Navigation – Plan du site

Des déficits en eau paradoxaux en milieu hypertropical : l’île de Fongafale (archipel de Tuvalu)

The paradox of water shortages in an equatorial climate : Fongafale island (Tuvalu archipelago)
Yannick Lageat et Caroline Rufin-Soler
p. 140-159

Résumés

En dépit de son appartenance au domaine hypertropical, qui ne connaît aucun mois « sec », l’île de Fongafale, de l’atoll de Funafuti (Tuvalu), subit, de manière irrégulière, de sévères déficits hydriques qui ne peuvent que se multiplier dans l’avenir. En effet, ayant été promue au rang de capitale depuis l’indépendance du pays en 1878, elle est confrontée à une demande croissante, la population ayant décuplé dans l’intervalle. Ainsi, durant un intense épisode La Niña en 2011, l’état d’urgence a dû être décrété le 28 septembre et n’a pu être levé que le 9 novembre, à la faveur de la mobilisation de la communauté internationale. Malgré la fourniture de citernes individuelles, tous les foyers qui en disposent sont susceptibles d’être confrontés à un rationnement drastique de l’eau potable dès que le total pluviométrique d’un mois est inférieur à 90 mm, situation qui peut survenir quand la Zone de Convergence du Pacifique-Sud migre au sud-ouest de sa position moyenne.

Haut de page

Texte intégral

Ils s’adressent à M. Sumeo Silu, National Disaster Management Officer à Fongafale, pour les informations qu’il a bien voulu nous fournir sur la crise de 2011, à Mme Hilae Vivae, Director of the Tuvalu Meteorological Service, pour les données pluviométriques des années 2010, 2011 et 2012 qu’elles nous a communiquées, et à notre collègue Jean-Pierre Vigneau, professeur honoraire de l’Université de Paris 10-Nanterre, pour sa relecture attentive d’une première mouture.

Introduction

1« La légende de la nature paradisiaque des “îles des Mers du Sud” est tout aussi fausse que celle de leur climat enchanteur. L’homme doit toujours y rester sur ses gardes », rappelait François Doumenge en 1966. Toutefois, à aucun moment, au long de sa thèse forte de 600 pages, il n’envisageait que, parmi les contraintes aléatoires auxquelles pût être confronté l’habitant de ces îles, figurât une sécheresse que l’on peut qualifier de « sociétale ». À plusieurs reprises, à Fongafale, île de l’atoll de Funafuti promue au rang de capitale de l’État de Tuvalu (figure 1), une demande en augmentation rapide a considérablement accru la sensibilité de sa population à la variabilité climatique en dépit d’une abondance pluviométrique exceptionnellement élevée. Bien loin des préoccupations que devrait engendrer la perspective, certes plus lointaine et très mal « contrainte », de la submersion marine programmée à l’échéance de la fin du XXIe siècle…

Vue aérienne de l’île-capitale de Fongafale, atoll de Funafuti, Tuvalu

Vue aérienne de l’île-capitale de Fongafale, atoll de Funafuti, Tuvalu

Cliché : Tomoaki INABA, 2011, flickr

Figure 1 : Localisation de l’archipel de Tuvalu et de l’atoll de Funafuti

Figure 1 : Localisation de l’archipel de Tuvalu et de l’atoll de Funafuti

Une abondance pluviométrique exceptionnellement élevée

2Il n’est guère, à la surface des aires océaniques, de terres qui, ne dépassant pas 5 m d’altitude, soient aussi arrosées que les atolls de l’ouest du Pacifique : on peut leur appliquer le terme d’« hypertropical », emprunté à Ch.-P. Péguy (1970), pour désigner un type climatique qui réunit une double condition : 12 mois chauds et humides (P > 4T) et une amplitude thermique inférieure à 6 °C. Toutefois, contrairement au centre et à l’est de l’océan, le « pot au noir » se dédouble, les dispositifs pluviogènes privilégiant Jaluit aux îles Marshall (5°50’ N) et Funafuti (8°30’ S) qui appartient à un archipel s’étirant sur 700 km entre les 5e et 12e degrés de latitude sud (figure 2).

Figure 2 : Les totaux pluviométriques en relation avec la latitude dans le Pacifique tropical à l’ouest de la ligne de changement de date

Figure 2 : Les totaux pluviométriques en relation avec la latitude dans le Pacifique tropical à l’ouest de la ligne de changement de date

D’après Stoddart D.R. et Walsh R.P.D., 1992

3Le total annuel moyen de l’atoll de Funafuti s’élève à quelque 3 100 mm (normale 1980-2009), et a même atteint 3 500 mm (normale 1960-1989). Depuis juillet 1927, date du début du fonctionnement continu de la station météorologique de Fongafale, il n’est pas un seul mois, pendant 66 ans, qui n’ait été telle année le plus humide et telle autre année le plus sec (en dehors, pour cette dernière recension, de décembre). C’est dire le remarquable étalement de la pluviométrie en année moyenne (tableau 1).

