Navigation – Plan du site

Île de la Réunion, quelques enjeux environnementaux contemporains

Reunion Island, some contemporary environmental issues
François Bart
p. 120-139

Résumés

Ce texte, fondé sur 21 photos originales, décline les principaux enjeux environnementaux auxquels fait face l’île de La Réunion. La dimension insulaire (de surface réduite), le milieu montagnard volcanique, les caractéristiques d’un climat tropical humide et la forte pression démographique cumulent leurs effets pour faire de la Réunion un environnement fragile et porteur de risques variés. L’importance de l’érosion torrentielle, les conséquences de la déforestation, les éruptions, les épisodes cycloniques, les aménagements touristiques, la pression urbaine sont autant de menaces sur la richesse de la biodiversité végétale et halieutique malgré l’étendue des aires protégées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : une petite île tropicale densément peuplée

1Dans l’archipel des Mascareignes, au sud-ouest de l’Océan Indien, l’île de La Réunion, Département français d’Outre-Mer (DOM) situé à proximité du Tropique du Capricorne, est le type même de la petite île tropicale montagneuse. Sur une surface de 2500 km2 seulement, elle abrite 865 826 habitants (estimation INSEE 2017), soit une densité moyennetrès élevée de 346 hab./km2.

Ravine au cœur du cirque de Cilaos

Ravine au cœur du cirque de Cilaos

Cliché : F. Bart

  • 1 Source INSEE 2012.

2Les questions environnementales s’y posent donc dans un contexte de forte pression et croissance démographiques : avec environ 10 000 habitants supplémentaires chaque année, en raison d’un excédent naturel significatif, les effectifs pourraient atteindre le million à l’horizon 2030. De plus, la configuration très montagneuse de l’île, dont l’altitude est échelonnée entre 0 et près de 3 000 mètres (sur de très courtes distances horizontales), fait que l’essentiel du peuplement est concentré sur une étroite bande littorale (à moins de 500 mètres d’altitude), à la fois sur quelques espaces de plaine et sur les premières pentes de la montagne. Le cœur démographique et économique de l’île est donc situé en périphérie. C’est là en particulier que se trouvent les trois principales agglomérations, qui regroupent 62 % de la population : Saint Denis (197 000 habitants), Saint Paul (177 000) et Saint Pierre (165 000)1. Aux contraintes topographiques, souvent spectaculaires, s’ajoutent des contraintes climatiques, marquées en particulier par l’occurrence de phénomènes cycloniques, vecteurs de précipitations parmi les plus intenses au monde, ainsi que des contraintes sanitaires, telles que la recrudescence du chikungunya et de la dengue. Dans les deux cas, la gestion de l’eau est concernée.

3Le récapitulatif des principaux enjeux environne-mentaux proposé ici, sans prétendre à la moindre exhaustivité, est fondé sur une sélection de clichés personnels pris au cours des années 2010-2015. Il est aussi l’occasion de signaler de nombreuses études récentes, en particulier, dans l’abondante mouvance de la littérature grise qui a accompagné le classement de la montagne réunionnaise au Patrimoine de l’UNESCO, un grand nombre de rapports, dont les références figurent dans la dernière page.

Figure 1 : L’île de la Réunion

Figure 1 : L’île de la Réunion

Un volcan dans l’océan

4L’île de la Réunion est le résultat de l’émergence de deux importants édifices volcaniques accolés, le Piton des Neiges à l’ouest, le plus ancien, et le Piton de la Fournaise à l’est, le plus récent, tous deux concernés par une érosion très intense.

5La montagne volcanique est ainsi au cœur de tous les enjeux environnementaux de l’île, déclinés autour des sols, de l’aménagement des pentes, de la gestion des écoulements, de l’usage des lithosols etc. De plus, le Piton de la Fournaise est un volcan très actif, aux nombreuses éruptions. Tout cela constitue, par la variété des formes et l’aspect spectaculaire de beaucoup de paysages, un patrimoine naturel remarquable, dont les exemples les plus connus sont les coulées, les cônes et cratères, aux formes parfois très fraîches, la grande caldeira de l’Enclos, basculée vers la côte orientale, les trois « cirques » d’effondrement, Cilaos, Mafate et Salazie, aux reliefs exceptionnellement accidentés, les « remparts » qui les dominent, les gorges qui les entaillent (Rivière des Galets, etc.). Si la partie montagneuse a un peuplement très clairsemé (les îlets), en tant que parties amont de tous les bassins hydrographiques torrentiels de l’île, en tant que « château d’eau », les enjeux environnementaux qui les concernent affectent toute l’île. De plus, aujourd’hui classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO (2010) et englobée dans un Parc National, la montagne réunionnaise est la base de l’atout touristique de l’île. Deux types d’événements sont particulièrement célèbres : les éruptions du Piton de la Fournaise (26 de 2000 à 2015 !), dont quelques coulées ont pu atteindre l’océan, et, chaque année, le Grand Raid, surnommé « Diagonale des Fous », célèbre course à pied à travers la montagne, dont l’édition 2017 (165 kilomètres, 9700 mètres de dénivelés cumulés), a été la 25e.

