Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Cahier GéomorphositeL’étagement des anciennes terrass...

Cahier Géomorphosite

L’étagement des anciennes terrasses marines de Basilicate (Italie du sud) : un double patrimoine géomorphologique et épistémologique

Uplifted Quaternary marine terraces in Basilicata (Southern Italy): a both geomorphic and epistemological heritage
Bruno Comentale
p. 1-16

Résumés

En bordure du golfe de Tarente, d’anciennes terrasses marines quaternaires soulevées à proximité de l’Apennin lucanien réalisent un étagement de plateaux, entre 30 et 330 mètres d’altitude. Elles sont corrélées aux niveaux marins de la chronologie isotopique enregistrés depuis 600 000 ans. Elles reposent sur le substratum argilo-marneux de la fosse bradanique, qui affleure au-dessus de 400 mètres d’altitude. Ce matériel meuble est raviné sous forme de bad-lands (calanchi) qui confèrent à ce paysage un cachet esthétique propre à susciter une activité géotouristique encore à venir. La présence d’un patrimoine archéologique de l’Antiquité (cité de Métaponte) et de l’âge du Fer (colline d’Incoronata au voisinage de la troisième terrasse en altitude) est un argument supplémentaire en faveur de cette activité.

Haut de page

Texte intégral

Type de site : exogène

Protection : pas de protection formelle

Particularité : anciennes terrasses marines quaternaires sur substratum argileux raviné, soulevées à la bordure de l’Apennin lucanien. Leur étagement témoigne des interférences entre glacio-eustatisme et tectonique verticale. La mise en évidence des étapes de leur identification possède une valeur épistémologique : les travaux de R. Neboit (1975), fondateurs dans la littérature géomorphologique en français, interviennent juste avant la généralisation des méthodes de datation absolue des terrasses et la connaissance des variations eustatiques par chronologie isotopique, ce qui permet de montrer comment les hypothèses ont été renouvelées depuis un demi-siècle.

Coordonnées : 40°23’ N, 16°34’ E

1Entre le golfe de Tarente et l’Apennin lucanien, la Basilicate (ou Lucanie) se caractérise par un étagement de plateaux qui sont d’anciennes terrasses marines quaternaires. C’est un relief peu spectaculaire en première approche, à l’écart des circuits touristiques centrés sur les régions voisines des Pouilles et de Calabre, mais qui témoigne des interférences entre tectonique et glacio-eustatisme. Il présente ainsi un intérêt scientifique notable, en contraste à la fois avec le peu d’attention qu’il suscitait jusqu’au dernier tiers du XXe siècle, et avec la faible mise en valeur touristique d’une région longtemps restée peu attractive. Parmi les témoignages d’une occupation antérieure à la fondation de la cité grecque de Métaponte, au VIIe siècle avant notre ère, le site de potiers d’Incoronata est implanté sur une colline qui se raccorde au troisième niveau de terrasses en partant de la plaine côtière. Il contribue à l’intérêt géoscientifique de cette région.

Un étagement de plateaux de largeur inégale

2En bordure du golfe de Tarente, l’arrière-pays se caractérise par un étagement de plateaux, d’inégale largeur et d’inégal état de conservation, s’étendant sur une vingtaine de kilomètres à partir de la plaine littorale (figure 1). Cet étagement est interprété comme la succession de 12 terrasses marines du Pléistocène récent (Caputo et al., 2010), après révision des travaux antérieurs qui faisaient état de 6 à 8 terrasses selon les auteurs (Neboit, 1975 ; Boenzi et al., 1976, qui font également référence aux publications de Selli, 1962 ; de Vezzani, 1967 ; et de Cotecchia et Magri, 1967).

3Dans la littérature géomorphologique en français, ce terrain est d’abord connu par la thèse de R. Neboit, Plateaux et collines de Lucanie orientale et des Pouilles (1975). Cet auteur met en relation l’étagement d’une part avec les variations glacio-eustatiques du Pléistocène récent, d’autre part avec la tectonique verticale liée à la surrection de l’Apennin calabro-lucanien. Il distingue huit niveaux étagés, numérotés du haut vers le bas, de la terrasse I (393 m près du cimetière de Pisticci, sur l’interfluve formé par les vallées des fleuves Basento et Cavone) à la terrasse VIII (25 m), qui domine la plaine littorale (figure 1). Ces terrasses, toutes formées du même matériel d’origine marine (sables, galets, coquilles), non consolidé à faiblement consolidé, surmontent l’épais remblaiement argilo-marneux de la fosse bradanique, lequel est rapporté dans la littérature à un intervalle compris entre la fin du Pléistocène inférieur et le début du Pléistocène moyen (argiles subapennines : Ciaranfi et al., 1996). L’ensemble présente ainsi une faible cohésion, ce qui complique l’identification des rebords des terrasses les plus anciennes, qui sont les plus disséquées à la fois parce que leur temps d’exposition subaérienne est plus long et parce que, plus soulevées, elles sont soumises à l’incision d’un réseau hydrographique fortement encaissé.