Tableau 1 : Variabilité mensuelle dans l’abondance pluviométrique

Tableau 1 : Variabilité mensuelle dans l’abondance pluviométrique

4Il est néanmoins évident, à la lecture de ces chiffres, que leur distribution saisonnière montre une prédominance des précipitations, accompagnée d’une plus forte intensité, durant l’été austral qui reçoit 60 % du total annuel entre novembre et avril (Thompson, 1987) (figure 3).

Figure 3 : Distribution minimale, moyenne et maximale des précipitations mensuelles à Fongafale

Figure 3 : Distribution minimale, moyenne et maximale des précipitations mensuelles à Fongafale

5Ces modestes variations saisonnières sont enregistrées au sein de la « Zone de Convergence du Pacifique-Sud » (South Pacific Convergence Zone), qui est une structure pluviogène quasi-permanente dont la désignation est généralement attribuée à K.E. Trenberth (1976). Il semble qu’elle ait été reconnue dès 1930 par T. Bergeron à partir des analyses de surface, mais, en raison de l’extrême dispersion des stations insulaires dans le centre et l’est du Pacifique Sud, il fallut attendre l’imagerie satellitaire pour que pût être pleinement appréciée la vaste extension, tant spatiale que temporelle, de cette ZCPS. Depuis lors, nombre d’études ont été consacrées à « ce phénomène plutôt intriguant » – this rather intriguing phenomenon –, selon D.G. Vincent (1994).

Façade lagonaire de l’île de Fongafale

Façade lagonaire de l’île de Fongafale

Cliché : C. Rufin-Soler

Façade océanique de l’île de Funafara

Façade océanique de l’île de Funafara

Cliché : C. Rufin-Soler

Le décor de carte postale : l’île de Fongafale vue du lagon

Le décor de carte postale : l’île de Fongafale vue du lagon

Cliché : Y. Lageat

Intrusion d’eau salée dans une fosse pour la culture du taro

Intrusion d’eau salée dans une fosse pour la culture du taro

Cliché : C. Rufin-Soler

6Rares sont les climatologues français qui se sont interrogés sur la spécificité de la circulation atmosphérique au-dessus d’un océan où coexistent l’équateur météorologique (ou Zone de convergence intertropicale), segment d’orientation zonale localisé vers 5° N, et cette autre dorsale humide qui s’en détache pour joindre la Papouasie-Nouvelle-Guinée (5° S-140° E) à l’extrémité méridionale de l’archipel des Tuamotu (vers 30° S-120° W). On suivra J.-P. Vigneau (2000) qui la désigne comme « la confluence de flux d’alizés d’origines différentes », le flux du nord-est originaire de l’anticyclone de l’île de Pâques et le flux plus frais et moins humide de sud-est engendré par des anticyclones migrateurs circulant entre Tasmanie et Nouvelle-Zélande (parfois désignés sous l’expression de « Hautes Pressions de Kermadec »). Il n’est toutefois pas indifférent que la ZCPS s’étire à l’aplomb d’un appendice de la « piscine chaude du Pacifique occidental » (Western Pacific Warm Pool) s’étendant de 10°N à 18°S, de l’Indonésie à la ligne de changement de date près de l’équateur, et de l’Australie à la Polynésie française dans sa partie méridionale. Ces eaux chaudes de surface (température > 28 °C et salinité < 35 ‰) induiraient un affaiblissement des pressions qui, à leur tour, dirigeraient les vents de basse altitude dont résulterait une convergence humide (Kiladis et al., 1989). « Une théorie explicative de la ZCPS manque encore », admettaient encore en 2007 K. Takahashi et D.S. Battisti (figure 4).

Figure 4 : L’espace aérologique du Pacifique occidental

Figure 4 : L’espace aérologique du Pacifique occidental

D’après l’Australian Bureau of Meteorology-CSIRO, 2011

7L’atoll de Funafuti se localise, en année « neutre » (Vincent et al., 2011), près de l’axe de la SCPZ et est donc, en toutes saisons, surmonté par cette cheminée d’ascendance. C’est moins l’atténuation des précipitations pendant l’hiver austral qui singularise son rythme climatique que la contribution apportée, au cours de l’été, par des vents d’ouest, du nord-ouest et du nord : 42 %, contre 3 % en juin-juillet-août, et, de fait, la provenance du vent modal est de 300° en janvier et de 80° en juillet. On suivra donc G.M. Griffiths et al. (2003) qui, en été, introduisent une distinction, au sein de cette « zone » de basses pressions, entre un segment diagonal à l’est de la ligne de changement de date vers lequel convergent toujours les alizés austraux, et un segment d’orientation zonale, appartenant à l’équateur météorologique, l’« auge de mousson » (monsoon trough) vers laquelle s’opèrent des incursions de l’alizé boréal dévié d’une plus grande efficacité pluviale.

