Sud-Ouest de l’étang, en restituant des profondeurs respectives de 2,00 m et 1,50 m. Environ 310 000 m3 de sédiments sableux ont été ainsi extraits et stockés sous forme de dune au nord de l’étang (figure 9 représentant la zone de dépôt en cours de chantier). Cette opération a bénéficié de cofinancements de la Région Aquitaine et de l’agence de l’eau Adour-Garonne.

Figure 9 : Vue aérienne de la zone de dépôt du dragage de l’étang d’Aureilhan, en cours d’exploitation - 2006

Figure 9 : Vue aérienne de la zone de dépôt du dragage de l’étang d’Aureilhan, en cours d’exploitation - 2006

47Enjeux du comblement : des disparitions à échelle temporelle humaine ?

48Ces évolutions concernent donc la plupart des étangs, dont notamment les étangs déjà cités de Aureilhan, Léon, Soustons, mais aussi ceux de Hardy, Blanc, Garros, et dans une moindre mesure le Petit étang de Biscarrosse, situé entre les deux lacs de Cazaux-Sanguinet et de Parentis-Biscarrosse, ou l’étang du Turc.

49Les connaissances acquises sur les processus de comblement et les quantités de sédiments extraites au fil des années dans les différents bassins dessableurs permettent maintenant d'établir des prévisions sur les évolutions futures.

50Par exemple, la bathymétrie de l’étang de Soustons, réalisée en 2009 par l’agence de l’eau Adour-Garonne, montre bien ce risque puisque la profondeur maximale de l’étang n’y atteint pas 2,00 m, et que la majeure partie de la superficie du plan d'eau présente des profondeurs comprises entre 1,00 m et 1,50 m (figure 10).

Figure 10 : bathymétrie de l’étang de Soustons – agence de l’eau Adour-Garonne - 2009

Figure 10 : bathymétrie de l’étang de Soustons – agence de l’eau Adour-Garonne - 2009

51Sur la base des volumes de sédiments antérieurement extraits des bassins dessableurs, des projections temporelles de comblement (ne prenant donc pas en compte la production endogène de matière organique), montrent que si Géolandes se désengageait de cette gestion des sédiments, l’étang de Soustons pourrait être pratiquement coupé en deux dans 100 ans (figure 11). Ces projections ont consisté à matérialiser les emprises en eau qu’auraient supprimées les volumes de sédiments s’ils n’avaient pas été piégés, au regard de la profondeur moyenne des plans d’eau.

Figure 11 : Evolution du comblement de l’étang de Soustons, en l’absence d’interventions de gestion des sédiments

Figure 11 : Evolution du comblement de l’étang de Soustons, en l’absence d’interventions de gestion des sédiments

52Les mêmes projections temporelles appliquées à l’étang de Garros montrent que cet étang pourrait perdre environ 80 % de sa superficie dans 100 ans (figure 12).

Figure 12 : Evolution du comblement de l’étang de Garros, en l’absence d’interventions de gestion des sédiments

Figure 12 : Evolution du comblement de l’étang de Garros, en l’absence d’interventions de gestion des sédiments

Du devenir des sédiments :

Les sables

53Alors qu'il est maintenant admis que le sable est une matière première essentielle pour l’activité économique et que cette ressource commence à faire défaut à l’échelle mondiale, la gestion des sables extraits lors des interventions réalisées depuis le début de ce programme par Géolandes rencontre toujours des contraintes.

54Si les 16 500 m3 de sédiments sableux extraits chaque année du parc des 16 bassins dessableurs trouvent, non sans difficultés, des utilisations dans des chantiers de proximité, il n’en est pas de même pour les quantités beaucoup plus importantes extraites lors des opérations curatives lourdes (IDRA ENVIRONNEMENT, 2009).

55Ainsi les 310 000 m3 extraits en 2006-2007 de l’étang d’Aureilhan, n'ayant jusqu'alors trouvés aucun débouché, forment aujourd’hui toujours la même dune (figure 9). Pourtant depuis leur extraction, des chantiers importants relativement proches et nécessitant des apports massifs de sables ont été réalisés.