4L’étagement des anciennes terrasses marines quaternaires se dispose en amphithéâtre en arrière du golfe de Tarente. Ce dispositif se signale par la jeunesse de sa mise en place : tout se passe comme si, sur l’ancienne fosse bradanique – selon l’expression forgée en 1937 par le géologue italien E. Migliorini pour désigner la dépression intercalée entre un Apennin méridional en cours de soulèvement et d’érosion, et un avant-pays apulien réputé stable –, s’était installé un réseau hydrographique non hiérarchisé, au fur et à mesure de l’émersion de celle-ci. Aussi le réseau hydrographique actuel est-il composé de fleuves côtiers parallèles entre eux, s’écoulant vers le sud-est en direction du golfe de Tarente : du nord-est au sud-ouest, le Lato, le Bradano, le Basento, le Cavone, le Sinni, l’Agri. Ils recoupent l’étagement des anciennes terrasses marines, qui depuis leur construction ont été soulevées au rythme de la surrection de l’Apennin méridional. Un tel paysage constitue de ce fait une introduction à plusieurs thématiques : la morphologie de terrasses marines étagées ; les variations glacio-eustatiques du Pléistocène récent, dont la chronologie a été affinée à la fin du XXe siècle ; par voie de conséquence, la quantification du soulèvement de l’Apennin méridional ; enfin, la mise en évidence des formes de ravinement dans le matériel argilo-marneux sous-jacent aux anciennes terrasses marines.

5L’étagement des anciennes terrasses marines présente douze niveaux, par endroits démultipliés selon les interfluves (figure 1) ; d’un interfluve à l’autre, les altitudes présentent une décroissance du sud-ouest vers le nord-est, suivant le gradient du soulèvement de l’Apennin lucanien. Le nombre initial de 7 à 8 terrasses a longtemps été étayé par les cartes régionales de Boenzi et al. (1976) et de Neboit (1975). Sur ces cartes, les terrasses sont numérotées par ordre croissant de la plus ancienne (et plus élevée) à la plus récente (et plus basse), dans une perspective à la fois descriptive et de chronologie relative. En revanche, les 12 terrasses distinguées par Caputo et al. (2010) portent un nom emprunté à un toponyme représentatif, qui peut se référer à une ville (Ginosa, Montalbano) ou à un lieu-dit, le plus souvent une ferme (ou masseria : masseria Gaudella, masseria Sivilia). Le tableau 1 donne la correspondance entre ces deux modes de dénomination des terrasses, ainsi qu’avec le mode adopté par Brückner (1982), qui a été le premier à proposer une datation absolue des terrasses à partir du matériel de celles-ci, en les numérotant, à l’inverse, par ordre croissant de la plus basse à la plus élevée (cf. infra).

Figure 1 - L’étagement des anciennes terrasses marines quaternaires en arrière du golfe de Tarente.

Figure 1 - L’étagement des anciennes terrasses marines quaternaires en arrière du golfe de Tarente.

Au nombre de douze, comme sur l’interfluve Basento-Bradano, elles sont étagées de 25 mètres d’altitude, pour la plus récente qui domine la plaine littorale, à 330 mètres pour la première à avoir été construite. Elles reposent sur le substrat argilo-marneux de la fosse bradanique, qui compose un plan incliné vers le sud-est, sur lequel s’est installé un réseau hydrographique faiblement hiérarchisé au gré de l’émersion de celle-ci, au Pléistocène récent (sources : Boenzi et al., 1976 ; Caputo et al., 2010 ; et relevés in situ de l’auteur).

  • 1 La carte de Neboit (1975), à l’échelle de 1:200 000, est annexée à sa thèse. La carte de Boenzi et (...)

6Les trois premiers niveaux d’altitude sont équivalents d’un auteur à l’autre. Suivant l’ordre chronologique de la mise en place des terrasses (chronologie relative), la notation de Neboit (1975), en chiffres romains, et celle de Boenzi et al.(1976), en chiffres arabes, sont identiques1. La terrasse VIII, qui est la plus basse, est la dernière déposée, la terrasse VII l’avant-dernière, et la terrasse VI l’antépénultième, c’est-à-dire la troisième par son altitude, en partant de la plaine côtière ; la notation de Boenzi et al. (ibid.) est respectivement t8, t7, t6. Juste au-dessus, Caputo et al. (op. cit.) distinguent les terrasses Marconia et Bernalda là où les auteurs précédents ne voyaient qu’un seul niveau (V, t5) (cf. infra, à propos de la largeur de la terrasse attribuée au plus haut niveau marin tardi-pléistocène). En outre, plus les terrasses sont anciennes et élevées, moins leur délimitation est lisible in situ en raison de leur dissection, d’où une interprétation fluctuante selon les auteurs : la terrasse t3 (selon Boenzi et al.) comprend les terrasses III et II selon Neboit, par conséquent la plus haute terrasse est t2 d’une part, I d’autre part.

Figure 2 - L’étagement des cinq premières terrasses en venant de la mer, sur l’interfluve Bradano-Basento.

Figure 2 - L’étagement des cinq premières terrasses en venant de la mer, sur l’interfluve Bradano-Basento.

Vu de la rive droite du Basento en direction du nord-est, à partir de la troisième terrasse. De gauche à droite, les terrasses Bernalda (qui porte la ville de laquelle elle tire son nom, sensu Caputo et al., 2010), Marconia (à partir du talus en forme de « fer à repasser », avancé dans la vallée du Basento, dans un secteur très disséqué), San Basilio (terrasse VI sensu Neboit, 1975), San Teodoro (VII), et Policoro qui est la première terrasse en venant de la mer (VIII). Cliché : B. Comentale.

Tableau 1 - Correspondance entre la dénomination des 12 anciennes terrasses marines, et leur numérotation dans les travaux antérieurs.