Une croissance démographique étonnamment forte

8Lors de la visite de l’atoll de Funafuti par une mission de la Royal Society of London en 1896, l’île de Fongafale couvrant 270 ha, n’hébergeait que 256 habitants, soit 7 % de la population tuvaluane (Yamamo et al., 2007). Cette proportion, qui n’était encore que de 15 % en 1973, s’est considérablement accrue puisque, lors du dernier recensement de 2002, elle atteignait 47 %, soit 4 500 personnes. Tandis que la population de six îles (Nanumea, Nanumaga, Niutao, Nui, Nukufetau et Nukulakita) régressait durant la période intercensitaire 1991-2002, celle de la capitale augmentait de 5 % par an. Le chiffre de 5 000 résidents est désormais dépassé puisque la population de Tuvalu, qui s’est longtemps accrue à un rythme annuel de 36 ‰, était estimée à quelque 12 000 individus en 2011 (Rufin et Lageat, 2015) (figures 5 et 6).

Figure 5 : L’atoll de Funafuti

Figure 5 : L’atoll de Funafuti

C. Rufin-Soler, 2004

Figure 6 : Vue de l’île-capitale de Fongafale

Figure 6 : Vue de l’île-capitale de Fongafale

Cliché : Y. Lageat, 2012

9Une telle progression s’explique par le choix inopiné de l’armée américaine, durant la guerre du Pacifique, de s’installer massivement en 1941 sur ce Cendrillon de l’Empire britannique qui a rassemblé jusqu’à 6 000 soldats en 1942, ses habitants ayant été relogés sur l’île voisine de Funafara. Attaquée à neuf reprises en 1943 par l’aviation japonaise, Fongafale a été rendue opérationnelle par des aménagements massifs : construction d’un aérodrome, création d’une aire de stationnement pour hydravions, édification d’un quai d’embarquement, ouverture de chenaux de navigation à travers l’anneau corallien… Les stigmates de cette présence se lisent dans le paysage par la présence de dix borrow pits, cavités béantes qui occupent 52 ha de terres constructibles ou cultivables, les prélèvements lagonaires n’ayant pas suffi à répondre aux besoins en matériaux de construction (Yamano et al., 2007).

Laisse de pleines mers sur le motu de Tefala

Laisse de pleines mers sur le motu de Tefala

Cliché : Y. Lageat

10Grâce à cet héritage, l’île de Fongafale a été promue au rang de capitale au moment où l’archipel des Ellice s’est séparé des îles Gilbert en 1975, avant d’accéder à l’indépendance en 1978. Dès lors, les migrations en provenance des outers islands se sont multipliées, et, par exemple, la population du quartier de Lofeagai est passée, entre 2002 à 2011, de 399 à 637 individus, dont 75 % sont originaires du reste de l’archipel. À partir de 1999, s’est ajouté le retour des travailleurs employés dans les îles à phosphate de Nauru et Banaba (Kiribati). Aucun État dans le Pacifique n’a connu un exode rural et une urbanisation aussi rapides, suite à l’installation des départements ministériels, à l’implantation de nouvelles infrastructures et à la création d’emplois citadins (Connell, 2003). Cette forte croissance démographique, qui engendre des conflits fonciers en lien avec un considérable morcellement des terres, s’accompagne d’un développement spontané du bâti. La densité de population de la capitale de Tuvalu est passée de 280 habitants au km2 au sortir de l’indépendance à 3 500 (contre 220 dans les outer islands) d’après les dernières études, et une telle croissance s’est évidemment accompagnée de modifications considérables de son environnement, mais aussi d’une contraction des ressources en eau douce (figure 7).

Figure 7 : La densification de l’habitat dans la section médiane de l’île de Fongafale

Figure 7 : La densification de l’habitat dans la section médiane de l’île de Fongafale

D’après H. Yamano et al., 2007

11Selon P. Roy et J. Connell (1991), toutes les îles coralliennes de 1,5 ha et de 200 m de diamètre sont pourvues d’une nappe d’eau douce « flottant » hydrostatiquement sur l’eau salée en raison de sa moindre densité. Il est classiquement admis que cet aquifère, dit de Ghyben-Herzberg depuis les travaux de ces deux géologues à la fin du XIXe siècle, revêt la forme d’une demi-lentille dont le bord se raccorde avec la mer et que son volume est proportionnel à la largeur et la surface émergées. Calculée à partir de la formule de Penmann, l’évapotranspiration potentielle s’élève en moyenne annuelle à 144 mm (Thompson, 1987), et une importante fraction des précipitations s’infiltre donc dans le sous-sol poreux de l’île de Fongafale qui ne possède pas de réseau hydrographique de surface et ne porte que des sols squelettiques.