56C’est par exemple le cas du passage en 2x3 voies de l’A 63 dans la traversée du département des Landes. Un contact a donc été établi avec le Groupement d’entreprises en charge du chantier, mais la réponse fut négative, en arguant de la trop grande distance entre le stock et le chantier, soit 25 km au plus proche. La solution retenue, classique, a consisté en la création de zones d’emprunt de sable tout au long de l’itinéraire.

57Plus récemment, dans le cadre de la stratégie de gestion de la bande côtière de Mimizan, il a été envisagé d’utiliser ces sédiments pour lutter contre l’érosion marine, la distance à parcourir n’étant plus que de 10 km. Pour autant, les coûts de transport se sont révélés une fois de plus trop élevés pour que l'opération puisse être réalisée.

58Il est sans doute regrettable que l'ensemble des impacts et coûts écologiques des extractions réalisées pour le chantier de l'A 63 sur des terrains encore épargnés par des aménagements humains et sur la bande côtière de Mimizan n'aient pas été pris en compte dans l'évaluation globale des coûts de ces travaux.

Les sédiments organiques

59La gestion des vases extraites a connu une évolution notablement différente. En 1991-1992, 225 000 m3 de sédiments essentiellement vaseux aux teneurs élevées en matières organiques ont été extraits de l’étang de Léon. Ces sédiments partiellement déshydratés ont été commercialisés par le Syndicat Mixte sous la dénomination « Terre des étangs landais » (figure 13). Les 75 000 tonnes de ce produit ont été écoulées en 10 ans, principalement auprès des fabricants de supports de cultures, des entreprises d’espaces verts et des collectivités. Si les premières années de commercialisation ont été délicates, au moment où le stock s'épuisait un marché effectif avait été créé, ce produit aux particules organiques fines étant en effet le complément idéal au substratum sableux landais classique, d’une granulométrie plus grossière et pauvre en matières organiques.

Figure 13 : Vase déshydratée issu du dragage de l’étang de Léon – Terre des étangs landais

Figure 13 : Vase déshydratée issu du dragage de l’étang de Léon – Terre des étangs landais

60Des enjeux financiers très importants :

61Sur la base des bathymétries existantes et de coûts/m3, la projection financière des travaux qu’il conviendrait de programmer pour les plans d’eau les plus menacés par le comblement figure dans le tableau ci-dessous, sans prise en compte de recettes liées à une éventuelle valorisation.

Tableau 5 : Estimations financières des travaux de dragage
(base de calcul : extraction d’1 m de sédiments en altimétrie, 6 €/m3 sable, 15 €/m3 vase)

Plan d’eau

Superficie (ha)

Volume de sédiments (m3)

Coût M € HT

Léon

320

3 200 000

34

Soustons

380

3 800 000

40

Garros

22

220 000

2,65

62Compte-tenu des masses financières représentées par ces travaux potentiels, il semble évident que ces opérations ne sont pas à la portée du seul Syndicat Mixte Géolandes.

Un cadre réglementaire actuel fortement axé sur la protection des milieux aquatiques, preuve d’une reconnaissance incontestée de leur valeur patrimoniale:

63La gamme très large de milieux et de fonctionnements que présentent tous ces plans d'eau, en font une seule et même famille de milieux d'eau douce, à l'écologie et la biodiversité singulières, un ensemble exceptionnel à l'échelle régionale et nationale, et même très rare à l'échelle européenne. Cette reconnaissance explique l'intérêt qu'il leur est porté en matière de protection et de sauvegarde par les collectivités et l'agence de l'eau Adour-Garonne, qui les considère comme un des fleurons du bassin. Par ailleurs, les multiples usages humains qu'ils permettent, la plupart directement liés à leur qualité écologique et à l'aspect très naturel qu'ils conservent, en font des éléments d'attraction tout à fait importants pour le tourisme estival développé depuis près d'un demi-siècle.