Caputo et al. (2010)

Age des terrasses (milliers d’années) [interstade de la chronologie isotopique marine]

(*= incertitude) (Caputo et al., 2010)

Altitude moyenne sur l’interfluve Basento-Bradano (fig. 1), en mètres

Boenzi et al.( 1976)

Neboit (1975)

Brückner (1982)

(t1)

T11

t2

I (393 m à Pisticci ; absente de l’interfluve Basento-Bradano)

T10

Sivilia

570-590 (*) [15]

330

surface de remblaiement fini-calabrienne : cf. note infrapaginale 3

Cappadona

480-500 (*) [13]

310

Armento

390-410 [11]

270

Ginosa

320-335 [9.3]

240

t3

II

T9

Gaudella

305-315 [9.1]

210

III

T8

Montalbano supérieure

280-295 [8.5 (*)]

180

T7

Montalbano inférieure

225-240 [7.5]

150

t4

IV

T6

Bernalda

185-200 [7.1]

100

t 5

V

T5

Marconia

115-125 [5.5]

85

T4

San Basilio

100-105 [5.3.3]

60

t 6

VI

T3

San Teodoro

70-80 (*)[5.1]

40

t 7

VII

T2

Policoro

55-60 [3.3]

30

t 8

VIII

T1

  • 2 La notion classique de cycle sédimentaire, qui désigne la période comprise entre une transgression (...)
  • 3 « Surface de remblaiement fini-calabrienne » selon l’auteur, ainsi qualifiée à une époque où la séd (...)
  • 4 Sur l’interfluve Basento-Cavone, la terrasse I, dont un lambeau a été reconnu par Neboit (1975) prè (...)

7Ainsi, t1 n’est pas une terrasse marine mais une formation conglomératique qui signe la fin de la sédimentation dans la fosse bradanique (formation des dépôts côtiers d’Irsina)2 ; dans la cartographie de Boenzi et al. (op. cit.), elle correspond à des replats sommitaux situés au-dessus de 400 m d’altitude. Neboit (op. cit.) opère une distinction similaire, mais pour des altitudes inférieures : ce qui est aujourd’hui considéré comme la terrasse Sivilia, première terrasse construite, est noté par cet auteur comme la surface de remblaiement de la fosse bradanique3, située au-dessus de ce qu’il considère comme la terrasse la plus élevée (terrasse I). Enfin, la partie sommitale de l’étagement est interprétée différemment selon les auteurs : ni Neboit ni Boenzi et al. ne cartographient les terrasses supérieures (Armento, Cappadonna, Sivilia), laissant apparaître le substratum argileux, de plus ces auteurs placent la plus haute terrasse (t2, I) à une altitude supérieure à celle de la terrasse Sivilia4.

8Ce mode initial de désignation des terrasses par numérotation a servi de modèle à des travaux ultérieurs qui se sont également appuyés sur le résultat de datations absolues à partir du matériel des terrasses marines, à l’emplacement de la fosse bradanique (par exemple Dai Pra et Hearty, 1988 ; Brückner, 1982) et dans son voisinage montagneux aux confins calabro-lucaniens (Amato et al., 1997), élargi aux littoraux calabrais de la mer Ionienne (bibliographie in Caputo et al., op. cit.). La plupart des travaux conduits à l’aide de datations absolues aboutit à des valeurs de soulèvement des terrasses comprises entre 1 mm/an le long des littoraux rocheux de l’Apennin (massifs du Pollino et de la Sila), et 0,4 à 0,6 mm/an dans l’axe de la fosse bradanique, terrain de la présente étude. Ce soulèvement différencié, de surcroît marqué par des accélérations ou des ralentissements selon les périodes chronologiques, est la conséquence de la tectonique des plaques en Italie méridionale.

9En effet, on y distingue d’ouest en est (figure 3) :

  1. un domaine tyrrhénien, à croûte océanique (ou croûte continentale amincie), bassin d’arrière-arc développé à l’arrière de l’Apennin méridional, marqué par le plongement d’un plan de subduction en direction du nord-ouest ;

  2. l’arc de l’Apennin, empilement de nappes à vergence est ;

  3. l’avant-fosse sud-apenninique, dépression flexurale plio-pléistocène développée en avant de l’Apennin (i.e. la fosse bradanique sensu Migliorini)

  4. l’avant-pays adriatique et apulien, môle carbonaté méso-cénozoïque reposant sur une épaisse structure carbonatée et silicatée paléozoïque (rencontrée par sondage à –6000 m), laquelle recouvre probablement un socle cristallin précambrien (Patacca et Scandone, 2007).

Figure 3 - L’étagement des anciennes terrasses marines de Basilicate dans la trame tectonique régionale.

Figure 3 - L’étagement des anciennes terrasses marines de Basilicate dans la trame tectonique régionale.

Formes du relief et chronologie : une question épistémologique

10Entre les travaux actuels qui mettent en avant deux thèmes – les oscillations glacio-eustatiques du Pléistocène récent d’une part, la quantification du soulèvement tectonique régional par le biais de la datation des terrasses d’autre part –, et les travaux initiaux d’abord portés sur la description des formes, on mesure un net changement d’approche. Les thèmes actuels relèvent davantage de la géologie du Quaternaire que de la géomorphologie, et le changement opéré reflète autant l’évolution générale des préoccupations scientifiques, qu’une conception de la géomorphologie tiraillée entre la description naturaliste et la tentation de la quantification. On peut le résumer ici au diptyque chronologie relative / chronologie absolue. La première s’exprime à travers l’énoncé d’un scénario explicatif d’ensemble (cf. supra), en l’occurrence l’inscription des terrasses marines dans un ensemble continental en cours d’émersion – d’autant plus facilement dans le matériel argilo-marneux de la fosse bradanique, ce qui permet le façonnement d’une surface de transgression sur laquelle s’accumulent les sédiments littoraux (apud P. Guérémy, 2013, p. 6). La seconde est obtenue par la datation du matériel constitutif des terrasses marines (tableau 1), ce qui est à la fois source de précision permettant d’ajuster le scénario, et source de confusion lorsque les méthodes géochronologiques sont extrapolées.