6La dimension patrimoniale et touristique de la morphologie volcanique prend tout son sens pour le volcan aux formes les plus fraîches, les plus spectaculaires donc, le Piton de la Fournaise, qui, dans la partie orientale de l’île, culmine à 2632 mètres. L’on voit ici (photo 1), son cratère principal, le cratère Dolomieu, le plus grand (1 000 mètres de long, 700 mètres de large) et profond de plus de 300 mètres suite à un effondrement survenu en 2007. Il est juxtaposé au cratère Bony, beaucoup plus petit (350 m de long et 200 m de large). La fraîcheur des formes est exaltée par la quasi-absence de végétation due à la fois à l’absence de sols et à des conditions climatiques très rudes (vent, brouillard…). L’ensemble se situe au sommet du cône principal inséré au centre d’une immense caldeira appelée l’Enclos. Celle-ci, qui a la forme d’un grand « U », d’environ treize kilomètres de longueur sur neuf de largeur, constitue un élément essentiel du patrimoine de morphologie volcanique, qui attire de nombreux randonneurs. Ces paysages sont l’un des éléments constitutifs essentiels du Parc National de la Réunion, créé en 2007, et l’enjeu environnemental ici en jeu est celui de la protection et de la valorisation touristique.

Photo 1 : Cratère du Piton de la Fournaise

Photo 1 : Cratère du Piton de la Fournaise

Cliché : Vincent Bart

7Les autres paysages volcaniques de l’Enclos s’inscrivent dans la même logique : pureté des formes volcaniques, à l’exemple du petit cône Formica Leo, multiplicité des coulées récentes, actuelles même, dont les plus longues atteignent la côte orientale, comme le montrent les photos 2 et 3, prises dans le secteur de la pointe du Tremblet : on distingue très clairement les coulées les plus récentes (2007 en particulier) au premier plan, des plus anciennes (le Grand Brûlé, 1943) au second plan, déjà colonisées par une végétation forestière, qui, malgré la pauvreté du support pédologique, parvient à s’enraciner, d’abord dans les innombrables fissures, en profitant de la très forte pluviométrie de ce secteur au vent (plus de 3 000 mm/an). Au fond apparaît le « rempart » nord de l’Enclos (photo 2) et à droite (photo 3), le Gros Piton (179 m), cône littoral dominant l’Anse des Cascades. Notons qu’il s’agit ici du seul secteur littoral dépourvu de population, entre Le Tremblet au sud et Bois Blanc au nord.

Photos 2 et 3 : Coulées du Piton de la Fournaise dans l’Enclos

Photos 2 et 3 : Coulées du Piton de la Fournaise dans l’Enclos

Cliché : F. Bart

8Les photos 4, 5 et 6 ont été prises sur le littoral sud-est, dans le secteur de la Pointe de la Table (commune de Saint-Philippe), en dehors de l’Enclos, marqué par la juxtaposition de coulées d’âges différents (1776 et 1986) qui permettent d’exposer, le long d’un sentier de découverte (cf Rando. Peï 2014, https://www.youtube.com/​watch ?v =FdtALkRe33M, consulté le 15 novembre 2015), les types de formes créées par le refroidissement de la lave et le contact avec la mer. On y voit, de façon très explicite et bien valorisée par des panneaux explicatifs (photo 6), deux types de paysages :

9« Le premier type de coulées est formé de laves lisses ou plissées que les volcanologues appellent pahoehoe. Ce nom curieux, pahoehoe, vient de la langue hawaiienne et signifie rivière de satin. En effet, en se refroidissant, ces langues de lave prennent souvent des teintes brillantes, satinées. Le second type de coulées est formé de blocs déchiquetés, scoriacés. On les appelle laves grattons à la Réunion, mais les volcanologues préfèrent le terme générique aa, nom également d’origine hawaiienne. Ce qui différencie ces deux types de coulées d’une température moyenne de 1 150°, c’est la teneur en gaz et la température. » (http://www.alaingerente.com/​index.html, consulté le 15 novembre 2015).