64La convergence de ces intérêts à maintenir et/ou protéger pour en assurer la pérennité explique donc la liste des protections ou classements réglementaires qui leur sont appliquées : site inscrit, site classé, zones Natura 2000, Espaces remarquables de la Loi Littoral, Réserve naturelle nationale, Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique (ZNIEFF), etc.

65Par ailleurs, la Directive Cadre européenne sur l’Eau (DCE) adoptée le 23 octobre 2000 stipule : « Pour ce qui concerne les eaux de surface, les états membres ou les districts hydrographiques mettent en œuvre des mesures nécessaires pour prévenir la détérioration de l’état de toutes les masses d’eau de surface ». La même Directive précise que toutes les masses d’eau devront atteindre le « Bon état » au plus tard en 2027.

66Cette Directive semble donc considérer que les plans d'eau sont des écosystèmes dont l'existence n'est pas menacée et que des mesures sont systématiquement possibles pour en améliorer l'état écologique. Si cela peut être éventuellement admis pour les lacs, il ne peut en être de même pour les étangs, beaucoup plus sensibles aux apports des bassins versants et aux évolutions écologiques de certaines de leurs communautés vivantes, dont en particulier les plantes aquatiques envahissantes pouvant coloniser toute la superficie de plans d'eau peu profonds. Les étangs ne sont pas tous directement concernés par la DCE, pour autant, le scénario de la disparition d’une masse d’eau ne semble donc jamais envisagé, ni par voie de conséquence les actions qui permettraient d’éviter cette disparition.

67L’application de cette Directive concerne les « masses d’eau » et donc uniquement les plans d’eau d’une superficie supérieure à 50 ha. L’objectif d’atteinte ou de préservation du « Bon état » (selon les critères actuels) n'est donc pas attendu pour les étangs de petites superficies, milieux généralement peu profonds que la végétation aquatique peut coloniser entièrement, ce qui, pour le territoire littoral landais, concerne 8 des 15 des plans d'eau douce gérés par Géolandes. Cependant, la Directive est applicable pour les plans d'eau de plus de 50 ha, comme par exemple l'étang de Soustons (figure 11), une "masse d'eau" dont les faibles profondeurs, l'état de comblement (ensablement et envasement) et la colonisation végétale d'une part notable de sa superficie rendent très peu envisageable une amélioration notable de son état écologique selon les critères de la DCE.

68Depuis sa création, le Syndicat Mixte a mis progressivement en place des mesures destinées à évaluer et améliorer la qualité, prévoir la dégradation, restaurer la naturalité, préserver la biodiversité de ces plans d'eau,…, tout en permettant l’accès du public à ces espaces naturels remarquables et récréatifs, et des résultats ont été atteints (cf. étang de Moïsan), dans le strict respect des procédures réglementaires.

L’heure d'un choix de gestion à long terme : sauvegarder ou laisser faire ?

69La disparition de la plupart des plans d’eau de dimensions réduites de ce territoire est-elle inéluctable ? Les conséquences des processus de comblement sont bien visibles et évolutives et ce, malgré les mesures de prévention et les interventions curatives mises en place par Géolandes. La transformation de plans d'eau libre en zones humides colonisées par des hélophytes ou des aulnaies-saussaies aux fonctionnalités et aux communautés vivantes différentes, modifiant conjointement les usages humains qui pourront s'y exercer est-elle acceptable par les habitants, les usagers, les touristes et les pouvoirs publics ?

70Comment en effet envisager la disparition de tout ou partie des activités actuelles, économiques et touristiques (camping, hôtellerie-restauration), récréatives et sportives (promenade, aviron, canoë, paddle, nautisme,…), ancestrales (chasse, pêche) associées à ces étangs ? Que seraient aujourd’hui les communes d’Aureilhan, d’Azur ou de Léon sans leurs plans d'eau respectifs ayant permis un important développement touristique ?