11En effet, au-delà de la description des formes, les premiers travaux sur l’étagement des terrasses marines du pourtour du golfe de Tarente sont de nature stratigraphique, s’attachant à la recherche du haut niveau marin tyrrhénien de la chronologie méditerranéenne « classique », c’est-à-dire correspondant à la transgression éemienne (125 000 ans). Ainsi, la toute première étude en français dans ce secteur est la thèse du géologue M. Gignoux (1913), en quête des « couches à Strombes » (Strombus bubonius, faune marine chaude indicatrice de cet épisode). L’auteur, dans la partie nord-est du littoral du golfe de Tarente, distingue trois niveaux topographiques : un niveau à 70-100 m (que l’on peut estimer a posteriori comme regroupant plusieurs niveaux de terrasses, au vu de ce large intervalle altitudinal), composé de conglomérats grossiers reposant sur des sables, et formant une terrasse qui recouvre le « substratum pliocène » (i.e. ce qui n’est pas encore identifié comme argiles subapennines) ; un niveau à 35 m, qui contient les « couches à Strombes » ; enfin un niveau à 15-20 m, premier niveau dominant la plaine littorale (coupe de Palagianello à la mer, 20 km à l’ouest de Tarente : Gignoux, op. cit., p. 273). Par leur position topographique, ces deux niveaux correspondent aux deux plus basses terrasses, respectivement San Teodoro (VII, t7) et Policoro (VIII, t8).

  • 5 Leur physionomie complique leur délimitation in situ : ce sont deux terrasses dont la dissection es (...)
  • 6 L’auteur observe que la largeur d’une terrasse marine – abstraction faite de la lithologie du subst (...)

12Cette recherche du haut niveau marin tyrrhénien se retrouve dans les travaux des années 1960-1970, probable source de la confusion alors opérée entre les terrasses Marconia (effectivement rapportée à l’interglaciaire éemien : tableau 1) et Bernalda, identifiées comme un plan unique (V, t5)5 – avec, sous-jacente, l’interprétation biaisée selon laquelle un haut niveau marin engendrerait nécessairement une large terrasse (Guérémy, op. cit., p. 706). Dans la même optique, la mise en pratique des méthodes géochronologiques peu de temps après la publication de la thèse de R. Neboit a permis de multiplier les résultats, tout en en compliquant l’interprétation. En effet, à partir de terrains d’étude restreints, la difficile corrélation entre terrasses d’un interfluve à l’autre (en raison de l’inégal soulèvement tectonique), et d’un terrain à l’autre (surtout là où la totalité des terrasses n’est pas représentée, sur les littoraux en roche cohérente où le façonnement d’une surface de transgression marine nécessite une plus longue durée : Amato et al., 1997), a parfois mené à des contradictions. Celles-ci sont apparues là où l’attribution de l’âge tyrrhénien sur la base de datations absolues ne coïncidait pas avec une attribution fondée sur des critères topographiques, compte tenu du rang occupé par la terrasse considérée, dans l’étagement (ibid.). La révision de l’étagement des terrasses par Caputo et al. (op. cit.), qui ont repris l’ensemble des travaux couplant topographie et datations absolues disponibles dans la littérature, permet de s’affranchir de ces contradictions, y compris s’extrayant du mode de numérotation par le choix d’une nomenclature nouvelle.

  • 7 Ce matériel volcanique est supposé provenir de l’activité régionale (Vulture en Basilicate, Roccamo (...)
  • 8 Cette interprétation communément admise avait été remise en doute par Bentivenga et al. (2004), qui (...)

13Au total, le scénario déroulant une chronologie relative est cohérent avec le résultat des datations absolues : sur le plan incliné qu’est la fosse bradanique en cours d’émersion après 700 000 ans – un âge déduit de la présence de matériel volcanique dans la partie supérieure du remblaiement7 – s’inscrivent les terrasses marines successives, à partir de 600 000 ans (terrasse Sivilia : tableau 1). Dans ce contexte, le changement des conceptions relatives au mode de mise en place des terrasses marines du pourtour du golfe de Tarente, qu’accompagnent les progrès effectués en matière de chronologie depuis la fin du XXe siècle, possède une valeur épistémologique. En effet, la chronologie isotopique marine permet de corréler chaque terrasse à un niveau marin dûment répertorié (tableau 1), ce qui conforte l’interprétation de terrasses progressivement soulevées au fur et à mesure de la surrection tectonique régionale8. Ce n’était pas le cas lors de la publication de la thèse de R. Neboit (1975), dont les incertitudes reflètent l’état des connaissances du moment, où des recherches en paléoclimatologie remettaient en cause le cadre rigide d’une chronologie marine alors calquée sur l’existence de trois interglaciaires, eux-mêmes fondés sur l’existence des quatre grandes périodes froides « classiques ». En notant que sur l’interfluve entre Basento et Cavone, « entre Pisticci et la mer on compte une bonne demi-douzaine de niveaux », l’auteur concluait que « le nombre des terrasses excède celui des périodes de réchauffement interglaciaire "possibles", qui est difficilement supérieur à trois » (op. cit., p. 318). Il énonçait alors deux solutions : l’interprétation d’oscillations eustatiques multiples interférant avec un soulèvement tectonique continu, alors peu admise. Et l’hypothèse d’un régime tectonique marqué par l’alternance entre phases de surrection et phases de subsidence, ce qui permet, à niveau marin constant, de parvenir à des épisodes de régression marine relative, au cours de laquelle l’accumulation sédimentaire en voie d’exondation lente devient une terrasse (ibid., p. 319-321 ; figure 45, p. 385). Cette hypothèse, qui de surcroît amenait à compliquer le schéma tectonique régional, a pu être abandonnée dès lors que celle de la multiplication des oscillations glacio-eustatiques tardi-pléistocènes était confirmée.

Des centres d’intérêt complémentaires à la mise en lumière d’un géopatrimoine

14Dans ce secteur d’Italie méridionale à l’écart des parcs naturels régionaux (Pollino au sud, Apennin lucanien à l’ouest), deux centres d’intérêt sont susceptibles d’attirer la curiosité de publics désireux d’échapper au tourisme de masse tourné vers le littoral : d’une part les paysages de dissection des argiles subapennines ; d’autre part le patrimoine archéologique, surtout connu par les témoignages de l’implantation grecque à Métaponte durant l’Antiquité, mais encore par la fouille du site de l’Age du Fer de l’Incoronata, sur une colline occupant le rebord oriental de la terrasse San Basilio (troisième terrasse en venant de la mer, figure 1), et isolée par l’érosion régressive qu’exercent les affluents de rive droite du Basento.

Les paysages induits par le ravinement dans le soubassement argileux

15Dans le secteur, il n’existe pas de point assez haut pour embrasser la totalité de l’étagement. Sur l’interfluve Basento/Bradano, la terrasse la plus élevée est à 330 mètres d’altitude, à proximité de la ferme de Sivilia (masseria Sivilia) de laquelle elle tire son nom. À 500 m au nord-ouest, à la limite des deux bassins versants du Basento et du Bradano, affleure le substrat formé par les argiles subapennines. Il sous-tend une topographie dérivée de la surface d’accumulation de la fosse bradanique, ultérieurement ravinée (fig. 4). Du sommet du Cozzo Parlante (394 mètres d’altitude), apparaît la moyenne vallée du Bradano au nord-est, vers laquelle converge un chevelu de drains entaillant le paysage en calanchi. Le matériel argileux se rapporte à diverses compositions minéralogiques, parmi lesquelles des interstratifiés illite/smectite propices au gonflement (Sabato et al., 2006). Au pied de ce relief, un examen in situ montre une nette tendance au retrait du matériel argileux, visible par la prismation caractéristique des argiles gonflantes soumises à l’alternance retrait/gonflement. C’est le matériel le plus favorable au ravinement sous forme de calanchi, notamment par formation d’écailles de dessiccation qui fragilisent les affleurements argileux et prépare leur ablation par ruissellement.

Figure 4 - Panorama vers la moyenne vallée du Bradano,

Figure 4 - Panorama vers la moyenne vallée du Bradano,

En direction du nord-est, du sommet du Cozzo Parlante qui domine l’interfluve entre Bradano et Basento. La topographie ravinée des premiers plans est dérivée de la surface d’accumulation initiale (remblaiement de la fosse bradanique). Les argiles subapennines affleurent là où cesse l’étagement des anciennes terrasses marines : à 500 mètres au sud-est (à droite de la photo), le ravinement en bad-lands contraste avec la coupole sommitale doucement vallonnée, qui est l’extrémité amont de la plus haute terrasse, à 330 mètres d’altitude. À l’avant-dernier plan, la topographie est celle des terrasses équivalentes, sur l’autre rive de la vallée du Bradano ; au fond à gauche, la ville de Montescaglioso (située hors du cadre de la figure 1). Cliché : B. Comentale.

16Cette singularité paysagère possède un triple caractère patrimonial. C’est d’abord un relief remarquable, celui des bad-lands qui, de manière générale, constituent un objet touristique en de nombreux lieux du monde : en plusieurs régions d’Italie, mais aussi en bordure de la vallée de l’Ebre en Espagne (Bardenas reales), dans la province canadienne d’Alberta, aux Etats-Unis (région éponyme des Bad Lands aux confins des Etats de Dakota du nord et de Dakota du sud), en Argentine subandine (vallée de la Lune), entre autres. C’est aussi un patrimoine scientifique eu égard à la littérature géomorphologique en français : le secteur bradanique avait fait l’objet d’une étude exhaustive par le géographe B. Kayser (1961), à une époque où les modalités du ravinement dans les argiles étaient peu connues. C’est enfin un motif de mise en valeur culturelle dans le secteur voisin du présent domaine d’étude, au sud, là où les terrasses sont absentes et où affleure directement le soubassement argilo-marneux, dont l’érosion active aboutit à la réduction des terroirs. Celle-ci est connue par la description qu’en fait l’écrivain Carlo Levi dans son roman Le Christ s’est arrêté à Eboli, aux alentours de la petite ville d’Ailano où il avait été relégué durant la période fasciste, en 1935-1936 : « partout, ce n’étaient que précipices d’argile blanche, au-dessus desquels les maisons semblaient comme en équilibre dans l’air ; et tout autour, d’autres argiles blanches, sans arbre ni herbe, modelées par les eaux en trous, en cônes, en pentes menaçantes, comme un paysage lunaire ». Ce passé de relégation de l’écrivain est à présent retracé dans le cadre d’un "Parc littéraire Carlo Levi", ouvert à la fin des années 1990.

  • 9 Ces œuvres sont présentées sur le site internet du Parco Letterario Carlo Levi : https://www.parcol (...)

17C’est une structure à but culturel et touristique, qui s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de développement du Mezzogiorno facilitée par l’Union Européenne afin de promouvoir « une mise en valeur diversifiée du territoire qui réponde à une demande de tourisme thématique (…) dans un espace traditionnellement monopolisé par le tourisme de masse », selon les termes de l’entité gestionnaire. Son siège, à proximité de la maison qu’occupait l’écrivain à Ailano, abrite un musée qui évoque ces années de relégation. La présentation de quelques-uns des tableaux de l’écrivain, en particulier des paysages de ravinement9, permet d’en dégager l’intérêt géotouristique sous-jacent, en tant que potentiel « vecteur de vulgarisation de la géologie du sédimentaire » selon les chercheurs qui en proposent une valorisation géopatrimoniale (Tropeano et al., 2011). Ils affirment que « le cadre qu’offre Ailano aux touristes qui s’aventurent dans l’intérieur de la Basilicate, attirés par la présence du Parc littéraire, suggère que le trajet qu’accomplissent ces passionnés du fond de la vallée de l’Agri jusqu’au relief [sur lequel est implanté] le village pourrait être enrichi de quelques arrêts à caractère géologique, qui permettraient d’illustrer le paysage traversé et vécu par Carlo Levi » (op. cit.). Leur proposition d’implantation sur un point haut, près du village, d’un panneau composé de photos de paysages et d’une coupe géologique interprétative relève d’une initiative de mise en valeur géopatrimoniale.

Le site archéologique d’Incoronata

18En rive droite du Basento, sur la colline d’Incoronata située en avant du rebord de la troisième terrasse en venant de la mer, sur la rive droite du Basento, un important site de production de poterie est fouillé par une équipe d’archéologues sous la houlette de Mario Denti (université Rennes 2). Son importance s’inscrit dans le contexte de mise en contact entre Grecs et « indigènes » (en l’occurrence le peuple des Oenôtres), au cours de la période proto-coloniale dans le monde méditerranéen. Lorsque la colline était occupée, entre les IXe et VIIe siècles avant notre ère, elle était au cœur d’un territoire qui n’avait pas encore été touché par le phénomène colonial, puisque la cité de Métaponte a été fondée à la fin du VIIe siècle, après l’abandon du site d’Incoronata (Denti, 2016). L’occupation de la colline se caractérise par deux phases : une phase purement « indigène », au VIIIe siècle, avec construction de grandes structures incluant un plan associé à des activités rituelles, ainsi que les restes d’un atelier de poterie ; puis une phase mixte, gréco-indigène, dont le début (fin du VIIIe / début du VIIe siècles) est marqué par l’oblitération du soubassement antérieur, et la construction d’un nouveau plan accueillant un grand espace artisanal, une carrière souterraine, des bassins de décantation et purification de l’argile, un four de cuisson de poterie. L’occupation du site s’achève à la fin du VIIe siècle, par des opérations rituelles complexes de conservation/oblitération (ibid).

  • 10 Bibliographie in Gioia et al., 2019. Geoarchaeology and geomorphology of the Metaponto aera, Ionian (...)

19En phase de fouille, le site d’Incoronata ne figure pas dans un itinéraire thématique. Il s’intègre de manière plus générale au territoire (chôra) de Métaponte, dont la mise en évidence, par une occupation plus tardive (VIIe-VIe siècles), convoque des questions environnementales (érosion des sols, engorgement des fonds de vallée, déplacement du trait de côte depuis l’Antiquité), mises en évidence par la géoarchéologie10 mais dont la transposition dans le champ géopatrimonial reste à accomplir.

Conclusion

20L’étagement des anciennes terrasses marines en arrière du golfe de Tarente peut finalement être appréhendé sous plusieurs angles. C’est un ensemble de géomorphosites qui mérite d’être porté à la connaissance du public parce que le paysage de plateaux étagés, en apparence anodin, illustre un thème scientifique majeur à l’échelle de l’Italie du sud : l’interférence entre le glacio-eustatisme pléistocène et le soulèvement de l’Apennin – à élargir à l’ensemble des rivages du sud de la péninsule, dans le cadre de la subduction régionale (par exemple ceux de la Calabre tyrrhénienne : cf. les travaux de B. Dumas, P. Guérémy, R. Lhénaff et J. Raffy). La mise en exergue de ce paysage est également associée au domaine des calanchi, apprécié pour sa singularité « lunaire », selon un qualificatif volontiers employé dans les documents de promotion touristique – donc de nature à embrasser un large public –, et qu’un exposé in situ permettrait justement de contextualiser. En outre, sous l’angle de la structuration de la géomorphologie au gré de l’affinement des connaissances des dernières décennies, on rappellera qu’il a constitué le point de départ des travaux ultérieurs de R. Neboit sur l’érosion anthropique, à partir de l’exportation des sédiments meubles (matériel des anciennes terrasses marines, et argiles sous-jacentes). Ces préoccupations rencontrent une question posée par les archéologues à Incoronata : les modalités historiques du retrait des bordures de la colline, dont la reconstitution permettrait de figurer le paysage local tel qu’il se présentait aux populations de l’âge du Fer. Au pied de la colline d’Incoronata, un panneau d’interprétation avait été implanté il y a environ deux décennies, dans la perspective d’une illustration de la fouille en direction de potentiels visiteurs ; encore visible, il est aujourd’hui dégradé, mais cette tentative montre que les opérations de divulgation d’un patrimoine géomorphologique, associé au patrimoine culturel, sont possibles.

Haut de page

Bibliographie

Amato A., Belluomini G., Cinque A., Manolio M., Ravera F. (1997). Terrazzi marini e sollevamenti tettonici quaternari lungo il margine ionico dell’Appennino lucano. Il Quaternario. Italian Journal of Quaternary Sciences, 10, p. 329-336.

Boenzi F., Palmentola, G., Valduga, A. (1976). Caratteri geomorfologici dell’area del foglio “Matera”.

Boll. Soc. Geol. It. , 95 (3-4), p. 527-566.

Brückner H. (1982). Ausmaß von Erosion und Akkumulation im Verlauf des Quartärs in der Basilicata (Süditalien).

Z. Geomorph. , Suppl.-Bd. 43, p. 121-137.

Caputo R., Bianca M., d’Onofrio R. (2010). Ionian marine terraces of southern Italy: Insights into the Quaternary tectonic evolution ot the area. Tectonics, 29, 4, TC4005, doi:10.1029/2009TC002625

Ciaranfi N., Marino M., Sabato L., D’Alessandro A., De Rosa R. (1996). Studio geologico stratigrafico di una successione infra e mesopleistocenica nella parte sudoccidentale della Fossa bradanica (Montalbano Ionico, Basilicata). Boll. Soc. Geol. It., 115, p. 379-391.

Dai Pra G., Hearty P.J. (1988). I livelli marini pleistocenici del Golfo di Taranto. Sintesi geocronostratigrafica e tettonica. Mem. Soc. Geol. It., 41, p. 637-644.

Denti M. (2016). Ritual practices of ‘preservative’ obliteration in the Iron Age. An archaeological perspective in the choice of colours and materials. Kermes, 101-102, p. 67-77

Gignoux M. (1913). Les formations marines pliocènes et quaternaires de l’Italie du sud et de la Sicile. Thèse de Doctorat ès Sciences Naturelles, Faculté des Sciences de l’université de Lyon, Lyon, A. Rey, imprimeur de l’Université, 691 p.

Guérémy P. (2013). Géomorphologie et variations globales du niveau de la mer. Physio-Géo (www.physio-geo.fr), collection "Ouvrages", 199 p.

Kayser B. (1961). Recherches sur les sols et l’érosion en Italie méridionale (Lucanie). Paris, SEDES, 127 p.

Neboit R. (1975). Plateaux et collines de Lucanie orientale et des Pouilles. Etude morphologique. Thèse de Doctorat d’Etat de Géographie (université Paris IV), Paris, Librairie Honoré Champion, 715 p.

Patacca E., Scandone P. (2007). Geology of the Southern Apennines. Boll. Soc. Geol. It.( Ital. J. Geosci.), Spec. Issue n° 7, p. 75-119.

Pieri P., Sabato L., Tropeano M. (1996). Significato geodinamico dei caratteri deposizionali e strutturali della Fossa bradanica nel Pleistocene. Mem. Soc. Geol. It., 51, p. 501-515.

Sabato L. Cilumbriello A., Tropeano M., avec la contribution de Bertini A., Gallicchio S., Maiorano P., Pieri P., Spilotro G. (2006). Note illustrative della Carta Geologica d’Italia alla scala 1:50.000. Foglio 508: Policoro. Rome, ISPRA (Istituto Superiore per la Protezione e la Ricerca Ambientale), 206 p. Consultable sur le site internet de l’ISPRA https://www.isprambiente.gov.it

Tropeano M., Onofrio V., Sabato L., Dell’Olio M., Longhitano S.G. (2011). Geoturismo in Basilicata: il Parco Letterario “Carlo Levi” ad Aliano quale veicolo di divulgazione di elementi di geologia del sedimentario. Rendiconti Online Soc. Geol. It., 17 (2011), pp. 195-198, doi: 10.3301/ROL.2011.55

Haut de page

Notes

1 La carte de Neboit (1975), à l’échelle de 1:200 000, est annexée à sa thèse. La carte de Boenzi et al. (1976), à l’échelle de 1:100000, fait partie d’un article consacré à la géomorphologie du secteur couvert par la feuille Matera dont la carte géologique a été publiée, à la même échelle, par les mêmes auteurs en 1971.

2 La notion classique de cycle sédimentaire, qui désigne la période comprise entre une transgression et une régression marines (apud Foucault et al., 2020, Dictionnaire de géologie, 9e édition), au cours de laquelle se dépose d’abord un conglomérat de base, suivi de marnes et d’argiles, enfin de sable, est appliquée à la sédimentation dans la fosse bradanique sous la dénomination de cycle bradanique (Pieri et al., 1996). Ce cycle se termine par les dépôts côtiers d’Irsina, formation composée de corps sableux ou conglomératiques siliceux (dépôts de plage ou de delta, alluvions continentales) témoignant d’une ambiance littorale en bordure d’une masse continentale en cours d’émersion.

3 « Surface de remblaiement fini-calabrienne » selon l’auteur, ainsi qualifiée à une époque où la sédimentation dans la fosse bradanique était attribuée au Calabrien de la chronologie méditerranéenne classique, i.e. l’intervalle chronologique recouvrant le Pléistocène inférieur et le début du Pléistocène moyen, aujourd’hui restreint à la partie supérieure du Pléistocène inférieur/base du Pléistocène moyen (cf. supra).

