Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-44Concilier enjeux, usages et biodi...En un demi-siècle, quelles évolut...

Concilier enjeux, usages et biodiversité des plans d'eau

En un demi-siècle, quelles évolutions des analyses, regards et représentations sur les plans d'eau douce du littoral aquitain ?

In half a century, what changes in the analyses, views and representations of the freshwater coastal areas of Aquitaine?
Alain Dutartre et Jean-Pierre Rebillard
p. 281-307

Résumés

Le développement touristique du littoral aquitain engagé depuis le début des années 70 a considérablement modifié la fréquentation et les usages des lacs et de nombre des étangs d'eau douce de ce territoire. Ce développement s'est accompagné de profondes modifications des regards portés sur ces plans d'eau, d'une forte augmentation des connaissances sur leur fonctionnement écologique, de la mise en place de collectivités publiques de gestion efficaces à l'échelle des bassins versants et d'une prise en compte croissante de la très importante qualité de ce patrimoine naturel et des nécessités et des enjeux de sa protection dans le contexte du changement climatique.

Haut de page

Texte intégral

1L'avis d'un scientifique, usager et consommateur, tout à la fois, à propos de la qualité des eaux du lac de Carcans-Hourtin en 1895 :

2"L'eau du lac de Hourtins est jaunâtre et absolument imbuvable, aussi étions-nous forcés, durant l'expédition sur le lac comme à l'auberge du bourg, de ne boire que du vin et encore était-il de qualité fort médiocre."

3Émile Belloc (In Belloc E., 1895. Lacs littoraux du golfe de Gascogne. Flore algologique. Association pour l'Avancement des Sciences, 24e session, Bordeaux, 2, 605-615.).

Un historique des perceptions des plans d’eau

Les plans d’eau du littoral aquitain

4La très particulière diversité de plans d'eau, lacs et étangs d'eau douce, du littoral aquitain, longuement étalés sur près de 200 km entre les estuaires de la Gironde et de l'Adour, est aujourd'hui devenue un objet écologique et patrimonial d'une importance exceptionnelle, à l'échelle régionale, sinon largement au-delà. Il n'en était évidemment pas évalué de même au cours des décennies passées et un historique s'impose pour mieux en exposer la très spécifique évolution.

5Installés derrière un cordon dunaire littoral depuis un temps que l'on peut juger assez court à l'échelle géologique, certains d'entre eux ont subi dans les quelques derniers siècles de très fortes modifications de caractéristiques (superficie, profondeur, mode d'écoulement). D'autres sont toujours soumis à d'importants apports sédimentaires de leurs bassins versants, à des fluctuations de niveaux quelquefois importants au regard de leurs assez faibles profondeurs ou à des colonisations végétales rapides. Il s'agit de paysages aquatiques dont les modifications des modelés des rivages et des structures végétales peuvent être suffisamment rapides pour être très perceptibles à l'échelle d'une vie humaine, ce qui n'est généralement pas le cas pour de nombreux lacs naturels.

6Jusqu'à la fin du 19ième siècle, cette partie du territoire aquitain est demeurée peu peuplée, sans agglomérations locales importantes, subissant la forte transformation du paysage forestier engagée depuis plus d'un siècle après la fixation des dunes littorales suivie du développement de la forêt de pins maritimes.

7Dans ce contexte, les plans d'eau ont été uniquement utilisés comme des éléments de nature aux intérêts et usages locaux traditionnels tels que la pêche ou la chasse. Ils ont cependant fait l'objet de premières explorations scientifiques comme celles de Belloc (1895), portant plus particulièrement sur la flore algologique, et de Delebecque (1898) dans son ouvrage général sur les lacs français. Delebecque en fait d'ailleurs la description suivante : une "longue série des nappes d'eau du littoral landais, dans les départements de la Gironde et des Landes, dont quelques-unes, assez improprement désignés comme étangs sur les cartes, sont très vastes, quoique pas très profondes" (page 9). Un peu auparavant était parue la monographie de Forel (1892) consacré au lac Léman. Ces ouvrages importants participant à une large découverte de la limnologie ont été suivis de divers travaux français sur les lacs dont les plus connus sont ceux de Magnin (1904), sur 74 lacs jurassiens, et de Leroux (1907-1908) sur le lac d'Annecy.

Quelles évolutions des perceptions sur les milieux aquatiques ?

8Ces acquis scientifiques devenaient disponibles alors que les regards portés sur différents grands lacs de montagne avaient déjà fortement évolué et, par exemple, dans son article "Qu'est-ce qu'un lac ?", Vernex (1998) dresse un panorama historique de ces représentations en en proposant trois périodes successives.

9La première, qu'il situe dans la société préindustrielle, est celle où un lac semblait seulement utilitaire et fonctionnel, permettant de satisfaire certains des besoins humains fondamentaux (dont "se nourrir").

10Située "au tournant du 18ème - 19ème siècles", la deuxième période serait liée au courant romantique prenant en compte "la valeur esthétique et contemplative du plan d'eau" qui, selon lui, fait émerger "une identité forte des lacs". L'auteur y liste un certain nombre de citations d'œuvres littéraires de l'époque portant sur les représentations des eaux où s'associent imaginaire, méditation, etc., conduisant à "la construction d'une image patrimoniale des lacs".

11La dernière période qui conduit jusqu'à nos jours est celle où le plan d'eau est devenu "centre de plaisirs, de pratiques, de préoccupations et d'enjeux multiples, conduisant à une approche rationnelle et sectorielle". Elle a amené au développement de multiples usages, peut-être au détriment de la contemplation ou du ressourcement, mais nous oblige à élaborer des démarches d'aménagement de ces milieux prenant en compte, pour mieux le protéger, l'ensemble de ce patrimoine naturel.

12Dans son étude de cas du lac d'Annecy, le même Vernex (1989) présente un exemple d'évolution des pratiques de loisirs dans cet "espace littoral lacustre". Après un démarrage d'activités touristiques en toute fin du 19ème siècle s'est poursuivi dans les décennies suivantes un très fort développement de la fréquentation estivale, dont une partie est liée au développement des réseaux de communication. Il s'agit en particulier du chemin de fer aux lignes progressivement mises en place depuis le milieu du 19ème siècle facilitant les accès depuis les villes proches. Par exemple, le lac du Bourget a été relié à Chambéry en 1838 et le lac d'Aiguebelette a été desservi par une ligne à partir de 1884 (Rudzewicz et al., 2020).

13Un autre facteur favorable à ce développement est la possibilité d'urbanisation et d'aménagement des rives liée en particulier à la nature, la stabilité de leurs sols.

14Vernex (1989) indique également que le développement ultérieur des pratiques de loisirs sur le lac d'Annecy s'est fait en concurrence avec l'urbanisation et la privatisation partielle des rives du lac. Dans la seconde moitié du 20ième siècle, le plan d'eau et ses rives sont ainsi devenus le véritable support d'un espace de loisirs, devant amener à des réévaluations des règlementations et des principes d'aménagement et de partage des activités et des usages.

15En matière de représentation, il note que, dans un premier temps, le lac constituait seulement un élément d'un ensemble paysager englobant montagnes et plan d'eau, un élément de décor sans attraction spécifique. C'est aussi ce que signalent Rudzewicz et al. (2020) dans leur analyse appliquée au lac d’Aiguebelette de la manière dont les activités touristiques pouvaient influer sur le paysage : "Le lac d’Aiguebelette est un lac de piedmont d’origine glaciaire ; il s’insère donc dans un espace situé au pied d’une montagne et entretient des rapports étroits avec celle-ci. C’est en se basant sur ce relief que l’on situe l’analyse du paysage, inscrivant le lac dans un cadre de verdure".

16Le développement touristique du littoral aquitain, incluant le rivage océanique et les plans d'eau, a suivi une trajectoire notablement différente. Si, depuis le milieu du 19ième siècle, le développement des réseaux de chemin de fer avait, comme dans d'autres régions, facilité l'accessibilité à des stations balnéaires, dans le cas présent Soulac, Arcachon, Hossegor ou Capbreton, les plans d'eau eux-mêmes sont assez longtemps restés à l'écart des regards et du développement.

Quelles perceptions des plans d'eau du littoral aquitain ?

17Officiellement consacré comme Côte d'Argent en 1907 (Martin, 1911), le littoral océanique entre les embouchures de la Gironde et de la Bidassoa était devenu une entité touristique reconnue. Un déclencheur d'un certain intérêt touristique se portant sur les milieux aquatiques en retrait de la côte a été cette courte publication de Maurice Martin (1911) relatant la descente du courant d'Huchet, site désormais classé en Réserve Naturelle de même que la partie Ouest de l'étang de Léon. La description tout à fait romantique qui est faite de cette exploration en compagnie de trois écrivains de l'époque, Gabriele d'Annunzio, J. H. Rosny jeune, et Paul Margueritte, a attiré l'attention sur cette partie du sud des Landes.

18Cela nous semble assez correspondre, quoique d'une manière un peu décalée, à la deuxième période des représentations des lacs (la période romantique) présentée par Vernex (1998).

19Notons que ce site emblématique du tourisme du sud des Landes a fait l'objet d'une analyse historique de Gonot & Tran (2011) : "Aux confins de l'Amazonie landaise".

20Les mêmes auteurs, Gonot & Tran (2010), dans un bilan antérieur de la diversité et de la qualité des paysages des zones humides d'Aquitaine, présentent une analyse rétrospective des évolutions du massif landais vers la forêt actuelle. Ils y citent de manière secondaire les plans d'eau eux-mêmes, "très ordinaires au plan hydrologique", les considérant dans leur analyse paysagère comme des simples témoins de la vaste zone humide toujours bien présente, "même si elle est cachée dans le paysage forestier".

21Ainsi, les plans d'eau du littoral, miroirs d'eau plus ou moins étendus, entourés de forêts aux seuls reliefs dunaires peu élevés à l'ouest, sans apparemment d'attrait paysager évident, sont-ils longtemps restés sans développement particulier d'usages touristiques. Dans leur présentation historique très illustrée des lacs, étangs et courant du littoral aquitain, Fénié et Taillentou (2006) rappellent toutefois que le caractère naturel, voire encore sauvage, de certains de ces plans d'eau et de leurs paysages avait depuis les années 1920 exercé un intérêt touristique croissant, en particulier dans la partie sud de ce territoire.

22Jusque dans les années 1960, les ressources locales de cette partie du territoire aquitain sont donc restées principalement issues de l'agriculture et de la sylviculture. C'est toutefois durant cette décennie qu'une évolution majeure s'est produite. Il s'est agi du lancement d'un très important développement touristique sur cet ensemble littoral.

La mise en place d'un programme d'aménagement de ce territoire

Un basculement

23Ainsi que l'indique le document du GIP Littoral Aquitain (2015), après un premier programme de développement dans le Département des Landes à partir de 1962, et la création en 1966 d'un Groupement Interministériel d’Études pour l’aménagement de la Côte Aquitaine, a été mise en place, le 20 octobre 1967, la Mission Interministérielle pour l'Aménagement de la Côte Aquitaine ou MIACA.

24Cette mission était une des conséquences de la création en 1963 de la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (DATAR) chargée de la mise en œuvre d'une politique nationale d'aménagement et de développement du territoire.

25Notons qu'un programme de même nature de la DATAR a concerné le Languedoc-Roussillon entre le milieu des années 60 et la fin des années 80, avec l'aménagement de stations touristiques littorales (Bodiguel, 2006 ; Delorme, 2022). Dans cette région, il s'agissait également de développer le tourisme d'une zone littorale au "caractère sauvage et inhospitalier" (Delorme, 2022) mais présentant de vastes plages adaptées à l'accueil de vacanciers.

26Chargée de "définir les conditions générales d’aménagement touristique du littoral" et "d’en déterminer les moyens d’exécution et d’en suivre la réalisation", la MIACA a déterminé deux zones d’intervention, l'une, prioritaire, littorale et lacustre, pour des interventions généralisées, l'autre, dans "l’arrière-pays", pour des actions localisées. Dès le départ, le projet était en effet de ne pas travailler seulement sur la frange littorale du territoire mais bien sur une "côte épaisse", un territoire d'une largeur de 30 km : son objectif était explicitement d'éviter une surexploitation du littoral pouvant engendrer une désertification de l’arrière-pays.

27Et c'est ainsi que l'ensemble des zones humides et des plans d'eau situé en arrière du cordon dunaire s'est retrouvé pleinement intégré dans ce programme global d'aménagement régional.

28A la demande de la MIACA, diverses études préalables ont été réalisées par des organismes tels que l’Office National des Forêts (ONF), le BRGM, ou encore le Muséum d’Histoire Naturelle, à qui, par exemple, ont été demandées des évaluations des richesses biologiques du territoire et des propositions de protection de certaines de ses parties (MNHN, 1967 ; 1971).

Les plans d'eau comme objets particuliers du développement

29En parallèle, dès le début des années 70, les plans d'eau ont fait l'objet de deux demandes spécifiques de la MIACA.

30L'une a porté sur la définition d'un programme de lutte contre le comblement de trois plans d'eau de taille moyenne jugés à l'époque les plus sensibles à ce phénomène, c’est-à-dire les étangs de Aureilhan, Léon et Soustons. Cette évolution des plans d'eau du littoral était déjà citée dans l'ouvrage de Joanne (1869) consacré au département des Landes ("Au pied des dunes, de nombreux étangs forment une longue ligne parallèle au rivage"). Dans la partie de description de l'hydrographie portant sur le "Bassin des Étangs", il est noté que "les étangs diminuent" (page 27). Des exemples de plans d'eau récemment asséchés ou devant disparaître "bientôt" sont indiqués mais cette diminution ("Tous enfin baissent naturellement depuis la fixation des dunes") est attribuée à l'infiltration des eaux à travers les sables, à l'évapotranspiration et à l'évaporation et non aux apports sableux des bassins versants.

31Réalisé en 1973 et 1974 par le CTGREF (devenu Cemagref et maintenant INRAE), ce programme de lutte contre le comblement a débouché sur des propositions d'aménagement, comportant une régulation des apports sédimentaires du bassin versant et des dragages (CTGREF, 1975). Il a comporté des suivis hydrologiques des affluents des plans d'eau et des évaluations de ces apports qui ont pu s'appuyer sur les données et informations recueillies par des travaux de thèses engagés à la fin des années 1960 par l'Université de Bordeaux sur les bassins versants de ces plans d'eau, comme par exemple pour les étangs d'Aureilhan et de Soustons les thèses de Hubert (1967) et de Julien (1968).

32L'autre demande a concerné les quatre plus grands plans d'eau (Carcans-Hourtin, Lacanau, Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse) pour un bilan de ce qui était alors dénommé "état de santé", en lien direct avec les utilisations touristiques possibles de ces lacs en termes de plaisance, de baignade, etc. Des suivis réguliers de la qualité des eaux et des sédiments ont été mis en place à partir de 1970. Réalisés par le CTGREF, ils portaient sur les teneurs en nutriments et en divers contaminants (métaux, pesticides) mais aussi sur les teneurs des eaux en chlorophylle et sur la production primaire algale.

33Ces suivis réguliers ont été financés jusqu'en 1978 par la MIACA. A partir de 1980, l'Agence de l'Eau Adour-Garonne en a ensuite pris la responsabilité. Ils ont permis d'évaluer cet "état de santé" et de comparer ces quatre lacs en termes de qualité physico-chimique et biologique. Des risques variables d'eutrophisation de ces plans d'eau ont ainsi été identifiés.

34Différents rapports techniques produits dans le cadre de ces suivis ont servi d'informations en direction des pouvoirs publics pour rappeler les mesures souhaitables pour réduire ces risques d'eutrophisation, en agissant en particulier sur les bassins versants des plans d'eau. Ils ont permis d'attirer une attention spécifique sur le cas du lac de Parentis-Biscarrosse, aux conditions trophiques nettement dégradées par rapport aux autres, avec de fortes productions primaires algales, la présence régulière de développements de cyanobactéries et une importante désoxygénation estivale de ses zones profondes. Des conditions peu compatibles avec un développement touristique harmonieux.

35Cette alerte a été confirmée par une étude plus précise du lac et de son bassin versant en 1984-1985, permettant notamment d'évaluer les apports de phosphore au lac, dont une part importante était alors d'origine industrielle. Des réunions de travail tenues de 1985 à 1988 sur la programmation d'actions devant améliorer la qualité écologique du lac, entre les collectivités locales, le Département des Landes, la Région Aquitaine, l'Agence de l'Eau Adour-Garonne et la Délégation régionale du Ministère de l'Environnement, ont abouti à la signature entre ces partenaires d'un Contrat de lac, similaire à ce qui était à l'époque envisagé en métropole pour les cours d'eau.

36Mené jusqu'en 1993, ce Contrat de lac a comporté des programmes coordonnés sur la réduction des pollutions du bassin versant (épuration des eaux usées des agglomérations et des industries), l'aménagement des cours d'eau, la gestion quantitative du lac (régulation des niveaux des eaux) et un suivi scientifique ad hoc. Son bilan financier a été estimé à près de 10 millions d'euros.

37Compte tenu de l'inertie physique et écologique d'un tel plan d'eau (avec un volume moyen d'environ 240 millions de m3), les résultats de ces interventions n'ont pas été très rapidement visibles et un suivi estival annuel a été ensuite poursuivi pour percevoir la progressive amélioration de l'état écologique du lac.

Les lacs et étangs du littoral, des zones humides d'intérêt écologique ?

38Les réflexions menées sur les intérêts et les valeurs des zones humides à l'échelle internationale depuis les années 60 avaient mené à la signature en 1971 de la convention de Ramsar, ratifiée par la France en 1986 (Derex, 2006). A l'échelle nationale, des évaluations ont été réalisées en métropole durant les années 80, sur leur caractérisation et les pressions qu'elles subissaient (Cemagref, 1981), sur leur répartition (Mustin,1984), et sur leurs possibilités de valorisation agronomique (CESTA, 1986). Elles se sont poursuivies au début des années 90 par les publications d'un projet de programme de préservation des zones humides (Bazin, 1990), une synthèse de leurs typologies appliquées aux réserves naturelles de France (Barnaud, 1990), une évaluation de la faisabilité d'un observatoire (Lierdeman & Mermet. 1992), et de l'intérêt de ces zones pour la maitrise des ressources en eau (Barnaud, 1993).

39En Aquitaine, à partir des travaux du Muséum d’Histoire Naturelle de 1967 et 1971, les échanges entre naturalistes, chercheurs et institutionnels ont conduit à la réalisation en 1985 d'un colloque sur les zones humides du littoral aquitain organisé par la Direction Régionale à l'Architecture et à l'Environnement d'Aquitaine (Actes, 1986) et d'une publication présentant l'intérêt écologique et la fragilité des zones humides des Landes de Gascogne (GEREA, 1985).

40Les thèmes abordés lors du colloque ont surtout porté sur les questions de planification et de protection concernant en particulier le bassin d'Arcachon et l'estuaire de la Gironde, mais des questionnements sur la gestion des lacs littoraux, "milieux sensibles", ont, pour la première fois dans ces débats, été également abordés, notamment à partir d'informations provenant du suivi scientifique engagé dans le cadre du contrat de lac.

41La publication du GEREA, bureau d'étude intégré à cette époque à l'Université de Bordeaux, avait une destination pédagogique affichée, issue d'une collaboration entre l'Université et les ministères de l'Environnement et de l'Agriculture. Elle comporte un chapitre consacré aux "étangs et marais de l'arrière dune littorale" présentant l'évolution et la localisation de ces milieux, leur flore et leur faune, et, parmi leurs intérêts écologiques, ceux liés à l'avifaune migratrice d'Europe de l'Ouest.

Des journées techniques sur la gestion de ces plans d'eau

Un premier forum d'échanges entre usagers, gestionnaires et chercheurs sur leurs enjeux de gestion

42La concomitance entre les études menées sur l'état de santé des plans d'eau, dont les évaluations des risques d'eutrophisation et l'alerte sur la qualité du lac de Parentis-Biscarrosse, et ces réflexions plus globales sur les intérêts écologiques des zones humides et des plans d'eau, est venue alimenter les échanges entre partenaires institutionnels, techniques et scientifiques sur l'ensemble des questions de gestion qui pouvaient concerner les lacs et étangs.

43A partir de la fin des années 1970, une nouvelle problématique était venue s'ajouter aux réflexions, celle de la colonisation progressive de certains de ces plans d'eau par des plantes aquatiques exotiques qui y causaient des nuisances de plus en plus perceptibles. Elle avait d'ailleurs été une des raisons de la création par le Département des Landes en 1988 du Syndicat Mixte Géolandes aux compétences ciblant "la sauvegarde et la gestion des étangs landais".

44En 1991, cette dynamique d'échanges et l'accumulation d'informations de natures diverses sur tous ces sujets a conduit la Délégation de Bordeaux de l'Agence de l'Eau Adour-Garonne à constituer un groupe de travail destiné à organiser une manifestation pour faire le point sur les enjeux et les risques de la gestion de ces plans d'eau avec tous les partenaires régionaux.

45Réunissant des représentants des Conseils Généraux de Gironde et des Landes, des services régionaux de l'Etat, dont la DIREN, et d'autres organismes, comme le GEREA et le Cemagref, ce groupe de travail a défini un programme de conférences et a ensuite permis de produire un document d'Actes des deux Journées Techniques tenues les 14 et 15 mai 1992 (Collectif, 1994).

46Ces Journées ont permis de réunir au total une centaine de personnes, le premier jour en Gironde, à Carcans, le second à Soustons dans les Landes, pour présenter différentes interventions scientifiques et techniques organisées selon 9 thèmes et permettre des échanges avec des participants très divers. Dans l'objectif de dresser un panorama des connaissances et des enjeux concernant les étangs et les lacs, ces thèmes ont évidemment abordé leur description, leurs intérêts écologiques, les usages des bassins versants et des plans d'eau eux-mêmes (dont les usages traditionnels de pêche et de chasse), mais aussi les outils d'organisation règlementaire, les apports des bassins versants pouvant impacter les plans d'eau et les actions de gestion (lutte contre le comblement, régulation de la végétation aquatique, sites protégés).

47Les présentations sur les intérêts écologiques des plans d'eau et des milieux humides associés et la gestion de sites protégés ou faisant l'objet d'un intérêt particulier (thèmes 2 et 9) émanaient de synthèses rédigées par des groupes de travail spécifiques.

48L'évaluation des intérêts écologiques des milieux (état trophique, flore, amphibiens et reptiles, avifaune, rôle dans le système migratoire Ouest-Européen) a été dressée par un groupe réunissant des représentants du Cemagref, du GEREA, de la Fédération de Pêche et de Pisciculture de la Gironde et d'une Réserve Naturelle.

49La dizaine de sites faisant à l'époque l'objet d'interventions régulières de gestion comportait trois Réserves Naturelles (Cousseau, Courant d'Huchet, Etang Noir), des propriétés privées en bordure de deux plans d'eau gérées par la Fédération des Chasseurs des Landes, trois Réserves de chasse et une réserve nationale de la Faune (Arjuzanx) dans les Landes. La synthèse a présenté un bilan sur les travaux d'aménagement effectués, les interventions régulières d'entretien et les actions particulières concernant l'information et la sensibilisation des publics. Le groupe de travail constitué réunissait des représentants des Réserves naturelles, du Conseil Général des Landes, de la Fédération Départementale des Chasseurs des Landes, de la Fédération de Pêche et de Pisciculture de la Gironde et du Cemagref.

50Ces sites étaient alors considérés comme des éléments remarquables du patrimoine régional et sources de formation et de sensibilisation sur la gestion de l'environnement régional. A ce titre, ils ont été présentés dans ce bilan comme des embryons d'une gestion à développer sur l'ensemble du territoire, dans un contexte où "la pression humaine croissante et ses impacts sur la dégradation de l'environnement local et régional" faisaient "que les gestionnaires du développement touristique et des collectivités territoriales" commençaient "à réévaluer les objectifs de ce développement" (Collectif, 1994).

Un point d'étape important

51Ces deux Journées Techniques ont été la première manifestation à l'échelle du territoire concerné ayant permis de réunir tous les partenaires institutionnels, scientifiques et techniques de la gestion en cours de mise en place sur ces plans d'eau. Elles ont été le moment d'échanges directs des divers intervenants des conférences avec des groupes d'usagers pleinement concernés par les évolutions en cours, tels que pêcheurs, chasseurs, naturalistes, promeneurs. Cette première rencontre de personnes concernées par des questions similaires sur les différents plans d'eau mais pouvant être éloignées les unes des autres de près de 200 km, et donc souvent sans contacts professionnels directs, a aussi permis de leur transmettre à toutes les mêmes informations scientifiques et techniques émanant d'animateurs travaillant à l'échelle du territoire, ceci pour tenter d'asseoir un premier socle d'informations validées.

52Jusqu'alors, très peu de réseaux d'échanges d'informations entre ces partenaires existaient, mis à part des réseaux de contacts spécifiquement constitués pour répondre aux questions plus ou moins précises posées dans le contexte d'aménagement qui prévalait, soit sur des thématiques particulières (les risques de comblement de certains plans d'eau), soit sur des problématiques locales (la mauvaise qualité du lac de Parentis-Biscarrosse).