Photos 4, 5, 6 : Coulées de laves cordées (pahoehoe) sur un parcours touristique, Pointe de la Table, côte Sud

Photos 4, 5, 6 : Coulées de laves cordées (pahoehoe) sur un parcours touristique, Pointe de la Table, côte Sud

Cliché : F. Bart

Un milieu de hautes montagnes escarpées : enjeux de l’érosion, de la déforestation et de la protection

10Les édifices volcaniques réunionnais ont subi une forte évolution liée d’une part à des phénomènes d’effondrement, qui ont donné naissance aux trois grands « cirques » disposés autour du Piton des Neiges, d’autre part à une vigoureuse érosion torrentielle qui a creusé des gorges très profondes et totalement disséqué les versants. Il en résulte une montagne extrêmement accidentée où aux quelques planèzes doucement inclinées s’opposent d’innombrables ravines, des versants subverticaux aux dénivelés impressionnants. Les plus hauts sont appelés « remparts » ; ils délimitent les « cirques » avec, par exemple 1 400 mètres de différence d’altitude entre le Grand Bénard et le fond du cirque de Mafate, et 1 200 mètres entre la Roche Écrite et Grand Îlet dans le cirque de Salazie. La gestion des pentes dans un milieu de montagne tropicale connu pour détenir quelques records mondiaux d’intensité de précipitation, est un enjeu environnemental fondamental. Cette question se décline en fonction de l’occupation humaine : dans un contexte global de faible densité de population, la montagne réunionnaise présente un peuplement ponctuel, composé des îlets installés sur les replats. Une grande partie de la superficie constitue un milieu hostile, aujourd’hui complètement intégré dans le Parc National, et géré par l’Office National des Forêts, qui contrôle ainsi 40 % de la surface de l’île.

11Les photos 7 et p. 120, prises dans le cirque de Cilaos, montrent bien quelques-unes de ces caractéristiques, celles de montagnes au relief particulièrement chaotique, où l’érosion torrentielle, avec son cortège de crues, d’éboulements, de chutes de pierres, de glissements de terrain, menace en permanence la spectaculaire route d’accès, d’où a été pris le premier cliché. On est ici au-dessus du chenal d’écoulement du torrent dénommé Grand Bras de Cilaos, près de sa confluence avec le Petit Bras de Cilaos, dont l’encaissement est de l’ordre de 500 à 1 000 mètres.

Photo 7 : Au cœur du cirque de Cilaos : gorges, replats, « remparts »

Photo 7 : Au cœur du cirque de Cilaos : gorges, replats, « remparts »

Cliché : F. Bart

12La deuxième montre les environs immédiats de la petite ville de Cilaos, vers 1 100 mètres d’altitude. Dans l’intérieur du cirque, des replats, des versants moins raides abritent quelques îlots de peuplement et de modestes activités agricoles, en particulier de la vigne et des champs de lentilles, sur des sols parsemés de blocs de basalte.

13L’autre enjeu environnemental concernant la montagne est la question du devenir et de la gestion de la couverture forestière (photos 8 et 9), très liée au problème de l’érosion.

Photo 8 : Montagne forestière dominant le littoral urbanisé

Saint Denis vu des environs du Brûlé

Cliché : F. Bart

14La première photo (photo 8) rappelle une caractéristique naturelle essentielle de cette montagne tropicale humide : sa vocation forestière qui l’identifie bien par rapport au littoral agricole et très urbanisé. Mais la pression anthropique l’a considérablement amputée.

15L’ONF, aujourd’hui chargé du massif, est confronté à un défi environnemental de taille, l’ampleur de la déforestation et la nécessité à la fois de conserver des forêts, qui constituent un patrimoine très diversifié où existent des formations spécifiques (forêts de bois de couleur sur les hauts versants sous le vent, fougères arborescentes sur les versants au vent, photo 9) et d’effectuer des reboisements (comme les forêts de cryptomeria plantées dans le cirque de Cilaos), pour tenter de limiter les effets destructeurs de l’érosion des versants des cirques.