4 Sur l’interfluve Basento-Cavone, la terrasse I, dont un lambeau a été reconnu par Neboit (1975) près du cimetière de Pisticci à 393 m d’altitude – et que nous n’avons pas retrouvé –, n’est pas représentée comme terrasse marine (t2) sur la carte de Boenzi et al. (1976), où rien n’est figuré au-dessus du soubassement argilo-marneux.

5 Leur physionomie complique leur délimitation in situ : ce sont deux terrasses dont la dissection est poussée, rendant le talus qui les sépare peu lisible par endroits ; et dont la pente plus accentuée que celle des terrasses inférieures peut prêter à confusion avec un talus dont l’énergie aurait été diminuée par ablation.

6 L’auteur observe que la largeur d’une terrasse marine – abstraction faite de la lithologie du substratum – dépend du temps de séjour du niveau marin qui a permis le façonnement de la surface de transgression sur laquelle ont été déposés les sédiments qui la constituent, et non de l’altitude atteinte par le niveau marin. Cette assimilation a donné lieu à des extrapolations malheureuses, par exemple à l’échelle du sud de l’Italie : cf. Bordoni et Valensise, Deformation of the 125 kv marine terrace in Italy; tectonic implications (1998).

7 Ce matériel volcanique est supposé provenir de l’activité régionale (Vulture en Basilicate, Roccamonfina en Campanie : figure 3), dont les premières manifestations remontent au début du Pléistocène moyen, mais la datation de ce matériel à 1,14 millions d’années introduit une incertitude (Ciaranfi et al., 1996). Par ailleurs, la base du Pléistocène moyen était fixée par Brückner (1982) à l’intervalle compris entre la plus haute terrasse (T11) et celle qui la précède dans l’étagement et lui succède dans sa genèse (T10) (tableau 1).

8 Cette interprétation communément admise avait été remise en doute par Bentivenga et al. (2004), qui appréciaient l’étagement des terrasses comme le résultat de la dénivellation par failles d’une unique nappe sédimentaire ; cette assertion avait ensuite été réfutée par Mucciarelli et al. (2007).

9 Ces œuvres sont présentées sur le site internet du Parco Letterario Carlo Levi : https://www.parcolevi.it

10 Bibliographie in Gioia et al., 2019. Geoarchaeology and geomorphology of the Metaponto aera, Ionian coastal belt, Italy. Journal of Maps [https://doi.org/10.1080/17445647.2019.1701575]. Cet article à but méthodologique passe en revue les données de la bibliographie afin de créer un système d’information géographique quadrillant le territoire de la chôra de Métaponte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - L’étagement des anciennes terrasses marines quaternaires en arrière du golfe de Tarente.
Légende Au nombre de douze, comme sur l’interfluve Basento-Bradano, elles sont étagées de 25 mètres d’altitude, pour la plus récente qui domine la plaine littorale, à 330 mètres pour la première à avoir été construite. Elles reposent sur le substrat argilo-marneux de la fosse bradanique, qui compose un plan incliné vers le sud-est, sur lequel s’est installé un réseau hydrographique faiblement hiérarchisé au gré de l’émersion de celle-ci, au Pléistocène récent (sources : Boenzi et al., 1976 ; Caputo et al., 2010 ; et relevés in situ de l’auteur).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 2 - L’étagement des cinq premières terrasses en venant de la mer, sur l’interfluve Bradano-Basento.
Légende Vu de la rive droite du Basento en direction du nord-est, à partir de la troisième terrasse. De gauche à droite, les terrasses Bernalda (qui porte la ville de laquelle elle tire son nom, sensu Caputo et al., 2010), Marconia (à partir du talus en forme de « fer à repasser », avancé dans la vallée du Basento, dans un secteur très disséqué), San Basilio (terrasse VI sensu Neboit, 1975), San Teodoro (VII), et Policoro qui est la première terrasse en venant de la mer (VIII). Cliché : B. Comentale.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7385/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Figure 3 - L’étagement des anciennes terrasses marines de Basilicate dans la trame tectonique régionale.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7385/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Figure 4 - Panorama vers la moyenne vallée du Bradano,
Légende En direction du nord-est, du sommet du Cozzo Parlante qui domine l’interfluve entre Bradano et Basento. La topographie ravinée des premiers plans est dérivée de la surface d’accumulation initiale (remblaiement de la fosse bradanique). Les argiles subapennines affleurent là où cesse l’étagement des anciennes terrasses marines : à 500 mètres au sud-est (à droite de la photo), le ravinement en bad-lands contraste avec la coupole sommitale doucement vallonnée, qui est l’extrémité amont de la plus haute terrasse, à 330 mètres d’altitude. À l’avant-dernier plan, la topographie est celle des terrasses équivalentes, sur l’autre rive de la vallée du Bradano ; au fond à gauche, la ville de Montescaglioso (située hors du cadre de la figure 1). Cliché : B. Comentale.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7385/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Comentale, « L’étagement des anciennes terrasses marines de Basilicate (Italie du sud) : un double patrimoine géomorphologique et épistémologique »Dynamiques environnementales, 51 | 2023, 1-16.

Référence électronique

Bruno Comentale, « L’étagement des anciennes terrasses marines de Basilicate (Italie du sud) : un double patrimoine géomorphologique et épistémologique »Dynamiques environnementales [En ligne], 51 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/7385 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.7385

Haut de page

Auteur

Bruno Comentale

Université de Nantes, UMR 6554 LETG, Bruno.Comentale@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search