53Durant cette première période, les plans d'eau sont restés très fortement évalués comme des objets à aménager, à rendre compatibles avec le développement touristique régional souhaité, sans nécessairement chercher à élargir l'analyse à l'ensemble de leurs caractéristiques biologiques et écologiques. Il n'en était pas de même pour ce qui concernaient les zones humides, pour lesquelles les réflexions étaient déjà plus avancées, à l'échelle régionale comme à l'échelle nationale, ainsi que le montraient les échanges tenus lors du colloque sur les zones humides du littoral aquitain de 1985.

54Les documents et rapports techniques produits par les programmes de suivi de la qualité des eaux, les propositions d'aménagements spécifiques de certains plans d'eau ou le plan de gestion des plantes aquatiques réalisé en 1989 (Dutartre, Delarche & Dulong, 1989) à la demande de Géolandes ont eu des diffusions limitées en tant que littérature grise, sans valorisation ultérieure particulière.

55A notre connaissance, il en a été de même pour les deux rapports de synthèse "grand public" sur les plans d'eau landais de Paul Capdevielle (1982, 1984), président du Centre de Recherches et d'Études Scientifiques de Sanguinet (CRESS), engagé depuis le début des travaux de la MIACA dans une démarche de protection des lacs, dont en particulier celui de Cazaux-Sanguinet. Après avoir rédigé en 1982 pour le compte du Conseil Général des Landes un bilan de l'état de ces plans d'eau rappelant les enjeux et les moyens de régulation du comblement, de l'eutrophisation et des pollutions les concernant, il a également produit en 1984 une note à destination du Comité Économique et Social d'Aquitaine, sur leurs attraits touristiques et les nécessités de leur protection.

56Il semble bien difficile d'évaluer actuellement l'impact réel de tous ces documents, mais ils nous semblent avoir effectivement contribué à l'élargissement progressif des regards portés sur ces objets à modifier qu'étaient alors ces plans d'eau, tant sur les questions de qualité des eaux et des sédiments que sur celles portant sur la flore. En complément des interprétations des données acquises ou des propositions argumentées d'interventions, tous comportaient en effet des alertes quant aux risques de non-satisfactions des usages attendus à cause de la qualité dégradée des eaux ou à l'importance de la protection d'espèces ou d'habitats à l'intérêt patrimonial encore insuffisamment estimé.

57La progressivité des échanges et des réflexions intégrant de mieux en mieux des questions de fonctionnement écologique des milieux (même si la locution n'était pas utilisée) et des intérêts de leur intégration par rapport aux usages souhaités a permis en particulier d'obtenir une large adhésion des partenaires institutionnels et techniques sur la nécessité de limiter les impacts écologiques des aménagements afin de conserver autant que possible le caractère "naturel" des plans d'eau qui en restait le principal attrait touristique.

Des évolutions concomitantes de politiques publiques européennes et nationales

58A partir de la même époque, en parallèle de ces réflexions et échanges régionaux, d'importantes évolutions en matière de politiques publiques prenant en considération les intérêts environnementaux des territoires et des milieux aquatiques et humides se sont produites à l'échelle européenne, avec la mise en place du réseau Natura 2000 et de la Directive Cadre Européenne sur l'Eau, et à l'échelle nationale avec la loi sur l'eau de janvier 1992, créant une planification avec les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux.

59Réseau de sites naturels de l’Union Européenne désignés par chaque Etat membre pour la conservation des espèces et habitats naturels menacés, Natura 2000 est une application de deux directives européennes, celle sur les oiseaux datant de 1979 et celle sur les habitats de 1992, amenant respectivement à la création de zones de protection spéciale (ZPS) et de zones spéciales de conservation (ZSC). Son objectif est l’atteinte du bon état de conservation des habitats et des espèces des territoires concernés. Dans le territoire des lacs et des étangs, le réseau comporte différents sites de ZPS et intègre en ZSC les plans d'eau, leurs zones humides associées et les vallées de leurs affluents. Tous ces sites disposent de documents d'objectifs (DOCOB) validés qui définissent les modalités de gestion de ces territoires.

60La Directive européenne d'octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, communément dénommée DCE, a pour objectif général de protéger l'ensemble des milieux aquatiques en y maintenant ou en restaurant un "bon état". Ces milieux sont identifiés en "masses d'eau" sur lesquelles des évaluations d'état doivent être réalisées selon des protocoles adaptés, état chimique établi à partir d'analyses de substances prioritaires dangereuses, état écologique se référant à plusieurs éléments de qualité biologique (Reyjol, Spyratos & Basilico, 2013) (invertébrés benthiques, macrophytes et phytobenthos, phytoplancton et poissons) et aux altérations hydromorphologiques décelables.

61Pour les masses d’eau de surface, l'évaluation d'état est réalisée de manière régulière à partir de leur état chimique défini selon 2 classes de qualité et de leur état écologique, selon 5 classes. Elles sont qualifiées en bon état lorsque leurs états écologique et chimique sont au minimum "bons".

62Les plans d'eau d'une superficie supérieure à 50 ha sont des "masses d'eau" au sens de la DCE et font donc l'objet d'une telle évaluation de leur état écologique. Neuf des lacs et étangs du littoral sont concernés. Les résultats des dernières évaluations réalisées en 2015 accessibles dans le système d'information sur l'eau (SIE) sont les suivants : état écologique "bon" pour les lacs de Carcans-Hourtin et de Cazaux-Sanguinet et le petit étang de Biscarrosse, "moyen" pour les lacs de Lacanau et de Parentis-Biscarrosse et les étangs Blanc, de Léon et Aureilhan, "mauvais" pour l'étang de Soustons. L'identification des pressions de déclassement pour les plans d'eau classés en "moyen" et "mauvais" devrait faciliter la mise en œuvre des actions de restauration nécessaire pour obtenir à terme le bon état.

63En France métropolitaine, la loi sur l'eau de janvier 1992 a créé une planification avec les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) avec pour objectif une gestion équilibrée des ressources en eau.

64Le SDAGE est élaboré par les comités de bassin à l'échelle des grands bassins hydrographiques avec l'appui des travaux des Agences de l'Eau et des services du Ministère chargé de l'Environnement. Sur le bassin Adour-Garonne, le précédent SDAGE signé en 2015 définissant la politique de l’eau du bassin s'est appliqué à la période 2016-2021. Il intégrait pour la première fois les lacs et les étangs du littoral, indice du décalage subsistant entre les constats scientifiques élaborés depuis au moins deux décennies et les évolutions des politiques publiques à cette échelle de territoire. Accompagné de son programme de mesures (PDM) associé, le nouveau programme va concerner la période 2022-2027. Il fixe les objectifs de bon état des eaux et son PDM définit les actions à mettre en œuvre pour les atteindre. Ses orientations concernent à la fois l'amélioration de la gouvernance de cette vaste problématique, les aspects quantitatifs de la gestion des eaux, la préservation des fonctionnalités des milieux aquatiques et la réduction des pollutions.

65Le SDAGE sert de cadre général aux schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) pour des bassins versants de plus petite échelle. Outil de planification plus local, le SAGE est une démarche volontaire de concertation entre et avec les acteurs locaux, s'appuyant sur les travaux d'une Commission Locale de l'Eau (CLE), cherchant à concilier usages et protection des milieux aquatiques. La cohérence hydrographique fonctionnelle du territoire concerné en fait un outil très efficace de gestion des eaux et des milieux.

66Ces outils permanents de planification participent de fait à la mise en œuvre de la DCE et, à l'échelle des territoires, obligent les collectivités publiques à mettre en place une concertation continue entre acteurs locaux qui s'accompagne d'actions de gestion devant satisfaire les objectifs définis. Ils amènent aussi à des acquisitions régulières de données quantitatives et qualitatives à cette échelle territoriale sur les eaux et les communautés vivantes des milieux aquatiques. La constitution progressive constante d'un tel corpus de connaissances sur les milieux, les habitats et les espèces et la valorisation qui peut en être faite en direction de tous les publics, habitants et touristes, contribuent fortement à l'évolution des regards portés sur l'environnement et les nécessités de sa protection.

67A l'échelle nationale, les diverses réflexions ayant fait l'objet des publications sur les zones humides de 1990 à 1993 ont été relayées par un important rapport intergouvernemental (Bernard, 1994) émanant d'un Comité interministériel de l'évaluation des politiques publiques auprès du Premier Ministre. Ce rapport a été suivi de la mise en place à partir de 1995 d'un plan national d'action destiné notamment à améliorer les connaissances scientifiques sur ces milieux et à développer des actions de sensibilisation du public.

68Ce plan d'action comportait également une mise en cohérence des différentes politiques publiques sur les zones humides, une démarche particulièrement importante dans ce domaine. En effet, des règlementations très diverses préexistaient, dont certaines très anciennes, rendant complexe la mise en œuvre de ce plan d'action, voire même, dans leur positionnement très sectoriel, pouvaient être causes de dégradations de ces milieux. Ces difficultés et besoins d'évolution pour améliorer cet état de la règlementation ont été évaluées dans diverses publications ultérieures, telles que celles de Mermet (1996), Mermet & Barnaud (1997), ou Barnaud, Bazin & Mermet (1999). Dans leur analyse du bilan des cinq années ayant suivi le rapport de Bernard (1994), les auteurs du dernier article indiquent que l'intervention publique a changé d'échelle mais qu'un "changement de cap" reste encore à faire. Ils notent cependant qu'une "évolution radicale" s'est produite, "celle des mentalités". Selon eux, la sensibilisation des publics dépasserait déjà largement "le monde de l’environnement et des administrations" et déboucherait sur "des attitudes différentes des acteurs dans le traitement des dossiers" (Barnaud, Bazin & Mermet, 1999). Une évolution déjà perceptible en quelques années…

Des structures gestionnaires efficaces

69Les outils de planification et d'analyse ont donc imposé aux collectivités publiques d'installer les organisations fonctionnelles pouvant répondre à ces obligations.

70Dans la zone littorale des bassins versants des lacs et étangs, ils ont été bien sûr mis en place mais il nous semblait utile de présenter des exemples de cette mise en place et des modes de fonctionnement effectifs, montrant certaines spécificités locales.

SIAEBVELG

71Le Syndicat Intercommunal d’Aménagement des Eaux du Bassin Versant des Étangs du Littoral Girondin (SIAEBVELG) a été créé en 1964. En réponse à d'importantes inondations, son seul objet initial était d'améliorer la gestion hydraulique sur les bassins versants des deux lacs médocains de Carcans-Hourtin et de Lacanau.

  • 1

72Depuis sa création, les compétences de cette structure intercommunale se sont très largement tournées vers la gestion qualitative et quantitative des ressources en eau et des milieux naturels de son territoire pour assurer la "conservation et la valorisation de ce patrimoine collectif"1.

73Parmi d'autres responsabilités, le SIABVELG assure la coordination du SAGE "Lacs Médocains" depuis 2001, depuis 2010 la mise en œuvre des Documents d’Objectifs Natura 2000 du site des lacs et du canal des Étangs et, depuis 2015 la mise en œuvre du Plan d’Actions pour la préservation et la valorisation des zones humides des lacs médocains.

74Dans ces contextes, il réalise ou fait réaliser des études sur la gestion hydraulique, la qualité des eaux, les zones humides, etc., et des programmes d'aménagement ou d'entretien du réseau hydrographique. Il assure également la gestion des niveaux d’eau des lacs et du canal des Étangs. Depuis 2007, il a participé ou contribué à différents suivis ou recherches spécifiques portant sur la pollution des eaux, les apports en nutriments des bassins versants ou les plantes exotiques envahissantes. Depuis plusieurs années, il développe aussi des missions d'animations et d'actions pédagogiques, notamment sur la restauration et la valorisation des zones humides et la gestion d'espèces exotiques envahissantes.

Syndicat Mixte du Bassin Versant des Lacs du Born

  • 1

75Le Syndicat mixte du bassin versant des lacs du Born2 créé en 2014 rassemble trois communautés de communes du nord du département des Landes (Grands Lacs, Mimizan et Cœur Haute-Lande) pour tout ou partie de leurs communes faisant partie du bassin versant des lacs de Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse, du petit étang de Biscarrosse et de l’étang d’Aureilhan.

76Ses compétences actuelles portent sur la gestion et l'entretien des cours d'eau et l'animation du SAGE "Étangs littoraux Born et Buch".

77Pour ce qui concerne spécifiquement les cours d'eau, ce syndicat met en œuvre les actions définies dans un programme pluriannuel de gestion des cours d’eau (PPGCE) qui porte principalement sur un entretien du lit et des berges de ces cours d’eau et de leurs ripisylves. Ce programme peut comporter la réalisation d’études et/ou de travaux d'aménagements destinés à préserver ou restaurer les qualités hydromorphologiques et hydrologiques des cours d’eau et des zones d’expansion de crues.

78Le SAGE "Étangs littoraux Born et Buch" a été lancé en 2006. Son périmètre a été défini par un arrêté inter-préfectoral Landes Gironde en 2007 car la partie nord du bassin versant se trouve sur 6 communes de Gironde et il a été approuvé par un autre arrêté inter-préfectoral en 2016.

79Le Syndicat mixte assure donc la mise en œuvre de ces programmes, devant tous deux permettre la protection et la restauration des milieux aquatiques et des zones humides. Il en assure également la valorisation auprès des usagers et des collectivités par la diffusion des connaissances acquises sur les milieux aquatiques et des actions pédagogiques.

GEOLANDES

  • 1

80Le Syndicat Mixte pour la sauvegarde et la gestion des étangs landais (Géolandes) a été créé en 1988 par le Conseil Général des Landes pour répondre à des demandes ponctuelles des communes du littoral et mettre en place une gestion coordonnée de ces plans d’eau3. Après une dernière révision de ses statuts en 2014, il regroupe actuellement trois communautés de communes (Grands Lacs, Mimizan, Côte Landes Nature), 8 communes littorales du sud du département, et le Département des Landes. Son périmètre d’intervention concerne au total 15 plans d’eau répartis du nord au sud de la façade littorale landaise, dont les deux lacs de Cazaux-Sanguinet et de Parentis-Biscarrosse.

81Ses principaux objectifs portent sur la lutte contre le comblement des plans d’eau (ensablement, envasement), la gestion des plantes exotiques envahissantes et les aménagements des abords des plans d’eau dans le cadre de Plans Plages lacustres. La Direction de l’Environnement du Conseil départemental des Landes assure le montage, la conduite des opérations et la maîtrise d’œuvre de certains de ses programmes.

82Une partie des interventions d'aménagement et de gestion des plans d'eau menées par Géolandes était en lien avec le programme commandé par la MIACA au CTGREF dans les années 70 à propos des risques de comblement. Des dragages destinés à redonner de la profondeur à tout ou partie du plan d'eau concerné ont été réalisés sur les étangs de Léon (1991-1992) et Aureilhan (2006-2007), mais aussi sur l'étang de Moïsan (1990-1991) à la suite d'une nouvelle commande de la MIACA dans les années 1980 (Cemagref, 1985). Depuis 1990, la création et l'entretien régulier de 16 bassins dessableurs par extraction des dépôts de sable sur les principaux affluents de 9 des lacs et étangs ont contribué à réduire les pertes de volume et de superficies constatées auparavant sur ces milieux.

83La gestion de certaines plantes aquatiques exotiques envahissantes dont les développements gênants pour les usages dans plusieurs plans d'eau a fait partie des premiers objectifs poursuivis par Géolandes. Des alertes avaient été diffusées à partir de la fin des années 1970 (Dutartre, 1978), dès sa création, le Syndicat Mixte avait d'ailleurs demandé la réalisation d'un plan de gestion des plantes aquatiques sur l'ensemble des plans d'eau (Dutartre, Delarche & Dulong, 1989).

84Cette gestion a principalement concerné des interventions ponctuelles sur les jussies (Ludwigia sp) et le Myriophylle du Brésil (Myriophyllum aquaticum) dans les années 1990 et des moissons régulières de lagarosiphon (Lagarosiphon major) sur l'étang Blanc de 1990 à 2017, et de lagarosiphon et d'égéria (Egeria densa) sur le lac de Parentis-Biscarrosse de 2012 à 2021. La dispersion continue de ces espèces dans les plans d'eau a également amené Géolandes à mettre en place depuis 2008 un dispositif d’aide technique et financière pour ses membres afin de de développer la surveillance de ces espèces et l’entretien des plans d’eau à une échelle locale. Des référents uniques par plan d'eau ont été identifiés pour réaliser des diagnostics d’état de la colonisation et coordonner les interventions locales d’entretien. De 2009 à 2020, des conventions annuelles sur ce dispositif concernaient généralement 10 à 12 des plans d'eau du périmètre de Géolandes.

85D'autres interventions du Syndicat mixte, directement liées au développement touristique, ont été progressivement mises en place. Il s'agit d'aménagements spécifiques des abords des plans d'eau destinés à réguler les accès des usagers (gestion des flux, parkings), réduisant de fait la pénétration des véhicules vers les plans d'eau pour limiter les nuisances environnementales de la fréquentation touristique, voire renaturer et restaurer certains secteurs. Entre 1990 et 2020, près d'une dizaine de sites au total ont été ainsi aménagés sur les deux lacs et les étangs de Soustons, Léon et Aureilhan.

86Enfin, le programme de surveillance engagé dans le cadre de la DCE ne concerne que six des lacs et étangs de la partie landaise du littoral (superficies supérieures à 50 ha), Géolandes a donc décidé à la fin des années 2000 de lancer sur sept étangs littoraux du sud (Noir, Hardy, Turc, Garros, Moliets, Laprade, Moïsan), la mise en œuvre d'un système d'évaluation de la qualité (SEQ) (Dutartre et al. ,2014) pour compléter les connaissances sur ces plans d'eau. Ce programme comportait des analyses physicochimiques des eaux et des sédiments et des analyses des communautés de phytoplancton et de macrophytes.

87Dans ces trois exemples de structurations des actions et des réflexions sur le territoire des lacs et des étangs, deux ont été directement engendrées par l'évolution des politiques publiques européennes et nationales, le troisième relève d'une décision départementale ayant identifié des problématiques environnementales spécifiques à un territoire. Ils illustrent tous trois les importantes évolutions de la gouvernance sur les bassins versants de ces plans d'eau qui se sont produites depuis une trentaine d'années.

Que s'est-il passé durant ce demi-siècle ?

En matière d'analyses et de représentations des plans d'eau du littoral aquitain

88Conséquence des travaux de la MIACA depuis les années 1970, les usages touristiques des plans d'eau se sont considérablement développés, utilisant ces milieux à la fois comme des surfaces pouvant accueillir des activités de plaisance de multiples manières, motorisées ou non, et comme des milieux où pratiquer baignade, promenade sur les rives, etc. Les usages traditionnels tels que pêche et chasse ont perduré, évoluant au fil des modifications de certains aspects de leur pratique ou des règlementations.

89Mais tous ces usages ont été partiellement modifiés par l'émergence continue de l'appréciation de ces milieux comme des entités naturelles dont la protection devenait pleinement partie prenante des enjeux de la consommation qui pouvait en être faite. Passer de la position d'un consommateur ne se sentant pas responsable à celle d'un utilisateur conscient et au moins partiellement responsable de ses actes est cependant une évolution toujours en cours.

90Des modifications des programmes originellement envisagés par la MIACA sont intervenues au fur et à mesure des alertes portant principalement sur les risques d'eutrophisation des lacs et ont, par exemple, réduit les dimensions et les impacts de certains des projets d'aménagement. Le rôle des acquisitions de données sur la qualité des eaux et des sédiments lors des suivis a été sur ce point tout à fait important.

91Rappelons que la demande de la MIACA était une évaluation de l'état de santé des plans d'eau, en lien avec les usages touristiques attendus, et que dans les décennies qui ont suivi, cette évaluation d'état, partiellement imposée par la DCE, est devenue une évaluation d'état écologique, incluant les communautés vivantes, flore et faune, des plans d'eau.

92En parallèle, la perception des zones humides associées a fortement évolué, à la fois en tant qu'éléments patrimoniaux à la valeur indiscutable et écosystèmes à la biodiversité exceptionnelle, conduisant à en faire un des enjeux actuels majeurs de la protection des territoires.

93Les méthodes d'investigations et les techniques d'analyses des milieux aquatiques ont évidemment subi d'importants changements durant cette période, à la fois sur les analyses physico-chimiques des eaux et des sédiments et sur les analyses et observations biologiques, notamment sur la flore planctonique. Ces évolutions portent partiellement sur l'adjonction de nouvelles technologies d'analyses, comme les assez récentes analyses génétiques d'ADN environnemental, ou d'investigations de terrain comme le recours à des drones, permettant l'acquisition instantanée des données localisées. Les techniques traditionnelles déjà existantes au début de la période considérée ont de même, pour la plupart, bénéficié d'avancées notables en termes de matériel. Enfin, l'expansion générale de l'informatique et du numérique dans tous les aspects des sociétés humaines, en particulier dans la recherche (traitement des données, modèles prévisionnels, etc.) et la diffusion des informations qui en a très largement bénéficié est un des moteurs récents de toutes ces transformations.

94Depuis les premières campagnes de suivi, ces démarches d'acquisition de données et d'informations permettant de comprendre de mieux en mieux les fonctionnements physicochimiques puis biologiques puis écologiques de ces milieux sont devenues parties intégrantes et nécessaires des projets des collectivités responsables de la gestion. Elles ont été un des moteurs de l'amélioration croissante des relations pouvant s'établir entre recherche et gestion. Dans un premier temps ont subsisté des difficultés de transmission des acquis de la recherche vers les élus et les gestionnaires qui se sont heureusement dissipées au fur et à mesure que les structures de gestion mises en place dans le contexte d'évolution des politiques publiques déjà évoquées ont acquis compétences et personnels formés.

95Les échanges de départ qui pouvaient se décrire schématiquement par des réponses issues de la recherche à des questions posées par la gestion sont maintenant devenus un partenariat à part entière entre gestionnaires et chercheurs. Ce partenariat comporte des échanges permanents, dont des questionnements sur la gestion comme sources de nouveaux programmes de recherche, dont certains sont en fait issus de co-constructions de ces partenaires, une forme d'intelligence collective qui donne d'excellents résultats.

96Des structures mises en place par des collectivités publiques peuvent également apporter leurs contributions en matière d'observations et de données et alimenter les besoins de gestion. C'est par exemple le cas du Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique, créé en 2008. Dans ses missions figurent à la fois la connaissance de l'état et de l'évolution de la flore et des habitats naturels et semi-naturels, la conservation d'espèces ou d'habitats rares, l'appui technique dans ces domaines et l'information et la sensibilisation des publics.

97Des apports d'observations et de données naturalistes peuvent être le fait de personnes, associations et réseaux associatifs. Les flux d'informations de ce type sont devenus beaucoup plus importants depuis le développement numérique et participer, par exemple, aux programmes récents de "Sciences participatives" développées notamment pas le MNHN. Des structures spécifiques synthétisant ces données régionales sont un moyen de les rendre plus facilement accessibles, comme c'est le cas pour FAUNA, observatoire de la faune sauvage de Nouvelle-Aquitaine mis en place par l'Université de Bordeaux.

Une forte dynamique actuelle et des enjeux futurs

98La dynamique actuelle porte toujours sur différents aspects de l'utilisation et de la protection de ces milieux, dans cette ambivalence qui subsiste dans les réflexions, les projets et les actions effectivement engagées.

99L'acquisition de données sur l'état de la biodiversité et le fonctionnement écologique des plans d'eau et des milieux associés va bien sûr se poursuivre, principalement dans le contexte du changement climatique qui est maintenant probablement devenu le principal enjeu de gestion des décennies à venir. Il est à noter qu'une des dernières publications du Comité Scientifique Régional sur le Changement Climatique (AcclimaTerra, 2021) porte sur les impacts possibles de ce changement climatique sur les plans d'eau.

100Ce processus planétaire dont nous percevons nettement le déploiement va profondément modifier le fonctionnement des écosystèmes fragiles que sont ces complexes de plans d'eau et de zones humides associées. Aussi, pour espérer être à même d'en comprendre au fur et à mesure les implications et les mesures éventuelles d'adaptation à mettre en œuvre, il nous semble absolument nécessaire que des données physicochimiques, chimiques et biologiques de qualité des eaux et des milieux continuent d'être acquises en continu.

101Nécessaire également que cette acquisition permanente soit pleinement considérée comme une dépense d'investissement indispensable à long terme et non comme une dépense de fonctionnement à l'intérêt relatif pouvant faire partie de dépenses non essentielles. Une évaluation à court terme de l'importance de ces suivis a conduit à plusieurs reprises dans le passé à arrêter leur financement, et donc le recueil d'informations, durant des périodes de quelques années, ce qui a engendré des difficultés ultérieures d'analyses et de compréhension des évolutions, en particulier sur les liens entre pressions et impacts.

102Enfin les recherches à mener devraient largement poursuivre l'acquisition de données socioéconomiques sur les usages des milieux et les enjeux de développement, comme l'a débuté le projet AquaVIT sur une partie de la problématique des enjeux environnementaux liés aux plantes exotiques envahissantes (Ribaudo et al., 2020).

103Les échanges actuels entre les différents partenaires locaux de la gestion, l'Agence de l'Eau Adour-Garonne et les collectivités départementales et régionale, montrent très bien que la singularité et la fragilité de cet ensemble de milieux aquatiques d'eau douce de Nouvelle-Aquitaine est maintenant admise par tous. La gouvernance mise en place à l'échelle des bassins versants a par ailleurs montré son efficacité dans la gestion des plans d'eau et de leurs zones humides associées.

104Le partenariat recherche-gestion a déjà montré son efficacité. Il devrait être encore accru pour faciliter l'adaptation aux changements, climatiques mais pas seulement, qui vont toucher milieux, flore et faune, et occupants humains. Il devra contribuer directement au partage des connaissances et à la diffusion des informations vers tous les publics concernés afin d'améliorer la compréhension et l'acceptabilité des évolutions à venir sur ces milieux particuliers.

105Une attention particulière devra également être portée aux spécificités locales des différents bassins versants du littoral, en termes hydrologiques, écologiques mais aussi humains, tant les caractéristiques des plans d'eau et de leur fonctionnement sont différentes, pour ne pas généraliser sans précaution des informations issues de l'un ou de l'autre. Les échanges facilités de données et d'informations par les réseaux numériques désormais disponibles devraient permettre de réduire sinon d'éviter de tels aléas.

106Enfin, des analyses rétrospectives utilisant des informations anciennes, provenant de disciplines ou de sources peu ou non encore explorées pourraient participer de l'amélioration des connaissances globales sur ces milieux à l'évolution rapide. Des efforts d'archivage des données acquises avant le développement de l'informatique sous forme de documents papier sont encore en cours alors que de nombreuses informations peu facilement accessibles restent inutilisées. Ce qui peut même conduire à des pertes de perspectives de la part des gestionnaires : lors des Journées Techniques de 2018, nous avons par exemple constaté que certains jeunes agents des structures locales de gestion du lac de Parentis-Biscarrosse n'avaient aucune connaissance du contrat de lac qui avait permis au début des années 1990 de débuter la restauration maintenant nettement avancée de ce lac.

Derniers commentaires

107Entre ces récentes Journées Techniques et les premières, vingt-six années se sont écoulées. Elles ont été une période de forts bouleversements environnementaux, scientifiques, techniques et sociaux, chacun de ces bouleversements présentant une dynamique temporelle propre. Dans le territoire qui nous intéresse, hormis les améliorations évidentes de la structuration des collectivités chargées de la gestion, les connaissances scientifiques sur ces milieux se sont considérablement accrues, permettant d'accéder à une plus importante lucidité sur les enjeux actuels et futurs de leur gestion qui sont maintenant bien compris par les gestionnaires.

108Il peut être surprenant de constater un tel écart temporel entre deux manifestations de même nature (la plupart des problématiques présentées en 2018 concernant les plans d'eau et leurs bassins versants avaient déjà été abordées en 1992) mais il semble que le contexte territorial humain explique partiellement cette apparente absence de dynamique d'échanges. En effet, cette succession de gouvernances par bassins versants du nord au sud, étalée sur deux départements, confrontée à une diversité notable de fonctionnement des milieux, compose une mosaïque et non une seule entité. La mise en place des SAGE et les évolutions règlementaires en matière de protection de la nature et de biodiversité ont nécessité des temps d'appropriation et de mise en œuvre assez importants. Les échanges recherche/gestion qui ont pris une part croissante dans les réflexions de gestion sont restés dans la plupart des cas à cette échelle territoriale de gouvernance, ce qui leur donnait d'ailleurs une efficacité optimale.

109Ces échanges locaux n'excluaient pas la diffusion d'informations à plus large échelle mais sans doute ne permettaient-ils pas l'élaboration d'un réseau plus large, englobant tous les bassins versants. Il ne faut pas non plus négliger le fait que leur appartenance à un même ensemble environnemental tout à fait singulier et important, et dont la protection est maintenant admise comme une nécessité, a mis très longtemps à émerger vers une réelle prise de conscience.

110Pour que ce genre de manifestation se reproduise, il fallait que des conditions d'intérêt partagé pour de tels échanges soient également réunies : en 1992, les recherches menées dans le cadre du contrat de lac Parentis-Biscarrosse étaient une base suffisante pour que le Cemagref et l'Agence de l'Eau organisent la manifestation qui s'est notablement appuyée sur les programmes et réflexions en cours sur les autres plans d'eau.

111En 2017, les différents programmes aidés par l'Agence sur les plans d'eau dans les précédentes années (dont le programme DYLAC) l'ont conduit à engager une réflexion sur des évolutions possibles à cette échelle en matière de connaissance sur ces milieux et d'évolution de leur gestion. Cette démarche engagée avec les différents partenaires concernés a débouché sur la réalisation des Journées Techniques de 2018 : "Un territoire unique, l'implication de tous".

112Synthèse des connaissances comme socle indispensable, échanges sur le développement et la coordination de ce socle entre tous les partenaires et poursuite des réflexions sur une gestion concertée ont été les points sur lesquels les acteurs présents ont montré un accord partagé.

113Face aux enjeux encore mal évalués du changement climatique déjà en cours, une stratégie globale et adaptative devrait être installée sur ce territoire et seule une concertation régulière validée d'un point de vue politique entre les parties prenantes la permettra. Là encore le temps de sa construction et de son appropriation par toutes les personnes et les structures concernées risque d'être assez long mais les capacités de communication et de transfert de données que nous permettent maintenant les technologies numériques devraient nous aider à concevoir les adaptations souhaitables.

114L'enjeu global est extrêmement important et si la prise de conscience est présente, il n'en reste pas moins que des actions devront être rapidement engagées : le renouvellement de telles Journées Techniques, permettant un bilan actualisé des acquis de connaissance et des partages de réflexions et de modalités d'actions, pourrait rythmer la démarche collective engagée, selon un pas de temps beaucoup plus court, en accord avec la dynamique d'évolution de ces milieux exceptionnels qui va nous être imposée.

115Nous tenons à remercier Vincent Bertrin (INRAE), Lionel Fournier (Conseil Départemental des Landes) et Frank Quenault (SIABVELG) pour les compléments d'informations qu'ils nous ont fournis.

116Alain Dutartre : à titre très personnel, je me dois d'adresser ma contribution à cet article à la mémoire d'André Labadie (pêcheur professionnel puis batelier sur l'étang de Léon) et de Paul Capdevielle (algologue autodidacte et vaillant protecteur des lacs des Landes), le premier pour m'avoir montré en quelques journées de l'année 1973 la rapidité des évolutions des rivages de l'étang (une totale découverte des risques de comblement pour le débutant que j'étais), le second pour m'avoir convaincu par son engagement constant de l'importance de la protection de tous ces milieux fragiles. A leur mémoire aussi pour m'avoir aidé, chacun à leur manière, à prendre conscience des charmes multiples de ces plans d'eau, ce qui m'a amené, au cours de nombreuses explorations durant toutes ces années, à m'en sentir temporairement mais très intimement copropriétaire.

117Figure 1 : Journées techniques lacs aquitains,05/1992

Haut de page

Bibliographie

AcclimaTerra (2021). Ribaudo, C. (coord.), Anschutz, P., Arthaud F., Bartout, P., Bertrin, V., Bourguetou, G., Cabaret, Y., Caill-Milly, N., Cassou, C., Douez, O., Dupuy, A., Dutartre, A., Fournier, L., Gilles-Bon, A., Guibaud, G., Hoffmann, F., Jamoneau, A., Labat, F., Laplace-Treyture, C., Legube, B., Le Treut, H., Morin, S., Prud’homme, F., Pryet, A., Quenault, F., Soubeyroux, J-M., Taabni, M., Thiébaut, G., Tison-Rosebery, J., Touchart, L., Zuazo, A. Les plans d’eau face aux changements climatiques – Cahier N° 1. Éditions AcclimaTerra, 56 p.

Actes. (1986). Colloque sur les zones humides du littoral aquitain. DRAE Aquitaine, 141 p.

Barnaud, G. (1990). Synthèse bibliographique des typologies "zones humides" : application aux réserves naturelles de France. Secrétariat d'Etat à l'Environnement, DPN, Laboratoire d'Évolutions des Systèmes Naturels et Modifiés-MNHN. Rapport inédit, 39 p + annexes.

Barnaud, G. (1993). Zones humides et zones inondables : intérêt pour la maîtrise qualitative et quantitative des eaux. Définitions et typologies des zones humides et des zones inondables. Muséum national d’histoire naturelle, Paris, 16 p.

Barnaud, G., Bazin, P., Mermet, L. (1999). Zones humides : quand les perspectives de 1994 se transforment en réalités de 1999. Responsabilité Environnement, 15, p. 75-84.

Bazin, P. (1990). Note de réflexion. Projet de programme de préservation des zones humides. Secrétariat d'Etat à l'Environnement-DPN. Rapport inédit, 11 p + annexes.

Belloc, E. (1895). Lacs littoraux du golfe de Gascogne. Flore algologique. Association pour l'Avancement des Sciences, 24e session, Bordeaux, 2, p. 605-615.

Bernard, P. (1994). Les zones humides. Comité interministériel de l'évaluation des politiques publiques. Premier Ministre - Commissariat au Plan. Rapport d'évaluation. La Documentation Française (Ed.), 391 p.

Bodiguel, J.-L. (2006). La DATAR : quarante ans d'histoire. Revue française d'administration publique, vol. no 119, no. 3, p. 401-414.

Capdevielle, P. (1982). Bilan de santé des lacs et étangs du littoral landais. Moyens de lutte contre l'eutrophisation. Rapport CRESS, 29 p.

Capdevielle, P. (1984). Les plans d'eau douce du littoral aquitain. Rapport CRESS, 9 p.

Cemagref. (1981). Impacts en zones humides. Tome 1 : définitions, typologie, écologie, 134 p. Tome 2 : les zones humides face aux pressions de l'environnement, 116 p., Cemagref, groupement de Grenoble, Etude n° 171., Ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie.

Cemagref. (1985). Etude écologique des étangs de Moliets, Laprade et Moisan (Landes) 1982-1983. Propositions d'aménagement de l'étang de Moisan. Cemagref, groupement de Bordeaux, Etude n° 22, 168 p. + annexes

CESTA. (1986). Terres et eaux. Approches techniques pour conserver et mettre en valeur les zones humides. Rapport, Groupe de travail Valorisation agronomique des zones humides, 244 p.

Collectif. (1994). Actes des Journées Techniques sur les lacs et les étangs aquitains, 14 et 15 mai 1992. Agence de l'Eau Adour-Garonne, Association Française de Limnologie, Cemagref Bordeaux, 253 p.

CTGREF. (1975). Les petits étangs landais, Aureilhan, Léon, Soustons. Programme de lutte et de prévention contre le comblement. Etude n° 6, 62 p.

Delebecque, A. (1898). Les lacs français. Chamerot et Renouard, Paris, 436 p.

Delorme, F. (2022). Le littoral du Languedoc-Roussillon, histoire de son aménagement par les archives de ses architectes, 1960-1980. Patrimoines du Sud [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 01 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/pds/8384

Derex, J.-M. (2006). L'histoire des zones humides. État des lieux. Études rurales, 177, p. 167-178. doi : 10.4000/etudesrurales.8321

Dutartre, A. (1978). Végétation aquatique. Plantes exotiques du Sud-Ouest. Répartition actuelle et risques d'extension. CTGREF, Groupement de Bordeaux, Division Qualité des Eaux. Compte Rendu n° 45, 24 p.

Dutartre, A., Bertrin, V., Jan, G., Labrousse, B., Lagrola, M., Laplace-Treyture, C., Mazzella, N., Moreira, S. (2014). Système d'évaluation de la qualité (SEQ) Plans d'eau littoraux landais (2009-2010) : Synthèse globale des résultats. Irstea, 120 p.

Dutartre, A., Delarche, A., Dulong, J. (1989). Plan de gestion de la végétation aquatique des lacs et des étangs landais. Cemagref, 124 p.

Fénié, J.J., Taillentou, J.J. (2006). Lacs, étangs et courants du littoral aquitain. Au temps des "galups" et des vaches marines. Editions Confluences, 159 p.

Forel, F.A. (1892). Le Léman, monographie limnologique. F Rouge Ed. Lausanne, 542 p.

GEREA. (1985). Intérêt écologique et fragilité des zones humides des Landes de Gascogne. Ministère de l'environnement, Paris, 96 p.

GIP Littoral Aquitain. (2015). La MIACA, première politique d’aménagement touristique du littoral aquitain 1967/1988. 146 p.

Gonot, B., Tran, T. (2010). Au pays des eaux. Diversité et qualité paysagères des zones humides d’Aquitaine. Sud-Ouest européen, 30, p. 67-84. https://doi.org/10.4000/soe.1254

Gonot, B., Tran, T. (2011). Aux confins de l'Amazonie landaise (France) : les paysages d'eau et de forêt du Courant d'Huchet. VertigO. Hors-série 10, https://doi.org/10.4000/vertigo.11342

Hubert, C. (1967). Étude hydrogéologique du Plioquaternaire dans la région de l'étang d'Aureilhan. Thèse Université de Bordeaux.

Joanne, A. (1869). Landes. Géographie de la France. Librairie de L. Hachette et Cie, 104 p. (réédition 1994).

Julien, J.L. (1968). Étude hydrogéologique du Plioquaternaire dans la région de l'étang de Soustons. Thèse Université de Bordeaux.

Leroux, M. (1907-1908). Recherches biologiques sur le lac d'Annecy. Ann. Biol. Lac., 2, p. 230-384.

Lierdeman, E., Mermet, L. (1992). Faisabilité d'un observatoire des zones humides. Vol. I - Conception et méthodologie. Vol. II - Les bases d'un Observatoire national. Vol. III - L'échelon régional, à partir de deux cas concrets : Aquitaine et Rhône-Alpes. AIDA, SRPN, Ministère de l'Environnement-DNP. Rapports inédits, 62 p. + annexes, 66 p. + annexes, 72 p.

Magnin, A. (1904). La végétation des lacs du Jura. Klincksieck Ed., Paris, 426 p.

Martin, M. (1911). Sur la côte d'argent. Revue Mensuelle du Touring-Club de France, 21° année (août 1911), p. 356-359.

Mermet, L. (1996). Les études d’évaluation entre stratégie et méthodologie – l’exemple des politiques publiques en matière de zones humides. Gérer et Comprendre, n°46, décembre 1996, p. 55-64.

Mermet, L., Barnaud, G. (1997). Les systèmes de caractérisation des zones humides : construire l’expertise sous pression politique. Natures Sciences Société, vol 5, n°2, p. 31-40.

MNHN. (1967). Aménagement touristique de la Côte Aquitaine. Protection et mise en valeur des richesses biologiques, orientation de la politique d'aménagement et du règlement d'urbanisme. Service de conservation de la Nature, Rapport SCN n°7.

MNHN. (1971). Aménagement touristique de la Côte Aquitaine. Délimitation des réserves et des zones de protection biologique (départements Gironde et Landes). Convention n°34, rapport complémentaire.

Mustin, M. (1984). Réalisation d'un fichier national sur les zones humides en liaison avec les grands projets de drainage et d'aménagements agricoles - Rapport intermédiaire. Rapport inédit, Hydro M., non paginé.

Reyjol, Y., Spyratos, V., Basilico, L. (2013). Bioindication : des outils pour évaluer l’état écologique des milieux aquatiques - Perspectives en vue du 2e cycle DCE - Eaux de surface continentales. Onema, 56 p.

Ribaudo, C., Anschutz, P., Bertrin, V., Bujan, S., Charbonnier, C., Dehez, J., Eon, M., Ginelli, L., Jan, G., Le Floch, S., Marechal, T., Pierre, M., Poirier, D., Tison-Rosebery, J. (2020). AquaVIT. Quand les plantes aquatiques invasives transcendent les frontières : approche pluridisciplinaire des relations entre espèces, milieux et gestionnaires. Rapport INRAE, Université de Bordeaux, 124 p. INRAE, UR ETBX, INRAE UR EABX, UMR EPOC, 125 p.

Rudzewicz, L., Baulaz, Y., Peyrache-Gadeau, V. (2020). Le paysage lacustre par le prisme du tourisme : le cas du lac d’Aiguebelette (Alpes, France). Mondes du Tourisme, 17, 20 p. https://doi.org/10.4000/tourisme.2936

Vernex, J.C. (1989). Évolution des pratiques de loisirs et espace littoral lacustre ; une étude de cas : le lac d'Annecy (France). Revue genevoise de géographie, tome 129, p. 37-47. https://doi.org/10.3406/globe.1989.1265

Vernex, J.C. (1998). Qu'est-ce qu'un lac ? De l'imaginaire lacustre à l'aménagement. Revue genevoise de géographie, tome 138, p. 7-16. https://doi.org/10.3406/globe.1998.1390

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Dutartre et Jean-Pierre Rebillard, « En un demi-siècle, quelles évolutions des analyses, regards et représentations sur les plans d'eau douce du littoral aquitain ? »Dynamiques environnementales, 43-44 | 2019, 281-307.

Référence électronique

Alain Dutartre et Jean-Pierre Rebillard, « En un demi-siècle, quelles évolutions des analyses, regards et représentations sur les plans d'eau douce du littoral aquitain ? »Dynamiques environnementales [En ligne], 43-44 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/5354 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.5354

Haut de page

Auteurs

Alain Dutartre

Hydrobiologiste, ex-ingénieur de recherche, retraité d'Irstea,

Articles du même auteur

Jean-Pierre Rebillard

Chef de service, MSR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search