Photo 9 : Fougères arborescentes dans la forêt de montagne au vent (hauts de Saint Benoît)

Photo 9 : Fougères arborescentes dans la forêt de montagne au vent (hauts de Saint Benoît)

Cliché : F. Bart

16Les données récentes montrent néanmoins que la déforestation continue : « le bilan entre déforestation et boisement sur le département de la Réunion entre 1990 et 2008 conduit à une moyenne de 370 ha de forêt qui disparaissent chaque année, soit 0,4 % de la surface actuelle de forêt (97 574 ha). » (Inventaire Forestier).

17Les versants externes du massif du Piton des Neiges, qui culmine à 3 070 mètres, présentent des aspects très variés en fonction de la topographie, de l’altitude et de la pluviométrie. La photo 10, prise sur le versant au vent dans les hauts de Saint-Benoît est celle d’un escarpement forestier abrupt, dominant le Grand Étang. On remarque, outre la vigueur du dénivelé (plus de 700 mètres) et l’absence d’habitat, le grand nombre de cascades, formant, dans ce milieu très jeune, un réseau hydrographique torrentiel absolument pas hiérarchisé. On est ici à proximité d’une station climatique particulièrement arrosée du versant au vent, celle de Takamaka (plus de 6 000 mm/an), considérée comme l’une des plus pluvieuses du monde.

Photo 10 : Montagne, forêt et cascades au-dessus du Grand Étang

Photo 10 : Montagne, forêt et cascades au-dessus du Grand Étang

Cliché : F. Bart

18La photo 11, près de L’Étang Salé, montre les bas versants sud-ouest, rythmés par l’alternance des ravines (aux versants boisés très raides) et des planèzes, favorables à la culture de la canne à sucre. Les bas versants sont en contact direct avec la frange littorale très peuplée.

Photo 11 : Montagne et canne à sucre au-dessus de l’Étang Salé

Photo 11 : Montagne et canne à sucre au-dessus de l’Étang Salé

Cliché : F. Bart

19Les photos 12 et 13 mettent en évidence les logiques amont-aval de ces systèmes torrentiels. La première (photo 12) est révélatrice de l’étagement montagnard sur le versant ouest au-dessus de Saint-Paul : on distingue nettement, de haut en bas, l’étage forestier, celui de la canne à sucre et la frange littorale, avec une falaise morte, couverte d’une végétation xérophile, et percée par une profonde ravine, ainsi que, au premier plan, l’étang de Saint-Paul. Il y a bien sûr une logique systémique de fonctionnement de ces milieux étagés ; et la deuxième photo (13), avec l’exemple de la partie aval de la Rivière de Saint-Denis, dans l’agglomération dionysienne, révèle l’ampleur des risques que fait courir ce torrent aux bas quartiers de la ville ; le large lit majeur est partiellement endigué, mais reste une forte coupure dans le plus grand espace urbain de l’île.

Photo 12 : Transect à Saint Paul, de la forêt de montagne à la lagune

Photo 12 : Transect à Saint Paul, de la forêt de montagne à la lagune

Cliché : F. Bart

Photo 13 : La Rivière Saint-Denis à Saint-Denis

Photo 13 : La Rivière Saint-Denis à Saint-Denis

Cliché : F. Bart

Un environnement littoral fortement anthropisé : de gros enjeux d’aménagement

20Le littoral réunionnais, long d’environ 250 kilomètres, représente une interface environnementale d’au-tant plus importante qu’il abrite l’essentiel de la population, des activités et des infrastructures de l’île. Le contact terre-mer s’inscrit ainsi dans une problématique articulant fortement gestion, protection, aménagement, sans toujours parvenir à éviter les conflits.

21Le contexte géographique est varié : 43 % du linéaire côtier est rocheux (falaises et plateformes rocheuses) ; 32 % sont constitués de côtes alluvionnaires (avec cordons de galets et plages de sable « noir »), 18 % sont intégralement artificialisées et 7 % sont coralliennes (plages de sable « blanc ») (Région/BRGM). Tous ces milieux ont néanmoins en commun d’être fortement anthropisés : il existe un fort contraste entre une montagne très faiblement peuplée, peu exploitée et presque totalement intégrée dans le Parc National de la Réunion, et une façade maritime qui, à l’exception de quelques kilomètres au sud-est, est une succession ininterrompue de villes, bourgs, villages. L’organisation spatiale est linéaire, les milieux littoraux, urbanisés et cultivés (canne à sucre) exerçant une forte attractivité qui contraste avec la nature très rude de la montagne.

22Les photos 14 et 15 sont typiques de littoraux rocheux sauvages, peu hospitaliers, où l’habitat se concentre un peu en retrait du trait de côte.

23La photo 14 est caractéristique du littoral du « Sud Sauvage » entre Saint-Joseph et Saint-Philippe. Des coulées de lave dominent, par des falaises déchiquetées de quelques dizaines de mètres de hauteur, un océan toujours agité de fortes houles. C’est pour les touristes un lieu incontournable.

Photo 14 : Coulées du Piton de la Fournaise

Photo 14 : Coulées du Piton de la Fournaise

Cliché : F. Bart

24La photo 15 montre une espèce arborée typique de ces littoraux humides : le vacoa (Pandanus utilis), arbre aux racines aériennes, dont le fruit appelé localement pimpin est comestible ; il affectionne les rivages humides et joue un rôle protecteur contre l’érosion par son enracinement.

Photo 15 : Vacoas (Pandanus utilis) sur coulée de lave du Sud Sauvage

Photo 15 : Vacoas (Pandanus utilis) sur coulée de lave du Sud Sauvage

Cliché : F. Bart

25Les photos 16 et 17 amènent à un type de paysage littoral beaucoup plus fréquent : très peuplé, souvent urbanisé, équipé en infrastructures routières. Ici, les problèmes de gestion des milieux, de prévention contre les risques naturels et d’aménagement, l’emportent sur les questions de protection de l’environnement, car il s’agit de répondre aux besoins de fonctionnement d’une société et d’une économie modernes. Néanmoins, le lagon, le seul de l’île, et la bordure océane, font l’objet de mesures de protection dans le cadre de la Réserve Naturelle Marine, créée en 2007, s’étendant sur 3 500 ha du Cap-la Houssaye (Saint-Paul) à la Roche aux oiseaux (L’Étang-Salé). Quant au trait de côte, il subit une érosion significative, avec des pics à l’occasion des fortes houles australes ou du passage d’un cyclone.

26La photo 16 illustre un paysage typique de littoral corallien à récif frangeant. Un étroit lagon, dans cette partie ouest de l’île, plus ensoleillée qu’ailleurs, est le support d’une activité balnéaire importante (Saint-Gilles, L’Hermitage la Saline, Saint-Leu), favorisée aussi par l’existence de plages de sable corallien blanc.

Photo 16 : Littoral corallien et récif frangeant à Saint-Leu

Photo 16 : Littoral corallien et récif frangeant à Saint-Leu

Cliché : F. Bart

27La photo 17 a été prise à la marina de Saint-Gilles, cœur de cette activité touristique. Ici tourisme rime avec urbanisation.

Photo 17 : Station touristique de Saint-Gilles les Bains

Photo 17 : Station touristique de Saint-Gilles les Bains

Cliché : F. Bart

28Dans ce secteur littoral, le lagon, comme la frange littorale font face à de multiples problèmes où se mêlent enjeux environnementaux et socio-économiques. Le premier est tiraillé entre les exigences de protection et le développement des activités balnéaires et nautiques. Il est confronté depuis quelques années à la question des attaques de requins sur des surfers et des baigneurs : la Réserve est accusée par les acteurs du tourisme de favoriser leur prolifération et donc de compromettre le tourisme de bord de mer. Quant à la terre ferme, elle fait face aux problèmes classiques de pollution (avec rejets en mer), de saturation du trafic. L’inauguration en 2009 de la route à 2 x 2 voies dite des Tamarins, parallèle à la vieille route nationale du bord de mer, a contribué à désengorger partiellement le trafic.

29Les photos 18, 19 et 20 sont centrées sur la question de la gestion du trafic routier dans cette aire urbaine littorale occidentale. La première (18) montre, au-dessus de la baie de Saint-Paul, l’extrémité septentrionale de la route des Tamarins, qui, sur ses 34 kilomètres de longueur, a nécessité la construction de 123 ouvrages d’art (tunnels et viaducs pour franchir les ravines).

Photo 18 : Baie de Saint-Paul, urbanisation et jonction entre la route des Tamarins et la route du Littoral

Photo 18 : Baie de Saint-Paul, urbanisation et jonction entre la route des Tamarins et la route du Littoral

Cliché : F. Bart

30Celle-ci est le prolongement de la célèbre route du littoral, qui, de La Possession à Saint-Denis, assure la jonction essentielle entre la capitale, Saint Denis, Le Port, pôle industrialo-portuaire, la principale station touristique (Saint Gilles) et la deuxième ville, Saint-Pierre. Cette route suit le pied de falaises verticales de plus de 200 mètres de haut (photo 19), sujettes à de très nombreux éboulements qui ont nécessité la pose et l’entretien très onéreux de filets de protection, sans suffire cependant à empêcher des interruptions totales de trafic qui perturbent la vie d’une grande partie de l’île.

Photo 19 : Route du Littoral à la sortie Est de Saint Denis

Photo 19 : Route du Littoral à la sortie Est de Saint Denis

Cliché : F. Bart

31Pour pallier ces inconvénients majeurs, il a d’abord été envisagé de construire un tram-train. Ce premier projet a été remplacé par un projet routier titanesque, prévu pour aboutir à l’échéance 2020, la « Nouvelle Route du Littoral » (photo 20), en partie construite sur pilotis dans l’océan. Les enjeux environnementaux liés à ce chantier considéré comme le plus cher de France font polémique.

Photo 20 : Le chantier de la Nouvelle Route du Littoral (affiche devant la Mairie de Saint Denis)

Photo 20 : Le chantier de la Nouvelle Route du Littoral (affiche devant la Mairie de Saint Denis)

Cliché : F. Bart

Conclusion : environnement, protection et développement, un cas d’école ?

32La Réunion peut ainsi apparaître comme un véritable laboratoire de la mise en œuvre de politiques environnementales dans un espace insulaire de taille réduite, soumis à de fortes contraintes. Elle cumule en effet les caractères de l’insularité, de la forte densité de population, de l’omniprésence de la haute montagne, et d’un développement à la fois rapide et inégal. S’y côtoient, depuis la départementalisation, des initiatives majeures en termes de protection et de valorisation de l’environnement (Parc National de la Réunion, Réserve marine, classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO) et quelques-uns des plus grands chantiers des XXe et XXIe siècles, avec la Route des Tamarins et la Nouvelle Route du Littoral. Depuis quelques années, les initiatives de protection s’élargissent à un patrimoine associant nature et bâti, valorisant aussi l’histoire et l’identité réunionnaises, comme en attestent les initiatives de valorisation du patrimoine sucrier à Saint-Pierre et du bâti colonial à Saint-Denis.

Vallée de cratères de bombes au cœur de l’île de Helgoland, minuscule rocher en poste avancée à l’embouchure de l’Elbe, dans le Schleswig-Holstein en Allemagne

L’histoire de cette île est étonnante et détonnante, puisque, confisquée aux allemands par les britanniques, Helgoland, après avoir été une forteresse devient, après la seconde guerre mondiale, un champs de tir pour l’aviation britannique

Cliché : T. Auly

El Roque de los Muchachos à 2 426 m d’altitude, haut-lieu de l’observation astronomique

El Roque de los Muchachos à 2 426 m d’altitude, haut-lieu de l’observation astronomique

Grâce aux conditions naturelles - positionnement au coeur de l’océan, topographie, climat particulier créant une barrière nuageuse entre 1 000 et 2 000 m d’altitude - ce site est un des meilleurs lieux d’observation du ciel au monde, ce qui a motivé l’installation d’une série de téléscope appartenant à l’institut d’astrophysique des Canaries

Cliché : T. Auly, 2016

Haut de page

Bibliographie

Cazes-Duvat, V. et Paskoff, R., (2004). Les littoraux des Mascareignes entre nature et aménagement, Paris, L’Harmattan.

Guide Gestion de l’érosion du littoral de la Réunion, n.d., BRGM/Région Réunion, http://www.risquesnaturels.re/pdf/BRGM%20guide%20, 32 p., pdf, consulté le 17 novembre 2015.

Inventaire Forestier, (2009). Changements d’occupation et d’utilisation des terres dans les départements d’Outre-Mer, L’IF n° 23, 3e trimestre 2009.

Jauze J.-M. (dir.) (2011). Les Hauts de la Réunion, terres de tradition et d’avenir. Océan Editions, Paris.

Taglioni, F., (2011). Insularité et développement durable. Montpellier, IRD Editions, collection « Objectifs Suds », 551 p.

Taglioni, F., (2010). L’insularisme : une rhétorique bien huilée dans les petits espaces insulaires in Sevin, O. et al. (dir.). Comme un parfum d’île. Paris, Presse Universitaire Paris-Sorbonne (PUPS), p. 421-435.

Taglioni F. et Guiltat S., (2015). Le risque d’attaques de requins à La Réunion, EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 18 novembre 2015.

Thinon P., Martignac C., Metzger P. et Cheylan J.-P., (2005). Analyse géographique et modélisation des dynamiques d’urbanisation à La Réunion, Cybergeo : European Journal of Geography consulté le 8 novembre 2015.

Webographie (consultation en septembre 2015)

http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/plaquette_RERun_vdef_web_cle517f74.pdf

http://www.univ-paris13.fr/experice/wp-content/uploads/2015/02/11_naria.pdf

http://www.reunion-parcnational.fr/IMG/pdf/strategie_EEE_web_1page.pdf

http://www.reunion-parcnational.fr/Enquete-publique/Essentiel-A4-32pages.pdf

http://www.reunion-parcnational.fr/

http://www.reunion-parcnational.fr/IMG/pdf/Candidature_UNESCO_Fr.pdf

http://www.side.developpement-durable.gouv.fr/userfiles/file/P25/Profil%20Environnemental%20de%20la%20Réunion-allegé.pdf

Haut de page

Notes

1 Source INSEE 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ravine au cœur du cirque de Cilaos
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 1 : L’île de la Réunion
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Photo 1 : Cratère du Piton de la Fournaise
Crédits Cliché : Vincent Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Photos 2 et 3 : Coulées du Piton de la Fournaise dans l’Enclos
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Photos 4, 5, 6 : Coulées de laves cordées (pahoehoe) sur un parcours touristique, Pointe de la Table, côte Sud
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Photo 7 : Au cœur du cirque de Cilaos : gorges, replats, « remparts »
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Photo 9 : Fougères arborescentes dans la forêt de montagne au vent (hauts de Saint Benoît)
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Photo 10 : Montagne, forêt et cascades au-dessus du Grand Étang
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Photo 11 : Montagne et canne à sucre au-dessus de l’Étang Salé
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Photo 12 : Transect à Saint Paul, de la forêt de montagne à la lagune
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 13 : La Rivière Saint-Denis à Saint-Denis
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Photo 14 : Coulées du Piton de la Fournaise
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Photo 15 : Vacoas (Pandanus utilis) sur coulée de lave du Sud Sauvage
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Photo 16 : Littoral corallien et récif frangeant à Saint-Leu
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Photo 17 : Station touristique de Saint-Gilles les Bains
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Photo 18 : Baie de Saint-Paul, urbanisation et jonction entre la route des Tamarins et la route du Littoral
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Photo 19 : Route du Littoral à la sortie Est de Saint Denis
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Photo 20 : Le chantier de la Nouvelle Route du Littoral (affiche devant la Mairie de Saint Denis)
Crédits Cliché : F. Bart
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Crédits Cliché : T. Auly
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre El Roque de los Muchachos à 2 426 m d’altitude, haut-lieu de l’observation astronomique
Légende Grâce aux conditions naturelles - positionnement au coeur de l’océan, topographie, climat particulier créant une barrière nuageuse entre 1 000 et 2 000 m d’altitude - ce site est un des meilleurs lieux d’observation du ciel au monde, ce qui a motivé l’installation d’une série de téléscope appartenant à l’institut d’astrophysique des Canaries
Crédits Cliché : T. Auly, 2016
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/706/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bart, « Île de la Réunion, quelques enjeux environnementaux contemporains », Dynamiques environnementales, 38 | 2016, 120-139.

Référence électronique

François Bart, « Île de la Réunion, quelques enjeux environnementaux contemporains », Dynamiques environnementales [En ligne], 38 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/706 ; DOI : 10.4000/dynenviron.706

Haut de page

Auteur

François Bart

Université Bordeaux Montaigne, UMR 5115 LAM - francois.bart(at)scpobx.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Dynamiques environnementales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals