Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-44RegardsLa gestion des niveaux d’eau sur ...

Regards

La gestion des niveaux d’eau sur le bassin versant des Lacs Médocains : une problématique en lien avec le changement climatique

Water level management in the Médoc Lakes watershed: a problem related to climate change
Frank Quenault
p. 307-324

Résumés

Le syndicat SIAEBVELG intervient sur les 1 000 km² du bassin versant des Lacs Médocains. Il y exerce la compétence GEMAPI, anime le SAGE et les sites Natura 2000 des Lacs. Les enjeux de gestion quantitative des eaux sont importants et sources potentielles de nombreux conflits d’usages. Les attentes et les besoins en termes de gestion des niveaux d’eau sont en effet très divers et parfois contradictoires :

- prévention des inondations

- maintien de niveau d’eau pour les zones humides ou pour la qualité des eaux

- préservation des activités économiques (tourisme, agriculture, sylviculture…) et de loisirs

- conservation de débits d’eau pour la continuité écologique…

Les retours d’expériences sur près de 40 années de gestion et les suivis réalisés (précipitations, nappe, débits, lacs ...) ont permis d’apporter des éléments objectifs de compréhension des phénomènes d’écoulement des eaux sur le bassin versant. Avec ces éléments objectifs, couplés à des études de modélisations des flux d’eau et les connaissances acquises sur le fonctionnement des écosystèmes, il est possible de trouver des compromis de gestion des niveaux d’eau des lacs entre l’ensemble des acteurs du territoire.

Ces compromis se sont concrétisés sur le territoire des lacs médocains par des aménagements améliorant la gestion des niveaux d’eau pour les usages, optimisant les fonctionnalités des zones humides et en restaurant des continuités écologiques.

Ces réflexions se poursuivent sur le bassin versant en intégrant également des possibilités d’adaptation au changement climatique.

The management of the levels of water in the watershed of the Médoc lakes: a problem related to climate change.

Haut de page

Texte intégral

Le bassin versant des Lacs Médocains et le SIAEBVELG

1Le bassin versant des Lacs Médocains représente un espace littoral de 1 000 km² au Nord-Ouest de la Gironde. Ce territoire correspond à un vaste plateau sableux, presque horizontal, de pente d’orientation Est-Ouest souvent inférieure à 0,1 %. L’altitude moyenne est de 30 m NGF, passant de 42 m en bordure Est à 13 m au niveau des lacs et des zones humides à l’ouest. L’écoulement des eaux vers l’océan, plus à l’ouest, est bloqué à ce niveau des lacs par un cordon dunaire de plusieurs kilomètres de large qui culmine à 50 m NGF.

Figure 1 : Le Bassin Versant des Lacs Médocains

2Ce bassin versant est principalement recouvert de forêts de Pins maritimes et de zones humides. Un réseau hydrographique de plus de 1 500 km y a été creusé et aménagé au XVIIIème et XIXème pour « assainir » les landes, limiter les inondations et permettre la sylviculture. Ces fossés et cours d’eau sont dénommés crastes ou berles. Ils ont un écoulement temporaire et drainent les eaux de la nappe de surface en hiver et au printemps, ils sont majoritairement à sec en été. Les eaux s’écoulent vers les lacs de Hourtin Carcans puis de Lacanau qui ont respectivement une superficie de 6 200 et 2 000 ha. Leurs eaux rejoignent ensuite vers le Sud le Bassin d’Arcachon via le canal étang au niveau de Lège Cap-Ferret. Ce canal a été creusé au XIXème siècle pour limiter les inondations autour des lacs. Cinq ouvrages de gestion de l’eau y sont aménagés, l’ouvrage du Montaut à l’aval du lac d’Hourtin-Carcans, l’ouvrage de Batejin à l’aval du lac de Lacanau et trois ouvrages, Joncru, Langouarde et Pas du Bouc sur le canal entre Lacanau et le Bassin d’Arcachon.

3Le Syndicat Intercommunal d’Aménagement des Eaux du Bassin Versant des Etangs du Littoral Girondin, SIAEBVELG, a été créé en 1964 suite à des inondations majeures autour des lacs de Hourtin-Carcans et de Lacanau pendant l’hiver 1960-61. Les communes de ce territoire ont ainsi souhaité mutualiser leurs moyens pour mieux gérer ce type d’évènements. Ce syndicat avait ainsi initialement une compétence de prévention des inondations avec l’entretien des 500 km des principaux cours d’eau ainsi que la gestion des cinq ouvrages principaux de gestion des niveaux d’eau sur le canal des étangs entre les lacs et le Bassin d’Arcachon.

4Depuis 2001, le syndicat porte également l’animation du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux, SAGE des Lacs Médocains. Cette démarche a permis d’associer aux décisions l’ensemble des acteurs de l’eau du territoire et d’élargir le champ des thématiques abordées en particulier pour travailler sur la qualité des eaux. En effet, avec l’essor du tourisme autour des lacs depuis les années 80, l’enjeu de qualité des eaux devenait aussi important que la prévention des inondations.

5En 2010, le Syndicat s’est enfin vu confier par l’Etat l’animation des deux Documents d’Objectifs Natura 2000 liés aux sites des lacs, du canal des étangs et leurs zones humides. Ce dispositif, mis en œuvre de façon complémentaire avec le SAGE, a permis d’intervenir sur la restauration et l’entretien de grandes zones humides et de leurs fonctionnalités sur le bassin versant. Ces actions étaient particulièrement importantes car la restauration de ces milieux permettait de répondre aux différents enjeux du territoire : sur la biodiversité mais aussi sur la prévention des inondations par l’extension des zones d’expansion des crues ou encore la qualité des eaux en favorisant le rôle naturel d’auto-épuration des marais.

6Cette structure a enfin évolué pour devenir un syndicat mixte regroupant en 2018 quatre Communautés de Communes et 13 communes sur l’intégralité du bassin versant des lacs médocains de 1 000 km². Ces compétences actuelles correspondent à la « Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations », GEMAPI.

Les enjeux de la gestion quantitative des eaux

Figure 2 : La complexité des enjeux de gestion de l’eau

7L’enjeu historique lié à la gestion quantitative des eaux correspond à la prévention des inondations. Ce territoire très plat, sans réel réseau hydrographique naturel, a été longtemps inondé une grande partie de l’année avec comme image illustrant cette époque, le berger perché sur des échasses. Pour limiter ces inondations, des travaux importants ont été menés depuis plusieurs siècles. Tout d’abord pour stopper l’avancée des dunes littorales et du sable vers l’intérieur des terres qui envahissaient les villages mais bloquaient aussi l’écoulement des eaux, l’ingénieur Bremontier met en place la fixation des dunes par la plantation d’oyats puis de pins dès la fin du XVIIIème siècle. En 1857, Napoléon III impose par la loi à l'ensemble des communes d’Aquitaine l'ensemencement en pins de leurs terrains, assurant ainsi le drainage et l’assainissement des landes. Ainsi, c’est principalement au XIXème siècle que le réseau hydrographique dense de fossés appelés crastes a été creusé sur le bassin versant. Enfin, pour permettre l’écoulement des eaux depuis les lacs jusqu’au Bassin d’Arcachon, le canal des étangs est creusé en bordure des dunes littorales fixées. Ce canal a été inauguré en 1864 pour la partie entre le lac de Lacanau et Lège Cap-Ferret et en 1872 pour le tronçon entre les lacs de Hourtin-Carcans et celui de Lacanau. Les derniers aménagements majeurs, d’élargissement du canal des étangs, datent des années 70 après les inondations de l’hiver 1960-61 et la création du SIAEBVELG. Cette préoccupation de prévention des inondations reste l’enjeu prioritaire du Syndicat avec des multiples secteurs sensibles aux remontées de la nappe jusqu’en surface, à des débordements des cours d’eau et des lacs jusqu’aux risques de submersion marine au niveau de l’exutoire du bassin versant dans le bassin d’Arcachon. Pour limiter les inondations sur ce territoire, la gestion des niveaux d’eau sur les lacs est centrale car il existe sur ces milieux une grande capacité de stockage sur leurs zones humides comme zone d’expansion des crues. Il s’agit donc de très grandes zones tampons entre l’amont et l’aval du bassin versant.

8Les activités économiques ont également des attentes fortes sur la gestion de l’eau qui peuvent être variables entre elles et opposées selon les saisons. L’activité sylvicole par exemple nécessite en été de maintenir des niveaux d’eau assez élevés pour permettre le développement optimal des Pins maritimes. A l’inverse en hiver, il est plutôt souhaité des niveaux bas pour donner un accès possible à l’exploitation forestière et éviter la saturation des sols en eau qui pourrait réduire la stabilité des arbres en cas de tempête. L’agriculture, qui représente 6% de la superficie du bassin versant, correspond principalement à la culture du maïs et au maraichage. Ces cultures ont besoin d’eau en été et des terres ressuyées le reste de l’année pour les travaux agricoles. L’activité touristique autour des lacs nécessite des niveaux d’eau suffisants en été pour faciliter la navigation ou pour bénéficier d’une eau de bonne qualité. En effet, dans ces lacs sans tributaires ni émissaire pendant l’été, il a été constaté que la qualité sanitaire des baignades pouvait se dégrader les années de très faibles niveaux d’eau estivaux. Ces activités touristiques craignent toutefois les inondations importantes qui peuvent endommager par érosion les équipements sur les rives.

9Les activités de loisirs peuvent également privilégier certaines conditions de niveau d’eau. Les sports nautiques recherchent préférentiellement des niveaux d’eau élevés pour faciliter leurs déplacements sur les lacs. Les pêcheurs souhaitent une inondation hivernale et printanière des marais pour favoriser la reproduction des poissons. Les chasseurs à la tonne sur les berges des lacs préfèrent des niveaux d’eau qui ne varient pas trop pendant la période de chasse pour limiter le déplacement de leurs installations.

10Les écosystèmes lacustres sont également dépendants de conditions particulières de niveaux d’eau. Pour un fonctionnement optimal, ces écosystèmes nécessitent globalement une inondation hivernale et printanière, un assec en fin d’été et des variations saisonnières douces des hauteurs d’eau. Autour de ce principe général, des différences interannuelles sont intéressantes, les années de niveaux élevés favorisant plutôt les habitats et espèces des milieux tourbeux alors que les années sèches privilégient les végétations sur substrat minéral sableux (dont les végétations amphibies patrimoniales à Lobélie de Dortmann et Littorelle uniflore). Le brochet est une des espèces qui caractérise le mieux ces besoins en hauteurs d’eau, avec une reproduction en hiver sur les marais inondés, un développement des alevins dans ces milieux qui s’assèchent très doucement pour permettre aux brochetons de regagner les zones profondes des lacs sans se retrouver piégés par des baisses brutales des niveaux d’eau. L’assec en fin d’été est également important pour permettre le développement des végétations typiques de ces zones humides, futures zones de pontes.

11Le lien avec le Bassin d’Arcachon apporte enfin une complexité. On peut citer en particulier l’enjeu majeur du canal des étangs pour la migration des jeunes anguilles, les civelles, entre l’océan et les lacs pour leur phase de croissance. La migration des civelles dans le canal des étangs s’effectue principalement au printemps, période pendant laquelle un débit suffisant dans le canal est nécessaire pour permettre la réussite de cette migration. Les années sèches, ce débit sur le canal pourrait venir en opposition avec le maintien de l’inondation des zones humides autour des lacs favorables à d’autres espèces piscicoles et à ces milieux naturels en général.

12On voit donc très bien que les attentes et les enjeux autour des niveaux d’eau des lacs médocains sont très variables et sont même souvent contradictoires. Lors de la première étude menée par le CTGREF en 1979 où étaient analysées deux thématiques, d’un côté la prévention des inondations et de l’autre la recharge des lacs, la conclusion du rapport était déjà : « L’amélioration de l’une ne peut se faire qu’au détriment d’un autre. La définition d’une gestion optimale suppose donc l’acceptation d’un compromis face à ce dilemme. »

13Ce compromis entre les acteurs est typiquement l’objectif d’un SAGE, « la recherche permanente d’une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau et des milieux aquatiques ».

L’amélioration des connaissances

14Dans ce contexte de recherche d’un compromis entre des attentes variées voire opposées, la démarche du SAGE a tout d’abord été d’améliorer les connaissances et de les partager avec tous les acteurs de l’eau afin de pouvoir échanger sur des données objectives. Ces échanges ont permis de dépassionner les débats autour du compromis à trouver.

15La première étape a été de synthétiser toutes les données existantes de compréhension des phénomènes qui régissent les niveaux d’eau des lacs. Un rapport a ainsi été rédigé synthétisant toutes les informations disponibles, de précipitations, d’évapotranspiration, de niveaux des nappes, de débits des cours d’eau et de niveau des lacs de 1977 à 2013. L’analyse de ces éléments a permis de mieux comprendre les liens entre les phénomènes climatiques, l’alimentation des cours d’eau par la nappe, les effets sur les lacs et leurs spécificités.

16Des études ont aussi été engagées pour préciser certains aspects de fonctionnements hydrologiques du bassin versant :

17Le fonctionnement de la nappe des sables a été étudié par le BRGM au niveau régional et à l’échelle de chacun des SAGE dont celui des Lacs Médocains. Des études plus locales ont également été menées avec le laboratoire EPOC de l’Université de Bordeaux et l’école ENSEGID.

18Les relevés topographiques LIDAR ont été réalisés sur tout le pourtour des lacs et des zones humides avec une précision de 5 cm. Ces données ont été particulièrement utilisées pour affiner la gestion tant pour la prévention des inondations que pour l’optimisation des niveaux d’eau sur les zones humides.

19Un modèle hydraulique simple de fonctionnement des lacs a également été construit pour simuler différentes situations d’inondation, de sécheresse ou de valeurs moyennes pour cerner les limites de gestion possible.

Figure 3 : Schéma de fonctionnement

20De façon synthétique, on peut ainsi décrire le fonctionnement hydrologique en 4 phases correspondant aux différentes saisons :

  • En hiver, la nappe des sables est à un niveau élevé, à moins de 0,4 m de la surface du sol. Elle est même affleurante en période de pluies intenses. Cette nappe est drainée par le réseau hydrographique des crastes. Celles-ci ont un débit proportionnel à la hauteur de la nappe : plus la nappe est haute plus les débits sont importants et inversement. Pendant cette saison, les lacs peuvent être rechargés en eau tout en veillant à éviter les inondations. Une partie des débits s’écoule par le canal des étangs jusqu’au Bassin d’Arcachon.

  • Au moment du printemps, la végétation se développe et puise de l’eau dans la nappe. Ce besoin en eau devient rapidement supérieur aux précipitations et la nappe baisse alors régulièrement. Quand la nappe se trouve à plus d’un mètre de profondeur environ, son niveau passe sous le fond de la majorité des crastes du bassin versant, les débits de cours d’eau deviennent alors nuls, généralement en fin de printemps. Les lacs sont ainsi de moins en moins alimentés en eau et l’évaporation devient plus forte que les apports des pluies et des cours d’eau. Les ouvrages hydrauliques à l’aval des lacs sont alors fermés pendant cette saison.

  • Pendant l’été et le début de l’automne, la nappe continue de baisser pour atteindre 1,6 m sous la surface du sol. Les cours d’eau sont en assec pendant en moyenne 4 mois. Malgré le fait que les ouvrages hydrauliques soient fermés, le niveau des lacs baisse d’environ 0,1 à 0,15 m par mois du fait de l’évaporation. Ils sont généralement à leur niveau le plus bas en octobre. Le débit sur le canal des étangs est très faible à cette période de l’année.

  • Pendant l’automne, la végétation cesse progressivement de puiser l’eau de la nappe. Les pluies permettent alors de la recharger et quand elle atteint moins d’un mètre de profondeur par rapport au sol, les cours d’eau se remettent à couler. Le niveau des lacs augmente alors tout en étant régulé pour prévenir les inondations. Le débit du canal des étangs augmente progressivement pendant cette saison.

21L’amélioration des connaissances a aussi permis de mieux cerner les spécificités liées à chaque lac et ainsi d’adapter leur gestion pendant les différentes saisons de l’année :

  • Le lac de Hourtin-Carcans, d’une superficie de 6 000 ha, a un bassin versant de petite taille en proportion de sa surface, à savoir 30 000 ha. On constate ainsi qu’une année sur deux, les apports en eau pendant l’hiver ne sont pas suffisants pour compenser l’évaporation de l’été précédent. Il est donc sensible aux phénomènes de sécheresse et de manque d’eau. Le risque d’inondation y est à l’inverse peu fréquent puisque la cote d’alerte inondation n’a été dépassée que 3 fois en 40 ans depuis qu’il est observé.

  • Le lac de Lacanau, d’une superficie de 2 000 ha, a une superficie trois fois plus petite que celui de Hourtin-Carcans avec un bassin versant deux fois plus grand, à savoir 60 000 ha. Il est donc mieux alimenté en eau. Sa recharge hivernale pour compenser l’évaporation estivale a donc toujours été possible ces quarante dernières années. Par contre, ce lac est sensible aux inondations avec une côte d’alerte qui est dépassée une année sur deux.

22Ces études complémentaires ont également été conduites pour faire le lien entre la gestion des niveaux d’eau et le fonctionnement des écosystèmes. On peut citer :

  • Les programmes de recherches de l’IRSTEA sur les végétations aquatiques et amphibies,

  • Les suivis du CBNSA sur la flore et les habitats patrimoniaux des lacs,

  • Les études, les suivis et les retours d’expériences des gestionnaires des Réserves : RNN de l’étang de Cousseau, gérée par la SEPANSO, RNN des Dunes et Marais d’Hourtin et RBN de Lacanau gérée par l’ONF, RNN des Prés salés d’Arès et de Lège gérée par ARPEGE,

  • Les études et suivis de la FDAAPPMA de Gironde sur les poissons de lacs mais aussi sur la migration des anguilles sur le canal des étangs

  • Les études sur l’avifaune de la FDC33 et ses associations

23Ces recherches ont ainsi précisé les optimums de gestion de l’eau pour les écosystèmes du bassin versant. On peut retenir l’importance de conserver un marnage sur les lacs avec une inondation hivernale et printanière puis une baisse très progressive des niveaux d’eau au printemps pour atteindre un assec en fin d’été, début d’automne. Le marnage actuel des lacs est d’environ 0,6 m. Un débit de plusieurs mètres cubes par seconde est également important sur le canal des étangs pendant l’hiver et le printemps en particulier pour la migration des anguilles.

Un règlement d’eau validé à l’unanimité

24L’ensemble des éléments d’amélioration des connaissances a permis de trouver un compromis au sein de la CLE du SAGE des Lacs Médocains pour un règlement de gestion des niveaux d’eau des lacs et du canal des étangs. Ce règlement précise plusieurs grands principes de gestion :

  • Il rappelle tout d’abord que le niveau de ces lacs est variable et qu’il est important de maintenir ces variations de type « inondation hivernale des zones humides et assec estival » pour préserver la qualité des écosystèmes aquatiques.

  • Des cotes de « vigilance inondation » sont indiquées et le syndicat doit gérer les ouvrages de façon à éviter de les atteindre en période de risque « inondation ».

  • Des cotes de « vigilance sanitaire » sont précisées au deçà desquelles des risques de dégradation de la qualité de l’eau peuvent être observés. Le syndicat peut dans ces situations réduire les débits vers le canal des étangs.

  • Les débits dans les passes à poissons du canal des étangs sont fixés par saison. Ils permettent un fonctionnement optimum des ouvrages pendant les périodes principales de migrations tout en évitant une baisse trop rapide des niveaux d’eau sur les lacs et les zones humides.

  • Des cotes de gestion adaptées aux caractéristiques de chacun des lacs sont ensuite indiquées avec des périodes de baisse des niveaux d’eau et des périodes de recharge différentes pour chacun des lacs. On y retrouve le fait qu’il est régulièrement difficile de recharger le lac de Hourtin-Carcans, sa recharge en eau débute donc dès l’automne. Pour celui de Lacanau, le risque inondation étant important, sa recharge en eau s’effectue plus tardivement au printemps après les périodes de hautes eaux.

25Ce règlement d’eau a été adopté à l’unanimité par la CLE du SAGE des Lacs Médocains et a fait l’objet d’un arrêté préfectoral en 2017 après une enquête publique.

Figure 4 : Règlement d’eau sur le Lac de Hourtin-Carcans

Figure 5 : Règlement d’eau sur le Lac de Lacanau

Des travaux pour optimiser la gestion de l’eau et la continuité écologique

26Des travaux ambitieux de restauration de la continuité écologique et d’optimisation de la gestion de l’eau ont été réalisés suite à l’analyse des enjeux et l’amélioration des connaissances.

27Ainsi, avec le soutien de l’Agence de l’Eau Adour Garonne, l’Etat par la Dotation d’Equipements des Territoires Ruraux, la Région Nouvelle Aquitaine et le Département de la Gironde, le SIAEBVELG a lancé en 2016 un programme de travaux de restauration de la continuité écologique aquatique sur la partie amont du canal des étangs.

Des travaux sur les ouvrages principaux : écluses du Montaut et de Batejin

28Les ouvrages du Montaut et de Batejin ont fait l’objet de travaux en 2016 et 2017.

29L’écluse du Montaut dont le rôle vis-à-vis de la gestion de l’eau est primordial car située entre les deux lacs de Hourtin-Carcans et Lacanau a été rénovée et automatisée. Désormais, les nouveaux vannages ne sont plus manuels et la fonctionnalité de la « passe à poissons multi-espèces à bassin successifs » a été testée avec succès.

30L’écluse de Batejin, plus vieil ouvrage sur le canal des étangs et en aval du lac de Lacanau a été démantelée et reconstruite quelques centaines de mètres en aval. Celle-ci est désormais équipée d’une « passe à poissons multi-espèces à bassins successifs » ainsi que d’une passe spécifique pour les anguilles pouvant être équipée d’un dispositif de suivi de la dévalaison de cette espèce.

Figure 6 : Ouvrage hydraulique de Batejin à Lacanau restauré en 2017

Des aménagements favorables aux zones humides

31Les travaux sur ces deux ouvrages permettent de préserver 90% des zones humides prioritaires du SAGE, soit 3 000 ha. Les fonctionnalités de ces zones humides seront ainsi préservées :

  • Grâce à leur rôle de filtre, les zones humides préservent la qualité des eaux des lacs, du canal des étangs et du Bassin d’Arcachon. Les niveaux élevés des lacs permettent la mise en eau des zones humides des rives et limitent également les apports en phosphore depuis la nappe. Le passage de l’eau sur les marais entre les deux lacs plutôt qu’un passage en direct par le canal améliore également la qualité des eaux.

  • Ces nouveaux ouvrages ont pu également faire leurs preuves dans leur rôle de prévention des inondations dès l’hiver 2017-2018 qui s’est vu touché par des épisodes de hautes eaux importantes de février à avril. Ainsi, grâce aux ouvrages, près de 50 millions de mètres cubes d’eau peuvent en moyenne être stockés sur les lacs et leurs zones humides qui jouent alors pleinement leur rôle de zones d’expansion des crues.

  • La gestion des deux ouvrages permet également l’expression d’une biodiversité exceptionnelle liée aux milieux aquatiques : de nombreuses espèces protégées, plus de 1300 ha d’habitats d’intérêt prioritaire au niveau européen, 2 Réserves Naturelles Nationales et une Réserve Biologique Dirigée.

  • De nombreux usages dépendent de ces zones humides et de la gestion des niveaux d’eau : sylviculture, baignade, nautisme, pêche, chasse…

Des adaptations aux changements climatiques

32Les deux ouvrages principaux sur les lacs ont été restaurés en intégrant des modifications pour s’adapter aux changements climatiques :

  • Ils sont tout d’abord plus opérationnels en période de pluies intenses et permettent ainsi une meilleure prévention des inondations en particulier en favorisant l’utilisation de plus de 10 000 ha de surface en eau et en zones humides comme zones d’expansion des crues.

  • Ils permettent également de conserver davantage d’eau au printemps sur les zones humides pour anticiper les phénomènes d’évaporation plus importants qui sont attendus en période estivale. Cette recharge en eau plus importante des zones humides devrait permettre d’atténuer les phénomènes d’assèchements et de dégradation de ces écosystèmes aquatiques fragiles.

Une restauration de la continuité écologique latérale

33Des ouvrages de reconnexion de type « passes à poissons multi-espèces » ont permis de restaurer la continuité entre le canal des étangs et les zones humides de Devinas, du Gnac et de l’étang de Cousseau.

Figure 7 : Ouvrage de reconnexion latérale entre le canal des étangs et ses marais latéraux

34Cette reconnexion a permis de restaurer le fonctionnement de la grande zone humide de près de 1 000 ha située entre le lac de Carcans-Hourtin et celui de Lacanau.

35Avant les travaux, l’essentiel des eaux transitait d’un lac à l’autre via le canal des étangs. Depuis les travaux, l’essentiel des eaux circule à nouveau sur les zones humides permettant de restaurer leurs fonctionnalités : zones d’expansion et de régulation des crues, auto-épuration des eaux, amélioration de leur potentiel biologique en particulier en rétablissant leur rôle de corridor écologique.

Des suivis piscicoles concluants

36Des suivis de l’efficacité des nouveaux ouvrages ont été réalisés en partenariat avec la Fédération de pêche et de protection des milieux aquatiques de la Gironde. Ceux-ci ont montré dès l’hiver 2017-2018 des résultats très encourageants. En effet des géniteurs de Brochet et de nombreuses autres espèces ont emprunté les passes afin de gagner leurs zones de frayères sur les marais, ainsi que de nombreuses Anguilles pour rejoindre leurs zones de grossissement.

Les perspectives pour l’aménagement du canal du Porge et de Lège Cap-Ferret

Les résultats de l’étude piézométrique

37L’étude menée entre 2016 et 2017 par le laboratoire EPOC de l’Université de Bordeaux a démontré que le canal a une forte influence sur l’aquifère Plio-quaternaire.

Figure 8 : Etude de l’incidence du canal des étangs sur le niveau de la nappe (Laboratoire EPOC)

38Les taux de rabattements associés à la baisse du canal sont importants, même jusqu’à plus de 300 m du canal. De ce fait, la suppression des écluses de Joncru, de Langouarde et du Pas du Bouc aurait pour conséquence une baisse drastique du niveau du canal, et par conséquent du niveau de l’aquifère.

39De plus, l’aquifère Plio-quaternaire est globalement très perméable compte tenu de sa réactivité par rapport aux modifications du niveau du canal. Cette caractéristique est directement reliée à la nature géologique très perméable du sol.

40Au vu des rabattements significatifs observés à 300 m du canal, on peut s’attendre à des rabattements pouvant s’étendre à des distances conséquentes et la suppression d’une écluse modifierait à long terme les écoulements de la nappe et donc la cote piézométrique sur près de 25 000 ha du bassin versant des lacs Médocains.

Des ouvrages indispensables à maintenir

41La suppression des ouvrages entrainerait des assèchements de zones humides notamment sur les bordures du canal entre Batejin et Langouarde. Cette baisse aurait également des impacts négatifs sur la sylviculture par un abaissement brutal de la nappe durant la croissance des pins.

42Les résultats ont montré que la relation entre le canal et la nappe superficielle est comparable entre l’est et l’ouest du canal. Si les taux de rabattements mesurés à l’est du canal sont transposés à l’ouest, toutes les zones humides situées à l’ouest sont vouées à s’assécher à plus ou moins long terme.

43Suite à cette étude, la CLE du SAGE des Lacs Médocains a décidé qu’il était indispensable de maintenir les ouvrages du canal du Porge pour préserver les zones humides et le niveau de la nappe sur près de 25 000 ha.

Lancement en 2018 d’une étude pour l’aménagement des ouvrages

44Cette étude va porter sur les aménagements à réaliser tout particulièrement sur les ouvrages de Joncru, Langouarde et du Pas du Bouc ainsi que trois autres ouvrages en ruines, situés en aval.

Figure 9 : Les objectifs d’aménagements sur la canal du Porge et de Lège Cap-Ferret

45L’étude aura pour but de répondre aux enjeux liés aussi bien à la modernisation et sécurisation des ouvrages qu’à la protection des biens et des personnes, en veillant en particulier à ce que les aménagements proposés permettent un même niveau que celui actuel de prévention des inondations sur le bassin versant, ainsi qu’à l’amélioration de la continuité écologique et la préservation des zones humides et du niveau de la nappe des sables.

46Cette étude portera également une attention particulière à l’expression des usages et activités présents sur le territoire.

47Finalement, il s’agira de prendre en compte dans des scenarii différents, une adaptation au changement climatique en proposant des aménagements qui pourront évoluer dans les décennies à venir pour gérer, différemment si nécessaire, les niveaux d’eau en continuant à préserver les zones humides et le niveau de la nappe des sables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Quenault, « La gestion des niveaux d’eau sur le bassin versant des Lacs Médocains : une problématique en lien avec le changement climatique »Dynamiques environnementales, 43-44 | 2019, 307-324.

Référence électronique

Frank Quenault, « La gestion des niveaux d’eau sur le bassin versant des Lacs Médocains : une problématique en lien avec le changement climatique »Dynamiques environnementales [En ligne], 43-44 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/5390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.5390

Haut de page

Auteur

Frank Quenault

SIAEBVELG , Animateur du SAGE des Lacs Médocains

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search