12Toutefois, en raison de sa surexploitation, qui engendre une remontée de l’interface eau douce/eau salée au niveau des points de prise d’eau, en raison de la densification du bâti et du goudronnage des rues, qui empêchent son rechargement naturel, en raison des prélèvements, de quelque 150 litres par arbre et par jour, opérés par les cocotiers (Cocos nucifera) et les pandanus (Pandamus tectorius), la demi-lentille ainsi amincie est vulnérable à l’intrusion latérale d’eau de mer. Cette situation est particulièrement préjudiciable à la culture traditionnelle du tarot géant pulaka (Cyrtosperma chamissonis) qui, cultivé dans des fosses, manifeste une faible tolérance au sel (≤ 2 mS.cm-1, alors que la résistivité électrique révèle des valeurs > 5 mS.cm-1). Il s’y ajoute les pollutions diverses : effluents animaux dus à l’élevage porcin développé dans les années 1960 pour apporter des engrais naturels aux cultures, et effluents organiques liés à l’usage traditionnel des côtes lagonaires ou océaniques comme lieux d’aisance. En l’absence d’un réseau d’assainissement collectif se posent des problèmes de santé publique, des risques d’hépatite, de typhoïde, de gastro-entérite, étant liés à la contamination de l’eau douce par des bactéries coliformes, que révèlent les analyses bactériologiques. À Fongafale, depuis la Seconde Guerre mondiale, la nappe est sollicitée pour tout usage autre que la consommation courante, les puits étant, selon les mois de l’année, soit pollués, soit saumâtres, soit même salés, comme l’indiquent les mesures physico-chimiques (Nakata et al., 2012).

13De l’eau en bouteilles est certes importée des îles Fidji ou d’Australie – 24 000 litres en 2010 –, mais à un coût qui limite sa consommation dans un pays où le salaire horaire minimum est de 2,20 € pour un travailleur non qualifié et de 2,70 € pour un travailleur qualifié, et où 26 % de la population vivraient sous le seuil de pauvreté. Aussi la seule alternative consiste-t-elle à recueillir les eaux pluviales qui sont bouillies pour la boisson et la cuisine. Cette collecte, grâce à l’adoption de toits en tôle, a bénéficié de la fourniture des citernes individuelles (tanks), dont les premières en ciment avaient une contenance de 3 600 litres. La capitale dispose par ailleurs de citernes collectives dont l’eau est attribuée gratuitement pendant la saison sèche, tout en étant rationnée, et vendue durant la saison humide : la plus volumineuse de 1 600 m3 se trouve au sous-sol du bâtiment gouvernemental construit entre 2002 et 2004. La capacité d’emmagasinage de Fongafale, qui n’était que de 5 500 m3 en 1995, était estimée à quelque 13 000 m3 en 2006, avant la livraison par la Commission européenne et l’Australie, à partir de 2008, de 900 citernes individuelles en polyéthylène de 10 000 litres (Gerber et al., 2011) (figure 8).

Figure 8 : Citerne individuelle pour la collecte de l’eau de pluie

Figure 8 : Citerne individuelle pour la collecte de l’eau de pluie

Cliché : Y. Lageat, 2012

14La pénurie de 1999, longue de six semaines, avait conduit à l’achat au Japon d’une usine de désalinisation, laquelle a été remplacée en 2006 par une nouvelle installation à osmose inverse, d’une capacité journalière de 40 000 litres, mais elle ne peut être utilisée qu’en dernier recours à cause de son coût de fonctionnement. La dépendance à l’égard des précipitations demeure donc une contrainte forte pour la population de l’île.

Une vulnérabilité sociétale considérablement aggravée

15De manière récurrente, Fongafale est soumise à des accidents climatiques quoique l’irrégularité interannuelle puisse être considérée comme modérée : certes, en 66 ans, le total pluviométrique a oscillé entre 2 055 mm (en 2011) et 6 733 mm (en 1940), mais, selon C.S. Thompson (1987), la probabilité que l’atoll reçoive plus de 3 000 mm chaque année est de 81 %, et quatre années sur cinq, de 75 %, alors qu’elle n’est que de 4 % que ce total ne soit pas dépassé pendant deux années consécutives. Néanmoins, comme les gradients de précipitation sont très forts au voisinage de la SPCZ, de modestes déplacements par rapport à la position moyenne peuvent engendrer des changements drastiques pour les îles de la région, même à l’échelle intra-annuelle.

16E. M. Vincent et al. (2011) ont examiné les « excursions » de la ZCPS (figure 9), dont la plus spectaculaire, en 1982-1983, l’a conduite à un millier de kilomètres au nord-est de son tracé « moyen », et, à la faveur de cette orientation zonale, elle tend à se confondre avec l’équateur météorologique qui, lui-même, se décale sensiblement vers le sud. En ces circonstances exceptionnelles, des îles qu’elle chevauche habituellement (Samoa, Cook…) connaissent une profonde sécheresse, tandis que celles vers lesquelles elle s’est déplacée peuvent connaître des abats d’eau catastrophiques (cas des îles Marquises qui reçurent, durant ce même hiver, 2 400 mm contre 300 mm en moyenne). Cette situation, dite « asymétrique », s’est reproduite en 1991-1992 et en 1997-1998, et elle est associée à des phases El Niño, durant lesquelles l’atoll de Funafuti connait une plus grande abondance pluviométrique : ainsi, entre septembre 1982 et mars 1983, Fongafale a reçu 3 100 mm. Ce n’est que dans de telles circonstances que l’archipel de Tuvalu subit des événements cycloniques : ce fut notamment le cas en 1997, quand Gavin, Hina et Keli l’ont successivement frappé les 5 et 12 mars et le 10 juillet, alors que, dans le même temps, les îles Fidji étaient durablement affectées par une contraction de leur pluviométrie.

Figure 9 : Les positions variables de la Zone de Convergence du Pacifique Sud

Figure 9 : Les positions variables de la Zone de Convergence du Pacifique Sud

Selon E.M. Vincent et al., 2011

17Au contraire, pendant les années dites « négatives » (1983-1984, 1988-1989, 1995-1996, 1998-1999, 1999-2000, 2000-2001, 2010-2011), correspondant à des épisodes La Niña, la migration vers le sud-ouest de la ZCPS s’accompagne de précipitations moins abondantes à Tuvalu (figure 10), par contraste avec la situation observée aux îles Fidji ou en Nouvelle-Calédonie. En témoignent, par exemple, les hauteurs d’eau mesurées en 2011 : 66 % de la normale à Funafuti, mais + 149 % à Nadi ou à Nouméa.

Figure 10 : Distribution mensuelle des précipitations à Fongafale en année moyenne et à l’occasion des événements El Niño/La Niña

Figure 10 : Distribution mensuelle des précipitations à Fongafale en année moyenne et à l’occasion des événements El Niño/La Niña

Tuvalu Meteorological Service

18Les épisodes de moindre pluviosité – neuf fois sur dix, selon C.S. Thompson (1987) – sont associés à un Southern Oscillation Index (SOI) positif, lors des phases La Niña, témoignant d’un accroissement des différences de pression normalisées entre Papeete (17,5° S-149,6° W) et Darwin (12,4° S-130,9° E). En l’occurrence, une plus grande vigueur de la circulation d’est s’accompagne d’une régression de la « piscine d’eau chaude » vers l’ouest. Selon W.E. Bardsley et H. Vavae (2009), le refroidissement des eaux de surface permet d’anticiper les périodes de relâche pluviométrique, et ils estiment, à partir des données de 1945 à 2007, que des températures inférieures à 26 °C autorisent une prévision empirique à 68 % d’un mois « sec », à 82 % de deux mois et à 85 % de trois mois. Cette observation confirme l’importance du contrôle qu’exerce la langue d’eau chaude sur le fonctionnement et la localisation de la ZCPS.

Accumulation de galets coralliens observable dans une clairière de Fongafale

Accumulation de galets coralliens observable dans une clairière de Fongafale

Fixation de l’accumulation sédimentaire par les Pandanus

Fixation de l’accumulation sédimentaire par les Pandanus

Implantation d’habitations : utilisation des anciens sites d’excavation – borrow pit, île de Fongafale, atoll de Funafuti

Implantation d’habitations : utilisation des anciens sites d’excavation – borrow pit, île de Fongafale, atoll de Funafuti

Cliché : Y. Lageat

Décharge sauvage sur l’île de Tengako, atoll de Funafuti

Décharge sauvage sur l’île de Tengako, atoll de Funafuti

Cliché : Y. Lageat

19C’est la situation qui a prévalu en 2011 quand l’océan Pacifique a connu son épisode La Niña le plus intense depuis une soixantaine d’années. Après le précédent du 5 août 1999, l’état d’urgence a été décrété à Tuvalu le 28 septembre 2011, à la fin du mois le plus indigent jamais enregistré. La panne affectant l’usine de désalinisation a conduit à un rationnement drastique de l’eau potable, et chaque famille, comptant en moyenne 6,5 membres, a dû se satisfaire de 40 litres par jour. Cette situation critique a entraîné une mobilisation sans précédent de la communauté internationale, et, à partir du 23 octobre, il a été possible de mettre 60 litres à la disposition de chaque foyer, grâce à l’installation par l’armée de l’air néo-zélandaise d’une unité mobile de traitement de l’eau, d’une capacité égale à celle de l’unité gouvernementale après sa réparation, à la fourniture par le Japon de deux unités portables de 10 000 litres, et au financement par la Corée du Sud du transport de 60 000 bouteilles d’eau fidjienne. Le 9 novembre, 2 700 m3 avaient pu être stockés, à la faveur des apports cumulés des pluies (13 %), de la production des deux usines de désalinisation (48 %), et du transport par bateaux de quelque 1 050 m3 (39 %) en provenance de Suva (Fidji), et la crise était surmontée.

20Malgré l’aide apportée par l’Union européenne et l’Australie, il s’en faut que toutes les habitations soient désormais dotées de citernes individuelles. Ainsi, au centre de la capitale, seules 160 sur les 252 ménages que compte la communauté de Funafuti en disposent. Au nord de l’île, la capacité de stockage du quartier de Lofeagai n’est que de 830 m3, après la livraison d’une citerne de 700 m3 en 2013 dans le cadre du projet Pacific Adaptation of Climate Change (PACC), ce qui n’assure qu’une ration journalière de 40 litres à ses habitants ainsi dépendants eux aussi du complément apporté par les ressources gouvernementales et municipales.

21Comme le montre un calcul simple, la seule possession de tanks par tous les ménages ne saurait assurer la couverture de leurs besoins en eau. Dans la limite de la contenance maximale des citernes, qui est de 10 000 litres et qui interdit tout cumul des surplus, on peut tenter de calculer le volume capté (V), en dépit de nombre d’approximations concernant la hauteur des pluies (H), la surface de l’impluvium (S) et le coefficient de ruissellement (C) :

V (litres) = H (mm) x S (m2) x Cr ( %)

22Si l’on retient une surface moyenne des toits de 70 m2 et un coefficient de ruissellement sur tôle de 90 %, le remplissage des citernes est atteint dès que la pluviométrie dépasse 160 mm. La consommation minimale de chaque foyer peut être estimé à 7 900 litres par mois (40 litres x 6,5 individus x 30,4 jours), ce qui suppose un apport d’au moins 125 mm. Aussi le surplus mensuel ne peut-il guère excéder 2 100 litres, et il suffit qu’un seul mois reçoive moins de 90 mm pour que les citernes soient vidées. Si l’on prend en considération trois années successives (2010-2011-2012), il apparaît que chaque foyer disposant d’une citerne a pu être confronté à deux reprises, en novembre-décembre 2010 et de mai à octobre 2011, à un déficit concrétisé par le tarissement des tanks (figure 11).

Figure 11 : Distribution des précipitations et disponibilités en eau entre janvier 2010 et décembre 2012

Figure 11 : Distribution des précipitations et disponibilités en eau entre janvier 2010 et décembre 2012

23Quelles que soient les incertitudes concernant l’intensification des événements extrêmes en lien avec le réchauffement climatique, Fongafale continue d’être sous la menace de déficits hydriques, et sa sécurité risque d’être d’autant moins assurée que les projections démographiques pour 2026 suggèrent un chiffre de population compris entre 15 200 et 18 800 habitants, avec une concentration accrue des Tuvaluans sur l’île-capitale. Comme l’écrivait J.-F. Dupon (1987), alors que « les ressources locales disponibles servaient naguère de régulateurs aux effectifs de peuplement » sur les atolls, leur restriction est désormais révélatrice d’une vulnérabilité croissante de leurs habitants (figure 12).

Figure 12 : Les contraintes pesant sur la demande en eau à Fongafale

Figure 12 : Les contraintes pesant sur la demande en eau à Fongafale

Conclusion

24Les atolls des mers tropicales seraient devenus le symbole des effets pervers du changement climatique responsable à la fois de l’élévation inexorable du niveau de la mer et de la fréquence et de la violence inédites des typhons. Or, ces deux menaces sont loin de figurer au premier rang des préoccupations des Tuvaluans dont l’attention ne se focalise pas exclusivement sur ce « futur incertain » auquel, selon les propres termes du président Apisai Ielemia, la communauté internationale estime que l’archipel est confronté. Il serait fort mal venu de considérer que, dans l’attente de ce désastre programmé, les habitants de Fongafale continueraient à mener une existence irénique. Bien avant qu’ils soient appelés à devenir des objets de compassion à l’échéance de la fin du XXIe siècle, ils risquent d’être plus fréquemment menacés par la raréfaction de l’eau potable, que par la multiplication des submersions temporaires.

Le décor de carte postale : le motu de Tefala

Le décor de carte postale : le motu de Tefala

Cliché : Y. Lageat

Vue aérienne des îles de Fongafale et de Fatato

Vue aérienne des îles de Fongafale et de Fatato

Cliché : Y. Lageat

L’envers du décor : décharge sauvage à l’extrémité septentrionale de l’île de Fongafale

L’envers du décor : décharge sauvage à l’extrémité septentrionale de l’île de Fongafale

Cliché : Y. Lageat

Haut de page

Bibliographie

Bardsley W.E. et Vavae H., (2009). A simple graphical technique for conditional long range forecasting of below-average rainfall period in the Tuvalu Islands, Western Pacific. Natural Resources Research, vol. 18, n° 4, pp. 277-283.

Bergeron T., (1930). Richtlinien einer dynamischen Klimatologie. Meteorologische Zeitung, vol. 47, pp. 246-262.

Connell J., (2003). Losing ground? Tuvalu, the greenhouse effect and the garbage can. Asia Pacific Viewpoint, vol. 44, n° 2, pp. 89-107.

Doumenge F., (1968). L’homme dans le Pacifique Sud. Société des Océanistes, Musée de l’Homme, Paris, 1966, 635 p.

Dupon J.-F., (1987). Les atolls et le risque cyclonique. Le cas des Tuamotu. Cahier des Sciences humaines, ORSTOM, vol. 23, n° 3-4, pp. 567-599.

Folland C.K., Salinger M.J., Jiang N. et Rayner N.A., (2003). Trends and variations in South Pacific Island and ocean surface temperatures. Journal of Climate, vol. 16, pp. 2859-2874.

Gerber F., Holland P. et Lal P., (2011). The DCCEE-IUCN project : assessing the social and economic value of climate change adaptation in the Pacific region. Case study : water quality, quantity and sanitation improvements as an adaptation to climate change, Tuvalu – a preliminary assessment. IUCN Regional Office for Oceania, Suva, Fidji, 97 p.

Griffiths G.M., Salinger M.J. et Leleu I., (2003). Trends in extreme daily rainfall across the South Pacific and relationship to the South Pacific Convergence Zone. International Journal of Climatology, 23, 847-869.

Kiladis G.N., von Storch H. et van Loon H., (1989). Origin of the South Pacific Convergence Zone. Journal of Climate, vol. 2, pp. 1185-1195.

Nakata S., Umezama Y., Taniguchi M. et Yamano H., (2012). Groundwater dynamics of Fongafale islet, Funafuti atoll, Tuvalu. Ground Water, vol. 50, n° 4, pp. 639-644.

Péguy Ch.-P., (1970). Précis de climatologie. Masson & Cie, Paris, 2e édition, 468 p.

Roy P. et Connell J., (1991). Climate change and the future of atoll states. Journal of Coastal Research, vol. 7, pp. 1057-1075.

Rufin-Soler C., (2004). Évolutions environnementales des littoraux des atolls coralliens dans les océans Indien et Pacifique : le cas des archipels maldivien et tuvaluan. Thèse de géographie, Université de Bretagne occidentale, 2 vol. , 429 p. + annexes.

Rufin-Soler C. et Lageat Y., (2015). Un atoll emblématique des risques environnementaux ? Funafuti (archipel de Tuvalu) entre menace planétaire et contraintes quotidiennes. Annales de Géographie, n° 705, pp. 523-540.

Stoddart D.R. et Walsh R.P.D., (1992). Environmental variability and environmental extremes as factors in the island ecosystem. Atoll Research Bulletin, n° 356, pp. 1-71.

Takahashi K. et Battisti D.S., (2007). Processes controlling the mean tropical Pacific precipitation pattern. Part II: the SPCZ and the Southeast Pacific dry zone. Journal of Climate, vol. 20, pp. 5696-5706.

Thompson C.S., (1987). The climate and weather of Tuvalu. New Zealand Meteorological Service, Wellington, Misc. Publ. 188 (6), 50 p.

Trenberth K.E., (1976). Spatial and temporal of the southern oscillation. Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society, vol. 102, pp. 639-653.

Vigneau J.-P., (2000). Géoclimatologie. Ellipses, Paris, 334 p. 

Vincent D.G., (1994). The South Pacific Convergence Zone (SPCZ): a review. Monthly Weather Review, vol. 122, pp. 1949-1970.

Vincent E.M., Lengaigne M., Menkes C.E., Jourdain N.C., Marchesiello P. et Madec G., (2011). Interannual variability of the South Pacific Convergence Zone and implications for tropical cyclone genesis. Climate Dynamics, vol. 36, pp. 1881-1896.

Yamano H., Kayanne H., Yamaguchi T., Kawahara Y., Yokoki H., Shimazaki H. et Chikamori M., (2007). Atoll island vulnerability to flooding and inundation revealed by historical reconstruction: Fongafale islet, Funafuti Atoll, Tuvalu. Global and Planetary Change, vol. 57, pp. 407-416.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue aérienne de l’île-capitale de Fongafale, atoll de Funafuti, Tuvalu
Crédits Cliché : Tomoaki INABA, 2011, flickr
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 1 : Localisation de l’archipel de Tuvalu et de l’atoll de Funafuti
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 2 : Les totaux pluviométriques en relation avec la latitude dans le Pacifique tropical à l’ouest de la ligne de changement de date
Crédits D’après Stoddart D.R. et Walsh R.P.D., 1992
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 1 : Variabilité mensuelle dans l’abondance pluviométrique
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 3 : Distribution minimale, moyenne et maximale des précipitations mensuelles à Fongafale
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Façade lagonaire de l’île de Fongafale
Crédits Cliché : C. Rufin-Soler
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Façade océanique de l’île de Funafara
Crédits Cliché : C. Rufin-Soler
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Le décor de carte postale : l’île de Fongafale vue du lagon
Crédits Cliché : Y. Lageat
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Intrusion d’eau salée dans une fosse pour la culture du taro
Crédits Cliché : C. Rufin-Soler
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 4 : L’espace aérologique du Pacifique occidental
Crédits D’après l’Australian Bureau of Meteorology-CSIRO, 2011
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 5 : L’atoll de Funafuti
Crédits C. Rufin-Soler, 2004
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 6 : Vue de l’île-capitale de Fongafale
Crédits Cliché : Y. Lageat, 2012
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Laisse de pleines mers sur le motu de Tefala
Crédits Cliché : Y. Lageat
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 7 : La densification de l’habitat dans la section médiane de l’île de Fongafale
Crédits D’après H. Yamano et al., 2007
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 8 : Citerne individuelle pour la collecte de l’eau de pluie
Crédits Cliché : Y. Lageat, 2012
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 9 : Les positions variables de la Zone de Convergence du Pacifique Sud
Crédits Selon E.M. Vincent et al., 2011
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 10 : Distribution mensuelle des précipitations à Fongafale en année moyenne et à l’occasion des événements El Niño/La Niña
Crédits Tuvalu Meteorological Service
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Accumulation de galets coralliens observable dans une clairière de Fongafale
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fixation de l’accumulation sédimentaire par les Pandanus
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Implantation d’habitations : utilisation des anciens sites d’excavation – borrow pit, île de Fongafale, atoll de Funafuti
Crédits Cliché : Y. Lageat
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Décharge sauvage sur l’île de Tengako, atoll de Funafuti
Crédits Cliché : Y. Lageat
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 11 : Distribution des précipitations et disponibilités en eau entre janvier 2010 et décembre 2012
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 12 : Les contraintes pesant sur la demande en eau à Fongafale
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Le décor de carte postale : le motu de Tefala
Crédits Cliché : Y. Lageat
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Vue aérienne des îles de Fongafale et de Fatato
Crédits Cliché : Y. Lageat
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre L’envers du décor : décharge sauvage à l’extrémité septentrionale de l’île de Fongafale
Crédits Cliché : Y. Lageat
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/718/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Lageat et Caroline Rufin-Soler, « Des déficits en eau paradoxaux en milieu hypertropical : l’île de Fongafale (archipel de Tuvalu) », Dynamiques environnementales, 38 | 2016, 140-159.

Référence électronique

Yannick Lageat et Caroline Rufin-Soler, « Des déficits en eau paradoxaux en milieu hypertropical : l’île de Fongafale (archipel de Tuvalu) », Dynamiques environnementales [En ligne], 38 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/718 ; DOI : 10.4000/dynenviron.718

Haut de page

Auteurs

Yannick Lageat

Université de Bretagne occidentale, Géomer, UMR LETG 6554 CNRS, Institut Universitaire Européen de la Mer - yannick.lageat(at)univ-brest.fr

Articles du même auteur

Caroline Rufin-Soler

Université du Littoral-Côte d’Opale, TVES EA-4477 – rufin(at)univ-littoral.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Dynamiques environnementales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals