Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Cahier GéomorphositeLa pointe Buzaré et le littoral c...

Cahier Géomorphosite

La pointe Buzaré et le littoral cayennais : un paysage géologique emblématique de la Guyane française

The pointe Buzaré and the coasts of Ile-de-Cayenne: an iconic landscape of French Guiana geology
Ottone Scammacca, Arnauld Heuret, Lucas Rivéra, Geoffrey Aertgeerts et Michel Boudrie
p. 1-13

Résumés

La pointe Buzaré est un exemple majeur d’affleurement du socle paléoprotérozoïque guyanais, permettant de documenter les caractéristiques de ce socle et l’histoire géologique du Bouclier Guyanais, depuis l’orogénèse transamazonienne jusqu’à l’ouverture de l’océan Atlantique. Ce genre de fenêtre géologique, offrant un accès aussi direct aux roches du socle, est exceptionnel à l’échelle du Bouclier Guyanais, de l’embouchure de l’Amazone jusqu’à celle de l’Orénoque. La pointe Buzaré s’inscrit dans un paysage géomorphologique et écologique très dynamique et bien plus large, couvrant une bonne partie du littoral guyanais. Ce paysage présente une géodiversité et une biodiversité remarquables, à l’origine d’un large éventail de services écosystémiques répondant à de nombreux besoins sociétaux. Ces lieux sont également des témoins importants d’une histoire humaine qui a modelé et continue d’influencer les dynamiques sociétales guyanaises. En plus d’abriter des objets géologiques remarquables, ces lieux s’inscrivent ainsi dans un fonctionnement écosystémique spécifique et peuvent également satisfaire de nombreuses vocations scientifiques, pédagogiques et culturelles tout en restant des lieux de mémoire de l’histoire récente et ancienne de la Guyane. En définitive, la pointe Buzaré apparaît comme « sous-valorisée » et nécessite une prise en compte spécifique dans l’aménagement territorial de l’île de Cayenne.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail n’aurait pas pu être accompli sans l’aide précieuse de nombreuses personnes que nous tenons à remercier. En particulier, nous remercions Delphine Bosch (Géosciences Montpellier, Université de Montpellier), Johanna Cadet (Communauté d'Agglomération du Centre Littoral de Guyane), Catherine Corlet (Conservatoire du Littoral), Angélique Chaussat et Juliette Guirado (Agence d’Urbanisme et de Développement de la Guyane), Charlotte Le Monnier (Mairie de Montsinéry-Tonnégrande), Ronan Liétar (photographe-artiste indépendant), Christophe Proisy (UMR AMAP-IRD, Cayenne), Kristen Sarge (Collectivité Territoriale de la Guyane), Adrien Staquet (UMR AMAP-IRD et UMR LEEISA-CNRS, Cayenne). Ce travail a été réalisé également dans le cadre des activités de la Commission Régionale du Patrimoine Géologique (CRPG) de Guyane et grâce aussi à la coordination de Nicolas Romans, de la Direction Générale des Territoires et de la Mer (DGTM) de Guyane.

Type de site : exogène

Protection : loi littorale, espace naturel sensible.

Particularité : Site présentant les formations géologiques les plus vieilles de France, site écologique et historique, menacé par le développement urbain.

Coordonnées : 52°19'32.9232" O ; 4°56'42.5447" N

1Si les traces les plus anciennes de l’histoire géologique de la France hexagonale ont pu être identifiées dans le nord du Massif armoricain (environ 1,8 Ga), c’est dans le territoire ultramarin de la Guyane française que se trouvent les roches les plus anciennes de France.

2La Guyane abrite une géologie exceptionnelle qui se manifeste par un grand nombre de géosites remarquables (Nontanovanh et Roig, 2010) dont l’inventaire se poursuit à travers les travaux de la Commission Régionale du Patrimoine Géologique (CRPG) de Guyane. L’histoire géologique de la Guyane est associée à la formation du Bouclier des Guyanes, l’un des trois cratons de la plaque sud-américaine et l’un des terrains précambriens majeurs du Gondwana (Delor et al., 2003). Globalement, la Guyane peut se subdiviser en deux grandes unités géomorphologiques : les paysages vallonnés de l’intérieur, parfois appelés « terres hautes », marqués par le socle paléoprotérozoïque altéré et contrastant avec les plaines basses du littoral où des sédiments fluvio-marins, principalement du Quaternaire, recouvrent ce même socle.

3En Guyane, l’intensité des processus d’altération a conduit, depuis le Tertiaire, à la formation d’épais profils latéritiques recouvrant presque uniformément le socle cristallin. Ainsi, ce dernier ne peut s’observer directement que dans les « sauts » des fleuves à fort débit, à la base de versants fortement pentus, au niveau des affleurements granitiques appelés « inselbergs » ou encore en quelques points du littoral où les roches cristallines affleurent à travers la couverture sédimentaire. L’essentiel de ces affleurements littoraux est concentré sur la presqu’île de Cayenne. Cette dernière offre ainsi, en plein cœur du chef-lieu guyanais, une exceptionnelle - et sans équivalent à l’échelle du Bouclier des Guyanes - fenêtre sur la géologie paléoprotérozoïque. Elle permet d’accéder en quelques minutes du centre urbain à des géosites majeurs. Parmi ceux-ci, la pointe Buzaré (Fig. 1) est certainement l’exemple le plus représentatif, témoin d’une histoire géologique et humaine qui dépasse les frontières guyanaises.

Figure 1 - Photo aérienne de la pointe Buzaré, prise depuis l'océan Atlantique, vers le cœur de la ville de Cayenne. En exemple représentatif des logiques géomorphologiques qui contrôlent le paysage littoral de l’Ile de Cayenne, chacune des deux avancées rocheuses qui composent la pointe Buzaré est armée d’un filon doléritique. Crédit photo: Ronan Liétar/IMAZONE, 2015.

Figure 1 - Photo aérienne de la pointe Buzaré, prise depuis l'océan Atlantique, vers le cœur de la ville de Cayenne. En exemple représentatif des logiques géomorphologiques qui contrôlent le paysage littoral de l’Ile de Cayenne, chacune des deux avancées rocheuses qui composent la pointe Buzaré est armée d’un filon doléritique. Crédit photo: Ronan Liétar/IMAZONE, 2015.

La pointe Buzaré, témoin de l’orogénèse transamazonienne et de l’ouverture de l’océan Atlantique

4La pointe Buzaré est un promontoire rocheux qui couvre 1,6 hectare du littoral guyanais séparant les anses Nadau (à l’ouest) et Méret (à l’est), à proximité immédiate du centre de Cayenne, (Fig.1). Le site offre un grand intérêt géochronologique : il est principalement composé de roches du Complexe de l’Île de Cayenne, la plus ancienne formation de Guyane, elles-mêmes recoupées par plusieurs générations de filons parmi lesquelles de remarquables filons jurassiques d’origine magmatique (dolérites). L’ensemble de ces roches a fait l’objet de plusieurs études (Choubert, 1949, 1956 ; Enjolvy, 2008 ; Pinon, 2021) qui ont permis d’en reconstituer l’histoire détaillée et qui font du site de Buzaré l’un des plus documentés de Guyane.

5Les deux principaux faciès du Complexe de l’Île de Cayenne sont représentés à Buzaré : des orthogneiss migmatitiques clairs, contrastant avec de nombreuses enclaves mafiques, plus sombres (Choubert, 1949 ; Pinon, 2021) (Fig. 2). Les enclaves mafiques, composées de métagabbros et d’amphibolites, sont interprétées comme les reliques d’une croûte océanique datée à 2,208 Ga (Delor et al., 2003). Elles correspondent à la lithologie la plus ancienne du Complexe de l’Île de Cayenne et, par extension, de Guyane et de France. Ces enclaves sont incluses dans des orthogneiss, dérivés de tonalites et de granodiorites, et constituées majoritairement de quartz et de plagioclase auxquels s’associent de la biotite et de l’amphibole (Fig. 2). Les protolithes des gneiss sont des roches magmatiques appartenant à la série des TTG (Tonalite-Trondhjémite-Granodiorite), caractéristiques du Précambrien, associées à la fusion partielle d’une croûte océanique en contexte de subduction. En Guyane, ces TTG résultent du fonctionnement de la zone de subduction associée à la fermeture d’un paléo-océan (il y a 2,170 Ga) dont les enclaves mafiques seraient l’ultime relique.

Figure 2 - (a) Carte géologique simplifiée de la partie orientale de la pointe Buzaré sur ombrage MNT. Le MNT est issu d’un traitement photogrammétrique de photos drones acquises dans le cadre de l’Observatoire de la dynamique côtière de Guyane (DGTM, BRGM). (b) Prise de vue de la pointe Buzaré, photographiée depuis le littoral (carré rouge en Fig.2a). On peut observer le contraste entre les deux faciès du Complexe de l'Île de Cayenne: les gneiss, plus clairs, et les amphibolites, plus sombres. Au loin, on remarque également l’un des filons doléritiques recoupant le socle paléoprotérozoïque. Crédit photo : Arnauld Heuret, 2020.

Figure 2 - (a) Carte géologique simplifiée de la partie orientale de la pointe Buzaré sur ombrage MNT. Le MNT est issu d’un traitement photogrammétrique de photos drones acquises dans le cadre de l’Observatoire de la dynamique côtière de Guyane (DGTM, BRGM). (b) Prise de vue de la pointe Buzaré, photographiée depuis le littoral (carré rouge en Fig.2a). On peut observer le contraste entre les deux faciès du Complexe de l'Île de Cayenne: les gneiss, plus clairs, et les amphibolites, plus sombres. Au loin, on remarque également l’un des filons doléritiques recoupant le socle paléoprotérozoïque. Crédit photo : Arnauld Heuret, 2020.

6L’ensemble a subi une déformation intense marquée par une foliation orientée NO-SE. La présence d’un réseau complexe de corps felsiques, souvent organisés en filons quartzo-feldspathiques ou aux contours parfois plus diffus, et affectant les gneiss et les enclaves mafiques, témoigne également d’une fusion partielle de l’ensemble (phase de « migmatitisation »). Ce processus s’est produit sous l’effet d’une nouvelle phase tectonique, l’orogénèse transamazonienne, signant la collision entre le craton ouest-africain et le craton amazonien. L’océan initial a laissé place à une chaîne de montagnes, dont les racines profondes affleurent aujourd’hui, après 2 Ga d’altération. Plusieurs filons de roches hypovolcaniques, des dolérites, recoupent cet encaissant paléoprotérozoïque (Fig. 3). Ils sont rectilignes et généralement orientés N-S. Datés à 192-198 Ma, ils témoignent de l’ouverture de l’océan Atlantique et de la séparation du craton ouest-africain et du craton amazonien (Delor et al., 2003). À Buzaré, l’avancée rocheuse principale, localisée à l’ouest du site, correspond ainsi à un filon d’une vingtaine de mètres de large se prolongeant vers la mer sur plusieurs centaines de mètres (Fig. 1).

Figure 3 - Un des filons doléritiques jurassiques recoupant le socle paléoprotérozoïque. Crédit photo: Ottone Scammacca, 2022.

Figure 3 - Un des filons doléritiques jurassiques recoupant le socle paléoprotérozoïque. Crédit photo: Ottone Scammacca, 2022.

Un paysage littoral très dynamique, offrant de nombreux services écosystémiques

7Si l’essentiel des côtes rocheuses de Guyane est concentré le long de la presqu’île de Cayenne, depuis la pointe Saint-Joseph, à l’ouest, jusqu’aux affleurements des abords du mont Mahury à l’est (Fig. 4), plusieurs autres affleurements, moins marqués et plus dispersés, s’égrènent tout au long du littoral guyanais.

Figure 4 - Localisation de la pointe Buzaré (a et b) et vue aérienne de la presqu'île de Cayenne (c), dont le paysage se découpe en une alternance de pointes rocheuses et d’anses sableuses. Fonds satellitaires : Esri, DigitalGlobe, GeoEye, i-cubed, USDA FSA, USGS, AEX, Getmapping, Aerogrid, IGN, IGP, swisstopo, and the GIS User Community

Figure 4 - Localisation de la pointe Buzaré (a et b) et vue aérienne de la presqu'île de Cayenne (c), dont le paysage se découpe en une alternance de pointes rocheuses et d’anses sableuses. Fonds satellitaires : Esri, DigitalGlobe, GeoEye, i-cubed, USDA FSA, USGS, AEX, Getmapping, Aerogrid, IGN, IGP, swisstopo, and the GIS User Community

8Les paysages du littoral guyanais sont, toutefois, principalement contrôlés par l’influence de l’importante charge sédimentaire charriée par l’Amazone jusqu’à son embouchure et ramenée vers le nord-ouest, le long des côtes de Guyane, par le courant littoral nord-brésilien. Ces sédiments s’organisent en bancs de vase qui, sous l’effet de la dynamique de houle, migrent le long du littoral guyanais. Ce dernier se trouve ainsi soumis à un envasement généralisé et chronique favorisant l’installation de mangroves. Ces dynamiques sont modulées par les affleurements rocheux côtiers qui contribuent à modeler un milieu littoral composé d’une succession d’anses délimitées par des affleurements en forme de petits reliefs aux caractéristiques géologiques et géomorphologiques comparables à celles de la pointe Buzaré, associant métagabbros et gneiss recoupés par des filons doléritiques (Fig. 3). À l’échelle du littoral cayennais, les filons doléritiques, plus résistants à l’altération, contrôlent directement la morphologie du trait de côte, en armant les différentes pointes qui s’y trouvent (Fig. 1).

9Le fonctionnement hydrosédimentaire des anses est rythmé par le passage des bancs de vase, larges de plusieurs dizaines de kilomètres et se prolongeant sur plusieurs kilomètres vers la mer. Ces bancs se déplacent d’est en ouest sur des distances pouvant aller jusqu’à 2 à 3 kilomètres par an (Beaulant et Minvielle, 2017). Le littoral devient alors un milieu accueillant alternativement des milieux de mangroves à palétuviers (e.g. Avicennia germinans, Laguncularia racemosa, Rhizophora racemosa), lors de l’installation d’un banc de vase, ou de plage de sable en période « inter-banc ». Si, lors de cette dernière période, le littoral n’est plus protégé par la vase, les bancs de vase et la mangrove recouvrant certains des affleurements rocheux en renforcent la stabilité en protégeant le littoral des risques d’érosion et de submersion marine (Beaulant et Minvielle, 2017) (Fig. 5). Ainsi, la pointe Buzaré peut être un lieu privilégié pour étudier les dynamiques d’évolution des mangroves, de leur naissance à leur disparition, ainsi que la multitude de services écosystémiques que ces milieux offrent comme la protection contre les risques littoraux, le support d’habitats naturels, le stockage de carbone, l’amélioration de la qualité des eaux, l’approvisionnement en biomasse animale, etc. (Trégarot et al., 2021).

10Les côtes rocheuses présentent ainsi « une évidente originalité paysagère sur un rivage essentiellement dominé par des mangroves » (Cremers et Hoff, 2003). Les paysages associés sont caractérisés par la proximité de petits reliefs de socle cristallin plus ou moins altéré et de terres basses recouvertes par les formations sédimentaires quaternaires récentes (sables et argiles composant la Formation de Demerara) ou plus anciennes (sables et argiles fluvio-marins de la Formation de Coswine). Ils font de la bande littorale une zone à très forte géodiversité (Scammacca et al., 2022) et composée d’une mosaïque de géomorphosites exceptionnels à l’échelle du Plateau des Guyanes. Cette géodiversité crée ainsi un écosystème côtier très diversifié qui associe la richesse du milieu marin à celle de la forêt côtière, tout en offrant une multitude de services écosystémiques qui dépassent la seule dimension géologique. En dehors des mangroves, ces portions exigües de la côte abritent près de 120 espèces d’une végétation principalement psammophile et halophile avec des espèces endémiques et parfois menacées, dont certaines protégées (e.g. Furcraea foetida, Philodendron acutatum, Cornutia pubescens) (Cremers et Hoff, 2003). Les fissures, héritées de la longue histoire géologique enregistrée par ces roches, permettent le développement d’une végétation saxicole aux nombreuses espèces herbacées et de plusieurs formations végétales rupicoles (e.g. Fabaceae, Cyperaceae, Poaceae) (Cremers et Hoff, 2003 ; Mestre et al. 2021). Les affleurements rocheux sont également des reposoirs privilégiés pour de nombreux oiseaux, dont les emblématiques ibis rouges (Eudocimus ruber) et spatules rosées (Platalea ajaja) – que l’on peut souvent voir se nourrir sur les bancs de vase – et des supports de fixation privilégiés pour les huîtres (Crassostrea gasar).

Figure 5 - Portion orientale de la pointe Buzaré, en 2012, à la fin du précédent épisode d’envasement. Sous l’effet de la houle, le banc de vase est en cours de dispersion et les palétuviers s’écroulent. La mangrove a progressivement laissé la place à une plage sableuse. Cette dernière est aujourd'hui (2023) de nouveau en cours d’envasement. Crédit photo : Michel Boudrie, 2012.

Figure 5 - Portion orientale de la pointe Buzaré, en 2012, à la fin du précédent épisode d’envasement. Sous l’effet de la houle, le banc de vase est en cours de dispersion et les palétuviers s’écroulent. La mangrove a progressivement laissé la place à une plage sableuse. Cette dernière est aujourd'hui (2023) de nouveau en cours d’envasement. Crédit photo : Michel Boudrie, 2012.

11La pointe Buzaré sous l’action de l’homme : des Amérindiens au pénitencier de Cayenne

12La diversité de paysages qui se concentre sur l’espace restreint que représente la bande littorale guyanaise a permis, aux populations humaines qui s’y sont installées depuis plusieurs millénaires, un accès à des ressources hydriques et alimentaires riches et diversifiées et où elles ont pu mettre en place leurs activités quotidiennes (Mestre et al., 2021). La présence amérindienne est attestée dès la période précolombienne par les nombreux vestiges retrouvés notamment sur les affleurements rocheux côtiers et sur les barres pré-littorales (céramique, mobilier lithique dont haches polies, éléments de parure…) (Mestre, 2003) ou encore par un ensemble de pétroglyphes (roches gravées de la Carapa à Kourou et de l’île Saint-Joseph, par exemple ; Mazière & Mazière, 1994 ; Gilbert et Gassies, 2001) et de nombreux polissoirs. Sur l’Île de Cayenne, les polissoirs amérindiens répertoriés en plusieurs points du littoral rocheux et les roches gravées à proximité de Dégrad des Cannes sont les vestiges les plus accessibles de cette période. La pointe Buzaré ne fait pas exception puisque 10 polissoirs y sont recensés (Loncan, 1990).

13La pointe Buzaré est également un lieu emblématique de la période coloniale et, plus spécifiquement, de l’histoire pénitentiaire de la Guyane. C’est effectivement là qu’a été érigé le Pénitencier de Cayenne, entre 1867 et 1872 (Fig. 6). Jusqu’en 1945, ce pénitencier a reçu jusqu’à 1500 bagnards, principalement affectés aux travaux d’aménagement et d’entretien de l’Île de Cayenne. De l’ancien quartier des surveillants, côté ouest, quelques anciens logements, actuellement situés dans l’enceinte de l’Institut Pasteur, étaient encore utilisés jusqu’à récemment pour accueillir les employés de l’Institut. Le pénitencier-dépôt, où étaient enfermés les condamnés la nuit, était composé de plusieurs bâtiments entourés d’un haut mur d’enceinte et séparé de l’océan par un « mur de protection contre la mer » dont les ruines constituent l’essentiel des vestiges conservés (Fig. 6). L’ensemble des installations est fait de moellons de gneiss migmatitiques, de métagabbros et de dolérites. Les nombreuses perforations laissées par des barres à mine dans les affleurements de la pointe Buzaré ne laissent guère de doute sur le fait que ces moellons aient été prélevés directement sur site.

14Dès 1950, les bâtiments sont progressivement remplacés par des locaux utilisés par différentes administrations. Une partie de ces bâtiments occupe une place importante dans l’histoire des géosciences en Guyane. La partie du pénitencier localisée au plus près de la mer est remplacée, à la fin des années 1940, par les locaux du Bureau Minier Guyanais (BMG). Le BMG – appelé ensuite Service Géologique Régional (SGR) de Guyane, puis remplacé par le Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM) – était l’établissement de référence en sciences de la Terre. C’est depuis ces locaux de la pointe Buzaré, que Boris Choubert (1906-1983) coordonne le levé des premières cartes géologiques de Guyane et rédige les premiers ouvrages sur la géologie guyanaise qui constituent, encore aujourd’hui, des références majeures. Les locaux du BMG sont aujourd’hui affectés aux services déconcentrés de l'État de la Direction Générale des Territoires et de la Mer de Guyane (DGTM).

Figure 6 - Evolution du périmètre du pénitencier de Cayenne, vu depuis la pointe Buzaré.

Figure 6 - Evolution du périmètre du pénitencier de Cayenne, vu depuis la pointe Buzaré.

Les paysages littoraux de la pointe Buzaré sont historiquement fréquentés par les promeneurs et les baigneurs. Composante à part entière de l’exotisme local, le pénitencier, construit dans l’anse Méret, est l’un des sujets les plus récurrents des photographes et des cartes postales d’époque, permettant un suivi des lieux sur presque 150 ans d’histoire. Au cours de la seconde guerre mondiale, les installations du pénitencier sont progressivement remplacées par les bâtiments modernes du Bureau Minier Guyanais, aujourd’hui affectés à la Direction Générale des Territoires et de la Mer. Vers 1885 : cliché anonyme et non daté ; Archives nationales d'Outre-Mer, COL H 841. 1905 : carte postale éditée par Pierre Hilaire (Fonds A. Heuret). 1922 : cliché de Vincent Jeannin édité par le magasin La Conscience (Fonds A. Heuret). 1969 : carte postale éditée par Pierre-Lise (Fonds A. Heuret). 2017 : cliché de M. Boudrie. 2023 : cliché d’O. Scammacca.

Gestion et valorisation : quelles perspectives pour le littoral cayennais ?

15Plus qu’un simple ensemble d’objets géologiques, la pointe Buzaré et le littoral rocheux cayennais peuvent ainsi être appréhendés comme un véritable paysage multifonctionnel qui offre au territoire guyanais un outil pédagogique pluridisciplinaire remarquable. La vocation de tels géosites devient ainsi un enjeu central pour l’aménagement territorial dans des perspectives de gestion et de valorisation co-construites avec les populations locales. En l’état actuel, la pointe Buzaré est un lieu de promenade qui héberge ponctuellement des évènements artistiques et musicaux. Cependant, bien qu’accessible au grand public, rien, sur place, ne renseigne aujourd’hui sur ses intérêts géologiques, écologiques ou historiques. Les enjeux sont renforcés par le fait que ces zones se situent sur une bande côtière qui, bien qu’occupant seulement 6% du territoire guyanais, concentre l’essentiel de la population et des activités économiques, dans un contexte d’augmentation démographique et de l’occupation des espaces. Le littoral guyanais apparaît ainsi comme un espace de géodiversité et de biodiversité remarquables mais également très menacé. Aux menaces réversibles qui, au quotidien, nuisent à la viabilité des sites (déchets, ordures, par exemple), pourraient s’ajouter des détériorations physiques plus irréversibles (bétonnage sur les affleurements ou destruction, par exemple).

16Depuis 1983, la pointe Buzaré fait partie du domaine foncier du Conservatoire du Littoral (CL) dont les objectifs, en Guyane à l’horizon 2050, visent aussi bien à la protection et à la valorisation des grands espaces littoraux qu’à la sauvegarde des rivages et des « monts de Cayenne ». Ces objectifs s’intègrent dans le cadre, plus large, de la délimitation d’une ceinture d’espaces naturels longeant le littoral de la presqu’île de Cayenne. En référence au cas guyanais, Barthon et al. (2010) définissent le CL à la fois comme un propriétaire foncier et un « porteur de projet » faisant preuve d’une approche expérimentale se situant dans « l’ingénierie de projet, afin de dépasser les oppositions et conflits d’usages récurrents entre protection, utilisation et accès à la ressource ». L’unicité juridique de cet organisme semblerait alors constituer une potentielle opportunité pour porter des projets de développement qui attribuent, tant à la pointe Buzaré qu’aux autres affleurements du littoral, des vocations et destinations spécifiques. Localement, la Communauté d’agglomération du centre littoral guyanais (CACL) réfléchit également à des projets de mise en valeur du littoral cayennais qui permettraient de constituer un véritable « site d’intérêt communautaire » (J. Cadet, comm. pers., 2023) en termes de diversification d’usages pour les habitants, de promotion touristique et de suivi scientifique. Le projet « Corniche guyanaise » vise notamment à une mise en tourisme « ambitieuse et raisonnée » de la façade littorale sur 14 km de plages et de formations rocheuses, entre la pointe de Bourda au nord et le fort Diamant au sud. À plus grande échelle, la CACL projette la création d’un « Sentier littoral » d’un linéaire de 70 km incluant des sites choisis sur des critères de maîtrise foncière et de servitude d’utilité publique.

17Si des aménagements doivent être mis en place, il apparaît donc nécessaire qu’ils soient réalisés en harmonie avec la vaste gamme d’intérêts que ces espaces portent, en particulier les zones d’affleurements rocheux d’intérêt patrimonial. Les stratégies d’aménagement devraient viser au maintien, voire à l’optimisation de la conservation de ces sites mais également à leur mise en valeur d’un point de vue écologique, économique et culturel, en permettant l’utilisation de ce patrimoine naturel en symbiose avec les usages, coutumes et perception de la société multiculturelle guyanaise. Cette symbiose peut se réaliser par des démarches de gestion du milieu adaptées aux spécificités locales de la Guyane et de co-construction entre les différents acteurs de la société civile, les autorités foncières et gestionnaires et la Commission Régionale du Patrimoine Géologique. Des mesures de gestion « multi-sites » n’empêcheraient pas d’identifier le littoral rocheux cayennais comme un géosite unique, intégralement soumis à des mesures de protection homogènes couvrant l’ensemble de sa surface, tels que des arrêtés préfectoraux de protection de géotope ou, pourquoi pas, à l’avenir, la constitution d’un véritable Géoparc tel que labellisé par l’UNESCO.

Haut de page

Bibliographie

Barthon C., Andreu-Boussut V. et Demaze M.-T., (2010). La gestion publique de la nature littorale, en quête de légitimité ? L'exemple du Conservatoire du Littoral sur les rivages guyanais. In : Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux, Collection EDYTEM. Cahiers de géographie, 10 p., 249-261

Beaulant A.-L. et Minvielle M. (2017). Rapport préliminaire – Projet SEAGUY - Etat de l’art et bibliographie sur l’aléa côtier en Guyane. Météo France, Division Etudes, Climat, 33 p.

Choubert B. (1949). Géologie et pétrographie de la Guyane française. Office de la Recherche Scientifique Outre-Mer, Paris, 120 p.

Choubert B. (1956). Carte géologique à l’échelle du 1/100,000e établie sous la direction de B. Choubert, Feuille de Cayenne et Notice Explicative, Paris.

Cremers G. et Hoff M. (2003). Guide de la flore des bords de mer de Guyane française. IRD Éditions / MNHN, 274 p.

Delor C., Lahondère D., Egal E., Lafon J.-M., Cocherie A., Guerrot C., Rossi P., Truffert C., Théveniaut H., Phillips D. et de Avelar V.G. (2003). Transamazonian crustal growth and reworking as revealed by the 1: 500,000-scale geological map of French Guiana. Géologie de la France 2–3–4 : 5–57, 13 fig., 5 tabl.

Enjolvy R. (2008). Processus d’accrétion crustale et régimes thermiques dans le bouclier des Guyanes : signatures géochimiques et thermochronologiques au transamazonien (2250-1950Ma). Thèse de Doctorat, Université Montpellier II - Sciences et Techniques du Languedoc, 323 p. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00441743

Gilbert A. et Gassies É. (2001). Les gravures rupestres de la Pointe Marie Galante. Île Saint-Joseph - Îles du Salut – Cayenne - Guyane française. Bull. Soc. préhist. française 98 (4) : 717-733.

Loncan A. (1990). Essai de typologie des polissoirs de l’île de Cayenne. In : Comptes rendus du XIe congrès de l’Association internationale d’archéologie des Caraïbes. Fundación Arqueológica, Antropológica e Historica de Puerto Rico / Universidad de Puerto Rico / United States Forest Service, pp. 112-119.

Mazière M. et Mazière G. (1994). L'archéologie amérindienne en Guyane. Etat actuel de la recherche. Bull. Soc. préhist. française 91 (4) : 333-341.

Mestre M. (2021). Du Mont Joly au Montravel : Archéologie d’un projet inachevé. Patrimoine Archéologique, Direction Culture, Jeunesse et Sports de Guyane, Ministère de la Culture, 111 p.

Nontanovanh M. et Roig J.-Y. (2010). Inventaire du patrimoine géologique de la Guyane – Partie 1. Rapport BRGM/RP-59178-FR. 35 p., 9 fig., 2 tab., 1 ann.

Pinon H. (2021). La reconstruction du supercontinent Columbia : Apport du Complexe de l'Île de Cayenne (Guyane française). Rapport de Stage, Geosciences Montpellier, Université de Montpellier.

Scammacca O., Bétard F., Aertgeerts G., Heuret A., Fermet-Quinet N. et Montagne D. (2022). Geodiversity assessment of French Guiana: challenges and implications for sustainable land planning. Geoheritage 14 (3) : 83.

Trégarot E., Caillaud A., Cornet C. C., Taureau F., Catry T., Cragg S. M. et Failler P. (2021). Mangrove ecological services at the forefront of coastal change in the French overseas territories. Science of the Total Environment 763, Elsevier, 18 p. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.143004

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Photo aérienne de la pointe Buzaré, prise depuis l'océan Atlantique, vers le cœur de la ville de Cayenne. En exemple représentatif des logiques géomorphologiques qui contrôlent le paysage littoral de l’Ile de Cayenne, chacune des deux avancées rocheuses qui composent la pointe Buzaré est armée d’un filon doléritique. Crédit photo: Ronan Liétar/IMAZONE, 2015.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 2 - (a) Carte géologique simplifiée de la partie orientale de la pointe Buzaré sur ombrage MNT. Le MNT est issu d’un traitement photogrammétrique de photos drones acquises dans le cadre de l’Observatoire de la dynamique côtière de Guyane (DGTM, BRGM). (b) Prise de vue de la pointe Buzaré, photographiée depuis le littoral (carré rouge en Fig.2a). On peut observer le contraste entre les deux faciès du Complexe de l'Île de Cayenne: les gneiss, plus clairs, et les amphibolites, plus sombres. Au loin, on remarque également l’un des filons doléritiques recoupant le socle paléoprotérozoïque. Crédit photo : Arnauld Heuret, 2020.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7445/img-2.png
Fichier image/png, 876k
Titre Figure 3 - Un des filons doléritiques jurassiques recoupant le socle paléoprotérozoïque. Crédit photo: Ottone Scammacca, 2022.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4 - Localisation de la pointe Buzaré (a et b) et vue aérienne de la presqu'île de Cayenne (c), dont le paysage se découpe en une alternance de pointes rocheuses et d’anses sableuses. Fonds satellitaires : Esri, DigitalGlobe, GeoEye, i-cubed, USDA FSA, USGS, AEX, Getmapping, Aerogrid, IGN, IGP, swisstopo, and the GIS User Community
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7445/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 5 - Portion orientale de la pointe Buzaré, en 2012, à la fin du précédent épisode d’envasement. Sous l’effet de la houle, le banc de vase est en cours de dispersion et les palétuviers s’écroulent. La mangrove a progressivement laissé la place à une plage sableuse. Cette dernière est aujourd'hui (2023) de nouveau en cours d’envasement. Crédit photo : Michel Boudrie, 2012.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 6 - Evolution du périmètre du pénitencier de Cayenne, vu depuis la pointe Buzaré.
Légende Les paysages littoraux de la pointe Buzaré sont historiquement fréquentés par les promeneurs et les baigneurs. Composante à part entière de l’exotisme local, le pénitencier, construit dans l’anse Méret, est l’un des sujets les plus récurrents des photographes et des cartes postales d’époque, permettant un suivi des lieux sur presque 150 ans d’histoire. Au cours de la seconde guerre mondiale, les installations du pénitencier sont progressivement remplacées par les bâtiments modernes du Bureau Minier Guyanais, aujourd’hui affectés à la Direction Générale des Territoires et de la Mer. Vers 1885 : cliché anonyme et non daté ; Archives nationales d'Outre-Mer, COL H 841. 1905 : carte postale éditée par Pierre Hilaire (Fonds A. Heuret). 1922 : cliché de Vincent Jeannin édité par le magasin La Conscience (Fonds A. Heuret). 1969 : carte postale éditée par Pierre-Lise (Fonds A. Heuret). 2017 : cliché de M. Boudrie. 2023 : cliché d’O. Scammacca.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7445/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ottone Scammacca, Arnauld Heuret, Lucas Rivéra, Geoffrey Aertgeerts et Michel Boudrie, « La pointe Buzaré et le littoral cayennais : un paysage géologique emblématique de la Guyane française  »Dynamiques environnementales, 51 | 2023, 1-13.

Référence électronique

Ottone Scammacca, Arnauld Heuret, Lucas Rivéra, Geoffrey Aertgeerts et Michel Boudrie, « La pointe Buzaré et le littoral cayennais : un paysage géologique emblématique de la Guyane française  »Dynamiques environnementales [En ligne], 51 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/7445 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.7445

Haut de page

Auteurs

Ottone Scammacca

UMR Prodig, CNRS, Université Paris 1: Panthéon-Sorbonne, IRD, AgroParisTech, Aubervilliers, France

Arnauld Heuret

Geosciences Montpellier, CNRS, Université de Montpellier, Université de Guyane

Lucas Rivéra

BRGM 97300 Cayenne, Guyane française

Geoffrey Aertgeerts

BRGM 35700 Rennes, France

Michel Boudrie

Ingénieur-géologue, retraité

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search