Navigation – Plan du site
Cahier « Géomorphosites » no 2

Géomorphosite chinois : Les Monts Flamboyants = Huo Yan Shan = Yalkun Tagh (Xinjiang, Chine)

Jean-Louis Ballais, Mahaipireti Wulamu et Virginie Laurent-Delorme
p. 341-345

Texte intégral

Situation : Centre du Xinjiang, ouest de la Chine.

Type de site : Exogène.

Protection : Aucune en 2018.

Particularité : Site décrit dans le Xiyou ji, roman chinois classique du XVIe siècle.

Coordonnées : 42°55’12.42»N, 89°32’09.53»E.

1Les Huo Yan Shan = Yalkun Tagh ou Monts Flamboyants ne font pas partie des cinq montagnes sacrées reconnues par la civilisation chinoise (Han) classique et qui sont localisées en Chine s.s. (Wu-Cheng’en, 1991, note p. 1028). Ils sont situés au Xinjiang, la marche occidentale de la Chine, en pleine Asie centrale, turcophone et musulmane, région qui n’a été « définitivement » incorporée à l’empire chinois qu’au XVIIe siècle.

Figure 1. Image satellitale des Tian-Shan

Figure 1. Image satellitale des Tian-Shan

NASA, licence CC 0-Domaine public, Wikimedia commons.

Un avant-mont des Tian-Shan

2Les Tian-Shan constituent une des chaînes de montagne les plus puissantes du globe (figure 1). Domaine des neiges persistantes et renfermant de nombreux glaciers, ils atteignent 5 445 m au nord des Monts Flamboyants. Les crues d’été des cours d’eau qui en descendent vers le sud alimentent de nombreuses oasis en bordure du désert du Taklamakan qui comprend le plus grand erg du monde.

3Les Monts Flamboyants, hauts de seulement 851 m, s’étendent sur 98 km de long et 9 km de large, à l’est-nord-est de l’oasis de Turpan (Turfan), la plus chaude de la Chine grâce à son altitude négative (-154 m) Cet avant-mont des Tian-Shan doit son nom aux grès rouges qui en constituent la roche principale (figure 2) et qui contrastent fortement avec les teintes sombres des roches des Tian-Shan et des regs (gobi) de leurs piémonts qu’ils bloquent vers l’aval. Aucune étude géologique ou géomorphologique, y compris en chinois, n’en a été encore réalisée à notre connaissance, cependant, il est vraisemblable que, comme dans le désert de Gobi proche, les roches sédimentaires soient continentales et datent du Tertiaire récent (Monod, Durou, 1989, p. 226). Dans la partie occidentale, les images satellitales montrent un très vaste anticlinal dissymétrique, légèrement déjeté vers le sud où les pentes peuvent atteindre 45° et dans lequel l’érosion différentielle a dégagé une combe annulaire incomplète, probablement dans des argiles, et un mont dérivé dissymétrique, lui-même entaillé par une petite combe. Après un goulet au nord, la vallée de Bezeklik utilise la partie orientale de la combe annulaire. Plus à l’est, le relief devient nettement monoclinal.

4Le modelé, marqué par une forte densité de rigoles et de ravines qui mettent à profit les intercalations argileuses (figure 2), n’est plus qu’un décor, rarement perçu par les nombreux visiteurs. À l’aval, ces entailles passent à des chenaux tressants qui façonnent de petits cônes surbaissés et des glacis sur lesquels les affleurements de roches cohérentes sont fragmentés par une haloclastie très active (figure 3).

5Au total, cet avant-mont des Tian-Shan ne présente pas d’originalité géologique ou géomorphologique telle qu’il s’impose d’emblée comme un géomorphosite. Ce sont l’histoire et, surtout, la littérature, qui l’ont l’imposé.

Figure 2. Modelé des Monts Flamboyants

Cliché : J.-L. Ballais.

Figure 3. Haloclastie sur le piémont des Monts Flamboyants

Figure 3. Haloclastie sur le piémont des Monts Flamboyants

Cliché : J.-L. Ballais.

Une célébrité historique et, surtout, littéraire

Une montagne sur la Route de la Soie

6La célébrité des Monts Flamboyants en Chine est due d’abord à leur position à proximité de la branche nord de la Route de la Soie. Cette branche nord était jalonnée par les villes antiques et médiévales de Jiaohe, Gaochang et Turpan. Pendant plus d’un millénaire (Nougier et al, 1962, p. 197-198), cette route a été empruntée entre la Chine, à l’est, et le Moyen-Orient, à l’ouest, par les caravanes de commerçants, les prédicateurs religieux, les pèlerins, manichéens et nestoriens (Nougier et al, 1962, p. 374) de l’ouest vers l’est, bouddhistes pour aller chercher les livres sacrés en Inde, sur les lieux où le Bouddha avait vécu. Le bouddhisme a profondément influencé les royaumes qui se sont succédé : les ruines des villes de Jiaohe (figure 4) et de Gaochang (site classé), cette dernière immédiatement au pied des Monts Flamboyants, montrent encore les vestiges de monastères, de pagodes et de stupas et c’est pour en faire des lieux de culte que les Grottes des Mille Bouddhas de Bezeklik ont été creusées dans le grès et décorées de magnifiques fresques.

Figure 4. Ruines d’une pagode à Jiaohe

Figure 4. Ruines d’une pagode à Jiaohe

Cliché : J.-L. Ballais.

7La ville de Turpan, qui s’étend au pied des Monts Flamboyants, s’est développée plus tardivement, sous la domination ouigour musulmane (Pelliot, 2002). Les trois villes constituent aujourd’hui des passages obligés pour les nombreux touristes, Chinois de plus en plus, qui parcourent la région en cars.

Le rôle déterminant du Xiyou ji

8La célébrité des Monts Flamboyants est surtout due aux trois chapitres que lui a consacré l’un des quatre grands romans classiques chinois : Xiyou ji (La Pérégrination vers l’Ouest) de Wu Cheng’en, publié en 1592. Le Xiyou ji, qui raconte les aventures du Roi des Singes, est principalement centré sur le très long voyage qu’a effectué Xuanzang (Tripitaka) avec ses trois disciples (figure 5) pour, à travers l’Asie centrale, atteindre l’Inde (Grousset, 2007). Les épisodes au pied des Monts Flamboyants, infranchissables car brûlants, et brûlants parce qu’il s’agit des briques d’un four céleste détruit par le Roi des Singes dans un épisode précédent, mettent principalement aux prises ce singe, d’une part, et la Princesse immortelle Éventail-de-Fer et son époux Grobalès, le roi-démon-taureau (figure 6), d’autre part (Wu Cheng’en, 1991).

Figure 5. Statues de Xuanzang, Sun Wukong (Roi des Singes), Zhu Bajie (Porcet) et Shaseng (Sablet)

Figure 5. Statues de Xuanzang, Sun Wukong (Roi des Singes), Zhu Bajie (Porcet) et Shaseng (Sablet)

Cliché : J.-L. Ballais.

Figure 6. Statues de la Princesse immortelle Éventail-de-Fer et de Grobalès (Roi-démon-taureau)

Figure 6. Statues de la Princesse immortelle Éventail-de-Fer et de Grobalès (Roi-démon-taureau)

Cliché : J.-L. Ballais.

9Ces épisodes ont été popularisés au XXe siècle par de nombreux films et séries télévisées chinois. Des films ont été également réalisés au Japon et aux USA et une bande dessinée en France (site Internet Hong Kong Cinemagic).

Aménagement touristique et intégration nationale

10Le développement du tourisme national et, plus précocement, international, avec de nombreuses formules qui permettent de « faire » la Route de la Soie, ainsi que le renouveau récent de la religion bouddhique, ont poussé à une exploitation touristique du site des Monts Flamboyants.

11En 2003 encore, seule une stèle de petite taille signalait ces montagnes. En 2010, l’aménagement touristique comprend maintenant tout un complexe avec un vaste parking, une galerie marchande d’accès souterrain décorée de bas-reliefs illustrant des épisodes du Xiyou ji et quelques informations géographiques, mais aucune sur les caractéristiques géologiques et géomorphologiques des Monts Flamboyants. En surface, sont disposées des stèles gravées du texte bilingue, chinois-anglais, de chapitres du Xiyou ji et des statues (figures 5 et 6), dont celles des principaux protagonistes du roman de Wu Cheng’en.

12Malgré nos recherches, nous n’avons pas pu obtenir de statistiques sur la fréquentation des visiteurs, en particulier leur nombre et leur origine.

Conclusion

13L’insistance mise sur le roman de Wu Cheng’en dans l’aménagement touristique réalisé tout récemment au pied des Monts Flamboyants tend à transformer cette montagne en un simple décor, rarement perçu par les visiteurs, prétexte à un arrêt à l’ombre pour effectuer quelques achats. En même temps, c’est un des aspects de la politique chinoise d’intégration des populations turcophones et musulmanes de la province autonome du Xinjiang, en valorisant la civilisation han millénaire, en montrant que ce territoire est chinois depuis le VIIIe siècle. Les affrontements meurtriers de juillet et de septembre 2009 sont venus rappeler qu’il y avait là des enjeux particulièrement forts.

Haut de page

Bibliographie

Grousset R., 2007. Sur les traces du Bouddha, 4e éd., L’Asiathèque, Paris, 383 p.

Monod T., Durou J.-M., 1989. Déserts, AGEP, Marseille, 2e édition, 320 p.

Nougier L.-R., Beaujeu J., Mollat M., 1962. De la Préhistoire à la fin du Moyen-Âge, in L.H. Parias dir. Histoire Universelle des Explorations, t. I, Nouvelle Librairie de France, Paris, 416 p.

Pelliot P., 2002. Les routes de la région de Turfan sous les T’ang, édition J.-P. Drège, Institut des Hautes Etudes chinoises du Collège de France, Paris, 156 p.

Wu Cheng ‘En., 1592. Xiyou ji ; traduction française : La Pérégrination vers l’Ouest, A. Lévy, 1991, La Pléiade, Gallimard, 2 t : CXLVI + 1160 p. et 1192 p.; traduction anglaise : Journey to the West, W.J.F. Jenner, Foreign Languages Press, Beijing, 3 vol.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/596/img-1.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure 1. Image satellitale des Tian-Shan
Crédits NASA, licence CC 0-Domaine public, Wikimedia commons.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Crédits Cliché : J.-L. Ballais.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3. Haloclastie sur le piémont des Monts Flamboyants
Crédits Cliché : J.-L. Ballais.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 4. Ruines d’une pagode à Jiaohe
Crédits Cliché : J.-L. Ballais.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 5. Statues de Xuanzang, Sun Wukong (Roi des Singes), Zhu Bajie (Porcet) et Shaseng (Sablet)
Crédits Cliché : J.-L. Ballais.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/596/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 6. Statues de la Princesse immortelle Éventail-de-Fer et de Grobalès (Roi-démon-taureau)
Crédits Cliché : J.-L. Ballais.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/596/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ballais, Mahaipireti Wulamu et Virginie Laurent-Delorme, « Géomorphosite chinois : Les Monts Flamboyants = Huo Yan Shan = Yalkun Tagh (Xinjiang, Chine) », Dynamiques environnementales, 39-40 | 2017, 341-345.

Référence électronique

Jean-Louis Ballais, Mahaipireti Wulamu et Virginie Laurent-Delorme, « Géomorphosite chinois : Les Monts Flamboyants = Huo Yan Shan = Yalkun Tagh (Xinjiang, Chine) », Dynamiques environnementales [En ligne], 39-40 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/596 ; DOI : 10.4000/dynenviron.596

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Ballais

Aix-Marseille Université et UMR « ESPACE » CNRS, jean-louis.ballais[at]univ-amu.fr

Mahaipireti Wulamu

Université Normale du Xinjiang (Chine), mahpirat02[at]hotmail.com

Virginie Laurent-Delorme

SDDEA Troyes, virginie.delorme[at]sddea.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Dynamiques environnementales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals