Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-44Concilier enjeux, usages et biodi...Le plan d’adaptation au changemen...

Concilier enjeux, usages et biodiversité des plans d'eau

Le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne : prévoir pour réduire la vulnérabilité des territoires

The adaptation plan to climate change in the Adour-Garonne basin: planning to reduce territories’ vulnerability
Françoise Goulard, Jean Pierre Rebillard et Guillaume Bourguetou
p. 269-281

Résumés

Le changement climatique est une réalité dans le Sud-Ouest de la France. Il a déjà de fortes répercussions sur la ressource en eau et les milieux aquatiques. Il a également de lourdes conséquences sur les activités économiques qui y sont associées. Aujourd’hui, les écosystèmes que représentent les lacs de la façade littorale aquitaine concentrent de nombreux enjeux socio-économiques et de biodiversité. Ils deviennent de plus en plus vulnérables du fait des changements climatiques en cours. Face à ces risques, le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne encourage les différents acteurs à anticiper, bâtir et mettre en œuvre, en concertation, des stratégies pour ne pas subir.

Haut de page

Texte intégral

1L’évolution du climat, décrite à travers de très nombreuses études et recherches (MEDDE, 2012 ; Le Treut, 2018 ; Sauquet, 2009) ainsi que les commentaires (Agence de l’eau Adour-Garonne, 2014a) sur cette évolution jugée globalement alarmante, alimentent la politique de nombreuses structures de gestion de l’eau, que ce soit au niveau national ou local dont l’agence de l’eau Adour-Garonne. Plus largement, ce sont les questionnements sur les processus d’évolution des milieux, de la ressource eau, et les moyens d’adaptation envisageables qui sont mis en exergue dans les documents de planification et de gestion des acteurs de l’eau pour lesquels cette thématique est de plus en plus prégnante. Citons à titre d’exemple le SDAGE (schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux), les SAGE (schéma d’aménagement et de gestion des eaux) ou les PTGE (projet de territoire pour la gestion de l’eau).

2Une des conséquences directes pour l’agence de l’eau Adour-Garonne a été l’intégration de la thématique dans son document de planification (SDAGE 2016-2021) adopté par le comité de bassin en 2015 et en cours de reconduction en 2021 pour un nouveau cycle couvrant la période 2022-2027.

3L’élévation de la température de l’air depuis les années 1960 témoigne d’un changement réel du climat, particulièrement marqué dans le sud de la France (Agence de l’eau Adour-Garonne, 2014b ; Le Treut, 2018) et les projections hydro-climatiques font du Sud-Ouest de la France une zone particulièrement vulnérable (Agence de l’eau Adour-Garonne, 2014b ; MEDDE, 2012 ; Sauquet, 2009).

4Parallèlement, l’évolution très rapide du climat induisant des changements de fonctionnement des milieux est une réalité déjà perceptible dans le Sud-Ouest de la France (Arevalo et al., 2020 ; Caballero et al., 2007 ; Giuntoli et al., 2013 ; Tisseuil et al., 2012).

5La nette régression de certaines espèces d’isoétides (Bertrin 2018), l’augmentation de la température de l’eau de surface (Prats & Danis,2019 ; Jamoneau et al. dans cet ouvrage) et la prolifération de plus en plus fréquente de cyanobactéries (Moreira et al. dans cet ouvrage) sur le lac de Parentis en sont des exemples concrets, définissant ces milieux qui concentrent de nombreux enjeux socio-économiques et de biodiversité, comme des écosystèmes de plus en plus vulnérables.

6Caractériser la vulnérabilité de ces milieux mais plus largement des territoires du bassin permet de répondre à la question : quelle serait la situation du bassin si nous avions aujourd’hui le climat de demain ? La vulnérabilité d’un territoire mesure le degré des effets du changement climatique qui affectent cet espace sans qu’il puisse y faire face (ADEME, 2013). La vulnérabilité est fonction :

  • de la nature, de l’ampleur et du rythme de la variation du climat à laquelle le territoire est exposé. Cette exposition correspond aux variations climatiques (évènements extrêmes et évolution des moyennes climatiques comme la température ou le cumul de précipitations) auxquelles un territoire est exposé ;

  • de la sensibilité du territoire, c’est-à-dire les caractéristiques qui le rendent plus ou moins fragile vis-à-vis d’une exposition donnée. La sensibilité des territoires est évaluée par rapport à leur situation présente, face à des hypothèses de changement climatique futur ;

  • et in fine de sa capacité d’adaptation.

7Depuis le 2 juillet 2018 et la réalisation de diverses études portant spécifiquement sur son périmètre d’intervention, l’agence de l’eau Adour-Garonne dispose d’un plan d’adaptation au changement climatique (PACC) pour renforcer la résilience de ce territoire (c’est-à-dire la capacité des hommes et des milieux naturels à faire face à des perturbations et à en minimiser les effets), considéré au plan national comme l’un des plus touchés par le changement climatique.

8Après avoir dressé un diagnostic climatique et hydrologique, la vulnérabilité des territoires de la façade littorale aquitaine sera décrite et dans un troisième temps, le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne sera présenté, en insistant sur l’engagement nécessaire des acteurs locaux pour qu’ils prennent dès aujourd’hui des mesures d’adaptation diversifiées.

Un diagnostic alarmant

9D’ici à 2050, l’ensemble du bassin Adour-Garonne va connaitre des modifications hydrologiques majeures liées au dérèglement climatique, avec des répercussions importantes pour la gestion de l’eau et pour les milieux aquatiques. De nombreuses études, principalement basées sur de la modélisation (Boé, 2007 ; Dayon,2015 ; Le Cozannet et al., 2011 ; MEDDE, 2012 ; Sauquet 2009), convergent pour prédire :

  • Une augmentation de la température moyenne annuelle de l’air d’au minimum + 2°C;

  • Une augmentation des situations extrêmes (sécheresses, crues et inondations) ;

  • Pas d’évolution sensible du cumul annuel de précipitations ;

  • Une baisse moyenne annuelle des débits naturels des cours d’eau comprise entre -20% et -40% et de l’ordre de -50% en périodes d’étiage qui seront plus précoces, plus sévères et plus longues ;

  • Une diminution de la durée d’enneigement sur les massifs ;

  • Une augmentation de l’évapotranspiration (des sols et de la végétation) comprise entre +10% et +30% ;

  • Une augmentation de la sécheresse des sols ;

  • Une tendance à la baisse de la recharge des nappes, très variable selon les secteurs et le type de nappes, allant de +20% à -50% ;

  • Une augmentation également significative de la température des eaux de surface (déjà réelle aujourd’hui : +1,5°C en 40 ans) ;

  • Une élévation du niveau de l’océan, de l’ordre de 21 cm (et de façon très probable comprise entre 60 cm et 1 m en 2100) (BRGM, 2017).

10Ces impacts, et en particulier l’augmentation de l’évapotranspiration, paramètre majeur du cycle hydrologique, se font déjà sentir aujourd’hui et vont accentuer la forte tension sur les ressources, en période d’étiage notamment : le déséquilibre hydrologique entre besoins et ressources actuellement estimé entre 200 et 250 millions de m³ pourrait atteindre, par le seul effet du changement climatique (à stocks, objectif environnemental et usages constants), entre 1 et 1,2 milliard de m3 en 2050. De plus, la population du bassin, actuellement de 7 millions d’habitants, aura progressé de 1,5 million sur la même période, ce qui risque d’aggraver la situation, notamment sur la façade littorale aquitaine, du fait de la pression démographique (autour de Bordeaux et sur le littoral basque par exemple).

Tableau 1- Tension sur la ressource à l’étiage : quelques ordres de grandeur à l’échelle du bassin Adour-Garonne (source AEAG)

11Ainsi, si rien n’est fait, le bassin Adour-Garonne va connaître, dans certains territoires, des problèmes d’approvisionnement en eau, tant en termes de disponibilité que de qualité, pénalisant les activités humaines et les milieux naturels, aquatiques et humides. En effet, à rejets constants, la dégradation de la qualité physico-chimique des eaux est probable du fait d’un manque de dilution d’une part et par l’augmentation de la température de l’eau et la baisse de l’oxygène dissous d’autre part (Agence de l’eau Adour-Garonne, 2014a). Si l’on zoome sur la frange atlantique, le diagnostic est sévère : l’élévation de la température de l’air et de l’évapotranspiration (notamment à l’automne, voir figure 1) va accentuer le risque de sécheresse, la baisse des débits des cours d’eau et celle de la recharge des nappes.

Figure 1- L’évolution de l’évapotranspiration, facteur clé de l’évolution de la ressource en eau (source : traitement AEAG à partir des données de l’étude nationale Explore 2070)

Figure 1- L’évolution de l’évapotranspiration, facteur clé de l’évolution de la ressource en eau (source : traitement AEAG à partir des données de l’étude nationale Explore 2070)

12Les modifications fortes de ces conditions hydrologiques rendent les lacs, et les zones humides qui y sont associées, particulièrement vulnérables.

Les lacs du littoral aquitain de plus en plus vulnérables

13Pour dépasser le constat des scientifiques et pour motiver le passage à l’action, ce diagnostic territorialisé de la vulnérabilité est une phase nécessaire qu’un rendu cartographique rend accessible via une interprétation aisée. La vulnérabilité au changement climatique a été évaluée, par l’Agence de l’eau Adour-Garonne, selon 7 indicateurs qui sont autant d’enjeux majeurs pour la gestion de l’eau. A l’échelle du bassin dans son ensemble (découpé en 25 sous-bassins), le diagnostic a porté sur l’incidence du changement climatique sur :

  • la disponibilité en eau (superficielle et souterraine) ;

  • le risque de sécheresse du sol ;

  • la qualité de la ressource en eau ;

  • les milieux aquatiques et la biodiversité ;

  • le risque d’inondations ;

  • Et plus spécifiquement pour la frange littorale, le risque de submersion marine et celui d’érosion côtière.

14La démarche méthodologique, basée sur une évaluation à base de scores pour exprimer le degré de vulnérabilité, a été approuvée par des scientifiques et également appliquée sur les bassins Rhône-Méditerranée et Loire-Bretagne (Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse, 2013). L’exposition et la sensibilité sont évaluées sur une échelle de 1 (peu) à 5 (beaucoup) pour chaque indicateur retenu. Pour obtenir une classe ou un degré de vulnérabilité (modérée ou élevée), on croise ces scores selon la règle présentée par la figure 2.

Figure 2- Le croisement des degrés de sensibilité et d’exposition permet d’obtenir le degré de vulnérabilité du territoire

Figure 2- Le croisement des degrés de sensibilité et d’exposition permet d’obtenir le degré de vulnérabilité du territoire

15Le degré de sensibilité est évalué à partir de données caractérisant les territoires aujourd’hui. Il s’agit principalement des données mobilisées pour la définition de l’état des eaux, préalablement à l’adoption du SDAGE 2016-2021. Pour le degré d’exposition, les données sont obtenues à partir des projections de changement climatique et d’évolution des débits des cours d’eau, produites dans le cadre du projet « Explore 2070 », conduit par le ministère en charge de l’Ecologie (MEDDE, 2012).

16Le traitement de données à l’échelle des sous-bassins versants du bassin Adour-Garonne masquent évidemment des spécificités locales. Les modifications pour les lacs de la pointe du Médoc jusqu’à l’embouchure de l’Adour seront nombreuses, sans qu’il soit possible actuellement de bien les caractériser pour l’avenir, faute de données disponibles à cette échelle. La dynamique locale des précipitations et des régimes hydriques, les hauteurs et volumes d’eau du fait de l’évaporation, la température des eaux, la stratification thermique et chimique de la colonne d’eau, la dynamique de mélange, ou encore la disponibilité en nutriments sont autant de composantes susceptibles d’évoluer.

17MétéoFrance (2017) a pu estimer l’occurrence des sécheresses décennales des sols à l’horizon 2050 : sur la façade littorale du bassin à l’automne, la sécheresse sévère d’aujourd’hui se produirait 7 à 8 années sur 10 (voir figure 3).

Figure 3- Occurrence des sécheresses décennales des sols, à l’horizon 2050 (source : Météofrance)

Figure 3- Occurrence des sécheresses décennales des sols, à l’horizon 2050 (source : Météofrance)

18L’agence de l’eau Adour-Garonne, accompagnée par le conseil scientifique du comité de bassin (Agence de l’eau Adour-Garonne, 2014) fait l’hypothèse que ces incidences pour les sols et pour la ressource en eau auront des conséquences sur la qualité de l’eau et sur la biodiversité de ces milieux : déficit hydrique, tendance à l’assèchement des zones humides, développement de cyanobactéries, prolifération d’espèces invasives … Aucune méthode simple d’évaluation n’a pu être mobilisée à ce stade pour caractériser plus finement ces évolutions. Le rapport AcclimaTerra sous la direction d’Hervé le Treut, indique que les dynamiques fonctionnelles de ces espaces, à l’interface entre milieux terrestres et aquatiques, sont menacées par le changement climatique (Le Treut, 2018).

19L’Agence de l’eau Adour-Garonne a cependant approché la vulnérabilité des zones humides en caractérisant leur aptitude à conserver une biodiversité remarquable mais le risque de dégradation des autres services écosystémiques (rôle de régulation hydrologique et rôle d’autoépuration notamment) qu’elles rendent n’a pas pu être estimé. La vulnérabilité est déterminée ici principalement par l’accroissement du déficit hydrique (rapport entre précipitations et évapotranspiration). On s’aperçoit que la façade littorale, comme les Pyrénées, sont particulièrement vulnérables (zone en rose sur la figure 4).

Figure 4- Vulnérabilité des zones humides et de la biodiversité inféodée face au changement climatique (source AEAG)

Figure 4- Vulnérabilité des zones humides et de la biodiversité inféodée face au changement climatique (source AEAG)

20Selon ces projections, ces écosystèmes seront donc fragilisés. La préservation de ces espaces constitue donc un enjeu primordial pour le territoire, le rapport AcclimaTerra, sous la direction d’Hervé le Treut (2018), parlant de co-évolution des systèmes humains avec les systèmes naturels. En effet, dans ce contexte, la gestion des usages, eux aussi en profondes mutations (développement urbain et touristique, modification de l’usage des sols agricoles …) risque de devenir conflictuelle et les tensions pourraient être exacerbées. La vision partagée des enjeux, la gestion concertée de ces territoires et la définition de stratégies d’adaptation apparaissent comme des axes majeurs pour réduire la vulnérabilité de ces espaces particulièrement remarquables.

S’adapter et anticiper ces évolutions

21En complément de l’atténuation qui consiste à limiter l’ampleur du changement en réduisant les gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, allant donc bien au-delà du bassin Adour-Garonne, l’adaptation permet de limiter à différentes échelles locales les dégâts éventuels (bassin versant, territoire d’un Sage par exemple) en réduisant la vulnérabilité des territoires. Elle dispose de deux piliers complémentaires : favoriser la résilience face aux évènements extrêmes comme la sécheresse ou les crues et anticiper des changements progressifs, allant de l’ajustement à la transformation profonde. Van Gameren et al. (2014), après avoir réalisé une revue bibliographique, distinguent souvent l’adaptation spontanée de l’adaptation planifiée. La première est dite autonome et correspond à des initiatives le plus souvent individuelles en réaction à des changements effectifs. La seconde est le résultat d’une décision politique, de façon le plus souvent anticipative face à des changements futurs. Il s’agit alors d’élaborer des stratégies, des plans, des lois, ou des incitations. Aussi, le comité de bassin Adour-Garonne (ou parlement de l’eau) a défini un plan d’adaptation au changement climatique qui poursuit 4 objectifs majeurs à l’échelle du bassin Adour-Garonne dans son ensemble :

  • Vivre avec moins d’eau dans nos rivières et faire face à des sécheresses plus fréquentes ;

  • Réduire les pollutions pour disposer d’une eau de qualité ;

  • Accompagner l’évolution de la biodiversité soumise à un climat plus chaud et plus sec ;

  • Réduire les impacts des évènements extrêmes comme les inondations, la submersion marine ou l’érosion des côtes.

22Ce plan vise à renforcer la résilience de ces territoires et développer une sobriété vis-à-vis de l’eau. Il participe d’une vision longitudinale et temporelle des eaux de surface, allant des têtes de bassins versants jusqu’à l’océan, souvent tributaire des eaux continentales. Une multitude de mesures d’adaptation peut être mise en œuvre à différentes échelles et par tout type d’acteurs pour contribuer aux objectifs précités. Le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne offre un panel de mesures qui doit donner à chacun l’envie d’agir car nous sommes encore dans le temps des décisions positives. Ces mesures se fondent sur les principes généraux suivants :

  • Définir les enjeux et priorités du bassin, et faire jouer le principe de subsidiarité auprès des acteurs des territoires pour ce qui relève d’enjeux locaux (sous-bassins versants) : chaque territoire fera le choix des mesures les plus adaptées (en particulier, au travers des SAGE et PTGE, déjà cités) ;

  • Agir dès maintenant en faisant connaître les risques encourus et les leviers d’action et en mettant en œuvre partout des mesures de bon sens comme la lutte contre le gaspillage et la sensibilisation à la préservation de la biodiversité. Néanmoins, ces actions génériques ne seront pas suffisantes sur les territoires les plus vulnérables ;

  • Se préparer à vivre dans un monde différent impose des choix et des renoncements. Face aux enjeux, les mesures dites « d’ajustement » ne seront pas suffisantes dans bien des cas : agir plus vite et plus fort signifie aussi envisager des transformations véritables ;

  • Favoriser et choisir en priorité des mesures aux bénéfices multiples qui auront des impacts positifs sur plusieurs aspects environnementaux, voire économiques. Les mesures d’adaptation peuvent par exemple être aussi favorables à l’atténuation du changement climatique ou à la biodiversité, comme le maintien des prairies permanentes par exemple ;

  • Éviter la « mal-adaptation » c’est-à-dire « les fausses bonnes idées ». Il s’agit de mesures d’adaptation qui paradoxalement peuvent entrainer des effets négatifs (sur l’atténuation par exemple) aussi graves que les effets induits par le climat ;

  • Privilégier les actions à la source, au travers des modes de vie et de production sobres et propres ;

  • S’appuyer sur la diversité et la complémentarité des mesures, à la fois pour limiter la vulnérabilité en univers incertain, et pour favoriser l’atteinte de l’objectif, en « dosant » la nature et l’intensité des mesures à mettre en œuvre ;

  • Privilégier des mesures flexibles et réversibles en étant capable d’infléchir rapidement les mesures en fonction de leurs effets. Il convient d’éviter autant que possible des mesures irréversibles qui limitent « l’agilité » et d’évaluer, en continu, l’efficacité des actions ;

  • Innover et expérimenter pour faire face à l’ampleur des enjeux : tester des pratiques en « rupture », afin d’en apprécier l’efficacité et les conditions de mise en œuvre.

23Le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne s’adresse à tous, citoyens, collectivités ou acteurs économiques. Il préconise en effet de s’engager sans plus attendre vers un modèle de développement qui soit plus économe en ressource et moins polluant, au travers de 3 catégories de mesures :

  • Des actions de gestion et d’organisation dites « douces », immatérielles et le plus souvent institutionnelles : favoriser la gouvernance locale, insister pour que la planification urbaine (plan d’urbanisme) intègre mieux l’eau, soutenir la recherche et l’innovation. Le principal défi consiste à conserver et développer une capacité collective (instance de régulation) à mettre en œuvre des solutions adaptées aux différents contextes, tout en gardant une vision globale et intégrée de leurs interactions et de leur cohérence. Plus que jamais, il faut intégrer la gestion de l’eau comme l’un des composants du développement territorial. L’eau sera, dans les décennies à venir, un atout incontournable pour les territoires ;

  • Des mesures qui font appel à la nature : verdir les villes, préserver les zones humides, restaurer les berges des cours d’eau, instaurer des zones d’expansion de crues. Miser sur la nature et renforcer, grâce à l’ingénierie écologique, la résilience des milieux naturels aux changements climatiques constituent une partie de la solution. Par leur diversité, leur pouvoir auto-épurateur et leur capacité tampon, les écosystèmes aquatiques et humides et les sols jouent un rôle important dans la qualité de l’eau et sa régulation à l’échelle des bassins versants. Développer des territoires diversifiés en termes de systèmes agricoles et paysagers, promouvoir les infrastructures agro-écologiques, généraliser les trames vertes et bleues sont une manière de bien nous préparer aux enjeux du changement climatique. Favoriser l’infiltration et la rétention de l’eau dans des sols vivants contribue à réguler les écoulements, à retarder de quelques jours l’entrée des sols en périodes de sécheresse et à limiter l’impact de certaines inondations. Toute stratégie basée sur la diversité et sur la préservation d’habitats fonctionnels sera gagnante ;

  • Des mesures nécessitant des infrastructures et des équipements technologiques : créer des réserves en eau, installer des stations d’épuration plus performantes, recycler les eaux usées. Les ouvrages et les investissements matériels ont des coûts et des impacts environnementaux locaux qu’il faut d’abord mieux connaître pour pouvoir les mettre en regard des bénéfices attendus par le service qu’ils rendent. Il convient de voir, après vérification d’autres options, dans quelle mesure le projet retenu favorise l’intérêt général actuel et futur, dans le respect de la séquence « éviter, réduire, compenser » et d’une participation citoyenne « ré-inventée ».

24Le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne identifie un panel de mesures complémentaires les unes aux autres, de la responsabilité de tous. Le plan offre aux gestionnaires des territoires, et notamment ceux de la façade littorale aquitaine, des propositions d’actions ciblées dans le domaine de l’eau : les acteurs locaux, conscients des enjeux qui concernent les lacs et les zones humides qui y sont associées, sauront trouver leurs propres solutions en s’inspirant des mesures proposées dans ce plan, pour bâtir leur programme d’actions opérationnel et ainsi faire face aux événements climatiques extrêmes comme aux mutations profondes et progressives. En parallèle, il apparaît essentiel de poursuivre l’approfondissement des connaissances et de suivre sur le long terme les trajectoires de ces espaces singuliers que sont les lacs aquitains. A l’avenir, il faut pouvoir disposer d’outils et d’indicateurs pour identifier les transformations de ces milieux et des usages qui en dépendent, et « d’entreprendre l’évaluation de ces socioécosystèmes particuliers, à la fois en termes de patrimoine biologique et de services délivrés à la société » (Le Treut, 2018).

25S’adapter requiert du courage, la remise en cause de certaines pratiques, le recours accru aux services des écosystèmes naturels mais aussi la création d’infrastructures et sans doute le renoncement à certains usages. La fédération des énergies et des moyens pour apporter une réponse à la hauteur des enjeux constitue le levier préalable pour réduire la vulnérabilité des espaces particulièrement remarquables et attractifs que représentent les lacs aquitains.

Haut de page

Bibliographie

ADEME. (2013). Indicateurs de vulnérabilité d'un territoire au changement climatique : recueil de littérature internationale, 63 p.

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/indicateurs-vulnerabilite-territoire-changement-climatique-7406.pdf

Agence de l’eau Adour-Garonne. (2014a). Eau et changements climatiques en Adour-Garonne- les enjeux pour la ressources, les usages et les milieux, 19 p. https://www.eau-grandsudouest.fr/sites/default/files/2020-10/CCEau_changements_climatiques_oct2014.pdf

Agence de l’eau Adour-Garonne. (2014b). Garonne 2050 - Etude prospective sur les besoins et les ressources en eau à l'échelle du bassin Adour-Garonne. Rapport final, 68 p https://fr.calameo.com/books/000222592c0f5b1cbe882

Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse. (2013). Etude de caractérisation des vulnérabilités du bassin Rhône-Méditerranée aux incidences du changement climatique dans le domaine de l’eau, 49 p.

https://www.eaurmc.fr/jcms/dma_40410/fr/etude-de-caracterisation-des-vulnerabilites-du-bassin-rhone-mediterranee-aux-incidences-du-changement-climatique-dans-le-domaine-de-l-eau

Arevalo, E., Lassalle, G., Tétard, S., Maire, A., Sauquet, E., Lambert, P., Paumier, A., Villeneuve, B., Drouineau, H. (2020). An innovative bivariate approach to detect joint temporal trends in environmental conditions: Application to large French rivers and diadromous fish. Science of The Total Environment, 748, 141260.

https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.141260

Boé, J. (2007). Changement global et cycle hydrologique : une étude de régionalisation sur la France. Climatologie. Université Paul Sabatier - Toulouse III, 256 p.

Bernon, N., Mugica, J., Le Cozannet, G., Maspataud, A. (2017). Cartographie de la vulnérabilité du littoral au recul du trait de côte dans un contexte de changement climatique à l’échelle du bassin Adour-Garonne. Rapport final. BRGM/RP-67395-FR, 96p., 57 ill.,8tab, 1 ann.

Bertrin, V. (2018). Écologie et déterminisme physique des peuplements de macrophytes dans les lacs naturels peu profonds—Application aux grands lacs du littoral aquitain de Carcans-Hourtin, Lacanau, Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse (Gironde, Landes). Université de Bordeaux.

Caballero, Y., Voirin‐Morel, S., Habets, F., Noilhan, J., LeMoigne, P., Lehenaff, A., Boone, A. (2007). Hydrological sensitivity of the Adour-Garonne river basin to climate change. Water Resources Research, 43(7). https://doi.org/10.1029/2005WR004192

Dayon, G. (2015). Evolution du cycle hydrologique continental en France au cours des prochaines décennies Hydrologie. Université Paul Sabatier Toulouse III, 223 p.

Giuntoli, I., Renard, B., Vidal, J.-P., Bard, A. (2013). Low flows in France and their relationship to large-scale climate indices. Journal of Hydrology, 482, 105–118

Jamoneau, A., Boutry, S., Vedrenne, J., Mazzella, N., Funosas-Planas, D., Bourguetou, G. (2019). Dynamiques écologiques des lacs du littoral aquitain – physico-chimie du lac de Parentis-Biscarrosse, Dynamiques environnementales, 44.

Le Treut, H. (dir). (2018). AcclimaTerra. Anticiper les changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine. Pour agir dans les territoires. Éditions Région Nouvelle-Aquitaine, 488 p.

http://www.acclimaterra.fr/uploads/2018/05/Rapport-AcclimaTerra.pdf

Moreira, S., Laplace-Treyture, C., Pickhahn, L., Jamoneau., A., Eon. M. (2019). Dispositif CYANALERT : un système de surveillance et d’alerte des proliférations de cyanobactéries sur les plans d’eau du Born (Landes), Dynamiques environnementales, 44.

MEDDE - ministère de l’écologie, de développement durable et de l’énergie (2012). Explore 2070, Rapport final du lot hydrologie de surface, 53p.: https://professionnels.ofb.fr/fr/node/44

Plat, E., Vincent, M., Lenôtre, N., Peinturier, C., Poupat, B., Dorelon, P., Chassagneux, P., Kazmierczak, J.B., Salagnac, J.L., Gerin, S., Nussbaum, R., Chemitte, J. (2009) - Estimation des coûts du changement climatique liés à l’aléa retrait-gonflement – Rapport final du Groupe de Travail Risques Naturels, Assurances et Changement Climatique. BRGM/RP-56771-FR, 62 p., 28 ill. http://infoterre.brgm.fr/rapports/RP-56771-FR.pdf

MétéoFrance. (2017). Étude Changement Climatique et assèchement des sols, 55p.

Prats, J., Danis, P.-A. (2019). An epilimnion and hypolimnion temperature model based on air temperature and lake characteristics. Knowledge & Management of Aquatic Ecosystems, 420, 8. https://doi.org/10.1051/kmae/2019001

Sauquet, E., Dupeyrat, A., Hendrickx, F., Perrin, C., Samie, R., et al. (2009) Imagine 2030- climat et aménagement de la Garonne : quelles incertitudes sur la ressource en eau en 2030 ? Irstea, 149p.

Tisseuil, C., Vrac, M., Grenouillet, G., Wade, A. J., Gevrey, M., Oberdorff, T., Grodwohl, J.-B., Lek, S. (2012). Strengthening the link between climate, hydrological and species distribution modeling to assess the impacts of climate change on freshwater biodiversity. Science of The Total Environment, 424, 193–201.

https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2012.02.035

Van Gameren, V., Weikmans, R., Zaccai, E. (2014). L’adaptation au changement climatique, La découverte, 128 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5320/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 1- L’évolution de l’évapotranspiration, facteur clé de l’évolution de la ressource en eau (source : traitement AEAG à partir des données de l’étude nationale Explore 2070)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Figure 2- Le croisement des degrés de sensibilité et d’exposition permet d’obtenir le degré de vulnérabilité du territoire
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Figure 3- Occurrence des sécheresses décennales des sols, à l’horizon 2050 (source : Météofrance)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5320/img-5.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 4- Vulnérabilité des zones humides et de la biodiversité inféodée face au changement climatique (source AEAG)
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/5320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Goulard, Jean Pierre Rebillard et Guillaume Bourguetou, « Le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne : prévoir pour réduire la vulnérabilité des territoires »Dynamiques environnementales, 43-44 | 2019, 269-281.

Référence électronique

Françoise Goulard, Jean Pierre Rebillard et Guillaume Bourguetou, « Le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne : prévoir pour réduire la vulnérabilité des territoires »Dynamiques environnementales [En ligne], 43-44 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/5320 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.5320

Haut de page

Auteurs

Françoise Goulard

Agence de l’eau Adour Garonne, Direction Planif

ication, Evaluation Programme, Prospective, Etudes et Recherche

francoise.goulard@eau-adour-garonne.fr

Jean Pierre Rebillard

Agence de l’eau Adour Garonne, Mission Surveillance et Réseaux

jean-pierre.rebillard@eau-adour-garonne.fr

Guillaume Bourguetou

Agence de l’eau Adour Garonne, Mission Surveillance et Réseaux

guillaume.bourguetou@eau-adour-garonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search