71Par ailleurs, serait-il acceptable de laisser évoluer sans régulation les biotopes accueillant actuellement certaines communautés végétales spécifiques (herbiers de châtaigne d’eau (Trapa natans), de trèfle d’eau (Menyanthes trifoliata), les pelouses amphibies à Littorelle, pour les laisser disparaître alors que de nombreux sites font partout ailleurs l'objet de mesures de conservation d'espèces considérées comme rares et à protéger, voire de Plans Nationaux d’Actions (PNA) impliquant des interventions permanentes ? Ces pertes pourraient aussi concerner des zones de nidification pour des oiseaux inféodés aux milieux aquatiques comme le héron blongios nain (Ixobrychus minutus), le balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), ou encore des biotopes favorables à certaines espèces de poissons emblématiques (anguille européenne (Anguilla anguilla), brochet aquitain (Esox aquitanus)) ou de mammifères aquatiques comme la loutre (Lutra lutra) ? Le classement de la quasi-totalité de ces espaces au titre des Directives européennes Habitats ou Oiseaux démontre également la reconnaissance de leur intérêt écologique patrimonial.

72Pour le Département des Landes, la création en 1988 du Syndicat Mixte Géolandes, et la nature des compétences qui lui ont été confiées, est clairement interventionniste de manière à pérenniser les plans d'eau actuels, leurs fonctionnalités et qualités, pour les conserver à l'avenir au bénéfice des habitants, des usagers et des touristes, en les considérant, pourquoi pas, comme des « biens communs » participant de manière primordiale à l'identité de cette partie du territoire landais .

73Cet objectif est quelquefois remis en cause par certains acteurs, tenants de la non-intervention, au motif que le comblement constaté est un phénomène d’origine naturelle, bien qu’accéléré par les activités humaines sur les bassins versants (agriculture, sylviculture, curage de fossés, imperméabilisation des sols, …) et que tenter de l'empêcher semble dénué de sens.

74Si le choix de poursuivre cette démarche active de protection de l'intégrité des étangs en tant que plans d'eau libre est fait, comment arriver à en assurer le financement dans des conditions économiques acceptables ?

75En effet, les enjeux financiers sont devenus tels (tableau 5) que le choix des élus landais, pour peu qu’il continue à être partagé, peut à l'avenir ne plus pouvoir être assumé à la seule échelle départementale et par la seule puissance publique, même en mobilisant des crédits de l’Agence, de la Région, de l’Etat ou encore de l’Europe.

76Mieux utiliser ces ressources sédimentaires en poursuivant les actions sur le comblement?

77Les sédiments sableux extraits des bassins dessableurs sont déjà utilisés dans les Travaux Publics et dans la fabrication de supports de culture. Après lavage ils pourraient également l’être dans le Bâtiment. Ne valait-il pas mieux mobiliser les millions de m3 de sable accumulés au fond des plans d’eau que d’autoriser l’extension d’une carrière de sable de 1 470 000 m3, comme cela fut le cas dans les Landes en 2018 ?

78Par ailleurs, le dragage réalisé sur l'étang de Léon a permis à Géolandes de démontrer que les sédiments vaseux organiques extraits pouvaient présenter après traitement ("Terre des étangs landais") un intérêt agronomique aux débouchés commerciaux indéniables. De plus, la comparaison des coûts d’extraction des sédiments (tableau 5) et les tarifs de vente de sable ou de terre végétale par des professionnels montrent des ordres de grandeur similaires.

79Il semble envisageable que les coûts d’extraction puissent être compensés, en grande partie si ce n’est totalement, par la recette liée à la revalorisation des sédiments, en rendant ainsi supportable la charge financière résiduelle pour des opérateurs publics.

80Des interventions de cette nature pourraient s'appuyer sur un rapprochement et un partenariat entre les divers acteurs du public, et en premier lieu le Syndicat Mixte Géolandes, et différents acteurs du privé, comme par exemple l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (UNICEM). Et considérer que ces milieux sont des « biens communs » d'un territoire pourrait alors tout à fait permettre de justifier que la commercialisation des ressources naturelles extraites soit justement assurée par un établissement public, en partenariat avec des opérateurs privés.

81Toutefois, un parallèle indispensable à la création d'un tel partenariat, passant nécessairement par une construction juridique et règlementaire adaptée, serait une évaluation globale des enjeux environnementaux et écologiques de telles interventions au regard de l'intérêt écologique général de ces milieux, de la répartition des espèces remarquables déjà citées et des évolutions en lien avec le changement climatique. Il s'agirait donc de réaliser une étude d'impact générale, suivie éventuellement d'études ciblées en fonction des interventions localement envisagées en matière d'extractions de sédiments. Des études préalables de cette envergure ne devraient pas être supportées par le seul Syndicat Mixte Géolandes et pourraient s'appuyer sur la gouvernance générale du territoire des lacs et étangs du littoral souhaitée par l'agence de l'eau Adour-Garonne. Cela pourrait également revêtir la forme d’une disposition spécifique du futur SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 pour apporter des réponses et amorcer le dispositif.

82Enfin, ces possibilités d'interventions curatives ne doivent pas faire oublier le maintien des aménagements préventifs (bassins dessableurs) permettant de ralentir le phénomène, et la nécessaire poursuite de la sensibilisation des acteurs des bassins versants quant à l’impact des interventions qui pourraient favoriser le transport solide par les cours d’eau. Sur la partie Nord du territoire de Géolandes, cette sensibilisation est assurée dans le cadre de la mise en œuvre du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Etangs Littoraux Born et Buch.

Conclusion :

83Sans que cela puisse pleinement se justifier en tant que rétrospective historique, il semble utile de rappeler les éléments suivants. Tout d'abord, les premières demandes d'intervention portaient bien sur la régulation de modifications d'origine naturelle de milieux considérés comme patrimoniaux. Il s'agissait de conserver des plans d'eau libre pour satisfaire les usages traditionnels (notamment chasse et pêche) et les nouveaux usages liés aux activités touristiques en plein développement. A cette époque (près d'un demi-siècle en arrière), les connaissances écologiques sur ces étangs étaient fragmentaires et les mesures réglementaires de protection encore réduites : les aspects de patrimoine naturel au sens où c'est maintenant perçu restaient secondaires.

84La démarche très organisée engagée par le Syndicat Mixte Géolandes à partir de 1988 a comporté dès le départ la gestion des bassins dessableurs, permettant de satisfaire les demandes des habitants, des usagers et des élus en matière de réduction des pertes de superficies en eau libre. Certaines autres interventions de régulation du comblement ont été mises en place assez rapidement, comme les dragages des étangs de Moïsan et de Léon. Il s'est toutefois écoulé une trentaine d'années entre les propositions d'interventions et le dragage de l'étang d'Aureilhan.

85Le choix de gestion porté au niveau départemental par le Syndicat Mixte Géolandes a été clairement celui du maintien de ces plans d'eau libre par des modalités régulières et spécifiques d'interventions pour les sauvegarder. En parallèle à ce programme, les études qu'il a développées pour satisfaire ses autres objectifs à long terme (liés à ses compétences en matière d'environnement et d'accueil du public), comme par exemple le plan de gestion de la végétation aquatique (Dutartre et al., 1989), ou l’étude hydraulique de la chaîne des étangs landais du nord (SOGELERG-SOGREAH, 1994) lui ont permis de construire une démarche en adaptation continue, en phase avec les évolutions des demandes sociétales. C'est tout à fait perceptible dans les évolutions des études et recherches, appuyées par l'agence de l'eau Adour-Garonne, concernant de meilleures compréhensions de la qualité des eaux, des milieux et des communautés patrimoniales de flore et de faune en lien avec la diversité toujours présente des activités récréatives et socio-économiques qui s'exercent sur ces plans d'eau.

86Ce choix de conservation d'écosystèmes en évolution permanente sous des contraintes en partie naturelles reste évidemment un sujet de débats à une époque où les perspectives scientifiques sur le changement climatique, au sein du changement global, laissent supposer d'importantes modifications de fonctionnement des écosystèmes, particulièrement en région Nouvelle-Aquitaine.

87Le cas particulier de ces étangs et des décisions à prendre sur leur devenir ne peut être d'ailleurs totalement séparé des démarches de conservation concernant l'ensemble des écosystèmes, sites, communautés ou espèces qui font l'objet sur le territoire français de programmes et de mesures de protection ou de sauvegarde réglementaires comportant des interventions concrètes aux financements souvent publics. Reste que leurs complexités écologiques et la multiplicité des usages humains qu'ils abritent en font des entités uniques et particulières pour lesquelles une implication de la totalité des acteurs sociaux, scientifiques, politiques et économiques, publics et privés, des plans d'eau et de leurs bassins versants serait nécessaire afin que tous leurs intérêts et les enjeux de leur gestion future puissent être largement discutés. Il en va de l’avenir de ces milieux.

Haut de page

Bibliographie

Boyau, B. (1994). Lutte contre le comblement : gestion des sédiments sableux. In : Journées Techniques sur les lacs et étangs aquitains (1992, 14-15 mai). Cemagref, Agence de l'Eau Adour-Garonne, Association Française de Limnologie.

Cemagref. (1985). Etude écologique des étangs de Moliets, Laprade, Moisan (Landes) 1982-1983. Propositions d'aménagement de l'étang de Moisan (Etude N°22). Cemagref Groupement de Bordeaux.

CTGREF. (1975a). Les petits étangs landais, Aureilhan, Léon, Soustons. Constat de l'état actuel, qualité de l'eau, comblement (Etude N° 5).

CTGREF. (1975b). Les petits étangs landais, Aureilhan, Léon, Soustons. Programme de lutte et de prévention contre le comblement (Etude N° 6).

CTGREF. (1975c). Les petits étangs landais. Constat de l'état actuel, programme de lutte et de prévention contre le comblement. Etang d'Aureilhan (Etude N° 9).

CTGREF. (1975d). Les petits étangs landais. Constat de l'état actuel, programme de lutte et de prévention contre le comblement. Etang de Léon (Etude N° 10).

CTGREF. (1975e). Les petits étangs landais. Constat de l'état actuel, programme de lutte et de prévention contre le comblement. Etang de Soustons (Etude N° 11).

Davis, W.M. (1882). On the Classification of Lakes Basins. Proceedings of the Boston Society of Natural History, 21, 315-381.

DDE Landes. (1969). Etat de l'ensablement de la partie Nord-Est de l'étang d'Aureilhan. Rapport technique.

Delebecque, A. (1898). Les lacs français. Chamerot & Renouard.

Dutartre, A. (1978, 18-21 septembre). Comblement des lacs sud-aquitains. Exemple des lacs d'Aureilhan, Léon et Soustons. Colloque sur les lacs naturels, Chambéry, France.

Dutartre, A. (1986). Les plans d'eau du littoral Aquitain : origine et caractéristiques. In : Colloque sur les zones humides littorales en Aquitaine, septembre 1985, Le Teich, France.

Dutartre, A. (2002). Evolutions récentes des communautés végétales riveraines des lacs et étangs landais. In : Actes du séminaire européen "Gestion et conservation des ceintures de végétation lacustre" (2002, 23-25 octobre), Le Bourget du Lac, France.

Dutartre, A., Delarche, A. et Dulong, J. (1989). Plan de gestion de la végétation aquatique des lacs et des étangs landais. Cemagref.

Hutchinson, G.-E. (1957). A treatise on limnology. Volume 1. Geography, physics and chemistry. Wiley

IDRA ENVIRONNEMENT. (2009). Analyse juridique sur le devenir et la revalorisation des matériaux extraits lors d’opérations de lutte contre le comblement des plans d’eau.

JB ETUDES. (2000). Dragage de l’étang d’Aureilhan - Demande d’autorisation Loi sur l’Eau et Loi Littoral.

Maleval, V. (2002). Le lac de Saint-Pardoux et l'évolution morphologique des lacs de barrage artificiel. Thèse de l'Université de Limoges.

Oyarzabal, J. (1994). Lutte contre le comblement : les vases. In : Journées Techniques sur les lacs et étangs aquitains (1992, 14-15 mai). Cemagref, Agence de l'Eau Adour-Garonne, Association Française de Limnologie.

SOGELERG-SOGREAH. (1994). Etude hydraulique des étangs landais Nord (1ère et 2ème phases, note de synthèse).

SOGREAH. (1968). Désenvasement des lacs de Soustons et de Léon. Etude des possibilités de désenvasement et de nettoyage (Rapport N° 9896).

Tastet, J.-P., Lalanne, R., Maurin, B. et Dubos, B. (2008). Geological and archaeological chronology of a late Holocene coastal enclosure : The Sanguinet lake (SW France). Geoarchaeology 23.1, 131-149. https://doi.org/10.1002/gea.20207

Touchart, L. (2002). Limnologie physique et dynamique, une géographie des lacs et des étangs. L’Harmattan.

Touchart, L. (2007). La définition de l’étang en géographie limnologique, in Géographie de l’étang, des théories globales aux pratiques locales. L’Harmattan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Périmètre d’intervention du Syndicat Mixte Géolandes (Plans d'eau et bassins versants)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-1.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 2 : actuelle délimitation de l'ancien étang de Lit-et-Mixe et Saint-Julien-en-Born
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-2.png
Fichier image/png, 835k
Titre Figure 3 : étang de Soustons, schéma de dragage et de dépôt des sédiments (CTGREF, 1975 e)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 4 : Schéma de principe et coupe d’un bassin dessableur type
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-5.png
Fichier image/png, 394k
Titre Figure 6 : photographies de l’étang de Moïsan en 1990 : couverture de lentilles d'eau
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-6.png
Fichier image/png, 204k
Titre Figure 7 : photographies de l’étang de Moïsan en 2010 : eau libre de plantes aquatiques
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-7.png
Fichier image/png, 186k
Titre Figure 8 : Evolution de la superficie en eau de l’étang d’Aureilhan – Source JB Etudes - 2000
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-8.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure 9 : Vue aérienne de la zone de dépôt du dragage de l’étang d’Aureilhan, en cours d’exploitation - 2006
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-9.png
Fichier image/png, 313k
Titre Figure 10 : bathymétrie de l’étang de Soustons – agence de l’eau Adour-Garonne - 2009
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-10.png
Fichier image/png, 309k
Titre Figure 11 : Evolution du comblement de l’étang de Soustons, en l’absence d’interventions de gestion des sédiments
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-11.png
Fichier image/png, 506k
Titre Figure 12 : Evolution du comblement de l’étang de Garros, en l’absence d’interventions de gestion des sédiments
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-12.png
Fichier image/png, 362k
Titre Figure 13 : Vase déshydratée issu du dragage de l’étang de Léon – Terre des étangs landais
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5300/img-13.png
Fichier image/png, 377k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Fournier, Alain Dutartre, Vincent Bertrin et Andoni Zuazo, « Le comblement des plans d’eau douce du littoral landais : un enjeu territorial majeur »Dynamiques environnementales, 43-44 | 2019, 243-269.

Référence électronique

Lionel Fournier, Alain Dutartre, Vincent Bertrin et Andoni Zuazo, « Le comblement des plans d’eau douce du littoral landais : un enjeu territorial majeur »Dynamiques environnementales [En ligne], 43-44 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/5300 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.5300

Haut de page

Auteurs

Lionel Fournier

Service Milieux Aquatiques – Direction de l’Environnement – Conseil Départemental des Landes, pour le compte du Syndicat Mixte Géolandes

Articles du même auteur

Alain Dutartre

Expert indépendant (Hydrobiologiste ex IRSTEA)

Articles du même auteur

Vincent Bertrin

INRAE, UR EABX, F-33612 Cestas, France

Articles du même auteur

Andoni Zuazo

Service Milieux Aquatiques – Direction de l’Environnement – Conseil Départemental des Landes, pour le compte du Syndicat Mixte Géolandes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search